Version classiqueVersion mobile

Brique et architecture dans l’Espagne médiévale (xiie-xve siècle)

 | 
Philippe Araguas

Préface

Jean-Louis Biget

Texte intégral

1Philippe Araguas livre au public et à la communauté des historiens l’essentiel de sa thèse, consacrée à la brique dans l’architecture de l’Espagne entre le XIIe et le XVe siècle. Il a parcouru l’ensemble du pays avec enthousiasme et persévérance, pour scruter de manière approfondie quelque cinq cent cinquante monuments de cette époque dont les structures comportent plus ou moins de brique. Son ouvrage résulte d’une symbiose heureuse entre l’approche concrète des réalités du terrain, toujours prioritaire, et une démarche intellectuelle faisant table rase des a priori. Il représente une contribution majeure à l’histoire de la brique, matériau trop souvent négligé malgré sa place considérable dans la construction à travers les siècles. Il jette également un éclairage neuf sur l’art mudéjar, dont il implique la redéfinition.

2L’auteur étudie, avec précision, la brique elle-même ; il en détaille la mise en œuvre dans les maçonneries murales, les arcs et les voûtes, ainsi que l’utilisation dans les décors. Regroupant ses observations dans un cadre provincial et régional, il dépasse la taxinomie académique, qui coupe les monuments de leur terroir et enlève aux faits architecturaux leur épaisseur chronologique. Aux filiations déduites de la seule parenté des formes, il substitue des interprétations qui rendent compte du rapport des édifices à la terre, aux hommes, à l’économie, à la société et à la culture, au sens anthropologique de ce terme. Il met en valeur les avantages offerts par l’emploi de la brique, sans omettre d’en fixer les limites, le cas échéant.

3Dans l’Espagne du Moyen Âge central, l’emploi de la brique tient en priorité à des facteurs humains. Il intervient dans des zones de peuplement dense, où il faut bâtir vite, comme – à l’inverse – dans des régions sous-peuplées, où manquent les tailleurs de pierre. En certaines occurrences, l’architecture monumentale de brique s’instaure grâce au développement antérieur d’une production proto-industrielle, provoquée et régulée par les besoins généraux du bâtiment, bien que parfois l’érection d’un monument puisse induire une production spécifique. Il existe une concomitance très nette entre l’essor urbain et celui de la construction monumentale en brique, qui se diffuse autour des villes, Saragosse, Tolède et Séville tout particulièrement.

4Cette étude, fine et nuancée, sur l’emploi de la brique et ses conditions techniques, économiques et humaines, suffirait à constituer le présent livre en ouvrage de référence, mais il s’y joint en outre, chemin faisant, une réflexion sur l’art dit « mudéjar » qui bouleverse les idées reçues.

5Tout part en ce domaine de l’établissement d’une chronologie serrée. Par une démarche logique, l’auteur situe sur la frise du temps les monuments qu’il a visités et observés. S’appuyant sur le constat que la brique cuite arrive dans le monde ibérique avec les Romains et que son emploi se raréfie durant la période wisigothique, il établit que l’usage du matériau demeure très restreint dans l’Espagne califale et musulmane jusqu’à l’époque des Almohades, où pourtant la brique crue, le pisé et le « béton » restent prépondérants. Au contraire, pendant la Reconquête, s’affirme en Vieille-Castille et en Léon une architecture romane de brique, qui s’inspire des modèles du nord des Pyrénées. Il faut attendre le XIVe siècle pour que s’épanouisse réellement l’architecture de brique et qu’apparaissent de nouvelles techniques de construction, telle la voûte-cloison, quelquefois appelée « voûte sarrasine » ou, plus justement, « voûte à la catalane ».

6Cette chronologie, solidement fondée, montre à elle seule la révision radicale introduite par Philippe Araguas. Elle met en cause la notion usuelle d’art « mudéjar ». Elle établit le caractère abusif et flou d’un tel concept, dès que l’on prétend l’appliquer à toute l’architecture de brique de l’Espagne médiévale. La nostalgie de l’Empire romain et la volonté de légitimer un pouvoir entrent pour une part dans la prolongation, au cours du Haut Moyen Age, de l’usage de la brique dans la construction monumentale ; ensuite, la reprise de ce dernier ne s’amorce véritablement qu’après un hiatus chronologique quasi absolu de près de trois siècles. Encore faut-il remarquer qu’elle tient peut-être davantage au voisinage des chantiers chrétiens du Nord de la Péninsule qu’à des influences de l’architecture maghrébine. Au demeurant, il existe de fortes discordances entre l’implantation de l’architecture de brique et la répartition du peuplement mudéjar, tant en Castille qu’en Aragon et même en Andalousie, tandis que dans la région de Tolède le décor mudéjar ne peut se comprendre, paradoxalement, que comme une manifestation de la tradition mozarabe. Le développement de l’architecture monumentale de brique en Espagne ne relève donc d’aucun déterminisme « ethnique », cela d’autant que le « roman de brique » ibérique s’inscrit dans le courant de l’art transpyrénéen ; il est porté par les cisterciens, les ordres militaires et les autres acteurs de la repoblación ; en outre, dans l’aire espagnole comme en France méridionale et en Italie, le phénomène urbain joue un rôle essentiel dans l’emploi de la brique et dans son essor.

7Il est du reste notable que la floraison du décor mudéjar prend place après la conquête de l’Andalousie ; elle paraît dépendre de la séduction exercée par les palais nasrides plus que du rayonnement des minarets almohades. En parallèle, alors que les constructions de monuments, jusqu’alors, mettaient en jeu des quantités réduites de briques, à partir du XIVe siècle, en Aragon, on utilise désormais la brique tant dans le gros œuvre que pour le décor. Philippe Araguas suggère qu’en Castille l’épanouissement du mudéjar, pendant le règne de Pierre le Cruel, procède de la volonté d’unifier le royaume et ses peuples dans une même communauté. Ultérieurement, l’art du pouvoir fait tache d’huile, par diffusion sociopolitique. Il faut peut-être aussi considérer ses particularités comme une manière d’affirmer la tutelle castillane sur Grenade et le caractère définitif de l’annexion de Murcie. De même, la cathédrale de Saragosse semble fortement marquée par le politique. D’une façon générale, tant en Castille qu’en Aragon, l’annexion de l’art nasride, sous la forme du mudéjar, fait renvoi à Grenade, à l’horizon de croisade, permanent dans la spiritualité et la politique de l’Espagne à la fin du Moyen Âge. La « christianisation » de l’art hispano-musulman s’effectue dans un contexte précis, celui de la genèse des États modernes dans la péninsule Ibérique.

8Ainsi est tranchée la question fondamentale de savoir si l’histoire espagnole participe de celle de l’Europe, dont elle constitue une variété, ou bien relève d’une « hispanitude » qui ferait de l’Espagne un bastion culturel et artistique spécifique, séparé du reste du continent européen à la suite du syncrétisme original opéré par les mozarabes et les mudéjars entre la civilisation orientale et le monde occidental. Un débat de cet ordre a longtemps opposé, dans un autre domaine historique, Américo Castro et Claudio Sánchez Albornoz, Philippe Araguas fournit une contribution décisive dans cette controverse, gouvernée par la passion plus que par la raison et qui tient de l’imaginaire plus que des réalités. Il a su se libérer de tout présupposé pour conduire une recherche précise, attentive à la matérialité des monuments et au contexte humain. Il donne à tous les historiens, et plus particulièrement à ceux des arts, un exemple de méthode et de réflexion concrète, nuancée et constructive. Il nous offre un ouvrage fondateur, un maître livre. À partir de l’étude fouillée de l’emploi d’un matériau relativement humble, il décrit magistralement le passage d’une technique vers un art et rend à l’histoire son véritable cours.

© Casa de Velázquez, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search