Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Quatrième partie. La brique dans l'Espagne médiévale : présentation par province

Chapitre XVIII

Levante

Texte intégral

Provinces d’Albacete, Alicante, Castellón de la Plana, Murcie et Valence

  • 1 A, Bazzana, Maisons d’al-Andalus.
  • 2 Ph. Araguas, « Architecture de brique et architecture mudéjar ».

1Les travaux d’A. Bazzana1 sur l’habitat médiéval et les structures de peuplement dans l’Espagne orientale ont mis en évidence l’absence quasi totale de recouvrement entre architecture de brique et peuplement mudéjar que nous avions signalée dans un article paru en 19872. La rigueur archéologique de l’équipe engagée dans les recherches sur le Shark al-Andalus confirme ainsi l’intuition que nous avions eue de l’inexistence de la brique dans les édifices construits avant la Reconquête (dans les années 1230-1300) dans ces provinces si profondément « berbérisées ». Il suffit, pour se convaincre du bien-fondé des opinions que nous avions naguère avancées, de lire A. Bazzana :

  • 3 A. Bazzan A, Maisons d’al-Andalus, t. I, p. 85.

Le milieu rural valencien n’offre pas d’exemple de briques employées dans la construction des murs qui soient, à coup sûr, antérieurs à la conquête chrétienne. On a dit parfois que la brique cuite, mince et plate, « de forme romaine », avait été employée sous les Almohades et les Nasrides ; cela reste à démontrer, pour la première période du moins. En revanche, la brique est abondamment utilisée dans les réfections des courtines et des tours du château de Corbera, sans doute au XIVe siècle, ainsi que les appareils [sic] du château de Forna, où elle compose la structure des arcs et des encadrements d’ouvertures (portes et baies). C’est aussi en brique que sont faites les reprises des courtines et de la voûte de la citerne du château de Palma de Gandía : là, les briques sont posées de champ et forment une voûte surbaissée assez différente des voûtes musulmanes habituelles. Un des plus beaux exemples de construction en briques dans le Shark al-Andalus,, construction sans aucun doute musulmane, sans que l’on soit certain qu’elle puisse être antérieure à 1238, est la porte (aujourd’hui murée) de la mosquée de Xara (Ermita de Santa Ana)3.

Provinces d’Albacete, Alicante, Castellón de la Plana, Murcie et Valence

  • 4 Ibid., t. II, p. 450, pl. CXXIII ; Julián Ribera y Tarragó, « Los ladrillos moros de Xara », Boletí (...)

2Il est assez significatif que la seule illustration de l’architecture de brique du Levante doive être cherchée dans une mosquée postérieure à la Reconquête, dont le seul élément musulman est constitué par des inscriptions sans lesquelles on hésiterait à qualifier de mudéjare une porte à couvrement plein-cintre sans aucun trait stylistique d’origine islamique : l’arc d’entrée de la mosquée de Xara à Simat de Valdigna4.

  • 5 Denis Menjot, Murcie Castillane. Une ville au temps de la frontière (1243 - milieu du XVe siècle), (...)

3La brique semble donc être arrivée ici tardivement, dans les fourgons des conquérants chrétiens, et elle est mise en œuvre dans l’architecture domestique5 et dans les réfections de courtines et de tours avant, semble-t-il, que d’apparaître dans l’architecture religieuse. Nous ne saurions prétendre avoir fait un inventaire exhaustif des éléments de brique de l’Espagne du Sud-Est, mais il est certain en tout cas qu’il n’y a pas, antérieurement au XVIe siècle, d’architecture de brique dans cette région.

  • 6 Catálogo de monumentos y conjuntos de la Comunidad valenciana, pp. 190-191, 880-881 ; E. Cooper, Ca (...)

4Les si nombreux mudéjars des anciens royaumes de Valence et de Murcie continuèrent à construire en pisé et en maçonnerie de moellons et de pierre en se pliant aux partis occidentaux : leurs églises s’inscrivent dans la tradition du gothique languedocien, fortement marqué par les traditions constructives des ordres mendiants, et leurs châteaux sont ceux d’un féodalisme chrétien clairement affirmé par l’importance accordée à la prééminence du donjon. Les seuls éléments musulmans de cette architecture sont les couvrements de certaines salles et des escaliers des tours « de l’hommage » des châteaux de Biar et de Villena6 (fig. 43), dans lesquelles on peut voir les manifestations tardives d’un « mudéjar de cour » parcimonieux quant à l’emploi de la brique.

  • 7 A.E. Pérez Sánchez, « Iglesias mudéjares », pp. 91-111.
  • 8 Fr. Amigues et M. Mesquida, « Tradición attirera en Paterna ».

5Il n’y a guère que dans les couvrements de charpente des églises levantines7 que s’exprime le « mudéjarisme » que l’on serait en droit d’attendre d’une population fortement islamisée, qui par ailleurs a donné les preuves, dans le domaine de la céramique8 notamment, de son attachement aux formules développées par les artisans d’al-Andalus.

6Par quel hasard, au travers de quel monument la bóveda tabicada fut-elle « inventée » à Valence en 1382 ? On ne peut pour l’instant répondre à cette question, mais il est en tout cas assuré que la nature du liant employé traditionnellement dans les constructions levantines, le plâtre, est une donnée fondamentale à prendre en considération pour expliquer cette nouveauté technique.

7L’invention de la voûte catalane est donc l’un des titres de gloire de l’architecture levantine médiévale, même si, dans l’état actuel des connaissances, nous n’avons pas de voûtes de ce type à mentionner dans cette région. Il est fort probable qu’une étude de terrain qui permettrait de sonder les maçonneries enduites révélerait des éléments qui ont échappé à notre enquête ; celle-ci devrait être menée, pour être fructueuse, en milieu urbain, et cela modifierait peut-être sensiblement les conclusions affichées tant par nous-même que par les archéologues du Shark al-Andalus. Il est possible en effet qu’à Valence même, et dans les principales cités musulmanes du Levant, la brique ait été davantage utilisée que dans les églises de villages ou les châteaux qui constituent l’immense majorité du corpus que nous avons ici pris en compte : on ne saurait nous en faire le reproche, tant on connaît les difficultés liées à l’étude des villes, qui n’est guère possible que lorsque les démolitions liées aux entreprises immobilières laissent pour quelques semaines le terrain, fibre de constructions, aux fouilleurs.

Notes

1 A, Bazzana, Maisons d’al-Andalus.

2 Ph. Araguas, « Architecture de brique et architecture mudéjar ».

3 A. Bazzan A, Maisons d’al-Andalus, t. I, p. 85.

4 Ibid., t. II, p. 450, pl. CXXIII ; Julián Ribera y Tarragó, « Los ladrillos moros de Xara », Boletín de la Real Academia de la Historia 15, 1899, pp. 542-549.

5 Denis Menjot, Murcie Castillane. Une ville au temps de la frontière (1243 - milieu du XVe siècle), Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (20), 2002, pp. 692-693.

6 Catálogo de monumentos y conjuntos de la Comunidad valenciana, pp. 190-191, 880-881 ; E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Castilla, pp. 683-684.

7 A.E. Pérez Sánchez, « Iglesias mudéjares », pp. 91-111.

8 Fr. Amigues et M. Mesquida, « Tradición attirera en Paterna ».

Table des illustrations

Légende Provinces d’Albacete, Alicante, Castellón de la Plana, Murcie et Valence
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search