Version classiqueVersion mobile

L’église des laïcs

 | 
Ariane Boltanski
, 
Marie-Lucie Copete

II. — Le risque dévot. Vocation versus stratégies familiales ?

Quel couvent pour les filles Weinsberg ?

Vocation religieuse et contrainte familiale à Cologne dans la deuxième moitié du xvie siècle

Albrecht Burkardt

Texte intégral

  • 1 Sur cette œuvre et les divers travaux qui l’exploitent sur les aspects de la vie politique et cult (...)
  • 2 Nous citons le texte, normalement, d’après la transcription mise en ligne par l’université de Bonn (...)
  • 3 Sur Weinsberg et sa famille, voir en particulier la synthèse récente de Groten, 2005, ainsi que (...)
  • 4 Pour un survol des multiples renseignements que Weinsberg fournit sur la vie colonaise, Schwerhoff(...)

1Le livre journal de Hermann Weinsberg, patricien et membre du conseil municipal de la ville impériale de Cologne, commencé vers 1560, constitue une somme d’informations sur la vie de cette ville dans la deuxième moitié du xvie siècle1. C’est un véritable monument, divisé en trois grands volumes parcourant les trois âges de vie de l’auteur, les Liber Juventutis, Liber Senectutis et Liber Decrepitudinis2. Weinsberg, en effet, a eu la chance de bénéficier d’une longue vie. Né en 1518, il meurt en 1597, dans sa quatre-vingtième année. Naturellement, la famille de l’auteur occupe la part belle du texte, mais c’est la famille au sens large, comprenant les frères et sœurs, leurs enfants, les voisins et amis3. Weinsberg, deux fois marié, n’a pas eu d’enfants, ce qui ne l’a pas empêché de se considérer, l’âge avançant, comme le véritable patriarche du clan, de cette famille élargie dont il assure également la mémoire. En réalité, les informations fournies par Weinsberg dans ce texte qu’il appelle lui-même « livre mémoire » (Gedenkbuch) dépassent largement les questions familiales. À partir de celles-ci, l’auteur s’étend généreusement sur une foule de détails concernant la ville même, son histoire, ainsi que les modes de vie qui y étaient pratiqués4.

2Dans ce cadre, Weinsberg nous livre aussi de nombreux renseignements sur les couvents de la ville et les rapports qu’entretenaient avec eux l’auteur et sa famille. Si ces informations ne se prêtent pas aisément à l’exploitation statistique, Weinsberg renseigne amplement, et souvent avec une franchise remarquable, sur les motifs déterminant le choix de différents membres de la famille, majoritairement féminins, de rejoindre (ou non) tel ou tel couvent de la ville. La source rend ainsi possible — certes, pour une seule famille mais, du coup, pour ce que celle-ci avait de plus précieux à investir, ses enfants — une analyse prenant pour objet les « attentes et objectifs de l’investissement dans le sacré ».

  • 5 Voir, à titre d’exemple, Devos, 1973 ; Dinet, 1988 ; Sarre, 1997 ; pour les critères de sélection (...)
  • 6 Pour Cologne, August Franzen n’hésite pas à l’affirmer : Franzen, 1941, p. 252.
  • 7 Pour ce motif et les pratiques correspondantes dans ces mêmes décennies en France, voir l’étude de (...)

3Or une telle analyse ne va pas de soi. En effet, de nombreuses études nous informent désormais, notamment pour la France (il n’en va pas exactement de même pour d’autres pays, dont le Saint Empire Germanique), sur la base de recrutement des ordres religieux à l’époque moderne — depuis l’origine sociale des membres jusqu’aux critères de sélection de ces derniers5. Elles s’appuient, le plus souvent, sur des sources produites par les ordres religieux eux-mêmes. En revanche, il est bien plus difficile d’obtenir des informations précises sur les logiques des familles en œuvre dans la possible orientation des enfants vers les vocations religieuses. Logiques qui risquent d’être plus complexes que ce que suggèrent les stéréotypes traditionnels. Certes, même si tout le monde s’accordera sans doute toujours sur l’idée que les couvents de femmes, notamment, pour nous en tenir à eux, étaient souvent des lieux où « placer » les jeunes filles de bonne famille qui n’étaient pas destinées par leurs parents à se marier6, nous n’en sommes plus aux seuls préjugés qui veulent que ces couvents étaient remplis, principalement, de bâtards et de filles difficiles à « caser » sur le marché du mariage. Inversement, l’on sait à quel point l’entrée dans les ordres « contre la volonté des parents » constitue un topos hagiographique très à la mode aux temps de la Contre-Réforme et de la Réforme catholique, qui toutefois ne se confondait pas toujours avec la réalité7.

4Dépasser ces visions, c’est surtout préciser les questionnements, tout en prenant au sérieux les possibles « entrelacements » entre intérêts mondains et mobiles religieux. À partir de là, ce n’est pas seulement le choix de la « personne » destinée à emprunter la voie d’une vocation religieuse au sein d’une famille qui mérite d’être interrogé. Il s’agirait aussi de mieux comprendre les facteurs déterminant les « destinations précises » — l’ordre, voire le couvent concrètement retenu, dans le cas d’une carrière au sein du clergé régulier — ainsi que les processus même menant aux décisions en question. Décisions dont on peut supposer qu’elles ne sont pas forcément et toujours dictées par la seule autorité parentale (qu’il faudrait encore différencier selon les individus qui la composent), mais peuvent aussi être le résultat d’âpres négociations entre parents et enfants. Négociations qui se font en fonction des priorités des uns et des autres mais aussi selon les possibilités qu’offre le « marché » (monastique), différencié à son tour selon le prestige des couvents, le coût du placement, mais aussi selon l’orientation spirituelle des différents instituts.

  • 8 Cependant, d’autres communautés ne s’installent que plus tardivement : les observants en 1589, les (...)

5Les alternatives en jeu sont-elles particulièrement aiguës à Cologne ? La ville est en effet restée catholique et a été touchée, à partir de la deuxième moitié du xvie siècle, par un renouveau des vocations et l’implantation de nouveaux ordres religieux, à commencer par celle des jésuites dont le collège ouvre ses portes dès fin 15568. Essayons d’abord de nous faire une idée globale du clergé colonais à l’époque de Hermann Weinsberg. Nous verrons ensuite quels choix « monastiques » seront typiques pour la famille. Nous verrons enfin dans quel climat particulier et dans quel « esprit » se gèrent les vocations.

Couvents et établissements religieux à Cologne dans la deuxième moitié du xvie siècle : quelles possibilités pour placer les enfants Weinsberg ?

  • 9 Gechter, 2007 ; Rosen, 2000.

6Le clergé a une présence tout à fait importante dans la Cologne des décennies qui nous concernent. Et ce, tout d’abord, par l’espace qu’il occupe dans la ville : une part non négligeable des propriétés à l’intérieur des enceintes lui appartient, sans doute autour de 20 % du territoire9. Ces possessions (auxquelles il faut ajouter beaucoup de terres extra muros), qui constituent autant d’immunités dont le conseil municipal cherche à limiter l’extension, rendent manifeste le poids économique des institutions ecclésiastiques.

  • 10 Bosbach, 1989, pp. 123 et 150, n. 15, qui suit à ce propos l’étude ancienne mais toujours valable, (...)
  • 11 Banck, 1895, p. 329.

7Pour la deuxième moitié du xvie siècle, on a estimé la part des ecclésiastiques à plus ou moins 10 % de la population d’une ville — Cologne — qui compte au même moment autour de 37 000 habitants (cette part tombe à 4,3 % si on enlève les domestiques et les maisons des béguines, très présentes dans la ville)10. Selon l’ancienne étude de Rudolf Banck, le clergé au sens étroit aurait ainsi compté, à cette période, autour de 1 600 personnes, dont 270 séculiers, alors que les autres auraient fait partie du clergé régulier11. Aussi, la ville dispose-t-elle d’une multitude d’institutions religieuses concernant, pour la plupart, ce dernier.

  • 12 Ibid., pp. 328-329.

8Plusieurs tableaux de ces institutions ont été dressés : ils diffèrent quelque peu les uns des autres parce que le moment de l’évaluation, de même que les critères retenus pour celle-ci, ne sont pas toujours les mêmes. En 1583, on compte ainsi, outre les dix-neuf églises paroissiales, autour de cent quarante institutions (semi-)ecclésiastiques et lieux sacrés, dont huit églises collégiales (stiftskirchen), une avalanche de couvents et peut-être une trentaine d’églises et de chapelles sans « personnel » résidant ; s’y ajoutent une dizaine d’hôpitaux12.

  • 13 Ibid., p. 329 ; Gechter, 2007, pp. 136-138.

9Il n’est pas impossible de se faire une idée du nombre de personnes appartenant, d’un couvent à l’autre, à ce monde monastique dans la ville impériale, du moins pour les communautés féminines qui nous intéresseront de près. Si R. Banck se contentait de proposer, pour le début des années 1580, une moyenne générale de trente-cinq membres pour les communautés religieuses principales, les recherches synthétisées récemment par M. Gechter permettent d’établir, pour la même période, une image plus différenciée13. Si les deux collégiales (Sainte-Ursule et Sainte-Marie im Kapitol) comptaient un nombre de chanoinesses assez divergent (même pas dix pour la première, trente-cinq pour la seconde), bénédictines (les couvents de Sainte-Agathe, Saint-Maurice et zu den hl. Machabäern), augustiniennes (Sainte-Marie-Madeleine, Saint-Maximin) et dominicaines (Sainte-Gertrude) arrivaient, comme la collégiale de Sainte-Marie, à réunir entre trente et quarante moniales chacune. Les cisterciennes étaient apparemment un peu moins nombreuses : vingt à trente religieuses pour chacune des deux communautés, Maria ad ortum (Mariengarten) et Marienspiegel.

  • 14 Pour la « fréquente présence de sœurs et de parentes » dans les couvents colonais, voir Chaix, 199 (...)

10Les données qui permettraient d’analyser les gains et les pertes en attractivité des différents couvents dans une plus ou moins longue durée font défaut. De même, les tentatives de repérer une logique distributive globale expliquant la répartition des moniales dans les différentes communautés religieuses de la ville sont compromises d’avance. Il n’en va guère autrement, en inversant la perspective, des informations rendant possible l’analyse des stratégies familiales dans le choix des ordres, et les études qui s’intéressent à ce sujet, on l’a dit, sont encore plus rares que celles cherchant à repérer l’origine sociale des membres d’un ordre ou d’un couvent particulier. Dans une première tentative de repérer des règles générales, on peut sans doute évoquer quelques orientations simples, comme, par exemple, la tendance de bien des familles à placer leur fille dans un couvent où d’autres membres de la même « souche » se trouvaient déjà14. Le fait que certaines communautés religieuses interdisaient une trop grande concentration des membres d’une même famille au sein du couvent, en suivant fidèlement les verdicts que le concile de Trente avait émis à ce propos, ne contredit pas cette tendance, mais confirme plutôt sa vigueur, tendance que nous retrouvons logiquement chez les Weinsberg.

Entre liberté des acteurs et stratégies familiales : des choix « monastiques » spécifiques

  • 15 Schwerhoff, 2008, p. 78.
  • 16 Une telle tendance est visible, par exemple, parmi les dévots témoins des procès de canonisation é (...)
  • 17 Chaix, 1992 (la citation est tirée du titre de l’ouvrage dirigé par Delumeau, 1992 : La religion d (...)
  • 18 Pour un survol rapide de ces données, voir Schmid, 1991, pp. 56-64.

11Il reste que le Gedenkbuch, pour nous tourner désormais vers notre source principale, peut aider à différencier les propos. Il est vrai que les choix de couvent que l’on rencontre chez les Weinsberg au temps de notre auteur ne semblent pas encore refléter la « poussée modernisatrice » qu’apportent progressivement les ordres phares de la Contre-Réforme15. À moins qu’on veuille interpréter dans ce sens le fait que les filles Weinsberg sont bien plus nombreuses à embrasser l’état religieux que les fils. En effet, peu d’hommes du clan ont embrassé une carrière ecclésiastique, alors que les couvents colonais ont accueilli deux des huit sœurs de l’auteur, sa fille bâtarde, une fille de premier lit, ainsi qu’une douzaine de ses « nièces ». Pourrait-on alors y soupçonner le reflet d’une certaine « féminisation » de la clientèle dévote, telle qu’elle semble assez répandue chez certains ordres religieux contre-réformés, en particulier chez les disciples d’Ignace16 ? L’une des filles Weinsberg, nous le verrons, semble en effet avoir été influencée par la spiritualité jésuite ; et, plus généralement, la tendance à « la transmission de la foi » par les femmes est forte chez les Weinsberg17. Toujours est-il que ce trait apparemment « moderne » se trouve nettement contrecarré par le fait que le débouché principal de ces filles est le couvent des tertiaires franciscaines de Sainte-Marie Bethléem, communauté plutôt traditionnelle mais fréquentée par la famille depuis plusieurs générations (un certain nombre d’ancêtres s’y trouvent enterrés), qui, au fil des années, accueille au moins les deux sœurs ainsi que deux nièces de l’auteur, de même que sa fille bâtarde qui, entrée en 1567, va, à la fin du siècle, devenir la supérieure de la communauté18.

  • 19 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Iuventutis, fo 385ro, à (...)

12À partir de là, sont significatives aussi les exceptions à la règle. Exceptions qui ne répondent pas (ou peu) au défi des nouveaux ordres, mais peuvent tout de même nous démontrer que le choix traditionnel du même couvent était en réalité loin d’être toujours respecté. Ces exceptions, en effet, sont quasiment tout aussi nombreuses que les cas obéissant à la règle première. Il est vrai que, parfois, elles ne font finalement que confirmer celle-ci. C’est ce qu’on retient, par exemple, du cas de la belle-fille de l’auteur devenue religieuse chez les augustiniennes de Saint-Maximin. Or il s’agit d’une fille de premier lit de la seconde épouse d’Hermann, entrée en religion avant que sa mère ait conclu la nouvelle alliance matrimoniale19.

  • 20 Pour ce couvent, voir, en dernier lieu, les contributions de Bellot, 2006a et 2006b.

13Notre règle de base est bien davantage mise à l’épreuve par le temps. En effet, les recrutements dans la communauté des tertiaires franciscaines sont fréquents, surtout avant la fin des années 1560. Par la suite, en revanche, d’autres couvents sont plus nombreux à entrer dans la compétition. S’agit-il là d’une question de générations ? Sans doute, mais c’est aussi le reflet d’une certaine volonté d’ascension sociale. C’est à ce moment en tout cas, dès 1569, que la famille parvient pour la première fois à faire entrer deux de ses membres, Engin (Anna) et Lisbeth Dutz, filles d’une sœur de l’auteur, dans une communauté bien plus prestigieuse que celle des franciscaines, celle de Sainte-Claire, l’une des meilleures adresses que la ville avait à offrir20.

  • 21 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 287, le (...)

14Ces entrées ne vont pas de soi. Elles sont le résultat d’une série de négociations qui ne négligent pas d’autres options (la communauté de Sainte-Cécile) et qui aboutissent en fin de compte parce que la communauté des clarisses semble affaiblie par des disputes internes et prête à « recruter » à des conditions sans doute moins exigeantes et coûteuses21. Au-delà des détails, ce dernier exemple montre donc bien que le choix du couvent n’est pas toujours une affaire réglée d’avance par des traditions familiales incontournables. Mais il y a plus. À lire les témoignages que nous a laissés Hermann Weinsberg, on se rend compte que faire entrer une fille dans telle ou telle communauté n’était de toute manière que le début d’une période d’essai qui ne débouchait pas toujours — et n’était pas « censée » déboucher toujours — sur l’intégration définitive. Aussi le journal de Weinsberg mentionne-t-il plusieurs cas de parentes de l’auteur qui sont entrées d’abord dans tel ou tel couvent, abandonné ensuite pour tel autre.

  • 22 Passage cité par Schmid, 1991, p. 60.
  • 23 Ibid., p. 61.

15Cette tendance est tellement forte qu’elle s’est imposée dans le choix des termes en usage chez les Weinsberg pour désigner le fait même de faire entrer un membre de la famille dans une communauté religieuse. Le terme le plus souvent employé est en effet celui de versoighen, en français « essayer » (versuchen en allemand moderne) ; on « essaie » donc tel ou tel couvent. Or ces tentatives sont loin d’être toujours couronnées de succès. Même la communauté des franciscaines de Bethléem n’a pas toujours été, pour celles qui y entraient, un choix qui se serait imposé d’avance : en 1538, la sœur de l’auteur, Agnes, la rejoint seulement après avoir « essayé » celle de Sainte-Marie-Madeleine (zu den weissen Frauen) — communauté boudée toutefois en fin de compte, la jeune femme trouvant son « régime » (regiment) « pas si bien que cela22 » (nit so gar). Il n’en va pas autrement pour la deuxième sœur de l’auteur, la plus jeune, Feigin, qui entre chez les franciscaines au milieu des années 1550, après avoir longtemps hésité entre les bénédictines de saint-Maurice et la communauté de Sainte-Marguerite23.

  • 24 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 287, le (...)
  • 25 Ibid. : « so waren dasmail versteurte geistliche sustern van der observanten orden uis den brabans (...)
  • 26 Weinsberg avait en effet des sentiments très ambigus à l’égard des ordres mendiants : « Dan was be (...)
  • 27 Id., Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 287, le 22 mai (...)

16Comme le montrent ces exemples, la mise au couvent ne semble donc pas négliger, chez les Weinsberg, le libre arbitre des filles concernées. L’entrée d’Engin et de Lisbeth Dutz chez les clarisses le confirme encore, tout en exposant les limites d’une telle liberté de choix. Quant à Engin, l’auteur ne laisse pas de doute sur le fait que la jeune fille a été fortement inspirée au départ par la spiritualité jésuite (« eirst hat den Jesuitern lang nachgegangen, das sie gar andechtich und fuirich was worden in ein cloister zu gain24 ») ; concrètement, elle avait trouvé sa vocation pour la vie cloîtrée dans l’exemple d’une communauté de béguines établie récemment dans la ville à l’aide des observants et se vouant intégralement à une vie dans la pauvreté, communauté que la jeune femme (Engin a alors 23 ans) ne demande pas mieux que de rejoindre25. Or cette vocation particulière n’est pas sans susciter la résistance résolue de la famille, Hermann compris, fort peu en phase avec les ordres mendiants dès que l’idéal de pauvreté semblait suivi à la lettre26 : « Je l’ai invitée chez moi, avec mon frère et mes sœurs, et nous nous sommes tous opposés à ce qu’elle aille dans ce pauvre couvent, qui n’avait pas de lieu fixe, ni de bénéfices ou d’autres revenus. Si elles voulaient se faire religieuse, il y avait tant d’autres couvents honnêtes à Cologne parmi lesquels elle n’avait qu’à en choisir un27… ».

  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid : « Ich halt es darvor, dieweil sie einen haistigen, zornigen, sclainden fatter hat und newli (...)
  • 30 Ibid. : « Doch als ir motter sagt, sie wult sie bei die arme beginen gar nit doin, noch kein bidle (...)

17Cependant, Engin n’est pas prête à céder (« sie war keins wegs zu uberreden28 »), attitude que Hermann explique — et c’est bien symptomatique de son état d’esprit — par le mauvais caractère du père et le climat apparemment assez tendu dans le ménage des parents, plutôt que par la force des convictions religieuses29. C’est toutefois la mère d’Engin qui a le dernier mot : « Mais lorsque sa mère lui disait que jamais elle ne la mettrait chez les pauvres béguines […] pour la voir ensuite rentrer à la maison comme une béguine dépravée, Engin, voyant qu’elle n’allait pas y arriver, finit par dire qu’on devait l’aider à trouver un autre couvent30 ». Commencent ainsi les recherches de la mère pour un institut adapté aux exigences d’honorabilité de la famille, recherches qui, nous l’avons vu, vont bien vite se focaliser sur le couvent des clarisses. Cela avec un tel succès — et voici la vraie surprise — que, trois jours après l’entrée d’Engin dans la communauté, sa sœur Lisbeth la rejoint.

  • 31 Voir Burkardt, inédit, p. 95 (en cours de publication).
  • 32 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 481vo : (...)

18L’histoire ne s’arrête pas là, toutefois, et ce n’est sans doute pas sans signification que, contrairement à la vocation d’Engin, longuement mise en lumière par le journal de Weinsberg, aucun mot n’y est consacré à celle de sa sœur. Il y a de fortes chances en effet que Lisbeth ait été beaucoup moins motivée pour la vie cloîtrée. Alors qu’Engin, une fois ses envies adaptées aux exigences de la famille, semble avoir consolidé sa vocation — elle a en tout cas fait sa profession à Sainte-Claire, et nous la retrouvons encore en 1622, âgée désormais de soixante-quatre ans, parmi les religieuses de la communauté31 —, il semble que sa sœur a quitté le couvent avant de prononcer ses vœux : « Anno eodem den 26 decemb. [1584] uff s. stephanß tag », rapporte Weinsberg, « mon gendre, Johan van Duytz, est venu manger chez moi et il s’est plaint que sa fille Lisbeth, qui avait pourtant déjà pris le voile, ne voulait pas rester au couvent parce qu’elle n’arrivait pas à chanter et lire en latin. On s’est dit qu’il fallait avoir plus d’informations à ce sujet, puis décider quoi faire32 ».

19Paradoxalement, tout se passe en fin de compte comme si la fille Weinsberg qui résiste le plus à sa mise au couvent, dans un institut en tout cas ne correspondant pas à son choix personnel, Engin, parvient finalement à développer une vocation sincère. C’est sans doute parce qu’elle en a déjà une au départ et il suffit que la famille pousse un peu pour adapter les choses à son point de vue. Sa sœur Lisbeth, en revanche, dont aucune mention n’est faite au départ quant à une aversion particulière à la vie spirituelle, va finalement assez vite quitter le couvent. Or, son comportement suscite sans doute de la stupéfaction, mais cela ne change guère l’état de fait. Lisbeth quitte les clarisses avant d’avoir prononcé ses vœux (sans qu’on sache ce qu’elle devient par la suite).

Vocations et sociabilités bourgeoises : une vie au couvent semi-ouverte sur le monde

  • 33 Schutte, 2006 et 2011.

20Naturellement, que des filles puissent sortir des couvents pendant ou à la fin de leur noviciat n’est pas en soi un fait qui saurait surprendre, loin de là. C’était précisément la tâche d’une bonne supérieure et/ou de la maîtresse des novices de faire attention à ce que les postulantes soient effectivement faites pour (ou en tout cas adaptées aux exigences de) la vie communautaire. Les dispositifs prévus à cet égard furent encore renforcés par le concile de Trente33. Mais, chez les Weinsberg, on n’a pas l’impression que la réussite de « l’essai » constitué par l’entrée au couvent dépendait de l’avis des autorités religieuses. Ce qui comptait, en revanche, c’était comment l’expérience du couvent en question « réussissait » à la personne entrante ; et il est clair que l’avis de celle-ci avait un poids certain pour la suite des événements. Manifestement, en d’autres termes, les Weinsberg avaient tendance à pratiquer, pour leurs filles, d’après tout ce que l’on peut en savoir, une « politique » assez libérale. Il était certes normal que certaines d’entre elles rejoignent les couvents ; néanmoins, dans ce cadre, les vocations particulières se discutaient — en famille — mais en donnant une large part au libre arbitre des individus.

  • 34 En témoigne encore un autre cas mentionné par Weinsberg et ce n‘est sans doute pas un hasard si ce (...)
  • 35 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 155ro ; (...)
  • 36 Id., Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs : « In der geistlicher rechten boich (...)

21Cela ne veut pas dire cependant que les Weinsberg, à commencer par Hermann lui-même, auraient pleinement partagé l’idéal propagé par les Pères du concile de Trente, que tout membre du clergé devait disposer infailliblement d’une vocation religieuse sincère34. En réalité, notre auteur est plein d’admiration pour « l’état ecclésiastique », mais ce, surtout, en vue des capacités qu’il lui attribue de pourvoir efficacement au bien-être de ses membres — il loue expressément « die groisse vorsigtigkeit der geistlichen, zukunftige dingen zu bestifften35 » —, conduite qui lui fournit autant d’exemples sur la façon d’agir d’un bon Hausfatter (père de famille) — idéal de l’auteur. En revanche, le clergé en tant qu’état n’a pas forcément sa sympathie. Il cite à la même occasion l’histoire du prophète Balam, prophète que l’on aurait comparé parfois à l’état ecclésiastique « alors que l’ânesse sur laquelle il avait été assis était l’état laïc36 ». Et l’auteur n’a pas l’air de s’opposer fondamentalement à cette assertion.

  • 37 Bien au contraire, on peut supposer que les moniales étaient nombreuses à s’attendre pouvoir sorti (...)
  • 38 L’extrait du décret est cité par Franzen, 1941, p. 252.

22Les deux appréciations ne s’excluent sans doute pas totalement. En revanche, il est clair que Hermann ne prêtait guère d’importance aux questions de vocation religieuse. La libéralité en usage chez les Weinsberg à propos de la vocation de leurs filles n’était donc pas, semble-t-il, motivée principalement par des mobiles de cet ordre. Elle trouvait son corollaire dans des traditions « monastiques » très éloignées de l’esprit de la Contre-Réforme et de la Réforme catholique. Weinsberg était au fond le partisan d’un monde monastique « à l’ancienne », pour ainsi dire, non réformé, où l’esprit des institutions avait en revanche la vertu, peut-on suggérer, d’être le plus souvent adapté à celui des habitants. D’où un style de vie semi-ouvert sur le monde, assurant le contact avec une sociabilité « mondaine », que bien des religieuses n’avaient sans doute jamais prévu de quitter sincèrement et de façon radicale37. Un style de vie qui allait ainsi jusqu’aux festivités mondaines et aux visites continuelles de parents et d’amis, les moniales se trouvant « von Freunden und Bewandten mit Roß’ und Karrichen täglich überzogen » (« accablées par une présence quotidienne de parents et d’amis qui venaient les rejoindre »), comme le constate, encore dans les années 1620, un décret de Johann Gelen, vicaire général du diocèse de Cologne (1629), qui, bien sûr, s’y oppose38.

  • 39 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Decrepitudinis, fo 389  (...)

23L’on comprend bien que ce style se conciliait mal avec la discipline monacale d’une vie spirituelle et ascétique, ce qui explique tout autant l’ardeur avec laquelle ces « abus » allaient être combattus par les partisans de la Réforme catholique que l’acharnement avec lequel les communautés en question allaient chercher à défendre leur statut. C’étaient toutefois des tendances qui n’allaient débuter qu’à la fin de la vie de Weinsberg et qui étaient en partie liées aux initiatives des nonces apostoliques résidant dans la ville. En 1594, par exemple, Hermann Weinsberg rend compte de celles-ci en présentant les efforts du nouveau légat, caractérisés par la volonté de réformer les couvents de la ville impériale, à l’enseigne de la clôture39.

  • 40 Id., Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Decrepitudinis, fo 389 : « wi (...)

24L’auteur reste toutefois sceptique quant à l’issue de ces tentatives40, et ce d’autant plus qu’il ne partage manifestement pas les mêmes idéaux. D’une part, bien des communautés, notamment parmi les moins aisées, avaient besoin de communiquer avec l’extérieur dans le cadre de leurs activités professionnelles nécessaires pour leur bien-être, voire leur survie. Weinsberg explique ainsi :

  • 41 Id., Das Buch Weinsberg, 4, pp. 211-212 : « aber die jonferncloister und conventen waren des bescl (...)

Mais les moniales et les béguines n’étaient pas habituées à la clôture [...]. Celles qui se trouvent dans le couvent de Notre-Dame de Bethléem dans la Reimersgasse ont une école et reçoivent des enfants, travaillent la soie, le lin, gagnent leur vie avec le travail de leurs mains : aussi, elles doivent faire entrer et sortir les écoliers et les personnes avec lesquelles elles commercent ; de même, pour pouvoir recevoir leurs rentes et revenus, et ne pas manquer de pain41.

  • 42 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 399 : « (...)
  • 43 Ibid. : « alß uff kirmisn eirsten missen, inkleidungen oder waß dan dar zu thoin gewesen, zu Carme (...)

25D’autre part, Weinsberg était lui-même sous le charme de cette « sociabilité monastique » mi-ouverte sur le monde que nous venons d’évoquer et à laquelle il avait pris part à maintes reprises. Sociabilité qui se nouait en particulier autour de la table. « Je suis aussi allé manger dans d’autres couvents », note-t-il le 14 avril 1583, après s’être rappelé les diverses fêtes de kirmiß auxquelles il avait participé au couvent des Frères de la Croix42. Et l’auteur d’évoquer toute une liste de couvents, féminins autant que masculins, où il faisait bon vivre, ou, comme il l’indique, « on avait fait allègrement la fête au monastère » (« in cloistern frolich gewest ») ; cette liste comprend presque tous les couvents de la ville43

 

26L’on comprend par là même la difficulté d’en venir à une réforme efficace de ces institutions, comme tenteront de l’imposer nonces et archevêques après le tournant du siècle, d’autant que ces institutions pouvaient compter, comme on le voit, sur une solidarité vécue, voire sur la connivence de la bourgeoisie urbaine. Inversement, pour celle-ci, « l’investissement dans le sacré » ne se faisait, dans un sens, qu’à moitié, tant les institutions « investies » semblaient promettre de rester ouvertes sur le monde. C’est dans ce cadre que la relative liberté de choix des filles Weinsberg prend tout son sens.

  • 44 Passage cité par Schmid, 1991, p. 61 (Weinsberg, Das Buch Weinsberg, 2, pp. 147-148).

27Cela dit, l’image idyllique que dresse l’auteur de la gestion des vocations n’est pas sans failles. Ce n’est sans doute pas en simple hommage à la rhétorique du « refus du monde » si c’est précisément la fille bâtarde de Weinsberg qui, en 1566, justifie son entrée dans les ordres par l’idée que « le monde n’est qu’aversion, misère et esclavage », et que Dieu sera mieux servi à l’intérieur des murs d’un couvent44. De même, les silences peuvent parfois être parlants, mais pas forcément pour aller dans le sens de la dernière assertion. On l’a vu à propos de Lisbeth Duitz dont l’entrée chez les clarisses ne méritait pas le moindre commentaire de la part de l’auteur, pourtant fort loquace. Ce silence cachait ici une vocation sans doute peu consolidée dès le départ, comme on le voit également pour d’autres cas dans l’entourage familial plus large. Il est donc probablement aussi un indice de gêne. Mais, en même temps, il est clair que dans ces quelques cas, la liberté de choix des Weinsberg a été moins respectée parce que l’emportait ici la volonté — nécessaire aux yeux des acteurs décisifs — de sauvegarder l’unité des héritages de la maison, en écartant de la succession les enfants de premier lit en les destinant à la vie cloîtrée. Celle-ci leur assurait néanmoins un bien-être matériel certain, sans les éloigner totalement du monde.

Notes

1 Sur cette œuvre et les divers travaux qui l’exploitent sur les aspects de la vie politique et culturelle de la période, voir l’ample bibliographie fournie par le site <http://www.weinsberg.uni-bonn.de/Projekt/Weinsberg/Weinsberg.htm>.

2 Nous citons le texte, normalement, d’après la transcription mise en ligne par l’université de Bonn : Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs — Digitale Gesamtausgabe [en ligne sur <http://www.weinsberg.uni-bonn.de/Edition/>], en renvoyant parfois à l’édition désormais classique du Gendenkbuch en cinq volumes : id., Das Buch Weinsberg.

3 Sur Weinsberg et sa famille, voir en particulier la synthèse récente de Groten, 2005, ainsi que Jütte, 1986 ; Fouquet, 1996.

4 Pour un survol des multiples renseignements que Weinsberg fournit sur la vie colonaise, Schwerhoff, 2008.

5 Voir, à titre d’exemple, Devos, 1973 ; Dinet, 1988 ; Sarre, 1997 ; pour les critères de sélection à l’œuvre dans la politique de recrutement des différents ordres et communautés, voir Burkardt, Roger, à paraître.

6 Pour Cologne, August Franzen n’hésite pas à l’affirmer : Franzen, 1941, p. 252.

7 Pour ce motif et les pratiques correspondantes dans ces mêmes décennies en France, voir l’étude de Diefendorf, 1996.

8 Cependant, d’autres communautés ne s’installent que plus tardivement : les observants en 1589, les capucins en 1611, les carmes déchaux en 1613. Pour un tableau plus approfondi du clergé colonais et de son évolution aux xvie-xviie siècles, voir (outre l’étude de Franzen, 1941) Chaix, 1994.

9 Gechter, 2007 ; Rosen, 2000.

10 Bosbach, 1989, pp. 123 et 150, n. 15, qui suit à ce propos l’étude ancienne mais toujours valable, faute de mieux, de Banck, 1895.

11 Banck, 1895, p. 329.

12 Ibid., pp. 328-329.

13 Ibid., p. 329 ; Gechter, 2007, pp. 136-138.

14 Pour la « fréquente présence de sœurs et de parentes » dans les couvents colonais, voir Chaix, 1994, p. 862 ; Hüsgen, 1993, p. 29. Voir également Woodford, 2002, pp. 5-6.

15 Schwerhoff, 2008, p. 78.

16 Une telle tendance est visible, par exemple, parmi les dévots témoins des procès de canonisation établis en France dans les premières décennies du xviie siècle se confessant chez les jésuites et les oratoriens. Nous renvoyons à ce propos à Burkardt, 2004.

17 Chaix, 1992 (la citation est tirée du titre de l’ouvrage dirigé par Delumeau, 1992 : La religion de ma mère. Les femmes et la transmission de la foi).

18 Pour un survol rapide de ces données, voir Schmid, 1991, pp. 56-64.

19 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Iuventutis, fo 385ro, à la date du 30 janvier 1559.

20 Pour ce couvent, voir, en dernier lieu, les contributions de Bellot, 2006a et 2006b.

21 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 287, le 22 mai 1581 : « die motter versorgt es zu s. Cecilien, da falt es, sie versorgt es zu Claren, die waren etwas durch zank in irtumb geraten, drumb sie balt willich waren also sin sie [die beiden Schwestern] zu versoighen wie waß beide drin komen ».

22 Passage cité par Schmid, 1991, p. 60.

23 Ibid., p. 61.

24 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 287, le 22 mai 1581.

25 Ibid. : « so waren dasmail versteurte geistliche sustern van der observanten orden uis den brabanschen landen zu Colln uff die Vresenstrass in ein burgerhaus komen wonen, lebten der almosen gutter leut und foirten ein streng, armlich leben. An die was min nigt Engin komen, wolt iren orden annemen und daruff ire schoin kleider van sich geben vur beginen kleider zu wesselen ». Pour le mouvement des Béguines, voir l’ouvrage édité par Schmidt, Sorace, Voigt (dir.) [2016].

26 Weinsberg avait en effet des sentiments très ambigus à l’égard des ordres mendiants : « Dan was bedarf man so vil bidlermonch, die kein stetige rent haben, dan das sie den einfeltichen, richen mannen und weibern in den ohren und budel ligen und beswetzen sie », écrit Weinsberg le 28 juin 1589 ; « dess die armer leut kinder und hausarmen mogten geneissen, das erscheffen sie und leben oft bess darvon, dan ehrlige burger. So wilt das folk uberredt werden und geheuchlet haben, gedenken nit, das vormals, ehe die bitler-orden uffkomen sin, so wol christen gewesen und die leude selich worden, als jetzs. Gott weis, was sie heimlich uuder eim heiligen schein anrichten, dan es nit alle unschuldige kinder und engeln sin, doch sin sie from, heilich und gutt, das ist mir leib » : Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Decrepitudinis, fo 128 ; id., Das Buch Weinsberg, 4, pp. 67 sqq.

27 Id., Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 287, le 22 mai 1581 : « Ich, min broder und sustern loden sie bei uns zu gast, widderreten ir, sie sult in das verjagt arm cloister, das kein plibende stat het, noch rent het, nit gain; wult sie geistlich werden, es weren so vil erlicher cloister in Coln und dar buissen, der sult sie eins erweln man mogt rhaidt ».

28 Ibid.

29 Ibid : « Ich halt es darvor, dieweil sie einen haistigen, zornigen, sclainden fatter hat und newlich im haus lebten, wenich friden und freuden vernam, so was ir das also in den sin komen ».

30 Ibid. : « Doch als ir motter sagt, sie wult sie bei die arme beginen gar nit doin, noch kein bidlersche machen allen iren frunden zu schanden, und sie mogt ir darnach als ein verdorben begine widder zu haus komen, als Engin nit weiters komen kont, sagt sie, so sult man ir in ein ander cloister helfen ».

31 Voir Burkardt, inédit, p. 95 (en cours de publication).

32 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 481vo : « ist min swager Johan van Duytzs bei unß zv Weinsbergh komen essen, und unß geklagt daß im vorkomen sin ingekleidte dochter Lisbeth Duytzs zu Claren begerte nit im cloister zu pleiben, dan sie kont daß latinsche singen und lesen nit geleren. Mir sagten man solt vernemen wie es dar mit were, und ihm darnach rathen, wie alter darnach gefragt wart ».

33 Schutte, 2006 et 2011.

34 En témoigne encore un autre cas mentionné par Weinsberg et ce n‘est sans doute pas un hasard si ce dernier concerne également un enfant de premier lit. « Feigin van Halfern min nicht », rapporte ainsi le journal à la date du 2 août 1582 : « … bestatt sich an Johan Bruck van Dutz, minen scholgesellen und scheffen am Hohengericht, zilten samen ein dochter, die motter starb vor. Er truwet ein riche dochter van der Hasenportzn, Segens dochter, do dede er sin vordochter zu Claren ins cloister, und wie er starb, verleiss er sin nachfraue Siegens zum erben, dan er sin vordochter abgegudet hat. Disse nachfrawe wart an Diederich von Halber bestatt, und als sie peste krank in zum erben institueirte und kein kinder hatten, quam alle das gut zu ime » : Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs. Dans ce passage, la mise au couvent de la première fille de sa nièce (la vordochter) n’est certes pas au centre des propos de l’auteur. Weinsberg déplore surtout la perte des biens qu’entraînent les aléas matrimoniaux rapportés pour son clan familial. La conduite de Johan Bruck van Dutz n’est pourtant pas dépourvue de logique. Elle obéit à la volonté de sauvegarder l’unité des héritages de la maison en faveur d’une nouvelle alliance matrimoniale, en écartant de la succession les enfants de premier lit en les destinant à la vie cloîtrée. Inutile de dire que cette stratégie n’avait que peu d’égards pour la « vocation » des enfants concernés et le mutisme de Weinsberg à propos de la fille de sa nièce, dont il ne mentionne même pas le nom, ne pousse pas à croire que, dans ce dernier cas, les choses soient allées autrement. Pour Lisbeth Dutz, l’auteur avait réservé, en semblable circonstance, un silence tout aussi parlant.

35 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 155ro ; id., Das Buch Weinsberg, 5, pp. 153 sqq.

36 Id., Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs : « In der geistlicher rechten boicher », note-t-il, « wirt an einem orde der propheta Balam dem geistlichen stande verglichet und die eselin, da er uff sass, dem weltlichen stande ».

37 Bien au contraire, on peut supposer que les moniales étaient nombreuses à s’attendre pouvoir sortir du couvent plus ou moins régulièrement et pour des périodes plus ou moins considérables une fois prononcés les vœux. Le journal de Weinsberg témoigne de la pratique. « A. 1580 den 19. maii uff donnerstag vor Pingsten hab ich min steifdochter jonffer Brigitta Ross zu S. Maximinen bei mir zu Weinsberch zu gast gehat und frolich mit ir gewest, dan sie war von anfang irs profess noch nehe uis dem cloister bei iren frunden gewest dan eitz » : Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 198, à la date du 19 mai 1580. Brigitta ne rejoint le couvent que presque un mois plus tard, le 11 juin (voir id., Das Buch Weinsberg, 5, p. 162). Il est vrai que Brigitta a fait sa profession chez les augustiniennes de Saint-Maximin vingt ans auparavant. Si la sortie est donc malgré tout extraordinaire — puisque Weinsberg précise que lors de sa visite la religieuse sort pour la première fois du couvent depuis sa profession — il n’en va pas de même dans le sens inverse : les visites que Hermann a rendues à sa fille dans les années précédentes sont relativement fréquentes ; elles se produisent, normalement, pour le moins une fois (à la veille du carême, il est vrai), sinon deux fois par an. Avouons que les exceptions existent, mais la règle est assez fermement établie, de sorte que Weinsberg s’excuse devant sa fille quand elle n’a pas été respectée. « Anno 1580 den lesten janvarii miner steifdochter jonfer Brigitten Roß custerschen zu s. Maximinen einen breifgeschriben, mich untschuldiget, das ich so lang nit bei ir gewesen. Und schickt ir einen scheffn koichn und ein rhaitzeichn, daß sie sich den andern tag uff s. Brigitten tag oder wan es ir gelegen da mit frolich machen sult. Zu gelegener zeit mogt ich sie selbst persoinlich besoichen ». Est-ce un hasard si c’est précisément la même année que Brigitta sort du couvent pour aller voir ses amis ?

38 L’extrait du décret est cité par Franzen, 1941, p. 252.

39 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Decrepitudinis, fo 389 ; id., Das Buch Weinsberg, 4, p. 211 : « A. 1594 den 20. oct., vur und nach, hat der neue legatus seu nuncius apostolicus understanden, dasjenich, was zwein legaten vor im begunnen und die jonferncloister in Coln zu bescleissen, ins wirk zu richten, hatt schoin in jedes cloister, grois und kleine, einen getruckten breif geschickt und innen ein zit bestimt, wan das angain sulte ».

40 Id., Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Decrepitudinis, fo 389 : « wie eß ferner ablauffen wirt, mach man vernemen ».

41 Id., Das Buch Weinsberg, 4, pp. 211-212 : « aber die jonferncloister und conventen waren des bescleissens ungewon(t) […] dan die im convent Marien Bethlehem in der Reimersgassen halten schole und kinder, wirken siden, lein, ernern sich irer hende, moissen die schoilkinder und lude, damit sie handlen, in- und usslaissen, kunnen ire rent und inkomsten auch nit bekomen, noch broit lois pliben ». Le passage est cité par Chaix, 1992, p. 171, n. 54 ; nous suivons, jusqu’aux deux-points, la traduction proposée.

42 Weinsberg, Die autobiographischen Aufzeichnungen Hermann Weinsbergs, Liber Senectutis, fo 399 : « Ich bin auch in andern cloistern wol essen gewest da ich kundich war ».

43 Ibid. : « alß uff kirmisn eirsten missen, inkleidungen oder waß dan dar zu thoin gewesen, zu Carmeliten, zu Augustinern zu Mynderbrudern, zu Prediger, zu sant Panthaleon, zu groiß sant Merten, zu Carthusern […] zu Oliven, auch in jonfern cloistern, zu Wissenfrawen, zu s. Mariengarten zu s. Maximinen, zu s. Claren, zu sant Mauritio zu s. Agathen, zu s. Cecilien, zu sant Reinolt, zu marien betlehem in der Reimersgaßn, in der clausen uff s. Margarthen clusen, bei den canonichen sant Severin s. Georgen, s. Margreden, s. Andree, s. Cunibertz s. Gereon, s. Apostoln, im dhom ».

44 Passage cité par Schmid, 1991, p. 61 (Weinsberg, Das Buch Weinsberg, 2, pp. 147-148).

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search