Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Quatrième partie. La brique dans l'Espagne médiévale : présentation par province

Chapitre XII

Asturies

Texte intégral

Province dOviedo

1Les Asturies sont une région d’Espagne où se sont formés de très nombreux tailleurs de pierre ; c’est aussi à l’abri de la chaîne qui culmine dans les Picos de Europa que se réfugièrent les nobles wisigoths de l’entourage de Pélage qui refusaient la soumission à l’Islam.

  • 1 Pour l’architecture asturienne, on peut se référer à J. Manzanares Rodríguez, Arte prerrománico ast (...)

2« Architecture asturienne » est donc le terme consacré pour désigner le domaine couvert par une série d’édifices établis dans la région d’Oviedo par les monarques chrétiens qui, entre le début du VIIe siècle et le début du Xe siècle, continuèrent à proclamer les valeurs du christianisme, et donc de la romanité, sur les rives si peu méditerranéennes de la mer cantabrique. San Julián de los Prados1 (fig. 21) témoigne du caractère délibéré des références à Rome ; Santa María de Bendones, Santiago de Gobiendes (fig. 7), San Pedro de Nora, San Adriano de Tuñón montrent que la petite basilique d’Alphonse II n’est pas un édifice isolé et invitent à considérer cet ancrage dans la tradition antique comme l’une des clefs pour la compréhension de l’art asturien.

3Comment, sachant cela, ne pas interpréter les quelques éléments de brique mis en œuvre dans ces édifices autrement que d’une manière purement technique ? Limitée à la construction de quelques arcs qu’il aurait été aisé de construire en pierre, la brique est, n’en doutons pas, une autre manière pour les constructeurs au service des souverains asturiens de proclamer leur appartenance à la Romania. À l’exception de Santa María de Naranco et de Santa Cristina de Lena, tous les arcs, en plein-cintre, sont construits en grandes briques de type romain ; dans les édifices à trois vaisseaux, les mêmes briques forment les grandes arcades qui reposent sur des piliers rectangulaires ou, à San Miguel de Lillo, sur des colonnes. En brique aussi sont les arcs-triomphaux qui retombent sur des piles engagées ou sur des colonnes. Intérieurement, il est vraisemblable que la brique ait été masquée par le décor mural, mais il n’est pas interdit de penser qu’elle s’y intégrait tant l’appareillage en est soigné (pl. XXIII). Extérieurement, elle était d’autant mieux mise en valeur qu’elle s’opposait, par sa couleur autant que par la précision des tracés des arcs qu’elle constitue, à des maçonneries de pierre assez grossières.

Province d’Oviedo

Notes

1 Pour l’architecture asturienne, on peut se référer à J. Manzanares Rodríguez, Arte prerrománico asturiano. Síntesis de su historia et à A. Bonet Correa, Arte prerrománico asturiano. Pour la discrétion de l’emploi de la brique à Santullano, notamment dans l’appareil alterné de l’arc de décharge de la baie axiale, on peut risquer le rapprochement avec l’architecture post-carolingienne du Nord et du monde ligérien : Saint-Philibert de Grandlieu ou Langeais ; pour ce dernier monument, voir en particulier Edward Impey et Élizabeth Lorans, « Le donjon de Langeais (Indre) » dans Id., Deux donjons de l’an mil en Touraine, Paris, Société Française d’Archéologie, 1998, pp. 9-64 (Bulletin monumental, n° 156, 1998).

Table des illustrations

Légende Province d’Oviedo
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search