Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

III.— Les conflits épistolaires

Préambule de la troisième partie

Texte intégral

1La grande ductilité du genre épistolaire permet que l’affrontement se déroule, dans certains cas, uniquement par lettres interposées, faisant alors de ce document vecteur de l’amicitia celui de la polémique, de l’invective et de l’injure. Les enjeux vont des querelles liées aux enjeux idéologiques, à celles relevant de la doctrine et de la discipline religieuse, en passant par les conflits militaires et les frontières ecclésiastiques. Si l’utilisation de l’epistola ne répond donc pas à une typologie particulière de conflits, c’est qu’elle est tout à la fois le lieu d’un affrontement, mais aussi, malgré tout, d’un dialogue. Elle peut être une étape dans le processus qui mène à la guerre, elle peut l’accompagner — sans jamais la remplacer —, elle est de toutes les manières un medium indispensable à la paix. D’ailleurs, certaines accusations de falsification sont proférées — à tort ou à raison — contre un adversaire non pas tant pour le discréditer que pour le disculper de certaines de ses erreurs et, ainsi, maintenir avec lui un « pont diplomatique ». Dans ces conflits épistolaires, les auteurs mobilisent diverses ressources argumentatives, notamment par l’utilisation de procédés stylistiques parfois importés d’autres genres littéraires. Ils n’hésitent pas non plus à réaliser et invoquer de fausses lettres pontificales, parfois à partir de sources littéraires. Naturellement, ces falsifications prouvent la progression de l’autorité pontificale, qui utilise le mode épistolaire pour régler les conflits électoraux dans l’Église et, ce faisant, faire progresser de facto un pouvoir qu’elle présente désormais comme plénier.

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search