Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

II. 2. — Raconter et commémorer un conflit

Mener un conflit et en diffuser la légende

Louis XI et le siège de Perpignan (janvier 1463)

Lydwine Scordia

Texte intégral

  • 1 Il ne sera question ici que de la première campagne de Roussillon. En 1473, Jean II reprend Perpign (...)
  • 2 Louis XI s’inquiète de la lenteur des pourparlers et craint que Jean II ne joue l’Angleterre pour f (...)
  • 3 Le traité de Bayonne est confirmé à Saragosse le 23 mai par Jean II et le 15 juin par Louis XI à Ch (...)
  • 4 Lettres, no 38, pp. 59-60, lettre de Louis XI aux consuls de Perpignan, Chinon, 30 juin 1462 (lettr (...)

1La campagne militaire de Roussillon et plus précisément le siège de Perpignan (1462-1463) ont eu pour acteurs les états de Catalogne, les consuls de Perpignan, Jean II d’Aragon, Henri IV de Castille, Louis XI et ses chefs de guerre. Dès juin 1461, la Catalogne se rebelle contre le roi d’Aragon, qui ne respecte pas le pactismo catalan, et elle choisit le roi de Castille comme nouveau seigneur en août 14621. Face à la rébellion, Jean II recherche des alliés et se tourne vers l’Angleterre d’Édouard IV, ce qui inquiète Louis XI et le détermine à un double retournement d’alliance. Le roi de France délaisse l’allié traditionnel castillan, abandonne les états de Catalogne qu’il soutenait contre l’Aragon et se rapproche de Jean II2. L’alliance se concrétise le 9 mai 1462 par le traité de Bayonne : Louis XI « offre » environ dix mille combattants et huit cents chariots d’artillerie. En retour, Jean II promet de verser 200 000 écus lorsque les rebelles auront été soumis. Mais, comme il ne peut payer une telle somme, le roi d’Aragon engage les comtés de Roussillon et de Cerdagne3. Si le rapprochement de l’Aragon et de la France est connu, le traité de Bayonne reste secret, et ses signataires nient l’accord : no es vera, écrit Louis XI dans une lettre aux consuls de Perpignan4. Ces dénégations, en plus de l’instabilité des situations, font de la campagne de Roussillon une affaire complexe.

  • 5 Lire le manifeste de Gaston IV aux Perpignanais en date du 5 juillet 1462, donné à Narbonne (ibid., (...)
  • 6 Il faut distinguer ici, comme dans de nombreux autres sièges, le château dont Louis XI demande le c (...)

2À partir de juillet 1462, l’armée de France, commandée par Gaston IV, gendre de Jean II, entre en campagne5. Le comte de Foix traverse le Roussillon, où il laisse Amanieu d’Albret, seigneur d’Orval, puis passe en Catalogne et Aragon. Le seigneur d’Orval meurt en août 1462. La ville de Perpignan se rebelle, soutenue par Henri IV de Castille. Les révoltés assiègent le château tenu par Carles d’Oms pour les Français6. Louis XI envoie alors en renfort une deuxième armée, dirigée par Jacques d’Armagnac, duc de Nemours. Perpignan tombe aux mains des Français, le 7 janvier 1463.

  • 7 BNF, Fr. 20489, Lettres, nos 26, 27, 40, 41, 57-60, 69, 70 ; BNF, Fr. 20491, Lettres, nos 14, 67 ; (...)
  • 8 BNF, Fr. 20427, Lettres, nos 31, 61 ; BNF, Fr. 15537, nos 43, 61 ; BNF, Fr. 20428, Lettres, P. J. V (...)
  • 9 BNF, Touraine Anjou 9 (fonds Housseau), archives de la Touraine et de l’Anjou, t. IX, n° 4106, fo 3 (...)
  • 10 Archives nationales (AN), J 596, n° 11, éd. Calmette, 1903, P. J. VII, pp. 444-445, « Extrait d’une (...)
  • 11 Archives départementales (AD) Indre-et-Loire (Tours), G 421, archives du trésorier de Saint-Martin (...)
  • 12 Coleccion de documentos ineditos, t. XVIII (Lettres, nos 13, 16, 22, 38).
  • 13 Barcelone, Archivo municipal, Cartas reales (P. J. V, Calmette, 1903) ; Lettres closes, 5e registre (...)
  • 14 La plupart sont éditées de manière unilatérale, comme le regrettent Dumézil et Vissière dans leur i (...)
  • 15 Voir le point récent de Guiu, Péquignot, 2006, pp. 285-306.
  • 16 Verdés Pijuan, 2008, pp. 161-188 ; Péquignot, 2012, pp. 163-188 ; Id., 2014, pp. 65-105.

3Pour mieux comprendre les liens entre épistolaire et conflits, nous allons exploiter une trentaine de lettres échangées pendant la campagne de Roussillon. Elles proviennent du fonds Bourré7, d’originaux et de copies du fonds Gaignières8, d’une copie du fonds Housseau9, du Trésor des chartes10, d’archives de Tours11, d’archives de la couronne d’Aragon12 et d’archives municipales de Barcelone13. Ce sont soit des lettres closes, soit des missives, parfois des minutes. Elles sont généralement rédigées en français ou en catalan14. L’historiographie de la campagne du Roussillon est importante et animée. Les historiens ont abordé ces conflits soit sous l’angle de la « révolution catalane », soit sous celui de la « guerre civile catalane »15. Mais ni ces spécialistes ni les travaux plus récents sur les villes et la diplomatie16 n’ont, à notre connaissance, étudié ce dont il va être question ici.

  • 17 Lettres, no 26, pp. 37-39, lettre de Louis XI à Gaston IV, comte de Foix, s. l., avril 1462.
  • 18 Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, t. I, pp. lvii-lxxxii.
  • 19 Jean, bâtard d’Armagnac, dit de Lescun, comte de Comminges, maréchal de France depuis le 3 août 146 (...)
  • 20 Louis de Crussol, grand panetier de France depuis 1461, futur sénéchal de Poitou
  • 21 Jean Bureau, maître de l’artillerie sous Charles VII, technicien de l’intendance militaire sous Lou (...)
  • 22 Sur Jean Bourré, homme de confiance du roi dès 1442 : Vaësen, 1882, et en dernier lieu Jeay, 2015, (...)

4Le pivot de cette recherche est une lettre close en date du 19 janvier 1463, adressée par Louis XI aux responsables de la première armée17. Dans une première partie (lignes 1-50), Louis XI les informe de la victoire de Perpignan. Le roi s’adresse à Gaston IV, « comte de Foix18 », au « maréchal de Comminges19 », au « seigneur de Crussol20 » et à Jean Bureau21. Le château de Perpignan, assiégé par une bastille de sept fortifications, a été libéré le 7 janvier 1463 par « aucuns de nos gens qu’avions puis nagueres envoyez par dela pour donner secours à ceux dudit chateau ». Le 8, « ceux de ladicte ville de Perpeignan » se rendent « corps et biens ». Le 9, cent consuls et bourgeois, « à genoulx et mains jointes », viennent « crier mercy et pardon de l’offense » devant le duc de Nemours. Et le 10, Nemours reçoit le serment de tout le peuple. Louis XI demande à ses quatre destinataires d’en rendre grâce à Dieu, Notre Dame et saint Martin, et de les prier afin d’obtenir le « recouvrement de ce qui reste à recouvrer de la compté de Roussillon ». Un premier eschatocole précise : « Donné à Castelnau le XIXe jour de janvier » (ligne 50). Une deuxième partie (lignes 51-57) contient l’instruction royale de rendre grâce à saint Martin. Louis XI écrit avoir chargé maître Étienne Chevalier d’envoyer 1 200 écus à saint Martin, ce qui a été fait. Et le roi ordonne « que fassiez mettre par ecrit, afin qu’il en soit memoire, le miracle que mondit seigneur saint Martin nous a fait en ceste besoigne, laquelle reputons miraculeuse ». Un eschatocole bisse le premier : « Donné comme dessus » (ligne 57). La troisième partie (lignes 58-68) résume ce qu’on pourrait appeler le synopsis du miracle. Enfin, en quatrième partie (lignes 69-78), Louis XI transmet à ses correspondants d’autres bonnes nouvelles, qui proviennent d’une lettre du duc de Nemours, où sont annoncés les serments des villes de Collioure et Conflens, qui feront du roi le « seigneur pacific de toute la comté de Roussillion ». La lettre se termine par la signature du roi (« Lois ») et le contreseing du secrétaire (« Bourré »)22.

5Les lettres placent Louis XI au cœur d’une intense circulation de nouvelles (1). Et l’on voit le roi de France se faire le héraut du siège de Perpignan auquel il n’a pas assisté, en transformant les informations reçues en légende (2). Une légende dont la diffusion n’a finalement pas été à la hauteur du vœu royal (3).

Intense circulation des informations entre le roi et ses chefs de guerre

6L’éloignement géographique n’empêche pas Louis XI d’être au cœur de l’événement et d’en ordonner les détails. Le roi démontre son appétence à l’information et son extraordinaire capacité d’adaptation aux événements.

Échos des lettres (approche spatiale)

7Dans la lettre du 19 janvier 1463, Louis XI commence par accuser réception des informations reçues qu’il résume, il évoque les messagers qui les ont apportées, les dates et les lieux de départ. Les lettres sont montrées, copiées, lues, ce qui accroît d’autant leur propagation. Louis XI fait référence à trois missives qui convergent vers le Bordelais, où il se trouve en raison de la menace d’une descente anglaise et peut-être aussi à proximité du royaume de Navarre qui est un autre enjeu du conflit :

  • après le 7 janvier (victoire française), mais avant le 10 janvier (serment des Perpignanais), des nouvelles partent de Perpignan et parviennent au roi le 16 janvier, alors qu’il est à Notre-Dame de Soulac (lignes 9-19). Environ sept jours ont suffi pour parcourir une distance de 541 kilomètres ;
  • le 10 janvier, « trois messaigers » (lignes 20, 38-39) ont quitté Perpignan pour apporter l’annonce de la victoire du 7, de la deditio du 9 et du serment du 10 janvier. Louis XI les reçoit le 18 janvier (ligne 19) à Castelanau-de-Médoc (distant de 550 kilomètres), soit huit jours après ;
  • le 13 janvier, Nemours, lieutenant de l’armée envoyée en renfort, écrit au roi Louis, alors qu’il vient de prendre Elne, et lui annonce le gain de Collioure et Conflens grâce à Joachim Rouault (lignes 69-78). La lettre arrive le 19 janvier à Castelnau-de-Médoc (550 kilomètres), six jours après.

8Le roi récepteur est aussi émetteur :

  • il mentionne sa demande à Étienne Chevalier d’envoyer 1 200 écus à Tours, ce qu’il a fait (lignes 51-53). On en déduira que cet ordre est postérieur au 18 janvier, date à laquelle le roi apprend la victoire, et antérieur à la présente lettre du 19 janvier. Le chapitre de l’église Saint-Martin de Tours reçoit la lettre royale le 25 janvier23, six jours après — 371 kilomètres séparent Castelnau de Tours ;
  • et le 19 janvier, Louis XI écrit de Castelnau-de-Médoc aux quatre chefs de la première armée. Ils se trouvent alors en Aragon, près de Saragosse, à environ 570 kilomètres, car une trêve a été signée à Belchite le 13 janvier 146324.
  • 25 Dauphant, 2012, pp. 102-103, 105.
  • 26 « Quand je vendré pour mettre le siege ou Pertuys » (Lettres, no 40, pp. 62-67, à la p. 66, lettre (...)
  • 27 Lettres, no 26, pp. 37-39, à la p. 39, lettre de Louis XI à Gaston IV, comte de Foix, s. l., avril  (...)
  • 28 Lettres, no 43, pp. 69-71, à la p. 70, lettre de Louis XI au maréchal de Comminges, Rouen, 14 août  (...)
  • 29 Ibid..

9Le cœur bordelais sert de relais entre Perpignan, Tours et Saragosse. Les nouvelles circulent à la vitesse de 70-80 kilomètres par jour25. Même s’il envisage à plusieurs reprises de venir « en personne », Louis XI garde ses distances26. Il presse ses hommes d’aller voir de leurs yeux et de lui rapporter les informations à lui qui n’est pas sur place. Le roi écrit au comte de Foix : « vous estes sur le lieu […], vous congnoissez mieulx comment il fault besongner que nous faisons icy27 ». Même teneur à Comminges : « de si loing, je ne vous puis donner conseil, […] vous verrez à l’ueil28 ». Le roi a confiance dans leur appréciation et il incite ses hommes à la prudence29. Les lettres permettent à Louis XI d’être au cœur de l’action. Leur circulation contribue à ce qu’on appellera l’ubiquité royale.

Passé, présent, futur : mener la guerre à tous les temps (approche chronologique)

10La qualité des informations et la rapidité de leur circulation conditionnent le succès des entreprises royales. Les contemporains ont souvent remarqué que Louis XI faisait et défaisait les alliances et qu’il changeait de politique, pour pointer du doigt son absence de parole. Le roi envisage en fait différents plans simultanément, qu’il met en branle en fonction du contexte, ce qui fait dire à ses ennemis qu’il a toujours un coup d’avance. Est-ce un moyen trouvé par le roi pressé pour gagner du temps ? On le voit très attentif aux dates et aux délais : la lettre du 19 ne compte pas moins de onze mentions aux jours, quantièmes et mois du siège de Perpignan (lignes 9, 11, 19, 21, 27, 31-32, 38, 49, 65, 71, 74). Pendant la campagne de Roussillon, Louis XI juxtapose au moins trois plans.

  • 30 Calmette, 1903, pp. 58-59 (AN, J 596, no 26, « Inventaire des lettres que la royne Marie a envoyees (...)

11Le plan A, le premier dans l’ordre, relève du droit et suppose un recours aux archives pour justifier ses droits sur le Roussillon et la Cerdagne30. Louis XI fait appel aux gens des Comptes ou à des hommes de confiance pour trouver les documents et les faire parler. Il lui faut remonter le temps jusqu’à sa grand-mère maternelle, Yolande d’Aragon, fille de Jean Ier d’Aragon, et jusqu’au douaire de sa mère, Marie d’Anjou.

  • 31 Lettres, no 31, pp. 46-49, à la p. 49, lettre de Louis XI à l’amiral de Montauban, Bordeaux, après (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Lettres, no 40, p. 62, lettre de Louis XI au bailli de Rouen, Jean de Montespedon, s. l., mi-juille (...)
  • 34 Lettres, no 43, pp. 69-71, lettre au maréchal de Comminges, Rouen, 14 août 1462.

12Alors que le plan A plonge dans le passé, le plan B se conjugue au présent : c’est le recours aux armes. Louis XI se félicite d’avoir monnayé son aide au montant de 200 000 écus : « … il me semble que je n’ay pas perdu mon escot31 ». Les frères Carles et Berenger d’Oms, déliés de leur serment à Jean II, jurent de garder les châteaux de Perpignan et de Collioure pour le roi de France32. L’armée de Gaston IV entre en Roussillon en juillet 1462. Louis XI vient de donner sa sœur Madeleine en mariage au fils du comte de Foix, Gaston V (11 février 1462). Très vite, l’armée connaît des difficultés au passage des Pyrénées, à Perthuis, ce qui fait dire à Louis XI à Montespedon : « vous saignez du nés pour le Pertuys33 ». Le joli jeu de mots n’empêche pas le roi d’être mécontent. Malgré ses ordres, la première armée n’a pas pris Perpignan34. La suite de la campagne en Catalogne est mitigée : siège de Gérone levé (juillet 1462), échec du siège de Barcelone (8 septembre-3 octobre 1462), prise de Tarragone (17 octobre-2 novembre). Les quatre destinataires de la lettre du 19 appartiennent à cette première armée. L’envoi de la deuxième armée n’était pas prévu, le roi place six cents lances sous les ordres de Nemours, un de ses mignons, devenu son cousin par son mariage (12 juin 1462) avec Louise d’Anjou, filleule et cousine du roi. Louis XI a choisi des chefs de guerre intéressés par les enjeux du conflit et attachés à lui par des liens matrimoniaux.

  • 35 Péquignot, 2009, pp. 709-723. Voir le récent De l’ambassadeur, 2015.
  • 36 Lettres, P. J. V, p. 379.
  • 37 Lettres, no 43, pp. 37-39, lettre au maréchal de Comminges, Rouen, 14 août 1462.

13Plan C ? Les envois d’ambassades, les entrevues, les alliances, la diplomatie en somme, participent des plans A et B35. Pour un prince aussi opportuniste que Louis XI, les formes de la guerre ne s’excluent pas. Mais le roi de France n’est pas le seul à mener simultanément ambassades et alliances antinomiques : Jean II fait de même. Leur opposition à Naples, où Louis XI soutient les Angevins, alors que Jean II œuvre pour son neveu Ferdinand d’Aragon, n’obère pas leur rapprochement. Ce retournement d’alliance et le mariage de Madeleine et Gaston V inquiètent la Castille. Henri IV « se esmerveilloit » que Louis XI ne lui ait rien dit36. En avril 1462, Louis XI ordonne à Gaston de Foix de montrer au roi d’Aragon les « si humbles » lettres qu’Édouard IV et Warwick lui écrivent : « Qu’il [le roi d’Aragon] ne nous amusast pas par parolles en actendant que le dic de Varouhic fust sur la mer ; mes que je sache dès ceste heure s’il vous veult tromper »37.

  • 38 Lettres, no 27, pp. 40-41, lettre de Louis XI « à un cousin », s. l., avril 1462.
  • 39 Respectivement, Lettres, no 14, pp. 19-20, lettre de Louis XI aux états de Catalogne, s. l., octobr (...)

14En avril encore, Louis XI assure Pierre de Peralta, connétable de Navarre, de son amitié pour l’Aragon, alors que le diplomate aragonais est au courant des avances françaises à la Castille38. Quel que soit le correspondant, Louis XI n’est pas chiche de sa « parfaicte amour et entiere dilection », qu’il prodigue en même temps aux états de Catalogne, aux Aragonais et au roi de Castille39.

15Entre le droit et les armes, le roi ne choisit pas et use des deux en même temps. Mais alors qu’il fait rechercher ses droits dans les archives (passé), qu’il bataille sur le terrain et mène une diplomatie active (présent), Louis XI entend aussi contrôler l’avenir en diffusant une version contrôlée du siège de Perpignan (futur).

La construction de la lettre du 19 janvier 1463

16On peut tenter de reconstituer l’élaboration de la lettre du 19 janvier à partir de la minute conservée dans le manuscrit français 20430 de la BNF (fo 21ro), et confronter les deux versions (minute et lettre) pour mettre en évidence les limites du copier-coller.

Des informations à la lettre

  • 40 BNF, Fr. 20430, « Minute de la lettre de Louis XI du 19 janvier 1463 », fo 21. Voir la transcriptio (...)

17De l’information à la lettre et à la légende, tout va très vite, et l’on peut relever quelques transformations révélatrices des intentions royales. L’amont de la lettre du 19 se trouve dans les « nouvelles » envoyées de Perpignan, parvenues au roi le dimanche 16 et le mardi 18 janvier (lignes 9, 19). La minute résume les faits « pour abbreger » — on retrouve le verbe dans la lettre (ligne 27) —, mais elle conserve la précision des jours, quantièmes, mois et même heures. Le folio 21 comporte des ajouts dans la marge d’une autre écriture, très cursive et abréviée — celle de Jean Bourré40 ? La comparaison avec la lettre du 19 permet d’évaluer le traitement de l’information.

18Entre la minute et la lettre, les similitudes l’emportent. Une grande partie de la première partie de la lettre est un copier-coller de la minute : les faits, les dates, le déroulement idéalisé de l’après-siège, avec le repentir et le serment de fidélité des Perpignanais. Mais on peut relever quelques différences qui concernent toutes Nemours, le chef de la deuxième armée. La lettre du 19 l’omet à quatre reprises. « Monseigneur le duc de Nemours » envoyé par le roi devient dans la lettre « aucuns de nos gens » (lignes 11-12). L’assaut donné « de par luy [Nemours] » n’est plus personnalisé dans la lettre où Louis XI a écrit « assaillirent ». La demande de pardon que « ceulx de la dite ville envoyerent devers mondit seigneur le duc de Nemours et les autres chefz de guerre » devient « envoyerent vers nos dictes gens » (ligne 24). Enfin, la supplication faite par les Perpignanais à Nemours d’« estre moyen envers lui [le roi] pour leur pardonner » a disparu de la lettre.

19Jacques d’Armagnac, que Louis XI avait missionné en Roussillon avec les pleins pouvoirs, n’apparaît qu’à deux moments. Le premier, lors de la deditio du 9, lorsque « les consuls et bourgeois d’icelle ville » viennent « a genoulx et mains jointes, crier mercy et pardon de l’offense » faite au roi (lignes 32-37) « vers nostre trés cher et trés amé le duc de Nemours, nostre lieutenant es dictes marches » (lignes 34-35). Et le second, le 10 janvier, quand le duc, « nostre cousin » entre dans la ville de Perpignan et va à la grande église Saint-Jean « recevoir le serment de tout le peuple » (lignes 40-42).

20La lettre n’omet donc pas Nemours puisqu’il est nommé avec son titre, sa fonction et son lien avec Louis XI, mais le duc est cantonné à l’après-siège. Louis XI n’est pas encore hostile à son « beau cousin », le temps des trahisons qui mèneront à son procès et son exécution en 1477 est loin. En ce début du règne, Nemours est proche du roi. On peut néanmoins avancer que l’omission répond à la volonté royale d’écarter tout vainqueur de Perpignan autre que saint Martin. Tous, y compris le roi, sont sacrifiés à saint Martin, seul artisan affirmé de la victoire militaire de Perpignan. L’absence de Nemours se confirme dans le synopsis du miracle (lignes 58-68).

  • 41 Leduc, Leluc, Renaudeau, 2015.
  • 42 Lettres, no 40, p. 66, lettre de Louis XI au bailli de Rouen, Jean de Montespedon, s. l., mi-juille (...)

21La minute mettait en avant le duc de Nemours, la lettre royale du 19 idéalise la victoire et le retournement des Perpignanais à l’intention de Gaston de Foix et des trois autres correspondants. On aurait pu imaginer d’autres explications au succès français : la prouesse de l’armée, la trahison d’un Perpignanais ou « certains moyens » dont auraient profité les Français. Mais ce ne sont pas les hauts faits des capitaines et gens de guerre que Louis XI veut voir mettre par écrit pour avoir mémoire perpétuelle, mais le miracle de saint Martin. On peut relever d’autres lacunes. Rien n’est dit dans la lettre du 19 sur l’artillerie, qui est pourtant une arme utilisée dans ce type de siège41. Est-ce encore pour exalter la toute-puissance de saint Martin qui, lui, n’a pas besoin de bombardes ou de couleuvrines pour l’emporter sur les bastilles ennemies ? Il semble qu’il y ait un autre motif : l’artillerie française n’est pas à Perpignan. Dès la mi-juillet 1462, Louis XI avait réclamé qu’elle soit mise dans le château42 :

Faictes mettre, dit-il au bailli de Rouen, la bombarde dedans le chasteau et aussi toute l’artillerie ; et dictes bien au maistre de l’artillerie [Gaspard Bureau] que je ne suis pas content qu’il n’en a fait autre diligence, et s’il dit qu’il ait aucun droitz, j’ayme les lui payez, et que toute ladicte artillerie soit mise dedens ledit chasteau. Sy y faictes bonne diligence qu’il n’y ait point de faulte, car je vous en baille la charge, et m’en prendré à vous.

  • 43 Lettres, no 43, p. 69, lettre de Louis XI au maréchal de Comminges, Rouen, 14 août 1462.
  • 44 Lettres, n° 69, pp. 110-111, à la p. 110, lettre de Louis XI au bailli de Rouen, s. l., mars 1463 ; (...)

22On apprend aussi par la lettre du 14 août 1462 que le maréchal de Comminges souhaitait faire « passer l’artillerie par mer » vers Barcelone ; le prudent Louis XI lui ordonne en ce cas de transférer les châteaux de Perpignan et Collioure, commandés par Carles et Berenger d’Oms, à des Français43. Mais dans les faits, le château de Perpignan reste sans artillerie et sans forte présence militaire française. Les ordres royaux n’ont visiblement pas été suivis. La présence de l’artillerie dans le château de Perpignan aurait modifié le siège de novembre 1462 et l’aurait peut-être empêché. En mars 1463, donc au lendemain de la victoire, Louis XI s’exaspère et ordonne une fois de plus de placer l’artillerie dans le château44. Les menaces d’un roi qui est à plus de 500 kilomètres n’ont pas plus d’effet. Quels sont les motifs expliquant ces désobéissances ?

  • 45 Lassalmonie, 2002, pp. 160-164.
  • 46 AN, J 596, n° 11, éd. Calmette, 1903, P. J. VII, pp. 444-445, « Extrait d’une lettre de Jean II à L (...)

23La lettre n’est pas plus diserte sur le nombre des morts provoqués par le siège de Perpignan. Du côté des Perpignanais, « plusieurs de ceux de ladicte ville mors et prins » (lignes 14-15). Rien sur les pertes françaises. On ne s’étonnera pas, en revanche, du silence royal concernant le coût de la guerre45. Il s’agit là d’un poste stratégique qui suppose une évidente discrétion, mais l’on sait que, dans une lettre du tout début de l’année 1463, Jean II demande à Louis XI de maintenir ses troupes et de les payer pour éviter qu’elles ne vivent sur le pays46.

24Les seuls passages originaux de la lettre du 19 janvier touchent le paiement des 1 200 écus (lignes 51-57) et les nouvelles des prises de Collioure et Conflens, avec l’annonce que Louis XI deviendra le « seigneur pacific de toute la comté de Roussillion » (lignes 77-78). Pour le reste, tout cède, commandement, armes, argent, face à l’affirmation royale du miracle de saint Martin.

Élaboration de la légende du miracle de saint Martin

  • 47 Salomon, préfiguration du Christ, est le rex pacificus (1 Chroniques XXII, 9). Voir Barret, Grévin, (...)
  • 48 Dans une lettre des députés de Barcelone à Juan de Beaumont, lieutenant d’Henri IV, 12 août 1462, c (...)

25Louis XI commence par ordonner aux chefs de guerre de la première armée de rendre « grace et louanges à Dieu, Nostre Dame et monseigneur saint Martin » (lignes 44-45) pour ces bonnes nouvelles (ligne 43), et même de continuer à les prier « en toutes nos affaires, et mesmement au recouvrement de ce qui reste a recouvrer de la comté de Roussillon » (lignes 47-49). L’intention conquérante filtre dans la lettre, alors que, selon les traités signés avec Jean II d’Aragon, le Roussillon n’avait pas vocation à revenir à la France, mais à garantir le remboursement des frais de guerre. Les visées royales s’intensifient à la fin de la lettre, flattées cette fois par Nemours. Dans sa lettre du 13 janvier (lignes 70-71), le « beau cousin de Nemours » annonce en effet au roi le serment de « ceux de la Colieure et de Conflan » (14 janvier), et qu’ainsi, le roi deviendra le « seigneur pacific de toute la comté de Roussillon » (lignes 74-77). Louis XI s’arroge complaisamment le titre de cette future seigneurie, dont on devine qu’il provient de la lettre de Nemours du 13 janvier, et il s’empresse de diffuser la nouvelle outre Pyrénées. Nemours sait trouver les mots pour parler au roi de France. La flatterie est probablement chargée de sous-entendus, bibliques, mais pas seulement47. Au début des années 1460, les Catalans rebelles étaient accusés de vouloir vivre sans roi ni seigneur. Le point était grave. Le non serviam inquiétait. Et les Catalans se justifiaient : jamais, disaient-ils, ils n’avaient eu pour projet d’être sens rey e senyor48. L’affirmation n’entamait pas l’accusation. Dans sa lettre, l’opportuniste Nemours s’adresse au roi comme au futur « seigneur pacific » des comtés.

  • 49 Sur l’attention des Catalans aux prophéties, lire les travaux d’Alain Milhou et Martin Aurell pour (...)
  • 50 Ces passages n’ont pas retenu l’attention des biographes de Louis XI ni celle des historiens de la (...)

26Le miracle de saint Martin doit être appréhendé dans cette atmosphère mystico-politique qui n’est pas spécifique au roi de France49. En plus de faire la guerre à tous les temps, Louis XI la mène à tous les plans, terrestre et céleste, et il affirme : « Mondit seigneur saint Martin a levé ledit siege » (ligne 66). L’interprétation surnaturelle truffe la lettre du 19 janvier 1463 : ordre de remercier le Ciel de la victoire (lignes 43-46), don de 1 200 écus à l’abbaye Saint-Martin de Tours (lignes 51-56) et synopsis devant servir à une mise par écrit du miracle (lignes 58-68)50.

  • 51 Scordia, 2015, chap. v : « Dévotions de “Louis, le bon roi de France” », pp. 287-313.
  • 52 Les calendriers mentionnaient saint Martin à deux dates : le 4 juillet, date de la consécration épi (...)
  • 53 Lemaître, 2004, pp. 157-164.
  • 54 Il faut distinguer le vœu à saint Martin des vœux chevaleresques (Moeglin, 2012, pp. 57-61).

27Louis XI, comme ses contemporains, relie affaires temporelles et spirituelles. Rien ici-bas n’a lieu sans l’aval céleste. Le bon prince s’en souvient, le mauvais s’attribue tous les mérites. Louis XI fait des vœux, donne des ex-voto et se montre très scrupuleux au moment de leur accomplissement51. Dans la cour céleste, le roi distingue saint Martin et s’en explique : le siège du château a commencé le 10 novembre, « la veille monseigneur saint Martin » (ligne 58)52, c’est donc le saint de Tours qu’il appelle comme intercesseur, et il lui promet une offrande si son vœu est exaucé53. Lorsque le roi apprend la victoire, nul doute, la levée du siège du château est miraculeuse (lignes 55, 56, 66-67)54.

  • 55 Ordonnances des rois de France de la troisième race [ORF], t. XIII, octobre 1433, pp. 192-194, à la (...)

28L’historiographie a glosé la piété du dévot Louis XI qui en appelle aux saints pour sauver une ville, le guérir, lui donner un fils… Certains ont cherché à dédouaner le roi d’imbécilité religieuse en percevant des intentions politiques derrière ses innombrables actes de piété. Machiavélisme pieux ? J’aimerais plutôt attirer l’attention sur une pratique dévotionnelle largement partagée, celle du recours à la vertu des saints. Chacun connaît, et le roi plus qu’un autre, car il a été bien formé par son précepteur, Jean Majoris, la cour céleste, ses saints et leurs vertus spécifiques. Les saints ont leur registre, ils sont associés à des lieux, cela fait partie du fonds commun de connaissances, tout comme on sait les vertus des plantes, qu’on invoque en chantonnant pour les obtenir. Saint Martin, le soldat romain qui avait partagé son manteau avec le dévêtu, était devenu l’évêque de la cité de Tours, où il était mort en 397. L’apôtre de la Gaule occupait une place particulière dans le royaume de France. Le corps du saint attirait de nombreux pèlerins. L’oratoire avait été remplacé par une collégiale au ixe siècle, reconstruite et agrandie après l’incendie de 1203. Charles VII avait offert une châsse d’or à saint Martin en 1424, et l’avait appelé à l’aide pour « le recouvrement de nostre seigneurie » en 143355. Comme son père avant lui, Louis XI l’invoquait. Le saint combinait plusieurs vertus exemplaires pour un roi de France : la charité, par le geste du manteau, et la force, que Clovis avait invoquée lors de la bataille de Vouillé contre les Wisigoths en 507. Des correspondances existaient avec les temps mérovingiens : deux rois de France portant le même prénom (Clovis/Louis), deux batailles difficiles, Vouillé et Perpignan, toutes dans le sud du royaume, l’une contre les Wisigoths, l’autre contre les Catalans. Le début du siège le 10 novembre, veille de la Saint-Martin, avait convaincu Louis XI de le choisir comme intercesseur.

  • 56 Signalons deux publications qui mentionnent avec beaucoup d’erreurs et d’approximations le don des (...)
  • 57 BNF, Fr. 6544, fo 25, « Roole de certaines parties et sommes de deniers que le roy nous a ordonnées (...)

29Louis XI avait relié le présent au passé, le temporel au spirituel, le roi de maintenant à son prédécesseur, tous deux unis par leur piété pour celui qui donnait la victoire à ceux du royaume. Et en 1463, saint Martin l’exauça, comme il avait exaucé Clovis. La victoire avérée, vint le temps de l’accomplissement du vœu. Il prit deux formes, la première, dévotionnelle, fut un don consenti à l’abbaye de Tours, et la seconde, royale, fut l’ordre de mettre le miracle par écrit. Dans sa lettre, Louis XI annonce avoir chargé « maistre Estienne Chevallier », trésorier du domaine, d’envoyer à « mondit seigneur saint [Martin] la somme de douze cens escus » (lignes 51-53)56. « Lesquels les y a envoyé » (ligne 53) dès l’annonce de la victoire, donc entre le 16 et le 19 janvier. Le don était destiné au chapitre de Saint-Martin de Tours, l’abbaye située à Châteauneuf avait été réunie à Tours par l’enceinte de 1356. Le roi en est l’abbé laïque, même si Saint-Martin n’est plus un monastère, mais une collégiale dont un doyen commandait le collège des chanoines. Le versement est attesté par le troisième item d’un rôle de paiement, où Étienne Chevalier a résumé le motif du don, le lieu et le type de bataille57 :

Don fait par ledict seigneur à monseigneur saint Martin en cedit présent mois pour consideracion de la vittoire que Dieu a donnee aux gens dudit seigneur qui ont print d’assault les bastilles que les Cathelans tenoient devant le chastel de Perpeignan qui estoit en la main d’icellui seigneur.

30Les choses se compliqueront quant à l’utilisation de la somme, mais laissons pour le moment ces querelles pour aborder l’autre forme du vœu de Louis XI : la mise par écrit du miracle.

31Dans la lettre, Louis XI n’a pas écrit l’histoire du siège, mais la version officielle destinée à être diffusée. On y apprend le motif du vœu (lignes 58-59), le nombre des assiégeants (9 000, ligne 59), la faim dont souffrent les assiégés (lignes 61-63), et malgré tout, leur résistance du 10 novembre 1462 au 7 janvier 1463 (lignes 63-65). D’où la déduction miraculeuse. L’ébauche du synopsis se trouve au dos de la minute de la lettre (Fr. 20430, fo 21vo), avec ratures et ajouts. Alors qu’on avait remarqué quelques différences entre le folio 21ro et le début de la lettre, il n’en est rien pour le folio 21vo du manuscrit français 20430, littéralement recopié dans la lettre, y compris la dernière phrase : « Laquelle chose que nous tenons trés miraculeuse que voulons estre bien enregistree, affin qu’il en soit memoire perpetuel ».

  • 58 Louis XI comptait-il sur le héraut du comte de Foix ? Il faudrait en savoir plus sur les hérauts de (...)
  • 59 Jean Favier en a conclu que c’était à Étienne Chevalier de faire mettre par écrit le miracle (Favie (...)
  • 60 Une phrase de Pierre Champion (Champion, 1927, t. II, p. 250) m’a servi de point de départ : « Ains (...)
  • 61 De gestis…, pp. 296-297.
  • 62 BNF, Fonds Baluze 77, fo 378vo, Ex chartulario Cenomaniensi majoris monasterii Turonensis, 1713 (co (...)
  • 63 AD Indre-et-Loire, G 421, archives du trésorier de Saint-Martin de Tours, fos 7vo-10ro.

32Ce ne sont donc ni la vaillance des gens d’armes, ni leur sagesse de n’avoir pas pillé la ville de Perpignan, ni le retournement des Perpignanais qui passent de la révolte au serment en promettant d’être loyaux, qui attestent le miracle pour Louis XI, mais la victoire militaire grâce à saint Martin, malgré l’infériorité numérique, la pénurie et les bastilles entourant le château. La trame du récit légendaire est prête. Le mot légende s’impose étymologiquement (ce qui doit être lu). Mais par qui le miracle devait-il être écrit ? Les formulations sont ambiguës : « desirons bien que fassiez mettre par ecrit », « si le veillez ainsy faire », « voulons nous estre bien enregistrees » (lignes 54, 57, 67-68). Louis XI s’adresse-t-il à ses correspondants58 ou à Saint-Martin de Tours par l’intermédiaire d’Étienne Chevalier59 ? Le miracle de 1463 ne se trouve apparemment ni chez les hérauts ni chez les chroniqueurs. La trace est ailleurs, à l’abbaye de Saint-Martin, attentive à enregistrer le nouveau miracle de son saint patron60. Trois sources, sans compter le rôle d’Étienne Chevalier, l’attestent : le De gestis insigniis ecclesiae Sancti Martini Turonensis, où le doyen (Petrus de Bannaco, alias Artault) rapporte la réception le 25 janvier d’une lettre du roi, identique à celle que Louis XI avait adressée à Gaston de Foix61 ; une délibération du chapitre le 1er février 1463 à propos des 1 200 écus62 ; et un dossier du trésorier faisant état de l’utilisation du don en date du 24 février 146963. Reportons à une autre étude la comparaison de ces documents en latin, dont on se contentera de dire qu’ils sont centrés sur le versement des 1 200 écus, beaucoup plus que sur le miracle de saint Martin.

De la légende à l’histoire ?

Vues du côté de l’émetteur et des récepteurs

  • 64 Lettres, no 63, pp. 100-102, lettre de Louis XI au comte de Foix, Comminges, Lescun et Bureau, Cast (...)

33Entre les faits et leur narration, il n’y a pratiquement aucun décalage temporel. Une quinzaine de jours a suffi à Louis XI pour faire circuler la nouvelle de la victoire de Perpignan et en diffuser la version officielle64. La campagne n’est pas terminée. Le Roussillon et la Cerdagne ne sont pas encore contrôlés. Le paiement des 200 000 écus ne se fera que sur présentation des résultats, selon l’accord de mai 1462 avec l’Aragon.

34L’interprétation surnaturelle ne doit pas occulter les motivations militaires et politiques. Le roi les emmêle, et l’on peut penser que le miracle lui sert à légitimer la campagne du Roussillon et de Catalogne. Dieu aime les Francs d’un amour d’élection et l’exprime par sa faveur lors des victoires ou sa défaveur quand les défaites appellent le royaume à la conversion. Louis XI entend encourager la première armée par l’annonce de la victoire de Perpignan et lui donner un exemple à suivre pour se maintenir. Le roi est coutumier de ce genre d’embellissement des nouvelles.

  • 65 Les gens d’armes de la deuxième armée invoquent aussi le manque d’argent (Lettres, no 67, p. 107, l (...)
  • 66 BNF, Fr. 20855, fo 68, cité par Calmette, 1903, pp. 156-157.

35En campagne depuis des mois, c’est peu dire que la première armée trouve le temps long : eaux empoisonnées, échec devant Barcelone. Les capitaines souhaitent repartir65. Le 15 novembre 1462, le grand écuyer, Jean de Guarguesalle, écrit de Balaguer à Louis XI et lui fait un rapport catastrophique sur l’état de l’armée « deffaiz », sur le climat, la fatigue, les privations, les épidémies, la mort des chevaux et le coût à subir66. L’entrée à Saragosse à Noël et la signature d’une trêve à Belchite, le 13 janvier 1463, apportent une accalmie, dont Louis XI n’a pas encore connaissance le 19 janvier.

  • 67 Lettres, no 63, p. 101, lettre de Louis XI au comte de Foix, Comminges, Lescun et Bureau, Castelnau (...)

36La diffusion des succès en Roussillon peut avoir encore un autre motif. Une rencontre était prévue de longue date entre Louis XI et Henri IV. Le roi de France souhaitait à l’évidence y arriver en position de force. Les bonnes nouvelles de Perpignan pouvaient y contribuer. Le motif filtre dans une lettre que le roi a adressée aux chefs de guerre de la première armée le 21 janvier 1463 : « Se vous besongnez en Arragon aussi bien que ont fait ceulx de Roussillon, il me semble que on ora bon traicté avec le roy de Castille ; car, ainsi que les nouvelles viennent ycy, leurs parolles s’adoucissent »67.

  • 68 Philippe de Commynes, Mémoires, II, 8, pp. 190-192.
  • 69 Calmette, 1903, pp. 187-189 et P. J. no X, pp. 451-454.

37L’entrevue aura finalement lieu le 28 avril 1463 à Urtubie, en deçà de la Bidassoa. Commynes n’en dit que du mal, mais on connaît sa détestation des entrevues entre princes68. Le chroniqueur espagnol, Alonso de Palencia, décrit la belle scène des deux princes séparés par un lévrier dont ils touchent ensemble le dos69.

  • 70 BNF, Fr. 20488, fo 92, lettre d’Étienne Chevalier à Jean Bourré, 19 mai 1463.

38Louis XI mène toujours plusieurs projets en même temps. La campagne de Roussillon n’est pas la plus importante à ses yeux en 1463 ; il y a la Navarre, et surtout le rachat des villes de Picardie au duc de Bourgogne. Ce grand dessein suppose de rassembler la somme énorme de 400 000 écus70. Les deux mois du siège de Perpignan ont ralenti le mouvement, la campagne s’éternise en Aragon, ce dont Louis XI s’impatiente. Ces délais grèvent son trésor. On voit d’ailleurs le roi abandonner assez vite la légende de saint Martin.

  • 71 AN, J 596, n o 31, éd. Vaësen, 1887, pp. 441-444 ; Calmette, 1903, pp. 167-168.

39Dans sa réponse (2 mars 1463) aux Perpignanais venus en ambassade le 16 février lui porter un mémoire à Dax, le ton a changé : le réquisitoire royal est accablant71. Les Perpignanais sont coupables de lèse-majesté envers Jean II, ils ont renié le roi d’Aragon qui a fait appel au roi de France. Ils ont assiégé le château et à ce jour « ne y a pierre sur pierre ». N’ayant plus de seigneur, le roi de France les a conquis. Louis XI fait valoir l’engagement de Jean II et les droits qu’il tient de Yolande d’Aragon. Il ajoute avoir dépensé 200 à 300 000 écus. Enfin, le roi affirme sa détermination « de unir et joindre les diz comtés de Roussillon et Sardaigne a sa couronne sans jamais en estre separés pour chose qu’il peust advenir ». En mars 1463, il n’est plus saison d’idéaliser le siège. En janvier, les chefs de guerre français avaient besoin d’une belle histoire ; en mars, les Perpignanais sont confrontés aux conséquences de la défaite, c’est-à-dire à l’intégration des deux comtés à la couronne.

  • 72 ORF, t. XVI, pp. 47-48, à la p. 47 et pp. 49-52, p. 49.

40Même teneur en juillet 1463, dans les lettres d’abolition où Louis XI rappelle les Perpignanais bannis, ce qui implique que la ville a été vidée de ses éléments les plus dangereux72. Ici, le roi ordonne la restitution des biens confisqués, modifie et révoque des privilèges des habitants de Perpignan. Et quand le roi évoque le siège, saint Martin est absent, mais non la puissance que donne la victoire. La deditio et le serment sont bien loin. L’acte est plein de force, contrainte, réduction et mise en obéissance. Le changement d’interlocuteurs suffit-il à expliquer la non-exploitation du récit du miracle ?

Les raisons d’un échec

  • 73 Les sources hagiographiques ne rapportent pas le miracle. Citons entre autres Bibliotheca hagiograp (...)
  • 74 Lemaître, 2004, p. 162.

41À l’exception des archives de Tours, nous n’avons pas trouvé trace du miracle de Perpignan73. L’histoire en a-t-elle été écrite ? Comment expliquer la discrétion de sources ? La proclamation du miracle par Louis XI n’a peut-être pas suffi. Seule l’Église, en la personne de l’évêque du diocèse où réside le bénéficiaire, déclare qu’il y a miracle. Les récits ordinaires de miracles suivent un schéma strict : témoin du miracle, origine géographique, objet du miracle, invocation du saint intercesseur par le témoin, supplication d’intercéder auprès de Dieu, promesse d’une offrande et pèlerinage au tombeau du saint si le vœu est exaucé74. Le miracle de saint Martin conté par le roi suit un ordre différent : Louis XI affirme le miracle, mais n’en est pas témoin, puisqu’il se trouve à plus de 500 kilomètres. Le roi a invoqué saint Martin, l’a supplié et lui a promis 1 200 écus. Le miracle n’est pas accompli immédiatement après le vœu du 10 novembre, mais près de deux mois plus tard, le 7 janvier 1463. Sitôt averti, Louis XI fait envoyer les 1 200 écus à saint Martin de Tours. L’Église est singulièrement absente ; et, apparemment, l’évêque du lieu — mais quel lieu ? Tours ou Elne ? —, seul habilité à proclamer le miracle, ne l’a pas déclaré.

  • 75 Sur les velléités historiographiques du roi, Scordia, 2015, pp. 182-190. Notons, pour y revenir dan (...)
  • 76 Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, chap. xvii, pp. 119-206.
  • 77 Georges Chastellain, Œuvres, t. V, pp. 273-276.
  • 78 Jean de Roye, Journal…, t. I, pp. 133-134.
  • 79 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, t. I, livre I, chap. xvii, pp. 96-97.
  • 80 Ibid., chap. xviii, p. 105.
  • 81 Ibid., pp. 105-107.
  • 82 Ibid., p. 109.
  • 83 Ibid., p. x. Lire Guenée, 1987, pp. 301-435, à la p. 304.

42Les chroniqueurs chargés de garder la mémoire des hauts faits n’ont pas retenu le miracle de Perpignan. Rien non plus du côté de Louis XI qui a interrompu le fil de l’écriture du « roman des roys75 ». Au plus près de l’événement, le biographe de Gaston IV, Guillaume Leseur, met en scène les prouesses du comte et des capitaines en Catalogne et Aragon76. Chastellain n’en dit rien77. Jean de Roye n’évoque dans son Journal que la campagne de 1473, de même que Robert Gaguin. Pour les années 1462 et 1463, rien n’est noté, car, dit Jean de Roye, il n’y a « gueres de nouvelletez qui feussent de grand memoire78 ». Philippe de Commynes ne s’est intéressé qu’à l’entrevue d’Urtubie. On pourrait continuer la liste, à laquelle je ne vois pour l’instant qu’une exception : Thomas Basin. Le prélat est le seul à raconter la campagne dans son Histoire de Louis XI, en s’intéressant à la fois aux aspects juridiques et militaires de la campagne, mais non au miracle. Il explique que les Français de la première armée n’ont pas consolidé tous les châteaux lors de leur passage en Roussillon (à part Boulou et Céret en juillet 1462) de peur d’arriver trop tard à Gérone où la reine d’Aragon était assiégée79. Ce qui explique que les Perpignanais « entreprirent d’assiéger vigoureusement la citadelle80 » : le siège commence et Louis XI, informé du péril, envoie le duc de Nemours. Basin détaille l’assaut des troupes, qui s’ouvrent de nuit « un passage à l’arme blanche » jusqu’à la victoire. La ville aurait subi « la loi des Français » si Nemours ne s’y était opposé et avait accordé sa clémence aux Perpignanais81. Basin exalte « le bon duc » et dévoile l’ambition royale d’agrandir « son royaume du côté de l’Espagne82 ». Basin est grand clerc, lui qui a écrit ces pages en 147383.

  • 84 Barcelone, Archivo municipal, Lettres closes, 5e reg. de Ginebret (1462-1468), transcrite dans Calm (...)

43Les chroniques catalanes sont-elles plus prolixes ? La lettre du 11 janvier 1463, adressée par le conseil de Barcelone au roi de Castille, nous servira de témoin. Les Perpignanais ont très rapidement averti Barcelone, le 7 ou le 8 janvier 1463, et la nouvelle de la défaite leur parvient le 11 janvier (soit un délai de trois jours pour 192 kilomètres). Le conseil écrit le jour même à Henri IV (à Madrid ?) pour lui annoncer la prise de Perpignan par la France. Là encore, la rapidité de circulation des nouvelles, bonnes ou mauvaises, impressionne. La lettre écrite en catalan est conservée aux archives municipales de Barcelone84.

44Le jeudi [6 janvier], les Français ont donné une grande bataille dans vostra vila de Perpinya. Les Perpignanais se sont défendus avec courage comme de fidèles vassaux de vostra Altesa. Beaucoup sont morts des deux côtés, mais ceux de la ville étaient forts et ils restés victorieux. Le lendemain, vendredi [7 janvier], les Français en grande multitude, donnèrent altra batalla en attaquant de tous côtés. Au point que ceux qui défendaient la ville avec courage furent dépassés. Beaucoup moururent, circa iiiic homens d’honor e pres de md de naffrats [blessés]. Aussi les Français sont entrés dans le château et dans la ville. Ils ont la volonté de la mettre à sac et de la détruire totalement (mesa a sacho totalment destruida), ce qui est chose molt dolorosa, car la majeure partie de la population de vostra ciutat est riche et peuplée de gens de valeur. Le conseil de Barcelone avertit Henri IV : los dits Ffrancesos vont continuer leur avancée dans les comtés de Roussillon et Cerdagne et dans toute la Catalogne, car ils ont pris les biens et l’artillerie de Perpignan, ce qui facilitera leur avancée.

  • 85 Les Perpignanais interrogent Louis XI après leur deditio sur leur statut : la victoire française va (...)

45Les deux versions, française et catalane, de la prise de Perpignan concordent à peine (durée du siège, bastilles, pillage, comportement des habitants, saint Martin…). Mais elles convergent sur ses conséquences. Perpignan n’est qu’une étape. Les deux parties ont en vue le Roussillon et la Cerdagne, l’une parce qu’elle les convoite (côté français), l’autre parce qu’elle redoute leur perte (côté catalan)85. Alors que Louis XI place la campagne sous le signe de la protection divine, les Catalans dénoncent la violence et l’ambition françaises pour obtenir l’aide de la Castille.

  • 86 Guyotjeannin, 2014, p. 231.
  • 87 Georges Chastellain, Œuvres, t. V, p. 456.

46Pour conclure, la lettre royale du 19 janvier 1463 tient de plusieurs genres : dépêche militaire, correspondance de « relèvement d’un vœu » selon la formulation d’Olivier Guyotjeannin86, diffusion d’une version officielle où le naturel est plein de surnaturel et, enfin, incitation à poursuivre la campagne militaire. La lettre de Louis XI ne manquait pas d’objectifs. La rapidité de transformation des informations en légende atteste la réputation de celui qui avait, selon Chastellain, l’« engin le plus agu du monde87 ». On a également observé que le roi impatient menait plusieurs politiques et qu’en fonction de leur avancement il avançait ou reculait ses pions. Le regimen est conjugué à tous les plans (temporel, spirituel) et à tous les temps (passé, présent et futur). Mais dans l’affaire du siège de Perpignan, la diffusion du miracle de saint Martin est finalement restée très limitée. Ordinairement, la narration va des faits à l’histoire, puis de l’histoire à la légende. Ici, le roi interventionniste diffuse des informations triées, et procure même le texte de la légende pour en avoir perpétuelle mémoire. Mais l’histoire n’a pas suivi. La lettre a circulé du Bordelais à Tours et à l’Aragon, vers l’entourage du roi (trésorier, chefs de guerre, chanoines de la collégiale Saint-Martin de Tours), mais pendant une très courte durée (janvier 1463). La mémoire du miracle de Perpignan n’a finalement subsisté que dans les archives du trésorier, non pour donner mémoire perpétuelle à saint Martin et à l’historia Gallicana illius temporis, mais pour ergoter sur l’utilisation du don des 1 200 écus.

Annexes

Annexe — Lettre de Louis XI (19 janvier 1463)

Source : BNF, Touraine Anjou 9 (fonds Housseau), archives de la Touraine et de l’Anjou, t. IX, no 4106, fo 371 (copie), Lettres, no 62, pp. 96-100, lettre de Louis XI à Gaston IV, comte de Foix, au maréchal de Comminges, au seigneur de Crussol et à Jean Bureaua, Castelnau-de-Médocb, 19 janvier 1463.

  1. De par le roy.
  2. Trés chers et bien amez, nous tenons que sçavez
  3. assez comment ceux de la ville de Perpeignan avoient
  4. assiegez aulcuns de nos gens estans dans le chateau
  5. dudit Perpeignan, et avoient fait une bastille à l’encontre
  6. d’eux, en laquelle avoient septs fortifications,
  7. en telle maniere qu’ils ne pouvoient issir dudit chateau
  8. ne avoir aucunes vivres, sur quoy a eté tellement
  9. que, dimanche dernier xvi de ce mois qu’estions à
  10. Notre Dame de Soulacc, nous eusmes nouvelles que
  11. le vendredy viie jour de ce dit mois, aucuns de nos
  12. gens, qu’avions puis nagueres envoyez par delà pour
  13. donner secours à ceux dudit chateau, assaillirent ladicte
  14. bastille et la prindrent d’assaut, et y en eut plusieurs
  15. de ceux de ladicte ville mors et prins, et les autres
  16. s’enfuyerent dedans icelle ville. Et eurent lors nos dictes
  17. gens bien gaigné ladicte ville s’ilz eussent voulu. Mais,
  18. pour eviter qu’elle fust mise à destruction, ilz dissimulerent
  19. et se retrahirent ensemble. Et hier au matin,
  20. eusmes trois messaigers qui nous apporterent nouvelles
  21. de nos dictes gens, que ledit jour de vendredy [7 janvier],
  22. environ minuit, et aprés que ladicte bastille fut gaignee,
  23. comme dit est, ceux de ladicte ville de Perpeignan
  24. envoyerent vers nos dictes gens les prier, pour
  25. dire qu’ils n’eussent point de regard aux choses qu’ils
  26. avoient fait à l’encontre de nous, et qu’elles leur feussent
  27. pardonnees. Et pour abbreger, le samedy ensuivant [8 janvier],
  28. se rendirent à nous, leurs corps et biens, pour en faire disposer
  29. à notre vouloir et plaisir, et pour oster à tout
  30. ce qui nous plaira ordonner de faire de leurs dictes personnes
  31. et biens de la dicte ville. Et le dimanche ensuivant,
  32. qui fut le ixe jour de ce dit mois, les consuls et
  33. bourgeois d’icelle ville, jusques au nombre de cent,
  34. vindrent vers notre trés cher et trés amé le duc de
  35. Nemours, nostre lieutenant es dictes marches, à genoulx
  36. et mains jointes, crier mercy et pardon de l’offense
  37. qu’ils nous avoient fait, et lui firent le serment de nous
  38. estre bons et loyaux. Et le lendemain [10 janvier], qui fut le
  39. jour qu’ils partirent lesdits messagés qui nous ont
  40. apportés lesdictes nouvelles, notre dit cousin devoit
  41. entrer en ladicte ville ; et alla à la grande eglise pour
  42. recevoir le serment de tout le peuple en general. Et
  43. lesdictes nouvelles, qui sont trés bonnes grace à Notre
  44. Seigneur, vous signifions, afin qu’en rendiez grace et
  45. louanges à Dieu, à Notre Dame, à Monsieur saint
  46. Martin, et que les veilliez prier qu’ilz nous soient tousjours
  47. en aides en toutes nos affaires, et mesmement au
  48. recouvrement de ce qui reste à recouvrer de la compté
  49. de Roussillon. Donné à Castello de Medo le xixe jour
  50. de janvierd.
  51. Nous avons ordonné à Maistre Estienne Chevallier d’envoyer
  52. à mondit seigneur saint [Martin] la somme de
  53. douze cens escus, lesquels les y a envoyé. Et desirons
  54. bien que fassiez mettre par ecrit, afin qu’il en soit
  55. memoire, le miracle que mondit seigneur saint Martin
  56. nous a fait en ceste besoigne, laquelle nous reputons miraculeuse.
  57. Si le veilliez ainsy. Fait donné comme dessus.
  58. Le chateau de Perpeignan fut assiegé la veille monseigneur
  59. saint Martin, et estoient bien neuf milles, tant
  60. en ladicte ville que es bastilles, qui tenoient ledit siege
  61. devant ledit chasteau ; et duquel n’avoit que trés peu
  62. de gens et peu de vivres, pain et eau seulement, dont
  63. ils n’avoient pas la moitié de leur saoul. Et en cest
  64. estat ont tenu et gardé ledit chasteau jusques au
  65. viie jour de ce present mois de janvier, que mondit
  66. seigneur saint Martin a levé ledit siege, laquelle chose
  67. nous tenons trés miraculeuse, voulons nous estre
  68. bien enregistrees, affin qu’il en soit memoire perpetuelle.
  69. Depuis ces lettres escrites, avons receu autres
  70. lettres de beau cousin de Nemours, escrites à Ealnee
  71. le xiii jour de ce present mois de janvier, faisant
  72. mention que le marechal Joachin Renaultf et aucuns
  73. de la ville de Perpeignan estoient venu devant luy et
  74. luy avoient dit que le lendemain [14 janvier], ceux de la Colieure
  75. et de Conflang devoient venir devers luy pour nous
  76. faire en ses mains l’obeissance et serment, et que lors
  77. serions seigneur pacific de toute la comté de Roussillon,
  78. qui n’est pas peu de chose.

Ainsy signé Lois. Bourré.

Notes

1 Il ne sera question ici que de la première campagne de Roussillon. En 1473, Jean II reprend Perpignan, et en 1475, la ville est reprise par Louis XI. Le Roussillon et la Cerdagne seront rendus à l’Aragon par Charles VIII en 1493 (Calmette, 1903).

2 Louis XI s’inquiète de la lenteur des pourparlers et craint que Jean II ne joue l’Angleterre pour faire monter les enchères (Lettres de Louis XI, roi de France, no 26, pp. 37-39, lettre de Louis XI à Gaston IV, comte de Foix, s. l., avril 1462).

3 Le traité de Bayonne est confirmé à Saragosse le 23 mai par Jean II et le 15 juin par Louis XI à Chinon. Dans son article, Stéphane Péquignot (Péquignot, 2016) met au clair la nature de la contrepartie aragonaise : hypothèque ou gage ? Par l’Obligation générale du 12 avril 1462, Jean II met une hypothèque sur des revenus assignés sur des territoires (sans transmission des biens au créancier), mais par le traité de Bayonne, Louis XI obtient une prise en gage de territoires (transmission de biens au créancier).

4 Lettres, no 38, pp. 59-60, lettre de Louis XI aux consuls de Perpignan, Chinon, 30 juin 1462 (lettre en catalan traduite par Calmette, 1903, pp. 127-128).

5 Lire le manifeste de Gaston IV aux Perpignanais en date du 5 juillet 1462, donné à Narbonne (ibid., pp. 119-122).

6 Il faut distinguer ici, comme dans de nombreux autres sièges, le château dont Louis XI demande le contrôle direct par un Français, ce qui ne sera pas fait, et la ville (Lettres, no 43, pp. 69-70, lettre au maréchal de Comminges, Rouen, 14 août 1462).

7 BNF, Fr. 20489, Lettres, nos 26, 27, 40, 41, 57-60, 69, 70 ; BNF, Fr. 20491, Lettres, nos 14, 67 ; BNF, Fr. 20493, Lettres, no 63.

8 BNF, Fr. 20427, Lettres, nos 31, 61 ; BNF, Fr. 15537, nos 43, 61 ; BNF, Fr. 20428, Lettres, P. J. V-VI, pp. 378-381 ; BNF, Fr. 20430, « Minute de la lettre de Louis XI du 19 janvier 1463 », fo 21.

9 BNF, Touraine Anjou 9 (fonds Housseau), archives de la Touraine et de l’Anjou, t. IX, n° 4106, fo 371 (copie du mauriste Dom Étienne Housseau), Lettres, n° 62, pp. 96-100 (lettre de Louis XI à Gaston IV, comte de Foix, au maréchal de Comminges, au seigneur de Crussol et à Jean Bureau, Castelnau-de-Médoc, 19 janvier 1463). Voir annexe.

10 Archives nationales (AN), J 596, n° 11, éd. Calmette, 1903, P. J. VII, pp. 444-445, « Extrait d’une lettre de Jean II à Louis XI, fait par les soisn de Carles d’Oms », s. l., 12 février 1463.

11 Archives départementales (AD) Indre-et-Loire (Tours), G 421, archives du trésorier de Saint-Martin de Tours, fos 7vo-10ro ; bibliothèque municipale (BM) de Tours, 1295, De gestis insigniis ecclesiae Sancti Martini Turonensis, Libri tertii. Secunda pars. Petrus de Bannaco alias Artault decanus XXXV, dans Celeberrimae Sancti Martini Turonensis Ecclesia historia, 1663, pp. 295-297.

12 Coleccion de documentos ineditos, t. XVIII (Lettres, nos 13, 16, 22, 38).

13 Barcelone, Archivo municipal, Cartas reales (P. J. V, Calmette, 1903) ; Lettres closes, 5e registre de Ginebret (Calmette, 1901).

14 La plupart sont éditées de manière unilatérale, comme le regrettent Dumézil et Vissière dans leur introduction d’Épistolaire politique I (Dumézil, Vissière, 2014, pp. 7-18, à la p. 18). On a essayé ici, autant qu’il était possible, de reconstituer les échanges de lettres. Les transcriptions ont été vérifiées dans les manuscrits de la BNF et des archives de Tours.

15 Voir le point récent de Guiu, Péquignot, 2006, pp. 285-306.

16 Verdés Pijuan, 2008, pp. 161-188 ; Péquignot, 2012, pp. 163-188 ; Id., 2014, pp. 65-105.

17 Lettres, no 26, pp. 37-39, lettre de Louis XI à Gaston IV, comte de Foix, s. l., avril 1462.

18 Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, t. I, pp. lvii-lxxxii.

19 Jean, bâtard d’Armagnac, dit de Lescun, comte de Comminges, maréchal de France depuis le 3 août 1461, gouverneur de Guyenne depuis 1462.

20 Louis de Crussol, grand panetier de France depuis 1461, futur sénéchal de Poitou

21 Jean Bureau, maître de l’artillerie sous Charles VII, technicien de l’intendance militaire sous Louis XI (Lassalmonie, 2002, pp. 39-40, 92). Son frère Gaspard devient maître de l’artillerie en 1453.

22 Sur Jean Bourré, homme de confiance du roi dès 1442 : Vaësen, 1882, et en dernier lieu Jeay, 2015, pp. 210-219.

23 BM de Tours, 1295, De gestis insigniis ecclesiae Sancti Martini Turonensis, Libri tertii. Secunda pars. Petrus de Bannaco alias Artault decanus XXXV, dans Celeberrimae Sancti Martini Turonensis Ecclesia historia, 1663, pp. 295-296 (chronique du doyen).

24 Les Français font leur entrée à Saragosse à la Noël 1462. Lire le texte de la trêve de Belchite : Calmette, 1903, P. J. VI, pp. 443-444.

25 Dauphant, 2012, pp. 102-103, 105.

26 « Quand je vendré pour mettre le siege ou Pertuys » (Lettres, no 40, pp. 62-67, à la p. 66, lettre de Louis XI au bailli de Rouen, Jean de Montespedon, s. l., mi-juillet 1462).

27 Lettres, no 26, pp. 37-39, à la p. 39, lettre de Louis XI à Gaston IV, comte de Foix, s. l., avril 1462.

28 Lettres, no 43, pp. 69-71, à la p. 70, lettre de Louis XI au maréchal de Comminges, Rouen, 14 août 1462.

29 Ibid..

30 Calmette, 1903, pp. 58-59 (AN, J 596, no 26, « Inventaire des lettres que la royne Marie a envoyees au roy [Louis XI en 1461] touchant les royaumes d’Arragon et de Valence et principauté de Catheloigne »). Le thème est évoqué dans la lettre du 5 mars 1462 adressée à Louis XI par ses ambassadeurs à Madrid (Lettres, P. J. V, pp. 378-380, à la p. 379).

31 Lettres, no 31, pp. 46-49, à la p. 49, lettre de Louis XI à l’amiral de Montauban, Bordeaux, après le 9 mai 1462.

32 Ibid.

33 Lettres, no 40, p. 62, lettre de Louis XI au bailli de Rouen, Jean de Montespedon, s. l., mi-juillet 1462.

34 Lettres, no 43, pp. 69-71, lettre au maréchal de Comminges, Rouen, 14 août 1462.

35 Péquignot, 2009, pp. 709-723. Voir le récent De l’ambassadeur, 2015.

36 Lettres, P. J. V, p. 379.

37 Lettres, no 43, pp. 37-39, lettre au maréchal de Comminges, Rouen, 14 août 1462.

38 Lettres, no 27, pp. 40-41, lettre de Louis XI « à un cousin », s. l., avril 1462.

39 Respectivement, Lettres, no 14, pp. 19-20, lettre de Louis XI aux états de Catalogne, s. l., octobre 1461 ; no 16, pp. 22-24, lettre de Louis XI aux états de Catalogne, Montrichard, 9 novembre 1461 ; no 27, pp. 40-41, lettre de Louis XI « à un cousin », s. l., avril 1462 ; no 61, pp. 95-96, lettre de Louis XI à Henri IV, roi de Castille, Celles-sur-Belle, 6 janvier 1463.

40 BNF, Fr. 20430, « Minute de la lettre de Louis XI du 19 janvier 1463 », fo 21. Voir la transcription de Calmette, « Documents relatifs à la prise de Perpignan sous Louis XI », P. J. III, pp. 300-302.

41 Leduc, Leluc, Renaudeau, 2015.

42 Lettres, no 40, p. 66, lettre de Louis XI au bailli de Rouen, Jean de Montespedon, s. l., mi-juillet 1462.

43 Lettres, no 43, p. 69, lettre de Louis XI au maréchal de Comminges, Rouen, 14 août 1462.

44 Lettres, n° 69, pp. 110-111, à la p. 110, lettre de Louis XI au bailli de Rouen, s. l., mars 1463 ; Lettres, n° 70, pp. 112-115, à la p. 113, lettre de Louis XI au duc de Nemours, s. l., mars 1463.

45 Lassalmonie, 2002, pp. 160-164.

46 AN, J 596, n° 11, éd. Calmette, 1903, P. J. VII, pp. 444-445, « Extrait d’une lettre de Jean II à Louis XI, fait par les soisn de Carles d’Oms », s. l., 12 février 1463.

47 Salomon, préfiguration du Christ, est le rex pacificus (1 Chroniques XXII, 9). Voir Barret, Grévin, 2014, p. 228.

48 Dans une lettre des députés de Barcelone à Juan de Beaumont, lieutenant d’Henri IV, 12 août 1462, cité par Péquignot, 2012, p. 95, n. 27 ; et le 27 septembre 1463 au roi du Portugal, citée par Id., 2014, p. 182, n. 120. Les Catalans épuisent trois princes en dix ans : Henri IV (12 septembre 1462-renonciation le 18 juin 1463), puis Don Pedro de Portugal (25 janvier 1464-mort le 15 mai 1465), enfin René d’Anjou (1466-1472).

49 Sur l’attention des Catalans aux prophéties, lire les travaux d’Alain Milhou et Martin Aurell pour la période précédente. Pour les années 1460-1470, il faudrait revenir sur la sainteté proclamée du prince Carles de Viane († 23 septembre 1461), le fils de Jean II, soutenue par les Catalans et, un temps, par Louis XI : Verdés Pijuan, 2008, p. 168, n. 15 ; Péquignot, 2012, p. 182.

50 Ces passages n’ont pas retenu l’attention des biographes de Louis XI ni celle des historiens de la campagne catalane.

51 Scordia, 2015, chap. v : « Dévotions de “Louis, le bon roi de France” », pp. 287-313.

52 Les calendriers mentionnaient saint Martin à deux dates : le 4 juillet, date de la consécration épiscopale (371) et le 11 novembre, date de ses funérailles (399). Voir le manuscrit de BNF, Fr. 442, aux fos 4ro, 6ro (l’un des manuscrits du Rosier des guerres).

53 Lemaître, 2004, pp. 157-164.

54 Il faut distinguer le vœu à saint Martin des vœux chevaleresques (Moeglin, 2012, pp. 57-61).

55 Ordonnances des rois de France de la troisième race [ORF], t. XIII, octobre 1433, pp. 192-194, à la p. 192.

56 Signalons deux publications qui mentionnent avec beaucoup d’erreurs et d’approximations le don des 1 200 écus : Mesnard, 1961, pp. 94-95 ; Maurey, 2014, pp. 230-231.

57 BNF, Fr. 6544, fo 25, « Roole de certaines parties et sommes de deniers que le roy nous a ordonnées et commandées estre baillées et delivrées comptant des deniers de son tresor par maistre Estienne Chevalier ».

58 Louis XI comptait-il sur le héraut du comte de Foix ? Il faudrait en savoir plus sur les hérauts de Louis XI.

59 Jean Favier en a conclu que c’était à Étienne Chevalier de faire mettre par écrit le miracle (Favier, 2001, p. 882).

60 Une phrase de Pierre Champion (Champion, 1927, t. II, p. 250) m’a servi de point de départ : « Ainsi les gens de Tours connaissaient la prise de Perpignan », dans le chapitre qu’il consacre à « Louis XI, citoyen de Tours ».

61 De gestis…, pp. 296-297.

62 BNF, Fonds Baluze 77, fo 378vo, Ex chartulario Cenomaniensi majoris monasterii Turonensis, 1713 (copie).

63 AD Indre-et-Loire, G 421, archives du trésorier de Saint-Martin de Tours, fos 7vo-10ro.

64 Lettres, no 63, pp. 100-102, lettre de Louis XI au comte de Foix, Comminges, Lescun et Bureau, Castelnau-de-Médoc, 21 janvier 1463 ; Lettres, no 67, pp. 107-108, lettre de Louis XI à un sénéchal, s. l., février-mars 1463 ; Lettres, no 69, pp. 110-111, lettre de Louis XI au bailli de Rouen, s. l., mars 1463 ; Lettres, no 70, pp. 112-115, lettre de Louis XI au duc de Nemours, s. l., mars 1463.

65 Les gens d’armes de la deuxième armée invoquent aussi le manque d’argent (Lettres, no 67, p. 107, lettre de Louis XI à un sénéchal, s. l., février-mars 1463).

66 BNF, Fr. 20855, fo 68, cité par Calmette, 1903, pp. 156-157.

67 Lettres, no 63, p. 101, lettre de Louis XI au comte de Foix, Comminges, Lescun et Bureau, Castelnau-de-Médoc, 21 janvier 1463. Louis XI vient alors d’apprendre la nouvelle de la prise d’Hijar (à 38 kilomètres au sud-est de Belchite, fin décembre 1462).

68 Philippe de Commynes, Mémoires, II, 8, pp. 190-192.

69 Calmette, 1903, pp. 187-189 et P. J. no X, pp. 451-454.

70 BNF, Fr. 20488, fo 92, lettre d’Étienne Chevalier à Jean Bourré, 19 mai 1463.

71 AN, J 596, n o 31, éd. Vaësen, 1887, pp. 441-444 ; Calmette, 1903, pp. 167-168.

72 ORF, t. XVI, pp. 47-48, à la p. 47 et pp. 49-52, p. 49.

73 Les sources hagiographiques ne rapportent pas le miracle. Citons entre autres Bibliotheca hagiographica latina ; Analecta bollandiana… Les Acta sanctorum (1643-1925) en 68 volumes s’arrêtent au 10 novembre, car le dossier saint Martin aurait été trop lourd. Tous nos remerciements pour leur aide à Cécile Lanéry et Anne-Françoise Leurquin de l’IRHT. L’orchestration du miracle de Bayonne en 1451 sera autrement réussie, lire Philippe Contamine (Contamine, 1991, pp. 63-86).

74 Lemaître, 2004, p. 162.

75 Sur les velléités historiographiques du roi, Scordia, 2015, pp. 182-190. Notons, pour y revenir dans l’édition en cours, que les dernières lignes du Rosier des guerres citent quelques hauts faits du début du règne de Louis XI, parmi lesquels la conquête du Roussillon (fo 181ro).

76 Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, chap. xvii, pp. 119-206.

77 Georges Chastellain, Œuvres, t. V, pp. 273-276.

78 Jean de Roye, Journal…, t. I, pp. 133-134.

79 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, t. I, livre I, chap. xvii, pp. 96-97.

80 Ibid., chap. xviii, p. 105.

81 Ibid., pp. 105-107.

82 Ibid., p. 109.

83 Ibid., p. x. Lire Guenée, 1987, pp. 301-435, à la p. 304.

84 Barcelone, Archivo municipal, Lettres closes, 5e reg. de Ginebret (1462-1468), transcrite dans Calmette, 1901, pp. 302-303.

85 Les Perpignanais interrogent Louis XI après leur deditio sur leur statut : la victoire française va-t-elle entraîner le transfert de la seigneurie des comtés de Roussillon et Cerdagne de l’Aragon à la France ? Péquignot, 2016.

86 Guyotjeannin, 2014, p. 231.

87 Georges Chastellain, Œuvres, t. V, p. 456.

a Étienne Housseau a dix-huitiémisé l’orthographe de la lettre : BNF, Touraine Anjou 9 (fonds Housseau), archives de la Touraine et de l’Anjou, t. IX, no 4106, fo 371 (copie). Quant à Joseph Vaësen, il a médiévalisé la copie de Housseau, Lettres, no 62, pp. 96-100, lettre de Louis XI à Gaston IV, comte de Foix, au maréchal de Comminges, au seigneur de Crussol et à Jean Bureau, Castelnau-de-Médoc, 19 janvier 1463. La version donnée ici est celle du manuscrit du fonds Housseau.

b Castelnau-de-Médoc, Gironde, arr. Bordeaux.

c Soulac-les-Bains, Gironde, arr. de Lesparre.

d Le copiste du manuscrit Housseau a noté : Et in margine sequentia ejusdem scriptura leguntur verba, avant de donner la copie du miracle.

e Elne, Pyrénées-Orientales, arr. de Perpignan.

f Lire Rouault, maréchal de France.

g Conflens, Ariège, arr. de Saint-Girons.

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search