Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Los rebaños de Gerión

 | 
Joaquín Gómez-Pantoja

La problématique de la transhumance protohistorique

L’exemple des Pyrénées occidentales

La problemática de la trashumancia protohistórica. El caso del Pirineo occidental

The Problematics of Protohistorical Transhumance. The Example of the Western Pyrenees

Philippe Gardes

Zusammenfassung

La transhumance occupe une place de choix dans les études de protohistoire consacrées aux Pyrénées. Mais depuis les synthèses pionnières de Pedro Bosch Gimpera ou Geneviève Fabre, la recherche a peu progressé. Pourtant, l’argumentation présentée à l’époque n’est pas satisfaisante. Elle accorde une place trop grande au déterminisme géographique et à la logique historique, censés justifier à eux seuls la transposition pure et simple d’une réalité contemporaine dans une réalité passée. Autre critique : ces travaux passent sous silence la diversité, la complexité et l’historicité même des systèmes d’élevage (et des sociétés qui les sous-tendent) au profit d’une vision univoque de la transhumance. Nous avons donc cherché à enrichir l’argumentaire en privilégiant plusieurs sources : sitologie, archéozoologie, palynologie et ethnoarchéologie. La confrontation des résultats permet d’envisager un certain nombre d’hypothèses : prédominance de l’élevage agricole durant toute la période, pratique d’un élevage semi-nomade jusqu’à la fin du Néolithique, apparition d’une transhumance à courte distance au début de l’âge du bronze et développement rapide de cette activité à partir du Bronze moyen-final

La trashumancia tiene especial relevancia en los estudios de Protohistoria dedicados al Pirineo. Pero desde las precursoras síntesis de Pedro Bosch Gimpera ο de Geneviève Fabre las investigaciones no se han desarrollado mucho. Las opiniones expresadas en dicha época no nos parecen del todo satisfactorias. Abogan implícitamente por el determinismo geográfico y la lógica histórica, transponiendo una realidad contemporánea a una realidad del pasado. Otra crírica: estas contribuciones no tienen suficientemente en cuenta la diversidad, la complejidad e incluso la historicidad de los sistemas de crianza –y las sociedades que los apoyan– en beneficio de una visión unívoca de la trashumancia. Hemos intentado enriquecer dichas argumentaciones privilegiando algunas fuentes: la sitología, la arqueozoología, la palinología y la etnoarqueología. La confrontación de los resultados permite la propuesta de varias hipótesis: predominio de la crianza agrícola durante todo el periodo, práctica de un pastoreo de tipo semi-nómada hasta finales del Neolítico, aparición de la trashumancia a corta distancia a principios de la Edad del Bronce y rápido desarrollo de la actividad a partir del Bronce reciente-final

Transhumance has a prominent place in the Proto-history of the Pyrenees. However, since the ground-breaking syntheses of Pedro Bosch Gimpera and Geneviève Fabre, there has been little progress in research. The opinions put forward then are not entirely convincing. They implicitly favour geographical determinism and historical logic, grafting contemporary reality onto the past. Another objection is that they take too little account of the diversity, the complexity and even the historicity of stock raising systems –and the underlying societies– presenting an undifferentiated view of transhumance. We have attempted to qualify such views by placing more emphasis on certain sources, namely settlement patterns, archaeozoology, palinology and ethnoarchaeology. The findings give grounds for several hypotheses; predominance of farm husbandry throughout the period, the practice of semi-nomadic husbandry until the late Neolithic, the appearance of short-distance transhumance in the early Bronze Age, and rapid development of stock-raising from the mid-late Bronze Age

Volltext

  • 1 A. del Castillo, « El Neoeneolítico », dans José María Jover Zamora (coord.), La España primitiva, (...)
  • 2 E. S. Higgs, « The History of European Agriculture : the Uplands », Philosophical Transactions of t (...)

1Dans les Pyrénées occidentales, le pastoralisme revient comme un thème récurrent dans l’historiographie régionale à travers la transhumance, considérée comme un élément stable et structurant de l’économie de subsistance. Pourtant, le problème de l’origine de la transhumance n’a jamais vraiment été discuté, la perpétuation jusqu’à nos jours de ce système d’élevage « archaïque » prouvant à elle seule sa haute antiquité. Le souci de démonstration n’est apparu que récemment, à l’instigation de chercheurs de l’école historico-culturelle hispanique. Ainsi, Bosch Gimpera et plusieurs de ses élèves ont proposé de mettre en relation la construction des dolmens avec l’arrivée de pasteurs originaires du Portugal et de la Galice1. Cette interprétation repose sur la coïncidence observée entre la répartition de certaines nécropoles tumulaires et l’itinéraire emprunté par d’anciens axes de transhumance. Reprenant le problème sur des bases empiriques plus solides et à travers des exemples pris dans l’ensemble de la Péninsule, Higgs parvient aux mêmes conclusions : il existe bien une interdépendance dans l’espace entre chemins pastoraux et dolmens, et celle-ci trouve sa justification dans la pratique d’un pastoralisme mobile dès la protohistoire2.

2Ces travaux soulèvent un double problème méthodologique et historique. En effet, c’est la croyance en une continuité passé/présent de l’économie pastorale qui structure le discours, et non pas un faisceau d’arguments concordants. Ainsi, s’il existe une certaine convergence dans l’implantation des routes pastorales et la distribution géographique des mégalithes, rien ne prouve que les deux phénomènes aient une origine commune et qu’ils s’inscrivent dans une même logique d’occupation du sol. Notons, tout d’abord, que l’utilisation des voies de communication naturelles est d’autant plus impérative que les conditions topographiques sont défavorables ; ainsi, dans des régions encaissées comme les Pyrénées, le réseau des chemins se confond souvent avec le tracé d’étroites vallées creusées par les fleuves, qui constituent les catalyseurs de l’activité humaine. Rien d’étonnant donc à ce que des vestiges d’occupation sans rapport chronologique et/ou économique apparaissent conjointement et associés de manière constante dans des secteurs répondant à ces caractéristiques géographiques.

FIG 1. – Principaux sites mentionnés dans le texte.
1. La Lède du Gurp (Grayan et l’Hôpital, Gironde). – 2. Grotte du Phare (Biarritz, Pyrénées-Atlantiques). – 3. Salies-de-Béarn (P.-A.). – 4. Pomps (P.-A.). – 5. Urdanarre Nord 1 (St-Michel, P.-A.). – 6. Béhastoy (Larrau, P.-A.). – 7. Ger (P.-A.). – 8. Place Peyramale (Lourdes, Hautes-Pyrénées). – 9. Arenaza I (San Pedro de Galdamés, Biscaye). – 10. Abauntz (Navarre). – 11. Peñas de Oro (Zuya, Álava). – 12. Castillo de Henayo (Alegría, Álava). – 13. La Hoya (Laguardia, Álava). – 14. Los Husos (Elvillar, Álava), – 15, Moncín (Borja, Saragosse). – 16. Portillo de Piracés (Huesca). – 17. Grotte de Chaves (Bastarás). – 18. Grotte d’Olvena (Huesca). – 19. Abri de Punta Farisa (Fraga, Huesca). – 20. Masada de Ratón (Fraga, Huesca). – 21.Grotte du Segre (Lérida)

3Les apparences dépassées, peut-on se satisfaire d’une hypothèse explicative qui fait remonter les origines du pastoralisme transhumant au Néolithique ? La question se pose avec d’autant plus d’acuité que les partisans du modèle ont rarement pris soin de définir précisément ce type d’élevage.

  • 3 A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, t. I : Technique et langage, Paris, Albin Michel, 1980, p. (...)

4La classification établie par A. Leroi-Gourhan se révèle de ce point de vue très utile3. Cet auteur distingue plusieurs situations :

  1. – Relation de l’éleveur à un animal conservé dans son environnement et son comportement naturel. À côté de ce proto-élevage, la cueillette et la chasse jouent un rôle prépondérant ;

  2. – Relation de l’animal à un éleveur nomade dépendant de collectivités agricoles. Ce système correspond à l’« élevage pastoral » d’une espèce dominante. Éleveurs et agriculteurs appartiennent dans ce cas à deux ethnies la plupart du temps exogamiques ;

  3. – Relation de l’animal à un agriculteur sédentaire. Celle-ci prend plusieurs formes :

  1. Un animal isolé ou un petit groupe remplit une fonction technique : il s’agit d’une « domestication agricole » ;

  2. L’animal est intégré dans une entité ne comptant que quelques têtes de bétail conduites par des bergers spécialement affectés à cette tâche ; le bétail est maintenu dans les limites du territoire agricole : on parle d’« élevage agricole » ;

  3. L’animal fait partie de groupes importants (troupeaux) confiés par la société agricole – à titre temporaire ou permanent – à des pâtres spécialisés : il est question d’« élevage semi-pastoral ».

5La transhumance se range dans cette dernière catégorie, mais sa définition peut encore être affinée. Concrètement, elle correspond à un

  • 4 B. Hofmeister, « Wesen und Erscheinungsformen der Transhumance », Erdkunds, Bonn, 1961, pp. 121-135 (...)

système d’élevage semi-nomade qui se manifeste à travers une migration ou un transfert du bétail entre rarement plus de deux zones de pâtures saisonnières, qui diffèrent par leur localisation quant à l’altitude, les conditions climatiques et la végétation4.

  • 5 F. Βraudel, L’identité de la France, Les hommes et les choses, Paris, Champs, Flammarion, 1986, p. (...)

6Elle se subdivise en deux formes principales5 :

7La transhumance inverse concerne le bétail circulant à partir de bases situées en montagne ;

8A l’opposé, la transhumance normale ou directe est le propre des troupeaux dépendant de propriétaires habitant en plaine.

  • 6 J. M. Walker, « Laying a Mega-myth : Dolmens and Drovers in Prehistoric Spain », World Archaeology,(...)

9À l’intérieur de ce cadre, certains auteurs ont opportunément introduit un critère géographique, en distinguant entre une transhumance à longue et à courte distance qui semble particulièrement adaptée à la situation observée en péninsule Ibérique6.

I. – Constitution des troupeaux et systèmes pastoraux : l’apport de l’archéozoologie

  • 7 J. Roussot-Laroque et A. Villes, « Fouilles pré- et protohistoriques à la Lède du Gurp (Grayan-et-L (...)

10Les témoignages directs sur l’activité pastorale durant la protohistoire sont exceptionnels et déterminés par des conditions de fossilisation particulières. Ainsi, le site de La Lède du Gurp conserve des traces laissées par le passage d’animaux dans des niveaux humides et tourbeux7. Les empreintes relevées dans une couche du Néolithique final (Artenacien) sont difficilement identifiables en raison de l’importance des chevauchements. Toutefois, elles semblent se rattacher en majorité à des caprinés. En revanche, dans le niveau 4a, rapporté au Bronze moyen, les traces s’organisent en deux pistes conduisant à un point d’eau, marqué par de la tourbe, où les animaux devaient s’abreuver. On reconnaît en particulier des empreintes de bovidés, de petits ruminants et de chevaux. Au-delà de ce type de documents anecdotiques, seuls les diagrammes archéozoologiques sont à même de nous informer sur la faune domestique. Malheureusement, aujourd’hui encore, seuls une minorité de sites ont fait l’objet de telles études.

Les sources

Les grottes

11Différentes grottes à occupation longue des Pyrénées occidentales sont susceptibles de faire avancer nos connaissances sur l’évolution des associations mammaliennes et, au-delà, sur le pastoralisme. La faune comprend essentiellement trois espèces domestiques : ovicaprinés, bovidés et suidés, ainsi que de la sauvagine : le cerf principalement et, dans une moindre mesure, le sanglier. Les proportions évoluent nettement du Néolithique à la fin de l’âge du bronze (fig. 2).

  • 8 Los Husos : voir K. Mariezkurrena, « Caza y domesticación durante el Neolítico y Edad de los Metale (...)
  • 9 K. Mariezkurrena, « Caza y domesticación », pp. 244-245.
  • 10 P. Caillat, « La grotte du Phare : inventaire de la faune », Bulletin de la Société préhistorique f (...)

12Au Néolithique final et au début de l’âge du bronze, l’activité cynégétique recule définitivement, se recentrant désormais essentiellement autour du cerf élaphe, espèce à fort rendement en viande. Celui-ci représente encore 7,8 % des restes à Los Husos et 10,5 % à Chaves8, L’élevage apparaît diversifié ; les espèces domestiques sont légèrement dominées par les ovicaprinés mais représentent toutes plus de 10 % de la faune. Des changements importants ont lieu dans la deuxième moitié de l’âge du bronze. On assiste en particulier à une recomposition du cheptel, le porc tendant à être marginalisé. Ce phénomène se manifeste clairement dans les principales séries disponibles pour cette période : les ovicaprinés et les bovidés représentent 94,5 % de la faune à Los Husos, 87,2 % à Arenaza I9 et la quasi-totalité à Biarritz10.

  • 11 P. M. Castaños, « Estudio de los restos faunísticos de la Cueva del Moro (Olvena, Huesca) », Bolska (...)

13Hormis cette tendance générale à la spécialisation des troupeaux autour des herbivores, deux types de faciès faunistiques semblent s’opposer. À Olvena11 et Arenaza I, les ovicaprinés sont nettement prédominants. À Los Husos et à Biarritz, au contraire, le bœuf, d’abord en position secondaire au Chalcolithique, tend à concurrencer les ovicaprinés au cours de l’âge du bronze. Cette différence peut s’expliquer par les insuffisances de la documentation ou bien correspondre à une réalité économique, comme nous le verrons plus loin.

14D’autres informations sont fournies par l’étude des courbes d’abattage. Le site d’Olvena a fait l’objet des recherches les plus complètes sur le sujet : il semble que les ovicaprinés y aient fait l’objet d’une attention particulière. Ils sont en effet les seuls à être maintenus en vie jusqu’à un âge avancé. Ainsi, dans la série provenant des niveaux C3 – A1 (Bronze final), l’abattage intervient préférentiellement après dix-huit mois (70 % des cas) et 40°% des individus épargnes atteignent quatre ans et plus. Cette pratique illustre une nouvelle conception de l’élevage, qui n’est alors plus seulement destiné à couvrir des besoins en viande, mais aussi à obtenir des produits secondaires (lait, laine, peaux).

Les poblados (fig. 3)

  • 12 V. Baldellou et G. Moreno, « El hábitat campaniforme en el Alto Aragón », Bolskam, 3, 1986, pp. 17- (...)
  • 13 J. Gallart, J. Ribes i Foguet et J. Rovira i Marsal, « El jaciment del Bronce de Subau a el Gaio (L (...)

15Si les poblados de la fin de l’âge du bronze ont bénéficié de recherches interdisciplinaires incluant la détermination de la faune, il n’en va pas de même pour les périodes antérieures. L’information se limite ici à quelques mentions pour les habitats d’El Portillo (Piracés)12 et Subau (La Llitera)13, où la majorité des ossements sont attribués aux ovicaprinés.

FIG 2. – Faune de quelques grottes du versant sud des Pyrénées : Chaves, niveau II (Bronze ancien). – Los Husos III - IIB4 (Chalcolithique Bronze ancien). – Los Husos IIB3 - IIB2 (Bronze moyen). – Los Husos IIA - IC (Bronze final / Premier âge du fer). – Arenaza IB (Bronze moyen). – Olvena C4 - C5 (Bronze ancien). – Olvena C3 - A1 (Bronze final / Premier âge du fer)

FIG 3. – Faune de quelques poblados du versant sud des Pyrénées : Μοncín, IIA et IIC (Bronze récent). – Peñas de Oro II et III (Bronze final). – Henayo III (Bronze final / Premier âge du fer). – La Hoya B3 (Bronze moyen). – La Hoya B2 - B1 (Bronze final / Premier âge du fer)

  • 14 R. J. Harrison, G. Moreno et A. J. Legge, « Moncín : poblado prehistórico de la Edad del Bronce (I) (...)

16À Moncín, les résultats concernent trois ensembles stratigraphiques : le sondage IV (Bronze moyen ?) et les niveaux IIB - IIC et IIA (Bronze récent - Bronze final)14. La répartition par espèces met en lumière l’importance constante de la chasse, avec une très forte représentation du lapin – jusqu’à 50,5 % des restes en IIB - IIC, mais ce chiffre est à pondérer cependant par le poids réel de cet animal dans l’alimentation –, mais aussi du cerf, dont la proportion moyenne est de 14,3 %. Il existe peu de variations entre les trois séries. Dans tous les cas, les ovicaprinés surclassent légèrement les bovidés et les équidés. Le porc apparaît pour sa part comme une espèce marginale.

17Un des points les plus intéressants révélé par l’étude des taxons domestiques à Moncín est la forte présence des chevaux. Certains caractères biologiques de cette espèce (par exemple la durée de gestation des juments) sont incompatibles avec un élevage seulement destiné à la boucherie et suggèrent au contraire une utilisation pour la monte et/ou le trait. La courbe d’abattage des bovidés (une majorité d’individus sont adultes, voire âgés) évoque également une fonction secondaire (trait ?). Quant aux ovicaprinés, plus de 60 % des individus sont maintenus en vie plus d’un an, ce qui suppose une exploitation des produits dérivés : peau, laine, lait.

  • 15 J. Altuna, « Historia de la domesticación animal en el País Vasco desde sus orígenes hasta la roman (...)

18Pour les poblados de Peñas de Oro et de Henayo, nous disposons du décompte des espèces seulement pour les niveaux correspondant à l’occupation du Bronze final15. Il n’existe pas de variation significative entre les trois espèces domestiques de base qui se placent toutes au-delà de 20 %. Mais le porc joue un rôle beaucoup plus important qu’à Moncín : il représente respectivement 38 % et 22,1 % de l’échantillon, valeurs qui peuvent s’expliquer par le caractère sédentaire des deux gisements de référence.

19À travers ces données archéozoologiques se dégagent deux constats :

20Un clivage chronologique entre, d’une part, le Néolithique final et le début de l’âge du bronze et, d’autre part, la fin de l’âge du bronze ;

21Une opposition géo-économique entre grottes et poblados.

22Deux exemples sont susceptibles de nous éclairer sur la signification de ces antagonismes. La grotte d’Olvena nous permettra tout d’abord d’observer l’évolution des systèmes d’élevage dans le temps, du Néolithique final au Bronze final, tandis que la confrontation des sites de Los Husos et La Hoya sera l’occasion d’explorer la relation existant entre grottes et poblados.

Éléments d’interprétation

Olvena

  • 16 Castaños, « Cueva del Moro ».
  • 17 P. López, « Abauntz : análisis polínico », Trabajos de Arqueología Navarra, 3, 1982, pp. 355-358.

23L’intérêt de la grotte d’Olvena dans la perspective du pastoralisme réside dans les études spécialisées dont elle a fait l’objet. Une approche combinée de la dynamique d’occupation, de la faune16 et des pollens17 permet ainsi d’envisager dans de bonnes conditions l’évolution des activités de subsistance à travers l’âge du bronze.

24La première phase d’occupation est caractérisée par une organisation cohérente de l’habitat, avec des structures de chauffe et des aires de rejet bien délimitées. L’élevage semble jouer un rôle prépondérant, si l’on considère la pauvreté des terroirs avoisinants. En fait, le pastoralisme est favorisé par l’importance des zones boisées et des lieux de pâture, dont témoigne également la composition de la faune. En effet, tout au long de l’âge du bronze, non seulement la chasse persiste (à un niveau assez d’activité élevé si l’on tient compte du nombre de restes de lagomorphes et surtout de cerf élaphe), mais aussi les ovicaprinés surclassent nettement les autres espèces domestiques. Toutefois, les céréales identifiées dans le spectre pollinique témoignent de la pratique de l’agriculture au Bronze moyen et, par voie de conséquence, d’un attachement au moins temporaire au sol.

  • 18 P. Utrilla, J. M. Rodanes et J. Rey, « La ocupación de la cueva del Moro (Huesca) durante el Bronce (...)

25Au Bronze final, la cavité passe, selon les auteurs de la fouille, du rôle d’habitat stable à celui de halte temporaire, probablement désormais impliquée dans un système d’élevage transhumant. À l’appui de cette thèse ils avancent différents arguments18 :

26L’absence d’aménagements durables et la répartition anarchique des foyers ;

27La succession rapide d’étapes d’occupation et d’abandon, illustrée par l’alternance de niveaux stériles et de lentilles de cendres (jusqu’à huit) ;

28L’absence, au contraire de la période précédente, d’outils à vocation agricole (meules, lames de faucilles), qui pourtant sont si répandus dans les sites contemporains de la région de Huesca.

29À ces indices il faut ajouter la situation particulière de la grotte, à l’intersection des deux vallées pyrénéennes du Cinca et de l’Ésera, qui facilite l’accès tant aux pâtures d’altitude au nord qu’aux espaces agricoles de la vallée de l’Èbre et du Segre au sud. Le site d’Olvena suggère donc un modèle d’évolution socioéconomique en deux temps, illustrant probablement le passage du nomadisme transhumant au pastoralisme transhumant.

Los Husos et La Hoya

30Si des divergences d’ordre faunistique observées entre poblados et grottes semblent recouvrir deux types d’exploitation de la faune domestique, il faut tout de même rappeler que selon la classification établie par A. Leroi-Gourhan, les troupeaux transhumants sont toujours rattachés à une communauté sédentaire. Ainsi, au-delà des clivages ethniques ou chronologiques envisagés par l’historiographie classique, la relation entre les deux types de sites peut être pensée en terme de complémentarité économique. C’est en prospectant dans cette direction que l’on pourra expliquer les différences existant entre les rythmes d’occupation et les stratégies d’exploitation de la faune. Dans cette perspective, la comparaison des gisements de Los Husos et La Hoya présente un caractère exemplaire étant donné leur proximité (3 km).

31À Los Husos, il semble que nous ayons affaire, pendant une bonne partie de la protohistoire, à une occupation lâche et irrégulière matérialisée par de nombreux foyers sommairement aménagés et par un matériel peu abondant. La courbe de fréquence de la faune fait état d’une évolution en deux temps. Durant le Néolithique final et le Chalcolithique, les ovicaprinés prédominent légèrement sur le bœuf et le porc, alors que la chasse fournit toujours une nourriture d’appoint. On observe un changement de tendance à partir de l’âge du bronze, avec un double mouvement de recul du porc et d’abandon de l’activité cynégétique et une forte progression des valeurs du bœuf, qui rejoint en importance les ovicaprinés. Ceci traduit l’apparition d’une spécialisation pastorale autour des herbivores et, par conséquent, une exploitation croissante des pâtures de montagne environnantes (sierra de Cantabria).

  • 19 Mariezkurrena, « Caza y domesticación », p. 246.

32À La Hoya, des deux horizons de l’âge du bronze, seul le plus récent a fait l’objet d’une étude archéozoologique19. Les résultats sont sensiblement différents de ceux obtenus pour l’horizon correspondant de Los Husos (IIA - IC). Les ovicaprinés restent dominants au sein d’un spectre faunistique cette fois relativement diversifié et équilibré, toutes les espèces domestiques totalisant plus de 10 % de la faune. Une des caractéristiques de ce lot réside dans la forte représentation du porc, qui surclasse nettement le bœuf. Autre singularité, les animaux sauvages, et en particulier le cerf, jouent encore un rôle substantiel dans la diète, représentant plus de 11 % de l’échantillon total.

33De cette confrontation, un certain nombre d’enseignements peuvent être tirés. En premier lieu, si l’on admet que les décomptes reflètent approximativement la constitution réelle du bétail, la ligne de démarcation des deux séries semble pouvoir être tracée à partir des valeurs du porc, animal mieux adapté à la vie sédentaire et peu exigeant en matière de nourriture. On ne s’étonnera donc pas de sa fréquence dans les niveaux profonds de La Hoya. À l’inverse, le déséquilibre en faveur des herbivores à Los Husos – qui se manifeste, notons-le au passage, au moment où apparaissent les poblados – ainsi que la multiplication des faisselles à cette époque renvoie probablement à la mise en place d’un système d’estivage. La situation de la grotte, à proximité des lieux de pâture de la sierra de Cantabria, ainsi que le caractère répétitif et provisoire de l’occupation, dont témoignent les nombreux foyers étagés et dispersés dans toute la surface protégée par la voûte, militent en faveur de cette explication.

34Ainsi, les sites de La Hoya et Los Husos semblent étroitement liés et refléter une nouvelle organisation des terroirs, avec une sédentarisation croissante accompagnée d’un début d’urbanisation et les premiers pas du pastoralisme transhumant.

35Malgré l’absence de données faunistiques, il semble qu’existe une complémentarité similaire dans les basses vallées du Segre et du Cinca. Ainsi, la grotte de Punta Farisa, aménagée en bergerie au Bronze moyen - Bronze final (coprolithes provenant d’une construction adossée à la paroi), semble faire pendant au poblado voisin de Masada de Ratón. De même, dans la province de Lérida, certaines cavités occupées pour la première fois au Bronze moyen - Bronze final, comme celle du Segre, répondent aux caractéristiques mises en évidence à Los Husos (occupation lâche et non structurée, superposition de foyers, etc.) et s’opposent aux poblados environnants.

36Deux faits saillants ressortent de l’étude faunistique. En premier lieu, on observe un changement de stratégie économique à partir de l’âge du bronze : les animaux ne sont plus seulement exploités pour leur viande mais également pour leur travail (trait) et les produits secondaires (lait, laine, peaux) qu’ils peuvent fournir. Ce choix économique a des implications fort importantes dans la perspective qui nous occupe, dans la mesure où il suppose de prolonger significativement la vie des bêtes et introduit une logique d’accumulation. Par suite, il contribue à l’accroissement la taille des troupeaux et, du même coup, à la recherche de nouveaux pâturages.

37Le deuxième élément à noter, concernant cette fois la fin de l’âge du bronze, est l’incompatibilité des séries provenant des poblados et des grottes, séries qui évoquent d’un côté des ensembles diversifiés et de l’autre des troupeaux d’herbivores mixtes. Pour reprendre les critères d’A. Leroi-Gourhan, deux systèmes pastoraux semblent s’opposer ici : l’élevage agricole et l’élevage semi-pastoral ou transhumant.

II. – Les cromlechs : des structures à fonctions multiples ?

38Les cromlechs (ou « cercles de pierres ») constituent un des thèmes majeurs de la recherche protohistorique dans les piémonts pyrénéens. Ils connaissent une large extension à travers toute la zone d’étude, essentiellement dans les zones de montagne. D’après une étude statistique menée sur 214 monuments du Pays Basque Nord, J. Blot observe que les cercles forment des groupes dans 74 % des cas et que leur dimension moyenne est comprise entre 5 et 7 m de diamètre.

  • 20 J. M. de Barandiarán, « Contribuciónal estudio delos cromlechs pirenáicos », dans Homenaje al Dr. U (...)
  • 21 J. Blot, « Hommes et “sépultures” à incinération en Pays Basque de France », dans le catalogue de l (...)

39Dans la première synthèse parue sur le sujet, J. M. de Barandiarán a fixé les principales caractéristiques de ces monuments20. Selon cet auteur, la tradition orale et la toponymie rappelleraient leur fonction funéraire, de même que les lits de cendres ou de charbons qu’ils contiennent quelquefois. Ils auraient pour origine des contacts noués par les populations pyrénéennes avec des groupes celtiques, et leur situation près de routes pastorales témoignerait de leur relation avec la transhumance. Depuis, les recherches de J. Blot ont confirmé une partie de ces assertions. Ainsi, en Pays Basque Nord, une dizaine de datations C14 placent les cercles de pierres entre le Bronze final et la fin de l’âge du fer, voire à une époque plus tardive21.

  • 22 T. Dorot, « Sondage du cercle de pierres du Lac Roumassot (août-septembre 1988) », Archéologie des (...)
  • 23 Cl. Blanc, « Fouille du cercle de pierres de Bious-Oumettes (Laruns, Pyrénées-Atlantiques) », dans (...)

40Cependant, un certain nombre d’anomalies par rapport au modèle général ont également été constatées au fur et à mesure du développement des fouilles. Une des plus importantes touche à la chronologie. Deux sites au moins peuvent en effet appartenir à une phase antérieure au Bronze final : le cercle du lac de Roumassot (C14 : 1330 ± 110 BC)22 et celui de Bious-Oumettes, que Cl. Blanc date du Néolithique ou du Chalcolithique au vu d’une armature triangulaire en silex trouvée dans le remplissage23.

  • 24 D. Roux, Protohistoire des piémonts pyrénéens occidentaux. La transition âge du bronze - âge du fer (...)
  • 25 T. Andrés, « La estación megalítica de Guarrinza (Echo-Anso, Huesca). Campañas de 1973 y 1974 (1a p (...)

41Quant à l’attribution fonctionnelle, D. Roux soulignait déjà la similitude des structures d’habitat circulaires mises en évidence dans le piémont à Carbon (Ariège) et Hastingues (Landes) avec les cercles de galets de nécropoles comme celles de Garin24, Cette analogie formelle conduit à s’interroger sur le rôle de certains monuments jugés aberrants et, au-delà, sur le problème de l’habitat montagnard25. Un réexamen sommaire des données actuellement disponibles permet de relativiser la fonction sépulcrale lorsque :

  1. – Plusieurs structures sont enchevêtrées (ensemble des Couraus d’Accous, Bilhères-en-Ossau, Garrinza II-2-3-4) ;

  2. – D’autres aménagements sont en relation avec les structures, par exemple des murettes (Accous) ;

  3. – Les cercles sont ouverts intentionnellement sur un côté (Soussoueou IV, lac Roumassot, Accous II) ;

  4. – Le péristalithe est renforcé ponctuellement par des pierres plantées (lac Roumassot).

  • 26 M. N. Nacfer, « Larrau, Tumulus de Béhastoy », Bilan scientifique 1993. Service régional d’archéolo (...)

42L’existence de structures d’habitat de ce type a récemment été confirmée par la fouille d’un cercle de pierres dans la commune de Larrau (Pyrénées-Atlantiques)26. Le « tumulus de Béhastoy » correspond en fait au cône d’éboulis d’une structure de pierre. Celle-ci, en forme de fer à cheval (4 x 3m), est délimitée par quatre murs montés à sec et peut-être chaînés. L’entrée, probablement située à l’est, est marquée par l’abaissement de la hauteur des murs. Au niveau du sol d’occupation ont été mis en évidence les restes d’une aire de combustion et, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la « cabane », des tessons appartenant exclusivement au Bronze ancien - Bronze moyen.

43Ces nouvelles données doivent désormais permettre de s’interroger sur la nature de l’habitat montagnard, ses rythmes, ses rapports avec les autres types d’occurrences (cromlechs, tumulus, dolmens, etc.) et son rôle dans l’occupation du sol à l’échelle régionale.

III. – Déboisements et surpâturage

44La palynologie constitue un des moyens d’observation indirecte de l’activité pastorale et de la pression de l’homme sur le milieu. Mais, dans notre région, la disparité des informations ne permet pas encore de dresser un tableau cohérent de la végétation durant les deux derniers millénaires avant l’ère chrétienne. À ce problème d’échantillonnage s’ajoutent des divergences méthodologiques opposant les deux versants de la chaîne, avec d’un côté des travaux essentiellement axés sur les dépôts naturels et, de l’autre, sur les habitats stratifiés. Malgré tout, les contours d’une évolution générale se dessinent à travers l’étude des régularités observées. Nous distinguerons dans la suite trois principales entités géographiques : la plaine, les plateaux sous-pyrénéens et le front montagnard.

La plaine

  • 27 M.-M. Paquereau, Flores et climats postglaciaires en Gironde ; n° 101(1) des Actes de la Société li (...)
  • 28 J. Roussot-Larroque, « L’âge du fer en Aquitaine littorale : hommes et milieux naturels », dans L’â (...)

45L’essentiel de la documentation concernant la plaine provient de l’Ouest aquitain et plus précisément de la Grande Lande. Dans la zone littorale, plusieurs séries ont été étudiées par M.-M. Paquereau en Médoc et dans la région d’Arcachon27. Durant l’Atlantique (5500-2500 BC), la forêt est essentiellement composée de pins sylvestres, associés à quelques pins maritimes, et d’éléments d’une chênaie mixte. Ces essences sont rapidement remplacées par un assemblage formé du pin maritime (40 %) et d’espèces pionnières (bouleau et noisetier) qui dans la région d’Arcachon recolonisent les espaces déboisés intentionnellement ou naturellement, sous l’action des sables. Au Sub-atlantique (de 800 BC jusqu’à nos jours), après une nouvelle phase de déforestation, la forêt de pins maritimes s’installe définitivement. Cette évolution brossée à grands traits est confirmée dans ses grandes lignes par le diagramme du site de La Lède du Gurp, mais dans ce cas on peut observer avec plus de précision les perturbations anthropiques28, La tendance est en effet ici à la progression du pin maritime au détriment de la chênaie, qui semble toutefois prédominer légèrement jusqu’à l’âge du fer. L’action de l’homme sur le milieu végétal est nettement marquée dès le Néolithique moyen (vers 3500 av. J.-C.) avec les premières traces de déboisement. La forêt enregistre un nouveau recul à partir de 1600 BC, puis – après un épisode dunaire recouvrant assez largement le Bronze final – durant tout l’âge du fer, avec la constitution de parcelles agricoles et surtout de pâtures dans les environs du site. Facteurs naturels et anthropiques concourent ici à dégrader la chênaie primitive, qui disparaît au cours du Sub-atlantique au profit de landes.

  • 29 M.-M. Paquereau, « Analyse de la tourbière de Bourricos (Landes) » dans La Grande Lande, histoire n (...)

46Bien que tronquée, la séquence de la tourbière de Bourricos à Pontenx-les-Forges se rattache également au faciès maritime mis en évidence à Arcachon29. Les essences arbustives dominantes à la phase moyenne du Sub-boréal (2500-800 BC) sont le pin maritime et le noisetier, suivis du bouleau et de l’aulne. L’intérêt du site réside dans la mise en évidence d’une période de déboisement réversible, située vers 2000 BC, les espaces gagnés sur la forêt étant ensuite progressivement abandonnés, et ce

  • 30 Ibid., p. 47.

jusqu’à une période assez récente [âge du fer ?] où apparaissent les premières traces de culture30.

  • 31 M.-M. Paquereau, « Tourbière de Campagne (Landes) », Actes de la Société linnéenne de Bordeaux, 101 (...)
  • 32 P. Legigan et L. Marambat, « Âge de la formation d’une lagune landaise : premières données palynolo (...)

47À l’intérieur des terres, on observe quelques divergences, explicables par des conditions géo-climatiques différentes. Mais aucune série ne présente de séquence continue à partir de l’Atlantique. L’évolution peut toutefois être déduite de l’étude combinée des diagrammes de Campagne31 et de Borde-Lounque 32, qui semblent assez bien se compléter. Durant l’Atlantique, la chênaie mixte atteint son maximum alors que le pin sylvestre tend à disparaître. Dès lors, le couvert végétal ne semble pas subir de modification sensible jusqu’au Sub-atlantique, où le pin maritime prend le pas sur la chênaie. Les indices de déforestation ne se rapportent pour l’instant qu’à cette phase.

Les plateaux sous-pyrénéens

  • 33 Cl. Blanc et Bui-Thi Mai, « Une double sépulture chalcolithique sous tumulus et son paléo-environne (...)
  • 34 M. F. Diot, « Analyse palynologique d’Hastingues (Landes) », Aquitania, VIII, 1990, pp. 229-235.
  • 35 M. Bats et Bui-Thi Mai, « Une étude pollinique aux origines de Benebarnum gallo-romain (Lescar, Pyr (...)

48Les plateaux sous-pyrénéens offrent un visage radicalement différent. Sur le plateau de Pont-Long (Pyrénées-Atlantiques), les analyses polliniques de deux tertres funéraires (T. 3 de Lons et Pomps), utilisés successivement au début de l’âge du bronze et au premier âge du fer, laissent entrevoir un paysage fortement humanisé33. Les essences arbustives ne représentent qu’une faible part du couvert végétal, avec des éléments de la chênaie mixte mais surtout l’aulne, dont l’importance relative, surtout à l’âge du bronze, pourrait indiquer une ripisylve. Parmi les herbacées, on note quelques pollens de chanvre, dont la culture est probablement liée à l’artisanat textile. Mais de toute évidence, les déboisements répondent prioritairement ici aux exigences de l’activité pastorale. Ceux-ci semblent s’intensifier à partir du début de l’âge du fer et persister à un niveau élevé jusqu’au début de l’époque romaine sur le plateau de Laneplaa (Hastingues)34 et à Beneharnum35.

Le front montagnard

  • 36 L. Marambat, « Analyse pollinique du contenu de l’urne d’Urdanarre (Pays Basque) », Munibe, 45, 199 (...)

49Sur le front pyrénéen, le phénomène marquant est la forte progression de l’aulne mais surtout du hêtre à l’issue de l’Atlantique, indicateurs d’une détérioration des conditions climatiques. Ces essences se mêlent à un couvert forestier encore dominé par le chêne, accompagné du noisetier et du bouleau. Les premiers défrichements sont situés à la charnière de l’Atlantique et du Sub-boréal à l’ouest de la chaîne, aussi bien en Pays Basque (Urdanarre)36 que dans les Hautes-Pyrénées (Peyragou-Augas, Lourdes : 1845 BC). En Ariège, ce phénomène est mieux connu, grâce aux analyses systématiques pratiquées par D. Galop en milieu montagnard. Les résultats obtenus trahissent une importante extension des pâtures d’altitude aux alentours de 2000 BC. Comme en plaine, une nouvelle phase de déboisement, clairement identifiée dans la plupart des spectres polliniques, s’ouvre à la charnière du Sub-boréal et du Sub-atlantique.

  • 37 P. López, art. cit., pp. 355-358.
  • 38 Id., « Estudio palinológico de los sedimentos del yacimiento de “La Peña” », Trabajos de Arqueologí (...)
  • 39 M.J. Isturitz et M. F. Sanchez, « Investigaciones palinológicas en la prehistoria vasca », dans Hom (...)

50Pour le versant sud, les informations sont plus difficilement exploitables étant donné le faible nombre d’analyses. Les prélèvements effectués sur les deux sites sub-montagnards d’Abauntz37 et La Peña38, en Navarre, révèlent un environnement dominé par le noisetier et le pin, associés au tilleul durant l’Atlantique. On observe ensuite, au Sub-boréal, un double mouvement de régression du pin et de forte progression du noisetier, lequel forme désormais l’essentiel du couvert forestier. Il est possible que cette poussée du noisetier corresponde à une phase de repeuplement d’espaces antérieurement déboisés. Ce point de vue trouve des éléments de confirmation dans le remplissage de La Peña où, d’une part, le diagramme présente des anomalies (courbe en « dents de scie ») et, d’autre part, les céréales et les mauvaises herbes caractéristiques des terrains agricoles (rudérales), font leur apparition. Les défrichements à vocation pastorale se manifestent plus clairement dans la haute vallée de l’Èbre et en particulier sur le site de Berniollo, daté de la transition Chalcolithique-Bronze39.

51En résumé, les principales aires sylvatiques évoluent selon les modalités suivantes au Sub-boréal et au Sub-atlantique :

52Sur le littoral atlantique, – On note une intervention croissante de l’homme à partir du Néolithique moyen, qui, combinée à l’action des agents naturels, conduit au repli progressif de la chênaie « atlantique » au profit de pinèdes ou de landes au cours du Sub-atlantique ;

53À l’intérieur de la Grande Lande. – Le paysage est peu anthropisé, avec un important manteau forestier où prédomine la chênaie mixte. Le pin maritime s’impose tardivement, parallèlement à la constitution des premières zones de pâtures artificielles prises sur la forêt ;

54Dans le piémont pyrénéen. – La végétation arbustive recule nettement dès le Chalcolithique, les éléments de la chênaie mixte se maintenant à un niveau très bas alors que l’aulne connaît une période de développement ;

55En montagne. – On lit clairement dans le paysage, au cours du Sub-boréal et du Sub-atlantique, la progression d’essences humides, aulne et surtout hêtre, qui s’intègrent à des forêts constituées d’éléments de la chênaie mixte : noisetier, bouleau, etc.

56L’impact produit sur le paysage par les activités humaines, au premier rang desquelles le pastoralisme, est sensible dès le Néolithique. On distingue dans l’ensemble de la région deux phases principales de déforestation :

  1. – Au début de l’âge du bronze (2000-1600 BC), avec une extension des zones de pacage sur le littoral mais surtout en montagne et dans le secteur des plateaux pré-pyrénéens ;

  2. – À la fin de l’âge du bronze et à l’âge du fer, avec une intensification générale des déboisements à l’échelle régionale.

IV. – Les témoins de la production laitière

  • 40 R. Enguix, « Tipología de la cerámica de la cultura del Bronce valenciano », Saguntum, 16, 1981, pp (...)

57Le terme faisselle est couramment utilisé pour qualifier des récipients couverts de perforations, sans préjuger de leur forme. Dans la région, ce type d’ustensile est représenté de manière constante sur les sites d’habitats. Cependant, on ne connaît pour le moment que très peu de formes complètes. Celles-ci semblent se rattacher à deux types génériques40 :

  1. – Un récipient tronconique, à panse souvent en forme de cloche, dont la base présente une ouverture étroite qui peut présenter des variantes avec un bord le plus souvent droit (Moncín, Los Husos ; fig. 4, n° 1) ou en collerette (Cabezo del Cuervo ; fig. 4, n° 2), ou encore fréquemment rentrant (Seyresse ; fig. 4, n° 3). La totalité de la panse est recouverte de perforations ;

    • 41 M. C. Sopena Vicien, La comarca de Monzón durante la Prehistoria reciente, Μοnzón, 1991, p. 466.

    – vase hémisphérique ou sub-hémisphérique à fond rond, aplati ou plat portant souvent un élément de préhension près du bord : anse (Chaves) ou oreille (Barranco de Monreal, Brics). Les perforations se concentrent ici dans la moitié inférieure (Barranco de Monreal) ou au niveau du fond. Certains vases polypodes appartenant à cette forme sont perforés au niveau des pieds (Tozal de Macarullo)41.

58D’un point de vue chronologique, les deux séries de contenants semblent apparaître conjointement au Chalcolithique (Los Husos, La Renke Norte, etc.). Ils persistent sans évolution typologique marquante au moins jusqu’au Bronze final. Cette stabilité morphologique multiséculaire témoigne probablement d’une fonction particulière.

  • 42 J. M. Apellániz, El grupo de Los Husos durante la Prehistoria con cerámica en el País Vasco, Vitori (...)
  • 43 Ph. Gouin, « Sources, principes et techniques de l’archéologie des laitages » dans Terre cuite et s (...)
  • 44 R. Enguix, art. cit., p. 73.
  • 45 S. Ott, Le cercle des montagnes. Une communauté pastorale basque, Paris, Éditions du Comité des tra (...)

59Selon l’interprétation classique, il s’agirait de récipients intervenant dans la fabrication du fromage, mais certains auteurs pensent au contraire que les faisselles de type I s’apparentent plutôt à des filtres à liquides42. Pourtant, il est difficile d’envisager une fonction de passoire pour les exemplaires à double ouverture. Leurs caractéristiques suggèrent plutôt un rôle d’égouttage de solides semi-plastiques, que les parallèles ethnographiques aussi bien que le contexte archéologique amènent à considérer comme des produits laitiers. La fonction de moule à fromage paraît ici très probable43. Il est plus difficile de se prononcer sur les récipients hémisphériques. Leur forme ainsi que la disposition des perforations évoquent plutôt une utilisation comme filtre à liquides ou passoire44. Dans le processus de fabrication des fromages, il pouvait servir, lors d’une opération préliminaire, à débarrasser le lait de ses impuretés avant cuisson45. Ainsi, les deux ustensiles pourraient se situer aux deux extrémités de la chaîne de production du fromage.

Fig. 4 – Types de faisselles de l’âge du bronze et du Premier âge du fer

Un témoin indirect : le sel

  • 46 P. G. Bahn, op. cit., p. 136.

60Le sel est d’une importance cruciale pour l’activité pastorale. Il contribue tout d’abord à équilibrer l’alimentation du bétail, qui en est très friand. Ainsi, récemment encore dans les Pyrénées, les bergers rassemblaient leurs troupeaux en dispersant des pains de sel en différents points des pâturages46. Mais surtout, le sel joue un rôle essentiel dans la fabrication des fromages, à travers la salaison et l’affinage.

61Dans la région, les sites de production protohistoriques sont peu nombreux. Mais cette carence s’explique en partie par l’absence de recherches sur le sujet et par la destruction probable des installations les plus anciennes sur le littoral par suite de l’élévation du niveau des mers. De plus, si la plupart des sites connus sont datés de l’âge du fer, le début de la production semble toutefois remonter à l’âge du bronze, comme en témoignent les découvertes réalisées à Salies-de-Béarn.

Salies-de-Béarn

Les caractéristiques du site

62Le site de Salies se développe à la naissance d’une vaste dépression triasique qui s’étend vers l’ouest en direction du gave d’Oloron (fig. 5 A). Des affleurements gypsifères et salifères apparaissent au flanc des collines du Flysh, qui dominent le site, et aussi en particulier au pied du « pain de sucre », d’où jaillit la « Fontaine Salée », et dans la vallée du Beigmau, au sud de l’agglomération actuelle.

  • 47 M. Saule, « Découverte de poteries à Salies-de-Béarn », Bulletin de la Société des sciences, lettre (...)

63C’est précisément dans ce dernier secteur qu’a été identifié un gisement protohistorique qui s’étend sur les deux rives du Beigmau et jusqu’à sa confluence avec le Saleys, à 1 km environ en amont. Découvert à l’occasion du creusement de tranchées d’assainissement, le site comprend des structures formant quelquefois des concentrations significatives, comme sur la rive droite du Beigmau. Mais l’organisation générale est difficile à saisir, étant donné le caractère partiel de la fouille, qui n’a concerné que les zones menacées par les travaux. Le fouilleur distingue quatre zones principales comprises dans un périmètre total de plus de 4.000 mètres carrés47 :

  1. Groupe formé de six foyers et de quatre « amas » de mobiliers, situés sur la rive droite du Beigmau ;

  2. Deux foyers et plusieurs amas de tessons ;

  3. Foyers et amas de tessons (sans plus de précisions) ;

  4. Série de foyers et dallage de pierres.

Fig. 5. – Salies-de-Béarn : A. Carte de situation des structures, lotissement Jeanne d’Arc (fouilles M. Saule, 1965-1968). B. Foyer à sel (four b), Beigmau - rive gauche

  • 48 Id., « La fabrication du sel et la céramique de l’âge du bronze à Salies-de-Béarn », dans le catalo (...)

64Dans la synthèse la plus récente parue sur le site, l’auteur regroupe les structures en deux ensembles archéologiques, répartis sur la rive gauche (zones 2, 3, 4) et sur la rive droite du Beigmau (zone 1)48.

65Dans ce dernier secteur, on note essentiellement la présence de foyers accompagnés d’amas de céramique fragmentée. Ces aires de chauffe correspondent en réalité à des fosses circulaires à fond plat, d’une vingtaine de centimètres de profondeur et de 1 m à 1,40 m de diamètre (c, d, e, f). Les parois, souvent légèrement inclinées vers l’intérieur, sont enduites d’une épaisse couche de terre glaise ayant postérieurement subi l’action du feu. Le remplissage des foyers c et d comprend des tessons, des masses de terre glaise cuite ou non, des charbons, des fragments de terre cuite vitrifiée ainsi que quelques pierres portant des traces de rubéfaction. Ce type de structure est interprété comme un four de potier. Les amas de céramique correspondent soit effectivement à des dépôts de tessons (a, b, h, i), soit à des accumulations de terre glaise mêlée de masses charbonneuses, quelquefois associée à des tessons (g, j).

66La céramique recueillie dans cette zone 1 appartient à deux groupes distincts. Une première série, abondante et homogène, est représentée par des fragments épais à pâte grossière et poreuse. Les formes reconstituables permettent d’observer en particulier de grands vases tronconiques à fond plat et lèvre quelquefois digitée. Il est possible que ces récipients produits en grande quantité soient liés à l’activité saunière, leurs caractéristiques morpho-techniques étant compatibles avec une fonction d’« auget », voire de moule ou d’élément de stockage. À côté de cette production à vocation probablement industrielle, on remarque un petit lot de tessons appartenant à une céramique plus soignée, à dégraissant fin et cuisson généralement réductrice. Quelques formes sont identifiables : gobelets, ansés ou non, à carène basse, vase globulaire à cordons lisses multiples et à bord à lèvre aplatie et cordon lisse...

67Plusieurs datations au C14 situent l’occupation à la fin du Bronze moyen ou au début du Bronze final : 1260 ± 170 (Gif et Louvain) et 1120 ± 120 BC (Louvain). Une datation par thermoluminescence sur céramique a donné quant à elle 1560 BC.

  • 49 Id., « L’exploitation du sel, la céramique de l’âge du bronze et de l’époque gallo-romaine à Salies (...)

68Sur la rive gauche du ruisseau, les structures forment de petites concentrations, disséminées sur une surface de l’ordre de 2.000 m2. Les principaux indices rencontrés sont49 :

69Deux amas contenant des tessons très minces (2 à 5 mm), à pâte grossière et surfaces poreuses, se rattachant à des formes cylindriques, tronconiques ou globuleuses ; il pourrait s’agir d’augets. Le dépôt a est associé à des boules de terre glaise, cuite ou non, et à une masse d’argile cuite de section carrée qui correspond certainement à un support ;

70Deux foyers circulaires (b et g) de même type que ceux de la zone 1, à ouverture rétrécie et revêtement de terre glaise, également considérés comme des fours de potiers (fig. 5 Β) ;

71Un troisième foyer renferme un matériel original : des manchons cylindriques en terre cuite, creux, de diamètre variable (4 à 9 cm), portant des traces de combustion ; des fragments de « sole » de foyer en terre cuite à surface irrégulière ; des fragments de grands récipients ouverts en céramique grossière ; d’abondants charbons de bois.

72La céramique « domestique » de la rive gauche du Beigmau diffère de la série précédente. Il est toutefois difficile de dater cet ensemble, en l’absence de parallèles régionaux. Un vase à carène basse et un gobelet ovoïde à anse unique rappellent des productions du Bronze moyen ou du Bronze final. C’est probablement dans cette dernière phase que se place une petite urne carénée à large col. Une datation par thermoluminescence confirme, malgré son importante marge d’incertitude, cette estimation : 1050 ± 300 BC.

Essai d’interprétation

73Le site de Salies présente de fortes ressemblances avec les briquetages connus sur la façade atlantique. Mais il existe encore quelques problèmes d’interprétation. Ainsi :

    • 50 R. Coquerel, « Le plateau de Ger, voie du sel », Bulletin de la Société des sciences, lettres et ar (...)

    – Les foyers excavés ne peuvent être considérés uniquement comme des fours de potiers. En effet, la présence constante de tessons et de fragments d’argile cuite dans ces structures constitue le seul argument faveur de cette thèse. Or la découverte de mobilier dans le remplissage peut résulter d’une conversion secondaire en fosses dépotoirs. En outre, les supports creux ou pleins provenant de certaines de ces structures laissent supposer une autre fonction, culinaire ou plus probablement industrielle. Le faible degré de rubéfaction des parois, ainsi que la quasi-absence de traces de vitrification, s’explique selon R. Coquerel par une température de chauffe relativement basse, incompatible avec la cuisson de céramique50. Enfin, on ne manquera pas de comparer ces foyers aux structures excavées – aux parois également recrépies – mises en évidence de manière constante sur les sites à sel de la façade atlantique, et en particulier sur le littoral médocain (La Lède du Gurp). Cette parenté renvoie probablement à des contraintes techniques similaires. Sous l’homogénéité morphologique des foyers se cache donc probablement une double fonction, de production de céramique industrielle et de traitement des substances salines.

  1. – Aux probables augets à parois fines déjà décrits s’ajoute un autre récipient à vocation industrielle, pour l’instant uniquement identifié sur la rive droite du Beigmau : la jarre tronconique. En l’absence d’indices irréfutables, il est impossible d’assigner une fonction particulière à cette forme, qui a pu aussi bien servir à la réduction du liquide salé, au séchage ou au conditionnement final du sel. Ainsi, l’opposition entre jarres tronconiques et augets à parois minces pourrait, compte tenu des informations à caractère chronologique actuellement connus, refléter une évolution technique entre le Bronze moyen et le Bronze final.

  • 51 Saule, « La fabrication du sel », p. 60 ; Id., « L’exploitation du sel », pp. 31-32.

74En tenant compte de ces remarques, les différentes opérations de production peuvent ainsi être restituées51 :

75Une source proche (peut-être même l’actuelle Fontaine Salée, située à 700 m du site) devait fournir une solution de base à forte teneur en sel (229 gr/l pour la Fontaine Salée) ;

76Le liquide était ensuite transvasé dans les plats à large ouverture ou dans les récipients tronconiques et porté à ébullition sur des foyers munis de supports internes destinés à caler les pots ;

77Le sel, cristallisé sous forme de pâte humide et malléable, était placé dans des vases à parois minces et poreuses permettant d’affiner le goût de la saumure par exsudation des sels déliquescents ;

78À l’issue d’un séchage sur ou à proximité d’un foyer à sole aérienne pourvue de trous d’évents, on pouvait libérer le sel à l’état solide en brisant sa gangue d’argile.

Évaluation de la production et problèmes de diffusion

79Le site de Salies-de-Béarn n’a été reconnu que sur une infime partie de sa surface totale. Il serait donc vain de spéculer sur son importance réelle. Toutefois, la fouille a mis en évidence plusieurs concentrations de structures, dont dix foyers excavés et de nombreuses aires de travail et de rejet.

80Quelques aspects de l’organisation du travail sur le site peuvent être appréhendés grâce à l’étude des structures mises au jour. Ainsi, un premier élément à noter est l’absence d’habitats associés aux structures de production, ce qui suggère une forte spécialisation artisanale. La fabrication sur place des augets et du mobilier céramique nécessaire au traitement de l’eau salée renforce cette impression. Par contre, il est difficile d’évaluer l’importance de la main-d’œuvre, étant donné l’épaisseur temporelle potentielle de l’occupation et le caractère tronqué de la documentation disponible. Toutefois, la division du travail induite par la présence de fours de potiers et la densité des structures permet de penser que l’activité saunière et ses dérivées occupaient un groupe conséquent de travailleurs, correspondant peut-être à une famille élargie ou à un lignage, comme le montrent des exemples ethnographiques.

81Dans ces conditions, même s’il est difficile d’évaluer le volume de la production, il semble que le sel n’était pas uniquement destiné à un marché local. D’autres arguments vont également dans ce sens, et notamment :

82L’existence d’augets de forme standardisée, qui suppose la diffusion de produits répondant à des normes générales ;

83La position privilégiée du site du point de vue des échanges, au débouché des vallées d’Aspe et d’Ossau et à proximité d’une importante voie pastorale peut-être déjà en activité (le Cami Salié) ;

84La perpétuation et le développement de l’industrie du sel sans interruption apparente jusqu’à l’époque moderne.

  • 52 R. Coquerel, art. cit., pp. 19-24.

85On peut donc admettre que le site de Salies a fonctionné comme un centre de production et de redistribution du sel dès la fin de l’âge du bronze. Le problème de la diffusion se pose dès lors avec acuité. En effet, l’impact des productions salisiennes est difficile à mesurer étant donné le caractère périssable du sel. Certains auteurs ont tenté de surmonter cet écueil en étudiant la répartition des récipients censés contenir la précieuse substance. Ainsi, R. Coquerel rapproche les vases tronconiques de Salies, considérés comme des augets, à ceux découverts dans le tumulus I d’Ibos52. Mais ces productions appartiennent à un répertoire de formes conventionnelles et de surcroît largement répandues à l’âge du bronze et au début de l’âge du fer. Dans ces conditions – et en l’absence d’autres indices plus probants –, il est impossible de leur assigner une fonction particulière.

Une hypothèse à vérifier : l’origine ancienne de l’industrie du sel en Médoc

  • 53 J. Roussot-Laroque et A. Villes, art. cit., pp. 43-44.

86Dans un article récent, J. Roussot-Larroque envisage la possibilité d’un démarrage de l’activité saunière dès le Bronze moyen sur les côtes médocaines53. Pour l’instant, aucun argument archéologique ne vient corroborer cette thèse. Celle-ci se fonde uniquement sur la succession, à La Lède du Gurp, d’un horizon du Bronze moyen et d’un niveau de l’âge du fer livrant des structures de traitement du sel, superposition stratigraphique qui pourrait traduire une filiation économique. Dans cette hypothèse, la céramique à pastillage constituerait un des vecteurs de l’industrie au Bronze moyen. En effet, on observe dans certains de ces vases un dépôt noirâtre pouvant correspondre à une substance salée. Au-delà de ce site, il est intéressant de noter que les autres installations saunières du début de l’âge du fer actuellement connues en Médoc se juxtaposent également à une occupation de l’âge du bronze (dune du Pilat et La Négade). Mais ce ne sont là que suppositions, comme le reconnaît l’auteur.

87D’une manière générale, le Bronze moyen correspond à une période de développement des stations littorales, coïncidant à La Lède du Gurp avec les premiers défrichements importants et le début d’une métallurgie locale. L’impression d’expansion économique suggérée par ces phénomènes pourrait avoir quelque rapport avec un possible début de la production du sel, selon une technique archaïque (sans auget et sans pilettes), même si cette affirmation demande confirmation.

Les maigres informations issues du versant sud

  • 54 J. Violant i Simorra, El Pirineo español, Barcelone, Alta Fulla, 1947 (réed. 1991), p. 134.

88L’industrie du sel a longtemps constitué une activité florissante dans les piémonts méridionaux. Ainsi, à Gerri de la Sal (Lérida) était exploitée une fontaine salée située aux sources du Noguera. Durant l’été, l’eau était répandue dans des bassins et le sel récupéré après évaporation totale du liquide. La production du site était ensuite diffusée dans toute la région du Pallars et de la Ribagorza et même sur le versant nord de la chaîne54, La toponymie témoigne également de l’importance et de l’ancrage régional de cette activité avec une multitude de noms révélateurs : Salinas de Añana (Álava), Peralta de la Sal (Huesca), La Salineta, Salina de Camerón (Aragon), etc.

  • 55 G. Ruiz Zapatero, « El comercio protocolonial y los orígenes de la iberización : dos casos de estud (...)
  • 56 J. M. López de Azcona, « La industria neolítica en Cardona », Noticiario del Instituto Geolópico de (...)

89Pourtant nous manquons pour le moment d’indices attestant d’une exploitation antérieure à l’époque romaine, la montagne de Cardona représentant encore un cas isolé. Dans ce dernier secteur, situé au sud-ouest de Solsona et à quelques kilomètres du site métallurgique de Riner, des mines de sel gemme sont en activité durant la protohistoire. Les sources antiques nous apprennent déjà qu’un centre de production important existait à la fin de l’âge du fer55. Mais la découverte de maillets à rainure en roche dure dans une mine pourrait faire remonter le début de la production à l’âge du bronze56.

Nécropoles, chemins pastoraux et transhumance

  • 57 Ph. Gardes, « Les piémonts pyrénéens occidentaux à la charnière du Néolithique et de l’âge du bronz (...)

90L’historiographie classique voyait dans la relation entre structures funéraires et anciens chemins pastoraux la preuve éclatante du rôle central joué par la transhumance dans l’économie protohistorique. Pourtant cet argument utilisé ad hoc ne peut être considéré comme premier : il vient seulement corroborer et amplifier une thèse déjà fortement sous-tendue par les documents archéologiques, archéozoologiques et palynologiques57. Les récentes recherches combinant approche archéologique des tertres et prospection terrestre ou aérienne apportent de ce point de vue de nouvelles informations.

  • 58 J. Seigne, « Le Pont-Long », dans le catalogue de l’exposition Préhistoire et protohistoire des Pyr (...)

91Le secteur le mieux étudié est le plateau de Pont-Long, situé un peu au nord de Pau, et sur lequel s’est concentré l’essentiel de l’activité archéologique menée depuis une vingtaine d’années en Béarn. Cette zone est parcourue par le Cami Salié, connu dans les textes dès le XIIIe siècle comme une importante voie de transhumance mettant en relation le val d’Aran et le plateau de Pont-Long, L’épithète qui lui est accolée souligne non seulement sa vocation pastorale, mais encore son rôle stratégique dans la diffusion du sel de la zone des Nogueras – et aussi de la région béarnaise, puisqu’une de ses branches secondaires se dirige vers Salies-de-Béarn. Il faut en outre souligner qu’il constitue le seul itinéraire permettant de traverser le plateau de Ger à pied sec. D’un point de vue archéologique, on remarque tout d’abord que le Cami Salié traverse deux des principales nécropoles de la zone pré-pyrénéenne, lesquelles, de plus, fonctionnent sur le long terme (du Néolithique jusqu’à l’âge du fer) : Ger et le plateau de Pont-Long. Les tumulus semblent s’agglutiner le long de son parcours, en particulier à l’est de Pau (fig. 6)58, se situant soit directement à son contact, soit sur un rebord de plateau le dominant.

  • 59 R. Arambourou, « Les tumuli d’Amou », Bulletin de la Société de Borda, 4e trim., 1964, pp. 320-325.

92Une disposition analogue a été observée par R. Arambourou dans la vallée du Luy, à la limite des communes d’Amou et de Clermont (Landes), où une dizaine de tumulus sont alignés le long d’un des axes de circulation orienté sud-est - nord-ouest59. L’implantation de ces éléments semble ici conditionnée, tout au moins en partie, par la nécessité d’éviter les landes marécageuses avoisinantes.

Fig, 6. – Tumulus, nécropoles et anciens chemins « de transhumance » en Chalosse orientale (d’après F. DIDIERJEAN, « Apport de l’archéologie aérienne à l’étude des nécropoles tumulaires des Chalosses »)

  • 60 F. Didierjean, « Apport de l’archéologie aérienne à l’étude des nécropoles tumulaires des Chalosses (...)
  • 61 Id., « Prospections aériennes, Gironde, Dordogne, Landes », Bulletin de l’Association des archéolog (...)

93Pour la Chalosse orientale, F. Didierjean a proposé un modèle d’occupation du sol fondé sur la répartition des tumulus et des enceintes de terre (fig. 6)60. Dans ce secteur, on note d’abord la concentration de tumulus sur les rebords de plateaux, comme en bien d’autres régions. Mais ici, les nécropoles s’organisent souvent de part et d’autre de deux anciens chemins. Ces deux axes pénètrent par les vallées du Gabas et du Bahus, au cœur de la Chalosse, et constituent un véritable trait d’union entre le massif pyrénéen et la plaine landaise. Deux tronçons de voies antiques (dont l’une relie Aire à Lescar) proches de ces chemins ou reprenant même une partie de leur tracé, sont également jalonnés de tumulus61. La distribution des rares monuments mégalithiques actuellement connus dans cette zone confirme cette organisation générale de l’occupation du sol. Ainsi, les dolmens de Fargues et les menhirs de Sarron et de Larrivière – ce dernier portant, notons-le au passage, une gravure de char stylisée – se situent dans le prolongement du pouge de Saint-Pé. De même, le dolmen de Vielle-Tursan apparaît sur un étroit plateau longé par le chemin de La Pouge, qui se dirige vers Saint-Sever.

94Le pointage sur la carte des enceintes et éperons barrés attribuables à la protohistoire confirme clairement cette tendance. Cependant, on observe en général une position plus en retrait que dans le cas des nécropoles, sans doute afin de profiter d’implantations dominantes. Ainsi sont mis à profit préférentiellement des rebords ou des extrémités de plateaux en relation avec des voies de pénétration naturelle sud-nord : vallées principale et secondaire du Bahus, pour les sites de Saint-Agnet, du Castéra (Aire-sur-Adour) et de Saint-Savin (Larrivière), vallée du Gabas dans le cas de l’enceinte de Montgaillard, etc.

95L’interdépendance dans l’espace entre nécropoles tumulaires et voies de passage reliant piémont et montagne apparaît donc avec clarté. Toutefois, quelques problèmes demeurent. Ainsi, la répartition d’une part importante des tertres sur les plateaux suggère également l’utilisation des landes comme lieux de pacage. D’autre part, la fonction de mare attribuée à des excavations proches des tumulus n’est prouvée par aucune donnée matérielle. Leur datation, tout comme celle des chemins, reste hypothétique. De plus, même si les arguments présentés plus haut paraissent confirmer l’importance des déplacements, rien ne prouve, d’une part, que le pastoralisme transhumant a été le mode d’élevage prépondérant pendant toute la protohistoire ni, d’autre part, qu’il était pratiqué dans les mêmes conditions qu’à l’époque moderne.

  • 62 J. Blot, « Contribution à la protohistoire en Pays Basque », Bulletin de la Société des lettres et (...)

96Dans les vallées montagnardes françaises, la corrélation entre structures funéraires et axes ou espaces pastoraux est encore plus accentuée. Deux exemples suffiront à illustrer notre propos. En Pays Basque, l’inventaire des monuments dressé par J. Blot fait apparaître des constantes dans le choix des implantations et un étagement en altitude des différents types sépulcraux62. Dolmens, tumulus et cromlechs se situent de préférence près de pistes pastorales et sur des lignes de croupes, des cols, des pâturages ou des replats à flanc de montagne disposant d’un large point de vue sur le paysage environnant. Quant à la répartition des structures selon l’altitude, on remarque :

97Une concentration des dolmens dans le piémont entre 150 m et 600 m ;

98Une majorité de tumulus situés autour de 1.000 m ;

99Un groupement des cromlechs en montagne, entre 500 m et 1.500 m et quelquefois dans des zones de pâtures estivales ou sur des sommets difficiles d’accès.

  • 63 Id., « Contribution à l’inventaire des vestiges protohistoriques en vallée d’Aspe », Revue de Pau e (...)

100On observe une situation similaire en vallée d’Aspe, avec toutefois une dimension montagnarde plus marquée en raison de la configuration géographique particulière de la zone63. Les deux principaux critères d’implantation des monuments sont la proximité de points d’eau et la facilité d’accès, auxquelles s’ajoutent des conditions topographiques générales très proches de celles relevées en Pays Basque (proximité de pistes, de replats à flanc de coteaux ou de cols). Il faut signaler que plus de la moitié des sépultures recensées sont localisées près du col du Somport. Les monuments semblent également échelonnés à différentes altitudes. Les cromlechs se trouvent souvent au-dessus de 1.800 m alors que les tumulus se regroupent essentiellement autour de 1.500 m. Quant aux dolmens repérés, ils se situent soit au débouché de la vallée, soit à des altitudes de l’ordre de 1.400 m.

  • 64 J. M. de Barandiarán, El hombre prehistórico en el País Vasco, Buenos Aires, 1953, pp. 135-136.
  • 65 A. Ciprés, F. Galilea et L. López, « Dólmenes y túmulos de las sierras de Guibijo y Badaya. Plantea (...)

101Au-delà de la relation établie entre vestiges protohistoriques et zones d’activité pastorale, l’enseignement majeur à retenir nous semble être la colonisation progressive de la montagne suggérée par la superposition à différentes altitudes des trois principaux types de monuments et en particulier des dolmens et des cromlechs, situés à plusieurs siècles de distance. Dans les Pyrénées méridionales, ce type d’informations géo-archéologiques accréditant la thèse d’une origine préhistorique de la transhumance a été synthétisé dans des publications d’ensemble déjà anciennes64, la tradition se perpétuant à travers les recherches menées par exemple sur la sierra de Guibijo et de Badaya65.

  • 66 M. Ruiz-Gálvez et E. Galán Domingo, « Las estelas del Suroeste como hitos de vías ganaderas y rutas (...)
  • 67 X. Peñalver, « Estudio de los menhires de Euskal Herria », Munibe, 35, 1983, pp. 355-450.

102Les menhirs sont également souvent associés à l’activité pastorale. Ainsi, dans un article récent, M, Ruiz-Gálvez a tenté de mettre en relation les stèles du Sud-Ouest hispanique avec d’importantes voies de transhumance traversant la Meseta66. Une enquête systématique menée en Pays Basque fait le point sur la question67. Dans cette région, les menhirs occupent systématiquement des positions privilégiées (cols, sommets, replats à flancs de coteau, etc.) et se concentrent à des altitudes comprises entre 600 m et 1.300 m. En outre, ils sont essentiellement situés dans des zones de pâtures et, dans 60 % au moins des cas, bordent un ancien chemin pastoral. La même impression ressort de l’étude de répartition des menhirs d’Aquitaine, dont la plupart se situent le long d’anciens chemins, voire de voies romaines, ou dans des zones de pâtures.

  • 68 J.-P. Giraud, « Le dépôt funéraire de l’âge du bronze de la place Peyramale de Lourdes », dans J.-L (...)

103On pourrait multiplier les exemples sans apporter d’argument supplémentaire en faveur d’une corrélation dans le temps – et non plus dans l’espace – entre ces deux types d’occurrences. Le cas du menhir de Lourdes est toutefois susceptible de réduire la distance qui sépare l’hypothèse de la preuve. Ce mégalithe a été découvert récemment et fouillé dans des conditions d’urgence sur la place Peyramale, au centre de l’agglomération68. Sa datation est assurée par la découverte à sa base d’une double sépulture secondaire du Bronze moyen. Mais l’élément le plus intéressant est qu’il se situe au croisement de deux importantes voies antiques dont la construction, selon les données de la fouille, remonte à la fin du Ier siècle av. J.-C. ou au début du siècle suivant. Si aucun niveau de circulation « aménagé » antérieur n’a été identifié, on peut tout de même postuler une origine protohistorique du carrefour, probablement symbolisé par le menhir. Des exemples similaires de pierres dressées marquant un croisement sont signalés dans l’ensemble de l’Aquitaine et souvent associés à une toponymie révélatrice (La Crouzade, Narrasse, Ger, Gorospil, Baïgorry, etc.). Mais jusqu’à présent, un doute subsistait sur la position initiale des monuments, certains menhirs ayant effectivement été déplacés ou simplement convertis en borne à une période récente (par exemple à Bartrès).

104Résumons. La coïncidence dans l’espace entre chemins pastoraux traditionnels et nécropoles tumulaires ne peut être le simple fait du hasard ou résulter d’un phénomène de convergence. Elle prouve bien que certaines voies de circulation sud-nord étaient en activité dès la Protohistoire. On ne saurait toutefois en tirer argument pour accréditer la thèse d’une occupation du sol conditionnée par l’activité pastorale. Dans les piémonts, les nécropoles situées le long des itinéraires n’entretiennent vraisemblablement qu’un simple rapport topographique avec ces derniers ; elles sont l’expression d’une indéniable emprise sur le milieu et d’une sédentarisation aboutie.

Conclusion

105L’ensemble de ces informations permet d’aborder le délicat problème de l’origine de l’élevage semi-pastoral, ou « pastoralisme transhumant ». Rappelons que ce système d’élevage implique non seulement des déplacements saisonniers, mais aussi et surtout une certaine forme de spécialisation à la fois des troupeaux et des tâches. Des indices concordants peuvent être tirés d’une série d’observations antinomiques.

106Ainsi, on note une première ligne de démarcation d’ordre chronologique entre le Néolithique et l’âge du bronze, ce dernier marquant le début des défrichements de grande envergure, en particulier en montagne, et le développement de la production laitière, ces deux phénomènes étant étroitement corrélés. Une autre division temporelle peut être tracée entre un bloc formé par le Néolithique, le Bronze ancien - Bronze moyen et, d’autre part, le Bronze final. Celle-ci a trait à la nature de l’occupation en grotte, qui passe d’une relative stabilité, soulignée par une organisation rationnelle de l’espace habité et la pratique de l’agriculture, à une instabilité marquée par la succession de foyers sommairement aménagés, La composition des ensembles faunistiques est soumise à une évolution parallèle, avec une tendance à la spécialisation autour des herbivores dans la deuxième moitié de l’âge du bronze.

107À cette bipolarisation chronologique s’ajoute une dualité sitologique, particulièrement saillante à partir de la transition Bronze moyen - Bronze final. Ainsi, d’un côté, les premiers habitats structurés évoquent déjà une sédentarisation aboutie et une économie fondamentalement agricole. À l’inverse, les grottes sont probablement impliquées dans un système d’élevage semi-pastoral dont témoignent, leur situation géographique, les associations mammaliennes et les rythmes d’occupation.

108Ainsi sommes-nous amenés à penser que le pastoralisme transhumant n’émerge véritablement qu’à la fin de l’âge du bronze. D’autres arguments abondent dans ce sens. En effet, on remarque deux faits étroitement liés :

    • 69 J.-P. Mohen, « Tumulus des Pyrénées françaises », dans Els pobles pre-romans del Pirineu. II Calloq (...)

    – Une phase de déforestation qui s’amorce à la jonction du Sub-boréal et du Sub-atlantique et semble désormais concerner au moins l’ensemble des piémonts septentrionaux, du Médoc aux Pyrénées. – On assiste en particulier à la colonisation de nouveaux espaces pastoraux. Celle-ci se manifeste en montagne par l’installation de cromlechs et de nécropoles tumulaires dans des zones de pâture d’altitude, situées autour de 1.500 m en Pays Basque et au-delà dans les autres régions pyrénéennes. En plaine, la Grande Lande commence à s’« humaniser », avec une multiplication des sites à partir du Bronze moyen - Bronze final et l’apparition parallèle des premiers défrichements importants. Ce phénomène d’expansion pourrait traduire une extension des territoires impliqués dans la transhumance vers les landes et le littoral girondins, avec comme vecteur culturel la céramique à pastillages et, au-delà, expliquer partiellement l’homogénéité culturelle du premier âge du fer aquitain69 ;

    • 70 P. Raymond, Essai d’approche anthropologique de la préhistoire récente en Aquitaine, manuscrit dact (...)

    – L’intensification et la large diffusion de la production du sel suggérée par les découvertes faites à Salies. – Ce double phénomène semble répondre à un accroissement de la demande, probablement motivé par le développement de la production fromagère. L’hypothèse formulée par P. Raymond est de ce point de vue très séduisante70. Cet auteur pense en effet que les qualités intrinsèques du fromage, et en particulier sa longue conservation, font un bien susceptible d’être accumulé et échangé à grande échelle. Le développement de la production de fromage a dû entraîner de ce fait un effet cumulatif sur l’élevage, en agissant sur la constitution et la taille des troupeaux et, par extension, sur les zones de pâtures, ce qui s’accorde parfaitement avec l’ensemble des données archéologiques actuellement disponibles.

109Si le pastoralisme transhumant fait ses premiers pas à la fin du Bronze moyen, les modalités de l’élevage au début de la protohistoire restent encore dans l’ombre. Deux spécificités peuvent être inférées à partir des informations précitées : le faible développement de la division du travail et la non-spécialisation des troupeaux.

110À côté de l’élevage agricole, bien adapté aux petites communautés des piémonts, une forme de pastoralisme mobile semble exister dans les zones montagnardes et périmontagnardes au Néolithique. C’est du moins ce que suggère l’occupation de cavités naturelles et la présence de dolmens dans des zones d’estive. Si les déplacements saisonniers sont ici rendus nécessaires par les contraintes géoclimatiques, on ne peut cependant pas parler de transhumance. Les migrations ont dû, en réalité, se perpétuer sur le modèle de celles opérées au Mésolithique, la chasse représentant d’ailleurs toujours une activité importante. L’hypothèse échafaudée par Jean Guilaine à propos d’un gisement situé à l’autre extrémité de la chaîne, l’abri Jean-Cros (Aude), apparaît ici particulièrement opérante : l’occupation en montagne serait le fait de communautés divisées en groupes et sous-groupes se mouvant dans un vaste territoire dans le but d’exploiter différentes niches écologiques en partie complémentaires.

111Le début de l’âge du bronze ne s’inscrit pas dans une période de profond bouleversement et semble plutôt marquer un perfectionnement des techniques d’élevage, avec la mise en place possible d’une transhumance à courte distance, impliquant désormais plus étroitement le piémont et la montagne, en particulier dans les Pyrénées françaises. Cette évolution semble s’expliquer par le développement du cheptel et la production de biens dérivés de l’élevage. Ce phénomène n’est d’ailleurs probablement pas totalement étranger à l’homogénéisation culturelle – suggérée en particulier par les pratiques sépulcrales – du versant nord des Pyrénées.

  • 71 Terme employé par E. Leroy Ladurie (Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1 (...)

112En conclusion, éléments de continuité et d’évolution se conjuguent pour donner son caractère particulier à l’histoire de l’élevage pyrénéen durant la protohistoire. Au cœur de l’économie pastorale semblent se trouver les déplacements saisonniers dont témoignent indirectement l’ancrage des nécropoles et leur situation dans l’espace. Mais la mobilité ne suffit pas à définir un type d’élevage particulier et, sous l’apparente stabilité économique trans chronologique revendiquée par l’historiographie classique, se cache une dynamique des systèmes d’élevage dont l’objet passe de l’exploitation de l’animal lui-même à celui des produits secondaires. La spécialisation parallèle du travail et des troupeaux apparaît comme le principal corollaire de ce phénomène d’expansion économique, également générateur d’expansion géographique. C’est ainsi que, sans parler de « surpécoration »71, on note une tendance générale à l’extension des zones de pâtures, parfaitement illustrée par la colonisation d’espaces autrefois peu anthropisés comme les alpages et la Grande Lande. La mise sur pied du pastoralisme transhumant se place dans ce contexte et marque le couronnement d’un processus multiséculaire.

Anmerkungen

1 A. del Castillo, « El Neoeneolítico », dans José María Jover Zamora (coord.), La España primitiva, t. I, vol. I de la Historia de España Menéndez Pidal, Madrid, Espasa-Calpe (1re éd.), 1947, pp. 489-714 (voir pp. 536-539) ; J. Maluquer de Motes, « Les Pyrénées avant l’Histoire », dans Les Pyrénées, de la montagne à l’homme, Toulouse, Privat, 1974 (voir pp. 87-88) ; P. Bosch Gimpera, El poblamiento antiguo y la formación de los pueblos de España, Mexico, 1944.

2 E. S. Higgs, « The History of European Agriculture : the Uplands », Philosophical Transactions of the Royal Society London, B. 275, 1976, pp. 159-173 (voir pp. 167-168).

3 A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, t. I : Technique et langage, Paris, Albin Michel, 1980, p. 307, n. 13.

4 B. Hofmeister, « Wesen und Erscheinungsformen der Transhumance », Erdkunds, Bonn, 1961, pp. 121-135, cité par P. G. Βaην, Pyrenean Prehistory, Warminster, Aris & Phillips, 1984, p. 18.

5 F. Βraudel, L’identité de la France, Les hommes et les choses, Paris, Champs, Flammarion, 1986, p. 98.

6 J. M. Walker, « Laying a Mega-myth : Dolmens and Drovers in Prehistoric Spain », World Archaeology, 15(1), 1983, pp. 37-49 (voir p. 40).

7 J. Roussot-Laroque et A. Villes, « Fouilles pré- et protohistoriques à la Lède du Gurp (Grayan-et-L’Hôpital, Gironde) », Revue archéologique de Bordeaux, LXXIX, 1988, pp. 44-47.

8 Los Husos : voir K. Mariezkurrena, « Caza y domesticación durante el Neolítico y Edad de los Metales en el País Vasco », dans Hommage à J. M. de Barandiarán, n° 42 de la revue Munibe, 1990, pp. 241-252 (cité Mariezkurrena, « Caza y domesticación »), [voir p. 245, tableau 2] ; Chaves : voir P. M. Castaños, « Estudios de los restos óseos de la cueva de Chaves », Bolskan, 1, 1983, pp. 125-135.

9 K. Mariezkurrena, « Caza y domesticación », pp. 244-245.

10 P. Caillat, « La grotte du Phare : inventaire de la faune », Bulletin de la Société préhistorique française, 81, 10-12,1984, pp. 255-256.

11 P. M. Castaños, « Estudio de los restos faunísticos de la Cueva del Moro (Olvena, Huesca) », Bolskan, 8, 1991, pp. 80-109 (cité Castaños, « Cueva del Moro »).

12 V. Baldellou et G. Moreno, « El hábitat campaniforme en el Alto Aragón », Bolskam, 3, 1986, pp. 17-30 (voir p. 26).

13 J. Gallart, J. Ribes i Foguet et J. Rovira i Marsal, « El jaciment del Bronce de Subau a el Gaio (La Llitera) », Ilerda, XLVII, 1986, pp. 49-64.

14 R. J. Harrison, G. Moreno et A. J. Legge, « Moncín : poblado prehistórico de la Edad del Bronce (I), Noticiario arqueológico hispánico, 29, 1987, pp. 7-102 (voir pp. 90-97).

15 J. Altuna, « Historia de la domesticación animal en el País Vasco desde sus orígenes hasta la romanización », Munibe, 32, 1980, pp. 1-163 (voir p. 23).

16 Castaños, « Cueva del Moro ».

17 P. López, « Abauntz : análisis polínico », Trabajos de Arqueología Navarra, 3, 1982, pp. 355-358.

18 P. Utrilla, J. M. Rodanes et J. Rey, « La ocupación de la cueva del Moro (Huesca) durante el Bronce final », dans Estudios en homenaje a M. Pellicer, Tabona, II (8), 1994, pp. 563-591.

19 Mariezkurrena, « Caza y domesticación », p. 246.

20 J. M. de Barandiarán, « Contribuciónal estudio delos cromlechs pirenáicos », dans Homenaje al Dr. Urquijo, numéro spécial du Boletín de la Sociedad Vascongada de Amigos del País, 1949, pp. 197-212.

21 J. Blot, « Hommes et “sépultures” à incinération en Pays Basque de France », dans le catalogue de l’exposition Les hommes et leurs sépultures dans les Pyrénées occidentales depuis la préhistoire, Pau, 1987, pp. 100-111.

22 T. Dorot, « Sondage du cercle de pierres du Lac Roumassot (août-septembre 1988) », Archéologie des Pyrénées occidentales, 9, 1989, pp. 106-111.

23 Cl. Blanc, « Fouille du cercle de pierres de Bious-Oumettes (Laruns, Pyrénées-Atlantiques) », dans Les hommes et leurs sépultures, pp. 112-116. La datation C14 de 140 ± 90 BC effectuée sur des charbons correspondrait selon l’auteur à une réutilisation.

24 D. Roux, Protohistoire des piémonts pyrénéens occidentaux. La transition âge du bronze - âge du fer et les phases anciennes du premier âge du fer entre Garonne et Èbre, thèse soutenue à l’université de Bordeaux III, 1990 (inédite) p. 181.

25 T. Andrés, « La estación megalítica de Guarrinza (Echo-Anso, Huesca). Campañas de 1973 y 1974 (1a parte) », Bolskan, 5, 1988, pp. 128-130 ; P. Dumontier, M. Gallet et G. Marsan, « L’ensemble mégalithique des Couraus d’Accous à Bilhières-en-Ossau », dans le catalogue de l’exposition L’âge des métaux en Béarn, Pau, 1982, pp. 99-105 (voir p. 104).

26 M. N. Nacfer, « Larrau, Tumulus de Béhastoy », Bilan scientifique 1993. Service régional d’archéologie d’Aquitaine, Bordeaux, 1994, p. 116.

27 M.-M. Paquereau, Flores et climats postglaciaires en Gironde ; n° 101(1) des Actes de la Société linnéenne de Bordeaux, [Bordeaux], 1964, 157 p.

28 J. Roussot-Larroque, « L’âge du fer en Aquitaine littorale : hommes et milieux naturels », dans L’âge du fer en Europe sud-occidentale. Actes du XVIe colloque de l’AFEAF (Agen, 1992), 1994, pp. 13-25 (voir pp. 6-7).

29 M.-M. Paquereau, « Analyse de la tourbière de Bourricos (Landes) » dans La Grande Lande, histoire naturelle et géographie historique. Actes du colloque de Sabres (1981), Bordeaux, CNRS - Musée de Sabres, 1984, pp. 43-47.

30 Ibid., p. 47.

31 M.-M. Paquereau, « Tourbière de Campagne (Landes) », Actes de la Société linnéenne de Bordeaux, 101(1), 1964, pp. 15-17.

32 P. Legigan et L. Marambat, « Âge de la formation d’une lagune landaise : premières données palynologiques et radiométriques », Bulletin de la Société de Borda, 4e trimestre, 1993, pp. 433-443.

33 Cl. Blanc et Bui-Thi Mai, « Une double sépulture chalcolithique sous tumulus et son paléo-environnement (Pomps, Pyrénées-Atlantiques) », Munibe, 40, 1988, pp. 71-82 ; Cl. Blanc, Bui-Thi Mai et Ρ Dumontier, « Le tumulus T3 et son paléo-environnement », Archéologie des Pyrénées occidentales, 10, 1990, pp. 64-67.

34 M. F. Diot, « Analyse palynologique d’Hastingues (Landes) », Aquitania, VIII, 1990, pp. 229-235.

35 M. Bats et Bui-Thi Mai, « Une étude pollinique aux origines de Benebarnum gallo-romain (Lescar, Pyrénées-Atlantiques) », Aquitania, II, 1984, pp. 269-274.

36 L. Marambat, « Analyse pollinique du contenu de l’urne d’Urdanarre (Pays Basque) », Munibe, 45, 1993, pp. 163-164.

37 P. López, art. cit., pp. 355-358.

38 Id., « Estudio palinológico de los sedimentos del yacimiento de “La Peña” », Trabajos de Arqueología Navarra, 9,1990-1991, pp. 141-145.

39 M.J. Isturitz et M. F. Sanchez, « Investigaciones palinológicas en la prehistoria vasca », dans Hommage à J. M. de Barandiarán, n° 42 de ta revue Munibe, 1990, pp. 277-286 (voir p. 285).

40 R. Enguix, « Tipología de la cerámica de la cultura del Bronce valenciano », Saguntum, 16, 1981, pp. 63-74 (voir p. 73) ; J. L. Maya, « Comentario a los materiales de la Edad del Bronce », Bolskan, 1, 1983, pp. 39-65 (voir pp. 51-52) ; J. L. Maya et F. J. Montón Broto, « Un yadmiento de la Edad del Bronce en el Bajo Cinca : el Barranco de Monreal (Fraga, Huesca) », Ilerda, 47, pp. 145-151 (voir pp. 147-148).

41 M. C. Sopena Vicien, La comarca de Monzón durante la Prehistoria reciente, Μοnzón, 1991, p. 466.

42 J. M. Apellániz, El grupo de Los Husos durante la Prehistoria con cerámica en el País Vasco, Vitoria, Diputación Forai de Álava, collection « Estudios de Arqueología Alavesa » (VII), 1974, p. 217 ; Harrison, Moreno et Legge, art. cit, p. 79.

43 Ph. Gouin, « Sources, principes et techniques de l’archéologie des laitages » dans Terre cuite et société. La céramique, document technique, économique et culturel, XIVes Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, 1994, pp. 147-159 (voir pp. 149-150).

44 R. Enguix, art. cit., p. 73.

45 S. Ott, Le cercle des montagnes. Une communauté pastorale basque, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1993, p. 195.

46 P. G. Bahn, op. cit., p. 136.

47 M. Saule, « Découverte de poteries à Salies-de-Béarn », Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau, XXI, 1965, pp. 5-13.

48 Id., « La fabrication du sel et la céramique de l’âge du bronze à Salies-de-Béarn », dans le catalogue de l’exposition L’âge des métaux en Béarn, Pau 1982, pp. 57-63 (cité Saule, « La fabrication du sel »).

49 Id., « L’exploitation du sel, la céramique de l’âge du bronze et de l’époque gallo-romaine à Salies-de-Béarn », Bulletin de la Société des sciences lettres et arts de Pau, XXVI, 1970, pp. 29-40 (voir pp. 30-31), [cité Saule, « L’exploitation du sel »].

50 R. Coquerel, « Le plateau de Ger, voie du sel », Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau, XXII, 1966, pp. 19-24 (voir pp. 19-20).

51 Saule, « La fabrication du sel », p. 60 ; Id., « L’exploitation du sel », pp. 31-32.

52 R. Coquerel, art. cit., pp. 19-24.

53 J. Roussot-Laroque et A. Villes, art. cit., pp. 43-44.

54 J. Violant i Simorra, El Pirineo español, Barcelone, Alta Fulla, 1947 (réed. 1991), p. 134.

55 G. Ruiz Zapatero, « El comercio protocolonial y los orígenes de la iberización : dos casos de estudio, el Bajo Aragón y la Cataluña interior », Kalathos, 3-4, 1983-1984, pp. 51-70 (voir p. 58).

56 J. M. López de Azcona, « La industria neolítica en Cardona », Noticiario del Instituto Geolópico de España, 5, 1933, pp. 61-65, cité par Cl. Domergue, Les mines de la péninsule Ibérique durant l’Antiquité romaine, Rome, Collection de l’École française de Rome (127), 1990, p. 118, n. 153.

57 Ph. Gardes, « Les piémonts pyrénéens occidentaux à la charnière du Néolithique et de l’âge du bronze. Données archéologiques et hypothèses de travail », dans C. Mordant et O. Gaiffe (éd.), Le Bronze ancien en Europe occidentale : culture, technologie, économie (Clermont-Ferrand, 1992), Paris, 1996, pp. 539-561.

58 J. Seigne, « Le Pont-Long », dans le catalogue de l’exposition Préhistoire et protohistoire des Pyrénées françaises, Lourdes, 1973, pp. 73-77.

59 R. Arambourou, « Les tumuli d’Amou », Bulletin de la Société de Borda, 4e trim., 1964, pp. 320-325.

60 F. Didierjean, « Apport de l’archéologie aérienne à l’étude des nécropoles tumulaires des Chalosses », Bulletin de la Société de Borda, 2e trimestre, 1988, pp. 75-82.

61 Id., « Prospections aériennes, Gironde, Dordogne, Landes », Bulletin de l’Association des archéologues d’Aquitaine, 3, 1984, p. 117.

62 J. Blot, « Contribution à la protohistoire en Pays Basque », Bulletin de la Société des lettres et arts de Bayonne, 129, 1973 (voir p. 26).

63 Id., « Contribution à l’inventaire des vestiges protohistoriques en vallée d’Aspe », Revue de Pau et du Bearn, 7, 1979, pp. 5-29.

64 J. M. de Barandiarán, El hombre prehistórico en el País Vasco, Buenos Aires, 1953, pp. 135-136.

65 A. Ciprés, F. Galilea et L. López, « Dólmenes y túmulos de las sierras de Guibijo y Badaya. Planteamiento para su estudio a la vista de los ultimos descubrimientos », Estudios de Arqueología Alavesa, ΧI, 1978, pp. 65-125.

66 M. Ruiz-Gálvez et E. Galán Domingo, « Las estelas del Suroeste como hitos de vías ganaderas y rutas comerciales », Trabajos de Prehistoria, 48, 1991, pp. 257-273.

67 X. Peñalver, « Estudio de los menhires de Euskal Herria », Munibe, 35, 1983, pp. 355-450.

68 J.-P. Giraud, « Le dépôt funéraire de l’âge du bronze de la place Peyramale de Lourdes », dans J.-L. Boudartchouk (éd.), Lourdes : inventaire archéologique, Lourdes, 1992, pp. 17-18.

69 J.-P. Mohen, « Tumulus des Pyrénées françaises », dans Els pobles pre-romans del Pirineu. II Calloqui internacional d’Arqueologia (Puigcerdá, 1975), Puigcerdá, 1978, pp. 97-108 (voir pp. 107-108) ; Id., L’âge du fer en Aquitaine, Paris, « Mémoires de la Société de préhistoire française » (14), 1980, voir p. 217.

70 P. Raymond, Essai d’approche anthropologique de la préhistoire récente en Aquitaine, manuscrit dactylographié (inédit), pp. 61-64.

71 Terme employé par E. Leroy Ladurie (Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975 [rééd. 1982]) pour désigner l’exploitation intensive des pâturages.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift FIG 1. – Principaux sites mentionnés dans le texte.1. La Lède du Gurp (Grayan et l’Hôpital, Gironde). – 2. Grotte du Phare (Biarritz, Pyrénées-Atlantiques). – 3. Salies-de-Béarn (P.-A.). – 4. Pomps (P.-A.). – 5. Urdanarre Nord 1 (St-Michel, P.-A.). – 6. Béhastoy (Larrau, P.-A.). – 7. Ger (P.-A.). – 8. Place Peyramale (Lourdes, Hautes-Pyrénées). – 9. Arenaza I (San Pedro de Galdamés, Biscaye). – 10. Abauntz (Navarre). – 11. Peñas de Oro (Zuya, Álava). – 12. Castillo de Henayo (Alegría, Álava). – 13. La Hoya (Laguardia, Álava). – 14. Los Husos (Elvillar, Álava), – 15, Moncín (Borja, Saragosse). – 16. Portillo de Piracés (Huesca). – 17. Grotte de Chaves (Bastarás). – 18. Grotte d’Olvena (Huesca). – 19. Abri de Punta Farisa (Fraga, Huesca). – 20. Masada de Ratón (Fraga, Huesca). – 21.Grotte du Segre (Lérida)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2700/img-1.jpg
Datei image/, 160k
Bildunterschrift FIG 2. – Faune de quelques grottes du versant sud des Pyrénées : Chaves, niveau II (Bronze ancien). – Los Husos III - IIB4 (Chalcolithique Bronze ancien). – Los Husos IIB3 - IIB2 (Bronze moyen). – Los Husos IIA - IC (Bronze final / Premier âge du fer). – Arenaza IB (Bronze moyen). – Olvena C4 - C5 (Bronze ancien). – Olvena C3 - A1 (Bronze final / Premier âge du fer)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2700/img-2.jpg
Datei image/, 92k
Bildunterschrift FIG 3. – Faune de quelques poblados du versant sud des Pyrénées : Μοncín, IIA et IIC (Bronze récent). – Peñas de Oro II et III (Bronze final). – Henayo III (Bronze final / Premier âge du fer). – La Hoya B3 (Bronze moyen). – La Hoya B2 - B1 (Bronze final / Premier âge du fer)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2700/img-3.jpg
Datei image/, 92k
Bildunterschrift Fig. 4 – Types de faisselles de l’âge du bronze et du Premier âge du fer
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2700/img-4.jpg
Datei image/, 60k
Bildunterschrift Fig. 5. – Salies-de-Béarn : A. Carte de situation des structures, lotissement Jeanne d’Arc (fouilles M. Saule, 1965-1968). B. Foyer à sel (four b), Beigmau - rive gauche
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2700/img-5.jpg
Datei image/, 116k
Bildunterschrift Fig, 6. – Tumulus, nécropoles et anciens chemins « de transhumance » en Chalosse orientale (d’après F. DIDIERJEAN, « Apport de l’archéologie aérienne à l’étude des nécropoles tumulaires des Chalosses »)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/2700/img-6.jpg
Datei image/, 72k

Autor

Casa de Velázquez, École des Hautes Études Hispaniques

© Casa de Velázquez, 2001

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540