Version classiqueVersion mobile

Entre el Islam y Occidente

 | 
Mercedes García-Arenal

Résumés

Texte intégral

1Javier Castaño
Prophétisme politique pseudo-isidorien et polémique religieuse chez des auteurs juifs de Castille et de Fez
Dès la guerre de Grenade, vers 1485, et encore pendant les premières décennies du XVIe siècle, on observe un intérêt peu habituel de certains auteurs juifs appartenant à l’élite rabbinique, tant en Castille que plus tard parmi les megorašim de Fez, pour une série de prédictions eschatologiques attribuées de façon apocryphe à Isidore de Séville. Originairement, le cycle chrétien des prophéties « pseudo-isidoriennes » situait l’affrontement dernier des fidèles et des infidèles dans le contexte des réalités hispaniques de la fin du XVe siècle. Les textes hébraïques analysés ici reflètent non seulement un intérêt juif pour ces spéculations eschatologiques mais aussi la nécessité de neutraliser – par la création et la diffusion auprès du public juif de « contre-histoires » – les discours antijuifs liés à l’histoire de la Vindicta Salvatoris. Cette altération permettait ainsi de dissoudre le contenu de la polémique religieuse implicite à ce discours.

2Esperanza Alfonso
‘Abd al - Karim al-Magīlī (n. ca. 1440). Le contexte socio-littéraire d’un poème contre les juifs
Au début du XVe siècle, la situation des communautés juives établies dans la zone du Sahara s’est progressivement dégradée. Les bonnes relations que les juifs de la région avaient entretenues avec les autorités mérinides et waṭṭasides, leur haut degré d’intégration dans la population locale musulmane et la prospérité qu’ils avaient connue jusque-là commencèrent à s’en ressentir. L’absence de sécurité et l’hostilité croissante de la population engendrèrent des événements violents, en particulier la lutte d’Abd al Karīm al-Magīlī (né vers 1440) contre la communauté juive de Tuwāt. Cet article analyse la rhétorique employée paral-Magīlī pour mobiliser la population musulmane, en particulier un poème qui a très bien pu être le détonateur des événements, Ce poème évoque le souvenir d’un autre, écrit plusieurs siècles auparavant par l’Andalou Abū Iṣḥāq de Elvira, poème contemporain des attaques contre le quartier juif de Grenade en 1066 et au cours desquelles mourut Yūstif ibn Nagrella. L’article aborde le contexte littéraire et sociopolitique dans lequel ces deux poèmes ont été écrits ainsi que leur rapport probable.

3Pilar Huerga Criado
Le phénomène marrane ibérique et les communautés séfarades
Au XVIIe siècle, le monde séfarade était constitué par les vieux quartiers juifs de la Méditerranée, les nouveaux quartiers juifs européens et les communautés converties de la péninsule Ibérique, En analysant les relations entre les convertis et les quartiers juifs du Maghreb dans ce cadre élargi, on constate que la communication et les échanges entre eux ont été quantitativement et qualitativement beaucoup moins importants que ceux entretenus par les convertis avec les nouveaux juifs européens. Pour les juifs du Maghreb cela n’apparaît pas comme un phénomène général mais au contraire plutôt exceptionnel ; par ailleurs, la structure des échanges était moins complexe, et par là même plus fragile, ce qui s’explique par leur différente évolution historique.

4Bernardo J. López Belinchón
Aventuriers, négociants et « maestros dogmatizantes ». Juifs nord-africains et judéoconvers dans l’Espagne du XVIIe siècle
Les liens, essentiellement économiques, qui existaient entre les juifs d’Afrique du Nord, et en particulier les megorašim, et les convertis de la Péninsule s’intensifièrent au XVIIe siècle grâce aux relations avec les quartiers juifs atlantiques (Amsterdam) et italiens (Livourne). Ces rapports commerciaux et personnels continus permirent à beaucoup de passer par différents points de ces circuits et de changer alors d’identité religieuse. Ainsi, des convertis ibériques passèrent en Afrique du Nord pour revenir au judaïsme. Simultanément, des juifs d’Afrique du Nord émigrèrent vers la péninsule Ibérique. Outre ceux qui arrivèrent avec une autorisation royale, beaucoup de juifs cherchaient dans la monarchie hispanique une amélioration de leur situation personnelle ou de celle de leur famille. Leur migration s’accompagna d’un changement de leur apparence religieuse par l’intermédiaire du baptême. Bien que certains aient fui le contact des convertis ibériques, d’autres suscitèrent un grand enthousiasme parmi les crypto-juifs en tant que source d’enseignement, comme symboles de leur foi et, dans certains cas, ils contribuèrent à développer un sentiment messianique.

5José Alberto Rodrigues da Silva Tavim
Une « étrange tolérance » de l’Inquisition portugaise. Belchior Vaz de Azevedo et les intérêts des puissances européennes au Maroc dans la seconde moitié du XVIe siècle
Le destin de Belchior Vaz de Azevedo illustre la trajectoire de nombreux nouveaux chrétiens portugais qui ont commencé leur activité en territoire portugais (dans ce cas à Arzila et Tanger) et qui ont fini par entrer au service d’autres souverains intéressés par leurs vastes connaissances pouvant servir leurs desseins en matière de politique économique ou stratégique. Belchior Vaz servit des monarques protestants comme Antoine de Bourbon et Elisabeth Ire d’Angleterre, qui désiraient défendre leurs intérêts au Maroc face à la sphère d’influence hispanique. Il semble s’être converti au protestantisme, comme le montrent les témoignages de Portugais prisonniers en Afrique du Nord. Interrogé par le Saint-Office de Lisbonne en 1562 ou en 1563, Belchior se montra un catholique fidèle même si certains témoins affirmaient qu’il était revenu au judaïsme. En dépit de l’importance – selon les critères de l’époque – des accusations qui étaient portées contre lui, Belchior fut libéré et fut l’introducteur de l’abbé de Brantôme quand, en 1564, celui-ci vint rendre visite au roi Sébastien. Le procès de Belchior Vaz de Azevedo nous conduit une fois de plus à nous interroger sur le fonctionnement de l’Inquisition du point de vue des peines établies et sur la signification de l’expérience religieuse de ces hommes qui naviguaient, pendant le XVIe siècle, entre plusieurs espaces et plusieurs religions.

6Claude B. Stuczynski
Apostats marocains d’origine juive au Portugal (XVI-XVIIe s.). Entre la mission et l’Inquisition
Cet article traite du phénomène des apostats marocains d’origine juive poursuivis par l’Inquisition portugaise vers la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle et des implications du phénomène dans la péninsule Ibérique. Ainsi, du point de vue de la typologie des accusés, on note la présence de caractères spécifiques : parfois proche du nouveau chrétien judaïsant, parfois proche de l’apostat d’origine juive en Italie ou du mourisco au Portugal. Par ailleurs, du point de vue de l’existence d’une mission dans un Portugal obsédé par la répression des nouveaux chrétiens d’origine juive, deux hypothèses sont envisagées : a) la présence des apostats sur le sol portugais met en évidence la contradiction entre la mission, qui inclut le chrétien d’origine juive, et l’Inquisition, qui l’exclut ; b) l’étrange coexistence de ces deux types de rapports à la conversion du juif (la mission et l’Inquisition) peut être comprise sans contradiction dans le contexte historique particulier du Portugal.

7Mercedes García-Arenal
Les juifs de Fez à travers le procès des Almosnino mené par l’Inquisition (1621)
Cette étude se fonde sur les documents de deux procès menés à Lisbonne par l’Inquisition entre 1617 et 1620 contre Isaac y Moisés Almosnino, juifs de Fez. Il s’agit de procès singuliers parce que sont accusés des juifs qui ne s’étaient jamais convertis au christianisme et qui appartenaient à une grande famille de Fez d’origine castillane. Ils illustrent le cas de ces juifs marocains rarement évoqués par les archives européennes : ceux qui ne vivaient pas à la frontière et n’assuraient pas le lien avec les puissances chrétiennes. Les Almosnino furent arrêtés à Goa, dans les Indes portugaises, alors qu’ils accompagnaient la suite de l’ambassadeur de Perse, et ils furent accusés d’être des juifs convertis de Porto. À travers leur procès et les nombreux témoignages qu’ils ont sollicités, nous pouvons brosser le portrait d’un large éventail de familles de juifs marocains : ceux qui vivaient à l’intérieur du pays, au sein de la communauté, ceux qui travaillaient comme agents commerciaux, intermédiaires ou traducteurs des Espagnols et des Portugais, ceux qui, enfin, avaient décidé d’essayer de revenir dans la Péninsule et de se convertir au christianisme. Ce procès nous renseigne également sur l’éducation, les connaissances religieuses et linguistiques de ces juifs, sur leurs stratégies collectives et individuelles, souvent d’ailleurs opposées ou divergentes entre les membres d’une même famille.

8Jean-Frédéric Scbaub
D’Almosnino à Cansino. Un livre et ses contextes
Vers 1650, Jacob Cansino, citoyen juif d’Oran, traduisit en castillan l’œuvre du rabbin de Salonique Moïse Almosnino, Le livre des extrêmes et des grandeurs de Constantinople. En introduction à cet ouvrage, Cansino écrivit un mémoire sur les mérites des services rendus par la famille Cansino à la couronne espagnole. Le livre publié se compose ainsi de deux textes parallèles, ou plutôt, le texte traduit est prétexte au mémoire introductif. Une lecture attentive de ce mémoire permet d’en déceler le double objectif : d’une part démontrer l’utilité des juifs en raison de leur connaissance du monde musulman en général et du monde ottoman en particulier ; d’autre part, soutenir la cause de Jacob Cansino lui-même, qui rédige ce mémoire à Madrid, étroitement surveillé par l’Inquisition et à un moment où il était en concurrence avec un membre de l’autre grande famille juive d’Oran, Jacob Saportas, pour le titre officiel de traducteur royal.

9Juan Ignacio Pulido Serrano
Consentir par nécessité. Les juifs d’Oran sous la Monarchie Catholique aux XVIe et XVIIe siècles
Cette étude décrit la composition démographique, les activités économiques et professionnelles des juifs d’Oran et analyse leur itinéraire à partir du fait unique d’une communauté légalement juive vivant en territoire espagnol. La raison d’État, à la frontière avec le monde musulman, faisait prévaloir la permissivité religieuse sur la pureté de la foi. La présence des juifs était tolérée parce qu’ils étaient nécessaires. Ainsi, lors de leurs missions auprès de la cour, différents membres de la communauté juive d’Oran déclarent leur loyauté et leur fidélité au Roi par-delà leur religion, position soutenue par les gouverneurs de la place, alors que dans le même temps augmentent les pressions de l’Inquisition et les requêtes adressées à la Couronne pour qu’elle expulse les juifs.

10Beatriz Alonso Acero
Les juifs dans un espace frontalier. Les préjugés chrétiens envers la présence juive à Oran
La présence d’une communauté juive dans la ville chrétienne d’Oran entre 1509 et 1669 confère à ce groupe un intérêt particulier dans l’ensemble des juifs du Maghreb à l’époque moderne. Malgré l’importance des métiers et des fonctions exercés par la population juive qui favorisent la continuité espagnole dans cette enclave, les chrétiens entretiennent une certaine suspicion vis-à-vis de leur présence à Oran. Voisins, autorités et Église font preuve d’une commune hostilité pour deux raisons principales : la croissance démographique de la communauté hébraïque, qui au début du XVIIe siècle atteint déjà trois cents membres, et la non-assimilation de cette minorité, héritière de la faible intégration des juifs dans la Péninsule avant l’expulsion de 1492. L’analyse de ces deux facteurs permet de comprendre la tension croissante liée à la présence juive à Oran, cette dernière étant soutenue fondamentalement par la Couronne, conseillée par le Conseil de guerre et le Conseil d’État.

11Bernard Vincent
Juifs et esclavage à Oran
Les familles juives d’Oran ont été jusqu’à leur expulsion de la place en 1669 au cœur de toutes les transactions tant économiques que diplomatiques. Le domaine du trafic des esclaves ne fit pas exception. Les juifs sont à la fois propriétaires et intermédiaires. Les modalités complexes de leurs interventions illustrent bien à la fois l’ambiguïté de leur statut et l’éminence de leur rôle au sein de la société locale.

12Eloy Martín Corrales
Commerce frontalier. Les juifs maghrébins comme intermédiaires dans les échanges nord-africains (XVIe-XVIIIe s.)
Les juifs du Maghreb jouèrent un rôle important en tant qu’intermédiaires dans les relations commerciales (comme dans les relations politiques, diplomatiques et même militaires) entre l’Espagne et le Maghreb. Ce rôle fut possible parce que les échanges commerciaux ne connurent pas d’interruption (sauf lors d’interdictions temporaires et partielles de l’un ou l’autre côté) pendant les longues périodes d’affrontement entre les deux camps de 1492-1509 et 1767-1791. Bien que les juifs ne fussent pas les seuls agents du commerce hispano-maghrébin (participèrent également Espagnols vieux-chrétiens, morisques, Français, Anglais, Hollandais, Génois, etc., ainsi que racheteurs de captifs, esclaves – musulmans en Espagne et chrétiens au Maghreb – et renégats), ils contribuèrent amplement aux échanges marchands. Ils y participèrent depuis les ports marocains, algériens et tunisiens ; depuis les villes occupées par les Espagnols sur le littoral nord-africain (Oran, Bougie, Larache, Melilla, Vélez et Ceuta) dans lesquelles ils furent autorisés à s’installer après 1492 et demeurèrent au cours du XVIe, du XVIIe et même du XVIIIe siècle ; enfin, depuis divers ports européens (Marseille, Livourne, Gibraltar, etc.) et, lors de voyages plus ou moins longs, depuis le territoire espagnol.

13Yehoshua Frenkel
Sources hébraïques et arabes pour l’étude de l’histoire des juifs du Maroc (XVIe-XVIIIe s.)
Les sources arabes et hébraïques du Maroc aux XVIIe et XVIIIe siècles nous offrent une vision de sa population juive bien différente de celle obtenue à partir des sources et des documents européens de l’époque. Le but de cette étude est double ; d’une part, souligner la contribution des sources arabes et hébraïques pour la connaissance des communautés juives marocaines et, d’autre part, évaluer et interpréter la différence des informations données par ces sources par rapport aux sources européennes, en particulier en ce qui concerne le rôle des juifs comme médiateurs entre l’Europe et le royaume ‘alawite-filalien.

14Leïla Maziane
Les juifs marocains sous les premiers sultans ‘alawites
Dès le XVe siècle, le Maroc s’est ouvert à de puissantes colonies étrangères tels que les renégats, les morisques et les juifs chassés d’Espagne. Cette forme d’émigration lui a, certes, permis de tisser des réseaux extérieurs et correspondants privilégiés sur les marchés qui l’intéressent le plus. Ces relations étaient le plus souvent l’œuvre de la communauté juive qui, bien que minoritaire démographiquement, a constitué une véritable société avec sa culture, sa langue et sa justice et a pu exercer pendant longtemps et de manière spécifique, des fonctions économiques importantes, voire indispensables.

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search