Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Première partie. Le matériau

Chapitre II

Formes et dimensions

Texte intégral

  • 1 A. Kingsley Porter, Lombard Architecture, pp. 118 et 137, fait mention, à San Ambrogio et à San Vin (...)

1La production artisanale ou semi-industrielle de la brique a pour conséquence une certaine homogénéité du matériau découlant de l’emploi de moules identiques et en nombre réduit pour une unité de production donnée1.

2Les traités d’architecture mais aussi les études historiques insistent cependant, non sans excès, sur une illusoire conformité du matériau à un modèle (un module) donné. En fait, nous pouvons constater qu’à certaines époques il y a loin de la théorie à la pratique, d’autant plus que la cuisson introduit des distorsions assez importantes dans les dimensions du matériau : le séchage des produits céramiques réduit leurs dimensions d’une manière d’autant plus hétérogène que le procédé est plus artisanal. En outre, durant la cuisson se produit une série de transformations chimiques qui, pour ce qui est des dimensions, s’accompagne d’un ensemble de phénomènes de dilatation-contraction qui ne peuvent non plus être prévus dans leur totalité par le fabricant. Ceci justifie que, même de nos jours, on admette des variations des mesures des pièces par rapport à leur dimension théorique. La Norma Básica de la Edificación NBE-MV 201-1972 permet, pour des briques de premier choix, des variations par rapport aux dimensions théoriques de +/-4 mm en longueur, +/-3 mm en largeur et +/- 2 mm en épaisseur, alors que pour des pièces de troisième catégorie les tolérances vont jusqu’à 8,6 et 3 mm respectivement. Si l’on considère que cette norme est conçue pour un procédé de fabrication hautement industrialisé, nous pouvons penser qu’au Bas Moyen Âge de telles tolérances auraient été largement dépassées. On peut prendre la mesure de ces variations en effectuant des mesures ponctuelles sur les édifices mudéjars tolédans par exemple : on y observe des fluctuations dans les dimensions des briques qui sont le plus souvent explicables par ces problèmes de fabrication, même si parfois on ne peut écarter l’hypothèse d’un remploi de matériaux plus anciens.

Brique romaine

  • 2 Vitruve, Les dix livres d’architecture, liv. II, chap. III, pp. 34 sqq.
  • 3 Voir la mise au point définitive de F. Coarelli, « L’inizio del opus testaceum a Roma ».
  • 4 Pline, Histoire naturelle, XXX, 70.
  • 5 L. B. Alberti, De re aedificatoria, t. I, liv. II, chap. x ; Filarète, Trattato di architettura, p. (...)
  • 6 J.-P. Adam, La construction romaine, pp. 157-159.

3Pour Vitruve2, qui, faut-il le préciser, ne semble faire allusion qu’à la brique crue3, et Pline4, suivis de la plupart des auteurs qui se sont penchés sur la question5, les constructeurs romains auraient utilisé trois types de briques : la « lydienne », longue d’un pied et large d’un demi pied (29,6 cm x 14,8 cm), le « tetradoron » ou « quatre palmes », c’est-à-dire un pied carré (29,6 cm x 29,6 cm), et le « pentadoron » ou « cinq palmes » (37 cm x 37 cm). Ces briques étaient susceptibles d’être fractionnées de manière à fournir des petites briques triangulaires, aisées à mettre en œuvre en parement6.

  • 7 L. B. Alberti, De re aedificatoria, t. I, liv. II, chap. x, p. 148.
  • 8 G. Lugli, La tecnica edilizia romana, chap. iv, part. I.
  • 9 Observations recoupées parcelles d’A Bouet, Les matériaux de construction en terre cuite dans les t (...)

4La réalité, telle qu’elle peut être observée tant en Italie qu’en Espagne, est bien éloignée de ce modèle théorique : Alberti7 avait déjà remarqué que les briques utilisées par les anciens étaient plus grandes dans les édifices publics, et que dans de nombreux monuments se trouvaient des types de briques de dimensions diverses et d’usages multiples ; Lugli8 a dénombré en Italie quantité de briques dont les dimensions sont infiniment variées9.

  • 10 Catálogo artίstico y monumental de la provincia de Córdoba, par D. Ortiz Juárez et alii, t. II, p. (...)
  • 11 L. Roldán Gómez, « Técnica edilicia en Itálica » ; et ID., « El opus testaceum en Itálica ».

5Pour l’Espagne, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’y a guère d’homogénéité : des grandes briques épaisses de 10 cm et longues de 50 cm des citernes romaines ou islamiques de Carcabuey10 à celles du théâtre d’Itálica (29 cm x 21 cm x 5,5 cm)11, la différence est grande ; par ailleurs, dans le même site d’Itálica et à la même époque, les briques utilisées peuvent être de dimensions fort diverses, à tel point que l’on a pu penser à une production de briques très artisanale et, pour ainsi dire, « au coup par coup » :

  • 12 L. Roldán Gómez, « Técnica edilicia en Itálica », p. 97.

Las diferencias en el material latericio, longitud, grosor, anchura, color, de unos tramos a otros se podría achacar a la existencia de bornos pequeños en los lugares de trabajo […] serían exclusivamente para este obra y utiltzarίan arcillas locales12.

  • 13 J. Lostal, « Arqueología en Aragón romano ».
  • 14 M. Ponsich, Implantation rurale antique.
  • 15 Le rapport est le même dans la région toulousaine, cf. Louis Latour, communication au colloque « Le (...)

6Ni en Aragon13, ni en Andalousie14, régions où la brique romaine est relativement abondante, la prospection n’a permis de déterminer des modèles de briques semblant répondre à une quelconque préoccupation normative : tout au plus peut-on déduire de la masse de données fournies par les archéologues que les briques romaines de la péninsule Ibérique s’inscrivent dans un système de proportions largeur/longueur (l/L) plus proche de 2/3 que de 1/215 et que les briques carrées décrites par les traités sont loin d’être les seules à être utilisées (fig. 5 et annexe II, pp. 369 sqq.).

Brique du Haut Moyen Âge

  • 16 L. Torres Balbás, « Bóvedas romanas ».
  • 17 M. Fincker,« Les briques claveaux » ; et A, Bouet, Les matériaux de construction en terre cuite dan (...)
  • 18 Fernando Fernández Gómez, Diego Oliva Alonso et Miguel Puya García de Leaniz, « La necrópolis tardo (...)

7La rareté de la brique dans les édifices du Haut Moyen Âge en Espagne va de pair avec la difficulté de déterminer s’il s’agit effectivement de briques contemporaines des édifices dans lesquels elles sont employées ou si les éléments de terre cuite trouvés dans les maçonneries sont des remplois d’origine romaine : c’est le cas en particulier des grandes briques utilisées dans le couvrement de la croisée de l’église Santa Comba de Bande, dans la province d’Orense16 (fig. 6), et de celles qui constituaient une partie de la voûte en berceau de la nef de San Pedro de la Nave (province de Zamora) avant sa reconstruction. La même incertitude plane sur les curieuses briques trapézoïdales de la tombe wisigothique remontée dans le musée de Tolède : celles-ci pourraient fort bien être des briques romaines destinées dans un premier temps à la construction de gaines de maçonnerie pour les thermes17. Des briques un peu différentes, de dimensions diverses, certaines munies de tenons, ont ainsi été remployées dans la nécropole romaine tardive et wisigothique de Las Huertas à Pedrera (Séville)18.

  • 19 M. Fernández Mier et J.A. Quirós Castillo, « La evolución de las técnicas constructivas en Asturias (...)

8Dans l’architecture asturienne, des briques de grandes dimensions sont souvent employées pour les arcs et les voûtes ; à la basilique San Julián de los Prados de Santullano (Oviedo) ou à San Adriano de Tuñón, Santa María de Gobiendes (fig. 7), San Pedro de Nora, pour ne citer que ces exemples, la régularité de l’appareil de brique dans les arcs est très proche de celle que l’on constate dans les plus soignées des constructions de l’époque romaine mais, sauf exception, il semble bien que l’on soit là en présence de briques fabriquées sur place dans des fours éphémères et non de matériau de réemploi19.

FIG. 5. – Briques romaines (villa de La Olmeda, Saldaña, Palencia)

FIG. 6. – Santa Comba de Bande (Orense), croisée du transept, voûte d’arêtes de brique

FIG. 7. – Gobiendes (Oviedo), église Santa María, retombée des grandes arcades de la nef

FIG. 8. – Cordoue, Grande Mosquée, couvrement de la porte de San Esteban

Brique de l’espagne islamique

  • 20 S. López Cuervo, Medina Az-Zahra, p. 57.
  • 21 B. Pavón Maldonado, Islámico y mudéjar, p. 75 ; S. López Cuervo, Medina az-Zabra, p. 57.

9Contrairement aux idées couramment admises, la brique est à l’époque émirale et califale d’un emploi assez rare dans l’architecture. Les arcs de brique et pierre de la mosquée de Cordoue (fig. 8) ne font appel à ce matériau que pour sa valeur décorative : dans la partie de la mosquée correspondant à l’agrandissement d’Al-Hakam, elle constitue un simple placage de faible épaisseur, dans celle correspondant à l’agrandissement d’Al-Mansour, c’est à un décor peint imitant la brique que nous avons affaire, comme à la porte d’entrée du château de Gormaz qui, contrairement aux arcs de la mosquée de Cordoue, ne peut être suspecte de restaurations. C’est à Madînat al-Zahrâ que la brique apparaît pour la première fois dans l’Espagne islamique employée d’une manière autre que décorative : essentiellement en revêtement des fours comme matériau réfractaire20. Les briques de ce site prestigieux présentent des variations de dimensions importantes (34 x 17 x 5 cm ; 33 x 22 x 5 cm ; 32 x 22 x 6 cm ; 35 x 25 x 5 cm)21, mais ce sont à notre connaissance les plus grandes briques rencontrées dans les édifices islamiques de la Péninsule. Là encore, nous constatons un rapport l/L = 2/3 que nous retrouvons avec des dimensions plus réduites (26 x 17 x 5 cm) dans le premier édifice hispano-arabe à faire un emploi assez considérable du matériau : la mosquée de Bab Mardoum à Tolède (chapelle du Cristo de la Luz) [fig. 9].

  • 22 J, Meunié, H. Terrasse et G. Deverdun, Recherches archéologiques à Marrakech., p. 73 : « Nous avons (...)
  • 23 M. Altarriba et alii, « Una propuesta de curva mensiocronológica latericia para la ciudad de Valenc (...)

10Dans l’architecture almohade, la brique est utilisée pour la première fois en gros-œuvre : le petit minaret de Bollullos de la Mitación, à quelques kilomètres de Séville, témoigne de cette systématisation de l’emploi de la brique. C’est là un premier changement notable et très apparent. Le second bouleversement, celui-là moins évident et peut-être plus significatif, est celui qui a trait aux dimensions du matériau de base : brusquement, avec les Almohades, le système de proportion 1/L, qui depuis l’époque romaine était resté inchangé et avoisinait le rapport 2/3, adoptait le rapport 1/2 qui est celui généralement admis au Maghreb22 (annexe II, pp. 369 sqq.) mais aussi dans l’Europe du Nord et en Italie. À Valence, où la brique n’apparaît qu’à la fin de la période musulmane, le rapport 1/2 persiste, mais avec des dimensions légèrement supérieures après la Reconquête23.

11C’est ce système de proportions l/L = 1/2 qui est adopté le plus souvent par les constructeurs andalous et aragonais, et par ceux de la Vieille-Castille et du León ; le rapport 2/3 régit en revanche le système de proportion adopté à Tolède du XIe au XXe siècle (annexes II, pp. 369 sqq., et III, pp. 381 sq.).

FIG. 9. – Tolède, Cristo de la Luz - Bab Mardoum, élévation sud-ouest (d’après C. EWERT, « Die Moschee am Bab al-Mardum in Toledo, eine “Kopie” der Moschee von Cordoba », Madrider Mitteilungen, 1977, 18, pp. 287-354, pl. XI). Droits réservés

12Dans la Séville almohade, on a l’assurance que les dimensions des briques étaient déterminées par les autorités municipales : la chronique d’Ibn ‘Abdun publiée par É. Lévi-Provençal nous apprend que les briques

  • 24 É. Levi-Provençal, Séville musulmane au début du XIIe siècle, pp. 75-76.

doivent être épaisses et de la dimension des murs à construire. Une série de formes types, destinée à fixer l’épaisseur des briques, la surface des tuiles, la largeur et l’épaisseur des solives, l’épaisseur des poutres et celle des planches de parquet, se trouveront chez le muhtasib ou seront suspendues dans la mosquée cathédrale. Ces formes seront en bois dur, non susceptible d’être rongé [par les vers ou les insectes] ; elles seront suspendues à des clous à la partie supérieure du mur de la mosquée cathédrale et conservées avec soin, de façon qu’on puisse s’y rapporter au cas où les matériaux correspondants seraient reconnus de dimensions inférieures ou supérieures. Les maîtres ouvriers auront d’autres exemplaires de ces formes-types pour leur travail. C’est là un des points les plus essentiels sur lesquels doit s’exercer un contrôle […]. On ne doit pas utiliser pour la fabrication des tuiles et des briques crues des moules usagés qui ont été rabotés et ont perdu de leur épaisseur ; ces moules doivent être massifs, de longueur, de largeur et d’épaisseur connues du muhtasib et des ouvriers24.

Réglementation : les moldes

  • 25 À l’exception de ceux de Teruel (1177) et de Baeza (XIIIe siècle).
  • 26 Voirie chap. i : « Modalités de production : moulage », pp. 24-25.

13Le texte évoqué au travers d’Ibn ‘Abdun est le premier témoignage d’une longue série d’ordonnances qui déterminent pour les villes d’Espagne des instructions précises auxquelles sont tenus de se soumettre fabricants de matériaux de construction et artisans de la construction. Reprises au cours des siècles, ces ordonnances figèrent en quelque sorte les dimensions des briques employées pour une ville ou une région donnée. On ne possède malheureusement pas suffisamment de données pour pouvoir établir des séries susceptibles de fournir un tableau diachronique des modules de briques employées dans les différents centres de production. En effet, la plupart des fueros du Moyen Âge ne précisent pas les dimensions25. On peut cependant supposer, d’après les variations observées in situ, que celles-ci étaient infimes voire nulles, et en tout cas indiscernables par rapport à celles dues à des facteurs aléatoires : qualité du matériau de base, température de cuisson et par là taux de rétractation, usure des moules, etc.26.

  • 27 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés,pp. 90-91,
  • 28 D’après Josef de Allué, Aviso de almutazafes, Saragosse, 1690, pp. 464-465, les dimensions du molde(...)
  • 29 J. C. Escribano Sánchez et M. Jiménez Aperte, « Iglesias medievales », p. 188.

14Généralement, les dimensions des briques utilisées dans la métropole s’imposaient aux centres de production des villages voisins. Pour Saragosse, par exemple27, on sait que l’influence du molde de Saragosse28 s’étendait, en 1486 au moins, jusqu’à Terrer. Bien entendu, comme l’a fait justement remarquer G. Borrás Gualis, le simple fait que cette précision soit donnée signifie que ce n’était pas la règle dans toute la vallée du Jalón ; de fait, on connaît des modules différents pour Ambel, Bulbuente, Tarazona, qui furent utilisés jusqu’en 1553, date à laquelle le module de Saragosse s’imposa à la totalité du royaume29.

Briques standard et briques spécifiques

  • 30 L. B. Alberti, De re aedificatoria, t. I, liv. II, chap. x, pp. 148-150.
  • 31 A. Palladio, Les quatre livres d’architecture, I, III, p. 22.
  • 32 H. Saalman, The Cupola of Santa Maria del Fiore, p. 7 6: «Anchora si facci fare mattoni grandi di p (...)
  • 33 B. Bassegoda i Musté, Bóvedas tabicadas.
  • 34 Turriano, Los veintiún libros, t. II, p, 485-
  • 35 Cette observation n’est pas la seule fournie par le Pseudo-Turriano, que nous n’avons pas pu contrô (...)

15Les briques mentionnées précédemment sont celles utilisées communément dans les maçonneries murales ou les couvrements. Très tôt, cependant, il semble que l’on ait fabriqué des briques de dimensions particulières destinées à des usages spécifiques. C’est ce qu’avait déjà noté Alberti à propos des constructions romaines30. Ce pragmatisme s’est maintenu en Italie : Palladio s’en fait le témoin lorsqu’il écrit : « On fera les briques plus grandes ou petites selon ce que leur usage requiert31. » L’étude des grands édifices italiens du Trecento et du Quattrocento a montré que les maîtres d’œuvre italiens n’hésitaient pas à faire réaliser des briques de dimensions extraordinaires pour tel ou tel usage32. En Espagne, des briques parallélépipédiques de dimensions non standard ne semblent pas avoir été utilisées pour le gros-œuvre dans les maçonneries murales. B. Bassegoda i Musté indique en revanche l’emploi de briques de dimensions particulières dans les voûtains construits selon la technique de la bóveda tabicada dans la Catalogne du XVe siècle33. Selon le Pseudo Turriano34, les briques destinées à être posées de chant dans les pavements étaient de dimensions différentes de celles destinées aux maçonneries murales, les premières mesurant 6 x 12 x 4 pouces, les secondes 28 x 14 x 4 pouces, alors que celles qui servent à établir les sols au-dessus des planchers (carrelage) mesurent 12 x 24 x 2 pouces. Nous n’avons pas l’impression que ces observations soient fondées sur une pratique généralisée ; bien au contraire, dans la plupart des cas il nous a semblé que les briques de pavement étaient des briques murales souvent fractionnées35.

  • 36 A. D. 66, Perpignan, BB 7, Lltbre dels ordenacions…, 1284-1285, fosiv°-2 (transcription de B. Alart (...)
  • 37 J. Gestoso y Pérez, Historia de los barros vidriados sevillanos, pp. 61-62.
  • 38 Cette différence de prix ne correspond pas à celle constatée dans les registres de construction de (...)
  • 39 H. Saalman, The Cupola of Santa Maria del Fiore, p. 113.
  • 40 P. C. Espinosa, Manual deconstrucciones de albañilería, p. 170 : ladrillo común : 27,7 x 13,5 x 1,7 (...)

16Il existe en revanche, comme dans le monde romain, à côté des briques rectangulaires des briques carrées. Celles-ci portent des noms particuliers : en Catalogne on peut penser que les « violes », «rajoles » et « cayros » mentionnées dans l’ordonament de 128436 désignaient de grandes briques carrées (cayros) et des briques rectangulaires (violes et rajoles), dont on ne peut par ailleurs préciser les dimensions. De la même manière, en Andalousie, on distingue la brique ordinaire de la brique « mazary » qui, selon J. Gestoso37, était une brique de 30 cm au carré pour 9 cm d’épaisseur, qui valait trois fois le prix des premières38. Quoi qu’il en soit, il s’agit toujours de faire la différence entre briques carrées et briques rectangulaires (comme à Florence entre quadroni et mezzani)39. Dans tous les cas, nous sommes très loin de la complexité offerte par les catalogues de briques de l’architecture moderne tels qu’ils sont fournis par Espinosa par exemple40.

Briques taillées

  • 41 J.-P. Adam, La construction romaine, p. 179.

17L’usage de fractionner les briques remonte à l’antiquité romaine41. Les grandes briques carrées, coupées, donnaient des petites briques triangulaires dont les lignes de rupture granuleuses possédaient un fort niveau d’adhérence. Cette modalité d’emploi du matériau était tellement habituelle que parfois, comme dans les briques carrées des hypocaustes des thermes des Stabii à Pompéi, on a pu constater des incisions pratiquées avant cuisson destinées à faciliter le fractionnement.

  • 42 Bibliothèque nationale de France, ms. Lat. 14341, Justinien, Digestum novum…, liv. XXXIX, f° I (Bol (...)
  • 43 J. de Villanueva, A rte de albañilería, t. I, p. 43.

18Au Moyen Âge, la taille de la brique est extrêmement fréquente ; elle se pratique à l’aide des mêmes outils que la taille de la pierre : une miniature des environs de 1330 nous présente un personnage assis devant un chevalet, taillant des briques pour leur donner la forme de douelles42 ; il utilise un outil qui s’apparente à la laye française et à la piquetilla espagnole, encore utilisée au XVIIe siècle pour tailler « les angles non droits43 ». L’application la plus fréquente de la taille, en dehors des « angles non droits », est celle de la taille des chanfreins des piédroits des ouvertures ou des piliers et des briques utilisées pour construire des talus.

Briques non parallélépipédiques

  • 44 Manual de albañilería, p. 209.

19Ce n’est que lorsque les profils des briques offrent une complication plus grande que l’on a recours au matériau moulé, qui peut être produit en petite quantité et pour ainsi dire à la demande. Parfois même, les briques profilées sont produites en si peu d’exemplaires que l’on ne prend pas la peine d’établir des moules et on se contente de « sculpter » la brique crue après un premier temps de séchage (c’est là une pratique attestée à l’époque moderne et dont on peut supposer qu’elle a été occasionnellement employée au Moyen Âge)44. Nous n’avons cependant rencontré qu’exceptionnellement ce type de « brique sculptée », au Templete du cloître de Guadalupe (fig. 10).

  • 45 Et même, peut-on dire, de l’époque moderne ; à cet égard il nous paraît intéressant de citer une in (...)

20Les briques modelées selon des profils complexes avant la cuisson sont beaucoup plus répandues. Nous avons évoqué plus haut les briques « claveaux » de la tombe wisigothique du musée de Tolède ; il est curieux de constater que les grands services que pouvaient rendre ces éléments de type « auto-bloquant » aient été ignorés ou méprisés par les constructeurs du Moyen Âge45.

  • 46 J.-P. Adam, La construction romaine, p. 168.
  • 47 É. Lévi-Provençal, Séville musulmane au début du XIIe siècle.

21Les briques de profil complexe destinées à la construction de supports variés n’étaient pas ignorées des Romains : Adam en cite, notamment pour la construction de colonnes46. Il ne semble pas que la brique moulée ait été employée dans l’Espagne califale, et à l’époque almohade, en dehors des briques réfractaires, le « code » de Séville47 ne mentionne guère que des briques de pavement et des briques pour parois de puits, dites « molaires » ou « nuques », dont on peut supposer qu’elles possédaient des faces courbes.

  • 48 M. Valdés Fernández, Arquitectura mudéjar en León y Castilla.
  • 49 M.R. Prieto Paniagua, La arquitectura románico-mudéjar en la provincia de Salamanca, pp.45 et 53.

22Dans l’architecture chrétienne d’Espagne, nous n’avons pas de mention plus précoce de briques moulées que celle fournie par Valdés Fernandez au sujet des briques composant les demi-colonnes de l’église de Santervás de Campos (Valladolid48) ; María Riánsares Prieto Paniagua49 signale ce même type de briques à Gajates et Alba de Tormes (Salamanque) avec, dans ce dernier cas des briques moulées en cavet destinées à la construction d’impostes, comme à Talamanca de Jarama (Madrid, fig. II).

23Dans les églises romanes de brique, il semble bien en effet que lorsqu’on a affaire à des bandeaux décoratifs présentant un cavet, ces moulures aient été réalisées en briques moulées et non taillées, mais en dehors de cela, force est de constater que les constructeurs de ces églises ont complètement ignoré les possibilités décoratives de la brique moulurée.

  • 50 D. Costa, « Le décor architectonique » ; P. Bailly, « Découverte d’un modillon roman », pp. 33-38 ; (...)

24On ne connaît pas, dans le domaine ibérique, d’éléments décoratifs comparables à ceux que l’on trouve en France dans le pays nantais ou en Berry dès l’époque mérovingienne50 ; cela est d’autant plus curieux qu’à l’époque paléochrétienne et wisigothique les briques estampées étaient fréquemment utilisées dans le décor des édifices ; une belle collection de ces briques décoratives (ou votives) est conservée au musée archéologique de Cordoue.

FIG. 10. – Monastère de Guadalupe (Cáceres), Templete, briques modelées

FIG. 11. – Talamanca de Jarama (Madrid), Capilla de Los Milagros, briques moulées en cavet

FIG. 12. – Belchite (Saragosse), San Martín, modillon d’angle

FIG. 13. – Belchite (Saragosse), San Martín, crucero

FIG. 14. – Magallón (Saragosse), briques moulées (d’après J. C. ESCRIBANO SÁNCHEZ et M. JIMÉNEZ APERTE, « Sobre la Iglesia mudéjar de Santa María de la Huerta de Magallón », Cuadernos de Estudios Borjanos, 6,1980, pp. 7-94, pl. VII). Droits réservés

25Dans l’architecture mudéjare, la brique moulurée n’est employée que très tardivement à des fins décoratives, notamment dans les portails de ladrillo limpio d’Andalousie ; partout ailleurs le décor est réalisé à l’aide de briques courantes entières ou fractionnées – comme à la Capilla de la Virgen à Tobed (Saragosse, pl. XVIII) – et de quelques éléments très simples destinés essentiellement au couronnement des murs et aux nervures d’ogives.

26Les briques de couronnement des murs de quelques églises du Bas-Aragon présentent en effet une petite face en angle aigu qui permet de réaliser des angles de « corniches » ou de « génoises » particulièrement soignés (fig. 12).

FIG. 15. – Saragosse, Seo del Salvador, absidiole nord, piédroit, briques taillées

  • 51 Notamment au sujet de San Pedro de Calatayud, « cruzeros chicos, cruceros grandes, brocales o cruce (...)
  • 52 Pierre Salies, Les Augustins, Toulouse, 1979 : pour la voûte de l’abside, Pierre Boysson, pastillie (...)
  • 53 Des briques de ce type sont apparues notamment lors de la campagne de restauration menée par R. Man (...)
  • 54 M. L Álvaro Zamora, « Las tejerías de Daroca », p. 69.

27Les nervures d’ogives, quant à elles, sont à partir du XIVe siècle presque toujours des briques moulurées d’un profond cavet : ce sont les cruceros grandes y pequeños aragonais mentionnés dans les textes d’archives51 (fig. 13), qui correspondent aux augivas et formarets languedociens52 et que l’on retrouve dans les édifices du gothique tardif en Andalousie53. L’emploi, prévu dans certains textes, d’autres briques moulées « selon le moule qui sera donné », dites rayeros ou pisones, est plus difficile à déterminer54.

  • 55 « Item jueves a XIII de mayo fue día de Ascención et este día fizieron moldes pora rejola Junnyer d (...)
  • 56 J. C. Escribano Sánchez et M. Jiménez Aperte, « Sobre la iglesia mudéjar de Santa María de la Huert (...)
  • 57 Ph. Araguas, « L’église Saint-Martin de Belchite »,

28Beaucoup plus rarement, des briques furent moulées spécialement pour fournir des éléments de jambages ou de supports isolés moulurés. C’est peut-être ce type d’élément que désignent les bordones mentionnés à San Pedro de Calatayud. A l’occasion de la construction de certaines parties de cette église, les maîtres fabriquent eux-mêmes les moules nécessaires55. À l’église de Santa Maria de la Huerta à Magallón56 (Saragosse, fig. 14), où l’on a pu répertorier jusqu’à vingt-cinq types de briques différents, plusieurs éléments peuvent avoir correspondu à cet usage, mais le nombre de types de briques moulurées signalées à Magallón nous paraît tout à fait exceptionnel. Loin d’atteindre une telle variété, le catalogue des briques utilisées à Belchite par exemple57 se limite aux briques ordinaires, aux cruceros et aux briques de couronnement signalées plus haut. Là, comme dans la plupart des édifices que nous avons pu examiner, y compris les plus complexes ou prestigieux comme la Seo del Salvador à Saragosse, les moulurations des supports étaient rendues par des briques grossièrement taillées et copieusement enduites de plâtre (fig. 15).

Notes

1 A. Kingsley Porter, Lombard Architecture, pp. 118 et 137, fait mention, à San Ambrogio et à San Vincenzio de.Milan, de « briques épaisses et irrégulières, évidemment non moulées, mais découpées à la taille désirée ». C’est ce type de briques que l’on trouve dans la voûte des citernes de Bélmez et Carcabuey, dans la province de Cordoue (cf. infra).

2 Vitruve, Les dix livres d’architecture, liv. II, chap. III, pp. 34 sqq.

3 Voir la mise au point définitive de F. Coarelli, « L’inizio del opus testaceum a Roma ».

4 Pline, Histoire naturelle, XXX, 70.

5 L. B. Alberti, De re aedificatoria, t. I, liv. II, chap. x ; Filarète, Trattato di architettura, p. 69 ; J. Turriano, Los veintiún libros, p. 479.

6 J.-P. Adam, La construction romaine, pp. 157-159.

7 L. B. Alberti, De re aedificatoria, t. I, liv. II, chap. x, p. 148.

8 G. Lugli, La tecnica edilizia romana, chap. iv, part. I.

9 Observations recoupées parcelles d’A Bouet, Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule narbonnaise, pp. 126 sqq.

10 Catálogo artίstico y monumental de la provincia de Córdoba, par D. Ortiz Juárez et alii, t. II, p. 206.

11 L. Roldán Gómez, « Técnica edilicia en Itálica » ; et ID., « El opus testaceum en Itálica ».

12 L. Roldán Gómez, « Técnica edilicia en Itálica », p. 97.

13 J. Lostal, « Arqueología en Aragón romano ».

14 M. Ponsich, Implantation rurale antique.

15 Le rapport est le même dans la région toulousaine, cf. Louis Latour, communication au colloque « Le patrimoine en brique » (Albi, 1992).

16 L. Torres Balbás, « Bóvedas romanas ».

17 M. Fincker,« Les briques claveaux » ; et A, Bouet, Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule narbonnaise.

18 Fernando Fernández Gómez, Diego Oliva Alonso et Miguel Puya García de Leaniz, « La necrópolis tardorromana-visigoda de “Las Huertas” en Pedrera », Noticiario Arqueólogico Hispánico, 19,1984, pp. 271-388 (p. 367 ; briques de 33,5 x 16,7 x 6,5 cm ; 27 x 16,5 X 6,5cm…).

19 M. Fernández Mier et J.A. Quirós Castillo, « La evolución de las técnicas constructivas en Asturias en la Edad Media ».

20 S. López Cuervo, Medina Az-Zahra, p. 57.

21 B. Pavón Maldonado, Islámico y mudéjar, p. 75 ; S. López Cuervo, Medina az-Zabra, p. 57.

22 J, Meunié, H. Terrasse et G. Deverdun, Recherches archéologiques à Marrakech., p. 73 : « Nous avons mesuré nombre de briques au cours des travaux de fouille. Nous en avons trouvé de différents modèles et dimensions, aussi bien dans des parties de fondations de murs almoravides, qui n’avaient certainement pas subi de remaniements, que dans des constructions almohades plus récentes, où d’anciennes briques auraient pu avoir été utilisées en remploi. Il ne semble pas qu’il soit possible d’établir une datation en se fiant aux seules dimensions des briques.»

23 M. Altarriba et alii, « Una propuesta de curva mensiocronológica latericia para la ciudad de Valencia ».

24 É. Levi-Provençal, Séville musulmane au début du XIIe siècle, pp. 75-76.

25 À l’exception de ceux de Teruel (1177) et de Baeza (XIIIe siècle).

26 Voirie chap. i : « Modalités de production : moulage », pp. 24-25.

27 G. M. Borrás Gualis, Arte mudéjar aragonés,pp. 90-91,

28 D’après Josef de Allué, Aviso de almutazafes, Saragosse, 1690, pp. 464-465, les dimensions du molde de Saragosse (converties en système décimal) seraient de 77,7 X 18,4 x 5,4 cm, ce qui donnerait environ 35,3 x 18,4 x 5,4 cm une fois la cuisson réalisée, soit à peu près deux palmes de long sur une de large.

29 J. C. Escribano Sánchez et M. Jiménez Aperte, « Iglesias medievales », p. 188.

30 L. B. Alberti, De re aedificatoria, t. I, liv. II, chap. x, pp. 148-150.

31 A. Palladio, Les quatre livres d’architecture, I, III, p. 22.

32 H. Saalman, The Cupola of Santa Maria del Fiore, p. 7 6: «Anchora si facci fare mattoni grandi di peso di libre vinticinque in sino a trenta l’uno e non di piu peso; i quali si murino con quello spinapescie sara diliberato per chi l’ara a conducere…» (amendement au projet initial de 1422).

33 B. Bassegoda i Musté, Bóvedas tabicadas.

34 Turriano, Los veintiún libros, t. II, p, 485-

35 Cette observation n’est pas la seule fournie par le Pseudo-Turriano, que nous n’avons pas pu contrôler : p. 487, il déclare avoir vu des briques larges d’une palme et longues de trois qui étaient comme des pierres de taille « de las pequenas ».

36 A. D. 66, Perpignan, BB 7, Lltbre dels ordenacions…, 1284-1285, fos iv°-2 (transcription de B. Alart, Documents sur la langue catalane, pp. 70-72).

37 J. Gestoso y Pérez, Historia de los barros vidriados sevillanos, pp. 61-62.

38 Cette différence de prix ne correspond pas à celle constatée dans les registres de construction de la cathédrale de Séville, publiés par I. Montes Romero-Camacho, « Precios y salarios », p. 99 : 1.000 ladrillos « mazary » = 600 maravedis (Archivo Catedralicio de Sevilla, Libro de fábrica, n° 2 B, f° 2,1436) ; 1.000 ladrillos « mazary » = 665 maravedis, 1.000 ladrillos « corientes » = 290 maravedis (libro de fábrica, n° 7,1454, non paginé).

39 H. Saalman, The Cupola of Santa Maria del Fiore, p. 113.

40 P. C. Espinosa, Manual deconstrucciones de albañilería, p. 170 : ladrillo común : 27,7 x 13,5 x 1,7 cm ; gordo ; jabonero : 29,30 x 19,90 x 2,70 cm ; fabriquera : 27,7 x 18 à 20 x 3,7 cm froga : 29,24 x 19,73 x 2,92 cm ; a la italiana : 25,55 x 17,7 x 4,68 cm ; rasilla (fin) ; depinta ou recocho (recuit) ; portero ; tosco…

41 J.-P. Adam, La construction romaine, p. 179.

42 Bibliothèque nationale de France, ms. Lat. 14341, Justinien, Digestum novum…, liv. XXXIX, f° I (Bologne, vers 1330, parchemin, 445 X 280), publié dans François Avril et Alain Gourdon, Dix siècles d’enluminure italienne (VIe-XVIe siècles), catalogue d’exposition (Paris, Bibliothèque nationale, 8 mars - 30 mai 1984), Paris, Bibliothèque nationale, 1984,p.78.

43 J. de Villanueva, A rte de albañilería, t. I, p. 43.

44 Manual de albañilería, p. 209.

45 Et même, peut-on dire, de l’époque moderne ; à cet égard il nous paraît intéressant de citer une intervention de La Hire à l’Académie d’architecture : le 14 septembre 1699, il présenta un projet de nouvelle construction de murs en brique faisant appel à des briques en double queue d’aronde « comme les clefs dont on se sert pour lier le dessus des appuis et des murs de terrasses » pour lier les maçonneries en longueur et en épaisseur (Procès-verbaux de l’Académie royale d’Architecture [1671- 1793], publié pour la Société de l’Histoire de l’Art Français, sous les auspices de l’Académie des Beaux-Arts, par Henry Lemonnier, Paris, Armand Colin, 1929, t. III, p. 76).

46 J.-P. Adam, La construction romaine, p. 168.

47 É. Lévi-Provençal, Séville musulmane au début du XIIe siècle.

48 M. Valdés Fernández, Arquitectura mudéjar en León y Castilla.

49 M.R. Prieto Paniagua, La arquitectura románico-mudéjar en la provincia de Salamanca, pp.45 et 53.

50 D. Costa, « Le décor architectonique » ; P. Bailly, « Découverte d’un modillon roman », pp. 33-38 ; Ch. Lelong, « Les modillons de terre cuite ».

51 Notamment au sujet de San Pedro de Calatayud, « cruzeros chicos, cruceros grandes, brocales o cruceros de sobrearco, bordones, pisones » sont les différentes variétés de briques mentionnées dans les comptes : les pisones sont sans doute les briques de sol, les bordones sont peut-être des briques destinées à construire des éléments moulurés en tore (O. Cuella Esteban, Aportaciones culturales y artísticas, pp. 134 et passim).

52 Pierre Salies, Les Augustins, Toulouse, 1979 : pour la voûte de l’abside, Pierre Boysson, pastillier toulousain, achète le 22 décembre 1494 50.000 tuiles planes, 6.000 briques « augivas » et 8.000 briques de pavement ; selon un nouveau contrat du 16 juin 1495, Martin Pujol et Pierre Arroy, maçons, devaient fournir un complément de 2.000 briques planes et 6.000 « augivas ou formarets ». Ce texte confirme l’opinion que j’avançais lors du colloque recueillli dans Patrick Boucheron, Henri Broise et Yvon Thébert (éd.), La brique antique et médiévale. Actes du colloque international (Saint-Cloud, 16-18 novembre 1995), Rome, École française de Rome, 2000, à la suite de la communication de Bruno Tolon, intitulée « La brique antique et médiévale », p. 412.

53 Des briques de ce type sont apparues notamment lors de la campagne de restauration menée par R. Manzano sur l’église Santa María la Real de Niebla (Huelva) ; on en trouve également à Santa María de Valdezufre (A. J. Morales Martínez, Arquitectura médiéval en la Sierra de Aracena, p. 41).

54 M. L Álvaro Zamora, « Las tejerías de Daroca », p. 69.

55 « Item jueves a XIII de mayo fue día de Ascención et este día fizieron moldes pora rejola Junnyer de Taraçona et Brabem de Ylluequa et Hamet de Abranda… »

56 J. C. Escribano Sánchez et M. Jiménez Aperte, « Sobre la iglesia mudéjar de Santa María de la Huerta en Magallón (Zaragoza) », p. 75.

57 Ph. Araguas, « L’église Saint-Martin de Belchite »,

Table des illustrations

Légende FIG. 5. – Briques romaines (villa de La Olmeda, Saldaña, Palencia)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende FIG. 6. – Santa Comba de Bande (Orense), croisée du transept, voûte d’arêtes de brique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende FIG. 7. – Gobiendes (Oviedo), église Santa María, retombée des grandes arcades de la nef
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende FIG. 8. – Cordoue, Grande Mosquée, couvrement de la porte de San Esteban
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende FIG. 9. – Tolède, Cristo de la Luz - Bab Mardoum, élévation sud-ouest (d’après C. EWERT, « Die Moschee am Bab al-Mardum in Toledo, eine “Kopie” der Moschee von Cordoba », Madrider Mitteilungen, 1977, 18, pp. 287-354, pl. XI). Droits réservés
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende FIG. 10. – Monastère de Guadalupe (Cáceres), Templete, briques modelées
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende FIG. 11. – Talamanca de Jarama (Madrid), Capilla de Los Milagros, briques moulées en cavet
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende FIG. 12. – Belchite (Saragosse), San Martín, modillon d’angle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende FIG. 13. – Belchite (Saragosse), San Martín, crucero
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende FIG. 14. – Magallón (Saragosse), briques moulées (d’après J. C. ESCRIBANO SÁNCHEZ et M. JIMÉNEZ APERTE, « Sobre la Iglesia mudéjar de Santa María de la Huerta de Magallón », Cuadernos de Estudios Borjanos, 6,1980, pp. 7-94, pl. VII). Droits réservés
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 15. – Saragosse, Seo del Salvador, absidiole nord, piédroit, briques taillées
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2792/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search