Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Deuxième partie. La mise en œuvre

Chapitre IV

Maçonneries murales

Texte intégral

  • 1 Fernando Casinello Pérez, El ladrillo y sus fábricas, Madrid, Instituto Eduardo Torroja, 1972, et I (...)

1La mise en œuvre des briques dans les maçonneries murales et dans les voûtes présente un très grand nombre de possibilités théoriques dont les manuels modernes déclinent les variations. C’est ainsi que Casinello1 a pu dresser un catalogue vaste et bien ordonné des possibilités d’appareillage de la brique en revêtement et en gros-œuvre, dans les murs et les éléments de couvrement : à plat, en carreau, en boutisse, de chant, anglais, anglais en croix ou belge, flamand ou gothique, hollandais, pour les murs ; droit, en concrétion, byzantin, byzantin droit, byzantin oblique, byzantin conique, diagonal, en berceau oblique, en berceau rampant, annulaire, byzantin annulaire, à arcs de décharge, incliné, etc., pour les voûtes et les coupoles.

2À ces considérations sur l’agencement des briques dans les maçonneries, il convient de rajouter celles qui ont trait à la dimension et à la présentation en parement des joints de mortier : creux, rubanné, démaigri, beurré, biseauté supérieur ou en chanfrein, etc.

  • 2 Et romaines, sans aucun doute, cf. J.-P. Adam, La construction romaine, p. 158 : « La typologie des (...)

3Parmi les multiples figures permises par la combinaison de ces caractères, seules quelques-unes paraissent pertinentes pour rendre compte des maçonneries médiévales2 tant il est vrai que dans la très grande majorité des cas l’agencement des briques en appareil de revêtement paraît aléatoire et l’aspect extérieur des joints trop dégradé ou trop restauré pour pouvoir être pris en compte. On peut néanmoins tâcher de dégager quelques grandes constantes.

Murs de brique

  • 3 Compte tenu de l’impossibilité de sonder les maçonneries, il nous est impossible de raisonner dans (...)
  • 4 M. Valdés Fernández, Arquitectura mudéjaren León y Castilla, p. 60 : les tours sont généralement su (...)

4Assez rares sont les édifices dont les murs sont en brique sur toute leur épaisseur3 ; on peut considérer que ce type de maçonnerie murale, qui apparaît dès l’époque almohade au petit minaret de Bollullos de la Mitación (Séville) est réservé à la construction des étages supérieurs des tours4 et à l’architecture civile : rappelons à cet égard le texte d’Ibn ‘Abdun sur la Séville almohade, qui précise que « les briques doivent avoir l’épaisseur du mur à construire » ; il est vraisemblable que ce passage fait allusion à la brique crue, la plus couramment utilisée dans la construction des maisons urbaines.

5C’est en Aragon qu’à la fin du XIVe s. ou au début du XVe siècle on en vint à utiliser la brique dans toute l’épaisseur des maçonneries pour les églises et les monuments de quelque importance : cette pratique y était vraisemblablement permise par la robustesse du matériau, issue de l’assemblage de la brique et du plâtre, et par la légèreté des voûtes d’ogives construites ainsi (fig. 30). Partout ailleurs, que ce soit à Tolède, en Vieille-Castille, en León ou en Andalousie, la construction de murs en brique sur toute leur épaisseur est tout à fait exceptionnelle : chaque fois que nous avons pu effectuer une vérification, la fourrure entre deux parements de brique associe moellons, fragments de brique, galets et mortier dans des proportions variables.

Murs parementés de brique (annexe IV, pp. 383 sqq.)

6En appareil de revêtement, la brique est employée souvent en parement intérieur et extérieur des murs. Il peut arriver, comme à l’Ermita del Santo à Tosos (Saragosse, pl. XIX et XX) ou à San Martín de Valdilecha (Madrid), que seul l’intérieur soit parementé, mais plus fréquemment, quand un seul appareil de revêtement est en brique, c’est sur la face extérieure du mur ; c’est le cas à San Gil de Guadalajara (fig. 100), mais l’on peut déduire des quelques cas observables des règles générales, puisque les parements intérieurs étaient (et demeurent) très fréquemment enduits.

  • 5 Bien entendu, ce mode d’appareillage n’est pas systématique et les exceptions sont nombreuses, cf. (...)
  • 6 À Santa Catalina de Séville et à San Juan de la Cuesta de Daroca, les briques en boutisses correspo (...)

7L’agencement des briques en parement est le plus souvent aléatoire, mais on peut considérer que dans les régions où la brique est fréquemment utilisée en appareil de revêtement, des constantes peuvent apparaître ; en Andalousie (annexe V, pp. 387 sqq.), l’appareillage est le plus souvent alterné par assises : une rangée de briques en carreaux alterne avec une rangée en boutisses ; en Aragon (cf. ibid.), l’alternance joue dans la même assise, où se succèdent briques en carreaux et briques en boutisses5. En Vieille-Castille et en León, les revêtements de brique étant soumis aux jeux de ressauts des arcades, les briques sont fréquemment placées en boutisses pour dessiner les ressauts des arcs, et en carreaux ou en boutisses pour parementer le fond des niches, selon la largeur de celles-ci. Dans les châteaux de la fin du XVe siècle, enfin, il semble que, dans les tours, les appareils en boutisses eurent la préférence des maîtres d’œuvre, mais il ne semble pas que l’on puisse tirer des règles générales de l’observation des édifices, si ce n’est celle d’un certain pragmatisme qui permet au maître d’œuvre du château de Coca et, sans doute, de l’église de Castronuevo (Rivilla de Barajas, Ávila) de varier les types d’appareillage non seulement d’un édifice à l’autre, mais aussi d’une partie d’édifice à l’autre6.

FIG. 17. – Benacazón (Séville), chapelle de Castilleja de Talhara, béton banché et arases de briques

FIG. 18. – Benacazón (Séville), chapelle de Castilleja de Talhara, flanc sud de la nef

  • 7 Nous n’avons pas trouvé, dans les édifices étudiés, d’alignements de joints verticaux correspondant (...)

8Dans presque tous les cas le principe de l’appareillage « plein sur joint » est respecté : quand on constate un alignement vertical de joints, il s’agit généralement d’une reprise7 ; la seule exception réside dans certains parements de fonds de niches dans les édifices à décor d’arcature.

  • 8 A. Sanmiguel Mateo, « Sobre el empleo del opus spicatum ».
  • 9 Les origines islamiques ont été suggérées par Sanmiguel Mateo ; les influences lombardes pourraient (...)

9Un appareillage qui suscite un intérêt quelque peu excessif de la part des archéologues est l’opus spicatum. Ce motif peut être observé tant en Castille (San Martín d’Arévalo, La Peregrina et San Lorenzo de Sahagún) qu’en Aragon (Ateca, Maluenda, Belmonte, Alagón) selon des variations plus aléatoires que subtiles. Il n’est pas indispensable de rechercher les modèles de ces formules en Iran, en Sicile ou en Yougoslavie8 pour en justifier la genèse : il s’agit là d’une modalité de construction très largement répandue et dont l’étude relève davantage de l’anthropologie que de l’histoire de l’architecture. Nous ne voyons aucune raison de rattacher cette pratique à une quelconque influence islamique ou lombarde9.

10Cette particularité d’appareil, à vrai dire plus décorative que structurelle, est presque systématiquement associée aux églises romanes de brique en Vieille-Castille et León. À Vega de Santa María ou à Órbita (Ávila, pl. XXXII), l’appareil de briques de chant se substitue à tout autre élément décoratif ; à Tolède, il est généralement associé à des bandeaux en ressaut ; en Andalousie et en Aragon il est assez rarement mis en œuvre.

FIG. 19. – Séville, San Marcos, façade ouest

Appareil mixte

11L’appareil mixte, dans lequel la brique n’apparaît qu’en arases, en chaînes verticales ou pour harper les angles des murs, est extrêmement répandu en Andalousie et en Castille.

  • 10 A. Marín Fidalgo, Arquitectura gótica del sur de Huelva, p. 95, citant l’exemple de Trigueros.

12En Andalousie, le béton, souvent associé à la brique, constitue le matériau de base d’une immense majorité de constructions jusqu’à l’époque moderne (annexe VI, pp. 391 sqq.) : l’enduit, toujours présent et présentant parfois une épaisseur de plusieurs centimètres, rend impossible toute observation systématique. On peut cependant, sans grand risque d’erreur, considérer comme représentative des constructions andalouses la petite chapelle ruinée de Castilleja de Talhara à Benacazón dans la province de Séville (fig. 17-18) : les chaînes harpées sont entièrement construites en brique, les arases sont établies sur toute la profondeur de la maçonnerie, les encadrements des baies et les piliers de la nef sont en briques, certaines pièces sont moulurées, mais l’essentiel de la maçonnerie est un béton banché extrêmement résistant, de près d’un mètre d’épaisseur, parfois « armé » de pièces de bois censées assurer une meilleure liaison entre la fourrure et les appareils de revêtement, quand ils existent10.

FIG. 20, – Alalpardo (Madrid), San Cristóbal, tour, appareil « tolédan »

13L’association de la brique avec la pierre de taille (annexe VII, pp. 393 sqq.) est aussi extrêmement fréquente 5 elle peut être le résultat d’un changement de matériau en cours de construction, comme à San Juan de Daroca (Saragosse, fig. 91), à San Tirso de Sahagun (Léon, fig. 123) ou à San Pedro de las Dueñas (León, fig. 117). Le cas de San Andrés de Cuéllar (Ségovie, pl. XXXV), où un portail en pierre de taille est enchâssé dans une façade en brique à angles harpés de pierre, rejoint ceux des églises sévillanes comme Santa Ana, San Marcos (fig. 19) ou Santa Marina ; dans ces édifices, les portails sont soit des remplois, soit des survivances d’une manière de construire archaïque mais suffisamment séduisante pour résister à l’engouement suscité par une mode architecturale nouvelle.

  • 11 Voir pp. 203-215.

14En Castille et en Estrémadure, l’appareil mixte le plus fréquemment employé combine la brique et le granité, sous forme de pierre de taille ou de moellons ; il donne lieu à la mise au point d’un topique architectural qui a reçu le nom d’« appareil tolédan » (fig. 20) en raison de son emploi systématique et permanent depuis le XIe siècle au moins dans l’ancienne capitale du royaume wisigothique ; c’est à la note de synthèse sur l’architecture de cette province que nous renvoyons11 pour une étude plus détaillée de cet appareil, mais la cartographie de ce type de mise en œuvre suffit à indiquer qu’elle est loin d’être limitée à la région de Tolède (annexe VIII, pp. 395 sqq., carte 16), même si l’on s’efforce de faire la part entre l’« appareil tolédan », fortement structuré par les chaînes harpées, et les arases de la simple combinaison de la brique et de la maçonnerie de moellons (annexe VIII, carte 17).

15Dans presque toutes les régions, le moellon est associé à la brique de manière courante ; il est le plus souvent masqué par un enduit épais, aussi n’a-t-il pas été possible de vérifier systématiquement cette donnée ; mais on peut considérer que partout ailleurs où aucun autre matériau associé n’est signalé dans les cartes, c’est le moellon qui constitue l’essentiel des maçonneries murales.

Notes

1 Fernando Casinello Pérez, El ladrillo y sus fábricas, Madrid, Instituto Eduardo Torroja, 1972, et Id., Bóvedas y cúpulas de ladrillo, Madrid, Patronato Juan de la Cierva, 1962.

2 Et romaines, sans aucun doute, cf. J.-P. Adam, La construction romaine, p. 158 : « La typologie des parements de brique ne connaît aucune fantaisie, et les variations au long des siècles ne concernent que les dimensions et les formes du matériau, la qualité de la fabrication et le soin de la mise en œuvre. »

3 Compte tenu de l’impossibilité de sonder les maçonneries, il nous est impossible de raisonner dans ce domaine autrement que par extrapolation.

4 M. Valdés Fernández, Arquitectura mudéjaren León y Castilla, p. 60 : les tours sont généralement sur la travée droite du chœur, la seule dont les murs sont assez épais puisque préparés à recevoir un voûtement ; ils peuvent très bien recevoir des constructions relativement légères dont les murs ont une épaisseur souvent inférieure à 45 cm.

5 Bien entendu, ce mode d’appareillage n’est pas systématique et les exceptions sont nombreuses, cf. par exemple l’appareillage de la tour d’Ateca (analysé par G.M. Borrás Gualis, « La torre mudéjar de Santa María de Ateca », p. 494), ou encore l’appareil exclusivement en carreaux à Teruel au XIIIe siècle (M. Navarro Arando, « La arquitectura cristiana mudéjar de Teruel »).

6 À Santa Catalina de Séville et à San Juan de la Cuesta de Daroca, les briques en boutisses correspondent vraisemblablement à une restauration ou reconstruction moderne (XVIIe - XIXe s. ?).

7 Nous n’avons pas trouvé, dans les édifices étudiés, d’alignements de joints verticaux correspondant à des « lignes de discontinuité » destinées à assurer un certain compartimentage du bâti qui permettait d’éviter la fissuration de trop grands ensembles ; c’est une pratique suivie parfois par les maçons languedociens, soulignée par G. Astre, « Pierre et brique », p. 209.

8 A. Sanmiguel Mateo, « Sobre el empleo del opus spicatum ».

9 Les origines islamiques ont été suggérées par Sanmiguel Mateo ; les influences lombardes pourraient l’être sans plus de pertinence, cf. A. Kingsley Porter, Lombard Architecture.

10 A. Marín Fidalgo, Arquitectura gótica del sur de Huelva, p. 95, citant l’exemple de Trigueros.

11 Voir pp. 203-215.

Table des illustrations

Légende FIG. 17. – Benacazón (Séville), chapelle de Castilleja de Talhara, béton banché et arases de briques
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIG. 18. – Benacazón (Séville), chapelle de Castilleja de Talhara, flanc sud de la nef
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2795/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 19. – Séville, San Marcos, façade ouest
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2795/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende FIG. 20, – Alalpardo (Madrid), San Cristóbal, tour, appareil « tolédan »
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2795/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search