Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Introduction

Texte intégral

L’histoire ne peut pas être seulement ces grandes pentes déclives du temps, consommatrices de masses humaines et de siècles, ces réalités collectives lentes à nouer ou dénouer leurs rapports. L’histoire est aussi cette poussière d’actes de vies individuelles attachées les unes aux autres, parfois un instant libérées comme si les grandes chaînes se rompaient. L’histoire est l’image de la vie sous toutes ses formes. Elle n’est pas choix.
F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II

Carte I. – L’Europe politique vers 1620 (d’après Yves-Marie Bercé, Alain Molinier et Michel Péronnet, Le XVIIe (1620-1640). De la Contre-Réforme aux Lumières, Paris, Hachette Université, 2001 [1re édition 1984] © Hachette Éducation)

1De 1598 à 1635 : trente-sept ans de paix entre deux des puissances majeures de l’Europe occidentale. Au cours des deux siècles qui encadrent ces dates, conflits bilatéraux voire généraux, guerres civiles, révolutions et conspirations constituent la toile de fond générale des monarchies. Le « beau » XVIe siècle, celui qui voit s’épanouir la Renaissance, est en réalité déchirement, violence et approfondissement des techniques d’assujettissement. Depuis la Russie jusqu’à l’Angleterre, le XVIIe siècle, ce « siècle de fer », voit surgir sécessions, révolutions, frondes et révoltes populaires. Les Catalans et les Portugais se hasardent à quitter la monarchie hispanique, les sujets des différentes provinces du royaume de France se rebellent à plusieurs reprises contre les trop lourdes impositions, Paris fronde, les cosaques zaporogues se soulèvent contre le pouvoir polonais. Les persécutions religieuses offrent un spectacle tout aussi impressionnant : les protestants français sont peu à peu poursuivis jusqu’à devenir hors-la-loi, les catholiques anglais se cachent et les puritains s’exilent hors de l’île, les « vieux-croyants » russes d’Avvakoum sont pourchassés, Galilée et Campanella condamnés, Vanini exécuté.

2Certes, ces guerres et répressions de l’époque moderne n’atteignent ni la perfection ni l’ampleur des siècles suivants. Elles ne sont que saisonnières et ne touchent qu’imparfaitement les territoires. Cependant, dans l’équilibre précaire de l’Ancien Régime, elles constituent un élément actif des sociétés.

3Pourtant, à l’intérieur de cette période, une accalmie apparaît, et les hommes, fatigués de ces tumultes, délaissent l’emploi de la force. En France, au lendemain des guerres de Religion, on s’accommode entre catholiques zélés et huguenots. Le Roi Catholique et le souverain anglais délaissent le chemin des armadas pour entretenir des relations pacifiques. Quand bien même les morisques sont expulsés de la Péninsule, on trouve à l’intérieur des cercles dirigeants espagnols des voix pour atténuer la violence de cette décision. De façon semblable, le valido Olivares se prononce contre les statuts de pureté de sang et contre l’intolérance envers les nouveaux-chrétiens. Ainsi, les années 1598-1635 représentent une sorte d’îlot de paix, bien que ce repos ne soit que partiel : les conflits entre la Savoie et la couronne espagnole, la permanence de la rébellion hollandaise après la courte trêve de Douze Ans et, à partir de 1618, le déclenchement de la guerre de Trente Ans en soulignent les limites.

4Cette tranquillité nouvelle autorise l’éclosion et l’approfondissement des relations diplomatiques entre les princes souverains, bien qu’aucune grande réunion internationale n’intervienne. C’est en partie à cause de cette quiétude relative que nous avons choisi d’analyser la diplomatie du Roi Catholique face au royaume de France pendant ce premier XVIIe siècle. Il s’agit de pratiquer une histoire comparative inégalitaire où, dans les relations franco-espagnoles, l’élément de référence demeure la diplomatie de la Monarchie Catholique. Pour mener à bien cette exploration, il est absolument nécessaire de prendre en compte l’histoire événementielle de ce tiers de siècle, ainsi que les perceptions de l’étranger et singulièrement du partenaire adverse, car l’image de l’altérité conditionne les rapports internationaux et plonge ses racines dans les siècles antérieurs. La conduite de cette analyse suppose de considérer les deux faces de la représentation diplomatique : celle de l’Espagne en France et celle de la France en Espagne.

5La pratique des relations bilatérales constitue une mise en évidence de ces conceptions et divergences. La gestion des conflits qui naissent à leur propos compose un des aspects saillants de la fonction diplomatique. Les formes revêtues par le maniement des négociations interviennent au cours de l’analyse des relations entre les deux couronnes, et ces modes d’appréhension entraînent des implications sur les décisions politiques.

6Préambule à tout rapport, l’existence de relations diplomatiques nécessite une institutionnalisation des contacts. Cette institutionnalisation intègre des traditions, évolue avec le temps et constitue un objet historique. Pour être valable et admissible par deux puissances souveraines, la confrontation pacifique, régularisée et systématisée par l’échange de représentants, exige l’acceptation de la réciprocité des partenaires ; cependant, cette dernière condition n’est pas simple à réaliser lorsque deux monarchies présentent des aspects et des usages institutionnels et législatifs divergents. L’établissement de ces rapports devient ainsi un élément limitatif pour chacune de ces souverainetés.

7En Espagne, la complexité de ces questions se renforce à cause de la nature de la monarchie. Les termes Espagne, Monarchie ou Couronne, auxquels on adjoint fréquemment les qualificatifs ibérique, hispanique ou Catholique, présentent tous les mêmes lacunes. Les historiens de la Péninsule se heurtent à une question qui tient à la nature même de cet ensemble géopolitique. État « multinational », « plurinational », « supranational », « polymorphe » : la variété de ces qualificatifs souligne la permanence de l’interrogation sur la signification de la notion d’État pour cet organisme composé de territoires répartis à la surface du globe et en différents points du continent européen.

8Cette particularité espagnole, incarnée dans une « supranationalité », compose un des éléments spécifiques de la « politique étrangère de Madrid » (encore que cette dernière expression soit peu appropriée, puisque la cour d’Espagne réside à Valladolid de 1601 à 1607). Elle est une des causes de notre intérêt pour ce sujet et nous invite à embrasser de nombreux domaines, qu’il s’agisse des questions italiennes ou flamandes, des rapports entre les noblesses locales et le pouvoir, des modes de gestion politique ou économique des « périphéries » ou encore des fonctions de ces territoires dans l’orientation de la Monarchie.

9Face à cette diversité espagnole, les particularités françaises paraissent à l’image de la géographie. Fil ténu d’un dispositif hérité du siècle précédent, le chemin espagnol contourne – ou encercle, selon la perception qu’on en a – le royaume de France, dont les limites paraissent borner un espace compact et homogène. La réalité demeure bien différente : frontières linéaires parfois absentes, multilinguisme et sous-administration générale circonscrivent le pouvoir royal. Cependant, différant en cela de la Monarchie Catholique, les possessions françaises demeurent cohérentes, au moins dans leur répartition spatiale.

10Les marques du passé opposent les deux couronnes. La lointaine guerre de Cent Ans, puis les récentes guerres de Religion et enfin la guerre contre l’Espagne de 1595-1598 ont forgé en France une conscience singulière, dont les institutions (par exemple les cours souveraines) et le personnel administratif se sont imprégnés. L’histoire intérieure de la péninsule Ibérique n’a pas connu de remise en cause radicale de l’autorité monarchique depuis la révolte des comuneros en 1519. La cohésion sociale formée autour de la Reconquête et de l’expansion américaine contribue à la stabilité espagnole. Nobles et grands participent au pouvoir. Une semblable cohésion reste à réaliser dans la France de la fin du XVIe siècle.

11Dans ce contexte, la période de paix extérieure inaugurée par Philippe III ouvre-t-elle la voie à une évolution de la diplomatie au point que l’on puisse parler de « diplomatie baroque » ? L’importance accrue accordée aux gestes et aux cérémonies, à un moment où la vie courtisane prend de l’ampleur dans toute l’Europe, impose-t-elle de nouvelles exigences aux représentants espagnols ? À l’âge baroque, y a-t-il des traits spécifiques qui puissent caractériser ces relations entre souverains ? Les agents du Roi Catholique occupent-ils une position particulière ? Dans quelle mesure y a-t-il apparition d’attitudes communes aux diplomates ? La construction de l’univers courtisan modifie-t-elle les comportements des protagonistes ? L’intervention du peintre Rubens dans différentes négociations internationales annonce-t-elle la naissance d’une culture diplomatique assimilée par la suite au détachement, à la figure de l’amateur, au dilettantisme et au bon goût ?

12Pour évaluer ces différents éléments, nous aurons recours à des documents variés – depuis les états de dépenses jusqu’aux descriptions de protocoles –, dans la mesure où ils proviennent des sources diplomatiques espagnoles. Certes, ce choix restreint les points de vue puisqu’il n’accorde d’intérêt qu’à une seule source – celle du pouvoir espagnol –, mais il s’appuie sur cet avantage précieux que constitue l’existence de séries chronologiques continues des réunions du Conseil d’État espagnol et des lettres des dirigeants : il s’agit là d’un observatoire unique de l’élaboration de la politique étrangère au XVIIe siècle.

13Un second écueil réside dans l’approche fréquemment sentimentale et téléologique des événements passés : Richelieu prépare la venue de la monarchie absolue, Henri IV prélude à la tolérance, Marie de Médicis est une étrangère fainéante... De même, et de façon tout aussi subjective, une partie de l’historiographie espagnole des années cinquante jugeait les diplomates du Roi Catholique à l’aune de la défense de la religion et de leurs combats contre les impies.

14La construction de l’histoire est donc, on le sait, chargée de sens par les historiens. Nous percevons avec nos concepts des notions dont certaines étaient inexistantes à l’époque moderne. Et pour celles qui existaient déjà, les formes revêtues et perçues prenaient-elles le même sens ? Et, dans ce cas, comment déterminer leur position dans la société de l’époque ?

  • 1 Alain Rey Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert 1998, t. I, pp. 1091-109 (...)
  • 2 Ibid., p. 1304.

15Ainsi, notre étude se rapporte à la diplomatie, tant officielle que secrète, de la monarchie espagnole, mais les termes liés à cette notion n’apparaissent que bien plus tard : en 1726 pour diplomatique, « relatif aux diplômes qui règlent les rapports internationaux » ; en 1790 pour diplomatie, « science et pratique des relations politiques entre États » ; et en 1792 pour diplomate, « chargé d’une mission diplomatique auprès d’un gouvernement étranger1 ». En revanche, le terme espion est plus précoce – il provient français médiéval espier –, mais ne prend son sens actuel qu’au début du XVIIe siècle, qualifiant alors tout autant un délateur (1611) qu’une «personne rétribuée appartenant à une police secrète non officielle » (1616)2. Peut-on en conclure qu’à l’époque moderne il est moins aisé de parler de l’établissement d’une diplomatie officielle que des pratiques secrètes ? Le terme espionnage n’est pas employé avant le XVIIIe siècle (à l’exception d’une occurrence en 1570) ; quant à contre-espionnage, il faut attendre la fin du XIXe siècle pourvoir ce mot apparaître.

16Partant du caractère international de la Monarchie Catholique et de ses références religieuses, nous avons voulu savoir dans quelle mesure cette monarchie était porteuse d’une idéologie transnationale, et quel était en France l’éventuel impact de celle-ci. L’hypothèse de l’espionnage considéré comme une preuve de l’adhésion à la cause espagnole – identifiée à celle de la défense de la religion catholique – explique aussi la délimitation de la période étudiée. La proximité des guerres civiles françaises, de l’activité de la Ligue et la présence, durant notre période, d’individus ayant collaboré avec la puissance espagnole durant ces événements ont favorisé cette approche. Combien de ces anciens ligueurs ont cru à l’idéal de restauration catholique et se sont engagés secrètement à servir le roi d’Espagne, même après l’entrée d’Henri IV dans Paris (1594), puis, au moment de la paix de Vervins, se sont trouvés partagés entre leur participation aux armées du roi d’Espagne et un changement d’appartenance nationale, rompant les liens de fidélité avec leur souverain légitime !

17Cette importance du facteur idéologique soulignerait la primauté du religieux sur le sentiment national et sur les liens traditionnels de fidélité. L’attachement pour son souverain et pour le pays où l’on est né constitue-t-il un sentiment évident au XVIIe siècle ? Aux siècles suivants, en effet, ces notions ont été tellement véhiculées, démultipliées et utilisées par la propagande patriotique qu’il est nécessaire de revoir leur acception pour l’époque qui nous intéresse. Nous éviterons donc de traiter les différents agents français au service de la Monarchie Catholique de « traîtres » ou de « cinquième colonne » de l’Espagne.

18La question de l’adhésion à une idéologie touche au fonctionnement des sociétés. Dans quelles proportions cette adhésion conditionne-t-elle les rapports au pouvoir ? Comment s’inscrit-elle dans la définition d’une identité ? Comment intervient-elle à l’intérieur d’ensembles politiques où la majorité des populations semble tenue à l’écart de toute vie politique ? Au lendemain de la Ligue, comment s’effectue la mutation idéologique des partisans intransigeants de la suprématie catholique et de quelle(s) manière(s) les pouvoirs réintègrent-ils ces derniers ? Dans quelles catégories se recrutent les individus sensibles aux « sirènes » espagnoles célébrant la défense de la foi catholique ? Derrière cette défense, y a-t-il d’autres motivations ? Et comment s’expriment ces dissensions de sujets du roi de France auprès des représentants espagnols ?

  • 3 M. Fogel, Les cérémonies de l’information.

19Peut-être cette tentative d’évaluation de la force d’un courant idéologique à travers le prisme de l’espionnage est-elle une gageure. La présence du secret demeure une constante tant des négociations diplomatiques que de l’activité de renseignement. En ce siècle de casuistique, on distinguait l’usage de la dissimulation de celui de la duplicité, la seconde consistant à tromper ses interlocuteurs, ce qui jette l’opprobre sur ceux qui l’emploient. Cette position – d’ailleurs toute théorique – oblige à considérer les différents usages du secret à l’intérieur de sociétés où la publicité des sphères politiques était une chose inconnue. Aucun débat ne rend compte des décisions, les dirigeants n’ayant pas de comptes à rendre à quiconque, sinon au souverain. Il existe certes des vecteurs de communication, des « cérémonies de l’information3 », mais pas de champ pour l’opinion publique. Cependant, parallèlement, l’espace privé se trouve réduit et les signes du secret restent difficiles à masquer.

20Ces quelques remarques soulignent la difficulté et l’ambiguïté de tout travail sur le secret, et singulièrement sur l’espionnage, à l’époque moderne. La progression qui a guidé l’exposé de nos investigations procède du général au particulier, de l’abstrait – ou des grandes échelles humaines – au concret et à l’individuel. L’espionnage et les espions s’insèrent dans le cadre général de la diplomatie, comme celle-ci s’exerce au sein des mouvements plus vastes de la société.

21Pour que ces éléments puissent prendre tout leur sens, nous avons choisi tout d’abord de décrire, de définir et de délimiter les éléments essentiels nécessaires à la compréhension des actions des ambassadeurs espagnols et de leurs agents, c’est-à-dire, d’une part, les caractères généraux de la Monarchie Catholique et, d’autre part, les principaux événements internationaux dans lesquels les protagonistes de notre étude sont impliqués et où vient s’inscrire leur action.

22Le cadre général étant ainsi fixé, il était alors possible de rendre compte de la présence des agents diplomatiques du Roi Catholique dans les affaires françaises, c’est-à-dire de définir leur fonction et leurs rapports avec les responsables de la Monarchie, de décrire leurs projets et leurs actions, de faire apparaître les formes de la représentation et leur évolution et d’évaluer les moyens techniques employés au service de cette politique extérieure.

23Après le versant éclairé, la zone d’ombre : la dernière section de notre étude, consacrée au dispositif d’espionnage déployé par l’Espagne contre le royaume de France, s’efforce de rechercher les motivations des « amis » de la monarchie du Roi Catholique et de déterminer le poids de cet engagement idéologique dans la formation des politiques étrangères. La description des actions secrètes a pour corollaire l’approche des conceptions passées qui appartiennent non seulement au champ politique, mais aussi au champ social. Les comportements des divers acteurs révèlent ainsi les catégories auxquelles ils adhèrent.

24Cette étude voudrait ouvrir l’histoire politique à des domaines jusqu’à présent traités sur le mode de l’extrapolation. En effet, les pratiques du secret sont aussi sources de connaissance du fonctionnement des sociétés : elles offrent de nouvelles perspectives historiques.

Notes

1 Alain Rey Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert 1998, t. I, pp. 1091-1092.

2 Ibid., p. 1304.

3 M. Fogel, Les cérémonies de l’information.

Table des illustrations

Légende Carte I. – L’Europe politique vers 1620 (d’après Yves-Marie Bercé, Alain Molinier et Michel Péronnet, Le XVIIe (1620-1640). De la Contre-Réforme aux Lumières, Paris, Hachette Université, 2001 [1re édition 1984] © Hachette Éducation)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2987/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search