Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Cinquième partie. Les raisons d'un choix

Chapitre XX

Un choix passif

Texte intégral

1Quelles raisons purent pousser les hommes du Moyen Âge à renouer avec un matériau longtemps oublié, à le mettre en œuvre avec une « volonté d’art » évidente, au point d’en faire un élément majeur de l’esthétique architecturale de régions vastes, de monuments prestigieux ? Les réponses données à cette question mettent le plus souvent en avant des réactions passives à une série de données ou de faits qui réduisent la créativité architecturale à une suite de compromis et de pis-aller assumés collectivement par des générations de maçons espagnols pragmatiques et tout au plus économes et ingénieux. L’architecture de brique ne serait donc le plus souvent qu’un ersatz d’architecture de pierre, dont l’acceptation soumise s’expliquerait par une incapacité à pallier les difficultés d’approvisionnement en pierre, un souci d’économiser deniers ou maravédis, une inclination atavique vers des invariantes inscrits dans le sol et la race. Cette vision partiellement acceptable, qui domine l’historiographie de manière explicite ou non, doit être nuancée par un regard plus attentif aux composantes intellectuelles, spirituelles, émotionnelles et proprement artistiques de cette dialectique toute-puissante du hasard et de la nécessité qui oriente, aussi, le destin des civilisations.

Le poids de la terre : la géologie

2L’adoption de la brique comme matériau de construction est interprétée par tous les auteurs qui se sont penchés sur l’étude des grands foyers d’architecture de brique que sont la Meseta Norte ou la plaine de la moyenne vallée de l’Èbre autour de Saragosse comme une manière de résoudre les problèmes posés par l’absence de carrières de pierre à proximité des chantiers. L’argument ne s’impose pas avec la même évidence pour le foyer tolédan, l’Estrémadure ou l’Andalousie mais mérite d’être examiné à la lumière de considérations géologiques.

  • 1 Pour une approche à l’échelle de la Péninsule, cf. la carte des sols de l’Atlas nacional de España,(...)

3Globalement, tout d’abord, on constate qu’à l’exception de la région de Saragosse, les zones de grande concentration de la construction de brique sont situées dans la partie occidentale de la Péninsule ; la partie orientale – où dominent les sols calcaires sur matériaux consolidés1, notamment toute la frange méditerranéenne – est naturellement une zone où s’impose, tout au long des siècles, la pierre de taille. L’exception notable que constitue la vallée moyenne de l’Èbre et de ses affluents est due au fait que les affleurements du substrat calcaire sont rares dans cette région très basse, dont les sols sont le plus souvent constitués de matériaux détritiques et de produits de l’altération des calcaires ; au nombre de ceux-ci, le gypse, matière première du plâtre, domine dans une très vaste zone et constitue, autour de Saragosse notamment, de véritables sierras ; nous rendrons compte un peu plus loin de l’importance que revêt pour l’histoire de l’architecture cette très grande abondance du gypse dans les couches géologiques superficielles.

4La région occidentale de la Péninsule, que dominent les massifs montagneux des sierras (de Gredos, Nevada, Morena, etc.) présente un substrat essentiellement granitique et schisteux. Les argiles y sont très plastiques et particulièrement propices à la production céramique ; les affleurements granitiques sont omniprésents mais les couches superficielles, souvent fort dégradées, ne produisent que des pierres de qualité médiocre : c’est le cas en particulier dans la Meseta Norte, dans la zone d’expansion du « roman de brique ». Les monts de Tolède, la sierra de Gredos, celle d’Aracena, pour ne citer que ces quelques massifs montagneux, sont en revanche des zones d’extraction du granité et le très grand usage de ce matériau que firent les constructeurs au cours des siècles suffit à rendre compte de son abondance mais aussi de sa relative facilité de taille.

  • 2 La base de données Sinamba de la Consejería de Medio Ambiente de la Junta de Andalucía propose un i (...)

5On ne saurait bien entendu se contenter d’une approche aussi globale, car la réalité architecturale de villes comme Saragosse, Tolède ou Séville met en évidence la variété des matériaux employés et la diversité des sources d’approvisionnement : les calcaires et les grés n’ont manqué ni dans l’une ni dans les autres des grandes capitales lorsqu’on a voulu construire la Seo del Salvador de Saragosse ou la grande cathédrale andalouse ; pour cette dernière, les carrières de Puerto de Santa María ont procuré en abondance une pierre de construction de qualité, amenée sans grands frais par voie fluviale ; à Saragosse, la région de Tudela, en amont sur le fleuve, fournit la pierre et peut-être la main-d’œuvre pour le chevet roman de la Seo ; à Séville encore, des carrières de bonne pierre de construction existent dans la banlieue de la ville et la calcarénite de Dos Hermanas donne sa chaude tonalité à certains des monuments de la capitale andalouse, telle la Maestranza par exemple2, tandis que des villes entières – comme Carmona par exemple – dont les monuments font un abondant usage de la brique sont assises sur des gisements inépuisables de pierres de taille.

6On ne saurait donc se limiter à une approche trop simpliste du phénomène : certes, l’abondance et la facilité d’extraction des pierres sédimentaires dans l’Espagne orientale, ou des granités dans le quart nord-ouest de la Péninsule, ne sont pas des facteurs favorables à la construction de brique ; certes, la nature détritique des couches géologiques superficielles de la Meseta Norte ou de la plaine moyenne de l’Èbre favorise l’industrie céramique, mais ces freins ou ces incitations à la construction de brique sont insuffisants pour expliquer les raisons du succès du matériau à Tolède ou à Séville, à Guadalupe ou à Toro, Carmona et Teruel. Dans tous les cas, il faut prendre en compte les données de la microgéographie, celles de la situation de la ville ou du monument étudié par rapport aux voies navigables et surtout des matériaux associés à la brique. On ne saurait en effet analyser du même œil des édifices « de brique » comme la plupart des églises de la Meseta Norte, dans lesquels l’emploi du matériau est associé dans une proportion infime à la maçonnerie de mœllons très pauvre en chaux, voire au pisé, et les églises tolédanes aux blocs de granité soigneusement ajustés ; nous verrons plus loin combien il est indispensable de prendre en compte le béton de terre et les enduits de chaux pour comprendre l’essence même de l’architecture andalouse et de quelle manière, plus que tout autre matériau, le plâtre contribue à l’affirmation d’une architecture spécifique aux pays de la couronne d’Aragon.

7Dans les raisons qui motivent l’emploi de la brique, le déterminisme géologique occupe donc une certaine place, mais on ne peut se contenter de l’explication courante selon laquelle la brique est employée là où manque la pierre à bâtir. La prise de conscience de l’insuffisance de l’argument géologique incita à rechercher d’autres déterminismes, au nombre desquels pesa très lourd dans l’historiographie espagnole le déterminisme ethnique.

Le poids des hommes : mozarabes et mudéjars

  • 3 Pour les problèmes posés par ce terme on pourra se référer à Mireille Mentré, La peinture mozarabe,(...)
  • 4 Nous avons eu l’occasion de développer une critique méthodologique au sujet des abus de l’emploi du (...)
  • 5 L’une de ces éclairantes « mises au point » touche justement la définition du gothique méridional, (...)
  • 6 « Ce sont donc d’étranges outils que les concepts historiques ; ils permettent de comprendre parce (...)

8La confusion qu’introduit dans l’histoire de l’architecture espagnole l’utilisation de termes forgés à partir de considérations ethniques ou religieuses, comme mozarabe3 ou mudéjar4, n’est guère moins embarrassante que celle qui, au XIXe siècle faisait des termes « gothique » ou « romano-byzantin » des outils d’analyse tout juste bons à dégager, à grandes pelletées, une réalité archéologique promise à une fouille plus délicate. La confrontation à une vaste échelle des manifestations de ces styles architecturaux, pour nous en tenir au domaine restreint qui est le nôtre, a permis et permet encore5 d’affûter ces outils pervers que sont les concepts stylistiques6. De ce point de vue, les revendications nationalistes qui sont attachées à ces termes, et que justifient sans doute les particularités de l’histoire médiévale espagnole, sont incontestablement un frein aux tentatives de confrontation de ces concepts à des réalités fort voisines mais étrangères à l’Espagne.

  • 7 Par exemple 70 pages sur les 200 de G. M. Borrás Gualis, El arte mudéjar, cité supra.

9Tout essai sur l’art mudéjar comporte une première partie, quasi rituelle, de considérations historiographiques7 qui traduit l’embarras des historiens de l’art devant les avatars d’une terminologie forgée empiriquement ; c’est le plus souvent l’occasion pour l’auteur de l’essai d’exprimer les rivalités d’écoles, les « coups de chapeau » aux grands maîtres et les coups de verges aux mauvais élèves. La dernière synthèse présentée par un grand spécialiste de la question, G. Borrás Gualis, est en ce sens un modèle du genre. Elle souligne en particulier le rôle fondamental joué pour Élie Lambert par les

  • 8 G. M. Borrás Gualis, El arte mudéjar.

formulations claires et raisonnées apportant à l’interprétation des phénomènes particuliers la cohérence d’une vision globale et totalisatrice, servie par une littérature scientifique limpide et brillante8.

  • 9 Ibid, p. 40.
  • 10 Ibid, p. 44.

10L’effort de théorisation qui suit l’exposé historiographique tente de clarifier la terminologie en écartant d’un revers de plume les termes hétérodoxes comme románico de ladrillo, gótico mudéjar, románico mudéjar, etc. – même lorsqu’ils sont utilisés par des auteurs faisant autorité comme V. Lampérez ou F. Chueca Goitia9, et consacre le néologisme de « mudéjarisme10 ». Ni cet essai de définition autoritaire et totalitaire, qui revendique pour le mudéjar une homogénéité que dément l’apparence des choses, ni celui, plus abstrait, qui tente de formuler les raisons pour lesquelles le mudéjar peut ou ne peut pas être considéré comme un style (ou un métastyle, un « invariant »…), ni la tentative de définir le style par ce qu’il n’est pas (chrétien, roman, gothique, musulman, hispano-musulman…) ne permettent de cerner clairement ce concept.

  • 11 Ph. Araguas, « Architecture de brique et architecture mudéjar ».

11Ce que nous avons proposé, dans un article publié en 1987 dans les Mélanges de la Casa de Velázquez11, était d’apporter notre contribution à cet effort de clarification en examinant à partir de données objectives le bien-fondé de l’appellation mudéjar concédée à la plupart des édifices en brique construits en Espagne durant le Moyen Âge.

  • 12 G. M. Borrás Gualis, El arte mudéjar, p. 61.

12Nous devons maintenant analyser la critique formulée par G. Borrás Gualis à l’égard des idées développées dans cet article, avant d’y répondre. Le « fantasma de los materiales12 » qui aurait hanté V. Lampérez avant de nous assaillir ne devrait pas être pris en compte dans une analyse du mudéjar, parce que, affirme-t-il, on ne saurait étudier le mudéjar sous un angle de vue spécifique mais seulement d’une manière globale et parce que dans un édifice mudéjar, la brique et les autres matériaux de construction doivent être

non pas considérés isolément mais intégrés dans un système de travail sélectionnant les éléments formels en les articulant d’une manière particulière, c’est-à-dire en aboutissant à quelque chose de tout à fait distinct [des structures architecturales chrétiennes].

13Par ailleurs, aucun éclairage extérieur ne pourrait être apporté sur les rapports de l’architecture de brique et de l’architecture mudéjare, car

L’art mudéjar est délimité comme une enclave culturelle islamique en territoire chrétien, raison pour laquelle on lui fait violence lorsque l’on veut l’inclure dans telle ou telle autre manifestation artistique.

14De ce fait, poursuit-il,

  • 13 Ibid., pp. 69-70.

Si l’art mudéjar ne fait pas partie de l’art occidental européen, le thème de la brique dans l’architecture mudéjare ne pourra jamais culturellement être transposé dans l’ample cadre de l’art occidental européen […] parce que la réalité culturelle de l’Espagne chrétienne ne peut en aucune manière être réduite à la réalité culturelle européenne13.

15Ces arguments tautologiques une fois développés, G. Borrás Gualis met en doute l’exhaustivité de notre repérage avant d’émettre, à l’encontre de la méthode que nous utilisons, une critique plus fondamentale :

Philippe Araguas ou n’importe quel chercheur amateur de quantification de données ne doit pas oublier que cette méthodologie de travail ne les mènera jamais beaucoup plus loin que ce qui est à la portée de la lunette de vision utilisée : la quantification.

  • 14 On aura avantage à éclairer cette polémique des feux de l’historiographie en lisant l’article de Ca (...)
  • 15 G. M. Borrás Gualis, « A propósito de arquitectura de ladrillo y arquitectura mudéjar », p. 71.

16Tout en sachant ce que cette réflexion méthodologique doit à un courant historiographiquement bien daté14, nous ne pouvons que nous étonner d’une attitude qui balaie un peu vite toute une série de travaux dans lesquels l’historiographie espagnole des années soixante-dix s’est illustrée avec un certain bonheur. Mais G. Borrás Gualis considère sans doute que la délimitation stricte d’un corpus d’étude et la sélection de critères d’analyse objectifs comme la nature, les dimensions, le volume, les modalités d’emploi et la date de mise en œuvre d’un matériau donné sont des « techniques de laboratoire » inappropriées à l’étude de problèmes artistiques15. Que propose-t-il pour mieux définir l’art mudéjar ? Une approche beaucoup plus globale dont il développe à nouveau en quelques lignes les mêmes principes :

On ne doit pas se référer à un matériau, mais à tous les matériaux dans leur ensemble (pierre, béton, brique, plâtre, céramique, bois, etc…) puisqu’ils constituent conjointement la manobra, terme qui désigne les matériaux employés dans une œuvre, au moins dans le système de travail mudéjar en Aragon. Mais ces matériaux ne doivent pas pour autant intéresser pour eux-mêmes, mais en fonction des techniques utilisées, c’est-à-dire de leur intégration dans un système de travail qui conduit à un résultat artistique déterminé. Parce que l’on aura observé que tous ces matériaux, dans l’art mudéjar, ne se limitent pas à une fonction purement constructive, mais sont fondamentalement le support et le véhicule de certaines formes et de tout un système ornemental.

  • 16 L’examen de la bibliographie et le survol du catalogue que nous présentons suffisent à justifier le (...)

17Il va de soi que des critères aussi largement définis que « tous les matériaux dans leur ensemble, etc. » ou l’« intégration des techniques dans un système de travail » et « tout un système ornemental » permettent de « ratisser large » et de recueillir dans l’escarcelle du mudéjar quantité de monuments. L’argumentation avancée permet de comprendre à quoi tant d’édifices romans ou gothiques, au nombre desquels on peut compter Santa Ana de Séville ou Santa María de la Vega, doivent de figurer dans les études sur l’architecture mudéjare de León ou d’Andalousie16. Là s’arrêtent les critiques positives et objectives qui ont été formulées à l’égard de la thèse que nous avions exposée.

18Notre problème n’étant pas de substituera une définition aussi imprécise de l’art mudéjar une autre plus restrictive, mais de voir quelle est la place qu’occupe la brique dans les monuments dit mudéjars et dans les critères de définition de l’architecture mudéjare, nous pouvons réitérer les conclusions que nous développions en 1987.

19Si l’on admet que le qualificatif de mudéjar s’applique aux monuments construits dans l’Espagne chrétienne et présentant des éléments, décoratifs ou structurels, qui s’enracinent dans la tradition islamique telle qu’elle s’est manifestée au Moyen Âge dans la Péninsule, il s’agit pour nous de nous demander, dans un premier temps, si l’architecture musulmane d’Espagne fait ou non un large emploi de la brique.

  • 17 B. Pavón Maldonado, « Hacia un tratado de arquitectura », p. 330.
  • 18 Ibid., p. 331.
  • 19 J. Meunié, H. Terrasse et G. Deverdun, Recherches archéologiques à Marrakech, pp. 73-74.

20Si l’on veut bien considérer ses « lointaines origines orientales », pour reprendre les termes de B. Pavón Maldonado17, l’usage de la brique « se perd dans la nuit des temps ». Il convient cependant de préciser que c’est la brique cuite qui nous intéresse et qu’en Espagne, la nuit des temps se confond avec l’aube de l’ère chrétienne. Les constructions romaines ont livré, un peu partout dans la Péninsule, des traces d’emploi du matériau plus ou moins abondantes. Les briques romaines, dont l’emploi était presque toujours limité à des aménagements thermaux ou hydrauliques, ont été remployées dans l’architecture de l’époque wisigothique ou copiées dans les constructions asturiennes. Les musulmans de l’époque émirale ou califale n’en utilisèrent pas davantage dans leurs monuments. Dans l’Espagne des VIIIe IXe et Xe siècles, on ne peut citer que quelques rares exemples de l’emploi du matériau. Aux quelques éléments de brique de Cordoue ou de Madînat al-Zahrâ cités par B. Pavón18, on pourrait tout au plus rajouter quelques voûtes de citernes de fortifications andalouses et des éléments des parties hautes des murailles de Gormaz, de datation incertaine. Il n’est pas indifférent d’insister sur le fait que dans ce même château, le seul appareil califal de briques apparent est factice (comme dans l’agrandissement d’Al-Mansour de la mosquée de Cordoue). La mention selon laquelle, au lendemain de la conquête, le calife Omar ibn Abd al-Aziz ordonna que les murailles de Cordoue fussent reconstruites en brique ne doit pas nous induire en erreur, car il s’agit ici de labin, c’est-à-dire de brique crue. Comme l’écrit B. Pavón Maldonado, c’est donc dans la petite mosquée de Bab Mardoum de Tolède (très exactement en l’an mil) que l’on peut voir l’« introduction définitive et systématique de la brique dans l’architecture espagnole », mais ce n’est que sous la domination almohade (dans la deuxième moitié du XIIe siècle) qu’elle s’est imposée « comme matériau de prédilection et quasi exclusif ». Il convient de se demander quelles sont, dans le domaine de l’architecture almohade et nasride, les limites exactes de l’emploi du matériau. L’enquête que nous avons menée dans ce domaine ne peut prétendre être exhaustive et bien des éléments ont dû échapper à notre attention. Il semble néanmoins que dans l’Espagne arabe des XIIe-XVe siècles, l’usage de la brique se soit limité aux zones d’influence des grandes métropoles de Séville et Saragosse ; ailleurs, nous n’avons affaire qu’à des éléments isolés (tours, bains) ou secondaires (voûtes, arcs, baies) ; bien plus que la brique, le matériau de prédilection de cette architecture est le béton ou, avec plus d’ampleur encore, le pisé, ce qui explique sans doute en partie la relative rareté des constructions laissées sur le sol andalou par la civilisation islamique. Dans le domaine de l’architecture islamique, il y a bien sûr, pour l’extrême fin du XIIe siècle, la Giralda de Séville, pour le début du siècle suivant le petit minaret de Bollulos de la Mitación (Séville) et peut-être les parties basses de quelques tours de la grande capitale almohade. Les autres minarets, ceux de la province de Malaga, sont nasrides et datent du XIVe ou du XVe siècle. Cette belle série de tours ne peut revendiquer une antériorité quelconque par rapport aux premiers monuments du « roman de brique » de Castille et León, mais la Giralda constitue néanmoins un élément clef permettant de mieux comprendre l’impact que put avoir l’architecture hispano-musulmane sur l’architecture chrétienne. C’est sur les minarets andalous que se concentrent la plupart des traits discriminants de cette architecture : décor de sebka, structure « à emboîtement », couvrement par fausses-voûtes en encorbellement, baies à couvrements outrepassés et polylobés. À ces minarets on peut ajouter quelques cours à portique (San Salvador de Séville, Niebla, Carmona), anciens sahn de mosquées, qui déterminent l’aspect architectural de bien des cloîtres ou des compás des églises chrétiennes. Dans le domaine de l’architecture publique, c’est dans les bains que la brique est utilisée d’une manière prépondérante, tandis que dans l’architecture militaire, jusqu’à l’époque nasride, le matériau n’apparaît que d’une manière sporadique pour les voûtements des salles dans les tours, en arases dans les maçonneries murales ou en couvrement de baies. Il est vrai que l’épaisseur des enduits de chaux empêche bien souvent d’apprécier à sa juste valeur la nature des maçonneries, mais sans doute faut-il voir là une preuve supplémentaire de la tradition, jamais oubliée, de la construction en brique crue, dans la mesure où l’habitude d’enduire les murs de ces couches imperméables de lait de chaux est liée à une pratique architecturale qui privilégie l’usage d’un matériau à la fois plus fragile et moins séduisant que la brique : le pisé. Si l’usage de la brique avait été aussi courant dans l’architecture almohade qu’on le pense généralement, il est vraisemblable que les dimensions auraient été homogènes, ce qui est loin d’être le cas. À la Koutoubiya de Marrakech, dont le minaret est du reste en maçonnerie de mœllons et en béton, on a pu dénombrer six types de briques différents19. Enfin, dernier argument, sur les trois grands minarets almohades – Rabat, Marrakech, Séville –, un seul est en brique, celui qui justement a été construit en Espagne où se développait largement, dans les zones reconquises par les chrétiens, une architecture romane de brique dont, on l’a vu, rien ne permet de supposer qu’elle ait été réalisée par des ouvriers mudéjars.

21On peut donc réaffirmer que la brique ne s’impose que tardivement dans l’architecture hispano-musulmane et reste d’un emploi très limité jusqu’à l’époque almohade, et ajouter que même dans ce domaine, la brique crue, le pisé et le béton en limitent l’emploi à des éléments très spécifiques, au point que l’on peut se demander si l’essor de la construction de brique dans la Séville almohade ne s’explique pas davantage par le voisinage des chantiers chrétiens septentrionaux que par des références à l’architecture maghrébine ; on nous accordera que la comparaison des trois grands minarets almohades de Rabat, Marrakech et Séville est particulièrement troublante : sur les trois édifices, comme nous venons à l’instant de le souligner, seule la Giralda est en brique.

22Si le fait de savoir construire en brique avait constitué une part de la dot des populations musulmanes maintenues bon gré mal gré dans les royaumes chrétiens, on serait en droit de s’attendre à ce que les foyers de peuplement mudéjars et les zones où la brique est employée de manière usuelle se superposent : il n’en est rien.

  • 20 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés, 1978, p. 47.

23Pour l’Aragon, G. Borrás Gualis a mis en parallèle la densité du peuplement mudéjar et celle de l’architecture qualifiée comme telle dans sa thèse sur l’architecture mudéjare des vallées du Jalón et du Jiloca. Son travail s’appuie sur une quantification cartographiée par J. M. Lacarra à partir des cens de 1495 et de 1610, qui fait apparaître l’extrême inégalité de répartition des mudéjars et des morisques (entre 2,6 % à Calatayud et 25,5 % à Borja). La population mudéjare se concentre dans la vallée de l’Èbre et de ses affluents, mais la concordance entre les lieux de forte densité de peuplement mudéjar et ceux où se manifeste le plus clairement l’architecture de brique est loin d’être parfaite : empruntons à G. Borrás quelques exemples significatifs20 :

En bordure du Ribota s’échelonnent les églises [mudéjares] de Torralba de Ribota, d’Aniñón et de Cervera de la Cañada, pour citer les plus importantes. Il se passe la même chose avec Belmonte de Calatayud dans la vallée du Perejiles ou avec Tobed dans celle du Grío. D’autres cas peuvent être cités dans le bassin du Jalón, avec l’exemple d’Ateca, ou dans celui du Jiloca, avec l’église de Morata de Jiloca et avec le cas exceptionnel des trois églises de Maluenda. Dans aucune de ces localités citées, appartenant à l’ancienne communauté de Calatayud, ne sont mentionnés de mudéjares ni de morisques dans les cens de 1495 et de 1610.

24Les cas de Saragosse et de Calatayud sont du point de vue de l’interprétation traditionnelle du mudéjar encore plus étranges puisque ces villes, qui furent au XVe et au XVIe siècle les foyers les plus productifs du point de vue de l’architecture de brique, ne comptaient que 2,5°% de mudéjars dans leur population. À cela une explication est fournie par Borrás : il y a hypervalorisation du phénomène dans les villes par le fait de l’abondance des constructions, notamment religieuses, et sous-représentation de la population mudéjare, essentiellement concentrée dans les petits villages ; en dehors des centres urbains, il y a juxtaposition, c’est-à-dire que l’architecture mudéjare apparaît dans des noyaux de peuplement chrétiens proches d’autres noyaux ruraux de population mudéjare, mais la mobilité des artisans est telle, et les preuves documentaires de la participation de mudéjars à l’activité architecturale si évidentes, que cet apparent paradoxe ne peut constituer, selon Borrás, un obstacle à l’interprétation traditionnelle de l’art mudéjar.

  • 21 Cf. sur ce point notre article « Bene fundata est supra firmam petram ».

25On ne peut certes pas nier qu’il y ait eu, aux XIVe et XVe siècles et tout particulièrement à Saragosse, une spécialisation de certaines familles mudéjares dans le domaine de la construction (et pas uniquement de la construction de brique) ; il n’en reste pas moins que si l’on s’éloigne des terrains d’étude de G. Borrás et si l’on prend en compte l’ensemble de l’Aragon, ni l’argument de l’« hypervalorisation » du phénomène architectural liée aux villes, ni celui de la « mobilité » des maîtres d’œuvre et des artisans mudéjars n’emporte la conviction. Si l’on compare deux villes, Saragosse, où la brique associée à l’architecture mudéjare est omniprésente et où les mudéjars représentent 2,5 % de la population, et Huesca, où la brique est inexistante dans des édifices purement gothiques et où les mudéjars sont proportionnellement quatre fois plus nombreux, la comparaison ne va pas dans le sens de l’interprétation traditionnelle des rapports entre la brique et le peuplement mudéjar. Quant à l’argument de la mobilité, il semble devoir être nuancé par l’étude des édifices de Barbastro, au « mudéjarisme » inexistant, à la brique rare, et où intervinrent cependant des maîtres mudéjars ou récemment christianisés venus de Saragosse. Il semble bien que ni le « mudéjarisme » ni la brique ne soient adoptés dans des constructions en fonction de l’appartenance des maîtres à telle ou telle communauté, mais que le commanditaire seul décide de faire exécuter par des maçons chrétiens ou mudéjars des édifices en brique ou en pierre selon des données stylistiques indifféremment gothiques ou mudéjares. Cette observation se vérifie, nous semble-t-il, à l’échelle du pays, à l’échelle d’une région, l’Aragon par exemple, ou à celle d’un édifice, comme la cathédrale de Saragosse, pour laquelle Mahoma Rami construit en « style gothique international » l’intérieur de la nef et du chœur et en « style mudéjar » le chevet21.

  • 22 M.Á. Ladero Quesada, « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media ».

26La même discordance entre architecture de brique et peuplement mudéjar apparaît dans le domaine castillan. Nous présentons ici une carte basée sur notre propre recensement des monuments de brique et sur la répartition géographique des mudéjars (annexe XXVIII, p. 451), établie d’après les pechas de, 1464 publiées par M. Á. Ladero Quesada22. La superposition des deux phénomènes cartographiés est loin d’être parfaite ; il faut qu’il y ait, comme dans la Tierra de Campos, des facteurs géologiques particulièrement défavorables à la construction de pierre pour que la brique paraisse s’imposer. Encore faut-il préciser que la densité des monuments de brique dans cette région est liée à la présence de nombreuses églises romanes de brique dont la date de construction est parfois antérieure de deux siècles à celle du recensement utilisé. Si l’on s’en tient aux seuls édifices des XIVe et XVe siècles, la discordance est renforcée. Lorsque sur des territoires limités on peut utiliser des travaux historiques permettant d’apprécier les fluctuations du peuplement mudéjar, on est surpris de constater combien il est faible dans les régions mêmes où s’impose l’architecture de brique. Pour la Castille, d’une manière générale, les travaux de M. Á. Ladero Quesada ont établi clairement que dans le Bas Moyen Âge, au moment même où commence à se développer de manière significative la construction de brique, la population mudéjare n’a sans doute jamais dépassé 0,5% de la population totale.

27En fait, si nous examinons de manière objective la situation démographique et sociale des trois grands foyers de construction de brique dans le royaume de Castille – les domaines castillano-léonais, tolédan et andalou –, nous avons affaire à des cas de figure très différents mais qui conduisent à des conclusions identiques pour la question qui nous préoccupe ici.

  • 23 J. González, Repoblacíón de Castilla la Nueva.
  • 24 M. Á. Ladero Quesada, « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media », n. 15.
  • 25 J.-P. Molénat, « Les musulmans à Tolède ».
  • 26 J.-P. Molénat, « Mudéjars, captifs et affranchis », p. 114.

28À Tolède, les travaux de J. González23 et de M. À. Ladero Quesada24 ont bien montré que l’on assiste dans les décennies qui suivent la Reconquête à une rapide diminution du peuplement mudéjar. La modeste importance de ce peuplement dans la ville a été mise en évidence par J.-P. Molénat25. Ce chercheur a présenté sur le peuplement mudéjar de Tolède une synthèse fort éclairante dont nous nous contenterons de reprendre ici un passage particulièrement significatif26. Pour lui, les artistes et artisans qui ont réalisé les œuvres d’art mudéjar

  • 27 Rien ne semble accréditer, dans les travaux des historiens tolédans, l’hypothèse d’une arrivée mass (...)

ne sont que dans une minorité de cas d’authentiques mudéjars. Pour un foyer d’« art mudéjar » aussi caractérisé que Tolède, la chose est parfaitement claire. Certes le nom de maçon est, en espagnol, un emprunt à l’arabe (albañil, de albanna’) et apparaît en langue romane à Tolède plus tôt qu’ailleurs dans la Péninsule. Mais sur vingt-trois noms de maçons relevés dans les documents arabes de Tolède postérieurs à 1085 et s’étendant jusqu’à la fin du XIIIe siècle, il n’en est que trois, ceux de Muhammad b. Muhammad al-Ansari, dit al-Yatim, en 1183, de Qasi b. Muhammad, esclave (mamluk) du roi en 1288-1290, et de Sa’id d’Orihuela, en 1297, qui appartiennent certainement à des musulmans27.

  • 28 Ou celle de deux cents captifs maures qui furent employés, si l’on en croit la chronique d’Ávila, à (...)
  • 29 Même si l’on tient compte de l’immigration de mudéjars tolédans, numériquement très marginale, sign (...)

29Pour la Meseta Norte, le seul argument sur lequel pourraient s’appuyer les tenants d’un peuplement mudéjar précoce est la mention de juifs et de musulmans qui vinrent, selon une source non vérifiable, peupler au Xe siècle le lieu de Quintana, près de León28. Rien ne prouve que les mudéjars furent nombreux en Vieille-Castille et en León dans les deux siècles qui suivirent la Reconquête29, au moment où se développait dans ces régions la construction de brique ; lorsque la présence mudéjare est attestée par la documentation, c’est justement à la fin du Moyen Âge, période qui correspond dans la majorité des édifices étudiés à celle où l’on reconstruisit en maçonnerie grossière ou en « appareil tolédan » les murs des nefs pourvues parfois de belles charpentes mudéjares.

  • 30 M.Á. Ladero Quesada, La ciudad medieval, p. 177.

30À Séville, vidée de ses habitants avant même la conquête de Ferdinand III, la population d’origine musulmane était sans doute moins importante que ne le laisse supposer la nonchalance africaine de la ville moderne. Pour la fin du Moyen Âge, on dispose de données fiables : on estime que sur les 45.000 habitants de la ville à la fin du XVe siècle, le nombre des mudéjars était d’environ 150 à 30030.

  • 31 Où, selon M. Á. Ladero Quesada, il y avait 70 ou 80 feux maures en 1501 (M. Á. Ladero Quesada, « Lo (...)

31On pourrait multiplier les exemples de ce type pour montrer que là où s’impose avec netteté l’architecture de brique n’apparaissent pas avec l’évidence que l’on pourrait espérer les signes de la présence d’une population mudéjare importante. Inversement, dans les régions comme Cuenca31 ou Valence, où est établie une très importante population d’origine berbère, on ignore pratiquement l’usage de la brique jusqu’à une époque tardive.

  • 32 En dehors de l’Aragon, le rôle tenu dans le domaine de l’agriculture par les mudéjars est aussi évi (...)

32Ces observations inciteraient à écarter définitivement la proposition selon laquelle l’architecture de brique est liée à la présence de populations mudéjares et à se rallier aux propositions radicales de V. Lampérez, qui déniait toute corrélation entre le « mudéjarisme » artistique, l’emploi de la brique et le maintien de populations islamisées, si l’on ne tenait compte du fait que ces petites communautés maures étaient parfois fortement spécialisées dans le domaine de la construction. C’est le cas en Aragon où, même si la majorité de la population mudéjare est composée d’agriculteurs, on possède suffisamment de données documentaires pour affirmer que dans les villes comme Saragosse ou Calatayud, son rôle dans le secteur de la construction a été considérable32.

  • 33 E. Cantera Monegros, « Los mudéjares ».
  • 34 A. Collantes de Terán Sánchez, « Los mudéjares sevillanos », p. 231.
  • 35 M.T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, p. 29.
  • 36 Ángel Novella Mateo et Victoria Ribot Arán, « Los mudéjares de Teruel », dans Actas del III Simposi (...)
  • 37 M.Á. Ladero Quesada, « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media » p. 360 ; Francisco Fernánd (...)
  • 38 Leopoldo Torres Balbás, Arte Almohade, Arte Nazarí, Arte Mudéjar, t. IV de Id. (éd.), Ars Hispaniae (...)

33Dans la Rioja, E. Cantera Monegros signale quelques mentions de mudéjars liés aux métiers de la construction33, mais c’est assurément à Séville que la proportion des « Maures bâtisseurs » est la plus considérable : sur la centaine de mudéjars qui ont pu être repérés entre la fin du XIVe siècle et l’expulsion, A. Collantes de Terán Sánchez34 estime que 40 % sont alarifes (charpentiers) ou albañiles (maçons) ; il ajoute qu’il est très rare de ne pas rencontrer aux XIVe et XVe siècles des mentions de Maures dans les soumissions proposées au conseil de la ville. On ne peut donc nier le fait que les mudéjars aient joué un rôle certain dans le développement de l’histoire de l’architecture espagnole, mais faut-il en conclure pour autant qu’ils se consacraient majoritairement à la construction de brique ? Beaucoup d’entre eux étaient employés aux travaux de charpente 3 quant aux maçons, il y a tout lieu de penser qu’ils étaient tout aussi capables de construire en pierre qu’en brique ; les maçons maures de la Rioja par exemple n’ont pas laissé, à notre connaissance, trace de leur expertise dans l’emploi de la brique ; quant au maître Mahomad, employé comme vérificateur des travaux de la barbacana de Burgos en 1372, tout laisse supposer qu’il était davantage expert en construction de pierre qu’en construction de brique, et bien qu’une morería soit mentionnée à Burgos dès le début du XIIIe siècle, on ne peut que constater la rareté de la brique dans la ville du Cid35. À Teruel, le maître Mahomat Belvis, qui en 1470 est chargé de fermer la porte de Daroca et la porte Neuve, doit le faire de piedra y canto36. À Uclés, l’église Nuestra Señora est certes construite par des maîtres maures37, mais elle est en pierre, comme les constructions royales de Navarre, où interviennent plusieurs maîtres mudéjars38 ; à Alba de Tormes, en 1470, ce sont bien des maçons maures, Machym et Abdallah, qui participent à la construction du château, mais l’un est cantero et l’autre yesero.

34Comment expliquer cette concentration dans les métiers de la construction des artisans mudéjars, qui aboutit à une situation de quasi-monopole en Aragon au XVe siècle ?

  • 39 Jerónimo Münzer, Viaje por España y Portugal (1414-1495), Madrid, 1951.

35On peut avancer une hypothèse qui prend en compte à la fois des facteurs sociaux et des facteurs purement artistiques. Si l’on considère l’économie de l’Aragon aux XIVe et XVe siècles, on constate que l’immense majorité des mudéjars occupent dans les campagnes la strate inférieure de la paysannerie dans les terres seigneuriales ; leur situation est rien moins que confortable : écrasés d’impôts et de corvées, ils s’entassent sur des terroirs limités et peuvent vivre, aux dires de Jérôme Münzer39 qui parcourut la région à la fin du XVe siècle, « à soixante là où pourraient à peine survivre quinze chrétiens ». La précarité de cette situation les poussait naturellement à occuper des « créneaux économiques » laissés libres par les chrétiens. De la même manière que les juifs en vinrent à détenir le quasi-monopole du prêt à intérêt interdit aux chrétiens par les lois de l’Église, les musulmans déployèrent leur activité dans les secteurs les moins prestigieux de l’artisanat C’est un fait avéré que dans le monde médiéval, la charpenterie est de ceux-là : au nord des Pyrénées, les cagots du Béarn constituent ainsi une communauté de réprouvés qui étaient spécialisés dans les métiers du bois. La construction, quel que soit le prestige dont jouit à nos yeux l’architecture, a de tous temps été l’activité artisanale la moins valorisante du point de vue social et il n’y a aucune raison de penser qu’il en fut différemment dans l’Espagne médiévale. Il est donc assez logique de penser que dans les décennies qui suivirent la Reconquête se produisit un glissement des populations mudéjares, des activités variées qu’elles occupaient sous la domination musulmane vers des secteurs économiques très spécifiques qui leur permettaient de s’élever un peu au-dessus de la condition très dure des cultivateurs soumis à l’aristocratie terrienne. La masse des manœuvres employés sur les chantiers des édifices de pierre romans et gothiques des territoires reconquis par les chrétiens était également, n’en doutons pas, composée en partie de mudéjars. Lorsque, vers le milieu du XIVe siècle, commença à poindre, dans le goût de l’aristocratie ecclésiastique ou civile, un appétit nouveau pour des formes artistiques « exotiques » d’origine essentiellement grenadine, les maçons eurent sans doute moins de mal à les assimiler là où ils étaient en majorité mudéjars : cette aptitude, qui leur permettait de répondre au mieux à une commande orientée par une mode aristocratique motivée par les facteurs multiples que nous exposerons plus loin, ne fit qu’accroître la tendance à la spécialisation qui faisait des artisans musulmans les champions toutes catégories des métiers de la construction.

  • 40 On sait qu’à Valence ta participation des mudéjars aux travaux publics était imposée sous forme de (...)

36L’idée non fondée qui fait des mudéjars des « spécialistes » de la construction de brique leur a ôté injustement l’attribution de bon nombre d’édifices : c’est sans doute là qu’il faut chercher l’explication du vide architectural mudéjar du Levante, car il n’est pas pensable que dans cette région où ils étaient si nombreux les mudéjars soient restés à l’écart de toute activité architecturale40. Il est fort vraisemblable que si les Valenciens avaient utilisé dans leurs constructions la brique au lieu de la pierre, cela aurait donné lieu au classement de bien des édifices levantins dans le corpus d’édifices relevant du style mudéjar. Quelle différence permettrait effectivement de distinguer certaines églises gothiques sévillanes des églises gothiques levantines si ce n’était le choix du matériau de gros-œuvre ? En d’autres termes, quels sont les éléments structurels ou décoratifs qui permettent de différencier une église mudéjare du XIVe siècle d’une église gothique du XIVe siècle, et dans quelle mesure la brique est-elle un élément discriminant ?

37Du point de vue structurel, le seul type de monument qui présente incontestablement une structure mudéjare et qui est le plus souvent construit en brique est la « tour-minaret ». À part ce type de construction, dans tout le corpus réuni à l’occasion de cette étude, les seuls édifices échappant à une typologie strictement chrétienne sont, en dehors de quelques mosquées comme Almonaster (Huelva) ou Lebrija (Séville) et les synagogues de Tolède, les édifices civils, maisons et palais urbains dont l’importance ne doit pas être sous-estimée, mais dont l’étude est extrêmement difficile à réaliser. Ni les églises romanes de Castille et León, ni les églises aragonaises proches parentes des églises languedociennes, ni celles de la région de Séville, dont nous avons signalé l’ascendance septentrionale, ne peuvent être soustraites à l’univers de l’architecture chrétienne d’Occident et la brique ne suffit pas à détacher les châteaux de Coca ou de Medina del Campo de la catégorie éminemment féodale, occidentale et chrétienne des châteaux-forts.

38Certes, dans ces édifices certains types de couvrement, comme les fausses-voûtes en encorbellement et les coupoles sur trompes d’arêtes, ne se retrouvent pas dans d’autres pays européens ; d’autres éléments sont sur-représentés en Espagne, tels les coupoles à pans ou les piliers rectangulaires à angles abattus, mais ils ne sont pas l’apanage exclusif de l’architecture musulmane ni mudéjare : dans quelle mesure ces éléments justifient-ils que l’on dresse, comme le fait G. Borrás, une telle barrière entre la création architecturale de l’Espagne médiévale et le reste du monde occidental ? Nous laissons au lecteur le droit d’en juger.

  • 41 R. Corzo Sánchez, « Génesis y función del arco de herradura ».
  • 42 C. Ewert, « Forschungen zur almodischen Moschee », p. 123 (résumé en français) : douces de l’auteur (...)

39Restent les éléments décoratifs, qui sont essentiels, nécessaires et suffisants pour distinguer un édifice mudéjar d’un édifice roman ou gothique. C’est dans le décor, et presque uniquement dans le décor, que se traduit l’influence de l’architecture hispano-musulmane sur l’architecture chrétienne de la Péninsule. Encore faut-il minimiser l’apport proprement islamique dans l’élaboration de certaines formes décoratives comme l’arc outrepassé41 ou les arcs entrecroisés42.

  • 43 D, Angulo Íñiguez, Arquitectura mudéjar sevillana de los siglos XIII, XIV y XV, pp. 6-10.

40La rareté des éléments d’ascendance hispano-musulmane est tellement évidente, pour des pans entiers de l’architecture mudéjare, que l’on est en droit de s’interroger sur la perspicacité des chercheurs qui se sont consacrés à l’étude de ce domaine. Il apparaît d’ailleurs évident que presque tous en sont conscients, même lorsqu’ils se font les champions du « mudéjarisme ». D. Angulo expose le paradoxe dans les premières pages de son ouvrage sur l’architecture mudéjare sévillane43. M. Valdés Fernández, qui a étudié l’architecture mudéjare en Castille et León, est quant à lui encore plus réservé sur l’importance de la tradition islamique dans le domaine de l’architecture romane de brique ; il met en évidence la rareté des motifs « hispano-musulmans » : sur quarante-six églises étudiées, il note un seul exemple d’arcs entrecroisés, cinq d’arcs outrepassés et deux d’arcs polylobés. En dépit de ces observations, il maintient le terme de mudéjar dans le titre même de son ouvrage parce que le matériau dans lequel sont partiellement réalisés ces édifices est la brique.

  • 44 Manuel Ruzafa García, « Los mudéjares valencianos en el siglo XV. Una perspectiva bibliográfica », (...)

41Il n’est pas dans notre intention de bouleverser les classifications et de dénier aux multiples auteurs qui écrivent sur le mudéjar et l’architecture de tradition islamique en Espagne44 le droit d’utiliser ce terme pour désigner un type particulier de constructions propres à la Péninsule. On parle de cathédrales « gothiques » alors même que l’on sait que les Goths ne sont en rien responsables de la fragilité des pinacles de Beauvais. Une tradition impose une appellation comme un entomologiste impose son patronyme à la nouvelle variété de cicindèle qu’il « invente » ; mais sa possibilité d’intervention sur le cours des fluctuations génétiques s’arrête là : il ne lui rajoutera ni une patte ni un élytre. Faire de la brique un élément déterminant du style mudéjar, c’est rajouter une patte à une cicindèle.

42On se convaincra aisément, après avoir lu le chapitre consacré à la mise en œuvre du matériau, du fait que d’une manière générale l’architecture de brique espagnole du Moyen Âge est souvent « une architecture de brique avec peu de brique » ; il apparaît clairement que la brique sert à construire essentiellement des églises romanes ou gothiques autant ou plus que mudéjares ; nous avons essayé de démontrer, enfin, que faire de la brique un matériau de prédilection de l’architecture islamique d’Occident est une thèse qui ne se vérifie pas avant les derniers siècles du Moyen Âge, quand ce matériau était déjà fortement implanté dans l’Occident chrétien.

  • 45 San Pietro de Mili (Messine), Casalvecchio Siculo (Agro), San Giovanni Vecchio (Stilo), etc.

43L’examen de ce dernier point de la démonstration impose que l’on jette un regard sur d’autres pays occidentaux : l’Italie en premier lieu, où la construction en brique n’a sans doute jamais été abandonnée depuis l’époque augustéenne. On constate que les zones dans lesquelles se maintint longuement la domination musulmane, la Sicile notamment, affichent un retard certain dans le domaine de la construction de brique par rapport à celles dans lesquelles se forma l’esthétique architecturale qui est celle du románico-mudéjar espagnol. La Sicile et l’Italie arabo-normande, à de rares exceptions près45, ne présentent pas trace de construction de brique. Des liens existent bien sûr entre ces pays de l’Islam d’Occident : C. Ewert a montré les rapports qui peuvent être établis entre les ruines du Castillejo de Monteagudo (Murcie), les vestiges de la forteresse d’Ashir (Algérie) et la Zisa de Palerme. Nous avons pour notre part esquissé un rapprochement entre ce dernier édifice et la tour de Los Guzmanes à La Algaba (Séville), beaucoup plus tardive que les trois autres édifices et le seul qui soit construit en brique. Les entrelacements d’arcs de Monreale ou de la cathédrale de Palerme, qui peuvent être expliqués par un héritage anglo-normand (Durham), rissent entre la Sicile, aragonaise après avoir été normande, et la capitale du royaume d’Aragon des liens étroits qui s’expliquent par une histoire commune marquée par la soumission séculaire à l’Islam : là encore, la brique est exclusivement du côté chrétien.

  • 46 Le rôle des bénédictins dans le développement de la production de brique dans l’Europe du Nord a ét (...)

44Ce langage architectural est loin, on le voit, de constituer une koiné à consonance arabe : c’est bien plutôt un sabir dans lequel l’oreille la moins exercée reconnaîtra des intonations, des mots, des locutions purement romans. L’un de ces termes à consonance romane est la brique ; romane parce qu’elle s’enracine dans le passé impérial romain, romane parce que son emploi est associé à quelques-unes des plus grandes réalisations de l’architecture romane comme San Ambrogio de Milan ou Saint-Sernin de Toulouse, romane enfin parce que son développement, dans le Nord de l’Europe comme à Sahagún, accompagne l’essor de l’Église catholique romaine46.

45En conclusion, on peut donc affirmer que si la brique est fréquemment associée à des formules décoratives et exceptionnellement à des formules structurelles plutôt mudéjares, il est totalement abusif, voire erroné, d’en conclure que le matériau et ses techniques de mise en œuvre sont un apport de l’architecture de tradition musulmane à l’architecture chrétienne. La brique était présente dans l’architecture musulmane comme dans l’architecture occidentale chrétienne dès le Haut Moyen Âge, mais son usage ne se généralise dans l’architecture andalouse et maghrébine que tardivement. L’adéquation évidente que l’on constate entre l’emploi du matériau et l’architecture mudéjare de Tolède ou de la région de Saragosse n’infirme pas cette analyse, comme on a pu le constater dans les chapitres que nous consacrons à ces deux provinces. C’est donc vers une autre hypothèse qu’il faut nous tourner maintenant, celle de l’importance des facteurs économiques dans le développement de l’architecture de brique.

Le poids de l’argent : raisons financières et raisons économiques

  • 47 Il nous paraît inutile de relever les multiples affirmations susceptibles d’illustrer cette remarqu (...)
  • 48 Le topique de la baratura (prix bas, « bon marché ») de la construction de brique est accepté comme (...)

46L’un des arguments communément avancés pour expliquer le choix de la brique comme matériau de construction est son faible prix47. Il paraît donc aller de soi que la construction de brique est « économique ». Ce postulat nous semble mériter d’être discuté et nuancé48, et en tout cas examiné dans le cadre d’une réflexion qui permette d’évaluer le coût de la construction de brique par rapport à celle qui peut apparaître comme « moins économique » : la construction en pierre de taille. Par ailleurs, l’emploi de la brique étant lié à une activité aussi complexe que l’architecture, il conviendrait, nous semble-t-il, de ne pas réduire la notion d’économie à celle de prix de revient au mètre cube.

TABLEAU I. – Prix de la brique dans différentes villes du royaume d’Aragon aux XIVe et XVe siècles

TABLEAU I. – Prix de la brique dans différentes villes du royaume d’Aragon aux XIVe et XVe siècles

NOTE : s = sous ; d = deniers

47Le prix de la brique, nécessairement fluctuant dans le temps et dans l’espace, est une donnée relativement facile à appréhender dans l’Espagne médiévale, où les archives sont abondantes à partir du XIIIe siècle. Le tableau I expose quelques données ponctuelles qui permettent de se faire une idée des fluctuations du prix du matériau dans les différents foyers de production. Cette démarche, qui pourrait être tentée dans le cadre d’études d’histoire économique, ne serait sans doute que d’un mince intérêt pour une étude assez générale sur l’architecture médiévale espagnole, comme on pourra le constater d’après les lignes qui suivent.

48Il est évident, d’une part, que nous ne pouvons pas apprécier l’importance relative du coût du matériau de la même manière pour un château du XIIIe siècle isolé sur une marche militaire comme Calatrava (Ciudad Real) ou pour la tour-lanterne d’une grande cathédrale de la fin du XVe siècle comme la Seo de Saragosse. D’autre part, l’incidence du prix de la brique sur l’architecture d’une église est différente si ce matériau est utilisé pour l’ensemble de la construction ou simplement pour le couvrement. Nous nous efforcerons dans ce chapitre d’évaluer le coût des constructions qui emploient la brique en gros-œuvre, donc en quantité suffisante pour que l’incidence du prix du matériau soit appréciable dans le coût global de l’édifice, et de raisonnera partir de données dont la mise en parallèle est acceptable.

TABLEAU 2. – Prix des matériaux de base (en deniers)

TABLEAU 2. – Prix des matériaux de base (en deniers)

SOURCE. M. I. FALCÓN PÉREZ et alli, « La construction à Saragosse à la fin du Moyen Âge, conditions de travail, matériaux, prix, salaires »

Prix de la brique

  • 49 Pour ces considérations économiques, on se référera à E.J. Hamilton, Money, Prices and Wages.
  • 50 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios », p. 97 ; il est intéressant de noter qu’à la même (...)

49Si l’on examine les fluctuations du prix de la brique à Saragosse et en Aragon, seule région d’Espagne dans laquelle le matériau est utilisé systématiquement en gros-œuvre (tableau I), on constate une oscillation sensible dans le courant du XIVe siècle : de 10 sous le mille en 1301 à 50 sous le mille en 1391, mais dans la même période l’almodi de plâtre passe de 15 à 120 deniers et la livre de clous de 2,5 à 9 deniers, ce qui laisse supposer une stabilité relative par rapport à un indice global des prix des matériaux de construction (tableau 2). La même constatation s’impose en ce qui concerne le XVe siècle, durant lequel les prix oscillent entre 30 et 50 sous le millier de briques : ces fluctuations sont de l’ordre de celles qui affectent les autres prix au cours de la période49. Aussi approximative que soit cette constatation, elle permet d’affirmer que le développement que connaît la construction de brique entre 1300 et 1450 ne semble pas être lié à une baisse du coût de revient du matériau. À Séville, il semble même qu’une hausse sensible ait affecté le prix de la tuile et de la brique au cours du XVe siècle50. En revanche, il semble qu’à la fin du XVe siècle et durant le premier tiers du XVIe siècle, en Aragon du moins, les cours de la brique chutèrent de 40 % environ, c’est-à-dire sensiblement plus vite et plus profondément que l’ensemble des prix des denrées non agricoles, qui enregistrent une baisse de l’ordre de 20 % environ : cette baisse va de pair avec un indéniable essor de la construction de brique en Aragon, ce que confirmerait sans aucun doute la prise en compte des édifices construits entre 1500 et 1550, que nous n’avons pas retenus dans le cadre de cette enquête.

50La comparaison des prix entre différentes régions est plus difficile à établir, mais du tableau 1 nous pouvons déduire que, dans un ensemble relativement cohérent comme le royaume d’Aragon, le prix de la brique est sensiblement le même dans des villes où elle n’est pas le matériau le plus couramment employé et dans celles où elle se trouve dans une situation de monopole. On enregistre néanmoins des écarts de l’ordre de 20 % entre Valence et Perpignan (deux villes dans lesquelles la concurrence d’autres matériaux est forte) en 1478, mais il semble que le chantier du Castillet de Perpignan ait été particulièrement coûteux dans tous les domaines, comme on le constatera un peu plus bas à propos de la pierre de taille.

Coût du mètre cube de maçonnerie de brique

  • 51 Ph. Araguas, « Des chiffres et des lettres. La Seo del Salvador de Saragosse », communication au co (...)

51S’il est relativement aisé de connaître le prix de la brique, il est plus délicat d’estimer le coût de la construction de brique dans la mesure où celle-ci doit prendre en compte le prix du matériau, celui du liant qui lui est associé (ici le plâtre, utilisé tant pour assembler les briques que pour les enduire) et celui de la main-d’œuvre. L’examen des livres de fabrique de la Seo de Saragosse51 laisse penser que les sommes consacrées à l’achat du plâtre étaient, en année moyenne, à peu de chose près équivalentes à celles nécessitées par l’acquisition des briques. De ce fait, le prix du mètre cube de maçonnerie de brique et plâtre aurait été du même ordre de grandeur que celui du mètre cube de briques livrées sur le chantier. Compte tenu des dimensions approximatives de la brique à Saragosse (30 x 20 x 4 cm), on peut estimer qu’un millier de briques représente un volume de 2,5 mètres cubes. Quelle que soit la proportion de la brique et du mortier dans une construction entièrement réalisée en brique, le prix du mètre cube de maçonnerie enduite devrait être du même ordre de grandeur que celui du millier de briques divisé par 2,5.

52Si nous prenons comme prix moyen du millier de briques le chiffre de 40 sous, on peut estimer à 16 sous le prix du mètre cube de maçonnerie aux environs de 1400 à Saragosse.

Coût du mètre cube de maçonnerie de pierre de taille

53Le coût du cubage de maçonnerie de pierre est plus difficile à évaluer dans la mesure où l’unité de compte n’est pas standardisée et où l’unité de mesure la plus fréquemment utilisée, la charge, n’est pas toujours bien définie. Un élément d’estimation peut nous être donné par les comptes du Castillet de Perpignan, exploités par J.-A. Brutails. En 1368, la pierre calcaire destinée à sa construction était payée 8 deniers la charge. J.-A. Brutails estime à environ 120 kilogrammes la valeur d’une charge. Compte tenu du poids volumique approximatif de la pierre calcaire dans cette zone (environ 2.000 kilogrammes au mètre cube), on peut estimer que la pierre de taille revenait à 66 deniers la tonne, soit environ 130 deniers (11 à 12 sous) le mètre cube. Pour le même chantier, les briques étaient payées 75 sous le millier, ce qui portait le coût du mètre cube à environ 30 sous.

  • 52 Pour tenter de résoudre les problèmes posés par les conversions en système décimal des unités de me (...)

54À San Pedro de Calatayud, en 1413, le prix de la charge de pierre oscille entre 2 sous et 2 sous quatre deniers, soit trois à quatre fois plus cher qu’à Perpignan un demi-siècle plus tôt (en admettant que la charge soit équivalente dans les deux villes)52. À 40 sous environ, le mètre cube de pierre était à Calatayud de 30 % plus cher que le mètre cube de brique.

55L’évocation de ces deux exemples suffit à montrer de quel ordre de grandeur peuvent être les variations entre deux villes de la couronne d’Aragon, mais les choses sont encore compliquées par le fait que lorsqu’on parle de brique, chacun sait exactement de quoi il s’agit, mais que l’adéquation du terme à l’objet qu’il semble désigner est moins claire lorsqu’il s’agit de pierre.

  • 53 C. Homs Rourich, « Los constructores de la catedral de Gerona », p. 118. Pouvons-nous risquer une e (...)

56En admettant que les calculs approximatifs auxquels s’est livré Brutails soient fiables, reste à savoir à quel type de pierre font référence les comptes : mœllons de remplissage ou bien pierre de taille ? Cette question nous renvoie à celles que pose l’étude, par Cristina Homs Rourich, des comptes de construction de la cathédrale de Gérone53. Ces comptes, conservés pour les années 1367-1377, font apparaître quantité de mentions d’achats de pierre ; en dépit de cela, leur utilisation pour déterminer le coût de revient du mètre cube semble tout à fait impossible ; le prix de 2 deniers ne varie pas quelle que soit l’unité de mesure utilisée : 2 deniers pour un canto (une pierre), 2 deniers pour une somada (charge), 2 deniers pour une charretée. Il semble peu probable que ces unités de mesure soient équivalentes. Plus curieusement encore, le prix de la charretée de pierres de taille (cantos) ne semble pas être différent de celui de la charretée de mœllons (reple).

  • 54 Nous reprenons ici les estimations d’Y. Esquieu, « Taille de la pierre et fonctionnement d’un chant (...)
  • 55 Ibid., p. 149.
  • 56 Cette observation rejoint celle formulée par C. Gómez Urdáñez, « Fundamentos de la omnipresencia de (...)

57Il y a donc tout lieu de penser que les coûts mentionnés par C. Homs Rourich sont ceux du transport de la pierre et non ceux du matériau lui-même. Le prix de la pierre n’étant mentionné nulle part ailleurs, on peut en conclure qu’il était considéré comme négligeable. La conséquence de cette interprétation est que le prix de la pierre à bâtir était déterminé presque exclusivement par le coût de la main-d’œuvre. Considérant qu’il faut environ deux heures à un tailleur de pierre pour dresser une pierre de parement54 et qu’un mètre cube équivaut à vingt pierres de taille de moyen appareil, on peut estimer que le prix du mètre cube de pierre de taille était plus ou moins équivalent à une journée de travail d’un tailleur de pierre, soit, sur le chantier de Gérone, trois sous55. La différence du coût de la pierre entre Gérone et Perpignan ne peut être expliquée à notre avis que par le statut de la propriété de la carrière par rapport au maître d’ouvrage : dans un cas publique (Gérone), dans l’autre privée (Perpignan)56.

Compétitivité de la pierre de taille

58Quoi qu’il en soit, avec des prix oscillant entre 3 sous et 12 sous le mètre cube, la pierre de taille reste très compétitive par rapport à la brique si les sources d’approvisionnement ne sont pas trop éloignées, car la brique non plus n’est pas toujours produite sur place : à Calatayud par exemple, le chantier de San Pedro est alimenté par les tuileries de Terrer et de Torralba, situées à environ 10 km de l’église en construction. D’un point de vue financier, l’emploi de la brique ne s’imposait donc que si la pierre à bâtir était totalement inexistante dans un rayon de plus de dix ou vingt kilomètres du chantier, ce qui ne se vérifie guère que dans la région de Saragosse ou dans certaines parties de la Vieille-Castille ; partout ailleurs, notamment en Andalousie, les raisons financières semblent insuffisantes pour expliquer le choix du matériau.

  • 57 Ce fut également le transport fluvial qui permit de construire en pierre de Puerto de Santa María l (...)

59Dans le cas de Saragosse, l’approvisionnement en pierre aurait été permis par l’utilisation de l’Èbre pour des transports relativement longs du matériau provenant des carrières existant en amont de la ville, comme cela a été fait pour la construction du pont au XIVe siècle57 : cela aurait vraisemblablement été financièrement rentable si l’analyse que nous proposons maintenant du coût global de deux grands chantiers est pertinente.

Saragosse et Barbastro : deux chantiers comparables

  • 58 Sur ce concept, cf. F. Marías, El largo siglo XVI.
  • 59 Voir sur ce point notre article « Bene fundata est supra firmam petram ».

60La première moitié du XVIe siècle a été particulièrement féconde du point de vue de l’architecture dans toute la Péninsule. Là comme ailleurs s’exprime le « multilinguisme » propre à la période58, dans une architecture ambitieuse servie par une technique bien maîtrisée de la construction gothique. Deux grands chantiers du gothique tardif aragonais peuvent être mis en parallèle pour juger des mérites respectifs de la construction de brique et de la construction de pierre de taille : il s’agit d’une part de la collégiale (aujourd’hui cathédrale) Santa María de Barbastro, construite entre 1517 et 1533, et des deux travées occidentales de la cathédrale de Saragosse, construites entre 1547 et 1550. Bien qu’il s’agisse d’un côté d’une collégiale « complète » et de l’autre d’une partie de cathédrale, les deux constructions sont tout à fait comparables du point de vue du style, des types de supports et des modes de voûtement, des dimensions et des proportions. À Saragosse, l’agrandissement de Hernando de Aragón avait consisté à rajouter deux travées à chacun des cinq vaisseaux de l’église ; à Barbastro, on substitua à la collégiale préexistante un édifice de trois vaisseaux de trois travées et chevet tripartite. Dans le premier cas, les dimensions dans-œuvre sont approximativement de 50 x 20 m pour une hauteur sous voûte de 20 m ; dans le second, les dimensions dans-œuvre sont de 23 x 45 m pour une hauteur sous voûte de 18 m. Les deux édifices sont des églises-halles couvertes de voûtes à nervures multiples reposant sur des piles fasciculées. Le décor, caractéristique des nouvelles tendances du second quart du XVIe siècle59, était limité aux chapiteaux sculptés des piles, d’un style tout à fait comparable, bien que réalisés en stuc à Saragosse et en pierre à Barbastro, et aux grandes clefs pendantes de bois doré. À Barbastro s’y ajoutait un bandeau épigraphique qui ceinturait intégralement l’espace intérieur, à Saragosse les écus de Hernando, accompagnés de griffons ou d’anges. Dans les deux cas, un enduit imitant un appareil de pierre de taille parfait donnait la tonalité dominante de cette architecture : un blanc éclatant que relevait encore l’or des retables et des fleurons sculptés aux clefs de voûte. Il nous semble donc que, malgré les quinze ou vingt années qui séparent les dates d’achèvement des deux édifices, la comparaison est tout à fait possible.

  • 60 Ph. Araguas et Á Peropadre Muniesa, « La Seo del Salvador », p. 286.
  • 61 Le patronyme désigne évidemment un nouveau converti : dans l’équipe qu’il présente au conseil de vi (...)
  • 62 À. Sánchez Rubio, J. A. Salas Ausens et G. Burillo Jiménez, « Gastos del Concejo de Barbastro », et (...)
  • 63 Tel est le total auquel se monte l’ensemble des paiements effectués au cours des trente-sept années (...)

61Nous savons par Diego de Espés que le coût global de l’agrandissement de Hernando de Aragón à Saragosse se montait à la somme de 276.000 sous60. Pour la collégiale de Barbastro, le devis initial établi en 1517 par « Loys de Santa Cruz, maestro de casa, habitant de present en Caragoca61 », était de 72.000 sous62. Les désaccords entre le maître d’œuvre et le concejo entraînèrent la résiliation du contrat dès 1518, et les travaux avancèrent très lentement durant les dix années suivantes. En 1528, le chantier était confié à Juan de Segura, qui signa une nouvelle convention pour l’achèvement de l’œuvre en quatre années. Il restait à terminer les murs et les piliers, à pourvoir ces derniers de chapiteaux, à construire les voûtes et les charpentes, à ravaler les murs et les piliers, à les enduire de chaux, à peindre les lettres autour de l’église, à clore les baies avec des dalles d’albâtre, à établir les emmarchements en pierre des absides et à les daller en brique : le devis se montait cette fois à 62.000 sous. En 1533, les fleurons de bois doré et divers travaux de peinture coûtèrent 33.800 sous, qu’il faut sans doute rajouter au devis précédent. Au total, les dépenses engagées pour la construction de la collégiale se montèrent donc à 243.846 sous63.

Coût de la pierre à Barbastro

62Quelle somme avait été dépensée pour la construction des murs en pierre de taille ? Cela est difficile à dire. On sait que le 16 décembre 1521, Juan de Burdeos, tailleur de pierres, recevait 900 sous pour la taille de quatre mille pierres livrées à pied d’œuvre. D’après l’estimation que nous avons établie précédemment, la rémunération de Juan de Burdeos devait être équivalente à deux cent vingt-cinq journées de travail (généralement payées 4 sous par jour), soit à environ 900 sous, cette remarque n’étant formulée que pour montrer que nous sommes dans l’ordre du vraisemblable. Compte tenu de la date de la commande, les pierres étaient destinées à la construction des murs ; l’examen des parements de la cathédrale permet d’estimer à six le nombre des pierres nécessaires à la mise en place d’un mètre carré de parement ; on peut par ailleurs évaluer à trois mille mètres carrés la surface de parements intérieurs et extérieurs des murs de la Seo de Barbastro. Une partie avait été réalisée avec les pierres remployées de l’ancienne église ; la commande passée à Juan de Burdeos permettait le montage d’environ six cent cinquante mètres carrés d’appareil de revêtement C’est donc à une somme de l’ordre de 4.500 sous que peut être estimé le coût de la pierre de taille nécessaire à la construction des murs.

Ratio prix du matériau/coût global

63Selon les estimations que nous venons d’exposer, le prix de la pierre de taille nécessitée par la construction des murs représenterait à Barbastro environ 2 % du coût total de l’œuvre. On a beaucoup plus de difficulté à évaluer le prix de revient des pierres destinées au voûtement, dont la taille était plus délicate ; compte tenu de la surface à voûter, qui pouvait représenter entre la moitié et les deux tiers de la surface murale, considérer que le prix de la pierre employée dans le voûtement doublait les dépenses de ce chapitre est de l’ordre du vraisemblable. Il nous semble donc que l’on peut supposer que le pourcentage du coût global représenté par le matériau était au plus de l’ordre de 5 %.

64Les comptes de la Seo de Saragosse pour l’année 1496 (les plus complets que nous ayons pu consulter) permettent d’estimer que dans le cas d’une construction de brique, qui peut être évaluée à environ 13 sous le mètre cube, le pourcentage représenté par l’achat des briques est de l’ordre de 6,056 %, auquel il faut ajouter celui du plâtre (soit 5,096 %), pour obtenir le pourcentage représenté par la maçonnerie, ce qui monte à 11 % le pourcentage du coût des matériaux du gros-œuvre dans le prix de revient global d’une campagne annuelle. Il convient cependant de nuancer cette évaluation en prenant en compte le fait que dans le cas du chantier de la Seo de Saragosse, nous sommes en présence, lors de la campagne de 1496, de travaux de gros-œuvre uniquement. Si les « finitions », naturellement coûteuses, avaient été engagées cette année-là, le pourcentage du prix du matériau de gros-œuvre par rapport au prix global eût été sensiblement moindre : songeons que pour la collégiale de Barbastro, la dépense engagée pour les seuls fleurons de bois doré des clefs de voûte représente 14 % de la somme totale.

65Quel que soit le degré d’approximation de ces évaluations, il semble que dans une construction de brique, le matériau de gros-œuvre revient plus cher que dans une construction de pierre : il peut varier entre 8 et 11 % du coût global à Saragosse et entre 2 et 5 °/o à Barbastro.

66Dans le cas où nous nous trouvons, sur un chantier pour lequel l’approvisionnement en pierre est particulièrement aisé, comme Barbastro, les écarts entre le coût de la construction de pierre et celui de la construction de brique peuvent être encore plus considérables.

Prix de la brique à Barbastro

67Compte tenu du prix des briques payées en 1540 pour le clocher – soit 45 sous pour 1450 briques –, le prix du mètre cube de maçonnerie de brique peut être estimé à Barbastro à 12 sous 6 deniers environ, c’est-à-dire sans doute trois ou quatre fois celui du mètre cube de pierre.

Prix de la pierre à Saragosse

  • 64 M. I, Falcón Pérez, « La construcción en Zaragoza en el siglo XV ».
  • 65 À six sous la pierre d’appareil (30 x 30 x 5), ce prix est très largement supérieur à celui de l’al (...)

68Le prix du mètre cube de maçonnerie de pierre de taille à Saragosse ne peut guère être évalué qu’à l’occasion de travaux annexes qui ne peuvent être assimilés à des campagnes de construction. Une indication est donnée par M. I. Falcón Pérez64 : la somme de 12 sous payée en 1468 pour deux sillares65 ; en admettant que les sillares de Saragosse soient identiques à ceux de Barbastro et en considérant comme négligeables les fluctuations des indices de prix, on peut en conclure que la pierre coûtait 24 fois plus cher à Saragosse qu’à Barbastro (trois deniers contre six sous l’unité).

  • 66 Celles qui servirent à la construction du chevet de la cathédrale romane et des piles du pont de pi (...)

69Dans ces conditions, le prix de la pierre peut être considéré comme réellement prohibitif à Saragosse, mais ces conditions n’existent que parce que la brique avait totalement détruit l’organisation de l’approvisionnement en pierre de taille : on ne peut en effet considérer qu’en bordure d’un grand fleuve comme l’Èbre, le long duquel existent, à moins de trente kilomètres en amont et en aval, des carrières de pierre de bonne qualité66, le coût du transport aurait pu multiplier par 24 celui du matériau. On peut ainsi affirmer que si la brique devient réellement compétitive par rapport à la pierre, c’est davantage par le fait d’une organisation sociale et commerciale du travail qu’en raison de l’éloignement des carrières de pierre de construction.

  • 67 La différence de salaire journalier entre un albañil et un tailleur de pierre est de 20 % à Gérone (...)

70Il est bien évident que ce ne sont là que des estimations grossières et que les marges d’erreurs sont considérables ; néanmoins il nous semble que l’on ne peut absolument pas conclure « dans l’absolu » à un prix de revient de la construction de brique inférieur à celui de la construction de pierre. Le choix de la brique impliquait des coûts de gros-œuvre relativement élevés en raison même des coûts de fabrication du matériau, que ne compensent pas les économies permises sur d’autres « postes », comme celui de la main-d’œuvre notamment, puisque les écarts de pourcentage (coût du matériau par rapport au coût global) entre l’hypothèse pierre et l’hypothèse brique sont compris entre 6 % et 9 %67. Ce n’est qu’au terme d’un parcours historique plus ou moins long, qui a eu pour conséquence de réduire à néant l’organisation du commerce de la pierre de taille, que la brique est devenue à Saragosse très avantageuse par rapport à celle-ci.

71Si la construction de brique et la manobra mudéjare étaient effectivement baratas, les sommes investies dans l’agrandissement de la Seo de Saragosse auraient été moindres que celles consacrées à la collégiale de Barbastro ; or l’écart existant entre les coûts globaux de ces deux chantiers montre qu’il n’en est rien. Le premier chantier a coûté 276.000 sous à l’archevêque de Saragosse ; le second, estimé dans un premier temps à 72.000 sous, a coûté en définitive environ 245.000 sous au concejo de Barbastro. On peut donc conclure qu’entre une construction donnée en pierre de taille et un édifice équivalent en brique, le coût de revient peut être sensiblement identique.

72Voilà qui pourrait amener à réviser certaines opinions énoncées généralement sur la baratura de la construction de brique : si cette hypothèse difficilement vérifiable mais systématiquement formulée s’avérait dans certains cas exacte, ce dont on peut raisonnablement douter, il n’en resterait pas moins que, si la construction de brique était financièrement avantageuse, cela ne tenait en rien au faible prix du matériau, beaucoup plus coûteux au départ que la pierre de taille, mais à une position de monopole acquise au cours des temps et, peut-être, aux économies de main-d’œuvre qu’autorise une technique de construction plus souple et mettant en œuvre des masses moins considérables de maçonnerie.

73S’il fallait renforcer notre thèse paradoxale de la cherté de la brique par un argument moins contestable et plus évident que ceux que nous venons de développer, on pourrait simplement faire constater avec quel sens de l’économie, voire quelle pingrerie, sont utilisés les fragments de brique dans la construction des grands piliers de l’agrandissement de Hernando de Aragón à Saragosse.

74Il serait sans doute possible d’effectuer des comparaisons de ce type dans le domaine andalou, mais, en dépit des apparences, il est très rare de trouver à Séville au Moyen Âge des édifices entièrement réalisés en brique. Nous pouvons cependant constater que, là non plus, la brique n’était pas forcément « compétitive » par rapport à la pierre. L’exemple de l’église de San Felipe de Carmona est sur ce point éclairant : construite massivement en béton, la brique et la pierre y sont utilisées indifféremment pour les arcs et les portes.

75La cherté de la brique fut sans doute une incitation pour les maîtres maçons du XVe siècle à continuer à construire en béton ou en matériaux moins coûteux, d’où le grand succès de la maçonnerie « tolédane » dans toute la Castille ; en Aragon, il est vraisemblable que des contraintes du même ordre aient amené les maçons à imaginer des techniques de construction qui leur permettaient de diminuer le cubage des maçonneries : la cohésion de la brique et du plâtre permit en effet de réduire sensiblement l’épaisseur des murs, que couvraient des voûtes de plus en plus légères. De ce fait, la construction de brique devint sans doute compétitive du point de vue financier mais en dehors de certains exemples aragonais, ces bouleversements des pratiques constructives, qui culminèrent dans l’adoption ou la mise au point de la technique de la voûte « à la Roussillon », ne sont pas sensibles avant le XVIe siècle, et de ce fait ne peuvent guère être pris en compte pour justifier le topique, au sens de lieu commun, cette fois – de la baratura de la brique à l’époque médiévale.

76On ne peut donc considérer, à notre avis, comme fondée l’affirmation selon laquelle, au Moyen Âge et en Espagne, la construction de brique aurait été économique – à moins de donner à ce terme le sens très large que lui confère son étymologie et non celui, plus restrictif, qui s’y attache communément. La construction de brique peut être effectivement « économique » dans la mesure où elle répond parfaitement aux impératifs globaux du milieu dans lequel elle est mise en œuvre : ceux-ci sont d’ordre géologique, écologique, démographique, social, culturel et idéologique.

77Les impératifs géologiques sont évidents : l’absence de gisements de pierre à proximité du chantier s’impose en premier lieu. Mais de quelle sorte de pierre ? Entre les affleurements de roches sédimentaires et leurs dérivés (calcaire de la région de Séville, gypse de la moyenne vallée de l’Èbre) et les gisements de roche ignée (granites de la Meseta Norte ou d’Estrémadure), la pierre est partout présente en Espagne, et simplement plus ou moins difficile à travailler et à mettre en œuvre. L’assemblage des blocs de granite dans l’« appareil tolédan » met en évidence le parti que l’on peut tirer d’un matériau a priori mal adapté à la construction. La pratique des maçonneries enduites, indissociable de la tradition islamique, permet de ne pas considérer comme un obstacle majeur l’emploi de roches impropres à la taille en blocs réguliers. Ces réserves émises, on peut considérer que dans certaines régions particulièrement défavorisées du point de vue géologique l’emploi de la brique peut s’imposer naturellement.

  • 68 On peut penser que dès l’époque wisigothique la nécessité de protéger les forêts s’imposait ; en 68 (...)
  • 69 Ce qui du reste n’était pas propre à l’Espagne : cf. O. Chapelot, La construction sous les ducs de (...)

78Il n’en reste pas moins que, du point de vue écologique, on peut se demander si l’emploi massif de la brique était adapté à un pays dont la couverture végétale devait déjà être assez dégradée68. Sans parler des forêts dont l’exploitation était très réglementée, la principale source de combustible était constituée par la végétation buissonnante, le « bois revenant »69 et les déchets de bois d’œuvre ; de ce point de vue, l’industrie briquetière pouvait s’accommoder d’un territoire très largement sous-peuplé comme l’était la Castille du XIIIe siècle, où les friches devaient constituer une part non négligeable du terroir.

  • 70 Séville passe par exemple de 15.000 habitants en 1384 à 45.000 à la fin du XVe siècle, cf. M. Á. La (...)

79Une situation démographique précaire peut en effet être favorable à l’emploi de la brique dans l’architecture : là où il y a peu d’hommes, il y a encore moins de tailleurs de pierre. Dans les territoires difficilement repeuplés de la Vieille-Castille du XIIIe siècle, les colons paysans pouvaient construire sans trop de peine les murs de terre de leurs maisons et ceux des nefs des églises ; quelques charretées de brique suffisaient à conférer aux chevets de ces dernières un aspect acceptable selon les critères « romans » encore en vigueur. Dans des zones de peuplement plus dense, la brique était utilisée en quantité importante alors même que la pierre à bâtir était aisément accessible ; comme à Teruel, ce sont vraisemblablement des facteurs humains qui ont joué en faveur de la brique. On constate en effet que la main-d’œuvre y est constituée en très grande majorité de manœuvres, au nombre desquels on compte quantité de femmes et d’enfants « sous-payés ». Tout donne à penser que dans le cas des villes en plein essor de la fin du XIIe siècle et de la première moitié du XIIIe s., et dans ces mêmes villes marquées par l’explosion démographique du XVe siècle70, la brique permettait d’utiliser une population non spécialisée ; on occupait ainsi les individus les moins productifs à moindre coût et l’on pouvait se dispenser de recruter dans des régions éloignées des tailleurs de pierre déjà très largement sollicités par le dynamisme qui se manifestait aux mêmes époques dans leurs villes d’origine. De ce point de vue, les avantages par rapport à la construction de pierre de taille étaient assez évidents.

80Cette impression semble confirmer le fait que la construction de brique est assez étroitement liée, dans un premier temps du moins, à la ville. Dans la plaine de l’Èbre, c’est à Saragosse au début du XIIIe siècle que le matériau commence à être employé d’une manière systématique ; sa diffusion à partir de la métropole, qui se vérifie également à Tolède et à Séville, laisse penser que la mise en place d’une économie urbaine au cours du XIIIe siècle n’est pas étrangère à l’essor de la construction de brique. Peut-on avancer l’hypothèse que l’organisation stricte du travail que suppose la production de brique, le contrôle sévère de la qualité et de la commercialisation qu’autorise une fabrication « proto-industrielle » aient été vus d’un bon œil par l’autorité politique dans ces villes en pleine croissance ? Nous ne sommes pas à même d’en juger, mais il nous semble que des phénomènes de cet ordre pourraient être mis en évidence dans le cadre d’études socio-économiques.

  • 71 Sur ce point, voir Ph. Araguas, « Architecture de brique et architecture mudéjar ».

81Du point de vue des facteurs sociaux que l’on peut mettre en relation avec l’emploi de la brique, le problème du « mudéjarisme » s’impose prioritairement, mais dans ce domaine aussi on ne peut se contenter de l’explication simpliste selon laquelle l’emploi de la brique dans l’architecture médiévale espagnole serait une conséquence du maintien des populations musulmanes, les mudéjars, dans les territoires reconquis71. Nous avons vu quelles nuances il convient d’apporter à cette interprétation de l’architecture médiévale espagnole, aussi nous suffit-il d’évoquer brièvement ici la question qui a trait au coût de la main-d’œuvre mudéjare.

  • 72 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés, n. 18 et pp. 100-109.
  • 73 F. Marías, El largo siglo XVI, p. 182.
  • 74 Ibid., n. 21 et pp. 98 sqq.

82On a longtemps pensé que l’une des raisons du succès du style mudéjar était liée au coût de revient moindre de la main-d’œuvre mudéjare, ce qui semble contredit par les études récentes. Le problème, en effet, n’est pas tant d’ordre quantitatif que qualitatif. La démonstration de l’équivalence des salaires entre mudéjars et chrétiens établie pour l’Aragon par G. Borrás72 n’emporte certes pas l’adhésion sans réserve de tous les chercheurs73 mais elle établit néanmoins que dans un certain nombre de cas les salaires des artisans mudéjars et le prix des produits qui sortaient de leurs ateliers n’étaient guère différents de ceux que l’on observe du côté des chrétiens. Selon E. Cooper, les sommes investies dans le château de Coca, construit en brique, en partie du moins, par des mudéjars pour Alonso de Fonseca lurent considérables. Le statut des grands maîtres d’œuvre comme Ali Caro et Mahoma Rami n’était pas différent de celui des grands maîtres d’œuvre chrétiens contemporains et les salaires des maîtres albañiles étaient comparables voire supérieurs à ceux des tailleurs de pierre. Bien des éléments semblent contredire l’affirmation d’un coût de revient très avantageux de la construction mudéjare et cela va de pair avec ce que nous nous sommes efforcé de mettre en évidence pour ce qui est de la construction de brique. Ni le coût de la brique, ni le coût de la main-d’œuvre mudéjare ne suffisent donc à expliquer l’élaboration d’une architecture « ad modum Hispaniae74 ».

  • 75 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à Ph. Araguas, « Bene fundata est supra firmam petra (...)

83On ne saurait en dernier lieu écarter de ces considérations le « prix » de la politique d’unification et de la prise de conscience d’une communauté nationale qui s’imposait aux yeux des grands hommes politiques qu’étaient Pierre le Cérémonieux en Aragon et Pierre le Cruel en Castille. Il ne nous paraît pas insignifiant de souligner les avantages que pouvaient présenter aux yeux de ces princes, qui incarnent dans la Péninsule la prise de conscience du rôle de la nation, une architecture qui leur permettait d’assurer l’intégration de couches sociales marginalisées tout en manifestant à l’égard des voisins nasrides et mérinides une ouverture qui se traduisait par ailleurs par des relations diplomatiques et commerciales. Quant à Benoît XIII, le commanditaire de San Pedro de Calatayud et de la Seo del Salvador de Saragosse, depuis longtemps gagné au « gothique international », comment ne pas interpréter ses commandes aragonaises comme une manière d’affirmer son ancrage dans le dernier royaume à lui assurer son soutien à l’heure du Grand Schisme75 ?

  • 76 Sur l’architecture comme investissement, on peut se référer aux réflexions de R. A. Goldthwaite, Th (...)

84Le prix du mètre cube de maçonnerie pèse, aux yeux des princes, d’un poids bien léger dans l’économie d’un chantier de prestige76, avant même que les innovations techniques liées à l’emploi de la brique ne permettent de réaliser sur des chantiers de moindre envergure des économies de boutiquier.

Notes

1 Pour une approche à l’échelle de la Péninsule, cf. la carte des sols de l’Atlas nacional de España, Madrid, Instituto Geográfico y Catastral, 1965, pl. 48.

2 La base de données Sinamba de la Consejería de Medio Ambiente de la Junta de Andalucía propose un inventaire des carrières, abandonnées ou en exploitation. Pour la seule province de Séville, une vingtaine de carrières de calcaire ont été repérées : à Alcalá de Guadaira, Algamitas, Aznalcóllar, Cabezas de San Juan, Carmona, Constantina, Écija, Estepa, Gerena, Gilena, Guadalcanal, Lebrija, Lora de Estepa, Lora del Río, Los Molares, Montellano, Morón de la Frontera, Osuna, Pedrera, Pruna, El Rubio, Utrera et Villanueva del Río.

3 Pour les problèmes posés par ce terme on pourra se référer à Mireille Mentré, La peinture mozarabe, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1984, p. 33 ; et à Ph. Araguas, « Mozarabes et Lombards ».

4 Nous avons eu l’occasion de développer une critique méthodologique au sujet des abus de l’emploi du terme mudéjar : cf. Ph, Araguas, « Architecture de brique et architecture mudéjar ». Cette critique a suscité une réaction très vive de G. M. Borrás Gualis, « A propósito de arquitectura de ladrillo y arquitectura mudéjar », article repris dans Id., El arte mudéjar. Le présent chapitre doit donc être considéré comme un élément du débat, une réponse à la réponse…

5 L’une de ces éclairantes « mises au point » touche justement la définition du gothique méridional, si importante à prendre en compte pour mieux comprendre le gothique-mudéjar, cf. P. Vivian, « Le problème de la nef unique ».

6 « Ce sont donc d’étranges outils que les concepts historiques ; ils permettent de comprendre parce qu’ils sont riches d’un sens qui déborde toute définition possible ; pour la même raison, ils sont une incitation perpétuelle au contresens » (Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1978, p. 89).

7 Par exemple 70 pages sur les 200 de G. M. Borrás Gualis, El arte mudéjar, cité supra.

8 G. M. Borrás Gualis, El arte mudéjar.

9 Ibid, p. 40.

10 Ibid, p. 44.

11 Ph. Araguas, « Architecture de brique et architecture mudéjar ».

12 G. M. Borrás Gualis, El arte mudéjar, p. 61.

13 Ibid., pp. 69-70.

14 On aura avantage à éclairer cette polémique des feux de l’historiographie en lisant l’article de Carlos Barro S, « La nouvelle histoire et ses critiques », Manuscrits, 9, janvier 1991, pp. 83-111.

15 G. M. Borrás Gualis, « A propósito de arquitectura de ladrillo y arquitectura mudéjar », p. 71.

16 L’examen de la bibliographie et le survol du catalogue que nous présentons suffisent à justifier le bien-fondé de l’affirmation selon laquelle il y a dans l’esprit des historiens de l’architecture une correspondance implicite entre architecture de brique et architecture mudéjare. On pourra grâce au présent travail, que nous avons voulu aussi exhaustif et objectif que possible, juger si une telle opinion peut être qualifiée de « simplicidad que raya en la mentecatez ».

17 B. Pavón Maldonado, « Hacia un tratado de arquitectura », p. 330.

18 Ibid., p. 331.

19 J. Meunié, H. Terrasse et G. Deverdun, Recherches archéologiques à Marrakech, pp. 73-74.

20 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés, 1978, p. 47.

21 Cf. sur ce point notre article « Bene fundata est supra firmam petram ».

22 M.Á. Ladero Quesada, « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media ».

23 J. González, Repoblacíón de Castilla la Nueva.

24 M. Á. Ladero Quesada, « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media », n. 15.

25 J.-P. Molénat, « Les musulmans à Tolède ».

26 J.-P. Molénat, « Mudéjars, captifs et affranchis », p. 114.

27 Rien ne semble accréditer, dans les travaux des historiens tolédans, l’hypothèse d’une arrivée massive de mudéjars maghrébins suggérée par la chronique d’Alphonse VIII, selon laquelle, à la fin du XIIe siècle, « Muchos miles de peones y jinetes cristianos, con su obispo y gran parte de los clerigos que fueron de la casa real de Ali y su Hijo Taxufin, atravesaron el mary vinieron a Toledo. »

28 Ou celle de deux cents captifs maures qui furent employés, si l’on en croit la chronique d’Ávila, à la construction de la muraille.

29 Même si l’on tient compte de l’immigration de mudéjars tolédans, numériquement très marginale, signalée par M. Á. Ladero Quesada.

30 M.Á. Ladero Quesada, La ciudad medieval, p. 177.

31 Où, selon M. Á. Ladero Quesada, il y avait 70 ou 80 feux maures en 1501 (M. Á. Ladero Quesada, « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media », p. 360).

32 En dehors de l’Aragon, le rôle tenu dans le domaine de l’agriculture par les mudéjars est aussi évident ; leur importance dans celui de la construction est sans doute largement surestimée par les historiens de l’architecture ; à cet égard, un trait singulier de l’historiographie du thème mérite d’être signalé : dans la première édition de son fameux discours (1859), J. Amador de los Ríos écrivait : « Menos ricos, menos invidiados, pero más honestamente útiles a la república consagrábanse los mudéjares al ejercicio de la agricultura » ; dans la deuxième édition revue et corrigée par l’auteur, datée de 1877, le terme agricultura est remplacé, sans plus de justification, par arquitectura : Discursos leídos en las recepciones y actos publicos… Real Academia de San Fernando, desde 19 de Junio de 1859, Madrid, Manuel Tello, 1877, t. I (éd. Pierre Guenoun, 1965, p. 20) et Discursos leidos.., Madrid, Imprenta José Rodríguez, 1859. Voir sur ce point, Ph. Araguas, « Le style mudéjar et l’architecture néo-mudéjar », pp. 77-78.

33 E. Cantera Monegros, « Los mudéjares ».

34 A. Collantes de Terán Sánchez, « Los mudéjares sevillanos », p. 231.

35 M.T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, p. 29.

36 Ángel Novella Mateo et Victoria Ribot Arán, « Los mudéjares de Teruel », dans Actas del III Simposio internacional de mudejarismo (Teruel, 20-22 de septiembre 1984), Teruel, Instituto de Estudios Turolenses de la Diputación de Teruel, 1986, pp. 245-251, voir p. 248.

37 M.Á. Ladero Quesada, « Los mudéjares de Castilla en la Baja Edad Media » p. 360 ; Francisco Fernández González, Estado social y político de los mudéjares de Castilla, Madrid, Hiperión, 1985 (réimpression de l’éd. de 1866), doc lxviii, pp. 382-383.

38 Leopoldo Torres Balbás, Arte Almohade, Arte Nazarí, Arte Mudéjar, t. IV de Id. (éd.), Ars Hispaniae, Madrid, Plus-Ultra, 1949, p. 338 ; B. Leroy, « Les grands chantiers publics de Navarre » (Zalema Zaragozano, maître des œuvres de Charles III).

39 Jerónimo Münzer, Viaje por España y Portugal (1414-1495), Madrid, 1951.

40 On sait qu’à Valence ta participation des mudéjars aux travaux publics était imposée sous forme de sofras (corvées) ; cf. Robert I. Burns, « Los mudéjares de Valencia. Temas y metodología », dans Actas del I Simposio international de mudejarismo (Teruel, 15-19 septembre 1975), Madrid-Teruel, CSIC - Diputación Provincial de Teruel, 1981, pp. 455-497, voir p. 460 ; et Pierre Guichard, « Le problème de la sofra dans le royaume de Valence », Al Awrâq, 2, [Madrid], 1964, pp. 64-71.

41 R. Corzo Sánchez, « Génesis y función del arco de herradura ».

42 C. Ewert, « Forschungen zur almodischen Moschee », p. 123 (résumé en français) : douces de l’auteur quant à l’origine orientale du parti.

43 D, Angulo Íñiguez, Arquitectura mudéjar sevillana de los siglos XIII, XIV y XV, pp. 6-10.

44 Manuel Ruzafa García, « Los mudéjares valencianos en el siglo XV. Una perspectiva bibliográfica », dans Actas del III Simposio internacional de mudejarismo (Teruel, 20-22. de septembre 1984), Teruel, Instituto de Estudios Turolenses de la Diputación de Teruel, 1986, pp. 291-303, voir p. 298, publie un graphique illustrant cette prolifération des études sur ces thèmes : d’une moyenne de 35 publications annuelles dans les années 60, on est passé à 95 en 1980, et à 152 en 1981.

45 San Pietro de Mili (Messine), Casalvecchio Siculo (Agro), San Giovanni Vecchio (Stilo), etc.

46 Le rôle des bénédictins dans le développement de la production de brique dans l’Europe du Nord a été mis en évidence en Angleterre par P. J. Drury, « The Production of Bricks and Tiles » ; et aux Pays-Bas par J. Hollestelle, De Seembakkerij (résumé en anglais).

47 Il nous paraît inutile de relever les multiples affirmations susceptibles d’illustrer cette remarque, qui est à mettre en parallèle avec la réitération constante d’un autre topique : celui de la baratura de la mano de obra mudéjar, que G. M. Borrás Gualis s’est efforcé de dénoncer de manière très nuancée dans le chapitre V de son ouvrage El arte mudéjar ; publié en 1990 ; ce chapitre reprend en partie Ph. Araguas, « Coût de la brique et économie de la construction de brique dans l’espagne antique et médiévale », dans Patrick Boucheron, Henri Broise et Yvon Thébert (éd.), La brique antique et médiécale. Actes du colloque international (Saint-Cloud, 16-18novembre 1995), Rome, École française de Rome, 2000, pp. 245-259.

48 Le topique de la baratura (prix bas, « bon marché ») de la construction de brique est accepté comme une évidence même par les auteurs qui, comme J. M. Azcárate ou G. Borrás, n’acceptent pas que les facteurs économiques soient déterminants dans le choix des matériaux « mudéjars » (G. M. Borrás Gualis, El arte mudéjar, pp. 100-109).

49 Pour ces considérations économiques, on se référera à E.J. Hamilton, Money, Prices and Wages.

50 I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios », p. 97 ; il est intéressant de noter qu’à la même époque les salaires nominaux baissent.

51 Ph. Araguas, « Des chiffres et des lettres. La Seo del Salvador de Saragosse », communication au colloque « Textes et archéologie monumentale. Possibilités d’une approche conjointe (Avignon, 30 novembre - 2 décembre 2000), à paraître.

52 Pour tenter de résoudre les problèmes posés par les conversions en système décimal des unités de mesures anciennes, on a utilisé le petit ouvrage de Pablo Lara Izquierdo, Sistema aragonés de pesos y medidas. La metrología histórica aragonesa y sus relaciones con la castellana, Saragosse, Guara Editorial, Colección Básica Aragonesa (45), 1984.

53 C. Homs Rourich, « Los constructores de la catedral de Gerona », p. 118. Pouvons-nous risquer une estimation à partir des prix des pierres destinées à être mises en œuvre dans un portail ? Nous savons qu’en 1367 deux pierres achetées pour le portail de la cathédrale de Gérone avaient coûté quatre florins et demi ou 46 sous 6 deniers, soit 23 sous 3 deniers la pierre, c’est-à-dire près de 160 fois le prix d’une charge de pierres.

54 Nous reprenons ici les estimations d’Y. Esquieu, « Taille de la pierre et fonctionnement d’un chantier roman », pp. 106 et 107, n. ii.

55 Ibid., p. 149.

56 Cette observation rejoint celle formulée par C. Gómez Urdáñez, « Fundamentos de la omnipresencia del ladrillo » (p. 51) sur la différence entre les carrières de piedre franca et celles appartenant au comte d’Aranda.

57 Ce fut également le transport fluvial qui permit de construire en pierre de Puerto de Santa María la cathédrale de Séville.

58 Sur ce concept, cf. F. Marías, El largo siglo XVI.

59 Voir sur ce point notre article « Bene fundata est supra firmam petram ».

60 Ph. Araguas et Á Peropadre Muniesa, « La Seo del Salvador », p. 286.

61 Le patronyme désigne évidemment un nouveau converti : dans l’équipe qu’il présente au conseil de ville le 3 juillet 1517 figure un certain Mahoma de Santa Cruz ; cf. José Luis Pano Gracia, « Autores y cronología de la catedral de Barbastro (Huesca) », Artigrama, 5, 1988, pp. 81-104, voir p. 90.

62 À. Sánchez Rubio, J. A. Salas Ausens et G. Burillo Jiménez, « Gastos del Concejo de Barbastro », et J. L. Pano Gracia, « Autores y cronología de la catedral de Barbastro (Huesca) ».

63 Tel est le total auquel se monte l’ensemble des paiements effectués au cours des trente-sept années d’activité du chantier : la seule lacune dans les livres concerne la fin de l’année 1523, cf. A. Sánchez Rubio J. A. Salas Ausens et G. Burillo Jiménez, « Gastos del Concejo de Barbastro » (tableau).

64 M. I, Falcón Pérez, « La construcción en Zaragoza en el siglo XV ».

65 À six sous la pierre d’appareil (30 x 30 x 5), ce prix est très largement supérieur à celui de l’albâtre de Fuentes commandé en 1493 à Johan de Vitoria (20 pièces de quatre palmes une main de long sur trois palmes une main de large et 30 pièces de deux palmes de long sur une palme de large, soit environ 14 mètres cubes pour 435 sous), qui pourrait être estimé à un sou six deniers : Fuentes est à une vingtaine de kilomètres, mais le commerce de l’albâtre est bien organisé.

66 Celles qui servirent à la construction du chevet de la cathédrale romane et des piles du pont de piedra. Sur ce point, nous ne partageons pas l’opinion de C. Gómez Urdáñez, « Fundamentos de la omnipresencia del ladrillo » (p. 54), selon qui « pour un matériau si lourd, on ne peut penser aux petites embarcations qu’utilisaient les arraeces pour des projets [proyectos (sic)] courts et avec des charges légères, sur l’Èbre » ; le poids approximatif d’une carretada étant de 600 kg, la même quantité de matériau peut être transportée sur une embarcation ; on sait en effet que la brique est parfois transportée, elle aussi, par voie fluviale, et de fort loin : en 1346, pour le chantier de la Seo, des chargements arrivent par le fleuve de Miranda del Ebro (environ 200 km), si l’on en croit María del Carmen Lacarra Ducay et Cristina Monterde Albiac, « Un libro de fábrica de la Seo de Zaragoza en 1346 », dans Homenaje al profesor emérito Antonio Ubieto Arteta, Saragosse, Universidad de Zaragoza, coll. « Aragón en la Edad Media » (8), 1989, pp. 363-377, voir p. 370.

67 La différence de salaire journalier entre un albañil et un tailleur de pierre est de 20 % à Gérone (2 sous 6 deniers pour un tailleur de pierre, 2 sous pour un albañil) ; à Saragosse en 1519, les maîtres, qu’ils travaillent la pierre ou la brique, sont indifféremment payés 4 sous. À Florence aux Ve siècle, ce salaire est de l’ordre de 20 sous, tant pour les tagliapietre que pour les muratori (Richard A. Gold Thwaite, The Building of Renaissance Florence, Baltimore - Londres, The John Hopkins University Press, 1980, p. XV). À Valence, les tailleurs de pierre sont en moyenne payés 10 % de moins que les autres maçons (E.J. Hamilton, Money, Prices and Wages, p. III).

68 On peut penser que dès l’époque wisigothique la nécessité de protéger les forêts s’imposait ; en 681 le Liber Judicum mentionne les punitions infligées aux auteurs de coupes de bois abusives ; sous le règne de Fernàn González, en 950, la protection des bois est réaffirmée ; en 1076, sous Alphonse VI, de nouveaux textes législatifs sont élaborés ; les fueros de Molina de Aragón (1154), Cuenca, Medinaceli, Soria (1210), les ordonnances royales de Jacques Ier sur les bois communaux d’Alfocea en 1226, le Código de las Siete Partidas d’Alphonse X en 1256 sont autant de témoignages du souci de protéger d’une déforestation excessive des territoires très sensibles, pour des raisons climatiques évidentes, aux phénomènes de désertification ; cf. Paul Chabrol, « La désertification de l’Espagne est-elle historique ou climatique ? », Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, 131, 1969, pp. 77-93.

69 Ce qui du reste n’était pas propre à l’Espagne : cf. O. Chapelot, La construction sous les ducs de Bourgogne Valois, p. 223.

70 Séville passe par exemple de 15.000 habitants en 1384 à 45.000 à la fin du XVe siècle, cf. M. Á. Ladero Quesada, La ciudad médiéval, pp. 177.

71 Sur ce point, voir Ph. Araguas, « Architecture de brique et architecture mudéjar ».

72 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés, n. 18 et pp. 100-109.

73 F. Marías, El largo siglo XVI, p. 182.

74 Ibid., n. 21 et pp. 98 sqq.

75 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à Ph. Araguas, « Bene fundata est supra firmam petram ».

76 Sur l’architecture comme investissement, on peut se référer aux réflexions de R. A. Goldthwaite, The Building of Renaissance Florence, pp. 397 sqq. ; pour le coût de la main-d’œuvre, notamment pour la pierre de taille, pp. 289 sqq.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. – Prix de la brique dans différentes villes du royaume d’Aragon aux XIVe et XVe siècles
Légende NOTE : s = sous ; d = deniers
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 2. – Prix des matériaux de base (en deniers)
Légende SOURCE. M. I. FALCÓN PÉREZ et alli, « La construction à Saragosse à la fin du Moyen Âge, conditions de travail, matériaux, prix, salaires »
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2815/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search