Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

Conclusions

Daniel Baloup

Texte intégral

1En dépit des règles de bienséance qui, au moins depuis Cicéron, visent à réserver l’envoi et l’échange de lettres aux démonstrations d’amitié, ces documents ont véhiculé tout au long de l’histoire les sentiments les plus divers et parfois les plus directement porteurs de conflits. L’étude des manifestations épistolaires de l’affrontement s’impose donc, sans aucun doute, comme un beau sujet d’histoire, et son inscription dans la longue durée apparaît pleinement justifiée. Elle ne va pas, cependant, sans difficulté, la première tenant à l’étendue et à la complexité d’un terrain d’étude qu’il serait bien aventureux d’aborder sans l’avoir auparavant quelque peu balisé. Le volume que l’on vient de lire s’appuie sur une grille dont on apprécie à la fois la clarté et l’ambition. Trois thèmes sont privilégiés, autour des conflits militaires, des conflits diplomatiques et finalement des querelles privées qui, parce qu’elles touchent à la doctrine religieuse, aux droits, au pouvoir ou encore à l’honneur, peuvent assez couramment déborder sur ce que nous appellerions le domaine public. À l’intérieur de ces trois champs, les questions traitées s’organisent, en dépit de leur diversité, selon trois axes : le premier, dans l’ordre logique, porte sur les pratiques d’écriture (qu’il s’agisse du formulaire, du lexique, ou des procédés rhétoriques) ; le deuxième sur le rôle de la lettre dans le déploiement du conflit (en tenant compte des effets de temporalité, la lettre pouvant rester d’abord sans suites puis agir à retardement) ;et enfin, le dernier sur la conservation et la transmission des documents épistolaires (un problème qui se pose au moment de la production du texte, mais aussi par la suite et parfois encore longtemps après la première rédaction).

2Au-delà de ce premier travail de balisage, la cohérence de l’entreprise est aussi très dépendante de la délimitation de l’objet même des réflexions. Si dans l’introduction, les coordinateurs du volume se gardent de dire ce qu’est, pour eux, une lettre, on sait pourtant que la chose ne va pas de soi. Non pas que les sociétés médiévales en ignorent la nature et les usages : les traditions antiques perdurent et les règles du genre, telles qu’énoncées par ses premiers théoriciens, ne sont jamais complètement oubliées. La renaissance de l’ars dictaminis au xiie siècle n’est qu’une étape du processus qui voit la pratique de la correspondance se répandre, jusqu’à finalement se banaliser dans les groupes socialement dominants à la fin de la période. La difficulté tient plutôt à ce que, au Moyen Âge, les textes les plus divers adoptent l’apparence d’un document épistolaire. C’est le cas, en particulier, et jusqu’à une date très tardive, de beaucoup d’écritures administratives qui s’inscriront par la suite dans d’autres formulaires. Un rapport ou un compte rendu devient-il une lettre simplement parce que celui qui l’écrit ou le fait écrire adopte les codes qui habituellement identifient le document épistolaire ? Euloge de Cordoue se pose lui-même la question dans la « lettre » qu’il adresse vers 851 à l’évêque Wilisinde de Pampelune à propos de son séjour en Navarre et sur la situation des chrétiens dans la capitale omeyyade. Quelle attitude le chercheur doit-il adopter ? Dans ce cas précis, peut-il trancher à la place d’Euloge ? Sans doute pas, car, en vérité, tout est affaire de point de vue : selon que l’on s’attache aux aspects formels ou au contenu du texte et à son objet, il sera possible d’affirmer que ce document est bien une lettre ou de le contester. Si cette incertitude ne va pas sans poser problème, la solution choisie pour ce volume — qui consiste à ne pas imposer un patron sur lequel rabattre les textes étudiés afin de les catégoriser — présente surtout des avantages : elle fait l’économie d’une discussion stérile sur des critères qui dans tous les cas restent discutables tout en permettant un large balayage de documents qui, en dépit de leur appartenance à des registres d’échange parfois très différents, se rattachent tous à une même norme que l’on peut sans abus qualifier d’épistolaire (présence d’une adresse, d’une salutation, etc.).

3L’ambiguïté de l’objet pose néanmoins le problème de la synthèse, ou même simplement de la comparaison. Dans le cas du présent volume, la difficulté se trouve aggravée par l’étendue chronologique des horizons parcourus. Jusqu’à quel point est-il possible de rapprocher pour les analyser ensemble des lettres de la haute époque, conservées en nombre limité dans des recueils ou insérées dans des chroniques, et d’autres de périodes plus récentes, certes parfois constituées en registres, mais aussi souvent conservées à l’état d’originaux, par centaines, voire par milliers comme dans le cas de l’ordre teutonique ? L’étude d’un original ou d’une réécriture, d’un document isolé ou d’une correspondance ne s’envisage pas de la même façon ; et l’on n’aborde pas de la même manière, avec les mêmes questionnements et les mêmes méthodes, une poignée de lettres dispersées sur un arc chronologique de plusieurs décennies et une production normée, établie en série, comme on en trouve pour les époques les plus récentes. Comme en témoignent les contributions ici réunies, les possibilités d’exploitation du document divergent, et l’intérêt du chercheur ne se fixe pas aux mêmes endroits. Ces disparités expliquent sans doute pourquoi les travaux qui se sont récemment multipliés sur la lettre au Moyen Âge ont eu tendance, pour beaucoup d’entre eux, à privilégier des segments temporels relativement courts. L’ambition du présent volume, qui couvre toute l’étendue de la période médiévale, dans son acception la plus large, est-elle excessive ? Dans une certaine mesure, il ressort de sa lecture que chacune des situations épistolaires étudiées reste irréductible aux autres (ou à la plupart des autres), mais il n’en est pas moins manifeste que le caractère systématique et la solidité de la grille d’analyse adoptée par les auteurs permet de dégager un certain nombre de conclusions d’ensemble.

4On peut signaler, pour commencer, une série d’éléments qui ont à voir avec le document épistolaire en général, en dehors de sa relation avec le conflit — dont il sera question ensuite. Les lettres informent très bien, nous l’avons lu, sur la façon dont s’articulent l’intention de l’auteur et le savoir-faire de ceux qui sont chargés de la mise en forme : parmi d’autres, on pense au cas exceptionnel de Brian fitz comte, dont le clerc qui lui sert de secrétaire semble parvenir à faire entendre la voix, en dépit du double filtre que constitue la mise par écrit et en latin. La question du medium est essentielle, dans la mesure où les lettres autographes restent très minoritaires pendant la période considérée. Elle ouvre une réflexion intéressante sur le caractère privé d’une partie des missives conservées : la question de la manifestation de l’intime et de l’individuel se pose devant de tels documents. De façon plus classique, le choix du ou des destinataires retient l’attention, en cela qu’il dévoile les réseaux et met en évidence la distribution du pouvoir et de l’autorité : l’exemple des lettres envoyées par le prince de Galles après l’exécution de Guillaume de Briouze est particulièrement éclairant, mais il en va de même avec la circulation des lettres pendant les négociations luso-castillanes du xve siècle. Finalement, on ne peut qu’être frappé par tout ce que révèle une étude attentive du devenir de ces documents, qu’ils soient détruits, recopiés, traduits, réécrits ou archivés. L’inclusion de lettres dans une chronique — procédé étudié au travers des œuvres d’Ammien Marcellin et de Procope — apparaît comme une question particulièrement riche de perspectives ; mais il convient de ne pas oublier les enjeux qui entourent la traduction des missives diplomatiques entre l’Occident et Byzance, et la conservation des lettres, surtout sous la forme de recueils — qualifiés d’« objets trompeurs » dans l’introduction.

5Au-delà de ces considérations générales, si l’on en vient à la question des relations entre lettres et conflits, la moisson s’avère extrêmement abondante. Les situations étudiées révèlent dans leur diversité que le geste épistolaire peut se produire à n’importe quel stade du conflit et qu’il est susceptible d’avoir sur celui-ci une grande variété d’effets. La lettre peut provoquer le conflit parce qu’elle affirme une position ou revendique un droit. La liste des exemples proposés dans le volume est longue, des lettres d’Adon à propos des compétences et du ressort des archevêques de Vienne aux lettres de défi que s’échangent les nobles de Lorraine. La lettre joue aussi un rôle essentiel dans la conduite du conflit, qu’il s’agisse de l’attiser, de le relancer ou, à l’inverse, de l’apaiser et de lui trouver une issue. Dans tous les cas, nous avons vu l’importance des procédés d’écriture. La manipulation de la titulature est un recours assez répandu, particulièrement dans les relations entre Carolingiens et Ottoniens, d’une part, et Byzantins, de l’autre. L’insulte et l’invective semblent également monnaie courante, et plusieurs contributions mentionnent des formulations ironiques ou moqueuses qui, dans des sociétés où le statut de l’individu repose en grande partie sur sa réputation, aspirent à transformer la lettre en arme destructrice. L’étonnante correspondance entre le duc d’Orléans et le roi d’Angleterre, dans les premières années du xve siècle, confirme cette idée et en prolonge la portée : cet exemple montre en effet comment l’échange de lettres peut, dans une certaine mesure, se substituer à l’affrontement physique. Sur ce terrain des procédés d’écriture, ce sont aussi des stéréotypes que l’on voit affleurer puis se cristalliser, essentiellement ceux que l’Occident projette sur l’Orient, dès l’époque d’Ammien Marcellin et plus encore au moment du schisme de Photius. Enfin, il est apparu que les stratégies d’écriture peuvent aussi parfois être plus subtiles : on a lu comment le prince de Galles s’emploie à faire passer l’exécution de Briouze pour un fait insignifiant, auprès de sa veuve, et comment il cherche à amadouer Guillaume II le Maréchal ; souvenons-nous aussi de la fausse familiarité que les commissaires florentins parviennent à créer avec Laurent de Médicis, dans un jeu d’influence qui s’apparente à une lutte pour obtenir la faveur du prince.

6Faute de trouver le chemin de la conciliation, les parties affrontées tentent dans certains cas de surmonter leur différend grâce à un arbitrage ou à une sentence formulée par une tierce personne, souvent par lettre. On pense, naturellement, aux lettres pontificales, dont il est plusieurs fois question dans le volume, mais cet exemple est à double sens : l’intervention du pape peut contribuer au règlement du conflit et fixer un cadre règlementaire — lorsque la lettre est retenue comme décrétale —, c’est-à-dire un cadre destiné à éviter de nouvelles tensions ; mais la même intervention peut aussi déclencher l’affrontement lorsque la prétention pontificale à étendre son autorité pour garantir la paix de l’Église est perçue comme un abus. Les lettres sont à l’origine et au terme du conflit, elles en canalisent le cours ; elles peuvent aussi s’en faire le miroir lorsque le récit de l’affrontement constitue tout ou partie de leurs contenus. La question que pose ce type de document est celle de la source d’information, de la valeur du témoignage et finalement du rapport aux faits : la documentation épistolaire permet-elle, par exemple, d’approcher la réalité de la guerre médiévale ? Avec Procope et Pierre Martyr, nous avons les cas de deux mémorialistes qui écrivent les nouvelles d’une expédition qu’ils connaissent en partie par ouï-dire ou grâce à des comptes rendus écrits, et en partie parce qu’ils accompagnent les armées. Les commissaires florentins que nous avons vus à l’œuvre dans le cadre de la guerre qui éclate après la conjuration des Pazzi rapportent aussi les nouvelles du front dans leurs lettres à Laurent de Médicis ; mais la vocation de leurs rapports est toute différente, la nature de l’information aussi, et cette correspondance de guerre pèse directement et concrètement sur l’évolution du conflit. Dans un autre contexte, le croisement des sources permet de mettre en évidence combien Euloge de Cordoue déforme la réalité lorsqu’il décrit la situation des chrétiens dans la capitale omeyyade. De même, la confrontation de la version que Louis XI et ses ennemis catalans donnent, dans leurs lettres respectives, de la bataille de Perpignan montre avec quelle facilité le récit de guerre tourne à la propagande — et il s’agit d’une autre bataille : celle de l’opinion publique.

7Finalement, il est un dernier aspect de la relation entre lettres et conflits sur lequel le présent volume apporte de précieuses informations : lorsque la lettre elle-même est victime de l’affrontement. On touche ici au thème des manipulations de la documentation épistolaire. Manipulations que l’on pourrait qualifier d’internes lorsque la lettre est un faux (nous avons vu de beaux exemples à Vienne), lorsqu’elle est recopiée de façon tendancieuse ou orientée, lorsque sa traduction trahit la signification que lui donnait l’expéditeur. Sur ce dernier point, on relèvera, une fois encore, un effet de double sens : à l’époque du schisme de Photius, les papes dénoncent les traductions malveillantes de leurs missives et en tirent des motifs pour condamner leurs interlocuteurs byzantins ; mais nous avons lu que le même argument sert aussi à faire retomber la tension en attribuant les insultes proférées par l’empereur Michel III à l’intervention de faussaires. Quant aux manipulations « externes », il n’en est que relativement peu question dans le volume, mais les pistes ouvertes retiennent l’attention. Ainsi, l’anecdote tirée du compte rendu par Liudprand de Crémone de son ambassade à Constantinople, où il raconte comment le frère de Nicéphore Phocas a refusé de prendre dans ses mains la lettre de l’empereur germanique, laissant à l’interprète le soin de la recevoir. Dans le même ordre d’idée, on se souvient aussi de la manœuvre du sire de Pembroke qui en poussant ses ennemis à s’emparer d’une lettre prétendument adressée à un allié et porteuse de fausses informations obtient le départ des assiégeants qui menaçaient son château. La circulation du document épistolaire influence le cours du conflit comme elle pèse sur son déroulement : au travers de l’affaire de Perpignan, il est apparu que les délais de transmission des missives ne manquent pas d’avoir des conséquences sur les opérations militaires.

8Au bilan, il apparaît que les réticences qui pouvaient se manifester devant la disparité du corpus et devant la difficulté à en proposer une lecture transversale, sur le temps long, ne tiennent guère. La lettre se révèle un formidable observatoire des situations de conflit. Outre qu’elle permet d’étudier l’affrontement à ses différentes étapes, la documentation épistolaire dévoile la subtilité des stratégies, ainsi que le caractère aléatoire de leur mise en œuvre. Comme tout acte de communication, l’écriture d’une lettre provoque des réactions en série dont l’émetteur perd rapidement le contrôle. Aborder le conflit à partir de ses traces épistolaires, sans se limiter à l’analyse du discours, mais en accordant toute l’attention qu’elle mérite à la matérialité des documents, ouvre donc des perspectives inédites. La démarche requiert des compétences multiples, et le volume que l’on vient de lire démontre l’intérêt — peut-être même le caractère indispensable — d’une démarche collective qui mobilise des spécialistes issus de différentes disciplines. Les difficultés ne doivent pas être sous-estimées : la lettre n’est pas un document « facile ». Parmi toutes les missives qui auraient mérité d’apparaître dans les pages que nous venons de lire, il en est une célèbre qui n’en finit pas d’occuper la critique : celle que le pape Pie II écrit en 1460 au sultan ottoman Mehmet II. L’histoire est bien connue : le pape propose au sultan de garder ses conquêtes en échange de sa conversion au christianisme. On ne peut manquer d’être marqué par le fait que, depuis des décennies, les spécialistes n’arrivent pas à s’accorder sur les intentions du pape ni sur le sens de cette missive. Il s’agit en apparence d’une offre de paix, mais selon toute probabilité, le pape ne l’a rédigée que pour pousser les princes chrétiens à réagir face à l’agression ottomane et à répondre, enfin, à l’appel que Pie II avait lancé pour une nouvelle croisade ; le texte, à ce titre, a beaucoup circulé, mais sans doute n’a-t-il jamais été envoyé à son destinataire. Offrir la paix pour provoquer la guerre, et faire tenir la lettre à un grand nombre de personnes, mais pas à celui à qui elle est adressée : peut-on trouver meilleure illustration de la façon dont la documentation épistolaire noue avec le conflit une relation aussi intime que complexe ?

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search