Version classiqueVersion mobile

Epistola 3. Lettres et conflits

 | 
Thomas Deswarte
, 
Bruno Dumézil
, 
Laurent Vissière

I. 1. — Déclencher la guerre

Dialogue épistolaire, défi, insultes

Les lettres ouvertes du duc d’Orléans et d’Henri IV

Laurent Vissière

Texte intégral

  • 1 Aucune des cinq lettres ne semble avoir été conservée en original. Néanmoins, à la date du 21 novem (...)
  • 2 Les quatre premières lettres sont données par Monstrelet, dont le texte sert de référence au présen (...)
  • 3 L’affaire est traitée dans un chapitre des Chroniques du religieux de Saint-Denys, t. III, pp. 54-6 (...)
  • 4 Encyclopédie, p. 743.
  • 5 Dans son travail sur Louis d’Orléans, Eugène Jarry cite longuement l’échange de lettres, mais sans (...)

1En 1402, alors qu’une longue trêve courait entre les royaumes de France et d’Angleterre, le duc d’Orléans s’amusa soudain à organiser toute une série de rencontres armées entre chevaliers des deux camps, prélude, semble-t-il, à une reprise des hostilités. Dans la foulée, il envoya une lettre de défi au roi d’Angleterre, Henri IV, qui venait de détrôner et sans doute d’assassiner Richard II. Henri IV, stupéfait par l’outrecuidance du duc et le caractère ouvertement insultant de ce cartel, tomba dans le piège d’y répondre. S’ensuivit un dialogue épistolaire de cinq lettres, probablement unique en son genre, qui dura plus d’un an et ne déboucha sur rien. Cette affaire en apparence dérisoire allait cependant connaître un immense retentissement, et l’on trouve des copies de ces lettres à la fois dans les archives françaises et anglaises1. Certains chroniqueurs importants comme Enguerrand de Monstrelet et Jean de Wavrin recopièrent d’ailleurs les quatre premières lettres in extenso dans leur œuvre, ce qui leur conféra une véritable notoriété historiographique2 ; d’autres se contentèrent de les citer3. Contrairement à bien des documents de ce type qui se sont perdus ou dorment profondément enfouis dans des archives poussiéreuses, les lettres des deux hommes ont traversé les siècles et ont servi de modèle ou d’exemple pour les auteurs qui, à différentes époques, se sont intéressés aux pratiques chevaleresques — on en lit notamment un résumé dans l’article « Défi d’armes » de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert4. Ces lettres, souvent citées dans des travaux plus généraux consacrés à la diplomatie de Charles VI, ont été aussi présentées dans un article de Chris Given-Wilson consacré aux défis lancés entre Français et Anglais au cours des premières années du xve siècle, mais l’auteur n’en a peut-être pas perçu toute l’étrangeté5.

  • 6 Sur la lettre de défi au Moyen Âge, voir l’article pionnier (mais surtout consacré aux pratiques it (...)

2Le dossier ne constitue donc pas en soi une « redécouverte », mais il n’a jamais été étudié pour lui-même et, dans l’historiographie, les lettres (essentiellement les quatre premières) ne sont mentionnées que de manière anecdotique. On n’a jamais relevé le caractère tout à fait exceptionnel de cette correspondance : le fait que la lettre de défi initiale inaugure un échange d’invectives, que celui-ci dure plus d’un an et que ces lettres aient été médiatisées à l’extrême, tous ces points se démarquent profondément de ce que l’on connaît du cartel à la fin du Moyen Âge6.

En marge de la guerre : conflits privés, cartels, joutes

  • 7 Éd. des lettres de défi d’Édouard III à Philippe VI de Valois, en 1340 : Déprez, 1902, p. 328, n. 1

3L’échange épistolaire du duc d’Orléans et du roi d’Angleterre semble se couler dans un moule ancien et relativement cohérent. À la fin du Moyen Âge, on s’adressait volontiers des lettres de défi, soit comme déclaration de guerre — c’est ainsi qu’a commencé le conflit franco-anglais7 —, soit comme passe-temps — en marge d’un conflit, notamment d’un siège, on invitait son adversaire à quelque joute plus ou moins ritualisée.

Une paix trouble

  • 8 Sur le contexte : Autrand, 1986, pp. 338-345.
  • 9 Given-Wilson, 2008, pp. 36-37.
  • 10 Sur cette question, voir l’excellente mise au point d’Isabelle Le Bis (1985-1986) ; Lehoux, 1966-19 (...)

4En 1402, la guerre de Cent Ans n’avait pas eu lieu. En effet, depuis 1389, les diplomates français et anglais avaient travaillé à rétablir la paix entre les deux royaumes et, en 1396, un accord avait enfin été trouvé. Richard II devait recevoir comme future épouse la petite Isabelle de France, une fille de Charles VI, alors âgée de six ans, et l’on avait signé une trêve de vingt-huit ans — qui conduisait les anciens ennemis, au moins sur le papier, jusqu’en l’année 1424. Tout serait donc allé pour le mieux si Richard II n’avait été déposé peu après, en 1399, par son cousin Henri de Lancastre, et s’il n’était mort l’année suivante dans des circonstances obscures — c’est un euphémisme8. Cette révolution de palais remit en cause toute la politique précédente, car, en Angleterre, Henri IV avait été poussé par une sorte de parti de la guerre, hostile à la politique de conciliation menée par Richard II. En France, on considéra le nouveau roi comme un usurpateur et un assassin et, au nom des liens d’amitié et de parenté, certains seigneurs, comme Louis d’Orléans ou le comte de Saint-Pol, réclamèrent vengeance9. Mais la guerre était-elle vraiment d’actualité ? On peut en douter. Du côté français, Charles VI chercha d’abord à récupérer sa fille, car il craignait qu’elle ne servît d’otage aux Anglais — elle finit par rentrer en France, en 1401 —, mais surtout, le conseil, qui devait gérer la folie du roi, n’avait aucun intérêt à reprendre les hostilités. Du côté anglais, Henri IV éprouvait bien des difficultés à asseoir son autorité dans son propre royaume, et cela mobilisait toute son énergie. Bref, les premières années du xve siècle furent marquées par des échanges diplomatiques d’une complexité extrême, où chaque parti agitait le spectre de la guerre tout en tâchant de prolonger les trêves au jour le jour10.

Le combat de Montendre

  • 11 Jarry, 1889, pp. 284-285 ; Given-Wilson, 2008, p. 31.
  • 12 Sur cet épisode et ses sources abondantes, voir en dernier lieu : Vaivre, 1973 ; Given-Wilson, 2008 (...)
  • 13 C’est ce que laisse entendre Michel Pintoin (Chroniques du religieux de Saint-Denys, t. III, pp. 54 (...)
  • 14 Lassabatère, 2015, pp. 101-104.
  • 15 Jacquart, 1987, pp. 132-135. En 1521, lors du siège de Mézières, défendu par Bayard, il avait été p (...)

5C’est dans ce contexte tendu qu’eurent lieu les premières rencontres courtoises sous l’égide du duc d’Orléans. À l’été 1400, celui-ci paya par exemple le voyage d’un de ses écuyers, Hector de Pontbriant, parti faire « certaines armes » en Angleterre, avec une quinzaine de compagnons ; et en septembre, il assista à la joute d’un autre de ses écuyers, Ogier de Nantouillet, avec un Anglais, à Brie-Comte-Robert11. Le combat le plus spectaculaire eut cependant lieu à Montendre (Charente-Maritime), aux confins du royaume et de la Guyenne anglaise. Selon les auteurs, le défi aurait tantôt été lancé par des Anglais, tantôt par des Français. Toujours est-il que, le 19 mai 1402, au terme d’un échange de cartels, sept seigneurs de chaque camp vinrent s’affronter en champ clos à la lance et à la hache. Les sept Français étaient des fidèles du duc d’Orléans, qui, à défaut de venir en personne soutenir ses champions, s’en alla au monastère de Saint-Denis prier ostensiblement pour leur succès. Le combat de Montendre fut assez sanglant : à la suite d’un coup de hache qui fendit le crâne de lord Scales, les Anglais furent défaits, et les vainqueurs rentrèrent triomphalement à Paris. Événement sans conséquence, sans doute, mais fortement médiatisé. On connaît sur l’affaire trois ballades de Christine de Pizan et un rôle armorié, donnant l’écu des quatorze combattants12. Une telle joute aurait pu servir à venger symboliquement la mort de Richard II et les mauvais traitements infligés à Isabelle de France, sans pour autant rompre les trêves13. Cela dit, de telles rencontres s’inscrivaient dans une tradition séculaire. Cinquante ans plus tôt, le 26 mars 1351, avait eu lieu ainsi le combat des Trente — trente Bretons, dont Du Guesclin, affrontant trente Anglais14. Et un siècle plus tard, vers 1503, Bayard allait s’illustrer dans un combat de treize Français contre treize Espagnols dans le royaume de Naples15. De tels affrontements étaient chevaleresques, mais pas courtois : on combattait à outrance et jusqu’à la mort d’un certain nombre des participants.

  • 16 Given-Wilson, 2008, p. 34.

6Le défi de Louis d’Orléans, daté d’août 1402, s’inscrivait en tout cas dans le droit fil de la « victoire » de Montendre, et il semble que divers de ses proches aient écrit parallèlement des lettres de défi similaires16.

Guerres privées

  • 17 Monstrelet, Chronique, t. I, p. 72. Voir La Roncière, 1899-1932, t. II, p. 173.
  • 18 Les défis intempestifs gênaient la bonne marche de la diplomatie. Les Anglais, qui négociaient la r (...)
  • 19 Les ambassadeurs anglais parlent justement à propos du duc d’Orléans et du comte de Saint-Pol de qu (...)

7Le duc d’Orléans, par ses côtés bravaches, s’opposait aux autres membres du conseil, comme Jean de Berry et Philippe le Hardi, plus prudents, plus hésitants aussi sur la conduite à suivre. Dans le camp bourguignon, le comte de Saint-Pol, Waleran de Luxembourg, s’agitait beaucoup aussi. Ce personnage, autrefois prisonnier en Angleterre, avait épousé Maud Holland, une sœur utérine de Richard II, et son sens de l’honneur le poussait à venger la mort de ce dernier. Le 10 février 1403, sur le modèle du duc d’Orléans, il envoya à son tour une lettre de défi à Henri IV, et il était prêt à aller très loin dans cette voie, puisqu’il arma une flotte pour attaquer, à la fin de la même année, l’île de Wight. L’entreprise fut un échec complet, mais n’en suscita pas moins la stupéfaction et la colère des Anglais. Toujours en 1403, un écuyer de Guînes, près de Calais, adressa lui aussi un défi au roi, au motif que les Anglais lui avaient brûlé sa maison : il arma des navires et ravagea l’île d’Aurigny17. Comment se fait-il que des princes et des seigneurs français, au mépris des trêves et encore plus des négociations en cours, aient manifesté autant d’ardeur guerrière ? C’est ce que les Anglais avaient du mal à comprendre18. La réponse était simple pourtant : les défis conservaient un caractère éminemment privé19, et ils transcendaient ici tous les clivages politiques : la cour ne s’en mêlait donc pas. On a même l’impression d’une réelle émulation. Insulter ou combattre les Anglais, ouvertement méprisés, permettait de se pousser du col et de rehausser son prestige. Un jeu dangereux.

De l’art de l’injure

  • 20 Les lettres de défi sont en général brèves. On peut noter toutefois que la lettre que le maréchal d (...)

8Le duc d’Orléans se trouvait au cœur de ce jeu chevaleresque anti-anglais. En composant ses lettres, il semblait s’en tenir aux formes. Mais dans les faits, le défi dérapa très vite et s’apparenta à un autre genre, peut-être moins noble, celui de l’échange d’invectives. Les cinq lettres, très longues, et même bavardes, s’avèrent tout à fait exceptionnelles20. On peut les synthétiser par le tableau suivant (tableau 1) :

Tableau 1. — Correspondance de Louis d’Orléans et d’Henri IV d’Angleterre

Auteur Lieu et date d’écriture Lieu et date de réception
1 Louis d’Orléans Coucy, 7 août 1402 Londres, s. d.
2 Henri IV Londres, 5 décembre 1402 [Coucy ?]a, 1er janvier 1403
3 Louis d’Orléans s. l. , 26 mars 1403b s. l., 30 avril 1403
4 Henri IV Londres, [30 mai 1403]c Coucy, s. d.
5 Louis d’Orléans s. l., 14 octobre 1403 s. l., s. d.
a. Le lieu est indiqué par la Chronographia regum Francorum, t. III, p. 229. Dans une des versions de Wavrin, le roi d’Angleterre aurait envoyé rapidement une réponse au duc, et celui-ci l’aurait reçue à Paris, mais la présentation des faits semble en grande partie une reconstruction (Wavrin, Recueil des Croniques, t. II, p. 69, n. 2).
b. La date du 22 mars, donnée par Wavrin (ibid., p. 77), est contredite par Monstrelet, les deux manuscrits consultés (AN, X1a 8602 ; BNF, Fr. 5624) et la copie de Leibniz, Codex Juris, p. 269.
c. La date est donnée dans la réponse du 14 octobre.

D’une lettre de défi…

9Datée de Coucy, le 7 août 1402, la première lettre du duc d’Orléans s’inscrivait dans la tradition épistolaire et courtoise de la lettre de défi. Le début de sa lettre est de fait très stéréotypé :

  • 21 Monstrelet, Chronique, t. I, p. 44.

… pour le desir que j’ay de venir à honneur, l’emprinse que je pense que vous devez avoir pour venir à proesse en regardant l’oisiveté en quoy plusieurs seigneurs se sont perdus, extrais de royale lignee, quant en fais d’armes ne s’emploient, Jeunesse qui mon cueur requiert d’emploier en aucuns fais pour acquerir honneur et bonne renommee, me fait penser à, de present, commencer à faire le mestier d’armes21.

10Ce préambule montre clairement que le duc se plaçait dans l’optique d’un duel d’ordre privé, et non dans celle d’une déclaration de guerre. Il était de bon ton, en effet, que les nobles évitent à tout prix l’oisiveté — mère de tous les vices —, et fassent la preuve de leur cœur, de leur bravoure. C’est particulièrement vrai, bien sûr, pour de jeunes gens encore neufs dans le métier des armes. Louis d’Orléans, déjà âgé de trente ans (il était né en 1372), n’entrait peut-être pas dans cette catégorie, et Henri IV, qui en avait trente-cinq (il était né en 1367), non plus ; mais il faut croire qu’au xve siècle, comme à d’autres époques, on ne se voyait pas vieillir.

11Louis d’Orléans, en défiant un roi, voulut faire preuve de son faste. Il proposait en effet une rencontre de 101 contre 101 — chacun d’entre eux devant être accompagné de cent chevaliers ou écuyers. Plus de trois fois le combat des Trente donc ! Et la rencontre pouvait se tenir à mi-parcours de Bordeaux, possession anglaise, et d’Angoulême, cité ducale. C’est exactement la même logique qui avait présidé au duel de Montendre et, de manière générale, à ce genre de rencontre en armes.

  • 22 Ibid., pp. 45 et 57.
  • 23 Ibid., p. 52.

12Le duc renforça la solennité de cette lettre, en y apposant sa souscription autographe (même si les originaux n’en n’ont pas été conservés, il le dit clairement à la fin de chacune de ses missives22). Et il la fit porter au roi par son héraut d’armes Orléans, accompagné — mais sans explication — du roi d’armes Champagne23.

  • 24 Des lettres de défiance entre un roi et un duc ne constituaient pas une radicale nouveauté, puisque (...)

13En soi, un tel défi n’avait rien de choquant, bien que le fait de convoquer un monarque fût pour le moins inhabituel de la part d’un individu, de rang princier sans doute, mais sans pouvoir souverain24. Le fait que les vaincus dussent rester à la disposition du vainqueur ôtait cependant tout espoir que le roi répondît favorablement à une telle requête ! Pourquoi aurait-il ainsi mis en jeu sa couronne et sa tête ?

… à un échange d’insultes

14Si la tonalité de la première lettre paraît normale à première lecture, il ne faut pas oublier que le diable se cache dans les détails. Et dans le genre fielleux, cette missive confine au chef-d’œuvre.

15Dès la suscription, en réalité, quelque chose ne va pas :

  • 25 Monstrelet, Chronique, t. I, pp. 43-44.

Tres hault et puissant prince, Henry, roy d’Angleterre, je, Loys, par la grace de Dieu, filz et frere des roys de France, vous escrips et faiz savoir par moy qu’à l’aide de Dieu, de la benoiste Trinité25

16Le roi n’a droit qu’à une titulature minimaliste (il est seulement roi d’Angleterre), alors que Louis adopte une titulature royale de fantaisie : « par la grace de Dieu », on est roi de France ou d’Angleterre…, pas fils et frère de roi ; il y a même une invocation trinitaire déguisée, et le ton est plus celui d’un mandement à un subordonné qu’une lettre à un supérieur ou même à un égal. Pour des gens très à cheval sur les titulatures, les énoncés, les formulaires, il y a déjà là une insulte.

  • 26 Ibid., p. 44.
  • 27 Chroniques du religieux de Saint-Denys, t. III, pp. 56-57.
  • 28 « Although there was nothing insulting in the language of Louis’ letter », estime Given-Wilson, 200 (...)

17Le duc évoque ensuite les modalités du duel, toujours conçu sur un plan de stricte égalité entre gentilshommes. Puis il feint d’avoir un doute : « Et si ne porterons sur nous quelque chose qui tourne à sort ou invocacion quelconques qui de l’Eglise soit defendue » ; toutes les armes sournoises comme « alenes, broches, crocqs, poinçons, fers barbeléz, aiguilles, pointes envenimees ne rasoirs » seront de même interdites26. Ce qui laisse entendre que les Anglais, et le roi à leur tête, usent ordinairement de sortilèges, de poisons et d’armes de lâches. Le religieux de Saint-Denis résume cela, en disant « que le combat [devait avoir] lieu sans le secours des sortilèges ou des enchantements, avec les armes ordinaires27 ». Peut-on imaginer insinuation plus outrageante dans une proposition de duel chevaleresque ? C’est ce que ne semble pas avoir bien saisi Chris Given-Wilson28.

18En recevant le défi, Henri IV fut d’abord ahuri, ne sachant visiblement quelle attitude adopter. Il traita mal les hérauts français (ce qui allait à l’encontre de la coutume) et tarda à répondre. Sa réponse est datée du 5 décembre — trois à quatre mois de réflexion tout de même. Et il choisit de se placer sur la question de la forme, du protocole, de la tradition… et de la vertu outragée.

  • 29 Monstrelet, Chronique, t. I, p. 46.

19La lettre commence par une titulature plus convenable : « Henry, par la grace de Dieu, roy de France et d’Angleterre et seigneur d’Yllande, à hault et puissant prince, Loys de Valois, duc d’Orleans29 ». Sa première remarque porte justement sur cette question-là : il n’avait pas compris du premier coup, explique-t-il, à qui s’adressait la lettre de Louis d’Orléans, tant l’adresse en était bizarre. Puis éclate la stupeur : de ce message, « avons grans merveilles ». Et il détaille point par point tout ce qui l’étonne :

  • pourquoi un tel défi (qui ressemble à une déclaration de guerre), alors que les trêves franco-anglaises courent toujours, et que le duc n’occupe aucune fonction officielle en ce domaine ? En outre, il existait entre Henri et Louis une alliance personnelle (et secrète) qui remontait au 17 juin 139930 : pourquoi soudain la dénoncer ?
  • la dignité d’un roi et celle d’un duc ne sont pas comparables, et on n’a jamais entendu parler d’un tel duel dans les temps passés. De plus, un roi doit montrer sa valeur pour l’honneur de Dieu et de la chrétienté, et non pour la vaine gloire. Henri évoque ici la « surcuidance de celluy, quel qu’il soit, qui ne scet discerner en quel estat il est lui mesmes31 ».

20En somme, le duc d’Orléans se voit traiter d’irresponsable, d’orgueilleux, d’hypocrite… et d’inférieur.

Une accusation en règle

  • 32 Ibid., p. 53.

21Le 26 mars 1403, le duc envoya au roi une seconde lettre, en commençant par le rassurer au sujet de la titulature : c’est bien à lui qu’il écrit, mais il précise que le titre de roi d’Angleterre, il ne le mérite pas (et ne parlons pas de celui de roi de France). Car le vrai roi d’Angleterre, c’était Richard, « derrenier trespassé, Dieu scet par qui32 ». Le reste de la lettre n’est en fait qu’un vaste réquisitoire contre Henri de Lancastre, ouvertement accusé d’avoir assassiné son cousin Richard, et d’être un parjure, un félon, un traître. Il ajoute, pour faire bonne mesure, que le roi devrait avoir honte des mauvais traitements qu’il a fait subir à Isabelle de France, la petite fiancée de Richard. Son manque absolu de courtoisie à l’égard des dames achève le portrait à charge.

  • 33 Ibid., p. 62.
  • 34 Autrand, 1986, pp. 321-324.

22Piqué au vif, Henri IV se justifie de toutes ces accusations dans une nouvelle lettre, datée du 30 mai, tout en affirmant ne pas avoir à s’en justifier. Il répète qu’il n’a pas tué Richard ni martyrisé Isabelle. « Qui vouldroit dire le contraire, il mentiroit faulsement33 ». Honni soit qui mal y pense, selon la formule consacrée. Le roi réaffirme que le duc est un hypocrite, un menteur patenté, et que, sur la question des femmes et de la courtoisie, il n’a de leçons à donner à personne… Il l’accuse enfin d’avoir causé la folie de Charles VI — le bruit courait en effet que le duc, par la magie et le poison, avait œuvré contre son frère34.

23Dans son ultime lettre connue, en date du 14 octobre, Louis d’Orléans revient sur l’assassinat de Richard, et en détaille les modalités, comme un juge d’instruction :

  • 35 Voir annexe

Quant au trespas de vostre dit seigneur et mon nepveu, dont Dieux ait l’ame, et duquel vous avoie rescript et mandé que Dieux savoit par qui il estoit mort, il le scet bien, ce vuelx je approuver. Il est commun que l’avez detenu en voz [175ro] prisons. Il est certain que vinstes devers lui en un chastel, où il estoit venant d’Irlande, où feustes devers lui, decevant sa personne soubz umbre de le saluer ; decevant ses nobles soubz tiltre de bienfait ; decevant son peuple, leur promettant franchises ; avuglant son clergié soubz raisons obscures ; prenant ses serviteurs, les destruisant à mort et comme un tirant ; ayant touzjours le cours de sa dite personne entre voz mains ou de voz gens35.

24Il orne même sa lettre d’une sorte de poème : « Où est sa vie ? Où est son corps ? Ne le scet Dieux ? Ne le cognoist le monde ? » ; et pour s’adresser au roi, il s’écrie : « O prince de mensonges ! » — qualificatif diabolique. Cette fois-ci, Henri se dispensa de répondre, ne voyant aucun intérêt à continuer ce dialogue de sourds hargneux.

Un piège épistolaire ?

25Il convient de s’interroger sur les intentions réelles du duc d’Orléans, sur ce qu’il a cherché à faire et sur la manière dont sa lettre de défi a déclenché un processus que ni lui ni d’ailleurs Henri IV n’ont su par la suite maîtriser. Un peu comme si les lettres avaient échappé au contrôle de leurs auteurs.

Courtoisie et discourtoisie de l’échange épistolaire

26La lettre de défi était par définition l’apanage de gens bien nés et désireux d’en découdre selon les règles, sous l’œil de leurs pairs et celui de Dieu. Or, comme on l’a vu, la dimension courtoise de l’échange s’avérait plutôt faible, sinon nulle.

  • 36 Voir annexe.

27Les deux hommes n’arrivent pas à se mettre d’accord sur les titres à se donner. Dans son ultime lettre, le duc d’Orléans appelle son adversaire : « Henry de Lencastre, ravissant et regent indeuement ou royaume d’Engleterre36 ». Ils se traitent mutuellement d’hypocrite, de traître et de menteur. Or, on ne peut engager une lutte personnelle qu’avec une personne à l’honneur sans tache et partageant le même éthos chevaleresque (le récent combat de Montendre avec son armorial en constituait la preuve éclatante). Mais les insultes échangées par les deux hommes portent sur leur honneur même de chevalier :

  • Henri et Louis sont traîtres à leur roi, l’un pour l’avoir détrôné et assassiné, l’autre pour l’avoir ensorcelé et rendu fou ;
  • Henri et Louis sont discourtois avec les femmes, l’un pour avoir maltraité la petite Isabelle de France, l’autre pour collectionner les maîtresses.

28Comme le remarque incidemment Henri IV, il n’y a pas d’honneur à combattre personnellement un parjure et un menteur. De manière paradoxale, les termes mêmes de la lettre de défi et de la correspondance qui s’ensuit interdisent à leurs protagonistes de mener à bien ce pour quoi ils s’écrivent, soit un duel d’homme à homme.

Le linge sale

29D’emblée, l’échange se déroula sur la place publique. Sans doute Louis d’Orléans, par ailleurs peu populaire, voulait-il se donner le beau rôle. Celui du jeune premier venant défier un roi à la légitimité douteuse. Mais la situation se retourna très vite, car Henri IV disposait de quelques atouts dans sa manche.

  • 37 Monstrelet, Chronique, t. I, pp. 46-47.
  • 38 Ibid., p. 51 (acte reproduit aux pp. 49-52). Monstrelet et Wavrin transcrivent l’acte en français e (...)
  • 39 Monstrelet, Chronique, t. I, pp. 54-55.

30Il se trouvait en effet qu’à l’occasion d’un voyage en France, en 1399, Henri de Lancastre avait conclu une alliance avec le duc d’Orléans. Ce dernier ne voyait sans doute pas alors d’un mauvais œil la guerre civile larvée qui déchirait l’Angleterre, et Henri était une carte intéressante à jouer. Mais le duc commit l’imprudence de signer un acte solennel d’alliance personnelle, scellé de son grand sceau37. Par son défi, le duc rompait l’alliance qu’il avait lui-même conclue, et ce, sans aucune raison valable : ce qui faisait de lui un parjure. Quelle était la nature exacte de cette alliance ? Le roi poussa le vice jusqu’à inclure à la suite de sa lettre la copie de l’acte. On y lit, entre autres, qu’« entre ledit duc de Lenclastre et nous, sera tousjours sans intermission bonne affection de vraie dilection et de pure amour, comme doit estre entre vrais et honnestes amis38 ». Mais le pacte revêtait aussi un sens pleinement militaire et les deux hommes étaient tenus de se soutenir les armes à la main en cas de conflit. Clause plutôt inhabituelle entre des princes anglais et français. Dans sa réponse, le duc d’Orléans ne nia pas les faits, mais il en revenait toujours à l’élimination de Richard II, qui justifiait à elle seule le défi lancé39. Dans sa lettre suivante, Henri IV s’inscrivit en faux. D’après lui, et alors même qu’il était devenu roi, il avait encore reçu un messager du duc pour confirmer leur ancienne alliance :

  • 40 Ibid., p. 61.

Vous envoiastes devers nous ung de voz chevaliers portant vostre livree, qui nous compta de par vous que vous ne vouldriez toutesfoiz à nous estre entier ami, […] et que, aprés vostredit seigneur et frere, vous nous feriez autant de plaisir et amitié comme à nul prince qui feust. À telles enseignes que vous lui chargastes de nous dire que l’aliance faicte entre vous et nous estoit passee soubz noz grans seaulx, laquelle chose, ainsi qu’il nous disoit, ne vouldriez avoir descouverte à nul François40.

  • 41 Ibid., p. 60.

31D’autres émissaires secrets auraient encore succédé à celui-ci. Henri IV dévoila ainsi au grand jour le double jeu du duc d’Orléans — ce qui le discréditait complètement dans son rôle de prince français, honorable et patriote. Mais il ne s’arrêta pas en si bon chemin et précisa que, si le duc tenait tant à cette alliance anglaise, c’était « pour la maveillance que vous aviez à vostredit oncle de Bourgongne41 ». C’était rendre la monnaie de la pièce et attiser la guerre civile en France. Cette remarque mit le duc en fureur : « Et par vous tout faulx, vostre malice nous cuide il diviser mon tres chier et tres amé oncle, le duc de Bourgongne, et moy par dedeça par voz escripz ? » (lettre 5). On sait évidemment ce que valaient les protestations d’amitié de Louis d’Orléans à l’égard de la maison de Bourgogne…

Un essai de « communication » raté

  • 42 Jean Juvénal des Ursins note qu’Henri IV, très en colère, « fit publier en ses pays les deffiances  (...)
  • 43 Dans sa première lettre, Henri IV affirme ainsi : « nous voulions bien que Dieu et tout le monde sa (...)

32Le défi du duc d’Orléans peut se comprendre — ce n’est qu’une hypothèse — comme une sorte de « piège épistolaire ». En théorie, le roi d’Angleterre, supérieur en dignité, n’avait pas à répondre à la provocation — répondre l’obligeait à se mettre sur un pied d’égalité avec le duc. Mais ce dernier s’était d’emblée placé dans l’espace public et avait rédigé une lettre ouverte, largement diffusée. Si le roi ne répondait pas à une accusation qui mettait ainsi son honneur en jeu, il aurait paru reconnaître tacitement les faits, et subsidiairement risqué de passer pour un lâche. D’où dilemme. D’où quatre mois de réflexion. D’où une laborieuse réponse point par point, elle aussi largement diffusée42. Il est tout à fait remarquable que les deux personnages prennent sans cesse à témoin « Dieu et le monde » : si Dieu demeure l’arbitre suprême, le « monde » revêt clairement l’acception moderne d’« opinion publique », et une opinion avec laquelle il faut compter43. À chaque lettre, les accusations se faisaient plus graves, et surtout plus explicites. L’échange devint une sorte de tribune politique, où l’on déballait tout : rumeurs et commérages, mais également actes secrets, pensées inavouables, machinations. S’il s’agissait d’occuper tout l’espace public, c’était assez réussi — on ne parlait alors plus que de ça. Mais en parlait-on en bien ? Rien n’est moins sûr. Enguerrand de Monstrelet et Jean de Wavrin transcrivent les quatre premières lettres sans les commenter, mais en précisant qu’elles ne débouchèrent sur rien. Le religieux de Saint-Denis résume en quelques paragraphes tout l’échange et, bien qu’il n’éprouve aucune sympathie pour les Anglais, il réprouve clairement l’attitude belliqueuse du duc d’Orléans. Il conclut son analyse en quelques mots bien sentis :

  • 44 Chroniques du religieux de Saint-Denys, t. III, pp. 60-61. Bellaguet a traduit litteras invectivas (...)

J’ai lu à plusieurs reprises ces lettres d’invectives [litteras invectivas], toutes remplies de provocations et d’outrages, et j’ai longtemps délibéré si je devais les insérer ici tout au long. Mais comme toutes ces provocations n’eurent pas plus de résultat que les querelles de vieilles femmes, j’ai cru que ce peu de mots suffirait au lecteur44.

  • 45 Chronographia regum Francorum, t. III, pp. 228-229 (le texte cite curieusement la dernière lettre d (...)
  • 46 En marge de la première lettre d’Henri IV, il note : Rescripcio regis Anglie super diffidencia duci (...)
  • 47 Baye, Journal, t. I, p. 75 et n. 2.

33Il est remarquable de noter comme l’auteur passe de l’expression « lettres de défi » (diffedencias) à celle de « lettres d’invectives » (litteras invectivas), qui discrédite entièrement l’échange, assimilé à une dispute de « vieilles femmes ». L’auteur de la Chronographia regum Francorum n’estime pas non plus nécessaire de reproduire ces lettres — il n’en connaît que deux —, qu’il considère injurieuses et prolixes45. Quant à Nicolas de Baye, chargé de recopier officiellement tout cet échange, il l’accompagne de notes tout à fait désobligeantes46 ; dans son journal, à la date du 21 novembre 1403, il note qu’on a enregistré au Parlement les dernières lettres du duc au « soy disant roy d’Angleterre », mais il rajoute : Hec littere verbose et ventose, absque fructu et discretione47, et cette formule lapidaire résume à merveille l’échange épistolaire, tout en le condamnant.

34Cet échange, si vain, ne manque pas d’intérêt, car il témoigne, de la part du duc d’Orléans et du roi Henri IV, d’une tentative assez naïve d’occuper l’espace public. Les deux hommes firent en effet publier partout les lettres qu’ils envoyaient, avec l’idée d’enflammer par leur éloquence, sinon les populations, du moins les élites. Mais ces lettres furent mal reçues : elles gênaient le difficile travail des diplomates et nourrissaient une dispute aussi stérile que dangereuse à terme. Pourquoi chercher à reprendre les hostilités quand la situation s’avérait déjà tellement hasardeuse ? Les chevaleresques lettres de défi s’étaient transformées en de triviales lettres d’injures, les pétitions de principe en cris de femmes, et ces tant nobles princes en de vulgaires harengères. Aux yeux du « monde », cette propagande maladroite ne contribua en rien à grandir le duc d’Orléans — déjà fort peu populaire — ni le roi Henri IV. Bien au contraire.

Annexes

Annexe — Troisième lettre du duc d'Orléans à Henri IV d'Angleterre (14 octobre 1403)

Source : Paris, AN, X1a 8602, fos 174-176roa.

[174vo] Rescripcio ducis Aurelianensis contra regem Anglie, [verbosa et …]b.

[1] Ou nom de Dieu qui tout a fait et qui congnoist toutes personnesc, je, Loys, filz et frere de roys de France, duc d’Orliens, etc., ay receues les lectres qu’escriptes m’avez vous, Henry de Lencastre, ravissant et regent indeuement ou royaume d’Engleterre, donnees le penultime jour de may l’an de grace mil .cccc. et trois, à moy presentees par Lencastre, roy d’armes, en mon chastel et ville de Coucy, present et estant en ma compagnie mes tres chiers et tres améz cousins, le conte de Nevers, le conte de Mortaigne et plusieurs autres de mon sang, dont par vostre herault pourrez assez savoir. Et ay bien entendu le contenu d’icelles.

[2] Et pour commencier à respondre à voz lectres, à ce que vous dites que vous ne deussiez respondre à ma requeste que faite vous ay ne aux replicacions adjoustees en ycelle : consideré l’estat en quoy vous dites estre, qui n’est approuvé de Dieu ne du monde, je repute trop plus m’abaisser avoir paroles à vostre personne, veu mes bons ancestres, mon lignage et ma loyaulté, que vous, desnué de trestout honneur.

[3] Or quant à ce que par voz dites lectres vous reprenez aucunes autres lectres faites premieres que mandé vous avoye, lesquelles dictes qu’ilz procedoyent par jeunesse de cueur et pour acquerir honneur et renommee : quant je les feis, j’avoye moult grant desir et si pensoye qu’il se deust acomplir ce que mandé et requis vous avoye, mais en monstrant pour me chargier que je eusse fait contre la mienne honneur plusieurs choses, dont vous ay respondu par mes lectres portees par mes heraulx, comme il appert par l’escripture faite le .xxvii.e jour de mars l’an mil .iiiic. et deuxd, en vous chargant et m’acquittant tant envers Dieu qu’envers le monde, en remonstrant ce que vous estes, comme par ce povez savoir se n’avez mis vostre honneur en obly. Et se vous cuidiez avoir avuglé et Dieu et le monde, qui voulez tourner en toutes frivoles les derrenieres lectres qu’escriptes vous ay, qui poignent assez contre vostre honneur, se en eussiez point, de l’esmocion que povez avoir aux choses respondre qu’escriptes vous ay, en ce me cuidant remonstrer en faulx ce qui est tout vray et ce que pour faulx vous estes tenuz envers tous preudommes, en reprenant l’estat en quoy vous estes, que escript vous ay et maintendray, l’aide de Dieu devant, que n’estes venu comme vous deussiez et que en ce vous dites que vous m’aviez dit et ce declairé, vous estant deça : bien est certain que vous me deistes qu’aviez envoyé vers vostre seigneur, le roy Richart, mon nepveu, dont Dieux ait l’ame, qui estoit alé es marches d’Irlande pour avoir la delivrance de l’eritage de vostre pere qui par sa mort vous estoit avenue et que vous pensiez vous tirer jusques au pays, et là vous teniez que ceulx qui estoient subgiéz [de] votre pere vous porteroient obeissance. Et en cuidant me donnez charge que sceusse vostre mauvais fait, il puet bien paroir que ce sont mensonges, car vous ne saviez que vous trouveriez de par dedela.

[4] Et à l’aliance que vous me requistes, laquelle je feis, comme il appert en quoy est congneu par trestous proudommes qui ont congnoissance de ma dite lectre se vostre seigneur est point excepté, comme autresfoiz vous ay escript.

[5] À ce que dites que peu tenez de compte de la preuve ou despreuve que je ou autres povons faire de l’estat que indeuement, sans dignité, povez avoir : de ce je ne me merveille, puisque vous n’eustes ne Dieu ne honneur devant vous en faisant vos faiz ; bon est appenser que des paroles du monde, bien pou vous chaurroit, quant vostre honneur avez mis soubz voz piéz.

[6] Or quant à ce que vous ventez que par ma bouche me ferez regehir et approuver que soyez mon seigneur, quel raison vous y puet mouvoir ? Quel droit en ce povez appeter ? Car je n’euz onques que un Dieu en Trinité et un seigneur en cestui monde. Et en ce, l’aide de Dieu devant, vous demourrez un grant venteur et par consequent un manteur.

[7] Quant au trespas de vostre dit seigneur et mon nepveu, dont Dieux ait l’ame, et duquel vous avoie rescript et mandé que Dieux savoit par qui il estoit mort, il le scet bien, ce vuelx je approuver. Il est commun que l’avez detenu en voz [175ro] prisons. Il est certain que vinstes devers lui en un chastel, où il estoit venant d’Irlande, où feustes devers lui, decevant sa personne soubz umbre de le saluer ; decevant ses nobles soubz tiltre de bienfait ; decevant son peuple, leur promettant franchises ; avuglant son clergié soubz raisons obscures ; prenant ses serviteurs, les destruisant à mort et comme un tirant ; ayant touzjours le cours de sa dite personne entre voz mains ou de voz gens. Où est sa vie ? Où est son corps ? Ne le scet Dieux ? Ne le cognoist le monde ? Certes si fait, car vous avez la charge, s’il est en vie, que ne le delivrez, et s’il est mort, que s’ait [sic] esté par vous.

[8] À ce que vous dites que vous ne pensez que je exceptasse, pour lors que je feis l’aliance avecques vous, vostre dit seigneur le roy Richart, mon nepveu, et ma tres honnouree dame et niepce, Madame la royne d’Angleterre, et que vous ne savez se ores je les excepte en general : où sont les aliéz de mon tres redoubté seigneur, Monseigneur le roy de France, qui n’y soient exceptéz, lesquelx sont de son lignage, qui n’y soient comprins, ne ses subgiéz ne ses amis ? Comment cuidiez vous par vostre escripture avugler le monde en me pensant donner charge ? Et par vous tout faulx, vostre malice nous cuide il diviser mon tres chier et tres amé oncle, le duc de Bourgongne, et moy par dedeça par voz escripz ? Souffise vous en vostre contree l’avoir divisee, car, par deça, l’aide de Dieu devant, ja n’y avendrez.

[9] De la merveille que vous povez avoir, se dites vous, de mes escrips que vous ay faiz en chargant vostre honneur, veu que depuis que vous detenez à tort la seigneurie en quoy vous estes, j’ay envoyé un de mes chevaliers approuvant vostre estat en offrant vous complaire, comme en voz dites lectres est contenu : avons en ce lectres de creance ? Avons de ce nulz tesmoins ? Viengnent avant et nommez la personne qu[e] vous taisiez pour pali[e]r vostre bourdee, et ilz orront que on leur respondra.

[10] À l’article qu’escript vous ay et qui peut comprandre que je ne pense que la vertu divine vous ait mis en l’estat que vous usurpez, etc., et que à ce, vous respondez ce que bon vous samble, cuidant colorer voz faiz et chargant les miens, pensant que autrement que de par Dieu, j’ay et tieng les biens temporelz qu’il lui a pleu à moy envoyer par sa grace : quel tort, quel violence, quelle usurpacion, quelle fraude, quel malengin ay je eu à quelque personne pour avoir l’estat que Dieu m’a presté ? Qui s’en plaint ? Qui m’en donne charge viengne avant ! J’en respondray devant mon roy et souverain seigneur. Parquoy j’apreuve que Dieux m’a mis de sa grace et vertu divine là où je suis. Tous sortilleges, se je les ayme et se ceulx qui s’en entremectent, tieng costé moy. Je m’en rapporte à Dieu et à tous ceulx qui me pevent congnoistre. Et à venir à l’estat que Dieux si m’a presté, ne par tyranie ne par homicides ne par violence je n’y suis venuz. Ceulx qui sont venuz ou usurpent autre seigneurie par autre maniere, comme vous faites, ne sont approuvéz de Dieu ne louéz du monde.

[11] Au fait qui touche ma tres honnouree dame et niepce, Madame la royne d’Angleterre, que vous ay escript qu’elle avoit à comparer de vostre rigueur et vostre cruaulté, qui estoit venue par dedeça desolee de son seigneur qu’elle a perdu, desnuee de son douaire que detenez, despoillee de son avoir qu’elle emporta par dedela et qu’elle avoit de son seigneur, et que vous excusez que n’avez fait rigueur ne cruaulté envers elle, de quoy s’est bourde se vous ne lui restituez son seigneur et mary, se vous ne lui bailliez son douaire, se vous ne lui rendez ses meubles ; et duquel douaire et desquelx meubles vous estes obligié par vostre seellé à lui rendre et delivrer par l’ordonnance et commandement de vostre seigneur, le roy Richart, lui estant vivant, et plusieurs autres de son sang. Et cuidiez par vostre cautelle la destruire et despouiller des choses dessus dites sur aucune lectre ou endenture que vous dites avoir, dont de ce ne [175vo] m’avez envoyé ne l’original ne la copie. Et si ne sçay se voulez ignorer qu’el[le] n’ait amis pour pourchacer son bon droit ; avons oublié la protestacion que ma dite dame et niepce fist à son retourner, estant à Bouloigne. Combien tenistes vous ma dite dame et niepce depuis le trespas de son seigneur, dont Dieux ait l’ame, sanz la restituer ne bailler à mon tres redoubté seigneur, Monseigneur le roy de France, son pere, à Madame la royne, sa mere, ne à nous, ses parens et amis, pour requeste que mon dit seigneur ne elle ne nous tous de son sang vous feissions ne feissions faire, pensant et cuidant la faire avoir ou bailler à vostre aisné filx. Quantes peines pour ce refuser ne pour ce ne vouloir faire en a elle eues, dont, sanz la grace de Dieu, elle ne les eust peu souffrir, qui y a remedié ? Quantes menaces ont esté faites à ses gens du pays de France et en quans perilz en ont esté ? Quans maulx en ont souffert et chevaliers et dames et damoiselles du pays d’Angleterre pour garder leur loyaulté envers elle par vostre volenté desordonnee, qui ont mieulx amé tout ce endurer et souffrir que faulser leur serment envers son seigneur, dont Dieux ait l’ame, ne envers elle ? Et pour ces choses dessus dites, joinct les autres, l’aide de la benoite Trinité, m’acquictant envers Dieu, m’acquictant envers elle et l’ordre de chevalerie, seray pour elle, comme autresfoiz vous ay escript, son champion à maintenir et garder son bon droit et sa juste querelle.

[12] Et à ce que vous vouldriez, se dites vous, que je n’eusse fait à dame ne à damoiselle ne autre personne autre chose que vous avez fait envers elle, ja Dieu ne plaise que l’eusse fait. Je tieng de la plus grant jusques à la plus petite qui soit ou monde que elle ne se plaint de moy. Se j’ay aymé et on m’a aimé, sa fait amours, je l’en mercie, je m’en repute bieneureux.

[13] O prince de mensonges, à ce que vous ne reprouviez point tous mes vrays et loyaulx parens, serviteurs, aliéz et adherens qui m’acompaigneront à soustenir ma querelle que j’ay emprinse contre vous, et ores et autresfoiz, ne vous ne autre de vostre pays ne le sauriez ne n’oseriez ne ne pourriez maintenir que vous n’eussiez response, l’aide de Dieu devant, en verité, mais quant à moy qui ne me reputez ne ne tenez pour tel que je suis et que je seray, l’aide de Dieu devant, toute ma vie, je vous respons que suis leal et proudomme envers Monsr et envers son royaume. Et pour ce dy je que vous mantez ; et toutes foiz que le direz, vostre bouche fera sa coustume, qui est raemplie de mensonges et de trestoute faulseté.

[14] À ce que vous reprenez ce que vous avoye escript, que vous avez plus chier le sang de ceulx de mon costé que n’aviez eu cellui de vostre lige et souverain seigneur, il appert bien, car, Dieux mercy, vous ne leur feistes onques mal ; à vostre roy et à vostre seigneur, chascun scet bien que vous lui avez fait et se par vous il est mort en prison ; et combien, se je vouloie tant fair[e] à vous convaincre, à l’aide de Dieu devant, de ce que vous ay escript et que chascun puet congnoistre comme faites, se me samble, par voz lectres qui ne dient le jour ne l’eure ne quant vous vous oseriez defendre en offrant vostre personne à l’encontre de la mienne, la mer estant entre deux, point ne l’avez apperceu par chose que j’aye escripte, et si est tout approuvé et congneu en verité tout ce que vous ay escript.

[15] Et au point que m’escrisez que mon tres redoubté seigneur, Monseigneur le roy de France, et mes parens et amis de par deça feussent à present plus aises se je ne leur eusse procuré plus grant mal qu’avez fait à vostre dit seigneur, je vous respons que vous mantez par vostre faulse et desloyalle gorge : à Monseigneur me suis bien acquictié comme à mon roy et souverain seigneur, et comme preudomme et loyal doit faire. Si ay je fait à mes autres parens et amis comme je doy et je y suis tenuz. [176ro] Et si eusse fait ou fait faire tel mauvaistié, tel traïson, tel faulseté comme avez fait envers vostre roy et souverain seigneur, combien que vous dites que mon tres redoubté seigneur, Monseigneur le roy de France, et mes autres parens seroient plus aises qu’ilz ne sont, je cuide que leurs corps ne souffreroient ne bien ne mal. Et quant à ce que vous pretendez avoir droit sur ceulx de ce royaume, pourquoy de leur sang vous dites que devez avoir grant pitié ? Vous vous en deussiez actendre à les garder à leur roy et prince et souverain seigneur, mon tres redoubté seigneur, Monsr le roy de France, et à nous tous de son sang, qui les a et nous en sa compagnie améz, chieriz, nourriz et gardéz, et ferons, l’aide de Dieu devant, comme vrays et loyaulx qu’ilz sont.

[16] Or puis je veoir et congnoistre par la fin de voz dites lectres que l’eure et le jour que je desiroye de vous asavoir, je ne puis entendre, fors que m’escrisez que, quant bon vous samblera, vous venrez personnelment par deça acompaignié de tant de gens comme il vous plaira. Surquoy vous mande, comme autresfoiz vous ay escript, que, l’aide de la benoite Trinité, de Nostre Dame et de Monsr saint Michel, vous estant en lieu convenable, moy estant encontre de vous, vous trouverez en gardant mon honneur des trois offres à vous faites, s’en vous ne tient tele response par effect comme en tel cas il appartient.

[17] Et pour ces choses dessus dites, Dieu appelant en mon aide, je vous faiz assavoir : je suis celui qui soustendray et maintendray la querelle de ma tres honnouree dame et niepce, Madame la royne d’Angleterre, et les paroles ci escriptes ou dommage, se Dieux plaist, de vostre faulse personne au plus tost que je pourray et quant je verray mon point.

[18] Et pour ce que vous sach[i]ez et congnoissiez, et vous et le monde, que ce que j’escripz et que je vous mande je vueil accomplir à l’aide de Dieu, j’ay yci fait mectre le seel de mes armes et m’y suis subscript de ma propre main, le dimenche aprés la Saint Denys, .xiiii.e jour d’octobre l’an de grace mil quatre cens et trois.

Ainsi signé : Loys.

Collacio facta est : Baye.

Notes

1 Aucune des cinq lettres ne semble avoir été conservée en original. Néanmoins, à la date du 21 novembre 1403, le duc d’Orléans avait demandé qu’elles soient toutes « registrees ou livre des ordonnances » (Baye, Journal, t. I, p. 75). La copie paraphée de Nicolas de Baye se trouve toujours aux Archives nationales (AN), X1a 8602, fos 170vo-173ro et 174vo-176ro, et c’est sur la base de ce registre qu’est proposée, en annexe du présent article, l’édition de la cinquième lettre (la collation comprend en fait la première réponse du roi, où est enchâssée la lettre de défi du duc, et les deux lettres suivantes de celui-ci ; il manque la seconde lettre du roi). Je tiens à remercier Ghislain Brunel de m’avoir facilité l’accès à ce manuscrit capital. Il existe une autre copie des lettres à la BNF, NAF 7005 (anc. fonds Brienne 34), et, d’après Chris Given-Wilson (voir n. 5), une troisième à la British Library, Add. ms. 30 663, fos 281-286 — faute de temps, nous n’avons pu consulter ces deux manuscrits. Les deuxième et troisième lettres de l’échange sont enfin copiées dans un manuscrit daté de 1449, parmi d’autres pièces concernant les relations franco-anglaises de la période (BNF, Fr. 5624, fos 49vo-53ro et 53ro-55ro). Une édition scientifique de l’ensemble du dossier reste à faire.

2 Les quatre premières lettres sont données par Monstrelet, dont le texte sert de référence au présent article : Monstrelet, Chronique, t. I, pp. 43-67 (lettre 1, pp. 43-45 ; lettre 2, pp. 46-52 ; lettre 3, pp. 52-57 ; lettre 4, pp. 57-66). Le texte se retrouve copié presque à l’identique par Jean de Wavrin (Recueil des Croniques, t. II, pp. 67-83). La première réponse du roi, où est enchâssée la lettre de défi du duc, et la seconde lettre du duc ont également été éditées par Gottfried Wilhelm Leibniz, probablement à partir d’une copie conservée dans la bibliothèque de Wolfenbüttel (Leibniz, Codex Juris gentium diplomaticus, pièce n° 114, pp. 266-270).

3 L’affaire est traitée dans un chapitre des Chroniques du religieux de Saint-Denys, t. III, pp. 54-61. Elle n’a droit qu’à un court paragraphe de Jean Juvénal des Ursins (Histoire de Charles VI, p. 423) et dans la Chronographia regum Francorum, t. III, pp. 228-229.

4 Encyclopédie, p. 743.

5 Dans son travail sur Louis d’Orléans, Eugène Jarry cite longuement l’échange de lettres, mais sans rien en tirer (Jarry, 1889, pp. 284-286). Des extraits de cette correspondance sont aussi cités dans la préface de Benjamin Williams à son édition de la Chronicque de la traïson et mort de Richart deux, p. lxvii (d’après le manuscrit du fonds Brienne). Le seul article véritablement consacré au sujet est dû à Chris Given-Wilson (Given-Wilson, 2008).

6 Sur la lettre de défi au Moyen Âge, voir l’article pionnier (mais surtout consacré aux pratiques italiennes) de Jean Glénisson (Glénisson, 1948) ; et, dans le présent volume, l’article de Valérie Toureille, « La coutume, le droit et la guerre : les lettres de défi. L’exemple d’une terre de frontière : la Lorraine au xve siècle ».

7 Éd. des lettres de défi d’Édouard III à Philippe VI de Valois, en 1340 : Déprez, 1902, p. 328, n. 1.

8 Sur le contexte : Autrand, 1986, pp. 338-345.

9 Given-Wilson, 2008, pp. 36-37.

10 Sur cette question, voir l’excellente mise au point d’Isabelle Le Bis (1985-1986) ; Lehoux, 1966-1968, t. II, pp. 518-521.

11 Jarry, 1889, pp. 284-285 ; Given-Wilson, 2008, p. 31.

12 Sur cet épisode et ses sources abondantes, voir en dernier lieu : Vaivre, 1973 ; Given-Wilson, 2008, pp. 31-32.

13 C’est ce que laisse entendre Michel Pintoin (Chroniques du religieux de Saint-Denys, t. III, pp. 54-57).

14 Lassabatère, 2015, pp. 101-104.

15 Jacquart, 1987, pp. 132-135. En 1521, lors du siège de Mézières, défendu par Bayard, il avait été prévu d’organiser une grande joute avec, de chaque côté, 12 cavaliers et 12 fantassins armés de piques, mais l’affaire n’eut pas lieu (Mémoire du siège de Maisières en 1521, p. 87) ; Symphorien Champier parle, pour sa part, d’équipes de six (Champier, Les gestes, p. 200).

16 Given-Wilson, 2008, p. 34.

17 Monstrelet, Chronique, t. I, p. 72. Voir La Roncière, 1899-1932, t. II, p. 173.

18 Les défis intempestifs gênaient la bonne marche de la diplomatie. Les Anglais, qui négociaient la reconduction des trêves à Leulinghen, demandaient à leurs homologues français ce que de telles lettres signifiaient, et on leur répondit que le duc d’Orléans et le comte de Saint-Pol étaient « indomptables » (Lehoux, 1966-1968, t. II, pp. 519-520). Le 16 octobre 1402, ils expliquèrent le retard survenu dans la proclamation des trêves par le récent défi du duc (Le Bis, 1985-1986, pièce justificative n° XXXII, pp. 182-183) ; en juin 1403, ils voulaient savoir si les lettres du duc, particulièrement injurieuses à l’égard de leur roi, avaient été envoyées avec le « consentement » de Charles VI, et exigeaient de sa part une condamnation ferme des agissements de son frère (ibid., no XXXIX, pp. 192-194). Les 22 novembre et 4 décembre suivants, ils renvoyèrent deux lettres circonstanciées pour se plaindre des lettres insultantes et menaçantes envoyées par le duc d’Orléans et le comte de Saint-Pol (ibid., nos XLVIII-XLIX, pp. 205-208).

19 Les ambassadeurs anglais parlent justement à propos du duc d’Orléans et du comte de Saint-Pol de querellas privatas (ibid., no XLIX, p. 208).

20 Les lettres de défi sont en général brèves. On peut noter toutefois que la lettre que le maréchal de Boucicaut adressa aux Vénitiens, le 6 juin 1404, après l’affaire de Modon, est elle aussi extrêmement longue et détaillée (Le livre des fais, p. 277).

21 Monstrelet, Chronique, t. I, p. 44.

22 Ibid., pp. 45 et 57.

23 Ibid., p. 52.

24 Des lettres de défiance entre un roi et un duc ne constituaient pas une radicale nouveauté, puisque, dans son Formulaire, Odart Morchesne cite, au chapitre « Deffiances », le cartel du duc de Gueldre contre Charles VI, en 1387, et celui de ce même roi au duc de Juliers, en 1388 (Le formulaire d’Odart, [16.1] et [16.2], pp. 381-383). Mais ces ducs disposaient d’une indépendance politique, ce qui n’était pas le cas de Louis d’Orléans.

25 Monstrelet, Chronique, t. I, pp. 43-44.

26 Ibid., p. 44.

27 Chroniques du religieux de Saint-Denys, t. III, pp. 56-57.

28 « Although there was nothing insulting in the language of Louis’ letter », estime Given-Wilson, 2008, p. 33. Comparé aux lettres qui vont suivre, le premier cartel de Louis d’Orléans pourrait en effet paraître relativement courtois, mais Henri IV, qui maîtrise les subtilités du français, en a fort bien compris le ton insultant.

29 Monstrelet, Chronique, t. I, p. 46.

30 Alliance bien réelle (Lehoux, 1966-1968, t. II, p. 519).

31 Monstrelet, Chronique, t. I, p. 49.

32 Ibid., p. 53.

33 Ibid., p. 62.

34 Autrand, 1986, pp. 321-324.

35 Voir annexe

36 Voir annexe.

37 Monstrelet, Chronique, t. I, pp. 46-47.

38 Ibid., p. 51 (acte reproduit aux pp. 49-52). Monstrelet et Wavrin transcrivent l’acte en français et en annexe de la lettre, mais les deux manuscrits consultés donnent le document en latin et enchâssé dans la lettre (AN, X1a 8602, fo 171 ; BNF, Fr. 5624, fos 51ro-52ro), ainsi d’ailleurs que la copie de Leibniz, Codex Juris, pp. 267-268.

39 Monstrelet, Chronique, t. I, pp. 54-55.

40 Ibid., p. 61.

41 Ibid., p. 60.

42 Jean Juvénal des Ursins note qu’Henri IV, très en colère, « fit publier en ses pays les deffiances » (Histoire de Charles VI, p. 423) ; et Michel Pintoin, que le duc d’Orléans fit publier sa dernière lettre : publice […], ut omnibus notum esset quanto affectu, quantave magnanimitate hostem aggredi cupiebat (Chroniques du religieux de Saint-Denys, t. III, p. 60). Ce qui confirme le caractère particulièrement public de l’échange.

43 Dans sa première lettre, Henri IV affirme ainsi : « nous voulions bien que Dieu et tout le monde sache… » ; dans sa seconde lettre, il reprend l’expression : « Dieu scet, et voulons que tout le monde le sache, que ceste nostre response ne procede point d’orgueil » (Monstrelet, Chronique, t. I, pp. 46 et 66). C’est seulement dans sa dernière lettre que le duc s’empare vraiment de l’expression : « se vous cuidiez avoir avuglé et Dieu et le monde… », jette-t-il par exemple à la face de son adversaire.

44 Chroniques du religieux de Saint-Denys, t. III, pp. 60-61. Bellaguet a traduit litteras invectivas par « lettres de défi », qui ne rend pas exactement le terme original.

45 Chronographia regum Francorum, t. III, pp. 228-229 (le texte cite curieusement la dernière lettre du duc, en date du 14 octobre 1403, et la première du roi).

46 En marge de la première lettre d’Henri IV, il note : Rescripcio regis Anglie super diffidencia ducis Aurelianensis, que stat in verbis inanibus et sine fructu seu effectu ; en marge de la seconde lettre du duc : Rescripcio contra litteram precedentem, verbosa et inutilis et immerita huic libro ascribi ; et en marge de la troisième lettre ducale : Rescripcio ducis Aurelianensis contra regem Anglie, [verbosa et…] — les qualificatifs irrévérencieux ont été ici grattés (AN, X1a 8602, fos 170vo, 172ro et 174vo).

47 Baye, Journal, t. I, p. 75 et n. 2.

a Pour rendre plus lisible un texte dont la syntaxe est souvent fort confuse, nous avons modernisé la ponctuation et créé des alinéas.

b Les deux qualificatifs désobligeants ont été grattés, et seul le premier peut être restitué.

c On trouve une expression similaire dans la lettre envoyée le 6 juin 1404 par le maréchal de Boucicaut aux Vénitiens, après l’affaire de Modon (Le livre des fais, p. 89).

d La lettre est en fait datée du 26 mars.

e Texte : « qui vous taisiez pour palir vostre bourde » (pallier une bourde : masquer un mensonge).

© Casa de Velázquez, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search