Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Quatrième partie. La brique dans l'Espagne médiévale : présentation par province

Chapitre XVI

Estrémadure

Texte intégral

Province de Badajoz

1La province de Badajoz s’étend sur de hauts plateaux granitiques qui s’inclinent progressivement de l’est vers l’ouest. La pierre de construction y est abondante mais parfois difficile à travailler. Dès l’époque romaine, le meilleur parti en fut tiré dans les monuments les plus prestigieux : les ouvrages d’art de la région de Mérida, ponts, aqueducs, barrages en témoignent. L’usage qui est fait de la brique dans ces grandes constructions romaines est secondaire mais judicieux : les arcs et les voûtes exploitent la souplesse du matériau, qui économise la taille de claveaux. Cette utilisation donne parfois naissance à des jeux de polychromie dont l’aqueduc de Los Milagros à Mérida porte témoignage.

  • 1 José de C. Serra y Rafols, « La alcazaba de Mérida », Archivo Español de Arqueología, 65, 1946, pp. (...)
  • 2 Fernando Valdés Fernández, La alcazaba de Badajoz. Síntesis de la historia de la ciudad, Badajoz, 1 (...)

2Les musulmans surent tirer parti de ces équipements qui défient le temps mais n’ajoutèrent guère à la liste des grands monuments de Basse-Estrémadure. Les aménagements qu’ils apportèrent à la forteresse wisigothique de Mérida au IXe siècle1 et la fortification de l’Alcazaba de Badajoz2 au XIIe s. comptent parmi leur apport essentiel. Dans le dernier cas, la brique est employée avec une certaine parcimonie en couvrement d’arcs et de salles selon des modalités qui ancrent cette architecture dans la mouvance de la Séville almohade.

3Au milieu du XIIIe siècle, cette partie d’al-Andalus était tombée aux mains des chrétiens et notamment des ordres militaires ; parmi ceux-ci, celui de Santiago y apparaît très largement possessionné : l’effort de construction ou d’aménagement des constructions existantes se porta sur les châteaux. En dépit du spectaculaire effet produit par leur situation escarpée dans un paysage particulièrement sauvage, les châteaux de Basse-Estrémadure ne révèlent pas de structures architecturales d’un très grand intérêt pour notre étude. On signalera cependant la fausse-voûte pyramidale du donjon d’Albuquerque (fig. 34), unique en son genre. Cette étonnante structure témoigne d’une volonté de se dispenser de l’usage de cintres de bois qui a peut-être très tôt été une des caractéristiques de l’architecture extremeña.

Province de Badajoz

  • 3 J. Albarán, « Bóvedas de ladrillo ».

4Faut-il voir dans un déboisement accentué et précoce l’origine d’une tendance qui amena les artisans de cette région à passer maîtres dans l’art de construire sans cintres à l’époque moderne ? Quoi qu’il en soit, les pratiques vernaculaires des maçons de cette région d’Espagne amenèrent en 1885 l’ingénieur José Albarán à présenter dans les très techniques Anales de la Construcción y de la Industria un long mémoire qui avait pour objet de faire connaître « l’appareil et la manière d’exécuter des voûtes de brique sans cintre que l’on construit dans les provinces d’Estrémadure »3. Quelques informations sur ce type de voûtes avaient été données par Pedro Espinosa dans son Manual de albañilería et par Florencio Ger y López dans son Manual de construcción civil. Albarán commence son exposé par quelques considérations sur la bóveda tabicada, dont il précise bien qu’il s’agit « d’un autre type » de voûtes, construites à l’aide de briques posées à plat. Les voûtes « a la extremeña » sont, par opposition, des voûtes dans lesquelles les briques sont posées verticalement mais tangentiellement à la courbe en les inclinant d’une trentaine de degrés par rapport à la verticale. De cette manière sont construites des voûtes en berceau, mais aussi des voûtes d’arêtes et des voûtes en arc-de-cloître. Une technique un peu plus élaborée consiste à conjuguer l’appareillage normal dans les reins et l’appareillage tangentiel dans la tête de l’arc, interrompant le premier au niveau où l’inclinaison approche les trente degrés. Albarán expose de manière très détaillée ces techniques et développe des calculs précis de charge et de poussée pour établir la résistance nécessaire des murs de tête sur lesquels sont calées ces voûtes, ou, en leur absence, celle des arcs qui y suppléent. Il fait état en outre des coûts de construction de ces éléments de couvrement et indique quelques édifices où peuvent être observées ces voûtes « a la extremeña ». Malheureusement, s’il signale que « dans la ville de Mérida [il] a pu voir beaucoup de voûtes construites [selon ces procédés] (certaines construites avant le seizième siècle)… », il ne donne pas d’indications précises sur leur emplacement, et nous n’avons pu retrouver d’exemples médiévaux susceptibles de confirmer ces observations. Il est toutefois vraisemblable qu’une étude plus approfondie menée sur les monuments d’Estrémadure permettrait de retrouver quelques exemples précoces de cette technique de voûtement largement répandue à l’époque moderne. La seule observation que nous avons pu faire qui semble confirmer les dires d’Albarán concerne la voûte en berceau qui couvre une grande salle du château de Castelo de Vide, au Portugal, à quelques kilomètres de la frontière espagnole, qui date peut-être du XIVe siècle (fig. 49).

  • 4 P. Mogollón Cortés, El mudéjar en Extremadura.
  • 5 CME, Badajoz, par J. Ramón Mélida.
  • 6 S.A. Ordax (dir.), Monumentos artísticos de Extremadura.
  • 7 Monumentos artísticos de Extremadura, sous la direction de S. A. Ordax, pp. 286-289 ; P. Mogollón C (...)
  • 8 P. Mogollón Cortés, El mudéjar en Extremadura, pp. 249-250.
  • 9 Ibid., pp. 219-220.
  • 10 E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Castilla, p. 510.

5L’exploration que nous avons menée dans la province de Badajoz a été facilitée par l’ouvrage de P. Mogollón Cortés, El Mudéjar en Extremadura4, dans la mesure où cet auteur, à l’instar de beaucoup d’autres, considère l’emploi de la brique comme un des critères déterminants du style mudéjar ; les recoupements avec le Catálogo Monumental de R. Mélida5 et avec le précieux ouvrage sur les Monumentos artísticos de Extremadura publié en 19866 permettent d’être assuré d’un repérage à peu près exhaustif pour les maçonneries murales. Celui-ci fait apparaître très clairement la faible importance donnée au matériau dans l’architecture médiévale. Assez rarement utilisé dans les murs sous forme d’arases ou de chaînes régulières, il s’impose en revanche pour les couvrements et les voûtes. À cet égard, il est vraisemblable que le corpus est incomplet dans la mesure où il n’est pas toujours possible de deviner sous l’enduit la nature du matériau de couvrement. Les encadrements des baies, souvent en ladrillo visto, sont un lieu privilégié d’utilisation du matériau et sans doute le seul dans lequel est exploitée sa valeur décorative avant le début du XVIe siècle, époque à laquelle il est mis en œuvre avec brio dans les grandes tours de Granja de Torre Hermosa7 et de Puebla de la Reina8. Contemporaines de ces tours sont les portes des églises d’Usagre et de Lobón9 (fig. III), l’une en ladrillo visto, l’autre enduite. En dehors de ces éléments, les maîtres d’œuvre des édifices militaires et civils ont recours à la brique pour monter des cloisons minces, comme celles qui surmontent les consoles des bretèches ou, plus exceptionnellement, d’une cheminée conçue selon le même principe d’encorbellement à Belvís de Monroy10 (Caceres).

FIG. III. – Lobón (Badajoz), église paroissiale

  • 11 José Manuel Rubio Gómez-Caminero, « El Fuero de Badajoz », Revista de Estudios Extremeños, 40(2), 1 (...)

6Il est évident que l’archéologie urbaine révélera bien des éléments de brique remontant à l’époque médiévale car les documents juridiques, le fuero de Badajoz en particulier, mentionnent le matériau. L’article 10 du fuero, connu par une copie du XVIe siècle et attribué à Alphonse IX bien qu’il ne date sans doute que des années 1340, est assez sibyllin mais peut être examiné à la lueur des fueros de Coria, Castel-Rodrigo, Castello Melhor, Castelo Bom, Usagre et Caceres, qui s’en rapprochent ; dans tous les cas, il est précisé que les tuiliers doivent fabriquer selon le module (al marco) du conseil de ville ; le prix des mille ou douze cents tuiles ou briques est fixé à un maravédis, avec possibilité toutefois de vendre moins cher ; une amende de quatre maravédis est encourue en cas de dépassement du prix fixé11.

Province de Cáceres

  • 12 P. Mogollón Cortés, El mudéjar en Extremadura, pp. 137-139.
  • 13 Ibid., pp. 118-121 et 268-269.
  • 14 Ibid., pp. 19-21.
  • 15 Archivo Ministerio de Cultura, C 71 099, C 71164, C 71167, C 70 845, C 70 940, C 70 862 (architecte (...)

7La géologie de la province de Cáceres, dans laquelle dominent les massifs granitiques, imprime à l’architecture une forte rusticité qui se traduit par des maçonneries de moellons ou de galets, le plus souvent non enduites, avec des éléments structurels en pierre taillée dans les édifices les plus prestigieux. La brique semble y avoir été utilisée dès le XIIIe siècle pour construire des arcs et plus rarement des voûtes : les grandes arcades en arc brisé ou légèrement outrepassé des églises de Spirito Santo de Cáceres12, d’Alía ou de Torrequemada13, les baies des galeries d’Abadía14 (fig. 112) ou du cloître mudéjar de Guadalupe15 constituent des exemples de cet usage de la brique.

  • 16 P. Mogollón Cortés, El mudéjar en Extremadura, pp. 259-261.

8En parement, son emploi est exceptionnel dans les absides « tolédanes » de Galisteo16 (fig. 113) ou de Guadalupe et témoigne de la pénétration à la fin du XIIIe siècle de modèles venus du Nord.

Province de Cáceres

9Avec la reconstruction de la grande église de Guadalupe, à la fin du XIVe siècle, l’influence tolédane est sans doute encore perceptible dans le parti général adopté pour l’édifice mais, en dépit des parentés existantes avec l’église collégiale de Talavera (Tolède), elle semble s’estomper assez rapidement au XIVe siècle. La création la plus spectaculaire du mudéjar extremeño est sans aucun doute le Templete du grand cloître de Guadalupe (fig. 10 et pl. XLI) ; ce petit pavillon octogonal, entièrement réalisé en brique revêtue d’enduit et de céramique, a été parfois rapproché des manifestations contemporaines du mudéjar aragonais. La « tiare » qui surmonte Pédicule peut renvoyer aux grands cimborrios, et notamment à leur prototype disparu, celui de Benoît XIII à la Seo del Salvador à Saragosse, et c’est aussi à la Seo de Saragosse que fait penser l’association dans les années 1400 de la brique au décor céramique. Mais, sans vouloir accorder une trop grande importance au fait que l’artisan qui réalisa ce petit chef-d’œuvre était un certain Juan de Sevilla, il nous semble que c’est davantage vers le sud qu’il faut chercher sinon une source d’inspiration, du moins la culture artisanale qui a rendu possible un tel ouvrage. La référence à la Seo de Saragosse est en effet ambiguë, dans la mesure où les artistes qui décorèrent le mur est de la Parroquieta venaient justement de Séville et que l’on ne connaît pas la structure exacte du cimborrio du « pape Luna », qui par ailleurs était sans doute postérieur de quelques années au Templete. Si l’on prend en compte le fait que l’enduit recouvrait totalement la brique, à la manière andalouse, on conviendra qu’il reste peu d’éléments à porter au crédit de la possible influence aragonaise, et il n’est pas exclu non plus que ce soit le Templete, ou un édifice du même genre, qui ait inspiré le concepteur du cimborrio de Saragosse.

FIG. 112. – Abadía (Cáceres), palais des ducs d’Albe, arcades

FIG. 113. – Galisteo (Cáceres), église paroissiale

FIG. 114. – Monastère de Guadalupe (Cáceres), Humilladero

FIG. 115. – Belvís de Monroy (Cáceres), souche de cheminée « en bretèche »

  • 17 Ibid., p. 136.

10Quoi qu’il en soit, en dehors de l’Humilladero (fig. 114), pavillon isolé situé à quelques kilomètres du grand monastère, l’influence de l’œuvre de Juan de Sevilla ne se fit guère sentir dans la région. Dans les baies et souches de cheminées de l’hospice de Guadalupe, qui date du second quart du XVIe siècle, il semble que la brique ait été laissée visible, de même – à une date peut-être légèrement antérieure – qu’à la porte de la petite église de Cabañas del Castillo17.

  • 18 Ibid., p. 140, et V. Lampérez y Romea, Arquitectura civil española de los siglos I al XVIII, Madrid (...)
  • 19 E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Castilla, p. 510.

11Dans l’architecture civile, le décor sommaire de la casa mudéjar de Cáceres18 est-il représentatif ou son caractère d’unicum correspond-il à la réalité de la ville médiévale ? Compte tenu de la faible utilisation de ce matériau jusqu’à la fin du XVe siècle dans les façades d’églises, on aurait tendance à penser que la brique apparente était exceptionnelle au Moyen Âge dans les maisons urbaines. Il est vraisemblable en revanche qu’une enquête systématique révélerait son emploi en cloisons minces pour des fonds de niches ou des contre-chœurs de cheminées. À cet égard, la cheminée « en bretèche », bien datée du milieu du XVe siècle, de Belvís de Monroy est un jalon intéressant19 (fig. 115).

Notes

1 José de C. Serra y Rafols, « La alcazaba de Mérida », Archivo Español de Arqueología, 65, 1946, pp. 334-345

2 Fernando Valdés Fernández, La alcazaba de Badajoz. Síntesis de la historia de la ciudad, Badajoz, 1979.

3 J. Albarán, « Bóvedas de ladrillo ».

4 P. Mogollón Cortés, El mudéjar en Extremadura.

5 CME, Badajoz, par J. Ramón Mélida.

6 S.A. Ordax (dir.), Monumentos artísticos de Extremadura.

7 Monumentos artísticos de Extremadura, sous la direction de S. A. Ordax, pp. 286-289 ; P. Mogollón Cortés, El mudéjar en Extremadura, pp. 177-179.

8 P. Mogollón Cortés, El mudéjar en Extremadura, pp. 249-250.

9 Ibid., pp. 219-220.

10 E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Castilla, p. 510.

11 José Manuel Rubio Gómez-Caminero, « El Fuero de Badajoz », Revista de Estudios Extremeños, 40(2), 1982, pp. 277-236.

12 P. Mogollón Cortés, El mudéjar en Extremadura, pp. 137-139.

13 Ibid., pp. 118-121 et 268-269.

14 Ibid., pp. 19-21.

15 Archivo Ministerio de Cultura, C 71 099, C 71164, C 71167, C 70 845, C 70 940, C 70 862 (architecte : Luis Menéndez Pidal) ; P. Mogollón Cortés, El mudéjar en Extremadura, pp. 180-193 ; J. Carlos Vizuete Mendoza, Guadalupe. Un monasterio jerónimo (1389-1450), Madrid, coll. « Antiqua et Mediaevalia » (9), 1988, p. 35.

16 P. Mogollón Cortés, El mudéjar en Extremadura, pp. 259-261.

17 Ibid., p. 136.

18 Ibid., p. 140, et V. Lampérez y Romea, Arquitectura civil española de los siglos I al XVIII, Madrid, Saturnino Calleja, 1922, t. I, p. 161.

19 E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Castilla, p. 510.

Table des illustrations

Légende Province de Badajoz
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende FIG. III. – Lobón (Badajoz), église paroissiale
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Province de Cáceres
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 112. – Abadía (Cáceres), palais des ducs d’Albe, arcades
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende FIG. 113. – Galisteo (Cáceres), église paroissiale
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2810/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende FIG. 114. – Monastère de Guadalupe (Cáceres), Humilladero
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2810/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende FIG. 115. – Belvís de Monroy (Cáceres), souche de cheminée « en bretèche »
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2810/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search