Version classiqueVersion mobile

Au service du Roi Catholique

 | 
Alain Hugon

Remerciements

Texte intégral

1Le présent livre est issu d’une thèse d’histoire soutenue à l’université de Caen. Sa rédaction, et les recherches que celle-ci impliquait dans diverses bibliothèques et centres d’archives, n’auraient jamais été possibles sans le concours de très nombreux amis, collègues et professeurs et la mobilisation d’institutions au service des chercheurs. C’est seulement au moment de la publication, à la fin de ce processus de recherche, que l’auteur s’aperçoit que son travail est intrinsèquement un produit social. En ce sens, les aides matérielles et psychologiques, les conseils, les critiques, les débats et les désaccords historiographiques et méthodologiques ont été de formidables appuis à la rédaction de cet ouvrage. Si les remerciements sur lesquels s’ouvre un livre servent à exprimer la gratitude de l’auteur, ceux-ci apparaissent d’autant plus insatisfaisants qu’il est m’est impossible de mentionner toutes les personnes qui m’ont soutenu : je prie ceux et celles dont le nom n’apparaîtrait pas ici de bien vouloir m’en excuser.

2La Casa de Velázquez, avec son cadre impressionnant et sa riche bibliothèque, a joué un rôle central dans mon activité de chercheur. Elle m’a d’abord accueilli en tant que boursier, puis comme membre de 1994 à 1996 et enfin, aujourd’hui, comme auteur. Je ne saurais dire l’étendue de la dette que j’ai contractée envers cette institution qui m’a introduit dans les arcanes de la recherche, m’offrant de nombreuses possibilités de contacts et d’échanges intellectuels et me faisant bénéficier de conditions d’études que je n’imaginais pas jusqu’alors. L’amabilité et la disponibilité des personnels de la bibliothèque – spécialement de Charo Moreno – et des autres services me furent d’un grand secours pendant ces années. Joseph Pérez, premier directeur à me recevoir, sut excuser les nombreuses bévues du néophyte que j’étais ; j’ai profondément apprécié et tenté de suivre ses recommandations et ses indications. En la personne de son successeur, Jean Canavaggio, j’ai trouvé un lecteur attentif, d’autant plus qu’il avait bien voulu s’intéresser déjà à mes recherches pendant son séjour à l’université de Caen. Ma gratitude va également à Gérard Chastagnaret, actuel directeur de la Casa de Velázquez, à qui je dois la parution du présent livre dans cette prestigieuse collection qu’est la Bibliothèque de la Casa de Velázquez. Enfin, la qualité de cette publication a bénéficié de l’investissement personnel et de l’attention pertinente de Vincent Lautié, responsable du service des publications. Ce livre doit beaucoup aussi à Blanca Naranjo, collaboratrice du service, qui en a assuré l’édition.

3Aux Archives de Simancas, Isabel Aguirre m’a servi de guide dans le dédale des séries et des sous-séries. Les recommandations et les remarques des archivistes, ainsi que le travail des agents, ont considérablement facilité mon accès aux sources. À Simancas, le petit-déjeuner était l’occasion de discussions animées qui m’ont familiarisé avec l’espagnol et avec le pays ; je suis redevable aux nombreux participants d’avoir signalé à mon attention de multiples points abordés dans le présent livre. Par ailleurs, je tiens à remercier José Javier Ruiz Ibáñez, Bernardo Hernández Hernández, Mireille Peytavin, Richard Hocquellet, Elizabeth Wright, Pierre Géal, Irène Da Silva, Éric Blanc, Tristan-Patrice Challuleau, Monique Hamon et bien d’autres à Madrid, à Simancas et en France, qui m’ont évité les « déprimes » inhérentes au « doute scientifique ». D’autre part, la pratique informatique est toujours hasardeuse et les aides techniques de Lionel Becquereau furent aussi nombreuses que bienvenues.

4André Zysberg sait bien tout ce qu’il m’a apporté... puisqu’il a réussi à faire reculer mon objet d’étude initial d’environ quatre siècles et à le déplacer de quelque trois mille kilomètres. Il m’épargna ainsi de longues cures d’amaigrissement dans des contrées orientales. Par ses exigences, il a su dynamiser mes problématiques et m’expliquer l’art de l’écriture, auquel je m’essayais laborieusement Sans les suggestions et les encouragements de Christian Hermann, j’aurais manqué de la rigueur propre aux études sur l’Espagne et, au moment de la rédaction, son aide et sa diligence me furent d’un grand réconfort. Comme à beaucoup d’autres hispanistes, l’accueil de Jean-Pierre Dedieu à la Maison des Pays Ibériques de Bordeaux m’a permis de m’initier sans angoisse à l’étude des documents du XVIIe siècle. Pour sa part, et bien qu’étranger aux études des modernistes et à mes recherches, Étienne Fouilloux a su me donner, voici près de trois lustres, la confiance nécessaire à la poursuite des études universitaires.

5Enfin, l’attachement et l’obstination intellectuelle de Danièle Becquereau sont à la racine de tous les mots qui suivent.

© Casa de Velázquez, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search