Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

II. — Écrire la guerre

Préambule de la deuxième partie

Texte intégral

1Souvent, une mise par écrit rapide des événements est considérée par les historiens actuels comme un gage de véracité historique. De fait, la correspondance diplomatique en temps de guerre constitue pour l’historien une source précieuse sur le déroulement des faits et sur l’utilisation même de l’epistola comme moyen de communication privilégié lors des conflits. Mais il n’en demeure pas moins qu’une lettre contemporaine des événements peut très bien les enjoliver et leur donner une dimension idéologique et surnaturelle, destinée à légitimer un conflit, guerrier ou non, et à fonder une mémoire historique ; pour ce faire, la lettre peut même s’ouvrir à des écritures relevant d’autres genres. A contrario, l’insertion de lettres dans la littérature ou leur simple évocation ne discrédite pas nécessairement leur authenticité sur le fond, y compris lorsqu’elles font l’objet d’une réécriture dont l’objectif est stylistique (accentuer la tension dramatique) et probatoire, afin de placer la missive au service de l’auteur.

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search