Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Quatrième partie. La brique dans l'Espagne médiévale : présentation par province

Chapitre XIX

Navarre et Pays Basque

Texte intégral

Navarre

Province de Pampelune

  • 1 B. Leroy, « Les grands chantiers publics de Navarre ».
  • 2 Basilio Pavón Maldonado, Tudela, ciudad medieval. Arte Islámico y mudéjar, Madrid, Instituto Hispan (...)
  • 3 José Esteban Uranga Galdiano et Francisco Íñiguez Almech, Arte medieval navarro, Pampelune, Aranzad (...)

1Le rôle joué par les maîtres d’œuvre maures au service des rois de Navarre, notamment sous Charles III, n’est plus à prouver1 ; l’importance des vestiges islamiques n’est pas négligeable, comme l’a montré l’étude de B. Pavón Maldonado2 sur Tudela. En dépit de ces deux facteurs de « mudéjarisme », la brique est infiniment rare en Navarre jusqu’à la fin du Moyen Age. Jusqu’alors, l’emploi du matériau ne semble avoir été que très limité. C’est dans certains voûtains de la très champenoise église collégiale de Roncevaux3 qu’il avait peut-être fait son apparition en Navarre au début du XIIIe siècle (encore faudrait-il pouvoir vérifier de près cette information véritablement surprenante). Toujours à Roncevaux, la brique fut utilisée pour les voûtains de la salle capitulaire au XIVe siècle, ce qui est, à cette date, moins étonnant.

  • 4 B. Leroy, « Les grands chantiers publics de Navarre », p. 60.
  • 5 B. Leroy, « Tudela en 1381-1383 à travers le registre du notaire Martin Don Costal », p. 726 ; Id., (...)

2Il est tout à fait évident que les Zalema, Mohama Farach, Ibrahim Audoramen et Ali mentionnés par la documentation des XIVe et XVe siècles4 exploitée par Béatrice Leroy construisaient en pierre : les comptes de construction des grands chantiers royaux semblent ignorer totalement la brique. En était-il de même dans les constructions privées ? Cela est vraisemblable, et quand B. Leroy écrit qu’à la fin du XIVe siècle « la maison tudelane a l’aspect connu dans les agglomérations de la vallée de l’Èbre : elle est de brique à plusieurs étages », Il faut bien comprendre qu’il s’agit – jusqu’à la fin du XVe siècle tout au moins – d’adobes5, c’est-à-dire de briques crues, et non pas de rejolas, comme dans l’Aragon voisin.

Province de Pampelune

Province de Guipúzcoa

  • 6 Catáloga monumental de Nevarra, par M, C. García Gainza, t. II : Tudela, p. 365.

3Dans l’état actuel des choses, force est de constater que la brique s’impose dans l’architecture navarraise au moment où ces artisans mudéjars deviennent, contraints ou forcés, de nouveaux chrétiens. C’est en effet des années 1500-1515 que date à Tudela6 le Palais « del Deán », qui introduit véritablement la brique là où elle n’avait fait jusqu’alors que de très timides et sporadiques apparitions.

Pays Basque

Provinces de Bilbao, Guipúzcoa et Vitoria

4Les provinces de Bilbao, Guipúzcoa et Vitoria ne présentent pratiquement pas de trace de constructions de brique médiévale, exception faite sans doute de voûtains masqués par l’enduit et peut-être, à la fin de la période, de certaines constructions civiles qui ont pu échapper à notre enquête. Le seul exemple que nous puissions signaler est celui de la maison-tour de Loyola à Azpeitia, reconstruite à la fin du XVe siècle à la suite d’un démantèlement imposé à Juan Pérez de Loyola, grand-père du fondateur de la Compagnie de Jésus. Il faut sans doute voir, dans cette arrivée soudaine et quelque peu incongrue d’une nouvelle manière de construire, une manifestation du pouvoir de conviction du mudéjar aragonais.

Notes

1 B. Leroy, « Les grands chantiers publics de Navarre ».

2 Basilio Pavón Maldonado, Tudela, ciudad medieval. Arte Islámico y mudéjar, Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, coll. « Cuadernos del Seminario de Arte y Arqueología » (3), 1978.

3 José Esteban Uranga Galdiano et Francisco Íñiguez Almech, Arte medieval navarro, Pampelune, Aranzadi, 1973, t. IV, p. 111.

4 B. Leroy, « Les grands chantiers publics de Navarre », p. 60.

5 B. Leroy, « Tudela en 1381-1383 à travers le registre du notaire Martin Don Costal », p. 726 ; Id., « La navarrería de Pampelune » : « Tout contrat de location énumère […] pierres, briques, tuiles, plâtre », correspondant au passage du document cité en note : « pie tiras, adobes, tapias… ».

6 Catáloga monumental de Nevarra, par M, C. García Gainza, t. II : Tudela, p. 365.

Table des illustrations

Légende Province de Pampelune
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Province de Guipúzcoa
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2813/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search