Version classiqueVersion mobile

Judíos y musulmanes en al-Andalus y el Magreb

 | 
Maribel Fierro

Résumés

Texte intégral

1David J. Wasserstein
Langues et frontières entre juifs et musulmans en al-Andalus
Deux thèmes principaux sont ici étudiés : d’une part le fait du changement de langue entre les juifs d’Ibérie et, d’autre part, les choix spécifiques de langue que ceux-ci ont opérés en changeant de langue. Ils ont opté pour l’arabe parce que c’était la nouvelle langue dominante dans la Péninsule, du point de vue politique, social et culturel. Mais à côté de l’arabe – et à l’instar des autres juifs du monde islamique –, ils ont revivifié et adopté aussi l’araméen et l’hébreu. D’un côté, via le changement de langue, ils cherchaient – et sont dans une certaine mesure parvenus – à se créer un espace à eux dans le monde de l’Islam ; de l’autre, via le choix de langues, ils cherchaient à délimiter les frontières et à mieux définir la nature de cet espace, considéré comme partie intégrante mais distincte du monde de l’Islam.

2Ross Brann
La langue arabe et l’identité littéraire des juifs d’al-Andalus
Le présent article se propose de reconsidérer certains aspects de l’univers culturel des intellectuels juifs lettrés d’al-Andalus, remettant en cause les méthodes et le vocabulaire avec lequel les chercheurs entreprennent, de façon critique et pluridisciplinaire, de traiter le sujet, c’est-à-dire l’arabisation des juifs et ses conséquences du point de vue de leur histoire littéraire et de leur identité culturelle. Partant du principe que la langue parlée des juifs ne peut être considérée isolément du contexte culturel où elle se situait, on a ici recours à quatre types de sources : textes arabes écrits par des juifs à l’intention d’un large public, témoignages de « relations culturelles étroites » entre juifs et musulmans d’al-Andalus, activité littéraire développée par des juifs dans le domaine de la langue arabe et, plus significativement encore, l’intériorisation de paradigmes arabo-islamiques présente dans l’articulation de la culture juive d’al-Andalus. Loin de considérer l’arabisation des juifs comme le signe d’une influence externe ou d’une assimilation, le présent article suggère que ce fait pourrait au contraire être interprété comme la preuve d’une certaine convergence culturelle à l’intérieur de la société d’al-Andalus.

3Ángel Sáenz-Badillos
Le contact intellectuel entre musulmans et juifs : grammaire et exégèse
Le présent article étudie, du point de vue d’un hébraïsant, les parallèles et les points de contact que l’on peut relever, pour la période médiévale, entre l’activité intellectuelle des juifs et celle des musulmans dans les domaines de la philologie et de l’exégèse, deux disciplines étroitement unies depuis leur origine. Une analyse parallèle des origines respectives de ces sciences dans l’une et l’autre des deux communautés met en lumière les points communs aussi bien que les particularités de chacune. Une attention particulière est accordée aux idées sur les origines et la nature de la langue, aux contacts intellectuels qui se produisirent tant en Orient qu’en Occident entre linguistes juifs et musulmans et aux points de vue développés dans chacune des deux communautés dans le domaine linguistique. L’étude insiste également sur les similitudes entre les conceptions juive et musulmane quant à la façon d’envisager l’étude des textes sacrés, depuis l’établissement du texte et la définition de normes herméneutiques jusqu’au recours à différents types d’exégèse. Une bibliographie consacrée à l’exégèse et à la philologie est proposée en complément.

4Esperanza Alfonso
Les limites du savoir. La réaction des intellectuels juifs à la culture d’origine islamique
Une des principales caractéristiques de la production littéraire des juifs d’al-Andalus est leur remarquable capacité à accueillir mais aussi à adapter les modèles culturels arabo-islamiques avec lesquels ils étaient en contact. Le présent article analyse des cas où le système culturel judéo-andalousien réagit à des éléments empruntés à la culture majoritaire, la nature de cette réaction, les motifs de son apparition et les contextes où elle se produit.

5Raymond P. Scheindlin
Le thème de la vieillesse dans la poésie zuhd juive et arabe
La poésie juive d’al-Andalus, bien qu’elle ait largement fait appel aux modèles poétiques arabes, a cependant développé des caractéristiques originales. Cet article étudie les différents traitements accordés du thème de la vieillesse par la poésie zuhd juive et arabe, sur la base d’une comparaison entre les œuvres de deux poètes grenadins du Moyen Âge : les poèmes arabes d’Abū Isḥāq al-Ilbīrī et les poèmes hébraïques de Moses ibn Ezra. L’article montre que les différences de ton et de contenu que l’on observe proviennent du fait que les deux poètes proviennent d’horizons culturels différents : la poésie arabe est solidement fondée sur le piétisme islamique, cependant que la poésie hébraïque, bien qu’utilisant le même langage et le même répertoire d’images, reflète une perspective néoplatonicienne tout à fait étrangère à la poésie zuhd islamique.

6Joseph Sadan
Un intellectuel juif au confluent de deux cultures. Yehūda al-Ḥarīzī et sa biographie arabe
À l’époque médiévale, on ne compte guère en al-Andalus que deux ou trois poètes juifs ayant écrit en arabe. D’autant plus étonnant apparaît le cas de Yehūda al-Ḥarīzī, ce poète juif originaire de l’Espagne chrétienne qui, grâce à ses poèmes en arabe, parvint à la célébrité dans l’Est du monde arabe (Mašriq). À la lumière des informations apportées par une biographie arabe peu connue d’al-Ḥarīzī, l’article remet en question certains éléments de la vie du poète, étudie les dernières années de sa vie, qu’il passa au Mašriq, et examine les rapports de cet auteur avec les différents milieux culturels qu’il a connus. Cette biographie, reflet des jugements portés par les contemporains arabes d’al-Ḥarīzī, permet également de réévaluer le jugement jusqu’à présent porté sur ses poèmes arabes. L’article inclut le texte original de la biographie et sa traduction en français.

7Sarah Stroumsa
Entre Ḥarrān et al-Maghreb. La théorie maimonidienne de l’histoire des religions et ses sources arabes
Comme juif né et éduqué dans le Maghreb et ayant passé le plus clair de sa vie en Égypte, Moïse Maimonide (m. 1204) se trouve à un carrefour intellectuel particulièrement fécond. C’est sans aucun doute dans ce contexte qu’il faut chercher à comprendre sa pensée. Dans plusieurs de ses écrits, Maimonide fait appel aux « sabéens » (il utilise ce terme générique pour désigner l’ensemble des païens de l’Antiquité) pour expliquer les lois bibliques. Le rôle qu’il attribue aux sabéens représente une contribution originale à l’histoire des idées religieuses. Le présent article étudie les diverses sources circulant au Maghreb à cette période et que Maimonide a pu utiliser pour développer ses idées sur ta nature des religions païennes et sur le rôle que ces dernières jouèrent dans l’histoire du judaïsme.

8Dominique Urvoy
Ibn aldūn et la notion d’altération des textes bibliques
Ibn Ḫaldūn tient une place ambiguë dans l’histoire de l’interprétation musulmane de l’accusation d’altération des textes révélés portée par le Coran contre juifs et chrétiens. Il n’est pas totalement du côté maximaliste de l’« altération des textes mêmes », mais n’en blanchit les juifs – dont il est plus proche par ses relations personnelles – que pour la reprendre éventuellement contre les chrétiens. Si, d’autre part, il semble opter dans ses passages doctrinaux pour l’interprétation minimaliste d’« altération du sens », et donc proclamer la fiabilité des textes, c’est en fait pour s’en tenir à leur valeur de documents historiques, ignorant délibérément leur valeur religieuse. Malgré l’image d’esprit indépendant qui lui est attribuée, il est, sur ce point précis, modelé par la rhétorique spécifique des passages polémiques du Coran.

9Camilla Adang
Une réponse juive à ibn Ḥazm. La polémique de Salomon b. Adret contre l’Islam
Cet article étudie le cas et présente des sections d’un libelle écrit par le rabbin barcelonais Ibn Adret (m. 1310) pour réfuter les arguments avancés, plus de deux cents ans plus tôt, par le fameux écrivain d’al-Andalus Ibn Ḥazm (m. 1064) contre le judaïsme en général et particulièrement contre la Torah. Les lecteurs auxquels Ibn Adret destinait son texte étaient soit des juifs vivant sous la domination musulmane, soit des juifs rationalistes qui auraient pu être séduits par l’attitude critique adoptée par l’écrivain musulman à l’égard de la Bible hébraïque.

10Mercedes García-Arenal
Messianisme juif aux temps des mahdī-s
L’article passe en revue une série de courants messianiques juifs apparus durant le XIIe siècle, au moment même où surgissaient des mouvements islamiques de résistance aux Almoravides, de caractère également messianique, qui culminèrent avec l’action d’Ibn Tūmart. L’hypothèse avancée est que ces mouvements islamiques de révolte politique au nom d’un mahdī se nourrissent du soufisme, auxquels ils sont étroitement liés, ainsi que de la figure du Prophète Muḥammad. Le soufisme de cette époque, où l’on retrouve de nombreux concepts ismaéliens, est un domaine privilégié de symbiose entre musulmans et juifs qui contribue à nourrir l’inspiration apocalyptique chez les uns comme chez les autres.

© Casa de Velázquez, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search