Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Avant-propos

Texte intégral

1Le rapport des formes architecturales et du matériau dans lequel elles s’expriment est une donnée essentielle de l’archéologie qui a nourri la réflexion des historiens de l’architecture. Les métopes et triglyphes de l’art grec s’expliqueraient par l’œuvre de charpente des temples primitifs ; la maçonnerie « concrète », liée à une organisation du travail reposant sur une main-d’œuvre serve abondante et non spécialisée, contribuerait à l’esthétique puissante des thermes romains ; le tufeau angevin expliquerait en partie l’éclosion du style « Plantagenêt » ; enfin, la pierre de taille, qui permet le développement d’une stéréotomie savante, serait essentielle dans la définition de l’« architecture à la française ». Nul ne saurait, nous semble-t-il, renoncer à ces explications même si elles restent insuffisantes pour rendre compte du genius loci qui se manifeste dans chacun des domaines de l’architecture européenne.

2Lorsque sur un chantier donné surgit un matériau nouveau, les formes élaborées avant son entrée en scène ne s’effacent pas pour autant : le chevet de SaintSernin de Toulouse, dans lequel la brique remplaça peu à peu la pierre sans que s’opérât le moindre changement de parti, oppose un démenti catégorique à l’interprétation, formulée ci-dessus, des rapports des formes et du matériau. La conscience de l’irréductibilité du monument à l’application de toute théorie interprétative ou à une quelconque catégorie stylistique est une évidence pour quiconque s’est un jour essayé à la monographie archéologique : il n’en reste pas moins vrai que des explications globales sont indispensables à la compréhension de phénomènes singuliers.

3C’est une explication globale de l’emploi de la brique dans l’histoire de l’architecture espagnole – dont l’idée est née de l’observation d’un édifice particulier – que nous proposons ici.

4Lorsqu’en 1375 Gaston Fébus, vicomte de Béarn, décida d’élever un grand château princier au centre d’un État pyrénéen qui n’existait encore que dans son ambitieuse et pragmatique vision politique, il fit appel à un maître d’œuvre qui proposa de construire, dans un matériau peu employé en Béarn, un édifice inspiré de près ou de loin par le grand château de pierre de Bellver, à Majorque. La brique fit ainsi une brutale irruption dans cette région et permit d’édifier rapidement une forteresse formidable qui laisse apparaître un degré de réflexion technique assez élaboré. Appelé à étudier le château de Montaner dans le cadre de l’Inventaire général, j’avais été intrigué par des particularités de mise en œuvre et amené à formuler des hypothèses sur l’emploi de la brique dans la construction médiévale.

5Jacques Gardelles accepta que j’inscrive sous sa direction un sujet de thèse d’État sur l’architecture de brique en Europe méridionale aux XIVe et XVe siècles. La Casa de Velázquez m’ayant donné durant trois années (de 1984 à 1987), en m’accueillant dans sa section scientifique, la possibilité de développer cette enquête dans des conditions optimales, je pus exercer ma curiosité sur l’architecture médiévale espagnole abordée sous cet angle peu habituel.

6L’inscription du projet espagnol dans un cadre universitaire n’interdisait pas d’appliquer une méthode d’enquête apprise durant les dix années passées au sein de l’Inventaire général ; on peut même supposer que seul un chercheur formé à l’ombre de l’utopique et grandiose projet d’André Malraux et André Chastel pouvait juger réalisable une telle étude qui, comparée à l’Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, n’est qu’une très modeste enquête thématique.

7La certitude qui m’anime de la pertinence de la méthode de l’Inventaire m’a permis de risquer ce pari ; il n’en reste pas moins que j’en connaissais les risques. Le plus considérable, pour un chercheur habitué à travailler dans une équipe dans laquelle s’expriment des compétences complémentaires, était bien évidemment de se retrouver seul face à un territoire immense et sans les aides multiples, matérielles et intellectuelles sur lesquelles il était habitué à compter. Au cours de douze années de recherches consacrées à la brique dans l’Espagne médiévale, entrecoupées de longues pauses nécessitées par les aléas de ma carrière professionnelle, j’ai rudement ressenti l’absence de mes collègues des bonnes années de l’Inventaire de Bordeaux, mais des rencontres de passage m’ont permis d’avancer.

8Qu’il me soit permis de remercier ici tous ceux qui ont contribué à rendre cette expérience possible :

9Jean-Marie Pérouse de Montclos, à qui je dois d’avoir trouvé dans la voûte « à la Roussillon » un fil d’Ariane pour cette thèse, mais surtout la confiance en soi, qui est ce qu’un maître peut apporter de plus précieux ;

10Marcel Durliat, dont les encouragements m’ont tiré à plusieurs reprises du désespoir de mener à bien cette entreprise ;

11Anne Prache, qui a accepté d’assumer, après la disparition de Jacques Gardelles, la direction administrative de ma thèse ;

12Didier Ozanam, Directeur de la Casa de Velázquez à l’époque où j’étais membre de la section scientifique, qui a manifesté un vif intérêt pour mes recherches ;

13Gérard Chastagnaret, actuel Directeur de l’institution, qui a contribué de façon décisive à la publication du présent ouvrage ;

14Vincent Lautié, Secrétaire aux publications, et Blanca Naranjo, avec lesquels j’ai eu un réel plaisir à travailler à la transmutation du manuscrit de soutenance en un livre :

15Ángel Peropadre Muniesa, auprès de qui j’ai trouvé, dès les premiers mois de mon séjour en Espagne, non seulement un guide dans l’étude de la Seo de Saragosse mais aussi le plus pertinent des critiques et un véritable historien de l’architecture ;

16Georges Coste, qui a consacré beaucoup de temps à la mise au point d’une cartographie que son exigence intellectuelle transforme en un outil de réflexion de premier ordre ;

17Catherine Duboy-Lahonde, relectrice hors pair dont l’attention résiste aux plus austères développements archéologiques, qui m’a fait l’amitié de corriger le manuscrit de la thèse ;

18Laurence Camous-Devin, en tant que conservatrice de la bibliothèque de la Casa de Velázquez mais aussi en tant qu’amie, accompagnatrice et « relations publiques » ;

19Mgr Pascual Galindo, D. Tomás Domingo, Juan Ainaud de Lasarte, Antonio Almagro Gorbea, Catherine Balmelle, Joan Bassegoda i Nonell, Edward Cooper, Enrique Domínguez Perella, Pierre Dozolme, Rosa Faéz, Fernando Giménez Azcárate, Claude Laroche, José Feliz Méndez, Hélène Millet, Araceli Pereda Alonso, Pedro J. Sobradiel Valenzuela, Wilfredo Rincón García, Leonardo Villena, mes collègues de l’Inventaire général, de la Casa de Velázquez et de l’Université de Bordeaux, et tout particulièrement Mercedes Blanco Morel et Geneviève Champeau, qui m’ont encouragé à poursuivre et à achever ce travail, que Jean-Claude Lasserre et Joël Perrin se seraient tant réjouis de voir prendre la forme d’un « vrai » livre.

20Je ne saurais clore cette liste sans évoquer les membres de la famille élargie au sein de laquelle je vis ; parmi eux, c’est toutefois mon épouse Geneviève qui a sans doute le mieux contribué à ce qu’un point final soit mis à ce travail.

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search