Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

I. 3. — Écrire pour la paix

Conciliation épistolaire après la pendaison de Guillaume de Briouze, mai 1230

Amélie Rigollet

Texte intégral

Une situation initiale conflictuelle

  • 1 Nous remercions les professeurs Martin Aurell et Daniel Power pour leurs conseils et relectures. En (...)
  • 2 Divers procès furent reportés jusqu’à la libération de Guillaume, car celui-ci était emprisonné par (...)
  • 3 Pryce, 2005, p. 429 ; Crump, 2000, p. 197, mentionne la campagne de 1228 de Ceri. Le toponyme gallo (...)
  • 4 Le déroulement de cette pendaison est brièvement rapporté par Nicolas, abbé de Vaudey, messager roy (...)

1Accablé d’opprobre (oprobrium) : c’est ainsi que se présente lui-même Llywelyn ap Iorwerth, prince de Gwynedd, dans deux lettres rédigées au printemps 12301. Quelques semaines auparavant, probablement au début du mois d’avril, il avait capturé l’un de ses principaux rivaux anglo-normands, Guillaume V de Briouze, lors d’un combat opposant l’armée royale anglaise aux troupes galloises2. À l’automne 1228, Guillaume de Briouze avait été saisi une première fois par le prince de Gwynedd, lors de la campagne royale menée dans le commote (cwmwd) de Ceri3. Au cours de cette précédente captivité, une certaine connivence se serait formée entre Jeanne, épouse de Llywelyn et fille adultérine de Jean sans Terre, et Guillaume V de Briouze. À la fin du mois d’avril 1230, Guillaume aurait été surpris dans la chambre du prince en compagnie de la princesse. Le mari bafoué riposte immédiatement. Le 2 mai 1230, Guillaume V de Briouze, seigneur anglo-normand de la marche de Galles, est pendu sur les terres du prince de Gwynedd, en présence de nombreux Gallois4. Cette affaire d’adultère et de vengeance aurait pu s’achever ainsi, par l’exécution humiliante du rival et la réparation dans le sang d’un honneur terni. Mais dépassant l’instant paroxystique de colère, des enjeux diplomatiques durables imposent au prince gallois de modifier son positionnement vis-à-vis des forces anglo-normandes affectées par l’exécution de l’un des leurs.

  • 5 Carpenter, 2004, p. 325.

2Lors de l’emprisonnement de Guillaume V de Briouze en 1228, le roi Henri III avait versé une rançon de 2 000 livres pour sa libération. Guillaume V avait dû consentir au mariage de sa fille Isabelle avec Dafydd ap Llywelyn, le fils de son ennemi. Contre sa libération en 1229, il avait également dû céder en dot son château de Builth5. Engagement contraint, cette alliance est donc incertaine après l’exécution de 1230, et forme l’enjeu central de deux lettres émises par Llywelyn peu après la mise à mort de son rival.

  • 6 Après la mort de Renaud de Briouze, le roi mande au shérif du Herefordshire de conserver jusqu’à n (...)
  • 7 Cet événement est mentionné par plusieurs sources narratives, notamment par Roger de Wendover puis (...)
  • 8 Le plus ancien document attestant la présence familiale au pays de Galles fut rédigé vers 1095 à Ra (...)
  • 9 En 1175, Seisyll ap Dyfnwal et son fils Cadwaladr ainsi que de nombreux hommes du Gwent, venus assi (...)
  • 10 Dans une démarche conciliatoire entre ces seigneurs de la Marche et les princes gallois, une allian (...)

3Guillaume V est le fils de Renaud, seigneur de Briouze jusqu’en 12286, lui-même fils de Guillaume III, qui encourut la colère du roi Jean et mourut en 12117. De vives tensions existaient en ce début de xiiie siècle entre les Briouze, seigneurs anglo-normands implantés au pays de Galles depuis la fin du xie siècle, et les princes gallois, menacés par cette présence concurrente en pleine expansion8. À partir des années 1170 et jusqu’à la fin des années 1190, meurtres, attaques et exécutions sommaires se multiplient. Ces tensions soudaines sont liées à l’extrême violence dont fait preuve Guillaume III de Briouze à l’égard de ses voisins gallois, sous prétexte de venger l’assassinat de son oncle Henri de Hereford9. Les nombreuses exactions alors commises par le seigneur de Briouze marquent profondément les esprits gallois et leurs répercussions se prolongent en 1230, lors de l’exécution de son petit-fils10.

  • 11 L’ensemble territorial qu’avait patiemment constitué Renaud de Briouze, père de Guillaume, jusqu’à (...)
  • 12 Carpenter, 2004, p. 323, et pp. 325-327 ; Holden, 2008, p. 206.
  • 13 Bien que forme commune d’exécution pour trahison, la pendaison de Guillaume de Briouze fut probable (...)
  • 14 Pryce, 2005, pp. 430-431.
  • 15 Billoré, 2009, pp. 18-19.

4En 1230, la mort de Guillaume V de Briouze provoque la fin de la branche cadette du lignage, puisqu’il n’avait pour héritières que quatre filles11. Llywelyn écarte ainsi un adversaire puissant12. Guillaume V de Briouze est exécuté peu après sa capture, sans négociation de rançon. Selon la loi galloise, l’exécution par pendaison était la forme communément appliquée de peine de mort dans les cas de trahison mineure13. Mais cette forme d’exécution est infamante pour un seigneur anglo-normand. Llywelyn et ses magnats s’arrogent un privilège de juridiction qu’ils n’ont pas en condamnant Guillaume V de Briouze, qui est le sujet du roi d’Angleterre14. Guillaume n’avait pas prêté hommage à Llywelyn, il n’avait donc pas rompu ses obligations vassaliques. Cependant, la respectabilité de l’époux est gravement atteinte en cas d’adultère féminin, ce qui bouleverse les conventions sociales et morales15. Le prince choisit alors de réaffirmer son honneur et son autorité par un acte symbolique fort et violent.

Deux lettres de Llywelyn ap Iorwerth

  • 16 TNA, SC 1/11/56, no 56a ; TNA, SC 1/11/57, no 57a ; TNA, SC 1/11/58 : copies du xiiie siècle éditée (...)
  • 17 TNA, SC 1/11/56, no 56b ; TNA, SC 1/11/57, no 57b : copies du xiiie siècle éditées par Pryce, 2005, (...)
  • 18 Le roi avait remis une semaine auparavant, le 20 avril 1230, plusieurs terres de Guillaume de Briou (...)

5Llywelyn ap Iorwerth envoie deux lettres peu après la pendaison de Guillaume V. La première est adressée à Ève, fille de Guillaume le Maréchal, devenue veuve après l’exécution de Guillaume16. La deuxième est destinée à Guillaume II le Maréchal, frère d’Ève17. Peu avant l’exécution, le 27 avril 1230, Guillaume II le Maréchal reçoit la garde des terres et des enfants de Guillaume V de Briouze, sur ordre du roi Henri III18.

  • 19 Pryce, 2005, pp. 428-429, no 261 et pp. 429-431, no 262.
  • 20 Ibid., p. 70 et p. 132 : l’usage de la codification épistolaire commune aux autres cours européenne (...)
  • 21 Madeline, 2010, pp. 63-85 ; Davies, 1987, p. 294.
  • 22 Voir annexe p. XX.
  • 23 Pryce, 2005, p. 62, p. 137 et p. 142 : dans sa correspondance, Llywelyn se désigne lui-même par la (...)

6Plusieurs copies des deux lettres de Llywelyn sont conservées aux Archives nationales de Kew, au Royaume-Uni, les originaux ayant disparu. Les manuscrits, datant du xiiie siècle, enregistrent les deux textes l’un après l’autre, sur le même parchemin. Ces textes furent édités à diverses reprises. L’édition choisie pour cette analyse — celle proposée par Huw Pryce — date de 2005. Elle est la plus récente19. En préambule, cet éditeur note que les clercs, qui rédigeaient en latin les lettres des seigneurs de Gwynedd, suivaient les conventions épistolaires pratiquées sur le continent. Ces clercs connaissaient les règles de l’ars dictaminis20. Vassal du roi d’Angleterre depuis 1201, Llywelyn imite donc les pratiques diplomatiques de son seigneur21. Datées du xiiie siècle, les copies furent probablement effectuées parallèlement à la rédaction des lettres originales, afin de préserver la mémoire du contenu et de la forme épistolaire22. L’enregistrement de copies permet aux clercs princiers d’accumuler des modèles de lettres adaptables selon les circonstances, ce qui explique les diverses copies des deux lettres ainsi que les points communs dans leurs formulations23.

  • 24 Crump, 2000, p. 198, n. 4. Jon Crump distingue deux groupes de lettres émis au cours de l’été 1230, (...)

7L’historiographie actuelle ne mentionne guère les lettres qui suivent l’exécution de la sentence. Elles sont principalement étudiées pour leur contenu, pour le récit des faits qu’elles proposent ; nous souhaiterions nous départir de cette lecture positiviste au profit d’une analyse plus rhétorique. Les deux premières lettres, adressées aux proches de Guillaume, sont généralement occultées, car elles ne recèlent que peu de données factuelles. Leur importance se dévoile lors de l’analyse de la structure épistolaire. En revanche, une troisième lettre de Llywelyn envoyée à Étienne de Seagrave, l’un des régents d’Angleterre en l’absence d’Henri III parti mener une campagne militaire sur le continent, a été analysée par Jon Crump en 2000. Cette étude établit les répercussions de l’exécution, mais n’aborde que brièvement les lettres destinées à Ève de Briouze et à son frère. La question du mariage est secondaire dans son analyse, puisqu’elle n’est pas du tout évoquée dans la lettre de Llywelyn à Étienne de Seagrave, alors qu’elle est l’enjeu central des deux premières lettres24.

  • 25 TNA, SC 1/11/58.

8Les deux premières lettres sont écrites par Llywelyn dans une tentative de conciliation. Le ton de ce dernier change dans la troisième lettre transmise au régent, dans laquelle il fait part de sa « colère25 ». Les requêtes sont effectuées dans une perspective distincte, non plus dans une démarche d’obtention d’un engagement marital, mais dans le but de consolider les avantages issus de cette union. Notre analyse porte donc sur les deux premières lettres, peu étudiées jusqu’à présent. L’examen de cette première série épistolaire met en valeur la démarche conciliatrice de Llywelyn, selon une approche qu’il souhaite plus amicale, jouant des liens l’unissant aux destinataires. Les requêtes se concentrent sur le maintien de l’engagement matrimonial précédemment conclu entre son fils Dafydd et la fille de Guillaume de Briouze, Isabelle.

9L’assassinat du seigneur Guillaume de Briouze en 1230 aurait pu provoquer une série d’attaques vengeresses et de ripostes punitives. Les lettres émises par Llywelyn sont produites en situation de crise, potentiellement source de vengeance. Elles contribuent néanmoins à éviter la rupture définitive du dialogue. Comment le clivage est-il évité ? Dans la situation conflictuelle étudiée, la lettre s’avère être un vecteur d’apaisement des tensions. La manipulation rhétorique crée une forme d’intimité et rapproche les communicants pourtant éloignés géographiquement et idéologiquement. Diminuer la distance diplomatique provoquée par l’exécution de Guillaume de Briouze, tel est l’objectif de ces lettres, dans une stratégie d’apaisement qui permet à Llywelyn de gérer en douceur l’après-pendaison. Les tensions soulevées par l’exécution ne dégénèrent pas en un conflit armé, et une promesse de mariage rétablit l’alliance entre les deux familles.

  • 26 Pryce, 2005, p. 53.

10Selon Huw Pryce, vingt-cinq lettres de Llywelyn ont été conservées, pour un règne de quarante-six années compris entre ca 1194 et 1240, soit une moyenne d’une lettre pour deux années de règne26. À la suite de l’exécution de Guillaume, Llywelyn émet trois lettres en quelques semaines, signe qu’il considérait ce vecteur comme un outil adapté à de telles circonstances. La correspondance établit un contact indirect entre interlocuteurs antagonistes.

  • 27 Les titres usités par Llywelyn dans cette situation de crise présentent un intérêt remarquable. Sel (...)
  • 28 Oudin, 2008, p. 6.
  • 29 Ibid., p. 4.
  • 30 Pryce, 2005, pp. 70-73 et p. 70, n. 548.
  • 31 Oudin, 2008, p. 3.
  • 32 Ibid., p. 6.

11Salutatio27 : Par leur connaissance approfondie de l’ars dictaminis28, les clercs du prince de Gwynedd maîtrisent l’art de la salutation et savent respecter les formulations protocolaires de l’adresse. Les salutations permettent de définir les rapports hiérarchiques entre les correspondants selon un processus normalisé accepté par tous. Dans les lettres adressées aux autres princes gallois et aux seigneurs anglais, leurs noms et statuts sont placés après celui de Llywelyn. La lettre destinée à Ève de Briouze est conforme à ces règles29. En revanche, la lettre adressée à Guillaume II le Maréchal est techniquement contraire aux formulations épistolaires habituellement suivies dans les autres lettres de ce prince. En effet, le nom du destinataire est placé avant celui de Llywelyn, forme adoptée pour les missives adressées aux rois, aux évêques et au pape30. Cette fois, le rapport social défini ne correspond pas au rang des correspondants, mais établit une relation plus subjective, fondée sur la place morale qu’accorde Llywelyn à son parent31. En effet, les épouses respectives de Llywelyn et de Guillaume II le Maréchal sont demi-sœurs32.

  • 33 Pryce, 2005, p. 62 et pp. 70-73. La lettre destinée à Guillaume le Maréchal ne précise pas de salut (...)
  • 34 Van Eickels, 1997, pp. 133-140.

12Les formules de salutation signalent aux destinataires que Llywelyn ap Iorwerth les considère comme des alliés33. Ève de Briouze est désignée comme « sa chère amie […] qu’il salue avec affection », tandis que Guillaume le Maréchal, comte de Pembroke, est présenté comme « son ami et frère bien-aimé ». Ce premier contact bienveillant est enrichi de vocables affectueux qui ponctuent les lettres. Ainsi le terme dilectio, signe d’affection, est utilisé sous diverses formes dans les deux lettres, à deux reprises dans chacune d’elles. Cependant, cette formulation affectueuse apparaît régulièrement dans les lettres de Llywelyn et, plus tard, dans celles de son fils Dafydd. Le recours à la notion d’amicitia est porteur d’un enjeu plus profond. Il apparaît une fois dans la lettre adressée à Ève, en guise de salut, mais il est répété plusieurs fois dans la lettre destinée à Guillaume II le Maréchal. En s’adressant à Guillaume II le Maréchal, Llywelyn revendique des liens de parenté, puisque Jeanne, son épouse, est la demi-sœur de l’épouse de Guillaume. Il insiste sur des liens plus forts, ceux de l’amitié, qui subliment les liens de parenté34.

  • 35 L’exorde, première partie du discours épistolaire, constitue une introduction au propos de l’émette (...)
  • 36 Oudin, 2008, p. 20.

13Petitio : L’approche louangeuse enveloppe l’objectif pragmatique de ces lettres35. Il s’agit d’obtenir le consentement des proches de Guillaume de Briouze, qui exercent maintenant l’autorité en son nom. L’intention est de maintenir le projet d’alliance unissant Dafydd, fils de Llywelyn, à Isabelle, fille d’Ève et de Guillaume de Briouze. Il leur demande (rogamus) s’ils souhaitent maintenir l’engagement (confœderatio) et affirme vouloir préserver cette alliance. En s’adressant à la veuve, Llywelyn observe une certaine réserve dans sa requête (petitio), lui laissant ouvertement le choix de refuser, tandis qu’en sollicitant Guillaume, le prince semble attendre son approbation, bien qu’il formule sa demande sous forme de questionnement ouvert. Ces lettres superposent donc les niveaux de lecture, oscillant entre l’intimité des salutations et le caractère officiel de la requête. En formulant une requête, l’émetteur sollicite l’approbation du destinataire. Pour cela, il se place dans une position d’infériorité symbolique36. Llywelyn n’use pas de son autorité princière pour imposer sa volonté.

14Narratio : Pour obtenir leur sympathie et atténuer les vifs griefs causés par l’exécution de Guillaume de Briouze, le récit (narratio) des événements que propose Llywelyn varie d’un destinataire à l’autre. La place dévolue à ce récit dans la structure des deux lettres est significative. À Ève, Llywelyn explique qu’il n’a pu empêcher les magnats de ses terres de laver l’injustice et le déshonneur subis, sans en préciser les causes ni évoquer son point de vue personnel. Cette forme de distanciation permet à Llywelyn de rejeter la « faute » de l’exécution sur la colère de ses proches conseillers, protecteurs à l’égard de leur seigneur. Cet artifice rhétorique crée une certaine proximité entre les interlocuteurs, « victimes » des actes d’autrui. En plaçant cette information à la fin de la lettre, après la demande de confirmation du mariage, le prince semble signifier que ces événements tragiques doivent rester secondaires et ne pas nuire aux relations précédemment établies entre les deux familles. Inversement, un récit plus complet de ces faits est placé au début de la lettre adressée à Guillaume le Maréchal. Si Llywelyn évoque de nouveau le rôle de ses hommes dans la condamnation, il précise qu’il ne pouvait en être autrement, compte tenu de l’affront subi, puisque selon la lettre, Guillaume de Briouze a causé la douleur du prince en entrant avec fourberie dans sa chambre, jetant sur lui le déshonneur. En avouant à Guillaume le Maréchal l’offense subie, Llywelyn place son correspondant dans une posture de confident à qui il affirme accorder une très grande confiance, et ce, dès le début de la missive.

15Conclusio : La lettre envoyée à Guillaume II le Maréchal inclut la salutation finale Valete, présente ici à trois reprises. Cette triple répétition signifie-t-elle que la lettre fut rédigée en trois temps différents ? Ou est-ce une manière de distinguer trois informations ? Elle fut peut-être composée au fil de la pensée de l’émetteur, au cours de trois moments distincts. La formule d’adieu marquerait alors les ajouts successifs aux mots initialement prévus.

  • 37 Signe d’une certification personnelle du document, le sceau mêle une fonction de représentation ind (...)
  • 38 Pryce, 2005, pp. 70-73 et p. 87.

16La lettre adressée à Guillaume II le Maréchal est l’une des deux seules lettres émises par Llywelyn qui mentionne l’action de sceller37. Cette précision justifie l’usage du sceau privé à la place du grand sceau, conservé à la chancellerie princière. Llywelyn scelle l’ensemble de ses lettres comme moyen d’authentification38.

  • 39 Ibid., p. 26.
  • 40 Renaud, troisième fils de Guillaume III, est provisoirement le gardien des terres familiales lors d (...)

17Ces deux lettres présentent de nombreux points communs structurels, lexicaux et reprennent une trame commune constituée de deux éléments : la demande d’alliance et la défense d’être la cause du conflit. Dans les deux cas, Llywelyn se place en retrait des décisions prises, dans une posture bienveillante et conciliatoire. Il souhaite la poursuite du mariage, mais en laisse le choix aux destinataires. Il rejette la décision de la condamnation sur son conseil et sur la faute commise par Guillaume de Briouze. Ainsi, dans deux lettres brèves, d’une centaine de mots chacune (100 et 149 mots), Llywelyn manipule stratégiquement la structure épistolaire en l’adaptant à son destinataire afin de parvenir à la conciliation souhaitée. La conclusion d’un mariage, au centre du projet d’apaisement de Llywelyn, s’insère dans un processus plus vaste d’alliances entre les deux familles39. Au cours de son règne, Llywelyn sait habilement jouer des stratégies matrimoniales, notamment dans ses précédentes relations avec la famille de Briouze. Cette dernière éclate en deux branches distinctes à la fin de la décennie 1210, lors d’une crise de succession qui suit le décès de Guillaume III. Llywelyn utilise à bon escient la discorde qui brise la lignée de Briouze, puisqu’il marie deux de ses filles aux deux nouveaux seigneurs de Briouze, l’oncle Renaud et le neveu Jean40.

  • 41 Oudin, 2008, p. 9.
  • 42 Ibid., p. 22 et p. 24.

18La question du maintien de l’engagement conclu entre Dafydd et Isabelle, enjeu central des deux requêtes épistolaires de Llywelyn, fusionne donc enjeux privés et publics. Le vecteur de ces requêtes qu’est la lettre brouille également les frontières entre sphère privée et sphère publique. Le sceau, le style, les salutations, hiérarchisent le rapport entre les correspondants41. L’émetteur établit une relation interpersonnelle avec le récepteur, à qui il s’adresse comme dans un dialogue ouvert, les mots servant d’outils de rapprochement42.

La réception de ces lettres

19Comment les lettres de Llywelyn furent-elles lues, reçues et interprétées par les proches de Guillaume de Briouze ? Malheureusement, les réponses formulées par les deux destinataires, si elles ont existé, ont aujourd’hui disparu. Les sources et lettres conservées n’ont pas été émises par ses proches. Comment leurs réactions peuvent-elles être discernées à travers ces lettres et d’autres sources ?

  • 43 Ibid., p. 13.
  • 44 Ibid., p. 19.

20L’écriture épistolaire choisie par Llywelyn est une écriture persuasive, qui cherche à convaincre Ève de Briouze et son frère d’approuver le projet d’union matrimoniale. Persuasion, séduction et non-dits s’entremêlent43. La lettre permet d’abolir la distance entre le locuteur et le destinataire en incitant l’interlocuteur à accomplir une action qui le rapprochera de l’émetteur. Pour obtenir ce résultat, Llywelyn ne menace ni n’impressionne les deux récepteurs. Il choisit une posture amicale, voire fraternelle. Llywelyn est le requérant, c’est pourquoi il cherche à convaincre subtilement ses correspondants du bien-fondé de sa demande pour obtenir leur adhésion, les menaces et intimidations ne pouvant qu’exacerber les tensions provoquées par l’exécution, et donc entraîner une rupture définitive44.

  • 45 Santinelli, 2003, p. 40.
  • 46 Carpenter, 2004, p. 310.
  • 47 L’influence qu’exerce Ève de Briouze lors de son veuvage illustre la complexité du pouvoir émanant (...)
  • 48 Le décès de Guillaume II le Maréchal est mentionné dans un Close Roll à la date du 5 avril 1231 ; T (...)
  • 49 Calendar of the Fine Rolls of the Reign of Henry III, vol. 3, pp. 503-504, no 129.

21Les différences de structures entre les deux lettres laissent supposer une évolution dans la pensée de leur émetteur, conscient des potentiels risques de refus. En effet, la première lettre, brève, est adressée à Ève de Briouze, veuve de Guillaume. Pourquoi Ève est-elle sollicitée pour approuver le mariage ? L’homme protecteur de la famille décidait des unions, qu’il s’agisse du père, parfois du frère ou de l’oncle de la future épouse45. Or, Guillaume de Briouze n’a pas de frère ou de fils susceptible de poursuivre ses projets. Son plus proche parent est son cousin, Jean, dont la rivalité avec son père Renaud a causé l’éclatement du lignage. D’ailleurs, lors de l’emprisonnement de Guillaume de Briouze, le roi confie la garde de ses terres à son beau-frère, le frère aîné d’Ève, Guillaume II le Maréchal. Mais Guillaume II était alors sur le continent, accompagnant Henri III dans une campagne militaire infructueuse en Bretagne qui s’achève à l’automne 123046. La structure de la lettre de Llywelyn offre une piste d’interprétation. Llywelyn effectue d’emblée la requête, demandant à Ève de poursuivre l’engagement entre leurs enfants. Il n’évoque qu’ensuite et indirectement le décès de son époux, sans réellement mentionner l’exécution. Ainsi, Llywelyn s’adresse à Ève d’abord en tant que mère, et ensuite, de manière détournée, en tant que veuve47. Ève de Briouze obtient progressivement une autorité de plus en plus grande dans la gestion du patrimoine familial, notamment après le décès de son frère en 123148. Par exemple, le 30 janvier 1242, elle effectue un paiement sur les huit cents marcs qu’elle s’était engagée à verser pour la garde et le mariage de sa fille Aénor49.

  • 50 La structure de cette lettre, le peu de justification et la rareté des formulations laudatives, com (...)
  • 51 Crump, 2000, p. 212.
  • 52 Barton, 1998, pp. 166-167.

22Bien que sa lettre de réponse ait disparu ou n’ait jamais existé, l’opposition et les protestations d’Ève se discernent dans les lettres suivantes50. L’envoi d’une lettre à son frère par Llywelyn est ainsi un moyen de contourner la légitimité de sa décision, en tant que veuve et mère, car sa première réponse est probablement un refus. L’image de la veuve éplorée transparaît dans la lettre de Llywelyn ap Iorwerth adressée au régent Étienne de Seagrave, émise dans la seconde moitié du mois de mai 123051. Llywelyn précise qu’Ève a demandé à son chapelain de l’excommunier nominativement chaque dimanche. La colère d’Ève semble être motivée par le rétablissement de l’honneur de son époux exécuté pour des raisons peu glorieuses. Mais sa colère ne put prendre la forme d’une guerre de vengeance, puisqu’elle n’avait pas eu de fils de son union avec Guillaume et que ce dernier n’avait pas de proches parents désireux de combattre en son nom. Dans un article portant sur la notion de « colère zélée », Richard Barton démontre qu’une colère mesurée pouvait être le « signal social » d’un déséquilibre relationnel, qui invitait à redéfinir les rapports sociaux et rétablir un climat plus pacifique52. L’expression de la colère sert alors de déclenchement à une procédure de compromis et de négociation. Dans ce cas, la colère n’est pas suivie par une période de violence.

  • 53 Crump, 2000, p. 206.
  • 54 TNA, Close Rolls, C 54/40, membrane 6 ; Close Rolls, vol. 1, pp. 354-355.

23L’expression de sa colère est-elle pour Ève un moyen stratégique de parvenir à ses fins ? A-t-elle cherché à imposer son autorité grâce aux moyens dont elle disposait ? À quel moment son point de vue change-t-il ? Suite aux lettres émises par Llywelyn, une entrevue est organisée à Shrewsbury à la mi-juin53. L’autorité que détient Ève dans la suite de ce conflit est celui d’une mère. Son attitude vindicative de veuve s’estompe après le 12 juin, lorsque les différents protagonistes sont réunis sous la supervision du pouvoir royal pour parvenir à un compromis. À cette date, les Close Rolls enregistrent la décision du roi Henri III d’organiser la répartition du douaire d’Ève, veuve de Guillaume de Briouze, en prélevant des portions de terres, notamment dans les domaines de Brecon et Radnor, au pays de Galles, et Totnes en Angleterre. Les châteaux du défunt passent sous contrôle royal54.

  • 55 Santinelli, 2003, p. 321.

24Ève de Briouze semble prolonger la parole et les volontés de son époux défunt lors de la restructuration de la famille, affaiblie par son décès. Elle conteste d’abord la tentative de conciliation proposée par Llywelyn, préservant ainsi la dignité de son époux exécuté. Puis elle accepte finalement le projet d’union, poursuivant les précédents desseins de son mari55. En fin de compte, Ève accepte et applique la décision du défunt en mariant sa fille. Elle perpétue ainsi sa mémoire en prolongeant ses résolutions.

  • 56 Power, 2015, pp. 346-347, n. 34.

25La seconde lettre est écrite à Guillaume II le Maréchal, probablement suite au refus d’Ève. Comme indiqué précédemment, Guillaume II avait été nommé tuteur des biens et des héritiers de son beau-frère dès le 27 avril 1230, soit cinq jours avant l’exécution. La parentèle de l’épouse fut choisie par le roi au détriment de celle de Guillaume de Briouze, dont le plus proche parent, son cousin Jean, n’eut aucun droit de regard sur l’héritage56. La répartition des gardes de terres est un système arbitraire, dépendant entièrement de la volonté royale. En accordant la tutelle à Guillaume II le Maréchal, le roi Henri III satisfaisait son beau-frère. Aliénor, l’épouse de Guillaume II le Maréchal depuis 1224, n’est autre que la fille du roi Jean et d’Isabelle d’Angoulême, sœur du roi Henri. Les liens unissant la famille royale et Guillaume II le Maréchal sont étroits, puisque l’année suivante, en 1231, la sœur de Guillaume, Isabelle, épouse en secondes noces Richard de Cornouailles, le frère du roi Henri.

  • 57 Ibid., p. 346.
  • 58 Carpenter, 2004, p. 305.
  • 59 Ibid., p. 324 ; Pryce, 2005, p. 677.
  • 60 Suppe, 1989, p. 147.
  • 61 Ibid., p. 146.
  • 62 Nous remercions Daniel Power pour cette indication complémentaire.

26Guillaume le Maréchal est contacté par Llywelyn à double titre, en tant qu’intermédiaire auprès de ses deux parents, sa sœur Ève et son beau-frère le roi Henri III ; mais aussi en tant que tuteur d’Isabelle, héritière de Guillaume de Briouze. Est-ce lui qui consent au mariage ? Probablement, puisque dans la lettre que Llywelyn adresse au régent à la fin du mois de mai, Ève est toujours hostile au prince de Gwynedd. Mais le mariage semble être une affaire conclue, car le projet d’union n’est pas mentionné dans cette missive. Pourquoi Guillaume le Maréchal accepte-t-il cette alliance ? Guillaume était le « principal ennemi » du prince de Gwynedd, quelques années auparavant57. En 1223, Guillaume II le Maréchal soutient la campagne militaire menée par Hubert de Burgh contre Llywelyn, au sud du pays de Galles58. Il réagit aux destructions de ses terres menées par le prince de Gwynedd pour asseoir son autorité dans cette région méridionale59. Mais par la campagne victorieuse de 1223, Guillaume II le Maréchal substitue son autorité à celle du prince dans le sud de la Marche. Pourquoi Guillaume consent-il à cette union en 1230 ? Tuteur des héritières de son beau-frère, Guillaume II le Maréchal doit également veiller à la protection de leurs terres. Lui-même grand seigneur de la Marche galloise, cette responsabilité nouvelle accroît sa fragilité patrimoniale, puisque cette extension territoriale multiplie les occasions de discordes avec ses voisins gallois. Le respect de la parole donnée par son beau-frère défunt est-il pris en considération ? Ou peut-être souhaite-t-il, comme Llywelyn, préserver l’apaisement plutôt que de mettre en danger ses possessions au cours d’un conflit ? Ce n’est qu’après le décès de Guillaume II le Maréchal, le 5 avril 1231, que les hostilités reprendront60. Elles n’impliqueront pas les proches de l’exécuté, mais Hubert de Burgh, justicier royal et gardien du château de Montgomery. En mai 1231, celui-ci fit décapiter des Gallois capturés lors d’un raid61. À l’inverse, les relations entre le prince de Gwynedd et la famille le Maréchal se transforment. En 1233, Richard le Maréchal, successeur de Guillaume II, s’allie à Llywelyn ap Iorwerth lors d’une révolte à l’encontre du roi Henri III62. Cette alliance marque une rupture, puisque les relations entre les deux familles étaient habituellement tendues. Elle illustre la versatilité des liens diplomatiques dans la Marche de Galles, variant au gré des intérêts territoriaux.

Des tensions familiales définitivement apaisées ?

  • 63 Aurell, 2011, p. 172.
  • 64 Lloyd, 1912, vol. 2, p. 671.
  • 65 Rosenthal, 2012, p. 73.
  • 66 Ibid., p. 74.
  • 67 Oudin, 2008, p. 8.
  • 68 TNA, Patent Rolls, C 66/43, membrane 9 ; Pryce, 2005, pp. 435-436, no 267 ; Crump, 2000, p. 212. L’ (...)
  • 69 Carpenter, 2004, p. 325.

27Les répercussions publiques de ce conflit peuvent être complétées par une perception plus familiale de l’affaire, si tant est que les sphères publiques et privées soient réellement dissociables. Il convient de garder à l’esprit que les lettres étudiées ne forment qu’une petite portion d’un échange plus vaste, incluant les réponses perdues des destinataires et les propos de l’émetteur transmis par les messagers, qui pouvaient en modifier le sens en abordant des sujets sensibles hors de la pérennité de l’écrit63. L’oralité redouble la lecture et brouille les frontières entre espace intime et espace curial. Objets de communication, ces deux lettres furent envoyées dans un ordre précis et à un moment spécifique64. Les lettres qui suivent l’exécution sont émises par un prince gallois dans une situation militaire critique et adressées à une famille anglo-normande puissante. Cette première approche favorise une interprétation diplomatique et publique de la lettre comme outil de règlement de ce conflit65. Mais la démonstration proposée dans cet article indique que la correspondance émise par Llywelyn après l’exécution de son rival joue sur le caractère privé, intime, que peut véhiculer la lettre. Llywelyn revendique dans ses écrits une certaine familiarité, tout au moins rhétorique, pour se concilier la faveur de ses interlocuteurs66. Ces deux lettres émises par Llywelyn et destinées aux proches de Guillaume de Briouze traitent du conflit comme d’une affaire domestique permettant de régler intimement les conséquences personnelles d’un acte public dramatique67. L’objectif initial de l’échange épistolaire entrepris par Llywelyn est clairement exprimé dans sa première lettre : sceller le mariage convenu entre son fils Dafydd et Isabelle, fille du seigneur normand qu’il a fait exécuter. À ce titre, sa démarche est un succès, puisque le mariage est accepté. Il fut conclu à une date indéterminée, mais le 7 décembre 1232, à Shrewsbury, le roi Henri III et Llywelyn, prince de Gwynedd, s’accordèrent à propos de l’héritage d’Isabelle, femme de Dafydd, fils de Llywelyn68. Grâce à l’envoi rapide de lettres, immédiatement après la pendaison, les vives tensions consécutives à l’exécution de Guillaume purent être résorbées et ses proches apaisés. La conciliation épistolaire contribue à éviter une guerre vengeresse par le rétablissement du dialogue entre familles rivales69.

Annexes

Annexe — Analyse comparée des deux lettres

Remarque : Cette étude repose sur l’édition de Huw Pryce, d’après B. Le tableau ci-après, « Comparaison structurelle des deux lettres », utilise cette édition.

La copie B. contient, sur la même pièce de parchemin, écrite de la même main, la lettre adressée à Ève de Briouze suivie de celle adressée à son frère, Guillaume II le Maréchal.

En gras : similitudes lexicales (registre de l’intime et de la persuasion). En italique : similitudes phrastiques.

Tableau 1. — Tradition et édition des deux lettres

Lettre 1. De Llywelyn à Ève de Briouze 2. De Llywelyn à Guillaume II le Maréchal
Tradition A. Original perdu.
B. Copie du xiiie siècle, Kew, The National Archives, SC 1/11/56, no 56a.
C. Copie du xiiie siècle, Kew, The National Archives, SC 1/11/57, no 57a.
D. Copie du xiiie siècle, Kew, The National Archives, SC 1/11/58.
A. Original perdu.
B. Copie du xiiie siècle, Kew, The National Archives, SC 1/11, no 56b.
C. Copie du xiiie siècle, Kew, The National Archives, SC 1/11, no 57b.
Éditions a.  Royal and Other Historical Letters. Illustrative of the Reign of Henry III, from the Originals in the Public Record Office, vol. 1: 1216-1232, W. W. Shirley (éd.), Londres, Longmans, 1862, p. 368, no 305.
b. Calendar of Ancient Correspondence Concerning Wales, J. G. Edwards (éd.), Cardiff, 1975, p. 51, no XI.
c. Handlist of the Acts of Native Welsh Rulers 1132-1283, K. L. Maund (éd.), Cardiff, University of Wales Press, 1996, p. 104, no 349.
d. The Acts of Welsh Rulers, 1120-1283, H. Pryce (éd.), Cardiff, University of Wales Press, coll. « Board of Celtic studies, History and law section », 2005, pp. 428-429, no 261.
a. Royal and Other Historical Letters. Illustrative of the Reign of Henry III, from the Originals in the Public Record Office, vol. 1: 1216-1232, W. W. Shirley (éd.), Londres, Longmans, 1862, p. 369, no 306.
b. Calendar of Ancient Correspondence Concerning Wales, J. G. Edwards (éd.), Cardiff, 1975, p. 51, no XI.
c. Handlist of the Acts of Native Welsh Rulers 1132-1283, K. L. Maund (éd.), Cardiff, University of Wales Press, 1996, p. 104, no 350.
d. The Acts of Welsh Rulers, 1120-1283, H. Pryce (éd.), Cardiff, University of Wales Press, coll. « Board of Celtic studies, History and law section », 2005, pp. 429-431, no 262.

Tableau 2. — Comparaison structurelle des deux lettres

Structure Lettre 1 Lettre 1 : de Llywelyn à Ève de Briouze Lettre 2 : de Llywelyn à Guillaume II le Maréchal Structure Lettre 2
Salutatio L[ewelinus] princeps de Aberfrau, dominus Snauduon, dilecte amice sue domine E[ve] de Braus, cum dilectione, salutem. Amico suo et fratri karissimo, domino W[illelmo] Marescall[o], comiti Penbroc[hiae], L[ewelinus] princeps, etc. Salutatio
Petitio Rogamus vos quatinus nos de voluntate vestra certificetis, utrum volveritis stare confederationem factum inter David filium nostrum et I[sabellam] filiam vestram ; quia nunquam in nobis remanebit, quin confederatio illa stabit. Et si hoc volveritis, ne de malo pejus possit evenire, voluntatem vestram de illa confederatione et de jure filie vestre nobis in brevi significare volveritis. Vestra noverit dilectio quod magnates terre nostre nullo modo sustinerent, quod non facerent de Will[elm]o de Braus[e] judicium quod fecerunt, qui dolum nostrum machinatus est, cameram nostram dolose intrando, nobis ultra modum inferens oprobrium. Narratio
Narratio Et sciatis quod nullo modo possemus defendere quod magnates terre nostre non facerent judicium quod fecerunt, vindictam de oprobrio et injuria nostra sapientes. Et quicquid inde feceritis nobis significare curetis. Quare vestram obnixe rogamus dilectionem, de qua maximam gerimus fiduciam, quatinus voluntatem vestram nobis significare velitis, utrum volveritis [stare] amicitiam factam inter neptem vestram et filium nostrum David ; quod si volveritis, ex parte nostra firmiter et perseveranter confoederatio illa stabit. Valete. Beneplacitum vestrum super his et aliis nobis significare curetis ; et pro certo sciatis quod nunquam in nobis fiet quin amicitia inter nos et vos facta firmiter et inviolabiliter in perpetuum observetur, nec propter hoc nec propter aliud in mundo. Iterum valete. Petitio
Non moveat vos quod has litteras meas secreto sigillo nostro sigillari fecimus, quia magnum sigillum nostrum penes nos non habuimus. [Valete]. Scellement

Notes

1 Nous remercions les professeurs Martin Aurell et Daniel Power pour leurs conseils et relectures. En annexe, « Tradition et édition des deux lettres » et « Comparaison structurelle des deux lettres ».

2 Divers procès furent reportés jusqu’à la libération de Guillaume, car celui-ci était emprisonné par Llywelyn. Notamment Kew, The National Archives (TNA), KB 26/104, et TNA, Close Rolls, C 54/40.

3 Pryce, 2005, p. 429 ; Crump, 2000, p. 197, mentionne la campagne de 1228 de Ceri. Le toponyme gallois Ceri désigne à la fois un village et un district, également connus sous le toponyme anglais de Kerry, dans le Powys.

4 Le déroulement de cette pendaison est brièvement rapporté par Nicolas, abbé de Vaudey, messager royal délégué auprès de Llywelyn ap Iorwerth depuis 1229, dans une lettre adressée à Raoul, évêque de Chichester et chancelier royal. Dans ce courrier rédigé le 19 mai 1230, Nicolas précise que cette pendaison fut faite « en plein jour, à la vue de tous, en présence de huit cents hommes rassemblés pour assister à ce misérable et lamentable spectacle, car nombre d’entre eux étaient des ennemis de Guillaume [III] de Briouze l’Ancien et de ses fils » ; TNA, SC 1/6/155, édité par Edwards, 1935, p. 37, no VI (155).

5 Carpenter, 2004, p. 325.

6 Après la mort de Renaud de Briouze, le roi mande au shérif du Herefordshire de conserver jusqu’à nouvel ordre toutes les terres lui appartenant (9 juin 1228, Windsor), TNA, Fine Rolls, 12 Henry III, C 60/27, acte édité par Dryburgh et Hartland, 2008, p. 206, no 197.

7 Cet événement est mentionné par plusieurs sources narratives, notamment par Roger de Wendover puis Matthieu Paris ; Flores Historiarum, vol. 2, pp. 139-140 ; Chronica Majora, vol. 2, p. 532 ; Historia Anglorum, vol. 2, p. 125.

8 Le plus ancien document attestant la présence familiale au pays de Galles fut rédigé vers 1095 à Radnor. La cohabitation entre seigneurs normands et gallois semble relativement stable jusqu’à la fin du xiie siècle, puisqu’aucune source narrative ni aucun acte conservé ne mentionne de rivalités exacerbées. Cet équilibre est rompu lorsque Guillaume III devient seigneur de Briouze en 1175.

9 En 1175, Seisyll ap Dyfnwal et son fils Cadwaladr ainsi que de nombreux hommes du Gwent, venus assister pacifiquement et sans armes à un banquet organisé en leur honneur, furent assassinés. Guillaume III de Briouze prétendit venger de la sorte l’assassinat de son oncle Henri de Hereford, tué par des Gallois peu de temps auparavant. Ce crime entraîna une riposte galloise puisqu’en 1182, le château d’Abergavenny fut brûlé et des hommes de Guillaume de Briouze furent attaqués et tués. La décennie 1190 est marquée par diverses attaques et expéditions. En 1197, Guillaume III de Briouze captura Trahaearn Fychan, qu’il fit exécuter à Brecon, en le faisant traîner dans les rues de la ville par un cheval, puis décapiter et pendre par les pieds ; Suppe, 1989, p. 148.

10 Dans une démarche conciliatoire entre ces seigneurs de la Marche et les princes gallois, une alliance matrimoniale avait été conclue vers 1189 entre Mathilde, fille de Guillaume III de Briouze, et Gruffydd ap Rhys II, prince de Deheubarth entre 1197 et 1201. Mais cette union n’apaisa nullement les conflits. Ce mariage est mentionné dans un acte de 1199 ; TNA, Pipe Roll, E 372/45, 1 John, rouleau 18, membrane 1, édité par Stenton, 1933, p. 245.

11 L’ensemble territorial qu’avait patiemment constitué Renaud de Briouze, père de Guillaume, jusqu’à sa mort en 1228, vole en éclats. Il est divisé entre différents tuteurs, puis réparti en quatre héritages ; Power, 2015, p. 348.

12 Carpenter, 2004, p. 323, et pp. 325-327 ; Holden, 2008, p. 206.

13 Bien que forme commune d’exécution pour trahison, la pendaison de Guillaume de Briouze fut probablement une forme d’humiliation ultime envers ce noble anglo-normand. Suppe, 1989, p. 147.

14 Pryce, 2005, pp. 430-431.

15 Billoré, 2009, pp. 18-19.

16 TNA, SC 1/11/56, no 56a ; TNA, SC 1/11/57, no 57a ; TNA, SC 1/11/58 : copies du xiiie siècle éditées par Pryce, 2005, pp. 428-429, n° 261.

17 TNA, SC 1/11/56, no 56b ; TNA, SC 1/11/57, no 57b : copies du xiiie siècle éditées par Pryce, 2005, pp. 429-431, no 262.

18 Le roi avait remis une semaine auparavant, le 20 avril 1230, plusieurs terres de Guillaume de Briouze à Pierre fitz Herbert et à Jean de Monmouth, deux fidèles soutiens du pouvoir royal. Ils reçurent les domaines de Radnor, Hay, Huntington, Brecon et Abergavenny ; TNA, Patent Rolls, C 66/39.

19 Pryce, 2005, pp. 428-429, no 261 et pp. 429-431, no 262.

20 Ibid., p. 70 et p. 132 : l’usage de la codification épistolaire commune aux autres cours européennes révèle le degré d’ouverture du pays de Galles aux influences extérieures, et résulte de la conquête anglo-normande et des fondations religieuses venues du continent.

21 Madeline, 2010, pp. 63-85 ; Davies, 1987, p. 294.

22 Voir annexe p. XX.

23 Pryce, 2005, p. 62, p. 137 et p. 142 : dans sa correspondance, Llywelyn se désigne lui-même par la première personne du pluriel, le « nous de majesté ». Cet usage poursuit le mouvement initié par les chancelleries épiscopales anglaises vers 1180 et repris par la chancellerie royale d’Angleterre sous le règne de Richard Ier.

24 Crump, 2000, p. 198, n. 4. Jon Crump distingue deux groupes de lettres émis au cours de l’été 1230, avant et après celle destinée au régent : une première série, composée des lettres envoyées à Ève et son frère ; puis une seconde correspondance entre Guillaume de Christchurch, l’intendant de Guillaume II le Maréchal chargé de gérer l’héritage, et Raoul de Neville, chancelier d’Henri III. Power, 2003, pp. 199-226.

25 TNA, SC 1/11/58.

26 Pryce, 2005, p. 53.

27 Les titres usités par Llywelyn dans cette situation de crise présentent un intérêt remarquable. Selon Huw Pryce, le déshonneur subi par ce prince gallois lors de la découverte de l’affaire entre son épouse et Guillaume de Briouze servit de catalyseur à un changement de titulature. Au cours de la dernière décennie de son règne, entre 1230 et 1240, Llywelyn délaisse la titulature Llewelinus princeps Norwallie pour celle de Lewelinus princeps de Aberfrau, dominus Snaudonia. Aberffraw (en Anglesey) désigne le centre du pouvoir des seigneurs de Gwynedd, siège traditionnel de leur cour et symbole de leur influence sur les autres dirigeants gallois. En se nommant « seigneur de Snowdon », Llywelyn se réfère à son territoire de Gwynedd, puisque Snowdon désigne le massif montagneux situé en son cœur, dont le nom était utilisé au Moyen Âge pour désigner l’espace environnant. Ainsi, sa titulature mêle ses revendications de puissance sur l’ensemble du pays de Galles à l’affirmation de son positionnement territorial. Pour savoir si le changement de titulature coïncide vraiment avec la situation de crise, il faudrait mener une analyse plus poussée sur l’évolution de cette titulature princière, hors du cadre de cette étude. Cette titulature apparaît déjà dans une lettre patente adressée aux Hospitaliers de Dolgynwal et datée du 18 novembre 1225, mais compte tenu de son caractère exceptionnel, les éditeurs en contestent l’authenticité : ibid., no 256, p. 419 et p. 77.

28 Oudin, 2008, p. 6.

29 Ibid., p. 4.

30 Pryce, 2005, pp. 70-73 et p. 70, n. 548.

31 Oudin, 2008, p. 3.

32 Ibid., p. 6.

33 Pryce, 2005, p. 62 et pp. 70-73. La lettre destinée à Guillaume le Maréchal ne précise pas de salut particulier. En revanche, celle adressée à Ève élabore une formule plus courtoise sous la forme cum dilectione, salutem.

34 Van Eickels, 1997, pp. 133-140.

35 L’exorde, première partie du discours épistolaire, constitue une introduction au propos de l’émetteur et capte la bienveillance du destinataire lors de cette entrée en matière. Dans la lettre destinée à Ève de Briouze, la requête suit immédiatement les salutations, sans exordium. Par contre, la structure de la lettre envoyée à Guillaume II est plus complexe, la captatio benevolentiae, ou exordium, se mêlant subtilement à la narration des faits. Pryce, 2005, pp. 70-73.

36 Oudin, 2008, p. 20.

37 Signe d’une certification personnelle du document, le sceau mêle une fonction de représentation individuelle à une signification publique, en tant que symbole officiel de l’émetteur. Le scellement d’une lettre permet de comprendre comment sont amalgamées les dimensions privées et publiques de la lettre. Ibid., pp. 7-8.

38 Pryce, 2005, pp. 70-73 et p. 87.

39 Ibid., p. 26.

40 Renaud, troisième fils de Guillaume III, est provisoirement le gardien des terres familiales lors de la minorité de son neveu Jean, après la mort en 1215 de son frère aîné, Gilles de Briouze, deuxième fils de Guillaume III. Jean est le fils aîné du frère aîné de Renaud, Guillaume IV de Briouze, décédé en 1210. Llywelyn soutient dans un premier temps les revendications de Renaud et scelle cette alliance en lui offrant la main d’une de ses filles, Gwaldus Ddu. Mais lorsque Renaud rejoint le parti royal en 1218, Llywelyn rallie la cause du neveu de Renaud, Jean, qui épouse une autre fille de Llywelyn, Marared. Veuves en 1228 et 1232, les deux sœurs conservèrent en douaire une portion des vastes terres familiales, et assurèrent à leur père une influence indirecte sur les biens et la parentèle. Llywelyn suit une démarche similaire en poursuivant l’alliance de son fils Dafydd avec Isabelle de Briouze. Cette union apporte à son fils la seigneurie de Builth, dont l’emplacement limitrophe entre Marche et principautés galloises est l’objet de vives convoitises depuis des décennies. Un ordre du roi Henri III, daté du 10 août 1230 et enregistré dans les Close Rolls, commande aux baillis de Totnes (Devon, Angleterre) de remettre à Llywelyn, au nom de son fils, une portion de terre que Guillaume de Briouze souhaitait remettre à Dafydd à l’occasion de son mariage avec sa fille Isabelle ; Power, 2015, p. 346, p. 350 et p. 355.

41 Oudin, 2008, p. 9.

42 Ibid., p. 22 et p. 24.

43 Ibid., p. 13.

44 Ibid., p. 19.

45 Santinelli, 2003, p. 40.

46 Carpenter, 2004, p. 310.

47 L’influence qu’exerce Ève de Briouze lors de son veuvage illustre la complexité du pouvoir émanant de ce statut, qui dépasse l’autorité d’une mère contrôlant temporairement le patrimoine familial et manipulant ses descendants mineurs ; Santinelli, 2003, pp. 357-359.

48 Le décès de Guillaume II le Maréchal est mentionné dans un Close Roll à la date du 5 avril 1231 ; TNA, Close Rolls, C 54/42, membrane 16 ; Close Rolls, vol. 1, p. 489.

49 Calendar of the Fine Rolls of the Reign of Henry III, vol. 3, pp. 503-504, no 129.

50 La structure de cette lettre, le peu de justification et la rareté des formulations laudatives, comme l’absence de captatio benevolentia, laissent penser que le prince gallois ne s’attendait pas à un refus de la part de la jeune veuve. Sans verser dans l’uchronie, c’est le refus d’Ève qui provoque la succession des lettres suivantes, et si elle avait dès lors consenti au mariage, les tensions soulevées par l’exécution de son époux auraient pu cesser immédiatement.

51 Crump, 2000, p. 212.

52 Barton, 1998, pp. 166-167.

53 Crump, 2000, p. 206.

54 TNA, Close Rolls, C 54/40, membrane 6 ; Close Rolls, vol. 1, pp. 354-355.

55 Santinelli, 2003, p. 321.

56 Power, 2015, pp. 346-347, n. 34.

57 Ibid., p. 346.

58 Carpenter, 2004, p. 305.

59 Ibid., p. 324 ; Pryce, 2005, p. 677.

60 Suppe, 1989, p. 147.

61 Ibid., p. 146.

62 Nous remercions Daniel Power pour cette indication complémentaire.

63 Aurell, 2011, p. 172.

64 Lloyd, 1912, vol. 2, p. 671.

65 Rosenthal, 2012, p. 73.

66 Ibid., p. 74.

67 Oudin, 2008, p. 8.

68 TNA, Patent Rolls, C 66/43, membrane 9 ; Pryce, 2005, pp. 435-436, no 267 ; Crump, 2000, p. 212. L’esprit conciliatoire de Llywelyn, exprimé dans les deux premières lettres, évolue sensiblement lorsqu’une promesse d’union est obtenue. Dans la lettre adressée à Étienne de Seagrave, il précise que ceux qui chercheront un prétexte pour livrer la guerre provoqueront sa colère. Cette lettre marque donc une rupture dans le discours du prince. Les tensions sont ravivées lors des négociations relatives à la répartition et à la gestion du patrimoine du défunt Guillaume de Briouze. Cette seconde série de lettres mériterait une analyse à part entière.

69 Carpenter, 2004, p. 325.

Auteur

Université de Poitiers

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search