Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Conclusion

Texte intégral

1Issue d’une pratique multiséculaire originaire de ce berceau des cultures occidentales que constituent les pays du Croissant fertile, la brique cuite requiert, pour sa production en masse, le recours à une technologie relativement élaborée qui est toujours liée à des civilisations dans lesquelles le phénomène urbain est prépondérant dans l’organisation économique et sociale. Rome, qui exporte jusque dans les villae urbanae et les castra des confins de l’Empire des modes de production artisanaux marqués au coin de l’Urbs, a sans nul doute fait connaître aux populations de la Péninsule ce matériau qui est resté, dans les années sombres du Haut Moyen Âge, associé au souvenir de plus en plus lointain de l’âge d’or qui a correspondu au règne des Sévères.

2Le hiatus qui se réduit d’année en année, au gré des études historiques récentes, entre l’Antiquité tardive et la renaissance carolingienne, laquelle s’exprime ici dans l’action politique des rois asturiens, n’a sans doute pas permis que fussent totalement oubliés les savoir-faire artisanaux complexes que requiert la cuisson de la brique en quantité suffisante pour donner naissance à une architecture dans laquelle elle ne soit pas limitée à un usage purement décoratif.

3À l’époque préromane, le matériau est utilisé avec parcimonie pour quelques arcs ou couronnements de mur, parfois peut-être pour clore des voûtes dont les reins sont appareillés en grand appareil, lui aussi de tradition romaine. Il n’est pas certain du reste que le matériau employé à l’époque wisigothique ait été fabriqué au VIe ou au VIIe siècle : on pouvait encore se procurer aisément de grandes briques romaines dans les décombres des villas abandonnées depuis quelques générations.

4Ce n’est qu’avec la repoblación que l’usage du matériau se répandit de manière significative, ce qui laisse supposer une organisation de la production, soit par des ateliers itinérants, soit par des fabriques artisanales associées aux petits noyaux urbains qui se développent alors, autour de monastères dominés par un clergé attaché à assurer la soumission de ces terres nouvelles à l’orthodoxie catholique. Les chevets des multiples petites églises de Vieille-Castille et de León expriment pour la première fois dans la péninsule Ibérique l’aptitude du matériau à répondre à des préoccupations à la fois structurelles et décoratives. On ne saurait trop insister sur le caractère roman de ces édifices, trop souvent exclus de cette catégorie stylistique du fait de l’emploi, jamais exclusif du reste, de ce matériau.

5La brique a ainsi donné lieu, dans l’Espagne de la Reconquête, à la mise en place de formules architecturales dans lesquelles elle est utilisée avec une certaine parcimonie dans le gros-œuvre, mais exaltée par le décor. Les arcatures des églises romanes de la Vieille-Castille et du León, celles qui animent les chevets des églises mudéjares de Tolède, prolongent tard dans le XIIIe siècle des formules nées avec l’art roman, réhabilitées par la sensibilité artistique cistercienne et discrètement adaptées à une réalité proprement hispanique marquée par le passé islamique.

  • 1 Cf. chap. xx, n. 32 (p. 288).

6L’un des moindres apports du présent travail n’est sans doute pas d’avoir mis en évidence la rareté de l’emploi du matériau dans l’architecture hispano-musulmane antérieurement à l’établissement de l’Empire almohade. Il n’était pas dans notre propos initial d’aborder cet aspect très particulier de l’histoire de l’architecture espagnole et, dans ce domaine, l’enquête devra être menée avec plus de soin pour confirmer nos hypothèses, mais d’ores et déjà il apparaît clairement que l’architecture de brique telle qu’elle s’exprime dans l’art chrétien d’Espagne n’est en rien redevable aux monuments de l’époque califale. La confusion créée par l’association, assez tardive en définitive, du matériau avec des formes décoratives particulièrement appréciées par les maîtres d’œuvre musulmans a conduit à assimiler abusivement la brique au phénomène mudéjar. La volonté délibérée de dessiner les contours d’une architecture nationale fortement distincte des courants européens dont la paternité était revendiquée par telle ou telle nation de l’Europe moderne, a consacré, au prix de quelques imprécisions sémantiques, le concept de « mudéjarisme ». Le discours de José Amador de Los Ríos1, « inventeur » du « mudéjarisme » architectural, constitue sinon une preuve, du moins un indice de cette liberté prise avec l’histoire qui présida à la dénomination de tous les grands styles artistiques.

7Il ne s’agit pas pour autant de dénier toute pertinence à l’emploi du terme mudéjar, qui reste indispensable pour caractériser une modalité de construire et de décorer les édifices qui hors d’Espagne ne trouve guère d’équivalent que dans une petite série de monuments de l’ancien royaume de Sicile.

  • 2 Ph. Lanos, « Pratiques artisanales des briquetiers ».

8On ne peut que constater un certain parallélisme dans les mouvements qui se manifestent en faveur du matériau dans l’Islam d’Occident et l’Europe chrétienne aux XIIe et XIIIe siècles, mais ni les techniques de mise en œuvre ni les caractéristiques intrinsèques du matériau ne permettent d’affirmer que la pratique architecturale des albañiles de Castille ou d’Aragon soit davantage redevable à la tradition musulmane ou à la tradition chrétienne. La plus incontestablement mudéjare des « écoles » d’architecture chrétienne, celle de Tolède, fait appel à un matériau dont les proportions correspondent à celles qui dominent dans le monde romain, tandis que le rapport largeur/longueur des briques de la Giralda trouve un écho dans celui qui régit le matériau employé dans bien des édifices italiens contemporains. L’absence d’éléments pour mener à bien une étude comparative à une échelle encore plus vaste limite les possibilités de compréhension des cheminements qui durent s’opérer alors, dans un monde en plein renouveau. L’archéologie moderne, en affinant les datations, en déterminant avec précision les techniques de cuisson employées2, permettra peut-être un jour d’y voir plus clair ; dans l’état actuel des possibilités de la recherche universitaire, on peut toujours utiliser avec profit les ressources de l’archéologie monumentale, chère à Arcisse de Caumont, et celles de l’histoire de l’art contemporaine, qui nous a appris à chercher aussi hors du domaine purement architectural des réponses aux multiples questions que posent les monuments du Moyen Âge.

FIG. 124. – Saragosse, Seo del Salvador, voûte-cloison

9C’est ainsi que le fait de dissocier clairement ce qui, dans une église mudéjare, remonte au XIIe ou au XIIIe siècle de ce qui est largement postérieur (nefs reconstruites, charpentes) permet d’emblée de relativiser, voire de contester le « mudéjarisme » des chevets romans. La prise en compte de l’histoire démographique de la Meseta Norte ou de l’histoire religieuse de Tolède est indispensable à la compréhension de l’emploi de tel matériau ou de telle forme architecturale, tandis qu’une vision qui détache les éléments décoratifs de répertoires formels pour les replacer dans le cadre de considérations esthétiques plus vastes liées à l’histoire de la spiritualité est nécessaire pour donner sa juste mesure au parti décoratif du « roman de brique » ; il est utile, enfin, pour avoir une vision claire de ce que signifie le style mudéjar, de comprendre qu’au XIVe siècle les impératifs de la conquête s’effacent derrière ceux de l’intégration.

10C’est alors seulement que sur l’ensemble de la Péninsule, avec des variations régionales importantes dont seule peut rendre compte une approche détaillée par province, la brique se met au service du style mudéjar, au même titre du reste que les autres matériaux. Associée à la céramique en Aragon pour décorer les clochers dressés au XVe siècle sur le flanc des églises gothiques, elle se confond avec elle dans les somptueux portails de ladrillo limpio de Séville.

11Dans le gros-œuvre, cependant, la brique est rarement utilisée seule. Son emploi, presque partout limité à la construction des arcs, des voûtes ou de certains éléments de structure, ne s’étend qu’exceptionnellement au gros-œuvre dans quelques monuments tardifs en Andalousie, dans les églises de la région de Saragosse ou dans les grands châteaux de Coca, Casarrubios del Monte, La Mota et Arévalo.

12On a donc affaire presque toujours dans l’Espagne médiévale à « une architecture de brique avec peu de brique », et ce n’est qu’en Aragon à partir du XIVe siècle que l’on peut réellement parler d’une architecture de brique puisque le matériau y est utilisé à l’exclusion de tout autre et selon des techniques spécifiques.

13La voûte « à la Roussillon » (fig. 124) est sans doute le procédé de construction le plus ingénieux qu’il soit donné de rencontrer dans l’Espagne médiévale ; s’il a été possible à T. C. Bannister d’en suivre le cheminement jusque sur les rives de l’Hudson, où elle fut amenée par des architectes catalans à la fin du siècle dernier, si l’on a pu retrouver la date de son invention dans le Royaume de Valence, nous butons sur l’origine précise de cette technique. Une source persane est probable, qui conduira à Ispahan les pas de celui qui souhaitera prolonger cette recherche, mais quelle que soit la conclusion de sa démarche, il ne pourra faire en sorte que l’architecture de brique en Espagne ne soit compréhensible que comme l’une des multiples composantes de l’architecture occidentale.

Notes

1 Cf. chap. xx, n. 32 (p. 288).

2 Ph. Lanos, « Pratiques artisanales des briquetiers ».

Table des illustrations

Légende FIG. 124. – Saragosse, Seo del Salvador, voûte-cloison
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search