Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Quatrième partie. La brique dans l'Espagne médiévale : présentation par province

Chapitre XIV

Vieille-Castille

Texte intégral

Province dÁvila

  • 1 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, p. 346.

1La Sierra de Gredos, qui occupe la partie sud de la province, constitue un massif granitique dont le socle affleure jusque dans la Moraña, à l’extrême nord. La nature de ce substrat a déterminé certains traits de l’architecture de la capitale de la province : la massivité de la muraille d’Alphonse VI (ca. 1090), celle du chevet de la cathédrale, la froideur de la façade de Santo Tomás sont accusées par les blocs gris au grain épais dont le dessin est souligné par le mortier clair. Par sa décomposition, le granite a aussi fourni des sables qui recèlent des veines d’argiles favorables à la production de briques. Dans la zone montagneuse, toutefois, la pierre, aussi difficile soit-elle à tailler ou à éclater en mœllons, suffit aux besoins de la construction. La brique n’y est utilisée que de manière exceptionnelle, pour certains arcs isolés ou pour les voûtains de voûtes d’ogives, par ailleurs assez rares dans ce pays de charpenterie « morisque » : c’est le cas des voûtes de l’église de Monbeltrán1, et sans doute de quelques autres dont les enduits interdisent le repérage.

  • 2 Ibid., pp. 136-137 ; Isidro Bango Torviso, Historia de la arquitectura española, Saragosse, Planeta (...)

2S’il faut en croire M. Gómez Moreno, dans le grand chantier « bourguignon » de la capitale, la basilique San Vicente2, la brique fut employée, dès la deuxième moitié du XIIe siècle pour établir certains couvrements, notamment les voûtes d’arêtes des bas-côtés et celles en demi-berceau des tribunes.

  • 3 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, p. 170.

3En dehors de cet usage très spécifique, et en tout cas purement technique, puisque l’enduit travestissait ces couvrements en voûtes de pierre, la brique n’est que timidement employée en Ávila, en frise sous certains créneaux de la muraille, pour certains escaliers d’accès au chemin de ronde et pour construire les piliers, les arcs et la porte de la petite chapelle de la Virgen de la Cabeza, que l’on date du début du XIIIe siècle. Les étages supérieurs du clocher de San Martín3, entièrement parementés de brique, constituent en fait le seul témoignage médiéval manifeste de l’emploi du matériau dans cette ville : encore est-il assez tardif, puisqu’il ne semble pas antérieur au XVe siècle.

Province d’Avila

4Ces rares exemples sont donc le témoignage d’une difficile implantation de la brique, jusqu’à l’époque moderne, dans une ville suffisamment riche et puissante pour exploiter les possibilités d’un matériau qui est loin d’être aussi difficile à extraire et à tailler que le laisse supposer son aspect rude et la résistance qu’il offre au ciseau du sculpteur : en carrière, le granite se débite en effet très aisément en blocs réguliers, ce qui permit aux « maestres de jometría », venus des Asturies et de Galice avec les premiers colons, d’exercer brillamment une stéréotomie dont la tradition est continue, de la façade romane de San Pedro à celle de Santa Teresa.

  • 4 T. Mañanes et F. Valbuena, « Repoblación », p. 38.
  • 5 Ibid., p. 39.
  • 6 Ibid., p. 38.

5Partout ailleurs, dans la province, le granite est sous-jacent, mais la désagrégation des couches superficielles ne fournit guère que des mœllons informes qui sont la composante essentielle de la maçonnerie murale lorsque le béton de terre, partout présent dans les constructions mineures, ne convient pas au statut de l’édifice. C’est pour construire les éléments de structuration de ces murs de terre ou de mœllon que la brique s’est imposée, concurremment à la pierre de taille ; elle apparaît en chaînes d’angles et en arases dans quantité d’édifices de date incertaine, vraisemblablement dès le XIIe siècle. Parmi ceux-ci, les tours isolées, peut-être liées à la mise en place des premiers noyaux de colonisation, dont nous avons retenu quelques exemples : Montejuelo à Órbita4, Torre Necla à Horcajo de las Torres5 ou Palacios de Goda6.

6La rusticité de ces constructions, l’absence de tout élément susceptible d’aider à leur datation interdisent d’aller au-delà d’une évocation rapide de leur existence, d’autant plus que l’usage de la brique y est fortement aléatoire, insuffisant en tout cas pour justifier une production ou une commercialisation organisée du matériau.

  • 7 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 294-296.

7La question se pose en d’autres termes si l’on prend en compte l’extraordinaire densité d’églises construites en partie en brique dans la région de la Moraña et de la Tierra de Arévalo – d’églises, ou plutôt de chevets d’églises, car c’est une des caractéristiques les plus marquantes de l’architecture religieuse « mineure » de cette région que la dichotomie absolue de la nef et du chœur. À de très rares exceptions près, comme la façade de Cabezas del Pozo ou la partie orientale des murs de la nef de Narros del Castillo7, la brique n’est jamais utilisée en parement pour les murs des nefs, pour la plupart reconstruites au XVIe ou au XVIIe siècle. Lorsque des éléments médiévaux apparaissent dans les églises, en dehors des chevets, ce sont des portails, des arcades ou des chaînes d’angles ou les parties supérieures des clochers (fig. 105).

  • 8 Dessin de M. Gómez Moreno dans CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp, 230-232.

8Les chevets, en revanche, témoignent d’un emploi systématique du matériau comme parement, total ou partiel, des murs du sanctuaire. Le type le plus fréquent est celui du « roman de brique », qui module à l’infini des variations sur le motif de l’arcature aveugle. Le plus souvent, la brique ne tapisse pas entièrement ces absides, absidioles ou, plus exceptionnellement, murs rectilignes comme à San Miguel d’Arévalo8 ; le fond des arcatures laisse apparaître la maçonnerie de mœllons que masque mal un enduit largement écaillé (pl. XXIX). La monumentalité de ce traitement mural, qui structure d’autant plus fortement ces chevets que le contraste entre la brique sombre et l’enduit couleur sable se laisse encore percevoir, confère aux sièges de ces misérables paroisses d’une repoblacíon poussive un statut de monument au sein d’un groupement de maisons basses, de terre et de paille, mal protégées de la dissolution par des enduits terreux et des toitures de tuiles informes.

  • 9 Ibid., pp. 303-304.
  • 10 Ibid., pp. 305-306.
  • 11 Ibid., pp. 294-296.

9Il y a tout lieu de penser, du reste, que tout au long des trois premiers siècles de domination chrétienne seul le sanctuaire bénéficiait de ce traitement monumental ; la nef, comme les maisons des paysans, devait être construite en terre et revêtue de chaume : les magnifiques charpentes mudéjares qui constituent les éléments de prestige de ces chapelles et les murs qui les supportent ne furent mis en place, pour la très grande majorité, que dans les années fastes de la deuxième moitié du XVIe siècle, à l’avant de ces chœurs austères mais qu’il convenait de conserver, fut-ce au prix de contrebutements disgracieux (Bernúy de Zapardiel9, Constanzana10, Narros del Castillo11…).

FIG. 105. – Arévalo (Ávila), San Martín

  • 12 C’est une hypothèse qui semble avoir la faveur de M. Valdés Fernández (M. Valdés Fernández et A. R.(...)

10L’une des explications possibles à la densité, à la pauvreté, à l’homogénéité de traitement et à l’exclusivité de l’emploi de la brique qui caractérisent ces absides de la Moraña et des régions voisines réside dans l’hypothèse de l’existence d’ateliers itinérants de briquetiers-maçons12, qui mirent au service de communautés paysannes excessivement pauvres mais délibérément chrétiennes leur savoir-faire artisanal et les ressources de l’architecture romane la plus épurée. Peut-être un examen technique très attentif des matériaux et de leur mise en œuvre permettrait-il de prouver le bien-fondé de cette hypothèse, qui reste en tout état de cause probable et sans alternative ; nous ne pensons pas, en effet, que des unités de production autonomes aient pu se constituer pour alimenter des chantiers d’une importance aussi dérisoire : quelques milliers de briques, soit l’équivalent d’une ou deux cuissons bien maîtrisées, durent suffire aux besoins des constructeurs de la plupart de ces églises.

11Ces ateliers itinérants durent exister durant la deuxième moitié du XIIe s. et le XIIIe siècle, concurremment avec des ateliers sédentaires fixés dans les villes comme Arévalo ou Madrigal de las Altas Torres ; peut-être étaient-ce les mêmes du reste qui exportaient saisonnièrement leurs productions : il est en tout cas indéniable que l’on peut considérer qu’il s’agit là, comme pour certains cloîtres italiens, d’une production en série qui répond, par une offre particulièrement adaptée, à la demande suscitée par le repeuplement.

  • 13 Archivo Ministerio de Cultura, C 71 116 (architecte : Abasolo Sánchez, Lavesa Díaz) ; C 71 156 (arc (...)

12La grande église de la Lugareja à Arévalo13 (fig. 106), sans doute jamais terminée et réduite à un chœur hypertrophié par l’absorption du transept, a peut-être été à l’origine de la diffusion du « roman de brique » de la région ; cela est tout à fait vraisemblable si l’on accepte la datation traditionnelle, basée sur une fondation antérieure à 1178 d’un couvent cistercien par les frères Gómez Morán dont le toponyme garde le souvenir. Cette tradition historiographique, que rien ne contredit à ce jour, renforce l’hypothèse émise à propos des églises de la province de Zamora (cf. infra, pp. 316-317) sur la possible influence de l’esthétique cistercienne sur le développement de ce courant de l’architecture romane. Quoi qu’il en soit, la Lugareja, isolée sur son tertre de sable au sud d’Arévalo, constitue le monument majeur de l’architecture de brique de la Tierra de Arévalo. Le chevet bénédictin, dont les absidioles très profondes enserrent la travée sous coupole, développe de hautes arcades de brique couronnées par une frise de dents d’engrenage que l’on retrouve sur la tour de croisée qui enveloppe une lourde coupole à tambour sur pendentifs. La brique y est employée pour ses qualités plastiques, et le gros-œuvre est en maçonnerie de mœllons, visible au fond des niches plates délimitées par l’arcature.

13En dehors de cet édifice majeur, les grandes églises urbaines d’Arévalo ou de Madrigal de las Altas Torres proposent des formules architecturales amples mais simplifiées ; parmi elles, seule San Nicolás de Madrigal possède un chevet bénédictin échelonné.

14Quelques édifices échappent aux formules décoratives et structurelles d’une monotonie écrasante qui caractérisent les chevets des églises paroissiales des XIIe et XIIIe siècles.

  • 14 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 308-309 ; M.T. Sánchez Trujillano, « Materiales y técnicas », (...)
  • 15 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 306-308.

15Barromán14, construite en maçonnerie de mœllons avec arases de brique, et Órbita15 (pl. XXXII), dont le parement est animé par des rangées de briques de chant, sont des églises dont le chevet prend des proportions de forteresse dominant de sa masse abrupte les champs désolés de Castille. Leur construction est sans doute postérieure à la grande vague des édifices du « roman de brique » et n’est plus imputable à des ateliers itinérants, mais à des constructeurs locaux qui ont recours aux formules décoratives les plus simples : arases et rangées de briques de chant, que l’on retrouve dans le chevet de La Vega de Santa María. La fonction « campanaire » et « paramilitaire » de ces chevets ne fait guère de doute, mettant en évidence la stricte économie de ces villages de colonisation où la seule maison susceptible de résister aux agressions est, à l’instar de celle de Naf-Naf, la maison de brique – qui est aussi celle du Seigneur.

FIG. 106. – Arévalo (Ávila), église du couvent de la Lugareja

  • 16 Pour les édifices de Madrigal, on se référera au CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 250-270.
  • 17 Pour Arévalo, voir le CME, Ávila, par M, Gómez Moreno, pp. 229-280 ; et E. Cooper, Castillos señori (...)

16Ce furent en effet les édifices militaires qui prirent le relais des chevets d’églises dans l’histoire de la construction de brique de la province d’Avila. Réduite à quelques arases d’âge incertain sous les crénelages de quelques pans de murailles de la capitale, la présence du matériau se fait plus massive à Madrigal de las Altas Torres16 dans les tours et les portes (pl. XXX et XXXI), datées généralement de la fin du XIIe s. ou du début du XIIIe siècle, sur la foi d’un document de 1302. Ce document émanant des Cortes de Castille est une injonction royale aux habitants de Madrigal de détruire les portes de la ville ; les prérogatives d’Arévalo17 sont évoquées pour justifier cette décision, qui ne dut pas être suivie d’effet puisque les portes sont encore là… à moins qu’il ne s’agisse de constructions bien postérieures au document avancé pour proposer la datation traditionnelle. Il est bien difficile de se prononcer avec certitude, mais on ne peut écarter l’idée que la porte de Cantalapiedra tout au moins ne soit une construction du XIVe siècle avancé. Quant aux murailles elles-mêmes, elles sont, comme celles du château d’Arévalo et pour reprendre la belle expression d’E. Cooper, « un palimpseste de leur propre histoire » : courtines de béton de terre doublées de murs de maçonnerie et flanquées de tours de matériaux divers, excavées par endroits par les habitants qui les transforment en granges ou en caves, elles constituent un extraordinaire témoignage de l’art d’utiliser les restes dans le domaine de l’architecture militaire et un véritable casse-tête pour les archéologues. La brique y est utilisée en chaînes d’angles et en arases, en couvrement d’arcs et plus rarement pour les voûtes ; le seul effet décoratif est cantonné aux écoinçons de l’arc intérieur de la porte de Cantalapiedra, où des briques posées à plat sont cernées par d’autres en arases et de chant, de manière à former un effet de marqueterie sommaire. La porte de Cantalapiedra pouvait certes susciter la jalousie du concejo de la ville voisine d’Arévalo : l’Arco de Alcocer, dans cette dernière ville, en est une version simplifiée ou un prototype sommaire, selon la datation que l’on peut lui assigner et qui oscille entre la fin du XIIe s. et le début du XVe siècle. La brique y est encore utilisée avec parcimonie pour les angles et les arcs.

  • 18 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 297-299 ; E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Cast (...)

17Il faut attendre l’extrême fin du XVe siècle ou le début du XVIe s. pour que ce matériau s’impose en parement dans des édifices de quelque importance : la tour du « palais » de Fuente el Sauz18, le chevet de l’église détruite de Castronuevo (pl. XXXIII) et les parties hautes du château d’Arévalo (fig. 107) sont à porter au crédit du créateur de Coca, Ali Caro, et posent de ce fait le problème de la main-d’œuvre mudéjare, ou plutôt morisque, puisque nous sommes désormais entrés dans une phase de l’histoire dans laquelle les conversions forcées de la fin du XVe siècle, conclues par l’ultimatum de 1502, rendent l’anthroponymie inapte à résoudre le problème de l’appartenance ethnique des constructeurs.

FIG. 107. – Arévalo (Ávila), château, couronnement de tour

18Les comptes détaillés conservés pour Arévalo nous donnent les noms de Juan Vélez, de Francisco de Naharros, de Sancho et Damyan, de Pedro de Arévalo, des Sévillans Sebastián Rodríguez et Juan de Bargás, des canteros Juan de Lacárraga ou Pedro de Carra. Que les charpentiers et les albañiles eussent été morisques et les tailleurs de pierre basques, galiciens ou asturiens, selon l’opinion d’E. Cooper, nous le concédons volontiers ; mais que les arcs en accolade de la tour de Fuente el Sauz, les faux mâchicoulis d’Arévalo ou les retombées des voûtes de Castronuevo aient quelque trait de « morisque », de « mudéjar » ou d’« hispano-mauresque », cela n’est évident pour personne. Le seul élément à porter au crédit du « mudéjarisme » de ces constructions est la porte en arc outrepassé percée dans le mur sud de la tour de Fuente el Sauz.

19Ce qui est indéniable, en revanche, c’est l’importance considérable prise par la brique dans la construction : de l’ordre de 100.000 à 150.000 briques par campagne ; même si le choix du matériau n’est pas irréversible, comme l’indique l’intervention relativement tardive du cantero Juan de Lacárraga, la brique gagne du terrain et finit par l’emporter, peut-être parce que, à l’instar de l’œuvre de terre et de béton, elle permet, comme le prouvent les comptes de la campagne de 1506, le recours systématique à une main-d’œuvre bon marché : celle fournie par les femmes.

Province de Burgos

Province de Burgos

  • 19 B. Pavón Maldonado, Arte mudéjar en Castilla la Vieja y León, p. 61 ; M.T. Pérez Higuera, Arquitect (...)
  • 20 Marcos Rico Santamaría, La catedral de Burgos, Vitoria, Heraclio Furnier, 1985, p. 197.

20La tradition de la belle construction de pierre de taille ne se dément pas à Burgos jusqu’à une époque récente. La brique ne semble jamais s’être imposée au Moyen Âge en dehors de quelques emplois très spécifiques comme les arcs de couvrement de certaines portes de l’enceinte (pl. XXXIV). Il s’agit là d’un effet de mode momentané qui doit être mis en relation avec d’autres constructions de l’époque d’Alphonse X, en particulier la chapelle de Santiago au monastère de las Huelgas19. Il est possible que dans les couvrements de la fin du Moyen Âge la brique ait été davantage utilisée que ne le laisse supposer notre étude ; elle n’est en tout cas jamais laissée sans enduit imitant la pierre de taille. On est cependant assuré que le cimborrio de la cathédrale, construit par Jean de Cologne pour l’évêque Luis de Acuña y Osorio (1485-1495) et qui s’effondra en 1539, était en brique20. Il est vraisemblable que ce matériau fut aussi utilisé pour les voûtains du déambulatoire.

Province de Logroño

  • 21 J. G. Moya Valgañón, « Mudéjar en la Rioja ».

21En dépit du fait qu’elle est restée très tard un foyer considérable de peuplement mudéjar, la Rioja ne présente que de faibles traces de « mudéjarisme » dans son architecture. La brique en particulier n’y fait son apparition que timidement au XVIe siècle et ne s’impose qu’associée aux traits architecturaux baroques. Il est possible cependant qu’elle ait été utilisée dès le XVe siècle pour les voûtains des voûtes d’ogives. Nous n’en avons pas trouvé de traces, mais son utilisation dans ces éléments est attestée au XVIe siècle, par exemple à Santa Coloma où un document de 1537, publié par Moya Valgañón21 en fait état : « E han de ser hechas las cruzeria[s] e clabes de la piedra del termino de santa Coloma e el dobelaje de ladrillo… » À Logroño, le clocher de San Bartolomé, qui associe à des motifs de brique en ressaut des éléments de décor céramique, est un exemple de diffusion tardive des clochers mudéjars aragonais.

Province de Santander

22Nous n’avons pas trouvé trace d’emploi de la brique au Moyen Âge dans cette province.

Province de Ségovie

  • 22 E. Arias Anglés, « Influencias musulmanas » ; O. Gil Farrés, « Iglesias románicas de ladrillo de la (...)

23La province de Ségovie est établie sur le versant nord de la Sierra de Guadarrama et s’incline progressivement vers le nord-ouest en direction du Duero. À l’est d’une ligne Ségovie-Fuentidueña se développe une zone montagneuse riche en belle pierre de construction. La partie ouest, plus basse, forme autour de Santa María la Real de Nieva la zone dans laquelle se développe une architecture qui fait largement appel à la brique depuis le XIIe siècle au moins22.

  • 23 Juan Manuel Santamaría, « El “románico de ladrillo” en la villa de Cuéllar », Estudios Segovianos, (...)
  • 24 O. Gil Farrés, « Iglesias románicas de ladrillo de la provincia de Segovia », p. 104.

24Les monuments de Cuéllar (fig. 108), ville reconquise dans les premières années du XIIe siècle, témoignent de la mise en place, sans doute dès la fin du siècle, de structures architecturales et décoratives du « roman de brique23 ». En structure, son rôle est limité le plus souvent à la construction des grands arcs d’entrée des absides et aux doubleaux ; elle semble assez peu employée dans les voûtes. En fait, dans cette région, la brique est utilisée à des fins essentiellement décoratives, pour former des grands décors d’arcatures aveugles et de renfoncements rectangulaires. Dans la plupart des cas elle ne tapisse même pas le fond des arcades, qui est enduit. Les motifs architecturaux de briques ressortent d’autant mieux et le résultat est souvent d’une grande élégance. À l’intérieur, il n’est pas certain que la brique ait été laissée visible, mais elle permettait de dessiner des corps de moulures très nets en employant parfois des briques moulées en quart-de-rond pour les corniches, qui pouvaient rivaliser avec les éléments de modénature en pierre taillée : l’intérieur de l’abside d’Aguilafuente24, depuis sa restauration, permet de se faire une idée précise des modalités de l’emploi du matériau dans ce type de chevet.

Province de Segóvie

  • 25 Ibid., p. 110 ; Antonio Sánchez Sierra, El monasterio de Santa María de Nieva, Ségovie, 1983.
  • 26 E. Arias Anglés, « Influencias musulmanas », pp. 56-57 ; J. A. Ruiz Hernando, La arquitectura de la (...)

25D’une manière générale on ne note pas dans la région une grande homogénéité dans les dimensions des matériaux, ni dans les systèmes d’appareillage. Des briques carrées de trente centimètres de côté se trouvent par exemple employées pour la construction de piédroits d’arcs à Aguilafuente ou à Santa María la Real de Nieva25. À Ségovie, la tour de San Lorenzo (pl. XXXVI) montre un véritable catalogue d’arcs de brique26, assez maladroitement réalisés ; toujours à Ségovie, les parements intérieurs de San Andrés laissent apparaître des zones où la brique est appareillée avec un soin et selon une variété de motifs qui laissent supposer que l’on envisageait la possibilité de la laisser visible, mais le fait que ces appareils ornementaux soient utilisés dans des pans de murs isolés indique qu’il s’agissait là d’une démarche expérimentale et que ces « échantillons » montés par un maître d’œuvre imaginatif ne durent pas convenir au commanditaire, qui les fit recouvrir d’enduit.

FIG. 108. – Cuéllar (Ségovie), San Martín, chevet

  • 27 J. A. Ruiz Hernando, La arquitectura de ladrillo en la provincia de Segovia (siglos XII y XIII), p. (...)
  • 28 M. T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, p. 34.

26La brique, en effet, ne s’impose sans doute que discrètement à Ségovie. À San Lorenzo, la porte de brique (pl. XXXVII) est masquée par le magnifique porche roman ; si l’on constate la présence du matériau dans certains pans de muraille mal datés de l’enceinte, notamment à côté de la porte San Andrés, c’est seulement dans les parties hautes du clocher de San Martín27 (pl. XXXVIII), partiellement reconstruit après 1364, qu’il est utilisé de manière exclusive et il y a tout lieu de penser que les baies « expérimentales » de San Lorenzo sont davantage des essais tardifs d’importation de motifs mudéjars que des témoins archaïsants de « mozarabisme ». Dans l’architecture civile, quelques éléments de brique sont mentionnés dans le barrio de las canongias, qui peuvent remonter au XIIIe siècle28.

FIG. 109. – Coca (Ségovie), château, tour d’angle

  • 29 E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Castilla, pp. 51-53 et 177-188.

27C’est du reste à une date extrêmement tardive et à l’intervention d’un maître d’œuvre mudéjar venu d’Avila qu’il faut attribuer la construction de ce chef-d’œuvre incontesté de l’architecture de brique que constitue le château de Coca29 (fig. 109), puisque d’après les dernières conclusions d’E. Cooper, la construction doit être datée des années 1490.

28Peut-on supposer que les formes « romanes » aient pu se prolonger dans les églises de campagne jusqu’à une date aussi tardive ? Cela n’est pas impossible et expliquerait l’absence de constructions gothiques, cette dernière période n’étant guère représentée que par l’église de Santa María la Real de Nieva, où les maîtres d’œuvre semblent continuer à utiliser la brique avec un pragmatisme qui dit assez que l’emploi du matériau était loin d’être systématique au XIVe siècle dans cette région de Vieille-Castille.

Province de Soria

  • 30 CME, Soria, par J. Cabré, t. V, pl. XXIV.

29La province de Soria n’a pas livré de monuments médiévaux dans lesquels l’emploi de la brique soit notable. On trouverait tout au plus dans quelques maçonneries du XVe ou XVIe siècle des arases isolées, comme par exemple au château de Jubera30. Le cas du château de Gormaz mérite cependant d’être signalé : dans la porte d’entrée de l’enceinte du Xe siècle, l’arc « califal » reçut un décor d’enduit bichrome à l’imitation des appareils brique et pierre de la capitale d’al-Andalus.

Notes

1 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, p. 346.

2 Ibid., pp. 136-137 ; Isidro Bango Torviso, Historia de la arquitectura española, Saragosse, Planeta, 1985, t. II, p. 422.

3 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, p. 170.

4 T. Mañanes et F. Valbuena, « Repoblación », p. 38.

5 Ibid., p. 39.

6 Ibid., p. 38.

7 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 294-296.

8 Dessin de M. Gómez Moreno dans CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp, 230-232.

9 Ibid., pp. 303-304.

10 Ibid., pp. 305-306.

11 Ibid., pp. 294-296.

12 C’est une hypothèse qui semble avoir la faveur de M. Valdés Fernández (M. Valdés Fernández et A. R. Pacios Lozano, « Los problemas de lo mudéjar »).

13 Archivo Ministerio de Cultura, C 71 116 (architecte : Abasolo Sánchez, Lavesa Díaz) ; C 71 156 (architecte : L. Cervera Vera, 1959) ; C 71 183 (architecte : L Cervera Vera, 1961) ; CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 177-180.

14 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 308-309 ; M.T. Sánchez Trujillano, « Materiales y técnicas », p. 366.

15 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 306-308.

16 Pour les édifices de Madrigal, on se référera au CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 250-270.

17 Pour Arévalo, voir le CME, Ávila, par M, Gómez Moreno, pp. 229-280 ; et E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Castilla, pp. [89 et 192-200.

18 CME, Ávila, par M. Gómez Moreno, pp. 297-299 ; E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Castilla, fig. 431.

19 B. Pavón Maldonado, Arte mudéjar en Castilla la Vieja y León, p. 61 ; M.T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, pp. 122-123.

20 Marcos Rico Santamaría, La catedral de Burgos, Vitoria, Heraclio Furnier, 1985, p. 197.

21 J. G. Moya Valgañón, « Mudéjar en la Rioja ».

22 E. Arias Anglés, « Influencias musulmanas » ; O. Gil Farrés, « Iglesias románicas de ladrillo de la provincia de Segovia » ; CME, Segovia.

23 Juan Manuel Santamaría, « El “románico de ladrillo” en la villa de Cuéllar », Estudios Segovianos, 25, 1973, pp. 445-462.

24 O. Gil Farrés, « Iglesias románicas de ladrillo de la provincia de Segovia », p. 104.

25 Ibid., p. 110 ; Antonio Sánchez Sierra, El monasterio de Santa María de Nieva, Ségovie, 1983.

26 E. Arias Anglés, « Influencias musulmanas », pp. 56-57 ; J. A. Ruiz Hernando, La arquitectura de ladrillo en la provincia de Segovia (siglos XII y XIII), pp. 147-148.

27 J. A. Ruiz Hernando, La arquitectura de ladrillo en la provincia de Segovia (siglos XII y XIII), p. 149.

28 M. T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, p. 34.

29 E. Cooper, Castillos señoriales en la Corona de Castilla, pp. 51-53 et 177-188.

30 CME, Soria, par J. Cabré, t. V, pl. XXIV.

Table des illustrations

Légende Province d’Avila
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 105. – Arévalo (Ávila), San Martín
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2808/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende FIG. 106. – Arévalo (Ávila), église du couvent de la Lugareja
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2808/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende FIG. 107. – Arévalo (Ávila), château, couronnement de tour
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2808/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Province de Burgos
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2808/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Province de Segóvie
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2808/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende FIG. 108. – Cuéllar (Ségovie), San Martín, chevet
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2808/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende FIG. 109. – Coca (Ségovie), château, tour d’angle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2808/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search