Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Deuxième partie. La mise en œuvre

Chapitre V

Arcs et voûtes

Texte intégral

Les arcs

1C’est dans les encadrements de baies que la brique est employée d’une manière très fréquente. Cet usage est d’origine romaine, il est pratiqué par les maçons asturiens des IXe et Xe siècles (fig. 21) et l’architecture du Califat y recourt également : les portes et les baies d’éclairage de la mosquée de Cordoue en témoignent. L’alternance des claveaux de briques et de pierre est l’une des caractéristiques de l’architecture de la partie la plus ancienne de la mosquée de Abd al-Rahman Ier, son caractère essentiellement décoratif est confirmé par le fait que ces claveaux sont un placage dans l’agrandissement d’Al-Hakam II et ils sont totalement simulés grâce au recours à un enduit coloré dans celui d’Al-Mansour. Avec la mosquée de Bab Mardoum à Tolède apparaissent des arcs polylobés et outrepassés de brique (fig. 9).

Baies en plein-cintre (annexe IX, pp. 399 sqq.)

2La tradition romaine, jamais réellement interrompue, de l’arc plein-cintre ne fléchit que durant les XIVe et XVe siècles, au cours desquels on préfère établir des arcs brisés, dans les zones où domine le gothique, et des arcs outrepassés ou brisés outrepassés, dans les zones sous influence mudéjare.

Baies en arc outrepassé (annexe X, pp. 403 sqq.)

  • 1 M. Gómez Moreno, « Excursión a través del arco de herradura ».
  • 2 Cette nouvelle interprétation de ce que l’on désigne habituellement sous le nom d’art mozarabe est (...)

3L’origine et la genèse de l’arc outrepassé dans l’architecture ont été recherchées par M. Gómez Moreno1, qui faisait remonter ce type de couvrement à certaines constructions romaines ; le grand usage qu’en firent les constructeurs de l’Espagne wisigothique est connu et suffirait à expliquer, sans recours à aucune notion de mozarabisme, son emploi dans les édifices de la repoblación ; il conviendrait donc d’expliquer l’emploi systématique de ces arcs dans l’architecture chrétienne du Xe siècle non par une contamination insidieuse de formules islamiques, mais par une manifestation de l’autonomie des formes artistiques chrétiennes qui pourrait être qualifiée de « néowisigothisme2 ». L’attribution de tel ou tel arc outrepassé à la tradition wisigothique ou à la tradition andalouse participe donc du grand débat sous-jacent à toute l’histoire de l’architecture espagnole médiévale et, de ce fait, ne peut se limitera la prise en considération d’éléments purement techniques. C’est pourquoi l’on doit tenir compte de procédés d’appareillage différents qui, davantage que des considérations touchant au tracé géométrique, semblent dessiner une frontière entre les deux traditions.

FIG. 21. – Oviedo, San Julián de los Prados, chevet

FIG. 22. – Pozo de Guadalajara (Guadalajara), église, porte couverte d’un arc outrepassé

FIG. 23. – Guadalajara, Santa María la Mayor, porte couverte d’un arc outrepassé brisé (d’après B. PAVÓN MALDONADO, Guadalajara medieval. Arte y arqueología árabe y mudéjar, Madrid, Instituto de Estudios Árabes « Miguel Asín », 1984, p. 37). Droits réservés

4Il nous semble en effet que la tradition qui, depuis M. Gómez Moreno, attribue aux arcs wisigothiques un outrepassement voisin du tiers du rayon, et aux arcs musulmans un outrepassement d’environ la moitié du rayon, ne repose guère que sur une intuition vague jamais confirmée par une étude systématique ; en revanche, il apparaît clairement que l’arc enjarjado, qui est un arc construit en tas de charge sur une grande partie de sa montée, est spécifiquement islamique et mudéjar (fig. 22).

  • 3 R. Corzo Sánchez, « Génesis y función del arco de herradura ».

5Cette particularité d’appareillage qui facilite la construction en limitant l’emploi des cintres est à mettre en relation avec les systèmes de construction de voûtes sans cintre que nous présenterons ultérieurement. Les arcs de ce type existent à Tolède (Cristo de la Luz, Salvador), à Saragosse (Torre del Trobador), à Ségovie (San Lorenzo), à Carmona (porte de Marchena) et il est vraisemblable que l’on pourrait en trouver trace dans des édifices antérieurs du Proche-Orient3.

FIG. 24. – Maluenda (Saragosse), Santa Justa y Rufina, façade, arcature du deuxième niveau, appareil rayonnant

Baies en arc outrepassé brisé

  • 4 H. Laleh, « Les arcs brisés persans ».

6L’arc outrepassé brisé (fig. 23), qui apparaît à la fin de l’époque califale et devient l’un des procédés de couvrement les plus prisés des maîtres d’œuvre almohades, est quant à lui systématiquement associé à un type d’appareillage qui n’existe pas dans l’architecture occidentale chrétienne. C’est l’appareillage « décentré », c’est-à-dire celui déterminé par des segments de cercles dont les centres sont multiples, selon un procédé largement développé dans l’art persan dès le XIe siècle4, pour obtenir des arcs d’un tracé cependant fort distinct des arcs de type almohade.

  • 5 B. Pavón Maldonado, Islámico y mudéjar, p. 20 cite comme modèle possible la Puerta del Vino à l’Alh (...)

7Une dernière catégorie d’arc brisé outrepassé suit le modèle des grandes portes nasrides de l’Alhambra de Grenade5 : ce sont de grands arcs à appareillage décentré dont le front est animé par des ressauts de briques qui dessinent une sorte de bossage : Santa María de Guadalajara (fig. 23) ou Aguilar de Campos (fig. 122) et San Miguel de Villalón (Valladolid).

FIG. 25. – Tolède, Santa Úrsula, chevet

Baies en arc brisé (annexe XI, pp. 407 sqq.)

8On peut distinguer dans ce dernier type d’arcs des différences d’appareillage assez significatives qui permettent d’établir également une distinction entre la pratique « chrétienne » et la pratique « islamique ». La première est caractérisée par un appareillage de type « rayonnant » (fig. 24), la seconde par un type d’appareillage « décentré ». Il existe également de nombreux arcs outrepassés brisés enjarjados.

Arcs polylobés (annexe XII, pp. 411 sqq.)

9À côté de ces formes simples existent des formes plus complexes : arcs polylobés ou arcs combinant différentes formes de tracé. Parmi cette dernière catégorie, une formule extrêmement fréquente aux XIIIe et XIVe siècles à Tolède et aux XIVe et XVe siècles en Andalousie est constituée par des couvrements en arc outrepassé ou outrepassé brisé dont les claveaux présentent un léger ressaut polylobé (fig. 25 et 26).

FIG. 26. – Séville, Santa Marina, baie, mur nord

  • 6 Arcs polylobés à sept lobes entourés de deux arcs outrepassés brisés de San Román et de Santo Tomé (...)

10La grande variété des combinaisons possibles rend vaine toute tentative de catalogage de ces arcs à ressauts et très aléatoire la recherche de filiations6 ; il est certain en tout cas que ces arcs polylobés sont d’ascendance almoravide ou almohade.

Les voûtes

  • 7 Pour l’instant, rien ne prouve que dans ces deux édifices les voûtes de brique ne soient pas d’orig (...)
  • 8 S. López Cuervo, Medina Az-Zahra.
  • 9 F. Hernández Jiménez, El Alminar de Abd Al-Rahman III, pp. 134-158.

11Dans les édifices wisigothiques de Santa Comba de Bande (fig. 27) ou de São Frutuoso de Montelios (Portugal)7, la brique apparaît en voûtement, renouant en cela avec une tradition romaine dont le fil n’avait peut-être jamais été totalement rompu. Dans l’architecture califale (et peut-être émirale), les voûtes des citernes, des fours ou des égouts ou aqueducs8 sont assez fréquemment réalisées en brique. Il en est de même pour les couvrements de certains escaliers de tour : à Cordoue, on peut citer le berceau hélicoïdal du minaret de San Juan9 et à Grenade, les voûtes en berceau des volées droites du minaret de San José ; il ne fait aucun doute que des couvrements de ce type durent exister dans d’autres édifices islamiques des XIe et XIIe siècles.

FIG. 27. – Bande (Orense), Santa Comba, avant-chœur

FIG. 28. – Tordesillas (Valladolid), couvent de Santa Clara (ancien palais de Leonor de Guzmán), bains, plan et coupe (d’après L. TORRES BALBÁS, « El baño de Leonor de Guzmán en el palacio de Tordesillas », Al-Andalus, 24, 1959, pp. 409-425). Droits réservés

  • 10 Le thème de la carpintería de lo blanco déborde très largement notre sujet ; un aperçu assez synthé (...)

12Dans l’architecture chrétienne, le voûtement est le mode de couvrement par excellence des sanctuaires ; il est beaucoup moins répandu pour les nefs, qui dans la majorité des cas restent charpentées. Ce n’est qu’au XIVe siècle, avec la généralisation du voûtement d’ogives, que l’on étend assez systématiquement le voûtement au-delà du chœur, en Aragon notamment En Andalousie, le couvrement de charpente reste de rigueur dans la plupart des édifices et donna lieu à la mise en place de charpentes ouvragées qui devinrent au cours du XVe siècle de plus en plus précieuses et fréquentes10.

13Dans l’architecture militaire, les voûtements de brique furent assez tôt appréciés, même dans les régions où le matériau est d’un emploi très rare : il ne fait aucun doute que dans ce domaine le recensement que nous avons établi est incomplet et qu’une étude plus systématique mettrait en évidence la présence de couvrements de brique dans de très nombreuses fortifications de la Nouvelle-Castille et du Levante.

14Dans l’architecture civile, on n’eut que rarement recours à la brique en couvrement de salles. Les exceptions les plus remarquables sont les bains, qui durent exister en grand nombre ; la plupart étaient vraisemblablement des constructions d’époque islamique, mais parmi ceux qui subsistent, les bains du palais-couvent de Tordesillas semblent bien avoir été construits au XIVe siècle (fig. 28).

Voûtes en berceau (annexe XIII, p. 415)

15Établies sur les travées droites des chœurs dont l’abside est couverte en cul-de-four, elles présentent souvent une légère brisure ; elles couvrent aussi certaines salles de tours militaires (fig. 28) ou de clochers.

Voûtes d’arêtes (annexe XIV, p. 417)

16Connues et employées dans l’architecture de la Péninsule dès le Haut Moyen Âge, comme en témoigne la voûte d’arêtes nervée de l’ancien baptistère d’Egara (Terrassa, Barcelone), son emploi le plus fréquent est en couvrement de travées de volées d’escaliers dans les tours de type minaret.

  • 11 J. H, Acland, The Gothic Vault, p. 222, cite la medressa Bibi Quasem en Iran, datée de 1340, et la (...)

17Ce n’est qu’au XVe siècle que l’on imagina, à la chartreuse de Montalegre (Badalona, Barcelone, pl. XXXIX) de laisser apparent l’appareillage des voûtes d’arêtes, revalorisant en cela une des formules de la stéréotomie romane. Ce traitement de voûtes de brique est unique dans la Péninsule, mais il est évident que la préciosité du traitement de l’intrados de ces voûtes est à mettre en relation avec un goût très clairement affirmé dans le monde du gothique international pour les voûtes non nervées, beaucoup plus sûrement qu’avec des tendances similaires de l’architecture islamique11.

Voûtes d’ogives (annexe XV, pp. 419 sqq.)

18Les premières voûtes d’ogives apparaissent associées à la brique sans retard notable par rapport aux constructions de pierre : l’Ermita del Santo à Tosos (Saragosse, pl. XIX et XX) ou Santa María de La Vega (Palencia, fig. 29 et 118) présentent des nervures de briques de section rectangulaire associées à des voûtains encore appareillés, à Tosos, comme des coupoles. À partir du XIIIe siècle les profils des nervures réalisées avec des briques moulées appelées cruceros ou cruzeros se généralisent en Aragon (fig. 30) et dans une moindre mesure en Castille. En Andalousie, les nervures de pierre ne cèdent que tardivement le pas aux nervures de brique, alors même que pour les voûtains on avait depuis longtemps adopté ce matériau (fig. 84 et 86). D’une manière générale les évolutions des profils sont en tout identiques à celles des nerfs de pierre, la forme étant donnée grossièrement par le moulage des éléments avant cuisson, l’enduit unifiant et précisant la mouluration.

19Les voûtains des voûtes d’ogives sont sans doute beaucoup plus souvent réalisés en brique que ne le laisse penser la carte que nous avons établie : l’exemple de l’église de l’hôpital de Roncevaux en Navarre semble indiquer que dès le début du XIIIe siècle on a pu construire en brique des voûtains de voûtes d’ogives dans des édifices par ailleurs totalement réalisés en pierre. Dresser un inventaire complet de ces éléments, toujours enduits, est impossible. Il est tout à fait clair cependant que les avantages les plus considérables de la brique furent en tout premier lieu exploités dans la construction des voûtains des voûtes d’ogives. Nous reviendrons ultérieurement, au sujet de l’appareillage des voûtes, sur cette question.

Voûtes en arc-de-cloître

  • 12 Ce que fait Jean-Marie Pérouse de Montclos dans le Vocabulaire de l’Architecture, Ministère des Aff (...)

20La voûte en arc-de-cloître sur plan carré n’est pas utilisée dans l’Espagne médiévale, à moins de considérer la coupole à pans comme une variété de voûte en arc-de-cloître12. En revanche un type de voûte en arc-de-cloître de plan barlong, dite aussi voûte en auge ou bóveda esquifada en castillan, est d’un emploi assez fréquent en couvrement de salles (annexe XVI, p. 423, et fig. 31). Dans la majorité des cas, l’arête sommitale est remplacée par un caisson étroit et allongé qui constitue une spécificité hispanique d’origine peut-être orientale. L’un des premiers exemples répertoriés en Espagne est celui des chapelles latérales de San Román de Tolède, datées de 1227 par Pavón qui utilise le terme de bóveda de espejo pour désigner ces voûtes. On doit cependant souligner que ce type de voûte, qui se répand à partir de Tolède, est assez exceptionnel dans l’architecture religieuse.

FIG. 29. – Renedo de la Vega (Palencia), Santa María de la Vega, voûte en cul-de-four nervée

FIG. 30. – Maluenda (Saragosse), San Miguel, nervures d’ogives

FIG. 31. – Villalba del Alcor (Huelva), San Bartolomé, voûte en auge

FIG. 32. – Belchite (Saragosse), San Martín, couvrement d’escalier

Fausses-voûtes en encorbellement (annexe XVII, pp. 425 sqq., et fig. 32)

  • 13 À Santa María de Daroca.
  • 14 Il serait absurde de lui assigner une origine islamique, puisqu’on trouve ce principe de constructi (...)
  • 15 F. Hernández Jiménez, El Alminar de Abd Al Rahman III, p. 70 ; B. Pavón Maldonado, Decoración geomé (...)

21Les fausses-voûtes en encorbellement sont extrêmement fréquentes dans les couvrements des volées d’escalier des tours de type minaret ; elles s’adaptent parfaitement à ces espaces étroits et allongés sur lesquels elles s’échelonnent ou, exceptionnellement, rampent13. Cette technique rudimentaire, dont l’origine est diffuse14, est associée dans les édifices de l’époque califale à la construction des hypocaustes de Madînat al-Zahrâ ou à celle des volées d’escalier du minaret de la mosquée de Cordoue : dans les deux cas, c’est avec des dalles de pierre et non avec des briques que sont construites ces fausses-voûtes15. Ce mode de couvrement associé à la brique se généralise en Aragon dans la deuxième moitié du XIIIe siècle : l’exemple de la tour d’Ateca (fig. 33) montre les tâtonnements qui aboutirent au choix de cette formule qui, bien que largement répandue, n’est systématiquement employée que dans l’architecture des XIVe et XVe siècles de la région de Saragosse ; mais le couvrement de plus grande envergure réalisé selon ce principe de construction est la fausse-voûte pyramidale du donjon d’Albuquerque (Badajoz, fig. 34).

Culs-de-four

22Les couvrements en cul-de-four sont systématiquement employés sur les absides des églises romanes de brique de la Meseta Norte et de la région de Tolède.

Coupoles (annexe XVIII, pp. 429 sq.)

  • 16 M.T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, p. 47, insiste sur le caractère totale (...)

23L’emploi de la coupole pour couvrir les croisées de transept ou les travées d’avant-chœur est relativement exceptionnel ; l’exemple le plus spectaculaire est celui de l’église de la Lugareja à Arévalo qui témoigne d’une ambition peu commune. Le recours aux pendentifs, que l’on retrouve dans les petites églises de Blasconuño de Matacabras et de Fuentes de Año (Avila) et dans celle de Montuenga (Ségovie)16, et le tambour élevé témoignent de traditions étrangères au monde ibérique. Beaucoup plus fréquemment on a utilisé des trompes souvent appareillées comme des voûtes d’arêtes dans les édifices des XIVe et XVe siècles (fig. 35) qui suivent en cela une tradition islamique brillamment illustrée par les édifices nasrides de Grenade.

FIG. 33. – Ateca (Saragosse), tour de l’église Santa María (structure « en minaret »), plan et coupe (d’après G. BORRÁS GUALIS, Arte mudéjar aragonés [3 vol.], Saragosse, Caja de Ahorros y Monte de Piedad de Zaragoza, Aragón y Rioja - Colegio Oficial de Arquitectos Técnicos y Aparejadores de Zaragoza, Saragosse, 1985, t. I, fig. 33, p. 262). Droits réservés

FIG. 34. – Albuquerque (Badajoz), château, voûte en encorbellement (cliché : E. Cooper)

FIG. 35. – Villalba del Alcor (Huelva), église San Bartolomé, coupole à trompes appareillées comme des voûtes d’arêtes

FIG. 36. – Belchite (Saragosse), San Martín, voûte conique formant flèche à extrados en couverture

FIG. 37. – La Algaba (Séville),Torre de los Guzmanes, voûte en pendentif

  • 17 Cf. infra la note de synthèse sur la province de Séville, pp. 162-175.

24Les coupoles couvrent de nombreuses chapelles latérales dans les églises gothiques, mais aussi parfois les chapelles du chevet, en Andalousie17; ce mode de couvrement est fréquent dans les tours militaires, plus rare dans les clochers.

25On peut assimiler aux coupoles les couvrements coniques, le plus souvent à pans, fréquents dans les tours aragonaises (fig. 36).

Voûtes en pendentif (bóvedas vaídas) [annexe XIX, pp. 431 sq.]

  • 18 Au-delà des Pyrénées, nous ne pouvons citer comme exemple de voûte en pendentif construite en briqu (...)
  • 19 B. Pavón Maldonado, Islámico y mudéjar ; p. 75.
  • 20 D. Angulo écarte la possibilité qu’il puisse s’agir d’une reconstruction (D. Angulo Íñiguez, Arquit (...)

26Si la coupole sur pendentifs est extrêmement rare, la voûte de brique en pendentif (fig. 37) est un topique de l’architecture espagnole dès le XIVe siècle18. Cette formule de couvrement très élégante semble réservée essentiellement, dans l’architecture islamique, aux salles carrées des bains, comme ceux de Jaén ou Baeza19 ; elle est employée par la suite dans le couvrement des salles carrées des tours et des clochers. Exceptionnellement utilisée pour couvrir un sanctuaire à Santa María de Marchena (Séville), elle devint l’une des formules de couvrement les plus courantes dans les iglesias columnarias du XVIe siècle20. C’est en tout cas une spécificité andalouse et si des exemples pouvaient en être trouvés dans d’autres régions d’Espagne (et il en existe sans doute que nous n’avons pu repérer, puisqu’on en trouve jusqu’à Narbonne), il faudrait y voir un phénomène de diffusion des techniques mudéjares d’Andalousie.

FIG. 38. – Benacazón (Séville), chapelle de Castilleja de Talhara, plan (d’après J. HERNÁNDEZ DÍAZ, A. SANCHO CORBACHO et F. COLLANTES DE TERÁN, Catálogo arqueológico y artístico de la provincia de Sevilla [4 vol.], Séville, Servicio de Defensa del Patrimonio Artístico Nacional, 1939-1955, t. I)

FIG. 39. – Almonaster la Real (Huelva), ancienne mosquée, couvrement de l’abside mudéjare

Coupoles à pans et coupoles à côtes (annexe XX, p. 433)

  • 21 La Algaba, Constantina, Utrera, Cortegana, Séville (tour de Don Fadrique), Coca, Biar, Villena, Cas (...)

27Les coupoles à pans couvrent de nombreuses chapelles latérales greffées au XVe siècle sur les nefs des églises andalouses ; plus rarement, elles couvrent le sanctuaire (fig. 38). On en trouve aussi dans certaines salles carrées de tours militaires21, mais cette particularité, propre semble-t-il à la région de Séville, conduisit D. Angulo à en faire l’élément majeur de détermination d’un des types d’édifices de son architecture mudéjare sévillane.

FIG. 40. – Lebrija (Séville), église collégiale, coupole à côtes

28Une variante intéressante à signaler est la coupole à pans nervée, que l’on trouve dans certaines constructions du XIVe siècle, tant dans le Levante (château de Villena [Alicante]) qu’en Estrémadure (Templete de Guadalupe [Cáceres]) et en Andalousie, à Almonaster la Real (Huelva, fig. 39).

  • 22 V. Lampérez Y Romea, « Iglesias españolas de ladrillo », p. 49 note l’intérêt technique de ces cons (...)

29Les coupoles à côtes (agallonadas) [fig. 40], qui procèdent de la tradition islamique inaugurée en Occident à la mosquée de Kairouan, sont moins fréquentes et couvrent presque toujours des chapelles latérales22. La voûte d’une tour-porte de Palma del Río (Cordoue) associe curieusement les côtes aux voûtains d’une voûte d’ogives (fig. 41).

Coupoles nervées à entrelacs (annexe XXI, pp. 435 sq.)

  • 23 Á. Peropadre Muniesa, En torno a Guarino Guarini.
  • 24 Santa Cruz de Ségovie, Torres del Río, salle capitulaire de la cathédrale vieille de Salamanque, Sa (...)
  • 25 Santa Marina à Séville, La Mejorada à Olmedo, chapelle de l’Asunción à Las Huelgas de Burgos, cf. M (...)

30La coupole nervée à entrelacs est un autre topique, mieux connu parce qu’il a eu une diffusion plus large : de la mosquée de Cordoue à l’église de Sainte-Anne la Royale à Paris ou à la chapelle du Saint-Suaire de Turin23 en passant par de petites églises romanes de Navarre, de Castille ou du Béarn24, ce type de couvrement a largement répandu un schéma d’origine islamique. On peut constater que toutes les voûtes nervées romanes sont en pierre de taille ; dans le monde islamique, celles construites sous Al-Hakam II à la fin du Xe siècle appartiennent à une construction de pierre et sont vraisemblablement en pierre sous leur habillage de mosaïque ; à la petite mosquée de Bab Mardoum de Tolède, les nervures ne se distinguent pas des coupoles qu’elles semblent armer : elles sont, comme elles, constituées par un béton grossier, moulé plus que construit Ce n’est qu’à l’époque almoravide et almohade que la technique s’affine et que l’on a de véritables arcs entrecroisés porteurs de voûtains intercalaires parfois ajourés. Il ne semble pas toutefois que les maçons espagnols aient rapidement saisi l’intérêt de ce type de construction : les nervures entrecroisées des coupoles de l’église de Lebrija (Séville, fig. 42), par exemple, sont purement décoratives et réalisées en stuc pour animer l’intrados d’une coupole hémisphérique traditionnelle ; on pourrait en dire autant de la plupart des nervures des précieuses coupoles des chapelles funéraires ou des oratoires associés aux grandes églises andalouses ou castillanes25, ou de celles, plus frustes, des donjons de Biar et de Villena (Alicante, fig. 43). Ce n’est que très tardivement que l’entrecroisement des arcs constitua une véritable armature pour des couvrements maçonnés : au début du XVe siècle au plus tôt pour le premier des grands cimborrios aragonais, celui de Benoît XIII à la Seo de Saragosse (fig. 44), et au début du XIVe siècle pour les coupoles beaucoup plus sommaires des donjons de Biar et de Villena (Alicante). Il est vraisemblable que dans la mise au point de ces couvrements, la tradition gothique des ogives portantes s’est combinée à celle issue de la tradition almohade.

FIG. 41. – Palma del Río (Cordoue), porte de ville, voûtains appareillés comme une voûte à côtes

FIG. 42. – Lebrija (Séville), église collégiale, coupole à entrelacs décoratifs

FIG. 43. – Villena (Alicante), château, retombées des arcs entrecroisés de la coupole

FIG. 44. – Saragosse, Seo del Salvador, cimborrio, arcs d’appui du deuxième tambour

FIG. 45. – Tlemcen (Algérie), mosquée. A : dalle de plâtre ajouré ; B : nervure de brique (dessin d’après G. MARÇAIS, Manuel d’art musulman [2 vol.], Paris, Picard, 1926-1927, t. I, fig. 175, p. 319)

Coupoles ajourées

  • 26 L. Torres Balbás, « Bóvedas caladas hispano-musulmanas ».
  • 27 Ibid.

31Les coupoles ajourées (caladas), qui ne sont qu’une variante des coupoles à nervures entrecroisées, ont été construites avec un brio incomparable par les maçons almoravides à Marrakech ou à Tlemcen26 (fig. 45). Il est tout à fait vraisemblable que les maîtres d’œuvre chrétiens furent séduits par la formule, et les créations islamiques du XIIe siècle constituèrent une source d’inspiration pour la chapelle du Connétable de Burgos, construite par Juan de Colonia en 1482-1487 et, à travers elle, pour le fameux cimborrio qui est le chef-d’œuvre des tailleurs de pierre de l’équipe dirigée par Juan de Vallejo en 1540. Dans l’architecture civile, un couvrement de ce type, mais réalisé en brique et en stuc, fut mis en place sur l’alcoba du roi Martin (1395-1410) dans la cuadra de los paramentos de l’Aljafería de Saragosse27. Il s’agissait d’une coupole de cinq mètres de diamètre établie sur de fragiles nervures de brique ; la calotte était constituée de dalles de stuc ajourées dont certains fragments sont conservés au musée des Beaux-Arts de Saragosse.

L’appareillage des voûtes

32Les manuels et les traités modernes font état de modalités d’appareillage très variées pour les voûtes et les coupoles. Dans les constructions médiévales, on ne retrouve guère l’écho de cette diversité : dans la majorité des cas, l’appareil radial s’impose pour tous les types de couvrement. On observe néanmoins, dans la mesure où l’examen des maçonneries est possible, des types d’appareillage différents qui témoignent de deux préoccupations de la part des constructeurs : d’une part le souci de réduire le cintrage, d’autre part celui d’alléger les maçonneries.

Appareillage radial

33C’est celui qui est utilisé dans les édifices romans (fig. 46-47) et dans les voûtes d’ogives de la plupart des édifices gothiques. Il semble que dans les édifices romans on ait choisi de placer les briques en boutisses, de manière à donner une épaisseur maximale aux voûtains, alors que dans les voûtes d’ogives des constructions gothiques on préférait un appareillage en carreaux, qui donnait une moindre épaisseur aux voûtains.

Appareillage tangentiel

  • 28 À Uhaidir notamment : cf. K.A.C. Creswell, Early Muslim Architecture, t. I et II.
  • 29 Contrairement à ce que laisse entendre la tradition « académique », les techniques de construction (...)

34Qualifié de « byzantin » par certains auteurs, cet appareillage (fig. 48) est très peu couramment utilisé dans la péninsule Ibérique au Moyen Age. Bien que cette technique de construction soit employée dès le VIIIe siècle dans des édifices islamiques28, c’est sans doute la tradition du Bas-Empire qu’il faut invoquer pour expliquer sa présence en Espagne ; on peut en effet citer des traces de voûtement de ce type dans l’église wisigothique de São Frutuoso de Montelios près de Braga, au Portugal, que l’on s’accorde à dater du VIIe siècle. En dehors de cet édifice nous ne pouvons citer que deux exemples de ce type d’appareil : dans le couvrement de la « vis de saint Gilles » de l’escalier du minaret de San Juan de Cordoue, et dans la voûte en berceau couvrant l’une des grandes salles du château de Castelo de Vide au Portugal (fig. 49). Il est fort possible que quelques manifestations de cette technique de voûtement, qui permet de se passer de cintres29 pour établir des voûtes sur des espaces très larges, aient échappé à notre enquête, en Estrémadure notamment, où elles sont connues à l’âge moderne ; c’est du reste dans la mouvance de l’architecture d’Estrémadure que s’inscrit le château de Cortegana (Huelva), qui semble présenter des voûtes de ce type.

FIG. 46 – Appareillage radial

FIG. 47. – Renedo de la Vega (Palencia), Santa María de La Vega, appareillage radial

FIG. 48. —Appareillage tangentiel

FIG. 49. – Castelo de Vide (Portugal, Portalegre), château, appareillage tangentiel

FIG. 50. – Montalbán (Tolède), château, voûte en arc-de-cloître

Appareillage mixte

35La combinaison de l’appareillage « en tas de charge » et de l’appareillage radial est extrêmement fréquente ; nous l’avons évoquée à propos des arcs outrepassés, elle est également utilisée dans les voûtes en berceau, en arc-de-cloître (fig. 50) et surtout dans les voûtes en auge (fig. 31).

Voûtains coupoliformes

36L’appareillage des voûtains des voûtes d’ogives peut être réalisé par assises perpendiculaires au formeret ou au doubleau ; c’est un appareil de type radial qui est communément employé, tant dans les constructions de pierre que dans celles de brique ; il a l’avantage de la régularité, mais il est difficile à réaliser sans cintres (fig. 51, en a).

37On peut aussi appareiller les voûtains par assises horizontales, comme pour les coupoles. Fréquemment, ce type d’appareillage est utilisé dans les parties inférieures des voûtains, dans la zone la plus étroite, vers le point de convergence du formeret et de l’ogive (La Peregrina de Sahagún, cathédrale de Valence (fig. 51, en b, et fig. 52). Dans les édifices primitifs, Santa María de la Vega (Palencia), Tosos (Saragosse), on obtient de cette manière des couvrements qui sont plus proches de coupoles nervées que de voûtes d’ogives. Le même principe régit la construction des voûtes d’ogives de l’église du château de Calatrava la Nueva : la première travée de nef adjacente à l’arc-triomphal est ainsi construite. Dans l’abside, le principe est le même, mais il est donné à chaque voûtain une courbure assez accentuée qui dessine une sorte de cul-de-four à côtes. Une pratique identique donne, dans les travées occidentales, des voûtains « en nid d’abeilles » qui sont autant de petites coupoles autonomes calées sur les puissantes ogives de pierre (fig. 53). La restauration récente met en évidence cet appareil destiné à recevoir un enduit : il est vraisemblable que la formule utilisée à Calatrava dut connaître d’autres occurrences, comme par exemple la chapelle Santa María Magdalena à Cumbres Mayores (Huelva), mais il n’est pas certain que la régularité et le soin de l’appareillage puissent se retrouver communément sous les couches de mortier qui effacent les imperfections qu’entraîne la pose des briques sans l’élément régulateur que constituent les cintres. Les appareillages souvent chaotiques que laissent apparaître les lacunes des enduits d’intrados (chapelle San Mancio de Sahagun, San Miguel de Brihuega) sont en effet à mettre sur le compte d’une technique d’appareillage qui permet de se passer de cintres pour construire des voûtes par succession d’assises « auto-bloquantes ». Le procédé de montage des voûtains consiste en effet en une superposition d’arcs composés de briques posées à plat, de plus en plus inclinées vers la verticale à mesure que l’on progresse vers le sommet du voûtain : il ne diffère pas de celui qui permet de construire sans cintre des voûtes en arc-de-cloître.

FIG. 51. – Appareillage des voûtains : a) parallèle au formeret ; b) perpendiculaire au formeret

FIG. 52. – Valence, cathédrale, nef, appareillage des voûtains

FIG. 53. – Calzada de Calatrava (Ciudad Real), église du château de Calatrava la Nueva (Sagrado Convento), voûtement de la nef, appareillage « en nid d’abeilles »

Voûtains appareillés comme des voûtes « à la Roussillon » (fig. 124)

38La construction de voûtes sans cintres était d’autant plus aisée que le liant du mortier était à base de gypse. Ce sont sans doute l’abondance du matériau dans la partie orientale de la Péninsule, son emploi systématique pour les éléments de décor, le moindre coût de fabrication par rapport à la chaux et ses possibilités d’utilisation accrues par un faible taux d’hygrométrie qui firent que son emploi se généralisa, notamment en Aragon et dans le Levante. Le plâtre, qui adhère mieux à la brique que la chaux, prend plus vite et gonfle au lieu de diminuer de volume en séchant, favorisait la construction sans cintres. Il est fort vraisemblable que la familiarité avec ce matériau est à l’origine de l’invention de la voûte « à la Roussillon ». La bóveda tabicada, également appelée bóveda catalana, bóveda a panderete ou encore voûte « à la Roussillon », est sans conteste la technique de construction qui exploite de la manière la plus intelligente les possibilités offertes par la brique ; elle constitue l’aboutissement des expériences menées pour alléger les voûtes et les construire sans recourir à des cintres importants.

39Le principe en est simple : il consiste à placer les briques à plat, tangentiellement à la courbure de la voûte sur deux ou trois épaisseurs, de manière à établir des voûtes et des voûtains variant entre dix et vingt centimètres d’épaisseur, composés de deux ou trois « feuilles » de briques assemblées au plâtre. Il semble qu’en Espagne la technique fut tout d’abord appliquée à la construction de voûtains de voûtes d’ogives avant d’être appliquée à d’autres types de voûtes.

La voûte « à la Roussillon »

  • 30 Comte d’Espie, Manière de rendre toutes sortes d’édifices incombustibles, ou traité sur la construc (...)
  • 31 Procès-verbaux de l’Académie royale d’Architecture (1671-1793), publiés pour la Société de l’Histoi (...)

40La voûte « à la Roussillon », connue en Espagne sous le nom de bóveda tabicada ou a panderete (et quelquefois bóveda catalana), n’accède aux écrits théoriques d’architecture que dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle : on peut dire qu’elle sort alors tout armée du crâne de son « inventeur », le comte d’Espie, amateur éclairé et aristocrate curieux des choses de la construction30. L’origine catalane de ce procédé est connue depuis sa présentation à l’Académie royale d’Architecture de Paris le 19 juin 174731 ; la Compagnie, tout occupée des « entrecolonnes de l’ordre dorique », écouta dans l’assoupissement d’une chaude après-midi de fin de printemps le mémoire lu par M. Tavenot et en repoussa l’enregistrement à la séance suivante, non sans préciser qu’elle n’approuvait pas la pratique exposée par l’orateur. Le 3 juillet, elle crut bon de renouveler sa désapprobation en enregistrant le mémoire avant de passer aux choses sérieuses, à savoir les « considérations » de M. Garnier d’Isle sur l’ordre dorique.

41Les bons moines, et notamment les capucins, s’étaient montrés plus ouverts, qui adoptèrent cette

  • 32 Ibid.

manière de faire les voûtes […] connue en France […] depuis 40 ans, [ayant été] portée à Castelnaudary en Languedoc par un frère capucin catalan qui y bâtit de cette manière l’intérieur du couvent des frères de son ordre32

42Le mémoire lu par M. Tavenot précisait en outre que ce procédé de construction avait été

pratiqué depuis dans plusieurs maisons religieuses en Languedoc et en Provence

43et que

plusieurs particuliers dans ces mêmes provinces ont suivi le même usage dans des maisons qu’ils ont fait bâtir. On prétend que cette façon de bâtir est venue d’Espagne, où, dans quelques provinces l’on ne fait en pierre ou en brique que les gros murs de face et toutes les opérations des chambres en dedans avec les cloisons de brique et de plâtre.

44Suit une très longue description des travaux réalisés au couvent des capucins de Montauban et toute une série de témoignages qui semblent indiquer que l’auteur du rapport avait conscience de l’esprit extrêmement frileux des académiciens ; espérant sans doute se prémunir contre un jugement défavorable, il mettait en avant la démarche du P. Louis, « homme de grand mérite parmi les religieux et très judicieux », qui avant de se décider à avoir recours à cette méthode entreprit, en allant à Rome, de visiter plusieurs maisons de religieux en Languedoc et en Provence « qui avaient été bâties de même ». Mais ni l’exemple de la perspicacité du P. Louis, ni la caution d’autorités prestigieuses – le chevalier de Lordat, Mgr Voyer, ci-devant évêque de Mirepoix et précepteur du Dauphin, M. Verthamon « notre évêque » (?) –, ni les plus basses considérations économiques (« Il en couteroit un tiers de moins ») ne fléchirent la conviction, bâtie à chaux et à sable, des académiciens.

45C’est un amateur qui donna ses lettres de noblesse à cette pratique anciennement enracinée dans on ne sait encore laquelle des « Espagnes ». Lorsqu’en 1754 le comte d’Espie publiait son Mémoire, on peut affirmer que la voûte « à la Roussillon », comme la nomme alors ce grand seigneur habitué à désigner ses valets du nom de leur province d’origine, a en effet au moins trois cent soixante-dix années de bons et loyaux services auprès des princes civils et ecclésiastiques, des moines, des nobles et des vilains des anciens pays de la couronne d’Aragon.

46Ce n’est là, à vrai dire, une surprise pour personne puisque, lorsque Contant d’Ivry souhaita faire couvrir par ce procédé les écuries du château de Bizy en Normandie, c’est de Perpignan qu’il dut faire venir des maçons compétents. Le comte d’Espie, quant à lui, signale que des voûtes semblables à celles qu’il fait réaliser dans les combles de son hôtel de la rue Mage à Toulouse étaient visibles au couvent des cordeliers de Perpignan, « construit depuis 300 ou 400 ans par les Espagnols ». De cette manière, si par la désignation « à la Roussillon » l’architecture « régnicole » annexait le procédé moins d’un siècle après que les armées de Louis XIV en eussent fait autant de la province dont il porte le nom, ce n’était pas sans en reconnaître la paternité aux sujets du Roi Catholique – mais, il est vrai, néanmoins « Bourbon ».

  • 33 Ibid., t. VIII, p. 309.
  • 34 Benito Bails, Diccionario de arquitectura civil, 1783, pp.567-583.
  • 35 Fr. Laurencio de San Nicolás, Arte y uso de arquitectura, Madrid (2e éd.), 1667, t. 1, pp. 175 sqq.(...)
  • 36 Jacques-François Blondel, Cours d’architecture, ou traité de la décoration, distribution et constru (...)

47Quoi qu’il en soit, aussitôt éveillée, l’attention des architectes à l’égard de cette technique de construction si économique et rationnelle ne se démentit pas. L’Académie elle-même sortit de sa torpeur l’après-midi du 21 juillet 177333, soit au bout d’une trentaine d’années d’assoupissement : elle entendit ce jour-là « avec plaisir » un mémoire envoyé de Lyon par M. de Jussieu et lu par Soufflot, qui toujours curieux (et parfois à l’excès) de nouveautés techniques, semble s’être fait le champion « des voûtes en plâtre et en brique posée à plat » auprès de ses collègues. La même année, Blondel signale le procédé dans ses leçons d’architecture. Cette dernière caution, fort appréciée dans l’Espagne des Lumières, autorise Benito Bails34 à tirer d’un oubli relatif l’Arte y uso de arquitectura de fray Lorenzo de San Nicolás35 et à faire précéder par de longues citations de cet auteur l’argumentation technique empruntée à Blondel36 en faveur de la bóveda tabicada. De ce que dit Bails, il ressort que le maître d’œuvre de tant d’églises madrilènes, grand praticien mais piètre théoricien, faisait non seulement de la charpente à la Philibert Delorme (cupola encamonada) mais aussi de la voûte « à la Roussillon » sans le savoir. Les lecteurs du bon frère augustin ne durent être cependant ni très nombreux ni très soucieux de promouvoir les pratiques architecturales économiques imposées par les budgets faméliques des institutions religieuses madrilènes de la deuxième moitié du XVIIe siècle. La vaine gloire eut-elle travaillé l’Académie royale de San Fernando, il était encore temps en 1744 (date de sa fondation) de réclamer pour les Castillans la paternité de la « voûte à la fray Lorenzo », puisqu’en fait c’est bien dans les écrits de ce personnage que l’on trouve pour la première fois des allusions directes et même des descriptions de ce procédé de construction ; mais, par incapacité de saisir le réel intérêt d’une pratique vernaculaire déjà pourtant sortie par son propre pouvoir de conviction des étroites limites de son lieu de naissance, les Castillans abandonnèrent aux Catalans, plus justement fondés, on le verra, à la revendiquer, la paternité de la voûte tabicada, justement dénommée, depuis la seconde moitié du XIXe siècle du moins, « voûte à la catalane » (bóveda catalana).

  • 37 B. Bails, Diccionario de arquitectura civil, p. 568.
  • 38 Claude-Jacovo Toussaint de Sens, Novísimo manual completo de arquitectura o guía del arquitecto prá (...)
  • 39 Ph. Araguas, « L’église Saint-Martin de Belchite », pp. 105-108, n. 13 ; à l’occasion de la publica (...)

48B. Bails lui assignait une origine « en la Corona de Aragon de donde pasó a Francia, en Andalucía, Murcia, etc.37. » ; Claude-Jacovo Toussaint de Sens38, dans son Novísimo manual… paru à Madrid en 1860, est plus précis encore puisque, écrit-il, « Esta clase de bóvedas usadas en España y principalmente en Valencia desde tiempos muy antiguos… ». Jusque dans les années 1930, il semble que la réflexion sur les origines de la voûte « à la catalane » en soit restée là ; les quelques articles ou les passages des ouvrages d’architecture qui font état du procédé s’attachent plus à en étudier le comportement d’un point de vue statique ou à en mesurer la résistance qu’à en déterminer la genèse. Nous avons déjà eu l’occasion d’opposer un démenti à l’opinion de J. Bassegoda i Amigo, qui cherchait à créditer Pere Blay d’un rôle majeur dans la « transició de les voltes de pedra a les de maó de pla en les esglesies de Catalunya39 ». L’illustre académicien indiquait dans son article que la voûte « de maó de pla » était cependant utilisée en Catalogne,

  • 40 J. Bassegoda i Amigó, «Transició de les voltes de pedra».

mais seulement dans les édifices particuliers ou dans les parties secondaires des édifices publics et des monuments, comme le prouve certain document, qui est conservé, par lequel on donne des ordres pour qu’il en soit construit au Palau Real Menor de Barcelone, à cause sans doute de la plus grande facilité et par conséquent de l’économie qu’offrait sa construction par comparaison à celle de pierre taillée40.

  • 41 B, Bassegoda i Amigó, Santa María del Mar (voir note 41).
  • 42 J. Bassegoda i Nonell, Reial monestir de Santa María de Pedralbes. Guia breu del monument ; Id., La(...)

49Ces observations pouvaient laisser sur leur faim les plus curieux des lecteurs des Memories de la Academia de Ciences i Arts de Barcelona ; mais d’autres membres de la dynastie des Bassegoda contribuèrent à apaiser cet appétit de connaissances à l’égard de la bóveda tabicada : B. Bassegoda i Musté, en 1957, attira l’attention sur l’aspect non spécifiquement catalan de la voûte de ce nom, brouillant un peu les pistes en faisant montre, dans ce domaine alors fortement réprimé du catalanisme, d’une modestie trop manifeste pour être sincère. Beaucoup plus riches en renseignements archéologiques, les publications de B. Bassegoda i Amigó sur Santa María del Mar en 197641 et celles de J. Bassegoda i Nonell sur les cellules de jour et la salle capitulaire de Pedralbes en 197742 restituèrent à la Catalogne restaurée dans ses prérogatives politiques et culturelles la primauté en la matière.

  • 43 T.C. Bannister, « The Roussillon Vault »
  • 44 Ibid., p. 188.

50Il est vrai qu’entre-temps l’American Society of Architectural Historians avait assuré la promotion de la voûte « à la Roussillon » auprès du public spécialisé américain43, auxyeux duquel, chacun le sait, l’Europe est une réalité culturelle au sein de laquelle les frontières des États-nations ne comptent guère… T.C. Bannister s’efforçait dans son article, bien que cela ne fût pas l’objet de son propos44, de rechercher l’origine de cette technique de voûtement ; il signalait

  • 45 Ce renseignement lui avait été fourni par J. Ainaud de Lasarte, qui vingt-quatre ans plus tard me t (...)

une lettre du roi Martin l’Humain d’Aragon au début du XVe siècle au sujet de la construction de la Chapelle royale de la cathédrale de Barcelone, dans laquelle le roi faisait l’éloge de la voûte catalane45.

  • 46 Une enquête de terrain que j’ai menée dans les années 1985-1987 n’a pas confirmé la pertinence de l (...)
  • 47 La cerámica popular, pp. 79 sqq.

51Il proposait, en note, une liste d’édifices catalans censés comporter des éléments voûtés selon la technique de la voûte « à la Roussillon ». Cette liste n’est guère fiable et, vérification faite, il ne semble pas que l’on connaisse actuellement de voûtes de ce type antérieures au XVe siècle, à une ou deux exceptions près que nous évoquerons ultérieurement. La première manifestation de ce procédé de construction se produit dans la mise en œuvre des voûtains de croisées d’ogives construites dans le premier quart du XVe siècle à Barcelone : salle capitulaire et cellules de jour de Pedralbes et salles basses de l’hôpital de la Santa Creu46 (pl. XL), soit entre 1415 et 1420, comme l’a démontré avec beaucoup de précision J. Bassegoda i Nonell47.

  • 48 Peut-être Gonzalbo Ferrando ou Ferrandez, fuster de Tolède qui, avec son collègue Mahomet moro, reç (...)

52Dans ces conditions, le texte de 1407 au sujet de la chapelle royale de Barcelone était bien la première manifestation de la technique de voûtement qui nous préoccupe. Sa formulation semblait prouver que ce procédé était déjà suffisamment connu pour que le roi, ou l’un de ses officiers, puisse l’évoquer comme une alternative naturelle à une voûte de pierre destinée à protéger un précieux travail de charpenterie mudéjare. Le 17 décembre 1407, en effet, le roi adressait à Guillem Mulet, qui assurait l’intendance des œuvres du Palau Reial Maior, un courrier au sujet du règlement des travaux en cours dans la chapelle ou tribune haute depuis laquelle le roi pouvait assister aux offices sans quitter son palais. Le roi songeait à couvrir cet espace par une charpente, vraisemblablement ornée de mouqarnas dorés, qui devait être réalisée par un certain « maestre Castella »48, lequel reçut pour ce faire quatre cent cinquante florins.

53Ayant réglé par la même lettre les modalités de rémunération des « Italiens » avec la plus extrême méticulosité, il conclut et signe la lettre. C’est un postscriptum qui renferme la référence à la « voûte-cloison » :

  • 49 Cuberta sobirana, c’est-à-dire la couverture proprement dite par opposition au couvrement.

Après avoir fait la présente il nous est venu à l’esprit qu’En Berges [le maître d’œuvre Arnau Bagues] l’autre fois nous donna conseil qu’en raison des accidents qui pourraient survenir les jours d’orage et de tonnerre qui continuellement endommagent les clochers, l’on fasse faire en couverture49 au-dessus de ladite chapelle une voûte de pierre taillée, mais il nous apparaît qu’il suffirait que l’on fît une voûte de brique ; aussi demandons-nous que lorsque l’on fera la charpente de ladite chapelle, on fasse faire au plus tôt la couverture au-dessus de trois briques [d’épaisseur] à dévers sur rue semblable au toit de tuiles actuel. Et au-dessus, pour une meilleure conservation de ladite voûte, que l’on fasse poser avec du mortier les tuiles qui y sont encore…

54La solution proposée par le roi est donc bien un comble briqueté en tout comparable à celui qui fera trois siècles et demi plus tard l’objet du mémoire du comte d’Espie. Implicitement, le procédé est donc reconnu comme sûr et, surtout, économique : le ton général de la lettre et les préoccupations de gestionnaire qui la motivent au premier chef ne laissent planer aucun doute à ce sujet. Par ailleurs, pour que la volonté du roi puisse être comprise sans plus d’explication, il faut supposer que la méthode de construction de la voûte à trois « feuilles » de brique était parfaitement maîtrisée par Arnau Bagues.

  • 50 Les voûtes a panderete signalées par Íñiguez dans l’église de Cervera de la Cañada sont en fait des (...)

55On peut donc confirmer que cette tradition constructive est anciennement enracinée en Catalogne et l’on pourrait s’attendre à trouver des « voûtes-cloisons » antérieures au XVe siècle dans ce pays si riche en édifices médiévaux ; or il n’en est rien. Prenant en compte le fait que la construction de brique est très rare dans la Catalogne médiévale et que la technique de la bóveda tabicada requiert en outre un mortier de plâtre et non de chaux, nous nous sommes efforcé de rechercher avec beaucoup d’attention dans l’Aragon voisin, où brique et plâtre abondent, les voûtes de ce type dans les édifices du XIVe siècle50. Après avoir examiné, dans la mesure de ce qu’il est possible de faire à un chercheur isolé non habilité à opérer des sondages de maçonnerie, une grande quantité de voûtes d’ogives sur l’ensemble du territoire espagnol, nous sommes en mesure d’affirmer que la bóveda tabicada est, sinon inexistante, du moins d’une extrême rareté dans les constructions antérieures au XVe siècle. Nous ne saurions guère citer en Aragon qu’un exemple de datation incertaine constituant peut-être un prototype.

56L’église Santiago de Montalbán (pl. XXI), commencée en pierre de taille dans la première moitié du XIVe siècle selon la datation proposée par G. Borrás Gualis, fut continuée en brique. Les voûtes de la nef sont construites selon la technique traditionnelle, mais nous avons pu observer que les voûtains des petites croisées d’ogives qui couvrent les galeries surmontant les chapelles entre les contreforts étaient réalisés en briques posées à plat. Reste à préciser la date de ces éléments, qui peuvent dater de la deuxième moitié du XIVe siècle et qui sont en tout cas antérieurs à 1443, date gravée sur l’enduit dans les parties supérieures de l’édifice.

57Un deuxième édifice renfermant ce type de couvrement est la cathédrale de Saragosse, dont les voûtes originelles du vaisseau central de la nef étaient des voûtes quadripartites à voûtains appareillés en briques posées à plat en double feuille (fig. 124). Nous avons, avec A. Peropadre, publié nos observations sur la cathédrale en 1989 dans le Bulletin monumental sans être en mesure alors de proposer une datation, nous contentant d’écrire qu’il fallait

  • 51 Ph. Araguas et Á. Peropadre Muniesa, « La Seo del Salvador », p. 295.

être très réservé devant la tentation d’assimiler les éléments en place à une éventuelle reconstruction menée dans les années immédiatement postérieures à 1314 par Pedro López de Luna51

58la date la plus basse envisageable étant les années 1540, puisque peu après 1550 ces voûtes furent occultées par un doublage destiné à les rendre semblables en apparence à celles construites en 1550 sur les travées ajoutées vers l’ouest à l’édifice. Entre le premier quart du XIVe s. et le milieu du XVIe siècle, la « fourchette » était large. Un élément pouvait toutefois laisser supposer que les voûtes du vaisseau central étaient postérieures au début du XVe siècle : le fait que les voûtes des collatéraux – construites au plus tôt au début du XV e siècle en fonction du parti d’église-halle décidé par les maîtres d’œuvre de Benoît XIII, ou au plus tard à la fin du XVe siècle sous l’épiscopat d’Alonso de Aragón – étaient encore construites selon la technique traditionnelle, comme le chœur daté pour sa part des années 1405-1415.

  • 52 Pierre Guibert, Claude Ney, Françoise Bechtel, Max Schvoerrer et Philippe Araguas, « Datation par t (...)

59Quoi qu’il en soit, la question paraissait difficile à résoudre et elle le restera pour ceux qui sont sceptiques devant les résultats des analyses physiques appliquées à l’archéologie. C’est en effet dans le courant de l’hiver 1992 que P. Guibert et l’équipe du Pr. Schvoerrer, du Centre de recherches en physique appliquée à l’archéologie (CRPAA) de l’université de Bordeaux III, ont réussirent à mettre au point un protocole d’analyse par thermoluminescence adapté aux échantillons de brique provenant de la Seo de Saragosse. Cette recherche, particulièrement délicate, permit d’analyser des prélèvements effectués en 1987 sur divers éléments de l’édifice ; l’étude fit l’objet de la tesi di laurea de Barbara Maria Lojacono, de l’université de Catane52. Les deux prélèvements qui nous intéressent nous donnent des dates comprises entre 1439 et 1513, avec de fortes probabilités autour de 1460-1470. Ces dates sont compatibles avec le style du décor que l’on devine à l’intrados : tout plaide en faveur d’une datation assez basse pour ces voûtes, qui de ce fait seraient postérieures à celles de Pedralbes et de l’hôpital de la Santa Creu de Barcelone.

  • 53 A. Rubió y Lluch, Documents per l’historia de la cultura catalan » mig-eva, t. II, p. 257, doc. CCL (...)

60Les monuments, sauf peut-être Montalbán, ne permettent donc pas de remonter la date de l’invention de la voûte « à la Roussillon » au-delà du XVe siècle ; un document suggère cependant qu’elle était déjà connue dans la deuxième moitié du XIVe s. Ce document, publié en 1921 par A. Rubió i Lluch53, est la copie d’une lettre envoyée sous le « sceau secret » ; on peut supposer, du fait de sa formulation, qu’elle était autographe : datée d’Algésiras du 20 juin 1382, elle ne comporte aucune formule de chancellerie et s’apparente à ce que l’on pourrait de nos jours appeler une « note de service » :

  • 54 Le merino de Saragosse, sorte d’intendant des œuvres royales de Saragosse, était particulièrement c (...)
  • 55 ACA, Reg. 1274, f° 87V° ; «Lo Rey. Merino, fem vos saber que nos havem començat de fer obrar lo rea (...)

Le Roi. Merino54, nous vous faisons savoir que nous avons commencé les travaux au palais royal de Valence et nous avons trouvé une manière de travailler avec le plâtre et la brique très profitable, très légère et peu coûteuse ; c’est pourquoi nous vous demandons que vous fassiez venir Farayg et l’un des meilleurs maîtres qui s’y trouvent [à Saragosse] afin qu’ils voient cette manière de travailler et qu’ils puissent la reproduire ici [à Algésiras ? à Valence ? à Saragosse ?], et si vous voulez, vous pouvez venir avec eux pour prendre connaissance de ladite manière de travailler et la voir de vos yeux, vous nous feriez un grand plaisir et service. Donnée à Algésiras sous notre sceau secret, le XX juin MCCCLXXXII. Le roi, Pierre55.

FIG. 54. – Aznalcóllar (Séville), chapelle du cimetière, coupole appareillée comme une voûte « à la Roussillon »

  • 56 L’ancien palais royal de Valence, qui était situé non loin de l’actuel musée des Beaux-Arts dans le (...)

61Il ne fait aucun doute que le procédé mis au point à l’occasion des travaux engagés au palais royal de Valence56 n’est autre que celui de la « voûte-cloison » qui, effectivement, ne peut être réalisée qu’en associant à la brique un liant à la fois prompt à sécher et non rétractile : le plâtre ; par ailleurs, quelle autre technique de construction nouvelle justifierait concurremment les qualificatifs « profitosa, fort espeegada e de pocha messio » ?

62Ainsi s’expliquerait le fait que la bóveda tabicada n’apparaisse pas antérieurement aux premières années du XVe siècle dans les systèmes de couvrement des édifices chrétiens ou musulmans d’Espagne : son invention ne remonterait pas au-delà de 1582. En utilisant ce terme d’invention, nous sommes bien conscients de laisser planer une certaine ambiguïté sur la signification précise du texte cité : dans le langage de l’archéologie, qui s’oppose en cela au langage commun, invention n’est pas synonyme de création d’un objet nouveau, mais de découverte d’un objet existant de plus ou moins longue date et méconnu du public auquel l’inventeur s’adresse. Car le problème subsiste de savoir si cette technique de construction « trouvée » à Valence par le maître d’œuvre du roi d’Aragon est une création de son génie artisanal, l’appropriation d’une technique déjà développée par les maçons de la région valencienne, ou bien l’application de techniques connues par le biais d’hommes de l’art transitant par le grand port du Levante.

FIG. 55. – Marrakech (Maroc), qoubba almoravide (d’après J. MEUNIE et H. TERRASSE Nouvelles recherches archéologiques à Marrakech, Paris, Arts et Métiers graphiques, 1957

FIG. 56. – Belchite (Saragosse), San Martín, chapelle latérale, appareillage d’une voûte « à la Roussillon »

63À la première hypothèse semble s’opposer une lecture attentive de la lettre. Le Roi, en effet, souhaite obtenir l’avis des maîtres de Saragosse pour savoir s’ils pouvaient la reproduire « aquí ». Ce terme désigne-t-il Saragosse, Valence ou Algésiras ? Si son emploi est régulier, Saragosse est d’emblée écartée ; Algésiras faisant alors partie du royaume de Grenade, il y a peu de chance que le roi d’Aragon puisse y entreprendre un chantier expérimental (mais il peut toutefois s’agir de constructions militaires « de campagne »). L’hypothèse la plus probable est que le mot « aquí » désigne Valence ; dans ce cas, il est vraisemblable que le terme « trobada » (trouvée) fasse référence non à une innovation, mais à la découverte d’un objet préexistant dans le palais où sont effectués les travaux.

  • 57 Les voûtains de brique des coupoles nervurées du château de Bar sont bien évidemment modernes, mais (...)

64Ce type de voûte, inconnu des maçons du roi, était-il exceptionnel ? Il faudrait, pour répondre à cette question, vérifier qu’aucun édifice de la région de Valence antérieur à 1382 n’est pourvu de voûtes de ce type, étendre cette vérification « négative » à l’ensemble de la Péninsule et des pays en liaison directe avec le grand port valencien… c’est dire l’ampleur de la tâche. Nous croyons pour notre part pouvoir déjà affirmer qu’il n’existe pas sur le territoire de l’Espagne médiévale de bóveda tabicada antérieure à 138257 ; le doute subsiste pour la petite chapelle d’Aznalcóllar (Séville, fig. 54) aujourd’hui partiellement ruinée, qui présente une coupole à pans qui semble être construite avec des briques posées à plat ; c’est là la seule manifestation précoce de cette technique dans l’autre grand pays de brique, l’Andalousie, mais en tout état de cause cet édifice ne saurait être bien antérieur à 1400. Il est donc presque certain que la voûte « trouvée » par les maçons de Pierre le Cérémonieux couvrait une salle d’un palais de Valence suffisamment ancien pour que le savoir-faire de ses constructeurs eût été oublié.

  • 58 Voir sur ce point J.-P. Adam, La construction romaine, pp. 192-194.

65Quoi que l’on ait pu écrire à ce sujet, l’origine romaine est improbable et les larges briques utilisées comme couchis que l’on trouve dans certains édifices romains58 associées à des voûtes en blocage de moellons ont peut-être inspiré la technique de la « voûte-cloison », mais jamais à notre connaissance ne furent établis dans l’Antiquité des couvrements réalisés uniquement avec des briques posées à plat, tangentiellement à la courbe de la voûte.

  • 59 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches archéologiques à Marrakech, pp. 21-37.

66La première idée qui vient à l’esprit est donc de chercher du côté musulman l’origine de ce procédé. Il semble que des « voûtes-cloisons » aient été construites à la grande mosquée seldjoukide d’Ispahan dès la fin du XIe siècle ; au début du XIIe siècle, les maçons qui édifièrent la petite qoubba almoravide de Marrakech appareillèrent selon ce procédé les voûtains délimités par les nervures entrelacées, constitués de briques de chant, de la coupole59 (fig. 55).

  • 60 En clair : existe-t-il des voûtes « à la Roussillon » antérieures à 1382 en Italie ? Je n’en connai (...)

67À côté de l’hypothèse maghrébine, la plus probable, subsiste néanmoins une hypothèse italienne qu’il conviendrait de vérifier avant de clore le dossier. Compte tenu du rôle majeur joué par Valence dans ses rapports avec l’Italie, c’est peut-être dans ce pays qu’il faudrait chercher le germe de cette pratique, qui du port valencien allait se répandre sur la péninsule Ibérique avant d’envahir l’Ancien puis le Nouveau Monde60.

  • 61 Nous n’avons pu déterminer s’il s’agit de Faraig al-Gali, maître de l’œuvre de l’Aljafería, ou de F (...)
  • 62 Ph. Araguas, « L’église Saint-Martin de Belchite » ; mais on peut citer de nombreux exemples au XVI(...)

68La lettre de Pierre le Cérémonieux nous apporte en tout cas une certitude : c’est qu’il ne faut plus chercher l’origine du procédé du côté des maçons mudéjars d’Aragon, puisque ni Farraig61, ni les maîtres qui l’entourent, qui étaient les plus réputés de Saragosse, ne le connaissaient. On constate parallèlement que le procédé fut assez long à s’imposer puisqu’au début du XVe siècle Mahoma Rami, le premier semble-t-il des maîtres maçons de Saragosse, ne l’utilise pas dans les travaux réalisés à la Seo del Salvador pour le pape Benoît XIII. Que le nombre de voûtes de ce type répertoriées au XVe siècle soit si faible est cependant assez étonnant. On doit bien entendu admettre que l’enquête est loin d’être exhaustive, puisque les voûtains et les voûtes « à la Roussillon » sont presque toujours enduits, mais tout semble indiquer que ce n’est pas avant le XIVe siècle que le procédé se répandit à partir de sa patrie d’adoption, la Catalogne. Un exemple de son emploi dans les voûtes du gothique tardif en Aragon réside dans les couvrements des chapelles latérales de l’église San Martin de Belchite62 (Saragosse, fig. 56 et pl. XV).

Notes

1 M. Gómez Moreno, « Excursión a través del arco de herradura ».

2 Cette nouvelle interprétation de ce que l’on désigne habituellement sous le nom d’art mozarabe est développée dans une série d’articles que l’on pourra consulter pour nuancer la présentation sommaire que nous faisons de ces thèses : cf. I. Bango Torviso, « La arquitectura de la décima centuria » ; ID., « El neovisigotismo artístico de los siglos IX y X » ; et Pierre Ponsich, « L’architecture préromane de Saint-Michel de Cuxa et sa véritable signification », Les cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 2,1971.Àl’encontre de ces interprétations, cf. E. Fernández Gonzalez, « El arco », pp. 271-282.

3 R. Corzo Sánchez, « Génesis y función del arco de herradura ».

4 H. Laleh, « Les arcs brisés persans ».

5 B. Pavón Maldonado, Islámico y mudéjar, p. 20 cite comme modèle possible la Puerta del Vino à l’Alhambra.

6 Arcs polylobés à sept lobes entourés de deux arcs outrepassés brisés de San Román et de Santo Tomé de Tolède dont Pavón Maldonado voit l’origine probable dans certains arcs de la Qarawiyyn de Fez (B. Pavón Maldonado, Islámico y mudéjar, p. 79). Il faut en outre tenir compte du fait que le tracé des arcs peut être modifié après la pose : selon D. Angulo Íñiguez, Arquitectura mudéjar sevillana de los siglos XIII, XIV y XV, pp. 8-9, plus d’une église présentant des arcs outrepassés fut transformée ; après 1500, on rogna la partie inférieure des arcs (Santa Maria de Sanlúcar, San Marcos de Séville).

7 Pour l’instant, rien ne prouve que dans ces deux édifices les voûtes de brique ne soient pas d’origine.

8 S. López Cuervo, Medina Az-Zahra.

9 F. Hernández Jiménez, El Alminar de Abd Al-Rahman III, pp. 134-158.

10 Le thème de la carpintería de lo blanco déborde très largement notre sujet ; un aperçu assez synthétique du problème a été fourni par Balbina Martínez Caviro, « Hacia un corpus de la carpintería de lo blanco », dans Arte. Actas del II Simposio internacional de mudejarismo (Teruel, 19-21 de noviembre 1981), Teruel, Instituto de Estudios Turolenses de la Diputación de Teruel, 1982, pp. 125-131.

11 J. H, Acland, The Gothic Vault, p. 222, cite la medressa Bibi Quasem en Iran, datée de 1340, et la mosquée Darb Imam à Ispahan, datée de 1467.

12 Ce que fait Jean-Marie Pérouse de Montclos dans le Vocabulaire de l’Architecture, Ministère des Affaires culturelles, Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, Principes d’analyse scientifique (Paris, Imprimerie Nationale, 1972), p. 102.

13 À Santa María de Daroca.

14 Il serait absurde de lui assigner une origine islamique, puisqu’on trouve ce principe de construction dans l’ensemble du Bassin méditerranéen : ce sont sans doute les cabanes de berger qui inspirèrent le dessin attribué à Léonard de Vinci (ou à Francisco di Giorgio) publié dans C. Pedretti, Léonard de Vinci architecte, p. 122.

15 F. Hernández Jiménez, El Alminar de Abd Al Rahman III, p. 70 ; B. Pavón Maldonado, Decoración geométrica, p. 393 ; Id., Islámico y mudéjar ; p. 71.

16 M.T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y León, p. 47, insiste sur le caractère totalement étranger à l’architecture islamique de ce type de couvrement.

17 Cf. infra la note de synthèse sur la province de Séville, pp. 162-175.

18 Au-delà des Pyrénées, nous ne pouvons citer comme exemple de voûte en pendentif construite en brique que celle de la salle haute de la sacristie de la cathédrale de Narbonne.

19 B. Pavón Maldonado, Islámico y mudéjar ; p. 75.

20 D. Angulo écarte la possibilité qu’il puisse s’agir d’une reconstruction (D. Angulo Íñiguez, Arquitectura mudéjar sevillana de los siglos XIII, XIV y XV, p. 61) et signale le précédent du château de San Romuald, daté des années 1312-1338.

21 La Algaba, Constantina, Utrera, Cortegana, Séville (tour de Don Fadrique), Coca, Biar, Villena, Casarrubios, Cogolludo, Doña Mencía, etc.

22 V. Lampérez Y Romea, « Iglesias españolas de ladrillo », p. 49 note l’intérêt technique de ces constructions, sans développer sa pensée à cet égard ; il signale les voûtes des chapelles de Santa Marina et de Santa Catalina de Séville comme manifestations de ce type de voûtement, qui de l’Andalousie gagna la Vieille-Castille.

23 Á. Peropadre Muniesa, En torno a Guarino Guarini.

24 Santa Cruz de Ségovie, Torres del Río, salle capitulaire de la cathédrale vieille de Salamanque, San Miguel de Almazán, Hôpital Saint-Biaise, etc.

25 Santa Marina à Séville, La Mejorada à Olmedo, chapelle de l’Asunción à Las Huelgas de Burgos, cf. M.T. Pérez Higuera, Arquitectura mudéjar en Castilla y Léon, pp. 121-132.

26 L. Torres Balbás, « Bóvedas caladas hispano-musulmanas ».

27 Ibid.

28 À Uhaidir notamment : cf. K.A.C. Creswell, Early Muslim Architecture, t. I et II.

29 Contrairement à ce que laisse entendre la tradition « académique », les techniques de construction de voûtes sans cintres sont largement développées dans le monde méditerranéen ; cf. à ce sujet H. Saalman, The Cupola of Santa Maria del Fiore, p. 95.

30 Comte d’Espie, Manière de rendre toutes sortes d’édifices incombustibles, ou traité sur la construction des voûtes, faites avec des briques et du plâtre, dites voûtes plates, et d’un toit de brique, sans charpente, appelé comble briqueté, Paris, Duchesne, 1754 ; pour la bibliographie technique, cf. G.R. Collins, « The Transfer of Thin Masonry Vaulting », appendices I et II, ainsi que Ph. Araguas, « L’église Saint-Martin de Belchite », notamment pp. 103-109.

31 Procès-verbaux de l’Académie royale d’Architecture (1671-1793), publiés pour la Société de l’Histoire de l’Art français sous les auspices de l’Académie des Beaux-Arts, par Henry Lemonnier, Paris, Armand Colin, 1929, t. VI, pp. 74-82.

32 Ibid.

33 Ibid., t. VIII, p. 309.

34 Benito Bails, Diccionario de arquitectura civil, 1783, pp.567-583.

35 Fr. Laurencio de San Nicolás, Arte y uso de arquitectura, Madrid (2e éd.), 1667, t. 1, pp. 175 sqq. (édition originale, Madrid, 1639 et 1664 ; rééd. Valence, Albatros, coll. « Juan de Herrera » [9], 1989).

36 Jacques-François Blondel, Cours d’architecture, ou traité de la décoration, distribution et construction des bâtiments contenant les leçons données en 1750 et les années suivantes, Paris, Dessaint, 1771-1777, t. VI, p. 84.

37 B. Bails, Diccionario de arquitectura civil, p. 568.

38 Claude-Jacovo Toussaint de Sens, Novísimo manual completo de arquitectura o guía del arquitecto práctico, Madrid, 1860, IIe partie, chap. III, art. II, § 2, n° 335, pp. 210 sqq.

39 Ph. Araguas, « L’église Saint-Martin de Belchite », pp. 105-108, n. 13 ; à l’occasion de la publication de cet article, je reçus une lettre du professeur Juan Bassegoda Nonell me signalant deux erreurs de références dans les notes 8 et 12 de cet article : note 8, l’ouvrage Bóvedas tabicadas (Madrid, Instituto E.Torroja, 1957) est de Bonaventura Bassegoda i Musté (et non de Joaquim Bassegoda i Amigo) ; note 12, le livre sur Santa María del Mar (Santa María del Mar, Barcelone, Técnicos Asociados, 1976) est de Bonaventura Bassegoda i Amigó (et non de Bonaventura Bassegoda i Musté).

40 J. Bassegoda i Amigó, «Transició de les voltes de pedra».

41 B, Bassegoda i Amigó, Santa María del Mar (voir note 41).

42 J. Bassegoda i Nonell, Reial monestir de Santa María de Pedralbes. Guia breu del monument ; Id., La cerámica popular, 1977, pp. 126-127 (bibliographie sur la bóveda tabicada).

43 T.C. Bannister, « The Roussillon Vault »

44 Ibid., p. 188.

45 Ce renseignement lui avait été fourni par J. Ainaud de Lasarte, qui vingt-quatre ans plus tard me transmit avec une extrême courtoisie la transcription du document dont la référence avait été entretemps donnée par J, Bassegoda i Nonell, La cerámica popular, p. 126.

46 Une enquête de terrain que j’ai menée dans les années 1985-1987 n’a pas confirmé la pertinence de la plupart des exemples – cités, de l’aveu même de l’auteur, de seconde main. Les exemples, apparemment pertinents à l’exception de l’hôpital de la Santa Creu et de Pedralbes, font référence soit à des parties d’édifices réaménagées dans la deuxième moitié du XVe siècle ou au-delà (escalier du prieurà Poblet), soit à des éléments trop restaurés pour être pris en compte (Seo de Lérida).

47 La cerámica popular, pp. 79 sqq.

48 Peut-être Gonzalbo Ferrando ou Ferrandez, fuster de Tolède qui, avec son collègue Mahomet moro, reçut en 1405 une provision pour un ouvrage de charpente au Palau Reial Maior ; le même Gonzalbo est mentionné avec un certain maître Ali cette fois, lui aussi flirter de Tolède, pour des travaux à l’Aljafería de Saragosse en 1399 (A. Rubió y Lluch, Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, t. II, doc. CCCXCI, p. 375).

49 Cuberta sobirana, c’est-à-dire la couverture proprement dite par opposition au couvrement.

50 Les voûtes a panderete signalées par Íñiguez dans l’église de Cervera de la Cañada sont en fait des voûtes traditionnelles dont les briques sont posées de chant ; voir Francisco Íñiguez Almech, « Arquitectura mudéjar aragonesa. Iglesia parroquial de Santa Tecla de Cervera de la Cañada (Zaragoza) », Archivo Español de Arte y Arqueología 16(1), 1930, pp. 57-63.

51 Ph. Araguas et Á. Peropadre Muniesa, « La Seo del Salvador », p. 295.

52 Pierre Guibert, Claude Ney, Françoise Bechtel, Max Schvoerrer et Philippe Araguas, « Datation par thermoluminescence d’éléments architecturaux en terre cuite de la Seo del Salvador, cathédrale de Saragosse (Espagne) », Revue d’archéométrie, 22,1998, pp. 125-128.

53 A. Rubió y Lluch, Documents per l’historia de la cultura catalan » mig-eva, t. II, p. 257, doc. CCLXV.

54 Le merino de Saragosse, sorte d’intendant des œuvres royales de Saragosse, était particulièrement chargé des œuvres de l’Aljafería dont le maître d’œuvre était alors Faraig el Gali, bien connu par ailleurs pour ses travaux à la Seo del Salvador.

55 ACA, Reg. 1274, f° 87V° ; «Lo Rey. Merino, fem vos saber que nos havem començat de fer obrar lo real de Valencia e havem trobada una obra de guix e de rejola fort profitosa, fort espeegada e de pocha messio, per que us manam que façats venir Farayg e un dels millors maestres que y sien per tal que vegen aquesta obra com se fa e que semblant la puscats fer aqui, e si vos voliets e podiets venir ab ells per regonexer la dita obra e veure la a ull, fariets nos en gran plaer e servey. Dada en Algezira sots nostre segell secret a XX de Juny del any MCCCLXXXII Rex Petrus.»

56 L’ancien palais royal de Valence, qui était situé non loin de l’actuel musée des Beaux-Arts dans les Jardines del Real, a été complètement rasé au début du XIXe siècle. En 1986, des fouilles y furent menées par Vicente Lerma, du service archéologique municipal. Elles mirent à jour un grand égout collecteur, la porte d’entrée gothique avec des loggias attenantes et un patio avec un pavement de céramique et un petit bassin. Je remercie vivement mon collègue et ami François Amigues de m’avoir apporté ces informations.

57 Les voûtains de brique des coupoles nervurées du château de Bar sont bien évidemment modernes, mais il possible que les voûtains des voûtes d’ogives du chevet de l’église paroissiale du Salvador de Burriana (Castellón de la Plana) soient une manifestation encore plus précoce de cette technique ; c’est du moins ce que suggère la lecture du Catálogo de Monumentos y Conjuntos de la Comunidad Valenciana, pp. 249-259. Nous n’avons pu vérifier la nature exacte de ce couvrement.

58 Voir sur ce point J.-P. Adam, La construction romaine, pp. 192-194.

59 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches archéologiques à Marrakech, pp. 21-37.

60 En clair : existe-t-il des voûtes « à la Roussillon » antérieures à 1382 en Italie ? Je n’en connais pas, mais je n’ai opéré dans ce domaine que des sondages superficiels.

61 Nous n’avons pu déterminer s’il s’agit de Faraig al-Gali, maître de l’œuvre de l’Aljafería, ou de Farays Allabar, qui en 1382 reçoit avec Abrahim de Pina une certaine somme pour les travaux effectués à l’Aljafería (cf. José Madurell Marimón, « La Aljafería Real de Zaragoza, notas para su historia », Hispania, 21[81 |, 1961, pp. 495-548) ; il est possible que ces deux noms se rapportent au même personnage.

62 Ph. Araguas, « L’église Saint-Martin de Belchite » ; mais on peut citer de nombreux exemples au XVIe siècle dans la province de Saragosse : Mainar, Maluenda, Mallén, Paniza, Pinseque, Muniesa, Monzalbarba, etc.

Table des illustrations

Légende FIG. 21. – Oviedo, San Julián de los Prados, chevet
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 22. – Pozo de Guadalajara (Guadalajara), église, porte couverte d’un arc outrepassé
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 23. – Guadalajara, Santa María la Mayor, porte couverte d’un arc outrepassé brisé (d’après B. PAVÓN MALDONADO, Guadalajara medieval. Arte y arqueología árabe y mudéjar, Madrid, Instituto de Estudios Árabes « Miguel Asín », 1984, p. 37). Droits réservés
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende FIG. 24. – Maluenda (Saragosse), Santa Justa y Rufina, façade, arcature du deuxième niveau, appareil rayonnant
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende FIG. 25. – Tolède, Santa Úrsula, chevet
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende FIG. 26. – Séville, Santa Marina, baie, mur nord
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende FIG. 27. – Bande (Orense), Santa Comba, avant-chœur
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende FIG. 28. – Tordesillas (Valladolid), couvent de Santa Clara (ancien palais de Leonor de Guzmán), bains, plan et coupe (d’après L. TORRES BALBÁS, « El baño de Leonor de Guzmán en el palacio de Tordesillas », Al-Andalus, 24, 1959, pp. 409-425). Droits réservés
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende FIG. 29. – Renedo de la Vega (Palencia), Santa María de la Vega, voûte en cul-de-four nervée
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende FIG. 30. – Maluenda (Saragosse), San Miguel, nervures d’ogives
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende FIG. 31. – Villalba del Alcor (Huelva), San Bartolomé, voûte en auge
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende FIG. 32. – Belchite (Saragosse), San Martín, couvrement d’escalier
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 33. – Ateca (Saragosse), tour de l’église Santa María (structure « en minaret »), plan et coupe (d’après G. BORRÁS GUALIS, Arte mudéjar aragonés [3 vol.], Saragosse, Caja de Ahorros y Monte de Piedad de Zaragoza, Aragón y Rioja - Colegio Oficial de Arquitectos Técnicos y Aparejadores de Zaragoza, Saragosse, 1985, t. I, fig. 33, p. 262). Droits réservés
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende FIG. 34. – Albuquerque (Badajoz), château, voûte en encorbellement (cliché : E. Cooper)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende FIG. 35. – Villalba del Alcor (Huelva), église San Bartolomé, coupole à trompes appareillées comme des voûtes d’arêtes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende FIG. 36. – Belchite (Saragosse), San Martín, voûte conique formant flèche à extrados en couverture
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende FIG. 37. – La Algaba (Séville),Torre de los Guzmanes, voûte en pendentif
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende FIG. 38. – Benacazón (Séville), chapelle de Castilleja de Talhara, plan (d’après J. HERNÁNDEZ DÍAZ, A. SANCHO CORBACHO et F. COLLANTES DE TERÁN, Catálogo arqueológico y artístico de la provincia de Sevilla [4 vol.], Séville, Servicio de Defensa del Patrimonio Artístico Nacional, 1939-1955, t. I)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende FIG. 39. – Almonaster la Real (Huelva), ancienne mosquée, couvrement de l’abside mudéjare
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 40. – Lebrija (Séville), église collégiale, coupole à côtes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 41. – Palma del Río (Cordoue), porte de ville, voûtains appareillés comme une voûte à côtes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende FIG. 42. – Lebrija (Séville), église collégiale, coupole à entrelacs décoratifs
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 43. – Villena (Alicante), château, retombées des arcs entrecroisés de la coupole
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIG. 44. – Saragosse, Seo del Salvador, cimborrio, arcs d’appui du deuxième tambour
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende FIG. 45. – Tlemcen (Algérie), mosquée. A : dalle de plâtre ajouré ; B : nervure de brique (dessin d’après G. MARÇAIS, Manuel d’art musulman [2 vol.], Paris, Picard, 1926-1927, t. I, fig. 175, p. 319)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende FIG. 46 – Appareillage radial
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende FIG. 47. – Renedo de la Vega (Palencia), Santa María de La Vega, appareillage radial
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende FIG. 48. —Appareillage tangentiel
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 49. – Castelo de Vide (Portugal, Portalegre), château, appareillage tangentiel
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende FIG. 50. – Montalbán (Tolède), château, voûte en arc-de-cloître
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende FIG. 51. – Appareillage des voûtains : a) parallèle au formeret ; b) perpendiculaire au formeret
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende FIG. 52. – Valence, cathédrale, nef, appareillage des voûtains
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende FIG. 53. – Calzada de Calatrava (Ciudad Real), église du château de Calatrava la Nueva (Sagrado Convento), voûtement de la nef, appareillage « en nid d’abeilles »
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende FIG. 54. – Aznalcóllar (Séville), chapelle du cimetière, coupole appareillée comme une voûte « à la Roussillon »
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende FIG. 55. – Marrakech (Maroc), qoubba almoravide (d’après J. MEUNIE et H. TERRASSE Nouvelles recherches archéologiques à Marrakech, Paris, Arts et Métiers graphiques, 1957
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende FIG. 56. – Belchite (Saragosse), San Martín, chapelle latérale, appareillage d’une voûte « à la Roussillon »
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2796/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search