Version classiqueVersion mobile

L’église des laïcs

 | 
Ariane Boltanski
, 
Marie-Lucie Copete

III. — Héros morts et mémoires vivantes. L’honneur du lignage et la défense de la foi

Honneur et défense de la foi

Autour des églises et des monastères familiaux du Liban (xviie-xixe siècles)

Sabine Mohasseb Saliba

Texte intégral

  • 1 Archives privées de la famille Mohasseb, récit des origines de la famille et de la fondation du mo (...)

Et le curé Youssef (qui a édifié une église dédiée à Saint-Élie dans le village de Ghosta) a renouvelé le nom de sa famille. Et le curé Hanna (son fils) a « acquis » un nom grâce à la fondation du monastère qui est devenu une assemblée de moines ; et le monachisme s’est alors diffusé dans le Kesrouan à partir du monastère de Mar Challita1.

  • 2 Ead., 2008, pp. 29, 57-63, 117-142, 178-194 et ead., 2018.

1Extraites d’un récit manuscrit généalogique, relatif à une famille qui a fondé le premier monastère maronite de la région du Kesrouan dans le centre de la montagne libanaise, en 1628, ces lignes expriment l’importance de l’établissement de ces fondations pieuses dans l’édification de l’honneur d’une famille, comme elles traduisent l’essor des nombreux monastères maronites qui ont vu le jour dans le Kesrouan entre le xviie et le xixe siècle. Des monastères qui sont pour la plupart d’entre eux familiaux, c’est-à-dire établis par des particuliers dont les familles en ont assuré la gérance pendant longtemps, directement ou indirectement, et qui ont fait du Kesrouan la terre par excellence de ces institutions2. Ils se sont développés, ainsi que les nombreuses églises, paroissiales ou familiales, par suite du grand mouvement migratoire qui, à partir de la fin du xve siècle, a conduit les maronites du nord vers le centre puis le sud de la montagne libanaise.

  • 3 Titre arabe attribué aux notables et notamment aux fermiers de l’impôt.
  • 4 Salibi, 1967.
  • 5 Chevallier, 1971, pp. 12-13 ; Chidiaq, Kitâb akhbâr al-a’yân fi jabal Lubnân, pp. 61-82 ; Hattouni(...)

2Dû au dynamisme démographique de la communauté ainsi qu’à des motifs sécuritaires, ce mouvement a par ailleurs été largement favorisé par les gouverneurs successifs du Kesrouan. Au xvie siècle, ce sont les émirs sunnites de la famille Assaf, ainsi que leurs conseillers maronites, les cheikhs3 Hobeiche, qui encouragent les maronites (ainsi d’ailleurs que les chiites et les sunnites) à venir s’établir dans la région, pour la repeupler, après les vastes campagnes punitives et dévastatrices mameloukes de la fin du xiiie siècle et du début du xive siècle. Puis, à partir du xviie siècle et tout le long du xviiie siècle, et alors que le Kesrouan est passé sous l’autorité des émirs des druzes, les Maan, puis de leurs successeurs les Chéhab, ce sera au tour des cheikhs maronites Khazen, qui dépendent de ces émirs et qui ont dirigé la région jusqu'au xixe siècle, de continuer à promouvoir l’établissement des maronites dans le Kesrouan4. À cette époque d’ailleurs, la migration maronite répond en grande partie aux desseins économiques des émirs : la mise en valeur agricole des terres de la montagne et surtout l’extension de la sériciculture pour l’exportation de la soie vers l’Europe et d’autres régions de l’Empire ottoman5.

  • 6 Heyberger, 1994 ; Gemayel, 1984.

3Cet article interroge la contribution de ces fondations monastiques et ecclésiastiques familiales à la construction de l’honneur de ces familles et aussi, dans une certaine mesure, à la défense de la foi catholique dans cette région de l’Empire ottoman où, à cette même époque, l’Église romaine, en compétition avec les autorités protestantes, s’est mobilisée pour se rallier les Églises orientales : le long processus de réforme tridentine de ces Églises (et en l’occurrence de l’Église maronite, qui a adhéré à l'Église romaine depuis la fin du xiie siècle) a commencé à partir du xvie siècle. Il s’est traduit entre autres par l’établissement de nombre de missionnaires catholiques occidentaux dans la région, par l’apparition des premiers ordres religieux orientaux (inspirés des ordres religieux occidentaux) et par la présence de jeunes chrétiens orientaux à Rome, venus pour se former dans la discipline romaine. La fondation du Collège maronite de Rome, en 1584, va jouer un grand rôle dans la formation « romaine » du clergé maronite6.

  • 7 Mohasseb Saliba, 2016b, pp. 129-163 ; Heyberger, 1994, pp. 39-62.
  • 8 Van Leeuwen, 1992, pp. 76-77 ; Charaf, 1996, pp. 248-257, 296-339. Le peuplement maronite massif d (...)
  • 9 Hattouni, Nabdha târîkhiyyat fî al-muqâtaʿat al-kisrwâniyyat, pp. 74-75 ; Zgheib, Târîkh ʿawd al-n (...)

4En abordant ces deux questions, nous devons toutefois tenir compte du fait que la montagne libanaise fait partie de l’Empire ottoman et que, théoriquement, selon la loi musulmane, il est interdit aux chrétiens d’y fonder des lieux de culte7. D’ailleurs, dans le Kesrouan même, où les maronites vont démographiquement occuper une place prédominante au début du xviiie siècle, avant la consolidation de la communauté et de son pouvoir dans l’ensemble de la région (ce qui permet l’édification d’églises et de monastères sans recours aux autorités ottomanes)8, quelques fondateurs d’églises ont rencontré des difficultés au xviie siècle, entre autres auprès des habitants musulmans de certains villages abritant à la fois des chrétiens et des musulmans9.

  • 10 Mohasseb Saliba, 2018, pp. 289-292, 295-298 ; ead., 2020, pp. 219-223.

5Par ailleurs, appréhender, plus particulièrement, la question de la contribution de ces fondations à l’édification de l’honneur familial suppose aussi de prendre en compte la catégorie sociale à laquelle appartient le fondateur car ces monastères furent fondés par des familles de petits ou moyens propriétaires ainsi que par les grandes familles de notables de la région : les Khazen et les Hobeiche. Dans le cas des grands notables, leur fonction originelle au sein de la communauté, celle de gouverneurs et de chefs militaires, a pesé aussi dans cette construction. Ce travail, basé en grande partie sur des sources relatives aux fondations pieuses des Khazen, en témoigne10.

Fuir vers un lieu plus sûr, conquérir une région : l’apport des récits généalogiques

  • 11 Zgheib, Târîkh ʿawd al-nasârâ ila jurûd Kisrwân, p. 28 ; Maalouf, 1907-1908, pp. 167-170 ; Heyberg (...)

6On l’a vu, une des raisons qui ont conduit les maronites et les chrétiens du nord vers le centre puis le sud de la montagne, ce sont les exactions qu’ils ont subies de la part des gouverneurs des régions septentrionales de la montagne. C’est ainsi que nombre de récits portant sur les origines des familles qui vont migrer vers le Kesrouan, parmi lesquelles certaines d’entre elles vont fonder des monastères, évoquent une fuite vers un lieu plus sûr, à cause d’un meurtre subi ou au contraire perpétré par l’un des ancêtres, généralement contre un musulman. À l’instar des récits relatifs à plusieurs autres familles chrétiennes, qui se sont déplacées du nord vers le centre ou le sud de la montagne, ceux-là relèvent aussi d’un mythe fondateur, selon Bernard Heyberger, et cherchent à célébrer la force, le courage et l’honneur de ces familles11.

  • 12 À ne pas confondre avec les émirs Assaf (le A des émirs Assaf est celui de la consonnne arabe ʿayn (...)
  • 13 Asaf, Târîkh mûjaz li-ʿâ’ilat bayt Asâf

7Les Asaf12 seraient venus s’établir dans le Kesrouan par suite du massacre de plusieurs membres de la famille par des chiites alors qu’ils se trouvaient à l’intérieur d’une église qu’ils venaient de bâtir et qui fut détruite par les musulmans. Aussi fondent-ils, en s’installant dans le village d’Aramoun, un monastère dédié au même saint que celui auquel leur ancienne église était dédiée13.

  • 14 Khazen, Ch., 1958, pp. 342-365 ; Salibi, 1967, p. 165.

8À la différence de ces récits, celui, monumental, de Chaybane Khazen, relatif à la généalogie de sa famille, se distingue par le fait que les Khazen ne seraient pas venus se réfugier dans le Kesrouan mais s’y seraient établis « en conquérants », ce qui serait en lien avec leur gouvernement ultérieur de la région, voire avec leur initiation de la « conquête » maronite du Haut Kesrouan, habité à l’origine par des chiites. Ainsi, lorsque l’ancêtre de la famille quitte le nord de la montagne, en 1545, il s’établit d’abord dans le village côtier de Bouar puis dans un autre village de la côte, plus au sud, avant de se mettre au service des émirs Maan puis de s’installer dans la montagne, à Ballouné d’abord puis à Ajaltoun, plus en altitude. Plus encore, l’établissement définitif de la famille dans le village d’Ajaltoun n’aurait eu lieu qu’après l’élimination du gouverneur sunnite du village et de ses environs par les Khazen eux-mêmes, à la suite d’une victoire déterminante remportée par l’émir Fakhreddine Maan II contre Youssef Sayfa, qui avait arraché le gouvernement du Kesrouan à l’émir Mohammad Assaf en 159114.

  • 15 Chidiaq, Kitâb akhbâr al-a’yân fi jabal Lubnân, p. 81. De notabilité plus ancienne que celle des K (...)
  • 16 Goudard, 1993, p. 127.
  • 17 D’Arvieux, Mémoires, p. 186.
  • 18 Heyberger, 1994, p. 329.
  • 19 Acte de l’évêque publié dans Rizkallah, 1997, p. 457, annexe 30 ; sur la notoriété du cheikh, Hobe (...)

9Dans ce même registre de « conquête » et de cohabitation confessionnelle, on peut évoquer encore ce récit, plus tardif, qui concerne le cheikh Tarabay Hobeiche qui, à l’instar d’autres membres de sa famille, administrateurs du village de Ghazir et de ses environs depuis le début du xviie siècle, va gouverner le village au cours du dernier quart de cesiècle15. Selon ce récit, Tarabay aurait tué le muezzin d’une mosquée située à proximité de l’église du village où cohabitaient alors maronites et sunnites, au motif que ce dernier aurait arraché la simandre de l’église parce que le son qu’elle faisait le dérangeait. Muni d’un fusil, le cheikh « s’élance devant l’église, disperse les musulmans, et, visant le muezzin, tire et l’étend raide mort dans son minaret16 ». Ce geste de défense de la foi réapparaît — mais dans une couleur plus catholique cette fois — à travers la contribution du cheikh à l’introduction de la cloche dans le paysage de la montagne libanaise : ici, en effet, la simandre, cet instrument discret caractéristique du monde byzantin et oriental, va progressivement être remplacée par les cloches, dont l’usage a jusque-là concerné surtout l’Europe occidentale. Ces dernières ont en réalité été introduites dans la région par les croisés avant de disparaître sans doute à l’époque mamelouke, puis de réapparaître à l’époque ottomane, comme en témoigne le voyageur Laurent d’Arvieux au cours des années 1658-166517. Tarabay dote ainsi l’église du monastère familial qu’il a fondé en 1664 dans son village d’une cloche qu’il a amenée d’Europe (d’Italie sans doute) comme il était d’usage à l’époque18. « La cloche a même été acheminée par le cheikh du pays des Francs », indique l’évêque qui a consacré cette église, tout en soulignant l’effort de ce cheikh qui jouit alors d’une grande notoriété19.

Restaurer des lieux sacrés : mythe et réalité autour des fondations monastiques

  • 20 Goudard, 1993, p. 124 ; Mohasseb Saliba, 2005, p. 457 ; Harfouche, 1904, p. 349.

10Si ces récits contribuent à édifier l’honneur des familles fondatrices de monastères, c’est sans doute aussi parce que ces fondations ont parfois lieu à l’emplacement d’un lieu sacré ou au retour d’un pèlerinage. Dans certains cas aussi, un miracle est directement à l’origine de la fondation. Mar Challita Mouqbès (Saint Artémios, lieudit de Mouqbès) aurait été bâti à l’emplacement d’une église dédiée au même saint et à la suite d’un miracle, tandis qu’à Mar Sarkis wa Bakhos (Saint Serge et Bacchus), la foudre aurait fendu un grand rocher et cet événement, perçu comme miraculeux, aurait permis l’édification du monastère. Saydet el Bzaz (Notre-Dame des Mamelles) est bâti à l’emplacement d’un lieu de pèlerinage dédié à la Vierge de la fécondité et, sans doute encore auparavant, à l’emplacement d’un temple dédié à une déesse de la fécondité20.

  • 21 Van Leeuwen, 1992, p. 77.

11Un récit relatif aux origines de la fondation de ce dernier couvent, intervenue avant 1759, révèle la sacralité du lieu tout comme il exalte la famille Khazen (à laquelle le fondateur appartient) qui a participé à une victoire militaire importante dans l’histoire de la montagne libanaise, celle de Ayn Dara en 1711. On sait qu’à l’issue de cette fameuse bataille, l’émir vainqueur, Haydar Chéhab, alors gouverneur général des régions méridionales et centrales de la montagne, récompense ses alliés en leur confiant des territoires ou en les maintenant dans l’administration de ceux qu’ils gouvernaient auparavant : les Khazen se voient ainsi confirmés dans le gouvernement du Kesrouan21. Le fondateur du monastère ou son père ont-ils fait partie de l’armée des Khazen et ont-ils combattu aux côtés de l’émir ? Toujours est-il que ce récit loue le fondateur qui allait à son tour honorer la Vierge :

  • 22 Il s’agit ici du parti des Yéménites, l’émir étant à la tête du parti adverse, le parti Qaysite.
  • 23 Goudard, 1993, p. 124.

L’émir Haïdar Chéhab venait d’écraser les Yéménites22 dans les gorges de Ain Dara (1711). Les Khazen avaient aidé l’émir ; l’émir les appela : « Frères chéris » et leur confia le gouvernement d’une grande partie du Kesrouan. Voici comment les Khazen remercièrent la Sainte Vierge de ce nouveau bienfait.
Il y avait alors, au bas de la montagne de Bouab el-Hawa, Porte des Vents, une grotte célèbre où les pèlerins allaient prier la Mère de Dieu et brûler de l’encens. Cette grotte avait son histoire.
Au lendemain des croisades, les Mamelouks avaient brûlé Haret Sakhr et Jounié ; les chrétiens échappés au massacre avaient gagné les hautes montagnes. Quand l’Ottoman eut, à son tour balayé le Mamelouk, les chrétiens redescendirent peu à peu. Or, ceux qui descendirent à Haret Sakhr découvrirent dans les broussailles une caverne et dans cette caverne une vieille image de Marie. Devant l’image, ils aperçurent un cadavre que sa mitre signala comme évêque.
Était-ce l’emplacement d’une ancienne église ? Était-ce une grotte funéraire ? Ces bons chrétiens ne cherchèrent pas si loin. Ils approprièrent la grotte et la transformèrent en chapelle. Marie fit, paraît-il, quelques miracles. Le pèlerinage était né.
C’est là que Ad Ebn Saq’r el-Khazen porta sa reconnaissance. Il bâtit sur la crypte une église et, près de l’église un couvent de religieuses pour chanter la Mère de Dieu.
Tel fut l’ex-voto du vainqueur d’Ain Dara23.

  • 24 Khazen, 1902, p. 118. Selon les actes fonciers du monastère, le lieudit faisait auparavant partie (...)

12Rappelant le peuplement progressif de la côte du Kesrouan par les chrétiens à l’époque ottomane, ce récit fait remonter le nom du lieu-dit et plus tard encore du village de Haret Sakhr (qui signifie en arabe maison de Sakhr) à l’époque pré-mamelouke, alors que les documents montrent que le nom apparaît bien plus tard, après la fondation du couvent par Ad, et en l’honneur de son père dénommé Sakhr24. Sakhr qui a par ailleurs été, avec son frère aîné, le premier Khazen à fonder un couvent familial.

  • 25 Winter, 1999, pp. 150-156 ; Salibi, 1959, pp. 115-117.
  • 26 Le curé Gergès Zgheib (†1729) intitule sa chronique Le retour des chrétiens dans le Haut Kesrouan, (...)
  • 27 Mohasseb Saliba, 2019, pp. 292-296.

13Ce repeuplement de la côte renvoie à l’installation même des maronites dans le Kesrouan, qui a d’ailleurs donné naissance au mythe de leur retour dans la région, après les fameuses expéditions militaires mameloukes, dont la dernière eut lieu en 1305. On sait que ces campagnes sont dirigées contre une importante population chiite et, dans une moindre mesure, contre des maronites et des druzes25. Ce mythe, qui servira à justifier leur nouvelle installation dans le Kesrouan, est renforcé par celui de la restauration des monastères de la région26 : ce dernier mythe a sans doute eu un impact sur l’honneur des familles qui ont « restauré » ces monastères, même s’il a aussi servi de subterfuge, autant pour les chrétiens que pour les autorités officielles musulmanes (qui elles aussi, invoquent parfois l’existence d’une ancienne église là où la nouvelle est bâtie) et, partant, à justifier ces fondations nouvelles27.

Le poids des donations et des messes : les archives de Notre-Dame des Mamelles

  • 28 Ead., 2015, pp. 405-408 ; ead., 2016b, pp. 129-134 ; et ead., 2008, pp. 205-278, 293-355.

14Si les archives monastiques sont une source de première importance pour la connaissance de l’histoire de la montagne libanaise, c’est en raison de l’importance du nombre des monastères (maronites notamment) et de leur rôle majeur au sein de la société, à l’époque ottomane surtout. Ce sont des lieux de prières, certes, mais également d’enseignement et de copie de manuscrits, de production agricole, de « sécurité sociale » (ils accueillent des veufs, des célibataires, des donateurs, qui parfois viennent y passer leurs derniers jours) et encore de résidence épiscopale et patriarcale28.

  • 29 Les waqfs désignent les fondations pieuses charitables et familiales, caractéristiques du monde mu (...)
  • 30 Par rapport à d’autres monastères, surtout ceux des petits ou moyens propriétaires, qui sont plus (...)
  • 31 ACML, ms. no 18.

15Parmi ces archives rédigées en arabe, en syriaque (langue d’origine des maronites) et en karchouni (arabe écrit en lettres syriaques), les actes d’achat de biens fonciers et de donation ou, plus précisément, de fondations en waqf29, tiennent une grande place, ce qui reflète en réalité l’extension des propriétés foncières respectives de ces monastères. Dans le cas des monastères maronites familiaux, fondés par des petits ou moyens propriétaires, ou par des grands notables, ces archives, et notamment les actes de waqf, nous permettent, elles aussi, de suivre l’édification de l’honneur familial. Il en est ainsi de la documentation relative à Notre-Dame des Mamelles, l’un des sept monastères familiaux fondés par les Khazen, un petit monastère30 dont les propriétés agricoles sont surtout situées dans les environs du couvent31.

  • 32 ACML, ms. no 18, fos 17, 18ro, 19vo, 20, 21ro et 26ro.

16Son fondateur, le cheikh Ad Khazen, l’a fait bâtir pour ses deux filles qui embrassent la vie monastique à une époque où les monastères destinés exclusivement aux moniales commencent à se développer chez les maronites. Mais, c’est d’abord une église que le cheikh fait édifier (à l’emplacement du lieu de pèlerinage, on l’a vu) et qu’il dote de terrains agricoles au cours des années 1730 et 1740. Quant au monastère, il sera fondé à une date qui n’est pas précisée mais avant l’année 1759, celle du premier document foncier qualifiant le lieu de monastère32.

  • 33 ACML, ms. no 18, fos 26 et 45vo-46 ; Heyberger, 2001, p. 187. Il ne s’agit toutefois pas d’adhésio (...)
  • 34 ACML, ms. no 18, fos 21vo-28ro, 41ro-42vo et 46 ; Van Leeuwen, 1992, pp. 135-138.

17La direction de ce couvent féminin, qui accueille des moniales de la famille Khazen mais aussi d’autres familles et qui, par ailleurs, dès les premiers temps de sa fondation, adhère à l’ordre religieux féminin du Sacré Cœur fondé par une jeune fille maronite en 175233, revient d’abord et pendant longtemps à Mariam, la fille aînée du fondateur. Ce sera ensuite au tour de sa sœur Moubaraka, de sa nièce Kalima, puis de leur petit-neveu, le prêtre Gebrayel Khazen et, à partir de l’année 1870, du petit cousin de ce dernier, le prêtre Antoun Khazen34.

  • 35 ACML, ms. no 18, fos 21vo-28ro et 31ro-39ro.

18Au cours de cette longue période, plusieurs biens fonciers, souvent plantés de mûriers et de vigne, sont acquis par le couvent, par voie d’achat et de fondation en waqf. Les archives du monastère révèlent ainsi vingt-trois achats de terrains agricoles effectués par Mariam surtout (au cours des années 1765-1796) et par Gebrayel (1839-1848)35. Faisant précéder le terme de supérieure ou de supérieur par celui de hadrat (Madame ou Monsieur), qui marque le respect, les actes relatifs à ces achats rappellent parfois aussi que la supérieure est la fille de feu le cheikh Ad.

  • 36 ACML, ms. no 18, fos 26ro-32, 36ro-37ro, 40vo, 41vo et 46vo.

19Ces achats sont soutenus par quinze fondations en waqf36, de la part surtout du fondateur et de ses descendants directs (qui qualifient parfois le lieu de « notre couvent ») et, dans une moindre mesure, de ses frères, ses demi-frères et neveux, ainsi que de membres de la famille plus éloignés et encore de quelques personnes étrangères, parmi lesquelles on peut remarquer les deux émirs Hussein et Saadeddine Chéhab, qui offrent aussi des terrains à d’autres monastères maronites, témoignant ainsi du soutien des émirs aux fondations monastiques.

  • 37 ACML, ms. no 18, fos 24vo et 29vo-30ro.
  • 38 ACML, ms. no 18, fo 30ro.
  • 39 Mohasseb Saliba, 2013-2017, p. 138 ; Hattouni, Nabdha târîkhiyyat fî al-muqâtaʿat al-kisrwâniyyat, (...)
  • 40 ACML, ms. no 18, fo 18vo.

20Ces donations en waqf manifestent la piété des fondateurs. Chdid Khazen mentionne le salut de son âme et de celle de son épouse, tandis que Nabhan Khazen et son frère Jaffal, petit-fils du fondateur, indiquent qu’ils ont offert le terrain « pour le bon souvenir, pour sa gloire (à Dieu) et pour honorer la propriétaire du sanctuaire, la Vierge, Mère de Dieu37 ». Ce terrain est hérité de leur cousin germain paternel, à l’instar d’un autre fondé en waqf par Nabhan38. La donation d’un bien hérité d’un cousin ou d’un frère est un geste que l’on rencontre ailleurs, chez les Khazen et les Hobeiche39, qui renforce la construction de l’honneur familial et qui est probablement lié aux importantes sommes d’argent réservées aux obsèques, comme le montre l’acte d’achat indiquant le motif de la transaction : le terrain a été vendu pour payer le montant des obsèques de l’époux d’une veuve40.

  • 41 ACML, ms. no 18, fos 17vo-18ro et 26ro.

21Cette piété se reflète aussi à travers les messes à célébrer pour le repos de leur âme et parfois de celle de leurs proches. Dans l’un de ces actes, le fondateur du couvent demande à ce que chaque vendredi une messe soit célébrée en son honneur. Quant à son fils aîné, Adra, il demande à « nos sœurs, qui sont tous les jours dans ce sanctuaire béni, de ne pas nous oublier, en faisant célébrer des messes par Messieurs les Pères et dire des prières pour le salut de son âme41 ». Le prénom même d’Adra, qui signifie Vierge en arabe, rend d’ailleurs compte de sa piété, d’autant plus qu’il s’appelait auparavant Azaz et qu’il aurait donc choisi ce nouveau prénom (unique dans l’histoire des Khazen). Avec Adra (père de trois garçons), ainsi que Darwiche, son frère cadet, dont le prénom signifie modeste, nous sommes loin des prénoms arabes évocateurs de la force, du courage et de l’honneur familial, caractéristiques de nombre d’individus de la famille Khazen (surtout ceux des premières générations), comme Sakhr (rocher), Hosn (forteresse), Nemr (tigre), Qays (démarche fière) et Charaf (honneur).

  • 42 ACML, ms. no 18, fo 41.

22L’importance de ces messes peut aussi se lire à travers un « manifeste des messes que le couvent devait célébrer » établi par le prêtre Gebrayel Khazen en 1869, peu de temps avant son décès. Dans ce document, le prêtre rappelle d’abord que chaque samedi une messe doit être dite pour le repos de l’âme de feu le cheikh Aad, le « fondateur et donateur ». Il précise que cette fondation de messes est perpétuelle, qu’elle a été « imposée par notre grand-père » de son vivant, lorsqu’il a fondé le couvent et l’a établi en waqf (des terrains) au profit de ce dernier et, enfin, que cette coutume dure depuis la fondation du couvent42.

  • 43 Témoignage du Père Raymond Bassile (mars 2018) que je remercie vivement.

23Ces messes (et l’institution de celle du samedi est d’influence latine43) servent ainsi à perpétuer le souvenir du fondateur et à maintenir le lien entre ce dernier, ses descendants et les habitants du couvent. Si elles rappellent une des préoccupations de Aad, elles renvoient également au souci de Gebrayel de continuer à garantir au fondateur les prières qui lui reviennent. En outre, Gebrayel pense aussi à lui-même. Rappelant sa gestion et sa participation à la constitution du patrimoine foncier du couvent, il stipule que trois messes annuelles seront célébrées pour le repos de son âme et de celle de ses parents, en contrepartie « de sa peine pour les intérêts du couvent » et en échange « de la valeur de mes biens fonciers que j’ai employés pour la restauration et l’entretien du couvent, de ses biens et de ses habitants ».

  • 44 Solignat, 2012, p. 133.
  • 45 Fête de tradition syriaque (témoignage du Père Raymond Bassile, mars 2018).

24Ce document pose toutefois la question du poids des messes, à travers l’évocation de la messe célébrée au début de chaque mois à l’intention du père du fondateur, Sakhr, et ce à la demande des petits-fils de ce dernier (Nabhan et Jaffal). « Le coût des fondations pieuses affectait les revenus de ceux qui étaient tenus de les honorer » écrit Anne-Valérie Solignat à propos des fondations pieuses en Occident à la Renaissance44. « Le poids des messes », comme le souligne Gebrayel, l’a conduit ainsi à vendre le quart d’un terrain du couvent ; l’habitude sera désormais prise d’offrir cette messe mensuelle, non seulement pour Sakhr, mais aussi pour l’ensemble des défunts de la famille (de la lignée de Aad) et encore de célébrer une messe annuelle à la mémoire des défunts du couvent « le samedi des Justes et des Saints45 ».

  • 46 ACML, ms. no 18, fo 27vo, fo 28ro, fo 41vo.
  • 47 ACML, ms. no 18, fos 19vo-20ro, 21ro, 23ro et 24vo.
  • 48 ACML, ms. no 18, fo 20ro. Dans Abou Moussa, Abou signifie Père de. Sur cette forme composée du nom (...)
  • 49 ACML, ms. no 18, fo 20.

25Donations et messes traduisent ainsi le rôle du couvent au sein de la famille. Mais elles sont aussi, dans une certaine mesure, le reflet de son rôle auprès d’individus étrangers à la famille : Gebrayel ne manque pas de mentionner l’offrande de deux messes annuelles pour le repos de l’âme de Gergès Odaymi en échange de sa fondation en waqf. Les dévolutions en waqf de la moitié d’un caroubier par Youssef Mhanna et de figuiers par une veuve de la famille Barhouche (qui va devoir partager les récoltes avec le couvent jusqu’à son décès) témoignent de ce rôle46 et peut-être également d’une relation privilégiée entre ces personnages et le sanctuaire, appelé maqâm (lieu de pèlerinage) ou kanîsat (église). Rappelons d’ailleurs que le sanctuaire est dédié à la Vierge de la fécondité et que, par conséquent, des liens ont sans doute existé entre la « Vierge » de ce sanctuaire et une multitude de personnes qui attendaient un enfant ou bien qui souhaitaient en avoir. Relevons aussi qu’avant la fondation du couvent, des personnes étrangères à la famille ont, à côté du fondateur et de son père, doté le sanctuaire de quelques terrains agricoles47. Saydet el Bzaz est même le centre d’une « vie » à la fois familiale et charitable autour du fondateur, du curé desservant, prénommé Élias, et, à partir de 1748, d’une moniale prénommée Youlina, la « fille de Abou Moussa el Kharram le Chypriote48 », peut être une des premières moniales du couvent. Une exploitation agricole a ainsi été achetée par Ad et Élias, en 1736, pour permettre au curé de profiter des revenus de ce terrain jusqu’à son décès, moment à partir duquel celui-ci devra revenir au sanctuaire. Ad a par ailleurs vendu une terrasse de forme arrondie (appelée duwwâra) à Youlina en 1747, qui doit en percevoir les revenus jusqu’à son décès avant qu’il ne revienne au sanctuaire. L’acte de vente précise que le curé de l’église devra célébrer vingt messes pour le salut de l’âme de la religieuse49 qui sans doute réside au couvent voisin de Mar Gergès Alma.

De la visibilité des inscriptions lapidaires : Notre-Dame de la Délivrance, Saint-Élie

  • 50 À titre d’exemple, Mohasseb Saliba, 2017, pp. 10, 19-21, 29, 36, 39.
  • 51 À l’exception de Saint-Élie qui est édifiée au début du xviie siècle et restaurée par les Khazen e (...)

26Gravées en syriaque, en arabe ou en karchouni, les inscriptions lapidaires, qui couvrent nombre de murs d’églises et, en l’occurrence, d’églises et de monastères familiaux50, ont certainement elles aussi contribué à asseoir l’honneur familial, d’autant qu’elles sont inscrites dans le paysage lui-même et, plus encore, dans un espace sacré, offrant ainsi plus de visibilité à la famille. Les inscriptions funéraires de Notre-Dame de la Délivrance à Ajaltoun (fig. 1) et de Saint-Élie à Ghosta (fig. 2), deux églises qui font partie de celles, nombreuses, édifiées par les Khazen au cours des xviie-xxe siècles, illustrent ce phénomène51.

Fig. 1. — Inscription lapidaire commémorative du décès du patriarche Toubia Khazen, 1766, arabe gravé en caractères syriaques, Église Notre-Dame de la Délivrance, Ajaltoun, Liban

Fig. 1. — Inscription lapidaire commémorative du décès du patriarche Toubia Khazen, 1766, arabe gravé en caractères syriaques, Église Notre-Dame de la Délivrance, Ajaltoun, Liban

Cliché : S. Mohasseb Saliba.

Fig. 2. — Inscription lapidaire commémorative du décès du patriarche Youssef Dargham Khazen, 1742, gravée en arabe et en latin, Église Saint-Élie, Ghosta, Liban

Fig. 2. — Inscription lapidaire commémorative du décès du patriarche Youssef Dargham Khazen, 1742, gravée en arabe et en latin, Église Saint-Élie, Ghosta, Liban

Cliché : S. Mohasseb Saliba.

27Lieu de mémoire familiale, Notre-Dame de la Délivrance abrite un très grand nombre d’inscriptions funéraires, celle d’Abou Nader et de son fils unique Abou Nawfal d’abord, qui ont assis et consolidé le pouvoir de la famille Khazen, puis celles des fils de ce dernier et de quelques-uns de ses petits-fils, qui ont continué à résider dans le village d’Ajaltoun et ses environs. Quant à l’église dédiée à Saint-Élie, elle en abrite moins : c’est uniquement l’église de la branche aînée des Khazen, celle d’Abou Qanso Fayyad (fils aîné d’Abou Nawfal), qui, lors du décès de son père, avait quitté Ajaltoun pour s’établir dans le village de Ghosta.

  • 52 Mohasseb Saliba, 2008, p. 251.
  • 53 Chidiaq, Kitâb akhbâr al-a’yân fi jabal Lubnân, p. 69.
  • 54 Je remercie vivement Levon Nordiguian de m’avoir indiqué la grande beauté de ces inscriptions. Un (...)
  • 55 Témoignage de Marie Lamaa, février 2018, à qui j’adresse mes vifs remerciements. Voir aussi Nordig (...)
  • 56 Selon mes propres observations. J’ai d’ailleurs commencé à dépouiller les recueils de poèmes de ce (...)

28Gravées surtout en arabe, les inscriptions des deux églises nous rappellent que les Khazen sont des représentants des autorités officielles. Ils accompagnent d’ailleurs la date du calendrier grégorien de celle du calendrier hégirien, ce qu’ils font aussi souvent dans leurs actes de transferts de propriété52. En observant les inscriptions de Notre-Dame, édifiée par Abou Nawfal en 1647 pour abriter la tombe de son père Abou Nader (désigné gouverneur du Kesrouan en 1617 par l’émir Fakhreddine II Maan)53, on peut constater que celles du xviie siècle sont plus sobres que certaines du xviiie, sur le plan de leur contenu et de leur ornementation : la richesse de ces dernières54 témoignerait à la fois de la progression de l’influence de l’art ottoman55 et de la consolidation de la communauté maronite dans la région. On peut remarquer encore que celles du xviie siècle sont toutes en prose, à la différence de celles du xviiie siècle qui sont en prose et en vers, prélude aux quelques inscriptions conservées du xixe, entièrement sous forme de poèmes, à l’instar d’un très grand nombre d’inscriptions qui couvrent les églises de la montagne à partir de la fin du xviiie siècle56.

  • 57 Van Leeuwen, 1992, p. 77.
  • 58 Khazen, Philippe Qaadane, 1958, pp. 319-320, publication arabe de la lettre, 3 juin 1656.
  • 59 La Roque, Voyage de Syrie et du Mont Liban, p. 149.
  • 60 Ristelhueber, 1918, pp. 83-85 et 128-183 ; Van Leeuwen, 1992, p. 77 ; Heyberger, 2001, pp. 86-87. (...)

29L’inscription qui commémore le décès d’Abou Nawfal, en 1679, gravée en arabe et située sur le fronton de la porte d’entrée de l’église, commence par Est trépassé dans la miséricorde du Seigneur, avant d’indiquer son prénom et son titre de cheikh, suivis de ceux de son père et, enfin, de la date de son décès selon les calendriers grégorien et hégirien. Or, ce personnage qui succède à son père à la tête du gouvernement du Kesrouan est désigné consul de France à Beyrouth en 1662 par le roi Louis XIV. En 1671, il reçoit du sultan ottoman un firman l’instituant, avec ses descendants, administrateurs et fermiers de l’impôt de la région57. Il reçoit également du pape Alexandre VII, en 1656, des remerciements pour ses « efforts pour la défense et le développement de la religion58 ». Le pape l’honore de même « de la qualité de Chevallier Romain », selon le voyageur Jean de La Roque, qui précise encore que le cheikh « n’estime pas tant ses richesses que la religion catholique, dont il fait profession, et le nom de chrétien, dont il a toujours été un très zélé défenseur59 ». L’on sait, à cet égard, qu’Abou Nawfal a invité les jésuites à édifier un séminaire sur une terre qu’il leur a offerte dans le Kesrouan, ce qui d’ailleurs l’a aidé à obtenir la charge de consul de France à Beyrouth, qu’il transmettra à son fils aîné, puis au fils aîné de ce dernier60.

  • 61 Khazen, Chaybane, 1958, pp. 489-490.
  • 62 Mohasseb Saliba, 2018, p. 295.

30À la différence de cette inscription, celle relative au décès de son sixième fils, prénommé Qays (†1734), comporte dans sa partie médiane des vers que l’on peut résumer ainsi : « personne, après Qays Khazen, ne peut recevoir autant d’honneurs ». « Qays avait un nom », écrit d’ailleurs Chaybane Khazen61. En forme de médaillon et ornée de motifs floraux, elle fait aussi accompagner le prénom du défunt du titre de haj, qui signifie qu’il a accompli le pèlerinage en Terre sainte, à l’instar de plusieurs membres de la famille. Il en va de même de l’inscription commémorative du décès du fils cadet de Qays, le patriarche Toubia (†1766), qui se distingue, elle aussi, par sa forme longue, qui représente une porte, symbole de l’accès à la vie éternelle, et par son ornementation, qui marque le lien avec le monde catholique (voir fig. 1). Les quelques lignes sobres mentionnant le décès du patriarche sont coiffées de la croix, de la mitre et de la crosse latines, symboles de pouvoir, mais aussi de la défense de la foi catholique. Cette inscription est par ailleurs la seule située à l’intérieur de l’église, plus précisément sur le mur de l’autel, à l’extrême droite. Elle offre ainsi une grande visibilité « au patriarche défunt », qui avait fondé son propre monastère dans un lieudit qui porte le prénom de son frère aîné Kanaan. Et, s’il est inhumé dans l’église familiale, c’est là encore pour que sa sépulture soit visible, ce d’autant plus que son monastère se trouve dans un lieu plutôt isolé, dans le Haut Kesrouan62.

31Toubia est le deuxième patriarche maronite de la famille, après son oncle paternel Youssef, qui s’appelait à l’origine Dargham. Dernier fils d’Abou Qanso Fayyad, Youssef est inhumé dans l’église Saint-Élie de Ghosta. L’inscription qui commémore son décès est située à l’intérieur de l’église, mais sur un mur latéral (voir fig. 2). De forme carrée, elle présente, elle aussi, une grande originalité : ses six cartouches renferment une longue inscription arabe (aux lettres serrées et enchevêtrées les unes dans les autres), encadrée sur le côté gauche et en bas d’une inscription en latin, en forme de L.

32L’inscription arabe est riche de termes élogieux :

Ce père noble, le patriarche Youssef, fils de feu le cheikh Fayyad Khazen, a quitté le monde de la misère pour celui de la dormition et de la piété le treizième jour du mois de mai de l’année chrétienne 1743. Il est resté sur le siège d’Antioche neuf ans et sept mois ; il était pieux et très modeste. Que Dieu le couvre de sa miséricorde et de sa grâce.

  • 63 Youssef avait intégré la vie religieuse au décès de son épouse. Ordonné prêtre, il accéda par la s (...)
  • 64 Titre d’un ouvrage collectif paru en 2017, coordonné par Mireille Issa.
  • 65 Girard, 2017.
  • 66 Témoignage du père Joseph Moukarzel (février 2018) que je remercie vivement.

33Quant à celle en latin, qui indique simplement le nom du patriarche « d’Antioche », la date de son décès et le prénom de son fils, Milane63, elle marquerait la fierté d’appartenir au monde catholique, elle rappelle le Latin des maronites64, celui du domaine de la culture savante65. Ressemblant aux sceaux des patriarches, gravés en partie en latin, elle est la seule inscription lapidaire maronite arabo-latine trouvée à ce jour66.

 

34Des sources variées, qui vont des récits généalogiques aux inscriptions lapidaires, ont été mobilisées pour nous permettre d’appréhender la part des fondations monastiques et ecclésiastiques dans la construction de l’honneur de certaines familles et, notamment, des cheikhs Khazen. Elles révèlent que l’acte de bâtir une église, en soi important, l’est plus encore lorsque l’église est édifiée à l’emplacement d’un lieu sacré, au retour d’un pèlerinage ou à la suite d’un événement perçu comme miraculeux. Il en va de même lorsqu’un individu bâtit le premier monastère d’une région, « restaure » un monastère ou effectue une donation à un monastère d’un bien foncier qu’il a hérité.

  • 67 Mohasseb Saliba, 2008, pp. 117-154, 178-278, 293-355 et ead., 2017.

35Ces documents nous apprennent aussi, qu’à partir du moment où la fondation est établie et que le processus d’édification de l’honneur se poursuit, le lieu de culte devient, entre autres, un outil qui permet aux membres des familles de pérenniser leurs noms. Elles le font à travers les demandes de messes « pour le salut de l’âme », incluses dans les actes de donation (comme c’est le cas à Notre-Dame des Mamelles), les fondations mêmes de messes et, de manière plus visible encore, les inscriptions funéraires. Celles apposées sur les murs de Notre-Dame de la Délivrance et de Saint-Élie commémorent généralement les décès des chefs militaires et politiques des Khazen (les deux illustrations publiées ici ne doivent pas nous le faire oublier). En cela, elles se distinguent de celles des églises conventuelles bâties par des petits ou des moyens propriétaires, qui commémorent uniquement les décès des prélats et des prêtres de ces familles. Cela nous conduit à réfléchir sur l’exclusivité éventuelle, si l’on peut dire, du rôle de ces monastères dans la construction de la renommée de ces familles de petits ou moyens propriétaires qui soutenaient les Khazen, et dans une moindre mesure, les Hobeiche. À cet égard, l’on sait que, pour ces familles (notamment les Asaf, les Mohasseb, Stéfan, Sfeir, Moubarak), les fondations monastiques ont été des entreprises familiales servant souvent de base à l’établissement d’un pouvoir socio-politique et économique. Les longues gérances familiales patrilinéaires de ces monastères, les politiques foncières et agricoles de leurs supérieurs, l’accession de nombre de leurs membres à l’épiscopat et parfois au patriarcat, ainsi que leur rôle comme centres actifs de copies de manuscrits et de « sécurité sociale », au cours des xviie-xixe siècles, en témoignent67.

  • 68 Khazen, Chaybane, 1958, pp. 463-469, 475-479, 480-490.

36Les inscriptions funéraires des cheikhs Khazen nous renvoient à leurs fonctions politiques et militaires, qui les placent dans une position dominante et qui rappellent l’importance de leurs faits et hauts faits militaires dans la construction de cet honneur. On l’a vu, la séquence du récit généalogique des Khazen relative à leur établissement dans le Kesrouan a un parfum de conquête. Dans ce récit encore, l’auteur chante les prouesses militaires et sportives des cheikhs, leur force, leurs talents de cavaliers et de chasseurs, qui rivalisent parfois avec ceux des gouverneurs musulmans68.

  • 69 Mohasseb Saliba, 2018, pp. 289-292, 295-298.
  • 70 Détails dans Ibid. et ead., 2020.
  • 71 Khazen, 1962, pp. 123-203.

37L’édification de la renommée de ces grands notables repose ainsi, à la fois, sur leur rôle de fondateurs de lieux de culte (ce sont eux encore qui fondent, avec les jésuites, le couvent de la Visitation d'Antoura en 1744), qui illustre d’ailleurs leur grande contribution à l’essor du catholicisme dans la région, et sur leur fonction de représentants des autorités officielles ottomanes, qui explique quant à elle le fait qu’ils tardent à fonder des monastères familiaux par rapport aux petits ou moyens propriétaires et qu’ils en destinent certains aux moniales (notamment à leurs femmes ou à leurs filles)69. S’il est difficile de mesurer l’importance de chacun de ces éléments, il est clair néanmoins que leurs investissements dans ces lieux de culte70 leur assurent une réputation de piété et une légitimation politico-religieuse remarquable, justifiant aussi, sur la longue durée, leur place et leur importance dans les territoires qu’ils gouvernent. Il en est de même de leur intégration progressive dans le clergé, et surtout le haut clergé, à partir du premier tiers du xviiie siècle et tout le long du xixe siècle. Il se pourrait bien ainsi qu’au xxe siècle, aux yeux de la famille, les fondations pieuses ont compté davantage. Dans un livre paru en 1962 et rédigé par le père Philippe Khazen, plus précisément dans la partie réservée aux individus qui ont fait la renommée de la famille, les patriarches et les évêques sont placés avant ceux qui ont contribué à asseoir et à consolider son pouvoir politique et militaire71.

Notes

1 Archives privées de la famille Mohasseb, récit des origines de la famille et de la fondation du monastère de Mar Challita Mouqbès, arabe rédigé en caractères syriaques, début du xviiie siècle, mss., fo 4ro. Pour une étude du manuscrit, voir Mohasseb Saliba, 2005, pp. 454-459.

2 Ead., 2008, pp. 29, 57-63, 117-142, 178-194 et ead., 2018.

3 Titre arabe attribué aux notables et notamment aux fermiers de l’impôt.

4 Salibi, 1967.

5 Chevallier, 1971, pp. 12-13 ; Chidiaq, Kitâb akhbâr al-a’yân fi jabal Lubnân, pp. 61-82 ; Hattouni, Nabdha târîkhiyyat fî al-muqâtaʿat al-kisrwâniyyat, pp. 46-171 ; Salibi, 1967 ; Van Leeuwen, 1992, pp. 76-77. Les émirs des druzes administrent à l’origine uniquement le sud de la montagne. À partir du début du xviie siècle, il étendent leur autorité vers ses régions centrales puis septentrionales.

6 Heyberger, 1994 ; Gemayel, 1984.

7 Mohasseb Saliba, 2016b, pp. 129-163 ; Heyberger, 1994, pp. 39-62.

8 Van Leeuwen, 1992, pp. 76-77 ; Charaf, 1996, pp. 248-257, 296-339. Le peuplement maronite massif de la région a concerné d’abord surtout les villages et lieudits de moyenne altitude et, dans une moindre mesure, de basse altitude, avant de s’étendre aux villages et lieudits de haute altitude, initialement habités par des chiites, et de progresser dans ceux de basse altitude, habités surtout par des sunnites : Mohasseb Saliba, 2018.

9 Hattouni, Nabdha târîkhiyyat fî al-muqâtaʿat al-kisrwâniyyat, pp. 74-75 ; Zgheib, Târîkh ʿawd al-nasârâ ila jurûd Kisrwân, p. 21 ; Mohasseb Saliba, 2016b, pp. 138-139.

10 Mohasseb Saliba, 2018, pp. 289-292, 295-298 ; ead., 2020, pp. 219-223.

11 Zgheib, Târîkh ʿawd al-nasârâ ila jurûd Kisrwân, p. 28 ; Maalouf, 1907-1908, pp. 167-170 ; Heyberger, 1994, p. 27 ; Abou El-Rousse Slim, 1987, pp. 54-56 ; Mohasseb Saliba, 2005 et 2017, pp. 14-15 ; Rizkallah, 1997, p. 16.

12 À ne pas confondre avec les émirs Assaf (le A des émirs Assaf est celui de la consonnne arabe ʿayn, tandis que celui de la famille maronite Asaf est celui de la voyelle alif).

13 Asaf, Târîkh mûjaz li-ʿâ’ilat bayt Asâf

14 Khazen, Ch., 1958, pp. 342-365 ; Salibi, 1967, p. 165.

15 Chidiaq, Kitâb akhbâr al-a’yân fi jabal Lubnân, p. 81. De notabilité plus ancienne que celle des Khazen, les Hobeiche occupent toutefois à cette époque un rang politique secondaire par rapport à celui des Khazen.

16 Goudard, 1993, p. 127.

17 D’Arvieux, Mémoires, p. 186.

18 Heyberger, 1994, p. 329.

19 Acte de l’évêque publié dans Rizkallah, 1997, p. 457, annexe 30 ; sur la notoriété du cheikh, Hobeiche, 1978, p. 15 ; Rizkallah, 1997, pp. 38-40.

20 Goudard, 1993, p. 124 ; Mohasseb Saliba, 2005, p. 457 ; Harfouche, 1904, p. 349.

21 Van Leeuwen, 1992, p. 77.

22 Il s’agit ici du parti des Yéménites, l’émir étant à la tête du parti adverse, le parti Qaysite.

23 Goudard, 1993, p. 124.

24 Khazen, 1902, p. 118. Selon les actes fonciers du monastère, le lieudit faisait auparavant partie du village côtier de Jounié. Le premier document qui indique Haret Sakhr date de l’année 1779 : Archives de la Congrégation des Missionnaires Libanais [ACML], Jounié, Liban, ms. no 18, Târîkh waqf Sayyidat el-Bzâz, fo 27 ; fos 36ro-37ro. Je remercie vivement le Père Jean-Marie El-Mir, responsable des ACML pour son accueil et son amabilité.

25 Winter, 1999, pp. 150-156 ; Salibi, 1959, pp. 115-117.

26 Le curé Gergès Zgheib (†1729) intitule sa chronique Le retour des chrétiens dans le Haut Kesrouan, tandis que le prêtre Mansour Hattouni appelle l’un de ses chapitres « Le retour des maronites dans le Kesrouan » et qualifie tous les monastères fondés dans la région comme étant la restauration d’anciens monastères dédiés aux mêmes saints : Zgheib, Târîkh ʿawd al-nasârâ ila jurûd Kisrwân ; Hattouni, Nabdha târîkhiyyat fî al-muqâtaʿat al- kisrwâniyyat.

27 Mohasseb Saliba, 2019, pp. 292-296.

28 Ead., 2015, pp. 405-408 ; ead., 2016b, pp. 129-134 ; et ead., 2008, pp. 205-278, 293-355.

29 Les waqfs désignent les fondations pieuses charitables et familiales, caractéristiques du monde musulman. Plus précisément, le terme waqf renvoie à l’acte juridique par lequel un individu constitue une fondation pieuse, à partir d’une propriété bâtie ou agricole, pour soutenir des établissements religieux, charitables, et/ou pour garantir la sécurité à des membres de sa famille. L’institution a été adoptée de même par les chrétiens et les juifs vivant en terre d’islam : Deguilhem, 2008, pp. 923-950 ; Mohasseb Saliba, 2016a.

30 Par rapport à d’autres monastères, surtout ceux des petits ou moyens propriétaires, qui sont plus grands : ead., 2008, pp. 205-278.

31 ACML, ms. no 18.

32 ACML, ms. no 18, fos 17, 18ro, 19vo, 20, 21ro et 26ro.

33 ACML, ms. no 18, fos 26 et 45vo-46 ; Heyberger, 2001, p. 187. Il ne s’agit toutefois pas d’adhésion totale, en ce sens que le couvent n’a pas cessé d’être un couvent familial et autonome sur le plan de sa gérance et de ses biens fonciers, à l’instar des autres monastères maronites familiaux, qui faisaient partie des monastères maronites traditionnels. Ainsi, lorsque l’ordre se voit annulé en 1780 par les autorités romaines, la règle du Sacré-Cœur est remplacée au couvent par celle de Saint Antoine, adoptée par les moniales d’autres monastères traditionnels. Sur les interactions entre les monastères maronites traditionnels et ceux relevant des ordres religieux maronites (apparus à la fin du xviie siècle), ainsi que sur les quelques monastères maronites à la fois traditionnels et relevant d’une congrégation, voir Mohasseb Saliba, 2013-2017, 2018 et 2020.

34 ACML, ms. no 18, fos 21vo-28ro, 41ro-42vo et 46 ; Van Leeuwen, 1992, pp. 135-138.

35 ACML, ms. no 18, fos 21vo-28ro et 31ro-39ro.

36 ACML, ms. no 18, fos 26ro-32, 36ro-37ro, 40vo, 41vo et 46vo.

37 ACML, ms. no 18, fos 24vo et 29vo-30ro.

38 ACML, ms. no 18, fo 30ro.

39 Mohasseb Saliba, 2013-2017, p. 138 ; Hattouni, Nabdha târîkhiyyat fî al-muqâtaʿat al-kisrwâniyyat, p. 91.

40 ACML, ms. no 18, fo 18vo.

41 ACML, ms. no 18, fos 17vo-18ro et 26ro.

42 ACML, ms. no 18, fo 41.

43 Témoignage du Père Raymond Bassile (mars 2018) que je remercie vivement.

44 Solignat, 2012, p. 133.

45 Fête de tradition syriaque (témoignage du Père Raymond Bassile, mars 2018).

46 ACML, ms. no 18, fo 27vo, fo 28ro, fo 41vo.

47 ACML, ms. no 18, fos 19vo-20ro, 21ro, 23ro et 24vo.

48 ACML, ms. no 18, fo 20ro. Dans Abou Moussa, Abou signifie Père de. Sur cette forme composée du nom arabe, appelée kunya, ainsi que sur les trois autres éléments constitutifs de ce nom, Sublet, 1991, pp. 8-11. La présence de cette moniale rappelle l’existence d’une petite communauté maronite à Chypre depuis le Moyen Âge.

49 ACML, ms. no 18, fo 20.

50 À titre d’exemple, Mohasseb Saliba, 2017, pp. 10, 19-21, 29, 36, 39.

51 À l’exception de Saint-Élie qui est édifiée au début du xviie siècle et restaurée par les Khazen en 1689.

52 Mohasseb Saliba, 2008, p. 251.

53 Chidiaq, Kitâb akhbâr al-a’yân fi jabal Lubnân, p. 69.

54 Je remercie vivement Levon Nordiguian de m’avoir indiqué la grande beauté de ces inscriptions. Un travail collectif portant sur l’histoire, l’architecture, les inscriptions et les peintures de cette église est actuellement en cours : Mohasseb Saliba (dir.), à paraître.

55 Témoignage de Marie Lamaa, février 2018, à qui j’adresse mes vifs remerciements. Voir aussi Nordiguian, 2013, pp. 263-283.

56 Selon mes propres observations. J’ai d’ailleurs commencé à dépouiller les recueils de poèmes de cette époque pour essayer d’identifier les auteurs des textes élégiaques des inscriptions.

57 Van Leeuwen, 1992, p. 77.

58 Khazen, Philippe Qaadane, 1958, pp. 319-320, publication arabe de la lettre, 3 juin 1656.

59 La Roque, Voyage de Syrie et du Mont Liban, p. 149.

60 Ristelhueber, 1918, pp. 83-85 et 128-183 ; Van Leeuwen, 1992, p. 77 ; Heyberger, 2001, pp. 86-87. L’obtention de cette charge témoigne des relations établies depuis le xviie siècle entre les maronites et la France, tissées dans le cadre de la Réforme catholique comme dans celui du développement du commerce international, notamment autour de la production de soie (avec la présence de nombre de missionnaires et de marchands français dans la région).

61 Khazen, Chaybane, 1958, pp. 489-490.

62 Mohasseb Saliba, 2018, p. 295.

63 Youssef avait intégré la vie religieuse au décès de son épouse. Ordonné prêtre, il accéda par la suite à l’épiscopat puis au patriarcat, à l’instar de quelques autres membres du clergé maronite et plus généralement oriental (les Églises orientales admettent le mariage d’un prêtre à condition que ce dernier ait lieu avant l’ordination).

64 Titre d’un ouvrage collectif paru en 2017, coordonné par Mireille Issa.

65 Girard, 2017.

66 Témoignage du père Joseph Moukarzel (février 2018) que je remercie vivement.

67 Mohasseb Saliba, 2008, pp. 117-154, 178-278, 293-355 et ead., 2017.

68 Khazen, Chaybane, 1958, pp. 463-469, 475-479, 480-490.

69 Mohasseb Saliba, 2018, pp. 289-292, 295-298.

70 Détails dans Ibid. et ead., 2020.

71 Khazen, 1962, pp. 123-203.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Inscription lapidaire commémorative du décès du patriarche Toubia Khazen, 1766, arabe gravé en caractères syriaques, Église Notre-Dame de la Délivrance, Ajaltoun, Liban
Crédits Cliché : S. Mohasseb Saliba.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/26570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Titre Fig. 2. — Inscription lapidaire commémorative du décès du patriarche Youssef Dargham Khazen, 1742, gravée en arabe et en latin, Église Saint-Élie, Ghosta, Liban
Crédits Cliché : S. Mohasseb Saliba.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/26570/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 589k

Auteur

CéSor – CNRS, EHESS

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search