Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Quatrième partie. La brique dans l'Espagne médiévale : présentation par province

Chapitre XV

Catalogne

Texte intégral

Provinces de Barcelone, Gérone, Lérida et Tarragone

  • 1 Ph. Araguas, « ACA, Reg. 1274, f° 87V° : acte de naissance de la bóveda tabicada ou certificat de n (...)
  • 2 G. R. Collins, « The Transfer of Thin Masonry Vaulting ».

1La Catalogne, qui a donné son nom à la seule technique de construction réellement spécifique à la brique, est paradoxalement un pays de pierre. Aussi, plus qu’à une fatalité géologique ou une tradition historique, c’est à l’esprit industrieux, curieux et ouvert des Catalans que l’on doit attribuer, sinon la découverte, du moins le succès de la bóveda tabicada1. C’est en effet dans cette région d’Espagne, si étroitement liée au Levante, en dépit des querelles de clocher alimentées par les appétits politiques de tous temps, que se répand dans un premier temps cette technique2. L’utilisation de la brique à des fins purement techniques, et pour répondre à des préoccupations fondamentalement rationalistes et économiques dans le sens large du terme, est en fait une constante de la Catalogne qui n’a guère connu d’éclipse qu’à l’âge roman.

  • 3 Jordi Ambrós i Monsonis, « Les obres de restauració a l’antigua seu del bisbat d’Egara », Quaderns (...)
  • 4 L. Torres Balbás, « Bóvedas romanas ».

2Les voûtes du baptistère d’Egara (Tarrasa, Barcelone)3, profondément ancrées dans la tradition romaine, ont été construites entre le VIe et le XI IIe siècle ; elles laissent apparaître un emploi de la brique dont le seul équivalent connu de nous en Espagne pour le Moyen Âge se trouve à la voûte de la croisée de la petite église wisigothique de Santa Comba de Bande (Orense) [fïg. 6], à l’autre extrémité de la Péninsule. Les sources communes de ces deux couvrements qui affectent la forme de voûtes d’arêtes mais sont en fait conçus comme des voûtes à ogives « intégrées4 » sont à rechercher dans les voûtes romaines « sobre arcos de resaltos », comme les nomma L. Torres Balbás dans un article publié en 1946. La présence, au cœur de la Catalogne, de ces arcs appareillés en chevron et intégrés dans une voûte de blocage suggère, quelle qu’en soit la date, la permanence de la tradition romaine et laisse penser que d’autres voûtes de ce type ont pu exister au Haut Moyen Âge.

Province de Barcelone

  • 5 Santiago Albertí, « Les tuiliers de Barcelone et leurs caissons décoratifs de plafond », dans Didie (...)

3Pour ce qui est de l’emploi du matériau (qui dans le cas cité peut être du remploi), et surtout de sa fabrication, le domaine des certitudes ne commence qu’avec l’âge gothique. Si l’on en croit Santiago Albertí5, c’est aux alentours de 1250 que commence à s’organiser la production de tuiles et de briques dans la grande métropole méditerranéenne.

  • 6 Comme en Roussillon d’ailleurs, cf. A. Mayeux, « Disposition de la toiture ».
  • 7 J. Bassegoda i Nonell, La cerámica popular, pp. 93-94 J. Puig i Cadafalch, « Els edificis del hospi (...)

4L’essor commercial, politique et économique de Barcelone, le développement démographique qui l’anime à partir des années 1230 amènent une croissance considérable de la ville vers le faubourg du Raval, où s’installent justement les industries céramiques. Parmi les différents corps de métiers exerçant cette activité il faut distinguer les rajolers, qui sont à la fois tuiliers et briquetiers, les ollers, qui fabriquent les poteries domestiques, et les gerrers, qui se consacrent à la production des grandes jarres ou amphores destinées au commerce et au stockage. Dès le début du XIVe siècle, la production est abondante, les tuiliers prospères, et la commercialisation limitée pour garantir l’approvisionnement prioritaire de la Ville comtale. La production est réglementée également, du moins celle des briques de pavement, les seules mentionnées dans une ordonnance de 1378 interdisant la cuisson entre novembre et février. En 1380, ce sont les dimensions des briques qui font l’objet d’une nouvelle ordonnance : leur largeur devra être égale à la moitié de leur longueur et la cuisson hivernale est autorisée pour les pièces séchées auparavant. La production de ces tuiliers est sans doute réservée à la construction civile, car dans les nombreux monuments religieux des XIIIe et XIVe siècles encore existants la brique n’apparaît guère. Elle est réservée à la construction d’éléments techniques, comme les petits piliers d’étalement des couvertures établies sur les voûtes, sur un remplissage de matériau léger incluant de nombreuses poteries6 ; on construit également des cloisons provisoires, et à partir du XVe siècle les voûtains des croisées d’ogives, dans un premier temps en appareil radial, puis selon la technique du maó de pla. La mise en œuvre a, dans ce dernier cas, permis au matériau de s’imposer dans l’architecture majeure : les voûtes de l’hôpital de la Santa Creu vers 14107 (pl. XL) témoignent de l’avantage technique pris par la brique sur la pierre de taille. Les tuiliers auraient sans doute aimé donnerau matériau un essorplus grand encore et la production, restreinte, de caissons de plafond en terre cuite témoigne de ces tentatives de « prise de marché ». Les quelques éléments de couvrement d’entrevous que conservent les musées de Barcelone ne semblent pas être antérieurs au début du XVIe siècle, mais il est vraisemblable que la production dut commencer dès le XIVe siècle, quand les tuiliers de Barcelone prirent conscience des possibilités décoratives de la céramique, déjà largement exploitées par les Valenciens.

  • 8 Modesto Fossas i Pi, Cartuja de Montalegre, memoria descriptiva leída en la excursión hecha al mona (...)
  • 9 J. M. Garín Ortiz de Taranco, « Una posible escuela hispano-levantina ».

5On assiste donc dans la Catalogne des premières années du XVe siècle à un essor de la construction de brique dans le domaine des couvrements. Les galeries de la chartreuse de Montalegre (fig. 110 et pl. XXXIX8), si exceptionnelles soient-elles, apparaissent ainsi comme une expérimentation parmi d’autres de l’utilisation du matériau. La perfection technique du voûtement d’arêtes courbes délimitant avec une netteté stéréotomique des voûtains concaves ne peut guère se comprendre en dehors d’une sorte de compétition inconsciente ou inavouée qui dynamise dans les années 1400 tous les domaines de la vie artistique. Aussi n’est-il pas interdit de penser que les voûtes des galeries de Montalegre (vers 1430 ?) sont une manifestation marginale du gothique international tel qu’il s’exprime en Europe centrale, mais aussi dans la région valencienne9. C’est en tout cas l’Italie qui a inspiré le dessin des arcatures du cloître, sinon la technique de voûtement des galeries, et l’isolement de cet édifice dans le cadre du gothique catalan montre que celui-ci reste assez vigoureux pour résister à cette influence étrangère.

FIG. 110. – Badalona (Barcelone), chartreuse de Montalegre, galerie du cloître

  • 10 M. Durliat, L’art dans le royaume de Majorque.
  • 11 J-L. Biget, « La cathédrale Sainte-Cécile d’Albi ».
  • 12 Vic-Bilh, Morlaàs, Montanérè, p. 468 et Ph. Araguas, « Sicard de Lordat ».

6On ne saurait conclure sur le domaine catalan sans évoquer même très rapidement le Roussillon, qui dépendit durant tout le Moyen Âge de la couronne d’Aragon avec une brève mais splendide échappée dans le giron du royaume de Majorque entre 1262 et 134910. Peut-être l’industrie de la brique est-elle plus anciennement implantée en Roussillon que dans le comté de Barcelone : un règlement de 1284 montre que la production de la brique était déjà bien organisée à Perpignan à la fin du XIIIe siècle. Le matériau permit durant les XIIIe et XIVe siècles de construire, en association avec les galets roulés et la pierre calcaire, des monuments prestigieux au rang desquels figure en bonne place le palais des Rois de Majorque dont le maître d’œuvre fut un certain Pons Descoyls qui avait peut-être été également responsable du chantier de la cathédrale d’Albi11. Le rayonnement « technique » de la Catalogne septentrionale se manifeste également à propos du château de Montaner, construction de Gaston Fébus, vicomte de Béarn ; en 1375 Sicard de Lordat, administrateur plutôt qu’architecte du vicomte, passe contrat avec deux tuiliers du pays de Foix qui s’engagent à fournir, pour la construction du château, 100.000 briques par an12 : c’est là sans doute l’origine de l’industrie briquetière du Béarn.

  • 13 Jean-Auguste Brutails, « Étude archéologique sur le Castillet Notre-Dame de Perpignan », extrait du(...)
  • 14 Sylvain Stym-Popper, « Le château de Salses », dans Congrès archéologique de France, Paris, Société (...)

7En Roussillon, la brique fut utilisée avec une certaine parcimonie jusqu’au XVe siècle : rares sont jusqu’alors les édifices qui en sont entièrement parementés ; comme de l’autre côté des Pyrénées, c’est la fin du XVe siècle qui marqua l’adoption systématique des parements de brique, notamment dans le domaine de l’architecture militaire : la « restauration » du Castillet de Perpignan en 1478 est responsable de l’aspect actuel de cet édifice13. Quant au château de Salses, s’il est bien celui de l’ingénieur Ramírez reconstruit à partir de 1497, il constitue un prototype qu’il convient de mettre en relation avec Coca (Ségovie) ; en revanche, s’il ne date que des années 1530, comme le suggère E. Cooper, il n’est que l’un des témoignages de la généralisation de l’emploi du matériau au XVIe siècle14.

Notes

1 Ph. Araguas, « ACA, Reg. 1274, f° 87V° : acte de naissance de la bóveda tabicada ou certificat de naturalisation de la voûte catalane ? »

2 G. R. Collins, « The Transfer of Thin Masonry Vaulting ».

3 Jordi Ambrós i Monsonis, « Les obres de restauració a l’antigua seu del bisbat d’Egara », Quaderns d’Estudis Medievals, 2, novembre 1980, pp. 101-112. Les derniers travaux archéologiques (2000-2003) réalisés à Tarrasa sous la direction de FrancescTusset ont mis en évidence que le « baptistère » est en fait un mausolée ; les remaniements de l’édifice à l’époque romane ont-ils amené à reprendre les voûtes d’arêtes de briques de certaines travées ? Aucune certitude n’a pu nous être donnée par F. Tusset, que je remercie ici de m’avoir longuement commenté son travail sur ce site exceptionnel.

4 L. Torres Balbás, « Bóvedas romanas ».

5 Santiago Albertí, « Les tuiliers de Barcelone et leurs caissons décoratifs de plafond », dans Didier Derœux (éd.), Terres cuites architecturales au Moyen Âge. Actes du colloque (Musée de Saint-Omer, 7-9 juin 1985), Arras, coll. « Mémoires de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais », 22(2), 1986, pp. 157-164.

6 Comme en Roussillon d’ailleurs, cf. A. Mayeux, « Disposition de la toiture ».

7 J. Bassegoda i Nonell, La cerámica popular, pp. 93-94 J. Puig i Cadafalch, « Els edificis del hospital de la Santa Creu », Anuari del Institutit d’Estudis Catalans, 8,1927-1931, pp. XXXV-XXXVIII.

8 Modesto Fossas i Pi, Cartuja de Montalegre, memoria descriptiva leída en la excursión hecha al monasterio…, Barcelone, Asociación de Arquitectos de Cataluña, 1884 James Hogg (éd.), Las cartujas de Montalegre, Sant Polde Maresme, Vallparadís, Ara Coeli y Via Coeli, Salzbourg, Université, Institut für Anglistik und Amerikanistik, coll. « Analecta Cartusiana » (41-2), 1983.

9 J. M. Garín Ortiz de Taranco, « Una posible escuela hispano-levantina ».

10 M. Durliat, L’art dans le royaume de Majorque.

11 J-L. Biget, « La cathédrale Sainte-Cécile d’Albi ».

12 Vic-Bilh, Morlaàs, Montanérè, p. 468 et Ph. Araguas, « Sicard de Lordat ».

13 Jean-Auguste Brutails, « Étude archéologique sur le Castillet Notre-Dame de Perpignan », extrait du Bulletin de la Société agricole ; scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, 27, [Perpignan, imprimerie Charles Latrobe], 1886.

14 Sylvain Stym-Popper, « Le château de Salses », dans Congrès archéologique de France, Paris, Société Française d’Archéologie, 1954, pp. 406-424 ; E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Castilla, p. 1115.

Table des illustrations

Légende Province de Barcelone
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 110. – Badalona (Barcelone), chartreuse de Montalegre, galerie du cloître
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search