Version classiqueVersion mobile

L’église des laïcs

 | 
Ariane Boltanski
, 
Marie-Lucie Copete

III. — Héros morts et mémoires vivantes. L’honneur du lignage et la défense de la foi

Les ancêtres au temps de la Ligue

Entre défense de la foi et manifeste politique (France, xvie-xviie siècles)

Anne-Valérie Solignat

Texte intégral

  • 1 Voir, entre autres, Claverie et Lamaison, 1982 ; Delille, 2003 ; Duhamelle, 1998 ; Nassiet, 2000 ; (...)

1L’histoire des parentés a été au cœur du renouvellement récent des études sociales et politiques des élites1. Elle prend notamment sens autour du concept de la maison noble, emprunté aux anthropologues. Cependant, les réseaux de parenté sont essentiellement appréhendés dans leur acception contemporaine : la parenté d’un individu doit permettre de le replacer dans des stratégies d’alliances et dans la logique de la transmission du patrimoine. Les relations de parenté d’ego sont aussi comprises comme un des moyens pour appréhender ses inclinations politiques, potentiellement influencées par son intégration à des réseaux de cousinage. À ce titre, la proximité du vécu entre parents contemporains prime sur l’éloignement généalogique avec une parenté verticale, celle des pères et des aïeux. Les notions de « proche » et de « lointain » ne sont utilisées que pour spécifier les relations entre groupes de parentés vivants et non pour prendre la mesure des pesanteurs généalogiques. Un ancêtre est toujours classé parmi les membres « éloignés » de la parenté, ceux qui seraient les moins influents. La figure ancestrale ne trouve guère sa place dans une réflexion construite à partir de l’étude des clientèles, puisque la formation du lien autour du don et du contre-don ne peut intervenir qu’entre vivants.

  • 2 Klapisch-Zuber, 2000 ; Butaud et Piétri, 2006.

2La question de la profondeur généalogique est souvent abordée pour interpréter les diverses formes de l’alliance parce qu’une proximité généalogique entre deux candidats au mariage valait pour interdiction de parenté. La nécessité de l’exogamie rendait impérative une conscience minimale de son extraction. L’individualisation des ancêtres, anciens ou immédiats, est pourtant fort utile pour appréhender la construction d’une identité lignagère2. La revendication d’une filiation avec un ou plusieurs ancêtres pouvait servir de preuve de noblesse, en démontrant concrètement l’antiquité de la domination d’une famille. Elle entrait dans la constitution d’une altérité familiale qui pouvait faire de ces prédécesseurs des exempla, aptes à fournir des modèles de vie pour leur descendance. Les panégyriques familiaux, les portraits, les généalogies, tout comme les châteaux, les tombeaux et les fondations pieuses des ancêtres viennent témoigner de cette mode. L’exaltation de la piété, des hauts faits de membres du lignage dans la défense de la foi participe largement à l’élaboration de l’identité de la maison noble et se distingue notamment dans ces écrits et représentations généalogiques.

  • 3 Chabron, Histoire de la maison de Polignac.
  • 4 Archives départementales du Puy-de-Dôme [AD 63], 2E 0357 (5), Panégyrique de M. de Montboissier (2 (...)
  • 5 Smith, 1996.

3Parmi cette documentation, deux histoires familiales rédigées au xviie siècle laissent entrevoir la manière dont certaines familles de la haute noblesse auvergnate concevaient la place de l’ancêtre dans la formation de leur identité lignagère, au travers de la réécriture apologétique de leur histoire : L’Histoire de la maison de Polignac, rédigée vers 1625 par Gaspard Chabron3, et le Panégyrique de M. de Montboissier, formé de deux discours de 1683 se rapportant à Guillaume-Michel de Beaufort-Canillac4. Ces textes appartiennent au genre littéraire des généalogies familiales en vogue dans la noblesse au xviie siècle5. Cet état des lieux de l’identité lignagère se posait comme une redéfinition de l’appartenance au second ordre ; elle avait été rendue nécessaire par les bouleversements des guerres de Religion, mais aussi par la politique de restructuration de la noblesse auvergnate entreprise par Richelieu, poursuivie par les enquêtes de noblesse et achevée brutalement par l’épreuve des Grands Jours. La finalité de ces panégyriques familiaux était de refonder la légitimité du pouvoir local de la noblesse dans le contexte de la montée en puissance de l’État absolu, mais aussi de redéfinir leur identité nobiliaire dans le cadre des nouveaux critères imposés par Louis XIV. Dans ce travail de redéfinition, le récit des actions pieuses des ancêtres, l’insistance sur les manifestations passées de leur engagement au bénéfice de la Chrétienté, plus généralement sur leurs liens au divin, étaient largement mobilisés. L’étude de ces écrits privés donne l’occasion de s’interroger, avant leur disparition, sur les diverses définitions et les preuves de la noblesse qui ont prévalu dans le droit et la pratique avant l’unification provoquée par la réformation colbertienne.

  • 6 En 1614, Marie de Médicis conféra à Gaspard-Armand XVIII, vicomte de Polignac, le titre de marquis (...)

4L’analyse de ces histoires généalogiques permet d’apprécier la variabilité de cette adaptation de l’identité nobiliaire par les familles ; déclinant à l’infini les codes de la noblesse, elle dépendait notamment de la personnification des ancêtres lignagers. Alors même que les Polignac et les Montboissier-Beaufort-Canillac appartenaient au même univers culturel de la haute noblesse auvergnate, ils ajustèrent leurs légitimations différemment au sein d’une distinction en perpétuelle mutation. Possessionnées dans les espaces septentrionaux de l’Auvergne et du Velay, les deux maisons faisaient partie du cercle très réduit des familles provinciales issues de lignages carolingiens aquitains. Les vicomtes de Polignac et les marquis de Canillac disposaient de fiefs de dignité féodaux qui n’avaient pas été créés ex nihilo par l’autorité royale6. Les deux familles étaient aussi liées dès leurs origines par une politique d’alliances matrimoniales. Pourtant, elles construisirent des histoires familiales distinctes, ne légitimant pas leur domination territoriale de la même manière, tout en usant des mêmes ressorts pour prouver leur grandeur : l’ancêtre et les « lieux de mémoire » lignagers. L’imaginaire de la noblesse formait un système cohérent mais aussi capable, en maniant l’identité collective et ses variantes individuelles, de prendre des formes mouvantes. Il fallait confirmer, au mieux, les prétentions de chaque maison à exercer son pouvoir sur un espace donné.

  • 7 BNF, Cinq Cents de Colbert, 65, « Raisons pour lesquelles la Ville du Puy ne doit point avoir de G (...)

5Rédigée vers 1625, l’Histoire de la maison de Polignac, fut commandée par le vicomte Gaspard-Armand lorsqu’il dut faire face à une reprise en main du pouvoir régional par l’autorité royale. La politique de Richelieu remettait en cause une certaine autonomie administrative détenue par la noblesse provinciale depuis la fin du xve siècle. Elle ébranla l’organisation traditionnelle des pouvoirs provinciaux fondée, depuis le xiie, sur le partage, houleux mais finalement équilibré, entre le vicomte, l’évêque et le consulat du Puy. L’autorité royale tenta de briser la position hégémonique des Polignac en menant une campagne de dénigrement, dénonçant leur cruauté vis-à-vis des habitants du Velay et de l’évêque du Puy, pour justifier leur incapacité à détenir le gouvernement du Puy7.

6Attaqués sur leurs terres, les Polignac choisirent de redéfinir la portée de leur pouvoir sur le Velay, en affirmant l’antériorité de leur présence sur celle du roi. Ils mirent en avant des ancêtres mythiques comme témoignage mémoriel de leur suprématie. Il s’agissait de faire d’eux les fondateurs du Velay et de dissoudre l’histoire de la province dans celle de leur lignage (fig. 1). L’Histoire de la maison de Polignac démontrait la toute-puissance éternelle des vicomtes sans justifier des choix politiques récents : la fidélité des Polignac envers le roi, notamment pendant les guerres de religion, n’était pas mise en cause.

Fig. 1. — Ancêtres mythologiques et parenté mythique dans la maison de Polignac

Fig. 1. — Ancêtres mythologiques et parenté mythique dans la maison de Polignac

© A.-V. Solignat.

7Le mythe des origines divines des Polignac servait à démontrer que leur noblesse immémoriale les plaçait directement sous l’obéissance de Dieu, sans rendre de compte à personne, pas même au roi. Les vicomtes voulaient asseoir leur droit à régner en « rois des Montagnes d’Auvergne » et l’Histoire de la maison de Polignac s’apparentait à un manifeste politique destiné aux habitants de leurs possessions et à ceux du Puy. L’évocation de l’ancêtre, en particulier l’appel à un dieu, Apollon, intervenaient à l’appui de la prétention à l’exercice d’un pouvoir seigneurial de droit divin, qui ne devait pas grand-chose aux rois.

  • 8 AD 63, 2E 0357 (5).

8Le Panégyrique de Monsieur de Montboissier8 n’eut pas de postérité semblable. Il s’agit du seul exemplaire connu de la transcription du discours prononcé lors de l’investiture de Guillaume de Montboissier-Beaufort-Canillac, marquis de Pont-du-Château, en tant que sénéchal d’Auvergne, le 2 septembre 1683. Le but poursuivi était différent de celui de l’Histoire de Polignac. Il s’agissait, pour les Montboissier-Beaufort-Canillac, d’effacer une histoire familiale récente, peu encline à faire d’eux des serviteurs modèles de l’État, pour s’adapter à une définition de la noblesse désormais standardisée par le roi. La compromission de la lignée aînée des marquis de Canillac lors de la Ligue n’avait pas été gommée par un retour rapide dans le giron royal et la condamnation généralisée de l’ensemble des mâles de la maison lors des Grands Jours d’Auvergne porta un coup d’arrêt à leur domination féodale sur la Basse-Auvergne. La nomination du marquis de Pont-du-Château comme sénéchal d’Auvergne signifiait un modeste retour en grâce, chèrement acquis, mais aussi des espoirs de refondation lignagère. Il fallait trouver une voie nouvelle pour montrer leur aptitude à servir le roi en s’éloignant des choix politiques contestables des générations précédentes. Ce panégyrique résonne donc comme le chant du cygne d’une importante maison noble d’Auvergne incapable d’adapter les contours de son pouvoir féodal à la définition d’un État « nouvelle manière ».

9Voulant faire oublier leur histoire immédiate, les Montboissier-Beaufort-Canillac n’eurent pas besoin de s’inventer des origines mythologiques et divines. Ils utilisèrent la généalogie de leur patriclan, en mettant en avant quelques individualités bien choisies. Ils donnaient corps ce faisant à des « héros » familiaux qui servaient de preuve de leur orthodoxie politico-religieuse. Ces héros avaient pour point commun de s’être illustrés par leurs hauts faits au service de la Chrétienté, dès la création du lignage par Hugues-Maurice Le Décousu, fondateur des monastères de la Cluse et de Cunlhat en 996. La Bienheureuse Ringarde et son fils Pierre le Vénérable formaient le premier groupe des figures totémiques de la maison. La substitution du nom et des armes de Beaufort-Canillac en faveur de Jacques de Montboissier, en 1511, enrichit le patrimoine immatériel en intégrant les héros des Beaufort-Canillac : les papes Innocent VI et Grégoire XI (fig. 2). La capacité de cette famille à produire en grand nombre des saints mais aussi des ecclésiastiques renommés la conduisit à définir sa noblesse par l’Église.

Fig. 2. — Héros de la maison de Montboissier-Beaufort-Canillac

Fig. 2. — Héros de la maison de Montboissier-Beaufort-Canillac

© A.-V. Solignat.

10Malgré des ajustements, les Polignac et les Montboissier-Beaufort-Canillac se retrouvaient dans une justification — l’ancestralité de leur domination provinciale, notamment par référence à son institution divine —, et dans un rejet commun de la faveur royale comme horizon d’attente ou comme instrument d’action. Les deux maisons se définissaient avant tout par leur capacité à apparaître en défenseurs de la Chrétienté, bras armés de Dieu, y compris comme potentats locaux, dont la puissance se perdait dans l’immémorialité.

Fonder la maison : les ancêtres, entre mythologie et manifeste politique de la culture familiale

Gallo-romains et premiers chrétiens : les origines des vicomtes de Polignac

  • 9 Bizzochi, 1995, pp. 176-177.
  • 10 Le Gall, 2003, p. 16.
  • 11 Chabron, Histoire de la maison de Polignac, p. 9.

11Les vicomtes de Polignac placèrent la narration de leurs origines dans le registre de l’incroyable, alors même que leur extraction carolingienne les intégrait d’emblée à la sanior pars de la noblesse française. Ils mirent en place un syncrétisme maladroit, qui les rattachait à l’aristocratie sénatoriale romaine, comme les Jouvenel des Ursins, aux premiers Gaulois convertis au christianisme, comme les Montmorency, et à la divinité antique, comme les Visconti9. Fondées sur l’assemblage hétéroclite de plusieurs ancêtres fondateurs, depuis Apollon à Sidoine Apollinaire, les origines fantasmées de la maison de Polignac ressemblaient davantage à un cabinet de curiosités imaginaire qu’à une généalogie de tradition épique. La cohérence et la continuité depuis Apollon, qui avait enfanté la lignée des Apollinaire puis celle des vicomtes de Polignac, étaient assurées par la perpétuation du nom. La ressemblance de la dénomination générait le lien entre ancêtres fabuleux et vicomtes du xviie siècle. L’évocation des origines permettait à la noblesse de se placer dans l’atemporalité, preuve ultime de sa distinction sociale. Comme Jean-Marie Le Gall l’a constaté pour la maison de Montmorency : « L’origine légendaire quasi mythique opère donc une suspension du temps historique pour rendre le passé éternellement présent10 ». Cette atemporalité se transformait en revendication politique sous les traits de Sidoine Apollinaire, faisant des rois Capétiens des parvenus face au pouvoir antique des Polignac. Le rappel de l’autorité temporelle de Sidoine Apollinaire par Gaspard Chabron venait soutenir la défense d’un pouvoir héréditaire issu de Dieu et antérieur à celui des monarques de la lignée d’Hugues Capet11.

12Une accumulation de figures tutélaires fondait la supériorité des Polignac par leur ancienneté, tout en légitimant leur domination politique sur le Velay, face à un État désormais plus présent. Les Polignac utilisèrent le couple des ancêtres totémiques Sidoine Apollinaire-Apollon pour inscrire leur identité à la fois dans le cercle des premiers vicomtes de la Chrétienté, de sang gaulois et non franc, mais aussi dans celui de l’aristocratie gallo-romaine et dans la mythologie grecque. Le saint, traditionnellement utilisé dans la haute noblesse comme ancêtre fondateur, était remplacé par un dieu.

13L’appel à Apollon n’était en effet pas anodin : il ne s’agissait pas de n’importe quel dieu mais du « Dieu des Gentils ». Les Polignac récupéraient à leur compte les qualités delphiques, par le biais du temple d’Apollon découvert dans la forteresse de Polignac, et elles étaient vouées à se transmettre intactes, génération après génération, par le sang vicomtal. Ces qualités étaient garantes de leur aptitude à instaurer un bon gouvernement dans leurs possessions. Par la voix des Polignac, Apollon, dieu de la prédiction, exprimait sa clairvoyance, mais aussi ses dons d’équité et d’harmonie, préservant le Velay de la corruption qui affectait tous les gouvernements mortels. Chabron affirmait :

  • 12 Ibid., p. 12.

Ainsi Apollon aiant choisi votre maison comme l’une des plus nobles de la Gaule pour son principal domicile pour y rendre ses oracles, il laissoit en meme temps rendre participante de sa plus grande splendeur et lumière, comblée de tant de grandeur, d’honneur et félicité qu’elle auroit été rendue comme immortelle et par privilège spécial comme exemptée et préservée de cette loi générale de la nature : de l’inconstance, du changement, de la corruption et anéantissement12.

14L’utilisation du dieu grec permettait de filer plus largement la métaphore d’un pouvoir d’essence divine et servait aussi à affirmer l’autochtonie de la famille. En effet, le dieu vénéré comme ancêtre fondateur du clan n’était pas celui de Delphes et de Délos, mais un « Apollon Gaulois portant gravé sur son front majestueux les marques de votre [vicomte Gaspard-Armand] noblesse ancienne […] et comme s’avouant l’autheur de votre race, lui a laissé son nom pour marque de son être divin ». Apollon était ici identifié au principal dieu des Arvernes.

15Le récit des origines de la maison de Polignac faisait intervenir un second cercle d’ancêtres originels qui avaient bel et bien existé. Le trio formé par Sidoine Apollinaire, considéré comme le premier ancêtre réel, son aïeul Sidoine, « premier chrétien de la maison de Polignac », et par son beau-père, l’empereur Avitus, permettait aux vicomtes de se présenter comme héritiers des Arvernes, assimilés aux Auvergnats, mais aussi comme parfaits catholiques et descendants de l’aristocratie gallo-romaine. Préfet du prétoire des Gaules, l’ancêtre Sidoine leur donnait les moyens de clamer haut et fort le bien-fondé de leur domination sur le Velay. Sidoine et Avitus avaient défendu le Velay des invasions barbares des Wisigoths, faisant de leurs descendants Polignac les défenseurs de la province. En Velay, la vicomté de Polignac portait même le sobriquet de « terre sainte » parce qu’elle avait été protégée par les vicomtes des ravages des gens de guerre depuis les Apollinaire. L’évocation d’Avitus, empereur en 455, permettait également au lignage de se rattacher à l’aristocratie sénatoriale romaine. Le souvenir de cette charge devait justifier la double revendication des Polignac à être les véritables possesseurs de la puissance vellave et à prétendre au titre de « rois des Montagnes d’Auvergne ».

Saints et saintes dans la maison de Montboissier-Beaufort-Canillac

16Alors que les Polignac firent d’un dieu leur ancêtre fondateur pour démontrer leur droit à détenir un pouvoir souverain sur le Velay, les Montboissier-Beaufort-Canillac, qui aspiraient à exercer leur autorité seigneuriale dans le cadre de l’obéissance à l’absolutisme louis-quatorzien, soulignèrent leur attachement à l’Église.

  • 13 Voir, sur le cas des Rohan en particulier, Nassiet, pp. 80-82.

17L’utilisation de la figure du saint parmi les ancêtres fondateurs était un archétype répandu dans la noblesse de la première modernité13. Les Montboissier-Beaufort-Canillac cherchèrent dans les tréfonds de leur histoire familiale de quoi légitimer leur fidélité à la foi et réactiver leur orthodoxie religieuse pendant les guerres de Religion. En ayant recours aux hommes d’Église familiaux, ils voulaient prouver que l’authenticité de leur puissance féodale sur le Livradois reposait sur la concentration, entre leurs mains, de toutes les formes de patronages provinciaux, laïques et ecclésiastiques. Il s’agissait moins d’asseoir l’identité lignagère sur la mémoire d’un ancêtre fondateur que d’accumuler les grandes figures historiques. L’auteur du Panégyrique développait d’ailleurs aussi la notion de héros familiaux et non celle de fondateurs. Ces héros, qui avaient jalonné le passé des maisons de Montboissier et de Beaufort-Canillac, pouvaient témoigner de leur grandeur. L’histoire des origines des deux maisons témoignait donc de choix différents de ceux des vicomtes de Polignac.

18Les Montboissier-Beaufort-Canillac, dont le lignage était également d’extraction carolingienne, firent le choix d’historiciser les premières générations de leur filiation, en insistant sur des individualités qui avaient marqué la mémoire familiale et provinciale. Cette « gloire des ancêtres » insistait sur les figures religieuses et elle se fondait d’ailleurs plus sur un acte créateur que sur un ancêtre fondateur : la double fondation, sous l’obédience de Cluny, vers 996, des monastères de Saint-Michel de La Cluse et du prieuré de Cunlhat dans la seigneurie de Montboissier. Hugues-Maurice de Montboissier, dit « le Décousu » les voua au retour d’un pèlerinage expiatoire à Rome, prédestinant ainsi sa postérité à servir Cluny à chaque génération. La notion de héros familial permet d’entrer dans le processus d’élaboration de l’imaginaire de la famille. Parent tiré d’un passé lointain ou d’un passé immédiat, plus que simple création, le panthéon des ancêtres héroïques variait selon les circonstances parce qu’il participait de la justification des engagements des représentants contemporains de la maison. La grandeur du premier Montboissier, Hugues-Maurice, servait surtout à glorifier celle de son petit-fils, Pierre le Vénérable, présenté comme un père de l’Église et comme le père de la maison de Montboissier. La valeur de l’abbé de Cluny offrait l’occasion de vanter la valeur parfaite du sang des Montboissier en établissant leur hérédité par la preuve : Pierre le Vénérable tenait sa sainteté de sa mère, la Bienheureuse Ringarde de Semur, qui avait depuis transmis sa vertu à l’ensemble de sa postérité.

  • 14 AD 63, 2E 0354 (23).

19L’auteur du Panégyrique n’omettait pas les héros de la maison de Beaufort-Canillac, la plaçant sur un pied d’égalité avec celle de Montboissier. La pièce maîtresse de son patrimoine ancestral résidait dans la célébration de la mémoire des deux papes Beaufort-Canillac : Clément VI et Grégoire XI. Elle permettait à la maison de s’intégrer à la plus haute aristocratie européenne car il n’existait pas d’autres familles françaises ayant donné deux papes à la Chrétienté. La présentation des papes familiaux se transformait en discours de glorification qui faisait de ces nobles les restaurateurs de la puissance papale. Elle constituait un instrument efficace de la construction élitiste de leur sociogenèse. L’évocation de ces ancêtres papes avait aussi une réelle utilité contemporaine puisqu’elle servait à conforter des privilèges acquis au temps de l’apogée de la maison au xive siècle. En 1638, Jacques-Timoléon, marquis de Canillac, obtenait la reconduction de l’exemption d’impôts et de tailles royales qui concernait tous les biens de la maison de Roger de Beaufort, privilège qui avait été acquis par Grégoire XI14. L’ancêtre attestait de la pertinence des droits de patronages actuels. Cette revendication mémorielle et sa réactivation politico-religieuse permettaient à la maison, dont l’horizon était désormais confiné à la Basse-Auvergne, de franchir symboliquement les barrières associées à au repli géographique et social qu’elle avait connu en se rattachant à « la noblesse noire », une élite aristocratique européenne, mais essentiellement romaine, qui forgeait son identité dans sa capacité à fournir des princes de l’Église et des papes. Après l’acmé de la papauté d’Avignon qui avait installé les Roger de Beaufort au sommet de l’aristocratie, une première décélération sociale les avait en effet amenés à battre en retraite sur leurs terres au début du xve siècle. La substitution de 1511 sanctionnait, par l’union des maisons de Beaufort-Canillac et de Montboissier, ce recul sur la Basse-Auvergne et l’abandon de leurs prétentions sur la Provence.

20L’insistance sur la multiplicité des figures héroïques, plus que sur les origines familiales, tend à conforter l’idée du déclin qui affectait les Montboissier-Beaufort-Canillac à la fin du xviie. Le souvenir des héros familiaux rappelait les riches heures de la maison, quand celle-ci avait été capable de fournir à la Chrétienté un père de l’Église, une sainte et deux papes. La constitution de ce savoir généalogique était une forme de reconnaissance de la détention d’un patrimoine symbolique et d’un « capital statutaire d’origine » : le vicomte de Pont-du-Château, descendant de grands ancêtres, était grand à travers eux et non par lui-même.

De l’usage de l’ancêtre croisé et arverne au temps de la Ligue

  • 15 Liste extraite de l’obituaire dit de « La Canone » faisant état des donateurs embarqués dans la Pr (...)

21Un événement permettait aux Auvergnats de conjuguer tous ces traits, l’appel à la croisade d’Urbain II à Clermont en 1095. La participation à la première Croisade fut évoquée par de nombreuses familles chevaleresques auvergnates. Le souvenir du concile de Clermont permettait aux lignages, qui pouvaient démontrer une filiation avec l’un des croisés auvergnats, de matérialiser leur rôle historique dans la construction identitaire de leur province, comme dans celle de la Chrétienté. Les Polignac et les Montboissier-Beaufort-Canillac se définirent ainsi comme des lignées de croisés. Le rappel des fondations pieuses offertes avant le voyage pour la Terre Sainte, comme celle que fit Pierre de Montboissier en 1095 au chapitre cathédral de Clermont, servait aux contemporains de la maison à consolider leur domination seigneuriale présente, en rappelant l’ancienneté mémorielle de la géographie pieuse des ancêtres15. La défense de la Terre Sainte par l’ancêtre Pierre de Montboissier permettait de suggérer que les Montboissier ne prenaient les armes que pour défendre des causes justes et en accord avec leur foi. Son exemple établissait en soi la capacité de ses lointains descendants à être vertueux.

  • 16 AD 63, 2E 0353 (38), testament de Jean de Montboissier-Beaufort-Canillac, 1584.
  • 17 Sur le duc de Nevers, voir Boltanski, 2006.

22La réactivation de la mémoire familiale des ancêtres croisés et des hommes d’Église du lignage Montboissier-Beaufort-Canillac intervint essentiellement dans le dernier quart du xvie siècle, au cours de la Ligue, dans un temps de durcissement du conflit civil où il fallait établir un positionnement confessionnel irréprochable, en rappelant la fidélité de tous les parents au catholicisme (fig. 3). Des ancêtres croisés furent mobilisés pendant la Ligue comme acteurs de la constitution d’une identité politique et religieuse de la maison. C’est ce que montre le testament de Jean de Montboissier, marquis de Canillac, daté de 1584, rédigé à la veille d’un voyage que le marquis devait effectuer en Égypte et en Judée, voulant se rendre à Jérusalem16. Le renouveau de l’idée de croisade au sein de la noblesse française de la fin du xvie et début du xviie est bien connu, en particulier pour le duc de Nevers et le comte de Laval17. La valorisation des ancêtres à la croisade permettait de donner sens à son propre engagement et s’inscrivait dans l’idéologie nobiliaire de la première modernité. Avoir des ancêtres croisés était un bon moyen d’établir un rapport de prédestination entre les valeurs de son lignage et un engagement politique contemporain ainsi justifié. Cela donnait à voir également une conception particulière de la noblesse qui plaçait les vertus nobiliaires sous le commandement de la sola fide. L’intervention de Pierre-Maurice de Montboissier en Terre Sainte semblait ainsi prédestiner son fils Pierre le Vénérable à la sainteté. L’événement de la Première Croisade avec la mémoire de l’action croisée d’un membre du lignage avait acquis sa durée propre. Cette durée s’identifiait à un temps familial prolongé au-delà des barrières des générations par la connaissance transmise et apprise de sa geste et l’exemple de Pierre-Maurice établissait en soi la capacité du marquis de Canillac à défendre un souverain catholique pour le royaume.

Fig. 3. — Papes et cardinaux de la maison de Beaufort-Canillac

Fig. 3. — Papes et cardinaux de la maison de Beaufort-Canillac

© A.-V. Solignat.

23La catholicité des Montboissier s’exprimait, dès la fondation de la maison, par un attachement zélé à l’ordre de Cluny et à la papauté. À la suite d’Hugues le Décousu, les saints familiaux, la Bienheureuse Ringarde de Semur et son fils Pierre le Vénérable, s’illustrèrent dans le monachisme clunisien. Devenue religieuse au monastère de Marcigny après son veuvage, la Bienheureuse Ringarde avait enfanté une descendance qui fut entièrement dévouée à l’Église. Seul l’aîné resta laïc et fut chargé de la perpétuation biologique de la maison de Montboissier. Pierre le Vénérable fut offert comme oblat au prieuré familial de Sauxillanges ; il devint abbé de Cluny en 1122. Aux côtés de l’abbé de Cluny, ses frères eurent aussi des carrières prestigieuses. Héracle devint archevêque de Lyon en 1153, tandis que Jourdain et Armand prirent la tête des abbayes auvergnates de la Chaise-Dieu et de Manglieu. Pons géra la mémoire familiale en devenant moine à Saint-Michel de La Cluse avant de devenir abbé de Vézelay en 1138.

  • 18 On dénombre dix-sept éditions des œuvres de Pierre le Vénérable au xvie siècle. Voir notamment Pie (...)

24Pendant les guerres de Religion, le souvenir de Pierre le Vénérable était toujours employé pour manifester publiquement que les Montboissier étaient une « race » catholique, ce, en particulier, par la publication des écrits de l’abbé de Cluny18. Ce passé illustre se vit réactivé pendant la Ligue lorsque le marquis de Canillac s’engagea dans ses rangs avec une politique de publication des écrits de son ancêtre comme preuve de sa parfaite appartenance catholique. Les écrits de Pierre le Vénérable firent ainsi l’objet d’une politisation forcée dans les années 1580 : sa vie fut présentée comme un modèle de la lutte que tout bon catholique devait mener contre les hérésies. En choisissant la Ligue, le marquis de Canillac ne faisait qu’assurer le devoir familial de défense de la Chrétienté. En 1584, Georges de La Noue édita ainsi à Paris la traduction d’une partie des œuvres de Pierre le Vénérable par Jean Bruneau, avocat au bailliage de Gien, un calviniste qui venait de se convertir et, pour se repentir, d’intégrer les rangs ligueurs. L’édition comportait trois épîtres dédicatoires — l’un pour Charles de Lorraine, duc de Mayenne, l’un pour la reine Louise et le dernier pour le marquis de Canillac, alors chef de l’artillerie de Mayenne — démontrant l’ancrage ultra-catholique de ces membres illustres de la noblesse par le lien à la figure du saint.

Faire oublier l’histoire récente des siens

L’art de réécrire les pages récentes de l’histoire lignagère

  • 19 L’aîné de la maison, Jacques-Timoléon, marquis de Canillac, fut condamné trois fois à mort le 26 j (...)

25Le Panégyrique de Monsieur de Montboissier peut aussi être compris comme le témoignage d’une noblesse en crise, en quête d’une nouvelle reconnaissance à l’heure de la monarchie louis-quatorzienne. En 1683, la maison de Montboissier-Beaufort-Canillac vit les derniers feux d’une gloire passée. Les « premiers barons d’Auvergne » avaient subi au xvie siècle une série d’épreuves. L’épisode de la Ligue, joint aux nombreux procès intralignagers intentés à cause de la dévolution de la baronnie de Montboissier, sonna le glas de la domination des Montboissier-Beaufort-Canillac sur le Livradois. La vicomté de Pont-du-Château et la baronnie de Montboissier subirent de plein fouet les dévastations provoquées par le passage des troupes pendant les guerres de Religion. La branche aînée des marquis de Canillac prit la tête de la Ligue en Basse-Auvergne, tandis que les branches cadettes des vicomtes de La Motte et des vicomtes de Pont-du-Château soutinrent Henri de Navarre dès 1584. Si Canillac rejoignit la cause royale immédiatement après la conversion d’Henri IV, ce fut bien l’ensemble du clan qui fut rudement condamné lors des Grands Jours d’Auvergne. La plus lourde charge portait sur le marquis de Canillac, Jacques-Timoléon, surnommé « l’homme aux douze apôtres », mais aucune des branches de la maison ne fut épargnée par le courroux royal. Louis XIV frappait une grande maison qui s’était permis un certain affranchissement de l’autorité royale grâce à sa solide emprise seigneuriale. Il fallait rabaisser « l’insolence des Grands », comme l’indiquait l’une des médailles commémoratives, frappées au mois de juillet 1665, pour assurer la publicité des Grands Jours. Le roi prit donc le soin de faire condamner le chef de chacune des lignées qui constituait le clan19.

26En mai 1683, Guillaume-Michel, marquis de Pont-du-Château, parvint néanmoins à succéder à son père comme sénéchal de Clermont, après une dizaine d’années d’incertitude. Sans renier l’antique prétention à l’autonomie des barons de Montboissier et des marquis de Canillac, le Panégyrique devait conforter le pouvoir de la maison sur la Basse-Auvergne et l’inscrire dans une fidélité royale qui se voulait ancienne et irréprochable. Pour cela, il fallait faire plonger dans un oubli unanime la parenté récente, qui s’était illustrée par ses incartades politiques pendant la Ligue, la Fronde et les Grands Jours. L’auteur se lançait dans une réécriture presque totale de l’histoire des dernières générations de la maison de Montboissier, opérant une sélection rigoureuse pour en faire des exemples de fidélité et service au roi.

  • 20 AD 63, 2E 0357 (5), fo 8.

27Il commençait par évoquer « les trois lieutenants généraux de la Basse-Auvergne qui sont de cette maison », en se livrant à une présentation politiquement correcte, qui leur permettait de se fondre dans l’État de Louis XIV, quoiqu’elle fût totalement erronée. Il affirmait ainsi que le premier d’entre eux « mourut dans le champ d’honneur en combattant pour son prince20 ». Or, Jean V, marquis de Canillac, gouverneur et lieutenant général d’Auvergne en 1576, fut l’un des chefs de la Ligue en Basse-Auvergne. Tué le 29 avril 1589 devant le château de Saint-Ouen en Touraine, il était alors grand-maître de l’artillerie pour la Ligue. Il ne mourut pas pour son prince mais contre lui, au service du duc de Mayenne. Le retournement complet de la mémoire des actions politiques des Canillac concernait aussi le nouveau marquis qui succéda à son père comme lieutenant général d’Auvergne pour la Ligue, ligueur jusqu’à son ralliement à Henri IV mais présenté comme un fidèle du roi. En quelques lignes, l’auteur du Panégyrique avait métamorphosé des ligueurs notoires en de parfaits serviteurs de la cause royale en Auvergne.

28L’auteur s’étendait davantage sur le comportement exemplaire de Jean-Claude de Montboissier, lieutenant général de Basse-Auvergne et vicomte de La Motte. Cousin du précédent, son souvenir permettait d’évoquer le modèle achevé du gentilhomme, serviteur du roi en toutes circonstances. Royaliste, il avait réussi à faire revenir la ville ligueuse de Riom dans la fidélité royale en 1594. Henri IV l’avait en retour gratifié de la lieutenance générale de la Basse-Auvergne, après la mort du cousin Canillac, en 1610. L’auteur du Panégyrique passait ensuite en revue les parents immédiats du nouveau sénéchal, qu’il donnait à voir comme les archétypes de l’aristocrate discipliné, du bon soldat policé par l’éducation reçue dans les académies militaires royales. Le modèle du défenseur de la Chrétienté, qui prenait les armes en dehors de tout contrôle royal pour défendre sa terre et la Terre Sainte, avait disparu devant le stéréotype consensuel du soldat né de la Révolution Militaire. Le Panégyrique se lançait alors dans une longue narration de l’épopée militaire de Gilbert de Beaufort-Canillac serviteur de Louis XIII. Le frère cadet du nouveau sénéchal, Jean, comte de Canillac, mousquetaire du roi, qui était en train de combattre les Turcs à Vienne, n’était pas en reste car il était parvenu à conjuguer le service du roi avec la défense de la Chrétienté.

29L’enracinement dans cette mémoire familiale récente et vivante avait pour but de démontrer la capacité du nouveau sénéchal à bien gouverner la sénéchaussée au nom du roi car il était le dépositaire de « cet esprit sublime et cette parfaite connoissance des interets des princes et du royaume qui les rendent si utile au roy et a l’État ». Le rappel des ancêtres et grands hommes d’Église familiaux devaient rendre « ce nom capable d’imprimer du respect dans tous les cœurs qui aiment la véritable gloire ». Le discours s’achevait sur l’amour que la maison de Montboissier-Beaufort-Canillac portait à la justice, ce qui est plutôt amusant pour un lignage lourdement condamné pendant les Grands Jours d’Auvergne.

Revendiquer le titre de « rois des Montagnes d’Auvergne » : le cas des Polignac

30Issu d’une lignée fidèle au roi depuis la guerre de Cent Ans, le vicomte de Polignac utilisa ses ancêtres comme un manifeste de la capacité de son lignage à exercer une souveraineté sur le Velay et comme une contestation de la toute-puissance royale sur la province qui ne s’exprima jamais que par les lettres. L’Histoire de la maison de Polignac se situait dans cet esprit et venait appuyer les prétentions à l’exercice d’une certaine forme d’autonomie politique locale.

31L’Histoire de la maison donnait à voir un pouvoir nobiliaire d’autant plus solide qu’il ne dépendait pas d’une autorité centralisatrice puissante mais éloignée. Retirée des turpitudes de la faveur, la maison de Polignac entendait tirer sa force de son assise seigneuriale. Ces gentilshommes auvergnats prétendaient ainsi à une domination moins brillante, mais peut-être aussi moins fragile que celle d’autres nobles provinciaux dont le sort était davantage lié à l’autorité royale, comme ceux appartenant à la noblesse seconde. Ne se dépeignant pas en relais provinciaux du pouvoir monarchique, les Polignac s’exposaient dans la panoplie d’un seigneur féodal exerçant, à l’échelle de leurs fiefs, une souveraineté qu’ils montraient pleine et entière. Le plaidoyer des vicomtes était justifié par le refus de s’agréger au monde des courtisans, sphère de l’obtention des gratifications royales, mais où ils perdraient toute indépendance et tout fondement local :

  • 21 Chabron, Histoire de la maison de Polignac, p. 55.

Que ces états ne se donnant encore volontiers qu’à ceux qui ne bougent de la Cour, qui sont en perpétuel éveil à la suite de nos rois, les vicomtes de Polignac de si longtems ont trouvé chez eux dans leurs seigneurialles et majestueuses maisons et dans leurs pais (assez éloigné d’ailleurs du séjour ordinaire de nos rois) tant d’honneur, ont été tellement révérés, chéris et courtisés de leurs sujets, vassaux, voisins, parans et alliés, que […] tous ces leurs honneurs domestiques et patrimoniaux […] ne leur dussent servir que d’échelon pour monter aux plus hautes dignités de ce royaume, toutefois elles n’ont été recherchées par eux, pour avoir mieux aimé se voir visiter et courtiser chez eux comme rois des montagnes21.

32Gaspard Chabron démêlait les fils qui tissaient un pouvoir local d’ordre seigneurial. Pour les vicomtes, le mérite aristocratique n’avait pas besoin d’être incarné par la proximité physique avec le roi. La faiblesse relative des cadres monarchiques en Auvergne, jointe à une forte emprise seigneuriale, leur permettait de se présenter comme des topolignées dont la sociogenèse s’expliquait avant tout par l’autochtonie.

  • 22 Selon l’expression de Jean-Marie Apostolides. Apostolidès, 1981.

33L’enracinement ancien des vicomtes de Polignac faisait de leur suprématie une composante naturelle, inscrite dans l’ordre des choses. Le vicomte de Polignac était un puissant, entouré d’une importante familia dont l’importance numérique et qualitative était visible dans la création d’une véritable cour féodale, reproduisant à la modeste échelle de la vicomté les mécanismes de légitimation politique de la cour royale. Il disposait d’un instrument efficace de stabilisation et de reproduction du pouvoir seigneurial. La cour de Polignac servait de cadre à la représentation du « vicomte-machine22 ». En 1533, lorsque François Ier fut accueilli dans la forteresse de Polignac, il se félicita d’être reçu par les « rois des Montagnes ». Le spectacle donné en son honneur ne laissait guère de place au doute. La reconstitution du temple de l’Apollon gaulois et la lecture des écrits de Sidoine Apollinaire, qui proclamaient que les vicomtes étaient rois chez eux, résumaient l’inutilité pour eux de forger leur légitimité dans la faveur du roi. En Velay et en Auvergne, pays où la terre portait l’essence noble ou roturière, la noblesse la plus exemplaire et la plus naturelle s’identifiait au fief.

  • 23 Chabron, Histoire de la maison de Polignac, p. 25.

34L’ancêtre, qu’il s’agisse d’Apollon, des papes ou des grands-pères, inscrivait la domination dans un ordre voulu par Dieu. On était baron de Montboissier ou vicomte de Polignac quasiment de droit divin. Le vicomte de Polignac, « entre les marques et droits de souveraineté », avait, exposait Chabron, « l’un des principaux de ne relever ni reconnoitre tenir sa terre et seigneurie d’aucune principauté ni seigneurie de la terre mais de Dieu seul »23. La ressemblance entre seigneurie et royauté de droit divin se lisait dans les modes de dévolutions adoptés par ces grands feudataires auvergnats : la primogéniture mâle en ligne d’hérédité continue, dont les discontinuités biologiques étaient dissimulées par le recours aux fidéicommis et aux substitutions du nom et des armes. La réunion des lieux de mémoire avec le souvenir des ancêtres totémiques prouvait l’autochtonie des vicomtes et des barons, tout en popularisant la tradition qui faisait des Auvergnats les descendants des Romains et des Gaulois, et non des Troyens et des Francs. La terre d’Auvergne avait engendré sa noblesse et c’est d’elle qu’elle tirait la légitimité à la gouverner, sous la bienveillance de Dieu.

Mettre en scène les ancêtres : château et mémoire familiale

  • 24 Syméoni, Sententiose imprese et dialoguo pio del Syméoni
  • 25 Thévet, Cosmographie universelle, t. II, p. 544.
  • 26 Chabron, Histoire de la maison de Polignac, p. 15.

35Le témoignage irréfutable de l’existence de l’Apollon gaulois des Polignac et de la filiation arverne des Montboissier-Beaufort-Canillac prenait forme dans la présence d’édifices pieusement entretenus par les deux maisons. L’exaltation de ces « lieux de mémoire » lignagers fut particulièrement forte chez les Polignac parce qu’il y eut naissance simultanée, et adéquation complète, de cette maison noble et de la forteresse éponyme. Dominant encore aujourd’hui la ville du Puy, le château apparaissait comme le véritable générateur de l’identité et de la dynastie vicomtale. Une légende réactivée dans la seconde moitié du xve par un chanoine du chapitre cathédral du Puy, Pierre Odin, affirme que la forteresse aurait été construite par les parents de l’ancêtre légendaire des Polignac, Sidoine Apollinaire. Avant de se convertir au christianisme, les Apollinaire auraient fait aménager dans leur domaine un oracle dédié à Apollon. Ce scénario fut vulgarisé au cours du xvie, prenant alors tellement de force que la légende assurait que le temple d’Apollon était encore debout et que l’on y avait même retrouvé un masque du dieu24. Dès lors, il fut couramment admis que la forteresse ponote abritait bien ce fameux temple dont on pouvait encore admirer les ruines25. Gaspard Chabron acheva la formalisation de la légende de l’Apollon de Polignac, en maintenant que le temple était encore visible au début du xviie siècle26. Le château générait le nom et le lignage des Polignac dont l’ascendance divine était restée vivante jusqu’alors entre ses murs.

36La construction de la légende avait pris forme à un moment qui posait problème pour la continuité revendiquée par les Polignac, lorsqu’ils abandonnèrent la vieille forteresse, devenue invivable, pour aller vivre à proximité dans le château neuf de La Voûte-Polignac, dans les dernières décennies du xve siècle. N’abritant plus la parenté contemporaine de la maison de Polignac, la forteresse fut consacrée à la mise en scène de ses figures ancestrales. Elle resta le socle incontestable de leur patrimoine matériel et symbolique.

  • 27 Sur cette question, voir Klapisch-Zuber, 2000, p. 296.

37L’identité du clan Montboissier-Beaufort-Canillac reposait notamment sur la reconnaissance d’une filiation avec les papes avignonnais, Clément VI et Grégoire XI, auxquels fut associé Pierre le Vénérable, on le sait. Les inventaires de plusieurs châteaux appartenant aux Montboissier-Beaufort-Canillac révèlent une homologie dans leur décor, en livrant une mise en scène identique de ce triptyque ancestral. Un inventaire du 22 juin 1576 du château de Pont-du-Château, détruit pendant la Ligue, nous apprend qu’une salle particulière était dédiée à la généalogie des Montboissier-Beaufort-Canillac. L’arbre généalogique central était entouré des portraits de Clément VI et de Grégoire XI, un cas unique en Auvergne. Les représentations généalogiques monumentales, à l’échelle d’une salle demeuraient en effet rares dans le royaume au xvie27. La création d’un arbre généalogique tendait à faire artificiellement correspondre la parenté à sa seule conception patrilinéaire, faisant coïncider logique lignagère et logique successorale, fondée sur une politique de conservation du pouvoir seigneurial et de la puissance publique. Son inscription dans les murs du château faisait de celui-ci le cadre de la reproduction sociale et politique de la famille.

  • 28 AD 63, 2E 0353 (36), testament de Marc de Montboissier-Beaufort-Canillac, 4 avril 1576.

38La mémoire de la maison noble se situait dans une redéfinition incessante pour s’adapter au mieux à la justification présente de son pouvoir et de sa grandeur. Elle révélait ainsi des oublis forcés, lorsque le souvenir devenait dérangeant. Au xvie, les Montboissier-Beaufort-Canillac faisaient des dépouilles de leur puissance avignonnaise des lieux de mémoire, en entretenant scrupuleusement une politique de legs en faveur de l’abbaye de La Chaise-Dieu et l’église Notre-Dame-de-Domps28 mais elle fut abandonnée à la fin des guerres de Religion, ces espaces rappelant désormais trop frontalement l’engagement ligueur des Canillac. Ils firent aussi tomber dans un oubli relatif leur attachement originel au prestigieux monastère Saint-Michel de La Cluse sans doute parce qu’il était situé dans la vallée de la Suse, trop éloignée de leur ancrage territorial actuel, et ne répondait pas à l’impératif de l’autochtonie, source de la légitimité de leur pouvoir seigneurial. Cependant, la fondation de l’abbaye, premier acte connu de l’histoire des Montboissier, était toujours considérée, fin xviie, comme l’acte pionnier du lignage. L’événement était devenu un lieu de mémoire à la place du monastère. Aucun testament familial ne mentionne l’abbaye de La Cluse entre les xive et xviie siècles. La mémoire de la fondation monastique se transporta sur trois prieurés secondaires : Sauviat, Arlanc et Saint-Martin de Cunlhat, fondés en 969 par trois moines du monastère de La Cluse que le Décousu avait emmenés avec lui, ainsi érigés au rang de gardien du lien des Montboissier à la règle bénédictine. Tous trois se situaient dans le cœur spatial de la puissance foncière et seigneuriale des barons de Montboissier.

39L’attachement aux figures variées des ancêtres permettait aux vicomtes de Polignac et aux barons de Montboissier de déployer diverses facettes de la justification de leur identité noble, laquelle évoluait en fonction des circonstances politiques et culturelles. En dépit de ces variables d’ajustement, un point semble être communément partagé par les deux maisons, l’importance accordée à l’hérédité et à la transmission des vertus familiales par le sang. Les deux familles mettaient en exergue une conception de la noblesse héritée qui n’était pourtant pas en rupture avec son assise dans la vertu nobiliaire. Pour elles, il n’existait pas de séparation entre la vertu et le sang : le sang contenait les vertus familiales mais il fallait que son dépositaire se rende capable de les bonifier par ses actions personnelles. La renommée familiale était issue d’une lente appropriation mémorielle, formée au gré des nécessités de la construction sociale et politique du pouvoir seigneurial du lignage, conçu en topolignée. Cette mémoire lignagère, qui devait mettre en avant l’appartenance à la plus illustre des noblesses, venait aussi justifier les choix politiques et conforter la domination multiforme sur un espace donné. Elle inscrivait la légitimation du pouvoir familial, seigneurial et territorial, dans une référence à Dieu, qui avait institué ces autorités supérieures, ce que les ancêtres prestigieux, figure divine comme Apollon, saints et saintes, fondateurs illustres, venaient habilement rappeler en manifestant le lien essentiel de ces maisons nobles laïques à l’Église.

Notes

1 Voir, entre autres, Claverie et Lamaison, 1982 ; Delille, 2003 ; Duhamelle, 1998 ; Nassiet, 2000 ; Sabean, 1998.

2 Klapisch-Zuber, 2000 ; Butaud et Piétri, 2006.

3 Chabron, Histoire de la maison de Polignac.

4 Archives départementales du Puy-de-Dôme [AD 63], 2E 0357 (5), Panégyrique de M. de Montboissier (2 septembre 1683). Et voir ci-dessous.

5 Smith, 1996.

6 En 1614, Marie de Médicis conféra à Gaspard-Armand XVIII, vicomte de Polignac, le titre de marquis en remerciement de sa loyauté pendant les guerres de Religion. Le vicomte refusa, considérant qu’une vicomté féodale ne devait pas céder le pas face à un marquisat récent : Chabron, Histoire de la maison de Polignac, p. 43.

7 BNF, Cinq Cents de Colbert, 65, « Raisons pour lesquelles la Ville du Puy ne doit point avoir de Gouverneur, Et sur tout de la Maison de Polignac » (vers 1622-1625), fos 379-380.

8 AD 63, 2E 0357 (5).

9 Bizzochi, 1995, pp. 176-177.

10 Le Gall, 2003, p. 16.

11 Chabron, Histoire de la maison de Polignac, p. 9.

12 Ibid., p. 12.

13 Voir, sur le cas des Rohan en particulier, Nassiet, pp. 80-82.

14 AD 63, 2E 0354 (23).

15 Liste extraite de l’obituaire dit de « La Canone » faisant état des donateurs embarqués dans la Première Croisade, dont le chapitre cathédral de Clermont devait célébrer la mémoire : Le concile de Clermont et la première croisade, 1895, pp. 29-30.

16 AD 63, 2E 0353 (38), testament de Jean de Montboissier-Beaufort-Canillac, 1584.

17 Sur le duc de Nevers, voir Boltanski, 2006.

18 On dénombre dix-sept éditions des œuvres de Pierre le Vénérable au xvie siècle. Voir notamment Pierre le Vénérable, D. Petri Venerabilis integerrimae…, 1522, et Pierre le Vénérable, Illustrium Miraculorum libri…, 1611. Plus largement, sur le concept de race dans la noblesse française à partir de la Renaissance, Jouanna, 1976.

19 L’aîné de la maison, Jacques-Timoléon, marquis de Canillac, fut condamné trois fois à mort le 26 janvier 1666, l’ensemble de ses biens était confisqué, tandis que ses trois châteaux devaient être rasés. Ses fils Jacques et Charles étaient condamnés avec leur père. Leur cousin François, seigneur des Martres-de-Veyre, bénéficia d’un non-lieu mais il fut privé de ses justices seigneuriales. Les condamnations restèrent lettre morte. Guillaume, marquis de Pont-du-Château, père du sénéchal de Clermont, fut condamné à une amende de 800 livres.

20 AD 63, 2E 0357 (5), fo 8.

21 Chabron, Histoire de la maison de Polignac, p. 55.

22 Selon l’expression de Jean-Marie Apostolides. Apostolidès, 1981.

23 Chabron, Histoire de la maison de Polignac, p. 25.

24 Syméoni, Sententiose imprese et dialoguo pio del Syméoni

25 Thévet, Cosmographie universelle, t. II, p. 544.

26 Chabron, Histoire de la maison de Polignac, p. 15.

27 Sur cette question, voir Klapisch-Zuber, 2000, p. 296.

28 AD 63, 2E 0353 (36), testament de Marc de Montboissier-Beaufort-Canillac, 4 avril 1576.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Ancêtres mythologiques et parenté mythique dans la maison de Polignac
Crédits © A.-V. Solignat.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/26560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 2. — Héros de la maison de Montboissier-Beaufort-Canillac
Crédits © A.-V. Solignat.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/26560/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 3. — Papes et cardinaux de la maison de Beaufort-Canillac
Crédits © A.-V. Solignat.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/26560/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search