Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

II. 1. — La correspondance diplomatique au miroir de la littérature

Lettres de guerre

La correspondance entre Shāpur II et Constance II en 357-358 d’après Ammien Marcellin

Lionel Mary

Texte intégral

  • 1 Sur ce conflit, voir Piganiol, 1972, pp. 62-63, 84-85, 118-119, 157-160, 163.

1En 358, Rome et l’Empire perse sassanide sont en guerre depuis vingt et un ans, sans qu’aucun des adversaires n’ait pris véritablement l’ascendant sur l’autre1. Les principales étapes en sont les suivantes :

  • 338 : premier échec de Shāpur devant Nisibis.
  • 343 : offensive de Constance en Mésopotamie perse.
  • 346 : second échec de Shāpur devant Nisibis.
  • 348 : bataille indécise et sanglante de Singara.
  • 350 : troisième échec de Shāpur devant Nisibis.
  • 351-358 : Shāpur est retenu sur ses frontières orientales. La guerre se réduit à des escarmouches.
  • 358 : vaines négociations romano-perses.
  • 359 : prise d’Amida par Shāpur.
  • 360 : prise de Singara et Bezabde par Shāpur.
  • 363 : offensive de Julien en Mésopotamie perse. Il meurt au combat. Traité de paix : les Romains cèdent Nisibis et les territoires à l’Est du Tigre.
  • 2 Ammien Marcellin, Histoire, 20, 8, 5-17. La citation (en fait réécriture) intégrale de cette lettre (...)
  • 3 Ibid., 18, 6, 18. La citation intégrale de ce court message se justifie par un souci de dramatisati (...)
  • 4 Ainsi la réponse de Constance à la lettre de Julien précitée (ibid., 20, 9, 4). Une lettre de repro (...)
  • 5 Sur cette notion voir Sabbah, 1978, toute la deuxième partie, « La documentation du discours histor (...)
  • 6 Voir ibid., pp. 208-211.

2Les combats ne sont cependant pas permanents, et se réduisent souvent à des raids de harcèlement entrepris de part et d’autre par les garnisons frontalières. C’est à l’occasion d’une suspension de fait des hostilités que le Grand Roi Shāpur II envoie à l’empereur romain Constance II une lettre pour proposer la paix. Cette lettre, et la réponse romaine, nous sont conservées au livre 17 de l’Histoire (Res gestae) d’Ammien Marcellin, écrite une trentaine d’années après les événements. Cette correspondance revêt un caractère exceptionnel dans la partie conservée de l’œuvre d’Ammien. Ce sont en effet les seules lettres citées directement par l’historien, mis à part la longue lettre que Julien écrit à Constance après avoir été proclamé Auguste par ses troupes à Lutèce2, et un court billet envoyé par l’ambassadeur romain en Perse à Ursicinus, le supérieur d’Ammien en l’année 3593. Ammien mentionne occasionnellement des échanges de lettres, impliquant généralement un empereur romain4. Il lui arrive d’en résumer la teneur, mais nous avons ici un rare cas où il nous donne une citation apparemment in extenso. Il conviendra évidemment de nous interroger sur les motifs qui ont conduit Ammien à accorder une importance particulière à cette correspondance. Si les autres lettres qu’il mentionne dans les Res gestae constituent des documenta5, c’est toujours implicitement, sans que l’historien évoque une discussion sur la véracité des faits rapportés ou leur interprétation. Bien plus, l’érudition moderne repère que la structure de certains épisodes de l’Histoire d’Ammien semble décalquée de lettres triomphales impériales, mais, si l’historien a bien exploité de tels documents, il garde le silence sur eux6. Il n’apparaît donc pas qu’il ait attribué une place privilégiée à la référence aux lettres dans sa stratégie de persuasion.

  • 7 Voir ibid., chap. iii, « Ammien et ses devanciers », pp. 65-111.
  • 8 Voir Pedech, 1964, pp. 388-389.
  • 9 Voir Anacker, 1889.
  • 10 Voir annexe.

3Du reste, l’insertion de lettres dans les textes historiques antiques, assez peu étudiée par les modernes, est sporadique, et les historiens anciens ne l’ont pas théorisée comme ils l’ont fait de celle des discours. Néanmoins, ils peuvent la pratiquer à titre de preuve, par exemple (et puisque cet auteur paraît un modèle méthodologique clé pour Ammien7) la lettre de Scipion à Philippe au livre X de l’Histoire de Polybe8. Dans le domaine latin, l’utilisation des lettres peut se réclamer du patronage de Salluste, dans ses Histoires, dont les quelques extraits conservés consistent précisément en discours et en lettres. Mais la citation directe a été diversement pratiquée. Si Suétone et, à sa suite, la tradition biographique y ont fréquemment recours, Tacite l’évite généralement9. Parmi les œuvres contemporaines d’Ammien, si l’Histoire Auguste contient de nombreuses lettres, l’érudition moderne a reconnu que la majeure partie d’entre elles est apocryphe, et il est difficile de considérer cette œuvre, si problématique à tant d’égards, comme représentative. La pratique de l’historiographie grecque et latine ne nous fournit donc que des repères incertains pour juger ces deux lettres impériales d’Ammien Marcellin10.

4La comparaison avec l’Histoire Auguste pose précisément la question de l’authenticité de ces lettres. Celle-ci doit s’apprécier à deux niveaux : celui de la littéralité et celui du contenu. Au premier niveau, il est clair que nous avons affaire à des lettres réécrites. On ne distingue en effet aucune rupture stylistique entre le texte propre d’Ammien Marcellin, à l’écriture si personnelle, et les lettres. En particulier, la structure des phrases narratives et l’usage du cursus rythmique, avec ses clausules accentuelles, si caractéristiques de l’historien, sont les mêmes. Non seulement Ammien a profité de la nécessité de traduire en latin la lettre de Shāpur (vraisemblablement rédigée en pehlvi ou en araméen, peut-être à la rigueur en grec) pour l’adapter à son style propre, mais il a fait subir un traitement semblable à celle de Constance, pourtant indiscutablement élaborée en latin, langue de discussion au Consistoire. Qui plus est, en considérant la relative brièveté et la densité de ces lettres, nous pouvons suspecter qu’Ammien les a condensées, pour les rendre plus « nerveuses », en éliminant sans doute une bonne part de la phraséologie aulique qu’elles devaient initialement contenir. Abrégées, réécrites, ces nouvelles versions des lettres impériales nous fournissent-elles au moins une image fidèle des originaux ?

  • 11 Voir Sabbah, 1978, chap. i, « Les principes d’Ammien », pp. 11-29.
  • 12 Ce point a été contesté (voir par exemple Paschoud, 1992), mais ces interprétations hypercritiques (...)
  • 13 Pour cette hypothèse, voir Matthews, 1989, p. 9.
  • 14 Voir Ammien Marcellin, Histoire, 21, 16, 1-19.

5Il nous paraît vraisemblable que l’historien n’a pas pu s’écarter beaucoup du fond de cette correspondance, et cela pour trois raisons. En premier lieu, les affirmations déontologiques de l’historien doivent être prises au sérieux11. Ammien fait profession de respect de la vérité, de refus du mensonge délibéré et, s’il est souvent possible de déceler chez lui une présentation des faits biaisée par des partis pris interprétatifs, on ne le prend jamais en flagrant délit d’invention pure et simple12. Il paraît raisonnable, ici aussi, de faire le pari de sa bonne foi. Par ailleurs, la falsification de documents officiels récents aurait été, pour l’historien, une entreprise risquée, et propre à ruiner auprès de son public une fides à laquelle il attache tant de prix. Contrairement aux faits plus anciens relatés par l’Histoire Auguste, relativement faciles à adultérer, ces négociations romano-perses ne remontent guère qu’à une trentaine d’années, et il peut s’en trouver encore des témoins vivants, capables de démentir Ammien s’il déformait le contenu de cette correspondance. Le risque est encore plus fort si, comme on l’a supposé, une partie substantielle de l’Histoire d’Ammien Marcellin a fait l’objet d’une lecture publique à Rome, à l’occasion de la visite de l’empereur Théodose en 389, devant un public comportant nécessairement de nombreux hauts fonctionnaires13. Enfin, une forgerie semblerait de peu d’intérêt, en raison de l’enjeu limité de ces négociations, qui ont tourné court et n’ont eu que peu de conséquences sur la suite des événements. Le fait est que le chapitre v du livre 17, où elles sont rapportées, pourrait être supprimé sans que l’intelligibilité globale du texte d’Ammien et notre appréhension du conflit en soient perturbées. En particulier, cet échange de lettres ne modifie pas substantiellement le bilan que l’on peut dresser du règne de l’empereur romain Constance II, et Ammien n’y fait d’ailleurs aucune allusion dans la récapitulation qu’il présente après le décès de ce souverain14. Cette constatation rend plus délicate la justification de l’insertion de cette correspondance dans les Res gestae, mais milite en revanche pour son authenticité de fond.

  • 15 Thucydide, Guerre du Péloponnèse, I, 22. La nécessité de revenir aux discours réellement prononcés, (...)
  • 16 Voir Matthews, 1989, pp. 39-40 et p. 485, n. 12.

6Il est donc probable que ces lettres doivent être considérées à l’égal des discours impériaux rapportés par Ammien, et conformément à la tradition fondée par Thucydide15, et étendue ici aux lettres, considérées comme des formes écrites de discours : fidélité au fond, et liberté de réécriture pour des raisons d’homogénéité stylistique, et aussi pour mieux mettre en valeur la cohérence des lettres avec les événements dans la chaîne desquels elles s’insèrent — pour mieux révéler leur rationalité de documents historiques. Du reste, c’est ce que semblent impliquer les formules de présentation des lettres : de celle de Shāpur, l’historien écrit « son contenu était le suivant, selon nos informations » (quarum hunc fuisse accepimus sensum), et de celle de Constance « on répondit comme suit » (responsum est hoc modo). Ces deux termes de sensus et de modus paraissent bien renvoyer à une authenticité globale de contenu, et non pas à une exactitude littérale16. De ce point de vue, l’usage d’Ammien apparaît différent de celui de Suétone et de la tradition biographique, qui citent apparemment sans modification verbale, et plus inscrit dans la tradition gréco-latine de la « grande histoire ». Il est vrai que la reconstitution de « ce qui était le plus à propos, eu égard aux circonstances » (pour reprendre les mots de Thucydide) laisse une latitude certaine à l’historien, et, comme nous le verrons, certains éléments de cette correspondance semblent bien des inserts d’Ammien — mais les attentes du public antique sur ce chapitre n’étaient pas les nôtres.

  • 17 Voir Pighi, 1936, pp. 148-149.
  • 18 Voir Ammien Marcellin, Histoire, 16, 10, 21 (année 357) : adulescentes eum [= Ursicinum] sequi iube (...)
  • 19 Ibid., 18, 6, 20-21.
  • 20 Dans sa digression sur la Perse (ibid., 23, 6, 21), Ammien note « qu’il y a dans ce pays deux cours (...)

7La question de la fidélité des citations d’Ammien ne peut pas être séparée de celle de l’accès aux sources primaires, en l’occurrence les lettres authentiques des deux souverains. Au contraire d’autres sources historiques utilisées dans les Res gestae, il n’y a pas ici de difficulté particulière. Il est même possible d’identifier deux filières distinctes de circulation des informations. Les philologues modernes, privilégiant la documentation dont ils disposent effectivement, attribuent un rôle-clé à Libanios, le rhéteur d’Antioche, auteur en 392 de l’unique lettre conservée adressée à Ammien Marcellin17. Libanios entretenait des relations étroites avec le préfet du prétoire d’Orient Strategius Musonianus, en poste en 358, et l’un des ambassadeurs envoyés auprès de Shāpur peu de temps après, Spectatus, était un de ses parents. Nous avons conservé des lettres de Libanios aux deux hommes, et il est dès lors facile de supposer qu’ils l’ont informé sur les pourparlers romano-perses, et que Libanios a communiqué ultérieurement ces renseignements à Ammien. Mais, à vrai dire, il n’est pas nécessaire d’impliquer le rhéteur, et Ammien a pu avoir connaissance des grandes lignes de cette correspondance plus tôt et plus directement. En 358, jeune officier, il fait partie de l’état-major d’Ursicinus, le commandant en chef des forces romaines en Orient18. Si Ursicinus n’a pas été associé à la réception de la lettre de Shāpur, qui a eu lieu à Sirmium, sur le Danube, ni à l’élaboration de la réponse romaine, il est très probable que l’ambassade romaine envoyée en Perse peu après a conféré avec lui lors de son passage à Antioche — ne serait-ce qu’en raison des implications militaires de ces négociations. Ammien a pu alors facilement être informé de la teneur de la correspondance. Plus largement, il faut tenir compte de la familiarité d’Ammien Marcellin avec le monde mésopotamien et perse. Presque certainement originaire de Syrie, éduqué à Antioche, il y a été le condisciple d’un satrape d’une zone tampon entre les empires romain et perse, la Gordyène. C’est auprès de ce Jovinianus qu’il est envoyé en mission de reconnaissance, au début de la campagne de 35919. L’aisance avec laquelle il circule, seul ou à peu près, dans ces régions de confins, rend vraisemblable qu’il maîtrise l’araméen, langue usuelle des populations rurales, que ce soit du côté romain ou du côté perse de la frontière. Cette amitié avec un prince à demi-perse, ces compétences linguistiques ne vont pas sans une certaine connaissance culturelle des mœurs et des pratiques de l’« autre côté ». Enfin, il est possible qu’Ammien Marcellin ait participé, après 363, à une ou plusieurs délégations romaines envoyées en Perse, dans le cadre de la paix rétablie20. Autant d’éléments qui suggèrent, chez lui, une solide connaissance, et pas uniquement livresque, du monde perse, et donc une capacité certaine à remettre dans leur contexte des documents comme ces lettres impériales.

  • 21 Ammien Marcellin, Histoire, 16, 9, 2-4.
  • 22 Voir Pighi, 1936, pp. 135-136.

8Dans le livre 16, Ammien a brièvement expliqué les origines de cette correspondance21. Au départ, il y a une initiative du Préfet du Prétoire d’Orient, informé d’une guerre que Shāpur doit mener sur sa frontière d’Asie centrale, et qui pense que ces difficultés des Perses, comparables à celles des Romains sur le Rhin et le Danube, sont peut-être une opportunité pour conclure une paix de compromis. Il sonde à ce sujet le satrape de Mésopotamie perse, lequel avise le Grand Roi, mais en lui présentant la demande romaine comme émanant de Constance en personne. Ce malentendu va peser sur l’échange de lettres. Dans une monographie déjà ancienne, Giovanni Battista Pighi a proposé une chronologie hypothétique, mais plausible de ces négociations22 :

  • mi-novembre 357 : l’ambassade perse quitte la Margiane ;
  • 23 février 358 : l’ambassade perse passe à Constantinople ;
  • 10 mars : l’ambassade remet sa lettre à Constance à Sirmium ;
  • 20 mars : remise de la réponse de Constance ;
  • 25 mars : départ d’une ambassade romaine auprès de Shāpur ;
  • début mai : l’ambassade romaine rencontre Shāpur à Ctésiphon ;
  • fin mai : elle quitte Ctésiphon ;
  • 10 juin : l’ambassade passe par Antioche ;
  • 10 juillet : elle rejoint Constance à Sirmium.

9Cette chronologie fait surtout apparaître le court laps de temps entre la réception de la lettre de Shāpur et la remise de la réponse romaine. Aussi, quand Ammien écrit de la lettre du souverain perse qu’elle fut « longuement pesée », faut-il plutôt y voir une allusion à la longueur des réunions du consistoire sur ce sujet — à moins que l’adverbe diu n’ait ici essentiellement une valeur dramatique.

  • 23 Sur ce souverain, voir Christensen, 1944, pp. 249-253.
  • 24 Voir en particulier Ammien Marcellin, Histoire, 27, 12 ; 29, 1, 1-4 ; 30, 2, 1-8.
  • 25 Ibid., 27, 12, 14 : … immensum quantum astutus et cum sibi conduceret humilis aut elatus… ; ibid., (...)

10En citant la lettre de Shāpur, Ammien Marcellin fait entendre à son public une grande voix. Pour les Romains de la fin du ive siècle, en effet, la mémoire de Shāpur II est celle de l’ennemi par excellence23. Mort très récemment, en 379, après un règne interminable de soixante-dix ans, ce souverain a été l’ennemi acharné de Rome pendant une guerre d’un quart de siècle, puis, après la conclusion de la paix de 363, un partenaire diplomatique exigeant et retors dans les affaires d’Arménie, rapportées soigneusement par Ammien lui-même aux livres 27, 29 et 30 des Res gestae — affaires où le Roi des rois a finalement pris l’avantage24. C’est donc un adversaire qui inspire nécessairement de la considération. Par ailleurs, Shāpur est aussi un personnage, dramaturgiquement parlant, de l’Histoire d’Ammien Marcellin. Sans qu’aucun portrait en forme lui soit consacré, du moins dans la partie conservée de l’œuvre, l’historien le campe par petites touches, distribuées dans les nombreux passages où il apparaît. Il en ressort un portrait au vrai assez cliché, conforme à l’image générale des Perses qu’Ammien a donnée dans sa digression du livre 23, et, plus largement, à la représentation que les Gréco-Romains se sont toujours faite de l’Oriental : avant tout dénué de mesure, mû par ses passions (dans ce cas, celles du pouvoir et de la conquête), plus rusé qu’intelligent, tour à tour arrogant ou cauteleux selon les circonstances25. En bref un repoussoir, mais assez puissant et dangereux pour ne pas être méprisé. Il reste à voir comment cette lettre s’insère dans ce portrait.

  • 26 Voir Christensen, 1944, pp. 237-238.

11Elle commence par l’énonciation de la titulature royale, peut-être raccourcie par Ammien, mais conforme à l’usage des Sassanides. Rex regum est la traduction exacte de Shāhanshāh, et la revendication de parenté astrale, rendue ici par particeps siderum, frater Solis et Lunae, est attestée dans les inscriptions iraniennes26. L’étrangeté de cette titulature dans un contexte romain produit indubitablement un fort effet d’authenticité. Dans le même temps, l’agressivité de Shāpur se manifeste immédiatement dans l’impropriété, évidemment volontaire, du titre de Caesar, au lieu du normal Augustus, donné à Constance. La lettre se poursuit ensuite en quatre sections, élégante composition où il faut peut-être suspecter l’intervention de l’historien pour donner au texte un équilibre qui n’était peut-être pas dans la version originale. Les sections impaires (paragraphes 3-4 et 7) proposent des développements moraux, tandis que les sections paires (paragraphes 5-6 et 8) entrent dans le vif du sujet, énonçant d’abord les revendications perses, puis une menace de reprise aggravée des hostilités si elles ne sont pas satisfaites.

  • 27 Voir ibid., p. 233. La référence à ce traité est explicite en Ammien Marcellin, Histoire, 25, 7, 9, (...)
  • 28 Ibid., 25, 7, 5-12.
  • 29 Ibid. ; ibid., 25, 4, 24 : … cuncta petebantur a Persis, usque Bithynos et litora Propontidis.
  • 30 Voir Ghirshman, 1962, pp. 125-134, 151-161, 166-176, 184-185, 190-199.
  • 31 Hérodien, Histoire des empereurs romains, 6, 2, 1-2 et 6, 4, 5.
  • 32 Julien, Deuxième panégyrique de Constance, 9.
  • 33 Voir Christensen, 1944, pp. 447-448.
  • 34 Ammien insiste particulièrement sur cette filiation historique dans sa digression sur les provinces (...)
  • 35 Ammien Marcellin, Histoire, 17, 5, 15 : … effrenatae regis cupiditati…

12La présentation des revendications territoriales est originale, puisque Shāpur distingue revendications théoriques et revendications effectives. Les secondes n’appellent guère de commentaire : la province romaine de Mésopotamie, située en rive gauche de l’Euphrate, ainsi que le royaume allié d’Arménie constituent bien l’enjeu de la guerre de 337-363. Il s’agit des territoires auxquels le grand-père de Shāpur, Narseh, avait dû renoncer en 29827. Ils seront de nouveau réclamés par le souverain perse lors des négociations de 363, même s’il devra rabattre de ses prétentions, puisque Rome conservera finalement la plus grande partie de sa Mésopotamie28. En revanche, l’énonciation de revendications, fussent-elles platoniques, sur les anciennes possessions méditerranéennes des Achéménides est plus frappante, et peut-être, dans la stratégie d’auteur d’Ammien Marcellin lorsqu’il cite cette lettre, plus significative. Bien qu’elles ne soient mentionnées que deux fois dans la part subsistante des Res gestae29, il n’y a pas de raison de mettre en doute leur authenticité. La mémoire historique de la Perse sassanide remonte bien aux Achéménides, comme le prouve, entre autres, la reprise de la pratique des inscriptions et bas-reliefs rupestres impériaux30. Les sources antiques attestent que de telles revendications ont été émises dès les débuts de la dynastie sassanide31, et l’empereur Julien atteste que l’affirmation de filiation achéménide était toujours d’actualité au milieu du ive siècle32. Les offensives en profondeur de la nouvelle dynastie en territoire romain, au milieu du iiie siècle, sont cohérentes avec de telles revendications, qui seront fugitivement matérialisées au début du viie siècle par Khusrō II, à l’occasion de la crise de l’Empire romain d’Orient33. Il est évidemment plus difficile de définir dans quelle mesure Ammien Marcellin a pu en modifier la formulation (il est probable que la mention du fleuve Strymon est un insert de sa part, puisqu’on voit mal Shāpur mentionner spécialement ce cours d’eau). Telles quelles en tout cas, elles apparaissent particulièrement adaptées à l’objectif de l’historien. Il s’agit bien en effet pour lui de souligner la gravité du danger que la menace sassanide fait peser sur l’Empire romain, et cela auprès d’un public occidental latinophone pour qui cette menace reste lointaine. Quelle meilleure preuve avancer qu’une extension de ces menaces à l’ensemble des territoires jadis libérés à l’occasion des guerres médiques, puis conquis par Alexandre le Grand, avant d’être agrégés au monde romain par les généraux de la République et les premiers empereurs34 ? Assurément, si tel ou tel des auditeurs romains d’Ammien pourrait être tenté par des concessions territoriales de faible ampleur à l’Est de l’Euphrate, aucun ne peut envisager la perte des contrées situées sur les rivages asiatiques de la Méditerranée. La révélation de telles revendications constitue aussi une justification anticipée de la grande offensive entreprise par l’empereur Julien en Mésopotamie perse en 363. Offensive finalement malheureuse, elle apparaîtra cependant rétrospectivement comme seule à la mesure de la « convoitise sans frein »35 de Shāpur.

  • 36 Fait soigneusement noté par Ammien : ibid., 17, 5, 1.
  • 37 Ibid., 18, 6, 3 : … posthabitis ciuitatum perniciosis obsidiis, perrumperetur Euphrates ireturque p (...)
  • 38 Voir Matthews, 1989, pp. 64-65.

13La lettre s’achève par une menace de reprise de l’offensive, remontant vraisemblablement à l’original, puisque seule l’obligation où il s’était trouvé de partir guerroyer sur ses frontières orientales avaient amené le Grand Roi à une suspension relative des hostilités en Mésopotamie. La menace ici proférée est cohérente avec la nouvelle situation géopolitique, où les adversaires touraniens des Perses sont devenus leurs alliés36, cohérente aussi avec l’interprétation des ouvertures diplomatiques du Préfet du prétoire Strategius comme une preuve de la faiblesse romaine. Le fait que Shāpur se croie en situation de force explique tant le ton que le contenu de la lettre. En tout cas, l’expression uiribus totis accinctus marque l’intention du souverain perse de renouer avec les offensives de grande ampleur qu’il avait menées jusqu’en 350 et au troisième siège de Nisibis. La lettre annonce ici très clairement les opérations militaires des années 359 et 360, marquées effectivement par de grands succès perses, avec les prises successives d’Amida, Singara et Bezabde. En explicitant son intention dans la formule finale de sa lettre (uenire quoad ratio siuerit festinabo), Shāpur poursuit évidemment un objectif d’intimidation, mais l’important est ici que cette intimidation soit crédible, compte tenu des moyens militaires dont dispose la Perse. Ce final revêt dès lors, dans la construction générale de la narration d’Ammien, une valeur dramatique, comme une anticipation des malheurs à venir. Le terme de ratio laisse entendre que les Perses disposeraient d’un plan secret, plan qui sera explicité dans le livre suivant : « éviter les sièges dangereux des villes, forcer l’obstacle de l’Euphrate et aller tout droit, pour devancer la transmission des nouvelles et s’emparer des provinces épargnées par toutes les guerres antérieures, sauf à l’époque de Gallien, et enrichies par une très longue paix »37. Il faut donc aussi lire cette lettre comme un des éléments de ce que l’on pourrait appeler le dossier d’Amida. Même si cette place forte du haut Tigre a été finalement prise par les Perses l’année suivante, sa longue résistance a empêché les Perses de mettre à exécution leur projet de saisir les ponts de l’Euphrate et doit donc être considérée comme un succès stratégique romain. Or un tel jugement importe au premier chef à Ammien Marcellin, qui participa à la défense d’Amida, et vraisemblablement à un poste à responsabilités38.

  • 39 Ammien Marcellin, Histoire, 17, 5, 2 : … nusquam a genuino fastu declinans.
  • 40 Voir Cicéron, Les devoirs, 3, 32 et Philippiques, 8, 15 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 8, 10 (...)
  • 41 Voir Mary, 1995, p. 711.
  • 42 Ibid., pp. 507-508.

14Mais, pour une entière compréhension de la lettre de Shāpur, les remarques géopolitiques ou les menaces militaires ne peuvent pas être séparées des considérations morales qu’elle renferme et qui en constituent une bonne moitié. Elles contribuent au portrait psychologique et culturel du souverain perse que dresse petit à petit Ammien Marcellin dans son œuvre. Il est vrai que ces remarques morales sont la partie de la lettre dont il est le plus difficile d’apprécier l’authenticité. Si l’historien ne pouvait guère modifier substantiellement le contenu de la politique perse, il était beaucoup plus libre d’en organiser à sa guise la mise en perspective éthique. Ainsi, que dire de l’affirmation par Shāpur de sa supériorité morale sur ses prédécesseurs (splendore uirtutumque insignium serie uetustis regibus antistantem) ? Elle cadre bien, malgré la parenthèse euphémisante, avec sa réputation d’arrogance « ne rabattant en rien de son orgueil naturel »39, présente ici comme ailleurs dans les Res gestae. Faut-il pour autant y voir un ajout assez grossier d’Ammien Marcellin destiné à noircir à peu de frais le portrait impérial ? La liaison établie entre la plus ou moins grande vertu du souverain et la plus ou moins grande légitimité de ses prétentions à l’intégralité de l’héritage des Achéménides peut aussi être replacée dans le cadre d’une idéologie impériale qui lie étroitement la prospérité de l’Empire et la valeur morale de son maître. Pareillement, le lecteur moderne reste dubitatif devant les exempla d’amputation humaine et animale du paragraphe 7, trop manifestement ancrés dans la littérature gréco-romaine pour ne pas être suspects sous un calame perse40. Mais Ammien a-t-il inséré ex nihilo ce développement dans la lettre, ou n’a-t-il fait que traduire dans des termes culturels plus familiers à son public une idée générale effectivement exprimée par Shāpur, et commune à toutes les nations : il faut savoir sacrifier un peu pour garder beaucoup ? Et d’ailleurs, comment être sûr que la comparaison avec le médecin, au moins, n’était pas également familière aux Perses ? Aussi, plutôt que de considérer ces développements moraux du point de vue de leur authenticité, débat à peu près impossible à trancher, paraît-il plus judicieux d’essayer d’en apprécier l’effet général, c’est-à-dire les raisons de l’insertion de cette correspondance dans la narration historiographique. Or, de ce point de vue, il est net que les considérations, vraies ou fictives, de Shāpur dans sa lettre donnent l’impression que Perses et Romains disposent d’un langage commun. Culte de l’aequitas, la ueritas, la ratio, la uirtus, rejet de l’alieni cupiditas et du dolum, autant de mots d’ordre qui évoquent tant la tradition philosophique gréco-latine que, plus précisément, la propagande impériale romaine, telle qu’elle est déclinée, par exemple, dans les légendes monétaires. Il importe relativement peu, sous ce rapport, que Shāpur apparaisse nécessairement comme de mauvaise foi à Ammien Marcellin et son public — par exemple quand il attribue à la fraus romaine les pertes territoriales subies par son grand-père, pertes infligées, du point de vue romain, dans une guerre défensive, donc bellum iustum. Les valeurs invoquées, fût-ce à contre-emploi, par le souverain perse sont celles-là mêmes qui inspirent, ou devraient inspirer, l’action des empereurs romains. Cette rencontre est significative : si les Perses sont, somme toute, les adversaires les plus tenaces de Rome durant la période de vingt-cinq ans couverte par la part subsistante des Res gestae, Ammien Marcellin ne les qualifie jamais de barbari41. Malgré leur étrangeté relative, ils appartiennent de plein droit au monde des civilisés. En particulier, dans l’optique métahistorique d’Ammien, ils sont caractérisés par une conscience de la durée temporelle qui les distingue des authentiques barbares, qui semblent eux comme enkystés dans la réitération d’un présent éternel et fermé à la véritable histoire42. De ce point de vue, il existe une parfaite cohérence entre la mémoire du temps des Achéménides présente dans cette lettre, et la reconnaissance des mêmes valeurs morales que celles de la paideia grecque ou de l’humanitas latine. La lettre de Shāpur est bien celle d’un ennemi tenace et vindicatif, mais digne de Rome, et, pour tout dire, à son niveau.

15La réponse romaine est de structure linéaire, sans les jeux de symétrie et de parallélisme de la lettre perse, et il faut peut-être reconnaître dans cette simplicité une moindre intervention d’Ammien Marcellin dans sa réécriture. Cette réponse ne contient du reste aucun élément surprenant et, dans son caractère conventionnel même, doit correspondre d’assez près à la lettre réelle envoyée au nom de Constance. Dans la phrase de transition entre les deux lettres, Ammien note qu’elle a été mûrement réfléchie (considerateque responsum est). C’est qu’un échange direct entre les deux souverains était une occasion rare, et que, malgré les prétentions inacceptables de Shāpur, il convenait de ne pas laisser perdre une chance, si petite fût-elle, d’arriver à un règlement pacifique. Aussi l’objectif principal de la lettre de Constance est-il moins de répondre directement aux revendications perses que de dissiper le malentendu provoqué par les initiatives du préfet du prétoire l’année précédente. La lettre va donc démontrer que les Romains ne sont pas en position de faiblesse. D’où l’affirmation, à deux reprises, de l’absence de peur de Constance, et de son insensibilité aux menaces (nullisque minis inanibus perterrendam […] cessent autem, quaeso, formidines). Si le ton, d’abord, reste relativement mesuré, la lettre riposte au manquement aux usages diplomatiques de Shāpur dans la titulature de Constance par une insolence identique, le souverain perse n’étant qualifié que de rex, et non rex regum. La lettre reprend également la terminologie morale utilisée par le Perse, mais pour la retourner contre lui, à son tour accusé de cupiditas indeflexa, à laquelle on va répondre au nom de la ueritas perspicua. La mise au point sur la responsabilité du préfet du prétoire confirme les indications données par Ammien Marcellin lui-même dans son récit du livre 16, mais le plus important ici reste que, si Strategius Musonianus a agi, dit Constance, « sans [le] consulter », l’empereur romain ne le désavoue pas complètement, en réaffirmant son propre souhait de conclure la paix (Non refutamus hanc nec repellimus). Encore faut-il que cette paix soit honorable, et le texte de la lettre renferme en deux lignes, à la fin du paragraphe 12, une exceptionnelle concentration de termes moraux (decor, honestas, pudor, maiestas).

  • 43 Voir Lucilius, Satires, 613-614 (Marx) ; Tite-Live, Histoire romaine, 9, 18, 9 ; Plutarque, Crassus(...)
  • 44 Ammien Marcellin, Histoire, 14, 10, 15 : Non enim inertiae, sed modestiae humanitatique, mihi credi (...)
  • 45 Ibid., 22, 12, 1-2.

16La fin de la missive (paragraphes 13 et 14) présente les trois arguments qui permettent à Constance de penser que sa position est forte. Le premier et le troisième sont assez attendus. Constance souligne d’abord que, désormais seul maître du monde romain, il en contrôle toutes les forces et est donc a priori mieux armé pour résister à Shāpur que quand il ne régnait que sur l’Orient, dans le cadre du partage de l’Empire entre les fils de Constantin le Grand. L’argument n’est pas sans faiblesse, car, en recueillant les parts de ses frères, Constance a aussi hérité de leurs problèmes géopolitiques, et des guerres rhénanes et danubiennes, grosses consommatrices d’hommes. Il reste que l’argument peut porter en ce qu’il établit que Constance est désormais sur le même pied que son adversaire. Pareillement, le dernier argument relève de l’expérience historique longue : les Romains ont souvent perdu des batailles, mais jamais une guerre. Il s’agit d’un cliché remontant au moins au satiriste Lucilius, et attesté à plusieurs reprises dans la littérature gréco-romaine43, mais il n’est pas impossible que ce cliché ait été connu des Perses et, en tout cas, le bilan somme toute décevant des guerres entreprises par les Sassanides contre Rome depuis le milieu du iiie siècle lui donne une certaine force. Le second des trois arguments, cependant, est plus original et plus subtil : Constance relève qu’« on ne peut douter que ce n’est pas par inertie, mais par mesure [qu’il a] souvent préféré la défensive à l’offensive ». L’empereur romain propose ici une explication éthique de ses choix stratégiques depuis qu’il a pris la responsabilité de la guerre contre la Perse. De fait, il n’a lancé qu’une seule grande offensive en vingt ans de conflit. Shāpur serait évidemment en droit de penser, comme les modernes, que ce choix était surtout imposé par la relative modicité des moyens militaires de l’armée d’Orient, la seule dont Constance avait longtemps disposé. Il est certain que cet argument ne prend toute son efficacité diplomatique qu’au moment où, précisément, Constance commande désormais à toutes les armées romaines et peut donc laisser entendre qu’il pourrait renoncer à sa modestia pour lancer une attaque de grande envergure — comme celle que son successeur Julien engagera effectivement cinq ans plus tard. Il est hautement probable que l’argument se trouvait effectivement dans la lettre originale de Constance et que, même, il constituait un slogan directeur de sa politique étrangère. En effet, le même couple antithétique de l’inertia et de la modestia (associée en l’occurrence à l’humanitas) se retrouve dans la réécriture par Ammien Marcellin d’un discours de l’empereur à ses troupes, en 354, pour défendre sa décision, prise en conseil, d’accorder la paix aux Alamans plutôt que de risquer une bataille44. La réitération des mêmes termes dans la réponse de Constance à Shāpur plaide pour leur authenticité, et l’honnêteté intellectuelle d’Ammien. Mais il est clair que cet argument est autant à usage interne qu’externe, et qu’il explicite, à l’intention de ce qu’on peut appeler une opinion publique romaine, la renonciation aux guerres de conquête de la République et du Haut-Empire, et le choix, désormais, d’une stratégie de stricte défense d’un Orbis Romanus définitivement borné. S’agissant de la lettre impériale de 358, cet argument renouvelle implicitement la renonciation de Rome à tout nouvel agrandissement aux dépens de la Perse, et donc la disponibilité de Constance pour une paix de compromis. Il convient de noter qu’Ammien conserve une stricte neutralité, en cette occurrence comme dans sa présentation du discours de Constance en 354. L’historien n’apporte aucun commentaire qui permettrait de connaître son opinion sur une telle politique de modestia. Nous relevons la même abstention dans sa présentation des motivations, bien différentes, de l’empereur Julien, avant sa grande offensive contre les Perses, motivations développées au livre 2245. Malgré son évidente sympathie pour cet empereur, l’historien se borne à rendre compte de son point de vue, sans prendre ouvertement parti en faveur d’une stratégie qui rompt radicalement avec celle de Constance, mais sans la critiquer non plus. Une telle neutralité peut s’expliquer par la déontologie générale de l’auteur, mais il peut aussi être le reflet d’une certaine prudence de sa part devant la complexité de la « question perse » pour l’Empire romain du ive siècle — question à laquelle ni la guerre de position livrée par Constance, ni l’offensive en profondeur tentée par Julien, ni la politique de « guerre froide » menée par l’empereur Valens après le traité de 363 n’ont apporté de solution définitive.

17Choix unique, du moins dans la partie conservée des Res gestae, l’insertion de ces lettres dans le fil de la narration historique doit être évaluée dans le cadre de la stratégie de persuasion d’Ammien, et de l’effet qu’il entend créer sur son public, non seulement par les contenus de son œuvre, mais aussi par ses choix de composition. Sous ce rapport, le livre 17, où prend place la correspondance entre Shāpur et Constance, est remarquable à plusieurs titres. Il est le second livre consacré aux hauts faits du César Julien, le héros d’Ammien et, somme toute, le personnage principal des Res gestae, mais il est aussi un livre de transition, avant le diptyque très individualisé constitué par les livres 18 et 19, diptyque centré sur le récit détaillé du siège d’Amida par les Perses. Ce siège fut un épisode crucial de la vie d’Ammien, qui combattit parmi les défenseurs de la ville, faillit y périr et fut un des rares rescapés de la garnison. Or la composition du livre 17 paraît commandée par le souci d’alterner la relation des combats victorieux de Julien en Gaule et la construction d’une attente d’événements graves en Orient :

  • Section A. Succès militaires et bon gouvernement de Julien en Gaule (§§ 1-3) ;
  • Section B. Installation d’un obélisque à Rome ; traduction grecque des hiéroglyphes d’un autre obélisque (§ 4) ;
  • Section C. Échange de lettres entre Shāpur et Constance – affaires d’Orient (§ 5) ;
  • Section D. [année 357] victoire du général Barbatio sur les Alamans du Haut Danube (§ 6) ;
  • Section E. Nicomédie est détruite par un tremblement de terre ; digression sur l’origine des séismes (§ 7) ;
  • Section A’. Succès militaires de Julien en Gaule (§§ 8-11) ;
  • Section B’. [année 359] chronique de la préfecture de la Ville à Rome (§ 11) ;
  • Section D’. Succès militaires de Constance sur le Danube (§§ 12-13) ;
  • Section C’. Envoi d'une nouvelle ambassade auprès de Shāpur – affaires d’Orient (§ 14).
  • 46 C’est du moins le consensus des philologues depuis Seeck, 1906, p. 505.
  • 47 Voir Chastagnol, 1962, pp. 149-151.
  • 48 Voir Mary, 2004, pp. 171-173, 176-177, 179-189.
  • 49 Ammien Marcellin, Histoire, 17, 4, 20 : ὃς ἐφύλαξεν Αἴγυπτον τοῦ ἄλλου ἔθνους νικήσας.
  • 50 Ibid., 21, 16, 1-3. C’est même par là qu’Ammien commence son exposé.

18Disposant d’un matériau historique couvrant quatre théâtres : la Gaule, le front danubien, la ville de Rome et l’Orient, Ammien le distribue en neuf sections, qui peuvent être regroupées en deux tétrades presque parallèles (Gaule / Rome / Orient / Danube d’abord, Gaule / Rome / Danube / Orient ensuite), séparées par une section médiane isolée. Pour établir une telle construction, Ammien se permet deux entorses à la chronologie, en retardant d’abord le récit de la campagne du général Barbatio contre les Alamans (qui a en fait eu lieu en 35746), puis en anticipant au contraire les préfectures de la ville de Junius Bassus et d’Artemius (qui datent de 359)47. Ammien parvient en outre à cet équilibre en coupant en deux la relation des négociations romano-perses, sur lesquelles il termine le livre 17 — créant ainsi un net effet de scansion dans son récit. Au centre exact du livre, seule section (E) à ne pas avoir de répondant, se trouve la mention de la destruction de Nicomédie par un tremblement de terre, considérablement étoffée par une digression sur les origines possibles des séismes. Cette digression laisse le lecteur, pendant toute la seconde moitié du livre, sous le coup de cette catastrophe orientale qui peut-être en annonce une autre — Ammien exprimant ailleurs dans son œuvre sa croyance en la valeur de présages des séismes48. À ces menaces s’accumulant sur l’Est du monde romain s’opposent les exploits prometteurs accomplis par Julien comme César à l’Ouest, exploits placés dans une perspective religieuse par l’autre grande digression du livre 17, la citation intégrale de la traduction grecque des hiéroglyphes d’un obélisque installé à Rome — inscriptions où le dieu Soleil proclame sa protection sur le pharaon Ramestès « qui a sauvegardé l’Égypte par sa victoire sur l’étranger »49. Or, pour le public de la fin du ive siècle, les liens de Julien, restaurateur du paganisme, auteur du discours Sur Hélios-roi, et du culte solaire sont évidents. Pendant ce temps, l’Auguste Constance II, souvent maltraité par Ammien en d’autres parties de son œuvre, ne fait pas mauvaise figure, que ce soit dans sa réponse à Shāpur ou face aux ennemis danubiens de Rome, et se montre donc à la hauteur de sa tâche, avec une conscience de ses devoirs qu’Ammien Marcellin lui reconnaît volontiers dans le portrait-bilan qu’il dresse après la mort du souverain50. Ainsi les lettres diplomatiques de 358 sont-elles intégrées à une véritable intrigue historique complexe, dont le théâtre est le monde romain tout entier. Le livre 17 est celui où se manifeste un glissement dans l’intensité des périls de l’Ouest vers l’Est. La Gaule et les régions du Haut Danube ont été le théâtre des grandes invasions alamanniques des années 352 et suivantes, le foyer aussi de l’usurpation de Magnentius entre 350 et 353. Nul doute qu’Ammien Marcellin avait consacré une grande partie des livres précédant le livre 14 des Res gestae — le premier conservé — à raconter ces événements. Grâce à Constance et à Julien, ces périls ont été, ou vont être jugulés en l’année 358. Mais c’est à ce moment que le péril perse, en sommeil depuis plusieurs années, se réveille. Ce réveil revêt un caractère particulier, dans la mesure où il présage d’abord des événements — la campagne d’Amida — où Ammien va être directement impliqué, et dont la relation constitue la section autobiographique de loin la plus développée de son œuvre, dans la mesure ensuite où il va provoquer, cinq ans plus tard, l’offensive en Mésopotamie perse où l’empereur Julien trouvera la mort, avant un traité de paix qui entérinera un recul romain.

  • 51 Le fait nous est connu par Libanios, Discours XII, 76.

19C’est dans ce contexte qu’il faut replacer l’échange de lettres entre Shāpur et Constance. Il a pour double fonction de rappeler d’abord, de manière claire et concise, les positions diplomatiques des deux belligérants à l’orée d’une nouvelle période d’affrontement, de contribuer ensuite à la tension de l’intrigue qui sous-tend la narration d’Ammien Marcellin. Le livre 17 est en effet remarquable par sa texture polyphonique. Au discours propre de l’historien viennent s’ajouter celui des dieux de l’ancienne Égypte, dans la digression sur les obélisques, et celui de la science grecque, dans celle sur les séismes. Et pour le païen convaincu et l’homme de culture qu’est Ammien, ces discours ne sont pas de simples clauses de style. De plus, l’insertion de la correspondance des deux souverains permet d’entendre quelque chose comme la voix des protagonistes — en particulier celle du souverain perse, qui fait figure de grand adversaire de Rome. Cette confrontation épistolaire, les lettres se suivant immédiatement avec une simple phrase de transition, doit être vue comme un substitut d’affrontement verbal direct de deux héros antagonistes dans le style épique — affrontement qui n’aura pas lieu puisque aucun empereur romain ne rencontrera Shāpur face à face. Toutes ces voix ici réunies créent un effet de résonance, et contribuent à donner un caractère cosmique à cette nouvelle phase du conflit romano-perse qui s’amorce et va se poursuivre jusqu’à la mort de l’empereur Julien et la conclusion de la paix. Ammien Marcellin attache assez d’importance à cet échange pour lui garder un caractère exceptionnel. Il glisse rapidement, dans la suite de son récit, sur l’envoi en Perse, en cette même année 358, de deux ambassades romaines successives. Il ira même jusqu’à taire complètement la venue à Antioche, à l’orée de l’année 363, d’une ambassade perse que l’empereur Julien éconduira d’ailleurs sans autre forme de procès51. Ce recours à l’allusion, ce silence s’expliquent vraisemblablement par la volonté d’éviter des doublons nuisibles à l’intensité dramatique de la narration.

  • 52 Voir Mary, 1995, pp. 329-348.

20Cette narration, dans le livre 17 des Res gestae, unit étroitement l’Occident et l’Orient romains, et l’affirmation de cette unité devant un public occidental à la fin du siècle revêt le caractère d’une profession de foi. Syrien hellénophone ayant choisi la langue latine pour écrire, la ville de Rome pour faire connaître son œuvre, ancien soldat, Ammien Marcellin est profondément convaincu de l’unité de l’Orbis Romanus, et de la solidarité de toutes les terres qui le composent52. Vues d’Occident, les affaires perses peuvent paraître lointaines et accessoires, distrayant pour un enjeu territorial somme toute mineur des forces humaines et des ressources financières qui seraient mieux employées pour parer aux périls plus proches qui menacent les frontières rhénane et danubienne. L’entrée des Goths dans le territoire romain en 376, la politique de compromis à laquelle est contraint le pouvoir romain depuis sa défaite d’Andrinople, en 378, donneraient, dans les années mêmes où Ammien rédige son histoire, créance à ce point de vue. En réaffirmant la gravité potentielle du danger perse et la nécessité d’une politique de fermeté — fût-elle mesurée — pour y faire face, l’insertion dans la narration historiographique des lettres échangées entre Shāpur et Constance en 357-358 participe du souhait d’Ammien Marcellin de faire partager à son public sa conviction de l’unité foncière du monde romain.

Annexes

Annexe — Texte des deux lettres impériales

Source : Ammien Marcellin, Histoire (Res gestae), 17, 5, 3-9 et 10-14

Rex regum Sapor, particeps siderum, frater Solis et Lunae, Constantio Caesari fratri meo salutem plurimam dico.

Gaudeo tandemque mihi placet ad optimatem uiam te reuertisse, et incorruptum aequitatis agnouisse suffragium — rebus ipsis expertum pertinax alieni cupiditas quas aliquotiens ediderit strages. [4] Quia igitur ueritatis ratio soluta esse debet et libera, et celsiores fortunas idem loqui decet atque sentire, propositum meum in pauca conferam — reminiscens haec quae dicturus sum me saepius replicasse. [5] Ad usque Strymona flumen et Macedonicos fines tenuisse maiores meos antiquitates quoque uestrae testantur. Haec me conuenit flagitare (ne sit adrogans quod adfirmo), splendore uirtutumque insignium serie uetustis regibus antistantem. Sed ubique mihi cordi est recordatio, cui coalitus ab adulescentia prima, nihil umquam paenitendum admisi. [6] Ideoque Armeniam recuperare cum Mesopotamia debeo, auo meo composita fraude praereptam — illud apud nos numquam iri acceptum fretus, quod adseritis uos exultantes : nullo discrimine uirtutis ac doli, prosperos omnes laudari debere bellorum euentus. [7] Postremo, si morem gerere suadenti uolueris recte, contemne partem exiguam, semper luctificam et cruentam, ut cetera regas securus — prudenter reputans medellarum quoque artifices urere non numquam et secare et partes corporum amputare, ut reliquis uti liceat integris, hocque bestias factitare quae, cum aduertant cur maximo opere capiantur, illud propria sponte amittunt, ut uiuere deinde possint impauidae. [8] Id sane pronuntio quod, si haec mea legatio redierit inrita, post tempus hiemalis quietis exemptum, uiribus totis accinctus, fortuna condicionumque aequitate spem successus secundi fundante, uenire quoad ratio siuerit festinabo.

 

Victor terra marique Constantius, semper Augustus, fratri meo Sapori regi salutem plurimam dico.

Sospitati quidem tuae gratulor ut futurus (si uelis) amicus, cupiditatemque uero semper indeflexam fusiusque uagantem, uehementer insimulo. [11] Mesopotamiam poscis ut tuam perindeque Armeniam, et suades integro corpore adimere membra quaedam, ut salus eius deinceps locetur in solido, quod inludendum est potius quam ulla consensione firmandum. Accipe igitur ueritatem, non obtectam praestrigiis, sed perspicuam nullisque minis inanibus perterrendam. [12] Praefectus praetorio meus, opinatus adgredi negotium publicae utilitati conducens, cum duce tuo per quosdam ignobiles, me inconsulto, sermones conseruit super pace. Non refutamus hanc nec repellimus. Adsit modo cum decore et honestate, nihil pudori nostro praereptura uel maiestati. [13] Est enim absonum et insipiens cum gestarum rerum ordines (placatae sint aures inuidiae !) nobis multipliciter inluxerunt, cum, deletis tyrannis, totus orbis Romanus nobis obtemperat, ea prodere quae, contrusi in orientales angustias, diu seruauimus inlibata. [14] Cessent autem, quaeso, formidines quae nobis intentantur ex more, cum ambigi nequeat non inertia nos, sed modestia pugnas interdum excepisse potius quam intulisse, et nostra quotiens lacessimur fortissimo beneuolentiae spiritu defensare — id experiendo legendoque scientes in proeliis quibusdam raro rem titubasse Romanam, in summa uero bellorum numquam ad deteriorem prolapsam.

Notes

1 Sur ce conflit, voir Piganiol, 1972, pp. 62-63, 84-85, 118-119, 157-160, 163.

2 Ammien Marcellin, Histoire, 20, 8, 5-17. La citation (en fait réécriture) intégrale de cette lettre vient bien sûr de ce qu’elle constitue pour Ammien une pièce essentielle du dossier de l’accession au pouvoir de Julien, attestant de sa bonne foi. Le texte latin est cité d’après l’édition de la Collection des universités de France (CUF, 1968-1999).

3 Ibid., 18, 6, 18. La citation intégrale de ce court message se justifie par un souci de dramatisation dans cette section autobiographique des Res gestae, dans des circonstances où la vie même d’Ammien est en danger.

4 Ainsi la réponse de Constance à la lettre de Julien précitée (ibid., 20, 9, 4). Une lettre de reproches de Julien à Constance accompagnant sa lettre « officielle » (ibid., 20, 8, 18). Une lettre de Shāpur à l’empereur Valens sur les affaires d’Arménie (ibid., 30, 2, 3).

5 Sur cette notion voir Sabbah, 1978, toute la deuxième partie, « La documentation du discours historique », pp. 113-239.

6 Voir ibid., pp. 208-211.

7 Voir ibid., chap. iii, « Ammien et ses devanciers », pp. 65-111.

8 Voir Pedech, 1964, pp. 388-389.

9 Voir Anacker, 1889.

10 Voir annexe.

11 Voir Sabbah, 1978, chap. i, « Les principes d’Ammien », pp. 11-29.

12 Ce point a été contesté (voir par exemple Paschoud, 1992), mais ces interprétations hypercritiques ne s’imposent jamais comme des évidences.

13 Pour cette hypothèse, voir Matthews, 1989, p. 9.

14 Voir Ammien Marcellin, Histoire, 21, 16, 1-19.

15 Thucydide, Guerre du Péloponnèse, I, 22. La nécessité de revenir aux discours réellement prononcés, fût-ce pour les remanier, est défendue par Polybe (Histoire, 12, 25 f-g), dans un passage polémique contre les discours fictifs insérés par Timée dans son œuvre historique.

16 Voir Matthews, 1989, pp. 39-40 et p. 485, n. 12.

17 Voir Pighi, 1936, pp. 148-149.

18 Voir Ammien Marcellin, Histoire, 16, 10, 21 (année 357) : adulescentes eum [= Ursicinum] sequi iubemur, quicquid pro republica mandauerit impleturi.

19 Ibid., 18, 6, 20-21.

20 Dans sa digression sur la Perse (ibid., 23, 6, 21), Ammien note « qu’il y a dans ce pays deux cours d’eau qui coulent sans interruption, et que nous avons personnellement franchis sur des ponts de bateaux, le Diabas et l’Adiabas… » (… quod in his terris amnes sunt duo perpetui, quos ipsi transiimus, Diabas et Adiabas, iunctis naualibus pontibus…). Ces cours d’eau sont le Grand et le Petit Zab (voir la note 160 du t. IV, vol. 2, de la CUF). Or ces cours d’eau n’ont pas été atteints par les armées romaines durant la guerre romano-perse. L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’Ammien les a traversés une fois la paix revenue, et on ne voit guère alors d’autre explication que sa participation à une délégation romaine en Perse.

21 Ammien Marcellin, Histoire, 16, 9, 2-4.

22 Voir Pighi, 1936, pp. 135-136.

23 Sur ce souverain, voir Christensen, 1944, pp. 249-253.

24 Voir en particulier Ammien Marcellin, Histoire, 27, 12 ; 29, 1, 1-4 ; 30, 2, 1-8.

25 Ibid., 27, 12, 14 : … immensum quantum astutus et cum sibi conduceret humilis aut elatus… ; ibid., 29, 1, 1 : Sapor […] immaniter adrogans.

26 Voir Christensen, 1944, pp. 237-238.

27 Voir ibid., p. 233. La référence à ce traité est explicite en Ammien Marcellin, Histoire, 25, 7, 9, lors des négociations qui suivent la mort de Julien : … petebat autem rex obstinatius, ut ipse aiebat, sua dudum a Maximiano erepta. Maximianus désigne ici, et normalement dans les sources antiques, Galère (C. Galerius Valerius Maximianus).

28 Ibid., 25, 7, 5-12.

29 Ibid. ; ibid., 25, 4, 24 : … cuncta petebantur a Persis, usque Bithynos et litora Propontidis.

30 Voir Ghirshman, 1962, pp. 125-134, 151-161, 166-176, 184-185, 190-199.

31 Hérodien, Histoire des empereurs romains, 6, 2, 1-2 et 6, 4, 5.

32 Julien, Deuxième panégyrique de Constance, 9.

33 Voir Christensen, 1944, pp. 447-448.

34 Ammien insiste particulièrement sur cette filiation historique dans sa digression sur les provinces du Levant. Voir Mary, 1995, pp. 301-320.

35 Ammien Marcellin, Histoire, 17, 5, 15 : … effrenatae regis cupiditati…

36 Fait soigneusement noté par Ammien : ibid., 17, 5, 1.

37 Ibid., 18, 6, 3 : … posthabitis ciuitatum perniciosis obsidiis, perrumperetur Euphrates ireturque prorsus, ut occupari possint prouinciae — fama celeritate praeuenta — omnibus ante bellis, nisi temporibus Gallieni, intactae paceque longissima locupletes.

38 Voir Matthews, 1989, pp. 64-65.

39 Ammien Marcellin, Histoire, 17, 5, 2 : … nusquam a genuino fastu declinans.

40 Voir Cicéron, Les devoirs, 3, 32 et Philippiques, 8, 15 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 8, 109 ; Quinte Curce, Histoire d’Alexandre le Grand, 5, 9, 13 et 6, 3, 11 ; Tacite, Histoires, 2, 28 ; Juvénal, Satires, 12, 34-46 ; Apulée, Métamorphoses, 1, 9.

41 Voir Mary, 1995, p. 711.

42 Ibid., pp. 507-508.

43 Voir Lucilius, Satires, 613-614 (Marx) ; Tite-Live, Histoire romaine, 9, 18, 9 ; Plutarque, Crassus, 26.

44 Ammien Marcellin, Histoire, 14, 10, 15 : Non enim inertiae, sed modestiae humanitatique, mihi credite, hoc quod recte consultum est adsignabitur.

45 Ibid., 22, 12, 1-2.

46 C’est du moins le consensus des philologues depuis Seeck, 1906, p. 505.

47 Voir Chastagnol, 1962, pp. 149-151.

48 Voir Mary, 2004, pp. 171-173, 176-177, 179-189.

49 Ammien Marcellin, Histoire, 17, 4, 20 : ὃς ἐφύλαξεν Αἴγυπτον τοῦ ἄλλου ἔθνους νικήσας.

50 Ibid., 21, 16, 1-3. C’est même par là qu’Ammien commence son exposé.

51 Le fait nous est connu par Libanios, Discours XII, 76.

52 Voir Mary, 1995, pp. 329-348.

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search