Version classiqueVersion mobile

La reconstrucción de la política internacional española

 | 
Joaquim Albareda Salvadó
, 
Núria Sallés Vilaseca

II. — La reacción internacional ante la política española

Illusions et désillusions d’Alvise Mocenigo, envoyé de Venise à Madrid (1716-1717)

Géraud Poumarède

Texte intégral

  • 1 Sur l’ultime conflit entre Venise et la Porte, voir Bernardy, 1902 ; Setton, 1991, pp. 426-461.
  • 2 Poumarède, 2004, pp. 302-303.
  • 3 Id., 2018.
  • 4 Guimerá Ravina, Chaline (dirs.), 2018.
  • 5 Storrs, 2016b.

1À la fin de l’année 1714, la rupture vénéto-ottomane réouvre le front des guerres turques sur le versant oriental du continent européen, tout en suscitant d’intenses turbulences à l’intérieur de celui-ci1. Après une année de combats désastreux, au cours de laquelle Venise perd l’essentiel du royaume de Morée qu’elle avait conquis brillamment à la fin du xviie siècle, la République obtient enfin, au début de 1716, le soutien de l’empereur qu’elle sollicitait depuis l’ouverture des hostilités2. Cette entrée en guerre de Charles VI contre les Turcs est déterminante pour comprendre la série d’événements qui conduit la cour d’Espagne à armer en 1716 une petite escadre qu’elle envoie dans le Levant en soutien des Vénitiens et à lancer à l’été 1717 une attaque contre la Sardaigne. En 1716, il était essentiel de ne pas laisser Charles VI obtenir seul la gloire de s’être porté au secours de Venise, de l’Italie et de la chrétienté menacées ; en 1717, il s’agit de tirer profit des circonstances favorables qu’offre l’engagement des troupes impériales en Europe centrale pour frapper en Italie et en Méditerranée, seul véritable théâtre où Madrid et Vienne, qui n’ont toujours pas conclu de paix, peuvent encore se mesurer. Si la guerre turque sert de couverture et de prétexte aux armements navals qui sont réalisés en Espagne au printemps 1717, ces préparatifs sont finalement détournés contre l’empereur3. Un envoyé vénitien, venu solliciter le secours de Philippe V contre les Ottomans, est le témoin de ce revirement, qui s’accompagne d’un vigoureux effort de réarmement maritime4 et qui marque le retour de l’Espagne sur la scène européenne5. Sa mission achoppe sur la difficulté de renouer avec la cour de Madrid une relation qui s’est interrompue durant la guerre de Succession d’Espagne ; elle se heurte aussi à la détermination du roi catholique à reprendre pied en Italie au mépris des équilibres instaurés à Utrecht.

Un émissaire sans caractère

  • 6 Zimolo, 1925 et 1928.
  • 7 Perini, 1995-1996.
  • 8 Sur ces fluctuations, voir Stiffoni, 1986 ; Frigo, 2002. Plus généralement, voir Storrs, 2018.
  • 9 Garzoni, Istoria della Repubblica di Venezia, pp. 758-763.
  • 10 Ibid., p. 763.
  • 11 Ozanam, 1998, p. 443 ; Sallés Vilaseca, inédite, p. 291.

2La guerre de Succession d’Espagne a contribué à brouiller durablement les relations entre Madrid et Venise. Certes, la République envoie dès 1702 deux ambassadeurs extraordinaires pour reconnaître Philippe V qui se trouve alors à Milan. Elle opte ensuite, dans le conflit qui s’engage, pour une politique de neutralité6 qu’elle maintient officiellement jusqu’à la paix d’Utrecht7. Toutefois, alors que les Bourbons perdent peu à peu l’Italie, Venise se rapproche des Habsbourg et de l’archiduc Charles, qui est proclamé roi d’Espagne à Vienne en 17038. Les relations avec Philippe V se distendent et se dégradent : l’ambassadeur vénitien Girolamo Duodo n’est pas remplacé après sa mort survenue en 1706 et un simple secrétaire, Antonio Perazzo, continue à gérer les affaires de la République à Madrid. La rupture survient après l’élection impériale de 1711 : en novembre, deux ambassadeurs extraordinaires, Alvise Pisani et Andrea da Lezze, vont au-devant de Charles VI à Milan, afin de le féliciter pour son avènement à l’empire et de le reconnaître pour roi d’Espagne. L’empereur est ensuite reçu en grande pompe dans les territoires de la République qu’il traverse pour se rendre à Vienne. En rétorsion, Philippe V expulse d’Espagne le secrétaire Perazzo et ne remplace pas, sur les bords de la lagune, son ambassadeur, le prince de Santo Buono, rappelé dès le mois de juin 17119. Un « fil de correspondance lointaine10 » succède désormais aux relations officielles : un commerce de lettres très formel se poursuit entre Philippe V et les autorités de la République, tandis qu’un agent de l’Espagne, Luis de Tebes, est envoyé pour résider à Venise dès 1712, mais sans titre ni caractère11.

  • 12 Sur cette entreprise et son contexte, voir les éléments nouveaux apportés par ibid., p. 337.
  • 13 Archivio di Stato di Torino (AST), Materie politiche Estero (ME), Lettere ministri (L), Spagna, vo (...)
  • 14 AST, ME, L, Spagna, vol. 57, lettre de Gaspare Maria Morozzo della Rocca à Victor-Amédée II, Madri (...)
  • 15 Sur Ruzzini, voir Andretta, 2000, pp. 169-200 ; Poumarède, 2015.
  • 16 AST, ME, L, Spagna, vol. 57, lettre de Gaspare Maria Morozzo della Rocca à Victor-Amédée II, Madri (...)
  • 17 Voir l’édition de ce traité, dans Bernardy, 1902, pp. 98-103. La garantie des territoires italiens (...)
  • 18 Sallés Vilaseca, inédite, pp. 347-348.

3L’armement d’une flottille espagnole contre les Turcs au printemps 1716 ouvre cependant la voie à un possible rapprochement entre Madrid et Venise12. Dès la fin du mois d’avril, le bruit court que la République serait sur le point d’envoyer un émissaire en Espagne pour solliciter officiellement du roi catholique un secours contre la Porte13. Le choix des Vénitiens se serait porté sur Carlo Ruzzini, l’un de leurs diplomates les plus chevronnés14 : il a été le négociateur de la Sérénissime à la paix de Karlowitz en 1699, puis au congrès de paix d’Utrecht en 1712-1713, mais surtout il connaît le souverain espagnol pour avoir fait partie de l’ambassade extraordinaire expédiée aux devants de Philippe V à Milan en 170215. L’affaire semble malgré tout difficile et la réconciliation encore lointaine. Le ressentiment demeure vif à la cour de Philippe V contre la reconnaissance par les Vénitiens de l’empereur Charles VI comme roi d’Espagne et la République paraît plus que jamais liée aux intérêts de la Maison d’Autriche sur laquelle elle s’appuie face à la puissance ottomane. Un envoyé de la Sérénissime, estime l’ambassadeur de Victor-Amédée II, le marquis Morozzo, ne pourrait se présenter qu’en « noble vénitien », dépouillé de tout caractère. Il est en effet peu vraisemblable qu’on le reconnaisse pour ministre public et qu’on lui permette de négocier avec le secrétaire d’État José de Grimaldo16. Le climat de défiance et de tension est tel que la mission elle-même est finalement ajournée. Elle s’est heurtée à de nouveaux différends : le 13 avril 1716, en effet, Venise a renouvelé avec l’empereur Charles VI le traité de ligue contre les Turcs auquel elle avait adhéré en 1684 ; elle s’est aussi engagée à garantir ses possessions italiennes en échange de son entrée en guerre contre les Ottomans17. Regardé avec inquiétude par Philippe V et son entourage, cet alignement de Venise sur les Impériaux semble exclure tout accommodement et des mesures sont prises pour éviter à tout prix l’arrivée d’un envoyé de la République18.

  • 19 Les opérations très limitées de l’escadre espagnole aux côtés de la flotte vénitienne ont été évoq (...)
  • 20 Archivio di Stato di Venezia (ASVe), Senato (S), Dispacci Ambasciatori (DA), Spagna, vol. 143, no  (...)
  • 21 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 2, lettre de Mocenigo au Sénat, Milan, 30 août 1716.
  • 22 L’escadre regagne finalement l’Espagne à la fin du mois de novembre, voir AST, ME, L, Spagna, vol. (...)
  • 23 AST, ME, L, Spagna, lettre de Morozzo à Victor-Amédée II, Madrid, 9 novembre 1716.
  • 24 « Ero scielto dall’eccellentissimo Senato col solo titolo di nobile veneto appresso Sua Maestà » ( (...)
  • 25 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 4, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 7 novembre 1716.

4Le projet est pourtant relancé quelques mois plus tard, à la fin de l’été 1716, à l’initiative des Vénitiens. L’escadre espagnole a finalement fait, pour quelques jours, sa jonction avec la flotte de la République au large de Corfou et elle a ainsi contribué à la levée du siège de l’île par les Ottomans19. Un noble vénitien Alvise Mocenigo est alors envoyé à Parme pour remercier le duc François Ier de la part qu’il a prise, par le moyen de la reine d’Espagne Élisabeth Farnèse, dans l’expédition des secours que le roi catholique a destinés au renfort des armées vénitiennes20. Sur ordre du Sénat, Mocenigo doit aussi solliciter l’intervention du duc auprès de Philippe V pour que les navires espagnols se maintiennent sur le théâtre des opérations jusqu’à ce qu’il soit possible d’obtenir qu’ils hivernent en Levant ou dans quelque port d’Italie. Cette mesure, explique le Vénitien, permettrait de prévenir l’ennemi et d’agir avec zèle et promptitude dès l’ouverture de la campagne à venir21. Si les attentes de la République sont finalement déçues et que l’escadre espagnole prend le chemin du retour dès le début du mois de septembre, longeant sans trop se presser les côtes de la péninsule Italienne et de la Sicile22, l’appui de François Ier Farnèse n’en permet pas moins à Alvise Mocenigo de gagner Madrid, où il parvient au début du mois de novembre 171623. Se présentant sans caractère, « choisi par le Sénat avec le seul titre de noble vénitien auprès24 » du roi catholique, il est chargé d’une double mission. Sous couvert de remettre à Philippe V et Élisabeth Farnèse des lettres de la Seigneurie les remerciant des secours qu’ils ont bien voulu envoyer en Levant, il lui appartient d’abord de renouer avec eux le dialogue pour favoriser une progressive normalisation des relations vénéto-espagnoles ; il doit aussi veiller à ce que les souverains accordent bien, pour la prochaine campagne de 1717, le nouveau soutien de navires que leur a réclamé le pape Clément XI et sur lequel Venise compte pour renforcer sa flotte25.

  • 26 « Sua Maestà [aveva] formato un aperto disgusto con tutti li principi d’Italia, perché riconobbero (...)
  • 27 AST, ME, L, Spagna, vol. 57, lettre de Morozzo della Rocca à Victor-Amédée II, Madrid, 23 novembre (...)
  • 28 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 17, lettre de Mocenigo au Sénat, 23 janvier 1717.
  • 29 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 36, lettre de Mocenigo au Sénat, 24 mai 1717.

5La position de Mocenigo à la cour d’Espagne reste cependant fragile et ses marges de manœuvre limitées. Alors qu’il espère être admis à l’audience du roi dès son arrivée, il se heurte à un refus qui lui est signifié par Alberoni. « Sa Majesté, explique ce dernier, nourrit un dégoût public pour tous les princes d’Italie, parce qu’ils ont reconnu pour roi d’Espagne celui qui est actuellement empereur », de sorte qu’en apprenant la venue du Vénitien, Philippe V aurait même averti le duc de Parme que celui-ci trouverait des difficultés à son audience26. Les initiatives et les démarches de Mocenigo semblent en effet condamnées à demeurer vaines : le roi catholique réclame des excuses publiques de la République en préalable au rétablissement des relations avec celle-ci27 or la Sérénissime, qui cherche avant tout à préserver ses liens avec Charles VI, ne paraît pas disposée à les hasarder au profit d’une réconciliation avec l’Espagne. En janvier 1717, Mocenigo, qui s’efforce d’échapper aux réparations demandées par Madrid, échoue à nouveau à se faire recevoir du roi catholique28. Il essuie encore un échec en mai, lorsqu’il rejoint la cour à Ségovie bien décidé à obtenir enfin son audience : Philippe V continue de réclamer des excuses officielles29.

Une entreprise d’influence

  • 30 Alberoni « governa con suprema direttione il destino di questi regni » (ASVe, S, DA, Spagna, vol.  (...)
  • 31 Alberoni « si può dire arbitro del destino d’ogn’uno » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 12, lett (...)
  • 32 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 20, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 22 février 1717.
  • 33 Mocenigo s’est entretenu avec Alberoni et Daubenton, « perché quello, col credito che tiene con la (...)
  • 34 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 8, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 7 décembre 1716.
  • 35 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 18, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 1er février 1717. Sur E (...)
  • 36 « Io [non] mancai di vederlo alla corte et usare seco le ufficiosità che ricerca il miglior pubbli (...)

6Empêché de voir le roi et la reine, en raison des litiges en souffrance entre Venise et Madrid, Mocenigo n’en déploie pas moins une action d’influence officieuse et inlassable afin d’obtenir l’assurance de l’envoi d’une escadre en Levant et de hâter le plus possible ses préparatifs et son départ. Il s’entretient ainsi très régulièrement avec Alberoni qui, souligne-t-il, « gouverne d’une direction suprême le destin de ces royaumes30 » ou dans lequel il voit encore, à la cour d’Espagne, « l’arbitre du destin de chacun31 ». L’envoyé de Venise cherche aussi parallèlement à se concilier les faveurs du confesseur du roi, le jésuite Guillaume Daubenton, pour que celui-ci s’emploie à soutenir ses instances auprès de Philippe V32. L’un et l’autre lui sont en effet nécessaires, explique-t-il au Sénat : Alberoni « pour le crédit qui est le sien auprès la reine », Daubenton « pour l’influence dont il jouit auprès du souverain »33 . Mocenigo s’empresse de même auprès du duc de Popoli, Restaino Cantelmo-Stuart y Brancia34, et il s’abouche encore avec les chefs d’escadre espagnols. En février 1717, il s’entretient longuement avec Esteban Mari, qui avait commandé l’armement de 1716, pour le « maintenir dans ses bonnes dispositions à l’égard de la Sérénissime35 » . Deux mois plus tard, Mocenigo approche à la cour Don Baldassar de Guevarra, pressenti pour un commandement dans la future campagne, afin « d’user avec lui de ces courtoisies que requiert le meilleur des services publics36 ».

  • 37 Voir ses interventions répétées en ce sens, ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, nos 6, 7, 11, lettres d (...)
  • 38 « Una nazione tarda a risolvere e pigra nell’operare » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 6, lettr (...)
  • 39 « Non si applica a tutte le necessarie proviggioni per le navi e si va perdendo il tempo che riesc (...)
  • 40 « Le più premurose istanze acciò s’intraprendi il necessario lavoro » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 1 (...)

7Acteur officieux des relations internationales, dépourvu de tout caractère et délibérément ignoré par Philippe V, l’envoyé de Venise parvient donc à se mouvoir dans les coulisses du gouvernement espagnol, soulignant avec empressement, auprès de chacun de ses interlocuteurs, l’urgence qu’il y aurait à former une nouvelle escadre et à l’envoyer en Levant. À l’automne et au début de l’hiver 1716, les navires espagnols ne sont pas plus tôt revenus de Corfou qu’il insiste ainsi auprès d’Alberoni pour qu’ils soient mis sans tarder au radoub et apprêtés pour la saison prochaine37. Mais devant le peu d’effet de ses demandes, Mocenigo s’impatiente. La nation espagnole, estime-t-il en novembre, est « lente à la décision et paresseuse dans l’action38 » et le Vénitien se désole fin décembre de constater que « l’on ne s’applique pas à toutes les provisions nécessaires pour les navires » et qu’« on perd un temps précieux pour leur expédition qui ne se fera pas ou, si elle se fait, qui sera trop tardive »39. Aussi renouvelle-t-il en janvier « ses instances les plus pressantes afin qu’on entreprenne le travail nécessaire40 ».

  • 41 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 17, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 23 janvier 1717.
  • 42 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, nos 18, 21, 22, 23, lettres de Mocenigo au Sénat, Madrid, 1er, 22 e (...)
  • 43 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 23, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 8 mars 1717.
  • 44 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 29, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 12 avril 1717.
  • 45 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 37, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 31 mai 1717.
  • 46 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 32, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 3 mai 1717.

8Alors qu’à partir de février 1717 les préparatifs s’engagent enfin dans les ports espagnols41 et qu’ils prennent progressivement de l’ampleur42, Mocenigo ne relâche pas ses efforts. Il continue de faire valoir le préjudice qui résulterait d’un départ tardif de l’escadre pour le Levant et souligne au contraire les avantages que procureraient sa partance anticipée et son union rapide avec la flotte de la République43. Le moindre ralentissement des travaux le conduit à redoubler ses démarches. Informé à la mi-avril du retard pris par l’armement d’un navire à Barcelone, il plaide pour que l’escadre parte sans lui44. Constatant que les bâtiments n’ont toujours pas quitté l’Espagne à la fin du mois de mai, il s’inquiète des désertions qui pourraient diminuer leurs équipages dans cette longue attente et réclame à nouveau qu’ils appareillent au plus vite45. Le Vénitien se préoccupe aussi de la longueur du voyage jusqu’au Levant. De l’Espagne à l’Adriatique, la route semble interminable et Mocenigo souhaiterait que Philippe V donne à ses navires l’ordre de se rendre en droiture jusqu’à Corfou, pour y faire leur jonction avec la flotte de la Sérénissime. Il faut éviter à tout prix qu’ils perdent du temps en multipliant les haltes dans les ports d’Italie, comme ils l’avaient fait lors de l’expédition de 171646.

  • 47 Poumarède, 2004, pp. 57-59.
  • 48 L’expression « ennemi commun » (« nemico commune »), archétype de la rhétorique de mobilisation co (...)
  • 49 « L’espedizione dei vascelli doveva riputarsi per una generosa azione del re di inviare i suoi soc (...)
  • 50 Mocenigo prie Daubenton « di far risaltare alla Maestà Sua il merito che ne avrebbe presso l’Altis (...)
  • 51 « Volevo sperare che la singolare pietà del re non avrebbe abbandonata la causa del Cielo ne tratt (...)

9Toutes ces sollicitations, qui scandent des préparatifs qui se prolongent indéfiniment, s’accompagnent d’une rhétorique de mobilisation anti-ottomane, que Venise et ses agents ont appris à manier avec perfection dans les périodes de crise47. Mocenigo cherche constamment à obtenir des assurances que ces navires qui s’arment dans les ports espagnols seront bien envoyés au secours de la République et exhorte pour ce faire le roi catholique à la lutte contre les Turcs, « ennemis communs48 » des chrétiens. L’expédition des vaisseaux, insiste-t-il auprès d’Alberoni en janvier 1717, passera pour une action généreuse du roi, se portant au secours de la chrétienté avec pour seul motif la gloire de son nom et l’exemple de ses prédécesseurs sur le trône de la monarchie catholique49. Philippe V ne devrait considérer, explique-t-il encore en février, que le mérite qu’il s’acquerra auprès du Très-Haut en concourant à abattre les Ottomans50. Le Vénitien revient à nouveau fin avril sur le besoin dans lequel se trouve la chrétienté tout entière des secours véritables du roi d’Espagne contre ces derniers. Il veut espérer, martèle-t-il, que sa piété singulière n’abandonnera pas la cause du Ciel et ne laissera pas l’escadre sans emploi dans les eaux espagnoles, mais qu’elle la mettra au contraire en action unie à celle de la République51. Dans cet état d’urgence, face aux forces ottomanes auxquelles elle s’oppose depuis plus de deux ans, Venise n’hésite donc pas au début du xviiie siècle à puiser des arguments dans le fonds séculaire d’une culture de l’antagonisme tournée contre le monde ottoman afin de mieux persuader Philippe V de lui prêter assistance.

Entre Rome et Madrid

10La récurrence des exhortations de Mocenigo, l’insistance avec laquelle il réclame des secours témoignent cependant des incertitudes qui entourent longtemps l’envoi de navires dans le Levant à l’occasion de la campagne de 1717. Il apparaît très vite au Vénitien, en effet, que l’organisation d’une nouvelle expédition est utilisée par la cour d’Espagne comme un moyen de pression sur la papauté, afin d’obtenir de celle-ci une série concessions assortie du règlement des différends qui opposent depuis longtemps Madrid et Rome.

  • 52 « Senza questo essere impossibile il poter trovare il denaro al bisogno della spesa » (ASVe, S, DA (...)
  • 53 « Il re si trova deluso e conosce l’animo del pontefice alieno dal favorire la Spagna » (ASVe, S, (...)
  • 54 « La corte di Roma ha per massima di volere esiggere tutto dal re cattolico ma nulla essa conceder (...)
  • 55 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 25, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 22 mars 1717.
  • 56 Sallés Vilaseca, inédite, p. 419.
  • 57 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 25, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 22 mars 1717.
  • 58 « Questo […] fa vedere perdute in gran parte le speranze d’haverla al militar travaglio nella vici (...)

11À la fin du mois de novembre 1716, quelques semaines à peine après son arrivée, Mocenigo est ainsi informé par Alberoni que l’armement de l’escadre demeure subordonné à l’attribution par le pape de subsides sur le clergé, sans lesquels « il est impossible de trouver l’argent nécessaire à la dépense52 ». Les premières concessions financières accordées par Rome en janvier sont toutefois jugées insuffisantes par Madrid, qui ne cache pas son indignation. Philippe V « se trouve déçu », explique Alberoni, et « il sait l’âme du pontife [Clément XI] peu encline à favoriser l’Espagne »53. « La cour de Rome, insiste-t-il encore, a pour maxime de tout exiger du roi catholique sans rien concéder à celui-ci54 ». Progressivement, le Vénitien prend la mesure de l’ampleur des tensions. La promotion cardinalice d’Alberoni fait aussi partie des demandes de l’Espagne55 et la lenteur avec laquelle Rome traite ce dossier ne fait qu’aigrir les relations entre les deux cours. En mars 1717, l’élévation au cardinalat de Giberto Borromeo, fidèle de Charles VI, est ressentie comme une provocation par Madrid56 qui refuse de laisser entrer dans le royaume Pompeo Aldrovandi que le pape envoie pour accommoder les ultimes différends et résider en qualité de nonce57. L’impasse est totale. Mocenigo écrit en avril que Philippe V continue d’exiger avec constance que le pape fasse le premier pas en cédant à ses requêtes, sans quoi il menace de retenir ses navires dans les eaux espagnoles. Le Vénitien se désole de voir ainsi « perdues en grande partie les espérances d’avoir [l’escadre] prête à l’action militaire pour la prochaine campagne58 ».

  • 59 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 17, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 23 janvier 1717. Sur l’ (...)
  • 60 « Procurai di distinguere l’affare in due parti e separare la spedizione delle navi dall’aggiustam (...)
  • 61 « Io mi affaticai per persuaderlo che i gloriosi aiuti che il re apportava alla cause del Signore (...)
  • 62 « Se il pontefice si era demeritato di ottenerli […], Sua Maestà poteva favorire a drittura la Rep (...)
  • 63 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, nos 27 et 28, lettres de Mocenigo au Sénat, Madrid, 5 avril 1717.
  • 64 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 33, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 10 mai 1717.
  • 65 « [È] di già molto avvanzata la staggione e ogni piccola dimora all’espeditione della squadra la r (...)
  • 66 « I am of opinion that the squadron can not go out time enough to act this campaign to any purpose(...)

12Pour tenter de remédier à ces blocages, la République n’hésite pas à faire intervenir à nouveau le duc de Parme auprès de Philippe V59, tandis qu’à Madrid, Mocenigo s’ingénie à trouver des expédients et multiplie les propositions pour convaincre le monarque de faire partir ses navires pour le Levant. Il invite ainsi ses interlocuteurs à « distinguer l’affaire en deux parties et séparer l’expédition des navires de l’ajustement avec la cour de Rome60 », puis revenant avec Alberoni sur le sujet, il tente à nouveau de le persuader « que les soutiens glorieux que le roi apporte à la cause de Dieu et de la religion catholique devraient être dissociés des intérêts en souffrance » avec la papauté61. Il suggère encore que l’escadre ne soit plus nommément envoyée au secours du souverain pontife, comme cela était initialement prévu, mais que, si Clément XI a démérité aux yeux de Philippe V, elle soit utilisée pour favoriser directement la République et placée sous le commandement des Vénitiens62. En désespoir de cause, sur une proposition de Mocenigo, Venise finit par offrir l’assistance de ses représentants à Rome pour hâter le dénouement de la crise et obtenir enfin le cardinalat pour Alberoni63. Aucune de ces requêtes, aucune de ces initiatives portées par la République et son envoyé à Madrid ne semble cependant aboutir, et l’envoyé note encore, au début du mois de mai, que tout reste suspendu aux réponses que le pape fera aux demandes de Philippe V64. La saison est déjà si avancée, estime alors Mocenigo, que tout retard supplémentaire apporté à l’expédition de l’escadre ne la conduira en Levant que très tardivement, et peut-être même après les opérations65. Ce constat est partagé par George Bubb, l’envoyé de Grande-Bretagne à Madrid, qui considère quant à lui qu’elle ne peut plus « prendre la mer suffisamment à temps pour agir durant la campagne pour quelque fin que ce soit66 ».

  • 67 Pulido Bueno, 1998. Sur sa participation active au réarmement naval de l’Espagne, voir Crespo-Sola (...)
  • 68 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 14, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 11 janvier 1717.
  • 69 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 17, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 23 janvier 1717.
  • 70 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 19, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 8 février 1717.
  • 71 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 20, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 15 février 1717.
  • 72 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 20, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 15 février 1717.
  • 73 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 29, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 12 avril 1717.
  • 74 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 34, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 17 mai 1717.
  • 75 « After having made very considerable expenses, they will be convinced that Spain will never be fo (...)

13Pourtant, depuis le mois de janvier 1717, sous la direction de l’intendant général de la Marine José Patiño67, l’Espagne s’est finalement lancée dans des préparatifs navals d’envergure, qui contrastent avec l’attentisme dont fait preuve le souverain. Mocenigo en rapporte scrupuleusement tous les détails dans ses dépêches au Sénat. Il annonce ainsi, au début de 1717, que l’Espagne cherche à relancer sa production de canons et que des ordres ont été donnés pour rassembler tout le matériel nécessaire à l’équipement de navires68. Bientôt, on commence à armer douze vaisseaux dans le port de Cadix69, tandis qu’un bâtiment plus imposant, considéré comme le futur vaisseau amiral, est assemblé à Barcelone70. Le Vénitien note aussi, à la mi-février, le dessein d’aménager un arsenal à Ferrol sur les côtes de Galice71, tandis que six autres navires sont en cours de construction en Biscaye72. Au mois d’avril, l’activité s’intensifie encore. Mocenigo obtient des assurances que le nombre des ouvriers a été augmenté sur les chantiers73. Il y a de l’argent pour achever la tâche, si bien qu’à la mi-mai, le carénage des navires est terminé, les équipages sont prêts, on a rassemblé les soldats qui serviront à la défense des bâtiments74. L’escadre semble prête à appareiller prochainement et, malgré le jugement plein de morgue de l’envoyé anglais George Bubb, qui assure qu’« après avoir fait de très considérables dépenses, [les Espagnols] se convaincront que l’Espagne ne sera jamais formidable sur mer75 », cette dernière s’est effectivement dotée d’une importante force d’intervention en Méditerranée. Les différends qui opposent Philippe V à Clément XI entravent cependant toujours son envoi dans le Levant.

La surprise de la Sardaigne

  • 76 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 35, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 1717.
  • 77 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 37, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 31 mai 1717.
  • 78 « Io continuo gli eccitamenti a ministri perché sempre più affrettino Patiño alla perfezione dell’ (...)
  • 79 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 39, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 14 juin 1717.
  • 80 « Lista delle navi spagnuole », jointe à ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 41, lettre de Mocenigo (...)
  • 81 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 43, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 5 juillet 1717.
  • 82 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 45, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 19 juillet 1717.

14Tout paraît se débloquer enfin dans les derniers jours de mai, alors que Clément XI a notamment donné des assurances sur la promotion à venir d’Alberoni. Le 24, Mocenigo triomphe : ses interlocuteurs lui assurent tous que Philippe V a ordonné le départ de douze bâtiments pour le secours des armées chrétiennes sous le commandement du marquis Mari76. Parallèlement, Aldrovandi est autorisé à entrer dans le pays et à rejoindre la cour pour fixer les ultimes détails de l’accord77. Le Vénitien redouble d’ardeur. « Je continue, écrit-il au Sénat début juin, à exciter les ministres pour qu’ils pressent toujours plus Patiño d’achever cette œuvre tellement nécessaire dans cette saison si avancée78 ». Il peut par ailleurs faire désormais cause commune avec le représentant pontifical et incite Aldrovandi à réclamer lui aussi un départ des navires le plus prompt possible79. À l’approche de l’été, l’escadre initialement prévue se transforme progressivement en une véritable petite flotte. Selon une note adressée par Mocenigo au Sénat le 21 juin, elle comprendrait désormais dix-sept bâtiments, dont deux brûlots et un navire-hôpital, avec une puissance de feu totale de 838 canons80. On rassemble aussi des troupes nombreuses qui convergent vers Barcelone où se réunissent les navires81 ; de grosses quantités de bombes, de munitions, de farine seraient encore amassées82 pour équiper ce qui ressemble de plus en plus à un corps expéditionnaire. Début juillet, Mocenigo veut toujours croire qu’une telle mobilisation, qui excède très largement les promesses de la cour d’Espagne, continue d’avoir pour objectif la lutte contre les Turcs. Certes, concède-t-il,

  • 83 « Questi preparamenti di navi, di gente e d’imbarcamenti […] con milizie e ufficiali per dirigerle (...)

ces préparatifs de navires, d’hommes et d’embarquements, […] avec la troupe et les officiers pour les commander et l’argent pour les payer, laissent à penser qu’ils pourraient être organisés dans le dessein de tenter un coup de main ou bien sur la Sardaigne, ou bien vers les ports de la Toscane83.

  • 84 « Tal concetto però non nutrono li huomini di buon senso che, considerando la qualità dell’intrapr (...)
  • 85 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 44, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 12 juillet 1717.
  • 86 Alonso Aguilera, 1977.

15Mais, s’empresse-t-il d’ajouter, « ces réflexions ne sont pas celles des hommes de bon sens qui, considérant la qualité de l’entreprise et soupesant les forces de la monarchie, ainsi que les inclinations intérieures des peuples, croient nécessaire le repos et non la fatigue de nouveaux désordres84 ». Dans une entrevue avec Alberoni, le 12 juillet, il lui fait part de toutes ses interrogations et de toutes ses inquiétudes, mais celui-ci le rassure : les troupes rassemblées sont destinées à la garnison de Majorque et si l’escadre a été retenue jusqu’alors pour d’ultimes ajustements, elle est désormais prête au départ et la nouvelle de celui-ci devrait incessamment parvenir à Madrid85. Le plus gros de la flotte espagnole quitte Barcelone deux semaines plus tard, le 25 juillet. Elle ne rejoindra jamais le Levant. Après une halte à Majorque, elle met le cap sur la Sardaigne, où les troupes espagnoles débarquent le 22 août 1717, plongeant ainsi l’Europe dans la crise86.

  • 87 Martín Marcos, 2008.
  • 88 Sallés Vilaseca, inédite, pp. 419-430.
  • 89 « [Alberoni] me répétant ce qu’il m’avoit déjà dit le matin, qu’il prévoyoit comme moy toutes les (...)

16Grâce à la thèse de Núria Sallés, on connaît bien désormais l’enchaînement de décisions et d’événements qui conduit à diriger vers la Sardaigne l’expédition qui semblait initialement prévue contre les Turcs. L’événement déclencheur a été la nouvelle de l’arrestation de José Molinès dans l’État de Milan87, parvenue à Madrid dans la nuit du 7 juin. Dès le 11 juin, le roi ordonne d’armer et de rassembler des troupes terrestres, donnant ainsi une ampleur nouvelle à l’expédition et changeant sa destination finale pour Naples. Une ultime réorientation s’opère encore entre le 24 et le 26 juin sur les conseils de Patiño : l’escadre frappera la Sardaigne. Contrairement à ce qui a longtemps été affirmé par l’historiographie, la reine et Alberoni ne sont pas véritablement à la manœuvre dans cette affaire. Certes, le duc de Parme plaide pour une attaque de Naples et le fait savoir par un courrier extraordinaire, mais la décision est prise au sein du conseil par Philippe V lui-même avec l’appui d’un parti d’aristocrates espagnols et italiens, favorables à la guerre contre l’empereur et à la récupération des royaumes italiens perdus à Utrecht88. Alberoni semble avoir plutôt été hostile à cette intervention et la démonstration de Núria Sallés concorde sur ce point avec les déclarations du prélat aux ministres étrangers présents à Madrid et rapportées par ceux-ci dans le courant du mois d’août, lorsqu’on apprend enfin la véritable destination de la petite flotte armée par l’Espagne89.

  • 90 « Gli ferisce il cuore la pace di Utrecht » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 5, lettre de Moceni (...)
  • 91 « Non si può negare che si bramarebbe da Sua Maestà il possesso di qualche stato in Italia » (ASVe (...)
  • 92 « I have good reasons to believe that that matter is yet very uncertain and that the king of Spain (...)
  • 93 NA, SP, série 94, vol. 87, lettre de George Bubb à Addison, Madrid, 28 juin 1717.
  • 94 NA, SP, série 94, vol. 87, lettre de George Bubb à Addison, Madrid, 5 juillet 1717.

17Durant plusieurs semaines cependant, un profond secret entoure ces bouleversements et Alvise Mocenigo ne voit rien venir. Certes, il avait alerté la République sur les ambitions italiennes de Philippe V et d’Élisabeth Farnèse, lors de son arrivée à Madrid, à la fin de 1716. « La paix d’Utrecht lui blesse le cœur », avait-il ainsi déclaré à propos du roi catholique90, soulignant encore, un peu plus tard, que celui-ci désirait ardemment la possession de quelque État en Italie91. Mais avec le lancement des préparatifs si vivement et si longtemps réclamés par Mocenigo, toute l’attention de celui-ci s’était reportée sur la demande d’un départ rapide de l’escadre pour le Levant. À vrai dire, rares sont les observateurs étrangers qui remettent en cause, avant la mi-juillet, la volonté de Philippe V d’intervenir dans la guerre turque. L’Anglais George Bubb est cependant l’un de ceux-ci. Dès le 1er mars 1717, tout en rapportant qu’il avait été décidé à Madrid que douze navires pourraient être envoyés au service du pape et de la chrétienté, il avait ajouté : « J’ai de bonnes raisons de croire que cette affaire est encore très incertaine et que le roi d’Espagne a d’autres projets92 ». Puis, devant l’ampleur que prend l’armement, il écrit à la fin du mois de juin aux gouverneurs de Gibraltar et de Mahon pour qu’ils se tiennent sur leurs gardes93. Le 5 juillet enfin, rappelant les réserves qu’il avait exprimées dès le mois de mars, il considère qu’on ne se lancerait pas en Espagne dans de si vastes préparatifs, si le seul objectif de l’expédition était de porter secours à Venise contre les Ottomans. Il prévoit au contraire une attaque contre la Sardaigne avec, en cas de succès, une attaque contre Naples94.

  • 95 « Credo di non sbagliare in assicurare Vostra Maestà che l’ultimo de’ pensieri di questa corte è q (...)
  • 96 « Fin ora se gli danno buone parole, ma nello stringere comunemente si crede ch’egli restarà delus (...)
  • 97 « Alcuni cervelli speculativi pretendono che la guerra contro il Turco serva solo di pretesto e di (...)
  • 98 « Sono in obligo di portare alla Sua notizia che questa corte sta in imminenza e fa disposizioni t (...)
  • 99 AST, ME, L, Spagna, vol. 58, lettre de Doria del Maro à Victor-Amédée II, Madrid, 12 juillet 1717.

18Comme George Bubb, l’abbé Carlo Alessandro Doria del Maro, qui a remplacé Morozzo della Rocca comme ambassadeur du roi de Sardaigne au début de 1717, émet précocement des doutes. Dès le début du mois de mai, il croit bon d’avertir Victor-Amédée II que, selon lui, c’est bien « la dernière des pensées de cette cour que d’aider la cause commune de la chrétienté avec l’escadre des navires de guerre95 ». Il se moque alors beaucoup des fatigues que se donne Mocenigo pour obtenir l’expédition des bâtiments au service de la République, estimant qu’il est entretenu dans ses espoirs par les bonnes paroles que lui donnent ses interlocuteurs, mais qu’il en demeurera déçu96. Devant l’ampleur des préparatifs, la célérité avec laquelle ils sont menés, les fonds importants qui y sont consacrés, Doria del Maro, à l’instar de Bubb, estime lui-aussi fin juin qu’il ne peut s’agir seulement d’un secours envoyé à Venise et il rapporte à son souverain les propos de « certains cerveaux spéculatifs », selon qui « la guerre contre le Turc servirait seulement de prétexte et de couverture à l’escadre », dont « le véritable destin serait de tenter, à l’aller ou au retour, quelque surprise dans le royaume de Sardaigne »97. Le 5 juillet, il prévient Victor-Amédée II que la cour d’Espagne « est sur le point de prendre des dispositions qui laissent beaucoup à craindre pour la tranquillité de l’Europe catholique et qui feront voir sous peu la neutralité de l’Italie rompue98 ». Dans le même temps, toujours avec un brin de condescendance, il décrit les ultimes démarches de Mocenigo et d’Aldrovandi auprès d’Alberoni pour tenter de sauver l’armement99.

  • 100 « Questi preparativi da bocca e da guerra fanno credere che si meditino occulti dissegni coloriti (...)
  • 101 « Pare che le misure ora tenute non corrispondano agli impegni contratti e tendino a sturbar la qu (...)
  • 102 AMAE, CP, Espagne, vol. 259, fos 98ro-103vo, lettre de Saint-Aignan à Louis XV, Madrid, 11 août 17 (...)
  • 103 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 52, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 30 août 1717.

19Le Vénitien ne se résout que tardivement à admettre un détournement possible de la flotte espagnole. Le 19 juillet, il concède enfin que « ces préparatifs de bouche et de guerre font croire que l’on médite des desseins occultes, colorés du prétexte de l’expédition de ce soutien en faveur de la chrétienté100 », avant de reconnaître le 26, alors que les navires du roi catholique viennent de quitter Barcelone, que « les mesures adoptées désormais ne correspondent pas aux engagements pris et tendent à troubler la quiétude de l’Europe chrétienne101 ». Le secret, qui entoure les véritables objectifs de Philippe V, perdure encore quelques semaines, maintenu par ses ministres et entretenu par un contrôle étroit de l’information. Le duc de Saint-Aignan, ambassadeur de Louis XV, en est informé dès le 11 août de la bouche d’Alberoni, avant tous les autres ministres étrangers102, mais Mocenigo doit patienter jusqu’à la fin du mois pour rencontrer enfin le prélat, promu cardinal depuis le 11 juillet précédent. Alberoni profite de l’entrevue pour défendre avec éloquence le choix du roi. Philippe V, explique-t-il, a agi par amour pour le véritable équilibre de l’Europe chrétienne. Loin d’ambitionner de récupérer en Italie et en Flandre ses territoires perdus, il est d’abord intervenu pour réveiller les princes de la léthargie dans laquelle la grande fortune de César les maintient plongés. L’Espagne, continue Alberoni, entend ainsi donner aux princes d’Italie l’occasion de se soustraire à la sujétion et à la violence allemandes103. S’adressant au représentant officieux d’une République qui avait en son temps milité pour la liberté de l’Italie, le cardinal mobilise ainsi des éléments rhétoriques qui peuvent encore toucher son interlocuteur. Le message est clair : l’escadre espagnole n’a pas hissé ses bannières contre les Turcs, mais contre un autre oppresseur de l’Italie, l’empereur Charles VI.

  • 104 « Devo dire però a Vostra Maestà che questo ministro non si è acquistato un gran concetto in quest (...)

Je dois dire à Votre Majesté — confie l’abbé Doria del Maro à propos de Mocenigo — que ce ministre ne s’est pas acquis une grande réputation auprès de ce public. Vraiment, on ne peut pas nier que le cardinal Alberoni s’est joué de lui comme d’un enfant, le tenant toujours, jusqu’au dernier jour, dans la ferme espérance que l’armée navale ne serait pas employée à une autre fin que la guerre contre le Turc104.

20Formulé dans le courant du mois de septembre, alors que l’attaque de la Sardaigne est désormais connue de tous, ce jugement sévère de l’ambassadeur de Victor-Amédée II insiste sur l’échec de Mocenigo dans l’accomplissement de sa mission : non seulement l’envoyé de Venise n’a pas réussi à rétablir les liens entre la République et Philippe V, mais il n’est pas non plus parvenu à convaincre le roi d’envoyer à nouveau ses navires en Levant. Le camouflet est d’autant plus grand que le Vénitien a cru jusqu’au bout qu’il réussirait, conforté par les propos rassurants des ministres espagnols, et notamment d’Alberoni, malgré les difficultés nombreuses traversées par l’armement. L’entreprise contre la Sardaigne ruine finalement les espoirs placés dans un secours de l’Espagne. Pourtant, pas plus Mocenigo que Venise ne protestent, ni ne s’indignent contre cette issue défavorable donnée à plusieurs mois de tractations. Une telle modération s’explique sans doute par la nature officieuse des négociations conduites par un émissaire de la République qui n’a jamais revêtu de caractère public et s’est donc limité à une action d’influence dans les coulisses de la monarchie d’Espagne. Aucun accord officiel, aucun traité n’a par ailleurs été conclu avec Venise, qui s’est contentée d’assurances données de vive voix à son envoyé. Philippe V ne s’est jamais véritablement engagé à envoyer son escadre dans le Levant, même si ses ministres ont laissé entendre qu’il pourrait le faire. Mais la discrétion de la Sérénissime trouve surtout son origine dans l’évolution du contexte international : les nouveaux succès remportés par les Impériaux contre les Turcs devant Belgrade rendent moins nécessaire un éventuel soutien des Espagnols aux Vénitiens, alors que, dans le même temps, l’agression contre la Sardaigne oblige la République, étroitement alliée à l’empereur Charles VI, à prendre ses distances avec la monarchie catholique. Alors qu’une crise de grande ampleur est sur le point d’éclater, Venise ne s’éloigne pas des maximes de prudence qui orientent sa politique européenne depuis la fin du xviie siècle.

Notes

1 Sur l’ultime conflit entre Venise et la Porte, voir Bernardy, 1902 ; Setton, 1991, pp. 426-461.

2 Poumarède, 2004, pp. 302-303.

3 Id., 2018.

4 Guimerá Ravina, Chaline (dirs.), 2018.

5 Storrs, 2016b.

6 Zimolo, 1925 et 1928.

7 Perini, 1995-1996.

8 Sur ces fluctuations, voir Stiffoni, 1986 ; Frigo, 2002. Plus généralement, voir Storrs, 2018.

9 Garzoni, Istoria della Repubblica di Venezia, pp. 758-763.

10 Ibid., p. 763.

11 Ozanam, 1998, p. 443 ; Sallés Vilaseca, inédite, p. 291.

12 Sur cette entreprise et son contexte, voir les éléments nouveaux apportés par ibid., p. 337.

13 Archivio di Stato di Torino (AST), Materie politiche Estero (ME), Lettere ministri (L), Spagna, vol. 57, lettre de Gaspare Maria Morozzo della Rocca à Victor-Amédée II, Madrid, 27 avril 1716.

14 AST, ME, L, Spagna, vol. 57, lettre de Gaspare Maria Morozzo della Rocca à Victor-Amédée II, Madrid, 18 mai 1716.

15 Sur Ruzzini, voir Andretta, 2000, pp. 169-200 ; Poumarède, 2015.

16 AST, ME, L, Spagna, vol. 57, lettre de Gaspare Maria Morozzo della Rocca à Victor-Amédée II, Madrid, 18 mai 1716.

17 Voir l’édition de ce traité, dans Bernardy, 1902, pp. 98-103. La garantie des territoires italiens de l’empereur en cas d’agression extérieure est établie dès les articles 2 et 3, comme condition de la déclaration de guerre de Charles VI contre le sultan Ahmet III (article 4).

18 Sallés Vilaseca, inédite, pp. 347-348.

19 Les opérations très limitées de l’escadre espagnole aux côtés de la flotte vénitienne ont été évoquées par Anderson, 1952, pp. 433-447.

20 Archivio di Stato di Venezia (ASVe), Senato (S), Dispacci Ambasciatori (DA), Spagna, vol. 143, no 1, lettre d’Alvise Mocenigo au Sénat, Parme, 24 août 1716.

21 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 2, lettre de Mocenigo au Sénat, Milan, 30 août 1716.

22 L’escadre regagne finalement l’Espagne à la fin du mois de novembre, voir AST, ME, L, Spagna, vol. 57, lettre de Morozzo della Rocca à Victor-Amédée II, Madrid, 23 novembre 1716.

23 AST, ME, L, Spagna, lettre de Morozzo à Victor-Amédée II, Madrid, 9 novembre 1716.

24 « Ero scielto dall’eccellentissimo Senato col solo titolo di nobile veneto appresso Sua Maestà » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 4, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 7 novembre 1716, toutes les traductions françaises sont de l’auteur de cet article).

25 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 4, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 7 novembre 1716.

26 « Sua Maestà [aveva] formato un aperto disgusto con tutti li principi d’Italia, perché riconobbero il presente imperatore per re cattolico » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 4, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 7 novembre 1716).

27 AST, ME, L, Spagna, vol. 57, lettre de Morozzo della Rocca à Victor-Amédée II, Madrid, 23 novembre 1716.

28 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 17, lettre de Mocenigo au Sénat, 23 janvier 1717.

29 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 36, lettre de Mocenigo au Sénat, 24 mai 1717.

30 Alberoni « governa con suprema direttione il destino di questi regni » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 4, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 7 novembre 1716).

31 Alberoni « si può dire arbitro del destino d’ogn’uno » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 12, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 4 janvier 1717).

32 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 20, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 22 février 1717.

33 Mocenigo s’est entretenu avec Alberoni et Daubenton, « perché quello, col credito che tiene con la maestà della regina, e questo, col concetto che gode appresso il regnante, fiancheggiassero il tocco che feci cadere [] di favorire l’eccellentissimo Senato » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 29, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 12 avril 1717).

34 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 8, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 7 décembre 1716.

35 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 18, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 1er février 1717. Sur Esteban Mari et son rôle dans le réarmement naval de l’Espagne, voir Candiani, 2015.

36 « Io [non] mancai di vederlo alla corte et usare seco le ufficiosità che ricerca il miglior pubblico servizio » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 17, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 19 avril 1717).

37 Voir ses interventions répétées en ce sens, ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, nos 6, 7, 11, lettres de Mocenigo au Sénat, Madrid, 23 et 30 novembre, 21 décembre 1716.

38 « Una nazione tarda a risolvere e pigra nell’operare » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 6, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 23 novembre 1716).

39 « Non si applica a tutte le necessarie proviggioni per le navi e si va perdendo il tempo che riesce precioso per la missione che o non succederà, o se succederà, sarà tarda » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 11, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 28 décembre 1716).

40 « Le più premurose istanze acciò s’intraprendi il necessario lavoro » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 15, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 18 janvier 1717).

41 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 17, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 23 janvier 1717.

42 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, nos 18, 21, 22, 23, lettres de Mocenigo au Sénat, Madrid, 1er, 22 et 28 février, 8 mars 1717.

43 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 23, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 8 mars 1717.

44 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 29, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 12 avril 1717.

45 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 37, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 31 mai 1717.

46 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 32, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 3 mai 1717.

47 Poumarède, 2004, pp. 57-59.

48 L’expression « ennemi commun » (« nemico commune »), archétype de la rhétorique de mobilisation contre les Turcs, revient régulièrement dans les déclarations de Mocenigo, voir ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, nos 5, 17, 19, 20, 24, 30, lettres de Mocenigo au Sénat, Madrid, 12 novembre 1716, 23 janvier, 8 et 15 février, 15 mars, 19 avril 1717.

49 « L’espedizione dei vascelli doveva riputarsi per una generosa azione del re di inviare i suoi soccorsi a favore della christianità e non per altri motivi che quelli della gloria del suo nome e per uniformarsi al esempio degl’altri suoi antecessori cattolici monarchi » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 15, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 18 janvier 1717).

50 Mocenigo prie Daubenton « di far risaltare alla Maestà Sua il merito che ne avrebbe presso l’Altissimo di concorrere ad abbattere il comune nemico » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 20, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 15 février 1717).

51 « Volevo sperare che la singolare pietà del re non avrebbe abbandonata la causa del Cielo ne trattenuta la squadra oziosa nelle acque di Spagna, ma bensi in azione unita a quella della Repubblica » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 37, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 31 mai 1717).

52 « Senza questo essere impossibile il poter trovare il denaro al bisogno della spesa » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 6, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 23 novembre 1716).

53 « Il re si trova deluso e conosce l’animo del pontefice alieno dal favorire la Spagna » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 13, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 10 janvier 1717).

54 « La corte di Roma ha per massima di volere esiggere tutto dal re cattolico ma nulla essa concedere al medesimo » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 17, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 23 janvier 1717).

55 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 25, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 22 mars 1717.

56 Sallés Vilaseca, inédite, p. 419.

57 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 25, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 22 mars 1717.

58 « Questo […] fa vedere perdute in gran parte le speranze d’haverla al militar travaglio nella vicina campagna » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 27, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 5 avril 1717).

59 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 17, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 23 janvier 1717. Sur l’implication de François Ier Farnèse, voir aussi AST, ME, L, Spagna, vol. 57, lettre de Morozzo della Rocca à Victor-Amédée II, Madrid, 11 janvier 1717.

60 « Procurai di distinguere l’affare in due parti e separare la spedizione delle navi dall’aggiustamento con la corte di Roma » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 15, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 18 janvier 1717).

61 « Io mi affaticai per persuaderlo che i gloriosi aiuti che il re apportava alla cause del Signore Iddio e della cattolica religione erano disgiunti da quegli interessi che corrono con la corte di Roma » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 20, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 15 février 1717).

62 « Se il pontefice si era demeritato di ottenerli […], Sua Maestà poteva favorire a drittura la Repubblica inviando la squadra sotto il commando de Veneti » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 28, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 5 avril 1717).

63 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, nos 27 et 28, lettres de Mocenigo au Sénat, Madrid, 5 avril 1717.

64 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 33, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 10 mai 1717.

65 « [È] di già molto avvanzata la staggione e ogni piccola dimora all’espeditione della squadra la riddurà nel Levante in tempo assai tardo » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 34, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 17 mai 1717).

66 « I am of opinion that the squadron can not go out time enough to act this campaign to any purpose » {National Archives (NA) [Kew, Royaume-Uni], State Papers (SP), série 94, vol. 86, lettre de George Bubb à Joseph Addison, Madrid, 17 mai 1717}.

67 Pulido Bueno, 1998. Sur sa participation active au réarmement naval de l’Espagne, voir Crespo-Solana, 2017. Plus généralement, on se reportera à Guimerá Ravina, Chaline (dirs.), 2018.

68 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 14, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 11 janvier 1717.

69 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 17, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 23 janvier 1717.

70 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 19, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 8 février 1717.

71 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 20, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 15 février 1717.

72 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 20, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 15 février 1717.

73 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 29, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 12 avril 1717.

74 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 34, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 17 mai 1717.

75 « After having made very considerable expenses, they will be convinced that Spain will never be formidable at sea » (NA, SP, série 94, vol. 86, lettre de George Bubb à Methuen, Madrid, 8 mars 1717).

76 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 35, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 1717.

77 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 37, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 31 mai 1717.

78 « Io continuo gli eccitamenti a ministri perché sempre più affrettino Patiño alla perfezione dell’opera tanto necessaria in staggione così avvanzata della campagna » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 38, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 7 juin 1717).

79 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 39, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 14 juin 1717.

80 « Lista delle navi spagnuole », jointe à ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 41, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 21 juin 1717.

81 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 43, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 5 juillet 1717.

82 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 45, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 19 juillet 1717.

83 « Questi preparamenti di navi, di gente e d’imbarcamenti […] con milizie e ufficiali per dirigerle e con danaro per pagarle muovono i giudizii che tali idee siano dirette con qualche disegno di tentare un colpo di mano o sopra la Sardegna o verso li porti della Toscana. » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 43, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 5 juillet 1717).

84 « Tal concetto però non nutrono li huomini di buon senso che, considerando la qualità dell’intrapresa, e pesando le forze della monarchia e l’interne inclinazioni de popoli, credono necessaria la quiete e non il travaglio di nuovi disturbi » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 43, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 5 juillet 1717).

85 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 44, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 12 juillet 1717.

86 Alonso Aguilera, 1977.

87 Martín Marcos, 2008.

88 Sallés Vilaseca, inédite, pp. 419-430.

89 « [Alberoni] me répétant ce qu’il m’avoit déjà dit le matin, qu’il prévoyoit comme moy toutes les suites que pourroit avoir le projet dont il étoit question et qu’il n’y a eu aucune part, mais que les princes voulant être servis à leur fantaisie, il n’avoit pu se dispenser de se prêter à l’exécution dudit projet, suivant l’ordre qu’il en avoit reçu du roy catholique, en homme qui le servoit avec zèle » {Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE) [La Courneuve], Correspondance politique (CP), Espagne, vol. 259, fo 103ro, lettre du duc de Saint-Aignan à Louis XV, Madrid, 11 août 1717} ; « The cardinal told me he had no part in this enterprise, but the execution, and he assured me, that he had represented very strongly to the king, both in discourse and by writing, the inconveniencies that might follow upon it, but that the king was absolutely bent upon it, and all that he could say had no weight enough to dissuade him from it » (NA, SP, série 94, vol. 87, lettre de George Bubb à Joseph Addison, Madrid, 30 août 1717).

90 « Gli ferisce il cuore la pace di Utrecht » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 5, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 12 novembre 1717).

91 « Non si può negare che si bramarebbe da Sua Maestà il possesso di qualche stato in Italia » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 14, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 11 janvier 1717).

92 « I have good reasons to believe that that matter is yet very uncertain and that the king of Spain has other projects » (NA, SP, série 94, vol. 86, lettre de George Bubb à Methuen, Madrid, 1er mars 1717).

93 NA, SP, série 94, vol. 87, lettre de George Bubb à Addison, Madrid, 28 juin 1717.

94 NA, SP, série 94, vol. 87, lettre de George Bubb à Addison, Madrid, 5 juillet 1717.

95 « Credo di non sbagliare in assicurare Vostra Maestà che l’ultimo de’ pensieri di questa corte è quello di assistere la causa comune della christianità con la consaputa squadra di navi da guerra » (AST, ME, L, Spagna, vol. 58, lettre de Doria del Maro à Victor-Amédée II, Madrid, 3 mai 1717).

96 « Fin ora se gli danno buone parole, ma nello stringere comunemente si crede ch’egli restarà deluso » (AST, ME, L, Spagna, vol. 58, lettre de Doria del Maro à Victor-Amédée II, Madrid, 3 mai 1717). Voir encore AST, ME, L, Spagna, vol. 58, lettres de Doria del Maro à Victor-Amédée II, Madrid, 10, 17 et 24 mai 1717.

97 « Alcuni cervelli speculativi pretendono che la guerra contro il Turco serva solo di pretesto e di coperta per la detta squadra e che il suo vero destino sia di tentare, o nell’andata, o nel ritorno, qualche sorpresa nel regno di Sardegna » (AST, ME, L, Spagna, vol. 58, lettre de Doria del Maro à Victor-Amédée II, Madrid, 28 juin 1717).

98 « Sono in obligo di portare alla Sua notizia che questa corte sta in imminenza e fa disposizioni tali che danno molto che temere per la tranquilità dell’Europa cattolica e di veder in breve rotta la neutralità dell’Italia » (AST, ME, L, Spagna, vol. 58, lettre de Doria del Maro à Victor-Amédée II, Madrid, 5 juillet 1717).

99 AST, ME, L, Spagna, vol. 58, lettre de Doria del Maro à Victor-Amédée II, Madrid, 12 juillet 1717.

100 « Questi preparativi da bocca e da guerra fanno credere che si meditino occulti dissegni coloriti col pretesto che questi aiuti si spediscano in favore della christianità » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 45, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 19 juillet 1717).

101 « Pare che le misure ora tenute non corrispondano agli impegni contratti e tendino a sturbar la quiete dell’Europa christiana » (ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 47, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 26 juillet 1717).

102 AMAE, CP, Espagne, vol. 259, fos 98ro-103vo, lettre de Saint-Aignan à Louis XV, Madrid, 11 août 1717.

103 ASVe, S, DA, Spagna, vol. 143, no 52, lettre de Mocenigo au Sénat, Madrid, 30 août 1717.

104 « Devo dire però a Vostra Maestà che questo ministro non si è acquistato un gran concetto in questo pubblico. Veramente non si può negare che il cardinale Alberoni l’ha giocato come un figliolo, tenendolo sempre insino all’ultimo giorno in ferma speranza che l’armata navale non sarebbe impiegata ad altr’uso che contro il Turco » (AST, ME, L, Spagna, vol. 58, lettre de Doria del Maro à Victor-Amédée II, Madrid, 27 septembre 1717). Doria del Maro insiste encore sur ce point dans la relation qu’il rédige à son retour de charge : « Tanto l’Adrovandi, quanto il Mocenigo furono si vivamente impressi dalle lusinghe del cardinale che non fù mai possibile di fargli ravvedere della loro eccedente credulità » (Relazioni sulla corte di Spagna dell’abate Doria del Maro, éd. de Carutti, 1860, p. 24).

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search