Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Los rebaños de Gerión

 | 
Joaquín Gómez-Pantoja

Anejos

Résumés

Testo integrale

1Pedro García Martín
« 
La principal sustancia destos reynos ». La transhumance avant la Mesta dans la péninsule Ibérique
Essayant de présenter une synthèse des travaux présentés à l’occasion du séminaire intitulé « Aspectos del pastoreo en la Península Ibérica », nous proposons sur l’histoire de la transhumance ibérique un discours qui procède en quelque sorte « à reculons », remontant progressivement le cours de la chronologie à la recherche des permanences pastorales et aussi de sources et de méthodes permettant de les détecter. Menées dans le cadre d’une vision de l’histoire comme continuum de longue durée, les recherches sur l’élevage avant la Mesta rencontrent l’obstacle de la rareté et des limites des sources traditionnelles ; il faut donc recourir à d’autres solutions, notamment interdisciplinaires. De même, il faut passer de la simple théorisation des paysages et des peuples pasteurs à leur reconstitution en élaborant, à partir d’analyses régionales, des modèles généraux, de façon à parvenir à un point de vue général mettant en évidence des éléments communs à toutes les formes d’élevage nomade de la planète.

2Marie-Claude Gerbet
Une voie de transhumance méconnue. La cañada Soria-Portugal à l’époque des Rois Catholiques
Nous nous sommes proposé d’étudier une grande voie de transhumance à la fin du Moyen Âge, inconnue jusqu’à présent, traversant la Vieille-Castille depuis Soria et sa région jusqu’à Medina del Campo, Salamanque et le Portugal. Grâce aux données fournies par le Registro General del Sello, conservé à l’Archivo General de Simancas, qui recense les exactions et impôts illicites ayant frappé la transhumance sous le règne des Rois Catholiques, nous pouvons envisager d’étudier la nature de cette cañada (bornée sur tout son parcours, plus étroite à certains endroits, voire simple voie de passage à travers champs), ainsi que son tracé transversal, son articulation avec les grandes cañadas orientées nord-sud et son importance économique.

3María Concepción Quintanilla Raso
L’élevage à Cuenca à la fin du Moyen Âge. Fondements et mécanismes d’une économie au sein d’une réalité agricole complexe
Cette étude se propose de donner une vue d’ensemble sur l’élevage dans le finage de Cuenca, et en particulier dans la Sierra. Depuis toujours en effet, la configuration géographique de ce secteur avait offert de nombreuses possibilités aux activités pastorales. Toutefois, à la fin du Moyen Âge, les conflits d’intérêt passèrent au premier plan, ce qui entraîna une prolifération de procès, qui démontre l’existence d’abus constants, et rendit difficile la coexistence entre les différentes options agricoles, forestières et pastorales. À l’intérieur de cette dernière catégorie, ces conflits vinrent rompre l’équilibre de l’exploitation des terres de pâturage, que se partageaient les éleveurs locaux et les transhumants mesteños.

4María Asenjo González
L’élevage et l’espace. Développement et influence de l’élevage transhumant dans l’est de l’Estrémadure castillane à la fin du Moyen Âge
Le développement de l’élevage transhumant en Castille, pendant la seconde moitié du XVe siècle, connaît son apogée sous le règne des Rois Catholiques (1475-1516). Le soutien institutionnel apporté par la monarchie à la Mesta fut très important, même dans des régions traditionnellement adonnées à l’élevage comme la partie orientale de l’Estrémadure. À Soria et Ségovie éclatèrent des conflits entre les éleveurs transhumants et les paysans et éleveurs locaux. Les sources montrent que le développement de l’élevage transhumant eut des effets bien différents dans ces deux villes. À Soria, il entraîna des changements profonds sur le peuplement et aussi dans le domaine économique et social. Le cas de Ségovie est différent, car le développement de l’élevage transhumant n’intéressait pas l’oligarchie urbaine, qui disposait pour ses troupeaux du vaste territoire dépendant de la ville. L’élevage transhumant des ovins, activité hautement spéculative, entraîna des conséquences sociales sur le peuplement et la réorganisation de l’habitat à Soria et influa aussi sur la sédentarisation et l’économie agraire, et particulièrement sur l’élevage local, dans tout l’est de l’Estrémadure castillane. Enfin, dans la Castille de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle, la transhumance concourut puissamment au maintien de l’oligarchie urbaine et contribua aussi à l’apparition d’une oligarchie rurale de nouveaux riches, les labradores ricos.

5Julio Escalona Monge
Hiérarchisation sociale et organisation de l’espace. Bois et pâturages dans la Sierra de Burgos (Xe-XIIe s.)
L’essor de l’élevage en Castille au bas Moyen Âge fait souvent oublier les étapes antérieures ou amène à les considérer sous un aspect téléologique, en tant seulement qu’elles ont conduit à la constitution de la Mesta. Prenant comme point de départ la période précédente (Xe-XIIe siècle), la présente étude progresse selon deux axes. Tout d’abord est explorée la relation entre les différents groupes sociaux et l’élevage. En lieu et place du traditionnel binôme paysans agriculteurs / seigneurs éleveurs, on suggère que tous les groupes sociaux étaient impliqués dans cette activité, la différence résidant plutôt dans l’échelle du système économique au sein duquel ils s’y consacraient. En second lieu, l’élevage est marqué, du Xe au XIIIe siècle, par le mouvement de seigneurialisation, qui implique aussi bien la soumission des communautés paysannes et le contrôle de leurs ressources par le pouvoir seigneurial que l’insertion d’économies d’échelle réduite (familiales, locales ou régionales) dans des circuits économiques se développant sur une large échelle et dépassant la capacité d’action de la paysannerie. Ce second aspect est illustré par l’étude de la dernière période du haut Moyen Âge (Xe-XIIe siècle) dans le versant sud de la Sierra de la Demanda (région de Burgos), une zone riche en forêts et en pâturages, particulièrement importante en raison de ses nombreux pâturages d’estivage et où étaient implantées de fortes entités seigneuriales s’impliquant à un haut degré dans la pratique de l’élevage.

6Francisco Javier Fernandez Conde
L’élevage dans les Asturies pendant le haut Moyen Âge. Quelques caractéristiques des économies romaine et castreña
Cet article esquisse une description des économies castreña et romaine dans les Asturies, afin de replacer dans son contexte, à partir de ce point de départ, la production de bétail au Moyen Âge. Ensuite est proposée une analyse détaillée de la documentation sur les Asturies disponible jusqu’au XIIIe siècle, afin d’analyser dans ses grandes lignes ta production de bétail, très importante dans le panorama économique de cette région pendant le haut Moyen Âge, en prêtant une attention particulière au bétail des domaines ecclésiastiques. Dans la section suivante sont décrits les différents espaces de l’organisation du territoire spécifiquement liés à ce type de production, pour essayer de définir aussi bien leur nature et leur morphologie que leur signification dans le terrazgo paysan et seigneurial. Enfin, la dernière section de l’article étudie les pâturages d’été (brañas) et la transhumance.

7Pedro Sáez
Les agronomes latins et l’élevage
Dans cette étude, nous essayons de mettre en évidence l’omission délibérée de l’élevage extensif dans le traité d’agronomie de Caton, non pas tant afin de défendre l’agriculture que comme une forme de propagande destinée à augmenter le nombre des adsidui légalement mobilisables dans les légions romaines. Les Sasernae semblent défendre la même position. Les changements intervenus dans l’armée à la suite des réformes de Marius dispensèrent la nobilitas de se conformer plus longtemps à cette attitude, d’où vient que Varron soit le premier agronome à écrire sur la res pecuaria. Cependant, cette tendance à refuser l’élevage semble se maintenir chez des auteurs comme Virgile, Columelle et Pline, bien qu’il ne s’agisse peut-être que d’un topos qui persiste jusque chez Palladius, lequel consacre à l’élevage un volume à part. C’est cette ligne de démarcation qui semble se maintenir par la suite, avec l’apparition de différents traités d’art vétérinaire.

8Joaquín Gómez-Pantoja
Pastio agrestis. Pastoralisme en Hispanie romaine
Cette étude soutient l’existence de systèmes d’élevage nomades dans la péninsule Ibérique, avant la conquête romaine et postérieurement à celle-ci. Les indices historiques disponibles sont rares et ambigus, mais comportent néanmoins le témoignage des sources de l’Antiquité tardive, l’existence, attestée par l’épigraphie, d’une sodalitas oviarorum, les cas de cités possédant des enclaves dans des régions à très nette vocation pastorale, la présence continue, dans des zones complémentaires de pâturages, d’émigrants venus de régions déterminées et, enfin, une lecture des sources classiques – en particulier Tite Live – sous l’angle du pastoralisme.

9Carmen Alfaro Giner
Voies de transhumance et romanisation dans la péninsule Ibérique
Dans le cadre des modalités de la romanisation apparues dans la péninsule Ibérique, l’article procède à une systématisation des données disponibles relatives à l’importance des voies de transhumance primitives comme itinéraires d’échange. Ces voies, traditionnellement empruntés par les bergers et par le bétail pour parcourir des trajets plus ou moins longs, furent certainement ceux que les armées romaine et carthaginoise utilisèrent lors de leurs premières expéditions. L’article étudie également le rôle des bergers-guides.

10Martín Almagro-Gorbea
La Serranía de Albarracín. Analyse ethnoarchéologique de l’élevage en Celtibérie méridionale.
L’analyse ethnoarchéologique de la Serranía de Albarracín donne lieu à une intéressante approche paléoethnologique de la Celtibérie méridionale et permet d’identifier une structure socioculturelle d’élevage reflétée dans l’organisation du territoire et du peuplement, caractéristique de la culture celtibère dont elle procède. Noyau de l’ancienne Celtibérie, le paysage serrano, situé à plus de 1.000 m au-dessus du niveau de la mer, se signale par un système d’exploitation du territoire qui a perduré jusqu’à il y a quelques années, étant le résultat d’une profonde interaction entre l’homme et le milieu naturel. Bien qu’on considère ce système comme étant d’origine médiévale, la corrélation entre peuplements serranos et castros celtibères permet de considérer le « paysage serrano » comme un « paysage celtique ». Par conséquent, sa structure, confirmée par des données archéologiques et ethnologiques, ouvre des perspectives nouvelles pour les études celtiques.

11Eduardo Galán Domingo y María Ruiz-Gálvez
Itinéraires d’élevage, traversée de territoires et voies anciennes. Le cas de l’Occident péninsulaire entre le Chalcolithique et l’âge du bronze
Cet article se propose de poser la question de l’existence de mouvements pastoraux systématiques au cours de la Protohistoire, de leur nature et de leur importance. On propose de situer leur apparition à l’âge du cuivre, au moment où les animaux commencent a être élevés plus que pour les produits secondaires que pour la viande et où, par conséquent, apparaît une économie pastorale spécialisée. Ce phénomène coïncide avec la création par l’homme d’un paysage de dehesa, attestée pour cette époque par les données palynologiques. Cependant, pendant la plus grande partie de la Préhistoire, il n’a pu s’agir que de mouvements courts, quoique systématiques, entre espaces limitrophes, car en raison de la fragmentation politique de la Péninsule avant la conquête romaine, les déplacements à long rayon devaient être extrêmement difficiles. Bien que courts, ces mouvements durent néanmoins nécessiter l’établissement puis le maintien d’un réseau d’alliances et de parentés permettant le passage d’un territoire à un autre. Ce réseau a dû créer les conditions préalables requises pour l’apparition de processus de territorialisation, qui interviennent à la veille de la colonisation phénicienne.

12Philippe Gardes
La problématique de la transhumance protohistorique. L’exemple des Pyrénées occidentales
La transhumance occupe une place de choix dans les études de protohistoire consacrées aux Pyrénées. Mais depuis les synthèses pionnières de Pedro Bosch Gimpera ou Geneviève Fabre, la recherche a peu progressé. Pourtant, l’argumentation présentée à l’époque n’est pas satisfaisante. Elle accorde une place trop grande au déterminisme géographique et à la logique historique, censés justifier à eux seuls la transposition pure et simple d’une réalité contemporaine dans une réalité passée. Autre critique : ces travaux passent sous silence la diversité, la complexité et l’historicité même des systèmes d’élevage (et des sociétés qui les sous-tendent) au profit d’une vision univoque de la transhumance. Nous avons donc cherché à enrichir l’argumentaire en privilégiant plusieurs sources : sitologie, archéozoologie, palynologie et ethnoarchéologie. La confrontation des résultats permet d’envisager un certain nombre d’hypothèses : prédominance de l’élevage agricole durant toute la période, pratique d’un élevage semi-nomade jusqu’à la fin du Néolithique, apparition d’une transhumance à courte distance au début de l’âge du bronze et développement rapide de cette activité à partir du Bronze moyen-final.

© Casa de Velázquez, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540