Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Résumés, tables et index

Résumé

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat d’État soutenue en 1996 en Sorbonne, allégée d’un catalogue de près de cinq cents édifices qui constitue le corpus de monuments sur lequel elle se fonde. Ce catalogue, dont la mise à jour est assurée annuellement, est accessible sur le site du centre de recherches Ausonius de l’Université de Bordeaux III (http://ausonius.u-bordeaux3.fr → Membres → Araguas). La synthèse que constitue de fait le présent livre part du constat d’un essor remarquable de l’emploi de la brique, particulièrement sensible entre le XIIe et le XVe siècle, dans l’Espagne médiévale. Ce constat et l’ensemble des analyses de l’évolution spatio-temporelles du phénomène étudié donnent lieu à une cartographie abondante, regroupée en annexe, établie à partir d’un système d’information géographique (SIG) regroupant l’ensemble des données. Les observations ponctuelles sur l’emploi de la brique, tant en structure qu’en décoration, donnent lieu à une illustration suivie dans le texte complétée par des planches couleurs regroupées topographiquement en fin de volume.

2La première partie de l’ouvrage examine les conditions de fabrication du matériau, sur la base d’études historiques et d’observations de terrain qui posent le problème de l’existence, à côté des établissements fixes repérés à la périphérie des agglomérations, alors en plein essor démographique, d’ateliers itinérants moins aisés à identifier. Les différentes modalités de fabrication sont évoquées ; dimensions et modules sont analysées et permettent d’établir assez clairement un distinguo entre deux systèmes de proportions concurrents. L’examen de la nature et du comportement du matériau dans les maçonneries conduit à mettre en avant quelques aspects spécifiques de la construction de brique. Sur la base de ces observations, il est possible remettre en question un certain nombre de lieux communs sur l’architecture de brique ; il en ressort que malgré un poids volumique assez important par rapport au matériau lithique courant, la maçonnerie de brique comporte un certain nombre d’avantages indéniables de par sa grande capacité de résistance à la traction, notamment lorsque la brique est associée au plâtre.

3La deuxième partie établit, essentiellement à partir des observations de terrain, une typologie des procédés de mise en œuvre de la brique dans les maçonneries murales, les couvrements et le décor. Cette typologie a pu être établie de manière assez fine en fonction des variations dans l’espace et dans le temps par l’exploitation du SIG. Elle aboutit à une cartographie diachronique permettant de rendre compte de zones de cohérence dont la prise en compte enrichit considérablement la réflexion historique. Il ressort en effet de l’analyse du corpus ainsi menée de très grandes disparités dans l’emploi de la brique aboutissant à une géographie du matériau, qui, loin d’être statique, s’articule sur l’évolution politique et économique de l’Espagne médiévale. Des « topiques » apparaissent et se figent, d’autres connaissent une diffusion qui en font des modalités de construction quasiment nationales. Parmi celles-ci, on peut signaler l’appareil « tolédan » et la voûte « catalane », connue en France sous le nom de voûte « à la Roussillon ». Un long développement est consacré à cette manière de construire les voûtes et les voûtains des voûtes d’ogives en brique et en plâtre en utilisant les briques non de manière traditionnelle, c’est-à-dire radialement par rapport à la courbure de la voûte, mais tangentiellement à celle-ci. La recherche sur l’origine de cette technique de construction conduit à penser qu’elle a été « inventée » à Valence en 1382, sans que l’on puisse avec certitude déterminer s’il s’agit de la trouvaille fortuite d’une nouvelle manière de construire par un maçon au service du roi Pierre IV d’Aragon ou de la découverte d’une voûte préexistante dans un palais remontant à l’époque musulmane. Quoiqu’il en soit, il est maintenant assuré que la voûte à la Roussillon a, en Occident du moins, une origine « catalane », même si la Catalogne ainsi désignée est valencienne et si son aire de diffusion primitive est essentiellement aragonaise.

4La troisième partie envisage les rapports qu’entretient le matériau avec des catégories stylistiques définies essentiellement à partir de monuments construits en pierre. Très rarement employée dans l’architecture préromane, la brique n’apparaît guère plus présente dans l’architecture musulmane émirale et califale ; elle ne s’impose réellement que dans l’architecture almohade à la fin du XIIe siècle. Au même moment, associée aux formules purement occidentales de l’architecture romane méditerranéenne, elle permet de caractériser un vaste courant architectural qui touche principalement le nord ouest de la Péninsule. Le « roman de brique » – terme plus approprié semble-t-il que celui de « roman-mudéjar » pour désigner la production architecturale des XIIe et XIIIe siècle en Castille et León – peut être décliné selon des modalités régionales diverses qui ne remettent pas en question son unité ni son appartenance au style roman. Sans doute convient-il cependant de faire un sort particulier à l’architecture romane de Tolède, la seule à associer la structure occidentale et chrétienne à des éléments décoratifs empruntés à l’architecture musulmane. Il semble assez clair que dans le cas de cette ville, conquise dès 1085 sur les musulmans qui y étaient établis depuis le début du VIIIe siècle, le poids de la communauté chrétienne mozarabe, fortement attachée à ses traditions non seulement liturgiques mais aussi vraisemblablement architecturales, a dû jouer un grand rôle dans le choix de formules décoratives. On ne peut donc comprendre le « mudéjar tolédan » que comme une acceptation plus ou moins forcée par le clergé romain, dans des églises structurellement « latines », de formules décoratives « blanchies », « christianisées » et « exorcisées » ici par des siècles de mozarabisme ; il serait de ce fait plus judicieux de parler d’un « roman mozarabe » que d’un « roman mudéjar », terme qui ne peut qu’induire une interprétation faussée du domaine artistique tolédan. Quant au gothique de brique, autant en Andalousie qu’en Aragon – deux régions fondamentalement distinctes l’une de l’autre du point de vue de l’emploi technique qui est fait du matériau –, il ne saurait être compris que dans le cadre élargi du gothique méditerranéen. Les parentés que l’on peut aisément mettre en évidence entre les édifices aragonais et andalous et telles églises ou tels palais de Languedoc ou de Provence n’excluent pas des influences plus septentrionales, aquitaines, poitevines ou ligériennes. Ces constructions purement gothiques sont, notamment en Aragon, revêtues à partir du XIVe siècle d’un décor empruntant à l’architecture musulmane bien des ornements ; parfois accompagnées de tours à structure de minaret ou couvertes de voûtes à côtes ou nervures entrecroisées, elles sont très généralement qualifiées de « mudéjares ». Sans conduire au rejet de cette terminologie consacrée par l’usage, la mise en évidence de l’ambiguïté de la position traditionnelle apparaît indispensable à la compréhension en profondeur de l’architecture gothique espagnole. La prise en compte de manière attentive et nuancée des disparités régionales permet ainsi de passer outre l’effet banalisateur des concepts stylistiques communs (roman, gothique, mudéjar...) qui n’invitent guère à saisir l’originalité d’une architecture où abondent les particularismes locaux ; ce sont ces particularismes qui donnent une unité incontestable aux architectures régionales envisagées sur la longue durée.

5La quatrième partie illustre cette réflexion en s’efforçant par le biais d’une présentation par régions et par provinces de restituer ces invariantes de manière tant soit peu objective et nuancée, sans les écraser sous le poids d’une interprétation dominée par le concept stylistique de « mudéjarisme ». On prend ainsi conscience de l’irréductibilité du phénomène à un système architectural valable pour l’ensemble de l’Espagne et pour les quatre siècles envisagés.

6La cinquième partie propose une interprétation des phénomènes observés et explique le choix de la brique comme matériau de construction par différentes raisons qu’il convient d’envisager et de combiner pour élaborer, type par type, région par région, période par période voire monument par monument, un système d’explication pertinent Le choix peut ainsi être considéré comme « passif » lorsqu’il répond à des impératifs géologiques, souvent mais pas toujours, déterminants. Dans le cas de l’Espagne médiévale, l’explication fréquemment formulée et presque toujours implicite à l’emploi de la brique est la tradition mudéjare ; développant une argumentation présentée en 1987 dans un article des Mélanges de la Casa de Velázquez et nouvellement étayée par une approche historiographique qui met en évidence les implications nationalistes qui sous-tendent la confusion soigneusement entretenue entre architecture de brique et architecture mudéjare, l’auteur reprend systématiquement le thème de l’emploi de la brique dans l’architecture de tradition hispano-musulmane. Là encore, périodisation, nuances géographiques, distinguos entre structure et décor sont nécessaires à une bonne prise en compte du phénomène. Celle ci amène à relativiser l’importance des populations mudéjares face aux chrétiens mozarabes ou latins dans l’adoption de la brique comme matériel privilégié de construction des églises.

7Une autre explication communément avancée pour justifier le choix de ce matériau est son faible prix (baratura), qui apparaît une évidence susceptible de n’appeler aucune justification. Ce postulat est examiné de manière aussi systématique que possible à partir de la documentation disponible. Là encore des disparités conséquentes apparaissent, qui interdisent de généraliser l’explication économique. Celle-ci, par ailleurs, se doit pour être pertinente de prendre en compte non seulement le prix du matériau mais aussi celui de son transport et de sa mise en œuvre et de comparer ces éléments avec les prix de revient de la construction en pierre de taille contemporaine. L’exercice est difficile mais aboutit pour le moins à établir des ordres de grandeur qui permettent de rendre possible une sorte de parangone entre les deux matériaux vedettes de la construction médiévale. Une comparaison précise de deux monuments équivalents de la fin de la période envisagée, les cathédrales de Saragose et de Barbastro, permet d’expérimenter « en grandeur réelle » les modèles de calculs de coût de revient proposés et confirme que la baratura très relative de la construction de brique ne doit rien au prix du matériau et tout aux économies de volumes de maçonneries et de main d’œuvre que celui-ci autorise lorsqu’il est utilisé de manière plus subtile qu’en simple ersatz de pierre.

8Relativisés ces éléments de choix « passif », on peut avec davantage d’efficacité envisager les raisons « actives » qui poussèrent les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’œuvre du Moyen Âge à privilégier l’emploi de la brique. L’association, dans l’imaginaire médiéval, de la brique à la grandeur romaine a sans aucun doute contribué à ce que le matériau se maintienne dans quelques monuments de la monarchie asturienne avant même que de passer, avec bien d’autres poncifs de l’architecture antique, dans la pratique architecturale des constructeurs omeyyades, mais cela ne se traduit guère que par un emploi quasi anecdotique du matériau. Les aptitudes de la construction de brique à s’adapter aux velléités normalisatrices des administrations naissantes et aux nécessités d’organisation des villes est sans doute l’une des explications les plus pertinentes à la diffusion sur une large échelle du matériau et à la généralisation de son emploi dans l’architecture mineure ; cela n’est pas propre à l’Espagne médiévale, ni a fortiori à l’Espagne musulmane. Un phénomène identique est constatable au nord des Pyrénées et au sud des Alpes, ce qui conduit à établir des liens très étroits entre la pratique constructive espagnole et celle que les clercs au service de la Rome pontificale promeuvent dans toute l’Europe. Contemporain de l’essor cistercien, celui de l’architecture de brique espagnole relève clairement de choix esthétiques délibérés qui en font une variante du succès du style sévère prisé par les prélats réformateurs du XIIe siècle. C’est ainsi que l’on en vient à transcender des explications d’ordre purement géographique, ethnique ou économique pour insérer cette architecture dans l’ordre très complexe de la création artistique, où l’esthétique le dispute à l’idéologique, voire au politique. De ce point de vue, nul doute qu’au-delà d’une simple question de goût, le « mudéjar de cour » – pour reprendre un concept d’une extrême pertinence dû à Elie Lambert – n’impose en effet la brique comme un matériau « politique » qui traduit dans la grande complexité du langage artistique l’ambiguïté des relations entretenues par les monarchies de l’Espagne chrétienne avec le fragile mais fastueux royaume nasride.

9Il apparaît d’une extrême évidence que l’extraordinaire ductilité du matériau, qui lui permet de se plier à des motivations aussi diverses que contradictoires, ne doit rien à la brique elle-même et tout au génie et à l’invention technique de ses utilisateurs. Ce sont l’ingéniosité et les aptitudes artistiques des maîtres maçons qui en fin de compte permettent de surmonter le handicap naturel d’un matériau coûteux à élaborer et, du point de vue anthropologique, incontestablement « ignoble » dans la chrétienté latine. Ce handicap, qu’exprime avec une subtilité préconceptiste un énigmatique décor épigraphique de la Seo del Salvador de Saragosse, est surmonté avec maestria par les maçons de la fin du Moyen Âge dans les admirables portails de ladrillo limpio andalous et dans les voûtes en voile de brique et de plâtre de la flamboyante cathédrale de Saragosse ou des églises gothiques-mudéjares d’Aragon.

10Ainsi, l’examen des rapports entretenus entre la brique et l’architecture dans l’Espagne médiévale permet finalement de mettre en évidence la pertinence historique d’une démarche qui place le matériau au cœur d’un questionnement sur un phénomène artistique : loin de conduire à une impasse positiviste, l’ancrage initial dans la matérialité brute de la brique conduit à amarrer fermement le fil conducteur qui permet, sans risque de se perdre mais sans négliger d’explorer aucune piste, de parcourir le labyrinthe de l’esprit créateur des maçons de l’Espagne médiévale.

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search