Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Troisième partie. Les institutions castillanes au Portugal : les conflits de juridictions comme exercice de la politique

Conclusion. L’impossible retour à l’ordinaire

Texte intégral

  • 1 Antonio Manuel Hespanha, « Justiça e administração entre Ο Antigo Regime e a Revolução », dans Bar (...)
  • 2 Luca Mannori, « Per una “preistoria” della funzione amministrativa. Cultura giuridica et attività (...)
  • 3 Carmen Sanz Ayán, LOS banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989, pp. 48- (...)

1À travers plusieurs institutions particulières, il nous a été possible de mesurer la difficulté qu’il y avait à greffer de juridictions castillanes sur le tronc des juridictions portugaises traditionnelles. Reste à savoir si c’est leur naturalité ou leur nouveauté qui prime dans le refus dont elles ont fait l’objet. Nous avons pu d’abord constater qu’il ne s’agissait pas d’officines administratives, au sens que cet adjectif a acquis à l’époque contemporaine. Il ne s’agit pas ici de bureaucratie car à aucun moment les principaux acteurs, les Fernando de Toledo ou les Francisco Leitão, ne posent les bases d’une organisation juridique alternative. Comme Antonio Manuel Hespanha1 et Luca Mannori2 ont pu le montrer, l’émergence d’une branche autonome du droit portant sur la spécificité de l’acte administratif est extrêmement tardive : ils ne la situent pas avant le milieu du XVIIIe siècle. Leurs analyses trouvent ici une illustration. Les officiers nouveaux agissent comme des juges privatifs, c’est-à-dire comme des magistrats dotés d’une juridiction exceptionnelle sur tel ou tel type d’activité. L’institution du juge privatif (juez conservador) fonctionnait pour assurer le suivi des contrats négociés par le roi auprès de marchands3. Les responsables des différentes activités que nous avons décrites comptent d’abord sur des réseaux de relations personnelles pour agir dans le cadre de conflits de juridictions jamais pleinement résolus. Loin de nous montrer le visage d’une modernité bureaucratique, ils recourent au contraire au clientélisme et à la vieille amicitia, qui rendent leurs missions possibles. Le crédit politique de ces personnages auprès du roi qu’ils servent tient à leur capacité à mobiliser leurs réseaux personnels et à accumuler des informations de bonne source. Celles-ci sont une marchandise fondamentale dans la foire au crédit. Savoir quelles sont les rentrées sûres, les navires à taxer en instance d’abordage, les rentes solides permet aux acteurs à la fois de consolider leur propre clientèle, le cercle de leurs débiteurs et créanciers, et de devenir indispensables aux directeurs des finances royales.

  • 4 ANTT, Chancelaria de D. Foão IV, 12/368, 13/41, 15/166, 15/236, 16/169 et 17/17.
  • 5 ANTT, Chancelaria de D. Foão IV, 10/123 et 11/183.
  • 6 ANTT, Chancelaria de D. Foão IV, 12/84, 16/94, 20/151, 24/217 et 25/193.
  • 7 ACB, Variorum, vol. XX V, s. d.
  • 8 José Simón Díaz, « Albia de Castro en la separación de Portugal », Berceo, IV, 1949, pp. 285-286.
  • 9 BL Add., 28075, fos 106-131, Respuesta a lospapeles que hiço do Pedro de la Mota Sarmiento con pre (...)

2Le mérite personnel, le crédit privé et la fidélité politique sont indissociables. Après la Rertauração, les magistrats bragancistes n’hésiteront pas à recourir à la compétence et au crédit des officiers du réseau Leitão. Ainsi Estevão de Foyos, confirmé dans son office de magistrat de la Casa da Suplicação, devient, comme son ancien patron, un commissaire à tout faire4 ; Sebastião Tavares de Sousa, l’homme de Leitão à Porto, finit par recevoir à son tour la charge de magistrat à la Casa da Suplicação5, et Francisco de Carvalho, au terme d’un brillant cursus bonorum, deviendra le Grand Chancelier de João IV6. Par ailleurs, Diogo Soares insiste sur le rôle des officiers castillans dont nous venons de décrire les activités. Il fait l’éloge de Tomás de Ibio Calderón, Fernando Albia de Castro et Diego de la Rocha Ulloa7. Aux yeux du secrétaire d’État, ces hommes symbolisent les manières de faire liquidées par la Restauração. En fait, les partisans du duc de Bragance partagent l’opinion de Diogo Soares sur ces officiers8. C’est pourquoi dès son avènement, Jean IV, en prévision de la guerre qui s’annonçait, voulut à son tour bénéficier de l’expérience acquise par les commissaires castillans de Lisbonne9 Sur ce point, le témoignage de Juan de Arce, après sa libération au printemps 1642, est catégorique :

  • 10 Biblioteca de Palacio, II/1431, fos 534-540, Declaración que hace el contador Juan de Arce (6 mai (...)

Tous les particuliers castillans qui se trouvaient à Lisbonne, soldats et hommes de plume, ont été persécutés pour rester au service du duc de Bragance. On leur offrit de grands postes et pensions, et celui qui a été le plus sollicité fut Juan de Fuentes Vizcarreta, comptable de l’extraction du sel et greffier de la capitainerie générale, en raison de sa grande connaissance de ces genres de papiers. Car ils n’ont personne qui s’y entende, si ce n’est Francisco de Lucena. [...] Ils nous arrachèrent les papiers et en firent une archive dans la maison qui avait appartenu à Pedro de Baeça, sous la responsabilité de Pais Viegas10.

  • 11 Luís de Reis Torgal, Ideologia político e teoria do Estado na Restauração. Contributo para o seu e (...)

3Ce petit extrait mériterait un long commentaire, tant il permet d’évoquer les ambiguïtés des premières années de la Restauração. La tentative de débauchage des Castillans en raison de leurs compétences particulières dément la primauté du préjugé anticastillan et la volonté du roi de renouer avec un exercice traditionnel de la juridiction. Il est intéressant d’apprendre que les papiers furent confiés aux soins d’Antonio Pais Viegas, chantre de la Restauração et collaborateur intime de Jean IV pendant la conspiration11.

  • 12 António Manuel Hespanha, « Portugal y la política de Olivares. Ensayo de análisis estructural », d (...)
  • 13 Victorino Guimarães, As finanças na Guerra da Restauração (1640-1668), Lisboa, Revista Militar, 19 (...)

4Au total, le devenir des hommes qui ont incarné l’extraordinaire juridictionnel et fiscal au Portugal au temps d’Olivares, invite à nuancer l’assertion d’Antonio Manuel Hespanha selon laquelle la Restauração aurait été une « révolution constitutionnelle12 ». En effet, le rejet idéologique de l’extraordinaire ne s’accompagna pas d’un retour aux pratiques ordinaires. Les modalités de financement de la guerre de 1641-1668 allaient le démontrer13.

Notes

1 Antonio Manuel Hespanha, « Justiça e administração entre Ο Antigo Regime e a Revolução », dans Bartolomé Claveroet alii (éd.), Hispania. Entre derechos propios y derechos nacionales. Atti dell’incontro di studio di Firenze-Lucca (25, 26, 27 maggio 1989), [2 vol.], Milan, Giuffrè Editore, collection « Per la storia del pensiero giuridico modemo » (34-35), 1990, pp. 135-204.

2 Luca Mannori, « Per una “preistoria” della funzione amministrativa. Cultura giuridica et attività dei pubblici apparati nell’età del tardo diritto comune », Quaderni Firorentini, 19, 1990, pp. 323-504.

3 Carmen Sanz Ayán, LOS banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989, pp. 48-50 (« El juez conservador »).

4 ANTT, Chancelaria de D. Foão IV, 12/368, 13/41, 15/166, 15/236, 16/169 et 17/17.

5 ANTT, Chancelaria de D. Foão IV, 10/123 et 11/183.

6 ANTT, Chancelaria de D. Foão IV, 12/84, 16/94, 20/151, 24/217 et 25/193.

7 ACB, Variorum, vol. XX V, s. d.

8 José Simón Díaz, « Albia de Castro en la separación de Portugal », Berceo, IV, 1949, pp. 285-286.

9 BL Add., 28075, fos 106-131, Respuesta a lospapeles que hiço do Pedro de la Mota Sarmiento con pretexto de defenderse del delicto que se le impuso de Magestad ofendida.

10 Biblioteca de Palacio, II/1431, fos 534-540, Declaración que hace el contador Juan de Arce (6 mai 1642).

11 Luís de Reis Torgal, Ideologia político e teoria do Estado na Restauração. Contributo para o seu estudo (2 vol.), Coimbra, 1978, p. 844.

12 António Manuel Hespanha, « Portugal y la política de Olivares. Ensayo de análisis estructural », dans John H. Elliott et Ángel García Sanz (éd.), La España del conde-duque de Olivares, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1990, pp. 619-651.

13 Victorino Guimarães, As finanças na Guerra da Restauração (1640-1668), Lisboa, Revista Militar, 1941.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search