Version classiqueVersion mobile

L’église des laïcs

 | 
Ariane Boltanski
, 
Marie-Lucie Copete

V. — Le salut de l’autre ? Investir dans les missions proches et lointaines

Contre l’esclavage et au service des missions africaines

Maria Theresia Ledóchowska et la Sodalité Saint-Pierre Claver (1894-1922)

Claire Fredj

Texte intégral

  • 1 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 13.

Ce fut l’éloquent discours que son Eminence [Lavigerie] tint à Londres qui enflamma Madame la Comtesse Ledochowska […], dans ce temps-là dame d’honneur à la cour de Toscane, pour la cause antiesclavagiste et la détermina à y consacrer toutes ses forces1.

  • 2 Bric, Mulligan, 2013.
  • 3 Frank, 2012, p. 66.

1Le discours qui cause un tel bouleversement chez cette jeune fille de la noblesse polonaise a été prononcé à Londres en juillet 1888 dans le cadre d’une reprise de la lutte contre l’esclavage qui, au cours du xixe siècle, a concerné plusieurs pays européens2, provoquant en cette fin de siècle une émotion internationale, voire « transnationale3 ».

  • 4 Eboussi Boulaga, 1991, p. 61.
  • 5 Curtis, 2010, pp. 5-18.
  • 6 Paisant, 2009, p. 14.

2En effet, après les missions protestantes, les missions catholiques s’affirment de plus en plus, à partir des années 1860, comme des acteurs de cette lutte, particulièrement en Afrique où elle fait partie de la rhétorique de la mission civilisatrice qui accompagne la mise en colonisation du continent. Différentes œuvres « champignonnent » alors pour apporter une aide matérielle et spirituelle aux missions4. Le rôle des femmes y est fondamental, tandis que la féminisation du christianisme caractérise le xixe siècle5. Religieuses mais aussi laïques se mobilisent pour soutenir les missions extérieures. Les femmes s’y engagent comme écrivaines, conférencières, collectrices de fonds6. C’est notamment le cas de M. T. Ledóchowska, née en 1863 à Loosdorf, près de Melk, en Autriche, fille du comte polonais Anton Halka-Ledóchowski et de la comtesse suisse Josephine von Salis-Zizers. Éduquée à l’Institution der Englischen Fraülein de St. Pölten, dame d’honneur à la cour de Toscane à Salzbourg, elle fonde, en 1894, la Sodalité Saint-Pierre Claver destinée à aider les missions catholiques à libérer l’Afrique de l’esclavage et à diffuser le catholicisme. Elle sera aidée dans cette tâche par ses liens familiaux : un de ses oncles, le cardinal Mieczysław Halka von Ledóchowski, est préfet de la Sacrée Congrégation de la Propagande de la Foi à partir de 1892. En quelques années, l’association de femmes laïques se transforme en congrégation religieuse. M. T. Ledóchowska, morte en 1922, est béatifiée en 1975.

  • 7 Bielak, Sander, Maria Theresia Gräfin Ledóchowska ; Mioni, La mère des missions d’Afrique ; Walzer(...)
  • 8 Brewer, 2007a, 2007b.
  • 9 Voir par exemple Wildenthal, 2001 ; Walgenbach, 2005 ; Bechhaus-Gerst, Leutner, 2009.
  • 10 Sauer, 2002 ; Brantl, inédite ; Loidl, inédite ; Bach, 2016.

3À partir des années 1930, plusieurs hagiographies ont retracé la vie de la fondatrice de l’ordre des clavériennes, baptisée par les membres de sa congrégation « Mutter Afrika7 » (« Mère Afrique »). Depuis quelques années, des aspects autres que religieux sont davantage mis en avant, comme sa contribution à la littérature missionnaire ou son rôle dans l’histoire coloniale de l’Europe, en particulier germanophone8, alors que la place des femmes dans l’empire allemand est de plus en plus interrogée9 et que l’Autriche-Hongrie, sans possession outremer, est également davantage intégrée aux études sur le fait colonial10.

4S’intéresser à M. T. Ledóchowska, c’est s’intéresser à une laïque qui fonde un ordre religieux spécialisé dans la levée de fonds pour les missions africaines. Comment fonctionne ce qui devient en quelques années une véritable entreprise de presse au service des missions et du catholicisme ? Que révèle cette organisation de l’engagement féminin catholique aux tournants des xixe et xxe siècles ?

5Les lignes qui suivent replaceront les débuts de cette congrégation dans le contexte de l’antiesclavagisme catholique qui se structure en Europe dans la seconde moitié du xixe siècle, présenteront ensuite l’importance, les formes et la modernité de la propagande menée par les clavériennes, et souligneront enfin comment l’aide financière aux missions telle qu’elle est réalisée par M. T. Ledóchowska est un des aspects d’un engagement plus large dans la sphère publique.

Les catholiques contre l’esclavage en Europe centrale

Le développement d’un mouvement antiesclavagiste catholique en Europe

  • 11 Prudhomme, 2008.

6Porté par les églises protestantes dans le monde anglo-américain ainsi que par des mouvements laïques, le mouvement antiesclavagiste est aussi soutenu par l’Église catholique qui condamne une première fois l’esclavage par le bref pontifical de décembre 1839 (In supremo). Le Saint-Siège affirmera également son opposition à l’esclavage et à la traite dans les encycliques In plurimis de mai 1888 et Catholicae Ecclesiae de novembre 189011. Il soutient notamment la « croisade » que Mgr. Lavigerie mène contre l’esclavage en Afrique à partir des années 1860 et pour laquelle il fonde la Société des missionnaires de Notre-Dame d’Afrique ou Pères blancs (1868) et Sœurs blanches (1869).

  • 12 Réponse de Léon XIII à l’Adresse, lue par le cardinal Lavigerie au pèlerinage africain à Rome, Con (...)
  • 13 Ibid., p. 29.

7Le continent africain étant le théâtre principal de la traite, Léon XIII recommande aux missionnaires qui y prêchent « de consacrer toutes leurs forces, leur vie même, à cette œuvre sublime de rédemption, à l’exemple du glorieux Pierre Claver12 », récemment canonisé. Une campagne de sensibilisation de grande envergure est menée dans toute l’Europe à l’été 1888 par Mgr. Lavigerie qui appelle les catholiques à « éclairer et presser leur gouvernement, lorsqu’ils sont en état de le faire, par des renseignements précis sur les horreurs de l’esclavage africain et lui donner ensuite leur concours personnel et matériel pour le faire disparaître13 ».

  • 14 Renault, 1971, chap. x.
  • 15 David, Etemad, Schaufelbuehl, 2005, pp. 129-130.

8Entre août 1888 et octobre 1889, plusieurs comités ou sociétés antiesclavagistes sont ainsi fondés en Europe14. Rapidement, l’élan fondateur s’essouffle, tandis que des querelles de personnes et surtout la concurrence entre protestants et catholiques minent le mouvement naissant, suffisamment pour faire annuler la première conférence internationale des sociétés antiesclavagistes prévue à Lucerne, en Suisse, en août 188915. La croisade antiesclavagiste se poursuit néanmoins avec l’organisation d’une réunion internationale en novembre 1889 à Bruxelles puis la tenue d’un congrès organisé à Paris en septembre 1890 par les comités antiesclavagistes de France, Allemagne, Grande-Bretagne, Belgique, Espagne, Italie, Portugal et Autriche. L’empire des Habsbourg et la Suisse, bien que sans possession africaine, ne se désintéressent pas de ce combat.

Les divisions du mouvement antiesclavagiste en Autriche-Hongrie

  • 16 Antisclaverei-Monats-Revue, no 1, 15 septembre 1889, p. 13.
  • 17 Ibid., p. 1.
  • 18 Ibid., p. 14.
  • 19 Renault, 1971, p. 254.
  • 20 Brantl, inédite, p. 57.

9La Société autrichienne pour l’affranchissement des esclaves en Afrique, fondée à Vienne en janvier 1889, soutient « l’action introduite par le Primat d’Afrique, cardinal Lavigerie, pour empêcher les razzias d’esclaves et la traite des nègres en Afrique16 ». La revue de la société, l’Antisclaverei-Monats-Revue, qui commence à paraître en septembre, est destinée à faire connaître l’état de la question « dans la monarchie austro-hongroise, dans l’empire russe, aux pays du Bas-Danube et des Balcans (sic), en Grèce et en Orient17 ». La Société antiesclavagiste de Nicolsbourg [Mikulov en Moravie], fondée en mars 1889, est en relation étroite avec la société viennoise, comme celle d’Innsbruck, où le comité organisé par la comtesse Ita von Thun-Hohenstein aurait « obtenu des résultats notables18 ». Existent deux sociétés dont les relations avec celle de Vienne sont plus difficiles, l’une à Cracovie, fondée à l’initiative de M. T. Ledóchowska19, l’autre à Salzbourg, où la baronne Sophie Hammerstein-Stolberg et M. T. Ledóchowska, avec l’aide de l’évêque de Saint-Pölten, créent « un club antiesclavagiste strictement catholique20 », alors que, pour soutenir son combat contre l’esclavage, Mgr. Lavigerie en appelle aux « Femmes chrétiennes de l’Europe ».

  • 21 Antisclaverei-Monats-Revue, no 4, 15 décembre 1889, p. 67.
  • 22 Ibid. no 2, 15 octobre 1889.
  • 23 Ibid., no 1, 15 septembre 1889, p. 14.
  • 24 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 13.
  • 25 Neue Antisclaverei Revue, no 2, 25 mars 1890, p. 6.
  • 26 Antisclaverei-Monats-Revue, no 2, 15 octobre 1889, p. 28.
  • 27 Ibid., no 5, 15 janvier 1890.
  • 28 Neue Antisclaverei Revue, no 2, 25 mars 1890, p. 6.

10Comme le déplore rapidement le Dr Nauss, « de mesquins intérêts particularistes » amènent des divisions21. La question religieuse apparaît comme un des éléments de la discorde. Le Chevalier F. de Sales, de Vienne, condamne les catholiques « trop zélés [qui] ne peuvent admettre l’alliance de toutes les confessions religieuses dans l’intérêt de notre œuvre », alors que la société ne considère l’affranchissement du continent africain « qu’au point de vue humanitaire et en appelant à y participer toutes les volontés et tous les concours »22. La mise au point vient de ce que le comité de Salzbourg aurait annoncé n’admettre que « l’élément catholique23 » parmi ses membres. Un autre point de friction tient à la formation, à partir d’août 1889, de comités de dames patronnesses, sur l’initiative directe du cardinal Lavigerie24. Plusieurs de ces groupes, présidés par des femmes et liés à la société de Salzbourg, fonctionnent à Linz, Bregenz et Saint-Pölten25. Pour la société de Vienne, l’action de ce type de comités, « agissant individuellement et isolément […], a pour résultat […] la dispersion et la diminution des forces26 ». Trois mois plus tard, on peut lire que la Société de Salzbourg « est dirigée par un comité de femmes très remuantes, qui n’ont aucune unité dans leur action27 ». Le Chevalier de Sales reprend à son compte les propos d’une revue française qui prévient, au sujet des sociétés antiesclavagistes : « Pas de cotillons surtout ! Ô ! Les femmes sont de merveilleux agents de charité mais chacun à sa place et, en premier lieu, aux hommes de tête et d’expérience la direction28 ».

  • 29 Le chevalier F. de Sales, ancien membre de la Société autrichienne, fonde son propre mensuel, la N (...)
  • 30 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 13.

11La société de Vienne se divise aussi, au début de l’année 1890, entre ceux qui acceptent la plus grande centralisation du mouvement autour de Paris, menée par le collègue de Mgr. Lavigerie, Mgr. Brincat, et ceux qui la refusent. Pendant quelques mois coexistent deux sociétés et deux revues, l’Antisclaverei-Monats-Revue et la Neue Antisclaverei Revue29. Selon M. T. Ledóchowska, le choix « œcuménique » de la société viennoise n’était pas tenable : « les comités principaux ayant pris un caractère plus humanitaire que religieux, ce qui en Autriche ne leur assurait aucun avenir, la Comtesse se retira et chercha un autre mode de remplir sa mission30 ». Celui de l’association féminine laïque, qu’elle choisit d’abord, s’efface bientôt au profit d’une association religieuse.

De l’association laïque à l’ordre missionnaire : la Sodalité Saint-Pierre Claver

  • 31 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 551 ; Ledóchowska, Über die Sodalität…, p. 9. Sur la jeu (...)
  • 32 Ledóchowska, « Wie ich Kardinal Lavigerie fand ».
  • 33 Peut-être s’est-elle inspirée de l’action du prêtre Anton Schöpfleuthner, longtemps directeur spir (...)
  • 34 Ledóchowska, Über die Sodalität…, p. 14. Sur le bâtiment, voir Brantl, inédite, p. 62.
  • 35 Ledóchowska, Die Frau beim Missionwerk, 1907.
  • 36 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 212.
  • 37 Bulletin de la Société antiesclavagiste de France, no 39, mars 1904, p. 31.
  • 38 « L’Église et l’Exposition. Apostolat et enseignement », Études, p. 636.

12Dame d’honneur depuis 1885 à la cour de la grande-duchesse de Toscane installée à Salzbourg, M. T. Ledóchowska commence à s’intéresser à la lutte contre l’esclavage et au travail missionnaire en 1886, après une rencontre au Palais de franciscaines missionnaires31. Après l’épiphanie provoquée par la lecture du discours de Lavigerie en novembre 1888, elle fait la connaissance de son mentor à Lucerne, l’été suivant, alors qu’elle s’implique de plus en plus dans la lutte contre l’esclavage32. Pour pouvoir s’y consacrer pleinement, elle prend congé de la cour en avril 1891 et s’installe à Salzbourg dans une maison des Filles de la Charité. C’est là qu’elle organise en avril 1894 la « St. Petrus Claver Sodalität für die afrikanischen Missionen und das Werk der Sclavenbefreiung », association libre de personnes séculières vouées à l’œuvre des Missions d’Afrique33, dont le but est de rassembler des fonds pour libérer les Africains de l’esclavage et du paganisme. Avec l’argent de son héritage, M. T. Ledóchowska achète, en 1897, une ancienne usine de papier près de Salzbourg et y installe l’association, dans un ensemble qu’elle baptise « Maria Sorg34 ». C’est là que l’association reçoit ses constitutions approuvées par le Cardinal de Salzbourg, Mgr. Haller, et prend un caractère religieux puisque, selon les mots de la fondatrice, « pour mener une bonne propagande missionnaire, il faut une congrégation religieuse35 ». Passant ensuite les étapes ordinaires, la Sodalité devient une congrégation qui reçoit, en 1910, une approbation définitive du Saint-Siège36. La nouvelle congrégation installe, en 1902, sa maison généralice à Rome37. Les sodales n’ont pas vocation à partir en Afrique. Elles offrent un corps auxiliaire « aux congrégations qui déjà se partagent l’évangélisation du continent noir38 ».

  • 39 Ibid., p. 102. Et Ledóchowska, Der Beruf einer « Hilfsmissionärin für Afrika », pp. 28 et 30-31.
  • 40 Écho d’Afrique, no 9, septembre 1900, p. 102.
  • 41 Ibid. ; Battandier, « Ressources des missions », p. 538 ; Brou, « Bulletin des missions », 1923, p (...)
  • 42 Ledóchowska, « Die Gesellschaft vom Hl. Petrus Claver… ».
  • 43 Battandier, « Ressources des missions », p. 538.
  • 44 Brou, « Bulletin des missions », 1923, p. 213.
  • 45 « L’Église et l’Exposition. Apostolat et enseignement », Études, p. 636.

13La société s’organise en trois niveaux. Les internes représentent le « noyau permanent de consacrées à vie » qui, après plusieurs années d’épreuves, émettent les trois vœux de religion et un quatrième par lequel elles se consacrent à l’œuvre « comme les plus humbles et les plus fidèles servantes des missionnaires d’Afrique39 ». Il s’agit d’une congrégation moderne, sans clôture, sans habit religieux. Des externes s’engagent aussi « par une simple promesse au service des missions d’Afrique », tandis que les zélateurs sont acquis à la cause et versent une cotisation à partir de 2 F40. Ces derniers membres, recrutés dans plusieurs villes d’Allemagne et d’Autriche, voient leur effectif s’accroître rapidement avant la première guerre mondiale41. Les laïcs sont associés au fonctionnement de l’œuvre, notamment dans les bureaux de propagande établis dans plusieurs villes. En 1906, onze de ces filiales fonctionnent et, à l’exception de celles de Vienne et de Trieste, elles sont dirigées par des femmes, membres externes de la Sodalité42. En 1913, la société compte deux maisons centrales, onze succursales et quarante-neuf postes de dépôt répandus dans presque toute l’Europe, ainsi qu’un dépôt en Amérique et un à l’île Maurice43. Dix ans plus tard, les centres sont à Rome, Fribourg, Salzbourg, « avec 17 succursales et 120 dépôts dans les grandes villes d’Europe44 ». Un des objectifs des clavériennes est d’intéresser à l'Afrique des populations sans tropisme africain particulier : « l’Autriche n’a point en Afrique d’intérêts politiques, elle n’y envoie point de missionnaires, l’état des races noires y est donc mal connu. Il faut le faire connaître45 ». L’engagement antiesclavagiste de M. T. Ledóchowska l’amène à développer une véritable entreprise au service des missions.

Une entreprise de propagande au service des missions africaines

Sensibiliser les Européens par l’imprimé

  • 46 D’après Loster-Schneider, Palier, 2006, pp. 258-261 ; Pataky, 2014. Plusieurs textes numérisés son (...)
  • 47 Brewer, 2007a, p. 560. L’abolitionniste états-unienne Harriet Beecher Stowe (1811-1896) est l’aute (...)
  • 48 Ses principales pièces sont les suivantes: Die heilige Odilia (1884), Zaida, das Negermädchen (188 (...)

14Dès la fin des années 1870, M. T. Ledóchowska publie différents ouvrages sous son nom et sous le pseudonyme de Halka ou sous celui, transparent, d’Afrikanus : récits de voyage, vies de saints46, ainsi que, surtout, des pièces de théâtre et des causeries concernant l’Afrique. Plusieurs des pièces de celle qui aurait aspiré à devenir la « Harriet Beecher Stowe européenne47 » ont pour intrigue la libération de l’esclavage des Africains et leur conversion au christianisme, le travail missionnaire, parfois aussi l’appel missionnaire en Autriche48. Ces pièces, essais, articles, histoires pour enfants, connaissent une large diffusion dans les bulletins et revues que la Sodalité compose. L’aide aux missions, en effet, passe par une intense activité de rédaction et d’édition.

  • 49 Brantl, inédite, p. 58.
  • 50 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 14 ; Brantl, inédite, p. 58.
  • 51 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 212.

15C’est d’abord seule que M. T. Ledóchowska commence, en 1889, à publier des correspondances missionnaires dans la rubrique « Echo aus Afrika » dans le bulletin de l’Apostolat der christlichen Töchter, le St. Angela-Blatt, très apprécié dans les milieux catholiques autrichiens jusque dans la famille impériale49. La rubrique devient un petit bulletin indépendant, l’Echo aus Afrika : katholische Monatsschrift zur Förderung der afrikanischen Antisklavenbewegung und der afrikanischen Missionstätigkeit, qui commence à paraître en 1890 comme bulletin du mouvement antiesclavagiste de Salzbourg et dans lequel la place des missions va graduellement s’accroître50. Les débuts sont artisanaux mais, une fois installée à Maria Sorg, l’œuvre compte toujours davantage de collaboratrices et l’entreprise s’étend51. Le mensuel fait bientôt 12 pages, illustré par des photographies et dont le coût d’abonnement, très bas — 2 F par an — vise notamment un public populaire.

  • 52 Écho d’Afrique, no 9, septembre 1900, p. 99.
  • 53 Ibid., p. 103.
  • 54 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 213.
  • 55 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 14.
  • 56 Jarvis, inédite, p. 8.
  • 57 Artiaga, 2007, p. 167.
  • 58 Brou, « Bulletin des missions », p. 213.

16L’Écho est conçu comme l’organe de toutes les congrégations missionnaires qui évangélisent l’Afrique et que la Société de Pierre Claver « secourt par tous les moyens, surtout par la propagande et la presse52 ». Les sociétés missionnaires ont certes déjà leur bulletin, mais celui des clavériennes vise à établir un lien entre ces différentes entreprises, faisant traduire et publiant des rapports et lettres de missionnaires de différentes missions et de nationalités variées. En 1900, la Société Saint-Pierre Claver entretient une correspondance avec vingt-cinq congrégations missionnaires travaillant en Afrique53. Le travail des sodales consiste notamment à traiter cette correspondance qui, en 1921, se chiffre à « 18 523 lettres et 8 143 cartes reçues contre 19 449 lettres et 1 656 cartes envoyées54 ». Le nombre de langues dans lesquelles est publié le bulletin s’accroît : il paraît d’abord en allemand, puis en polonais, en italien, en français mais aussi en tchèque, en slovène, en anglais, en hongrois, en espagnol enfin à partir de 1921. La Sodalité publie aussi, à partir de 1893, une autre petite feuille de propagande, spécialement dédiée à la jeunesse — et gratuite pour les écoles —, la Kleine Afrika Bibliothek [La Petite Bibliothèque africaine]55, composée également de témoignages de missionnaires, d’histoires, de pièces de théâtre, rebaptisée, en 1912, Das Negerkind : illustrierte katholische Monatsschrift für die Jugend zur Förderung der Liebe zu unserne ärmsten schwarzen Brüdern in Afrika. Il paraît en français à partir de 1916 et, jusqu’en 1949, sous le titre Négrillon, mensuel illustré. D’autres revues sortent de la Sodalité, à l’instar de Missionpropaganda à partir de 191456. Utilisant la photographie, le feuilleton, des articles courts, ciblant des publics divers, ces publications illustrent bien la manière dont, au cours du xixe siècle, la culture médiatique est investie par l’Église catholique57. En 1922, elles s’organisent autour de l’Écho d’Afrique (tirage à 100 000 exemplaires) qui donne des nouvelles générales, du Négrillon (140 500 exemplaires) qui vise un public jeune, tandis que les « Communiqués, 7 000 exemplaires, trimestriels, sont destinés aux zélateurs et associés » et que la Correspondance clavérienne, « 250 exemplaires, est envoyée chaque mois aux journaux et revues58 ». Ces publications sont fabriquées par la Société elle-même, qui s’est organisée autour d’une imprimerie.

Une entreprise de presse au service des missions : l’imprimerie apostolique

  • 59 Cité par Winowska, 1975, p. 94.
  • 60 Efoua Mbozoo, inédite, p. 12.
  • 61 Schorderet, Œuvre de Saint-Paul ; Barthélemy, 1993.
  • 62 Efoua Mbozoo, inédite, p. 11.
  • 63 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 15.

17Pour M. T. Ledóchowska, « la presse est une arme décisive dans toute action commune. Pour manier cette arme, il faut avoir une imprimerie59 ». Elle demande donc l’autorisation d’en faire fonctionner une dès la création de la Sodalité. Après deux refus de l’administration, M. T. Ledóchowska reçoit, en juin 1898, l’autorisation du ministre Thun d’installer une imprimerie à Maria Sorg. L’association n’est pas la seule à se consacrer à ce type d’apostolat et peut-être a-t-elle été influencée par l’Œuvre de Saint-Paul l’Apôtre, fondée à Fribourg (Suisse), en 1873, par le chanoine Joseph Schorderet. La congrégation des Sœurs de Saint-Paul repose sur « l’apostolat par la presse60 » et met au service de la presse catholique « un personnel se dévouant, par amour de Jésus Christ, aux travaux d’imprimerie ». L’Œuvre peut ainsi faire « des conditions exceptionnelles de bon marché aux écrivains et aux journaux catholiques61 ». Avec l’Œuvre de Saint-Paul de Fribourg, la Société Saint-Pierre Claver est la seule congrégation se consacrant à l’imprimerie exclusivement tournée vers l’Afrique62. « L’imprimerie polyglotte missionnaire63 » de Maria Sorg permet de :

  • 64 Ibid., p. 14.

divulguer les bulletins à très bon marché ou même gratuitement […], imprimer nos bulletins et feuilles de propagande en beaucoup de langues diverses, afin d’ouvrir de nouvelles sources de secours dans des pays riches qui ont jusqu’ici encore très peu donné pour les missions africaines, comme la Hongrie, la Bohême, les pays slaves64.

  • 65 Ledóchowska, « Hauptversammlung der Katholischen Lehrerinnen Bayerns München, 29 August 1898 ».
  • 66 Ead., Über die Sodalität…, p. 8 ; ead., « Ein Hilfswerk für Afrika » ; ead., Die Frau in Dienste d (...)
  • 67 Brou, « Bulletin des missions », p. 213.
  • 68 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 14.

18L’imprimerie sert à la publication des bulletins de la Sodalité, des écrits de la fondatrice mais aussi à l’impression de tract, de « croisades de prières ». Ce sont les clavériennes qui composent les textes, éditent, s’occupent du fonctionnement des presses, sans compter le travail de comptabilité et d’expédition65. Une division du travail existe entre les femmes dont l’éducation supérieure permet le travail de traduction et de rédaction et celles, en nombre plus limité, qui travaillent à la composition, au pliage, à l’agrafage, aux expéditions et au transport66. Une seconde imprimerie fonctionne dans la maison centrale de Rome après 1902. En 1921, 721 500 numéros de périodiques, 2 500 000 tracts, feuillets, circulaires, ont été expédiés67. Elle est aussi « à la disposition de tous les missionnaires de l’Afrique pour l’impression de leurs manuscrits en langues nègres68 ». On lit, dans l’Écho d’Afrique, en septembre 1900 :

  • 69 Ibid., no 9, septembre 1900, p. 101.

nous avons déjà imprimé un petit vocabulaire en langue syndebele et puis un autre livre en langue cafre pour les jésuites du Haut-Zambèze. En ce moment, nous avons sous presse un dictionnaire anglais-ibo-français-anglais pour les Pères du Saint-Esprit69.

  • 70 Les missions catholiques. Bulletin hebdomadaire, 1910, p. 216.
  • 71 Ibid.
  • 72 La Croix, 15 octobre 1920.
  • 73 La semaine religieuse de l’archidiocèse d’Albi, 24 novembre 1921, p. 573.
  • 74 La semaine religieuse, 15 mars 1915.
  • 75 Efoua Mbozoo, inédite, p. 14. Après le voyage en Ouganda, en 1955, de Mère Marie Letizia Malinowsk (...)

19C’est encore à Salzbourg qu’est imprimé, en 1909, « aux frais et par les soins de la Société Saint-Pierre Claver70 », un Catéchisme du Congo en latin, français et hi-varama par le R. P. Le Scao, missionnaire à Loango71. Cet aspect de l’œuvre reste cependant peu développé avant la guerre quand bien même les missionnaires font état de besoins croissants. Les missionnaires, en effet, « supplient qu’on les aide à combattre, par la diffusion de livres de piété surtout, l’influence protestante qui, grâce à sa force financière gigantesque, a déjà fait traduire, imprimer et répandre sa Bible en 19 langues et 112 dialectes africains72 ». Ils réclament donc « des catéchismes, des histoires saintes, des paroissiens, des imitations de Jésus-Christ, etc., dans les idiomes des nègres73 ». C’est à cet effet que M. T. Ledóchowska, commence à mettre sur pied « l’œuvre de la presse indigène74 » qui ne voit effectivement le jour qu’en 1920 avec la fondation de la Werk der Afrikanischen Presse. Il s’agit, à terme, de faire fonctionner ses imprimeries en Afrique, ce qui n’aura pas lieu avant les années 195075.

L’importance de la propagande orale

  • 76 Battandier, « Ressources des missions », p. 538.

20La propagande écrite doit être complétée par une propagande orale qui peut prendre plusieurs formes. En 1911, la Société Saint-Pierre Claver a ainsi pris l’initiative de « 48 sermons, 61 conférences en différentes langues et avec projections, en faveur des missions, 16 représentations dramatiques, 3 expositions d’ornements d’églises, plusieurs bazars de charité et diverses fêtes sont également mentionnées dans le rapport76 ».

  • 77 Brantl, inédite, p. 59.
  • 78 Dahmen, « La science des missions et le Congrès catholique d’Aix-la-Chapelle », p. 1188.
  • 79 Écho d’Afrique, no 9, septembre 1900, p. 104.
  • 80 Écho d’Afrique, no 10, octobre 1900.

21Les interventions orales servent à faire connaître les missions africaines et le rôle de la Sodalité. Des missionnaires revenus d’Afrique racontent leur expérience en Autriche à la demande de la Société Saint-Pierre Claver, mais M. T. Ledóchowska parcourt également l’espace germanophone pour porter la bonne parole — Vienne, Lucerne, Fribourg, Breslau, Munich, etc. —, illustrant ses propos de diapositives qu’elle aurait été l’une des premières à utiliser77. Elle intervient devant des associations féminines suisses, allemandes et autrichiennes, ainsi que dans des réunions d’audience plus importante comme les congrès catholiques allemands, alors qu’à partir des années 1910, l’œuvre des missions catholiques commence à tenir une place croissante dans ces réunions78. En août 1900, elle participe aussi au Congrès antiesclavagiste de Paris au titre de la délégation autrichienne79. Elle-même organise à Vienne, quelques mois plus tard, le premier congrès antiesclavagiste autrichien80.

  • 81 Halen, 2006, p. 7.
  • 82 Ledóchowska, « Wie ich Kardinal Lavigerie fand », p. 16.
  • 83 Bulletin de la Société antiesclavagiste de France, no 27, septembre 1909, pp. 120-122.
  • 84 À la même époque, Louis Delmer compose une pièce sur la question, prévue pour le Congrès antiescla (...)
  • 85 Winowska, 1975, p. 40.
  • 86 L’art dramatique et musical du xxe siècle : annuaire international des artistes et des oeuvres, mo (...)
  • 87 Brewer, 2007a, p. 574.

22Le théâtre cherche également à sensibiliser des publics européens dans le cadre de représentations récréatives et édifiantes81 et les pièces de M. T. Ledóchowska sont ainsi jouées à plusieurs reprises, comme Zaida, écrite en avril 1889 et dédiée à Mgr. Lavigerie82. L’histoire est celle d’une princesse africaine, Zaida, d’abord très antichrétienne qui, vendue comme esclave, finit par demander le baptême et qui, pour sauver la mission, meurt « en embrassant la croix83 ». Elle est une première fois jouée en 1889 au Stadttheater de Salzbourg au profit de l’Afrika-Verein de la ville84. Mgr. Lavigerie l’aurait fait traduire en français et elle aurait été jouée à Bruxelles, avec un succès mitigé, semble-t-il85. Douze ans plus tard, le 11 avril 1901, ce « drame africain » est présenté devant la cour dans la salle du Musikverein de Vienne86. L’impact réel de ces médias est difficile à évaluer mais il semble que les pièces de M. T. Ledóchowska rencontrent un certain succès dans les cercles au sein desquels elles sont présentées jusqu’en 191487.

  • 88 Ledóchowska, Über die Sodalität…, p. 12.
  • 89 Ibid.
  • 90 Ledóchowska, « Die Gesellschaft vom Hl. Petrus Claver… » [a été prononcé en français].
  • 91 Boubée, « Le mouvement religieux hors de France. La soixantième assemblée générale des catholiques (...)
  • 92 Dahmen, « La science des missions et le Congrès catholique d’Aix-la-Chapelle », p. 1193.
  • 93 Boubée, « Le mouvement religieux hors de France. L’assemblée nationale des catholiques (Vienne, 28 (...)

23Parmi les manières de solliciter l’intérêt pour l’Afrique, M. T. Ledóchowska organise également — comme d’autres missions le font alors — des expositions de « curiosités africaines88 », d’abord dans le cadre d’un musée itinérant. En 1898, elle projette alors l’organisation d’un musée permanent à Salzbourg, ainsi qu’une bibliothèque et une collection de photographies africaines89. Un musée africain est finalement fondé à Zug en Suisse dans une des filiales de la Société et rassemble divers dons des missions africaines90. En 1913, lors du congrès des catholiques allemands réunis à Metz, la Société Pierre Claver organise « avec beaucoup d’art et de goût » un musée africain91, déjà présenté au Congrès précédent d’Aix-la-Chapelle92. Dix ans plus tard, en 1923, dans le palais archiépiscopal de Vienne où se déroule l’exposition des Missions, la salle des apôtres est réservée à la Sodalité qui présente « une foule d’objets curieux : idoles, vêtements, armes, broderies fines ou rudimentaires venant de tous les points d’Afrique93 ».

  • 94 Ledóchowska, Über die Sodalität…, p. 12.

24La comtesse Ledóchowska organise également des bazars missionnaires94. Avant 1914,

  • 95 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 214.

On la vit se faire courtière en vins et productions coloniales. Les Pères Blancs avaient des vignes en Kabylie cultivées par les indigènes sous la direction des Sœurs de Notre-Dame d’Afrique. Ailleurs, on cultive le café, le coton. […] En conséquence, un entrepôt avait été fondé à Vienne pour l’écoulement des produits. Et de même pour la vente des dentelles, broderies, tissus variés95.

  • 96 Ledóchowska, Vortrag an den christliche Mütter-Verein.

25Plusieurs formes de sociabilités se déploient ainsi autour d’un objectif, faire connaître les missions africaines pour recueillir des dons. Tout est fait pour attirer le public : à l’occasion d’une conférence devant l’association des mères chrétiennes de Vienne, M. T. Ledóchowska invite ainsi les auditeurs pour une soirée « de discussion de mission », au cours de laquelle elle organise des dégustations de vin africain96. Il est très possible que celle qui se définit comme la « comtesse de l’Afrique » [Afrika-Gräfin] et qui utilise régulièrement son titre, use de son entregent pour organiser ces événements. Ces différentes formes de participation au combat antiesclavagiste contribuent à la construction d’une nouvelle sphère sociale d’intervention.

Intervenir en Afrique et en Europe pour défendre le catholicisme

Les secours en argent

  • 97 « Chroniques du mouvement religieux. Allemagne, la 59e assemblée générale des catholiques, 11-15 a (...)
  • 98 « L’Église et l’Exposition. Apostolat et enseignement », Études, p. 351 ; Battandier, « Ressources (...)
  • 99 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 214.

26L’activité des sodales consiste à recueillir des secours en argent ou en nature, « à servir d’intermédiaires entre les besoins de la mission noire, souvent trop ignorée, et la charité des pays chrétiens, souvent trop languissante97 ». Les sommes reçues sont régulièrement précisées dans les bulletins et passent de 100 000 F par an environ en 1900 à 173 000 F en 1908 et 294 000 F trois ans plus tard98. En 1923, 11 553 825 F auraient été distribués aux missions d’Afrique depuis 189499. La manière dont sont réparties les aumônes entre sociétés est régulièrement précisée dans l’Echo aus Afrika. Les 300 000 F recueillis jusqu’en 1899 ont ainsi été distribués « au fur et à mesure parmi 24 Congrégations de Pères et Sœurs missionnaires en Afrique » dont les principales sont répertoriées dans le tableau 1.

Tableau 1. — Sommes versées aux missions africaines par la Sodalité Saint-Pierre Claver en francs (1894-1899)

Missions bénéficiaires Somme versée (en francs)
Jésuites 36 389,22
Pères du Saint-Esprit 32 418,94
Pères Blancs de Lavigerie 23 711,30
Fils du Sacré Cœur 18 454,88
Société des missions africaines de Lyon 15 857
Oblats de Saint-François de Sales 13 466, 62

Source : Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 14.

27Dix ans plus tard, ce sont les mêmes congrégations, les plus importantes, qui reçoivent les plus grosses sommes (tableau 2).

Tableau 2. — Sommes versées aux missions africaines par la Sodalité Saint-Pierre Claver en couronnes (1911)

Missions bénéficiaires Somme versée (en couronnes)
Pères du Saint-Esprit 35 677,86
Jésuites 35 672,64
Pères blancs 25 016,84
Société des missions africaines de Lyon 17 461,87
Oblats de Marie-Immaculée 14 493
Pères Capucins 13 045,48
Oblats de Saint-François de Sales 10 265,46

Source : Battandier, « Ressources des missions », p. 539.

  • 100 Revue de la société antiesclavagiste, mars 1895-décembre 1897, p. 40.
  • 101 Les missions catholiques. Bulletin hebdomadaire, 1910, p. 351.
  • 102 Bulletin de la Société antiesclavagiste de France, 31 mars 1911, pp. 154-159.
  • 103 Ledóchowska, « Maria, das Heil Afrikas, Vortrag gehalten von Gräfin Maria Theresia Ledόchowska in (...)
  • 104 Battandier, « Ressources des missions », p. 539.

28Cet argent sert à équiper les missions. À Mombasa, il manque une cloche à l’église édifiée par Mgr. Le Roy. Après lecture du Bulletin, il en demande une à la Sodalité et l’obtient100. À Gabis, le R. P. Auner peut bâtir une petite chapelle « grâce aux dons que lui a fait parvenir Mme la comtesse Ledóchowska101 ». À Lambaréné, c’est une crèche qui peut être financée102. En douze ans, depuis 1894, quinze églises et chapelles consacrées à Marie ont été érigées (Assouan, Quiddah, Dar-es-Salaam, Kisantu, Ikassa, etc.)103. Les sommes servent aussi à financer des intentions de messes ainsi que d’autres activités. En 1912, les missionnaires reçoivent des secours « pour le rachat de 282 esclaves ; 491 nègres reçurent de l’argent de leurs parrains à l’occasion de leur baptême ; 1 négrillon, 4 séminaristes et 1 catéchiste nègre furent adoptés ; 28 188,06 couronnes furent versées pour bourse en faveur des séminaristes nègres et 3 000 couronnes pour une fondation en faveur des enfants nègres104 ».

  • 105 Ibid., p. 538.
  • 106 Écho d’Afrique, no 7, juillet 1900, p. 74.

29Ces sommes ne sont pas négligeables mais d’autres œuvres collectent davantage : en 1911, la Société Saint-Pierre Claver distribue un peu moins de 300 000 F « tandis que la Sainte-Enfance donne 3,6 M à 250 missions — pas toutes en Afrique — et que la Propagation de la Foi reçoit plus de 7 M de dons105 ». L’Écho d’Afrique note cependant que ces dons, aussi importants soient-ils, demeurent très en deçà de ce que les églises protestantes reçoivent. En 1899, la Propagation de la Foi aurait reçu quelque sept millions de francs pour « étendre la civilisation chrétienne », mais « est-ce comparable au projet de la seule secte protestante des méthodistes qui annoncent 25 à 30 millions pour la diffusion de leurs erreurs en 1900 »106. La mission catholique en Afrique travaille, en effet, dans un contexte de concurrence avec la mission protestante et de concurrence entre les puissances coloniales.

Donner pour un catholicisme sans distinction de nationalité

  • 107 Ledóchowska, « Hauptversammlung der Katholischen Lehrerinnen Bayerns München, 29 August 1898 ».
  • 108 Écho d’Afrique, no 9, septembre 1900, p. 99.

30C’est notamment l’incapacité des catholiques à faire une publicité efficace qui aurait amené M. T. Ledóchowska à fonder la Sodalité Saint-Pierre Claver107, ainsi qu’elle l’a exposé devant un public bavarois en 1898. Pour aider les missionnaires, ce qu’il faut, « c’est de l’argent, toujours de l’argent, encore de l’argent108 », mis au service de la lutte contre l’esclavage mais aussi de la diffusion d’un catholicisme que M. T. Ledóchowska souhaite lié le moins possible aux cadres nationaux.

  • 109 Boubée, « Chroniques du mouvement religieux… », Études, 1913, p. 810.
  • 110 Ibid.
  • 111 Le Correspondant, 1906, p. 285.
  • 112 Revue de la société antiesclavagiste, mars 1895-décembre 1897, p. 597.
  • 113 Winowska, 1975, p. 103.
  • 114 Boubée, « Le mouvement religieux hors de France. La soixantième assemblée générale des catholiques (...)
  • 115 Guillen, 1987.

31Sur les deux millions de marks que la Sodalité Saint-Pierre Claver a distribués depuis son origine jusqu’en 1912, 300 000 « seulement » sont allés aux colonies allemandes109, une somme de beaucoup supérieure à celle que la Sodalité aurait reçue jusqu’alors de l’Allemagne. En effet, M. T. Ledóchowska considère son œuvre comme servant le catholicisme plutôt qu’un pays et cherchant à ignorer « les divisions politiques temporairement fixées, entre les colonies ou les protectorats de chaque nation, par des commissions administratives110 ». Elle-même souligne souvent que « bien que l’œuvre soit autrichienne, les aumônes ne sont pas données aux missionnaires sous le protectorat autrichien111 ». Ce sont « les missionnaires de toute nationalité112 » que la Sodalité Saint-Pierre Claver soutient, défendant ce qu’elle appelle la neutralité catholique : toutes les missions ont droit à l’aide113. Elle insiste notamment, au Congrès catholique de Metz, sur le « caractère universel du catholicisme, qui met l’apostolat au-dessus de toutes les divisions politiques et les querelles de nationalités114 ». Surmonter le cadre national, c’est aussi la position que défend le Saint-Siège. Le pape ne réussit cependant pas à empêcher les missions catholiques d’être impliquées dans les rivalités entre les puissances coloniales, le caractère supranational des missions restant très théorique115. C’est pourtant cette voie que M. T. Ledóchowska cherche à explorer dans une organisation qui illustre un aspect de l’engagement féminin aux aspects multiples au tournant des xixe et xxe siècles.

L’antiesclavagisme et l’engagement féminin dans la cité

  • 116 Midgley, 1992, p. 198 ; Twells, 2009.
  • 117 Gellnott, 1991.
  • 118 Bader-Zaar, 1996, pp. 59-60 et 66 ; Judson, 1996 ; Friedrich, 1995, p. 140.

32L’abolitionnisme au féminin, surtout protestant, a suscité des travaux sur la Grande-Bretagne et sur la manière dont, à partir des années 1820, une activité philanthropique largement menée par des femmes d’une middle class en plein essor fait de la sphère domestique un des lieux de la réforme sociale tout en la débordant et se révèle être une manière de contribuer à un mouvement de réforme plus général, en métropole comme en outremer116. Parmi les formes de l’engagement, figurent les enquêtes, la collecte de fonds, les conférences, autant de « technologies de la réforme » qu’utilise également M. T. Ledóchowska, qui prononce des dizaines de conférences devant des publics divers, notamment féminins. Ces derniers sont souvent organisés en association, ligue, union qui structurent les sphères publiques autrichienne et allemande : Christliche Familie [1891], Christliche Verband [1894] ; Christliche Wiener Frauenbund [1897], Katholische Frauenorganisation [1906]117 ; en Autriche, le camp conservateur s’appuie sur ces espaces de sociabilité par lesquels l’Église a une influence sur les femmes et la famille118. C’est devant plusieurs d’entre elles que M. T. Ledóchowska présente son action.

  • 119 Ledóchowska, Vortrag für den katholischen Frauenbund.
  • 120 Ead., Die Frau beim Missionwerk.

33Devant les publics féminins, elle souligne le lien entre la condition féminine en Europe et celle, désastreuse, de la femme africaine, qu’il faut sauver : si les femmes se rassemblent en Europe pour défendre « les valeurs les plus élevées, la famille chrétienne, l’école chrétienne, la presse chrétienne », elles ne peuvent être qu’intéressées « par le sort de [leurs] pauvres sœurs en Afrique119 ». Grâce au christianisme, les femmes sont libres, aucune ne peut rester indifférente au sort de la femme africaine « traitée et vendue comme un animal, ignorant ses droits », considérée « comme inférieure au siècle de la liberté et de la civilisation »120.

  • 121 Ead., « Ein Hilfswerk für Afrika ».
  • 122 Ibid.
  • 123 Ledóchowska, « Dabei gewesen ! Ansprache von Maria Theresia Ledόchowska im Hotel “Zum Hirschen” in (...)

34Lire les publications de la Sodalité est présenté comme une source d’avantages nombreux : leur prix très bas, voire leur gratuité, permet d’épargner pour donner aux missions mais, en plus, cela éloigne des mauvaises lectures, protégeant les enfants et les jeunes filles121. En effet, le discours et l’appel à la collecte pour les missions africaines s’insèrent dans un argumentaire plus large sur la réforme sociale. M. T. Ledóchowska souligne qu’il y a suffisamment d’argent pour les pauvres, en Europe et en Afrique ; encore faut-il le distribuer correctement ; or, note-t-elle en 1902, en Allemagne, « huit millions de litres de bière et en France six millions de litres de vin sont consommés chaque année122 ». Une autre fois, elle met l’accent sur les 50 millions de marks dépensés dans la « littérature indécente123 » et sur les 300 millions de couronnes qui, en Autriche-Hongrie, partent en schnaps. Comme ailleurs, le combat abolitionniste s’inscrit dans la défense d’un ordre social partagé par des segments variés du spectre politique.

  • 124 Sauer, 1980, p. 61. Il recense 500 créations d’association catholiques entre 1800 et 1900 dont 285 (...)
  • 125 Ledóchowska, Die Frau in Dienste der afrikanischen Missionen, p. 18.
  • 126 Ibid., p. 20.
  • 127 Friedrich, 1995, n. 36, p. 140.

35Le combat pour les missions, élément de la promotion du catholicisme, s’agrège à un projet social et politique du camp chrétien-social conservateur124. En 1916, M. T. Ledóchowska désigne ses ennemis, les socio-démocrates et leur presse, mais aussi les Juifs, dénonçant « l’invasion juive125 », refusant la « presse de caniveau et de mensonge juive126 », une thématique déjà développée vingt ans auparavant à Vienne face à la Ligue des femmes chrétiennes, connue pour son antisémitisme127, un des piliers du camp catholique dans l’Autriche d’avant 1914.

  • 128 Curtis, 2010, pp. 5-18 ; Offen, 2012, p. 272.
  • 129 Topalov, 1999.

36On le voit, l’engagement de M. T. Ledóchowska dépasse la stricte sphère religieuse, mettant en avant la manière dont les femmes religieuses, rarement associées au combat pour les droits des femmes128, peuvent agir sur la société par leur appartenance à une « nébuleuse réformatrice129 », à laquelle sont associés les réseaux philanthropiques qu’elles investissent, voire comment elles peuvent s’engager politiquement.

 

  • 130 Fischer, 2002.

37Le parcours de M. T. Ledóchowska témoigne de l’existence d’un antiesclavagisme centre-européen, associé à des territoires sans colonies outremer qu’il faut sensibiliser à une réalité méconnue. Il montre aussi, comment, à l’ère des nationalismes triomphants, ce combat se comprend dans la défense d’un catholicisme supranational. Il montre enfin un aspect d’un engagement féminin conservateur sur le plan politique au service d’un projet social chrétien. Engagée en tant que laïque dans le combat contre l’esclavage en Afrique, M. T. Ledóchowska utilise ses ressources financières ainsi que ses relations familiales — particulièrement son oncle cardinal — pour fonder un ordre au service des missions catholiques. La Sodalité, véritable entreprise de presse et de collecte de fonds, apparaît comme un catalyseur d’énergie permettant à un engagement personnel au départ d’acquérir une dimension nouvelle, une efficacité accrue et de se projeter dans la durée, au-delà de l’existence de sa fondatrice, quand bien même ses objectifs évoluent : si la lutte contre l’esclavage en Afrique est d’abord la principale préoccupation de la Sodalité Saint-Pierre Claver, la propagation de la foi en Afrique et la promotion de l’activité missionnaire s’affirment davantage comme des priorités au cours des années 1920130.

Notes

1 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 13.

2 Bric, Mulligan, 2013.

3 Frank, 2012, p. 66.

4 Eboussi Boulaga, 1991, p. 61.

5 Curtis, 2010, pp. 5-18.

6 Paisant, 2009, p. 14.

7 Bielak, Sander, Maria Theresia Gräfin Ledóchowska ; Mioni, La mère des missions d’Afrique ; Walzer, 1972. Un des frères de M. T. Ledóchowska, le père jésuite Włodzimierz Ledóchowski, deviendra, en 1915, Général de la Compagnie de Jésus et l’une de ses sœurs, Julia Maria Ledóchowska, est la fondatrice des ursulines grises, canonisée en 2003.

8 Brewer, 2007a, 2007b.

9 Voir par exemple Wildenthal, 2001 ; Walgenbach, 2005 ; Bechhaus-Gerst, Leutner, 2009.

10 Sauer, 2002 ; Brantl, inédite ; Loidl, inédite ; Bach, 2016.

11 Prudhomme, 2008.

12 Réponse de Léon XIII à l’Adresse, lue par le cardinal Lavigerie au pèlerinage africain à Rome, Conférence de Saint-Sulpice, pièces justificatives no 1, pp. 26-27, cité dans Lavigerie, Mémoire en forme de lettre, p. 12. Le jésuite Pierre Claver (1580-1654), missionnaire en Nouvelle-Grenade, se consacre aux esclaves africains débarqués à Carthagène. Canonisé en 1888, il est proclamé patron protecteur des missions africaines en 1896.

13 Ibid., p. 29.

14 Renault, 1971, chap. x.

15 David, Etemad, Schaufelbuehl, 2005, pp. 129-130.

16 Antisclaverei-Monats-Revue, no 1, 15 septembre 1889, p. 13.

17 Ibid., p. 1.

18 Ibid., p. 14.

19 Renault, 1971, p. 254.

20 Brantl, inédite, p. 57.

21 Antisclaverei-Monats-Revue, no 4, 15 décembre 1889, p. 67.

22 Ibid. no 2, 15 octobre 1889.

23 Ibid., no 1, 15 septembre 1889, p. 14.

24 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 13.

25 Neue Antisclaverei Revue, no 2, 25 mars 1890, p. 6.

26 Antisclaverei-Monats-Revue, no 2, 15 octobre 1889, p. 28.

27 Ibid., no 5, 15 janvier 1890.

28 Neue Antisclaverei Revue, no 2, 25 mars 1890, p. 6.

29 Le chevalier F. de Sales, ancien membre de la Société autrichienne, fonde son propre mensuel, la Neue Antisclaverei Revue, dont le premier numéro date de février 1890. Une nouvelle association est créée en 1894, la Missionierung Afrikas und Förderung der Sklavenbefreiung : Walter, 1980, p. 159.

30 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 13.

31 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 551 ; Ledóchowska, Über die Sodalität…, p. 9. Sur la jeunesse, la vie à la cour et le passage à une vie plus austère, Brantl, inédite, pp. 49-57.

32 Ledóchowska, « Wie ich Kardinal Lavigerie fand ».

33 Peut-être s’est-elle inspirée de l’action du prêtre Anton Schöpfleuthner, longtemps directeur spirituel des ursulines de Vienne — ordre dans lequel s’engage sa sœur Julia — et qui fonde, en 1889, un nouveau type d’organisation de jeunesse, l’Apostolat der christlichen Töchter.

34 Ledóchowska, Über die Sodalität…, p. 14. Sur le bâtiment, voir Brantl, inédite, p. 62.

35 Ledóchowska, Die Frau beim Missionwerk, 1907.

36 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 212.

37 Bulletin de la Société antiesclavagiste de France, no 39, mars 1904, p. 31.

38 « L’Église et l’Exposition. Apostolat et enseignement », Études, p. 636.

39 Ibid., p. 102. Et Ledóchowska, Der Beruf einer « Hilfsmissionärin für Afrika », pp. 28 et 30-31.

40 Écho d’Afrique, no 9, septembre 1900, p. 102.

41 Ibid. ; Battandier, « Ressources des missions », p. 538 ; Brou, « Bulletin des missions », 1923, p. 214.

42 Ledóchowska, « Die Gesellschaft vom Hl. Petrus Claver… ».

43 Battandier, « Ressources des missions », p. 538.

44 Brou, « Bulletin des missions », 1923, p. 213.

45 « L’Église et l’Exposition. Apostolat et enseignement », Études, p. 636.

46 D’après Loster-Schneider, Palier, 2006, pp. 258-261 ; Pataky, 2014. Plusieurs textes numérisés sont accessibles sur <http://sophie.byu.edu/node/3255>.

47 Brewer, 2007a, p. 560. L’abolitionniste états-unienne Harriet Beecher Stowe (1811-1896) est l’auteur de la Case de l’Oncle Tom (Uncle Tom’s Cabin, 1852) qui rencontra dès sa première publication un énorme succès.

48 Ses principales pièces sont les suivantes: Die heilige Odilia (1884), Zaida, das Negermädchen (1889), St Aloysius wacht! (1891), Das Weinkörbchen (1907), Baronesse Mizzi (1908), Ein Freiheitlicher am Kongo (1910), Marias Täubchen (1911), Von Hütte zu Hütte (1912), Prinzessin von Uganda (1915). Voir l’analyse de Weinkörbchen dans Brewer, 2007a. Pour une analyse de Zaida, Von Hütte zu Hütte et Prinzessin von Uganda, voir ead., 2007b.

49 Brantl, inédite, p. 58.

50 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 14 ; Brantl, inédite, p. 58.

51 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 212.

52 Écho d’Afrique, no 9, septembre 1900, p. 99.

53 Ibid., p. 103.

54 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 213.

55 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 14.

56 Jarvis, inédite, p. 8.

57 Artiaga, 2007, p. 167.

58 Brou, « Bulletin des missions », p. 213.

59 Cité par Winowska, 1975, p. 94.

60 Efoua Mbozoo, inédite, p. 12.

61 Schorderet, Œuvre de Saint-Paul ; Barthélemy, 1993.

62 Efoua Mbozoo, inédite, p. 11.

63 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 15.

64 Ibid., p. 14.

65 Ledóchowska, « Hauptversammlung der Katholischen Lehrerinnen Bayerns München, 29 August 1898 ».

66 Ead., Über die Sodalität…, p. 8 ; ead., « Ein Hilfswerk für Afrika » ; ead., Die Frau in Dienste der afrikanischen Missionen, p. 9.

67 Brou, « Bulletin des missions », p. 213.

68 Écho d’Afrique, no 1, juillet 1899, p. 14.

69 Ibid., no 9, septembre 1900, p. 101.

70 Les missions catholiques. Bulletin hebdomadaire, 1910, p. 216.

71 Ibid.

72 La Croix, 15 octobre 1920.

73 La semaine religieuse de l’archidiocèse d’Albi, 24 novembre 1921, p. 573.

74 La semaine religieuse, 15 mars 1915.

75 Efoua Mbozoo, inédite, p. 14. Après le voyage en Ouganda, en 1955, de Mère Marie Letizia Malinowska, troisième générale de la Société Pierre Claver, trois centres de presse sont fondés en Afrique de l’Est. L’Institut de Presse missionnaire est fondé à Paris en 1932 et confié après la guerre à l’Œuvre de Saint-Paul de Fribourg, qui dispose aussi d’une imprimerie à Issy-les-Moulineaux.

76 Battandier, « Ressources des missions », p. 538.

77 Brantl, inédite, p. 59.

78 Dahmen, « La science des missions et le Congrès catholique d’Aix-la-Chapelle », p. 1188.

79 Écho d’Afrique, no 9, septembre 1900, p. 104.

80 Écho d’Afrique, no 10, octobre 1900.

81 Halen, 2006, p. 7.

82 Ledóchowska, « Wie ich Kardinal Lavigerie fand », p. 16.

83 Bulletin de la Société antiesclavagiste de France, no 27, septembre 1909, pp. 120-122.

84 À la même époque, Louis Delmer compose une pièce sur la question, prévue pour le Congrès antiesclavagiste de Bruxelles : Delmer, L’Esclave, drame antiesclavagiste et national.

85 Winowska, 1975, p. 40.

86 L’art dramatique et musical du xxe siècle : annuaire international des artistes et des oeuvres, mois par mois, avec index, no 1, 1901, p. 245.

87 Brewer, 2007a, p. 574.

88 Ledóchowska, Über die Sodalität…, p. 12.

89 Ibid.

90 Ledóchowska, « Die Gesellschaft vom Hl. Petrus Claver… » [a été prononcé en français].

91 Boubée, « Le mouvement religieux hors de France. La soixantième assemblée générale des catholiques d'Allemagne à Metz (17-21 août) », 1913, p. 294.

92 Dahmen, « La science des missions et le Congrès catholique d’Aix-la-Chapelle », p. 1193.

93 Boubée, « Le mouvement religieux hors de France. L’assemblée nationale des catholiques (Vienne, 28 juin-1er juillet) », 1923, p. 488.

94 Ledóchowska, Über die Sodalität…, p. 12.

95 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 214.

96 Ledóchowska, Vortrag an den christliche Mütter-Verein.

97 « Chroniques du mouvement religieux. Allemagne, la 59e assemblée générale des catholiques, 11-15 août 1912 », Études, 1913, p. 809.

98 « L’Église et l’Exposition. Apostolat et enseignement », Études, p. 351 ; Battandier, « Ressources des missions », p. 539.

99 Brou, « Bulletin des missions », 1910, p. 214.

100 Revue de la société antiesclavagiste, mars 1895-décembre 1897, p. 40.

101 Les missions catholiques. Bulletin hebdomadaire, 1910, p. 351.

102 Bulletin de la Société antiesclavagiste de France, 31 mars 1911, pp. 154-159.

103 Ledóchowska, « Maria, das Heil Afrikas, Vortrag gehalten von Gräfin Maria Theresia Ledόchowska in Einsiedeln, 17. bis 21 August 1906 ».

104 Battandier, « Ressources des missions », p. 539.

105 Ibid., p. 538.

106 Écho d’Afrique, no 7, juillet 1900, p. 74.

107 Ledóchowska, « Hauptversammlung der Katholischen Lehrerinnen Bayerns München, 29 August 1898 ».

108 Écho d’Afrique, no 9, septembre 1900, p. 99.

109 Boubée, « Chroniques du mouvement religieux… », Études, 1913, p. 810.

110 Ibid.

111 Le Correspondant, 1906, p. 285.

112 Revue de la société antiesclavagiste, mars 1895-décembre 1897, p. 597.

113 Winowska, 1975, p. 103.

114 Boubée, « Le mouvement religieux hors de France. La soixantième assemblée générale des catholiques d'Allemagne à Metz (17-21 août) », 1913, p. 294.

115 Guillen, 1987.

116 Midgley, 1992, p. 198 ; Twells, 2009.

117 Gellnott, 1991.

118 Bader-Zaar, 1996, pp. 59-60 et 66 ; Judson, 1996 ; Friedrich, 1995, p. 140.

119 Ledóchowska, Vortrag für den katholischen Frauenbund.

120 Ead., Die Frau beim Missionwerk.

121 Ead., « Ein Hilfswerk für Afrika ».

122 Ibid.

123 Ledóchowska, « Dabei gewesen ! Ansprache von Maria Theresia Ledόchowska im Hotel “Zum Hirschen” in Zug am Schweizer Katholikentag, 21-24 August 1909 ».

124 Sauer, 1980, p. 61. Il recense 500 créations d’association catholiques entre 1800 et 1900 dont 285 le sont après 1891.

125 Ledóchowska, Die Frau in Dienste der afrikanischen Missionen, p. 18.

126 Ibid., p. 20.

127 Friedrich, 1995, n. 36, p. 140.

128 Curtis, 2010, pp. 5-18 ; Offen, 2012, p. 272.

129 Topalov, 1999.

130 Fischer, 2002.

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search