Version classiqueVersion mobile

Entre el Islam y Occidente

 | 
Mercedes García-Arenal

Les juifs marocains sous les premiers sultans ‘alawites

Los judíos marroquíes bajo los primeros sultanes de la dinastía ‘alawí

Moroccan Jewish under the First ‘Alawī Sultans

Leïla Maziane

Résumé

Dès le XVe siècle, le Maroc s’est ouvert à de puissantes colonies étrangères tels que les renégats, les morisques et les juifs chassés d’Espagne. Cette forme d’émigration lui a, certes, permis de tisser des réseaux extérieurs et correspondants privilégiés sur les marchés qui l’intéressent le plus. Ces relations étaient le plus souvent l’œuvre de la communauté juive qui, bien que minoritaire démographiquement, a constitué une véritable société avec sa culture, sa langue et sa justice et a pu exercer pendant longtemps et de manière spécifique, des fonctions économiques importantes, voire indispensables

Texte intégral

  • 1 N. Roth, Conversos, Inquisition and the Expulsion of Jews from Spain J. H. Edwards, The Jews in Wes (...)
  • 2 J. H. Edwards, The Jews in Western Europe, p. 62.
  • 3 A. Chouraqui, Marche vers l’Occident. Les juifs d’Afrique du Nord, pp. 66-67 (cité par Ch. de La(...)

1À côté de leurs coreligionnaires qui étaient déjà établis depuis des siècles, d’autres juifs trouvèrent refuge au Maroc suite à l’expulsion d’Espagne de quelque 150.000 d’entre eux dès l’année 14921. Ils s’éparpillèrent sur tout le pourtour de la Méditerranée, mais la majorité d’entre eux débarquèrent sur les côtes d’Afrique du Nord2 pour s’assimiler après quelques générations aux judéo-arabes et aux judéo-berbères, les toshavim, qu’ils avaient trouvés sur place. Ils y fondèrent d’importantes communautés, aussi bien dans les milieux urbains comme Fès, Meknès et Marrakech et dans les villes portuaires comme Safi, Rabat, Salé, Tétouan, Larache, Arzila et Tanger3 que dans les centres régionaux secondaires : Seffou, Debdou, Taroudant... À en croire les contemporains, ils privilégièrent les cités maritimes, où ils surent parfaitement s’insérer dans le schéma économique et donnèrent aux activités commerciales et artisanales une impulsion certaine.

2Mais quel était leur statut sous les chérifs ‘Alawites ?

  • 4 Archivo General de Simancas, Secretaría de Estado (1509-1789), Zalé, leg. E2677.

3Comme le soulignent largement les textes de l’époque, les juifs espagnols établis au pays des chérifs, nommés les megorašim (« les expulsés »), maintinrent l’usage du castillan, qui leur permettait de communiquer avec des interlocuteurs de différents horizons européens4. C’est d’ailleurs ce qui ressort du témoignage du capitaine anglais John Braithwaite, qui écrivait, dans la première moitié du XVIIIe siècle :

  • 5 J. Braithwaite, Histoire des révolutions de l’Empire du Maroc, p. 431.

Les juifs, dont le plus grand nombre sont des familles juives qu’on chassa d’Espagne et du Portugal [...], ont retenu jusqu’à présent leur ancien langage, ce qui leur donne la facilité de commercer avec les étrangers dans les ports de mer5.

  • 6 Ch. De La Véronne, Vie de Moulay Isma’īl, roi de Fès et du Maroc, d’après Joseph de Léon, p. 68 ; S (...)
  • 7 La communauté musulmane ne niait pas les communautés juive et chrétienne – Ahl al Kitāb les « gens (...)
  • 8 H. Zafrani, Les juifs du Maroc. Vie sociale, économique et religieuse, p. 129.
  • 9 C’est au XIVe siècle, sous les Mérinides, que fut construit le premier quartier juif distinct au Ma (...)

4Les communautés juives chassées de la péninsule Ibérique avaient en effet conservé leurs lois religieuses et étaient régies administrativement par l’intermédiaire de leurs synagogues. L’ensemble de la communauté était gouverné par un chef particulier, le nagīd, qui assurait en même temps la liaison avec le Makhzen6. Minoritaires, les megorašim étaient placés dans une situation de tributaires à l’égard du pouvoir, c’est-à-dire qu’ils payaient le tribut (jizya) au trésor royal. Il s’agit d’une capitation, impôt établi par la loi coranique, frappant les Ahl al-Kitāb, les « gens du Livre », juifs et chrétiens7, et dû par tout mâle pubère. La communauté en était redevable collectivement et la répartissait entre ses membres selon leur fortune8. Elle devait aussi la hadiya ou cadeaux lors de grandes fêtes. À cela s’ajoutaient, dans certaines périodes troublées, des taxations forfaitaires souvent lourdes, mais dans ce cas ces contributions frappaient aussi les musulmans, fin contrepartie, le pouvoir central garantissait la sécurité des routes commerciales, ce qui profitait à l’activité économique générale, comme il concédait, dans les grandes villes, un terrain pour le quartier juif (le mellah)9, dont il assurait la protection par des troupes. Au sujet des juifs de Meknès, André Mayo, un captif génois qui végéta vingt-sept années dans les bagnes du Maroc, notait :

  • 10 Archivo Histórico Militar de Madrid, Colección General de documentos, África, Asuntos Generales, 4. (...)

Pagan de tributo al Rey 3 quints. de plata cada mes; les ha permitido el tener una sinagoga en un quartel separado, con un guardia para que sus hijos que son mui traviesos no lo alboroten y no se les haga ningun daño; esta guardia esta entretenida a espenzas de los mismos judíos10.

5Mais quel rôle ont-ils pu jouer sur le plan économique et diplomatique ?

  • 11 Sh. Deshen, La vie juive au Maroc à l’époque précoloniale, pp. 44-45.
  • 12 Algemeen Rijksarchief (La Haye), Archives des États-Généraux (AR, AEG), Secrete Kast Barbarijen, li (...)
  • 13 AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 12594.21 ; 12594.30 ; 12594.31b ; 12594.30a ; 12594.32 ; (...)

6C’est parmi les membres de cette communauté que les sultans – notamment Mūlāy Isma‘il (1672-1727) – puisent de préférence leurs agents. En raison de leur expérience commerciale, ces juifs sont à même de seconder judicieusement leurs plans, cependant que leur statut de «ahl al-dhimma i les maintient en état de sujétion11. Le fait que les juifs soient « politiquement » neutres en a fait des agents sûrs pour le pouvoir, qui leur confie aussi bien les affaires commerciales – tujjār al-sultān, « négociants du sultan » – que la frappe de la monnaie. L’histoire économique du règne de Mūlāy Ismā‘īl ne passe-t-elle pas par ces Maymorān, ces Toledano ou ces Ben ‘Attār12 qui non seulement furent les cheikhs des juifs, c’est-à-dire les chefs de leurs communautés, postes assez lucratifs et prestigieux, mais aussi financiers du sultan, diplomates et commerçants13 ? Pour les mêmes raisons, le Makhzen confiait à des notables juifs des fonctions publiques ou des missions diplomatiques.

  • 14 Ch. de La Véronne, Vie de Moulay Isma’īl, roi de Fès et du Maroc, p. 68 ; Sh. Deshen, La vie juive (...)
  • 15 S. Lévy, « La communauté juive dans le contexte de l’histoire du Maroc », p. 108 et n. 4.

7Les juifs vivent presque exclusivement de l’artisanat et du commerce et n’exercent en fait de métier que ceux de joaillier et de tailleur14. Dans l’artisanat, des branches leur sont strictement réservées et ils jouent un rôle important sur le plan commercial, notamment dans le système de distribution, à partir des échanges internationaux et de la production des villes, jusqu’aux marchés les plus lointains du pays15. Et comme le Makhzen a un rôle spécifique dans ces échanges, les commerçants juifs jouent un élément important de la fonction commerçante du Makhzen.

8D’après une description anonyme de 1674, ce sont bien eux qui tiennent le commerce à Tanger :

  • 16 Ch. de La Véronne, Vie de Moulay Isma’īl, roi de Fès et du Maroc, p. 88 ; Lettre de Partyet au Maré (...)

Los que al presente ay, fuera de ser corredores, tienen también algún comercio con Tetuán y Salé16.

  • 17 Ch. de La Véronne, Vie de Moulay Isma’īl roi de Fès et du Maroc, p. 34.

9S’occupant du négoce, les juifs tangérois servaient d’intermédiaires pour toutes sortes de transaction, principalement avec les Espagnols17. Certains d’entre eux possèdent des maisons de commerce à Tétouan et à Salé. Écoutons attentivement un autre témoignage de la seconde moitié du XVIIIe siècle :

  • 18 Précis historique sur les nations barbaresques, p. 81.

Les juifs sont les principaux facteurs et négociants du pays. Ils se dédommagent, par des profits immenses, des taxes exorbitantes dont on les accable journellement18.

  • 19 W. Lemprière, Voyage dans l’Empire du Maroc et le royaume de Fès, p. 94.
  • 20 Lettre de Lagny à Thomas Le Gendre le jeune, du 30 juin 1687, dans SIHM France (2e série), t. III, (...)

10Le chirurgien anglais William Lemprière n’écrit-il pas, à son tour, que les juifs de Rabat et Salé ont la direction de toutes les affaires pécuniaires et commerciales19 ? Propos corroborés par d’autres témoignages, notamment celui de Lagny, daté du 30 juin 1687, qui note que le commerce de Salé est entre leurs mains, les marchands français étant de simples prête-noms20.

  • 21 Cl. Larquié,« Le rachat des chrétiens en terre d’Islam au XVIIe siècle », p. 318.
  • 22 B. Simiot, «Pérez, le renégat»; Archivo General de la Administración de Alcalá de Henares, Sección (...)

11Dans cette communauté, on trouve des notaires21 et des agents de douane22 : un rôle qu’ils assumaient tant à Salé, la première ville portuaire du Maroc isma’ilien, que dans les autres places marocaines. C’est ce que laisse entendre Maurepas, le secrétaire d’État à la Marine, dans une lettre adressée à Sturla en août 1725-, où il mentionne les plaintes des négociants français et anglais de Sainte-Croix contre les

  • 23 Lettre de Maurepas à Sturla (4 août 1725), dans SIHM France (2e série), t. VII, pp. 179-180.

mauvais traittements que leur faisoit le gouverneur de ce port et les juifs qui sont chargés d’y recevoir les douanes23.

12Décrivant les juifs du Maroc, le Rouennais Thomas Le Gendre écrit :

  • 24 Thomas Le Gendre fait partie d’une riche famille protestante qui eut, dans le commerce de Rouen aux (...)

[Ils] s’entremettent fort dans le commerce et dans les fermes, prenant ordinairement à ferme ou à rente les droits du roy des entrées et sorties, à cause de quoy on appelle ceux-là rentiers ; et ainsi, il faut en effet souvent passer par leurs mains24.

  • 25 Projet de traité de paix et de commerce entre la France et le Maroc (9 octobre 1725), dans SIHM Fra (...)
  • 26 Cl. Larquié, «Simbolismo, cultura y pedagogía en las redenciones de cristianos», p. 14 ; Id., « Le (...)
  • 27 AGAA, carta de Miguel Páez en 1766.
  • 28 Traité entre l’Angleterre et le Maroc, du 24 au 28 janvier 1721, dans SIHM France (2e série), t. VI (...)
  • 29 Il s’agirait sans doute d’el-’Arbi Jbilo, juif secrétaire de Ben ‘Attār, voir SIHM France (2e série (...)

13D’autres membres de la communauté juive servirent d’interprètes25. Ce fut le cas de Mejia et de Mahamet Aduala, choisis comme tels lors de l’opération de rachat de captifs menée par les mercédaires espagnols au Maroc en 166126 ; ce fut également le cas de Beniso, «que habla no mal el español, suele igualmente servir de interprete y de secretario», ou d’Aaron Barrios, qui servit d’interprète pour le caïd de Larache auprès de Miguel Páez27. Larbi Shabitou, le secrétaire de Moïse Ben ‘Attār28, fut quant à lui le traducteur des articles de paix29.

  • 30 D. de Torres, Relation de l’origine et succès des chérifs, p. 94 ; Relation de Thomas Le Gendre, da (...)
  • 31 Libro de la Redención de cautivos en Tetuán hecha en Tanger ; R. Fréjus, Relation d’un voyage fait (...)
  • 32 P.-F. Dan, Histoire de Barbarie et de ses corsaires, p. 89 ; L. del Mármol Carvajal, Descripción ge (...)
  • 33 Relation de Thomas Le Gendre, dans SIHM France (1re série), t. III, p. 723.
  • 34 L. Desmay, Relation nouvelle et particulière du voyage des RR. PP. de la Mercy, p. 97.
  • 35 D. Busnot, Histoire du règne du Mouley Ismaël, p. 17 ; AGAA, carta de Miguel Páez en 1766.
  • 36 L. del Mármol Carvajal, Descripción general de África, t. II, pp. 60 et 170.

14Omniprésents, les juifs du Maroc. « Grands trompeurs », écrit Thomas Le Gendre, exerçant leur industrie tantôt aux dépens des chrétiens, tantôt aux dépens des musulmans30, ils sont considérés comme les intermédiaires obligés ou presque de toute transaction diplomatique ou commerciale entre l’Europe ou la Barbarie31. Leur condition paraît tantôt misérable, tantôt enviable. Ils sont maltraités et méprisés par les musulmans32, mais cette infériorité sociale semble être largement compensée par de gros avantages économiques. À l’intérieur, beaucoup d’entre eux ont su bâtir des fortunes par la course, le commerce, la manipulation des monnaies et des métaux précieux. Ils ont ainsi pratiquement le monopole de l’orfèvrerie33, de l’usure34, de la gestion des finances publiques35 et privées36.

  • 37 D. de Torres, Relation de l’origine et succès des chérifs, p. 94 ; Miraculeuse rédemption des capti (...)
  • 38 G. Mouette, Relation de la captivité du Sr. Mouëtte dans les royaumes de Fez et du Maroc, où il a d (...)
  • 39 Lettre de Jezreel Jones à Joseph Addison, du 21 mai 1717, dans D. Meunier, « Le consulat anglais à (...)
  • 40 Mémoire de Jean-Baptiste Estelle (6 juillet 1690), dans SIHM France (2e série), t. III, p. 303 ; Le (...)
  • 41 J.-P. Filippini, « Les juifs d’Afrique du Nord et la communauté de Livourne au XVIIIe siècle » ; Id(...)
  • 42 J.-L. Miège, « Les activités maritimes et commerciales de Tétouan », p. 9 et n. 31.
  • 43 Introduction critique, dans SIHM France (1re série), t. III, p. 562 et n. 1.
  • 44 Mémoire de Jean-Baptiste Estelle, du 16 et 23 octobre 1693, dans SIHM France (2e série), t. IV, p. (...)
  • 45 Cl. Larquié, «Simbolismo, cultura y pedagogía en las redenciones de cristianos», p. 15.
  • 46 Sur le rôle de la famille Pallache entre Marrakech et Amsterdam au début du XVIIe siècle, voir SIHM (...)
  • 47 J. Mathiex, « Trafic et prix de l’homme en Méditerranée aux XVIIe et XVIIIe siècles », p. 160, n. 2
  • 48 G. Turbet-Delof, La presse périodique française et l’Afrique barbaresque au XVIIe siècle, pp. 189-1 (...)

15À l’extérieur, les juifs assurent le contrôle de la plus grande partie des échanges, depuis les esclaves, dont ils sont les grands trafiquants37, jusqu’à la petite quincaillerie38. Aussi la plupart des opérations de rachat de captifs s’effectuent par leur intermédiaire39. Ils sont en relation avec les différentes places portuaires de l’Europe et de la mer Intérieure, notamment Livourne, qui servait de plaque tournante au trafic en Méditerranée occidentale40 et où s’était constituée une importante colonie de juifs qui était en liaison avec toute la diáspora séfarade éparpillée à travers la Méditerranée41. Des liens de parenté les unissent : on voit un Livournais à Livourne, son cousin à Marseille, l’un de ses parents à Tétouan, un autre à Alger42. Ils négocient entre eux par un ingénieux système de compensation. Ainsi, les juifs pratiquent eux-mêmes, et pour leur grand profit, le rachat de captifs. En 1637, Isaac Pallache passe un contrat avec les parents de captifs marseillais qui promettent 17.000 florins pour la délivrance de leurs enfants, en plus du remboursement des frais divers43. L’échange de captifs portugais contre des captifs marocains prévu pour l’année 1696 s’est fait grâce à l’avance d’une somme de 60.000 piastres à un juif résidant à Amsterdam, choisi par le « trésorier du sultan », qui n’est autre que Maymorān44 Les juifs avancent ces fonds au Maroc et se font rembourser chez leurs partenaires installés en Italie, en Hollande et dans la péninsule Ibérique – Portugal inclus45 –, qui leur retournent leurs avoirs sous forme de marchandises pour le marché marocain : tabac, épices, etc. Bref, ils sont les maîtres du marché de l’argent. Quant aux trafics illicites, sans en avoir bien entendu l’exclusivité, ils s’y adonnent avec une compétence tout à fait remarquable, qu’il s’agisse du recel de petite envergure, de la contrebande d’armes à grande échelle46, du commerce interlope du port de Livourne qui consiste en musulmans réduits en esclavage47 au mépris de la « foi publique » et en marchandises « déprédées » rachetées « à l’encan » sur les marchés barbaresques48.

  • 49 D. Meunier, « Le consulat anglais à Tétouan sous Anthony Hatfeild (1717-1728) », p. 45, n. 13, pp. (...)
  • 50 G. Mouette, Histoire des conquestes de Mouley Archy..., t. II, p. 177 ; J. Cornelis de Bakker, Slav (...)
  • 51 À sa mort, survenue en 1723, il fut remplacé par Moïse Ben ‘Attār pour remplir les de conseiller.
  • 52 AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 12594.32 ; SIHM France (2e série), t. VI, p. 852 ; SIHM F (...)

16Les relations diplomatiques entre le pays des chérifs et l’Europe passent également par ces grandes familles juives49, auxquelles incombent les missions délicates vers les États-Généraux, où ils sont en contact permanent avec les séfarades établis aux Pays-Bas. Chaque ambassade est, en quelque sorte, l’occasion de renouveler la demande de provisions en armes et munitions destinées aux opérations de la guerre de course et aux campagnes militaires des sultans50. Tel est le cas des frères Pallache, chassés comme eux de la péninsule Ibérique et devenus si importants qu’ils peuvent demander aux États-Généraux l’exemption des droits de douane pour les articles exportés au Maroc et pour l’importation des munitions, de la poudre et des armes destinés aux chérifs. Les juifs portugais réfugiés en Hollande, tels les frères Querido, exportent ouvertement boulets et poudre pour la citadelle de Salé-le-Neuf en 1624, bien que ce trafic fut interdit et, en 1631, ils importent aux Pays-Bas du blé à partir de la cité-corsaire salétine. C’est ce qui ressort, d’ailleurs, de l’abondante correspondance échangée entre le Maroc ismā’ilien et les Provinces-Unies. En effet, Mūlāy Ismā‘īl eut dans son entourage des personnalités juives de haut rang. Joseph Maymorān l’a aidé financièrement à monter sur le trône et à sa mort, survenue en 1683, son fils Abraham fut appelé, à son tour, à la cour pour remplir les mêmes fonctions que son père, Il joue un rôle considérable dans la cour du Chérif51. Dans une lettre, adressée le 10 novembre 1699 aux États-Généraux, le Sultan s’arrête longuement sur les innombrables services rendus par son « grand favori », le banquier et conseiller, Abraham Maymorān, notamment pour les affaires touchant à la libération des captifs hollandais52.

  • 53 J. Cornelis de Bakker, Slaves, Arms and Holy War, p. [8. Au sujet d’un office célébré dans la synag (...)
  • 54 AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 12594.31, 12594.32, 12594.36 et 12578.52. Il existe en ef (...)
  • 55 AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 12594.31, 12594.32, 12594.36 et 12578.52 ; R. Attal, « Un (...)

17C’est aussi le cas d’un autre conseiller, Daniel Toledano, dont le fils Joseph était envoyé en mission diplomatique aux Pays-Bas, où il a été reconnu comme un envoyé extraordinaire53. Il fut l’artisan, en 1683, de la signature du traité du commerce conclut entre l’empire des chérifs et les États-Généraux de Hollande. Plus tard, le fils de ce dernier, Haïm Toledano, est chargé du poste d’ambassadeur de Mūlày Ismā‘īl en Grande-Bretagne en 1692. Parlant couramment l’espagnol, Haïm Toledano a joui en effet d’une influence et d’un prestige exceptionnels. C’est d’ailleurs ce que laisse entrevoir la correspondance le concernant avec les États-Généraux54 et dont témoigne le captif Isaïe Barteau, qui, dans une lettre adressée le 20 août 1699 à un marchand de Flessingue, parle d’« un juif qui fait ce qu’il veut auprès du Roy», pour souligner un peu plus loin qu’il s’agit de Yūsuf Toledano, le frère de Haïm, « qui peut tout auprès du Roÿ55 ».

  • 56 Moïse Ben ‘Attar : ce marchand fut l’un des favoris juifs de Mūlāy Ismā‘īl. Son génie financier et (...)
  • 57 AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 7126.4, esclaves hollandais de Meknès à Optenoorth (11 av (...)
  • 58 On voit notamment sa signature au bas d’un traité de commerce avec la Grande-Bretagne, conclu par l (...)

18Le troisième personnage ayant joué un rôle de premier plan sous le règne du sultan Mūlāy Ismā‘īl est Moïse Ben ‘Attār56. Ancien chef de la communauté de Taroudant, il a quitté celle-ci pour s’installer dans la nouvelle capitale Meknès. Son intelligence et ses qualités le signalent à l’attention de Mūlày Ismā‘īl, qui l’intègre à sa cour. Ben ‘Attār a bénéficié durant de nombreuses années de la faveur du Sultan. Toutes les affaires extérieures du pays lui étaient confiées57. Il est habilement secondé par son frère Abraham Ben ‘Attār qui réside à Tétouan et le met au courant de ce qui se passe en dehors de l’Empire. Il a des agents, à Cadix, à Gibraltar et ailleurs, qui le renseignent sur tout ce qui intéresse le Maroc58.

19De leur côté, les Hollandais, dans leurs négociations avec le pays des chérifs, n’ont pas hésité à envoyer, à la tête de leurs délégations, des représentants de la communauté juive. En 1682, ce sont Joseph et Jacob Mesquita qui accompagnent le consul hollandais Smits Heppendorp auprès de Mūlāy Ismā‘īl :

  • 59 Lettre de Saint-Amans à Seignelay (23 nov. 1682), dans SIHM France (2e série), t. II, p. 288. Au co (...)

Ils ont envoyé pouvoir [écrit Saint-Amans] à deux juifs de traicter la paix pour eus avec ce prince59.

  • 60 Mémoire de Jean-Baptiste Estelle, du 6 juillet 1699, dans SIHM France, t. V (2e série), p. 372 ; Mé (...)

20En 1699, c’est Guidon Méndez qui occupa le poste de consul hollandais au Maroc60.

  • 61 A. Guigui, « Historique de la communauté juive de Meknès ».
  • 62 Sur le rôle de ce personnage dans la politique extérieure du Maroc, voir Archivo Histórico National (...)
  • 63 A. Guigui, « Historique de la communauté juive de Meknès », p. 120 et n, 11. Le ministre des financ (...)

21Cette omniprésence des juifs était appelée à durer : l’influence de cette communauté sera encore attestée bien plus tard, sous le règne de Sidi Mohammad ben Abdallah (1757-1790), dont les grands favoris étaient Mardekhai Chriqui, Mess‘ūd Benzikrī61 et Samuel Sumbel, lequel fut choisi pour conduire une ambassade marocaine au Danemark62, De même, le sultan Mūlāy Sulaymān (1792-1822) avait plusieurs ministres juifs dont deux, Mesod Cohen puis plus tard Meir Cohen, le représentèrent auprès de la cour d’Angleterre63.

Bibliographie

Bibliographie

Attal, Robert, « Un ambassadeur juif du Maroc dans la synagogue d’Amsterdam en 1691 », Revue des études juives, 142 [juillet-décembre] 1983, pp. 461-463.

Bedarida, Guido, Ebrei di Livorno. Tradizione e gergo, Florence, Felice Le Monnier, 1956.

Braithwaite, John, Histoire des révolutions de l’Empire du Maroc depuis la mort du dernier empereur Moulay Ismaël, qui contient une relation exacte de ce qui s’est passé dans cette contrée pendant Vannée 1727 et une partie de 1728, Amsterdam, Pierre Mortier, 1731.

Browm, Kenneth, « Une ville et son Mellah : Salé (1880-1930) », dans Juifs du Maroc. Identité et dialogue. Actes du colloque international sur la communauté juive marocaine. Vie culturelle, histoire sociale et évolution (Paris, 18-21 décembre 1978), Grenoble, La Pensée Sauvage, 1980, pp. 187-199.

– «An Urban View of Moroccan History. Salé (1000-1800)», Hespéris-Tamuda, 12, 1997, pp. 5-106.

Brunot, Louis, Textes arabes de Rabat (2 vol.), Paris, Paul Geuthner, coll. « Institut des Hautes Études Marocaines », 1931.

Busnot, le P. Dominique, Histoire du règne de Mouley Ismaël, roy du Maroc, Fez, Tajilet, Sous, etc., Rouen, Guillaume Behourt, 1714 (2 parties en 1 volume), 2e éd., Rouen, Pierre Machuel, 1731.

Cahen, Claude, article Dhimma, dans Encyclopédie de l’Islam (nouvelle édition), [10 vol.), Leyde, E. J. Brill, 1960-2002, t. II (1965), pp. 234-238.

Chouraqui, André, Les juifs d’Afrique du Nord. Marche vers l’Occident, Paris, Presses Universitaires de France, 1952.

Cohen, David, « Les communautés juives des villes côtières au Maroc entre 1880 et 1940 », dans Juifs du Maroc. Identité et dialogue. Actes du colloque international sur la communauté juive marocaine. Vie culturelle, histoire sociale et évolution (Paris, 18-21 décembre 1978), Grenoble, La Pensée Sauvage, 1980.

Cornelis de Bakker, Johan, Slaves, Arms and Holy War, Moroccan Policy vis-à-vis the Dutch Republic during the Establishment of the‘Alawī Dynasty (1660-1727), thèse soutenue le 2 mai 1991 à Amsterdam (inédite).

Dan, le R. P. Pierre-François, Histoire de Barbarie et de ses corsaires, des royaumes et des villes d’Alger, de Tunis, de Salé et de Tripoli, Paris, Pierre Rocolet, 1637 (2e éd., 1649).

Deshen, Shlomo, Les gens du Mellah. La vie juive au Maroc à l’époque précoloniale, trad. par Janine Gdalia, Paris, Albin Michel, 1991.

Desmay, Louis, Relation nouvelle et particulière du voyage des RR. PP. de la Mercy aux royaumes de Fez et du Maroc pour la rédemption des captifs chrétiens négociée en l’année 1681 avec Mouley-Ismaël, roy de Fez et du Maroc, Paris, Gervais Clousier, 1682.

– Voyage de Monseigneur le baron de Saint-Amans, Lyon, H. Baritel, 1696.

Edwards, John H., The Jews in Western Europe (1400-1600), trad. et éd. par John Edwards, Manchester, Manchester University Press, 1994.

Eisenbeth, Maurice, Les juifs au Maroc. Essai historique, Alger, Charras, 1948.

Filippini, Jean-Pierre, « Livourne et l’Afrique du Nord au XVIIIe siècle », Revue d’histoire maghrébine [Tunis], 7-8, 1977, pp. 125-149.

– « Les juifs d’Afrique du Nord et la communauté de Livourne au XVIIIe siècle», dans Jean-Louis Miège (dir.), Les relations intercommunautaires juives en Méditerranée occidentale (XIIIe-XXe siècles). Actes du colloque international de l’Institut d’histoire des pays d’outre-mer et du Centre de recherches sur les juifs d’Afrique du Nord (Abbaye de Sénanque, mai 1982), Paris, CNRS, 1984, pp. 60-69.

Fréjus, Roland, Relation d’un voyage fait dans la Mauritanie en Afrique, Paris, Gervais Clousier, 1670 ; rééd. dans Sources inédites de l’histoire du Maroc (Les –). Deuxième série : dynastie filalienne. Archives et bibliothèques de France (7 vol.), Paris, Paul Geuthner, t. I : 1661-1682 (1922, éd. Henry de Castries), pp. 121-188.

García-Arenal Mercedes et Gerard Wiegers, Entre el Islam y Occidente. Vida de Samuel Pallache, judío de Fez, Madrid, Siglo XXI, 1999 (cité M. García-Arenal et G. Wiegers, Vida de Samuel Pallache, judío de Fez).

Germain, Alexandre-Charles, L’œuvre de la rédemption des captifs à Montpellier d’après les documents originaux, Montpellier, Imprimerie de Jean Martel Aîné, 1865, extrait des Publications de la Société archéologique de Montpellier, t. V.

Guigui, A., « Historique de la communauté juive de Meknès », dans Jean-Louis Miège (dir.), Les relations intercommunautaires juives en Méditerranée occidentale (XIIIe-XXe siècles). Actes du colloque international de l’Institut d’histoire des pays d’outre-mer et du Centre de recherches sur les juifs d’Afrique du Nord (Abbaye de Sénanque, mai 1982), Paris, CNRS, 1984, pp. 118-128.

Hirschberg, Haim Z., «Jews and Jewish Affairs in the Relations between Great Britain and Morocco in the Eighteenth Century», dans H. J. Zimmels, J. Rabbinowitz et I. Finestein (éd.), Essays Presented to Chief Rabbi Israel Brodie on the Occasion of hies Seventieth Birthday (2 vol.), Londres, Soncino Press, 1967.

– A History of Jews in North Africa (2e éd.), [2 vol.], Leiden, E. J. Brill, 1974-1981.

Ladero Quesada, Miguel Ángel, «El número de judíos en la España de 1492. Los que se fueron», dans Ángel Alcalá Galvé (éd.), Judíos, sefarditas, conversos. La expulsión de 1492 y sus consecuencias. Actas del Congreso Internacional (Nueva York, noviembre de 1992), Valladolid, Ámbito, 1995, pp. 170-180.

Larquié, Claude, « Le rachat des chrétiens en terre d’Islam au XVIIe siècle (1660-1665) », Revue d’histoire diplomatique, 4, 1980, pp. 297-351.

– «Simbolismo, cultura y pedagogía en las redenciones de cristianos durante el siglo XVII», Áreas [Murcie], 6, 1986, pp. 11-16.

La Véronne, Chantal de, Tanger sous l’occupation anglaise d’après une description anonyme de 1674, Paris, Paul Geuthner, 1972.

– Vie de Moulay Isma’īl, rot de Fès et du Maroc, d’après Joseph de Léon (1708-1728), Paris, Paul Geuthner, 1974.

– Sources françaises de l’histoire du Maroc au XVIIIe siècle, Tunis, « Publications de la revue d’histoire maghrébine » (6), 1981.

Lemprière, William, Voyage dans l’Empire du Maroc et le royaume de Fès fait pendant les années 1790 et 1791, trad. par M. de Sainte-Suzanne, Paris, Tavernier, 1801.

Lévy, Simon, « La communauté juive dans le contexte de l’histoire du Maroc du XVIIe siècle à nos jours », dans Juifs du Maroc. Identité et dialogue. Actes du colloque international sur la communauté juive marocaine. Vie culturelle, histoire sociale et évolution (Paris, 18-21 décembre 1978), Grenoble, La Pensée Sauvage, 1980.

Libro de la Redención de cautivos en Tetuán hecha en Tanger; Madrid, 1741.

Mármol Carvajal, Luis del, Descripción general de África (1573-1599), trad. par Nicolas Perrot d’Ablancourt, Paris, Louis Billaine, 1667.

Mathiex, Jean, « Trafic et prix de l’homme en Méditerranée aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 9e année, avril-juin 1954, n° 2, pp. 157-164.

Meunier, Dominique, « Le consulat anglais à Tétouan sous Anthony Hatfeild (1717-1728). Étude et édition de textes », Revue d’histoire maghrébine [Tunis], 19-20, 1980, pp. 233-304.

Miège, Jean-Louis, « Les activités maritimes et commerciales de Tétouan (XVIII-XIXe siècles) », conférence présentée à la faculté des Lettres de Tétouan le 17 avril 1992 (inédite).

Miraculeuse rédemption des captifs faite à Salé, coste de Barbarie, sous les heureux auspices du Sacre du roy très chrestien, par les religieux de l’ordre de la Très-Saincte-Trinité, La, Paris, J. Jacquin, 1654.

Morsy, Magali, « Les juifs marocains à Gibraltar », Pluriel, 6,1976, pp. 47-60.

– La relation de Thomas Pellow. Une lecture du Maroc au XVIIIe siècle, Paris, Éd. Recherches sur les Civilisations, 1985.

Mouette, Germain, Histoire des conquestes de Mouley Archy..., Paris, Edmond Couterot, 1683 ; rééd. dans Sources inédites de l’histoire du Maroc (Les –). Deuxième série : dynastie filalienne. Archives et bibliothèques de France (7 vol.), Paris, Paul Geuthner, 1922-1970, t. II : 1659-1686 (1924, éd. Henry de Castries), pp. 153-201.

–Relation de la captivité du Sr. Mouëtte dans les royaumes de Fez et du Maroc, où il a demeuré pendant onze ans, Paris, Jean Cochart, 1683.

Ockley, Simon, An Account of South-West Barbary. Containing what is Most Remarkable in the Territories of the Kings of Morocco, Londres, 1713 ; trad. par Simon Ockley, Paris, 1726.

Pidou de Saint-Olon, François, État présent de l’Empire du Maroc, Paris, Brunet, 1694.

Précis historique sur les nattons barbaresques, suivi d’un tableau des crimes, des horreurs et des brigandages des pirates africains, Paris, Tiger, s. d.

Relation en forme de journal de voyage pour la rédemption des captifs, aux roiaumes du Maroc et d’Alger pendant les années 1723, 1724 et 1725 par les Peres Jean-Baptiste de la Faye, Denis Mackar, Augustin d’Arcisas et Henry Le Roy, Paris, Louis Sevestre et Pierre-François Giffart, 1726.

Roth, Norman, Conversos, Inquisition and the Expulsion of Jews from Spain, Madison, University of Wisconsin Press, 1995.

Serels, Mitchell M., «La primera generación de judíos españoles en Marruecos : llegada y asentamiento», en Ángel Alcalá Galvé (ed.), Judíos, sefarditas, conversos. La expulsión de 1492 y sus consecuencias (Nueva York, noviembre de 1992), Valladolid, Ámbito, 1995, pp. 236-245.

Simiot, Bernard, « Pérez, le renégat », Revue maritime [octobre] 1949, pp. 1235-1246.

Sources inédites de l’histoire du Maroc (Les –). Deuxième série : dynastie filalienne. Archives et bibliothèques de France (7 vol.), Paris, Paul Geuthner, 1922-1970 (cité SIHM France) ; t. I :1661-1682 (1922, éd. Henry de Castries) ; t. II : 1659-1686 (1924, éd. Henry de Castries) ; t. III : 1686-1693 (1927, éd. Henry de Castries) ; t. IV : 1694-1698 (1931, éd. Pierre de Cenival) ; t. V : 1698-1699 (1953, éd. Philippe de Cossé Brissac) ; t. VI : 1700-1716 (1960, éd. Philippe de Cossé Brissac) ; t. VII (1970).

Sources inédites de l’histoire du Maroc (Les –). Première série : dynastie saadienne. Archives et bibliothèques de France (3 vol.  ; éd. Henry de Castries), Paris, Ernest Leroux, 1905-1911 (cité SIHM France) ; t. III : 1617-1665 (1911).

Sources inédites de l’histoire du Maroc (Les –). Première série : dynastie saadienne. Archives et bibliothèques des Pays-Bas (6 vol.), Paris-La Haye, Ernest Leroux-Marinus Nijhoff, 1906-1923 (cité SIHM Pays-Bas) ; t. III ; 1617-1624 (1912, éd. Henry de Castries).

Taiebi, Jacques, Être juif au Maghreb à la veille de la colonisation, Paris, Albin Michel, 1994.

Torres, Diego de, Relation de l’origine et succès des chérifs et de l’état des royaumes du Maroc, Fez et Tarudant et autres provinces qu’ils usurpèrent, Paris, J. Camusat, 1636 (2e éd. 1667).

Trouchton, Thomas, Barbarian cruelity..., Londres, 1751.

Turbet-Delof, Guy, La presse périodique française et l’Afrique barbaresque au XVIIe siècle (1611-1715), Genève, Droz, 1973.

Zafrani, Haïm, Les juifs du Maroc, Vie sociale, économique et religieuse. Étude Taqqanot et Responsa, Paris, 1972.

– article Mallāh, dans Encyclopédie de l’Islam (nouvelle édition), [10 vol.), Leyde, E. J. Brill, 1960-2002, t. VI (1991), pp. 278-279.

Windus, John, A Journey to Mequinez. The Residence of the Present Emperor of Fez, and Morocco on the Occasion of Commodore Stewards Embassy Thither for the Redemption of the British Captives in the Year 1721, Londres, Jacob Tonson, 1725.

Notes

1 N. Roth, Conversos, Inquisition and the Expulsion of Jews from Spain J. H. Edwards, The Jews in Western Europe, pp. 46-60.

2 J. H. Edwards, The Jews in Western Europe, p. 62.

3 A. Chouraqui, Marche vers l’Occident. Les juifs d’Afrique du Nord, pp. 66-67 (cité par Ch. de La Véronne, Tanger sous l’occupation anglaise, p. 33) ; R. Mitchell Serels, «La primera generación de judíos españoles en Marruecos» ; M. A. Ladero Quesada,«El número de judíos en la España de 1492» ; K. Brown, «An Urban View of Moroccan H istory» ; Id., « Une ville et son Mellah : Salé » ; D. Cohen, « Les communautés juives des villes côtières au Maroc », p. 175 ; S. Deshen, La vie juive au Maroc à l’époque précoloniale, p. 28.

4 Archivo General de Simancas, Secretaría de Estado (1509-1789), Zalé, leg. E2677.

5 J. Braithwaite, Histoire des révolutions de l’Empire du Maroc, p. 431.

6 Ch. De La Véronne, Vie de Moulay Isma’īl, roi de Fès et du Maroc, d’après Joseph de Léon, p. 68 ; S. Lévy, « La communauté juive dans le contexte de l’histoire du Maroc », p. 115.

7 La communauté musulmane ne niait pas les communautés juive et chrétienne – Ahl al Kitāb les « gens du livre » : elle les reconnaissait comme des religions « imparfaites » certes, mais respectables dans leur antériorité monothéiste, qui plonge ses racines dans un patrimoine culturel sémitique commun, ce qui leur conférait un statut légal, une protection (dhimma), et la situation de dhimmi astreint donc au paiement de la jizya. À ce sujet, voir Cl. Cahen, Dhimma ; S. Lévy, « La communauté juive dans le contexte de l’histoire du Maroc », p. 111.

8 H. Zafrani, Les juifs du Maroc. Vie sociale, économique et religieuse, p. 129.

9 C’est au XIVe siècle, sous les Mérinides, que fut construit le premier quartier juif distinct au Maroc IL devait son nom au lieu où il fut édifié, une carrière de sel semble-t-il. À l’origine, ce toponyme s’appliquait également au quartier musulman voisin. Le terme apparu dans la capitale, deviendra générique et désignera désormais tout quartier peuplé de juifs, même non séparé. Mais si la date de fondation du mellah de Fès est controversée (XIIIe ou XVe siècle), il en est autrement des villes comme Marrakech (1557-1558), Meknès (i682), Tétouan (1807) ou Rabat et Salé, dont les nouveaux mellahs furent construits en 1807, sur l’ordre du sultan Mūlāy Sulaymān. À ce sujet, voir H. Zafrani, Mallāh ; L. Brunot, Textes arabes de Rabat.

10 Archivo Histórico Militar de Madrid, Colección General de documentos, África, Asuntos Generales, 4. 3. 5. 5. Relación que ha hecho Andrés Mayo, de Genova, que en noviembre de 1696 fué hecho esclavo con otros dos marineros (5 folios) ; Liste des captifs français au Maroc, dans SIHM France (2e série), t. VI, p. 17.

11 Sh. Deshen, La vie juive au Maroc à l’époque précoloniale, pp. 44-45.

12 Algemeen Rijksarchief (La Haye), Archives des États-Généraux (AR, AEG), Secrete Kast Barbarijen, liassen 12594.21 et 12594.36 ; M. Morsy, « Les juifs marocains à Gibraltar ».

13 AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 12594.21 ; 12594.30 ; 12594.31b ; 12594.30a ; 12594.32 ; 12594.36 ; J. Cornelis de Bakker, Slaves, Arms and Holy War, pp. 11-12 ; Ch. de La Véronne, Vie de Moulay Isma’īl, roi de Fès et du Maroc, pp. 7, 26 et n. 15, p. 68 et n. 1 ; S. Ockley, An Account of South-West Barbary, pp. 38-59 ; L. Desmay, Relation nouvelle et particulière du voyage des RR. PP.de la Mercy, p. 635 ; J. Braithwaite, Histoire des révolutions de L’Empire du Maroc, p. 342.

14 Ch. de La Véronne, Vie de Moulay Isma’īl, roi de Fès et du Maroc, p. 68 ; Sh. Deshen, La vie juive au Maroc à l’époque précoloniale, pp. 72-73 et 77.

15 S. Lévy, « La communauté juive dans le contexte de l’histoire du Maroc », p. 108 et n. 4.

16 Ch. de La Véronne, Vie de Moulay Isma’īl, roi de Fès et du Maroc, p. 88 ; Lettre de Partyet au Maréchal d’Estrées (3 juin 1720), dans SIHM France (2e série), t. VII, pp. 60-62, n. 4.

17 Ch. de La Véronne, Vie de Moulay Isma’īl roi de Fès et du Maroc, p. 34.

18 Précis historique sur les nations barbaresques, p. 81.

19 W. Lemprière, Voyage dans l’Empire du Maroc et le royaume de Fès, p. 94.

20 Lettre de Lagny à Thomas Le Gendre le jeune, du 30 juin 1687, dans SIHM France (2e série), t. III, pp. 106-107 ; G. Mouette, Histoire des conquestes de Mouley Archy…, t. II, p. 177.

21 Cl. Larquié,« Le rachat des chrétiens en terre d’Islam au XVIIe siècle », p. 318.

22 B. Simiot, «Pérez, le renégat»; Archivo General de la Administración de Alcalá de Henares, Sección de África, 15, caja M. 381, exp. 4, carta de Miguel Páez en 1766 (AGAA, carta de Miguel Páez en 1766).

23 Lettre de Maurepas à Sturla (4 août 1725), dans SIHM France (2e série), t. VII, pp. 179-180.

24 Thomas Le Gendre fait partie d’une riche famille protestante qui eut, dans le commerce de Rouen aux XVIe et XVIIe siècles, une place prépondérante. Leurs affaires ayant prospéré, les Le Gendre devinrent armateurs et commercèrent notamment avec le Sénégal Thomas fut envoyé fort jeune au Maroc par ses parents, qui désiraient établir des relations commerciales avec le pays. Sa relation fut publiée en 1665 d’après des notes qu’il avait prises antérieurement Son frère Jean-Baptiste était à Salé en 1639 (Relation de Thomas Le Gendre, dans SIHM France [1re série], t III, pp. 719).

25 Projet de traité de paix et de commerce entre la France et le Maroc (9 octobre 1725), dans SIHM France (2e série), t VII, pp. 181-191 ; Ch. de La Véronne (éd.), Sources françaises de l’histoire du Maroc, doc. n° 21, pp. 46-47. Le problème des interprètes sur les grandes places maritimes du pays des chérifs n’a pas été étudié autant que le demanderait son importance. À Salé comme à Safi, Mazagan, Tanger, ou à Tétouan, la variété des langues parlées était assez grande.

26 Cl. Larquié, «Simbolismo, cultura y pedagogía en las redenciones de cristianos», p. 14 ; Id., « Le rachat des chrétiens en terre d’Islam au XVII e siècle », p. 318 ; Libro de la Redención de cautivos en Tetuán hecha en Tanger, ms. 3608, f° 51. Lors de la rédemption effectuée parles mercédaires espagnols en décembre 1741, ce fut également un juif, Abraham Benider, qui servit d’intermédiaire entre les rédemptoristes et le pacha de Tanger Ahmed ben‘Ali. Il était «secretario de los negocios con los Cristianos».

27 AGAA, carta de Miguel Páez en 1766.

28 Traité entre l’Angleterre et le Maroc, du 24 au 28 janvier 1721, dans SIHM France (2e série), t. VII, p. 93, n. 8 ; Projet de traité de paix et de commerce entre la France et le Maroc, du 9 octobre 1725, dans SIHM France (2e série), t. VII, p. 184, n. 7 ; J. Windus, A Journey to Mequinez, pp. 5, 89, 159 et 197.

29 Il s’agirait sans doute d’el-’Arbi Jbilo, juif secrétaire de Ben ‘Attār, voir SIHM France (2e série), t. VII, p. 117, n. 35 ; D. Meunier, « Le consulat anglais à Tétouan sous Anthony Hatfeild », p. 48.

30 D. de Torres, Relation de l’origine et succès des chérifs, p. 94 ; Relation de Thomas Le Gendre, dans SIHM France(1re série), t. III, p. 724.

31 Libro de la Redención de cautivos en Tetuán hecha en Tanger ; R. Fréjus, Relation d’un voyage fait dans la Mauritanie, t. I, pp. 125-127, 130, 135 et 176 : le factotum de la compagnie d’Albouzème était Jacob Pariente ; F. Pidou de Saint-Olon, État présent de l’Empire du Maroc, p. 82. Les juifs étaient tenus d’héberger les chrétiens de passage, voir L. Desmay, Relation nouvelle et particulière du voyage des RR. PP. de la Mercy, p. 61 ; Id., Voyage de Monseigneur le baron de Saint-Amans, p. 33.

32 P.-F. Dan, Histoire de Barbarie et de ses corsaires, p. 89 ; L. del Mármol Carvajal, Descripción general de África, t. II, p. 170 ; L. Desmay, Relation nouvelle et particulière du voyage des RR. PP. de la Mercy, p. 60 ; G. Mouette, Histoire des conquestes de Mouley Archy..., p. 401 ; F. Pidou de Saint-Olon, État présent de l’Empire du Maroc, pp. 54-83. Sur ce point, les chrétiens ont parfois tendance à approuver les musulmans, voire à les imiter, voir D. de Torres, Relation de l’origine et succès des chérifs, p. 183 ; P.-F. Dan, Histoire de Barbarie et de ses corsaires, p. 89. Ce n’est pas sans une certaine satisfaction que plusieurs auteurs voient les musulmans faire plus de cas d’un chrétien que d’un juif : au point qu’un juif désireux de se convertir à l’islam n’y était admis qu’après une formalité consistant à renier le judaïsme en faveur du Christ, ibid., p. 352.

33 Relation de Thomas Le Gendre, dans SIHM France (1re série), t. III, p. 723.

34 L. Desmay, Relation nouvelle et particulière du voyage des RR. PP. de la Mercy, p. 97.

35 D. Busnot, Histoire du règne du Mouley Ismaël, p. 17 ; AGAA, carta de Miguel Páez en 1766.

36 L. del Mármol Carvajal, Descripción general de África, t. II, pp. 60 et 170.

37 D. de Torres, Relation de l’origine et succès des chérifs, p. 94 ; Miraculeuse rédemption des captifs faite à Salé, p. 182 ; A.-Ch. Germain, Mémoire de la société archéologique de Montpellier, t. V ; Relation de Thomas Le Gendre, dans SIHM France (1re série), t. III, pp. 699-740 ; Liste des captifs fiançais au Maroc, dans SIHM France, t. VI, p. 17 et n. 1.

38 G. Mouette, Relation de la captivité du Sr. Mouëtte dans les royaumes de Fez et du Maroc, où il a demeuré pendant onze ans..., chap. xii.

39 Lettre de Jezreel Jones à Joseph Addison, du 21 mai 1717, dans D. Meunier, « Le consulat anglais à Tétouan sous Anthony Hatfeild», doc. 4, p. 18, n. 3 ; Lettre d’Hatfeild à James Craggs, du 11 août 1718, ibid., doc. 11, pp. 28-29 ; Lettre de Moïse Ben ‘Attār, rendant compte de la conduite du capitaine Norbury, du 12 novembre 1718, ibid., doc. 12, pp. 30-34.

40 Mémoire de Jean-Baptiste Estelle (6 juillet 1690), dans SIHM France (2e série), t. III, p. 303 ; Lettre d’Abdallah ben ‘Aicha à Jean Jourdan (21 mai 1699), dans SIHM France (2e série), t. V, p. 295, n. 1 ; Mémoire de Jean-Baptiste Estelle, du 16 et 23 octobre 1693, dans SIHM France (2e série), t. IV, p. 222.

41 J.-P. Filippini, « Les juifs d’Afrique du Nord et la communauté de Livourne au XVIIIe siècle » ; Id., « Livourne et l’Afrique du Nord au XVIIIe siècle » ; G. Bedarida, Ebrei di Livorno.

42 J.-L. Miège, « Les activités maritimes et commerciales de Tétouan », p. 9 et n. 31.

43 Introduction critique, dans SIHM France (1re série), t. III, p. 562 et n. 1.

44 Mémoire de Jean-Baptiste Estelle, du 16 et 23 octobre 1693, dans SIHM France (2e série), t. IV, p. 222.

45 Cl. Larquié, «Simbolismo, cultura y pedagogía en las redenciones de cristianos», p. 15.

46 Sur le rôle de la famille Pallache entre Marrakech et Amsterdam au début du XVIIe siècle, voir SIHM Pays-Bas, t. I, p. xv, et SIHM France (1ere série), t. III, p. 391, les Toledano leur succèdent dans le même emploi (Gazette de France, 1698, p. 299 ; 1699, p. 344-343 ; 1700, p.83) ; AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 6914.30, Smits Heppendorp aux États-Généraux (8 juillet 1693) ; M. García-Arenal et G. Wiegers, Vida de Samuel Pallache, judío de Fez.

47 J. Mathiex, « Trafic et prix de l’homme en Méditerranée aux XVIIe et XVIIIe siècles », p. 160, n. 2.

48 G. Turbet-Delof, La presse périodique française et l’Afrique barbaresque au XVIIe siècle, pp. 189-190.

49 D. Meunier, « Le consulat anglais à Tétouan sous Anthony Hatfeild (1717-1728) », p. 45, n. 13, pp. 30, 42 et 44, n. 6 ; SIHM France (2e série), t. VII, p. 93, n. 8 ; J. Taiebi, Être juif au Maghreb à la veille de la colonisation, pp. 58-59.

50 G. Mouette, Histoire des conquestes de Mouley Archy..., t. II, p. 177 ; J. Cornelis de Bakker, Slaves, Arms and Holy War, pp. 17-18 ; H. Z. Hirschberg, «Jews and Jewish Affairs in the Relations between Great Britain and Morocco» ; Id., A History of Jews m North Africa, pp. 261-268 ; AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 12394.32 et 12394.28.

51 À sa mort, survenue en 1723, il fut remplacé par Moïse Ben ‘Attār pour remplir les de conseiller.

52 AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 12594.32 ; SIHM France (2e série), t. VI, p. 852 ; SIHM France (2e série), t. VII, p. 118 ; Lettre d’Hatfeild à James Craggs (11 août 1718), dans D. Meunier, « Le consulat anglais À Tétouan sous Anthony Hatfeild », doc. 11, p. 29 ; Liste des cadeaux (juillet 1721), ibid., doc. 17, p. 49, n. 58 ; Lettre d’Hatfeild à Lord Carteret (26 août 172), ibid., doc. 21, p. 54 et n. 3.

53 J. Cornelis de Bakker, Slaves, Arms and Holy War, p. [8. Au sujet d’un office célébré dans la synagogue d’Amsterdam en l’honneur de l’« envoyé du Maroc », voir R. Attal, « Un ambassadeur juif du Maroc dans la synagogue d’Amsterdam ».

54 AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 12594.31, 12594.32, 12594.36 et 12578.52. Il existe en effet une série de lettres de Smith Heppendorp, écrites entre 1682 et 1699, où il est souvent question des Toledano et des Maymorân ainsi que des autres juifs qui gravitaient autour d’eux, notamment Isac Sasportas, Joseph Olivera, David Torres...

55 AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 12594.31, 12594.32, 12594.36 et 12578.52 ; R. Attal, « Un ambassadeur juif du Maroc dans la synagogue d’Amsterdam », pp. 461-463.

56 Moïse Ben ‘Attar : ce marchand fut l’un des favoris juifs de Mūlāy Ismā‘īl. Son génie financier et les présents qu’il prodigua aux favorites du souverain lui assurèrent un grand crédit. Nommé cheikh des juifs conjointement avec Abraham Maymorān, dont il épousa la fille après avoir été son rival, il commandait à tous ses coreligionnaires. Ses agissements avaient été cause de l’avanie ruineuse imposée en 1716 au commerce français. En 1720 et en 1723, il participa aux négociations engagées pour la rédemption des captifs anglais et français en faisant payer chèrement son concours. Les richesses qu’il avait amassées excitèrent la convoitise du Sultan, qui exigea de lui un tribut de vingt quintaux d’argent. Tombé en disgrâce à la fin de sa vie, il mourut à Meknès en septembre 1724. À ce sujet, voir É. Pillet, « L’avanie de 1716 et la suppression du consulat de Salé », dans SIHM France (2e série), t. VI, pp. 572-579 ; Traité entre l’Angleterre et le Maroc, du 24 au 28 janvier 1721, dans SIHM France (2e série), t. VII, p. 93, n. 8 ; Projet de traité de paix et de commerce entre la France et le Maroc, du 9 octobre 1725, dans SIHM France (2e série), t. VII, p. 184, n. 7 ; J. Windus, A Journey to Mequinez, pp. 5, 89, 159 et 197-198 ; Relation en forme de journal de voyage, pp. 36, 40 43, 97, 117-118 ; Th. Troughton, Barbarían Cruelity..., pp. 223-224 ; M. Morsy, La relation de Thomas Pellow, p. 73, n. 29.

57 AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 7126.4, esclaves hollandais de Meknès à Optenoorth (11 avril 1720).

58 On voit notamment sa signature au bas d’un traité de commerce avec la Grande-Bretagne, conclu par lui, au nom de Mūlāy Ismā‘īl. À ce sujet, voir M. Eisenbeth, Les juifs au Maroc, p. 67 et n. 140.

59 Lettre de Saint-Amans à Seignelay (23 nov. 1682), dans SIHM France (2e série), t. II, p. 288. Au cours de l’été 1719, c’est Isaac, le fils de Joseph Bueno de Mesquita, qui fut dépêché aux Pays-Bas pour entamer des négociations sur une rédemption générale des captifs hollandais. À ce sujet, voir AR, AEG, Secrete Kast Barbarijen, liassen 7126.4, esclaves hollandais de Meknès à Optenoorth (11 avril 1720).

60 Mémoire de Jean-Baptiste Estelle, du 6 juillet 1699, dans SIHM France, t. V (2e série), p. 372 ; Mémoire [probablement de Bermond], du 12 mars au 6 mai, dans SIHM France (2e série), t. V, p. 257.

61 A. Guigui, « Historique de la communauté juive de Meknès ».

62 Sur le rôle de ce personnage dans la politique extérieure du Maroc, voir Archivo Histórico National, leg. 4310 ; 4312-4313 et 4349.

63 A. Guigui, « Historique de la communauté juive de Meknès », p. 120 et n, 11. Le ministre des finances de Mūlāy Sulaymàn s’appelait Abraham Sicsu. Son trésorier était Isaac Pinto et l’administrateur des douanes de Tanger était un nommé Moses Benasulī. Lorsqu’il entreprit son voyage à Meknès, il exprima le désir de voir trois personalités israélites faire partie de sa suite. Ces notables furent David Elkrief, Joseph Attias et Benjamin Bensadon.

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search