Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Quatrième partie. La brique dans l'Espagne médiévale : présentation par province

Chapitre XI

Aragon

Texte intégral

Province de Huesca

  • 1 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés, 1978 (notices des églises citées).
  • 2 A. Sánchez Rubio, J. A, Salas Ausens et G. Burillo Jiménez, « Gastos del Concejo de Barbastro », pp (...)

1La province de Huesca, riche en belle pierre sédimentaire particulièrement propice à la construction, n’adopta progressivement la brique qu’à partir du XVIe siècle. Les tours de Nueno, San Mateo de Gallego, Tardienta, Torrellas ou Torralba de Aragón1 sont en effet des constructions postérieures à 1500. Les comptes du « Conseil de Barbastro » de l’année 1516 nous livrent un document tout à fait significatif à cet égard2 : cette année-là un « alarife zaragozano », Farach de Gali, signe un contrat de construction important (16.000 sous) et on lui permet de construire des fours à brique et d’utiliser le bois des communaux pour les faire fonctionner :

  • 3 Ibid.

Que pueda fazer fornos de ragola y iessoy lenyar en los yermos de la ciudat como qualquier vezino de aquella durant la obra3.

2À la même époque, pour la cathédrale qui est en reconstruction, on n’envisage qu’en dernier recours l’emploi de ce matériau. Quand la pierre provenant de la démolition de l’ancienne église vient à manquer, on se résout à l’employer, mais en le masquant :

  • 4 Ibid.

Que la cabeza de la Seu te faga semblant de la otra obra y se faga sobre San Sébastián, pusiendo lasparedes de piedra picada, mientras baste la piedra que ha salido o sallirá del deribo de la Seu y el restante se faga de rajola y algez a semexança dela otra obra4.

Province de Huesca

3Mais cet expédient ne dut pas paraître convenable, puisque, quand les pierres de remploi furent épuisées, on fit appel à un tailleur de pierre, Juan de Burdeos, à qui l’on commanda quatre mille pierres supplémentaires pour pouvoir mener à bien la construction ; ces dépenses imprévues durent vraisemblablement imposer un dépassement du devis établi à la hauteur de 72.000 sous par le maître Loys de Santa Cruz en 1512 ; quoi qu’il en soit, il est clair que l’on ne pouvait se résoudre à utiliser la brique.

Province de Saragosse

4Les études de G. Borrás Gualís sur l’art mudéjar aragonais sont une inépuisable source de renseignements sur l’architecture médiévale de brique, tant il est vrai que s’il est une province d’Espagne ou peuvent se confondre les concepts d’architecture de brique et d’architecture mudéjare, c’est bien celle de Saragosse, dans laquelle se concentrent d’une manière spectaculaire les édifices construits en brique empruntant à l’art islamique non seulement des éléments du décor, mais aussi des techniques de construction et des formules structurelles. En ce sens, il paraît tout à fait superflu de prendre en compte les considérations sur le peuplement mudéjar de la plaine de l’Èbre et de la vallée du Jalón pour étayer le critère ethnique – abandonné depuis des décennies – dans la définition du style mudéjar.

Province de Saragosse

  • 5 Andrés Álvarez Gracia, La plaza de la Seo (Zaragoza), Investigaciones histórico-arqueológicas, Sara (...)

5Le survol rapide des recherches publiées sur les vestiges archéologiques antérieurs à la conquête arabe indique que, même dans les régions où elle est appelée à éliminer tout autre matériau de construction, comme Calatayud, l’antique Bilbilis, la brique est quasi inexistante avant le XIe siècle. Les vestiges de Caesaraugusta sont presque aussi pauvres en briques cuites, qu’il est souvent difficile de distinguer des tegulae dans les maçonneries romaines révélées par les récentes excavations de la place de la Seo5.

  • 6 Juan Antonio Souto, « Restos arquitectónicos de época islámica en el subsuelo de la Seo del Salvado (...)
  • 7 La bibliographie est abondante, cf. en particulier Ph. Araguas, « La Torre del Trobador », et Manue (...)

6Pour l’époque islamique, les fouilles de J. A, Souto menées à l’occasion des travaux de restauration de la Seo de Saragosse6 n’indiquent pas que l’antique mosquée ait été construite en brique, mais il se peut que de nombreux fragments de ce matériau réutilisés dans les maçonneries postérieures en proviennent. Dans l’état actuel des connaissances, il semble que ce soit dans le Palais de l’Aljafería7 que l’on note pour la première fois un emploi systématique de la brique en gros-œuvre dans cette région d’Espagne ; comme toujours dans l’architecture islamique antérieure à l’époque almohade, c’est d’une brique « honteuse », masquée par l’enduit, qu’il s’agit. Le matériau sert cependant déjà les partis esthétiques « maniéristes » les plus osés en fournissant l’armature des grands arcs polylobés entrecroisés somptueusement revêtus de stucs autrefois polychromes.

FIG. 90. – Saragosse, Seo del Salvador, chevet

  • 8 PH. Araguas et Á. Peropadre Muniesa, « La Seo del Salvador » ; Ph. Araguas, « Bene fundata est supr (...)
  • 9 Jean-Raphaël Vaubourgoing, « El real monasterio de Nuestra Señora de Rueda », Seminario de Arte Ara (...)
  • 10 Marcel Durliat, « Le portail occidental de la première église des Jacobins de Toulouse », dans À tr (...)

7Après la conquête de 1112, les chrétiens s’installèrent dans les murs des musulmans, et les mosquées furent purifiées et adaptées aux nécessités du culte chrétien en attendant d’être détruites et remplacées par des églises. L’exemple de la cathédrale de Saragosse8 est à cet égard significatif : ce n’est qu’à la fin du XIIe siècle que l’on construisit un chevet de type cistercien en belle pierre de taille (fig. 90) et la brique ne fit son apparition sur le chantier qu’au XIIIe siècle, lors de la construction du cloître. Au monastère cistercien de Rueda9, fondé en 1182, c’est dans les voûtains des croisées d’ogives que le matériau fait une entrée timide dans les premières décennies du XIIIe siècle. Aussi est-il possible de proposer de voir dans la petite chapelle de Tosos (pl. XIX) une construction contemporaine de ces deux grands monuments : encore réservée aux couvrements, à l’encadrement du portail et au revêtement intérieur des maçonneries, la brique semble désormais acceptée comme matériau « noble » : il est en effet à peu près certain que si à l’intérieur, voûtes et murs étaient destinés à recevoir un enduit, le portail (pl. XX), en revanche, jouait sur la bichromie pierre-brique, selon une formule qui n’est pas très éloignée de celle mise en œuvre par les moines dominicains dans le premier portail des Jacobins de Toulouse10. C’est là, en étroite corrélation avec l’art chrétien d’outre-Pyrénées, le monument que l’on peut situer à l’origine du grand mouvement d’expansion du matériau qui allait conduire à son triomphe absolu à la fin du XVe siècle.

FIG. 91. – Daroca (Saragosse), San Juan, chevet

  • 11 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés, t. II, p. 156.

8En dépit des études nombreuses, riches et largement appuyées sur une documentation abondante, il est difficile de se faire une idée très précise de la progression de l’usage du matériau au cours des XIIIe et XIVe siècles. Ici comme sur la Meseta Norte, la brique fut dans un premier temps utilisée comme un ersatz de pierre : San Juan de Daroca (fig. 91)11 peut fournir un exemple à mettre en parallèle avec celui de Santervàs de Campos (Valladolid), si toutefois les parties supérieures du chevet ne sont pas contemporaines de la nef reconstruite au XVIIe siècle.

  • 12 Ibid., t. II, pp. 506-507.

9Peut-être l’une des premières églises avec l’Ermita del Santo de Tosos à faire un usage abondant de la brique, l’église de Zuera, inscrite par G. Borrás Gualis12 dans le courant cistercien et datée du premier quart du XIIIe siècle, considérablement transformée au XVIe siècle et largement recouverte d’enduit, demeure un témoignage supplémentaire de l’adoption conjuguée des formules du roman austère, dont les bernardins s’étaient faits les champions, et de la brique dans l’Espagne du XIIIe siècle.

  • 13 Ibid., t. II, pp. 215-218.
  • 14 Ibid., t. II, pp. 410-420.
  • 15 Gonzalo M. Borrás Gualis, « La arquitectura mudéjar aragonesa. Iglesia de los dominicos de Magallón (...)

10Les liens de l’Aragon et du Languedoc ne sont plus à mettre en évidence du point de vue historique, et l’on ne s’étonnera pas que les dizaines d’églises reconstruites entre la fin du XIIIe s. et la fin du XIVe siècle dans la province de Saragosse s’apparentent fortement aux édifices du gothique languedocien. Le principe de la nef unique flanquée de chapelles entre les contreforts, associée à un chevet polygonal ou parfois limitée par un mur plat, est adopté d’une manière presque systématique dans les constructions du Midi français comme dans celles de la plaine de l’Èbre. Les techniques traditionnelles exploitées à Maluenda13 (fig. 24 et 30), sans doute d’origine musulmane, qui font une large part au béton banché, imposent des maçonneries murales très massives qui donnent à ces églises des allures de forteresses, plus accentuées encore que dans les églises languedociennes. Cette massivité, qui correspond sans doute à un parti pris esthétique beaucoup plus qu’à des impératifs d’ordre stratégique, a donné naissance à un type d’églises parmi lesquelles on distingue celle de La Virgen de Tobed14 (pl. XVIII), datée assez précisément de 1356 : ce sont les « églises forteresses » censées avoir été appelées à jouer un rôle militaire dans la guerre qui opposait le roi Pierre le Cruel de Castille à son cousin Pierre le Cérémonieux d’Aragon. C’est une date voisine qui est proposée pour l’église des dominicains de Magallón15 (fig. 14), dans laquelle apparaissent de nombreuses pièces moulées servant à construire colonnettes, moulures, nervures d’ogives. La brique y est utilisée systématiquement en parement, laissé nu à l’extérieur, enduit à l’intérieur, mais les maçonneries murales sont encore en blocage, et tellement épaisses qu’elles permettent de se passer de contreforts dans le chevet Dans la nef, où ces contreforts existent, ils sont surépaissis dans leur partie supérieure pour faire corps avec le couvrement en berceau brisé des chapelles qui sont logées entre eux ; quant aux voûtes de la nef, elles sont très étroitement liées aux murs-gouttereaux par suppression des appareils de revêtement internes de ces derniers. Le décor de briques en ressaut, organisé en losanges ou en frises de dents d’engrenage, met en évidence l’utilisation de fragments de briques insérés dans le parement après incision de celui-ci. C’est la technique que nous trouvons à Tobed (fig. 92), dans le mur nord daté des années 1400, dans les parties construites pour Benoît XIII dans les mêmes années à la Seo de Saragosse et dans de très nombreuses églises de la province.

  • 16 Ph. Araguas, « Bene fundata est supra firmam petram ».

11Par quel chemin ces formules almohades de décor mural par insertion de fragments de brique dans un parement uni du même matériau se frayèrent-elles un passage jusqu’à Tobed ou Magallón ? On en est réduit à des hypothèses ; restait-il dans la région des édifices du type de la Giralda antérieurs à la Reconquête ? Rien ne le prouve et il est peu vraisemblable que les maçons mudéjars aient conservé sans les exploiter pendant près de trois siècles ces techniques de décor sophistiquées. À moins de supposer une destruction sélective des constructions de ce type datables des XIIe et XIIIe siècles, il est difficile d’expliquer la présence de ce type de décor par un quelconque atavisme musulman. Selon toute probabilité, l’emploi de plus en plus habituel du matériau aux XIIIe et XIVe siècles avait déjà conduit les albañiles, qu’ils fussent ou non mudéjars, à exploiter les possibilités les plus évidentes du matériau en dessinant des frises de briques en ressaut ou de dents d’engrenage lorsque, dans la deuxième moitié du XIVe siècle, des artisans sévillans furent engagés sur les grands chantiers princiers, au nombre desquels il convient de compter le palais épiscopal de Saragosse et la chapelle funéraire de l’évêque Pedro López de Luna, l’actuelle Parroquieta (pl. XVII), qui y était associée. L’intrusion de ces modèles décoratifs alimentés par l’extraordinaire foyer artistique de l’Espagne nasride ne tarda pas à catalyser la créativité des maçons aragonais ; le pouvoir de séduction de ces formules décoratives associant volontiers la brique à la céramique, selon une formule déjà exploitée dans la région de Teruel, était tel qu’il semble avoir eu raison des réticences des milieux les plus conservateurs ; c’est du moins ce que nous avons essayé de démontrer en étudiant le bandeau épigraphique qui figurait dans le mur extérieur de la Parroquieta : la disposition de la formule « supra petram firmam » au-dessus précisément de quelques pierres de taille placées intentionnellement invite à voir dans cette inscription un plaidoyer pour la brique et le décor mudéjar, d’autant mieux acceptables qu’ils sont associés à une construction privée16.

FIG. 92. – Tobed (Saragosse), Capilla de la Virgen, décor de briques en ressaut

FIG. 93. – Belchite (Saragosse), San Martín, murs du chœur

  • 17 Id., « L’église Saint-Martin de Belchite ».
  • 18 Cf. chap. v, pp. 90-101.

12À partir du dernier quart du XI Ve siècle, le décor inspiré à la fois par les édifices de Teruel et par les palais où s’exerce le « mudéjar de cour » tend à envahir les murs des églises et surtout des clochers, qui suivent eux aussi la tradition musulmane des tours emboîtées réunies par des rampes couvertes de voûtes en encorbellement. Parallèlement, la largeur des murs des édifices religieux tend à diminuer : entre les deux appareils de revêtement, il n’y a plus de place pour une fourrure de moellons et les murs sont entièrement construits en briques liées le plus souvent par un mortier de plâtre, le gypse étant beaucoup plus abondant dans cette région que la pierre calcaire nécessaire à la fabrication de la chaux. La légèreté et la cohésion des voûtes de brique, dont il n’est pas nécessaire de charger les reins, permettent à ces structures apparemment fragiles de défier le temps et le faible cubage des maçonneries garantit vraisemblablement un prix de revient assez bas qui permet la multiplication des constructions de ce type aux XVe et XVIe siècles. L’église de Belchite17 (fig. 93 et pl. XIV et XV) est un bon exemple de ces constructions à la fois élégantes, ingénieuses et fortement enracinées dans leur terroir ; on y trouve des voûtes entièrement réalisées en brique, y compris les ogives composées de cruceros moulés (fig. 13). Les chapelles de ce même édifice permettent de mettre en évidence une technique de construction qui, comme on l’a vu18, allait encore permettre d’alléger les couvrements : la bóveda tabicada, que l’on désigne en France, depuis la parution d’un petit essai du comte d’Espie, du nom de voûte « à la Roussillon ». Sans doute née ou importée dans la région valencienne au milieu du XIVe siècle, la voûte « à la Roussillon » fut exportée très tôt en Aragon. Cette technique, qui de tout temps provoqua le scepticisme des hommes de l’art à qui elle était présentée pour la première fois, ne s’imposa pas dans l’immédiat : au début du XVe siècle encore, les maçons au service de Benoît XIII préférèrent construire les voûtains de l’abside de la Seo de Saragosse selon la technique traditionnelle ; la voûte « à la Roussillon » ne fut adoptée que pour les voûtes du vaisseau central, quelques décennies plus tard.

13Il ne fait aucun doute que son application à la construction des voûtes à nervures multiples courbes contribue à la légèreté des couvrements, qui a participé au succès des églises columnarias dans l’Espagne du XVIe siècle, qui sont la version espagnole des églises-halles du gothique tardif. Partout où manquaient les tailleurs de pierre experts en stéréotomie capables de construire des voûtes assez minces pour reposer sur des colonnes de faible diamètre, les albañiles étaient requis pour établir ces voiles de briques parcourus de nervures parasites totalement incapables de se maintenir seules dans l’espace et a fortiori de jouer un quelconque rôle porteur (pl. XV).

14La brique trouva donc dans la région de Saragosse une terre d’accueil favorable dans la mesure où la pierre de construction n’y est pas de grande qualité ; les commanditaires adoptèrent d’autant plus facilement ce matériau qu’il était déjà celui des prototypes languedociens des églises construites au XIVe siècle dans tous les pays de la couronne d’Aragon. Le même phénomène peut être observé pour ce qui est des clochers associés à ces églises, qui découlent des expériences menées par les constructeurs des grandes tours de Teruel, autres modèles rapidement assimilés. On ne saurait cependant réduire l’architecture mudéjare aragonaise à une sorte de pastiche combinant de manière aléatoire des traditions diverses : ce qui est remarquable dans les édifices de cette région considérés dans leur ensemble, et en tenant compte de l’évolution que l’on peut grossièrement percevoir, c’est l’adaptation optimale des matériaux et de la technique tant constructive que décorative.

  • 19 Archivo Ministerio de Cultura, 70 871 (architecte : R. Mélida, 1969) ; G. M. Borrás Gualis, Arte mu (...)
  • 20 María Isabel Álvaro Zamora, « La torre de Santa María de Utebo y la azulería de Muel », Revista de (...)

15Dans le décor, d’Ateca (vers 1250)19 jusqu’à Utebo (1544)20, durant trois siècles les maîtres d’œuvre et les artisans utilisèrent les possibilités offertes par le matériel céramique, brique et terre cuite émaillée, dont la richesse, dans un premier temps étalée dans les constructions princières, devient la modalité spécifique du « flamboyant » aragonais.

16Dans le domaine constructif, l’adoption de la formule « alminar » à tours « emboîtées », plutôt que celle des clochers chrétiens encore préférée pour Santo Domingo de Daroca, témoigne d’un éclectisme guidé par des préoccupations sans doute essentiellement techniques : la structure de tours emboîtées est de loin la plus rationnelle et la plus robuste pour construire des clochers que l’on ne peut asseoir sur les maçonneries trop faibles des nefs et des chapelles qui les bordent C’est en effet la minceur des maçonneries réalisées entièrement en brique qui constitue l’originalité structurelle des églises aragonaises du XVe siècle ; la nature gypseuse du liant employé traditionnellement dans la région est sans doute ce qui permit aux maçons aragonais d’aller vers un amincissement progressif des maçonneries qui conduisit en fait à l’éclosion de la seule architecture de brique de la Péninsule.

Province de Teruel

17L’importance de la province de Teruel dans le domaine qui nous occupe est due moins à la densité des édifices qu’à leur qualité et à leur originalité.

  • 21 M. Siurana Roglán, La arquitectura gótica religiosa, et C. Guitart Aparicio, Arquitectura gótica en (...)

18À l’exception de la frange nord-ouest, autour de Híjar, la province s’étend sur un plateau rocheux, ourlé au sud par les sierras de Jabalambre et de Gúdar culminant toutes deux à plus de deux mille mètres : c’est dire que la pierre y abonde. Cette pierre de qualité a permis le développement à l’époque gothique d’une architecture remarquable dont témoignent les églises de Valderrobres ou San Francisco de Teruel. Manuel Siurana Roglán signalait en 1982 la rareté des études portant sur cet aspect du patrimoine aragonais, la seule synthèse existant alors étant celle de Cristobal Guitart Aparicio21. Il faut cependant préciser que cette constatation ne s’applique pas à la ville de Teruel, qui grâce à l’impulsion donnée par l’Instituto de Estudios Turolenses bénéficie d’une large série de publications, notamment pour tout ce qui relève du style mudéjar.

  • 22 G. M. Borrás Gualis, « El mudéjar turolense » ; Id., El arte mudéjar en Teruel y su provincia.
  • 23 M. Gorosh (éd.), El Fuero de Teruel, et F. Aznar y Navarro (éd.), Forum Turolii.

19La domination musulmane n’a pas laissé de trace à Teruel22 ; la ville fut conquise en 1171 et les moros de paz furent maintenus sur place par l’extrême libéralité du fuero de 1177 à leur égard23. Cette charte de franchise nous livre par ailleurs certaines informations sur l’activité des tuiliers ; selon l’article 325 de l’édition de M. Gorosh, les carrières d’argile étaient communales et ceux qui en possédaient devaient les vendre au concejo ou verser à celui-ci cent maravédis ; quant à la production de brique, elle est régie, comme celle de tuiles, par l’article 764 : les adriellos doivent avoir une palme et demie de long, une palme de large et deux pouces d’épaisseur, ils doivent être bien cuits et sont garantis un an,« asi que si por annyo el adriello por crudeza defalliere, el maestro lo peche  » ; enfin, leur prix est fixé à quinze sous le millier.

Province de Teruel

FIG. 94. – Teruel, San Pedro, clocher, détail

FIG. 95. – Teruel, San Martín, clocher

  • 24 Pour les monuments de Teruel, la bibliographie est très abondante, on se référera en particulier à (...)

20Il est assuré que la production céramique importante de la ville est en grande partie due à des potiers mudéjars et des maçons musulmans sont employés en 1335 aux travaux de construction de la cathédrale24, financés par des prêts consentis par la « banque juive », en l’occurrence Abrahem Aben Rodric.

FIG. 96. – Teruel, cathédrale santa María de Mediavilla, cimborrio

FIG. 97. – Montalbán (Teruel), Santiago

21Cette collaboration étroite des fidèles des « trois religions », ici indiscutablement attestée par la documentation, permit d’ériger ce que l’on peut considérer comme le prototype des grandes tours-clochers, aujourd’hui inscrites par l’Unesco au rang de monuments du Patrimoine Mondial.

22La tour de la cathédrale Santa María, que l’on s’accorde pour dater du troisième quart du XIIIe siècle, est en effet un magnifique monument, établi sur une base de pierre, matériau que l’on retrouve dans les angles harpés du deuxième niveau et qui disparaît totalement dans les parties supérieures. G. Borrás Gualis, à la suite de L.Torres Balbás, a souligné les parentés qui existent entre ce clocher et des campaniles italiens : « bacini », arcs entrecroisés, passages voûtés sont autant d’éléments que l’on retrouve, dissociés il est vrai, de la Lombardie à la Sicile.

23À cette tour est associée, par sa structure et son décor, celle de l’église San Pedro (fig. 94), sans doute à peine plus « jeune », dans laquelle la pierre disparaît presque totalement.

24Si l’on suit la datation traditionnelle, c’est un siècle plus tard que furent érigées les tours de San Martín (fig. 95) et de San Salvador (pl. XXII), toutes deux d’une facture très semblable. Au « modèle italien » se substitue ou plutôt se superpose alors le « modèle almohade » : les tours ont une structure « en minaret » et un décor de sebka se développe largement sur le parement extérieur.

  • 25 E. Arce Oliva, « La tradición mudéjar en la arquitectura turolense del siglo XVI ».

25Le décor resplendissant des quatre tours de Teruel explique le sort qui leur est fait dans les histoires générales de l’architecture mais pour nous, leur caractère extraordinaire réside surtout dans l’isolement de ces tours de brique dans un environnement de pierre ou de pisé qu’il faut leur supposer dans la ville médiévale et les zones avoisinantes. Les éléments architecturaux antérieurs ou contemporains de ces quatre clochers, à l’exception de la cathédrale elle-même, ne présentent en effet pas de trace de brique en gros-œuvre ; il ne semble pas que l’on doive imputer aux hasards des disparitions cet état de fait car à Teruel, l’usage de la brique ne devint vraiment courant en gros-œuvre qu’au XVIe siècle (fig. 96), donnant lieu à un large développement des motifs mudéjars qui, selon E. Arce Oliva25, ont retardé quelque peu l’éclosion de la Renaissance.

  • 26 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés (1978), pp. 250-258 ; Id., Arte mudéjar aragonés, 1978 ( (...)

26La même remarque peut être formulée pour l’église de Montalbán26 (fig. 97), commencée en pierre et achevée en brique dans le courant du XIVe siècle. Cet isolement des édifices de brique de Teruel est évidemment beaucoup moins sensible de nos jours, tant les constructions de brique se sont multipliées à partir du XVIe siècle, gagnant peu à peu du terrain vers le sud et donnant lieu à des créations spectaculaires comme les clochers d’Albalate del Arzobispo, de Bagueña ou de Muniesa.

Notes

1 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés, 1978 (notices des églises citées).

2 A. Sánchez Rubio, J. A, Salas Ausens et G. Burillo Jiménez, « Gastos del Concejo de Barbastro », pp. 250-253.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Andrés Álvarez Gracia, La plaza de la Seo (Zaragoza), Investigaciones histórico-arqueológicas, Saragosse, Ayuntamiento de Zaragoza, coll. « Estudios de Arqueología Urbana » (2), 1989.

6 Juan Antonio Souto, « Restos arquitectónicos de época islámica en el subsuelo de la Seo del Salvador (Zaragoza). Campañas de 1984 y 1985 », Madrider Mitteilungen, 34, 1993, pp. 308-324.

7 La bibliographie est abondante, cf. en particulier Ph. Araguas, « La Torre del Trobador », et Manuel Expósito Sebastián, José Luis Pano Gracia et María Isabel Sepúlveda Sauras, La Aljafería de Zaragoza, Guía histórico-artística y literaria, Saragosse, Cortes de Aragón, 1986.

8 PH. Araguas et Á. Peropadre Muniesa, « La Seo del Salvador » ; Ph. Araguas, « Bene fundata est supra firmam petram ».

9 Jean-Raphaël Vaubourgoing, « El real monasterio de Nuestra Señora de Rueda », Seminario de Arte Aragonés, 13-15,1968.

10 Marcel Durliat, « Le portail occidental de la première église des Jacobins de Toulouse », dans À travers l’art français. Hommage à René Julian, publié dans le n° 25 de la revue Archives de l’Art français, nouvelle période, 1978, pp. 47-55.

11 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés, t. II, p. 156.

12 Ibid., t. II, pp. 506-507.

13 Ibid., t. II, pp. 215-218.

14 Ibid., t. II, pp. 410-420.

15 Gonzalo M. Borrás Gualis, « La arquitectura mudéjar aragonesa. Iglesia de los dominicos de Magallón », Al-Andalus, 32, 1967, pp. 399-414 ; J. C, Escribano Sanchez et M. Jiménez Aperte, « Sobre la iglesia mudéjar de Santa María de la Huerta en Magallón (Zaragoza) ».

16 Ph. Araguas, « Bene fundata est supra firmam petram ».

17 Id., « L’église Saint-Martin de Belchite ».

18 Cf. chap. v, pp. 90-101.

19 Archivo Ministerio de Cultura, 70 871 (architecte : R. Mélida, 1969) ; G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés, t. II, pp. 69-75 ; Id., « La torre mudéjar de Santa María de Ateca » ; J. Galiay Sarañana, Arte mudéjar aragonés, p. 83 ; Agustín Rubió Samper, « Notas para el estudio de la Iglesia Santa María de Ateca (Zaragoza) en la segunda mitad del siglo XV », Seminario de Arte Aragonés, 38, 1983, pp. 279-281.

20 María Isabel Álvaro Zamora, « La torre de Santa María de Utebo y la azulería de Muel », Revista de la Mutua de Accidentes de Zaragoza, mars-juin 1978, pp. 25-27 ; Archivo Ministerio de Cultura, 70 961 (architecte : M. Lorente Junquera) ; G, M, Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés, t II, p. 144 ; J. Galiay Sarañana, Arte mudéjar aragonés, p. 91 ; F. Íñiguez Almech, « Torres mudéjares aragonesas », p. 188.

21 M. Siurana Roglán, La arquitectura gótica religiosa, et C. Guitart Aparicio, Arquitectura gótica en Aragón.

22 G. M. Borrás Gualis, « El mudéjar turolense » ; Id., El arte mudéjar en Teruel y su provincia.

23 M. Gorosh (éd.), El Fuero de Teruel, et F. Aznar y Navarro (éd.), Forum Turolii.

24 Pour les monuments de Teruel, la bibliographie est très abondante, on se référera en particulier à G. M. Borrâs Gualis, Arte mudéjar aragonés (1978), pp. 170-174 et 384-387 ; Tomás Calderón, Pedro Benéitez, Asunción Millán et José G. Arribas, Torres mudéjares de Teruel. Datación absoluta por termoluminescencia, Madrid, Laboratorio de Datación y Radioquímica de la Universidad Autónoma, 1992 ; M. Navarro Arando, « La arquitectura cristiana mudéjar de Teruel » ; Antonio Pérez Sánchez, Lista del patrimonio mundial. Arquitectura mudéjar. Teruel. Torres. Artesonado de la Catedral, Teruel, s. d. ; C. Tomás Laguia et S. Sebastián López, « Notas y documentes artísticos y culturales sobre Teruel medieval » ; Leopoldo Torres Balbás, « La iglesia Santa María de Mediavilla, catedral de Teruel », Archivo Español de Arte, 26, 1953, pp. 81-87.

25 E. Arce Oliva, « La tradición mudéjar en la arquitectura turolense del siglo XVI ».

26 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés (1978), pp. 250-258 ; Id., Arte mudéjar aragonés, 1978 (notices des églises citées).

Table des illustrations

Légende Province de Huesca
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Province de Saragosse
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende FIG. 90. – Saragosse, Seo del Salvador, chevet
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende FIG. 91. – Daroca (Saragosse), San Juan, chevet
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende FIG. 92. – Tobed (Saragosse), Capilla de la Virgen, décor de briques en ressaut
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende FIG. 93. – Belchite (Saragosse), San Martín, murs du chœur
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Province de Teruel
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 94. – Teruel, San Pedro, clocher, détail
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende FIG. 95. – Teruel, San Martín, clocher
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende FIG. 96. – Teruel, cathédrale santa María de Mediavilla, cimborrio
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende FIG. 97. – Montalbán (Teruel), Santiago
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2805/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 270k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search