Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

II. 2. — Raconter et commémorer un conflit

… ne in modum commentarii breuitas transiret epistolaris…

Euloge de Cordoue et le genre épistolaire des « martyrs de Cordoue »

Klaus Herbers

Texte intégral

  • 1 Euloge de Cordoue, Epistulae, p. 501 (fin du § 10) : Quae omnia prudenti relatione domnus Galindo u (...)

1Euloge de Cordoue, un des fameux « martyrs de Cordoue », mentionnait dans sa lettre à Wilisende de Pampelune le légat Galindo, chargé de compléter à l’oral ce que la brièveté de la lettre ne permettait pas à Euloge d’écrire — à moins de transformer cette dernière en commentaire1. Ce paragraphe de la lettre d’Euloge évoque la tribulation actuelle (his diebus) ; l’année est même ajoutée selon l’ère espagnole 889 (aera octingentesima octuagesima nona), c’est-à-dire l’année 851. Le régime est devenu une tyrannie qui détruit tout (exardescens saeuus adversus Dei ecclesiam furor tyrannicus omnia subuertit, cuncta uastauit, uniuersa dispersit). Les évêques et d’autres personnes du clergé sont mis en prison ainsi qu’Euloge lui-même. Il n’y aura plus de possibilité de célébrer les saints offices. Galindo pourra décrire plus en détail la situation parce que lui, Euloge, est déprimé par tristesse et qu’il veut éviter une oratio grossière, qui transformerait la brièveté de la lettre en commentaire. Relatio, oratio, schedula, commentarius et epistola sont nommés dans cette phrase citée au début. Nous étudierons les différentes lettres écrites par Euloge en prison à Alvare, à Baldegothone et à Wilisinde.

Euloge de Cordoue, ses œuvres, ses lettres

  • 2 Voir Herbers, 2018 ; voir également la bibliographie dans la note suivante. Sur le phénomène mozara (...)
  • 3 Le dossier complet sur les mozarabes et sur les martyrs de Cordoue se trouve dans Corpus scriptorum (...)
  • 4 Alvare, Vita Eulogi, pp. 330-343.
  • 5 Ibid., p. 335.

2Avant d’aborder les interprétations récentes des soi-disant martyrs de Cordoue2, disons quelques mots sur la situation au milieu du ixe siècle. Après la conquête arabe de la péninsule Ibérique à partir de 711, la population chrétienne n’avait pas disparu. Mais dans quelles conditions concrètes vivait-elle ? Pour répondre à cette question, les historiens disposent du dossier des chrétiens de Cordoue du milieu du ixe siècle, dont l’analyse est compliquée. Pour Euloge, par exemple, nous disposons d’une Vita, écrite peu après sa mort (859) par son ami Alvare ; on pourrait ajouter ses propres traités et surtout ses trois lettres3. La majorité des données biographiques se trouve dans la vie d’Euloge écrite par Alvare4. Dans cette vie, qui ressemble dans ses derniers passages plutôt à une passio racontant la vie d’un prisonnier se préparant à la mort, Alvare évoque aussi un voyage d’Euloge5. Il ne se contentait pas de visiter les monastères de sa patrie (Nec sufficuit monasteria patrie sue inuesere), mais aussi ceux de Navarre, où il tissa de nouveaux liens d’amitié, comme il l’écrit dans une lettre envoyée à l’évêque de Pampelune (quorum conuersationem in epistola quam episcopo Panpilonensi in carcere positus dedit). Cette lettre, écrite en prison, nous révèle le point de vue d’Euloge sur la situation politique et son voyage au nord de la Péninsule, un voyage que l’on situe normalement en 845 ou 846.

  • 6 Corpus scriptorum Muzarabicorum, p. 363 ; voir Mellado Rodríguez, 2004, surtout pp. 119-120.
  • 7 Voir Colbert, 1962, pp. 447-448 ; Henriet, 2002c, p. 121, n. 97.
  • 8 Euloge de Cordoue, Memoriale sanctorum, pp. 363-459.
  • 9 Id., Documentum martyriale, pp. 459-475.
  • 10 Id., Liber Apologeticus Martyrum, pp. 475-495.
  • 11 Voir les textes complets dans l’annexe.
  • 12 Voir Euloge de Cordoue, Memoriale sanctorum, pp. 363 sqq. et 365 sqq., et Id., Documentum martyrial (...)

3Les œuvres d’Euloge nous sont transmises par un unique manuscrit d’Oviedo datant probablement du xie siècle6. Ce manuscrit arriva sans doute avec la dépouille mortelle d’Euloge à Oviedo, à la cour d’Alfonse III7. La première de ces œuvres est le Memoriale sanctorum8, écrit entre juin et novembre 851 et complété avec le livre III en 856 : il y défend la légitimité des martyrs et raconte les événements sous les émirats d’Abd al-Rahman II (822-852) et de Mohammed Ier (852-886). Nous disposons ensuite du Documentum martyriale9, écrit en prison à la fin de l’année 851 : il s’agit d’une exhortation au martyre de Flora et Marie suivie d’une description de leur martyre. Euloge est aussi l’auteur d’un Liber apologeticus martyrum10, écrit en 857, dans lequel il défend les martyrs contre d’autres chrétiens en incluant une courte vie de Mahomet, qu’il avait trouvée lors d’une visite à Leyre en Navarre. Enfin, trois lettres d’Euloge font l’objet de cette présente étude11. Nous excluons de notre corpus trois autres lettres incluses dans les traités : le Memoriale est précédé d’une lettre dédicatoire à Alvare avec le rescrit d’Alvare ; la structure est identique au début du Documentum, qui comporte en outre, après la préface, une adresse aux saintes vierges Flora et Marie12.

Les lettres à Alvare et à Baldegothone

  • 13 Id., Epistulae, pp. 495-496 (voir le texte complet dans l’annexe).

4Deux des trois lettres, plus courtes, sont adressées à Alvare et à la sœur Baldegothone. Elles traitent du martyre des deux vierges Flora et Maria. Dans la première13, Euloge s’adresse à son « cher frère » Alvare (carissimo […] fratri meo). Il commence directement en expliquant que les larmes se sont transformées « en joie de la victoire » (in gaudio victoriae) parce que « nos vierges » (virgines nostras) ont vaincu le prince des ténèbres et ont rencontré leur époux et le roi céleste « en chantant un nouveau chant » (cantantes canticum novum). Suit une citation de l’Apocalypse (5, 9-10). Euloge est d’autant plus content qu’il ne leur a pas dédié et offert en vain son Documentum martyriale : bien qu’elles se soient vouées au Seigneur, une instruction comme la sienne a toute sa valeur.

  • 14 Ibid. : quasi quibusdam caelestis patriae gaudiis uegetata.

5Euloge raconte ensuite l’histoire de leur martyre comme il l’a apprise de Flora. Il y a environ dix jours, le juge convoqua Flora sur dénonciation de son propre frère. Comme elle refusait d’abandonner sa nouvelle foi chrétienne et de retourner à l’islam, elle fut envoyée en prison. C’est là qu’Euloge la rencontra et lui demanda quelles étaient les questions du juge. Flora, « comme animée des joies de la patrie céleste »14, lui raconta alors en souriant que le juge lui avait demandé pourquoi son frère suivait la vraie religion musulmane tandis qu’elle s’était tournée vers Jésus Christ.

  • 15 Ibid. : … ut ad posterorum memoriam gesta passionis earum breui tantummodo ordinare digneris stylo
  • 16 Ibid. : qui est benedictus in saecula saeculorum.

6Après cette conversation, Euloge encouragea les vierges, se confia à leurs prières et retourna dans sa propre cellule. Il demanda alors à son ami Alvare de bien vouloir écrire en forme brève leur passion15. Euloge ajouta que tous avaient bien commémoré leur martyre avec les armes de la prière, par les offices et la messe, le jour où ils avaient appris la nouvelle ; on pouvait constater la faveur du Christ qui les avait libérés de la prison six jours après le martyre des vierges. Cette libération était sûrement due au fait qu’il avait demandé aux vierges, une fois au Ciel, d’intervenir en leur faveur. Euloge termina sa lettre par une oratio liturgique16 qui donnait la date du martyre (24 novembre) et celle de sa libération de prison (29 novembre).

  • 17 Ibid., p. 497 (voir le texte complet dans l'annexe).

7La deuxième lettre à la très chère sœur Baldegothone (carissimae […] sorori nostrae Baldgothoni) est plus courte17. Elle donne des informations sur les martyres de Flora (soror tua Flora) et de Marie de Cuteclara, qui eurent lieu le 24 novembre, un mardi, à la neuvième heure. En mentionnant le diacre Walabonsus qui les avait précédées dans la souffrance, il souligne que les saintes femmes comptent parmi les premiers martyrs. En louant leur martyre et en exhortant Baldegothone à une vie digne, il termine sa lettre en lui envoyant la ceinture que celle-ci avait portée en prison, et ce afin que sa mémoire soit conservée.

La lettre à Wilisinde de Pampelune

  • 18 Ibid., pp. 497-503 (voir le texte complet dans l'annexe). Voir sur cette lettre Fontaine, 1983 et H (...)
  • 19 Nous indiquons les chapitres suivis du numéro entre parenthèses.
  • 20 Freudenhammer, 2018.
  • 21 Euloge de Cordoue, Epistulae, pp. 497-498 : Reuerentissimo et sanctissimo Dei ministro, domino et p (...)
  • 22 Ibid., p. 498.
  • 23 Ibid., pp. 498-499 : 3. In illo etenim beatae congregationis collegio, quod paene centenarium numer (...)
  • 24 Ibid., p. 499 : … Cum quibus paululum commorans, cum ab eis uellem discedere, omnes solo proruunt, (...)
  • 25 Ibid., p. 499 : … Ita de nostra caritate confisus rogas ut Cordubam repetens ipse reliquias tibi sa (...)
  • 26 Ibid., pp. 499-500.
  • 27 Ibid., p. 500.
  • 28 Ibid. : quem saeua tyranni indignatio eo tempore a principatu deicerat.

8La troisième lettre, citée en partie au début, est plus longue18. Quel est son contenu ? Euloge salue Wilisinde en l’appellant son dominus et pater. Dans l’édition de Gil, les paragraphes 1 à 8 décrivent son voyage en Navarre, et les paragraphes 9 à 13 la situation actuelle à Cordoue, où il rédige la lettre19. « Autrefois, très bienheureux pape » (Olim, beatissime papa, chap. i), c’est ainsi qu’il commence sa lettre en racontant brièvement que ses deux frères se trouvaient en voyage d’affaires dans le royaume de Louis de Bavière (c’est-à-dire Louis le Germanique)20. Il décrit les conflits en Aquitaine et explique que, face à une telle situation, son voyage le conduisit à Pampelune. Il loue l’accueil et la consolation qu’il y reçut21. Il décrit ensuite son séjour à Leyre avant d’arriver à son monastère désiré, dirigé par l’abbé Odoario (chap. ii)22. Puis il loue les moines, la discipline, l’obédience, et il souligne le soin que l’on y apporte à recevoir les pèlerins, etc. (chap. iii)23. Avant de quitter ce monastère, Euloge se met d’accord sur une communauté réciproque dans la prière ; il mentionne son accompagnant, le diacre Theodemonde, et loue également sa rencontre avec l’abbé Odoario et le prévôt Jean (chap. iv)24. Dans le cinquième paragraphe, Euloge parle de sa mère Elisabeth, de ses sœurs, Niola et Anulo, et de son frère cadet Joseph, qu’il souhaite revoir. En outre, il mentionne que l’évêque de Pampelune lui a demandé les reliques de saint Zoïle25. Sur son chemin de retour, il veut rencontrer ses deux frères aînés négociateurs à Saragosse, qui se trouvaient pourtant encore à Mayence (chap. vi)26. Après avoir visité plusieurs évêques (chap. vii)27, il rentre chez lui et retrouve tout en ordre, sa mère, ses deux sœurs et son frère cadet Joseph, qui avait été exclu du « principat » (chap. viii)28. Cette première partie exhaustive nous informe du voyage d’Euloge, de son séjour en Navarre et de la situation des territoires sous domination arabe ou chrétienne.

  • 29 Ibid., pp. 500-501 : … Nunc autem quia Deo dispensante domnus Galindo Enneconis ad propria remeans (...)

9La deuxième partie de la lettre est plus révélatrice du genre épistolaire. Euloge oppose d’abord le chaos et le maudit imperium des Arabes à Cordoue (sub impio Arabum […] imperio), à la situation à Pampelune (chap. ix). Le voyage de Galindo Ennenconis vers les Pyrénées rappelle le désir de l’évêque Wilisinde d’obtenir des reliques, auquel Euloge répond en annonçant l’envoi des reliques de saint Acisle29.

  • 30 Ibid., p. 501 : Denique, beatissime pater, nolumus uos ignorare tribulationem nostram, […] aduersus (...)
  • 31 Ibid., pp. 501-502 : … protulerunt : « Uirum hunc, quem uos summa ueneratione excolitis et cuius se (...)
  • 32 Ibid., p. 502 : 12. Haec et his similia, prout Spiritus dabat eloqui eis, in conspectu regum et pri (...)

10Ensuite, il se plaint de la tribulation actuelle (his diebus) en 889 selon l’ère espagnole, c’est-à-dire en 851 (chap. x). Il parle même d’une tyrannie : plusieurs personnes du clergé seraient mises en prison, comme lui-même, Euloge. Il n’y aurait plus de possibilité de célébrer les saints offices. À cet égard, son émissaire Galindo pourra détailler la situation, plus que ne le fait une lettre caractérisée par sa « brièveté »30. Comme acte de témoignage, beaucoup de chrétiens ont maudit Mohammed sur le forum : celui-ci serait un magicien, adultère et menteur (chap. xi)31. Tout cela fut prononcé devant les rois et les princes (chap. xii). Tous ces chrétiens furent tués par le glaive, puis suspendus durant quelques jours. L’auteur souligne que leurs restes furent brûlés, jetés dans le fleuve ou dévorés par des chiens afin d’éviter toute inhumation. De surcroît, Euloge annonce qu’il ajoutera à la fin de sa lettre les noms de ces martyrs ainsi que la date de leur mort. Il demande la prière pour ceux-ci32.

  • 33 Ibid., pp. 502-503 : In nomine Domini, regnante in perpetuum Domino Iesu Xpo, anno incarnationis ei (...)
  • 34 Ibid. : Isti sunt qui tradiderunt corpora sua in morte propter testimonium ueritatis, ut in aeternu (...)
  • 35 Ibid. : Data decimo septimo Kalendas Decembris per Galindum Enneconis uirum illustrem, aera octinge (...)

11En terminant (chap. xiii), Euloge transmet ses salutations à l’abbé Fortunio de Leyre et à sa communauté, à l’abbé Atilio de Cillas, à Odoario de Siresa, à Jimeo d’Igal, à Dadila d’Usaspal et à d’autres abbés et communautés. En outre, il ajoute les noms des martyrs et la date de leur mort, en commençant avec le prêtre Perfectus mort le 18 avril 850. Suivent le moine Isaac, le laïc Sanche, le prêtre Pierre, le diacre Wala, Sabinianus, Wistremundus, Habentius et le moine Jérémie. Euloge énumère aussi le diacre Sisnande, le diacre Paul et le moine Theodemir33. À la fin de sa lettre, il affirme que ce sont les noms de ceux qui avaient laissé leurs corps comme témoignage de la vérité (propter testimonium ueritatis) avant d’ajouter les noms des vierges Flora et Marie, qui étaient emprisonnées avec lui34. La datation, donnée par Galindo (le transmetteur de la lettre), indique le 15 novembre 85135.

  • 36 Hoffmann, 1964, surtout p. 145.

12Cette deuxième partie nous apprend beaucoup sur la fonction de la lettre et en même temps sur le genre épistolaire. Galindo, mentionné trois fois, joue un rôle important : il ne transmet pas uniquement les reliques, mais il transmet aussi par oral un récit plus détaillé. C’est donc lui qui a permis — nous ne savons pas comment — de mettre en relation le monde chrétien des Pyrénées et les chrétiens en prison. Cela nous rappelle l’analyse de Hoffmann qui avait souligné il y a plus de cinquante ans déjà l’importance du messager d’une lettre36.

  • 37 Voir les contributions dans le volume Geuenich, Oexle, 1994 ; voir aussi Wollasch, Sandmann, 2011, (...)

13Mais les réseaux que la lettre mentionne indirectement sont plus vastes : qu’il suffise d’évoquer les réseaux des communautés monastiques et ceux du commerce. Cette lettre se distingue aussi des autres missives par la liste qui figure avant sa datation. Pourquoi une telle liste, dotée de dates précises, se trouve-t-elle insérée dans une lettre ? Voilà une question qui n’a encore jamais été posée. Si on tient compte du paragraphe 12 décrivant les exécutions et l’absence de sépulture dans beaucoup de cas, on note que c’est après la citation du psaume 7 qu’Euloge demande la prière (suffragia orationum uestrarum). En outre, Euloge demande que l’on fasse connaître sa situation de prisonnier dans tous les monastères (nostrumque carcerem omnibus monasteriis uestris innotescere faciatis) en vue de la retribution éternelle (praemium aeternum) après la fin du monde. Dans ce contexte, le paragraphe 13 qui suit s’enchaîne logiquement, puisqu’il transmet les salutations d’Euloge à davantage de monastères que ceux décrits dans la première partie de la lettre. Il paraît très évident que cette lettre porte dans sa dernière partie une invitation à une confraternité de prière (Gebetsverbrüderung)37.

  • 38 Sur les translations tardives de saint Zoïle : Henriet, 2002b ; Id., 2003 ; Id., 2007.
  • 39 Voir en général Herbers, 1998.

14Un autre aspect, qui va de pair avec cette intention, se trouve dans le neuvième paragraphe. Le voyage de Galindo rappelle à l’auteur le désir de Wilisende d’obtenir des reliques. Euloge transmet donc les reliques d’Acisle, en plus du corps de Zoïle que l’évêque de Pampelune avait demandé. Deux martyrs du ive siècle commençaient leur voyage avec Galindo pour être vénérés dorénavant dans le nord de la Péninsule38. Apparemment, l’une des lettres d’Euloge accompagnait la translation de reliques, comme cela se faisait en Europe centrale à l’époque carolingienne39. La lettre devrait donc assurer plusieurs fonctions : rappeler le voyage d’Euloge, accompagner la translation des reliques et assurer la prière pour ceux qui étaient morts à Cordoue et dont les noms étaient insérés dans la liste finale. Pourrait-on même supposer que cette partie est une sorte de petit martyrologe ? En outre, Euloge cherche la communication et la solidarité. Le reste de sa lettre décrit la situation aggravée à Cordoue, souligne le contraste entre Pampelune et Cordoue, voire entre la domination arabo-musulmane et celle latino-chrétienne, et rappelle dans ce contexte plusieurs événements.

Interprétation et comparaison : Euloge et le genre épistolaire

15La longueur et la structure des trois lettres sont nettement différentes, mais elles sont apparemment écrites en même temps, lors du séjour d’Euloge en prison ou peu après. C’est en prison qu’Euloge a fait la connaissance de Flora et de Marie, c’est là qu’il a confié à Galindo la troisième lettre adressée à Wilisende. Seule la dernière lettre porte une datation. Les autres précisent la date du martyre. La lettre à Alvare ajoute la date de l’évasion de la prison. Toutes les trois sont donc des lettres écrites en prison ; néanmoins elles diffèrent l’une de l’autre non seulement par la longueur, mais également par la forme.

  • 40 Voir sur le problème et les conflits des mariages mixtes la liste chez Henriet, 2002c, pp. 112-114 (...)
  • 41 Sur le discours hagiographique, voir Heinzelmann, 1991, surtout pp. 257 sqq. ; Van Uytfanghe, 1993, (...)

16Le contenu nous emmène vers des sujets différents : nous sommes confrontés aux problèmes de mariages mixtes, aux voyages, aux communautés monastiques sous domination chrétienne, à des formes du commerce et à d’autres choses. Le cas de Flora montre l’exemple d’une famille mixte. Issue d’un père musulman et d’une mère chrétienne, elle devrait selon la loi existante suivre la religion musulmane40. En outre, dans ces lettres, le genre épistolaire se mêle parfois avec le genre ou le discours hagiographique41. Surtout, les deux premières lettres nous enseignent que l’auteur se réfère à son Documentum martyriale ou bien aux gesta passionis dont il demande la rédaction à Alvare. Il semble bien que l’auteur veuille assurer — aussi avec ces lettres — la memoria des martyrs. Si la première lettre se réfère à la Passio, la seconde mentionne la ceinture, objet de mémoire et peut-être relique. Mais c’est surtout la troisième lettre qui souligne l’aspect de memoria. Le discours hagiographique et liturgique s’y présente d’une double façon. Six ans après sa visite, Euloge donne à Galindo les reliques que Wilisinde avait demandées et réclame leur vénération. Puis il explique — de manière implicite — pourquoi leur vénération ne peut plus être assurée à Cordoue : une grande partie du clergé est emprisonnée, et s’il est possible de murmurer des prières en prison, cela est impossible dans les églises, là où on avait conservé les reliques (chap. x).

17Les paragraphes suivants détaillent les témoignages, l’emprisonnement et la mort de beaucoup de chrétiens. Euloge ajoute la liste des martyrs avec leurs dates afin d’assurer la prière pour ces derniers. En outre, il revendique la prière non seulement de l’évêque, mais de toutes les institutions qu’il a connues. La lettre veut donc assurer la louange des martyrs dont les reliques ne peuvent être vénérées — en raison des méthodes d’exécution utilisées. Cette lettre accompagnait donc la transmission des reliques et englobait en plus un petit martyrologe qui pouvait servir à la liturgie. Une telle interprétation permet également de mieux expliquer la première partie : la Navarre, son évêque et ses monastères sont loués afin de paraître aptes à accueillir les reliques et à assurer la louange divine. Le reste de la première partie ressemble à une narratio décrivant le chemin de retour et tout ce qui s’était passé après le départ d’Euloge il y a longtemps : « Autrefois, très bienheureux pape » comme le dit le début de cette lettre.

  • 42 Pérez de Urbel, 1928, pp. 244-254. Voir n. 7 et Herbers, 2018, pp. 177-179.
  • 43 Fontaine, 1983, pp. 33 et 36-38 ; Herbers, 2007, pp. 75-76 ; Meyer, 2012, pp. 175-176 ; Herbers, 20 (...)
  • 44 Id., 2016, pp. 57-62.
  • 45 La bibliographie est abondante. Voir, entre autres, Bronisch, 1998 ; Henriet, 2002a ; Baloup, Josse (...)

18Si la troisième lettre est d’abord une lettre destinée à accompagner le transfert des reliques et à assurer la louange liturgique des morts de Cordoue, il reste à comprendre l’argumentation de l’auteur. En effet, alors qu’Euloge insiste sur l’absence de sépulture pour les martyrs, lui-même est enterré à Saint-Zoïle, avant que ses reliques ne soient plus tard transférées à Oviedo42. En outre, les moines de Saint-Germain-des-Prés accordaient un intérêt non négligeable aux événements de Cordoue43. Il faut donc conclure que les reliques et les informations sur ces saints circulaient surtout hors de Cordoue dans un contexte qui était peut-être de plus en plus ouvert à une polémique anti-islamique et qui cherchait même à encourager le martyre44. Nous savons bien que cela ne se passait pas encore au ixe siècle, mais on se demande toujours où et quand l’esprit de la Reconquista est né45. Le dossier des martyrs et de leurs reliques pouvait du moins inciter à concevoir des idées que nous trouvons sous une forme plus développée aux xie et xiie siècles.

19La citation du titre de cet article indique en même temps que l’epistola peut être complétée par d’autres textes comme le commentaire ou le traité. Euloge se rend bien compte que sa troisième missive dépasse déjà la forme habituelle d’une lettre. Il se justifie en citant et en renvoyant à des textes de nature hagiographique. Il subsiste néanmoins une question : pourquoi la partie finale de la lettre, que l’on pourrait appeler un martyrologe, ne figure-t-elle pas comme texte indépendant ? Peut-être la transmission manuscrite et l’édition de Morales ont-elles ajouté dans la lettre des textes qui, à l’origine, figuraient comme textes indépendants.

  • 46 Voir Lessard, Johnson, Webber, 2011.

20Quoi qu’il en soit, les trois lettres de prison d’Euloge sont le témoignage d’une communauté narrative46 qui mélange les genres hagiographiques avec les traditions épistolaires. Elles sont aussi des lettres de conflit destinées à s’opposer à la politique menée par les réseaux épistolaires et narratifs. Enfin, elles sont des lettres de solidarité, dont l’objectif est d’atténuer les souffrances provoquées par un conflit.

Annexes

Annexe — Texte des trois lettres selon l’édition de Juan Gil

Epistula prima ad Albarum

Carissimo in Domino Iesu Xp̅o fratri meo Albaro Eulogius

1. Magnificauit Dominus misericordiam suam nobiscum, mi frater, et facti sumus laetantes, quia quibus uerbum uitae in lacrimis seminauimus, in gaudio uictoriae fructum metisse uidemus. Uidemus enim uirgines nostras, debellato principe tenebrarum, conculcatis mundialium oblectamentis affectionum, accensis adorearum lampadibus obuiam prosilisse sponso ac regi caelorum. Et quia semper se hostiam uiuam, sanctam, Deo placentem praeparauerunt, ideo caelestis aulae limina adeuntes intrauerunt inuitante Xp̅o ad nuptias, cantantes canticum nouum atque dicentes : « Dignus es, Domine Deus noster, accipere gloriam et honorem, quoniam redemisti nos de potestate tenebrarum et fecisti nos condignas sortis sanctorum tuorum et transtulisti in regnum tuum aeternum ». Et cum hoc gaudium uniuersalis ecclesia de illarum uictoriis habeat, praecipue tamen ego prae ceteris quodam tripudio iucunditatis extollor, quoniam non in uacuum eis, iam paene quorundam exprobratione a gradu suo labentibus, Documentum illud martyrìale porrexisse conspicio, quia licet ab initio mundi et uocatio et sanctificatio earum a Deo Patre nimirum processerit, habet tamen intentio nostra in earum instructione suam coram Domino mercedem repositam, qui largitionem algentis calicis remunerari promisit in nomine suo impensam. Nam decimo et amplius die priusquam ad martyrium ducerentur, solam dominam meam Floram instinctu fratris sui iudex ille iniquitatis auditioni suae aduocans, post agnitam eius inuictissimam professionem, qua ipsum iudicem Xp̅i ancilla denotans aduersarium fidei intrepida responsione deiecit, in carcerem eam iussit reuerti. Quapropter claustra, quibus detinebantur, ego appropinquans, quae iudicis ad eam interrogatio fuerit uel quae ad iudicem responsio eius extiterit dominam meam humiliter sciscitatus sum.

2. Illa uero, ut erat angelico decorata aspectu, supernae claritatis gratia fulgens, hilari uultu, ore pudico, iam quasi quibusdam caelestis patriae gaudiis uegetata, subridens rettulit mihi : « Dum hodie iudici praesentarer, praeceptor, adstante haud procul e contra fratre meo illo aduersario fidei nostrae, cuius persecutione in hunc lacum decidi, exquisita sum utrum eum agnoscerem. Quem ego fratrem meum esse carnalem proferens, “Quare”, inquit iudex, “iste cultor fidei nostrae probatissimus manet et tu Xp̅m profiteris ?” Respondi : “Ante octennium, o iudex, et ego tenebris ignorantiae occupata, paternis legibus seruiens gentilicio famulabar errori. Sed illuminante me pietatis auctore, elegi fidem Xp̅ianorum, propter quam certare disposui usque ad obitum”. “Et quae est”, inquit iudex, “hodie sententia tua in illud quod dudum coram me professa es ?” Exprobrationem uidelicet sui uatis abstrusis interrogationibus exprimens, qua ipsum auctorem sectae peruersitatis olim amota formidine detestata sum, cum iterum e latibulis meis ad passionem regrediens forum petii et iudicem adii. “Identidem aio, iudex, quae et primo me exponentem audisti. Et si me adhuc disquisieris, ingentiora prioribus de eo referam tibi”. Tunc inflatis buccis, turgenti gutture, stridentibus lingua sermonibus de interitu me comminans in ergastulum iussit reuerti ».

3. Haec postquam melliflua oris sui relatione mihi domina mea rettulit, uerbis eam quibus potui confortaui, de spe promerendae coronae admonui eiusque angelicum obtutum reclinis ceruicibus adoraui. Deinde precibus eius et felicibus meritis me commendans reuerentissimis illius colloquiis recreatus latibula carceris mei reuisi. Unde quaeso fraternitatem tuam, carissime domine, ut ad posterorum memoriam gesta passionis earum breui tantummodo ordinare digneris stylo, ita semper illarum protegi merearis suffragio. Ipso autem die quo gloriosarum nobis relatus est sub confessione nominis Xp̅i interitus, omnes ad orationum arma currentes horam nonam in Dei laude persoluimus, ac deinceps auctis tripudiis uespertinum, matutinum et missale sacrificium consequenter ad honorem et gloriam nostrarum uirginum celebrauimus cunctique nos illarum patrocinio tutandos fouendosque commisimus. Et quia uniuersorum spes non perfunctorie in earum meritis collocata est, ideo, sicuti cernitis, fauens Xp̅s earundem uictoriis et interuentibus gloriosis post sextum diem quo illae coronatae sunt nos uinculis absoluit et carcerali claustro exemit. Nam et quibusdam familiaribus hoc, antequam paterentur, condixerunt sororibus, ut mox postquam Xp̅o coronatori suo adsisterent, pro nostra liberatione interuenirent. Et sic quidem illae octauo Kalendas Decembris explentes martyrium, nos tertio earundem Kalendarum sole dimittimur, magnificantes et benedicentes nomen Dei nostri, qui confortauit in certamine sanctas uirgines suas Floram et Mariam et uicerunt, nosque per digna illarum merita liberauit in pace, qui est benedictus in saecula saeculorum. Amen.

Epistula secunda ad Baldegothonem

Eulogius seruus Xp̅i carissimae in Domino Iesu Xp̅o sorori nostrae Baldegothoni salutem

Notum tibi sit, domina soror, quia consummauit martyrium suum in pace domina et sanctissima patrona nostra soror tua Flora octauo Kalendas Decembris, die tertia feria, hora nona, una pariter cum consocia sua beata Maria Cuteclarensi religiosa, quae inter illos priores martyres fratrem in caelum pramisit Walabonsum diaconum, perseuerantes in sancta professione usque ad mortem. Inde, carissima soror, iubemus te tanta consolationis ope suffultam manere quanta sine dubio credimus illas inter caelicolas et beatarum uirginum choros collocatas manere, tenentes uictoriae palmas, cotidie ante thronum Agni canticum nouum cantantes atque dicentes : ‘Dignum es, Domine Deus noster, accipere gloriam et honorem, quia redemisti nos de potestate tenebrarum et per gloriosum martyrii tropaeum transtulisti nos in regnum tuum’. Tu uero, dilectissima, stude uitam tuam dignis et Deo placitis moribus exornare, quibus in aeternum ualeas cum Xp̅o regnare et beatarum uirginum consortiis inhaerere. De cetero direximus tibi pro memoria uenerabilis sororis tuae Florae cingulum, quo illa in carcere usa est. Uale in Domino et ora pro nobis, carissima soror.

Epistula tertia ad Wiliesindum

Reuerentissimo et sanctissimo Dei ministro, domino et patri meo Wiliesindo Pampilonensis sedis episcopo Eulogius presbyter salutem

1. Olim, beatissime papa, cum dira saeculi fortuna, quae fratres meos Aluarum et Isidorum a genitali solo abducens paene in ulteriores Togatae Galliae partes apud Hludouicum regem Baioariae exulare fecit, cum me etiam propter eos diuersas adire regiones et ignota atque laboriosa itinera subire compelleret, quoniam stipata praedonibus uia et funeroso quondam Wilhelmi tota Gothia perturbata erat incursu, qui aduersum Carolum regem Francorum eo tempore auxilio fretus Habdarraghmanis regis Arabum tyrannidem agens inuia et inadibilia cuncta reddiderat, ad partes Pampilonenses deuersus putaueram me inde cito migraturum. Sed ipsa iterum, quae Pampilonem et Seburicos limitat Gallia Comata, in excidium praedicti Caroli contumaciores ceruices factionibus comitis Sanctii Sanctionis erigens, contra ius praefati principis ueniens totum illud obsidens iter immane periculum commeantibus ingerebat. Eo tempore magnam mihi consolationem beatitudo tua in ipsa peregrinatione exhibuit, et uere summi magistri typum gerens et in ueritate eius praeceptis oboediens non distulisti hospitio recreare, quem tibi uera caritas Iesu Xp̅i commendauerat dicentis : « Hospes eram et collegistis me ». Ita thesauros meritorum apud patrem in caelis collocare studens praebes necessaria destitutis, foues omnia, uniuersa tutaris, adeo ut in illo exilio meo nihil praeter affectuosam peregrinorum fratrum et destitutae familiae praesentiam suspirarem. Lugebam ego saepe, sed tu, pater, assidue consolabaris maerentem ; flebam multum, sed tu pia compassione releuabas prostratum, quandoquidem iuxta apostolum mecum infirmabaris, mecum tristabaris plangebasque ubertim cum ego plorarem. Cumque me uno residere loco multiplex dolor non sineret, libuit mihi loca uisitare sanctorum, quo deiectum summis maeroribus animum releuarem.

2. Et maxime libuit adire beati Zachariae ascysterium, quod situm ad radices montium Pyrenaeorum in praefatae Galliae portariis, quibus Aragus flumen oriens rapido cursu Seburim et Pampilonam irrigans amni Cantabro infunditur, quod famosissimis in exercitatione regularis disciplinae studiis decoratum toto refulgebat occiduo. Sed tu, pater, iuuas anhelantem et salutari consultu instruis abeuntem pioque fratrum comitatu foues pergentem. Prius autem quam ad eundem locum accederem, plures apud Legerense monasterium commorans dies praecipuos in Dei timore uiros ibidem manere cognoui. Deinde alia atque alia loca peragrans tandem diuino munere ad illud quod saepius desiderabam perueni coenobium. Praeerat quippe ei tunc Odoarius abbas, summae sanctitatis magnaeque scientiae uir, qui ultra quam referri potest nos digne suscipiens omnem erga nos humanitatem exhibuit.

3. In illo etenim beatae congregationis collegio, quod paene centenarium numerum excedebat, ueluti sidera caeli alii quidem sic, ceteri uero sic diuersis meritorum uirtutibus emicabant. Florebat in nonnullis perfecta caritas Xpi, quae foris mittit timorem ; plerosque alto culmine extollebat humilitas, qua sese unusquisque iuniore inferior reputans imitatores praeceptorum Dei fieri contendebant ; multi etiam, cum essent corpore imbecilles, uirtute tamen magnanimitatis subnixi, alacrioribus animis iniunctum exercebant obsequium. Sic quoque in aliquos principatum suum oboedientia, quae omnium uirtutum magistra est, uindicans suos non patiebatur executores degenerare, sed supra uires grandia exercere compellebat, quoscumque suo munere illustrauerat. Operabantur omnes certatim, alter alterum inuitans contendebat praecellere. Augebatur inuicem ardor placendi Deo et fratribus et unusquisque propriae artis industriam ad communem profectum exercitabat. Exercebant alii peregrinorum et hospitum diligentius curam et quasi declinanti Xp̅o ad hospitia eorum omnibus aduentantibus obsecundabant. Cum uero tot essent, nullus murmurans, nemo arrogans intererat. Studebant cuncti silentio totamque per noctem furtiuis precibus incumbentes nocturnum chaos peruigili meditatione uincebant, magna se circumspectione uallantes, ne psalmistae denotarentur oraculis, qui ait : « Dormierunt somnum suum et nihil inuenerunt ».

4. Sed quid referre de sanctorum uirtutibus lingua potest mortalis, qui in terris positi angelice degunt et qui, licet inter homines conuersentur, propositum uero gerunt caeleste ? Cum quibus paululum commorans, cum ab eis uellem discedere, omnes solo proruunt, pro se exorare deposcunt et cur tam cito a me desererentur supplici prece conquerebantur. Praestabat quippe tunc mihi carissimus filius meus Theodemundus diaconus comitatum, qui ab exordio itineris mei usque in ultimum inconuulsibiliter contubernio meo cohaerens mecum totius discrimina illius peregrinationis confecit. Regredientibus ergo nobis praebent sodalitatem abbas ille uenerabilis Odoarius et Ioannes praepositus, per totum usque in uesperum diem colloquium de diuinis scripturis gerentes. Sic quoque ab inuicem datis osculis discedentes ad te, apostole Dei, e uestigio repedauimus, cuius informatione tanta honoris uenerabilitate ab illis patribus excipi meruimus.

5. Igitur cum proprium reuisere aruum piae matris Elisabeth seu sororum duarum Niolae et Anulonis iuniorisque fratris Ioseph urgerer affectu, cogis ut adhuc remaneam nec sinis abire maerentem. Sed utroque uulnere percussum cor meum tu iam mederi non poteras, cui et peregrinatio fratrum et desolatio domesticorum cotidianum afferebant lamentum. Ita de nostra caritate confisus rogas ut Cordubam repetens ipse reliquias tibi sancti martyris Zoyli dirigerem et hoc munere Pampilonenses populos illustrarem. Ilico me satisfacere petitioni tuae respondi et huius rei debitorem me uobis esse in ueritate promisi.

6. Cumque a uobis egrederer, festinus Caesaraugustam perueni causa fratrum meorum, quos uulgi opinio negotiatorum cohortibus interesse nuper ab ulterioris Franciae gremio ibidem descendentibus iactitabat. Deinde urbi appropinquans negotiantes quidem repperi, peregrinos autem meos eorum relatione apud Maguntiam nobilissimam Baioariae ciuitatem exulasse cognoui. Et uerum fuisse hoc negotiatorum nuntium, regredientibus Deo fautore succedenti tempore ab interiori Gallia fratribus nostris, didicimus.

7. Aliquandiu uero apud Seniorem pontificem, qui tunc rectis uitae moribus eandem urbem regebat, demorans postea Complutum descendi, raptim per Segontiam transiens ciuitatem, in qua tunc praesulatum gerebat uir prudentissimus Sisemundus. Et cum ab antistite Complutensi Uenerio digne susciperer, post quintum diem Toletum reuerti, ubi adhuc uigentem sanctissimum senem nostrum, faculam Spiritus Sancti et lucernam totius Hispaniae, Wistremirum episcopum comperi, cuius uitae sanctitas totum orbem illustrans hactenus honestate morum celsisque meritis catholicum gregem refouet. Multis apud eum diebus degimus eiusque angelico contubernio haesimus.

8. Cumque in domum me reuocassem, cuncta incolumia repperi, genitricem scilicet binasque sorores et ultimum nostrorum omnium aetate Ioseph, quem saeua tyranni indignatio eo tempore a principatu deiecerat. Suscipit peregrinum suum destituta familia et quasi a sepulchro suscitatum laetantibus animis gaudet reuisisse post longum tempus Dominum. Ego uero in omni colloquio meo te patrem extollens semper inter familiares sermocinationes tuam beneficentiam recolens, semper tuae caritatis affectum corde gestans mentis ulnis amplector.

9. Et quia intercedente terrarum prolixa capedine multis ab inuicem disparamur spatiis, obstante quoque alio chaos immane, quo ego Cordubae positus sub impio Arabum gemam imperio, uos autem Pampilona locati Xpicolae principis tueri meremini dominio, qui semper inter se utrique graui conflictu certantes liberum commeantibus transitum negant, inde est uel quod non debitum uestrae bonitati dependimus famulatum, uel quod non pio desiderio uestro satisfecimus in transmissione reliquiarum, seu quia non quibuscumque tales tantasque opes committere duximus ratum. Nunc autem quia Deo dispensante domnus Galindo Enneconis ad propria remeans suos reuisere fines exoptat, per ipsum uobis praefati martyris reliquias destinauimus. Sed et sancti Aciscli, quas a nobis non postulastis, transmisimus, ut uos sponsionis uestrae uotum feliciter adimplentes eorum beatae memoriae construendo basilicam, nobis Deo fautore propter hanc oboedientiam patrocinium illorum occurrat ad ueniam, Xpo uobis omnia repensante atque donante quae in nobis egistis et quae erga nos operati estis, quem uestrum in nos olim exhibitum non latet obsequium et pia remuneratione centuplicatum uobis ualet rependere commodum, qui dixit : « Qui uos recipit, me recipit, et qui uos spernit, me spernit ; et qui recipit prophetam in nomine prophetae mercedem prophetae accipiet, et qui recipit iustum in nomine iusti mercedem iusti accipiet ». Cuncta tibi, pater, reposita sunt coram Domino, omnia apud illum, quae piis laboribus tuis debentur, salua et incolumia perseuerant, recipienda ab eo tempore necessario cum iustus iudex aduenerit unicuique reddere pro qualitate laborum aut praemium aut supplicium.

10. Denique, beatissime pater, nolumus uos ignorare tribulationem nostram, quam his diebus nostro praepediente deliquio sustinemus, ut solito nos propensius orationum clipeo defendentes uestrae intercessionis irrepudiabili merito, quod multum apud Dominum ualere confidimus, e profundo taediorum labyrintho erui mereamur. Etenim anno praesenti, qui est aera octingentesima octuagesima nona, exardescens saeuus aduersus Dei ecclesiam furor tyrannicus omnia subuertit, cuncta uastauit, uniuersa dispersit, retrudens carcere episcopos, presbyteros, abbates, leuitas et omnem clerum et quoscumque illa tempestate capere potuit ferro deuinctos quasi mortuos saeculi subterraneis specubus immersit. Inter quos ego ille peccator amabilis uester deuinctus sum et una pariter omnes horridos ergastulorum luimus squalores. Uiduauit ecclesiam sacro ministerio, priuauit oraculo, alienauit officio et non est in hoc tempore nobis oblatio neque sacrificium neque incensum neque locus primitiarum, quo possimus placare Dominum nostrum, sed in anima contrita et in spiritu humilitatis reddimus Xp̅o uota laudationis, ita ut a conuentu desinente psalmodiae cantu resonent penetralia carceris murmure sancto hymnorum. Quae omnia prudenti relatione domnus Galindo uobis enucleatim poterit enarrare, quia nos partim maerore depressi, partim fastidium impolitae orationis uitantes suis limitibus schedulam coarctauimus, ne in modum commentarii breuitas transiret epistolaris.

11. Propter futurarum autem generationum saecula illustranda et ut expertes nostrarum tribulationum et aerumnarum non fierent, saltim uel pauca e plurimis perstringamus. Quidam enim presbyterorum, diaconorum, monachorum, uirginum et laicorum repentino zelo diuinitatis armati in forum descendentes hostem fidei reppulerunt, detestantes atque maledicentes nefandum et scelerosum ipsorum uatem Mahomat. Et hoc modo contra eum animosum spiritum erigentes testimonium protulerunt : « Uirum hunc, quem uos summa ueneratione excolitis et cuius sectam praestigiosam instinctu daemoniorum elicitam tanto honore suscipitis, magum, adulterum et mendacem esse cognouimus eiusque credulos aeternae perditionis laqueis mancipandos confi-temur. Quare ergo uos, cum sitis homines prudentissimi, talibus sacrilegiis communicatis et non potius euan-gelicam ueritatem intenditis ? »

12. Haec et his similia, prout Spiritus dabat eloqui eis, in conspectu regum et principum confitentes, omnes gladio uindice interempti sunt. Quorum decisa corpora stipitibus suspendentes post aliquot dies igne cremarunt eorumque cineres fluuialibus aquis perdendos merserunt ; pleraque uero inhumata prae foribus palatii relinquentes uolucribus canibusque deuoranda exposuerunt, adhibitis custodiis militum, ne quis Xpianorum intuitu humanitatis carnibus nudata cadauera sepeliret, sicut scriptum est : « Posuerunt mortalia seruorum tuorum escas uolatilibus caeli, carnes sanctorum tuorum bestiis terrae ; effuderunt sanguinem eorum uelut aquam in circuitu Hierusalem, et non erat qui sepeliret ». Quorum nomina diesque allisionum in fine epistolae digeremus. Huius rei causa nos deuincti manemus, propter hoc compediti existimus, nostro deputantes instinctui nostraeque informationi adscribentes quidquid illi diuinitus illustrati egerunt. Unde quaesumus ut suffragia orationum uestrarum in defensionem nostram adhibeatis nostrumque carcerem omnibus monasteriis uestris innotescere faciatis, et ut proni pia exoratione inuigilent iubeatis, ita post peractum luctamen mundi de aeterno praemio exultetis.

13. Sane salutationum officia, quae dudum alias proferendo omisimus, nunc cernua mente persoluimus uosque feliciori serie temporum uigere exposcimus, petentes ut salua honoris uestri reuerentia non dedignemini nobis salutare amabiles et carissimos patres nostros, id est, Fortunium Legerensis monasterii abbatem, cum omni collegio suo, Athilium Cellensis monasterii abbatem cum omni collegio suo, Odoarium Serasiensis monasterii abbatem cum toto agmine suo, Scemenum Igalensis monasterii abbatem cum omni collegio suo, Dadilanem Hurdaspalensis monasterii abbatem cum omni collegio suo. Salutamus etiam ceteros patres, quos in peregrinatione nostra tutores et consolatores habuimus omnemque scholam dominicam in osculo sancto.

In nomine Domini, regnante in perpetuum Domino Iesu Xp̅o, anno incarnationis eius octingentesimo quinquagesimo, aera octingentesima octuagesima octaua, decimo quarto Kalendas Maias Perfectus presbyter occubuit.

Sequenti uero anno, qui nunc est, aera octigentesima octuagesima nona, tertio Nonas Iunias, Isaac monachus decidit, post quem Sanctio laycus de oppido Alauensi, Nonas Iunias, in hac ipsa aera, martyriali obitu triumphauit.

Deinde Petrus presbyter, Walabonsus diaconus, Sabinianus, Wistremundus, Habentius et Ieremias monachi uno die unaque hora septimo Idus Iunias in aera supradicta interempti sunt.

Sisenandus uero diaconus decimo septimo Kalendas Augustas eadem aera prostratus est.

Paulus diaconus decimo tertio Kalendas Augustas aera qua supra allisus est.

Theodemirus monachus octauo Kalendas Augustas eadem aera occisus est.

Isti sunt qui tradiderunt corpora sua in morte propter testimonium ueritatis, ut in aeternum uiuerent, siquidem et duas uirgines Xp̅i Floram et Mariam nobiscum ob eandem professionem nunc in ergastulum detruserunt et cotidie de interitu comminantur.

Data decimo septimo Kalendas Decembris per Galindum Enneconis uirum illustrem, aera octingentesima octuagesima nona.

Notes

1 Euloge de Cordoue, Epistulae, p. 501 (fin du § 10) : Quae omnia prudenti relatione domnus Galindo uobis enucleatim poterit enarrare, quia nos partim maerore depressi, partim fastidium impolitae orationis uitantes suis limitibus schedulam coarctauimus, ne in modum commentarii breuitas transiret epistolaris. Les citations suivantes se trouvent à la même page, pour le contexte de chaque citation sans indication de page, voir aussi l’annexe. Nous remercions Dr. Judith Werner (Erlangen) de son aide à la préparation de la version écrite. Merci également aux collègues Daniel Baloup et Thomas Deswarte pour leurs commentaires et leur aide. La version définitive de cet article fut achevée en 2018.

2 Voir Herbers, 2018 ; voir également la bibliographie dans la note suivante. Sur le phénomène mozarabe : Maser, Herbers, 2011, ainsi que les autres contributions dans ce volume, et récemment Maser, Herbers, Ferrari, Bobzin, 2014 ; voir en plus Olstein, 1999 ; Id., 2006, pp. 23-50 ; Urvoy, 2004 ; Aillet, 2008 ; Id., 2010, surtout pp. 9-17.

3 Le dossier complet sur les mozarabes et sur les martyrs de Cordoue se trouve dans Corpus scriptorum Muzarabicorum (éd. de Gil) ; voir également la traduction espagnole des œuvres d’Euloge avec des commentaires utiles : San Eulogio de Córdoba, Obras completas. En général sur les martyrs, Henriet, 2002c (avec une prosopographie utile) ; Herbers, 2007, pp. 70-76 et pp. 84-85 ; Id., 2005 ; Id., 2016, surtout pp. 57-61 ; Id., 2019, et la bibliographie de la note précédente. Sur la personne d’Euloge, voir la biographie classique de Pérez de Urbel, 1928, surtout pp. 89-108.

4 Alvare, Vita Eulogi, pp. 330-343.

5 Ibid., p. 335.

6 Corpus scriptorum Muzarabicorum, p. 363 ; voir Mellado Rodríguez, 2004, surtout pp. 119-120.

7 Voir Colbert, 1962, pp. 447-448 ; Henriet, 2002c, p. 121, n. 97.

8 Euloge de Cordoue, Memoriale sanctorum, pp. 363-459.

9 Id., Documentum martyriale, pp. 459-475.

10 Id., Liber Apologeticus Martyrum, pp. 475-495.

11 Voir les textes complets dans l’annexe.

12 Voir Euloge de Cordoue, Memoriale sanctorum, pp. 363 sqq. et 365 sqq., et Id., Documentum martyriale, pp. 459-462.

13 Id., Epistulae, pp. 495-496 (voir le texte complet dans l’annexe).

14 Ibid. : quasi quibusdam caelestis patriae gaudiis uegetata.

15 Ibid. : … ut ad posterorum memoriam gesta passionis earum breui tantummodo ordinare digneris stylo

16 Ibid. : qui est benedictus in saecula saeculorum.

17 Ibid., p. 497 (voir le texte complet dans l'annexe).

18 Ibid., pp. 497-503 (voir le texte complet dans l'annexe). Voir sur cette lettre Fontaine, 1983 et Herbers, 2018. Nous renvoyons à notre étude pour une analyse plus détaillée de cette lettre. Le texte complet de la lettre se trouve aussi en annexe, p. XX-XX.

19 Nous indiquons les chapitres suivis du numéro entre parenthèses.

20 Freudenhammer, 2018.

21 Euloge de Cordoue, Epistulae, pp. 497-498 : Reuerentissimo et sanctissimo Dei ministro, domino et patri meo Wiliesindo Pampilonensis sedis episcopo Eulogius presbyter salutem…

22 Ibid., p. 498.

23 Ibid., pp. 498-499 : 3. In illo etenim beatae congregationis collegio, quod paene centenarium numerum excedebat, ueluti sidera caeli alii quidem sic, ceteri uero sic diuersis meritorum uirtutibus emicabant. Florebat in nonnullis perfecta caritas Xpi, quae foris mittit timorem ; plerosque alto culmine extollebat humilitas, qua sese unusquisque iuniore inferior reputans imitatores praeceptorum Dei fieri contendebant ; […] Augebatur inuicem ardor placendi Deo et fratribus et unusquisque propriae artis industriam ad communem profectum exercitabat. Exercebant alii peregrinorum et hospitum diligentius curam et quasi declinanti Xpo ad hospitia eorum omnibus aduentantibus obsecundabant.

24 Ibid., p. 499 : … Cum quibus paululum commorans, cum ab eis uellem discedere, omnes solo proruunt, pro se exorare deposcunt et cur tam cito a me desererentur supplici prece conquerebantur […] Regredientibus ergo nobis praebent sodalitatem abbas ille uenerabilis Odoarius et Ioannes praepositus, per totum usque in uesperum diem colloquium de diuinis scripturis gerentes. Sic quoque ab inuicem datis osculis discedentes ad te, apostole Dei, e uestigio repedauimus, cuius informatione tanta honoris uenerabilitate ab illis patribus excipi meruimus.

25 Ibid., p. 499 : … Ita de nostra caritate confisus rogas ut Cordubam repetens ipse reliquias tibi sancti martyris Zoyli dirigerem et hoc munere Pampilonenses populos illustrarem. Ilico me satisfacere petitioni tuae respondi et huius rei debitorem me uobis esse in ueritate promisi.

26 Ibid., pp. 499-500.

27 Ibid., p. 500.

28 Ibid. : quem saeua tyranni indignatio eo tempore a principatu deicerat.

29 Ibid., pp. 500-501 : … Nunc autem quia Deo dispensante domnus Galindo Enneconis ad propria remeans suos reuisere fines exoptat, per ipsum uobis praefati martyris reliquias destinauimus. Sed et sancti Aciscli, quas a nobis non postulastis, transmisimus, ut uos sponsionis uestrae uotum feliciter adimplentes eorum beatae memoriae construendo basilicam, nobis Deo fautore propter hanc oboedientiam patrocinium illorum occurrat ad ueniam, Xpo uobis omnia repensante atque donante quae in nobis egistis et quae erga nos operati estis, quem uestrum in nos olim exhibitum non latet obsequium et pia remuneratione centuplicatum uobis ualet rependere commodum…

30 Ibid., p. 501 : Denique, beatissime pater, nolumus uos ignorare tribulationem nostram, […] aduersus Dei ecclesiam furor tyrannicus omnia subuertit, cuncta uastauit, uniuersa dispersit, retrudens carcere episcopos, presbyteros, abbates, leuitas et omnem clerum et quoscumque illa tempestate capere potuit ferro deuinctos quasi mortuos saeculi subterraneis specubus immersit […] Quae omnia prudenti relatione domnus Galindo uobis enucleatim poterit enarrare, quia nos partim maerore depressi, partim fastidium impolitae orationis uitantes suis limitibus schedulam coarctauimus, ne in modum commentarii breuitas transiret epistolaris.

31 Ibid., pp. 501-502 : … protulerunt : « Uirum hunc, quem uos summa ueneratione excolitis et cuius sectam praestigiosam instinctu daemoniorum elicitam tanto honore suscipitis, magum, adulterum et mendacem esse cognouimus eiusque credulos aeternae perditionis laqueis mancipandos confitemur. Quare ergo uos, cum sitis homines prudentissimi, talibus sacrilegiis communicatis et non potius euangelicam ueritatem intenditis ? ».

32 Ibid., p. 502 : 12. Haec et his similia, prout Spiritus dabat eloqui eis, in conspectu regum et principum confitentes, omnes gladio uindice interempti sunt. Quorum decisa corpora stipitibus suspendentes post aliquot dies igne cremarunt eorumque cineres fluuialibus aquis perdendos merserunt ; pleraque uero inhumata prae foribus palatii relinquentes uolucribus canibusque deuoranda exposuerunt, adhibitis custodiis militum, ne quis Xpianorum intuitu humanitatis carnibus nudata cadauera sepeliret, sicut scriptum est : « Posuerunt mortalia seruorum tuorum escas uolatilibus caeli, carnes sanctorum tuorum bestiis terrae ; effuderunt sanguinem eorum uelut aquam in circuitu Hierusalem, et non erat qui sepeliret ». Quorum nomina diesque allisionum in fine epistolae digeremus. Huius rei causa nos deuincti manemus, propter hoc compediti existimus, nostro deputantes instinctui nostraeque informationi adscribentes quidquid illi diuinitus illustrati egerunt. Unde quaesumus ut suffragia orationum uestrarum in defensionem nostram adhibeatis nostrumque carcerem omnibus monasteriis uestris innotescere faciatis, et ut proni pia exoratione inuigilent iubeatis, ita post peractum luctamen mundi de aeterno praemio exultetis.

33 Ibid., pp. 502-503 : In nomine Domini, regnante in perpetuum Domino Iesu Xpo, anno incarnationis eius octingentesimo quinquagesimo, aera octingentesima octuagesima octaua, decimo quarto Kalendas Maias Perfectus presbyter occubuit. Sequenti uero anno qui nunc est aera octigentisima octuagesima nona, tertio Nonas Iunias, Isaac monachus decidit, post quem Sanctio laycus de oppido Alauensi, Nonas Iunias, in hac ipsa aera, martyriali obitu triumphauit. Deinde Petrus presbyter, Walabonsus diaconus, Sabinianus, Wistremundus, Habentius et Ieremias monachi uno die unaque hora septimo Idus Iunias in aera supradicta interempti sunt. Sisenandus uero diaconus decimo septimo Kalendas Augustas eadem aera prostratus est. Paulus diaconus decimo tertio Kalendas Augustas aera qua supra allisus est. Theodemirus monachus octauo Kalendas Augustas eadem aera occisus est.

34 Ibid. : Isti sunt qui tradiderunt corpora sua in morte propter testimonium ueritatis, ut in aeternum uiuerent, siquidem et duas uirgines Xpi Floram et Mariam nobiscum ob eandem professionem nunc in ergastulum detruserunt et cotidie de interitu comminantur.

35 Ibid. : Data decimo septimo Kalendas Decembris per Galindum Enneconis uirum illustrem, aera octingentesima octuagesima nona.

36 Hoffmann, 1964, surtout p. 145.

37 Voir les contributions dans le volume Geuenich, Oexle, 1994 ; voir aussi Wollasch, Sandmann, 2011, surtout la contribution « Die mittelalterliche Lebensform der Verbrüderung », pp. 307-328.

38 Sur les translations tardives de saint Zoïle : Henriet, 2002b ; Id., 2003 ; Id., 2007.

39 Voir en général Herbers, 1998.

40 Voir sur le problème et les conflits des mariages mixtes la liste chez Henriet, 2002c, pp. 112-114 et 132-139 et Herbers, 2020.

41 Sur le discours hagiographique, voir Heinzelmann, 1991, surtout pp. 257 sqq. ; Van Uytfanghe, 1993, surtout pp. 147-148 ; voir également avec un accent différent : Lifshitz, 1994, surtout pp. 98-99 ; Van Uytfanghe, 1999, p. 362 : « L’hagiographie comme telle, en effet, n’est pas un genre littéraire, c’est plutôt un langage, une écriture, un discours pouvant se greffer sur plusieurs genres ou sous-genres » ; Heinzelmann, 2003.

42 Pérez de Urbel, 1928, pp. 244-254. Voir n. 7 et Herbers, 2018, pp. 177-179.

43 Fontaine, 1983, pp. 33 et 36-38 ; Herbers, 2007, pp. 75-76 ; Meyer, 2012, pp. 175-176 ; Herbers, 2018, p. 176.

44 Id., 2016, pp. 57-62.

45 La bibliographie est abondante. Voir, entre autres, Bronisch, 1998 ; Henriet, 2002a ; Baloup, Josserand, 2006 ; Buc, 2015 ; Bronisch, 2019.

46 Voir Lessard, Johnson, Webber, 2011.

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search