Version classiqueVersion mobile

La reconstrucción de la política internacional española

 | 
Joaquim Albareda Salvadó
, 
Núria Sallés Vilaseca

II. — La reacción internacional ante la política española

Balance de la segunda parte

L’histoire d’une émancipation diplomatique

Lucien Bély

Texte intégral

1C’est l’histoire d’une émancipation, celle d’un prince français, devenu roi d’Espagne, qui s’échappe peu à peu de la tutelle que le gouvernement français exerce sur lui ; c’est aussi celle de la monarchie espagnole que la guerre contraint à abandonner son empire européen et qui aspire à en retrouver des royaumes, liés à elle par une longue histoire commune.

Un miraculé

  • 1 Albareda Salvadó, 2010. Voir aussi Bély (dir.), 2003.
  • 2 González Cruz, 2002.

2Philippe V ne peut pas oublier les dangers qu’il a connus car c’est un miraculé1. S’il est bien jeune lorsqu’il devient roi et découvre ses royaumes, il doit affronter une coalition dont le principal but de guerre est de le détrôner. La monarchie espagnole fait aussi face à la défection de grands seigneurs et à la sécession de territoires qui acceptent l’autorité du compétiteur de Philippe, l’archiduc Charles, reconnu comme Charles III. Ce dernier, installé à Barcelone, est soutenu par des forces impériales et d’autres financées par les Provinces-Unies et l’Angleterre, ainsi que par l’intervention du Portugal. La guerre de Succession d’Espagne a pour cadre l’Europe et une partie du monde, mais aussi la péninsule ibérique qui n’a guère connu de combats dans les deux siècles précédents. Le conflit international devient ainsi, pour l’Espagne, guerre civile et guerre religieuse2.

  • 3 Albareda Salvadó (éd.), 2004.
  • 4 Désos, 2009. Jean Orry s’impose pourtant comme une figure marquante, Dubet, 2009 ; Hanotin, 2009.
  • 5 Bernardo Ares, 2008.
  • 6 Voir Bély, 2004, mais surtout Hanotin, 2018a.

3Dans ses années de jeunesse, Philippe V a eu très peu de latitude dans ses choix politiques. Il doit s’habituer à un pays et à une cour qu’il ne connaît pas et s’insérer dans un État très différent de la France dans ses institutions et ses pratiques. Le souverain cherche à se faire accepter dans ses différents territoires3 et il en a parcouru un certain nombre. Les Français qui l’accompagnent ne lui sont pas toujours d’un grand secours4. Il suit aussi les recommandations de Versailles, de son grand-père et de ses ministres, apparaissant à ses sujets eux-mêmes comme un prince français très obéissant, même s’il est sans doute nécessaire de nuancer ce jugement, compte tenu des traditions du gouvernement espagnol et de ses réticences à paraître trop inféodé à la France5. Un équilibre s’établit peu à peu, grâce à la sagesse de la princesse des Ursins et à l’action prudente de l’ambassadeur de France, Amelot6. Néanmoins, la monarchie espagnole a besoin de l’aide française pour sauver les relations avec l’Amérique et pour épauler les forces espagnoles dans la Péninsule face aux alliés. La politique de Philippe V, dans ces années de guerre, vise donc à sauver son trône en restant le roi Catholique et à se sauver lui-même puisqu’il semble menacé lors de ces affrontements. Il fait la guerre à ses ennemis mais aussi à ceux de ses sujets qui ont choisi le camp de la maison d’Autriche.

  • 7 Álvarez-Ossorio Alvariño, García García, León Sanz (éd.), 2007.

4Philippe V laisse en grande partie aux forces françaises la défense de ses territoires européens qui sont perdus les uns après les autres, ainsi le Milanais et les Pays-Bas. La couronne d’Espagne s’est épuisée au xviie siècle pour conserver les Pays-Bas qui lui permettait d’être présente dans l’Europe du nord et, pour les finances du roi Catholique, cette perte constitue plutôt un soulagement. Il en va tout autrement pour ce qui touche l’Italie que l’Espagne dominait depuis le xvisiècle. Milan contrôle de grandes routes économiques. Elle donnait à la cour de Madrid la capacité d’intervenir du côté des cantons suisses, du Saint-Empire et de l’Autriche. Les alliés s’emparent des Baléares, de la Sardaigne et de Naples : la monarchie espagnole ne contrôle plus son héritage aragonais construit autour de la Méditerranée occidentale. Cette perte de son empire européen transforme aussi les rapports avec la France : alors que les élites espagnoles ont accepté Philippe parce qu’ils comptaient sur la France pour maintenir l’intégrité de cet héritage composite venu du passé, les Bourbons se révèlent incapables de le sauver7.

  • 8 García González, 2009.
  • 9 Dedieu, 2000.
  • 10 Albareda Salvadó, 2002.

5Si Philippe V a connu bien des déboires, l’effondrement en Espagne même n’a pas lieu et la reconquête par les alliés connaît un premier coup d’arrêt en 1707 lors de la bataille d’Almansa8. Dans les années qui suivent, le gouvernement de Madrid doit reconquérir les territoires entrés en dissidence et, en même temps, veut imposer une nouvelle organisation administrative et politique, plus centralisée et autoritaire. 1707, c’est aussi le moment de la Nueva Planta pour l’Aragon et Valence qui met fin à leurs fueros9. Le conflit en Espagne a ainsi nourri une inspiration politique que les historiens appellent « austriacisme », face à l’évolution absolutiste de Philippe V10, et elle se fonde sur une tradition de délibération et un système territorial plus fédéraliste, sur des droits venus de l’histoire, sur la pratique d’un dialogue politique.

  • 11 Bély, 1983.

6Rien n’est encore joué pour Philippe V, car la France elle-même est en danger et son soutien faiblit. Louis XIV semble même abandonner son petit-fils en 1709. Les négociations entre la France et les alliés envisagent son départ d’Espagne contre un éventuel royaume en Italie et Louis XIV accepte cette solution, et même de financer les opérations destinées à cela. En revanche, il refuse de se charger lui-même d’expulser son petit-fils11. Cela fait échouer cette discussion et permet au roi de France d’autoriser le duc de Vendôme à venir commander dans la péninsule Ibérique. Ce général trouve des forces espagnoles en état de marcher et remporte les décisives victoires de 1710 qui conduisent la Grande-Bretagne sur le chemin de la paix.

Des traités difficiles pour l’Espagne

  • 12 Id., 1990.

7Dans toute la phase préliminaire de la négociation, en 1711 et 1712, Philippe V doit laisser la diplomatie française faire les choix essentiels12. N’étant pas reconnu par les alliés, il n’existe pas pour eux, et son grand-père négocie en son nom. C’est le moment où les nombreuses morts dans la famille royale en France changent aussi la donne : Philippe V se rapproche de la couronne de France puisque, dans l’ordre de la succession, il n’y a avant lui que le dauphin, né en 1710, très jeune et très fragile. Là, le choix est laissé à Philippe V : soit il rentre en France ou obtient une principauté quelque part en Europe, conservant alors ses droits à la couronne et à la régence en cas de minorité, soit il y renonce à tout jamais. Il choisit de rester en Espagne, sans doute parce qu’il s’est attaché à son pays et surtout à la piété espagnole.

8Philippe V doit accepter encore de lourdes concessions, en particulier la cession au duc de Savoie de la Sicile, qui n’a nullement été conquise par les alliés : les gouvernements de Londres et de Versailles exigent de lui ce sacrifice pour qu’il puisse demeurer à Madrid et que l’Angleterre puisse récompenser la Savoie de son engagement dans la guerre. Quand la France signe la paix avec ses ennemis, l’Espagne à son tour est admise à négocier. Philippe V lance alors la revendication d’une principauté pour Mme des Ursins, ce qui ralentit le processus de paix et ce qui apparaît aussi comme un moyen de conserver une implantation dans l’Europe du nord.

  • 13 Albareda Salvadó (éd.), 2015.

9Les importantes concessions s’expliquent par la situation internationale. Le gouvernement anglais a soutenu l’expérience autrichienne et il abandonne la cause des Catalans, accélérant la fin d’un mouvement qu’il a contribué à faire naître. De son côté, Philippe V s’appuie sur l’attitude anglaise pour reprendre son autorité sur des territoires qui se sont dressés contre lui. L’engrenage chronologique est inexorable : Louis XIV recommande à son petit-fils la prudence à l’égard des Catalans en 1713, mais, une fois les forces impériales battues, les interventions du prince Eugène s’avèrent inutiles : la paix entre l’empereur et le roi de France est signée en 1714. La diplomatie française fait céder le roi d’Espagne sur la principauté demandée, ce qui permet d’obtenir la paix de l’Espagne avec les Provinces-Unies, et Louis XIV aide alors Philippe V à obtenir la capitulation de Barcelone le 11 septembre 171413.

  • 14 Aragonesismo austracista, éd. de Lluch Martín, 2010.
  • 15 Bély, 1993 ; Id., 2015a.

10Le cas des Baléares reste alors incertain, à l’exception de Minorque aux mains des Anglais. Dans son étude, Roberto Quirós montre comment les différentes réunions diplomatiques ont laissé ce cas en suspens. Il suscite des discussions discrètes mais le problème est résolu par la force, une expédition franco-espagnole. Roberto Quirós décrit la personnalité et la carrière de Juan Amor de Soria que l’empereur emploie dans une mission de la dernière chance, qui échoue sans nuire pour autant à la carrière de l’envoyé. Au contraire, nous apercevons ces parcours singuliers entre travail administratif, action diplomatique et réflexion politique, Juan Amor de Soria laissant de nombreux écrits14. La réorganisation de l’Europe passe ainsi en permanence par un jeu complexe entre les discussions politiques et les opérations militaires, par des ajustements successifs tenant compte à chaque instant de l’état des forces. Si un congrès de paix aborde un large éventail d’affaires délicates, il n’en laisse pas moins dans l’ombre des souffrances collectives et des questions difficiles15. L’idée s’impose que la nouvelle donne diplomatique permet de résoudre certains problèmes, parfois brutalement et par la violence, mais aussi que le temps doit faire son œuvre et qu’il faut voir comment la situation évoluera. Les Bourbons saisissent l’occasion de reprendre Majorque.

11Cela ne suffit pas. « La paix d’Utrecht lui blesse le cœur » écrit l’envoyé vénitien Alvise Mocenigo de Philippe V, cité par Géraud Poumarède. Philippe V s’inscrit parmi ceux qui n’acceptent pas la paix d’Utrecht et, en particulier, il ne comprend pas la nécessité de céder la Sicile au duc de Savoie.

12Comme l’a montré Christopher Storrs, le Piémont-Savoie devient ou redevient un acteur essentiel dans le jeu international. Cette principauté s’appuie sur l’ancienneté de la dynastie régnante qui peut ainsi nouer des unions matrimoniales avec les grandes maisons européennes, en particulier celle d’Espagne et celle de France. Après s’être placés dans le sillage de l’Espagne au xvie siècle, les ducs ont voulu gagner une plus grande autonomie mais ils ont subi alors la tutelle de la France. Victor-Amédée II a montré son habileté diplomatique pour s’affranchir de cette rude domination, comme il s’éloigne vite des Bourbons en 1703, oubliant qu’il est le beau-père de Philippe V. Heureux choix, puisqu’il obtient en 1713 le royaume de Sicile qui, outre des revenus considérables, lui offre une couronne royale à laquelle sa maison aspire depuis longtemps. Cette promotion lui donne un poids supplémentaire dans le jeu international où Victor-Amédée a su s’imposer. La diplomatie espagnole, toute attachée à récupérer la Sicile, refuse sans doute de prendre en compte cette puissance moyenne, soutenue par la Grande-Bretagne, et compte bien la déloger bientôt de son île.

13Philippe V — et, derrière lui, l’administration espagnole et la haute noblesse — ne se résigne pas à tous ces abandons auxquels l’Angleterre les condamne. Une partie du système impérial s’effondre. De plus, si la partie américaine reste intacte, la possession des Indes n’est guère tranquille et les avantages obtenus par Londres apparaissent comme un moyen de faire de la contrebande. La tension ne cesse plus guère entre Madrid et Londres d’autant que la monarchie espagnole n’accepte pas la cession de Gibraltar.

14La paix d’Utrecht apparaît aux yeux de la postérité comme solide mais, sur le moment, elle mécontente tous les pays européens ou presque. Philippe V peut compter sur tous ces mécontents pour le soutenir et il tente de les rallier les uns et les autres à sa cause, au cours des décennies suivantes. Il regarde aussi vers le nord de l’Europe où la guerre continue entre la Suède de Charles XII et la Russie de Pierre le Grand. Il regarde aussi vers l’est où un conflit éclate en 1715 entre l’empire ottoman d’un côté, la puissance autrichienne et Venise de l’autre. Philippe V cherche désormais à intervenir un peu partout pour ébranler ce cadre géopolitique qu’il n’accepte pas.

Une première rupture : l’émancipation à l’égard de la France

  • 16 Id., 2009.

15Le mariage de Philippe V d’Élisabeth Farnèse en 1714 se négocie sans l’intervention directe de la cour de Versailles. Sans doute soutenue par l’abbé Alberoni qui a préparé cette union, la nouvelle reine accomplit un spectaculaire coup de majesté en se débarrassant brutalement de la princesse des Ursins qui, pendant tant d’années, a incarné la forte relation entre Versailles et Madrid16. Le lien avec la France n’est pas rompu mais il devient, dans un premier temps, plus lâche, d’autant que Philippe V ne peut espérer la régence pendant la minorité de son neveu, après ses renonciations de 1712-1713. Désormais, Élisabeth prend un grand ascendant sur son mari et occupe désormais une place essentielle sur la scène internationale jusqu’à sa mort. Elle apporte aussi ses propres droits de succession au duché de Parme et au grand-duché de Toscane qu’elle peut transmettre à sa descendance. Cela nourrit un peu plus les prétentions espagnoles en Italie où la monarchie recentre ses efforts. Le roi s’appuie sur de grands seigneurs italiens, comme il donne aussi sa confiance à l’abbé Alberoni. La première tentative vise à retrouver deux royaumes par les armes : c’est la guerre de la Quadruple Alliance. Cela échoue. La seconde démarche mi-diplomatique mi-guerrière est un succès : c’est la guerre dite de la Succession de Pologne.

16Notons qu’en secret Philippe V nourrit encore l’espoir de revenir en France si le jeune Louis XV vient à disparaître. Cela accroît le fossé qui se creuse entre Madrid et Paris au temps de la Régence, et sans doute au-delà. Comme parent le plus proche du roi de France, comme petit-fils de Louis XIV, comme le continuateur de ses pratiques politiques, le roi d’Espagne regarde de l’autre côté des Pyrénées. Il sait qu’il peut compter aussi sur l’appui d’une partie de la cour, la « vieille cour », les fidèles de Louis XIV, qui font de ce prince très pieux leur champion.

17En France même, l’illusion demeure puisque la diplomatie officielle, dirigée par le maréchal d’Huxelles, semble encore fidèle aux engagements du précédent règne, donc aux bonnes relations avec l’Espagne, tandis que la diplomatie secrète de Dubois n’hésite pas à voir en Philippe V un rival du duc d’Orléans, voire un ennemi potentiel.

Les failles du nouvel ordre international

18Face à la puissance de Louis XIV, à partir de 1688, un axe diplomatique essentiel s’est constitué entre Londres et Vienne qui a permis à l’Europe de résister aux grandes agressions françaises : à la fin du xviie siècle, Jacques II n’a pas pu reconquérir les îles Britanniques et la France a abandonné les territoires de l’Empire « réunis » au royaume, à l’exception du cas particulier de Strasbourg. La guerre de la Succession d’Espagne affaiblit cette alliance naturelle, d’abord parce que l’Espagne n’est plus solidaire de la branche impériale de la maison d’Autriche, ensuite parce que le gouvernement de la reine Anne a été le premier à abandonner la Grande Alliance de La Haye pour discuter avec la France puis signer la paix. La cour impériale a renâclé devant cette situation et a tenté une nouvelle campagne militaire qui s’est révélée catastrophique. Elle a dû accepter la paix en 1714. L’empereur se garde bien en revanche de la signer avec Philippe V et la pacification européenne demeure donc incomplète et incertaine. Les initiatives espagnoles de 1717-1718 profitent de cette faille dans le système international mais, en même temps, elles permettent la reconstitution contre l’Espagne d’un front qui existait autrefois contre la France de Louis XIV.

  • 17 León Sanz, 1993 ; Ead., 2003 ; Verga, 1985.

19La maison d’Autriche, dont ne subsiste plus que la branche de Vienne, obtient en 1714 les Pays-Bas (Belgique et Luxembourg), Milan et le Milanais, le royaume de Naples et le royaume de Sardaigne. Elle reprend pour elle seule le rêve impérial en Europe au détriment du roi Catholique de la maison de Bourbon. Pourtant, l’empereur n’accepte pas la nouvelle donne géopolitique malgré l’accroissement considérable de sa puissance. En effet Charles VI n’oublie pas qu’il a été Charles III d’Espagne17. Il a dû abandonner à regret Barcelone en 1711. De plus, l’empereur accepte mal que la riche Sicile soit allée à Victor-Amédée II, son vassal en Savoie-Piémont.

  • 18 Alcoberro Pericay, 2002.

20L’empereur Charles VI conserve l’idée qu’il incarne la légitimité en Espagne et il a près de lui des fidèles qui l’ont suivi en Autriche : pour eux, la fidélité signifie l’exil. Agustí Alcoberro rappelle leur présence car ces fidèles venus d’Espagne tiennent une place importante à Vienne mais aussi dans les territoires italiens. S’il ne réussit pas à soutenir les Catalans lors de la négociation de Rastatt en 1714, l’empereur installe néanmoins à Vienne un conseil d’Espagne, qui rappelle les prétentions du prince au trône de Madrid18. Cette diaspora vit dans l’espérance d’un retour, toujours repoussé, et entretient des liens secrets avec les amis qui sont restés en Espagne. Le sort des Catalans demeure une préoccupation de la politique et de la diplomatie impériales pendant deux décennies. En Catalogne même, une résistance semble capable de renaître et Agustí Alcoberro évoque une guérilla austriaciste, financée et armée par la France au moment de la guerre de la Quadruple Alliance. Après le traité de La Haye qui marque la reconnaissance de Philippe par Charles, une nouvelle espérance naît pour les exilés, mais il faut attendre le traité de Vienne en 1725 pour qu’une amnistie générale soit déclarée. Cela ne signifie nullement un retour aux institutions traditionnelles de la Catalogne. En revanche, certaines familles peuvent songer à rentrer et à récupérer leurs biens séquestrés.

La vigilance des opinions publiques

  • 19 Hatton, 1978.

21De son côté, George Ier19, qui devient roi de Grande-Bretagne en 1714, vient d’Hanovre : vassal et allié de l’empereur, il accepte mal la pacification d’Utrecht qui lui paraît trop favorable aux Bourbons. Il semble laisser lui-même de l’espoir aux Catalans. En même temps, le traité franco-anglais d’Utrecht garantit la succession protestante, ce qui conduit la France à accepter le départ du Prétendant Stuart. L’Europe reconnaît ainsi les règles qui s’imposent à Londres et qui écartent nombre de princes, plus proches par la parenté des derniers souverains. Pourtant, le nouveau monarque peut craindre de voir sa légitimité contestée dans ses nouveaux royaumes, et cette contestation recevoir le soutien de tous les mécontents de la paix d’Utrecht, au premier rang desquels le roi Philippe V. Les Whigs reprennent le pouvoir, or ils ont souvent été les adversaires acharnés des accords d’Utrecht considérés comme humiliants. Ils doivent pourtant dessiner une politique extérieure qui en tienne compte, ainsi que du besoin de paix en Europe. Le gouvernement britannique montre une grande vigilance face aux entreprises de Philippe V, l’Angleterre conservant une position géopolitique exceptionnelle qui lui permet de contrôler le jeu diplomatique en Europe.

  • 20 La mobilisation intellectuelle et culturelle contre Louis XIV a suscité de nombreuses études dans (...)
  • 21 Bély, 2011.

22Les choix politiques y suscitent des débats ardents et durables, dont Manuel Castellano rappelle l’intensité au fil du temps. La presse tient en Grande-Bretagne une place importante dans la vie politique, parce qu’une forme de liberté s’y est établie. Les intérêts nationaux étant liés à la situation internationale, cette dernière intéresse l’opinion publique. Les historiens sont sensibles aussi aux débats qui s’établissent entre nombre de pays européens et la politique de Louis XIV a fortifié ces outils d’information qui deviennent aussi des armes intellectuelles face à la violence militaire20. Même dans un pays comme la France où la censure se maintient, les événements européens trouvent un écho. Les controverses ne tiennent guère compte des frontières, dessinant peut-être les contours d’une opinion publique internationale21. Cette sensibilité européenne se méfie des remises en cause qui pourraient troubler une ordonnance obtenue après un long conflit, et l’Espagne de Philippe V doit tenir compte des réactions que ses initiatives suscitent très vite. On peut même se demander si l’important dispositif mobilisé contre Louis XIV, puis contre les Bourbons, ne cible pas finalement Philippe V comme une dernière incarnation du moment louis-quatorzien, le petit-fils renouvelant le souvenir du grand-père.

23L’Angleterre accepte dès 1716 un rapprochement avec la France qui n’est pas sans inquiéter. La convention de Hanovre, préparée par Dubois et Stanhope, et signée le 9 octobre 1716, suscite la méfiance en Angleterre des Whigs les plus acharnés, des Hollandais, toujours inquiets face à la France, de même que des partisans français de la politique traditionnelle de Louis XIV, considérant l’Angleterre comme l’ennemi traditionnel de la France. L’Espagne redoute cette aide apportée au Régent détesté, l’empereur craint le rapprochement avec la France, toujours dangereuse, tandis que la Suède redoute l’aide apportée au Hanovre.

L’émancipation espagnole face à l’Europe d’Utrecht

24L’Espagne de Philippe V retrouve sa liberté d’action en bousculant l’ordre international établi par les traités de 1713-1714, et elle agit seule, sans alliance et sans soutien. Géraud Poumarède permet de suivre, à travers le témoignage de l’envoyé vénitien, cette capacité nouvelle à prendre des initiatives qui provoquent l’étonnement des cours européennes. Le roi d’Espagne a dissimulé ses préparatifs et joué des circonstances pour lancer l’attaque contre la Sardaigne. Cela illustre aussi la vitalité de la puissance espagnole malgré une guerre qui a duré longtemps. La vigilance de Venise révèle bien aussi à quel point le repli supposé de l’Espagne en Méditerranée est une illusion et qu’un équilibre régional reste à trouver.

  • 22 Dhondt, 2015a.

25Frederik Dhondt montre que les traités de 1713-1714 ont garanti les successions dans le cadre des pays européens, en Angleterre, en Espagne et en France : ils intègrent les nouvelles règles22. C’est dans la continuité de cette action internationale que se construit la riposte à l’Espagne de Philippe V.

  • 23 Torres Arce, Truchelo Garcia (éd.), 2014. J’aborde, dans ce recueil, la notion de « recomposition (...)
  • 24 Crouzet, 1996.
  • 25 Bély, 2018.

26La Triple puis la Quadruple Alliance prolongent les accords d’Utrecht et de Rastatt, permettant de passer de la paix à l’alliance, dans la perspective d’une défense même de la paix et de l’ordre international. Cela s’appuie sur un discours juridique qui vise aussi à ôter toute légitimité aux opérations lancées par Philippe V. Le regard historique ainsi change. Cet accord donne une garantie internationale à deux princes, le roi de Grande-Bretagne et le Régent, dont la situation personnelle paraît encore instable. Il confirme les traités de 1713-1714 et la recomposition géopolitique23. Il recrée l’axe franco-anglais qui a construit la paix. Cette alliance frappe d’autant plus l’historien que l’idée s’est imposée que la guerre a marqué les relations franco-anglaises pendant plus d’un siècle, de 1688 à 1815, comme une seconde guerre de Cent Ans24. Pendant la Régence, la diplomatie française se lie à celle de la Grande-Bretagne et semble en accepter les orientations. Ce choix s’explique par la situation financière difficile du royaume qui ne peut guère se lancer dans des aventures internationales de grande envergure, sans doute aussi par l’inclination de Philippe d’Orléans lui-même, qui considère sans doute le modèle anglais sans répugnance. Il cherche à s’éloigner du style autoritaire de son oncle et il craint les nostalgies de la « vieille cour »25.

27De façon plus audacieuse, un rapprochement s’opère entre la France et l’empereur. Certes, après le long affrontement entre Léopold Ier et Louis XIV, la fin du règne de ce dernier a vu un changement important au moment où l’on envoyait un ambassadeur à Vienne. Il apparaissait que le vieil antagonisme entre maison de France et maison d’Autriche était caduc puisque la France n’avait pas de frontière avec la puissance autrichienne et qu’un Bourbon avait pris la place des Habsbourg en Espagne. Par la Quadruple Alliance de 1718, Philippe d’Orléans prolonge donc cette intuition fondatrice qui aboutit beaucoup plus tard à une révolution diplomatique en 1756. Pourtant, ce rapprochement n’est encore que temporaire et l’affrontement entre Vienne et Versailles renaît en 1733.

  • 26 Voir Dhondt, 2013b.

28Ainsi, les décennies qui suivent la guerre de Succession d’Espagne semblent en apparence un temps d’interminables négociations qui n’imposent pas une stabilité définitive. Au contraire, ce travail diplomatique ininterrompu peut être analysé comme une mise à jour d’une réorganisation incomplète et insatisfaisante qui laisse émerger quelques conflits mais les contient et les résout à la fin. L’historien Emmanuel Le Roy Ladurie parle des « Trente heureuses26 », trente années presque sans guerre. Cette sécurité collective permet aussi à Philippe V de renouer très vite le lien dynastique avec les Bourbons en négociant un double mariage. Mais le duc de Bourbon, à son tour, remet tout en cause en renvoyant l’infante-reine, trop jeune pour donner des enfants à Louis XV.

  • 27 Pour la situation de la cour d’Espagne au temps du « lustre royal », voir Morales, Quiles García ((...)

29Pourtant, la paix est encore sauvegardée par la volonté tenace à Londres et à Versailles de trouver des accommodements, aussi parce que les ambitions des souverains restent limitées : Philippe V veut surtout que les fils de son second mariage aient des territoires en Italie27, et Charles VI veut d’abord que le plus grand nombre d’États soient garants de la Pragmatique Sanction.

Notes

1 Albareda Salvadó, 2010. Voir aussi Bély (dir.), 2003.

2 González Cruz, 2002.

3 Albareda Salvadó (éd.), 2004.

4 Désos, 2009. Jean Orry s’impose pourtant comme une figure marquante, Dubet, 2009 ; Hanotin, 2009.

5 Bernardo Ares, 2008.

6 Voir Bély, 2004, mais surtout Hanotin, 2018a.

7 Álvarez-Ossorio Alvariño, García García, León Sanz (éd.), 2007.

8 García González, 2009.

9 Dedieu, 2000.

10 Albareda Salvadó, 2002.

11 Bély, 1983.

12 Id., 1990.

13 Albareda Salvadó (éd.), 2015.

14 Aragonesismo austracista, éd. de Lluch Martín, 2010.

15 Bély, 1993 ; Id., 2015a.

16 Id., 2009.

17 León Sanz, 1993 ; Ead., 2003 ; Verga, 1985.

18 Alcoberro Pericay, 2002.

19 Hatton, 1978.

20 La mobilisation intellectuelle et culturelle contre Louis XIV a suscité de nombreuses études dans les dernières années : Boitel, 2016 ; Brétéché, 2015 ; Levillain, 2010 ; Id., 2015 ; Rameix, 2014 ; Ziegler, 2013.

21 Bély, 2011.

22 Dhondt, 2015a.

23 Torres Arce, Truchelo Garcia (éd.), 2014. J’aborde, dans ce recueil, la notion de « recomposition géopolitique », Bély, 2014.

24 Crouzet, 1996.

25 Bély, 2018.

26 Voir Dhondt, 2013b.

27 Pour la situation de la cour d’Espagne au temps du « lustre royal », voir Morales, Quiles García (éd.), 2010.

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search