Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

III. 2. — La lettre, enjeu de pouvoir

La géographie ecclésiastique, une source de conflits au haut Moyen Âge

Nathanaël Nimmegeers

Texte intégral

  • 1 Mazel, 2008.
  • 2 Voir, par exemple, Nimmegeers, à paraître [a].

1Les circonscriptions religieuses du haut Moyen Âge, longtemps réputées plus stables que les cadres civils, paraissent aujourd’hui mouvantes et imprécises1. Ce flottement dans la géographie ecclésiastique, plus marqué à l’échelle des provinces qu’à celle des diocèses, provoque régulièrement des tensions. Il remet en effet en cause non seulement les frontières religieuses, mais aussi les prérogatives des évêques et plus encore, celles des métropolitains puis des archevêques. De nombreuses Églises se querellent ainsi à propos de leurs ressorts respectifs et des attributions canoniques de leurs dirigeants2. Ce constat s’applique en particulier à celle de Vienne. Entre l’Antiquité tardive et le début du xiie siècle, ce vieux siège gaulois est bien souvent impliqué dans des conflits relatifs à la géographie ecclésiastique.

  • 3 Id., 2014.

2Située dans une zone de contact anciennement romanisée et christianisée, la capitale de la province civile de Viennoise, puis de la province ecclésiastique de Vienne affiche des ambitions qui dépassent l’échelle régionale. Les métropolitains puis les archevêques, parmi lesquels émergent quelques grandes figures, font preuve d’une grande constance dans ce domaine. D’Avit (495-517) à Guy de Bourgogne (1088-1119) en passant par Adon (860-875), ils s’imposent dans le jeu politique et religieux bien au-delà de la province dont ils ont la charge. Ils concurrencent alors leurs homologues des métropoles voisines, en particulier ceux d’Arles et de Lyon3. Pour autant, ils agissent en fonction des recompositions territoriales qui affectent le sud-est de la Gaule, à un rythme parfois très soutenu. Celles-ci affaiblissent ou stimulent les volontés, bouleversent ou rétablissent des équilibres souvent précaires.

  • 4 Pour une analyse critique de l’œuvre et de l’action d’Adon de Vienne, voir Id., 2018.

3Les sources viennoises sont riches aussi bien en textes interpolés ou extrapolés qu’en documents entièrement forgés. Inversement, elles contiennent peu de témoignages narratifs fiables. L’archevêque Adon, avec sa réputation de faussaire malhabile, de plagiaire dénué de talent et de liturgiste approximatif, a longtemps personnifié ce faciès particulier. Il a fait l’objet de critiques aussi nombreuses et acérées qu’injustifiées4. Il faut, en effet, souligner un fait remarquable : en dépit de leur réputation exécrable et de leurs nombreuses lacunes, les fonds viennois s’avèrent non seulement fournis, mais aussi et surtout très diversifiés. Ils contiennent en particulier de nombreuses lettres qui renseignent sur les affrontements relatifs à la géographie ecclésiastique.

Les lettres conflictuelles impliquant l’Église de Vienne

Un dossier très fourni

  • 5 Regesta pontificum romanorum, éd. de Schilling. Désormais abrégé RPR, 3-1.

4Plus de quatre cents lettres éclairent l’histoire de l’Église de Vienne entre le concile de Turin (398) et la fin du ministère de Guy de Bourgogne (1119). Beate Schilling en a récemment édité un regeste5. La plupart de ces missives, soit environ deux cent cinquante, forment la correspondance qu’entretiennent les métropolitains puis les archevêques avec les papes. Les lettres de conflits représentent à elles seules une part importante de ce dossier qui traite principalement du ressort et des limites des provinces ecclésiastiques issues de l’ancienne province civile de Viennoise d’une part, des contours des diocèses d’autre part. Ce dernier sujet apparaît toutefois plus rarement et surtout beaucoup plus tardivement. Ces problèmes de frontières et de délimitations s’accompagnent de réflexions sur la définition des prérogatives métropolitaines, puis archiépiscopales vis-à-vis de leurs suffragants et de certains établissements. En outre, le conflit se cristallise parfois autour de la fonction spécifique, vicariale ou primatiale, dévolue aux archevêques de Vienne à l’intérieur de l’Église latine. Les faux que fabriquent les archevêques Adon puis Guy de Bourgogne, désireux comme leur lointain prédécesseur Avit de faire de Vienne la capitale religieuse à l’ouest des Alpes, s’inscrivent, par exemple, dans cette logique.

  • 6 Sur l’affaire Marcel de Die, voir Favrod, 1997, pp. 241-242 et Nimmegeers, 2014, pp. 46-47.
  • 7 Pour une étude synthétique des lettres d’Adon, voir Nimmegeers, à paraître [b].
  • 8 Lettres à Adon (869), Epistolae variorum, no 23-1, pp. 175-176 ; nos 23-1 et 23-2, pp. 176-177.

5Certaines lettres exposent un casus belli apte à déboucher sur un conflit. Elles constituent en quelque sorte des lancements d’alerte. En 463, le roi des Burgondes Gondioc écrit ainsi au pape Hilaire : le métropolitain de Vienne Mamert a ordonné l’évêque Marcel de Die alors que cette prérogative appartient au métropolitain d’Arles. Dans ce cas précis, la situation de dégénère pas. Le pontife romain réprouve certes par lettre la conduite de Mamert, mais il laisse pourrir une affaire dont le prélat arlésien lui-même ne s’offusque guère6. Contrairement à cette correspondance qui désamorce un conflit, certaines missives raniment des inimitiés ou ravivent volontairement des tensions. La plupart des lettres d’Adon, fausses comme authentiques, reviennent ainsi sur des querelles tombées dans l’oubli ou réglées, au moins théoriquement, depuis bien longtemps7. Les missives qui règlent ou cherchent à régler des conflits sont cependant les plus nombreuses. Elles permettent de reconstituer des querelles qui prennent parfois des formes non épistolaires. De plus, parce qu’elles constituent la mémoire des conflits, elles sont précieusement conservées et organisées. La majorité de ces lettres correspond à des sentences et des arbitrages pontificaux comme celui de Léon Ier, qui fixe en 450 les ressorts respectifs de Vienne et d’Arles. Quelques injonctions d’origine princière prennent aussi la forme de lettres pacificatrices, telles les missives que Lothaire II et Charles le Chauve expédient à Adon en 869 pour lui demander d’ordonner un évêque de Grenoble8.

Tradition et transmission des lettres de conflits

  • 9 Epistolae Arelatenses.
  • 10 Avit de Vienne, Epistulae.
  • 11 Nimmegeers, à paraître [b].
  • 12 Chronicon Hugonis, p. 354.
  • 13 Schilling, 1998, pp. 245-260.
  • 14 Ead., 2015.

6Il faut, tout d’abord, noter la quasi-absence d’originaux jusqu’au xiie siècle. Les archives de l’Église de Vienne ont, en effet, presque toutes disparu à la suite d’incendies et de dispersions plus ou moins volontaires. En conséquence, les lettres sont très souvent connues par des copies tardives ou transmises par les grandes collections, comme les Lettres arlésiennes9. Dans ce domaine, la correspondance d’Avit, bien que réorganisée après la mort de l’auteur, constitue l’exception qui confirme la règle. Elle contient cependant peu de lettres de conflits10. Il importe, ensuite, de souligner l’importance de la tradition indirecte. Beaucoup de lettres sont connues seulement par les réponses ou les réfutations qui leur sont adressées. Cet aspect caractérise la volumineuse correspondance d’Adon11. D’autres missives apparaissent dans des sources diverses, comme les archives d’Hincmar de Reims ou la Chronique d’Hugues de Flavigny12. La proportion considérable de fausses lettres pontificales, enfin, s’avère typiquement viennoise. Selon Wilhelm Gundlach, Guy de Bourgogne aurait fabriqué l’ensemble du dossier et aurait approuvé les faux privilèges pontificaux une fois devenu pape sous le nom de Calixte II. Ulysse Chevalier avait nuancé ce schéma et signalé qu’une partie des faux était antérieure au ministère de Guy. Alexandre Grospellier, à sa suite, avait attribué l’ensemble à Otran. En dernier lieu, Beate Schilling a formulé de nouvelles propositions. En s’appuyant sur le style, les thématiques et le contenu, elle a attribué dix-sept lettres à Adon et le reste à Guy de Bourgogne13. À cette série, il convient d’ajouter les lettres pontificales que fabriquent les chanoines de Romans, spécialistes en matière de forgerie, au moment où ils souhaitent se soustraire à l’autorité archiépiscopale14.

  • 15 Nimmegeers, à paraître [b].
  • 16 Chroniques de Genève, pp. 176-177.
  • 17 Vita Marcelli, pp. 116-117.

7Les lettres de conflit s’articulent bien souvent avec d’autres sources pour former des dossiers cohérents. Certains textes constituent ainsi le substrat dans lequel puisent les épistoliers. La Chronique d’Adon, par exemple, se trouve à l’origine d’une chaîne de réécriture essentiellement épistolaire15. De même, le prologue de la liste épiscopale de Genève contient des revendications exprimées parallèlement par lettres16. Certaines sources servent d’ailleurs à clore le conflit amorcé par la voie épistolaire. La Vie de saint Marcel de Die, rédigée après l’intervention non canonique du métropolitain de Vienne décrite plus haut, met ainsi fin à tout risque de querelle. Pour ce faire, elle accorde peu d’importance à l’épisode de l’élection épiscopale, mais affirme que Dieu intervient par l’intermédiaire d’une colombe pour choisir directement le nouvel évêque17.

Les trois temps des conflits épistolaires

  • 18 Nimmegeers, 2014, pp. 34-35.
  • 19 Conciles gaulois, c. 2, pp. 138-139.

8Les décisions du concile de Turin (398) constituent une première pomme de discorde entre Vienne et Arles. L’assemblée se tient au moment où Vienne perd de son influence face à Lyon. De plus, elle a perdu sa fonction de capitale du diocèse civil de Viennoise au profit de Bordeaux vers 350. Parallèlement, Arles devient vers 395 le siège de la préfecture des Gaules, jusqu’alors implanté à Trèves18. Cette promotion fait grandir l’ambition de ses évêques au moment même où se précise la hiérarchie ecclésiastique gauloise. Le deuxième canon du concile de Turin explique justement que les évêques de Vienne et d’Arles se sont disputé la dignité de primat, soit en réalité le titre de métropolitain tel que l’avait défini le concile de Nicée. Les pères, explicitement faibles connaisseurs de la géographie de la Gaule méridionale, confèrent les droits métropolitains à l’évêque capable de prouver que sa cité est la métropole provinciale de la Viennoise. Ils proposent également aux concurrents de se répartir les cités selon un critère géographique : chacun visite les Églises les plus proches de son siège19. Ils ne précisent cependant pas quels sont les diocèses concernés. Cette ambiguïté provoque un long conflit essentiellement épistolaire sur lequel il faudra revenir.

  • 20 Nimmegeers, à paraître [a] et [c].
  • 21 Id., 2014, pp. 199-200.
  • 22 Ripart, 2008.

9Après la conquête franque (534), les querelles par lettres disparaissent pendant plus de trois siècles. Elles connaissent un premier rebond à l’initiative d’Adon. Ce prélat atypique, ancien moine de Ferrières formé en partie au contact du milieu archiépiscopal lyonnais et élu au siège de Vienne à un âge avancé, entend s’inscrire dans l’héritage d’Avit et donner à sa métropole une place particulière. Il produit une œuvre édilitaire, littéraire et épistolaire considérable, dans laquelle il reprend les revendications portant sur l’étendue de la juridiction métropolitaine. Il faut mettre ce combat en relation avec sa conception du pouvoir métropolitain et sa volonté de réaffirmer l’autorité de Vienne sur les diocèses de Tarentaise et Maurienne20. Les conflits épistolaires ressurgissent une seconde fois avec Guy de Bourgogne. Cet archevêque réformateur s’inscrit dans le sillage d’Avit, d’Adon et plus encore de Léger (1030-1070), un prélat énergique et très ambitieux, anti-impérial et primat des Sept Provinces vers 105021. Comme Adon, il utilise la lettre telle une arme. De la même façon, il recourt sans hésiter à la forgerie pour réaffirmer les ambitions viennoises sur les diocèses alpins et lutter contre les ambitions de son suffragant de Grenoble dans le Sermorens22.

L’usage de la lettre dans le conflit entre Vienne et Arles

Le triomphe arlésien (398-417)

  • 23 Lettre connue par la missive du pape Zosime (22 septembre 417).
  • 24 Lettre de Zosime aux évêques des Gaules et des Sept provinces (22 mars 417), Epistolae Arelatenses, (...)
  • 25 Ils envoient au pape des courriers connus par les lettres de Zosime des 26 et 29 septembre 417.

10Aucun témoignage connu ne permet d’établir que le conflit se déclenche immédiatement après le concile de Turin. S’il ne s’agit pas d’un effet de source, cette carence peut signifier aussi bien l’existence d’un consensus entre métropolitains que l’absence d’une querelle majeure. Celle-ci se profile vers 412 sous une forme épistolaire. L’évêque Hilaire de Narbonne demande alors au pape Innocent Ier la confirmation de ses droits sur la Narbonnaise première23. Le prélat s’inquiète en effet des ambitions expansionnistes du métropolitain Patrocle d’Arles, élu vers 411 avec le soutien de Constance, maître de la milice des Gaules. Le conflit éclate à la mort d’Innocent Ier et prend immédiatement une forme épistolaire. Par une lettre du 22 mars 417, le nouveau pape Zosime, tout acquis à Patrocle, interdit à tout évêque de quitter son diocèse pour se rendre à Rome ou ailleurs sans recommandation du métropolitain d’Arles. Celui-ci obtient aussi le droit de consacrer les évêques de Viennoise et des deux Narbonnaises en raison du rôle de Trophime dans l’évangélisation de la Gaule24. Arles exerce désormais son autorité sur tout le sud-est de la Gaule, mais les métropolitains Simplide de Vienne et Hilaire de Narbonne protestent aussitôt par lettre contre ces concessions qui leur apparaissent exorbitantes25.

  • 26 Lettre du pape Zosime à Hilaire, évêque de la province de Narbonnaise première (26 septembre 417), (...)
  • 27 Procule, évêque de Marseille, obtient lors du concile de Turin, le droit d’exercer une autorité mét (...)
  • 28 Mathisen, 2000, p. 263.

11Face à cette contre-attaque épistolaire, Zosime rend une sentence en deux temps. Le 26 septembre 417, il rappelle Hilaire à l’ordre et confirme les droits métropolitains d’Arles sur la Viennoise et les Narbonnaises26. Le 29 septembre 417, il tance les évêques de Viennoise et de Narbonnaise seconde : l’évêque de Vienne, malgré ses réclamations impudentes, ne peut procéder à une ordination épiscopale, monopole irrévocable de son homologue d’Arles27. Ce conflit fait ressortir une réalité inattendue pour cette période, l’autorité de la lettre pontificale. Dans un contexte de flottement où s’affrontent de fortes personnalités, celle-ci l’emporte en effet non seulement sur les décisions conciliaires, mais aussi sur la tradition. D’un autre côté, les sentences romaines ne sont peut-être jamais appliquées, car rien n’assure que Patrocle puisse réellement exercer ses prérogatives28.

La contre-offensive viennoise et l’obtention d’un consensus (422-450)

  • 29 Id., 1989, pp. 69-74.
  • 30 Lettre de Boniface à l’évêque de Narbonne (9 février 422), Patrologiae Cursus Completus. Series Lat (...)
  • 31 Lettre de Célestin aux évêques de Viennoise et de Narbonnaise (26 juillet 428), PL, 56, col. 576-58 (...)
  • 32 En 445, Hilaire dépose Célidoine, évêque de Besançon. Il remplace aussi l'évêque Projecte pour caus (...)
  • 33 Lettre de Léon Ier aux évêques de la province de Vienne (été 445), PL, t. LIV, col. 628-636.
  • 34 Mathisen, 1989, pp. 163-164, opte pour la première acception. Inversement, Beate Schilling (RPR, 3- (...)
  • 35 Beate Schilling pensait que le rétablissement de l’évêque de Vienne était inclus dans la déposition (...)

12La toute-puissance arlésienne, qu’elle soit réelle ou purement théorique, ne survit pas au décès des puissants protecteurs de Patrocle29. Dans une lettre du 9 février 422, le pape Boniface (418-422) annule partiellement les décisions de son prédécesseur : l’évêque de Narbonne et les autres métropolitains doivent exercer leurs droits en se contentant d’une seule province30. En l’absence de précision, Vienne, Aix et Embrun restent donc soumises à Arles. Cette ambiguïté semble satisfaire les intérêts des uns et des autres puisqu’elle continue de planer dans une missive du pape Célestin (422-432), manifestement décidé à maintenir la situation en l’état31. Il faut attendre Léon Ier (440-461) pour que le conflit reprenne de façon fortuite. Le pape invite le métropolitain Hilaire d’Arles à venir s’expliquer à Rome, car il lui reproche d’avoir indûment déposé deux évêques32. Comme le prélat refuse d’obtempérer, le pape le sanctionne. Par une missive datée de l’été 445, il casse son jugement et blâme sa conduite. En outre, il lui retire toute autorité sur la « province de Vienne33 ». Cette expression peut désigner aussi bien la seule Viennoise qu’un périmètre beaucoup plus vaste constitué de la Viennoise, de la Narbonnaise seconde et des Alpes maritimes34. Pour le métropolitain de Vienne, cela ne change rien : conformément aux dispositions de la Notice des Gaules, il recouvre ses treize suffragants35.

  • 36 Rescrit des empereurs Théodose et Valentinien III (8 juillet 445), Gallia Christiana Novissima, t.  (...)
  • 37 Cet épisode apparaît dans la lettre pontificale du 5 mai 450.
  • 38 Lettre des 19 évêques à Léon Ier (printemps 450), Epistolae Arelatenses, no 12, pp. 18-20.
  • 39 Lettre de Léon Ier aux 19 évêques ayant plaidé la cause d’Arles (5 mai 450), ibid., no 13, p. 20.

13La sentence de Léon Ier reste pourtant lettre morte. En juillet 445, les empereurs Théodose et Valentinien III enjoignent au maître de la milice Aetius de la faire appliquer36. Cela témoigne d’une forte résistance arlésienne. Cette dernière prend même la forme d’une véritable provocation quand, au printemps 450, le métropolitain Ravenne d’Arles ordonne l’évêque de Vaison sans autorisation viennoise37. Le prélat frondeur peut alors compter sur le soutien de dix-neuf évêques du sud de la Gaule. Dans une lettre collective, ceux-ci réclament au pape le retour à la situation antérieure38. Ce soulèvement montre la limite de l’autorité romaine et épistolaire. Par ailleurs, il pousse Léon Ier à réagir. Par une missive du 5 mai 450, il impose un compromis et clarifie enfin la géographie ecclésiastique du sud-est de la Gaule. Vienne et Arles, réputées aussi anciennes et illustres l’une que l’autre, obtiennent le statut de métropole. En conséquence, leurs titulaires bénéficient des droits afférents. Fidèle à l’esprit du concile de Turin, le pape attribue les suffragants en fonction de leur proximité avec les métropoles. Plus encore, il nomme les cités pour éviter toute ambiguïté. Vienne reçoit Genève, Grenoble, Valence et Tarentaise tandis qu’Arles étend son autorité sur les autres sièges de l’ancienne province de Viennoise39.

De nouvelles prétentions viennoises (499-524)

  • 40 Lettre de Symmaque aux métropolitains d’Arles et de Vienne (21 octobre 499), ibid., no 23.

14Le conflit reprend près d’un demi-siècle plus tard sous une forme, là encore, surtout épistolaire. Dans cette ultime phase de l’affrontement entre Vienne et Arles, le décalage entre l’autorité de la lettre et la réalité s’avère plus évident que jamais. Les querelles entre les métropolitains étant désormais intimement liées aux évolutions territoriales des royaumes barbares, la puissance réelle revient aux autorités civiles. En outre, contrairement à ce qui s’était produit par le passé, l’initiative vient de Vienne. Le célèbre métropolitain Avit, fort du soutien des rois burgondes dont il est sans doute le plus proche conseiller, souhaite faire de son siège la capitale religieuse de la Gaule méridionale. Pour réduire d’influence arlésienne, il obtient du pape Anastase II (496-498) une révision de l’arbitrage de 450. Par une lettre donnée à l’automne 499, le pape Symmaque, saisi de l’affaire par le métropolitain Eone d’Arles, s’offusque de cette initiative contraire aux règles ecclésiastiques et aux canons. Il demande aux deux prélats d’envoyer des représentants à Rome pour juger la controverse qui les oppose40. Les archives pontificales ne renferment aucune trace des légations espérées : la convocation papale n’a donc eu aucun effet.

  • 41 Lettre d’Eone d’Ares au pape Symmaque, ibid., pp. 34-35.
  • 42 RPR, 3-1, no 36, p. 70.
  • 43 Concilia Galliae, pp. 213-219.
  • 44 Lettre de Symmaque aux évêques gaulois (6 novembre 513), Epistolae Arelatenses, no 25, pp. 35-36.
  • 45 Lettre de Symmaque à Césaire d’Arles (11 juin 514), ibid., no 28, p. 40.

15Avit profite de son impunité pour intervenir directement dans la province d’Arles. Dès l’été 500, Eone écrit une nouvelle fois à Symmaque. Il lui expose le différend qui existe avec son homologue de Vienne au sujet de l’ordination des évêques de leurs voisinages respectifs41. Pour Beate Schilling, Avit entend contrôler Die, Viviers, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Vaison, Orange, Carpentras, Cavaillon et peut-être Avignon42. Il est tentant de suivre cette hypothèse, car aucun titulaire de ces sièges n’assiste au concile wisigothique réuni à Agde en 506 sous la direction du métropolitain d’Arles43. Avit profite donc de la configuration du royaume burgonde pour étendre son influence aux diocèses qui lui appartiennent. Cette montée en puissance de Vienne provoque une riposte tardive de Symmaque. Dans une lettre (513) adressée en 513 à tous les évêques des Gaules, il rappelle que, depuis Léon Ier, Vienne possède seulement quatre suffragants44. L’année suivante, il attribue le pallium et le vicariat à Césaire d’Arles45. Cet octroi, destiné à maintenir un équilibre symbolique entre les métropoles concurrentes, constitue une compensation théorique révélatrice de l’impuissance romaine.

  • 46 Lettre d’Avit au pape Hormisdas (516), Aviti epistulae, no 41, pp. 69-70. Trad. Avitus, Letters, pp (...)
  • 47 Mathisen, 2000, pp. 265-268.
  • 48 Hefele, Leclercq, 1908, pp. 1031-1034 ; Pontal, 1989, pp. 61-63.
  • 49 Saint-Paul-Trois-Châteaux, Vaison, Carpentras, Orange, Avignon, Cavaillon, Apt, Gap, Sisteron et Em (...)
  • 50 Favrod, 1997, pp. 430-438 et 457-465.

16Cette disposition n’entame en rien la détermination et l’assurance d’Avit. Dans une missive au pape Hormisdas expédiée à la fin de l’année 516, il affirme crânement détenir autorité sur toute la Viennoise. Plus encore, il dit représenter toute la Gaule, ce qui signifie occuper une fonction vicariale46. Une telle assurance s’explique parfaitement : depuis l’occupation ostrogothique, les évêques d’Arles ne peuvent plus convoquer de larges conciles et ils ne dominent plus que la Provence stricte47. Cette incapacité autorise Avit à mettre en pratique ses prétentions. Lors du concile d’Epaone (517), Vienne étend ainsi son autorité sur au moins seize diocèses, un nombre bien supérieur à ce que lui accordaient l’arbitrage de 450 et une lecture favorable de la Notice des Gaules48. Sa province atteint alors sa taille maximale. Cet apogée est toutefois éphémère, car Arles retrouve ses suffragants dès 524 grâce à une expansion ostrogothique qui soustrait dix cités à l’autorité burgonde49. Dix ans plus tard, la conquête franque achève de confirmer le retour à la situation de 45050.

Le rebond des conflits épistolaires liés à la géographie ecclésiastique

Adon et la juridiction viennoise sur les diocèses alpins

  • 51 Nimmegeers, 2004, pp. 59-60 et 67-68.

17Après le concile de Francfort (794), l’archevêque de Vienne perd deux cités suffragantes : Tarentaise et Maurienne. La première, bien qu’attribuée à Vienne en 450, était la métropole des Alpes grées et pœnines. Comme les Carolingiens utilisent la Notice des Gaules pour définir le ressort des provinces ecclésiastiques, ils réparent ce qu’ils considèrent comme une usurpation. La seconde, promue au rang d’évêché vers 580 par le roi Gontran et placée dans la foulée sous autorité viennoise, se trouve à la tête d’un diocèse dont les limites coïncident approximativement avec l’ancienne province romaine des Alpes Cottiennes51. À ce titre, Charlemagne la rattache à la métropole de Tarentaise. L’archevêque Adon n’accepte pas ce déclin de l’influence viennoise. Il forge donc des fausses lettres afin d’obtenir du pape Nicolas Ier un retour à la situation antérieure au concile de Francfort. Ce faisant, il déclenche un conflit épistolaire unilatéral dans lequel n’existe pas de véritable correspondance. Ses missives, en effet, servent uniquement à constituer un dossier strictement offensif.

  • 52 Lettre de Zacharie à Berteric (775), Epistolae Viennenses, no 17, p. 96. Voir RPR, 3-1, no 72b, pp. (...)
  • 53 Lettre de Léon III à Volfère (vers 800), Epistolae Viennenses, no 18, p. 97. Voir RPR, 3-1, no 75b, (...)
  • 54 Chroniques de Genève, pp. 176-177.
  • 55 Lettre de Nicolas Ier aux évêques de Genève, Grenoble, Valence et Tarentaise (13 juin 867), Nicolas(...)
  • 56 Lettre de Jean VIII à l’archevêque Teutran de Tarentaise (avant mai 878), Iohannis VIII. papae regi (...)

18En témoigne la fausse lettre du pape Hadrien Ier à Berteric de Vienne datée de 775. Dans ce texte étonnant, le pontife explique que Charlemagne, en séjour à Rome à l’occasion de Pâques, a juré sur les reliques de saint Pierre de restituer aux métropolitains leurs droits et leurs possessions amputés par les déprédations des laïcs et des barbares. En conséquence, il revient aux frontières provinciales de 45052. La fausse lettre du pape Léon III à l’archevêque Volfère de Vienne (800-810) et à ses suffragants traite plus précisément des diocèses alpins : l’évêque de Tarentaise conserve autorité sur les Alpes grées, mais il doit se soumettre humblement aux décisions pontificales qui le placent sous tutelle viennoise53. Ces deux forgeries complètent le prologue de la liste épiscopale de Genève. Elles forment avec elle un dossier efficace54. Adon obtient, en effet, la soumission de l’archevêque de Tarentaise et de retour du diocèse de Maurienne par une vraie lettre de Nicolas Ier qu’il a probablement lui-même rédigée. La missive recommande, de surcroît, à l’archevêque spolié de faire preuve d’humilité par rapport à son ordinaire55. Adon ne profite cependant pas longtemps de cette victoire, car Hadrien II, successeur de Nicolas Ier, revient rapidement à la situation de Francfort. Une lettre émise avant 878, qui traite d’égal à égal Vienne et Tarentaise, ne laisse aucun doute à ce sujet56.

19L’offensive épistolaire d’Adon, dans son succès puis dans son échec, amène à formuler deux remarques. D’une part, les lettres pontificales semblent désormais jouir d’une remarquable légitimité dans la résolution des conflits portant sur la géographie ecclésiastique. Les sentences qu’elles transmettent, fondées sur l’exploitation politique de l’histoire et de la tradition, sont applicables et appliquées sans délai. En outre, elles ne souffrent pas de réelles contestations. D’autre part, l’usage des faux dans les conflits épistolaires s’avère ponctuellement efficace. Pour autant, le problème très concret de l’aspect des lettres forgées reste entier, surtout lorsque la falsification se repère facilement à cause d’un contenu approximatif, comme cela est assez souvent le cas avec Adon.

Guy de Bourgogne : l’amplification des conflits épistolaires

  • 57 Nimmegeers, 2016a, pp. 164-165.
  • 58 Schilling, 2015.

20Sous le ministère de Guy de Bourgogne, les conflits épistolaires reprennent avec une rare violence. Ils portent d’abord sur le contrôle de Saint-Barnard de Romans. Cette ancienne abbaye carolingienne archiépiscopale, fondée par Barnard vers 840, est devenue une collégiale vers 95057. Depuis les années 1070, les chanoines refusent la régularisation que leur imposent les archevêques. En outre, ils souhaitent dépendre directement de Rome. Il s’ensuit un conflit épistolaire à base de lettres fausses ou interpolées. Les chanoines interpolent ainsi des lettres pontificales et les présentent au pape Urbain II lors de son passage à Romans. En guise de riposte, Guy forge une lettre de Grégoire VII qui refuse la liberté romaine à la collégiale58.

  • 59 Epistolae Viennenses, no 6 , p. 89. RPR, 3-1, no 8, pp. 55-56.
  • 60 Epistolae Viennenses, no 22, p. 100. RPR, 3-1, no 105, p. 110.
  • 61 Epistolae Viennenses, no 23, p. 100. RPR, 3-1, no 138, pp. 120-121.

21Ces préoccupations ne détournent pas l’archevêque des vieilles ambitions viennoises. Fidèle à l’esprit d’Avit et surtout aux revendications alpines d’Adon, Guy fabrique un petit dossier de trois fausses lettres pontificales. Dans la première, adressée aux évêques gaulois, le pape Sylvestre (314-320) détourne le privilège de Zosime à Patrocle en le transférant au métropolitain de Vienne59. Dans la deuxième, datée de juin 867, Nicolas Ier confère à Adon l’autorité non seulement sur Tarentaise et Maurienne, mais aussi sur Die et Viviers60. Dans la troisième, Serge III rappelle en mai 908 à l’archevêque Alexandre la sujétion de la Maurienne à Vienne depuis Gontran61.

  • 62 Le conflit du Sermorens est connu surtout par sources grenobloises. Il n’est soldé qu’à l’issue d’u (...)

22Guy reprend et amplifie toutes ces revendications dans une fausse lettre du pape Grégoire VII à l’Église de Vienne donnée en mars 1077. Il porte ainsi le nombre des suffragants de Vienne à dix-huit, ce qui constitue en quelque sorte un retour à la situation du concile d’Epaone. Il réaffirme par ailleurs la soumission de Saint-Barnard de Romans à l’autorité archiépiscopale. De surcroît, il attribue l’ensemble du Sermorens à Vienne, ce qui est contraire à la décision de Pascal II de 110762. L’usage de ce document reste très mystérieux, car il ne provoque aucune réaction pontificale connue. Au total, cette lettre longue et argumentée dont l’écriture et la mise en forme ont probablement nécessité des efforts considérables semble n’avoir servi à rien.

La fin des conflits épistolaires

  • 63 Archives départementales de l’Isère, 1 G, nos 1 et 4. RPR, 3-1, nos 255 et 258, pp. 164-166.

23Guy de Bourgogne, élu pape en 1119 sous le nom de Calixte II, s’empresse d’éteindre les incendies qu’il avait lui-même allumés. Il s’appuie principalement sur le dossier épistolaire d’Adon et celui qu’il a lui-même forgé, en particulier la lettre de synthèse attribuée à Grégoire VII. Il rédige deux lettres-sentences adressées en juin 1119 et en février 1120 au doyen du chapitre cathédral, aux chanoines et aux clercs de Vienne63. Si ces missives règlent les anciens différends dans un sens logiquement favorable à la métropole, leur contenu peut néanmoins surprendre. Le pape Calixte II s’avère, en effet, globalement moins ambitieux que l’archevêque Guy.

24Cette modération surprenante apparaît dans la nouvelle configuration officielle de la province de Vienne. Cette dernière ne compte que sept sièges. Au cœur provincial, jamais remis en question, constitué de la métropole ainsi que de Genève, Grenoble et Valence, le pape n’agrège que Die et Viviers. Les diocèses alpins, quant à eux, n’échappent pas complètement à la tutelle viennoise. Ils ne sont certes pas réintégrés dans la province de Vienne, mais le pape maintient la primatie de la métropole rhodanienne sur l’archevêché de Tarentaise et par conséquent son autorité indirecte sur Maurienne. En ce qui concerne le Sermorens et les limites du diocèse de Vienne, le pape se contente d’une charge symbolique centrée sur deux églises du diocèse de Grenoble auxquels les archevêques ne peuvent plus prétendre.

  • 64 Nimmegeers, 2016b, pp. 69-70.

25La retenue dont Calixte II fait preuve à propos de la configuration provinciale disparaît lorsqu’il traite de la collégiale de Romans. Le pape réaffirme, bien sûr, l’autorité archiépiscopale sur l’établissement. Plus encore, il le désigne comme une simple église aux côtés de sites modestes. Implantés à l’intérieur et à l’extérieur du diocèse de Vienne, ceux-ci font, eux aussi, l’objet d’une reprise en main. Cette mise au pas résulte d’une quantité de microconflits, connus seulement par quelques allusions qui ont laissé peu de traces épistolaires. En tout état de cause, la missive pontificale prend ici des allures de lettre-vengeance destinée à humilier Saint-Barnard au moment même où la collégiale s’affirme comme le cœur et le moteur d’un pôle urbain d’importance régionale64.

26La récurrence des conflits épistolaires relatifs à la géographie ecclésiastique paraît frappante en ce qui concerne la longue histoire de l’Église de Vienne au haut Moyen Âge. Toutes les querelles liées à la définition des ressorts provinciaux et des prérogatives métropolitaines ne se déroulent certes pas toutes sur un mode strictement épistolaire. Dans certains cas, la lettre est, en effet, une arme parmi d’autres. Pour autant, l’importance des missives dans le traitement et la résolution des conflits amène à s’interroger sur l’autorité de la lettre, tantôt négligeable et tantôt évidente. Sa capacité à ordonner dépend du contexte dans lequel elle circule et de la personnalité de son auteur. Un métropolitain proche du pouvoir royal, comme Avit, peut ainsi mépriser explicitement toutes les lettres-sentences pontificales. En revanche, lorsque Adon cherche à asseoir sa légitimité, il dépend de la bonne volonté de Nicolas Ier.

  • 65 Id., 2013.

27Dans les logiques conflictuelles, l’usage du faux revêt un intérêt capital à partir de l’époque carolingienne. La circulation et la diffusion des missives forgées interrogent au-delà de leur aspect matériel. Les archevêques de Vienne fabriquent en effet ces documents dans le seul dessein de construire des dossiers strictement confidentiels. Dans certains cas, notamment avec Guy de Bourgogne, il semble que les fausses lettres demeurent dans les archives viennoises, sans même parvenir à leur destinataire supposé. Dans un tel cas de figure, la lettre ne sert qu’à la réécriture d’une histoire estimée glorieuse. Cet exercice d’autocontemplation n’est certes pas un monopole viennois. Il s’agit cependant d’une spécialité dans laquelle les métropolitains puis les archevêques de la métropole rhodanienne ont excellé pendant tout le haut Moyen Âge65.

Notes

1 Mazel, 2008.

2 Voir, par exemple, Nimmegeers, à paraître [a].

3 Id., 2014.

4 Pour une analyse critique de l’œuvre et de l’action d’Adon de Vienne, voir Id., 2018.

5 Regesta pontificum romanorum, éd. de Schilling. Désormais abrégé RPR, 3-1.

6 Sur l’affaire Marcel de Die, voir Favrod, 1997, pp. 241-242 et Nimmegeers, 2014, pp. 46-47.

7 Pour une étude synthétique des lettres d’Adon, voir Nimmegeers, à paraître [b].

8 Lettres à Adon (869), Epistolae variorum, no 23-1, pp. 175-176 ; nos 23-1 et 23-2, pp. 176-177.

9 Epistolae Arelatenses.

10 Avit de Vienne, Epistulae.

11 Nimmegeers, à paraître [b].

12 Chronicon Hugonis, p. 354.

13 Schilling, 1998, pp. 245-260.

14 Ead., 2015.

15 Nimmegeers, à paraître [b].

16 Chroniques de Genève, pp. 176-177.

17 Vita Marcelli, pp. 116-117.

18 Nimmegeers, 2014, pp. 34-35.

19 Conciles gaulois, c. 2, pp. 138-139.

20 Nimmegeers, à paraître [a] et [c].

21 Id., 2014, pp. 199-200.

22 Ripart, 2008.

23 Lettre connue par la missive du pape Zosime (22 septembre 417).

24 Lettre de Zosime aux évêques des Gaules et des Sept provinces (22 mars 417), Epistolae Arelatenses, no 1, p. 5. Sur les relations entre Patrocle et Zosime, voir Mathisen, 1989, pp. 44-68.

25 Ils envoient au pape des courriers connus par les lettres de Zosime des 26 et 29 septembre 417.

26 Lettre du pape Zosime à Hilaire, évêque de la province de Narbonnaise première (26 septembre 417), Epistolae Arelatenses, no 3, pp. 9-10.

27 Procule, évêque de Marseille, obtient lors du concile de Turin, le droit d’exercer une autorité métropolitaine à titre viager. Voir Conciles gaulois, pp. 136-139. Lettre de Zosime aux évêques des provinces de Viennoise et de Narbonnaise seconde (29 septembre 417), Epistolae Arelatenses, no 5, p. 11.

28 Mathisen, 2000, p. 263.

29 Id., 1989, pp. 69-74.

30 Lettre de Boniface à l’évêque de Narbonne (9 février 422), Patrologiae Cursus Completus. Series Latina, t. XX, col. 772-774. Ouvrage désormais abrégé PL.

31 Lettre de Célestin aux évêques de Viennoise et de Narbonnaise (26 juillet 428), PL, 56, col. 576-580.

32 En 445, Hilaire dépose Célidoine, évêque de Besançon. Il remplace aussi l'évêque Projecte pour cause de grave maladie. Mathisen, 1989, p. 152, considère que Projecte siège à Aix.

33 Lettre de Léon Ier aux évêques de la province de Vienne (été 445), PL, t. LIV, col. 628-636.

34 Mathisen, 1989, pp. 163-164, opte pour la première acception. Inversement, Beate Schilling (RPR, 3-1, no 15b, pp. 60-61) privilégie la seconde et suit en cela les auteurs anciens.

35 Beate Schilling pensait que le rétablissement de l’évêque de Vienne était inclus dans la déposition d’Hilaire avant de supposer l’expédition d’une lettre de Léon suivant celle de l’été 445. Voir RPR, 3-1, nos 16 et 22b, pp. 61 et 63-64.

36 Rescrit des empereurs Théodose et Valentinien III (8 juillet 445), Gallia Christiana Novissima, t. III, no 57, col. 33-34. Sur cet épisode, voir Heinzelmann, 1992, p. 242.

37 Cet épisode apparaît dans la lettre pontificale du 5 mai 450.

38 Lettre des 19 évêques à Léon Ier (printemps 450), Epistolae Arelatenses, no 12, pp. 18-20.

39 Lettre de Léon Ier aux 19 évêques ayant plaidé la cause d’Arles (5 mai 450), ibid., no 13, p. 20.

40 Lettre de Symmaque aux métropolitains d’Arles et de Vienne (21 octobre 499), ibid., no 23.

41 Lettre d’Eone d’Ares au pape Symmaque, ibid., pp. 34-35.

42 RPR, 3-1, no 36, p. 70.

43 Concilia Galliae, pp. 213-219.

44 Lettre de Symmaque aux évêques gaulois (6 novembre 513), Epistolae Arelatenses, no 25, pp. 35-36.

45 Lettre de Symmaque à Césaire d’Arles (11 juin 514), ibid., no 28, p. 40.

46 Lettre d’Avit au pape Hormisdas (516), Aviti epistulae, no 41, pp. 69-70. Trad. Avitus, Letters, pp. 127-129.

47 Mathisen, 2000, pp. 265-268.

48 Hefele, Leclercq, 1908, pp. 1031-1034 ; Pontal, 1989, pp. 61-63.

49 Saint-Paul-Trois-Châteaux, Vaison, Carpentras, Orange, Avignon, Cavaillon, Apt, Gap, Sisteron et Embrun.

50 Favrod, 1997, pp. 430-438 et 457-465.

51 Nimmegeers, 2004, pp. 59-60 et 67-68.

52 Lettre de Zacharie à Berteric (775), Epistolae Viennenses, no 17, p. 96. Voir RPR, 3-1, no 72b, pp. 91-92 et Schilling, 1998, pp. 271-272, 631 et 641.

53 Lettre de Léon III à Volfère (vers 800), Epistolae Viennenses, no 18, p. 97. Voir RPR, 3-1, no 75b, p. 94 et Schilling, 1998, pp. 273-275, 631-632 et 640.

54 Chroniques de Genève, pp. 176-177.

55 Lettre de Nicolas Ier aux évêques de Genève, Grenoble, Valence et Tarentaise (13 juin 867), Nicolas Ier, Epistolae, no 153, p. 667. Voir RPR, 3-1, no 104, pp. 109-110.

56 Lettre de Jean VIII à l’archevêque Teutran de Tarentaise (avant mai 878), Iohannis VIII. papae registrum, no 117, p. 107. RPR, 3-1, no 119, p. 115.

57 Nimmegeers, 2016a, pp. 164-165.

58 Schilling, 2015.

59 Epistolae Viennenses, no 6 , p. 89. RPR, 3-1, no 8, pp. 55-56.

60 Epistolae Viennenses, no 22, p. 100. RPR, 3-1, no 105, p. 110.

61 Epistolae Viennenses, no 23, p. 100. RPR, 3-1, no 138, pp. 120-121.

62 Le conflit du Sermorens est connu surtout par sources grenobloises. Il n’est soldé qu’à l’issue d’une longue procédure dans laquelle interviennent l’aristocratie régionale, la papauté et Hugues de Die. Voir Ripart, 2008.

63 Archives départementales de l’Isère, 1 G, nos 1 et 4. RPR, 3-1, nos 255 et 258, pp. 164-166.

64 Nimmegeers, 2016b, pp. 69-70.

65 Id., 2013.

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search