Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

I. 2. — Gérer les conflits

Production épistolaire et gestion de conflits

Quelques réflexions sur la correspondance des commissaires florentins (xive-xve siècles)

Luciano Piffanelli

Texte intégral

Mais vous n’ignorez pas que dans les affaires importantes, on ne reçoit de preuves que par écrit.
Pierre-Ambroise-François Choderlos de Laclos, Les liaisons dangereuses, lettre 20

  • 1 Machiavelli, De principatibus, livre XV. Voir aussi Raspa, 2006 ; Fournel, 2013. Sur la transmissio (...)
  • 2 « Hé bien, la guerre ! », répondit la marquise au vicomte, en bas de la même lettre où ce dernier l (...)

1Dans une correspondance tout empreinte d’un langage de stratégie et de guerre, Mme de Merteuil avait ses raisons de demander à Valmont une lettre qui confirmât la réussite de la mission amoureuse du vicomte auprès de la présidente de Tourvel. Cette preuve représentait pour la marquise non seulement un instant de sublime curiosité féminine, mais aussi la certitude de l’action : sur la toile épistolaire, tissée soigneusement avec son complice, elle escomptait lire la « vérité effective de la chose », si chère à Machiavel1. L’échange d’épîtres était donc au cœur de la communication entre les deux roués, dont la relation fluctuante se jouait à coups de lettres, jusqu’à ce que l’ambiance conflictuelle n’atteignît son paroxysme dans la lettre 153, qui devint explicitement une déclaration de guerre2.

  • 3 Servadio, 2009 (les parties sur Ebla, Mari et Ugarit) ; Hoffner, Beckman, 2009, pp. 2-74 ; Cohen, W (...)
  • 4 Sur les implications politiques de l’écriture de lettres entre Moyen Âge et Temps modernes : Boutie (...)

2L’importance de l’élément épistolaire dans les relations entre deux ou plusieurs pôles d’agrégation s’avère ainsi une catégorie diachronique, qui s’adapte aux innovations techniques et traverse indemne les siècles, tout en gardant ses fonctions et ses éléments constitutifs3. Dans ce cadre, les correspondances entretenues par les commissaires florentins, envoyés aux campements militaires (al chanpo), avec les magistratures centrales montrent que la gestion des conflits et l’écriture de lettres constituent un binôme crucial pour comprendre le déroulement des événements aussi bien que certaines dynamiques des relations interétatiques4.

  • 5 Ferente, 2016, p. 73 : « The language was action-oriented; communication was established and inform (...)

3Dans cette étude, nous voudrions présenter les commissaires florentins sub specie epistularum, soit du point de vue de leur activité de plume, dans le but de proposer quelques considérations sur la qualité et la structure de leurs missives. Cette activité participe nettement des modalités épistolaires du conflit, étant donné qu’elle engage un rapport entre le flux d’épîtres et les situations belliqueuses qui le concernaient, et révèle le potentiel de l’outil « lettre », qui pouvait parfois devenir une véritable arme de guerre, dans la mesure où elle déterminait les décisions et les orientations politico-militaires5.

Les lettres des commissaires florentins : une source particulière ?

  • 6 En général, voir Leverotti, Treppo, 2008.
  • 7 Même Francesco Storti n’engage pas un véritable discours sur les lettres des commissaires, bien qu’ (...)
  • 8 Voir Statuta, t. II, livre V, rubrique CCLXXX, pp. 780-781 ; pp. 831-834. Déjà dans les Statuti del (...)
  • 9 Guicciardini, Dialogue, p. 85 ; Vedovato, 1946, p. 47 (etiam quantumcumque ambaxiata non diceretur (...)

4Quelque étrange que cela puisse paraître, ces correspondances ont été et sont encore très peu exploitées par les spécialistes des relations diplomatiques entre Moyen Âge et Temps modernes, bien qu’elles constituent une documentation tout à fait exemplaire. Si les éditions des correspondances d’ambassadeurs sont désormais de plus en plus nombreuses6, les lettres envoyées et reçues par les commissaires demeurent dans des limbes historiographiques, cette documentation et ses auteurs n’ayant jamais reçu une attention éditoriale solide7. Pourtant, les similarités entre les deux rôles sont parfois frappantes, ce qui pourrait pousser à des réflexions plus profondes. En ce qui concerne leur ontologie professionnelle, par exemple, les commissaires, tout comme les ambassadeurs, n’appartenaient pas à la panoplie canonique et régulière des officiers florentins : les Statuta de 1415 n’avaient englobé ni les uns ni les autres dans la tabula devetorum (à savoir la liste des interdictions, pour les Tre maggiori, de certains offices)8 ; en raison de leur nomination extraordinaire, Guichardin considérait commissaires et ambassadeurs des « métiers à part » (« esercizii appartati ») ; encore, en ce qui concernait les ambassadeurs, ambaxiata non dicitur officium et, s’agissant des commissaires, ceux-ci ne figurent pas dans la liste de Tutti gli ufici della magnifica ciptà de Firenze9.

  • 10 Voir Goody, 1986 ; Rück, 1977 ; De Vivo, 2013 ; Lazzarini, 2018 ; Maire Vigueur, 1982 ; Grillo, 200 (...)
  • 11 Pour une position différente, Fubini, 1996, pp. 28, 68.
  • 12 Voir Piffanelli, 2016, où nous analysons la figure du commissarius seu orator.
  • 13 Archivio di Stato di Firenze (ASF), Signori, Legazioni e commissarie ; Signori, Minutari ; Signori, (...)
  • 14 Sur ces sources, des tentatives de classification dans Lazzarini, 2012 et Ead., 2015, pp. 49-66 ; S (...)
  • 15 Pour les instructions données aux ambassadeurs, Taddei, 2008 ; Figliuolo, 2015, pp. 130-132. Pour l (...)
  • 16 Quelques exemples dans ASF, Dieci di Balia [dorénavant cité : Dieci] : Deliberazioni, 21, fo 76vo ; (...)
  • 17 À partir de la seconde moitié du xve siècle, les missions des commissaires et des commissaires-orat (...)

5Du point de vue de la documentation, en outre, nous pouvons remarquer que les formes archivistico-documentaires de la production publique traduisaient non seulement les formes institutionnelles du pouvoir10, mais aussi les appétits politico-territoriaux de la République : l’empreinte archivistique laissée par les correspondances des commissaires nous signale une perception de similarité (et non pas de similitude11), de la part de Florence, à l’égard de ces figures et de leurs fonctions (et donc, finalement, de la téléologie politique de leur usage), au point d’arriver à fusionner, peu ou prou régulièrement entre les xive et xvie siècles, les deux charges dans un seul envoyé pour défendre et garder son propre territoire12. Effectivement, les registres des Seigneurs abritent, sans distinctions formelles, instructions, missives, réponses aussi bien d’ambassadeurs que de commissaires, et d’autres fonds d’archives déclarent explicitement le mélange de leurs contenus13. Par conséquent, bien que les lettres de créance n’appartinssent pas à l’univers documentaire des commissaires (ces derniers n’ayant pas à se présenter devant une autorité politique destinataire de leur mission, sauf dans le cas des commissarii seu oratores), les missives des commissaires florentins peuvent rentrer sans difficulté parmi les sources concernant l’interaction diplomatique14 : le flux épistolaire est établi entre les envoyés et la chancellerie de la magistrature de laquelle ils relevaient ; la structure documentaire de la mission prévoit une instruction à la tête de l’envoi, puis un échange de missive et de responsive (dans les conventions d’archives, ce sont les lettres envoyées et reçues par les magistratures, soit les correspondances active et passive), éventuellement des lettres d’autrui jointes à la missive principale, des sauf-conduits, voire des lettres chiffrées15 ; les contenus impliquent des tâches de négociations et des pourparlers16 ; les formules utilisées dénoncent les mêmes caractéristiques des notae et informationes destinées aux ambassadeurs ainsi que les mêmes évolutions par rapport à la charge17.

  • 18 La bibliographie sur l’histoire de Florence est nourrie. Pour une vision d’ensemble sur les événeme (...)
  • 19 Voir Connell, 1988 ; Ninci, 1991, p. 349.
  • 20 Piquette, Whitehouse, 2013 ; Daybell, 2012.
  • 21 Par exemple, afin que les ordres arrivassent en temps utile pour prendre des décisions, les commiss (...)

6Mais, dans le cadre des liens entre production épistolaire et gestion des conflits, les correspondances des commissaires ont une spécificité qui les rend uniques dans l’univers documentaire : il s’agit de lettres écrites pendant et seulement pendant une situation de crise militaire, de guerre, qui allait compromettre un équilibre diplomatique existant18. À la différence des ambassadeurs (surtout quand ces derniers commencèrent à devenir résidents), l’activité épistolaire des commissaires florentins n’existait donc pas en dehors du conflit, une caractéristique qui se lie de toute évidence aux motivations déterminant le choix et l’envoi de ces mandatés : ils étaient nommés exceptionnellement, quand un contrôle plus résolu des aires instables du domaine ou des frontières en danger s’imposait19. Ils se révélaient donc comme étant la traduction immédiate des difficultés régulièrement affrontées par Florence afin de protéger une géographie territoriale enfin conquise, mais, par suite, problématique. Les nécessités dictées par le moment conflictuel retentissaient non seulement sur la physiologie de l’écriture (à savoir les démarches physiques à accomplir pour mettre en acte l’écriture et, par conséquent, l’adaptation des rythmes de l’organisme aux nécessités d’écriture ou de dictée), mais aussi sur l’organisation des contenus et sur la gestion de l’espace textuel. Écrire des lettres est en premier ressort une pratique matérielle, un acte physique20, et ces envoyés devaient effectivement orienter vers les besoins politiques du moment leur physiologie d’écriture21, et coordonner dans leurs missives plusieurs niveaux de gestion. Il fallait tout d’abord une gestion de l’espace — sur quel support écrire et combien écrire ? Puis, une gestion de l’information, soit les contenus et les messages que leurs lettres devaient véhiculer, et donc un tri parmi les nouvelles qu’ils voulaient envoyer ; finalement, une gestion de la forme de ces contenus, notamment l’usage d’un attirail langagier chargé et frappant, qui poussât à l’action, mais aussi la disposition des éléments et des blocs textuels, visant au rendement maximum.

  • 22 Guerre et diplomatie forment un binôme tellement ancien et étroit même du point de vue documentaire (...)
  • 23 Symmaque, Epistulae, III, 17 : sit inter nos frequens honesti usus officii, sint adsiduae scriptoru (...)
  • 24 Pour quelques cas, voir ASF, Dieci, Deliberazioni, 20, fos 56vo, 60vo, 64ro, 67ro. Parfois le silen (...)
  • 25 « Scrivere spesso, et quando bene non accaggia cosa che importi, scrivere almeno de’ 3 o 4 dì una v (...)
  • 26 ASF, SDO, Legazioni e commissarie [dorénavant cité : LC], 60, fos 15ro, 31ro.

7L’activité diplomatico-militaire était une source inépuisable de production documentaire22, qui nourrissait le dialogue à distance entre les magistrats et les fonctionnaires. L’écriture de lettres était donc un engagement inéluctable et impératif, congénital à la charge même23 et, par conséquent, il n’y avait guère de place pour le silence, qui aurait créé une fracture dans le parcours épistolaire et généré la peur d’une aporie de la communication24. Au contraire, avec une recommandation au parfum cicéronien, les magistratures demandaient à leurs envoyés d’écrire souvent, même s’il n’y avait pas grand-chose qui se passait25 ; et, effectivement, les commissaires déclaraient souvent que, par la lettre qu’ils étaient en train d’écrire, ils avaient très peu à raconter, voire rien de nouveau du tout (« per questa habbiamo pocho a dire », « Noi non v’abbiamo per questa avisare altro che per quella vi scrivemmo iersera e replicare quelle medesime cose non ci pare necessario »26).

  • 27 Pour quelques exemples, parmi les très nombreux, ASF, MP, I/191 ; III/406 ; V/354 ; VI/175 ; XXXV/4 (...)
  • 28 Piffanelli, 2016. Pour les interactions de Médicis avec les ambassadeurs, voir Medici, Lettere ; Ru (...)
  • 29 Pour un exemple, parmi les très nombreux, voir ASF, MP, XXXI/336.

8Les commissaires florentins traduisaient donc en action les ordres provenant du gouvernement : ils opéraient (et écrivaient) durant une crise, sur laquelle ils avaient été requis d’agir afin de la résoudre, en négociant parfois des condotte, en servant de médiateurs pour les différends, en travaillant pour redresser les litiges. Toute cette activité de médiation et résolution suinte de leur correspondance, qui se partage entre les magistratures officielles et certains des personnages nodaux de la République florentine27. Le dialogue constant avec le plus célèbre de ces personnages, Laurent de Médicis, eut une importance cruciale pour ces envoyés, avec lesquels le Magnifique entretint un flux épistolaire que nous avons ailleurs défini comme « karstique », et dont les ambassadeurs étaient aussi coutumiers28 ; de sa part, le Magnifique commetteva (ordonnait) librement stratégies et manœuvres militaires, qui souvent déterminaient la suite des événements29.

9Cette double communication (avec les magistratures et avec Médicis) engendrait un effort épistolaire pareillement doublé, ce qui contribuait à nourrir les chancelleries et les archives. Pour cela, nous disposons d’un volume documentaire assez important, qui se prête bien à une analyse telle que celle que nous proposons ici.

Structure, langage, mission : une imbrication fonctionnelle

  • 30 Sauf dans le cas, évidemment, de brèves dépêches, comme dans ASF, MP, LXVIII/165.
  • 31 Racine, 1999 ; Piergiovanni, 2009 ; Bartoli Langeli, 1994 ; Garin, 2003 ; Martines, 1968. L’express (...)
  • 32 Les liens entre l’éducation graphique et la vie socioprofessionnelle sont bien clairs. Voir par exe (...)
  • 33 Le lecteur pourra aisément saisir les frappantes similarités entre les lettres cancelleresche (et l (...)

10L’étude de cette masse de documents nous a permis de remarquer une structure à l’intérieur de ces missives, une architecture qui, à quelques exceptions près, était toujours respectée30. Cette identification ne pouvait s’accomplir que par le chemin empirique, étant donné que les commissaires ne constituaient pas un groupe de fonctionnaires spécialisés (comme cela fut, au contraire, le cas de certains « opérateurs documentaires », tels que les notaires, les chanceliers ou encore les juristes31). Leurs lettres n’étaient donc pas le résultat de pratiques textuelles liées aux formalités d’une profession, mais s’avéraient plutôt un produit issu de plusieurs facteurs sociaux, économiques et politiques. Ces commissaires partageaient un univers socioculturel qui impliquait non seulement l’absorption d’une éducation graphico-linguistique spécifique32, mais aussi l’idée d’une mobilité sociale fort prononcée, par le biais de laquelle ils devenaient coutumiers des formes et des structures de la documentation produite dans les chancelleries et abritée dans les archives33.

  • 34 Latour, 2005 ; Daybell, Hinds, 2010, p. 34. Les études de James Daybell visent à définir une sociol (...)
  • 35 Cursi, 2012 ; Dumézil, 2010, p. 8 ; Busonero, 1997 ; Petrucci, 2008, pp. 52, 81.
  • 36 Derolez, 1984 ; Senatore, 1998 ; Montecchi, 1994, pp. 109-153 (surtout pp. 118-121, pp. 128-131).
  • 37 Sur l’importance de certains éléments extrinsèques, comme le format, voir Rück, 1996.
  • 38 Mais on peut retrouver des exemplaires plus longs, où le discours devient plus articulé, et qui aba (...)
  • 39 Sur cette dernière nécessité, voir Rhétorique à Herennius, I, 9, 14-15 ; Witt, 1982, pp. 6-8.

11Avant que nous ne rentrions dans la structure de ces missives, il faut d’emblée prendre en compte que les lettres n’étaient pas seulement un outil de la communication politique : elles avaient une vie en tant qu’objets matériels. Elles étaient maniées pendant l’écriture, le transport, la livraison, la lecture, le passage d’une main à une autre, l’archivage, le vol même. Bruno Latour a souligné que la présence active d’un objet (nous pouvons traduire de cette façon le concept de « agency ») relève de son existence matérielle aussi bien que de son existence en tant qu’élément d’un réseau ; par conséquent, nous ne pouvons pas surseoir à la « social materiality » de notre documentation34, et il faudra tout d’abord que nous prêtions attention à deux des éléments extrinsèques de ces missives, à savoir le support d’écriture et le format. Les lettres des commissaires sont exclusivement des lettres en papier, ce qui était normal pour ce type de documentation, qui ne demandait certainement pas la préciosité requise par d’autres formes documentaires35 ; de surcroît, pour son côté pratique et économique (et donc pas vraiment parce qu’en Italie on estimât que « le papier ne convenait qu’aux manuscrits personnels, aux collections de notes et de correspondances, aux livres destinés aux clercs et à ceux, en langue vulgaire, destinés au peuple »), le support en papier avait désormais envahi les activités de chancellerie et les échanges entre le gouvernement et ses propres émissaires, au point que l’amas documentaire engendré par les correspondances avait déterminé la formation d’« uno mundo de carta36 ». Quant au format, les missives étaient d’habitude rectangulaires (autour de 9 x 24 cm), écrites dans le sens de la longueur37. Les contenus étaient donc concentrés dans un seul noyau informatif, parfois avec quelques appendices rapides38. Compte tenu du moment de conflit pendant lequel ces missives étaient écrites, cette brachylogie se lie plutôt à une nécessité pragmatique de célérité de la communication qu’à un véritable besoin philosophico-moral39.

  • 40 Voir Murphy, 1974, surtout pp. 194-268 ; Camargo, 1991 ; Delle Donne, 2002 ; Polak, 2015 ; Poster, (...)
  • 41 Cité dans Voltolina, 1990, p. 10. Les modèles des salutationes de Boncompagno da Silva, un grammair (...)
  • 42 Voir par exemple Camargo, 2001 ; Alessio, 2001, pp. 166 sqq.
  • 43 Voir la lettre de Médicis à Pierfilippo Pandolfini, où le Magnifique, rentré de Naples quelque peu (...)
  • 44 Gioanni, 2013, pp. 17-18.
  • 45 Sur le rapport entre amicitia et politique : Leclercq, 1945 ; Mullett, 2005 ; Oschema, 2005 ; Feren (...)
  • 46 Voir Hercher, 1873, p. 14, no 9 (εκ των δημhτριοy, Περί ’Ερμηνείας : « … φιλοφρόνησις γάρ τις βούλε (...)
  • 47 Au point que, parfois, l’adverbe n’était même pas associé à un attribut, sa fonction étant exprimée (...)
  • 48 Blücher, 1967, p. 12.
  • 49 « Language is an indicator of social relationship such as deference, familiarity, solidarity… » (Bu (...)
  • 50 ASF, MP, XXXVII/174 ; XCVI/69, fos 69ro-70ro.

12L’ouverture d’une lettre, selon la tradition — c’est-à-dire selon les manuels d’ars dictaminis40 —, coïncide avec le moment de la salutatio et de la captatio : multam enim captamus benevolentiam quando aliquem bene salutamus (« on obtient beaucoup plus de bienveillance quand on salue quelqu’un correctement »), nous enseigne Boncompagno da Signa dans ses Quinque tabulae salutationum41. L’importance de cette section est bien montrée par le fait que de nombreuses Summae salutationum nous sont parvenues ; néanmoins, on a remarqué des modifications de cette portion du texte épistolaire durant le xve siècle, des changements qui en auraient réduit les buts42. Effectivement, dès le début, les lettres des commissaires s’écartent de la tradition, en se montrant plus spartiates ou, mieux, très fonctionnelles. Les deux moments sont fondus dans un seul et bref morceau de texte, qui invoque le destinataire : Magnifici viri, Magnifico Lorenzo, Karissimo tanquam frater, Maior tamquam honorande. Les épithètes et les attributs associés aux noms ne sont assurément pas le fruit du hasard ou d’une attitude flagorneuse de la part des commissaires, mais ils organisent, dès les premiers instants, une hiérarchie entre les deux pôles du discours, et placent les expéditeurs dans un cadre relationnel très précis. À cette brève salutatio, qui entame la communication, est donc confiée la ritualité de l’échange ; néanmoins, quoique reléguée à quelques mots fugaces, la salutatio décrit clairement une géométrie sociale dissymétrique entre l’expéditeur et le destinataire, d’autant plus quand il s’agit d’un échange entre le commissaire et Laurent de Médicis lequel, nonobstant « une certaine autorité », restait toujours « un citoyen » comme les autres43. Dans ce cas-là, d’une façon, certes, moins lyrique par rapport à d’autres échanges épistolaires plus soutenus44, nous pouvons remarquer l’usage d’une véritable rhétorique de l’affection, en vertu de laquelle certains sentiments prennent des nuances à forte teneur politique45, et deviennent des variables sociales : Amicus tanquam frater honorandus, magnifico pater, major mi, Karissime tanquam plurimum frater. Une telle transformation n’est assurément pas l’effet d’un sursaut d’affection : le lexique de l’amitié et de la famille (deux termes décidément polysémiques) est déployé ici de façon très astucieuse et réfléchie, par le biais d’un jeu métaphorique qui enveloppe locuteur et allocutaire épistolaires. Si Demetrius Phalerius considérait qu’une lettre devait être un bref témoignage d’amitié46, ici toute la stratégie rhétorique repose sur l’adverbe tamquam : s’il fonde au premier degré une relation de réciprocité entre les deux47, en réalité il souligne et impose l’existence d’un rapport inégal entre eux. Le respect que l’on doit à un père (et, de l’autre côté, la protection à laquelle on s’attend), l’attention et le soin que l’on éprouve envers un frère (et le sentiment d’égalité), la loyauté qui caractérise la relation amicale (et donc l’absence d’une trahison) : tout cela met en évidence la dénivellation, l’écart entre l’expéditeur et le destinataire. Mais le jeu ne s’arrête pas ici, et l’usage de tamquam, au lieu d’autres adverbes (tels que ut ou quomodo), nous apparaît infiniment intéressant. L’emploi de tamquam impliquait une comparaison irréelle48, c’est-à-dire une similitude plutôt qu’une véritable identité (en français, nous le traduirions par « comme si tu étais ») : par conséquent, en considérant Médicis, selon les occasions, à l’instar d’un père, d’un frère, d’un ami ou d’un « plus grand que moi » (maior mi), le commissaire se pose dans un rôle virtuellement inférieur, mais, en tout état de cause, privilégié, parce qu’il peut s’adresser à lui avec une intimité de ton qui caractérise les relations familiales49. C’est aussi en vertu de cette dynamique d’identification et de reconnaissance réciproques que les commissaires pourront, dans leurs lettres, se permettre certains comportements et certaines actions, qui arrivent parfois jusqu’à prendre des décisions militaires manifestement contraires aux ordres reçus50.

  • 51 « Alla vostra de dì… », « Per l’altra mia scripsi hieri… », « Iersera a hore… », « In questa mattin (...)

13La salutatio cède ainsi tout de suite le pas à un premier élément, moins cérémonieux, qui contextualise de façon claire la lettre dans une chronologie précise du conflit : les commissaires rappellent ici les dates et les heures de la lettre des magistrats à laquelle ils sont en train de répondre aussi bien que de la dernière qu’ils avaient envoyée51. Par le biais de cette précision temporelle, au rapport interépistolaire déterminé par la convergence, dans les mains des magistrats, de plusieurs correspondances différentes (telles que les missives des ambassadeurs ou des marchands, par exemple) sur la même situation, s’accole un rapport intra-épistolaire, c’est-à-dire la connexion entre les lettres (missive et responsive) appartenant au même conflit. À chaque fois, cette opération de contextualisation chronologique est close, nous le verrons, par la datatio, à la fin de la missive.

  • 52 Sur cette section, voir tout d’abord : Granzin, 1930 ; Fichtenau, 1957 ; Id., 1956. Toutefois, les (...)

14Tout de suite après cette datation, la narration débute in medias res : nous pouvons remarquer, en effet, l’absence d’une section intermédiaire quelconque, une partie pourtant présente dans d’autres types de lettres. Les missives qui font l’objet de notre étude sont effectivement dépourvues d’un préambule, d’une arenga52 : il n’y a pas un espace épistolaire de transition, mais nous dirions aussi de transaction, étant donné la valeur idéologico-pragmatique de cette section. Cependant, cette absence n’étonne guère : il n’y avait pas de spéculation théorétique, car il n’y avait pas de message idéologique à laisser passer, et ce qui intéressait tant les expéditeurs que les destinataires, c’était les contenus de l’action, les événements, les informations, tout ce qui se révélerait utile pour prendre des décisions et agir. Au fur et à mesure, nous remarquons donc que ce sont les nécessités du conflit qui déterminent l’architecture épistolaire ; au motif de cette absence, nous pouvons alors passer à une des parties les plus denses des lettres des commissaires, le corps central de la missive.

  • 53 Voir ASF, SDO, LC, 60. Cette récolte d’informations avait, de toute façon, des points de contact av (...)
  • 54 ASF, Dieci, Missive, 8, fo 90vo ; ASF, SDO, LC, 60, fos 18, 35vo.
  • 55 Pour quelques-unes parmi les nombreuses références, ASF, Dieci, Missive, 8, fo 90vo ; SDO, LC, 60, (...)
  • 56 Bullard, 1996 ; Lazzarini, 2015, pp. 239-262. Et vu que — disait Gregorio Dati — « chi fa bene n’ac (...)
  • 57 Voir par exemple ASF, Dieci, Responsive, 25, fos 328ro-329vo, 331ro ; ASF, Carte strozziane, II, 97 (...)

15C’est le moment de la narratio, des informations recueillies et racontées. Vu qu’ils vivaient les événements personnellement, les commissaires donnaient des renseignements de première main ; toutefois, ils ne siégeaient pas à la cour d’un prince ou d’un seigneur, où les nouvelles s’enchaînaient et s’accumulaient continûment, mais au champ de bataille (al chanpo), ce qui les obligeait à recueillir les informations de façon différente53. Les modalités de rassemblement des nouvelles et des informations sont très souvent évoquées et communiquées au fil de l’exposition : ils devaient se renseigner, « par lettre ou de vive voix » (« per lettera o a boccha54 ») sur ce qui était en train de se passer ; et dans leurs missives, ils font référence aux moyens qui leur avaient permis cette récolte : par les opinions de certains, par « plusieurs voies », par d’autres fonctionnaires, par les paysans du lieu, par l’interception d’autres lettres, par les discussions avec les officiers d’autres puissances (Milan, Venise, Faenza, Rimini), par la rumeur55. Les commissaires auraient pu s’exempter de ces explications, la nouvelle étant suffisante par elle-même, mais les détails de leur récolte d’informations sont absolument nécessaires parce qu’ils montrent aux destinataires le travail réalisé et leur empressement56. La partie relative à ces détails était donc, dans la structure entière de la lettre, une section fonctionnelle à la communication aussi bien qu’à la gestion du conflit : elle rassurait les magistratures (ou Laurent de Médicis, ou les deux) et, en même temps, montrait par quels chemins les commissaires géraient les ressources à leur disposition pour l’emporter, à la fin57.

  • 58 Quelques cas dans ASF, Dieci, Missive, 5, fos 119vo-120ro ; 8, fos 177vo-178ro ; Responsive, 25, fo (...)
  • 59 Camargo, 1996. Voir par exemple ce que les Dix dirent à Girolamo Albizzi, par rapport à son travail (...)
  • 60 ASF, Dieci, Missive, 8 ; Responsive, 25, fo 323vo ; ASF, SDO, LC, 60.
  • 61 Voir aussi Senatore, 2011.
  • 62 Comme l’a bien souligné Sandro Landi, toujours à propos de l’écriture épistolaire, « est effective, (...)

16Si les contenus de ces missives tournent tous autour des nécessités du conflit, il est presque superflu d’expliciter qu’ils ne sont pas homogènes, puisqu’ils peuvent concerner des faits militaires (les exemples de ce type foisonnent), des ravitaillements (« Surtout pain et farine, la faim n’attend pas »), ou encore des demandes de services (comme l’entremise d’un personnage puissant pour la nomination d’un ami, parfois pour une magistrature, parfois pour des charges ecclésiastiques)58. Comment ces commissaires reproduisaient-ils la tridimensionnalité du réel dans la bidimensionnalité d’une lettre ? Autrement dit, comment communiquaient-ils l’état des choses à leurs propres interlocuteurs à Florence ? Au biais épistolaire manquent le ton de la voix et les nuances du discours verbal59, un tableau phonétique qui doit être forcément exprimé par un langage particulier, en l’occurrence un lexique empreint de négativité et difficulté : « je fais ce que je peux et non pas ce qu’il faudrait faire, car c’est très fatigant de faire bouger les hommes de leurs champs » ; « la seule solution, ce sont les canons » ; « nous résistons ici à grand-peine, et nous sommes inquiets pour notre âme et notre corps » ; « le gouffre commence ici aussi » ; « il y a un énorme danger », « des énormes dégâts »60. Nous sommes donc en présence d’une véritable rhétorique de la nécessité : un climat d’angoisse imprègne ces écritures, et le langage prend un rôle capital au sein de cette correspondance. Les nuances, les valeurs, les champs sémantiques dilatés, l’adjectivation : tout cela contribuait à la structuration d’un discours qui gravitait autour du conflit, et qui devait montrer ce conflit même61. Par le biais d’une ενάργεια qui est bien loin d’être dépourvue de doutes, ils utilisent la lettre pour reconstruire, aux yeux des destinataires, le conflit. Le réel est démonté en morceaux et remonté, et la vérité était donc, parfois, une technique narrative : les commissaires, dans un moment d’impasse, pétrissaient le discours, le modelaient, tout en restant cependant dans une présentation des événements tout à fait crédible62.

  • 63 Braudel, 1990, t. I, pp. 326-354.
  • 64 Il est notoire qu’une telle hiérarchie des sources remonte à l’Adversus paganos d’Orose. Voir par e (...)

17À cause de la distance qui séparait le gouvernement de ces commissaires, l’expression écrite des informations — bref, la lettre — était l’expression même de la véracité des choses, du fait qu’elles s’étaient vraiment passées ; c’est pour cela que, à notre avis, par ces lettres liées à la guerre, un changement important se concrétise : l’inversion de la hiérarchie des sources. Un tel bouleversement — que nous pouvons lier à ce que Braudel appelait « l’ennemi numéro 1 », à savoir l’espace63 — relève donc des modalités épistolaires du conflit : la triade traditionnelle, qui voyait les sources divisées en visa, audita et lecta64, est ici inversée, et pour ces magistrats la priorité est maintenant accordée aux sources qui sont lues, c’est-à-dire celles qui ont été écrites et enfin lues.

18Après avoir livré les informations, donné les conseils et suggéré les directives, il ne restait plus beaucoup à ajouter : il fallait alors terminer l’écriture de la lettre. À l’orée de la véritable fin du texte, une dernière partie était posée pour terminer l’écriture. Les éléments fondamentaux de cette clôture sont au nombre de trois : la formule finale, les salutations et la datatio.

19La formule finale est, à notre avis, très intéressante, parce qu’elle confie à la lettre un pouvoir presque démiurgique, dans la mesure où elle jette un pont pour la poursuite de l’échange épistolaire. La communication s’achève par une phrase positive, avec de l’espoir (dont l’énergie perlocutoire est immense) ; en outre, très fréquemment cette phrase conclusive est suivie par une expression telle que « Non altro per ora » (« Rien de plus pour le moment »), ou similaire. C’est une clôture qui ne tranche pas le dialogue, mais qui, bien au contraire, laisse le canal épistolaire entrouvert, en donnant au destinataire non seulement l’envie, mais surtout la nécessité de répondre et d’attendre de nouvelles lettres. Ce « pour le moment » prolonge dans le temps le flux d’épîtres et, en définitive, exprime de façon éclatante le rôle central des commissaires, qui arrivent ainsi à rythmer l’échange.

  • 65 Les formules — qui ne dépassent jamais le choix entre Dieu et le Christ — varient entre « Iddio ti (...)
  • 66 Tenenti, 1968, p. 78. Voir par exemple ASF, MP, XXXIV/418, 12.II.1480, Bartolomeo Scala à Laurent d (...)

20Les salutations et la recommandation, qui précèdent la datatio finale, se limitent d’habitude à poser sous l’aile protectrice de la divinité chrétienne le destinataire65. À Florence, l’« État était l’État de quelqu’un66 » ; pour cela, en souhaitant aux destinataires de rester en bonne santé, ces mandatés songeaient à leur propre situation aussi, puisque la conservation du reggimento était préalable à la sauvegarde de sa propre personne. En outre, bien qu’il s’agît d’une fin assez stéréotypée, elle était importante, car elle exprimait la bienveillance de l’expéditeur à l’égard du destinateur et le partage d’un univers commun, un véritable moment de parité entre les deux, sous le regard d’une figure divine.

  • 67 Koskenniemi franchit ainsi la dichotomie présence/absence existant entre les défenseurs de la lettr (...)
  • 68 ASF, Dieci, Missive, 8, fos 141vo-142ro ; MP, XXXIV/543.

21Une fois que tous les éléments sont mis en place, il faut les encadrer dans le temps : on arrive donc à la section de la datation, qui se relie aux éléments chronologiques indiqués au début de la lettre, et clôt la qualification temporelle de la missive. La datatio est une datation topique et chronique, parce qu’elle enclave dans l’espace et dans le temps cette lettre précise, de sorte qu’elle ait une identification unique. Ces deux éléments non seulement rendent la lettre géoréférencée, mais ils la posent aussi en dialogue avec les autres lettres, pour créer une mosaïque — ou une toile, si l’on veut — épistolaire. Comme conséquences de l’exercice du pouvoir à distance, la communication épistolaire (dans le sens d’un transfert d’informations qui utilise la lettre comme vecteur) engendre un dédoublement de certaines catégories : tout d’abord, locuteur et allocuteur épistolaires se trouvent à opérer dans une situation d’absence et de présence, d’apousia-parousia, pour utiliser l’expression de Heikki Koskenniemi67 ; de surcroît, elle détermine une situation diatopique et diachronique. En fait, les catégories d’espace et de temps sont regroupées en deux moments épistolaires, « ora-qui » (maintenant-ici) et « poi-lì » (après-là-bas), ce qui est dû au rapport différent avec le conflit, selon qu’il s’agisse de ceux qui sont aux frontières de l’État, sur les lieux des faits, ou de ceux qui sont à Florence (un rapport direct et indirect, pourrait-on dire). Ce dédoublement a assurément son influence sur les décisions militaires à prendre, et est explicité par l’usage de déictiques marquant cette différence : ce qui se passe « chostì » (là-bas) n’est pas ce qui se passe « chostà » (ici), où, pour les commissaires, la situation est toujours plus difficile68.

  • 69 Patrick Boucheron parle à ce propos d’une « fascination proprement renaissante pour la signature ». (...)
  • 70 Nous voulons bien nous exprimer de cette façon, pour signaler que le signe nominal ne coïncide pas (...)
  • 71 Pour une analyse de ce rapport du point de vue littéraire, voir Zimmermann, 2001 ; Salaün, 2010 ; D (...)
  • 72 Pour quelques cas royaux, Montuori, Senatore, 2009, pp. 568 sqq. ; Gimeno Blay, 2006.
  • 73 Nous façonnons évidemment cette formule à partir du « pacte autobiographique », exploré par Philipp (...)
  • 74 Quand l’écriture du commissaire est connue (par d’autres sources), la confrontation paléographique (...)
  • 75 Sur la question de l’« onymat », voir Genette, 2002, p. 43.

22Le texte de la missive ne s’arrête pas à cette datation, mais se prolonge dans la signature, qui constitue un phénomène d’écriture chargé de grandes significations, parce qu’elle est l’élément le plus fort de la personnalité des commissaires69. Même la signature fait partie du langage épistolaire, et elle garde en soi des éléments rituels et d’autres plus pragmatiques. Dans leur signature, les commissaires indiquaient toujours leur nom, leur rôle militaire et, s’ils en étaient pourvus, le titre honorifique (eques). L’onomastique épistolaire des commissaires est, pour cela, une onomastique tant personnelle que professionnelle : le nom inséré dans la signature70 identifiait l’expéditeur agissant ès qualités, et revendiquait les responsabilités et les mérites de l’action relatée, aussi bien que la véridicité et la fiabilité des contenus. Signer la lettre était donc, à la fois, un processus d’autodésignation et d’autoqualification, et entre autographie et auctoritas71 nous pouvons établir une espèce de correspondance biunivoque. Dans l’échange épistolaire, cette auctoritas était recelée précisément dans la signature ou, mieux, dans l’autographie de la signature72 : à cause d’un « pacte autographique » tacite73 entre le fonctionnaire et la magistrature, le commissaire signait presque toujours manu propria les lettres qu’il envoyait, même quand il en avait dicté les contenus74 ; de cette sorte, ces contenus n’étaient dépourvus ni de validité ni de crédibilité. L’intérêt — et l’obligation — du commissaire était donc de s’orthonommer, c’est-à-dire de garder, dans ses missives, l’« onymat » le plus précis, même par rapport à son autographie75.

  • 76 Pour une vision globale, voir au moins Kent, 1975 ; Herlihy, 1991 ; De Angelis, 2014.
  • 77 Nous avons analysé un cas particulier de nomination d’un chevalier : Piffanelli, 2014, pp. 84-86.
  • 78 Salvemini, 1896.
  • 79 Voir aussi les considérations de Clough, 1990, pp. 35-36, pp. 46-47.
  • 80 Pour une comparaison avec la réalité française, Peltzer, 2012, p. 286. La citation dans le texte es (...)

23Mais encore plus significatif que le nom, c’était l’indication du rôle et des attributs honorifiques : ici, l’appartenance de ces hommes au reggimento se manifestait sans équivoque. Cette appartenance impliquait, bien évidemment, une affinité politique entre ces mandatés et la classe dirigeante qui était au sommet des hiérarchies gouvernementales76. Dans leur signature, ces envoyés spécifiaient s’ils étaient commissaires ou commissaires-orateurs, ce qui exprimait ainsi la nature professionnelle de la lettre ; en outre, s’ils en avaient reçu le titre, la référence explicite à leur statut de chevaliers criait à tue-tête leur intimité avec le reggimento. Le fait d’être chevalier au xve siècle (mais déjà dès la seconde moitié du xive siècle) impliquait la participation active à la vie publique, donc le fait de hanter les membres de la classe dirigeante et d’en servir les intérêts77. Jusqu’au milieu du Trecento, en effet, la nomination des chevaliers ne sortait pas de la juridiction impériale (ou, en tout cas, des prérogatives des pouvoirs souverains, tels que le pontife ou les rois)78 ; mais quand, à la moitié du siècle, les Prieurs acquirent le vicariat impérial, le sens intime de cette nomination équestre prit de nouvelles nuances : être nommé chevalier signifiait alors faire partie d’un groupe tout intérieur à la ville de Florence, qui avait désormais revendiqué, par le biais d’un effort idéologique remarquable, son indépendance par rapport à la gestion impériale. Pour ces commissaires, dès lors, accompagner leur signature avec l’attribut d’eques était un moyen de déclarer, une fois de plus, l’appartenance aux orientations politiques qui conduisaient la République79. Et puisque « les textes écrits peuvent être utilisés comme outils pour représenter des identités dans des contextes sociaux » (« texts can be used as tools for enacting identities in social settings »), il en découle que cette activité d’écriture était étroitement liée à une foi publique partagée, qui était à l’origine même de leur envoi. S’ils avaient choisi une faction, alors ils en épousaient la cause politique et les conflits qui l’intéressaient80.

  • 81 Guyotjeannin, 2008, pp. 33 sqq.
  • 82 Par exemple, ASF, MP, XCVI/69, fo 70ro.

24Nous aboutissons donc à la fin de notre analyse, et les lettres se terminent comme elles s’étaient ouvertes, c’est-à-dire par un expédient qui réunit des éléments rituels et d’autres plus rondement pragmatiques, avec un discours qui confie à la polysémie et à la fonction perlocutoire du langage toute son efficacité. À la différence d’autres dispositifs de communication81, les missives de ces envoyés n’empêchent pas un prolongement de leur écriture, qui peut être rajouté contextuellement à la rédaction de la lettre ou bien postérieurement : parfois les commissaires ajoutaient au dernier moment des nouvelles informations, et c’est ainsi que nous pouvons trouver des apostilles82.

  • 83 Lazzarini, 2007, p. 283 (nous soulignons).

25Une fois terminée, la lettre était envoyée par un messager (cavallari, fanti del procaccio). Le système postal était à la fois un ganglion vital du flux épistolaire et une difficulté des communications de guerre : le dialogue per litteras avait effectivement besoin d’un vecteur physique qui portât la missive à destination, mais le temps nécessaire pour couvrir les distances qui séparaient le champ de bataille de la cité impliquait forcément un retard de la communication. Le décalage chronologique et spatial était donc une constante de la gestion épistolaire d’un conflit, qui n’était jamais seulement « une guerre d’armes, mais une guerre qui se faisait aussi par les mots83 ».

26Les commissaires au champ de bataille étaient, pour la République florentine, la voix la plus autorisée sur les événements militaires, car elle provenait directement du front ; pour cela, leurs lettres représentent une production particulière dans le panorama documentaire florentin, ces missives ayant été écrites exclusivement pendant une période de haute conflictualité. Ils géraient les différents composants du conflit auquel ils participaient (négociations, ravitaillements, recrutement, assainissement des différends), et leur correspondance s’en révélait ainsi l’épine dorsale ; mais ils ne constituaient pas un contingent spécialisé, et ils étaient encore moins des professionnels de l’écriture, bien qu’ils fissent de l’écriture un usage professionnel. Par conséquent, l’individuation d’une structure commune derrière leurs épîtres n’a pas tenu à l’identification d’un groupe homogène et spécialisé (comme les notaires) et de leurs pratiques textuelles, mais plutôt d’un ensemble de facteurs, tels qu’une alphabétisation générale, qui est passée par l’absorption d’un modèle graphico-linguistique (et donc socioprofessionnel) partagé ; la connaissance des enjeux politiques non seulement florentins, mais globaux, notamment du point de vue des affaires diplomatiques ; leur implication dans la machine gouvernementale, sinon leur présence parmi les membres du reggimento, ce qui déterminait leur familiarité avec les écritures publiques.

  • 84 Kristeller, 1979, pp. 93 sqq. ; Bartoli Langeli, 1994, pp. 251-254 ; Michel, 2012 ; Montagne, 2010.
  • 85 Alessio, 2001, pp. 163-173. Le dictamen exerça encore au xve siècle son influence sur les échanges (...)
  • 86 Wyss, 2002, p. 27.
  • 87 Artifoni, 1994. Les artes du discours, toutefois, étaient principalement l’ars arengandi et l’ars p (...)
  • 88 Grize, 1988.
  • 89 Lazzarini, 2009.
  • 90 Senatore, 2009, p. 255.
  • 91 Witt, 1982, p. 6 : « Public needs played a predominant role in initiating the manuals of ars dictam (...)
  • 92 Voir par exemple Daybell, 2016 ; Henderson, 2002.

27Si les jeux rhétoriques étaient toujours présents, et à tout niveau de communication84, les réalisations épistolaires provenant de l’ars dictaminis étaient en train de constituer une ars epistolandi85, même si cette transformation ne se décline assurément pas dans les formes d’une « Auflockerung dieser epistolaren Schreibschriftlichkeit86 » (que nous proposons de traduire par « dissolution des structures de composition du discours épistolaire »), mais plutôt contribue à la séparation entre paradigmes du discours oral (sermo) et du discours écrit (per litteras), ce qui a, d’ailleurs, toujours été à la base de l’ars dictaminis87. L’efficacité de leur communication est indéniable, en raison tout d’abord d’un postulat de préconstruit culturel88, qui fait aussi partie de cette « grammaire partagée de communication » qu’Isabella Lazzarini a remarquée comme liée aux homologies croissantes au sein des États italiens89, et que Francesco Senatore a aussi mis en évidence à propos de la composition d’une autre typologie de production épistolaire, la lettre de chancellerie90 (qui, d’ailleurs, montre plusieurs affinités avec les lettres des commissaires). Nous sommes donc en présence d’une société tellement coutumière de l’écriture de lettres que nous pourrions parler d’une « société épistolaire ». Et, en effet, les spécialistes ont souvent remarqué que les manuels d’ars dictaminis — et donc la création d’une structure du discours, tant oral qu’écrit — se sont nourris des besoins de la société91. C’est par le biais d’une telle compénétration que nous pouvons remarquer qu’à tout niveau de production écrite (même celle qui nous pourrait paraître la documentation la plus privée, comme la fiscale, ou la plus intime, comme les « livres de famille »), le résultat est un mélange d’un apport personnel et du contexte social. Il faut donc toujours considérer que même l’écriture d’une lettre, aussi personnelle soit-elle, n’aboutit jamais à un produit totalement privé92, mais elle s’avère le résultat d’un mélange socioculturel dont les éléments sont tout d’abord métabolisés, puis réélaborés et enfin réemployés dans leur nouvelle forme métisse. En ce qui concerne nos commissaires, au niveau « personnel-social » s’adjoint le niveau « privé-public », où l’écrivain se projette dans le texte, et la dimension de l’homme prévaut sur celle de l’officier. En sont un exemple les demandes personnelles adressées à Laurent de Médicis : l’interaction avec le Magnifique ouvrait, dans la communication épistolaire, l’espace pour la négociation privée.

  • 93 Luhmann, 1997.
  • 94 Genet, 1998.
  • 95 Barthes, 1971, pp. 148 sqq. Pour la Florence du bas Moyen Âge, le lecteur pourra avoir une idée de (...)
  • 96 En effet le dispositif, qui pour Agamben se lie étroitement au concept d’οἴκοςνόμος (et donc de ges (...)

28Ce lien osmotique entre ars epistolandi et contexte social peut prendre les formes d’une Selbstbeschreibungen der Gesellschaft93, d’une autodescription de la société (génitif subjectif), selon laquelle le contexte social influence l’écrivant, qui ne devient ainsi que le biais dont la société même se sert, afin de produire non pas une description de soi (génitif objectif), mais une autodescription. Quand ils s’expriment, dans la salutatio, en utilisant « maior mi », ou les autres expressions que nous avons vues, on n’est pas en train d’assister à la condition réelle entre les deux sujets, mais aux effets de la socialisation des rapports humains. Nous pouvons donc affirmer que l’univers social imprègne le développement de la lettre jusqu’à devenir un des piliers de la rhétorique épistolaire. C’est d’ici que la rhétorique de l’amitié et de la famille prend ses origines, et transforme des sentiments en catégories politiques. D’ailleurs, il n’y a pas de politique sans qu’il y ait une communication politique94 : par le biais du canal épistolaire, donc, un lien circulaire entre texte et geste était établi. L’ordre émis et envoyé par les magistratures florentines était exécuté et, de retour, avec l’activité de plume des commissaires, le processus décisionnel de l’action politique prenait corps réellement, grâce à une adjectivation et à des choix lexicaux réfléchis. Par conséquent, les commissaires florentins se posent presque au croisement de l’écriture, entre écrivains et écrivants95. C’est bien pour cela que la disposition architecturale des éléments qui composent ces lettres nous montre à quel point langage, structure et mission étaient des éléments solidement entrelacés entre eux dans leurs missives. Le dispositif épistolaire répondait superbement aux besoins d’urgence et de communication de la République avec ses propres commissaires96 : dans leurs correspondances, le rapport entre l’écriture épistolaire et la situation de guerre — et donc entre lettre et conflit — s’épanouit, et dégage ainsi tout son caractère informatif exergonique.

Notes

1 Machiavelli, De principatibus, livre XV. Voir aussi Raspa, 2006 ; Fournel, 2013. Sur la transmission de la vérité par le biais épistolaire : Waquet, 2008.

2 « Hé bien, la guerre ! », répondit la marquise au vicomte, en bas de la même lettre où ce dernier lui avait écrit : « le moindre obstacle mis de votre part, sera pris de la mienne pour une véritable déclaration de guerre ».

3 Servadio, 2009 (les parties sur Ebla, Mari et Ugarit) ; Hoffner, Beckman, 2009, pp. 2-74 ; Cohen, Westbrook, 2000 ; Ceccarelli, 2013 ; Birley, 2005 ; Constable, 1976 ; Doglio, 2000 ; Del Lungo Camiciotti, 2014 ; Beaurepaire, 2006 ; Dossena, Del Lungo Camiciotti, 2012 ; Walker, 2007. Pour une étude qui souligne continuités et innovations de l’échange épistolaire, Petrucci, 2008. En ce qui concerne certaines innovations techniques, Pastena, 2009 ; Bustarret, 2012.

4 Sur les implications politiques de l’écriture de lettres entre Moyen Âge et Temps modernes : Boutier, 2008 ; Dumézil, Vissière, 2014 ; Id., 2016 ; Davide, 2013 ; Lazzarini, 2015, pp. 202-212 ; Ead., 2008 ; Gamberini, 2005, pp. 40-52 ; Allinson, 2012 ; Bérenger, Dard, 2015 ; Feo, 1994 ; Grévin, 2009 ; Varanini, 2012 ; Grata, 2014 ; Fossier, 2017.

5 Ferente, 2016, p. 73 : « The language was action-oriented; communication was established and information transmitted in order to take decision and shape action… ».

6 En général, voir Leverotti, Treppo, 2008.

7 Même Francesco Storti n’engage pas un véritable discours sur les lettres des commissaires, bien qu’il les cite dans le titre de son travail : Storti, 2013.

8 Voir Statuta, t. II, livre V, rubrique CCLXXX, pp. 780-781 ; pp. 831-834. Déjà dans les Statuti del Capitano, rubrique VIII, les ambassadeurs avaient été assimilés aux « officiers extraordinaires ». Les Tre maggiori étaient les trois charges principales de la ville : la seigneurie (prieurs et gonfalonier), les douze bonshommes, et les seize gonfaloniers de compagnie.

9 Guicciardini, Dialogue, p. 85 ; Vedovato, 1946, p. 47 (etiam quantumcumque ambaxiata non diceretur officium) ; Brown, 2006, pp. 232-240. Sur la législation concernant les deux rôles, Piffanelli, 2016 ; sur les caractéristiques des officia au xve siècle, on lira avec profit Gli officiali ; Lachaud, 2010 ; Castelnuovo, 2012 ; Jamme, Poncet, 2005 ; Fubini, 1996, pp. 28-32 ; Fedele, 2017, pp. 83-189, pp. 565-581.

10 Voir Goody, 1986 ; Rück, 1977 ; De Vivo, 2013 ; Lazzarini, 2018 ; Maire Vigueur, 1982 ; Grillo, 2006 ; Bartoli Langeli, 2009.

11 Pour une position différente, Fubini, 1996, pp. 28, 68.

12 Voir Piffanelli, 2016, où nous analysons la figure du commissarius seu orator.

13 Archivio di Stato di Firenze (ASF), Signori, Legazioni e commissarie ; Signori, Minutari ; Signori, Missive I Cancelleria ; Signori, Dieci di Balia, Otto di Pratica [dorénavant cité : SDO].

14 Sur ces sources, des tentatives de classification dans Lazzarini, 2012 et Ead., 2015, pp. 49-66 ; Senatore, 2008-2009, pp. 142-143 (mais la correspondance des commissaires n’y est jamais présente). La centralité des lettres de créance dans les missions des ambassadeurs est soulignée partout, tant dans l’historiographie que dans les sources. Voir par exemple Fubini, 1994, p. 20 ; Mallett, 1994 ; Commissioni, passim ; Medici, Lettere ; ASF, Signori, Minutari, 6, fo 5ro.

15 Pour les instructions données aux ambassadeurs, Taddei, 2008 ; Figliuolo, 2015, pp. 130-132. Pour le dossier des documents écrits ou rassemblés par eux, Senatore, 1998, pp. 124-125 et Id., 2000 ; Figliuolo, 2008. Quelques exemples de lettres de commissaires chiffrées dans ASF, Mediceo avanti il Principato [dorénavant cité : MP], V/196 ; XXXIV/400 ; VII/419.

16 Quelques exemples dans ASF, Dieci di Balia [dorénavant cité : Dieci] : Deliberazioni, 21, fo 76vo ; 22, fos 80vo-81ro ; Responsive, 25, fo 266 ; Missive, 10, fo 65ro.

17 À partir de la seconde moitié du xve siècle, les missions des commissaires et des commissaires-orateurs commencèrent à être prolongées, comme pour les ambassadeurs, usque ad revocationem, à savoir bien au-delà des limites chronologiques imposées au début de la mission. Cela est un détail qui montre, d’un côté, des similitudes entre les deux rôles, de l’autre, l’importance croissante de la présence stratégique des commissaires. Au fur et à mesure, leur activité au sein de l’action politico-militaire de l’État florentin devint centrale, au point que Guicciardini envisagea comme incontournable leur présence pour constituer le « conseil du milieu » (« consiglio di mezzo »). Voir Guicciardini, Discours de Logroño, p. 71.

18 La bibliographie sur l’histoire de Florence est nourrie. Pour une vision d’ensemble sur les événements florentins des xive et xve siècles, voir Najemy, 2006 ; Boutier, 2008 ; pour des analyses plus détaillées : Brucker, 1977 ; Fubini, 1994 ; les excursus contenus dans Medici, Lettere, vol. 1-16 ; Zorzi, 2008 ; Rubinstein, 1954 ; Piffanelli, 2020.

19 Voir Connell, 1988 ; Ninci, 1991, p. 349.

20 Piquette, Whitehouse, 2013 ; Daybell, 2012.

21 Par exemple, afin que les ordres arrivassent en temps utile pour prendre des décisions, les commissaires écrivaient d’habitude tôt le matin ; cela leur permettait aussi, selon les événements, d’envoyer plusieurs lettres pendant la même journée, et de trouver facilement des messagers.

22 Guerre et diplomatie forment un binôme tellement ancien et étroit même du point de vue documentaire que cela est une attitude bien attestée déjà durant l’Âge du bronze, par exemple dans les tablettes d’Ebla et Amarna, ou dans la correspondance entre les Pharaons et leurs vassaux cananéens. Voir Biga, 2008 ; Na’aman, 2000, pp. 135-138. Cet aspect diachronique, et l’abondante documentation épistolaire relative, nous suggèrent que ce fut par les échanges épistolaires des agents diplomatiques que l’on organisait et gérait les différentes phases du conflit. En guise d’exemple, et pour nous tenir à la réalité florentine, voir Commissioni ; Corrispondenza degli ambasciatori fiorentini ; Medici, Lettere.

23 Symmaque, Epistulae, III, 17 : sit inter nos frequens honesti usus officii, sint adsiduae scriptorum familiarum vices (p. 76).

24 Pour quelques cas, voir ASF, Dieci, Deliberazioni, 20, fos 56vo, 60vo, 64ro, 67ro. Parfois le silence était tel que les magistrats se déclaraient explicitement ébahis par l’incroyable retard des réponses (« tanta tardivitate »), ce qui équivalait à une absence de communication.

25 « Scrivere spesso, et quando bene non accaggia cosa che importi, scrivere almeno de’ 3 o 4 dì una volta ». Voir Florence, Archivio privato Borromeo di Isola Bella, Acquisizioni diverse, « F », cité dans Connell, 2015. Pour Cicéron, Epistulae ad Atticum, XIV, 7 : aut, si nihil erit, quod in buccam venerit scribes (p. 442).

26 ASF, SDO, Legazioni e commissarie [dorénavant cité : LC], 60, fos 15ro, 31ro.

27 Pour quelques exemples, parmi les très nombreux, ASF, MP, I/191 ; III/406 ; V/354 ; VI/175 ; XXXV/457 ; XXXVI/108.

28 Piffanelli, 2016. Pour les interactions de Médicis avec les ambassadeurs, voir Medici, Lettere ; Rubinstein, 1992 ; Fubini, 1994 ; Bullard, 1996 ; Piffanelli, 2014, chap. iii.

29 Pour un exemple, parmi les très nombreux, voir ASF, MP, XXXI/336.

30 Sauf dans le cas, évidemment, de brèves dépêches, comme dans ASF, MP, LXVIII/165.

31 Racine, 1999 ; Piergiovanni, 2009 ; Bartoli Langeli, 1994 ; Garin, 2003 ; Martines, 1968. L’expression citée est prise de Bartoli Langeli, 2004, p. 44.

32 Les liens entre l’éducation graphique et la vie socioprofessionnelle sont bien clairs. Voir par exemple Id., 2006 ; Goldthwaite, 1972 ; Sapori, 1955 ; Ceccherini, 2008. Du point de vue linguistique et paléographique, l’usage de la langue vulgaire et de cursives du type mercantesque, de la part de ces commissaires dans l’écriture de leurs lettres, semble être la seule option possible. Néanmoins, nous avons quelques cas où le même commissaire fait preuve d’une digraphie horizontale, en maîtrisant des écritures différentes (et différents systèmes linguistiques) : c’est bien la condition de Giannozzo Manetti, qui dans sa correspondance en tant que commissaire utilisait une cursive documentaire, alors que, dans son activité de lettré, il déployait toute la clarté et la pondération de la littera antiqua, aussi bien que son goût pour la langue latine. Voir De Robertis, 2012, pp. 225 sqq., et Ead., 2006 ; Manetti, Biographical Writings, p. 290. Un exemple pour Id., De terremotu. Nous voudrions aussi renvoyer à Zamponi, 2016, surtout pp. 115-118 ; Marcelli, 2016.

33 Le lecteur pourra aisément saisir les frappantes similarités entre les lettres cancelleresche (et la documentation de chancellerie en général) et les lettres des commissaires grâce à Senatore, 2009. Pour quelques exemples significatifs de cette mobilité, Jacks, Caferro, 2001 ; Kent, 1977 ; Piffanelli, 2012 ; Id., 2014, pp. 9-10, pp. 28-39 (où, p. 120, nous signalons aussi la présence d’une manicula, un artifice graphique typique du monde de la documentation publique, passée dans un livre de ricordanze).

34 Latour, 2005 ; Daybell, Hinds, 2010, p. 34. Les études de James Daybell visent à définir une sociologie de l’écriture de lettres, prenant en compte les aspects matériels du texte, les pratiques sociales de la culture épistolaire, et le contexte matériel dans lequel les lettres étaient écrites. Voir aussi Daybell, 2012.

35 Cursi, 2012 ; Dumézil, 2010, p. 8 ; Busonero, 1997 ; Petrucci, 2008, pp. 52, 81.

36 Derolez, 1984 ; Senatore, 1998 ; Montecchi, 1994, pp. 109-153 (surtout pp. 118-121, pp. 128-131).

37 Sur l’importance de certains éléments extrinsèques, comme le format, voir Rück, 1996.

38 Mais on peut retrouver des exemplaires plus longs, où le discours devient plus articulé, et qui abandonnent le format plus réduit. Par exemple ASF, MP, I/111.

39 Sur cette dernière nécessité, voir Rhétorique à Herennius, I, 9, 14-15 ; Witt, 1982, pp. 6-8.

40 Voir Murphy, 1974, surtout pp. 194-268 ; Camargo, 1991 ; Delle Donne, 2002 ; Polak, 2015 ; Poster, Mitchell, 2007 ; Boureau, 1997 ; Grévin, Turcan-Verkerk, 2015, surtout chap. iii.

41 Cité dans Voltolina, 1990, p. 10. Les modèles des salutationes de Boncompagno da Silva, un grammairien italien actif entre les xiie et xiiie siècles, eurent beaucoup d’influence sur les auteurs successifs. Ses cinq tabulae voulaient enseigner à écrire au pape, à l’empereur, aux rois, au clerc et aux laïques. Voir Rockinger, 1861, pp. 135-145 et Id., 1863, surtout pp. xi-xv, pp. 115-120 ; Wieruszowski, 1943 ; Lanham, 1975. Un des travaux les plus récents sur la question est celui de Goldin Folena, 2002.

42 Voir par exemple Camargo, 2001 ; Alessio, 2001, pp. 166 sqq.

43 Voir la lettre de Médicis à Pierfilippo Pandolfini, où le Magnifique, rentré de Naples quelque peu avant le printemps 1480, se définissait comme « cittadino con qualche autorità ». Medici, Lettere, VI, p. 100.

44 Gioanni, 2013, pp. 17-18.

45 Sur le rapport entre amicitia et politique : Leclercq, 1945 ; Mullett, 2005 ; Oschema, 2005 ; Ferente, 2008 ; Kent, 2009 ; Lazzarini, 2010 ; Haseldine, 2013 ; Sère, 2016.

46 Voir Hercher, 1873, p. 14, no 9 (εκ των δημhτριοy, Περί ’Ερμηνείας : « … φιλοφρόνησις γάρ τις βούλεται εἶναι ἡ έπιστολὴ σύντομος… »).

47 Au point que, parfois, l’adverbe n’était même pas associé à un attribut, sa fonction étant exprimée rien qu’avec sa présence. Voir ASF, Signori, Missive I, 39, fo 101vo : Spectabile tanquam, etc.

48 Blücher, 1967, p. 12.

49 « Language is an indicator of social relationship such as deference, familiarity, solidarity… » (Burke, 2005, p. 79) ; « Letters must observe the etiquette of social hierarchy » (Henderson, 1993, p. 153). Nous nous voyons donc dans l’obligation d’estomper l’opinion de Francis Kent, selon lequel envers Médicis, à partir des années 1480, « the whole rhetoric of friendship […] became more about hierarchy » (Kent, 1977, p. 217). Voir par exemple ASF, MP, XXXVIII/423, 462 ; CXXXVII/458 ; CXXXVIII/173.

50 ASF, MP, XXXVII/174 ; XCVI/69, fos 69ro-70ro.

51 « Alla vostra de dì… », « Per l’altra mia scripsi hieri… », « Iersera a hore… », « In questa mattina a hore… ». C’est grâce à ces indications qu’Elisabetta Scarton a pu rédiger une liste des responsive (qui ne nous sont pas parvenues) de Giannozzo Manetti aux Dix de la Balie entre août et novembre 1453 (Scarton, 2011, pp. 102-104).

52 Sur cette section, voir tout d’abord : Granzin, 1930 ; Fichtenau, 1957 ; Id., 1956. Toutefois, les recherches plus récentes ont approfondi l’étude et l’interprétation de l’arenga, dont les contenus ne s’avèrent pas du tout stériles ou stéréotypés : nous pensons par exemple à Barbiche, 2002, et surtout au récent Barret, Grévin, 2014.

53 Voir ASF, SDO, LC, 60. Cette récolte d’informations avait, de toute façon, des points de contact avec celle des ambassadeurs. Voir De Vivo, 2007 ; Lazzarini, 1999 ; Ead., 2014, pp. 163-167 ; Ead., 2015, pp. 69-84 ; Infelise, 2007, pp. 43-45.

54 ASF, Dieci, Missive, 8, fo 90vo ; ASF, SDO, LC, 60, fos 18, 35vo.

55 Pour quelques-unes parmi les nombreuses références, ASF, Dieci, Missive, 8, fo 90vo ; SDO, LC, 60, fo 3ro ; MP, XXVIII/139 ; XXXVII/283.

56 Bullard, 1996 ; Lazzarini, 2015, pp. 239-262. Et vu que — disait Gregorio Dati — « chi fa bene n’acquista il merito », les magistrats n’hésitaient pas à féliciter les commissaires particulièrement efficaces : « restiamo molto satisfacti et contenti » ; « diciamo che sommamente ci piace l’opera per voi fatta » (ASF, Dieci, Missive, 8, fo 141vo ; ASF, Signore, Missive I, 39, fo 102ro). Dati, Istoria, p. 144.

57 Voir par exemple ASF, Dieci, Responsive, 25, fos 328ro-329vo, 331ro ; ASF, Carte strozziane, II, 97, no 2.

58 Quelques cas dans ASF, Dieci, Missive, 5, fos 119vo-120ro ; 8, fos 177vo-178ro ; Responsive, 25, fos 316ro-317vo, 322ro-323vo, 326ro ; ASF, SDO, LC, 60, fos 1, 32vo-33ro ; MP, XXX/809 ; XXXIV/503 ; XXXVI/308, 312, 1051.

59 Camargo, 1996. Voir par exemple ce que les Dix dirent à Girolamo Albizzi, par rapport à son travail : « … di che siamo tanto contenti quanto sarà inpossibile a significarlo per lettere » (ASF, Dieci, Missive, 8, fo 159vo).

60 ASF, Dieci, Missive, 8 ; Responsive, 25, fo 323vo ; ASF, SDO, LC, 60.

61 Voir aussi Senatore, 2011.

62 Comme l’a bien souligné Sandro Landi, toujours à propos de l’écriture épistolaire, « est effective, et donc “vraie”, toute chose susceptible de produire des effets » (Landi, 2008, p. 199). Pour un exemple qui concerne notre sujet, on peut remarquer que si les Dix eurent le besoin de répéter à plusieurs reprises à leurs envoyés que la défaite de Ponte a Ronco, infligée par les Milanais (6.IX.1423), n’avait été rien de plus qu’une rixe (« certa zuffa »), c’était parce que l’ébruitement de la nouvelle de la part des adversaires avait conforté la version d’une perte florentine cuisante, ce qui visait à convaincre certains des seigneurs de la Romagne de céder aux pressions de Visconti. Voir ASF, Signori, Minutari, 6, fos 10vo, 13vo.

63 Braudel, 1990, t. I, pp. 326-354.

64 Il est notoire qu’une telle hiérarchie des sources remonte à l’Adversus paganos d’Orose. Voir par exemple Fabbrini, 1979, pp. 165-167. L’exemple, entre autres, des commissaires pourrait donc entacher cette « pérennité de la hiérarchie visa, audita, lecta » que certains ont voulu voir comme omniprésente. Thevet, Cosmographie, p. xlix.

65 Les formules — qui ne dépassent jamais le choix entre Dieu et le Christ — varient entre « Iddio ti ghuardi », « Cristo ti guardi », « Racomandianci alle S.V., che Idio le prosperi », « Gesù altissimo HIC ti ghuardi » ; parfois, la recommandation ne concerne que le destinateur (« Rachomandommi a te »), qui en ce cas-là prend la place réservée d’habitude à la figure divine.

66 Tenenti, 1968, p. 78. Voir par exemple ASF, MP, XXXIV/418, 12.II.1480, Bartolomeo Scala à Laurent de Médicis : « … non mi potrei contenere che non facessi quello mi pare mio obligo in verso la patria et in verso di voi, che a me è paruto sempre et pare una cosa medesima » ; ou, encore, ASF, Signori, Missive, I Cancelleria, 47, fos 94vo-95ro : quicquid ergo amoris et benevolentie officii et huic societati et Laurentio Medici praestiteritis, praestitum esse reipublice nostre extimabimus et habebimus gratias. D’ailleurs, dès la mort de son père Pierre, les citoyens « principaux » de Florence voulaient que Médicis prît soin de la ville et de l’État (« che io pigliassi la cura della città e dello stato »). Voir Medici, Ricordi, p. 187. Sur ce binôme « stato / reggimento », voir Rubinstein, 1981.

67 Koskenniemi franchit ainsi la dichotomie présence/absence existant entre les défenseurs de la lettre comme un sermo in absentia et ceux qui voient dans la lettre un acte de présence : Koskenniemi, 1956, pp. 38-42.

68 ASF, Dieci, Missive, 8, fos 141vo-142ro ; MP, XXXIV/543.

69 Patrick Boucheron parle à ce propos d’une « fascination proprement renaissante pour la signature ». Boucheron, 2013, p. 16.

70 Nous voulons bien nous exprimer de cette façon, pour signaler que le signe nominal ne coïncide pas avec la signature, qui, au contraire, donne à ce signe une intelligibilité (sociale et politique). Voir aussi les considérations de Agamben, 2008, pp. 38-48 ; Harris, 2000, pp. 162-165. Voir aussi Bougard, 2016, pp. 248-249 : « Quel lien faut-il établir entre la trace de la main de l’émetteur et la foi à accorder à un document ? […] L’autographie peut vouloir compenser une absence physique dans le cours d’une négociation, comme il en irait d’une imago presentie ».

71 Pour une analyse de ce rapport du point de vue littéraire, voir Zimmermann, 2001 ; Salaün, 2010 ; Delle Donne, 2016.

72 Pour quelques cas royaux, Montuori, Senatore, 2009, pp. 568 sqq. ; Gimeno Blay, 2006.

73 Nous façonnons évidemment cette formule à partir du « pacte autobiographique », exploré par Philippe Lejeune.

74 Quand l’écriture du commissaire est connue (par d’autres sources), la confrontation paléographique montre clairement la différence entre le texte et la signature ; parfois, en plus, la connaissance des comportements orthographiques du commissaire peut pareillement nous aider. Voir par exemple ASF, MP, XXXVII/174, où l’écrivant n’utilise ni les groupes ch/gh (considerato au lieu de chonsiderato, pregato au lieu de prieghato) ni certaines diphtongaisons (troviamo/pregato au lieu de truoviamo/prieghato), ce qui est, en revanche, typique du commissaire qui signe la lettre (nous le savons grâce à des sources différentes, telles que les déclarations cadastrales, des lettres privées, un cahier personnel).

75 Sur la question de l’« onymat », voir Genette, 2002, p. 43.

76 Pour une vision globale, voir au moins Kent, 1975 ; Herlihy, 1991 ; De Angelis, 2014.

77 Nous avons analysé un cas particulier de nomination d’un chevalier : Piffanelli, 2014, pp. 84-86.

78 Salvemini, 1896.

79 Voir aussi les considérations de Clough, 1990, pp. 35-36, pp. 46-47.

80 Pour une comparaison avec la réalité française, Peltzer, 2012, p. 286. La citation dans le texte est tirée de Birr Moje, Luke, 2009, p. 416.

81 Guyotjeannin, 2008, pp. 33 sqq.

82 Par exemple, ASF, MP, XCVI/69, fo 70ro.

83 Lazzarini, 2007, p. 283 (nous soulignons).

84 Kristeller, 1979, pp. 93 sqq. ; Bartoli Langeli, 1994, pp. 251-254 ; Michel, 2012 ; Montagne, 2010.

85 Alessio, 2001, pp. 163-173. Le dictamen exerça encore au xve siècle son influence sur les échanges épistolaires, fussent-ils officiels ou privés : voir Witt, 2000, chap. viii, ix, x ; McLean, 2007, p. 45. Sur les interactions réciproques entre les différents biais communicatifs, voir Moos, 1991. Au sujet de l’ars dictaminis, la bibliographie est par trop longue ; par conséquent, nous nous tenons à : Patt, 1978 ; Witt, 1982 ; Camargo, 2001 ; Richardson, 2007 ; Adamska, 2015.

86 Wyss, 2002, p. 27.

87 Artifoni, 1994. Les artes du discours, toutefois, étaient principalement l’ars arengandi et l’ars predicandi.

88 Grize, 1988.

89 Lazzarini, 2009.

90 Senatore, 2009, p. 255.

91 Witt, 1982, p. 6 : « Public needs played a predominant role in initiating the manuals of ars dictaminis ». Voir aussi Patt, 1978 ; Barton, Hall, 1999. Même les changements que Gian Carlo Alessio a relevés dans le salutationes au Quattrocento sont à notre avis liés à cette scission entre ars dictaminis et ars epistolandi, et donc aux nouvelles exigences de l’usage de la parole écrite. C’est pour cela que le « déclin » évoqué par Martin Camargo est, à notre sens, plus conceptuel que formel (les expériences de Bartolino da Lodi et d’Érasme en sont une confirmation).

92 Voir par exemple Daybell, 2016 ; Henderson, 2002.

93 Luhmann, 1997.

94 Genet, 1998.

95 Barthes, 1971, pp. 148 sqq. Pour la Florence du bas Moyen Âge, le lecteur pourra avoir une idée de ce binôme avec Branca, 1986 et Ricci, 2005 (bien que ces deux travaux n’engagent aucun discours théorique sur cette distinction).

96 En effet le dispositif, qui pour Agamben se lie étroitement au concept d’οἴκοςνόμος (et donc de gestion et d’organisation), a, selon Foucault, une fonction essentiellement stratégique. Voir Agamben, 2006 ; Foucault, 1994, pp. 299-300.

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search