Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Cinquième partie. Les raisons d'un choix

Chapitre XXI

Un choix actif

Texte intégral

  • 1 A. Bazzana, Maisons d’al-Andalus.

1Les contraintes géologiques ou financières, pas plus que le phénomène mudéjar, ne suffisent à expliquer l’importance que prit progressivement la brique dans l’Espagne médiévale. Les lignes qui vont suivre proposent, pour expliquer l’essor de la construction de brique, de prendre en compte une série de facteurs d’ordre culturel. La pertinence de notre argumentation pourra être jugée à partir de données objectives et spécifiquement hispaniques ; il n’en reste pas moins que la seule manière d’apprécier réellement l’originalité profonde de l’Espagne médiévale dans ce domaine ne pourrait procéder que de comparaisons que nous ne sommes pas à même de faire, faute d’études similaires réalisées à grande échelle dans d’autres régions d’Europe. Il est cependant indéniable qu’en dépit de l’importance que put revêtir dans l’Espagne chrétienne la domination musulmane, l’architecture majeure, c’est-à-dire celle qui manifeste l’idéologie religieuse et politique, est gouvernée par les orientations historiques et artistiques qui sont celles de l’Occident chrétien et non de l’Islam. Il est très vraisemblable, en revanche, que l’architecture mineure, l’habitat, même lorsqu’il est celui des princes de la terre, obéit davantage à des impératifs profondément enracinés dans le quotidien qu’à ceux imposés par des groupes de pouvoir liés au destin de la Reconquête1. En fin de compte, si la brique contribue à la définition d’un style architectural véritablement propre à certaines régions d’Espagne à la fin du Moyen Âge, ce n’est pas de manière plus déterminante que dans le gothique d’Europe du Nord, du Languedoc, ou dans la proto-Renaissance italienne.

La tradition romaine

  • 2 Catherine Balmelle, Les demeures aristocratiques d’Aquitaine. Société et culture de l’antiquité tar (...)
  • 3 P. de Palol et G. Ripoll, Les Goths.

2La profonde romanisation de l’Espagne permet de considérer que le préjugé universellement admis du poids considérable de la romanité dans l’histoire italienne pourrait être sans exagération transposé dans la patrie de Sénèque, d’Hadrien ou de Martial. Toute la recherche contemporaine met l’accent sur un prolongement, insoupçonné il y a quelques décennies, de l’Antiquité romaine dans le Haut Moyen Âge espagnol. Les villas hispano-romaines de La Olmeda, Baños de Valdearados2 ou les basiliques wisigothiques de Bovalar, El Germo, San Pedro de Alcántara3 témoignent du fait que les manières de construire romaines se prolongèrent effectivement jusqu’au partage de l’Occident entre Mahomet et Charlemagne. Certes, nulle part dans l’Espagne romaine la brique ne semble avoir eu le rôle qu’elle a joué dans la capitale de l’Empire, mais elle est partout présente. Est-ce lui accorder trop d’importance que de penser qu’elle représentait aux yeux des colons ou des Ibères romanisés un signe particulièrement évident de romanité, et ne peut-on pas voir dans les briques romaines de León, timbrées du sceau de la Legio VII Gemina, autant de fanions plantés en terre nouvellement conquise par les armées de Pompée ? L’emploi de ce matériau nouveau dans les constructions est associé à ce qui fait la grandeur de Rome et, surtout, à ce qui rend délicieusement supportable sa domination : aqueducs, thermes et hypocaustes. Ces derniers éléments jouèrent un rôle décisif dans la diffusion de la fabrication de la brique hors des centres urbains, et ce n’est pas un hasard si les briques moulées de la tombe wisigothique du musée de Tolède s’apparentent à (ou, plus vraisemblablement, sont) des briques d’hypocaustes.

3L’emploi de la brique est discret dans l’architecture monumentale en Espagne romaine mais les arches de l’aqueduc de Los Milagros à Mérida suffisent à montrer que la brique n’était pas toujours masquée dans les grands monuments officiels, au point que l’on peut considérer qu’au VIIIe siècle encore elle restait un des ingrédients essentiels de la romanité pour ceux des puissants qui cherchaient à se rattacher au souvenir d’un empire mythique.

  • 4 Sur les relations entre l’architecture asturienne et l’architecture carolingienne, cf. I. Bango Tor (...)

4Comment s’étonner que les principaux monuments de la monarchie asturienne aient eu recours à la brique ? La tradition, peut-être moribonde, de l’emploi du matériau ne pouvait être que ravivée par une idéologie politique fascinée par l’idée impériale ramenée au premier plan en Occident par la renaissance carolingienne4. Arguer que, du fait de l’usage essentiellement technique qu’on en fait, la brique s’inscrit difficilement dans une logique de renovatio équivaudrait à ne voir dans la minuscule Caroline qu’un artifice destiné à assurer une meilleure lisibilité aux textes sacrés.

  • 5 G. Martinez-Gros, L’idéologie omeyyade, p. 50.
  • 6 Ibid., p. 47.
  • 7 Nous verrions volontiers une autre manifestation de cette influence romaine sur l’architecture omey (...)

5L’idéologie omeyyade, dans la mesure même où, comme l’a montré G. Martinez-Gros, elle prétend « réconcilier l’Orient et l’Occident5 », n’a-t-elle pas eu aussi à tenir compte de ce passé proche ? Comment ne pas interpréter, dans la mosquée de Cordoue, comme une « citation » l’arc outrepassé wisigothique et la brique, étrangers tous deux à la tradition syrienne et de ce fait garants de l’intégration de celle-ci à la culture ibérique ? Ne peut-on y voir, comme dans le romance, autant de « sonorités étrangères » à l’Islam destinées à « couvrir la maturation du Califat6 ? » Personnellement, nous ne saurions en douter7.

6On ne peut être que frappé de la similitude, dans les modalités d’emploi de la brique, entre l’architecture califale et l’architecture romaine : aménagements hydrauliques, hammams, appareil polychrome de certains arcs monumentaux constituent les seules manifestations d’un emploi assez systématique du matériau.

7La relative faiblesse de la production explique l’absence d’une volonté d’homogénéiser les dimensions ; la seule certitude est qu’un système de proportions dans lequel la largeur équivaut aux deux tiers de la longueur est une tendance statistiquement établie de la brique romaine. Ce système de proportions, qui est aussi celui de la brique à l’époque omeyyade, se retrouve tant à Teruel qu’à Tolède. Il incite à y voir un signe de continuité de la production que ne confirme cependant pas l’archéologie.

L’organisation urbaine

8L’adoption de la brique à Tolède au cours du XIe siècle ne peut en effet constituer un argument en faveur de l’hypothèse de la tradition romaine : considérer qu’elle se soit opérée à partir et au travers de monuments disparus la rend scientifiquement indéfendable. La petite mosquée de Bab Mardoum fournit en revanche un élément qui permet de voir dans la fin du Califat le moment où commence à se développer de manière visible l’emploi du matériau dans l’architecture. À Saragosse avec l’Aljafería, à Séville avec les arcs du sahn de l’ancienne mosquée (actuellement église du Salvador), à Almería, à Málaga, se manifeste au cours du XIe siècle un certain frémissement en faveur de la brique qui se confirme dans les années 1180 avec la construction de la Giralda. On aurait tort cependant de se laisser éblouir par la splendeur de ce monument insigne et de choisir un angle de vue tel que la tour emblématique de Séville nous cache la ville qui l’a vue naître.

9On constate en effet à l’échelle européenne un essor généralisé de la construction de brique dans la deuxième moitié du XIIe siècle, ce qui nous incite à poser une question à laquelle nous pouvons seulement apporter des éléments de réponse : dans quelle mesure peut-on mettre en relation le développement de l’architecture de brique avec celui que connaissent les villes au cours des XIIe et XIIIe siècles ? Dans ce domaine aussi, il importe de trouver des éléments de réflexion dans le corpus d’édifices réuni dans le domaine de l’Espagne et de les confronter à une réalité plus ample.

10L’évidence est celle d’une extraordinaire concentration des édifices dans les grandes villes que sont Saragosse, Tolède, Séville ou bien dans les cités plus modestes comme Sahagún, Toro, Arévalo, Calatayud, Teruel, Sanlúcar la Mayor, Carmona, etc. La chronologie très imprécise proposée pour la plupart des édifices pris en compte ne permet guère de vérifier une expansion de la construction de brique à partir des noyaux urbains : contentons-nous de constater que chaque fois que le matériau fait son apparition dans une région donnée, c’est dans le cadre urbain. Ce phénomène est-il spécifique à la brique ou pourrait-on en dire autant de la pierre de taille ou du petit moellon ? Ceci reste à démontrer. L’impression, à peine étayée par les données cartographiques, que la généralisation de l’emploi de la brique est liée à l’essor des villes médiévales peut également provenir de facteurs aléatoires liés à la conservation, à la restauration ou à l’étude des monuments médiévaux ; elle reste donc une hypothèse fragile, qui nous semble cependant confirmée par certaines comparaisons avec l’Italie voisine ou la France méridionale.

  • 8 G. Fazio et alii, « Le altinelle a Venezia. Problemi storicci, caratterizzazione chimico-fisica, ca (...)

11À Venise, où une série d’incendies catastrophiques en 1105, 1115, 1120, 1149 et 1168 avait rendu nécessaire la reconstruction de la cité, se généralisa à la fin du XIIe siècle l’emploi d’une brique de petite dimension, l’altinella. L’industrie de la brique y est attestée en 1197 par la mention d’un four à proximité de l’abbaye de San Gregorio ; elle est confirmée par le Capitolare dell arte dei fornaciai, rédigé en 1229. La demande pressante de brique fit que les fours se maintinrent dans la ville, même alors que dès le XIIIe siècle d’autres industries « polluantes », comme celle du verre ou de la laine, étaient « décentralisées », vers Murano en particulier. La production était très contrôlée et les dimensions étaient imposées par un modèle exposé in pilona Rivoalti, dont les mesures étaient approximativement de 160 x 80 x 45 mm8.

  • 9 A. Kingsley Porter, Lombard Architecture, pp. 32-45.

12En Lombardie comme à Ravenne, l’emploi de la brique dans l’architecture semble s’être maintenu au Haut Moyen Âge ; son usage est attesté dans les lois de Liutprand sous la désignation d’opera romanense, par opposition à l’opéra gallica ; on note jusqu’au XIIe siècle une grande variété de dimensions : au campanile des moines à San Ambrogio de Milan, à San Vincenzo et à San Eustorgio dans la même ville, à Santa Tosca e Teuteria de Vérone, à Lomello, les briques sont de dimensions variées, relativement petites et épaisses, à Vigolo Marchese elles sont en revanche d’une taille beaucoup plus importante. À partir du XIIe siècle, on constate une normalisation du matériau qui s’accompagne d’une grande régularité de l’appareil, contrastant singulièrement avec la construction peu soignée des époques précédentes. À Modène, Crémone, Pavie, Chiaravalle, dans les édifices construits ou partiellement reconstruits dans le deuxième quart du XIIe siècle, la brique est mise en œuvre avec un soin tout particulier et l’on commence dans certains d’entre eux à jouer des effets de polychromie9.

  • 10 F. Bonora, «Nota su un’archeologia dell’edilizia», p. 230.

13A Gênes, où la construction de brique semble se développer au cours du XIIe siècle, un four est mentionné en 1210, et les dimensions des briques (environ 250 x 120 x 45 mm) traduisent une normalisation imposée vraisemblablement par des édits municipaux10.

  • 11 M. Durliat, Saint-Sernin de Toulouse, pp. 7-8.
  • 12 M. Durliat, « La construction de Saint-Sernin de Toulouse », pp. 203-204.
  • 13 Bruno Tollon, « [La brique] À Toulouse. Une culture originale », Monuments historiques, 185, janvie (...)

14À ces quelques exemples italiens on peut ajouter celui de Toulouse, où l’emploi du matériau dans l’architecture est attesté dans la seconde moitié du IVe siècle par la construction, attribuée à l’évêque Hilaire, d’une voûte en brique au-dessus du tombeau de saint Saturnin11. Dans la « ville rouge », l’emploi de la brique ne devient systématique que sur le chantier de Saint-Sernin après l’interruption des travaux consécutive à la mort de Raymond Guirard en 111812. Dès lors, la brique s’impose sans partage pour tous les grands monuments de la ville et, d’une manière à peine plus nuancée, pour les maisons. Ses dimensions et ses modes de fabrication sont strictement réglementés dès 1280. Bruno Tollon signale le maintien de grands formats hérités de l’Antiquité qui voisinent avec la brique « foraine » de 36 x 24 x 4,5 cm13. Ce module toulousain allait rapidement s’imposer pour les foyers de production des villes et des campagnes voisines, de la même manière que le molde zaragozano s’appliquait à la production des tuileries de la moyenne vallée de l’Èbre. Il n’est pas indifférent de noter que dans les deux villes, si proches à bien des égards, la brique employée du Moyen Âge au XXe siècle est de grande dimension, mais alors qu’à Toulouse elle adopte un système de proportions l/L = 2/3 semblable à celui en vigueur à Tolède, à Saragosse c’est le rapport l/L = 1/2 qui s’impose, comme à Séville ou… à Venise.

15On aimerait disposer de plus d’études historiques sur les villes du Languedoc, dans lesquelles la brique a joué un rôle si considérable dans la construction médiévale, mais on ne peut douter que les conclusions convergeraient vers la mise en évidence d’un essor au XIIe siècle de l’usage de la brique en milieu urbain, tant dans les constructions civiles que militaires.

  • 14 Ce mouvement est un peu plus tardif dans le Nord de l’Europe ; il peut être mis en relation avec de (...)

16Quoi qu’il en soit, il semble assuré que la brique devient un matériau courant dans certaines villes de l’Europe méridionale au cours du XIIe siècle14 ; d’autre part, cet essor s’accompagne d’un effort de réglementation de la production attesté un peu partout par des ordonnances municipales. On ne peut que mettre en parallèle l’histoire de l’industrie briquetière et celle de l’organisation du travail dans les cités médiévales. La naissance des corporations dans la première moitié du XIIe siècle est un fait avéré et les règlements qui régissent la production de brique sont un premier pas vers cette forme typiquement urbaine de la pratique artisanale. La production massive de briques, qui a pour conséquence une série d’activités prédatrices, impose un consensus qu’il n’est possible d’obtenir que dans une société fortement organisée. La technologie relativement élaborée que requiert la fabrication et la cuisson du matériau ne rend son emploi rentable qu’à partir d’un niveau de demande élevé qui est évidemment lié à une densité de peuplement que l’on ne trouve que dans les villes. À l’échelle d’une cité comme Toulouse, le chantier de Saint-Sernin put constituer un catalyseur pour une production artisanale balbutiante. À Venise, la nécessité de reconstruire des bâtiments détruits par une série d’incendies put jouer le même rôle ; partout, l’essor démographique particulièrement sensible en milieu urbain favorisait l’adoption de la brique, qui gagna au cours du XIIIe siècle les campagnes avoisinantes.

17Il n’est sans doute pas hasardeux de proposer l’hypothèse qu’à l’échelle européenne les pays de brique se superposent à ceux où se développe une culture urbaine puissante : Europe du Nord autour de la Baltique, Italie centrale, Espagne de la Reconquête. La seule région d’Espagne pour laquelle cette hypothèse ne peut rendre compte de l’essor de la brique au XIIe siècle est la Vieille-Castille et le León, où n’existent pas alors des villes de l’importance de Tolède, Saragosse ou Séville, mais la concentration géographique des constructions de brique de la province de Zamora dans la seule ville de Toro et la densité de constructions de brique dans des foyers urbains de moindre importance de la Vieille-Castille ou du León semblent indiquer que des bourgs de moyenne importance comme Sahagún ou Arévalo ont pu jouer, à leur échelle, un rôle identique à celui des grandes métropoles. On ne saurait cependant tout expliquer par la montée en puissance des villes dans le monde médiéval et seule la prise en compte d’autres facteurs historiques permet de rendre compte de la densité des absides parementées de brique dans les campagnes de la Vieille-Castille et du León.

« Romanistes » et cisterciens

18Si l’on fait abstraction de la mosquée de Bab Mardoum à Tolède, datée de l’an 1000 et unique en son genre, on ne trouve pas en Espagne d’édifice manifestant clairement un emploi de la brique en élévation avant le XIIe siècle. Le matériau est alors associé à des églises, ou plus précisément à des chevets d’églises s’inscrivant dans le grand courant de l’art roman.

19L’association de la brique à des formules architecturales romanes se manifeste à peu près à la même époque à Tolède et à Sahagún. À Tolède, on s’accorde généralement pour voir dans le chevet de l’église San Eugenio – qui pourrait dater des années 1150 – un prototype ; quant à la chapelle du Cristo de la Luz, autre monument précoce du roman tolédan, elle est datée de 1182. Quant à Sahagún, où l’on fait naître l’architecture románica-mudéjar de la Vieille-Castille et du León, le prototype y est incontestablement antérieur à 1184 et pourrait même remonter à la première moitié du XIIe siècle.

  • 15 Dans l’Europe du Nord, les proportions l/L sont également de 1/2, mais l’épaisseur des briques est (...)

20Les structures architecturales sont les mêmes – murs épais, baies étroites, voûtes en plein-cintre et en cul-de-four –, et le matériau sensiblement identique, bien que la proportion des briques soit 1/2 à Sahagún contre 2/3 à Tolède. Il est tentant de rattacher Tolède à la tradition romaine et Sahagún aux expériences almohades, mais nous avons vu qu’à Tolède rien ne permet d’affirmer que la brique ait été d’un emploi courant – et donc d’un module normalisé – avant le XIIe siècle et que par ailleurs les Almohades, dont les briques ont des proportions semblables à celles de Sahagún, ne commencent à utiliser le matériau d’une manière assez systématique qu’à la fin de ce même siècle. Enfin, pour rendre impossible toute explication simpliste, un trait paradoxal se manifeste par l’association de motifs architecturaux musulmans (arcs outrepassés et arcs entrecroisés) à un module romain alors que des motifs apparentés à ceux du premier art roman méditerranéen sont réalisés en briques de proportions almohades. Il nous semble donc qu’il ne faut pas trop attendre de la prise en compte des modules pour éclairer le processus de la création architecturale. Pour qui serait tenté d’utiliser l’argument des proportions « almohades » des briques de Castille et León dans le but de renforcer l’hypothèse d’une origine islamique de l’architecture de brique, nous nous contenterons de rappeler que ce système de proportions est également celui des briques employées dans l’Italie du Nord pour des édifices infiniment plus proches des églises étudiées ici que ne saurait l’être aucun monument musulman15.

21On ne peut non plus trop espérer d’une étude des seuls monuments pour donner une interprétation satisfaisante du phénomène : dans l’état actuel des connaissances, il est impossible de savoir à partir d’arguments purement archéologiques lequel des deux foyers, le tolédan ou le léonais, eut l’initiative de ce style de construction.

22Il nous paraît donc utile d’introduire des considérations d’ordre historique et démographique qui nous conduisent à penser qu’au XIIe siècle l’urgence de construire devait se manifester d’une manière plus aiguë sur les terres quasiment vierges du León en cours de repeuplement que dans la ville de Tolède, abondamment pourvue en églises mozarabes et qui n’avait pas encore récupéré le niveau de densité de population antérieur à la conquête de 1086.

23Quoi qu’il en soit, c’est sur l’aspect roman, voire romain de ces édifices que nous voudrions attirer l’attention. L’histoire même de Sahagún nous y incite, dont le prestige et l’essor sont liés à l’implantation d’un monastère considéré comme l’équivalent hispanique de Cluny dans son rôle de champion du rite romain. Que le clergé de Sahagún ait désiré manifester la puissance de l’Église par la construction d’une grande église abbatiale romane en pierre de taille et abondamment décorée est plus que vraisemblable en dépit de l’état de ruine auquel elle est aujourd’hui réduite. Que cette ambition ait été également celle des patrons de l’église de San Tirso (fig. 123), blottie au pied du monastère, apparaît tout aussi clairement à la simple vue des parties basses du chevet, construites en belle pierre de taille jusqu’à la brusque césure au-dessus de laquelle l’appareil de revêtement est constitué de briques. Comment interpréter le changement de matériau dans la construction de cette église comme l’adoption de formules mudéjares, alors que ni les techniques de construction ni les éléments architecturaux ou décoratifs ne s’écartent un tant soit peu des formules romanes et que rien ne permet d’assurer que les concepteurs, les réalisateurs et à plus forte raison les commanditaires de l’ouvrage aient pu appartenir à une plus qu’hypothétique communauté mudéjare ? Il ne se passe rien d’autre à Sahagún que ce qui s’est passé à Toulouse un siècle plus tôt : le remplacement d’un matériau par un autre mieux adapté aux contraintes géographiques, démographiques, économiques, mais aussi parfaitement en accord avec des options idéologiques et esthétiques ; alors que la tour se réclame visiblement d’exemples romains, le chevet reprend une formule qui plonge ses racines dans l’art roman méditerranéen tel qu’il s’exprime depuis un siècle, de l’Italie centrale à l’Aragon, tout en s’accordant avec une certaine tendance à l’austérité promue par les émules de saint Bernard.

  • 16 M. Valdés Fernández, Arquitectura mudéjar en León y Castilla, n. 15.
  • 17 M.T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, p, 44,
  • 18 Fernando Galtier Martí, « Aproximación a un nuevo tema. La pintura de exteriores románicos », dans (...)
  • 19 M. Valdés Fernández, Arquitectura mudéjar en León y Castilla, pp. 69 et 74.
  • 20 Sur ce concept et les nuances qu’il appelle, cf. notre article « Mozárabes y Lombardos. Los castill (...)

24Sur la romanité du clocher et ses parentés avec les tours romaines contemporaines, nous nous sommes exprimé de manière détaillée. Sur les sources occidentales du décor d’arcatures, des rangées de dents d’engrenage, des frises de fûts tronqués, que tous s’accordent à reconnaître16, on ne saurait insister davantage, si ce n’est pour souligner que des références identiques quoique moins évidentes peuvent expliquer certains aspects de San Martín et San Andrés de Ségovie ou des tours de Teruel. Pour ce qui est du décor d’arcatures, il ne paraît pas pertinent d’établir une différenciation entre celles mises en place dans le chevet de San Tirso de Sahagún ou de quelque autre église de Vieille-Castille ou de León et celles du domaine catalan en se fondant sur l’argument fragile que les premières étaient peintes et les secondes non17. D’une part, on connaît très peu d’exemples de décor peint à l’extérieur des édifices en Castille : un seul à notre connaissance, à l’abside du Cristo de la Vega de Tolède (pl. XXVII). D’autre part, le décor peint animait les églises du premier art roman non seulement à l’intérieur mais aussi parfois à l’extérieur18. F. Galtier Martí a souligné l’importance de ce décor dans les églises du premier art roman en Aragon et principalement dans la haute vallée du Gallego. Cette information va dans le sens des rapprochements esquissés par Manuel Valdés19 à propos du décor architectural (dents d’engrenage, recuadros, segments de fûts, etc.), qui inscrivent ce chapitre de l’art roman dans le grand livre de l’architecture « lombarde20 » ou, pour mieux dire, du premier art roman.

FIG. 123. – Sahagún (León), San Tirso, abside et clocher

  • 21 O. Gil Farrés, «Mudéjar? Románico de ladrillo?».

25Les problèmes que pose l’histoire du repeuplement de cette vaste région d’Espagne au lendemain de la Reconquête sont loin d’être résolus mais on ne peut douter que les colons qui s’établirent sur ces terres ou les maçons qu’ils employèrent à construire leurs églises avaient été profondément marqués par des expériences similaires à celles qui furent tentées au cours du XIe siècle en Catalogne et en Aragon21.

  • 22 M. Durliat, « La Catalogne et le premier art roman », p. 238.

26Un décalage de près d’un siècle existe cependant entre la grande période du premier art roman catalan et celle durant laquelle se déploie l’architecture romane de brique de la région envisagée. À partir de la fin du XIe siècle se constitua en effet l’art du « deuxième âge roman », celui du bel appareil de pierre taillée, des riches décors sculptés, notamment pour les cloîtres, et de l’essor des « arts de la couleur22 ». La prépondérance de la pierre dans l’architecture de la première moitié du XIIe siècle, le prestige des grands chantiers du « chemin français », le triomphalisme inhérent à une culture chrétienne victorieuse sur tous les fronts se traduisirent par la volonté de couvrir l’Espagne reconquise de ce même blanc manteau d’églises de pierre qui proclamait la victoire des armées du Christ sur les forces du mal.

  • 23 Selon M. Durliat, « La disparition du chapiteau historié au XIIIe siècle », p. 210, l’hostilité déc (...)

27Dans le second quart du XIIe siècle, un autre blanc manteau allait changer le cours de la sensibilité artistique d’une manière que l’on ne saurait sous-estimer : celui de saint Bernard, abbé de Clairvaux et champion de ce qu’il est convenu de désigner comme l’art cistercien. Que l’influence de saint Bernard et la voix des réformateurs, qu’il fait résonner dans toute la Chrétienté par le recours à une rhétorique admirable, aient bouleversé l’esthétique médiévale est une opinion assez largement répandue pour que l’on puisse la tenir pour une certitude23. On connaît depuis les travaux d’Elie Lambert l’importance qu’a revêtue en Espagne le développement de l’architecture cistercienne après 1150. La deuxième moitié du XIIe siècle a été pour l’Ordre un âge d’or que confirma en 1145 l’élévation au trône de saint Pierre de Bernardo Paganelli, moine de Clairvaux. Le disciple de saint Bernard prit le nom d’Eugène III. Quelle arrière-pensée motiva le choix du patronage de l’évêque de Tolède qui en 656 avait présidé avec Receswinthe le dixième concile tenu dans la capitale wisigothique, on ne saurait le dire, mais il est possible que les préoccupations liées à l’éradication de la liturgie wisigothique en Espagne, qui inquiétait la papauté depuis les lendemains de la conquête de Tolède, n’y furent pas totalement étrangères. La rencontre de l’évêque de Tolède Raymond de Sauvetat et d’Eugène III, à l’occasion du concile de Reims en 1148, et les négociations entreprises par le même Raymond pour ramener à Tolède les reliques de son saint prédécesseur l’évêque Eugène sont autant d’éléments qui nous incitent à renforcer l’hypothèse d’une influence cistercienne sur les modes architecturales tolédanes en particulier et hispaniques en général. Que les événements mentionnés ci-dessus aient abouti à la construction de la chapelle San Eugenio, l’un des premiers édifices dans lesquels se manifeste le « roman de brique » à Tolède, n’est qu’un élément mineur d’une démonstration qu’il serait totalement superflu de développer s’il ne s’agissait ici de parler d’édifices de brique. Tout indique en effet que la question fondamentale de l’Espagne nouvellement chrétienne, au terme de plus de trois siècles de domination musulmane, était l’arrimage au char de la papauté, qui cherchait à imposer l’orthodoxie romaine à tout l’Occident avec le soutien de Cîteaux, relayant en cela Cluny. Face à cette ambition et aux moyens qui furent mis à son service, le poids de la tradition mozarabe est nul en Vieille-Castille et dans le León, très faible à Tolède.

28Cîteaux joua un rôle capital dans l’histoire de l’architecture, moins par le nombre de ses monastères, aussi considérable fut-il, que par le bouleversement profond de l’esthétique architecturale qu’entraînaient les opinions de saint Bernard. Dans le domaine qui nous occupe ici, la disparition de la sculpture monumentale qui accompagna l’essor de l’Ordre facilita l’abandon de la pierre de taille.

  • 24 L. Torres Balbás, «Una fase de austeridad artística».

29La systématisation de l’emploi de quelques éléments de décor réduits à des arcatures, le renoncement, peut-être imposé dans un premier temps mais rapidement assumé, à tout artifice décoratif incitent à rapprocher ce courant artistique de mouvements contemporains d’ampleur européenne illustrés principalement par les cisterciens. À cet égard, il ne nous paraît pas nécessaire de rechercher dans le monde almohade des sources supplémentaires à cette « phase d’austérité artistique », comme le suggérait L. Torres Balbás dans un article paru en 1956. Cet auteur admet que si des parentés existent indéniablement entre les tendances spirituelles développées par saint Bernard († 1154) et celles d’Ibn Tumart († 1130), il s’agit là davantage d’un « curieux parallélisme synchronique » que d’un phénomène d’influences réciproques24 ; l’hypothétique participation d’une main-d’œuvre d’origine arabe ou berbère à la construction des grands monastères cisterciens de Castille, reconnaît-il, ne se traduit pas par des formes artistiques mudéjares dans les monastères, mais l’influence almohade se ferait en revanche sentir dans l’architecture « des petites églises de Castille ou León ». Il n’est pas douteux que L. Torres Balbás ne lise cette influence dans l’emploi de la brique comme matériau de construction, car c’est justement l’absence de tout élément formel propre à l’art almohade (arc outrepassé brisé, arc polylobé, décor de sebka) qui distingue le mudéjar de Castille et León du mudéjar aragonais ou sévillan. Nous nous sommes assez longuement expliqué sur le malentendu qui nous semble être à l’origine d’une telle interprétation pour qu’il soit aisément compréhensible que nous ne puissions sur ce point suivre l’illustre archéologue dans sa volonté de rattacher le mudéjar castillano-léonais à l’art almohade. Pour nous, l’« architecture romane de brique », telle qu’elle se manifeste dans la Meseta Norte, n’est qu’une modalité spécifique de ce courant austère qui parcourt l’Europe des Pouilles à la Baltique dans la deuxième moitié du XIIe siècle et la première moitié du XIIIe s. et qui n’est pas, loin s’en faut, l’apanage des seuls cisterciens.

30Seul un mouvement spirituel puissant nous paraît susceptible d’avoir pu forger une esthétique architecturale capable de résister aux séductions du grand art roman qui se développe dans le Nord-Ouest de l’Espagne au même moment. La question reste posée de savoir pourquoi ce courant s’enracine précisément dans cette zone et la réponse que nous proposons est liée justement à la nature du matériau employé. Que l’on veuille bien suivre l’interprétation du phénomène que nous formulons dans les lignes qui suivent.

31Lors de la mise en place des nouvelles structures ecclésiastiques qui nécessitaient la construction ou la reconstruction de nombreux édifices, la brique s’était imposée comme le matériau le plus adapté aux ressources du pays. Dans un premier temps utilisée en substitut pur et simple de la pierre, elle se soumet aux formes traditionnelles de l’architecture romane : les chevets entrepris en pierre de taille et continués en brique nous convainquent aisément qu’il en fut momentanément ainsi. Cette phase de l’histoire de l’architecture se situe dans la deuxième moitié du XIIe siècle, au moment où se développe dans tout l’Occident un formidable mouvement en faveur des formes austères promues par les ordres réformateurs qui connaissent, notamment aux confins de la chrétienté, le succès que l’on sait L’adéquation de cette « nouvelle donne » esthétique aux possibilités limitées du matériau, qui interdit le recours au faste du décor sculpté, va dynamiser la mise au point de formules décoratives qui jouent sur les articulations subtiles des volumes selon des modalités en tout point comparables à celles que mettent en œuvre les cisterciens dans les détails architecturaux de leurs édifices. Dans les constructions cisterciennes, toute la subtilité du décor est basée sur un jeu de décrochements d’une extrême sobriété. Le même esprit préside à l’élaboration des formes décoratives de l’architecture de brique dans les années médianes du XIIe siècle en Castille. La réussite incontestable des maçons au service des ecclésiastiques castillans repose sur l’acceptation de ce principe d’austérité, d’autant plus facile à assumer qu’il est en accord avec un « effet de mode », mais le « roman de brique » ne s’impose si puissamment que parce que, esthétiquement et économiquement adapté, il est également nourri par des importations massives de formules structurelles et décoratives que la tradition du terroir eût été bien en peine de fournir.

32Qu’on le veuille ou non, la tradition islamique, mozarabe, califale ou almohade n’a rien laissé sur le sol de Castille qui puisse fournir le terreau nécessaire à cette splendide éclosion d’églises : il faut donc chercher ailleurs les fils qui servirent à tisser ce « rouge manteau d’églises ». Ni les structures architecturales, ni les éléments du décor ne proviennent de la tradition almohade ; quant au matériau, la brique, il est au XIIe siècle aussi répandu en Lombardie et en Languedoc, d’où viennent tant de moines, de prélats et de guerriers, qu’en Andalousie, d’où pourraient provenir quelques musulmans désireux de se soumettre au joug des chrétiens reconquérants. Si de plus on examine en toute bonne foi les plans des églises, les structures de couvrement des chevets, l’organisation des élévations, les éléments de décor, on n’aura aucun mal à trouver des affinités troublantes avec l’Aragon, la Catalogne, la Lombardie, le Languedoc contemporain et l’architecture sans frontières des ordres réformateurs. Le brassage ethnique de cette terre de reconquête, qui se manifeste avec brio dans la sculpture contemporaine, intègre ici sans doute des gènes arabo-berbères, mais ceux-ci sont incontestablement minoritaires par rapport aux multiples apports de l’Occident chrétien. C’est justement ce pouvoir de synthèse qui caractérise l’art roman hispanique que nous pouvons voir se manifester dans l’architecture castillano-léonaise.

33Comment expliquer maintenant la prétendue pérennité du phénomène ? Il se peut que la réussite même, sur le plan esthétique, ait joué un rôle, mais nous ne croyons pas que cette explication soit suffisante pour rendre compte de la résistance aux formes nouvelles, notamment gothiques, qui imposent ailleurs sans mal des formules architectoniques tout aussi satisfaisantes, sinon davantage. Il y a d’une part le fait que l’abondance des constructions réalisées dans le courant du XIIe siècle dut être considérable : il s’agissait, ne l’oublions pas, d’occuper un espace quasiment déserté. À cet égard, nous ne pensons pas qu’il soit pertinent d’étirer par trop la durée d’existence du style « roman de brique » et s’il est fondé de penser qu’une évolution interne a pu conduire des modèles « préclassiques » aux réalisations « maniéristes », rien ne prouve que ce déroulement « wölfflinien » ait occupé deux siècles et demi de l’histoire de l’architecture dans une bonne partie des deux Castilles et du León. Nous pencherions plus volontiers pour une chronologie plus resserrée qui tiendrait aisément entre le milieu du XIIe s. et le troisième quart du XIIIe siècle. Dans ce cas, la quasi-inexistence des édifices gothiques s’expliquerait non par une autosatisfaction chauvine de la part des habitants des hauts plateaux castillans, mais par l’inutilité de mettre en œuvre des constructions nouvelles dans un pays saturé d’églises et démographiquement épuisé par la fuite en avant de la Reconquête. Les reconstructions nécessaires affectèrent seulement les nefs, édifiées dans un premier temps avec moins de soin, peut-être en brique crue ou en pisé, comme les habitations rurales le sont encore dans ces régions. Il suffit de parcourir les inventaires et les catalogues d’églises pour se rendre compte de la quantité extraordinaire de nefs reconstruites au Bas Moyen Âge ou à l’époque moderne et pour comprendre que notre hypothèse est au moins vraisemblable. Cette nouvelle phase de l’histoire de l’architecture castillane est précisément celle dans laquelle s’exprime avec vigueur et faste l’architecture mudéjare dans l’un de ses aspects les plus spectaculaires : celui des grandes charpentes ouvragées qui ne sauraient être antérieures au XIVe siècle et qui, pour beaucoup d’entre elles, ne datent que du XVIe ou du XVIIe siècle. D’où la confusion qui fait peser tant d’ambiguïtés sur cette architecture mudéjare de Castille : ce sont bien en effet des églises mudéjares mais celles-ci intègrent des chevets pour lesquels nous revendiquons l’épithète exclusive de roman, voire roman de tradition cistercienne.

  • 25 Léon Pressouyre, Le rêve cistercien, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Philosophies et Religion (...)
  • 26 D. Lohrmann, « Quelques tuileries et briqueteries cisterciennes ».

34D’autres facteurs peuvent conforter une opinion forgée à la lumière d’une analyse purement formelle. Il y a quelque temps, L. Pressouyre a avancé l’opinion que l’utilisation de la terre comme matériau de construction était tout à fait en accord avec la volonté d’humilité des cisterciens25 ; la propension des moines blancs à développer autour de leurs abbayes les activités proto-industrielles contribua sans doute à assurer dans l’Europe entière la promotion de la brique26. Il n’est pas indifférent de noter qu’à Pontigny comme à Rueda les voûtains sont réalisés en brique, et si les grandes églises cisterciennes de brique sont minoritaires par rapport à leurs sœurs ou cousines de pierre, on peut tout de même citer quelques monuments importants en faveur de notre hypothèse. Dans la deuxième moitié du XIIe siècle, plusieurs églises cisterciennes de Vieille-Castille et de León, comme Santa María de la Vega (Palencia) ou La Lugareja d’Arévalo (Ávila), furent construites ou du moins parementées en brique ; en Aragon, la petite chapelle de Tosos (Saragosse) constitue un prototype de construction de brique profondément marqué par l’influence de Cîteaux, au même titre que quantité d’édifices non cisterciens d’Europe occidentale.

35L’esthétique cistercienne, en limitant les possibilités décoratives de la pierre de taille à un pur jeu de formes géométriques, favorisa donc l’adoption des formules du « roman de brique » et donna une nouvelle vigueur à des formules archaïques puisées aux sources du monde roman. Un facteur supplémentaire facilita sans doute, au sud du Tage et de l’Èbre, l’expansion de l’esprit cistercien et donc la perméabilité à un goût nouveau en matière d’architecture : l’implantation massive des ordres militaires dans les terres nouvellement conquises.

  • 27 Mais aussi hors d’Espagne (Niels von Holst, « Zum frühen Burgenbau des deutschen Ritterordens in Sp (...)

36L’Éloge de la nouvelle milice avait dès 1132 soudé l’alliance entre Cîteaux et le premier des grands ordres militaires, celui du Temple. Deux ans plus tard, en 1134, Alphonse le Batailleur laissait par testament son royaume aux ordres militaires du Saint-Sépulcre, du Temple et de l’Hôpital. Les fondations éponymes des ordres spécifiquement hispaniques de Calatrava et Montesa étaient associées à des filles de Pontigny : ce sont là des indices d’une certaine convergence entre l’ordre cistercien et les ordres militaires, qui pourrait aussi avoir joué un certain rôle dans le destin de la construction de brique en Espagne27. L’omniprésence des ordres militaires dans l’Espagne médiévale, leur puissance militaire et politique, le rôle qu’ils jouaient dans les territoires frontaliers ne se traduisent pas uniquement par le contrôle de nombreux châteaux, mais aussi par une activité soutenue dans le domaine du développement des villes. C’est dans une de ces villes pionnières que se manifeste de manière particulièrement évidente une claire attirance des ordres militaires pour l’architecture sobre et majestueuse promue par les bernardins. Toro présente en effet, à côté de la magnifique collégiale romane de pierre de taille, trois églises dépendant des ordres du Temple, de l’Hôpital et du Saint-Sépulcre qui traduisent le renoncement à la pierre et au grand style roman en faveur de la brique mise en œuvre selon les principes d’une esthétique rigoureuse et raffinée.

37Il n’est pas question ici de revendiquer pour Cîteaux, ou pour son bras armé, la nouvelle chevalerie, l’initiative de ce que l’on peut continuer à appeler, à la suite de V. Lamperez, le « roman de brique », mais d’attirer l’attention sur le rôle que joua, à notre avis, l’esthétique architecturale des bernardins dans l’adoption massive d’un style qui appartient en propre au monde médiéval chrétien et ne doit rien à la tradition islamique, sauf dans le domaine tolédan.

38Le cas particulier que constitue dans ce vaste ensemble du « roman de brique » le style tolédan est hé à un topique architectural qui ne peut être interprété que du point de vue technique et esthétique : l’« appareil tolédan » est une manière habile d’associer beaucoup de granite et peu de briques de façon à obtenir des maçonneries solides et belles. Il est plus difficile de trouver une explication au style architectural adopté pour les absides des églises de la ville, qui associe au « roman de brique » des motifs décoratifs hispano-musulmans, sans faire référence à la présence d’une communauté mozarabe particulièrement puissante que le parti romain, incarné par les archevêques, fut contraint d’intégrer. Le mudéjar (ou mozarabe ?) tolédan, dont nous avons risqué une analyse dans les pages consacrées à l’architecture de cette province, comme le « roman de brique » connut une longévité étonnante. Santiago del Arrabal, de même que les églises d’Alba de Tormes (Salamanque), qui associent des motifs décoratifs gothicisants à un type de construction inauguré au milieu du XIIe siècle à Sahagún, témoignent de cette longévité du style dont les dernières manifestations sont ainsi pratiquement contemporaines de celles du gothique de tradition non chartraine qui s’exprime vigoureusement dans l’Espagne du XIIIe siècle, tant en Aragon qu’en Andalousie.

Le faste nasride

39L’apparition de motifs décoratifs empruntés à l’architecture hispano-musulmane dans des édifices chrétiens de brique fut précoce à Tolède, puisque les templiers qui adaptèrent la mosquée de Bab Mardoum au culte chrétien eurent recours aux arcs polylobés pour décorer vers 1150 le chœur du nouveau sanctuaire, mais la diffusion géographique du mudéjar tolédan fut très limitée aux XIIe et XIIIe siècles et on ne saurait guère citer que la chapelle de Santiago à Burgos pour l’illustrer.

40La conquête de l’Andalousie après la bataille de Las Navas de Tolosa en 1212 mit les conquérants quotidiennement en contact avec les monuments almohades. Les mosquées, une fois purifiées, furent investies par le clergé catholique et pourvues de chœurs logés dans des absides convenablement orientées comme à Almonaster (Huelva) ; mais ce furent surtout les minarets qui fascinèrent les chrétiens. La Giralda de Séville ou son imitation à l’échelle d’un hameau, à Bollullos de la Mitación, sont les témoignages les plus manifestes de la conversion en clochers des minarets musulmans. Ils séduisirent par leur décor avant de convaincre par leur structure de tours emboîtées, particulièrement stable et adaptée à leur fonction. Les tours de San Martín et San Salvador de Teruel illustrent une première phase qui se traduit par une fusion entre le modèle du campanile italien et celui du minaret almohade, moins manifeste mais néanmoins sensible à Daroca (Saragosse). L’inclusion d’éléments céramiques, imités des bacini italiens, abondamment utilisés dans le mudéjar aragonais et qui constituent le seul élément précieux du clocher de Belmonte de Calatayud, est un autre signe de ce curieux mélange de traditions, qui trouve un écho dans les monuments de la Sicile normande. À Ateca (Saragosse), dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, un pas de plus fut franchi en direction de l’adoption de la formule du minaret par les clochers chrétiens, qui se confirma au XIVe siècle au point de rendre extrêmement difficile l’attribution aux chrétiens ou aux musulmans de certaines tours sévillanes. En dehors de ces minarets, cependant, le style mudéjar eut du mal à s’imposer dans l’architecture chrétienne en raison même du succès des formules occidentales.

41L’explication de l’extraordinaire développement que connut le style mudéjar dans la deuxième moitié du XIVe siècle et au XVe siècle (fig. 125, p. 453) réside en partie dans la séduction que pouvaient exercer sur les princes chrétiens, non les mosquées almohades, mais les palais nasrides et tout particulièrement l’Alhambra de Grenade.

  • 28 La perspicacité d’Élie Lambert, que nous nous plaisons à souligner, n’est pas l’apanage des histori (...)
  • 29 M, T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, pp. 121-132
  • 30 Ph. Araguas, «Bene fundata est supra firmam petram».

42Peu après son entrée à Grenade en 1238, Mohamed ibn al-Ahmar entreprit la reconstruction de l’alcazaba que ses successeurs enrichirent au cours du siècle suivant au point d’en faire l’un des plus fascinants palais d’Occident Le maintien d’un royaume musulman dans la Péninsule durant deux siècles et demi constituait un statu quo fragile reposant sur une diplomatie active qui se traduisit au XIVe siècle, notamment sous le règne de Pierre le Cruel, par une intensification des échanges. Le mode de vie oriental dont témoignent les aménagements de Mohammed III et Youssouf Ier présentait des agréments certains qui permettent de comprendre sans trop de difficulté la présence d’un hammam dans l’enceinte du palais de Tordesillas. Sans doute est-il plus difficile de déterminer quelle part respective tinrent le politique et le domestique dans les aménagements de l’Acázar de Séville, mais il est incontestable que de cet impondérable mélange naquit ce qu’Elie Lambert dénomma fort perspicacement le « mudéjar de cour28 ». Il ne fait aucun doute que l’architecture civile andalouse du XIV e siècle était beaucoup plus mudéjare que gothique. En raison de la rareté des édifices civils conservés, la pénétration de ce « mudéjar de cour » est difficile à estimer à sa juste mesure dans les territoires plus septentrionaux : nous ne pouvons guère citer que les palais de Tordesillas (Valladolid) et d’Astudillo (Palencia), quelques vestiges des palais de Tolède et ceux du palais de Juan Sánchez de Sévilla à Salamanque pour illustrer ce chapitre dans lequel la brique n’a, du reste, qu’une importance très relative. Nous ne pensons pas cependant que l’on puisse mettre sur le compte d’un artifice de rhétorique spécieux le fait d’assimiler à ces palais les constructions qui constituaient les « dernières demeures » de ces puissants : les chapelles funéraires, dans lesquelles tous s’accordent à voir la principale manifestation du style mudéjar en architecture29. L’histoire de la Seo de Saragosse est à cet égard significative, puisque, comme nous avons cru pouvoir le démontrer, l’introduction du style mudéjar y est étroitement liée à la décoration par des artisans sévillans de la chapelle funéraire de Pedro López de Luna, conçue comme une annexe du palais voisin30. À partir de là, soutenu par une communauté mudéjare autochtone de plus en plus spécialisée dans les métiers de la construction et de la céramique, le « mudéjar aragonais » allait connaître un développement considérable et une faveur incontestable qui se traduisit par l’adoption de formules décoratives très proches de celles qui se manifestent dans les derniers minarets nasrides de la région de Málaga.

43Les nécessités historiques qui imposaient à la Castille le maintien au sud d’une paix fragile, afin de pouvoir consacrer l’essentiel de ses forces à régler les problèmes qui l’assaillaient au nord, favorisèrent ainsi le développement d’un art qui, paradoxalement, s’exprime avec une vigueur extraordinaire dans les territoires aragonais reconquis depuis deux siècles et demi par les chrétiens. La raison à cela doit être cherchée non plus dans des causes extérieures au domaine purement architectural, mais au cœur même du phénomène artistique spécifique que constitue l’architecture mudéjare aragonaise.

L’invention technique

  • 31 J. S. Ackermann, «Ars sine scientia».

44« Ars sine scientia nihil est. » La petite phrase de Pierre Mignot qui proclame, comme l’a montré J. S. Ackermann31, la nécessité de la maîtrise technique pour aller au-delà de ce qui est permis par la pratique routinière du métier, s’applique parfaitement à l’analyse de la construction de brique dans l’Espagne médiévale : si le poids de la tradition non plus que celui de l’argent ne suffisent à expliquer l’essor du phénomène et que les facteurs culturels paraissent prépondérants, il convient d’inclure parmi ceux-ci la culture technique.

45Il est vraisemblable que l’usage limité des cintres de bois que permet le recours à la brique, déjà exploité ainsi par les Byzantins, dut jouer un rôle important, sinon dans l’adoption du matériau à l’époque romane, du moins dans le développement qu’il connut en Nouvelle-Castille et en Estrémadure au XIIIe et au XIVe siècle.

46Un autre aspect, que met en évidence le système de construction du château de Casarrubios del Monte, dut également jouer en faveur de la préférence donnée au matériau dans certaines constuctions militaires du XVe siècle : nous voulons parler de la construction sans fondations, qui n’est pas sans rappeler la technique employée par les ingénieurs du IIIe Reich pour les bunkers du mur de l’Atlantique (pl. XXVI). Il est certes difficile, à partir d’un seul monument observable, de considérer qu’il put s’agir là d’une pratique courante, mais, compte tenu du fait que cette forteresse s’inscrit dans un groupe assez cohérent, on pourrait tenter de vérifier la pertinence de ces observations à l’occasion de travaux monographiques ou de restaurations.

47Dans les pays de la couronne d’Aragon, ce sont au contraire les possibilités d’allégement des maçonneries permises par l’emploi de la brique qui ont été exploitées. En effet, s’il est une région dans laquelle l’architecture mudéjare est étroitement associée tant dans le gros-œuvre que dans le décor à la brique, c’est bien dans cette partie de la vallée de l’Èbre reconquise dans la première moitié du XIIe siècle. La christianisation du territoire, qu’illustrent la construction du chevet roman de la Seo de Saragosse à la fin du XIIe siècle et celle de la petite chapelle de Tosos, entraîna l’abandon des formules décoratives islamiques. Au XIIIe siècle, les liens étroits qui existent entre la monarchie aragonaise et la maison comtale de Toulouse favorisèrent sans doute l’adoption des formules architecturales du gothique languedocien. La brique, dont la fabrication se développait d’autant plus que la pierre locale est mal adaptée à la taille, est l’un des matériaux de ces églises qui trouvent tout naturellement place au sein du gothique méridional. Dans cette région où le calcaire est rare et le gypse abondant, le plâtre est utilisé comme ailleurs la chaux. Il est vraisemblable que de cette union de deux matériaux naquit un type de construction qui se caractérise par une étonnante légèreté ; la diminution du cubage de maçonnerie exigé par la construction des églises compense les surcoûts générés par le recours à un produit manufacturé relativement coûteux et assure la promotion de la brique comme unique matériau de gros-œuvre. Parallèlement, pour les raisons que nous avons exposées plus haut, se développe un décor qui prend ses racines dans l’art almohade et qui s’adapte très bien aux ressources naturelles et artisanales de la région : le stuc, la brique, la céramique. C’est ainsi, semble-t-il, que l’on peut expliquer la prépondérance absolue de la brique dans l’architecture de la région de Saragosse.

Notes

1 A. Bazzana, Maisons d’al-Andalus.

2 Catherine Balmelle, Les demeures aristocratiques d’Aquitaine. Société et culture de l’antiquité tardive dans le Sud-Ouest de la Gaule, Pessac-Bordeaux, Ausoniuis-Aquitania, 2001 ; Pedro de Palol et Javier Cortés, La villa romana de la Olmeda de Pedrosa de la Vega (Palencia). Excavaciones de 1969 y 1970, Madrid, Ministerio de Educación y Ciencia, coll. « Acta Arqueológica Hispánica » (7), 1974 ; José Luis Argente Oliver, La villa tardorromana de Baños de Valdearados (Burgos), Madrid, Ministerio de Cultura, coll. « Excavaciones Arqueológicas de España » (100), 1979.

3 P. de Palol et G. Ripoll, Les Goths.

4 Sur les relations entre l’architecture asturienne et l’architecture carolingienne, cf. I. Bango Torviso, « De la arquitectura visigoda a la arquitectura asturiana ».

5 G. Martinez-Gros, L’idéologie omeyyade, p. 50.

6 Ibid., p. 47.

7 Nous verrions volontiers une autre manifestation de cette influence romaine sur l’architecture omeyyade dans le « trophée » militaire que constitue à notre avis la partie basse de la Torre del Trobador de l’Aljafería de Saragosse ; cf. Ph. Araguas, « La Torre del Trobador ».

8 G. Fazio et alii, « Le altinelle a Venezia. Problemi storicci, caratterizzazione chimico-fisica, causa di deterioramento », dans Il mattone di Venezia. Contributi présentati al Concorso di idee su patologia, diagnosi e terapia del mattone dt Venezia (Venezia, 29 ottobre 1980), Venise, Istituto per lo Studio della Dinamica delle Grandi Masse del CNR, 1982, pp. 227-253.

9 A. Kingsley Porter, Lombard Architecture, pp. 32-45.

10 F. Bonora, «Nota su un’archeologia dell’edilizia», p. 230.

11 M. Durliat, Saint-Sernin de Toulouse, pp. 7-8.

12 M. Durliat, « La construction de Saint-Sernin de Toulouse », pp. 203-204.

13 Bruno Tollon, « [La brique] À Toulouse. Une culture originale », Monuments historiques, 185, janvier-février 1993, pp. 20-25 ; et Brigitte Saulais, « La brique foraine », Monuments historiques, 185, janvier-février 1993, pp. 36-38.

14 Ce mouvement est un peu plus tardif dans le Nord de l’Europe ; il peut être mis en relation avec des incendies catastrophiques mais aussi avec des campagnes de construction d’enceintes urbaines (M. de Waha, « Aux origines de l’architecture de brique en Hainaut »).

15 Dans l’Europe du Nord, les proportions l/L sont également de 1/2, mais l’épaisseur des briques est plus importante.

16 M. Valdés Fernández, Arquitectura mudéjar en León y Castilla, n. 15.

17 M.T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, p, 44,

18 Fernando Galtier Martí, « Aproximación a un nuevo tema. La pintura de exteriores románicos », dans Actas del VII Congreso Internacional de Estudios Pirenaicos (Seo de Urgel, 16-21 septiembre 1974), t, VI : Comunicaciones de la V section : Historia, Arte, Derecho Jaca, Instituto de Estudios Pirenaicos, 1983, pp. 5-15.

19 M. Valdés Fernández, Arquitectura mudéjar en León y Castilla, pp. 69 et 74.

20 Sur ce concept et les nuances qu’il appelle, cf. notre article « Mozárabes y Lombardos. Los castillos del primer arte románico en Cataluña » ; et Marcel Durliat, « La Catalogne et le premier art roman », Bulletin monumental, 39, 1989, pp. 209-238,

21 O. Gil Farrés, «Mudéjar? Románico de ladrillo?».

22 M. Durliat, « La Catalogne et le premier art roman », p. 238.

23 Selon M. Durliat, « La disparition du chapiteau historié au XIIIe siècle », p. 210, l’hostilité déclarée de saint Bernard à la figuration humaine et animale est la cause première de ce bouleversement fondamental que constitue l’abandon du chapiteau historié.

24 L. Torres Balbás, «Una fase de austeridad artística».

25 Léon Pressouyre, Le rêve cistercien, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Philosophies et Religions » (95), 1990, pp. 89-90.

26 D. Lohrmann, « Quelques tuileries et briqueteries cisterciennes ».

27 Mais aussi hors d’Espagne (Niels von Holst, « Zum frühen Burgenbau des deutschen Ritterordens in Spanien und Preussen », Burgen und Schlösser, 21[1], 1980, pp. 10-15).

28 La perspicacité d’Élie Lambert, que nous nous plaisons à souligner, n’est pas l’apanage des historiens français ; les architectes espagnols en sont tout autant pourvus, comme le montre l’article de Vicente Lampérez y Romea, « Los palacios de los Reyes de España en la Edad Media », Arte español, 4, novembre 1914, pp. 157-181 ; y, février 1915, pp. 213-215 ; 6, mai 1915, pp. 285-300.

29 M, T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, pp. 121-132

30 Ph. Araguas, «Bene fundata est supra firmam petram».

31 J. S. Ackermann, «Ars sine scientia».

Table des illustrations

Légende FIG. 123. – Sahagún (León), San Tirso, abside et clocher
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 595k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search