Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

II. 1. — La correspondance diplomatique au miroir de la littérature

Les lettres dans la Guerre des Goths de Procope

Motif littéraire et réalités militaires

Maxime Emion

Texte intégral

  • 1 Nous remercions Pierre Cosme pour ses remarques ; les erreurs et oublis éventuels restent nôtres. S (...)
  • 2 Dans cette contribution, sauf mention contraire, les références renvoient aux Guerres de Procope dé (...)

1Procope de Césarée est la source principale, souvent unique, pour l’étude du long règne de Justinien. Auteur à la fois d’un ouvrage panégyrique de l’empereur, les Constructions, et d’une diatribe féroce, l’Histoire secrète, son œuvre majeure reste le long récit des Guerres, publié en 550-551 pour les sept premiers livres, et en 553 pour le dernier. Procope y relate les combats des Romains en Orient, en Afrique et en Italie, et met en avant les exploits du magister militum Bélisaire. La reconquête de l’Italie ostrogothique devait être l’apex du règne de Justinien. Au prétexte que le pouvoir mis en place par Théodoric à la fin du ve siècle était illégitime, Bélisaire débarqua dans le sud de la péninsule en 536, et remonta rapidement jusqu’à Rome, où il soutint un long siège. Malgré la prise de Ravenne et la reddition de Vitigis en 540, l’accession au pouvoir de Totila relança le conflit pour longtemps, marquant l’échec de l’idéologie impériale triomphale. Le récit de Procope s’achève en 552 sur la victoire romaine décisive de Taginae qui, sans mettre formellement fin à la guerre, permit aux troupes de Narsès de reprendre le dessus en éliminant Totila1. Dans la lignée de l’historiographie grecque classique, l’auteur insère dans le récit un grand nombre de discours, mais aussi de lettres : les Guerres comptent ainsi 45 epistulae insérées. Pour la seule Guerre des Goths, on en recense 21, proportion correspondant à l’ampleur du texte (près de la moitié de l’œuvre, livres V à VII et une bonne partie du livre VIII). Il ne faut pas négliger par ailleurs d’autres messages simplement mentionnés, dont le décompte exact reste problématique2. Le dossier est récapitulé dans les tableaux suivants (tableau 1 et tableau 2).

Tableau 1. — Lettres insérées dans la Guerre des Goths

Réf. Auteur / destinataire Messager (tiret : inconnu) Contenu Date
V, 3, 17-18 Justinien / Amalasuntha Alexandre Réclame la restitution de Lilybée 534
V, 3, 19-28 Amalasuntha / Justinien Alexandre Minimise la gravité des faits reprochés ; donne des garanties secrètes sur le retour de l'Italie 534
V, 5, 8-9 Justinien / Francs Demande d'alliance contre les Goths 535
V, 6, 14-22 Théodahad / Justinien Pierre, Rusticus Accepte de remettre l'Italie à l'Orient 535-536
V, 6, 22-26 Justinien / Théodahad Athanase, Pierre Remerciement à Théodahad et garanties ; annonce l’arrivée de Bélisaire pour régler la question Printemps 536
V, 7, 22-25 Justinien / chefs goths Athanase, Pierre Demande l’appui des chefs goths 536
V, 24, 1-17 Bélisaire / Justinien Relation de la guerre, demande de renforts pendant le siège de Rome 537
VI, 16, 14-16 Jean / Bélisaire Soldat État critique de la situation à Ariminum Printemps 538
VI, 18, 27-29 Justinien / Bélisaire et autres commandants Démenti sur l'autorité de Narsès 538
VI, 21, 13-16 Martin / Bélisaire S'excuse de ne pas avoir secouru Milan, demande plus d’hommes Fin 538
VI, 21, 17-23 Bélisaire / Narsès Appel à l'unité ; demande d'envoyer Jean et Justin à Milan Février/mars 539
VI, 24, 1-11 Goths d’Osimo / Vitigis Messagers sortis par la ruse Demande de renforts Été/automne 539
VI, 25, 19-23 Bélisaire / Théodebert Rappel à l'alliance promise ; menace de représailles 539
VI, 26, 3-7 Goths d'Osimo / Vitigis Burcentius, soldat thrace acheté pour porter la missive Demande de renforts Été/automne 539
VI, 26, 8-14 Vitigis / Goths d’Osimo Burcentius, soldat thrace acheté pour porter la missive Justifie son manque de renforts par la menace franque ; promet une aide rapide et encourage à tenir Été/automne 539
VII, 9, 6-20 Totila / Sénat de Rome Prisonniers Ultimatum pour se rallier aux Goths 543
VII, 12, 3-11 Bélisaire / Justinien Jean Situation désastreuse en Italie, demande de renforts et de fonds 545
VII, 21, 18-25 Totila / Justinien Pélage, Théodore Demande de paix Fin 546
VII, 22, 8-17 Bélisaire / Totila Demande de respecter les monuments de Rome 546-547
VIII, 23, 4-7 Valérien / Jean Situation critique d'Ancône, demande de renforts 551
VIII, 28, 2-4 Usdrilas, gouverneur d'Arimini / Valérien Provocation contre les Romains 552

Tableau 2. — Lettres mentionnées dans la Guerre des Goths

Réf. Auteur / destinataire Messager Contenu Date
V, 4, 16 Théodahad / Justinien Liberius, Opilio Assure qu’Amalasuntha n’a pas été maltraitée ; Amalasuntha contrainte de faire une lettre dans le même sens 535
V, 4, 22 Justinien / Amalasuntha Pierre Assure publiquement à Amalasuntha qu’il prendra son parti 535
V, 8, 24 Napolitains / Bélisaire Étienne Mise par écrit des conditions de reddition Octobre/novembre 536
V, 17, 2 et 6 Bélisaire / Constantinus et Bessas Ordre de mettre en place des garnisons dans les villes et places fortes et de rejoindre Rome Février 537
VI, 2, 2 Euthalios / Bélisaire Demande d’escorte pour amener la solde Été 537
VI, 10, 1 Bélisaire / Jean Ordre de passer à l’action Début 538
VI, 22, 3 Bélisaire / Justinien Informe l’empereur 539
VI, 22, 17-20 Vitigis / Chosrhoès Deux prêtres de Ligurie, dont l'un se fait passer pour un évêque Incite les Perses à attaquer Justinien 539
VI, 26, 15 Goths d'Osimo / Vitigis Burcentius Osimo ne peut plus tenir que cinq jours Automne 539
VI, 26, 15 Vitigis / Goths d’Osimo Burcentius Promesse de renforts Automne 539
VI, 29, 1-3 Justinien / Vitigis et Bélisaire Domnicus, Maximin Conditions de paix offertes à Vitigis Début 540
VI, 29, 16 Commandants romains / Bélisaire Commandants reconnaissent qu’ils n’ont pas la capacité de conquérir toute l’Italie 540
VII, 9, 5-6 Constantianus et autres chefs / Justinien Informent que continuer le combat est impossible 543
VII, 9, 20-21 Totila / Rome Clergé arien ? Copies de la lettre au Sénat 543
VII, 10, 14-18 Totila (sous pseudonyme) / Bélisaire Cinq hommes chargés d'espionner le camp de Bélisaire Sous le pseudonyme de Bonus, gouverneur de Gênes et cousin de Jean, demande de renfort 544
VII, 13, 19 Bélisaire / Justinien Rapport à l’empereur Début 546
VII, 21, 25 Justinien / Totila Pélage, Théodore Délègue à Bélisaire le soin de décider de la paix ou de la guerre Fin 546
VII, 27, 1 Bélisaire / Justinien Série de rapports 547
VII, 27, 12 Justinien / Bélisaire Annonce l'arrivée de renforts en Calabre Décembre 547
VII, 40, 3 Justinien / Germanus Ordre de suspendre la marche vers l’Italie pour défendre Thessalonique Été 550
  • 3 Hodkinson, Rosenmeyer, Bracke, 2013.
  • 4 Gillett, 2012 distingue surtout collections manuscrites et papyrus (pp. 827-832).
  • 5 Cameron, 1985, pp. 148-149 ; Taragna, 2000. Rance, 2020, p. ciii, appelle à renouveler l’étude de l (...)
  • 6 Notamment Cassiodore, Variae, X, et Collectio Avellana, 82-93. Sur ces limites, Gillett, 2012, pp.  (...)

2Malgré un regain d’intérêt récent pour les lettres insérées dans les œuvres littéraires de l’Antiquité3, leur apport est parfois sous-estimé par les études portant sur la lettre dans le monde antique4. Surtout, les approches littéraires ne mettent pas forcément en évidence les réalités historiques importantes que l’on peut dégager grâce à l’insertion dans le récit. Averil Cameron a ainsi mis les lettres de Procope sur le même plan que les discours, piste de réflexion explorée ensuite par Anna Maria Taragna dans un ouvrage sur la place des logoi dans les œuvres historiques de Procope, Agathias et Théophylacte Simocatta5. Ces recherches, qui replacent à bon droit le dossier épistolaire de Procope dans son contexte littéraire, ne prennent en compte que les missives citées in extenso, sans envisager les perspectives historiques quant à l’acte de communication en lui-même. Si, d’un point de vue formel, les lettres citées par Procope n’ont pas le même degré d’authenticité que des collections épistolaires contemporaines, leur insertion dans le récit fournit de nombreux éléments de contexte que ne révèlent que trop rarement ces textes6, ce qui fait de ce dossier pseudo-épistolaire un observatoire privilégié des usages de la lettre en conflit, tant à l’échelle diplomatique qu’à celle des opérations militaires. Ce texte littéraire oriental éclaire donc notre connaissance du rôle des lettres dans un moment majeur des relations entre Orient et Occident. Après avoir interrogé l’utilisation des correspondances comme source de son récit par Procope, nous mettrons en exergue les caractères de leur insertion dans le récit en tant que motif littéraire apparenté au discours. Enfin, nous dégagerons les réalités diplomatiques et militaires de l’emploi de la correspondance pendant la guerre gothique de Justinien.

Les lettres, sources de Procope ?

  • 7 Cameron, 1985, pp. 4-7 ; Greatrex, 2014, pp. 77-82 ; Prosopography of the Later Roman Empire (PLRE) (...)
  • 8 Cameron, 1985, pp. 135-136 pour l’autopsie et les sources orales. Elle suggère aussi la tenue d’un (...)
  • 9 Par ex. VI, 4, 1-2 ou VI, 23, 23-28. Sur ce procédé littéraire chez Procope, Ross, 2018.
  • 10 Kaldellis, 2004, p. 194 ; Treadgold, 2007, p. 216 ; Lilington-Martin, 2018, pp. 158-168 (qui estime (...)
  • 11 Treadgold, 2007, p. 218 ; Colvin, 2013.
  • 12 Lee, 1993, pp. 33-40 ; Colvin, 2013, p. 581.
  • 13 Siège d’Osimo : VI, 24, 1-11 et VI, 26, 2-14.
  • 14 VII, 9, 6-20 ; VII, 22, 8-17.
  • 15 Sur la présence ou l’absence de Procope en Italie après 540, Cameron, 1985, pp. 189-190, qui préfèr (...)
  • 16 Ibid., p. 136 ; Rance, 2005.

3Dans quelle mesure Procope a-t-il eu accès à la documentation épistolaire ? Né à Césarée de Palestine vers 500, certainement dans une famille aisée, Procope a reçu une éducation dans la tradition classique et une formation juridique. Adsessor de Bélisaire à partir de 527, il suivit le général au long de ses campagnes en Orient, en Afrique et en Italie, jusqu’en 5407. Dans les premières années de la guerre d’Italie, ce rôle de secrétaire le place dans une position privilégiée pour avoir accès à l’information. Son récit repose pour une bonne part sur l’autopsie8, et il se met d’ailleurs lui-même en scène lors de conseils prodigués au général, ou au cours de missions particulières9. Plus encore, Procope a pu avoir un accès privilégié à la correspondance, peut-être même a-t-il écrit lui-même certaines des lettres de Bélisaire10. Mais cette fonction n’explique pas tout. Comment a-t-il pu, par exemple, accéder à la correspondance diplomatique entre Justinien et les rois goths ? On a supposé récemment que Procope avait consulté des lettres et rapports archivés à Constantinople pour combler ses lacunes11. Ce que l’on sait des pratiques administratives tardo-antiques s’accorde avec cette hypothèse : des archives conservées sous l’hippodrome ont été consultées par d’autres historiens tels que Ménandre le Protecteur12. La correspondance a dès lors pu constituer pour Procope une source majeure, qu’il y ait eu accès comme adsessor, ou par la suite aux archives. Néanmoins, cette hypothèse ne suffit pas à tout expliquer. Même s’il était présent lors du siège de la place forte, on voit mal comment Procope aurait pu poser les yeux sur les lettres échangées entre les Goths d’Osimo et Vitigis13. Quant à deux des lettres les plus importantes des derniers livres, celles de Totila au Sénat de Rome, et de Bélisaire à Totila14, leur archivage à Constantinople semble peu probable, et Procope n’était manifestement plus présent en Italie après 54015. Pour de tels passages, on ne peut donc écarter l’éventualité des témoignages oraux, considérés traditionnellement comme source majeure de l’historien grec16. L’examen du texte de Procope permet de toute manière de constater que l’auteur n’avait pas pour objectif de reproduire à l’identique des textes existants, mais que l’insertion de lettres répondait aux canons de l’historiographie grecque classique.

Les lettres insérées, un motif littéraire

  • 17 Recensement des formules introductives et conclusives des discours et lettres dans l’ensemble de l’ (...)

4Les lettres insérées sont ouvertes par des formules stéréotypées (du type « une lettre rédigée en ces termes ») auxquelles répondent des formules conclusives (« tel était le contenu de la lettre », « ayant lu cette lettre »). Nous les avons reprises dans les tableaux suivants (tableau 3 et tableau 4)17.

Tableau 3. — Formules introductives des lettres dans la Guerre des Goths

Formule Références
ἐδήλου δὲ ἡ γραφὴ τάδε V, 3, 16 ; V, 6, 15 ; V, 24, 1 ; VI, 16, 15 ; VI, 18, 28 ; VI, 24, 7 ; VII, 9, 6 ; VII, 12, 3 ; VII, 21, 21 ; VII, 22, 8
ἔγραψε τάδε V, 5, 8 ; VI, 21, 13 ; VI, 21, 17 ; VI, 25, 19 ; VIII, 23, 4 ; VIII, 28, 2
ἀμείβεται τοῖσδε / ὧδε V, 3, 19 ; V, 6, 22 ; VI, 26, 8
εἶχε δὲ ὧδε V, 7, 23
ἐδήλου δὲ τάδε VI, 26, 6

Tableau 4. — Formules conclusives des lettres dans la Guerre des Goths

Formule Références
τοσαῦτα / ταῦτα μὲν ἔγραψε V, 3, 28 ; V, 5, 10 ; V, 24, 18 ; VII, 12, 3 ; VII, 22, 16
τοσαῦτα μὲν ἡ γραφὴ / ἐπιστολὴ ἐδήλου V, 6, 22 ; V, 7, 25 ; VI, 21, 16 ; VII, 9, 6 ; VIII, 28, 2
ταῦτα/ τοσαῦτα γράψας V, 6, 26 ; VI, 26, 14
τὴν ἐπιστολὴν ἀνελέξατο / ἀναλεξάμενος VI, 25, 24 ; VIII, 23, 7
ταῦτα ἐπεὶ ἀπενεχθέντα εἶδε VI, 21, 23 ; VII, 21, 25
μὲν ἔγραψεν ὧδε VI, 16, 17
τὰ γράμματα μὲν τοσαῦτα ἐδήλου VI, 24, 10
ταῦτα ἐπεὶ ἀνελέξατο VI, 26, 8
αῦτα ὡς ἀπενεχθέντα V, 3, 19
τὰ μὲν οὖν βασιλέως γράμματα ὧδέ πη εἶχε VI, 18, 28
  • 18 Gillett, 2003, p. 264. Chez Hérodote, les lettres « parlaient », signe d’une confusion des rôles en (...)
  • 19 Par ex. V, 16, 5 ; V, 16, 7 ; V, 16, 14 et V, 16, 19, Constantianus et Vitigis « entendent » nouvel (...)
  • 20 Muir, 2009, pp. 86-91. Même phénomène au iiie siècle chez Dexippe, voir Davenport, Mallan, 2013, p. (...)
  • 21 Procope connaissait certainement le latin, mais les traces de l’utilisation de sources latines dans (...)
  • 22 Dans les Guerres, seule la lettre de Gélimer à Justinien (III, 9, 20-23) comporte une adresse (nom (...)
  • 23 Carolla, 1997 à propos de V, 3, 19-28 (Amalasuntha) ; V, 6, 22-25 (Justinien) ; V, 24, 1-17 (Bélisa (...)
  • 24 Cameron, 1985, pp. 32-45 ; Kaldellis, 2004, pp. 29-34.
  • 25 Voir ci-après ; Gillett, 2003, pp. 179-180.
  • 26 Ibid., pp. 176-177.
  • 27 Fournet, 2009.
  • 28 Voir ainsi VI, 21, 13-16 (Martin à Bélisaire) et VI, 21, 17-23 (Bélisaire à Narsès).
  • 29 Structure antilogique : Taragna, 2000, pp. 108-125.
  • 30 V, 3, 17-28.
  • 31 En ce sens, Davenport, Mallan, 2013, p. 63.

5Ces formules insistent sur le caractère écrit du message et ne rendent que plus évident le contraste avec les épisodes où les ambassadeurs rivalisent d’ingéniosité rhétorique18, ou avec des passages où un personnage apprend oralement une information19. L’usage du démonstratif τάδε, réminiscence de Thucydide, qui s’en servait pour ouvrir des lettres prétendument fidèles aux originales, trouve écho dans l’introduction des discours par la formule ἔλεξε τοιάδε, censée indiquer une retranscription plus libre20. Est-ce pour autant le gage d’avoir une reproduction à l’identique d’un document d’archive ? Procope écrit en grec, ce qui est déjà une forme de réécriture, puisque si l’on peut supposer que les communications au sein de l’armée d’Orient aient pu se faire au moins partiellement en grec, il est certain qu’entre Romains et Goths la langue employée était le latin21. De plus, dans les lettres transmises par Procope, on ne trouve pas d’adresse, nulle trace de la titulature sophistiquée que l’on observe dans les textes officiels ou les documents papyrologiques22. Surtout, Pia Carolla a fait ressortir les réminiscences thucydidéennes dans la lettre d’Amalasuntha à Justinien, qui rappelle le discours des Corinthiens à Athènes, dans celle de l’empereur à Théodahad, calquée sur la réponse de Xerxès à Pausanias ; enfin, dans celle de Bélisaire à Justinien, dont le modèle n’est autre que la lettre de Nicias d’Athènes lors du siège de Syracuse23. Il y a eu réécriture, reconstruction des lettres, un exercice de style analogue à l’élaboration soignée des discours historiques, qui inscrit Procope dans la lignée de ses modèles classiques24. Il faut néanmoins se garder de toute généralisation. On dispose de points de comparaison pour la correspondance diplomatique : les Variae ont conservé plusieurs lettres d’Amalasuntha et Théodahad à Justinien25. Bien qu’aucune ne puisse être directement rapprochée du texte de Procope, Andrew Gillett a montré que Cassiodore, en publiant ces textes, visait à mettre en avant son adresse rhétorique de questeur26. De plus, Jean-Luc Fournet a mis en évidence, à partir de la documentation papyrologique, le caractère rhétorique croissant des correspondances protobyzantines, reflet de la culture littéraire des élites27. Si Procope a réinventé les documents qu’il cite, il faut donc garder à l’esprit que les originaux étaient déjà probablement très travaillés. Les lettres strictement militaires étaient certainement plus simples, ce qui semble transparaître dans le récit28 : la réécriture cherche au moins un certain degré de vraisemblance. L’insertion dans le récit vient renforcer le parallèle avec les discours, car souvent les lettres se répondent point par point à la manière d’un dialogue ou des harangues prononcées par les antagonistes avant une bataille29, le meilleur exemple en étant l’échange entre Justinien et Amalasuntha à propos de la restitution du fort de Lilybée30. D’un point de vue narratif, cette structure binaire permet, à l’instar des discours des généraux ou des ambassadeurs, de mettre en exergue les enjeux d’une situation en présentant les arguments de l’un et l’autre camp. Les lettres donnent alors autant d’informations au lecteur qu’au destinataire, même si, davantage que les discours, elles mettent en relief l’absence, l’éloignement d’un personnage31.

  • 32 Cameron, 1985, p. 148. Chez Dexippe, la lettre de Dèce reflète le portrait dressé par l’auteur plut (...)
  • 33 Taragna, 2000, pp. 128-132, compte 24 discours et 9 lettres de Bélisaire dans l’ensemble des Guerre (...)
  • 34 V, 24, 1-17 ; Kaldellis, 2004, p. 194.
  • 35 Taragna, 2000, p. 128. Pour le conflit gothique : V, 3, 17-18 ; V, 5, 8-9 ; V, 6, 22-26 ; V, 7, 22, (...)
  • 36 Ead., 2000, p. 133.
  • 37 Notamment VII, 27, 1.
  • 38 Cameron, 1985, pp. 140-142 et 190-192.
  • 39 VIII, 19, 9.
  • 40 Osimo : VI, 24, 1-11 et VI, 26, 2-14. Discours encourageant la uirtus : V, 29, 3-12. Vitigis précon (...)
  • 41 VII, 9, 6-20 (au Sénat) et VII, 21, 18-25 (à Justinien).
  • 42 Image positive de Totila chez Procope : Cameron, 1985, pp. 7 et 191 ; Carnevale, 2003, pp. 44-50 ; (...)
  • 43 Sécurité des Romains : VII, 9, 20 ; négociations : VII, 21, 18-25.
  • 44 Rome : VII, 22, 8-17 (avec Carolla, 1998 ; voir aussi Emion, à paraître (a) ; Usdrilas : VIII, 28, (...)

6Le ton et le contenu des missives aident aussi Procope à construire le caractère des protagonistes32. Bélisaire est évidemment mis à l’honneur. Sa correspondance participe de son héroïsation, de sa représentation comme général idéal modèle de vertu (arétè)33. Dans les situations difficiles, il ne faiblit pas, et Procope inverse son modèle thucydidéen dans le fameux rapport du général à Justinien pendant le siège de Rome : alors que l’Athénien Nicias était pessimiste et résigné, Bélisaire est prêt à combattre jusqu’à la mort34. Justinien, n’ayant pas l’occasion de faire des discours chez Procope, ne s’exprime que par l’intermédiaire des lettres35, qui indiquent à la fois son omniprésence et son incapacité d’agir directement36. Son comportement épistolaire évolue au fil du récit. Après 540, l’empereur semble plus distant, répond tardivement, après plusieurs relances37. Cette critique implicite fait partie intégrante du changement de ton de Procope, plus cynique aux livres VII et VIII38. Du côté des Goths, la pratique épistolaire les distingue comme Barbares romanisés, à la différence des Huns qui n’emploient pas la lettre39. Les portraits opposés des rois Vitigis et Totila doivent beaucoup à leur pratique épistolaire. Lors du siège d’Osimo, Vitigis promet à plusieurs reprises des renforts qu’il n’envoie jamais, suscitant de faux espoirs parmi les assiégés. Les lettres caractérisent ici le personnage de ce roi qui n’incarne plus le modèle de vertu qu’il prétendait défendre lors du siège de Rome40. Totila, quant à lui, avec deux lettres citées aux livres VII et VIII, est plus bavard que Justinien dans ces mêmes livres, et autant que Bélisaire41. Procope a une opinion positive de cet alter ego barbare de Bélisaire : les lettres reflètent ce portrait favorable, également marqué par le grand nombre de discours prononcés par le roi des Goths42. Ainsi, il se montre attentif envers le sort des habitants et de la ville de Rome, cherche à négocier avec l’empereur43. Alors que Vitigis ne tenait pas ses engagements, Totila est plus digne de confiance. Sa réaction face à la lettre de Bélisaire lui intimant de respecter les monuments de Rome est mûrement réfléchie : il relit le texte plusieurs fois afin d’en mieux peser le contenu, tempérance d’autant plus marquante face au caractère belliqueux d’un de ses lieutenants, Usdrilas, qui adresse une arrogante lettre de défi aux commandants romains44.

7L’insertion des lettres, sur le mode rhétorique, permet donc à Procope de leur donner des fonctions narratives semblables à celles des discours : souligner enjeux et difficultés, mais aussi caractériser les protagonistes d’un point de vue moral. Outil de la construction du récit, ces lettres ne doivent pas moins être considérées comme authentiques sur le fond. La richesse des éléments de contexte permet de les resituer dans le déroulement du conflit, et de saisir la diversité des échelles de la correspondance de guerre et la multiplicité des acteurs impliqués. L’analyse doit ici prendre en compte à la fois les lettres insérées, dont nous avons vu les implications littéraires, et celles ne faisant l’objet que d’une simple mention, jusqu’ici laissées de côté.

Échanges diplomatiques et communications militaires pendant le conflit gothique

  • 45 Diplomatie tardo-antique : Lee, 1993 ; Gillett, 2003 ; Nechaeva, 2014.
  • 46 Déjà IV, 5, 11-25.
  • 47 V, 3 et V, 4. Sur les capacités diplomatiques d’Amalasuntha, Becker-Piriou, 2008, pp. 527-534.
  • 48 Voir l’intégralité des chapitres V, 4, V, 6 et V, 7.
  • 49 Cassiodore, Variae, X, 1 et 8 (Amalasuntha à Justinien) ; X, 2, 9, 15, 19, 22, 25 et 26 (Théodahad (...)
  • 50 VI, 6, 33 et VI, 7, 15 ; Cassiodore, Variae, X, 32. De même, X, 22 et 26 (Théodahad à Justinien) ne (...)
  • 51 Cassiodore, Variae, X, 10, 20, 21, 23 et 24.
  • 52 Comparer V, 4, 17-31 et Procope, Historia Arcana, XVI.
  • 53 C’est l’avis de Joye, Knaepen, 2005 ; sur Procope et Théodora, Cameron, 1985, pp. 66-82.
  • 54 Cassiodore, Variae, X, 20 et 21 ; Kaldellis, 2004, p. 113 ; Nechaeva, 2014, pp. 60-61.

8La correspondance joue un rôle majeur dans les tractations diplomatiques qui précèdent et rythment la guerre45. Le conflit épistolaire part du problème de l’occupation du fort de Lilybée46, et oppose d’abord Justinien à Amalasuntha, mais celle-ci, écartée du pouvoir par Théodahad, meurt assassinée47. Ce dernier et Justinien semblent ensuite tomber d’accord quant au retour de l’Italie dans le giron de l’Empire. L’envoi de lettres impériales doit précéder une délégation menée par Bélisaire pour assurer les modalités de la passation de pouvoir. Le déclenchement de la guerre tient au non-respect par Théodahad des conditions énoncées dans la correspondance diplomatique48. Il est intéressant ici de mettre en rapport ce qu’écrit Procope avec les Variae de Cassiodore49. Procope donne un bon aperçu de l’intensité des échanges, mais en passe certains sous silence, ou ne précise pas leur caractère épistolaire : ainsi une lettre de Vitigis proposant la paix à Justinien est peut-être à rattacher à la mention d’une ambassade fin 537, évoquée par Procope sans mention de message écrit50. On notera surtout qu’il ne dit mot de la correspondance impliquant l’impératrice. Pourtant, Amalasuntha, Théodahad et la reine Gudeliva ont tous trois envoyé des lettres à Théodora, qui souvent venaient doubler celles envoyées à l’empereur51. L’exemple de l’assassinat d’Amalasuntha permet alors de s’interroger sur les choix narratifs de Procope. Dans les Guerres, Justinien apprend son emprisonnement par Théodahad et charge Pierre, déjà en route pour l’Italie, d’une lettre affichant publiquement son soutien à sa cause, mais elle meurt assassinée au printemps 535 sur ordre du roi des Goths. D’après l’Histoire secrète, c’est Théodora qui aurait envoyé Pierre en le chargeant de s’arranger pour faire disparaître Amalasuntha52. Invention de Procope pour noircir — encore — le portrait de l’impératrice face à la reine idéalisée53 ? Deux lettres de Théodahad et Gudeliva, remerciant Théodora d’avoir envoyé Pierre et l’assurant d’avoir fait le nécessaire pour « une certaine personne » (illa persona), semblent pourtant confirmer, au moins partiellement, cette version qui ne pouvait pas figurer dans la version officielle rapportée dans les Guerres54.

  • 55 V, 5, 8-9 ; Epistolae austrasicae, 19. Sur cette collection, en attendant la nouvelle édition criti (...)
  • 56 Epistolae austrasicae, 20, en réponse à un message de Justinien apporté par PLRE III, Theodorus 12 (...)
  • 57 VI, 25, 19-24.
  • 58 VI, 22, 17-20.
  • 59 Italiens comme auteurs : mise par écrit des conditions de reddition de Naples (V, 8, 24) ; comme de (...)

9Le récit des Guerres permet également de saisir quelques échanges épistolaires impliquant des acteurs périphériques. Justinien demande ainsi aux Francs un soutien militaire contre l’ennemi arien, ce qui peut être mis en rapport avec les lettres de Théodebert à Justinien conservées dans les Epistolae austrasicae. Dans l’une d’elles — dont il ne faut pas forcer l’interprétation tant le contexte reste obscur — Théodebert promet à l’empereur une assistance militaire55. Les Francs se révèlent des alliés peu fiables : censé être neutre, Théodebert attaque pourtant le nord de l’Italie — une domination franque sur ce territoire est d’ailleurs évoquée dans les Epistolae austrasicae56 — ce qui contraint Bélisaire à lui envoyer une lettre pour le rappeler à ses engagements57. Les Goths quant à eux requièrent de Chosroès une intervention en Orient, afin de détourner l’attention de Justinien et obtenir une trêve, avec succès58. Alors que ces acteurs périphériques, impliqués par la correspondance dans un conflit qui n’est pas le leur, jouent un rôle important dans l’évolution de la guerre en détournant l’attention de Byzance, il faut insister sur la rareté des communications écrites impliquant les Italiens, qui reflète leur relative transparence dans le récit général de la guerre59.

  • 60 Sur les ambassadeurs, Nechaeva, 2014, pp. 117-131, qui souligne une tendance à la « professionnalis (...)
  • 61 PLRE III, Alexander 1, Athanasius 1, Petrus 6.
  • 62 PLRE III, Domnicus 3, Maximinus 2.
  • 63 Collectio Avellana 92, 1.
  • 64 Procope (V, 3, 5-9) exclut explicitement les questions religieuses de son récit. Pour le contexte t (...)
  • 65 PLRE II [Martindale, 1980], Liberius 3, Opilio 4. Le premier est aussi connu par De Caeremoniis, I, (...)
  • 66 PLRE III, Rusticus 1, inconnu par ailleurs.
  • 67 Son collègue l’avocat Théodore était peut-être consiliarius du pape Pélage, si l’on accepte l’ident (...)
  • 68 VI, 22, 17-20 ; Italiens comme ambassadeurs : Kouroumali, 2013, p. 986.

10Le récit montre, pour la circulation de la correspondance diplomatique, le rôle essentiel des ambassadeurs, souvent de haut rang, dont la fidélité et le dévouement doivent être à toute épreuve60. Le sénateur Alexandre, chargé de la correspondance entre Justinien et Amalasuntha en 534, avait déjà été envoyé deux fois en ambassade auprès de Kavadh en Perse. On ignore la position exacte de son frère Athanase, qui prend sa suite comme ambassadeur auprès des Goths, mais celui-ci fut fait en 539 préfet du prétoire d’Italie en récompense de ses services. Le collègue d’Athanase, Pierre le Patrice, n’était qu’avocat en 534-535 lors du début de sa mission en Italie, mais devint maître des offices à son retour en 53961. En 540, les messagers de Justinien sont le sénateur Maximin (préfet du prétoire d’Italie en 542) et le comes domesticorum et patrice Domnicus62. Les mouvements de ces messagers ne s’inscrivent pas dans le seul contexte du conflit gothique, puisque Domnicus était aussi chargé d’une missive pour le pape Vigile, comme l’atteste la Collectio Avellana63. Le silence de Procope sur ce dernier point relève du choix délibéré plus que de la méconnaissance de ces échanges pontificaux, que l’on sait par ailleurs intensifs64. Les envoyés des Goths ne sont pas moins prestigieux : Liberius est patricius praesentalis et préfet du prétoire des Gaules, Opilio a été comte des Largesses sacrées65. Les hommes d’Église sont des messagers privilégiés pour les rois barbares : ainsi en est-il de Rusticus, prêtre proche de Théodahad66, ou du diacre Pélage envoyé en 546 par Totila67. Vitigis envoie des prêtres italiens à Chosroès, car leur relative neutralité dans le conflit permettait de ne pas attirer l’attention. L’un de ces prêtres se fait alors passer pour un évêque, afin de donner davantage de poids au courrier68.

  • 69 Sur le rapport entre oralité et écrit, Nechaeva, 2014, pp. 44-49 ; sur le don, ibid., pp. 163-205. (...)
  • 70 Par ex. V, 4, 16 : la lettre de Théodahad n’a pour objectif que d’accompagner ses envoyés. Beaucoup (...)
  • 71 VI, 22, 17-20 ; II, 2, 1-15. Lettre révélée par Chosroès en II, 4, 54.
  • 72 V, 3, 19-28 ; Nechaeva, 2014, pp. 56-57 sur les négociations secrètes.
  • 73 V, 6, 11-22.
  • 74 V, 6, 26 ; γράμματα δὲ καὶ ὅρκους.
  • 75 Naples : V, 8, 24 (sur les négociations et redditions en situation de siège dans la guerre gothique (...)
  • 76 VI, 25, 21.
  • 77 V, 4, 22.
  • 78 VI, 26, 14.
  • 79 V, 7, 22-25 ; sur cet épisode, et plus largement la question du respect des délégations diplomatiqu (...)

11Souvent, ces messagers peuvent donner des informations complémentaires au destinataire ou être porteurs de présents69. Le rapport entre lettre et oralité est complexe. Une missive peut simplement appuyer les dires du porteur : chaque ambassade, même lorsque Procope ne mentionne qu’un message oral, avait au moins par devers elle une lettre permettant d’authentifier ses dires70. Toutefois, il n’est pas toujours aisé de savoir ce qui fait pencher la balance. Ainsi dans la Guerre des Goths, c’est la lettre de Vitigis qui pousse Chosroès à entrer en guerre en Orient ; mais le récit du même événement dans la Guerre persique attribue cela au discours habile des ambassadeurs71. La lettre peut au contraire permettre un double discours : Amalasuntha dans une lettre à Justinien sauve les apparences en refusant les conditions proposées, mais accepte en secret de rendre l’Italie72 ; en 536 Théodahad, conscient que ses exigences n’avaient que peu de chance d’être acceptées, fournit à Pierre une deuxième lettre contenant des conditions de paix plus conformes aux attentes de l’empereur73. La lettre peut aussi consister en une mise par écrit de conditions formulées d’abord oralement : le projet de traité avec Théodahad devait être consolidé par « des lettres et des serments74 » ; on pense aussi aux conditions de capitulation de Naples, ou à la reconnaissance par les généraux romains qu’ils ne peuvent poursuivre la guerre75. En effet, l’écrit a une valeur morale bien établie que Bélisaire rappelle sentencieusement à Théodebert76. Un courrier peut être privé ou public, au choix de l’expéditeur ou du destinataire. Ainsi, Justinien insiste pour que Pierre fasse connaître à Théodahad les promesses de soutien contenues dans la lettre de l’empereur à Amalasuntha77. À Osimo, les promesses de Vitigis sont lues publiquement pour renforcer le moral des assiégés78. Rendre public un message privé peut avoir de graves conséquences : lorsque Théodahad lit une lettre destinée aux seuls chefs goths, sa colère envers les ambassadeurs impériaux, qu’il emprisonne au mépris de toutes les coutumes, constitue l’élément déclencheur de la guerre79.

  • 80 V, 6, 27 ; VII, 27, 12 ; VII, 40, 3.
  • 81 V, 24, 1-18 ; VI, 22, 3 ; VII, 9, 5-6 ; 12, 3-11 ; VII, 13, 19 ; VII, 27, 1 ; VII, 27, 12.
  • 82 Cameron, 1985, p. 148 ; Kaldellis, 2004, pp. 193-194. Effectifs cohérents avec V, 16, 11, mais ils (...)
  • 83 V, 17, 2 ; VI, 10, 1. Colvin, 2013, p. 588, n. 38 souligne l’absence d’une telle documentation pour (...)
  • 84 V, 17, 2 ; VI, 16, 14-16 ; VI, 21, 13-23 ; voir aussi VIII, 23, 4-7.
  • 85 VI, 18, 27-29 ; VI, 22, 3.
  • 86 VII, 12, 11.
  • 87 VI, 10, 7-10. Sur Jean, PLRE III, Ioannes 46. Procope, Historia Arcana, V attribue le mariage à une (...)

12Les lettres se retrouvent par la suite au cœur des opérations militaires. L’empereur transmet ses instructions aux généraux d’Italie80, qui à leur tour l’informent de l’avancée des opérations. Procope évoque à plusieurs reprises ces relations, ayant souvent pour objet des demandes de renfort81. Le plus complet de ces rapports, adressé par Bélisaire à Justinien pendant le siège de Rome, est très remanié : les effectifs des Goths ont été gonflés, et la lettre met l’accent sur l’importance de la fortune plus que sur les réalités stratégiques et tactiques82. Les correspondances assurent également le maintien de la chaîne de commandement en Italie. Bélisaire ordonne à Constantin et Bessas de mettre des troupes en garnison, commande à Jean de piller le Picenum83. En retour, la lettre est un moyen de tenir informé le commandement supérieur des résultats des opérations, même si on peut déplorer la sélection catastrophiste opérée par Procope, qui ne conserve que les mauvaises nouvelles pour mettre en valeur son héros : Jean informe Bélisaire de sa situation critique à Ariminum, Martin s’excuse de ne pas avoir secouru Milan. La correspondance rend surtout visibles les dysfonctionnements du commandement romain : quand Martin demande des renforts, Bélisaire veut envoyer Jean et Justin, mais ceux-ci ne veulent obéir qu’à Narsès, et Bélisaire doit écrire à ce dernier pour obtenir son agrément, contretemps désastreux. Quand Narsès obtempère aux injonctions de Bélisaire, les soldats qu’il envoie arrivent trop tard pour sauver Milan84. L’implication épistolaire de l’empereur garantit alors l’autorité du général chargé des opérations : confronté à l’hostilité d’une partie des commandants romains, Bélisaire produit devant eux un courrier de Justinien confirmant son autorité suprême en Italie. Toutefois, cette démonstration n’a guère d’effet, et Bélisaire dut encore écrire à Justinien pour obtenir le rappel de Narsès85. Après 540, Justinien lui-même est moins impliqué (supra) et tarde à envoyer des renforts, malgré les rapports alarmants de Bélisaire. Le motif d’un de ces retards est suspect : Jean, neveu de Vitalien, envoyé par Bélisaire porter une demande de renforts auprès de Justinien, aurait oublié d’accomplir sa tâche, profitant plutôt de son passage à Constantinople pour épouser la fille de Germanus86 ! Cela semble étonnant de la part d’un homme décrit par Procope comme intelligent et efficace, mais il faut rappeler les différends entre Jean et Bélisaire, et sans doute voir dans cet épisode un artifice évitant de dénoncer ouvertement une manœuvre impériale87.

  • 88 Voir le chapitre VI, 24 et 26. L’urgence se fait sentir lorsque les assiégés, dans leur dernière le (...)
  • 89 VII, 9, 6-21. Sur les relations parfois houleuses entre les Goths et le Sénat, Kouroumali, 2013, pp (...)
  • 90 VII, 10, 14-18. Bonus pourrait être le quaestor Iustinianus exercitus de 536 (Novellae Iustiniani 4 (...)

13La correspondance militaire des Goths est moins documentée, mais le cas d’Osimo est révélateur des difficultés des communications. En 539, les Goths assiégés dans cette ville demandent à plusieurs reprises des renforts à Vitigis. Dans un premier temps, les assiégés emploient la ruse : par une nuit sans lune, ils poussent de grandes clameurs un peu partout sur l’enceinte, faisant croire à une attaque imminente. Les Romains, méfiants, préfèrent se retrancher plutôt que risquer un combat nocturne incertain. Des messagers réussissent ainsi à parvenir jusqu’à Ravenne pour obtenir une promesse de renfort. Bélisaire, informé par des déserteurs, fait alors doubler les mesures de sécurité autour de la place forte, mais les Goths achètent un soldat thrace, Burcentius, qui fait la navette à plusieurs reprises entre Osimo et Ravenne, entretenant l’espoir des assiégés jusqu’à être découvert et exécuté88. On voit ici les efforts du commandement romain pour limiter les moyens de communication des Goths. Cela est encore visible lorsqu’en 543 Totila adresse, par le biais de prisonniers libérés, sa lettre au Sénat de Rome, le sommant de rallier les Goths. Jean, qui tient la cité, interdit toute réponse, mais Totila envoie de nouveau la lettre en plusieurs exemplaires placardés dans toute la ville. En réaction, le commandement romain expulse le clergé arien, suspecté de complicité89. Ces exemples illustrent la diversité des moyens employés par les Goths pour faire circuler leurs messages, et les tentatives romaines pour contrôler et limiter ces communications. En retour, Totila exploite à son avantage la pratique épistolaire des commandants romains. Se faisant passer pour Bonus, défenseur de Gênes, il demande par écrit du renfort à Bélisaire, prétexte pour que les messagers espionnent son camp. Il pourrait aussi s’agir d’une véritable stratégie de contre-information : Bélisaire promit de l’aide à Gênes, mais le silence de Procope, qui ne mentionne aucune expédition par la suite, pourrait masquer la déconfiture d’avoir été dupe90. Pour Totila, la communication semble bien avoir été un outil stratégique comme un autre.

  • 91 Gillett, 2003, pp. 174-190 et 224-225.
  • 92 Diesner, 1968.
  • 93 Cassiodore, Variae, I, 29 ; Di Paola, 1993.
  • 94 VI, 16, 14-16.
  • 95 VI, 2, 1-24 ; PLRE III, Euthalius 1.

14Enfin, il faut souligner les lacunes des apports de Procope sur nombre d’aspects concrets de la pratique épistolaire. Procope attribue toujours les textes à l’empereur, aux rois et aux officiers eux-mêmes, ce qui dissimule tout un mécanisme administratif. À Ravenne comme à Constantinople, le questeur était chargé de la correspondance officielle même si, en Orient du moins, le message, une fois écrit, était remis aux légats par le maître des offices91. Les magistri militum, à l’instar de Bélisaire, étaient quant à eux accompagnés d’un bureau (officium) chargé de traiter des affaires administratives, et probablement la correspondance — on a vu que Procope lui-même était susceptible d’y avoir participé. Grâce à quelles infrastructures les lettres étaient-elles transportées ? Lors de la reconquête de l’Afrique, Bélisaire pouvait s’appuyer sur le réseau routier romain conservé en l’état par les Vandales92. Il en était probablement de même en Italie, où les Ostrogoths avaient maintenu le cursus publicus93. Enfin, si on connaît bien les grands ambassadeurs, peu de détails sont donnés quant à l’identité des porteurs de messages entre les commandants. Procope n’évoque qu’un soldat d’Ariminum envoyé par Jean à Bélisaire, dont le grade et la fonction demeurent inconnus94. La plus importante limite du récit de Procope pour la connaissance de la pratique épistolaire en conflit tient en fait à l’emploi de la lettre comme motif littéraire. Les lettres ayant un rôle de construction dramatique du récit, il n’y a guère de place pour les correspondances ordinaires : rapports positifs envoyés à Constantinople, échanges entre les généraux lorsqu’ils fonctionnent sans encombre, ou même simples transmissions d’ordres. Le caractère écrit ou oral de certains ordres ou informations n’est ainsi pas toujours évident : on pourrait parler de lettres « fantômes », sur lesquelles l’historien n’a pas jugé bon de s’attarder. Procope a fait des choix au profit de la tension dramatique et de la construction du discours historique. Il faut malgré tout relever l’épisode, intéressant pour la question de la logistique, de l’arrivée en Italie de l’intendant Euthalios95, à l’été 537. Débarquant à Terracine avec la solde des militaires romains, il adresse une demande d’escorte à Bélisaire, alors assiégé à Rome, pour que les fonds arrivent à destination sans encombre. Cela suppose d’une part que suffisamment d’informations positives sur la situation italienne étaient parvenues jusqu’à Constantinople pour que l’on juge bon d’envoyer l’argent sans escorte, et d’autre part que cet intendant avait confiance dans le réseau de transmission des informations, malgré les difficultés de Bélisaire.

15Nous avons cherché ici à mettre en évidence la richesse du dossier des lettres dans la Guerre des Goths de Procope. La documentation épistolaire a manifestement joué un rôle dans la composition du récit historique, et la participation de Procope à une partie des opérations rend son témoignage précieux. Il faut garder la mesure des artifices littéraires déployés pour perpétuer la tradition historiographique classique. Toutefois, l’abondance des éléments de contexte permet de saisir la multiplicité des usages de la lettre en conflit, dans ses échelles, ses acteurs et ses enjeux. Outil majeur des relations diplomatiques, où elle se caractérise par un lien complexe avec l’oralité, l’epistula est aussi un mode de communication privilégié pour la mise en œuvre des opérations militaires, et le contrôle de sa circulation un enjeu crucial saisi tant par les Romains que par les Goths.

Notes

1 Nous remercions Pierre Cosme pour ses remarques ; les erreurs et oublis éventuels restent nôtres. Sur Procope, Rubin, 1957 ; Cameron, 1985 ; Brodka, 2004 ; Kaldellis, 2004 ; bilans de Greatrex, 2003 et Id., 2014 ; désormais, Janniard, Greatrex, 2018 ; Lilington-Martin, Turquois, 2018 (avec Rance, 2020). Pour ses apports à l’histoire militaire, Kaegi, 1990 ; Whately, 2016. Sur son continuateur Agathias, qui relate les exploits de Narsès jusqu’en 554, Cameron, 1970. Pour l’événementiel, Stein, 1949, pp. 328-368 et 564-604 ; Heather, 2018, pp. 147-179 et 251-268. Pour l’archéologie, Christie, 2006. Dans un contexte plus large, Arnold, Bjornlie, Sessa, 2016.

2 Dans cette contribution, sauf mention contraire, les références renvoient aux Guerres de Procope désormais citées par le livre (en chiffres romains), chapitre et paragraphe (en chiffres arabes). Pour le texte grec, éd. J. Haury et G. Wirth, Leipzig, 1962-1963 ; trad. anglaise : H. B. Dewing, révisée par A. Kaldellis, Indianapolis-Cambridge, 2014 ; trad. française des quatre livres de la Guerre gothique : D. Roques, Paris, 2015. Recensement des lettres insérées chez Procope, Agathias (seulement deux) et Théophylacte Simocatta (sept) : Taragna, 2000. Pour le décompte des lettres mentionnées, n’ont été retenues que les mentions explicites, car le caractère écrit ou oral de certains ordres ou messages est parfois ambigu. Ainsi le verbe ἐπιστέλλω en V, 6, 27 désigne probablement un ordre écrit (Justinien à Bélisaire), mais en V, 27, 18 il s’agit plus certainement d’une injonction orale (Bélisaire à Bessas). Dans d’autres cas, rien ne permet de trancher (par ex. VIII, 34, 12, Ragnaris à Pacurius). Enfin, la lettre de VIII, 16, 23-31, n’est pas relative au conflit gothique.

3 Hodkinson, Rosenmeyer, Bracke, 2013.

4 Gillett, 2012 distingue surtout collections manuscrites et papyrus (pp. 827-832).

5 Cameron, 1985, pp. 148-149 ; Taragna, 2000. Rance, 2020, p. ciii, appelle à renouveler l’étude de l’épistolographie dans l’œuvre procopienne.

6 Notamment Cassiodore, Variae, X, et Collectio Avellana, 82-93. Sur ces limites, Gillett, 2012, pp. 824-825.

7 Cameron, 1985, pp. 4-7 ; Greatrex, 2014, pp. 77-82 ; Prosopography of the Later Roman Empire (PLRE) III [Martindale, 1992], Procopius 2. Kaldellis, 2004, p. 46 souligne les limites des données biographiques. En dernier lieu, sur le rôle exact de Procope auprès de Bélisaire, Lilington-Martin, 2018, pp. 158-168 (mais voir en lui un quaestor n’est pas totalement convaincant, comme le remarque Rance, 2020, pp. xcviii-xcix).

8 Cameron, 1985, pp. 135-136 pour l’autopsie et les sources orales. Elle suggère aussi la tenue d’un journal (ibid., p. 238).

9 Par ex. VI, 4, 1-2 ou VI, 23, 23-28. Sur ce procédé littéraire chez Procope, Ross, 2018.

10 Kaldellis, 2004, p. 194 ; Treadgold, 2007, p. 216 ; Lilington-Martin, 2018, pp. 158-168 (qui estime que les rapports envoyés par Bélisaire, rédigés par Procope, auraient pu fournir la base de la législation de Justinien concernant la réorganisation de l’Afrique).

11 Treadgold, 2007, p. 218 ; Colvin, 2013.

12 Lee, 1993, pp. 33-40 ; Colvin, 2013, p. 581.

13 Siège d’Osimo : VI, 24, 1-11 et VI, 26, 2-14.

14 VII, 9, 6-20 ; VII, 22, 8-17.

15 Sur la présence ou l’absence de Procope en Italie après 540, Cameron, 1985, pp. 189-190, qui préfère laisser la question ouverte.

16 Ibid., p. 136 ; Rance, 2005.

17 Recensement des formules introductives et conclusives des discours et lettres dans l’ensemble de l’œuvre de Procope ; Taragna, 2000, pp. 78-80.

18 Gillett, 2003, p. 264. Chez Hérodote, les lettres « parlaient », signe d’une confusion des rôles entre le message écrit et le porteur (Bowie, 2013).

19 Par ex. V, 16, 5 ; V, 16, 7 ; V, 16, 14 et V, 16, 19, Constantianus et Vitigis « entendent » nouvelles et rumeurs.

20 Muir, 2009, pp. 86-91. Même phénomène au iiie siècle chez Dexippe, voir Davenport, Mallan, 2013, p. 64. D. Roques, dans sa traduction de la Guerre gothique, rend cette distinction en introduisant les lettres par « une lettre dont voici la teneur », et les discours par « il leur tint en substance ce langage ».

21 Procope connaissait certainement le latin, mais les traces de l’utilisation de sources latines dans son œuvre restent minces (Cameron, 1985, p. 224). Latin et grec dans l’administration et l’armée d’Orient : Jones, 1964, pp. 988-989. Latin comme langue diplomatique : Gillett, 2003, p. 247. Toutefois, la cour ostrogothique avait ses traducteurs grecs (ibid., p. 265). Latin parlé et écrit par les Goths d’Italie, et ses relations avec la langue gothique : Amory, 1997, pp. 102-108.

22 Dans les Guerres, seule la lettre de Gélimer à Justinien (III, 9, 20-23) comporte une adresse (nom de l’auteur suivi du destinataire au datif).

23 Carolla, 1997 à propos de V, 3, 19-28 (Amalasuntha) ; V, 6, 22-25 (Justinien) ; V, 24, 1-17 (Bélisaire).

24 Cameron, 1985, pp. 32-45 ; Kaldellis, 2004, pp. 29-34.

25 Voir ci-après ; Gillett, 2003, pp. 179-180.

26 Ibid., pp. 176-177.

27 Fournet, 2009.

28 Voir ainsi VI, 21, 13-16 (Martin à Bélisaire) et VI, 21, 17-23 (Bélisaire à Narsès).

29 Structure antilogique : Taragna, 2000, pp. 108-125.

30 V, 3, 17-28.

31 En ce sens, Davenport, Mallan, 2013, p. 63.

32 Cameron, 1985, p. 148. Chez Dexippe, la lettre de Dèce reflète le portrait dressé par l’auteur plutôt que son véritable caractère (Davenport, Mallan, 2013).

33 Taragna, 2000, pp. 128-132, compte 24 discours et 9 lettres de Bélisaire dans l’ensemble des Guerres, à comparer aux autres commandants (trois discours et une lettre pour Solomon, idem pour Jean, trois discours pour Narsès). Sur le portrait héroïque de Bélisaire dans la guerre gothique, Whately, 2016, pp. 188-195.

34 V, 24, 1-17 ; Kaldellis, 2004, p. 194.

35 Taragna, 2000, p. 128. Pour le conflit gothique : V, 3, 17-18 ; V, 5, 8-9 ; V, 6, 22-26 ; V, 7, 22, 25 ; VI, 18, 27-29.

36 Ead., 2000, p. 133.

37 Notamment VII, 27, 1.

38 Cameron, 1985, pp. 140-142 et 190-192.

39 VIII, 19, 9.

40 Osimo : VI, 24, 1-11 et VI, 26, 2-14. Discours encourageant la uirtus : V, 29, 3-12. Vitigis préconisait déjà une retraite prudente plutôt qu’une témérité excessive lorsqu’il se retrancha à Ravenne fin 536 (V, 11, 20). Voir aussi les reproches de couardise envers Vitigis en VI, 30, 5.

41 VII, 9, 6-20 (au Sénat) et VII, 21, 18-25 (à Justinien).

42 Image positive de Totila chez Procope : Cameron, 1985, pp. 7 et 191 ; Carnevale, 2003, pp. 44-50 ; Kaldellis, 2004, pp. 189-204 ; Whately, 2016, pp. 194-195. Ce regard positif a marqué Stein, 1949, pp. 568-570 ; vision rééquilibrée : Moorhead, 2000. Avec huit discours (Taragna, 2000, p. 128), Totila est le plus bavard des rois barbares chez Procope (c’est même le deuxième personnage pour le nombre total de logoi, après Bélisaire), mais Gélimer est à l’origine de davantage de lettres.

43 Sécurité des Romains : VII, 9, 20 ; négociations : VII, 21, 18-25.

44 Rome : VII, 22, 8-17 (avec Carolla, 1998 ; voir aussi Emion, à paraître (a) ; Usdrilas : VIII, 28, 2-4.

45 Diplomatie tardo-antique : Lee, 1993 ; Gillett, 2003 ; Nechaeva, 2014.

46 Déjà IV, 5, 11-25.

47 V, 3 et V, 4. Sur les capacités diplomatiques d’Amalasuntha, Becker-Piriou, 2008, pp. 527-534.

48 Voir l’intégralité des chapitres V, 4, V, 6 et V, 7.

49 Cassiodore, Variae, X, 1 et 8 (Amalasuntha à Justinien) ; X, 2, 9, 15, 19, 22, 25 et 26 (Théodahad à Justinien) ; X, 32 (Vitigis à Justinien). Aucune ne correspond directement au texte de Procope.

50 VI, 6, 33 et VI, 7, 15 ; Cassiodore, Variae, X, 32. De même, X, 22 et 26 (Théodahad à Justinien) ne peuvent être reliées précisément au texte de Procope : la première est sans doute immédiatement postérieure à la mort d’Amalasuntha (Pierre seul ambassadeur) ; la seconde évoque l’ingérence impériale dans les affaires italiennes avant le déclenchement du conflit.

51 Cassiodore, Variae, X, 10, 20, 21, 23 et 24.

52 Comparer V, 4, 17-31 et Procope, Historia Arcana, XVI.

53 C’est l’avis de Joye, Knaepen, 2005 ; sur Procope et Théodora, Cameron, 1985, pp. 66-82.

54 Cassiodore, Variae, X, 20 et 21 ; Kaldellis, 2004, p. 113 ; Nechaeva, 2014, pp. 60-61.

55 V, 5, 8-9 ; Epistolae austrasicae, 19. Sur cette collection, en attendant la nouvelle édition critique, Dumézil, Lienhard, 2011, pp. 69-80.

56 Epistolae austrasicae, 20, en réponse à un message de Justinien apporté par PLRE III, Theodorus 12 et Solomon 3. Théodebert y énumère les peuples et régions sous domination franque.

57 VI, 25, 19-24.

58 VI, 22, 17-20.

59 Italiens comme auteurs : mise par écrit des conditions de reddition de Naples (V, 8, 24) ; comme destinataires : Totila aux Romains (VII, 9, 6-19) ; place des Italiens dans la guerre : Moorhead, 1983 (qui les considère favorables à Byzance) ; Kouroumali, 2013 (plus nuancé) ; Emion, à paraître a et b (situations de siège).

60 Sur les ambassadeurs, Nechaeva, 2014, pp. 117-131, qui souligne une tendance à la « professionnalisation » par le recours récurrent à certains individus.

61 PLRE III, Alexander 1, Athanasius 1, Petrus 6.

62 PLRE III, Domnicus 3, Maximinus 2.

63 Collectio Avellana 92, 1.

64 Procope (V, 3, 5-9) exclut explicitement les questions religieuses de son récit. Pour le contexte tendu entre Rome et Constantinople, Sotinel, 1992.

65 PLRE II [Martindale, 1980], Liberius 3, Opilio 4. Le premier est aussi connu par De Caeremoniis, I, 87 (voir Gillett, 2003, pp. 222-227).

66 PLRE III, Rusticus 1, inconnu par ailleurs.

67 Son collègue l’avocat Théodore était peut-être consiliarius du pape Pélage, si l’on accepte l’identification — assez peu fondée cependant — proposée entre PLRE III, Theodorus 14 et Theodorus 24.

68 VI, 22, 17-20 ; Italiens comme ambassadeurs : Kouroumali, 2013, p. 986.

69 Sur le rapport entre oralité et écrit, Nechaeva, 2014, pp. 44-49 ; sur le don, ibid., pp. 163-205. De manière synthétique, Gillett, 2012, pp. 817-818.

70 Par ex. V, 4, 16 : la lettre de Théodahad n’a pour objectif que d’accompagner ses envoyés. Beaucoup de lettres des Variae précisent que leur porteur doit donner des informations complémentaires.

71 VI, 22, 17-20 ; II, 2, 1-15. Lettre révélée par Chosroès en II, 4, 54.

72 V, 3, 19-28 ; Nechaeva, 2014, pp. 56-57 sur les négociations secrètes.

73 V, 6, 11-22.

74 V, 6, 26 ; γράμματα δὲ καὶ ὅρκους.

75 Naples : V, 8, 24 (sur les négociations et redditions en situation de siège dans la guerre gothique, Emion, à paraître (b) ; arrêt de la conquête : VI, 29, 16.

76 VI, 25, 21.

77 V, 4, 22.

78 VI, 26, 14.

79 V, 7, 22-25 ; sur cet épisode, et plus largement la question du respect des délégations diplomatiques, Nechaeva, 2014, pp. 62-65.

80 V, 6, 27 ; VII, 27, 12 ; VII, 40, 3.

81 V, 24, 1-18 ; VI, 22, 3 ; VII, 9, 5-6 ; 12, 3-11 ; VII, 13, 19 ; VII, 27, 1 ; VII, 27, 12.

82 Cameron, 1985, p. 148 ; Kaldellis, 2004, pp. 193-194. Effectifs cohérents avec V, 16, 11, mais ils sont de toute évidence exagérés, voir Hannestad, 1960. Sur le rôle de Bélisaire pendant le siège de Rome, Whately, 2019 ; Emion, à paraître (a).

83 V, 17, 2 ; VI, 10, 1. Colvin, 2013, p. 588, n. 38 souligne l’absence d’une telle documentation pour la guerre de Lazique.

84 V, 17, 2 ; VI, 16, 14-16 ; VI, 21, 13-23 ; voir aussi VIII, 23, 4-7.

85 VI, 18, 27-29 ; VI, 22, 3.

86 VII, 12, 11.

87 VI, 10, 7-10. Sur Jean, PLRE III, Ioannes 46. Procope, Historia Arcana, V attribue le mariage à une intrigue de Théodora contre Germanus.

88 Voir le chapitre VI, 24 et 26. L’urgence se fait sentir lorsque les assiégés, dans leur dernière lettre, disent ne plus pouvoir tenir que cinq jours — or, un messager met deux jours pour aller jusqu’à Ravenne.

89 VII, 9, 6-21. Sur les relations parfois houleuses entre les Goths et le Sénat, Kouroumali, 2013, pp. 988-992 ; Brodka, 2018.

90 VII, 10, 14-18. Bonus pourrait être le quaestor Iustinianus exercitus de 536 (Novellae Iustiniani 41), présent en Italie avec Narsès en 553 (Agathias, I, 19, 1), mais Martindale préfère distinguer les deux personnages (PLRE III, Bonus 1 et 2).

91 Gillett, 2003, pp. 174-190 et 224-225.

92 Diesner, 1968.

93 Cassiodore, Variae, I, 29 ; Di Paola, 1993.

94 VI, 16, 14-16.

95 VI, 2, 1-24 ; PLRE III, Euthalius 1.

Auteur

Université Savoie Mont Blanc/LLSETI

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search