Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Troisième partie. Les institutions castillanes au Portugal : les conflits de juridictions comme exercice de la politique

Chapitre viii

L’administration de l’exportation du sel

Un « laboratoire » Luso-Castillan

Texte intégral

  • 1 BL Add., 20949, f° 296, Ordem de El-Rei (30 avril 1628) ; Luís Augusto Rebello da Silva, História d (...)

1Ce dernier chapitre porte sur l’organisme mis en place pour percevoir une surtaxe à l’exportation du sel portugais. Cette taxe prend indifféremment le nom d’extracção ou de novisimo direito (ou encore de direito da extracção), par opposition au novo direito levé depuis 1601. Comme nous l’avons fait à propos de la répression de la contrebande, notre démarche vise ici à comprendre comment opérait une institution nouvelle, conçue par le gouvernement de Madrid pour le Portugal. Cette innovation fiscale s’inscrit dans le projet d’établissement de la renda fixa, au même titre que la media annata par exemple ; elle est donc contemporaine de la mission au Portugal de Manuel de Moura, second marquis de Castelo Rodrigo1. Les sources dont nous disposons sur cette taxe sont suffisamment riches pour qu’il soit possible d’analyser comment une création institutionnelle se développe sur son terrain d’application. Après avoir vu comment le projet de renda fixa avait été formulé et reçu au Portugal, nous pouvons espérer décrire les pratiques politiques engendrées par l’application d’un de ses volets. En effet, le fonds Consejo y Junta de Hacienda de l’Archivo General de Simancas conserve les lettres envoyées à la Junta de la Extracción de Madrid par différents officiers chargés de travailler à son fonctionnement au Portugal. Nous avons repéré les lettres de Francisco Leitão, second administrateur général de l’« Extracção », de son successeur Francisco de Carvalho, du trésorier général Diogo Lopes Caminha, du dernier greffier Juan de Fuentes Vizcarreta et des inspecteurs comptables Felipe de Arana et Juan de Arce, sans compter les rapports et lettres ponctuels de magistrats comme Estevão de Foyos ou d’officiers castillans concernés par la question du commerce du sel, comme Fernando de Toledo ou Diego de la Rocha Ulloa. Au total plus de trois cents lettres et rapports, certains fort longs et détaillés, pour la période 1631-1640. En outre, la section du Corpo Cronológico de l’Arquivo Nacional da Torre do Tombο conserve des dizaines de pièces administratives produites par ces différents officiers, ainsi que quelques lettres et rapports complémentaires. Pas plus que pour l’inspection de la contrebande nous ne disposons de séries chiffrées permettant de d’établir un tableau général des revenus de l’Extracção. En revanche, l’abondance des documents concernant le fonctionnement de l’institution permet d’en proposer une chronique assez étoffée, organisée en fonction des questions qui nous intéressent ici le plus : comment se produit l’innovation institutionnelle, et quelle lumière particulière apporte à ce problème sa dimension luso-castillane ?

2L’innovation n’est objectivable que dans la mesure où elle est perçue comme nouvelle. L’histoire institutionnelle traditionnelle tend à confronter, au moment de leur apparition, des règlements et créations administratives avec un état de la culture juridico-politique contemporain des faits. L’historien mesure l’innovation par l’écart qu’il décèle entre ceux-là et celle-ci, et il décrète la modernité de telle ou telle institution en fonction de sa plus ou moins grande similitude avec celles du temps présent. À l’appui de ces constats de progrès viennent souvent s’ajouter des morceaux choisis — c’est là une limite fondamentale — d’auteurs dont la doctrine est présentée comme annonciatrice de la modernité étatique (Machiavel, Hobbes, Richelieu). Il convient pourtant de distinguer entre innovation et modernisation. La première notion désigne, en matière institutionnelle, l’apparition d’activités qui n’existaient pas préalablement ; la seconde indexe ce surgissement à une perspective téléologique de genèse et de croissance de l’État moderne. Or une chose n’implique pas nécessairement l’autre : au sens que nous avons adopté, on peut présenter certaines initiatives institutionnelles d’Olivares et des siens comme des innovations non modernes ou non modernisantes, La réflexion sur les pratiques politiques, telles qu’elles apparaissent dans la correspondance des officiers, prend tout son relief — et peut-être toute son étrangeté — lorsqu’elle s’affranchit des a priori mille fois mobilisés par la recherche alchimique de la genèse de l’État.

3Puisque nous disposons, à propos de la taxe sur l’exportation du sel, de si nombreuses lettres rédigées par les administrateurs eux-mêmes, il devient possible d’évaluer l’innovation et l’éventuelle modernité de façon intrinsèque, c’est-à-dire en fonction de ce qu’en pensent les praticiens. S’en tenir, comme on l’a fait si souvent, aux règlements officiels, c’est commettre un triple contresens sur l’institution elle-même. Cela revient en effet à ignorer le fait que pendant presque toute la période l’institution fonctionne sans règlement, à ne pas comprendre que celui-ci, lorsqu’il apparaît, sanctionne a posteriori des mécanismes empiriquement négociés dans la pratique quotidienne de l’institution, à négliger les écarts constatables entre la norme et son application. En outre, le règlement (instrucción) d’une antenne fiscale comme celle que nous allons présenter se situe à un niveau infrajuridique, en dehors de la question de l’exercice d’une juridiction et du problème de la doctrine des regalías (à propos des salines), c’est-à-dire une fois que l’essentiel a été préalablement défini par le droit. Le règlement, objet merveilleusement accessible, fréquemment imprimé et compilé, présente tous les inconvénients de la source prescriptive, sans atteindre la profondeur problématique de la production des normes juridiques.

4Le matériel qu’offre la correspondance envoyée à la Junta de la Extracción permet d’envisager une approche différente. Il s’agit d’analyser les pratiques administratives telles que les décrivent ceux-là mêmes qui les développent. Dans le mouvement d’écriture de leurs rapports, les rédacteurs ne séparent pas la description de leur activité des jugements de valeur ou des commentaires qu’elle leur inspire. Au fil de la plume, ils dévoilent leurs ambitions, leurs intérêts, définissent eux-mêmes le cadre juridictionnel dans lequel ils souhaitent inscrire leur activité et parfois même puisent dans leur culture juridique, religieuse ou politique des arguments étayant leur point de vue. C’est pourquoi nous voudrions dégager de cet abondant corpus les informations nécessaires pour comprendre à la fois comment les rédacteurs de ces documents exerçaient leur mission et comment ils la jugeaient, exercice et jugement se déterminant l’un l’autre. Dans cette perspective, nous aborderons successivement la création de l’organisme, la mise en œuvre de l’administration telle que la conçoit Francisco Leitão, son principal animateur, et le type de réponses sociales et politiques suscitées par cette « nouvelleté ».

I. — Une création discrète

  • 2 Modesto Ulloa, La Hacienda real de Castilla en el reinado de Felipe II, Madrid, Fundación Universit (...)
  • 3 Jean-Frédéric Schaub, « L’État quotidien : entre arbitrisme et révolte, la gabelle au temps du comt (...)
  • 4 Voirie chap. iii, pp. 164-165.
  • 5 Un moio équivalait à 12 fanegas de 55 litres, soit un total de 660 litres.
  • 6 AHN, Estado, lib. 737, fos 659-664, Consulta del Consejo de Estado (12 décembre 1626).

5La création de la taxe dite de l’extracção constitue le terme d’un long processus de fiscalisation du sel dans la péninsule Ibérique2. En 1564, Philippe II avait décrété l’incorporation des salines de Castille au patrimoine royal, cependant que le roi Sébastien, en 1576, s’arrogeait le monopole de la vente de sel à l’intérieur du Portugal et le tiers des exportations. Pour remplacer l’impôt des millones en Castille et pour assurer le financement de la rendu fixa au Portugal, Olivares essaya en 1631 d’instituer une régie totale sur le commerce du sel dans les deux royaumes. On sait assez précisément comment le projet échoua en Castille3. Au Portugal, l’échec est implicite puisque toute allusion à la régie sur le sel disparaît de la documentation après 16334. En revanche, la taxe sur l’exportation du sel fut effectivement levée dans les deux grandes zones productrices de la Péninsule, le Portugal et l’Andalousie. En 1601, Philippe III avait institué un novo direito (ou nuevo derecho) dit des onze vintens, c’est-à-dire de deux cent vingt reis par moio de sel5. En 1628, le Comte-Duc propose l’établissement d’une taxe additionnelle, le novisimo direito ou direito da extracção, qui s’inscrit en plein dans la stratégie de guerre économique contre la Hollande, puis la France. Conscients qu’il est illusoire de vouloir interdire le commerce du sel à destination des « îles du Nord », Olivares et ses conseillers proposent de lever tout au moins sur ces exportations une taxe qui rapporte à la Monarchie de quoi faire la guerre6.

  • 7 AGS, SP, lib. 1469, fos 32-33, Consulta del Consejo de Portugal (21 janvier 1636).
  • 8 Marcel Delafosse et Claude Laveau, Le commerce du sel de Brouage aux XVIIe et XVIIIe dictes, Paris, (...)
  • 9 AGS, CJH, lib. 139, f° 58r°, Consulta de la Junta de la Extracción (29 mai 1631).
  • 10 JJAS, Carta Regia de 29 avril 1630 ; AGS, CJH, 722, Cédula Real (11 janvier 1631).
  • 11 Miguel Ángel Echevarría Bacigalupe, « Examen de una polémica sobre los intercambios exteriores a pr (...)
  • 12 AGS, CJH, lib. 139, fos 33ν°-34r°, Consulta de la Junta de la Extracción (29 septembre 1630).
  • 13 AGS, Estado, 2042, Decreto del Consejo de Estado (31 avril 1628).
  • 14 AGS, CJH, lib. 139, f° 8v°, Consulta de la Junta de la Extracción, s. d.
  • 15 AGS, CJH, lib. 139, fos 25ν°-26r°-ν°, Consulta de la Junta de la Extracción (septembre 1629).

6Les activités de la Junta de la Extracción ne recoupent en rien la juridiction du Conseil de Portugal, qui refuse d’être mêlé à l’opération7. La création à Madrid de cette Junta, et à Lisbonne d’une Administração da Extracção, est d’abord le fruit d’une conjoncture climatique et commerciale défavorable au sel de Brouage8. La grave crise de sous-production qui affecte l’économie salicole du littoral sud-ouest du royaume de France entre 1628 et 1632 attire vers les salines portugaises plus de clients que d’ordinaire. Les partisans de la nouvelle taxe insistent sur la nécessité, pour mieux les tenir sous la dépendance commerciale de la Monarchie, de continuer à vendre du sel aux Hollandais9. Ceux-ci continuent donc de faire le voyage du Portugal, munis de sauf-conduits délivrés par le gouvernement de Bruxelles10. Dans un premier temps, le Comte-Duc espérait pouvoir organiser, aux Pays-Bas du Sud, un immense grenier à sel où les Hollandais viendraient s’approvisionner11 sans passer par la Péninsule et donc sans y écouler leurs marchandises12. Le commerce du sel visait donc à limiter également les sorties de métaux précieux13. Comme il était hors de question que le roi vendît directement son sel aux rebelles par voie d’administration ou de régie, on s’adressa aux négociants14. Le collège d’experts issu du Consejo de Hacienda de Madrid qui examinait les différentes propositions constitue le noyau de la Junta, dont le secrétaire fut Juan Valero Díaz et à laquelle participa le marquis de la Puebla15. Aucune des propositions ne parut sérieuse : il fallut donc s’en tenir au prélèvement d’une taxe à quai depuis les trois ports exportateurs du Portugal (Lisbonne, Setúbal, Aveiro) et depuis ceux d’Andalousie occidentale.

  • 16 AGS, GA, 992, Consulta del Consejo de Guerra (9 novembre 1629).
  • 17 AGS, CJH, lib. 139, f° 52.
  • 18 AGS, CJH, lib. 139, f° 77, Consulta de la Junta de la Extracción (23 novembre 1631).

7La genèse de l’institution se perd dans les ténèbres de la discrétion politique. Le secrétaire Juan Valero Díaz avait confié à Gabriel Dorta la mission de se renseigner secrètement sur le volume des exportations de sel au Portugal. Au printemps 1629, sous prétexte d’affaires militaires, Tomás de Ibio Calderón effectua à Aveiro une visite en réalité destinée à décrire l’état des salines et du commerce du sel depuis la lagune de l’embouchure du Vouga16. L’impératif de discrétion de l’enquête indique à quel point les Conseils de Madrid manquaient d’instruments de contrôle sur les institutions portugaises, en l’occurrence les douanes. En effet, si les registres de la taxe des onze vintens avaient été disponibles et fiables, une telle enquête, et entourée de telles précautions, n’aurait pas été nécessaire17. Il fallut même, à la fin de l’année 1631, faire venir à Madrid des échantillons des mesures de volume (fanegas) utilisées à Lisbonne, Setubal et Aveiro pour s’assurer qu’on s’accordait bien sur les quantités de sel décrites dans les rapports et les comptabilités établies sur place18.

  • 19 ΑΝTΤ, Chancelaria de Filipe III, 22/253 (8 octobre 1629).
  • 20 BNM, ms, 2848, Junta del marqués de la Hinojosa, Jorge Mascarenhas et Padre Salazar (1er septembre (...)
  • 21 AGS, CJH, lib. 139, f° 18-, Consulta de la Junta de la Extracción (4 mai 1630).
  • 22 BA, 51 X 1, f° 28, Sobre a comisão que tem o Dr Gonçalo de Sousa a seu cargo (27 août 1631).

8Les premiers pas de l’institution sont hésitants. Au Portugal, l’inspecteur des finances (Contador General)19 Gonçalo de Sousa de Macedo, qui s’était fait remarquer en envoyant des arbitrios financiers à la Cour20, est chargé d’organiser la perception d’un droit de sortie (licencia de saca) de dix réaux par moio de sel exporté21. Il s’agit d’une commission qui ne fait pas l’objet d’un enregistrement en Chancellerie mais suppose la subordination des magistrats des finances portugais aux nécessités du commissaire22. Celui-ci doit agir avec prudence, de manière à ne pas heurter les institutions et les sujets portugais :

  • 23 AGS, CJH, lib. 139, f° 19, Consulta de la Junta de la Extracción (5 mai 1630).

Par ici on met la dernière main aux ordres qu’il faut envoyer et à propos desquels il y a eu et il continue à y avoir des refus émanant de plusieurs tribunaux et puisque, comme vous le savez, Monsieur, les grandes affaires ne peuvent être ajustées ni introduites d’un seul coup, il faut pour celle-là agir, Monsieur, avec tout le tact et l’adresse dont vous êtes capable car Sa Majesté, en examinant l’affaire, a ordonné que pour l’heure vous agissiez, Monsieur, sans user d’aucune juridiction, tant qu’on n’aura pas trouvé le chemin permettant d’éviter les inconvénients et rejets que toute cette affaire suscite23.

  • 24 AGS, CJH, lib. 139, fos 47v°-48r°, Consulta de la Junta de la Extracción (29 mars 1631).
  • 25 AGS, SP. lib. 1529, f° 14, Consulta del Consejo de Portugal (19 novembre 1631),

9Plutôt que de former une équipe, la Junta de la Extracción recommande à Gonçalo de Sousa de recourir ponctuellement à des hommes sûrs, car il convient de ne pas faire « trop de bruit ». C’est pourquoi le comptable est invité à demeurer en liaison étroite avec le gouverneur, le comte de Basto24. Dès l’automne, plus aucune embarcation ne doit sortir de Lisbonne sans l’aval du Contador General25.

  • 26 AGS, CJH, lib. 139, fos 26v°-27r°, Consulta de la Junta de la Extracción (19 juin 1630).
  • 27 AGS, CJH, lib. 139, f° 39v°, Consulta de la Junta de la Extracción (23 décembre 1630).
  • 28 AGS, GA, 3157, Carta de Juan Valero Díaz al secretario Pedro Coloma (1er novembre 1631).
  • 29 AGS, CJH, lib. 139, f° 84r°, Consulta de la Junta de la Extracción (20 février 1632).

10Dans un premier temps, Gonçalo de Sousa paraît être le magistrat idéal, car il sait dire à Olivares ce que celui-ci désire entendre. En effet, selon ses calculs, l’application de la taxe devrait rapportera la renda fixa quelque 140.000 cruçados, soit plus du quart des 500.000 cruçados initialement prévus (par la suite, ce chiffre passa à un million)26. Au mois de décembre 1630, un premier tarif est défini : la taxe s’élève alors à dix-huit réaux par moio, soit plus du triple de la taxe des onze vintens, et l’intégralité des recettes doit être versée à Tomás de Ibio Calderón pour l’armement des flottes27. Le système de surveillance doit impliquer toutes les institutions concernées par le commerce maritime. C’est ainsi que la Junta de la Extracción demande l’envoi à Lisbonne de décrets émanés du Conseil de Portugal à l’intention des magistrats portugais (notamment ceux des douanes), du Consejo de Guerra à l’intention du capitaine général et des Castillans des présides, et de la Junta del Almirantazgo à l’intention des inspecteurs de la contrebande28. Ces décrets disent en substance que tout officier est sommé d’arrêter un navire dont le capitaine ne présenterait pas de certificat établi par l’Administração da Extracção : les laissez-passer délivrés par le capitaine général, les douanes et les inspecteurs de la contrebande ne suffisaient plus, et cette quatrième pièce devenait désormais indispensable. Jusqu’en février 163229, l’autorisation accordée aux Hollandais de venir chercher leur sel au Portugal et en Andalousie est seulement prorogée d’un mois sur l’autre, et l’institution de l’Extracção semble donc éphémère.

  • 30 AGS, CJH, 676, Minuta de Consulta del Consejo de Hacienda (7 mars 1631).
  • 31 AGS, CJH, 688, Consultas del Consejo de Hacienda (16janvier 1632 et 3 avril 1632) ; AGS, CJH, lib. (...)
  • 32 AGS, CJH, lib. 139, fos 102v°-107r°, Cartas de la Junta de la Extracción a Gonçalo de Sousa de Mace (...)
  • 33 AGS, CJH, lib. 139, fos 93v°-94r°, Cartas de la Junta de la Extracción a Diogo Lopes Caminha (4 oct (...)

11Mais à partir du moment où cette autorisation fut prorogée pour une durée indéterminée, les banquiers du roi commencèrent à accepter que les remboursements soient en partie assignés sur la caisse de l’extracção : Marcos Fernandes Monsanto, Simão Soares, Duarte Fernandes et Manuel de Paz sont créanciers sur cette caisse pour quinze millions sept cent cinquante mille reis, Lelio Imbrea et Garcia de Illán pour la moitié30. Au total, les consignaciones s’élevaient à presque deux millions de réaux par an, soit un pari sur l’exportation d’un million quatre cents mille fanegas par exercice31. Un an après, les évaluations sont du même ordre32. Le trésorier du bureau de l’extracção à Lisbonne, Diogo Lopes Caminha, est alors considéré comme le porte-parole des financiers du roi33.

12Une telle taxe doit être levée par un personnel spécialisé, informé des conditions de production, de transport et de commercialisation du sel. Sa logique est de percevoir le plus d’argent possible grâce à l’exportation de la denrée. Les officiers de l’extracção se trouvent alors en concurrence avec deux autres institutions d’origine castillane. D’une part, l’inspection de la contrebande se voit dès lors forcée de coexister avec une institution dont la raison d’être est le maintien des relations commerciales avec le Νord de l’Europe, le plus souvent à travers le commerce hollandais. D’autre part, la fourniture en sel des pêcheries et des greniers à sel de tout le Nord de l’Espagne (Galice, Asturies, les Quatre Villes de Cantabrie et Biscaye) est assurée, par contrats ou par administration, à partir des salines portugaises. Or tous les signataires d’asientos de ce type exigent, en bonne logique, d’être dispensés de payer la taxe à l’exportation : en cela ils viennent heurter l’institution de l’Extracção. En outre, le contrôle exercé par les officiers de l’extracção sur les chargements effectués dans les trois ports de Lisbonne, Setubal et Aveiro empiète sur les prérogatives des douanes de chacune des villes. L’innovation administrative ne se fait pas dans un vide institutionnel, mais bien au contraire au cœur d’un assemblage déjà touffu de contrôles et de perceptions.

II. — La méthode de Francisco Leitão

L’administration générale

  • 34 AGS, CJH, 687, Carta de Tomás de Ibio Calderón a la Junta de la Extracción (6 août 1633).
  • 35 Voir dans le présent chapitre la section intitulée « La fraude à la tête de l’institution : Gonçalo (...)
  • 36 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 mars 1634), § 8.
  • 37 AGS, CJH, lib. 139, fos 121-122, Consulta de la Junta de la Extracción (13 novembre 1635).
  • 38 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (11 novembre 1634).
  • 39 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (9 août 1636).
  • 40 AGS, CJH, 722, 734, 757, 775 et 788.

13Lorsque la nécessité de désigner un nouvel administrateur de l’extracção se fit sentir, Tomás de Ibio Calderón n’hésita pas à soutenir vigoureusement la candidature de Francisco Leitão34. Au moment où ce dernier accepte de prendre en charge l’Administração da Extracção, il travaille sur quatre fronts : l’inspection de l’Hôtel de la Monnaie de Lisbonne, celle de la trésorerie de l’inquisition de Coimbra, celle de la douane de Lisbonne et, désormais, l’enquête contre le premier administrateur général de l’extracção, Gonçalo de Sousa de Macedo35. Il devient en outre membre du Conselho da Fazenda en février 163436. Mais Leitão considère bientôt que cette administration est comme la « prunelle de ses yeux37 » et qu’il veut la mener comme une « horloge bien réglée38 ». Lorsqu’il est souffrant et alité, la seule activité qu’il n’interrompe jamais est celle qui concerne l’extracção39. L’abondance et la précision de la correspondance qu’il échange avec la Junta de la Extracciόn témoigne de l’intensité de son action et nous permet, à partir d’un corpus de cent vingt-quatre lettres retrouvées, de l’analyser en détail40. C’est qu’en effet il a l’occasion de monter de toutes pièces un organisme, de présider aux désignations des officiers subalternes, de vérifier l’ensemble du processus. Un pamphlet manuscrit, Lamentation d’un Portugais voyant les misères de son Royaume et qui se plaint principalement de cet impôt sur le sel, souligne l’identification de la taxe et de la personne de Francisco Leitão. Les jeux de mots, qui reposent sur le fait que leitão en portugais, et lechón en castillan, signifient cochon de lait, indiquent que, selon l’auteur, l’officier mérite d’être égorgé et salé :

  • 41 Lamentação de bum Português vendo as miserias do seu Reno eprincipalmente se queixa deste tributo d (...)

Après avoir été un cochon de lait
Mes Royaumes t’ont donné des dots
Et les étrangers des verges de justice
Et te tiennent pour un pur sang.
Tu avais sous la main
…………….
De quoi avoir de bons porchers
Tes compagnons t’ont rejeté
Et tu n’es plus qu’un cochon gavé.
…………….
Le moment de tuer le cochon est venu ;
Tu dois mourir, aie patience,
Puisque ta conscience t’a vendu
À simple vue et sans jactance41.

  • 42 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).
  • 43 ANTT, Corpo Cronológico, II/360, doc. 172, Copia del nombramiento que se hiço a Matheo de Santiago (...)
  • 44 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 90, Suplica dos contadores Filipe de Arana e João de Arce a El (...)
  • 45 AGS, CJH, lib. 139, fos 61v°-62r°, Consulta de la Junta de la Extracción (20 juin 1631).
  • 46 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1634), §§ 14-15 ; A (...)
  • 47 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 février 1634), §§ 6-7.
  • 48 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (29 avril 1634), § 24 ; AGS, C (...)

14Avec les comptables castillans Juan de Arce et Felipe de Arana, Leitão organise la concentration de la comptabilité de l’extracção d’Aveiro, Setúbal et Lisbonne42. Ces deux officiers dirigent deux bureaux puissants et nomment chacun deux subdélégués43, qu’ils paient parfois de leur poche44. Bien qu’il hérite d’un trésorier, Diogo Lopes Caminha, occupant son poste depuis 163145, Leitão tient personnellement des livres de chacun des bureaux de l’extracção46. Il examine également un à un tous les passeports délivrés par les autorités des Pays-Bas catholiques aux négociants hollandais venus chercher du sel au Portugal47. L’administrateur général ne conçoit sa mission qu’en liaison permanente avec la seule hiérarchie que son statut lui reconnaisse : la Junta de la Extracción. Le moindre retard du courrier de Madrid suscite chez lui une litanie de plaintes, comme si le lien épistolaire avec le secrétaire de la Junta, Juan Valero Díaz, était la source vivante de sa légitimité, c’est-à-dire de sa juridiction48. C’est ainsi que Francisco Leitão refuse obstinément de prendre quelque initiative que ce soit en matière réglementaire. Agissant en parfait commissaire, Leitão devient à la fois très sûr pour Madrid et indispensable à ses propres subordonnés. Rien ne peut plus se faire sans son contrôle. Son greffier décrit ainsi la situation :

  • 49 AGS, CJH, 766, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (12 décembre 1637).

Le sieur Francisco Leitão prend tant de soin qu’à aucun moment il ne peut se produire d’erreur et son unique désir est de tout garantir, en sorte qu’il fait tout lui-même49.

15Et l’auteur de cette phrase met en garde la Junta sur la faiblesse du système qui repose tout entier sur le zèle et la méfiance d’un seul homme et non sur des mécanismes de contrôle collégiaux : que se pas serait-il si un commissaire indélicat venait à hériter de l’institution telle que l’a remodelée Leitão ?

Le recrutement des subalternes

  • 50 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (4 février 1634 (...)
  • 51 AGS, CJH, 725, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción 1er avril 1634)
  • 52 AGS, CJH, 757, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (26 juillet 1636) ; AGS, CJ (...)
  • 53 AGS, CJH, 757, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (20 septembre 1636).
  • 54 AGS, CJH, lib. 139, f° 86r°-v°, Carta de la Junta de la Extracción a Diogo Lopes Caminha (9 mars 16 (...)
  • 55 Sur António Saravia Picado, greffier de l’extracção à Aveiro, voir pp. 364 sq.
  • 56 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (6 avril 1636).
  • 57 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (12 janvier 1636).

16Francisco Leitão accorde une attention particulière à la question des nominations d’officiers subalternes. La mise sur la sellette de Gonçalo de Sousa de Macedo lui permet de procéder à une épuration. L’équipe d’Aveiro est entièrement renouvelée, mais Diogo Lopes Caminha50, le trésorier général, ou Francisco Rebello Rodovalho51, l’administrateur de Setúbal, demeurent en poste après enquête sur leur gestion. Pendant toute la période, Leitão fait scrupuleusement examiner par les comptables castillans les comptes de ceux qu’il a lui-même nommés. L’honnêteté des trésoriers est nécessaire, et un officier comme Diogo Lopes Caminha se rend également indispensable par les liens de famille qu’il a tissés autour de sa charge. Ainsi son frère, résidant à Madrid, se trouve en contact permanent avec le secrétaire de la Junta, Juan Valero Díaz52, tandis qu’un de ses neveux53 est représentant du financier Lelio Imbrea, dont les titres d’emprunt sont en partie assignés sur la caisse de l’extracção54. Tout en imposant ses propres réseaux de clientèle, Francisco Leitão se méfie pourtant des risques liés au népotisme des officiers. Ainsi, en 1636, après que le greffier de l’extracção d’Aveiro eut été condamné pour fraudes et violences55, l’administrateur général désigne dans un premier temps un greffier intérimaire en attendant que le coupable eut purgé sa peine. Puis, convaincu que le condamné ne méritait pas de revenir un jour à ses fonctions, il propose un candidat à son remplacement définitif, un certain Manuel Dias, résidant de Coimbra et sien parent56. Leitão met en avant ce candidat sans passer sous silence cette parenté et en insistant sur le fait que, n’ayant aucun contact personnel avec le terrain d’Aveiro, Dias ne se laisserait pas influencer par des intérêts locaux. De même, Francisco Tavares de Sousa, le candidat désigné par Leitão pour tenter de monter une antenne de l’extracção à Porto, est un des intimes de l’administrateur général57.

  • 58 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (13 mai 1634 et 16 septembre (...)

17En dehors des canaux officiels, c’est-à-dire de la correspondance ordinaire qu’il échange avec ses subordonnés et des comptes établis par Felipe de Arana et Juan de Arce, Leitão dispose pour son usage particulier d’un système « extraordinaire » d’information. Il s’assure par ses filières personnelles que le trésorier d’Aveiro est surveillé et se vante de terroriser les officiers de ce bureau : ses connaissances sur les conditions locales de gestion de l’extracção, les fraudes sur les mesures et la distribution de licences illicites sont effectivement très précises58.

  • 59 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (10 juin 1634), § 9 ; (8 juil (...)
  • 60 AGS, SP. lib. 1469, fos 26-28, Consultas del Consejo de Portugal (26 janvier 1636).
  • 61 AGS, Estado, 7041, Autobiographie de Juan de Fuentes Vizcarreta (août 1642).
  • 62 BP, II/1431, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta (11 juillet 1642). Sur la Junta en question, voir (...)
  • 63 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (3 mars 1635).
  • 64 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1635) (1).

18L’administrateur général est hostile au cumul de fonctions, sauf quand il s’agit d’un officier auquel il accorde une confiance particulière. C’est ainsi que, pendant le premier semestre de 1634, Francisco Rebello Rodovalho exerce simultanément les attributions de magistrat de la douane, d’administrateur et de premier garde de l’extracção de Setubal59. Mais lorsque Antonio Frois de Aguiar, le greffier du bureau de l’extracção à Lisbonne, est à l’agonie en mars 163560, Leitão récuse deux candidats à sa succession : il s’agit des Castillans Juan de Fuentes Vizcarreta61 et Felipe de Arana (qui défend indifféremment sa candidature ou celle de son fils Juan). Le premier, étant auditeur des soldats et bientôt secrétaire de la Junta de Embargos de Bienes de Franceses de Lisbonne62, est trop occupé pour accorder à l’extracção l’attention qu’elle exige ; quant au second, il cumulerait deux fonctions jugées incompatibles puisqu’il devrait contrôler les livres qu’il établirait lui-même ou qu’établirait son fils63. Leitão met en avant les candidatures d’Antonio Matos da Fonseca et de João Baptista de Chaves, qui exercent à la douane et ont été ses greffiers lors de missions particulièrement délicates : ce sont d’ailleurs ses clients64. La seconde lettre que Leitão envoie sur le remplacement de l’officier décédé nous permet de saisir combien la vie de l’institution s’enracine dans la culture quotidienne de ses acteurs. En effet, Leitão n’emploie pas moins d’une demi-page de son écriture serrée à évoquer l’administration de l’extrême-onction et du viatique à son greffier agonisant, occasion pour lui d’en rappeler toutes les qualités personnelles. Puis il explique pourquoi il refuse de nommer un greffier intérimaire :

  • 65 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1633) (2), § 4.

[Ce n’est] pas seulement parce que Sa Majesté ne m’a pas concédé la faculté expresse de nommer des personnes pour le service par intérim dans ces cas de manque, mais aussi parce qu’en ces matières de choix je suis naturellement un peu scrupuleux et difficile à satisfaire, et comme les prétendants sont nombreux, si j’en désignais un pour l’intérim, les autres seraient alors convaincus que mon opinion les rejette, ce qui d’ordinaire provoque un chagrin d’autant plus grand que l’émulation, la volonté et le désir sont plus forts ; et comme nombreux sont ceux qui sont patronnés par des amis et des personnages de grande autorité, et comme mon désir est qu’on désigne seulement celui qui serait le meilleur pour le service du Roi, je ne voudrais pas que l’on crût que je manifeste mon désir là où je n’en ai pas, et Votre Grâce peut croire que je lui dis la pure vérité et que jamais je ne mêlerai au service de Sa Majesté des obligations occultes ou des intérêts particuliers65.

  • 66 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (10 juin 1635), § 4.
  • 67 AGS, CJH, 775, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 août 1637).

19L’évocation de la fin catholique du greffier n’est certainement pas rhétorique : il s’agit ici d’inscrire le service du roi dans les coordonnées éthiques et spirituelles qui en constituent les garanties fonctionnelles et l’horizon de légitimité. Mais cette lettre montre surtout à quel point les critères d’efficacité fonctionnelle et d’appartenance à des clientèles interviennent dans la désignation des officiers car, si Leitão prétend écarter toute considération particulière de son choix, il n’hésite pas à recommander des scribes qui l’ont déjà servi pour d’autres tâches. La nécessité de préserver un certain équilibre politique et de ne pas favoriser la formation de cabales pousse Leitão à maintenir secret le nom du nouveau greffier jusqu’à ce que le titre de celui-ci, expédié à Madrid, parvienne à Lisbonne66. En fin de compte c’est un de ses greffiers et clients, Afonso Matos da Fonseca, qui est désigné ; il exercera la charge jusqu’à sa mort en août 163767.

  • 68 AGS, CJH, 775, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (19 août 1637).
  • 69 AGS, CJH, 766, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (12 décembre 1637).
  • 70 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. to, Carta que de Madrid escreveu o Lecenciado Francisco de Fon (...)
  • 71 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24avril 1638), § 2.
  • 72 AGS, CJH, 788, Cartas de los mercaderes flamencos a la Junta de la Extracción (12 décembre 1637 et (...)

20Bien qu’il soit opposé au cumul des fonctions sauf pour le cercle de ses amis et obligés, Leitão accepte en 1637 de faire de Juan de Fuentes Vizcarreta le successeur d’Afonso Matos da Fonseca68. Mal lui en prend. D’une part, le nouveau greffier refuse de recevoir du seul Leitão les consignes nécessaires à l’exercice de son office : il exige de recevoir une instruction écrite de la Junta de la Extracción de Madrid69. Le nouveau greffier se dit serviteur (criado) du secrétaire de cette Junta, mais aucunement de Francisco Leitão. Il a des appuis à la Cour que son frère Francisco entretient, profitant des différentes charges qu’il occupe70. On ne s’étonnera pas dans ces conditions de voir l’administrateur général présenter au printemps 1638 un véritable réquisitoire contre son propre greffier71. D’après lui, Juan de Fuentes ferait signer aux négociants venus chercher du sel des pétitions adressées à la Junta et demandant que soient versés au greffier des émoluments plus conséquents afin de l’encourager à exécuter sa tâche avec plus d’efficacité. Comme le greffier travaille à la fois à l’Extracção et à la répression de la contrebande, ses moyens de pression sur les commerçants sont considérables. D’ailleurs, ces derniers ne perdent rien à appuyer ses demandes puisque c’est aux finances royales que cette argumentation est demandée. En attendant, Juan de Fuentes Vizcarreta prélève de son propre chef une taxe sur les actes qu’il délivre aux marchands. Lorsqu’on le lui reproche, il prétend ne faire pour sa part que suivre l’usage de ses prédécesseurs72, alors que Leitão soutient en cela avoir éradiqué ces pratiques, nées sous Gonçalo de Sousa. La polémique s’envenime et Leitão lui donne une dimension universelle :

  • 73 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (19 juin 1638).

Ayant appris avec consternation qu’un greffier, sans ordre de Sa Majesté et contre sa royale volonté, bénéficiait de tels profits, je ne puis l’accepter en aucune façon, et avec raison, car les capitaines et autres étrangers qui sont véritablement affectés redoutent comme la mort les taxes et droits qu’ils acquittent par diverses voies à divers officiers et les visites qu’on leur impose, et la plus petite contribution leur semble une insolence et une imposition insupportable. Et considérant l’équité et la justice que Sa Majesté (Dieu la garde) comme Seigneur et Roi Catholique, droit et pieux, veut offrir à tous à travers les mains sans tache des ministres qui ont sa confiance, il est indispensable d’en tenir compte spécialement avec les étrangers, en raison de l’obligation suprême qu’il y a à exercer avec égalité l’administration de la justice, mais aussi en raison de la réputation inviolable qu’il faut préserver parmi les nations les plus éloignées, auprès desquelles Votre Majesté doit inspirer la crainte et le respect, tant pour la valeur de ses armes que pour le titre de Juste et Prudent hérité de ses pères et acquis par ses propres œuvres et celles de ses ministres73.

21La solennité du ton traduit sans doute l’impossibilité où se trouve l’administrateur général de sanctionner le greffier qui est propriétaire de son office. Il est tout de même remarquable que les deux registres mobilisés pour dénoncer les malversations de Juan de Fuentes Vizcarreta soient forts traditionnels : la juridiction et la réputation royales. La lettre de Leitão révèle clairement que son auteur pense sa commission selon une grille conceptuelle qui relève entièrement de l’ordre judiciaire — et nullement en termes d’administration, entendue comme sphère d’activité réglementaire autonome.

  • 74 Ibid.
  • 75 AGS, CJH, 788, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (26 février 163 8).
  • 76 AGS, CJH, 788, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (15 février 1638).
  • 77 AGS, CJH, 788, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (10 avril 1638).
  • 78 AGS, CJH, 801, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (8 janvier 1638).

22La Junta de la Extracción de Madrid, sur tous les points, lui donne entièrement raison74. Elle avait pourtant demandé à Juan de Fuentes Vizcarreta un rapport secret sur l’état de l’Administração da Extracção, preuve que Leitão lui non plus ne jouissait pas d’une totale confiance auprès de la Junta75. Dans sa correspondance avec celle-ci, Juan de Fuentes nie l’accusation de prélèvement abusif opéré sur les négociants et contre-attaque aussitôt en expliquant que la pire des choses pour les négociants est la lenteur de l’administration portugaise. Il se plaint de ce que Leitão ne lui communique pas tous les papiers dont il a besoin pour établir ses livres comptables, signe que l’administrateur général n’a jamais accordé confiance à ce greffier qu’il n’a pas vraiment choisi76. Obsédé par sa gestion de l’extracção, Francisco Leitão ne lui a jamais concédé la moindre marge de manœuvre77. Juan de Fuentes décrie la lenteur des opérations liée à la méfiance et à la méticulosité de Leitão : il tient chez lui des livres comptables qui rendent inutiles ceux du greffier78. En définitive ce Castillan attribue une extrême lenteur aux procédures portugaises, suivant un topos que nous avons déjà rencontré :

  • 79 AGS, CJH, 788, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (19 juin 1638).

La faute n’en revient pas à la volonté de Monsieur Francisco Leiton [sic], qui je crois est bonne, mais au nombre de ses occupations et à l’embarras dont tous les Portugais font généralement preuve dans l’exercice de leurs charges : ils l’allongent et marquent leur autorité par le fait de faire venir dix fois une personne devant leur porte avant de lui accorder leur signature sur un papier79.

23Ce que nous révèle ce commentaire, c’est qu’un adversaire de Leitão peut mobiliser contre lui un registre topique associé aux procédures et mœurs portugaises, alors qu’en principe l’administrateur général est le prototype du commissaire dévoué aux réformes olivaristes.

Le commissariat, une affaire intime

  • 80 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa al Consejo de Guerra (30 avril 1638).

24Lorsque Francisco Leitão est appelé à la Cour au printemps puis à l’automne 1638, ce type d’arguments revient sous la plume de candidats castillans à sa succession. L’inspecteur de la contrebande Diego de la Rocha Ulloa plaide en faveur de la fusion de l’Extracção avec la répression de la contrebande... sous sa direction80. Il estime de l’intérêt des finances royales que le successeur de Francisco Leitão ne soit pas portugais :

  • 81 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa al Consejo de Guerra (5 septembre 1638).

La garantie de succès de ma prétention à diriger l’administration du sel tient à ce qu’on me nomme, ne serait-ce que par intérim, avant que Francisco Leitão n’arrive [à Madrid], car lui et Diogo Soares vont faire en sorte qu’on l’attribue à un Portugais, ce qui serait, c’est bien connu, préjudiciable au service du Roi81.

  • 82 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco de Molina a la Junta de la Extracción (31 janvier 1634 et 16 fév (...)
  • 83 AGS, CJH, 788, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (26 septembre 1638).

25Cet argument avait déjà été avancé au moment de la succession de Gonçalo de Sousa82. Il revient, inchangé, après les années d’administration de Leitão, Cela signifie qu’il est possible critiquer, du point de vue castillan, la gestion du très fidèle Leitão avec quelque apparence de vraisemblance. Du même coup, les Castillans reconnaissent que la politique dessinée à Madrid ne saurait en aucune façon être appliquée par des Portugais. De son côté, Felipe de Arana, candidat à tous les postes qui se présentent, pose sa candidature à la succession de Leitão, à l’insu de celui-ci83. Il faut ici essayer de reconstituer les circonstances de cette lutte sourde.

  • 84 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).
  • 85 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (6 janvier 1635 et 4 août 1635 (...)
  • 86 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Princesa Margarita (15 juillet 1635).
  • 87 ACB, Variorum, vol. XLII, 125-127, Carta de Francisco Leitão a Diogo Soares (22 juillet 1638).
  • 88 AGS, CJH, 734, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (3 mars 1635 et 4 août 1635). (...)
  • 89 ANTT, Corpo Cronológico, II/366, doc. 151, Carta do contador João de Arana (22 novembre 1634).
  • 90 AGS, GA, 1236, Carta de Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (7 novembre 1638).
  • 91 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 juillet 1638).

26Les arguments castillans en faveur de l’alignement de l’Extracção sur le modèle de l’inspection de la contrebande sont le fruit de la difficile expérience de gestion en terre portugaise, des ambitions frustrées mais aussi de l’hostilité suscitée par Leitão. Brouillé dès 1634 avec le Maestre de Campo Fernando de Toledo84, puis en 1635 avec le marquis de la Puebla (après une brève lune de miel) et le secrétaire Gaspar Ruiz de Escaray85 et même avec la duchesse Marguerite de Mantoue86, enfin en 1638 avec Tomás de Ibio Calderón à propos de l’armement des flottes du Brésil87, l’administrateur général sait également se faire détester de ses subordonnés et collègues castillans. Il a frustré les ambitions que Felipe de Arana nourrissait pour son fils Juan88, pourtant bien formé dans les oficinas de son père89. Après avoir repoussé une première fois la candidature de Juan de Fuentes Vizcarreta, il l’accepte comme un chien dans un jeu de quilles, sans jamais lui accorder sa confiance. Quant à Diego de la Rocha Ulloa, il a vu ses consignes régulièrement tournées par Francisco Leitão au nom de l’impératif d’exportation de sel vers les Provinces du Nord90. En outre Leitão, avant de partir pour Madrid, a eu le temps de dénoncer un trafic auquel se livrait l’inspecteur de la contrebande : celui-ci aurait obligé les négociants étrangers à acheter le sel de deux de ses amis, Aires Miranda Henriques, du Conselho da Fazenda, et le docteur Estevão Fuseiro, de la Mesa da Consciência e Ordens, tous deux natifs de Setúbal et propriétaires de salines91. Cette accusation montre que Rocha Ulloa, ce Castillan que nous avions vu si impuissant à faire appliquer la politique de répression de la contrebande, s’était intégré à une clientèle de hauts magistrats portugais, en l’occurrence un lobby de producteurs de sel.

  • 92 AGS, CJH, lib. 139, fos 127-128, Consulta de la Junta de la Extracción (27 janvier 1634) ; AGS, CJH (...)
  • 93 Il ne s’y rendit d’ailleurs pas avant l’automne, car il avait dû rebrousser chemin pour assurer l’a (...)
  • 94 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 mai 1638).

27Mais Leitão a préparé sa succession. Francisco de Carvalho, chargé par Leitão de coordonner à Lisbonne et Setúbal les efforts des signataires du contrat de fourniture de sel à la Galice et aux Asturies92, assure l’intérim au cours d’un déplacement de l’administrateur général. Celui-ci, en effet, avait été appelé à la Cour au printemps 163793. Dans un premier temps, Francisco Leitão, qui siège à la Junta del Despacho de Portugal à partir d’octobre 1638, ne se résigne pas à abandonner l’Administração da Extracção. Il espère pouvoir continuer à la diriger à distance en confiant sa succession à l’auditeur Marçal da Costa, qu’il qualifie comme « un de ses yeux ». Et Leitão d’expliquer qu’il a personnellement instruit cet officier des arcanes de l’Extracção et que celui-ci sera indispensable94. Il suggère même que l’Administração soit confiée à son protégé, à condition que le roi crée la charge correspondante, car Marçal est pauvre et chargé d’enfants et, de plus,

... L’assiduité à sa charge ne peut lui laisser de temps libre pour chercher d’autres moyens de subsistance [...]. Moi, je sers, j’ai servi et servirai toujours Sa Majesté où, quand et comme elle le désirera, sans tenir compte ni regarder mon intérêt particulier, en considérant comme pure grâce et pur bienfait tout salaire grand ou petit, libre ou pensionné, car je suis né pour servir Sa Majesté sans cela, et tout ce qu’Elle me fait donner en plus procède de Sa royale libéralité, et je le dépense à mon tour à Son service car je Lui appartiens...

  • 95 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 août 1638).
  • 96 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (11 septembre 1638).

28C’est la relation maître/serviteur qui détermine le choix de Marçal, personnage obscur : l’apparition d’hommes nouveaux ne traduit pas une innovation sociale, mais bien la pérennité d’un lien domestique entre supérieur et inférieurs. À l’automne 1638, Madrid se refusant à nommer Marçal, Leitão suggère de maintenir l’auditeur comme lieutenant du nouvel administrateur général95. La Junta refuse encore, voyant bien sans doute que Leitão voulait ainsi maintenir un contrôle à distance, source probable de conflits avec son successeur. L’ancien administrateur général décide donc d’emmener avec lui à Madrid Marçal et toute sa famille96.

  • 97 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (31 mai 1635).
  • 98 Sur la carrière de Francisco Leitão, voir chapitre v, p. 223.

29Notons que la déclaration de Leitão à propos de son salaire n’a rien d’une clause de style. Pour un haut magistrat parfaitement installé dans le cursus honorum97, les émoluments attachés à une commission particulière peuvent bien être considérés comme une grâce : le commissaire est donc prêt à perdre tout son salaire, voire plus, pourvu que sa mission réussisse. Un tel contre-don s’inscrit dans une double logique. D’une part, toute mission fiscale ou financière aboutit à la création d’une caisse (arca), dont les fonds vont rembourser les avances des banquiers du roi. Le crédit — entendons aussi la réputation — de la caisse renforce le prestige de son gestionnaire ; aussi Leitão avance-t-il parfois le produit des recettes sur ses deniers, afin que les facteurs des banquiers puissent percevoir à temps leurs traites assignées sur l’extracção. En ce domaine, la confiance des banquiers est le seul critère de réussite. Leitão refuse donc de détourner ses recettes vers d’autres destinations, déclarant lui-même agir en « homme de finances » (hombre de negocios) pour ce qui regarde la gestion de sa caisse et de ses revenus98. Mais, d’autre part, le succès du commissaire est aussi un moteur essentiel pour sa carrière dans la haute magistrature. Le lien unissant le commissaire et celui qui le commet répond donc à une logique gracieuse, faite d’échanges de bienfaits et de recherche commune de la réputation, où calcul et don de soi sont inséparables.

  • 99 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (25 septembre 1638).
  • 100 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (23 octobre 1638).
  • 101 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (20 novembre 1638). ; AGS (...)
  • 102 AGS, CJH, 801, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (5 février 1639).
  • 103 AGS, CJH, 801, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (5 mars 1639).
  • 104 AGS, CJH, 801, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (19 novembre 1639).

30C’est donc Francisco de Carvalho qui, en septembre 1638, succède à Francisco Leitão99. En partant, l’ancien administrateur général lui a laissé ses livres de comptes, un serviteur (criado) et aussi une instruction écrite, alors que le règlement de l’extracção n’est pas encore officiellement adopté100. Dans sa correspondance avec la Junta de la Extracción, le nouvel administrateur invoque souvent l’autorité de son prédécesseur et se réclame de sa doctrine professionnelle101. Depuis Madrid, Leitão, qui rapidement devient membre de la Junta de la Extracción102, continue à surveiller l’action de Carvalho103 tout en le tenant informé de ce qui se fait à la Cour104. Le lien n’est donc pas rompu et l’examen de la correspondance de Carvalho trahit une volonté d’imiter son maître.

  • 105 AGS, CJH, 801, Carta de Sebastião de Almeida Lopes a la Junta de la Extracción (18 octobre 1638).
  • 106 AGS, CJH, 801, Carta de Manuel de Almeida a Francisco de Carvalho (7 novembre 1638).
  • 107 AGS, CJH, 801, Auto de la visita de Tomás Rodriguez Henriquez (12 janvier 1639) ; AHN, Estado, lib.(...)
  • 108 AGS, CJH, 801, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (12 août 1639).
  • 109 AGS, CJH, 801, Carta de Pedro de Toro Flores a la Junta de la Extracción (22 janvier 1639).
  • 110 AGS, CJH, 801, Carta de Manuel Correa a la Junta de la Extracción (24 juillet 1639).

31Au détour des conflits, on finit par deviner comment les officiers de l’extracção participent simultanément de rationalités différentes dont le principal point commun est l’acquisition de compétences juridictionnelles et de relations d’affaires. Un exemple précis permet de saisir les règles du jeu. En 1638, Sebastião de Almeida Lopes, négociant chargé de fournir les greniers de Galice et des Asturies en sel portugais, se plaint de ce que Manuel Correa, chef de la garde (guardamor) de l’extracção d’Aveiro, lui fait payer une taxe sur ses chargements alors qu’il en est exempté en vertu du contrat passé avec le Conseil des Finances105. Chacun de son côté, l’administrateur d’Aveiro, Manuel de Almeida, le représentant de Sebastião de Almeida Lopes en Galice, Tomás Rodríguez Henríquez, et le greffier général Juan de Fuentes Vizcarreta accusent. Le premier parle d’une pur et simple abus de fonction106. Le second reproche au précédent l’absentéisme du garde Correa, la terreur que celui-ci fait régner chez les mesureurs de sel, la grossièreté avec laquelle il traite les capitaines des navires, ses mœurs dissolues, son goût pour les cadeaux, ses activités mercantiles et le fait qu’il est le défenseur patenté des intérêts du négociant Ventura Donis à Aveiro107. Pour sa part, Juan de Fuentes Vizcarreta se concentre sur les deux dernières accusations : Manuel Correa, en plus de sa fonction de guarda-mor, serait un gros négociant en fer, fonte, acier et plomb et représentant de Ventura Donis108. Ce dernier est un négociant galicien, sans doute d’origine portugaise, qui ni en 1634 ni en 1637 ne sut emporter le contrat de fourniture de sel au Royaume de Galice. (Il obtint en revanche celui du transport de sel vers la Cantabrie et le Pays Basque.) Il était donc logique que son correspondant fut un négociant en métaux, denrée que la côte cantabrique orientale pouvait offrir en échange du sel. En principe, un officier ne pouvait être en même temps facteur d’un négociant. Sebastião de Almeida Lopes accuse Correa de faire commerce du sel par l’intermédiaire de prête-noms, ce qui explique que le guarda-mor ne fasse rien pour faciliter la bonne marche des contrats des concurrents de son commanditaire109. Le chef des gardes aurait en outre corrompu Manuel Dias, ce parent de Francisco Leitão pour lequel ce dernier avait obtenu l’office de greffier de l’extracção. La contre-attaque de Manuel Correa est fulgurante. Il répond à chacune des accusations : les médisances des mesureurs à son encontre s’expliquent par la surveillance sévère à laquelle il les soumet, ses absences sont justifiées par des certificats médicaux, ses relations avec Ventura Donis se limitent au travail de chargement qu’il a effectué pour lui en 1637 avec l’autorisation de Francisco Leitão110. Mais reste sa botte secrète : Correa retourne l’accusation en dénonçant l’étroite amitié qui unit l’administrateur Manuel de Almeida et Tomás Rodriguez Henríquez, le facteur de Sebastião de Almeida Lopes. Autrement dit, deux dénonciations symétriques sont en présence. Les connexions du négociant Ventura Donis avec le chef des gardes d’Aveiro et celles de l’administrateur d’Aveiro avec le négociant Sebastião de Almeida Lopes sont équivalentes. On ne saurait donc isoler un réseau de fidèles de Leitão censés représenter des modèles de respect de l’esprit public face à d’autres groupes prévaricateurs. Une telle opposition n’a pas grand sens dans le cadre d’un système dans lequel les intérêts et le crédit particuliers sont inextricablement liés à la compétence professionnelle.

À la recherche d’un règlement

  • 111 AGS, CJH, 734, Instruction para el administrador de Aveiro (23 septembre 1535).
  • 112 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a Sebastião Tavares de Sousa (3 août 1635).
  • 113 Regimento do direito do sal na Alfandêga desta Cidade de Lisboa, dans Systema ou Collecção dos regi (...)
  • 114 Traslado do regimento do novo direito do sal que se arrecada nas Alfandegas das villas de Aveiro e (...)
  • 115 AGS, SΡ, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta del Despacho de Portugal (13 juillet 1638).
  • 116 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 septembre 1634), § 9 ; AGS (...)
  • 117 Voir chapitre vii, p. 299.

32Le choix des personnels est d’autant plus crucial que, pendant toute sa présence à la tête de l’Administração da Extracção, Leitão travaille sans règlement officiel. Il adresse des instructions écrites aux administrateurs d’Aveiro111 et de Porto112, mais le regimento officiel du bureau de Lisbonne n’est promulgué qu’à la fin de sa mission113, et celui de ses homologues d’Aveiro et Setubal plus tard, sous l’autorité de Francisco de Carvalho114. À la fin de la période, le guarda-mor de l’extraction de Lisbonne, Manuel Pereira, obtient non sans mal qu’on lui fournisse le règlement de sa charge115. Les instructions adressées par Leitão n’ont aucun caractère juridique : il s’agit de modes d’emploi de l’administration, de descriptions de procédures, en aucun cas d’un règlement approuvé par un des tribunaux de la polysynodie. Or c’est précisément ce que Leitão demande à cor et à cri, tout en s’offrant d’ailleurs pour le rédiger116. Après la gestion de Gonçalo de Sousa de Macedo, marquée par le secret, puis par la discrétion et le caractère informel des procédures, son successeur aspire à construire un instrument fiable, c’est-à-dire crédible sur le plan financier. En effet, dans la mesure où cette rentrée d’argent sert, comme tous les postes des finances royales, à rembourser les créanciers du roi, la promulgation d’un règlement définissant les procédures fiscales est une caution importante. Elle rend en effet possible une certaine lisibilité de l’action de l’administrateur et démontre, par le seul fait de sa publication, un certain degré d’acceptation sociale. On se souvient que les financiers du roi avaient exigé de la capitainerie générale la publication d’un règlement du contrabando avant d’accepter des titres de dettes assignés sur ces revenus117.

  • 118 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 novembre 1634).
  • 119 AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 décembre 1635).
  • 120 AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (23 février 1636).
  • 121 Ordenaçoes Filipnas [1870] (3 vol.), éd. Mário Júlio de Almeida Costa, Lisbonne, Fundação Calouste (...)

33Francisco Leitão sait que la partie n’est pas gagnée d’avance et que par exemple le novo direito de 1601 n’a jamais pu faire l’objet d’ordonnances royales118. Il demande à la Junta de la Extracción que le règlement soit promulgué non par le Consejo de Hacienda mais par le Conseil de Portugal, ce qui suppose une âpre discussion politique119. L’administrateur général espère faire approuver par le Conseil de Portugal une entorse aux Ordenações Filipinas en leurs articles II, 39 et II, 40120. Le troisième alinéa de l’article II, 39 précise en effet qu’aucun receveur ou trésorier ne peut administrer de revenus sans un acte passé devant la Chancellerie du royaume du Portugal121. Or Leitão redoute que le passage par la Chancellerie puisse donner lieu à une guerre de procédure, dans la mesure où les questions relatives à l’extracção relèvent toujours d’une juridiction castillane, la Junta de la Extracción de Madrid.

34Nous retrouvons ici un schéma déjà rencontré à propos du contrabando. Si la perception des droits sur l’exportation de sel ne devait dépendre que de la justice castillane sans impliquer les juridictions portugaises, l’Extracção courrait à l’échec, bien qu’administrée par des officiers portugais. Comment justifier son autonomie juridictionnelle par rapport à la capitainerie générale s’il s’agit d’une institution purement castillane ? Comment justifier son autonomie par rapport aux douanes s’il s’agit d’une institution portugaise ? La volonté montrée par Leitão de tenir à distance les deux ordres juridiques s’explique par la nécessité circonstancielle d’assurer la mise en route d’un revenu fiscal non hypothéqué par des pratiques ou des règlements antérieurs à sa création. L’administrateur général voudrait pouvoir s’appuyer sur un texte légal qui définirait sa juridiction, car tout ce qu’il gagne en souplesse, il risque de le payer en fragilité en cas de conflit juridictionnel :

  • 122 AGS, CJH H, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (26 janvier 1636) ; AGS, CJH (...)

Il est nécessaire de disposer d’une juridiction suffisante et légitimement fondée pour pouvoir y recourir dans de nombreuses et importantes circonstances, car je me trouve toujours très court d’ordinaire, réglant des affaires importantes soit par la dissimulation, soit par de prudents équilibres, et si l’on veut aller plus loin, même si cela est justifié, on n’y parviendra pas122.

35En fait, Leitão sait jouer de son autorité politique en s’appuyant sur la fidélité de ses subdélégués, mais effectivement sans l’appui d’un règlement approuvé par le Conseil de Portugal.

III. — La lutte contre les fraudes

La fraude à la tête de l’institution : Gonçalo de Sousa de Macedo

  • 123 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (29 avril 1634), § 7.
  • 124 AGS, CJH, lib. 139, fos 110v°-111r°, Carta de comision de Felipe de Arana et Juan de Arce (2 avril (...)
  • 125 BA, 50 V 28, fos 164-166, Consulta do Desembargo do Paço (13 septembre 1624).
  • 126 AGS, GA, 930, Carta de Felipe de Arana et Pedro de Salazar a la Junta del Almirantazgo (9 janvier 1 (...)
  • 127 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (12 juin 1633).

36En 1633, Francisco Leitão est désigné administrateur général de l’Extracção. Sa première mission à la tête de l’organisme consiste à faire rendre gorge à son prédécesseur. En détournant à grande échelle les revenus de l’extracção, Gonçalo de Sousa de Macedo a personnellement offensé le comte-duc d’Olivares123 : l’enquête sera politique autant que financière. Les comptables castillans Felipe de Arana et Juan de Arce sont désignés par la Junta de la Extracción pour vérifier les livres comptables du prédécesseur inculpé124. Ils sont habilités à inspecter les comptes de sujets portugais chargés de gérer les contrats du roi ou certains revenus de la Couronne aliénés125. Ils forment un tandem habitué à faire payer les débiteurs des finances royales126. Le suspect récuse la compétence des deux comptables, car il s’agit incontestablement d’un cas de confusion juridictionnelle127. Felipe de Arana reconnaissait d’ailleurs lui-même que

  • 128 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana a la Junta de Extracción (13 juin 1633) ; voir également AG (...)

Sans commission de Sa Majesté comme roi du Portugal, personne ne peut travailler aux affaires portugaises128.

  • 129 ΒA, 51 X 5, Consulta de ! Consejo de Portugal (16 mars 1633).

37Après avoir été secrètement chargé de vérifier les livres comptables129, Francisco Leitão est officiellement désigné le 25 mai 1633 : c’est le limier qui saura faire le nettoyage et c’est en même temps un letrado, un haut magistrat détenteur de la juridiction légitime nécessaire pour juger des sujets portugais du roi.

  • 130 BA, 51 X 4, f° 4 (6 octobre 1632).
  • 131 AGS, CJH, 676, Copia de navios olandeses que truxeron pasaportes [...], (13 décembre 1631) ; AGS, C (...)
  • 132 AGS, CJH, 1739 (2), Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (21 juin 1 (...)
  • 133 BA, 51 X 4, p. 137 (30 octobre 1632).
  • 134 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (19 octobre 1632).
  • 135 AGS, CJH, lib. 139, fos 117v°-118r°, Consulta de la Junta de la Extracción (26 juillet 1633).
  • 136 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (20 juillet 163 (...)

38Les soupçons étaient nés à l’automne 1632, après que la Junta dos Contos eut estimé que la comptabilité de Gonçalo de Sousa était peu satisfaisante130. Dès le printemps, l’inspecteur comptable Luis de Padilla avait envoyé un état des comptes à la Junta de la Extracción, à Madrid131. Très vite, Felipe de Arana et Juan de Arce constatent que « l’eau monte jusqu’à la gorge » de Gonçalo de Sousa de Macedo : seules des astuces de procédure pourraient lui permettre de s’en tirer132. Les mouvements de Macedo sont étroitement surveillés : alors qu’il prétend devoir se rendre à Aveiro pour éclaircir ses comptes, on le soupçonne de vouloir partir à Madrid pour défendre sa cause devant le Conseil de Portugal (et non pas la Junta de la Extracción)133. Il doit renoncer à son voyage à la Cour par suite d’un ordre autographe du roi lui refusant la licence de s’y rendre134. Le 26 juillet 1633, la mission des comptables s’étend à tous les officiers impliqués dans la gestion de l’extracção135. L’administrateur en titre s’indigne de voir les procédures entamées contre lui connaître une publicité qui ne peut que nuire à son crédit, à sa réputation et à sa solvabilité, qui sont une seule et même chose136.

  • 137 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (6 août 1633).
  • 138 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (20 août 1633)  (...)
  • 139 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (1er octobre 16 (...)
  • 140 AGS, CJH, lib. 139, f° 120, Consulta de la Junta de la Extracción (8 octobre 1633).
  • 141 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (22 octobre 163 (...)
  • 142 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (10 décembre 16 (...)

39La procédure se déroule au domicile d’Arana. Voyant que ses affaires tournent mal, Gonçalo de Sousa, après s’y être rendu plusieurs fois, déclare qu’il est indigne qu’un magistrat portugais ait à se rendre chez un comptable castillan137. Sa stratégie consiste à récuser les enquêteurs castillans et les dénonciateurs, qui sont des négociants victimes du racket de ses agents138. La tension monte jusqu’au coup de force de septembre 1633 : Gonçalo de Sousa, toujours titulaire de la commission d’administration de l’Extracção, fait arrêter Juan Hals, le plus important des commerçants plaignants139. Aussitôt, les comptables demandent et obtiennent la destitution de l’administrateur général. Le 8 octobre, Gonçalo de Sousa de Macedo est suspendu de ses fonctions tant que ses comptes ne seront pas réglés et Francisco Leitão le remplace par intérim140. Le comte de Castro, vice-roi, est avisé par une lettre de la Junta de la Extracción et non par un décret du Conseil de Portugal. Les deux assesseurs de Gonçalo de Sousa de Macedo sont convaincus de malversation : Luis de Padilla, qui distribuait des passeports aux Hollandais moyennant finances et sans tenir de comptabilité, et Luís Avelar Castelobranco, soupçonné de détournements de fonds141. La technique de Gonçalo de Sousa de Macedo était simple : il dispensait certaines embarcations d’acquitter le novisimo direito et, en sous-main, prélevait sur ces mêmes embarcations une taxe bien inférieure au tarif officiel, mais à son seul profit142.

  • 143 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 janvier 1634) ; AGS, CJH, 6 (...)
  • 144 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (4 février 1634 (...)
  • 145 ANTT, Miscellaneas Manuscritas, 1109, f° 155, Consulta da Casa da Supplicação, s. d.
  • 146 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).

40Après avoir tout fait pour l’éviter, le 22 décembre 1633, le vice-roi est contraint d’accepter l’incarcération de Gonçalo de Sousa de Macedo dans une forteresse, avec toute la publicité gênante qu’un événement de cette sorte entraîne143. Le haut magistrat est déchu de ses charges d’officier comptable et de magistrat du roi144, puis expulsé de Lisbonne145. Pour la mise sous séquestre de ses biens, les comptables s’en remettent à Francisco Leitao, et cela pour des raisons de juridiction : il n’est pas concevable que la confiscation du patrimoine d’un magistrat portugais puisse être opérée par des officiers comptables castillans146.

  • 147 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 février 1634 et 4 mars 16 (...)

41L’appui apporté par le vice-roi au contador-mor147 déchu suscita ce commentaire amer des comptables :

  • 148 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (18 février 163 (...)

Monsieur le Vice-Roi, alors qu’il aurait dû être la personne qui par tous les moyens devait aider et favoriser le service de Sa Majesté et exécrer les fraudes qui se pratiquent contre elle, accumule les obstacles afin qu’on ne puisse manifester leur existence et les châtier. Tout cela, à notre avis, vient de ce qu’il n’est guère partisan des intérêts de la couronne de Castille148.

  • 149 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1634).

42De son côté, Francisco Leitão écrit à la Cour en demandant que le roi, à travers le Conseil de Portugal, fasse pression sur le vice-roi149.

  • 150 Sur António de Sousa de Macedo, voir chapitre i, pp. 55 et 68 notamment.
  • 151 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (9 août 1636) ; AGS, CJH, 725,(...)
  • 152 AGS, CJH, 1739 (2), Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (2 septemb (...)
  • 153 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (2 avril 1634), § 17.
  • 154 ACB, Visita de Diogo Soares, vol, II, f° 6-. Sur les charges que Sousa de Macedo aurait présent (...)
  • 155 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (15octobre 1632).
  • 156 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (14 octobre 163 (...)
  • 157 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, Manifeste de Diogo Soares, s. d. (postérieur au 1er décembre (...)

43L’examen de la comptabilité de l’ancien contador-mor dure de longs mois. Son fils, le célèbre écrivain et publiciste Antonio de Sousa de Macedo150, travaille activement à la défense de son père et, après sa condamnation, procède aux remboursements auxquels celui-ci est astreint151. Le polémiste n’hésite pas à compromettre son honorabilité : son père étant accusé de ne pas avoir versé les droits correspondant à un lot de sel, le fils répond qu’il s’agit d’une erreur de copiste alors que ce même lot apparaît dans les registres du droit des onze vintens. En septembre, Antonio de Sousa de Macedo envisage de se rendre à la Cour152, où son oncle Pedro défend déjà les intérêts de Gonçalo153. Antonio aurait même présenté à cette occasion des charges contre Diogo Soares154. À l’époque où Gonçalo de Sousa de Macedo projetait de se rendre à Madrid, le secrétaire d’État remarquait que la personne chargée d’y défendre les intérêts de l’ancien administrateur général y jouissait « de trop d’intelligences155 ». Et en effet, c’est bien à Madrid que l’affaire doit être tranchée156. Après le 1er décembre, Diogo Soares aura tout loisir d’attribuer au souvenir de cette période difficile la virulence polémique du publiciste Antonio de Sousa de Macedo contre la Castille157.

  • 158 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (2 septembre 1634), § 7 ; (16 (...)

44Gonçalo de Sousa de Macedo fait feu de tout bois. Étant chevalier de l’ordre de Christ, il se retranche derrière son immunité pour récuser tout tribunal autre que la Mesa da Consciência e Ordens158. Il essaie d’attendrir Francisco Leitão en lui envoyant des émissaires :

  • 159 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1634), § 19.

Un chevalier très noble vint me dire qu’il [Gonçalo de Sousa] pleurait comme un enfant ; un carme déchaussé, homme de grande autorité, est également venu me le dire, sachant que mon confesseur appartient au même ordre. Il me l’a envoyé ici à force de larmes, et même si le Saint-Esprit ne veut pas que je leur prête attention lors du procès, je ne puis m’empêcher d’avouer à Votre Seigneurie qu’en tant que particulier (mais pas en tant que juge) elles m’ont intérieurement poussé à la commisération, même si l’on peut craindre qu’il ne s’agisse [de sa part] que de larmes de crocodile159.

  • 160 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (2 avril 1634), § 16.

45Et Leitão poursuit son raisonnement : une peine sévère irait contre l’obligation royale de clémence, une confiscation brutale de ses biens particuliers ne permettrait pas aux finances royales de récupérer les sommes dues par le magistrat (quatre mille ducats), car la plupart de ces biens sont des titres financiers. En fin de compte, la voie de la négociation financière est la seule rentable, en dépit des fautes pénales commises160.

  • 161 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (13 mai 1634), § 3·
  • 162 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (27 mai 1634), §§ 2 et 3.
  • 163 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (10 juin 1634), § 2.

46Au printemps 1634, la Junta de la Extracción manifestait des signes d’impatience en raison de la lenteur de la procédure161. Celle-ci était due à trois facteurs qui s’emboîtaient : les manœuvres dilatoires du suspect et de ses appuis politiques, le choix par Francisco Leitão de la voie de la négociation financière et la nature judiciaire de l’enquête. En effet, le nouvel administrateur général agit dans cette affaire en tant que magistrat. L’enquête n’est pas une inspection comptable, c’est un procès. Les parties en sont l’accusé, le roi et les négociants flamands abusés, représentés par Juan Hals. Les actes du procès sont intégralement relus par les parties avant d’être envoyés pour examen à la juridiction d’appel compétente, c’est-à-dire la Junta de la Extracción de Madrid162. Alors que Gonçalo de Sousa de Macedo voudrait en appeler au Conselho da Fazenda à Lisbonne, Francisco Leitão écarte cette possibilité car seule la Junta de Madrid détient en la matière la juridiction d’appel163. Un tel argument démontre que l’immunité des sujets portugais en matière juridictionnelle n’était pas intégralement garantie, sous le régime de certaines des juntas olivaristes. Les polémistes de l’après-1640 s’en sont souvenus. La volonté manifestée par Leitão de donner un tour portugais à la procédure castillane trahit bien la confusion de la situation, dont ce compte rendu de son action donne un bon témoignage :

  • 164 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 juin 1634), § 11.

Le temps est venu d’en finir ici avec le docteur Gonçalo de Sousa, contre lequel les comptables, avec mon concours et en ma compagnie, ont prononcé deux sentences pour les procès ouverts ; et comme l’un de ceux-ci est immense et que les sentences des magistrats castillans ne sont pas d’ordinaire aussi longues que celles des portugais, qui respectent le style qui consiste à préciser les fondements de leurs jugements, j’ai estimé nécessaire d’ajouter à ce vaste procès un rapport par les trois comptables avant la sentence qui comprend les fondements de chacune des charges, ainsi que les pages des actes qui apportent les preuves et les justifications, les preuves à décharge et le détail des réponses par lesquelles nous les avons contestées [...]· Mon état d’esprit a été marqué par la bonté et mon intention [a été] guidée par la bonté de Dieu ; je n’ai pas souhaité fuir la lumière, mais au contraire présenter publiquement ma disposition et ses motivations, afin que la censure des plus sages puisse s’y appliquer164.

47Ici, Francisco Leitão prend le risque d’allonger la procédure et commet une entorse par rapport à la procédure castillane, qui épargne au magistrat la nécessité d’expliquer sa sentence, une fois les débats achevés.

  • 165 AGS, CJH, 734, Cana de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (13 octobre 1635).
  • 166 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (6 avril 1636), § 5 ; (26 janv (...)
  • 167 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (10 décembre 1635), § 2.
  • 168 ANTT, MCO, liv. 34, f° 122, Consulta da Mesa da Consciência e Ordens (16 juin 1639).
  • 169 AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (9 août 1636).
  • 170 AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (26 janvier 1636), § 10 (9 aoû (...)
  • 171 AGS, CJH, 788, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (14 août 1638).
  • 172 AGS, CJH, 801, Cana de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (5 février 1639).
  • 173 AGS, CJH, 801, Canas de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (19 avril 1639, 14 mai 16 (...)
  • 174 AGS, CJH, 801, Cartas de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (16 juillet 1639).
  • 175 AGS, CJH, 801, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (21 octobre 1639).

48Un an et demi plus tard, en octobre 1635, la première instance du procès de Gonçalo de Sousa de Macedo n’est pas encore tranchée à Lisbonne165. En avril de l’année suivante, Francisco Leitão recommande à Marguerite de Mantoue d’écrire à la Junta de la Extracción pour obtenir une cédule signée de la main du roi obligeant les magistrats ordinaires portugais à collaborer aux opérations de recouvrement des sommes dues par le coupable166. La sentence est rendue en décembre167, malgré un recours présenté devant la Mesa da Consciência e Ordens168. Les remboursements de Gonçalo de Sousa de Macedo, en partie effectués par son fils António169, traînent jusqu’en 1640170. Pendant l’été 1638, Felipe de Arana se montre partisan de la confiscation de la maison que Gonçalo de Sousa de Macedo possède à Benavente171 et, l’année suivante, souhaite que Francisco de Carvalho, le successeur de Francisco Leitão, puisse enfin lui faire rendre gorge172. Ce dernier continue à percevoir les sommes dues par le contador-mor déchu et par ses lieutenants Luis de Padilla et Luís Avelar Castelobranco173. Ceux-ci font alors appel des décisions prises cinq ans plus tôt : en fait, il s’agit d’une manœuvre purement dilatoire174. Lorsque la confiscation des biens de Gonçalo de Sousa de Macedo à Benavente est enfin réalisée, celui-ci se rend à Madrid, contre tout droit, pour essayer de plaider sa cause175.

Malversations et lobbying dans un centre producteur : le cas d’Aveiro

  • 176 AGS, Contadurías Majorer de Cuentas, IIIa época, leg. 1714.
  • 177 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 janvier 1634), § 16.
  • 178 AGS, CJH, 801, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (22 janvier 1639).
  • 179 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (4 février 1634 (...)
  • 180 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (27 mai 1634), §§ 5-6.
  • 181 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (12 novembre 16 (...)

49L’enquête lancée contre Gonçalo de Sousa de Macedo s’étend à tous les officiers responsables de l’extracção. Trésoriers, comptables, greffiers, gardes et administradores sont inspectés176. Certains sont blanchis de tout soupçon : c’est le cas de Diogo Lopes Caminha, le trésorier de Gonçalo de Sousa à Lisbonne177, de l’administrateur de Setubal, Francisco Rebello Rodovalho, en poste jusqu’à sa mort en janvier 1639178, du premier trésorier de l’extracção à Aveiro, Gonçalo Gomes de Almeida179, et du responsable de la provision de Galice et des Asturies en sel d’Aveiro, le magistrat de la Casa do Civel Estevão de Foyos180. Certains de ceux dont nous savons qu’ils furent soupçonnés de malversations ne laissent guère de traces dans la documentation disponible : c’est notamment le cas de Luís Avelar Castelobranco, prédécesseur de Diogo Lopes Caminha à la trésorerie de Lisbonne181. En revanche, les archives ont conservé de nombreux renseignements sur le cas de l’administrateur suspect de l’antenne de l’extracção à Aveiro, António Privado de Albergaria.

  • 182 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 115, Consulta do Conselho da Fazenda (14 décembre1626).

50L’histoire des poursuites engagées contre ce personnage semble intéressante pour trois raisons. Tout d’abord, Francisco Leitão confie l’enquête à Felipe de Arana, ce qui signifie qu’une fois encore un officier comptable castillan instruit le cas d’un sujet portugais182. Ensuite, les recherches aboutissent à la rédaction de différents rapports sur tout le système de fraude lié à l’exportation du sel. Enfin, sur place, l’ensemble de la procédure provoque des réactions qui permettent de comprendre comment la fraude institutionnalisée et la résistance violente s’appuient l’une l’autre.

  • 183 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (21 juin 1633).
  • 184 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (4 février 1634 (...)
  • 185 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (18 février 163 (...)
  • 186 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 juin 1634), § 10.
  • 187 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 janvier 1634), §§ 20-21 ; A (...)
  • 188 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1634), § 29.

51Tout part de l’examen des livres comptables de Gonçalo de Sousa de Macedo183 : l’un d’eux est le registre de l’administrateur d’Aveiro. Le manque de clarté des comptes portés sur ce livre incite les enquêteurs désignés, Felipe de Arana et son collègue Juan de Arce, à demander à António Privado de Albergaria qu’il envoie des comptes plus clairs ou qu’il se présente à Lisbonne pour s’expliquer sur sa gestion. Le 4 février 1634, soit plus d’une année après le début de l’enquête, Privado fait toujours le mort184. Les inspecteurs des comptes estiment qu’il faudrait mener l’enquête directement à Aveiro185. De son côté, Francisco Leitão, toujours bien informé par les espions qu’il a surplace186, sait que Privado possède à Aveiro des salines et des embarcations187. S’attaquer à lui signifie donc bien plus qu’éliminer un officier douteux : cela revient aussi à enquêter sur le milieu des producteurs et des négociants en sel dans l’un des centres de production les plus importants d’Europe. Face au silence d’Antonio Privado, Francisco Leitão est partisan de l’organisation d’une mission extraordinaire sur place, qui sera confiée à Felipe de Arana188.

  • 189 ANTT, Inquisição Comelho Geral Livro, 70.
  • 190 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 février 1634), § 9.

52Francisco Leitão connaît bien le terrain d’Aveiro pour y avoir commencé une difficile enquête sur les finances de l’inquisition de Coimbra : il y résida du 4 octobre au 7 décembre 1630189. Entreprendre l’investigation sur les lieux mêmes, voilà qui permet de renouer avec la nature profondément ambiguë de l’inspection, modelée sur le patron de la visita et destinée autant à punir qu’à reconstruire. Au moment où il propose de lâcher son limier Arana contre Antonio Privado, Leitão a déjà dans ses cartons une équipe de remplacement pour le bureau de l’extracção à Aveiro190. En outre, Leitão mesure parfaitement toute l’impunité que garantit aux coquins la distance entre Lisbonne et la lointaine Aveiro :

  • 191 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1634), § 29.

Je crois qu’il convient qu’un des comptables se rende à Aveiro pour vérifier comment les officiers de l’extracção ont procédé et s’il y a là-bas quelque chose à amender, à percevoir ou à pourvoir pour l’avenir, car ce district est si éloigné de cette ville [Lisbonne] qu’il est permis de croire que cette expédition ne sera pas sans fruit191.

  • 192 AGS, CJH, 725, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (1er avril 1634 (...)
  • 193 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (29 avril 1634), § 26.
  • 194 AGS, CJH, 725, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (13 mai 1634).
  • 195 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (13 mai 1634), § 8.
  • 196 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 août 1634), § 3.
  • 197 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (27 mai 1634), § 8.
  • 198 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (19 août 1634).

53Convoqué à Lisbonne, Antόnio Privado tarde à se présenter, s’excusant en avril 1634 sur son état de santé192. La situation est extrêmement tendue et de plus la conjoncture économique est mauvaise, des pluies abondantes ayant abîmé les lots de sels d’Aveiro : le prix du sel flambe et les marchands étrangers se détournent de ce centre d’approvisionnement193. Finalement, l’administrateur suspect arrive au mois de mai à Lisbonne, mais sans la somme de trois mille ducats qui lui est réclamée194. Privado fait sous serment une déclaration, qu’il modifie ensuite195. Il explique ensuite qu’il est venu les mains vides parce qu’il n’a pu faire établir de lettres de change et qu’il craignait de voyager avec des espèces. Il s’engage cependant à faire venir les sommes sous forme de lettre de change pendant qu’il est à Lisbonne. Sa dette s’élève à environ cinq mille ducats. Durant son séjour dans la ville, Privado n’essaie pas de séduire Leitão, car il sait que l’administrateur général de l’Extracção sait tout de sa malhonnêteté196. À la fin du mois de mai, et malgré le risque d’aller droit à la prison publique, Privado n’a toujours pas proposé de solution financière197. Au cours de l’été, il fait venir d’Aveiro une lettre de change de deux mille cinq cents ducats (dont il retient un dixième pour ses dépenses dans la capitale). Il doit donc encore un million cent mille reis,, qu’il n’a toujours pas payés lors de son retour à Aveiro au mois d’août198.

  • 199 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (2 septembre 1634), § 3.

54Il quitte donc Lisbonne en promettant que sous vingt jours la lettre sera entre les mains des comptables et en se gardant bien de prévenir Francisco Leitão de son départ. Celui-ci, indigné du procédé, envoie en vain des gardes pour le faire arrêter : lorsque ceux-ci arrivent à sa résidence de Lisbonne, l’administrateur s’est envolé. Leitão prévoit qu’il sera nécessaire d’arrêter Privado à Aveiro, ce qui selon lui ne sera pas chose facile car, sur place, l’officier indélicat ne manquera sans doute pas de protections politiques ni de garanties juridictionnelles suffisantes pour entraver l’action d’Arana. En septembre, rien de la somme restant due n’a encore été versé199.

  • 200 AGS, CJH, lib. 139, f°122, Consulta de la Junta de la Extracción (13 novembre 1633).

55L’inspection commise à Felipe de Arana devient dès lors doublement utile. Le sel d’Aveiro était plutôt destiné à la Péninsule (Portugal, Galice, Asturies, Quatre-Villes et Biscaye), celui de Setúbal plutôt au Nord de l’Europe : en conséquence, parmi les négociants et transporteurs qui venaient charger du sel à l’embouchure du Vouga nombreux étaient ceux qui prétendaient être exempts de la taxe additionnelle à l’exportation, prétextant que le sel acheté était destiné à d’autres ports espagnols. Or la Junta de la Extracción soupçonnait qu’une partie importante de ce sel exempté allait aux salaisons hollandaises200.

  • 201 AGS, CJH, 687, Carias de Felipe de Arana a la Junta de la Extracdôn (22 juillet 1634 et 5 août 1634 (...)
  • 202 AGS, CJH, lib. 139, fos 150-151, Consulta de la Junta de la Extracción (12 septembre 1634).
  • 203 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (2 septembre 16 (...)
  • 204 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (16 septembre 1 (...)
  • 205 AGS, CJH, 757, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (4 octobre 1636).
  • 206 AG S, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (30 septembre 1634), § 2.
  • 207 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (14 octobre 1634).
  • 208 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (28 octobre 1634), § 3.
  • 209 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (30 septembre 1634), § 4.

56Dès le mois de juillet, Arana avait donc souhaité se rendre à Aveiro pour recouvrer diverses créances (et profiter de l’occasion pour confier l’intérim de son office à son fils Juan)201. Mais lorsqu’il est enfin désigné, le 2 septembre202, il se dit malade, fatigué, effrayé à l’idée d’un voyage de quarante lieues, incertain sur les modalités de financement de son expédition. Qui paiera ses montures et ses serviteurs203 ? Il ne souhaite pas avancer aux finances royales le coût de l’opération et se fait prier pour obtenir, en contrepartie de sa bonne volonté, de l’avancement pour son fils. En outre, prétextant le fait que pendant la période des foires de septembre-octobre, Antόnio Privado ne pourra certainement pas mobiliser les capitaux nécessaires au remboursement de sa dette, Arana propose d’attendre la fin du mois d’octobre pour monter l’expédition204. Le comptable, propriétaire de vignes à Alenquer et qui ne manque jamais ses vendanges205, a lui aussi quelques raisons particulières de ne pas vouloir se mettre en marche avant cette date206. Leitão lui écrit alors à sa quinta, et il répond qu’il se mettra en route au début d’octobre. Au milieu du mois, Arana annonce son départ, mais il n’a rien obtenu de ce qu’il désirait207. Pour effectuer sa mission, il aimerait pouvoir disposer de décrets visés par le Conseil de Portugal. Il redoute en effet que l’instrucción remise par Francisco Leitão et rédigée de sa plume ne suffise pas à légitimer sa mission. Le 28 octobre, il quitte Lisbonne pour Aveiro208. De son côté, Leitão reçoit des informations de frei Diogo de São José, prieur des carmes déchaux, « docte théologien » neveu de l’inquisiteur général et qui était son confesseur lorsqu’il résidait à Aveiro209. Des avis complémentaires lui parviennent d’Estevão de Foyos, magistrat de Porto chargé de favoriser le transport de sel vers la Galice et les Asturies, et de Manuel Manso da Fonseca, officier de finances d’Esgueira et Aveiro qui est personnellement lié avec lui. Que sait donc Leitão sur Aveiro ?

  • 210 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 septembre 1634).
  • 211 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 septembre 1634).

57Les négociants en sel acceptent d’acquitter le droit des onze vintens, institué par Philippe III en 1601. En revanche, pour le sel prétendument destiné à d’autres points du littoral portugais, ils refusent de payer les douze reales de l’extracção auxquels ils sont astreints210. Les habitants d’Aveiro sont tentés de faire transporter leur sel par voie de terre jusqu’aux ports de Vila do Conde, Porto, Viana et Caminha, où aucun bureau de l’extracção n’a été installé. Sur place, seuls les magistrats des douanes ont commission pour lever l’extracção211. Leitão est bien conscient que l’ancienne disposition interdisant l’exportation de sel depuis d’autres ports que les places productrices (Lisbonne, Setúbal, Aveiro) est inutile :

  • 212 Ibid.

En empêchant l’embarcation et le chargement de façon aussi générale et indistincte, comme cela avait été ordonné, les seuls qui peuvent en profiter sont ceux qui détournent la plus grande quantité possible212.

58C’est le mécanisme de la prohibition et du marché noir, qu’il faut éviter.

  • 213 Voir carte en appendice, p. 493.
  • 214 AGS, CJH, 687, Lettre de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (26 novembre 1634).
  • 215 JJAS, Carta Regia de mai 1629 ; AGS, CJH, 1751, Memorial de Francisco de Paços Figueroa (14 décembr (...)

59La mission de Felipe de Arana s’inscrit donc dans un cadre beaucoup plus large que la reddition de comptes d’un administrateur comme Antonio Privado. Il s’agit pour lui de dresser un état des lieux sur le commerce du sel dans l’Entre-Douro-e-Minho depuis le centre producteur d’Aveiro. Après un rapide examen de l’équipe en place à Aveiro, Arana tire la conclusion que ses officiers sont honnêtes. Mais c’est tout le circuit commercial local qu’il essaie de comprendre. Le comptable apprend qu’un volume important de sel transite par la lagune d’Aveiro jusqu’à la ville d’Ovar, à cinq lieues au nord213, pour être commercialisé en fait à Porto214. Il n’y a là rien de nouveau215, mais la stupéfaction d’Arana s’explique par le fait qu’à Lisbonne il n’a jamais eu à examiner les comptes des lots de sel écoulés à Porto. Arana décide d’abord de s’adresser au capitaine du préside situé au-delà de la barre littorale. Celui-ci se borne à lui répondre que peu de sel quitte la ville par mer. Bientôt le comptable est convoqué à la chambre municipale, où les édiles lui font savoir qu’ils s’opposent aux directives de Francisco Leitão concernant le paiement des douze reales par moio, même pour les lots qui acquittent aussi les onze vintens. Felipe Arana, en position de faiblesse, recommande à ses interlocuteurs d’acquitter tous les droits et de se plaindre ensuite au roi, qui ne saurait faire la sourde oreille aux réclamations de ses sujets.

  • 216 AGS, CJH, 722, Memorial de Felipe de Arana (8 janvier 1635).

60Après ces premières impressions, Felipe de Arana rédige le 8 janvier 1635 un rapport sur la situation d’Aveiro, texte d’autant plus soigné que le comptable, en apprenant l’arrivée à Lisbonne de la vice-reine Marguerite de Mantoue et du marquis de la Puebla, s’empresse de briguer le poste de secrétaire du marquis ou, à défaut, d’administrateur de l’extracção à Aveiro, comptant en cas de succès laisser à son fils sa charge de comptable216.

61Arana examine d’abord le cas des Portugais vendant du sel au Portugal sur des embarcations portugaises. Si le transport est terrestre, ils n’acquittent aucun droit. S’il est maritime, ils peuvent être dispensés de la taxe des onze vintens à condition de présenter au Conselho da Fazenda de Lisbonne des accusés de réception délivrés par les douanes des ports d’arrivée. Or le coût et la lenteur de la démarche découragent les petits producteurs de sel, qui ne possèdent pas leurs propres embarcations et préfèrent acquitter cette taxe ancienne, espérant être de ce fait dispensés du novisimo direito, qui représente plus du triple. C’est pourquoi les officiers de l’extracção ne les laissent pas embarquer leurs lots sur les bateaux des grands producteurs, qui pour leur part peuvent et savent obtenir des licences du Conselho da Fazenda. En gênant ainsi l’écoulement du sel des petits producteurs, les officiers mettent ceux-ci au désespoir et privent les finances royales de la taxe des onze vintens ; qu’ils paient « gracieusement ».

  • 217 AHN, Fondo Contemporáneo, lib. 7994, f° 8, Carta del secretario Leçama (3 octobre 1629).

62Felipe de Arana estime utile que pour chaque lieu de production, l’Administração da Extracção puisse identifier chacune des salines, évaluer la production et savoir quelle est la destination des chargements de sel. Certains négociants, propriétaires de médiocres lots de sel, demandent au Conselho da Fazenda des licences de sortie pour de grandes quantités et obtiennent ensuite des certificats de complaisance dans les douanes d’autres ports espagnols. Par ce biais, il devient possible d’exporter du sel hors de tout contrôle. En outre, dans un contexte de pénurie217, seuls les plus riches producteurs disposent d’embarcations, tandis que les autres sont dans l’impossibilité de vendre leur sel eux-mêmes. Ils se voient donc obligés de le céder à vil prix à ceux qui, disposant des moyens de transport, peuvent éviter de payer les taxes. Dans cette opération, commente Arana, les pauvres et le roi sont perdants. Si à ce type d’évasion on ajoute la franchise du sel prévue par le contrat de fourniture à la Galice et aux Asturies, il ne reste pas grand-chose à taxer dans le produit des salines d’Aveiro ! En outre, le signataire du contrat de Galice et des Asturies — en l’occurrence Henrique Sinel —, ayant le droit de réquisitionner des embarcations, s’en prend en général aux navires du tout-venant, rarement à ceux des notables. Les humbles sont donc doublement contraints de s’adresser aux puissants pour faire transporter le produit de leurs salines. Le comptable analyse la situation en termes d’opposition entre capital (politique) et travail :

  • 218 Memorial de Felipe de Arana (§ 6).

Les riches, grâce à leurs intelligences, obtiennent des embarcations, ce qui entraîne d’autres inconvénients car, comme il sort peu de sel il en arrive peu à destination [et] il est vendu plus cher, de manière que sur toute embarcation l’argent est doublé et parfois sans risquer le moindre maravédi, car il y a des gens qui apportent de leur côté uniquement la licence obtenue du Conseil, et tout est le fruit de la sueur de pauvres vassaux218

63En outre, les difficiles conditions de transport par mer incitent les sauniers à choisir la voie terrestre. Par la lagune et le fleuve, le sel parvient à cinq lieues au nord à la ville d’Ovar et de là, par la route, jusqu’à Porto qui se trouve à cinq lieues au nord. Or, à Porto, tout dépend des officiers de la douane, dont Felipe de Arana dit qu’ils accordent aux étrangers toute les facilités possibles : à la fraude sur la contrebande s’ajoute celle sur le novisimo direito. Le comptable propose de favoriser le transport maritime depuis Aveiro, mais en faisant surveiller les opérations, de façon à corriger la discrimination dont souffrent les petits sauniers. Il s’agit tout simplement de dynamiter un système régional fondé sur la déprédation exercée par les riches sur les pauvres et consentie par ceux-ci en échange d’une protection contre la fiscalité royale.

64Les solutions proposées par Felipe de Arana pour changer la situation sont classiques. Il s’agit d’établir des estimations annuelles de la consommation de sel des comarcas qui se fournissent en sel d’Aveiro. Ce sel sera libre de taxe. Une fois le quota annuel atteint, plus un grain de sel ne pourra y être vendu sans examen des officiers de l’extracção. Le contrôle des quantités autorisées sera confié aux officiers de finances et, en leur absence, à la justice ordinaire de chaque lieu. En complément, il faut interdire tout chargement de sel sur des navires étrangers dans les ports de Vila de Conde, Porto, Viana et Caminha. Les étrangers seront ainsi contraints de venir chercher leur sel à Aveiro même. Pour éviter que dans les ports d’Entre-Douro-e-Minho on ne s’offusque de ce projet, il suffirait de présenter la réforme sous les traits d’une discrimination positive : les lieux de production seraient désormais les seuls à pouvoir exporter. Le volume de l’évasion de sel vers Porto par Ovar est tel que la comtesse da Feira a dû imposer des pénalités à ses paysans, qui cessaient de cultiver ses terres pour s’adonner au trafic. Arana apprend que c’est seulement depuis l’installation de bureaux de l’extracção à Aveiro que ce détournement est devenu massif. Le sel qui arrive à Caminha pénètre en Galice par différents points du Minho.

65Les étrangers ne choisissent pas seulement Porto parce que le sel franc y est moins cher qu’à Aveiro, mais aussi parce qu’ils y trouvent un marché bien plus important pour écouler les marchandises qu’ils transportent. Felipe de Arana formule également une hypothèse terrifiante : que se passerait-il si les négociants étrangers, ne pouvant s’approvisionner en sel à Porto, décidaient alors de se rabattre non pas sur Aveiro, mais sur d’autres horizons ? Si l’interdiction d’exporter du sel d’Aveiro vers d’autres ports de la côte paraît impossible à faire respecter, il faudra veiller à ce que tous les droits soient payés ponctuellement à chaque embarcadère. Ainsi, le sel arrivant d’Aveiro vers un autre port portugais devra acquitter les taxes d’entrées du consulado et de la décima, et les acheteurs devront payer les onze vintens et le novisimo direito, sans compter les frais de transport depuis Aveiro : le surcoût deviendrait si important que les étrangers iraient naturellement se fournir sur les lieux de production. Cela reviendrait à confier localement l’administration de l’extracção à des officiers portugais et à recommander aux Castillans des présides de redoubler de vigilance.

66Après avoir discuté avec le juiz de fora et quelques édiles, Arana estime qu’à condition de laisser filer sans contrôle le sel à destination du reste du Portugal, les autorités locales s’engageraient à faire scrupuleusement payer les droits d’extracçào pour tous les lots exportés. Il convient alors de renforcer la gestion de l’extracçào en la confiant à un officier venu d’ailleurs. Ce dernier point n’est pas sans rapport avec le souhait exprimé par Arana de prendre lui-même la tête du bureau d’Aveiro, bien qu’il soit castillan. L’inspecteur propose alors que les officiers établissent une comptabilité des lots qui transitent par Ovar vers Porto, mais sans prélever de taxe. La municipalité d’Aveiro formule alors une contre-proposition : le sel destiné à Porto devrait circuler sans aucun contrôle, et en échange les édiles s’engagent à salarier eux-mêmes, à la place du roi, les contrôleurs installés par eux à Porto. Pour Felipe de Arana, l’arrangement est négociable à la condition qu’il ne puisse ensuite sortir de sel que de Porto, c’est-à-dire au détriment des ports de Vila do Conde, Viana et Caminha. Mais il s’oppose à ce que la municipalité salarie directement les officiers des futurs bureaux de l’extracção à Porto, car il redoute que l’impôt municipal levé à cet effet ne retombe uniquement sur les plus pauvres et n’aggrave l’impopularité de l’institution. En fin de compte, l’officier castillan se fait l’avocat de la création de bureaux de l’extracção à Porto, financée par les prélèvements que ceux-ci effectueront, c’est-à-dire aux frais des finances royales.

67Le long rapport de Felipe de Arana appelle plusieurs commentaires. Il est difficile de séparer le diagnostic des conditions dans lesquels l’examen a été effectué. L’ambition personnelle d’Arana et ses discussions avec les autorités municipales déterminent l’orientation générale du texte. Dans ces conditions, il est impossible de le ramener à un schéma du type administration royale contre administration locale, ou centre contre périphérie. Les intérêts qui s’expriment ici sont bien plus complexes. Felipe de Arana sait identifier les mécanismes locaux de domination des gros producteurs sur les petits et la façon dont ce rapport inégalitaire se légitime par une attitude de résistance des notables face à la fiscalité royale. Son analyse a la vraisemblance de la cohérence. Du même coup, on saisit comment la fraude articule des niveaux d’expérience aussi divers que le bénéfice particulier, la stratégie commerciale internationale et la manipulation des institutions traditionnelles, municipales, judiciaires ou autres. L’assujettissement de tous au même impôt devrait affaiblir les puissants, qui seraient alors privés du capital politique grâce auquel ils peuvent pour l’instant soutenir l’opposition face à l’autorité extérieure au système régional — certes au profit de tous, mais selon un système fortement hiérarchisé de répartition des bénéfices. On voit également comment travaille un commissaire délégué : interroger les uns et les autres et négocier constituent une seule et même opération.

  • 219 AGS, CJH, 722, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (3 mars 1635).
  • 220 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (17 février 1635).
  • 221 Manuel Barreira, « As Marinhas de sal e a barra de Aveiro na crise do século XVII », Revista Portug (...)

68Felipe de Arana adresse son rapport à Francisco Leitão, à charge pour lui de le transmettre à la Junta de la Extracción. Fort de son expérience, il rédige un brouillon de règlement de l’extracção219, initiative qui renforce sa candidature au poste d’administrateur d’Aveiro. Mais Leitão et son successeur Francisco de Carvalho se gardèrent bien de jamais accorder la moindre juridiction ordinaire à des officiers castillans. Après avoir lu le rapport d’Arana, Francisco Leitão propose que l’administrateur d’Aveiro laisse sortir en franchise le sel destiné à d’autres villes portugaises, mais à condition d’en établir un registre précis220. Les négociants qui n’enverraient pas dans les trois ou quatre mois des certificats de déchargement conformes à leur déclaration seraient astreints à verser le tarif maximal, réservé à leurs homologues des pays ennemis. Francisco Leitão est persuadé que la dispersion des salines et les caractéristiques du paysage lagunaire de l’embouchure du Vouga rendent impossible le contrôle du trafic des barques. Par ailleurs, la barre d’Aveiro est dangereuse pour les pilotes221, tandis que l’abri de Porto est excellent. Il convient donc avec Arana qu’il serait illusoire de vouloir interdire le commerce international du sel depuis Porto et qu’il est donc nécessaire d’installer à Porto un bureau de l’extracção et de le confier à un magistrat de la Casa do Civel. Ici, l’administrateur général montre combien il mesure que rien ne peut être fait dans le port du Douro sans l’assentiment de ce grand tribunal. En outre il a déjà un candidat, son ami le magistrat Sebastião Tavares de Sousa.

69Pendant son séjour à Aveiro et Porto, Felipe de Arana essaie de capitaliser les effets de sa visite, en vue de futures promotions :

  • 222 AGS, CJH, 722, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (3 février 1635).

Ce n’est pas sans mérite que l’on peut obtenir un versement d’argent à une époque où il y en a si peu, et dans des lieux si écartés où il est facile que se perde le respect de toutes choses222.

  • 223 AGS, CJH, 722, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (20 janvier 1637) ; AGS, CJH, 7 (...)

70En effet, pendant qu’il établissait le tableau de la situation régionale, le comptable continuait à travailler au remboursement des sommes dues aux finances du roi, notamment par Antonio Privado de Albergaria. L’officier fait alors saisir une île salifère de la lagune d’Aveiro, propriété de Privado, et le menace de la vendre pour rembourser l’administration. Dans un premier temps, Leitão ne tarit pas d’éloges sur la façon dont Arana a fait rendre gorge aux différents officiers de l’extracção à Aveiro223. Il a même osé essayer de récupérer, à Porto, quatre cent mille reis de droits sur le sel dus par l’administrateur de la douane. L’affaire allait s’envenimer lorsque le comptable reçut un courrier de Francisco Leitão l’avisant que, depuis sa présidence du Conselho da Fazenda à Lisbonne, le comte de Miranda se chargerait de l’affaire, à condition qu’Arana en restât là. On voit ici comment, depuis Lisbonne, le comte de Miranda continue à piloter la situation à Porto et à protéger ses clientèles d’officiers.

  • 224 Ibid.

71Dans un premier temps, Felipe de Arana semble donc respecter une certaine mesure. Mais, sans doute grisé par ses succès et aussi par excès de zèle, il finit par passer les bornes du raisonnable. Alors qu’il avait su habilement négocier avec la municipalité d’Aveiro, le comptable finit par avoir la main trop lourde avec Antonio Privado de Albergaria, l’administrateur indélicat. Sans disposer d’aucune juridiction pour le faire, il l’astreint à une amende quotidienne de deux mille reis tant que le remboursement des sommes dues ne serait pas effectué224. Leitãο estime que le comptable a finalement péché par excès de sévérité. Après le départ d’Arana, le climat est lourd, l’année a été mauvaise sur le plan de la production des salines, et les effets de l’intervention du comptable dans les affaires de l’extracção se sont révélés délétères.

  • 225 Voir Jean-Frédéric Schaub, « Les risques du métier ou les mésaventures d’un fonctionnaire au Portug (...)
  • 226 AGS, CJH, 734, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1634 et 17 février (...)
  • 227 AGS, CJH, 734, Memorial de Estavão de Foios (16 septembre 1635).
  • 228 AGS, SP, lib. 1478, f° 16v°, Consulta de la Junta de la Extracción (26 mai 1635).
  • 229 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 32/251  ; AGS, CJH, 1751, Consultas del Consejo de la Sal (23 dé (...)
  • 230 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 août 1635).
  • 231 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 233/143 ; BA, 51X2, f° 21 (1er février 1632).
  • 232 AGS, CJH, lib. 139, Consulta de la Junta de la Extracción (27 janvier 1654) ; JJAS (2 juin 1636).
  • 233 BA, 5 VI 1, f° 25.
  • 234 ANTT, MCO, liv. 34, f° 34, Carta de Francisco de Lucena (26 décembre 1636).
  • 235 AGS, SP, 1471, s. d.
  • 236 BNL, Pombalina, cód. 67, fos 97-111. Texte reproduit par Gastaô de Melo de Matos, « Panfletos do sé (...)
  • 237 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f°163.
  • 238 ANTT, Chancelaria de João IV, 15/166r°-v° : titulo de procurador da fazenda (7 janvier 1649).

72Quelques semaines à peine après le départ de Felipe de Arana pour Lisbonne, un grand scandale éclate : le nouvel administrateur de l’extracção à Aveiro a été poignardé chez lui. Plutôt que de retracer toute l’affaire225, ce qui nous intéresse ici, c’est de voir comment le comptable castillan Arana s’y trouve mêlé. Les faits paraissent simples. Dans la nuit du 16 au 17 avril 1635, le nouvel administrateur d’Aveiro, Afonso Gil da Silva, personnage peu doué d’après les informateurs de Francisco Leitão226, est agressé chez lui par deux individus227. Il en est quitte pour deux balafres sur le crâne. Une procédure d’enquête est lancée depuis la Casa do Civel, en liaison avec Francisco Leitão228. Sur sa proposition, l’auditeur Estevão de Foyos229 est désigné par Marguerite de Mantoue pour établir les faits et sanctionner les coupables230. ! C’est un magistrat lié à Leitão, spécialisé depuis 1629 dans l’inspection des douanes231 et chargé de suivre l’exécution du contrat d’approvisionnement de sel en Galice et aux Asturies232. Membre de la Compagnie de commerce de 1627233 et successeur de João de Frias Salazar comme administrateur de la media annata au Portugal en 1636234, il est également désigné pour rédiger le règlement de la douane de Lisbonne235. Comme Diego de la Rocha Ulloa et bien entendu comme Francisco Leitão, il est la cible des sarcasmes du pamphlet Carta que veyo do inferno fey ta por Miguel de Vasconcelos236. En plus de toutes les missions évoquées, il s’occupe de gérer les biens de Diogo Soares au Portugal237. Voilà donc un spécialiste des questions liées au contrôle judiciaire du trafic commercial, un haut magistrat en pleine ascension, personnellement lié au couple Soares-Vasconcelos, et dont la compétence devait être ultérieurement reconnue par le roi Jean IV et ses ministres238.

  • 239 AGS, CJH, 734, Carta do provedor de Esgueira a Francisco Leitão (6 mai 1655).
  • 240 AGS, CJH, 734, Memorial de Estavão de Foios (16 septembre 1635).
  • 241 AGS, CJH, 734, Cartas de Afonso Gil da Silva a Francisco Leitão (17 avril 1635et 20 avril 1635).
  • 242 AGS, CJH, 734, Auto do tabelião (20 avril 1635).

73Sa désignation témoigne de la gravité des événements. Le juge (provedor) d’Esgueira, rédigeant un rapport préliminaire, parle d’un crime de lèse-majesté239. Depuis Lisbonne, la vice-reine suit les événements et transmet à Madrid les informations concernant les progrès de l’enquête. De l’ensemble de documents rédigés par les magistrats d’Aveiro et par Estevão de Foyos240 ressortent essentiellement deux conclusions. Tout d’abord, l’attentat relève plus de l’intimidation que du meurtre. En effet, même si Afonso Gil da Silva prétend avoir eu le crâne ouvert, le lendemain des événements il avait déjà récupéré la capacité à dicter du courrier pour réclamer au roi quelques compensations. Et, dans une lettre légèrement postérieure, il décrit l’hostilité qui s’est déployée à Aveiro contre son activité depuis son arrivée en janvier241. En outre, même si l’agression a eu lieu à la tombée de la nuit, les assaillants n’ont pas cherché à dissimuler leur identité : ils n’ont pas fait commettre leur forfait par des tiers, ils ont laissé filer le valet de la victime qui a aussitôt rameuté le quartier, enfin, de nombreux voisins et passants ainsi que la victime ont pu les identifier242. On peut en déduire que l’objectif des malfaiteurs consistait moins à tuer le commissaire qu’à le dissuader de poursuivre sa mission et, par ce biais, à lancer un message à Lisbonne. La volonté de provocation se traduit aussi dans le fait que les premières informations sur le crime arrivées à la capitale proviennent d’un frère du principal accusé.

  • 243 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (28 avril 1635).

74L’enquête d’Estevão de Foyos nous ramène au passage de Felipe de Arana dans la région. En effet, les deux agresseurs sont Antonio Saravia Picado, greffier de l’extracção, et Francisco Silveira de Sa, sergent de l’extracção, qui ont eu pour complices les frères Nicolao et Domingo Martins Harro, propriétaires de salines. L’agression vient donc du sein de l’institution et du milieu des producteurs de sel. Saravia Picado est un camarade de promotion de sa victime. En outre, l’équipe nommée en janvier 1635 a ceci de particulier que Saravia Picado, le greffier, qui est l’un des deux auteurs de l’attentat, est beau-frère de Domingo Dias Villaslobos, le trésorier243. Or cette parenté, d’emblée mal vue par Francisco Leitão, a une conséquence directe. Selon la loi, le coffre du bureau de l’extracção est muni de trois serrures. L’administrateur, le trésorier et le greffier sont chacun dépositaires d’une des clefs. Dans le cas des beaux-frères d’Aveiro, deux des trois clefs se trouvent donc dans la même famille. Or pendant son enquête, Felipe de Arana envoie un jour l’administrateur Afonso Gil da Silva à Porto (pour une mission non précisée) en lui demandant de lui remettre sa clef. Le comptable castillan, dépositaire — à sa demande — de la clef, prie le trésorier Domingo s Dias Villaslobos de la conserver et repart pour Lisbonne sans attendre qu’Afonso Gil da Silva soit revenu de Porto. Du coup, les trois clefs se trouvaient entre les mains des deux beaux-frères, qui s’empressèrent de puiser dans la caisse et de retoucher les livres comptables. À son retour, Afonso Gil da Silva s’aperçoit de ce qui s’est passé. Peu de temps après, il apprend que les capitaines des navires venus charger du sel à Aveiro versent directement à ses deux collaborateurs une somme inférieure au montant normal du novisimo direito, moyennant quoi ils sont dispensés de passer par les bureaux de l’extracção. C’est lorsqu’il prétend leur demander des comptes que l’administrateur est agressé. Le rôle joué par Felipe de Arana dans cette intrigue est important.

  • 244 Index das Notas de Varios Tabeliaês de Lisboa, t. II, f° 48 (24 avril 1626).
  • 245 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 151, Carta de Antonio Saravia Picado ao contador Filippe de Ar (...)
  • 246 AGS, CJH, 734, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (26 mai 1635).
  • 247 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 44, Avizo de S. A. para ο contador Filippe Aranha (30 septembr (...)
  • 248 La serventía consiste à exercer un office sans en être propriétaire.
  • 249 AGS, GA, 1238, Carta de Margarita de Mantua al Consejo de Guerra (5 juin 1638).
  • 250 BPE, ms. CIV/266, f° 224, Carta de Fernando Albia de Castro (29 août 1640).
  • 251 AGS, GA, 3174, Carta de Juan de Arce et Juan de Arana a la Junta de Armadas (septembre 1639).

75En effet, Estevão de Foyos découvre qu’au cours de sa visite de l’hiver 1654-1635, le comptable castillan s’était lié d’une étroite amitié avec Saravia Picado. Au mois d’avril, les informateurs de Leitão l’avaient averti que Felipe de Arana et António Saravia Picado songeaient à unir leurs enfants. C’était pour le comptable une façon de résoudre deux problèmes, celui de l’avenir de son fils Juan et celui de sa propre promotion. Marié à une portugaise244 et propriétaire de vignes à Alenquer, Felipe de Arana faisait le pari d’une installation définitive de la famille au Portugal, par le biais d’un second mariage dans une famille de propriétaires de salines comme celle de Saravia Picado. De cette alliance témoigne une lettre adressée par Picado à Arana pour lui demander de l’aider à compenser la perte de son office, conséquence de l’enquête menée par Estevão de Foyos245. Arana pensait que cette union aiderait à le faire nommer responsable du bureau de l’extracção, comme Castillan attentif aux intérêts des finances royales et comme parent de producteurs locaux. L’attentat d’Aveiro constitue pour lui un authentique désastre : le soupçon pèse sur lui et l’alliance avec une famille désormais vouée à l’infamie devient impossible. Au mois de mai, Felipe de Arana se contente de faire remarquer que la victime se porte bien et que l’attentat est bien moins scandaleux que s’il y avait eu mort d’homme246. Il court ainsi le risque d’entacher le nom de sa famille, alors que l’élévation de celle-ci était son souci le plus constant. Après les événements, il reprend ses activités de comptable des troupes castillanes247. Sa volonté d’obtenir une place pour son fils Juan le suit jusqu’à sa mort, même après qu’il eut obtenu pour celui-ci une serventía248 de contador de cuentas de la Armada del Mar Océano249. Dans une belle lettre, son ami Fernando Albia de Castro raconte comment, sur son lit d’agonie, Felipe de Arana l’entretenait encore de l’avenir de son fils et de la perpétuation de son office250. Juan de Arana succéda bien à son père à la charge de contador de la Armada del Mar Océano251.

  • 252 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão (27 septembre 1636).

76Francisco Leitão voit se confirmer a posteriori le pronostic le plus noir : en raison de leurs liens avec le milieu des producteurs de sel, les commissaires qu’il a lui-même désignés s’avèrent douteux et, de plus, le comptable castillan qu’il a lui-même envoyé sur place s’est laissé prendre dans la toile d’araignée de l’amitié des notables. Les considérations de Felipe de Arana sur la nécessité de supprimer tous les contrôles à Aveiro sur les sorties de sel destinées au Portugal et à l’Espagne sont donc sans doute à relire à la lumière des dangereuses liaisons de leur auteur. L’affaire d’Aveiro a toute l’apparence d’un refus local et régional de l’ordre planifié à Lisbonne et à Madrid. Elle constitue un exemple remarquable d’usage maîtrisé de la violence, avec des ingrédients que nous avons déjà identifiés à propos du refus de l’inspection de la contrebande : prise à témoin d’une population spectatrice, implications des notables dans la brutalité politique, malversations commises par ceux-là mêmes qui sont censés les combattre. Elle jette en outre une lumière crue sur la capacité de la Couronne à maîtriser son propre territoire. Arana avait bien expliqué combien il serait difficile de procéder à l’arrestation de Privado en raison des quarante lieues qui séparent Lisbonne d’Aveiro. De fait, les coupables de l’agression contre Afonso Gil da Silva ne purgèrent jamais leur peine d’exil en Afrique et continuèrent de travailler au commerce du sel252. Quelques années auparavant, Estevão de Foyos dressait un tableau désabusé de l’autorité royale dans la ville :

  • 253 AGS, CJH, 1751, Memorial de Estevão de Foyos (22 décembre 1633).

On n’y trouve qu’un seul magistrat pourvu d’une verge de justice, ami de tous, qui nécessairement doit avoir caché et dissimulé les ordres qu’il a reçus253.

Sur l’ensemble du littoral : trafics de sel et hostilité à l’extracção

77Les projets politiques d’Olivares sur le commerce du sel avaient déjà provoqué d’autres réactions brutales. En 1631, le projet avorté d’installation d’une régie sur le sel a déclenché une émotion à Setubal :

  • 254 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (11 juillet 1630) ; AGS, GA, 1011, (...)

Hier matin, la ville de Setúbal s’est réveillée avec trois maisons d’habitation devant lesquelles se trouvaient deux barils de goudron et les portes des maisons avaient à moitié brûlé, car on disait qu’elles appartenaient à des personnes suspectes d’avoir proposé l’arbitrio sur le sel pour la régie de Sa Majesté [...] Aujourd’hui samedi deux affiches sont apparues, l’une sur la place publique, fixée sur un bâton, et l’autre dans une rue publique ; elles disent que toute personne qui consentirait à la mise en régie du sel mourrait brûlée [...]254.

78Comme dans le cas de l’agression subie par l’administrateur d’Aveiro, ce qui joue ici, c’est la menace contre les acteurs et le défi lancé aux institutions. L’administration de l’extracção et le projet de régie (estanco) suscitent également la violence.

  • 255 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (10 juin 1634).
  • 256 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Rebello Rodovallo (14 décembre 1634).
  • 257 AGS, CJH, 687, Carta de Francisco Rebello Rodovallo a la Junta de la Extracción (5juillet 1634).
  • 258 AGS, CJH, 687, Carta de Francisco Rebello Rodovallo a la Junta de la Extracción (15 septembre 1633)

79Quelques années plus tard, Francisco Rebello Rodovalho, que Francisco Leitão a désigné pour administrer les bureaux de l’extracção à Setúbal255, décrit la « résistance de ce peuple indomptable256 ». Il se vante auprès de la Junta de la Extracción de n’avoir pas cédé aux menaces257. Il prétend même avoir convaincu la population de sa bonne foi, alors qu’un marchand de sel essayait de mobiliser celle-ci en évoquant le souvenir des émotions antérieures. Francisco Rebello Rodovalho utilise lui aussi la menace de soulèvement à son profit, puisque la situation politique tendue qu’il décrit justifie à ses yeux que son salaire lui soit versé avec régularité, dans la mesure où il est l’homme de la situation258.

  • 259 Antonio de Oliveira, « Contestação fiscal de 1629 : as reacçôes de Lamego e Porto », Revista das Hi (...)
  • 260 António Fereira da Cruz, Ο Pôrto seiscentista, Porto, Publicações da Câmara Municipal do Porto, 194 (...)
  • 261 ACB, Variorum, vol. XXX, fos 39-40, Carta del Conde de Prado al Consejo de Portugal (27 février 163 (...)
  • 262 AGS, CJH, 734, Carta de Francico Leitão a la Junta de la Extracción (5 août 1635).
  • 263 BL Eg., 1135, f° 304.
  • 264 AGS, CJH, 734, Carta de Sebastião Tavares de Sousa a Francisco Leitão (28 juillet 1635).
  • 265 AGS, CJH, 757, Carta de Sebastião Tavares de Sousa a Francisco Leitão (8 décembre 1635).
  • 266 AGS, CJH, 757, Consulta de la Junta de la Extracción (1er août 1636).
  • 267 AGS, CJH, 757, Carta de Sebastião Tavares de Sousa a Francisco Leitão (22 décembre 1635).
  • 268 AGS, CJH, 757, Carta de Sebastião Tavares de Sousa a Francisco Leitão (12 janvier 1636).

80Dans les années 1635 et suivantes, Porto est également le théâtre d’une forte résistance au déploiement de l’Administração da Extracção. On connaissait bien la question du refus par la ville de payer le servicio de 1629259 et ses réticences face à l’impôt du real d’agoa en 1631260, puis la résistance de 1638 contre le même impôt261. En revanche, on ne s’est guère intéressé à l’agitation liée aux affaires de commerce de sel. Comme nous l’avons vu précédemment, les quais de Porto sont le point d’aboutissement de l’évasion de sel depuis Aveiro. Il est donc logique que Leitão veuille installer sur place un troisième bureau de l’Administração da Extracção. Le candidat choisi à l’été 1635 par l’administrateur général pour diriger l’extracção à Porto est le magistrat SebastiãoTavares de Sousa262. Ce dernier est magistrat de la Casa do Civel, après avoir été corregedor de Porto263. Pour pouvoir affronter l’opposition des échevins et des magistrats de la douane, il exige que tous les ordres lui parviennent visés par le Conseil de Portugal264. Au mois de décembre de la même année, Tavares de Sousa n’a pas encore pu commencera travailler en raison du refus total des magistrats de la douane de le laisser agir et de l’obligation qui lui est faite par la municipalité de produire le texte du règlement de l’extracção, qui n’est toujours pas publié265. Francisco Leitão affirme à la Junta de la Extracción que le magistrat Antonio Rodrigues de Figueiredo, membre de la Casa do Civel, organise la résistance à l’installation de la nouvelle administration266 : c’est lui qui exige que Tavares de Sousa produise ses titres et diplômes de nomination267. Trois institutions s’allient contre l’Administração da Extracção : la municipalité, le tribunal d’appel et la douane268. Les officiers de l’extracção n’osent travailler par peur du cachot, dont ils sont quotidiennement menacés.

  • 269 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 décembre 1635).
  • 270 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (26 janvier 1636). ·
  • 271 Celui-ci avait été déchargé de toutes ses responsabilités afin de pouvoir se consacrer exclusivemen (...)
  • 272 AGS, CJH, 643, Memorial de Pedro Monçón (18 août 1628) ; AGS, CJH, 656, Consulta del Consejo de Hac (...)
  • 273 AGS, CJH, 768, Cartas de Pedro de Iriarte al Consejo de la Sal (8 janvier 1637 et 3 février 1637).

81Au mois de décembre 1635, l’administrateur général juge la situation de Porto alarmante : la ville est selon lui « en ébullition269 ». Il cible son attaque contre les magistrats de la douane270. Le 28 avril 1636, Leitão arrache au Conseil de Portugal un décret d’enquête sur les irrégularités commises à Porto dans le commerce du sel et sur les offenses subies par les officiers de Sebastião Tavares de Sousa. Aussitôt, Manuel de Silva de Sousa, oncle de Diogo Lopes de Sousa, comte de Miranda et président du Conselho da Fazenda de Lisbonne, exerçant par intérim pour son neveu la charge de président de la Casa do Civel271, s’oppose à la tenue de cette enquête. Il invoque un vieux privilège qui lui confère le monopole absolu de la nomination des greffiers pour toute cause concernant le ressort de la ville de Porto. Ainsi, toute enquête doit être confiée à la plume d’un de ses clients. Les renseignements confidentiels réunis par Francisco Leitão sont examinés à Madrid en grand secret : ils indiquent en effet que le comte de Miranda serait à « la racine » de tous ces maux. Propriétaire de nombreuses salines à Aveiro, ville qui dépend du ressort de la Casa do Civel, il fait transporter son sel à Porto pour le vendre aux étrangers et pour le faire passer en fraude en Galice, le long du fleuve Minho. C’est une accusation ancienne272. Le volume de ce trafic doit être considérable : en 1637, un inspecteur dépêché par le Consejo de la Sal à la frontière luso-galicienne parle d’une bande armée de deux cents hommes à cheval, de la complicité de la justice locale et des clercs, de la facilité avec laquelle les passeurs trouvent refuge d’un côté ou de l’autre de la frontière273.

82En l’absence du comte de Miranda, son oncle Manuel de Silva de Sousa poursuit donc la politique de son neveu en terrorisant les officiers : il fait arrêter puis exiler de longs mois le garde de l’extracção. Il ne peut agir ainsi avec Sebastião Tavares de Sousa, magistrat de la Casa do Civel qu’il préside. Mais il ne se prive pas de le vexer en public et d’entraver son action :

  • 274 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (6 avril 1636).

Pour tout cela, il fait appel aux magistrats de la douane qui, eux aussi, sont très marris de ce que Votre Majesté nomme là-bas des officiers de l’extracção, car par ce biais on les prive eux et leurs amis de la possibilité qu’ils ont d’en profiter. Car ce qui se passe là-bas dans ce domaine est un pur vol, et ce qu’il y a de pire, c’est que ce qui relève en substance de la passion et de l’intérêt particulier, ils osent le pallier et lui donner un aspect honnête en prétextant le respect des privilèges de cette Couronne274.

  • 275 Ibid.
  • 276 AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (25 août 1636).
  • 277 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (20 décembre 1636) ; AGS, CFH,(...)

83Francisco Leitão est conscient du risque d’enkystement du conflit, mais il sait que seul le Conseil de Portugal peut agir sur un personnage aussi puissant que le comte de Miranda275. Au mois d’août 1636, Francisco Leitão rappelle que si rien n’est fait pour rétablir la situation à Porto, c’est l’ensemble de l’Administração da Extracção qui sera en danger276. Entre-temps, la persécution dont Sebastião Tavares de Sousa fait l’objet s’aggrave. Celui-ci se voit en effet priver de sa charge de magistrat de la Casa do Civel, au cours d’une session extraordinaire organisée en toute illégalité, un dimanche, par le vieux président intérimaire277. En manière de compensation, Francisco Leitão fait pression sur ses collègues du Desembargo do Paço pour que Tavares soit nommé magistrat de la Cam da Supplicação de Lisbonne. Dans l’affaire de Porto, nous trouvons la composition de trois éléments essentiels pour l’articulation d’une résistance politique : une famille aristocratique de haute volée puissamment installée dans sa région, des institutions traditionnelles hostiles à une nouvelle création (municipalité, tribunal, douane), une population « braillarde et inquiète », une fois encore agitée comme une menace dans une ville qui a connu dans un passé récent une révolte mémorable (les maçarocas de 1629).

84Tant à Setúbal qu’à Porto, c’est bien la menace de l’émotion populaire qui est brandie par les institutions locales, lorsque celles-ci se sentent en position de faiblesse face aux exigences des organismes nouveaux. Ces rébellions qui n’éclatent pas obtiennent autant de résultats, sinon davantage, que les révoltes réelles. Elles appartiennent donc pleinement à l’histoire sociale de la protestation, même si on a eu tendance à les négliger au profit de manifestations plus spectaculaires. Michèle Perrot a bien montré que la menace de grève était une arme essentielle dans la stratégie des mouvements ouvriers face au patronat et devait, à ce titre, être analysée elle aussi comme une forme de résistance réellement efficace.

IV. — Conflits de compétences

Un impératif : maintenir sa réputation

  • 278 AGS, CFH. 734, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (15 juillet 1635).

85Comme on l’a vu, le fil directeur de l’action de Francisco Leitão consiste à remplir la caisse qui lui a été confiée. En principe, puisque l’unique instance juridictionnelle dont il dépend est la Junta de la Extracción de Madrid, aucune autre institution ne peut obtenir de lui qu’il affecte les fonds de sa caisse à d’autres postes financiers que ceux que la Junta lui spécifie. Le vice-roi et le Conseil de Portugal n’ont aucune prise sur lui. Ainsi, le 14 juillet 1635, Marguerite de Mantoue, en tant que vice-reine et capitaine générale, envoie un billet au trésorier de l’extracção Diogo Lopes Caminha lui demandant de lui délivrer un bon de huit mille cruçados destiné à la flotte en instance de départ pour le Brésil278. Le trésorier répond qu’il a reçu du roi l’ordre exprès de ne jamais obéir à aucune demande financière qui n’émanerait pas de la Junta de la Extracción. Il rappelle que les prêts des négociants pour les Flandres sont remboursés à concurrence de cinquante-six millions de maravédis sur la caisse de l’extracção. Il en va de la réputation de sa caisse :

  • 279 Ibid.

Si on détournait cet argent, non seulement Sa Majesté devrait payer de ses finances royales les intérêts et changes conformément aux cédules et arrêts de Sa Majesté, mais encore l’affaire court le risque que les financiers viennent à manquer à leur contrat et, en outre, cette assignation pourrait perdre son crédit car, si les gens de finance voient un tel précédent, ils accorderont à cette rentrée une moindre réputation279.

86On peut remarquer au passage que, du seul fait de la logique de sa fonction, Diogo Lopes Caminha garantit des versements destinés à la guerre de Flandres en les refusant à celle du Brésil, ce qui constitue un des pires griefs adressés à la politique d’Olivares au moment de la Restauração.

  • 280 AGS, CFH, 734, Carta de Francisco Leitão a Margarita de Mantua (15 juillet 1635).
  • 281 AGS, CJH, 734, Carta de Margarita de Mantua al auditor Jerónimo de Leon (16 juillet 1635).
  • 282 AGS, CJH, 734, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (21 juillet 1635).
  • 283 AGS, CJH, 734, Auto de la visita del auditor Jerónimo de León (17 juillet 1635).

87Francisco Leitão écrit immédiatement à Marguerite de Mantoue pour soutenir en tous points l’attitude de son trésorier280. L’épreuve de force est immédiatement engagée : Marguerite exige que les huit mille cruçados·lui soient avancés par l’Administração da Extracção à titre d’emprunt forcé. En cas de refus, l’auditeur de l’armée, Jeronimo de León, recevra l’autorisation d’employer tous les moyens pour y parvenir281. Diogo Lopes Caminha est assigné à résidence, gardé à ses frais par douze soldats et un sergent. Le trésorier accepte son assignation en refusant toujours de verser les sommes qu’on exige de lui. Jeronimo de Leon le menace alors de l’enfermer dans un cachot du fort São Gião. Pendant ce temps, les soldats malmènent les serviteurs et le caissier de Diogo Lopes Caminha et, sur ordre de la duchesse, fracturent les tiroirs et les coffres de la trésorerie282. Le trésorier finit par céder283. Francisco Leitão exprime sa fureur :

  • 284 AGS, CJH, 734, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 juillet 1635, 4 août 1635 (...)

Je suis si fâché et attristé que je n’ai rien à vous dire sur l’extracção [...]. Le deuil et le chagrin que j’ai ressentis sont immenses [...]. Je suis encore effondré de la saisie des huit mille cruçados284.

88Sa colère s’explique par le fait qu’il a soumis au marquis de la Puebla et à Marguerite de Mantoue des solutions permettant d’éviter cette saisie, qui va désormais laisser sur sa caisse une tache de suspicion. Il avait proposé de réunir, sous la forme d’emprunts auprès de ses amis et alliés, la somme de six mille escudos et le reste sur son crédit particulier.

  • 285 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (27 septembre 1636).
  • 286 AGS, CJH, 757, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (23 août 1636).

89La vice-reine refusa de garantir le remboursement de ces prêts et préféra forcer les coffres de l’Administração da Extracção. On voit donc ici comment s’opère le transfert du crédit particulier sur le crédit public, de façon à éviter un précédent qui ruinerait la confiance que les financiers du roi accordent à la caisse de l’Administração. La réussite d’un responsable de caisse comme l’administrateur général de l’Extracção est sanctionnée par la réputation de fiabilité dont sa caisse jouit auprès des créanciers du roi. Mais ce responsable n’est aucunement comptable de la solidité des autres caisses des finances royales. C’est ainsi que Francisco Leitão indique à Diogo Lopes Caminha que les remboursements et amendes versés par Gonçalo de Sousa de Macedo, même s’ils ne constituent pas légalement des rentrées provenant de l’extracção, doivent être intégralement affectés aux assignations du banquier Lelio Imbrea285, alors que la vice-reine Marguerite de Mantoue voudrait les utiliser pour le financement de la flotte286. On voit donc que la force de la commission, sa stricte conformité à des objectifs limités et non négociables, est aussi à l’origine de sa faiblesse, de son incapacité à s’inscrire dans une rationalité stratégique élargie.

Commerce du sel et répression de la contrebande

  • 287 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (20 novembre 1638).

90La logique fonctionnelle de l’Administração da Extracção entre donc en contradiction avec celles d’autres organismes installés à l’initiative des juridictions castillanes. Elle coexiste difficilement, tout d’abord, avec l’inspection de la contrebande et se heurte à l’ordre militaire castillan au Portugal. Francisco Leitão était très soucieux du traitement réservé aux acheteurs étrangers. Après son départ de Lisbonne, il recommandait encore à son successeur Francisco de Carvalho de bien veiller à ce que personne ne les vexât ou ne fît pression sur eux pour les obliger, par exemple, à acheter à tel marchand plutôt qu’à tel autre287.

  • 288 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 juillet 1634).
  • 289 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (24 avril 1632).
  • 290 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1634, §§ 26-27 et 29 (...)

91Très tôt, Leitão avait plaidé auprès de la Junta de la Extracción en faveur d’un assouplissement des conditions léonines imposées aux Hollandais acheteurs de sel288. Il lui semblait absurde de prétendre faire venir des flottes marchandes à peine armées de quelques mousquets et piques et dépourvues d’artillerie, alors que les côtes de Galice et de l’Entre-Douro-e-Minho étaient infestées de pirates turcs289. La colère de Francisco Leitão explose lors de l’assassinat du marchand hollandais Gutguer Vuillensen, le 16 avril 1634, par le capitaine de la « torre de Outão », qui garde la rade de Setúbal. Un soldat, Martin de Cea, abat Vuillensen d’un coup de feu depuis la tour. La victime se trouve alors à bord de son navire, où son corps est aussitôt salé ( !) pour être transporté jusqu’en Hollande, puisqu’il n’est pas question de lui accorder de sépulture au Portugal290. Leitão invite la Junta de la Extracción à mesurer l’ampleur du désastre. Fort de son expérience de l’architecture des pouvoirs au Portugal, l’administrateur général doute que les poursuites lancées contre le soldat castillan aboutissent jamais et dénonce l’impunité du corps militaire des présides :

  • 291 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1634, §§ 26-27).

Si Votre Majesté daigne prêter attention à la clameur et aux conséquences néfastes de cette cruauté, il faut que ce soit à temps, sinon les autres méchancetés et excès dont ce capitaine et celui de la tour San Felipe se sont rendus coupables ne recevront pas dans ce Royaume la réponse méritée, et c’est ainsi que le vice-roi de ce Royaume n’a pas plus de pouvoir que le prieur des carmes sur la milice espagnole et sur les capitaines des présides et des tours [...]. Je ne sais pas pourquoi vous me dîtes qu’il faut faire ouvrir une cause par le vice-roi afin que le crime ne demeure pas impuni, si ce n’est parce que vous pensez qu’il n’y a pas d’autre solution que celle qui découle de la juridiction (inexistante) de cette Couronne et du vice-roi comme son ministre, alors autant ne plus en parler291.

  • 292 AGS, CJH, lib. 139, f° 76r°-v°, Consulta de la Junta de la Extracción (6 novembre 1631) ; AGS, CFH,(...)

92Cette protestation de Leitão contre l’impuissance juridictionnelle du vice-roi par rapport à la juridiction du capitaine général est remarquable sous la plume d’un magistrat considéré comme le fer de lance de la politique d’Unión de Armas au Portugal. Dans sa plainte, l’administrateur général de l’extracção s’appuie sur les termes des instructions qu’avait reçues son prédécesseur et selon lesquelles la poursuite des marchands en règle avec l’Administração da Extracção devait être sévèrement punie292.

  • 293 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 juin 1634), § 22 ; AGS, GA (...)
  • 294 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (30 septembre 1634).

93Après avoir entendu, en septembre de la même année, les plaintes des marchands étrangers indûment taxés par les soldats castillans, Francisco Leitão peut les rassurer en leur annonçant l’arrestation de Martin de Cea et de son épouse, également mêlée au racket293. António Bolaños, inspecteur castillan de la contrebande de Setubal, accusé d’inquiéter indûment les étrangers, est remplacé par Francisco Rebello Rodovalho, un administrateur de l’extracção294. Il faut attendre le mois de mars pour que Tomás de Ibio Calderón, chargé de prononcer une sentence, rende son avis sur l’affaire Vuillensen. Il mérite d’être cité :

  • 295 AGS, CJH, 687, Carta de Tomás Ibio Calderon a la Junta de la Extracción (10 mars 1635).

Lorsque le capitaine d’une forteresse ne reçoit ni son salaire ni aucun secours pendant de longs mois, il est pardonné de chercher les moyens de survivre même en les demandant aux commandants des navires295.

  • 296 AGS, CJH, 734, Carta de la Princesa Margarita a la Junta de la Extracción (8 juillet 1635).
  • 297 AGS, CJH, 734, Auto de Juan de Fuentes Vizcarreta (28 juillet 1635).

94Martín de Cea aurait donné l’ordre à l’artilleur de tirer au-dessus du bateau, mais le tir aurait accidentellement atteint celui-ci : dans ces conditions, Tomás de Ibio Calderón recommande que le prisonnier soit relâché. La Junta de la Extracción adresse une consulta royale à la vice-reine pour lui demander de faire juger le cas par un magistrat. En juillet 1635, Marguerite de Mantoue désigne le Castillan Francisco de Valcárcel296. Le juge désigné prononce la sentence le 28 juillet 1635 : Martin de Cea est acquitté et lavé de toute accusation297.

  • 298 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (26 avril 1634).
  • 299 AGS, GA, 3158, Real Cédula (21 juillet 1632).
  • 300 AGS, GA, 1072, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (21 janvier 1632).
  • 301 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (12 mars 1632).
  • 302 ANTT, Corpo Cronológico, II/363, doc. : 36 et 37 (25 octobre 1632) ; 48 et 49 (10 novembre 1632) ; (...)
  • 303 AGS, GA, 1060, Orden Real al Consejo de Guerra (13 juin 1632).

95Francisco Leitão est donc clairement désavoué. Sa stratégie visant à accroître le volume des ventes de sel aux compagnies commerciales hollandaises se heurte à trop d’intérêts, qui risquent pourtant, à la longue, de détourner les Hollandais des côtes portugaises. Mais l’administrateur général de l’extracção va aussi à l’encontre de la politique de lutte contre la contrebande. À la même époque, Fernando de Toledo dénonçait au Consejo de Guerra de Madrid la « gabegie » de l’impôt sur le sel298. Il lui paraissait notamment que les tarifs imposés aux ennemis rebelles étaient bien trop modérés et que les bureaux de l’extracção à Setubal étaient trop complaisants. En effet, la capitainerie générale se voit ravir par l’Administração da Extracção une part de son pouvoir de contrôle du commerce299. Comme Fernando Albia de Castro l’explique en 1632300, il est scandaleux que l’Administração dispense les marchands venus charger à Setubal (et a fortiori à Porto et Viana) d’aller ensuite demander un passeport de retour auprès de la capitainerie de Lisbonne. Selon lui, cette nouvelle façon de faire comporte trois défauts. Cette licence permettant de ne pas passer par Lisbonne est une hypocrisie car, de toutes façons, les commandants qui passent à Setubal vont aussi à Lisbonne, marché infiniment plus intéressant pour écouler leurs produits. D’autre part, le « court-circuitage » de la capitainerie générale affecte son prestige et, par extension, celui de la « juridiction royale de Castille » au Portugal. Fernando Albia de Castro insiste enfin sur les dangers d’une telle attitude alors que les navires hollandais sont, d’après lui, remplis d’espions et de marchandises de contrebande. Dans un premier temps, le Consejo de Guerra suit ses arguments301. Le débat s’est donc déplacé à Madrid, où il s’envenime. Après que la Junta de la Extracción eut défendu son point de vue auprès du roi, le Consejo de Guerra finit par se dédire. Le Conseil est alors contraint d’écrire d’une part au capitaine général Fadrique de Toledo et au veedor Fernando Albia de Castro, mais aussi, d’autre part, à la Junta del Almirantazgo, pour qu’à Setubal les soldats des présides et les officiers chargés de la répression de la contrebande cessent de contraindre les marchands ayant acquitté le novisimo direito302 à aller à Lisbonne chercher d’autres passeports pour le retour303.

  • 304 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 janvier 1634).
  • 305 Voir chap. vii, p. 297.
  • 306 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).
  • 307 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4février 1634), § 1.
  • 308 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 février 1634), § 24.

96On comprend que les relations entre Fernando de Toledo et Francisco Leitão ne pouvaient guère être bonnes304. En réalité, le contentieux est ancien et lourd. Fernando de Toledo sait que c’est Leitão qui avait réuni les pièces de l’enquête menée contre lui305. Par ailleurs, le même Leitão s’est toujours opposé au pillage par les soldats castillans des navires échoués sur la côte portugaise. Dans ces conditions, l’administrateur général se plaint auprès des Conseils de Madrid de ce que tous les ponts sont coupés avec le Maestre de Campo General306. Selon Leitão, l’hostilité des Castillans à son égard est telle que lorsqu’ils ne peuvent racketter les négociants, ils les laissent filer avec leurs chargements de sel sans qu’ils aient payé le novisimo direito. La situation devient à ce point insupportable que Leitão menace de démissionner et ne reste en poste que sur la demande expresse de la Junta de la Extracción307. Fernando de Toledo décide alors de se rendre à la Cour, dans l’unique but de dénoncer les agissements de son rival308. Nommé entre-temps membre du Conselho da Fazenda à la demande du comte-duc d’Olivares, Leitão ironise sur les fureurs du Maestre de Campo General :

  • 309 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 mars 1634), § 10.

Il a dernièrement passé ses journées à dire qu’il veut aller à la Cour pour parler de ma vie et de mes miracles ; je ne pensais pas, moi homme de paix, avoir un historiographe si autorisé, ni que les armes eussent tant d’affinités avec les lettres309.

  • 310 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (28 octobre 1634), § II.
  • 311 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (4 mai 1634).
  • 312 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (9 août 1636).

97En d’autres occasions, Francisco Leitão, lorsqu’il doit s’adresser à Fernando de Toledo, ne le fait plus que par écrit et ne peut lui envoyer son propre greffier, de peur que ce dernier n’essuie quelque fâcheux traitement. Il sollicite alors la médiation du beau-frère de Diogo Soares, dom Luís de Melo, le fameux doyen de Braga310, car il sait que le Maestre de Campo General est en bons termes avec le clan Vasconcelos311. En dépit du ton acide et sarcastique sur lequel il demande si la divinité de Fernando de Toledo daignera répondre à son humble humanité, Francisco Leitão ne sous-estime pas la formidable capacité de nuisance des Castillans à l’encontre de l’Administração da Extracção à travers les contrôles exercés par les soldats. Sous la vice-royauté de Marguerite de Mantoue, nous l’avons vu, l’influence de Fernando de Toledo ne doit pas être négligée : Leitão ne s’y trompe pas lorsqu’il analyse l’installation du Maestre de Campo General dans les appartements occupés par Caspar Ruiz de Escaray — c’est-à-dire auprès de la vice-reine —, comme une source de problèmes pour lui312. L’affaire de Martin de Cea, assassin jamais puni d’un marchand hollandais, est sans doute un signe de la position de faiblesse relative de Leitão. L’avis de Tomás de Ibio Calderón et la sentence de Francisco de Valcárcel démontrent que l’administrateur général est loin de maîtriser toujours la situation, c’est-à-dire d’imposer sa juridiction privative.

  • 313 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (27 septembre 1636).

98L’impératif militaire ruine les efforts de l’Administração da Extracção selon deux modalités proprement guerrières. Les navires étrangers peuvent être confisqués et être intégrés à une flotte hispanique313 ou bien immobilisés pour des raisons de sécurité, notamment afin que les commandants hollandais ne puissent informer leurs compatriotes de l’état des flottes espagnoles au moment de leur départ pour le Brésil. Au nom des objectifs financiers qui lui ont été assignés, Francisco Leitão récuse ces deux pratiques. Les embargos constituent selon lui une claire violation de l’engagement contracté par le roi à la remise des passeports et sauf-conduits qui portent sa signature ou celle de ses vice-rois des Pays-Bas. Quant à la crainte de l’espionnage, il balaie l’argument :

  • 314 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (31 mai 1635).

Je tiens pour une chose absolument certaine que depuis Séville et depuis ici [Lisbonne], les Hollandais obtiennent à chacun des courriers toutes les informations sur nos flottes et toutes les opérations avec la précision souhaitable, soit par les Hollandais et correspondants de grande intelligence qu’ils ont ici, soit par les Juifs qui vivent parmi nous et ont là-bas de nombreux parents314.

  • 315 AGS, CJH, 734, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (31 mai 1635).

99Felipe de Arana fait le même constat : selon lui, les Hollandais savent absolument tout ce qui se prépare dans la Péninsule et il est donc inutile d’entraver le commerce en croyant éviter l’espionnage315.

  • 316 AGS, CJH, 775, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (17 janvier 1637).
  • 317 AGS, CJH, 775, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (14 mars 1637).
  • 318 AGS, CJH, 775, Carta de Fracisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 août 1637).

100Pendant l’hiver 1636-1637, les besoins en grains deviennent si pressants qu’au cours du seul mois de janvier plus de cinquante-quatre navires de charge hollandais mouillent à Lisbonne et en rapportent assez de sel pour aller le vendre sur la côte cantabrique, en Angleterre et aux Pays-Bas316. Pendant ce seul mois de janvier, la caisse de l’Admimstração da Extracção reçoit vingt-neuf mille cinquante-huit cruçados (correspondant environ à cent cinquante mille fanegas de cinquante-cinq litres)317. Lorsqu’à partir de 1637 Leitão assiste Miguel de Vasconcelos pour l’armement des flottes destinées au Brésil, le troc du sel contre les matériaux nécessaires à la navigation venus du Nord s’amplifie. L’administrateur général dénonce comme une authentique catastrophe l’ordre lancé par la vice-reine Marguerite de Mantoue de fermer les ports de Lisbonne et Setúbal au milieu du mois d’août 1637318.

  • 319 AGS, CJH, 757, Carta de Margarita de Mantua a la Junta de la Extracción (27 janvier 1636).
  • 320 AGS, CJH, 757, Cartas de Gaspar Ruiz de Escaray a la Junta de la Extracción (27 janvier 1636, 13 fé (...)

101En d’autres occasions, Leitão doit intervenir contre les officiers de santé qui, sous prétexte de rumeurs concernant une épidémie de peste à Amsterdam, veulent interdire aux navires hollandais d’accoster319. En règle générale, Francisco Leitão est partisan de la plus grande souplesse pour la formalité permettant de prolonger le délai des passeports hollandais, alors que Marguerite désire contrôler les opérations au compte-gouttes320.

Leitão et les contrats exempts

  • 321 Jean-Frédéric Schaub, « A falência de Henrique Sinel. Insucesso comercial ou desafio político ? », (...)
  • 322 AGS, Contadurías Generales, leg. 2298, Asiento de Sebastian López de Almeida.

102Francisco Leitão ne facilite pas la tâche des signataires de contrats de livraison de sel portugais au royaume de Galice et à la principauté des Asturies. En effet, l’une des clauses de ces contrats est la dispense de paiement de l’extracção. Nous avons pu repérer l’histoire de trois contrats, celui de Francisco de Paços Figueroa (dont nous ignorons s’il est lié au faux-monnayeur galicien Juan de Paços Figueroa) de 1628 à 1633, celui d’Henrique Sinel de 1633 à 1637321 et enfin celui de Sebastião Almeida Lopes à partir de 1637. Aucun de ces contrats conclus pour dix ans ne parvient à terme : ils se terminent tous par la banqueroute du fournisseur. Ces négociants relèvent de la juridiction du Consejo de la Sal de Madrid et non pas de la Junta de la Extracción. Alors que l’étude de ces contrats et de leurs vicissitudes économiques, juridiques et politiques mériterait une étude à part entière, nous nous limiterons ici à observer comment deux objectifs distincts, la perception de l’extracção et le contrat de Galice et des Asturies, s’affrontent plutôt qu’ils ne se complètent322.

  • 323 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (31 janvier 1634).
  • 324 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (17 avril 1633).
  • 325 AGS, CJH, 687, Consulta del Consejo de la Sal (26 novembre 1632).
  • 326 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (15 avril 1633).
  • 327 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (13 mai 1633) ; AGS, CJH, 801, Real Provision (23 se (...)
  • 328 AGS, CJH, 1751, Memorial de Francisco de Paços Figueroa (14 décembre 1633).
  • 329 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (22 novembre 1634).

103En avril 1633, Francisco de Paços Figueroa, galicien et chevalier de l’ordre portugais du Christ323, réside à Aveiro depuis quatre ans, s’occupant d’achats de sel324. Lorsque les embarcations qu’il a réunies s’apprêtent à partir, on exige de lui qu’il verse le novo direito des onze vintens et le novisimo direito. En dépit de l’infraction que cette exigence constitue par rapport aux articles de son contrat, il cherche des personnes qui lui serviraient de cautions (fiadores) sous la garantie des finances de Castille. Or, comme le roi refuse de payer un impôt qu’il considère non dû par ses finances, les cautions se retournent contre le fournisseur et on le jette au fond d’un cachot. Il subit là sa troisième incarcération arbitraire au Portugal325 et sait dès lors que cet épisode ruine son crédit personnel dans les ports de la côte portugaise. A la même époque exactement, six caravelles chargées de sel de contrebande d’Aveiro échouent à Vigo après avoir essuyé une tempête. La marchandise est aussitôt confisquée et vendue aux greniers à sel, au seul bénéfice des finances royales. Furieux, les producteurs de sel d’Aveiro font alors arrêter Francisco de Mena Valecilla, un Castillan qui séjourne dans leur ville pour armer des embarcations où il compte charger du sel326. Toutes les sommes qu’il avait apportées lui sont confisquées et sa mission est interrompue. Le Consejo de la Sal constate qu’aucune juridiction ordinaire portugaise, pas même le bureau de l’extracção à Aveiro, n’essaie de trouver une solution. Ces événements amènent Diogo Soares à s’engager personnellement dans la fourniture de sel portugais à la Calice et aux Asturies327. Dans un long mémoire, Francisco de Paços Figueroa propose des solutions328. Il faut obtenir, à Madrid du Conseil de Portugal et à Lisbonne du comte de Miranda, président du Conselho da Fazenda, la levée des taxes traditionnelles sur les sorties de marchandises (trois pour cent, diezmo, onze vintens) ; et pour le novisimo direito, il suffira que les commandants des navires renvoient sous deux mois les certificats de la livraison des lots dans les greniers galiciens et asturiens. Francisco de Paços Figueroa a compris que les entraves imposées au commerce officiel du sel du Portugal vers la Galice sont complémentaires d’un autre phénomène essentiel : la fraude massive sur le sel le long du fleuve Minho. Ce qu’il ignore, en revanche, c’est que le comte de Miranda, auquel il propose de s’adresser, est peut-être le plus gros des contrebandiers. Estevão de Foyos, le représentant personnel de Diogo Soares à Aveiro, essaie vainement de changer les pratiques : il est intéressant de constater qu’il ne reçoit jamais aucun appui des bureaux de l’extracção, alors dirigés par António Privado de Albergaria329. Le négoce officiel vers la Galice n’intéresse ni les producteurs, qui préfèrent écouler du sel en contrebande, ni l’administration du novisimo direito, qui n’en tire aucun profit.

  • 330 AVDV, G 48 (document aimablement communiqué par Fernando Bouza Álvarez).
  • 331 AGS, CFH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 septembre 1634 et 30septe (...)
  • 332 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (10 juin 1634).
  • 333 AGS, CJH, 1751, Carta de Henrique Sinel al Consejo de la Sal (20 novembre 1635).
  • 334 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (13 mars 1632).
  • 335 ANTT, Desembargo do Paço, liv. 17, f° 116r°, Consulta do Desembargo do Paço (13 juin 1636) ; Mesa d (...)
  • 336 AGS, CJH, 760, Carta de Henrique Sinel al Consejo de la Sal (2 mai 1636) ; AGS, CJH, 1751, Puntos y (...)
  • 337 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (22 mai 1636).
  • 338 AGS, CJH, 790, Carta de Henrique Sinel al Consejo de la Sal (13 mars 1638).
  • 339 AGS, CJH. 775, Carta de Francisco Leitão a a Junta de la Extracción (8 août 1637).
  • 340 BNM, Porcon, 741-31, Por Gaspar de Zarate Tessorero General de las Salinas del Reyno con los bienes (...)

104Henrique Sinel, signataire du contrat à l’été 1634, n’est pas plus heureux. Il s’agit d’un citoyen de Porto, fils du chevalier allemand Juan Sinel330. Alors qu’il négocie à la Cour son contrat Juan Sinel, son frère, équipe à Porto une flottille destinée à transporter le sel, tandis que son cousin Baltasar Peles Sinel est installé à Aveiro pour y acheter les lots331. Juan Sinel est fortement soutenu par le Maestre de Campo General Fernando de Toledo332, et les membres du Consejo de la Sal semblent prêts à essayer de confier le contrat à un Portugais, après les échecs des Galiciens. Mais les institutions portugaises l’entravent dans la mise en œuvre du contrat. Alors que le Consejo de la Sal lui avait accordé le droit d’effectuer des réquisitions nécessaires sur les embarcations présentes dans les ports de la côte333 et de faire venir des navires hollandais, le Conseil de Portugal s’oppose à la première autorisation et les capitaines castillans à la seconde. Henrique Sinel sollicite alors la protection de deux personnages puissants : José Gonzalez, qui avait été récemment commissaire-administrateur des greniers à sel de Galice334, et Diogo Soares, garant juridique du contrat335. Soares et Sinel imaginent un projet de régie limitée à l’Entre-Douro-e-Minho : ils pensent que la vente forcée de sel dans cette région, effectuée par les autorités, provoquerait l’asphyxie du marché de contrebande336. Mais le projet n’a pas de suite. Inlassablement, Henrique Sinel devait se plaindre auprès du Consejo de la Sal des difficultés créées par les officiers portugais ainsi que par le manque de soutien du Conseil de Portugal et des membres portugais de la Junta de Armadas337. La faillite fut prononcée à la fin de l’année 1637338. Francisco Leitão avait vu sans miséricorde Henrique Sinel s’empêtrer dans son négoce, car il calculait toutes les pertes causées à l’Administração da Extracção par l’exemption accordée au commerce de Galice et par les abus que celle-ci pouvait engendrer339. Alors que Sinel se plaignait à la Junta de Armadas de ce que Fernando de Toledo laissait ses soldats molester son agent chargé des réquisitions d’embarcations, Francisco Leitão, sollicité, refusa de mener une enquête sur ce différend340.

  • 341 AGS, CJH, 790, Carta de Sebastião de Almeida Lopes a la Junta de la Extracción (20 juillet 1638).
  • 342 AGS, CJH, 801, Carta de Sebastião de Almeida Lopes a la Junta de la Extracción (18 octobre 1638).

105Du temps de son successeur, les relations de l’Administração da Extracção avec les transporteurs de sel en Galice ne s’améliorent guère. Sebastião de Almeida Lopes, négociant portugais de Séville, essaie de réussir là où Sinel avait échoué, Pendant des mois, il fait le siège de la Junta de la Extracción de Madrid pour obtenir le privilège d’exemption du novisimo direito341. Comme nous l’avons vu, il présente en octobre 1638 une plainte contre Manuel Correa, chef des gardes de l’extracção d’Aveiro342, qui prélève indûment un droit de passage sur les embarcations que Sebastião de Almeida Lopes avait réunies pour remplir son contrat. En dépit des interventions de l’Admimstração da Extracção, en la personne de son administrateur à Aveiro, Manuel de Almeida, le coupable n’est que très légèrement sanctionné alors que le préjudice subi a été considérable.

106Saisissant donc en trois moments distincts les relations établies entre les officiers de l’extracção et les signataires de contrats de fourniture de sel à la Galice, on s’aperçoit que la poursuite des objectifs propres l’emporte toujours sur toute autre considération de solidarité castillane ou de justice. Les plus olivaristes des magistrats portugais sont incapables de pratiquer, à l’échelle relativement limitée de leur action, une sorte d’unión de armas au quotidien. Capitaines des forteresses, officiers de l’extracção, fournisseurs de sel à la Galice et aux Asturies, organisateurs des flottes de guerre semblent impuissants à coordonner leur action, à la rationaliser en fonction d’objectifs communs. On constate ici une sorte de fracture béante entre les discours politiques et le travail quotidien des commissaires, dont l’historiographie nous dit pourtant qu’ils sont porteurs d’un modèle plus unitaire d’action sur la société. En ce sens, les mémoires, avis et proclamations politiques qui permettent à l’historien de reconstruire la vie politique au temps d’Olivares doivent être considérés dans tout l’écart qui les sépare du labeur des officiers absorbés par leur tâche parcellisée. L’étanchéité réciproque des charges et des commissions est une des clefs du bon fonctionnement de celles-ci, mais leur juxtaposition ou leur agrégation ne correspond pas à un plan préalablement défini, et constitue encore moins un assemblage doué de vie, un organisme, un corps. C’est leur faiblesse.

Notes

1 BL Add., 20949, f° 296, Ordem de El-Rei (30 avril 1628) ; Luís Augusto Rebello da Silva, História de Portugal nos séculos XVI e XVII, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1860 ; réimpression de l’Imprensa Nacional, Lisbonne, 1971-1972 (6 vol.), t. III, pp. 379-380. Sur la mission du marquis de Castelo Rodrigo, envoyé au Portugal pour préparer le financement de la floue des Indes orientales, voir chapitre iii, p. 150.

2 Modesto Ulloa, La Hacienda real de Castilla en el reinado de Felipe II, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1977, pp. 375-409 ; Virgínia Rau, Estudos sobre a História do sal portugais, Lisbonne, Editorial Presença, 1984, pp. 160-191.

3 Jean-Frédéric Schaub, « L’État quotidien : entre arbitrisme et révolte, la gabelle au temps du comte-duc d’Olivares », dans Jean-Frédéric Schaub (éd.), Recherche sur l’État dans le monde ibérique (XVe-XXe siècle), Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1993, pp. 21-50.

4 Voirie chap. iii, pp. 164-165.

5 Un moio équivalait à 12 fanegas de 55 litres, soit un total de 660 litres.

6 AHN, Estado, lib. 737, fos 659-664, Consulta del Consejo de Estado (12 décembre 1626).

7 AGS, SP, lib. 1469, fos 32-33, Consulta del Consejo de Portugal (21 janvier 1636).

8 Marcel Delafosse et Claude Laveau, Le commerce du sel de Brouage aux XVIIe et XVIIIe dictes, Paris, Armand Colin, collection « Cahiers des Annales » (17), 1960, pp. 116-118 ; Pierre Jeannin, « Le marché du sel marin dans l’Europe du Nord du XIVe au XVIIIe siècle », dans Michel Mollat (éd.), Le rôle du sel dans l’histoire, Paris, 1968, pp. 73-97.

9 AGS, CJH, lib. 139, f° 58r°, Consulta de la Junta de la Extracción (29 mai 1631).

10 JJAS, Carta Regia de 29 avril 1630 ; AGS, CJH, 722, Cédula Real (11 janvier 1631).

11 Miguel Ángel Echevarría Bacigalupe, « Examen de una polémica sobre los intercambios exteriores a principios del siglo XVII », Studia Historica. Historia Moderna, III (3), 1985, pp. 119-142 ; sur le cas américain, Manuel Herrero Sanchez,« La explotación de las salinas de Punta de Araya. Un factor conflictivo en el proceso de acercamiento hispano-neerlandés (1648-1677) », Cuadernos de Historia Moderna, 14, 1993, pp. 173-194.

12 AGS, CJH, lib. 139, fos 33ν°-34r°, Consulta de la Junta de la Extracción (29 septembre 1630).

13 AGS, Estado, 2042, Decreto del Consejo de Estado (31 avril 1628).

14 AGS, CJH, lib. 139, f° 8v°, Consulta de la Junta de la Extracción, s. d.

15 AGS, CJH, lib. 139, fos 25ν°-26r°-ν°, Consulta de la Junta de la Extracción (septembre 1629).

16 AGS, GA, 992, Consulta del Consejo de Guerra (9 novembre 1629).

17 AGS, CJH, lib. 139, f° 52.

18 AGS, CJH, lib. 139, f° 77, Consulta de la Junta de la Extracción (23 novembre 1631).

19 ΑΝTΤ, Chancelaria de Filipe III, 22/253 (8 octobre 1629).

20 BNM, ms, 2848, Junta del marqués de la Hinojosa, Jorge Mascarenhas et Padre Salazar (1er septembre 1626).

21 AGS, CJH, lib. 139, f° 18-, Consulta de la Junta de la Extracción (4 mai 1630).

22 BA, 51 X 1, f° 28, Sobre a comisão que tem o Dr Gonçalo de Sousa a seu cargo (27 août 1631).

23 AGS, CJH, lib. 139, f° 19, Consulta de la Junta de la Extracción (5 mai 1630).

24 AGS, CJH, lib. 139, fos 47v°-48r°, Consulta de la Junta de la Extracción (29 mars 1631).

25 AGS, SP. lib. 1529, f° 14, Consulta del Consejo de Portugal (19 novembre 1631),

26 AGS, CJH, lib. 139, fos 26v°-27r°, Consulta de la Junta de la Extracción (19 juin 1630).

27 AGS, CJH, lib. 139, f° 39v°, Consulta de la Junta de la Extracción (23 décembre 1630).

28 AGS, GA, 3157, Carta de Juan Valero Díaz al secretario Pedro Coloma (1er novembre 1631).

29 AGS, CJH, lib. 139, f° 84r°, Consulta de la Junta de la Extracción (20 février 1632).

30 AGS, CJH, 676, Minuta de Consulta del Consejo de Hacienda (7 mars 1631).

31 AGS, CJH, 688, Consultas del Consejo de Hacienda (16janvier 1632 et 3 avril 1632) ; AGS, CJH, lib. 139, fos 86-89, Cartas de la Junta de la Extracción a Diogo Lopes Caminha (3 mars 1632) ; AHN, Fondo Contemporáneo, lib. 7994, f° 210, Consulta del Consejo de Hacienda (18 janvier 1632).

32 AGS, CJH, lib. 139, fos 102v°-107r°, Cartas de la Junta de la Extracción a Gonçalo de Sousa de Macedo (2 mars 1633).

33 AGS, CJH, lib. 139, fos 93v°-94r°, Cartas de la Junta de la Extracción a Diogo Lopes Caminha (4 octobre 1632).

34 AGS, CJH, 687, Carta de Tomás de Ibio Calderón a la Junta de la Extracción (6 août 1633).

35 Voir dans le présent chapitre la section intitulée « La fraude à la tête de l’institution : Gonçalo de Sousa de Macedo », pp. 348 sqq.

36 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 mars 1634), § 8.

37 AGS, CJH, lib. 139, fos 121-122, Consulta de la Junta de la Extracción (13 novembre 1635).

38 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (11 novembre 1634).

39 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (9 août 1636).

40 AGS, CJH, 722, 734, 757, 775 et 788.

41 Lamentação de bum Português vendo as miserias do seu Reno eprincipalmente se queixa deste tributo do sal, BNL, cód. 7647, fos 66r°-67v°.

42 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).

43 ANTT, Corpo Cronológico, II/360, doc. 172, Copia del nombramiento que se hiço a Matheo de Santiago (20 février 1636).

44 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 90, Suplica dos contadores Filipe de Arana e João de Arce a ElRey queixandose de se acharem malpagos de sens soldes (1er septembre 1635).

45 AGS, CJH, lib. 139, fos 61v°-62r°, Consulta de la Junta de la Extracción (20 juin 1631).

46 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1634), §§ 14-15 ; AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 novembre 1634).

47 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 février 1634), §§ 6-7.

48 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (29 avril 1634), § 24 ; AGS, CJH, 734, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (6 janvier 1635, 20 janvier 1635 et 29 septembre 1035) ; AGS, CJH, 757, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (25 décembre 1635, 12 avril 1636, 10 mai 1636, 31 mai 1636, 25 août 1636 et 27 septembre 1636) ; AGS, CJH, 775, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (28 février 1637) ; AGS, CJH, 788, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 avril 1638 et 19 juin 1638).

49 AGS, CJH, 766, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (12 décembre 1637).

50 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (4 février 1634) ; AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 janvier 1634) ; AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (20 janvier 1634).

51 AGS, CJH, 725, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción 1er avril 1634).

52 AGS, CJH, 757, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (26 juillet 1636) ; AGS, CJH, 788, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (27 septembre 1638).

53 AGS, CJH, 757, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (20 septembre 1636).

54 AGS, CJH, lib. 139, f° 86r°-v°, Carta de la Junta de la Extracción a Diogo Lopes Caminha (9 mars 1633).

55 Sur António Saravia Picado, greffier de l’extracção à Aveiro, voir pp. 364 sq.

56 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (6 avril 1636).

57 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (12 janvier 1636).

58 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (13 mai 1634 et 16 septembre 1634).

59 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (10 juin 1634), § 9 ; (8 juillet 1634).

60 AGS, SP. lib. 1469, fos 26-28, Consultas del Consejo de Portugal (26 janvier 1636).

61 AGS, Estado, 7041, Autobiographie de Juan de Fuentes Vizcarreta (août 1642).

62 BP, II/1431, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta (11 juillet 1642). Sur la Junta en question, voir chapitre vii, p. 320.

63 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (3 mars 1635).

64 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1635) (1).

65 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1633) (2), § 4.

66 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (10 juin 1635), § 4.

67 AGS, CJH, 775, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 août 1637).

68 AGS, CJH, 775, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (19 août 1637).

69 AGS, CJH, 766, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (12 décembre 1637).

70 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. to, Carta que de Madrid escreveu o Lecenciado Francisco de Fontes (13 mars 1633).

71 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24avril 1638), § 2.

72 AGS, CJH, 788, Cartas de los mercaderes flamencos a la Junta de la Extracción (12 décembre 1637 et 2 mars 1638).

73 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (19 juin 1638).

74 Ibid.

75 AGS, CJH, 788, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (26 février 163 8).

76 AGS, CJH, 788, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (15 février 1638).

77 AGS, CJH, 788, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (10 avril 1638).

78 AGS, CJH, 801, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (8 janvier 1638).

79 AGS, CJH, 788, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (19 juin 1638).

80 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa al Consejo de Guerra (30 avril 1638).

81 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa al Consejo de Guerra (5 septembre 1638).

82 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco de Molina a la Junta de la Extracción (31 janvier 1634 et 16 février 1634).

83 AGS, CJH, 788, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (26 septembre 1638).

84 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).

85 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (6 janvier 1635 et 4 août 1635).

86 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Princesa Margarita (15 juillet 1635).

87 ACB, Variorum, vol. XLII, 125-127, Carta de Francisco Leitão a Diogo Soares (22 juillet 1638).

88 AGS, CJH, 734, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (3 mars 1635 et 4 août 1635)., §§ 9-10.

89 ANTT, Corpo Cronológico, II/366, doc. 151, Carta do contador João de Arana (22 novembre 1634).

90 AGS, GA, 1236, Carta de Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (7 novembre 1638).

91 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 juillet 1638).

92 AGS, CJH, lib. 139, fos 127-128, Consulta de la Junta de la Extracción (27 janvier 1634) ; AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (11 novembre 1634) ; AGS, CJH, 722, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (23 septembre 1634).

93 Il ne s’y rendit d’ailleurs pas avant l’automne, car il avait dû rebrousser chemin pour assurer l’armement de la flotte d’été destinée au Brésil : AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 avril 1638), § 11 ; et CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 août 1638). Sur l’armement de la flotte, voir les chapitres iv (pp. 192-193) et vi (pp. 274 et 276).

94 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 mai 1638).

95 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 août 1638).

96 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (11 septembre 1638).

97 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (31 mai 1635).

98 Sur la carrière de Francisco Leitão, voir chapitre v, p. 223.

99 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (25 septembre 1638).

100 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (23 octobre 1638).

101 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (20 novembre 1638). ; AGS, CJH, 801, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (14 mai 1639).

102 AGS, CJH, 801, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (5 février 1639).

103 AGS, CJH, 801, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (5 mars 1639).

104 AGS, CJH, 801, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (19 novembre 1639).

105 AGS, CJH, 801, Carta de Sebastião de Almeida Lopes a la Junta de la Extracción (18 octobre 1638).

106 AGS, CJH, 801, Carta de Manuel de Almeida a Francisco de Carvalho (7 novembre 1638).

107 AGS, CJH, 801, Auto de la visita de Tomás Rodriguez Henriquez (12 janvier 1639) ; AHN, Estado, lib. 348, Consulta de la Junta de Portugal (21 juillet 1639).

108 AGS, CJH, 801, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta a la Junta de la Extracción (12 août 1639).

109 AGS, CJH, 801, Carta de Pedro de Toro Flores a la Junta de la Extracción (22 janvier 1639).

110 AGS, CJH, 801, Carta de Manuel Correa a la Junta de la Extracción (24 juillet 1639).

111 AGS, CJH, 734, Instruction para el administrador de Aveiro (23 septembre 1535).

112 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a Sebastião Tavares de Sousa (3 août 1635).

113 Regimento do direito do sal na Alfandêga desta Cidade de Lisboa, dans Systema ou Collecção dos regimentos Reaes, t. II, Lisboa, 1783, pp. 262-273 [13 juillet 1638].

114 Traslado do regimento do novo direito do sal que se arrecada nas Alfandegas das villas de Aveiro e Setubal, dans Systema ou Collecção dos regimentos Reaes, t. II, Lisboa, 1783, pp. 655-657 [16 février 1640].

115 AGS, SΡ, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta del Despacho de Portugal (13 juillet 1638).

116 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 septembre 1634), § 9 ; AGS, CJH, 734, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (27 octobre 1635 et 10 novembre 1635).

117 Voir chapitre vii, p. 299.

118 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 novembre 1634).

119 AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 décembre 1635).

120 AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (23 février 1636).

121 Ordenaçoes Filipnas [1870] (3 vol.), éd. Mário Júlio de Almeida Costa, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, 1985, vol. II, pp. 434-435.

122 AGS, CJH H, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (26 janvier 1636) ; AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (9 août 1636).

123 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (29 avril 1634), § 7.

124 AGS, CJH, lib. 139, fos 110v°-111r°, Carta de comision de Felipe de Arana et Juan de Arce (2 avril 1633) ; AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).

125 BA, 50 V 28, fos 164-166, Consulta do Desembargo do Paço (13 septembre 1624).

126 AGS, GA, 930, Carta de Felipe de Arana et Pedro de Salazar a la Junta del Almirantazgo (9 janvier 1627) ; AGS, GA, 1242, Carta de Felipe de Arana al Consejo de Guerra (28 août 1638) ; AFIN, Fondo Contemporáneo, lib. 7994, f° 217r°, Consulta del Consejo de Hacienda (29 février 1632) ; ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 58, Carta de El rey escrita em Madrid a Filipe de Arana e João Arze contadores da Armada do Mar Oceano asistentes an Lixboa sobre varias adições que este devião cobrar dos deudores ou descontarlo de seus soldos (21 août 1634) ; ibid., doc. 74, Carta de João de Arze e Filippe de Arana (12 février 1635) ; ibid., doc. 81, Carta dos contadores [...], (14 mars 1635) ; ANTT, Corpo Cronológico, II/368, doc. 207, Carta de Phelipe de Arana et Juan de Arce (1er mars 1636), [sur l’asiento d’artillerie dejoão Sinel].

127 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (12 juin 1633).

128 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana a la Junta de Extracción (13 juin 1633) ; voir également AGS, CJH, lib. 139, f° 113 v°, Carta de Tomas de Ibio Calderón a la Junta de la Extracción (25 mai 1633).

129 ΒA, 51 X 5, Consulta de ! Consejo de Portugal (16 mars 1633).

130 BA, 51 X 4, f° 4 (6 octobre 1632).

131 AGS, CJH, 676, Copia de navios olandeses que truxeron pasaportes [...], (13 décembre 1631) ; AGS, CJH, lib. 139, fos 111v°-113r°.

132 AGS, CJH, 1739 (2), Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (21 juin 1633).

133 BA, 51 X 4, p. 137 (30 octobre 1632).

134 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (19 octobre 1632).

135 AGS, CJH, lib. 139, fos 117v°-118r°, Consulta de la Junta de la Extracción (26 juillet 1633).

136 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (20 juillet 1633).

137 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (6 août 1633).

138 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (20 août 1633) ; AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1634).

139 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (1er octobre 1633).

140 AGS, CJH, lib. 139, f° 120, Consulta de la Junta de la Extracción (8 octobre 1633).

141 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (22 octobre 1633) ; AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (7 janvier 1634).

142 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (10 décembre 1633).

143 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 janvier 1634) ; AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (23 décembre 1633).

144 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (4 février 1634).

145 ANTT, Miscellaneas Manuscritas, 1109, f° 155, Consulta da Casa da Supplicação, s. d.

146 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).

147 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 février 1634 et 4 mars 1634) ; AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (29 avril 1634), § 10.

148 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (18 février 1634).

149 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1634).

150 Sur António de Sousa de Macedo, voir chapitre i, pp. 55 et 68 notamment.

151 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (9 août 1636) ; AGS, CJH, 725, Traslado do acrescentamento que se fes no inventario dos papeis que entregou o Dor Gonçalo de Sousa de Macedo (4 février 1634) ; AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (29 avril 1634).

152 AGS, CJH, 1739 (2), Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (2 septembre 1634).

153 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (2 avril 1634), § 17.

154 ACB, Visita de Diogo Soares, vol, II, f° 6-. Sur les charges que Sousa de Macedo aurait présentées contre Soares, voir p. 211.

155 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (15octobre 1632).

156 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (14 octobre 1634).

157 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, Manifeste de Diogo Soares, s. d. (postérieur au 1er décembre 1640).

158 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (2 septembre 1634), § 7 ; (16 septembre 1634), § 2 ; (30 septembre 1634), § 13.

159 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1634), § 19.

160 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (2 avril 1634), § 16.

161 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (13 mai 1634), § 3·

162 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (27 mai 1634), §§ 2 et 3.

163 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (10 juin 1634), § 2.

164 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 juin 1634), § 11.

165 AGS, CJH, 734, Cana de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (13 octobre 1635).

166 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (6 avril 1636), § 5 ; (26 janvier 1635), § 10.

167 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (10 décembre 1635), § 2.

168 ANTT, MCO, liv. 34, f° 122, Consulta da Mesa da Consciência e Ordens (16 juin 1639).

169 AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (9 août 1636).

170 AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (26 janvier 1636), § 10 (9 août 1636) ; AGS, CJH, 788, Carta de Juan de Fuentes Vizcarreta, s. d. (1638).

171 AGS, CJH, 788, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (14 août 1638).

172 AGS, CJH, 801, Cana de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (5 février 1639).

173 AGS, CJH, 801, Canas de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (19 avril 1639, 14 mai 1639, 4 juin 1639, 8 octobre 1639, 19 novembre 1639 et 3 décembre 1639).

174 AGS, CJH, 801, Cartas de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (16 juillet 1639).

175 AGS, CJH, 801, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (21 octobre 1639).

176 AGS, Contadurías Majorer de Cuentas, IIIa época, leg. 1714.

177 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 janvier 1634), § 16.

178 AGS, CJH, 801, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (22 janvier 1639).

179 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (4 février 1634).

180 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (27 mai 1634), §§ 5-6.

181 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (12 novembre 1633).

182 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 115, Consulta do Conselho da Fazenda (14 décembre1626).

183 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (21 juin 1633).

184 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (4 février 1634).

185 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (18 février 1634).

186 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 juin 1634), § 10.

187 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 janvier 1634), §§ 20-21 ; AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (13 octobre 1635) ; AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (26 janvier 1636).

188 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1634), § 29.

189 ANTT, Inquisição Comelho Geral Livro, 70.

190 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 février 1634), § 9.

191 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1634), § 29.

192 AGS, CJH, 725, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (1er avril 1634).

193 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (29 avril 1634), § 26.

194 AGS, CJH, 725, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (13 mai 1634).

195 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (13 mai 1634), § 8.

196 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 août 1634), § 3.

197 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (27 mai 1634), § 8.

198 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (19 août 1634).

199 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (2 septembre 1634), § 3.

200 AGS, CJH, lib. 139, f°122, Consulta de la Junta de la Extracción (13 novembre 1633).

201 AGS, CJH, 687, Carias de Felipe de Arana a la Junta de la Extracdôn (22 juillet 1634 et 5 août 1634).

202 AGS, CJH, lib. 139, fos 150-151, Consulta de la Junta de la Extracción (12 septembre 1634).

203 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (2 septembre 1634).

204 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana et Juan de Arce a la Junta de la Extracción (16 septembre 1634).

205 AGS, CJH, 757, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (4 octobre 1636).

206 AG S, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (30 septembre 1634), § 2.

207 AGS, CJH, 687, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (14 octobre 1634).

208 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (28 octobre 1634), § 3.

209 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (30 septembre 1634), § 4.

210 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 septembre 1634).

211 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 septembre 1634).

212 Ibid.

213 Voir carte en appendice, p. 493.

214 AGS, CJH, 687, Lettre de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (26 novembre 1634).

215 JJAS, Carta Regia de mai 1629 ; AGS, CJH, 1751, Memorial de Francisco de Paços Figueroa (14 décembre 1633).

216 AGS, CJH, 722, Memorial de Felipe de Arana (8 janvier 1635).

217 AHN, Fondo Contemporáneo, lib. 7994, f° 8, Carta del secretario Leçama (3 octobre 1629).

218 Memorial de Felipe de Arana (§ 6).

219 AGS, CJH, 722, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (3 mars 1635).

220 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (17 février 1635).

221 Manuel Barreira, « As Marinhas de sal e a barra de Aveiro na crise do século XVII », Revista Portuguesa de História, 28, 1993, pp. 93-139.

222 AGS, CJH, 722, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (3 février 1635).

223 AGS, CJH, 722, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (20 janvier 1637) ; AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1635).

224 Ibid.

225 Voir Jean-Frédéric Schaub, « Les risques du métier ou les mésaventures d’un fonctionnaire au Portugal au temps du comte-duc d’Olivares », Cuadernos de Historia Moderna, 11, 1990, pp. 57-76.

226 AGS, CJH, 734, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 février 1634 et 17 février 1634).

227 AGS, CJH, 734, Memorial de Estavão de Foios (16 septembre 1635).

228 AGS, SP, lib. 1478, f° 16v°, Consulta de la Junta de la Extracción (26 mai 1635).

229 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 32/251  ; AGS, CJH, 1751, Consultas del Consejo de la Sal (23 décembre 1633 et 5 septembre 1634).

230 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 août 1635).

231 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 233/143 ; BA, 51X2, f° 21 (1er février 1632).

232 AGS, CJH, lib. 139, Consulta de la Junta de la Extracción (27 janvier 1654) ; JJAS (2 juin 1636).

233 BA, 5 VI 1, f° 25.

234 ANTT, MCO, liv. 34, f° 34, Carta de Francisco de Lucena (26 décembre 1636).

235 AGS, SP, 1471, s. d.

236 BNL, Pombalina, cód. 67, fos 97-111. Texte reproduit par Gastaô de Melo de Matos, « Panfletos do século xvii », Anais da Academia Portuguesa de História, 10, 1946, pp. 1-269.

237 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f°163.

238 ANTT, Chancelaria de João IV, 15/166r°-v° : titulo de procurador da fazenda (7 janvier 1649).

239 AGS, CJH, 734, Carta do provedor de Esgueira a Francisco Leitão (6 mai 1655).

240 AGS, CJH, 734, Memorial de Estavão de Foios (16 septembre 1635).

241 AGS, CJH, 734, Cartas de Afonso Gil da Silva a Francisco Leitão (17 avril 1635et 20 avril 1635).

242 AGS, CJH, 734, Auto do tabelião (20 avril 1635).

243 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (28 avril 1635).

244 Index das Notas de Varios Tabeliaês de Lisboa, t. II, f° 48 (24 avril 1626).

245 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 151, Carta de Antonio Saravia Picado ao contador Filippe de Arana em que lhe diz ter noticia ter ElRey dado seu officio a outrem (18 novembre 1636).

246 AGS, CJH, 734, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (26 mai 1635).

247 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 44, Avizo de S. A. para ο contador Filippe Aranha (30 septembre 1639).

248 La serventía consiste à exercer un office sans en être propriétaire.

249 AGS, GA, 1238, Carta de Margarita de Mantua al Consejo de Guerra (5 juin 1638).

250 BPE, ms. CIV/266, f° 224, Carta de Fernando Albia de Castro (29 août 1640).

251 AGS, GA, 3174, Carta de Juan de Arce et Juan de Arana a la Junta de Armadas (septembre 1639).

252 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão (27 septembre 1636).

253 AGS, CJH, 1751, Memorial de Estevão de Foyos (22 décembre 1633).

254 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (11 juillet 1630) ; AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (19 août 1630).

255 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (10 juin 1634).

256 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Rebello Rodovallo (14 décembre 1634).

257 AGS, CJH, 687, Carta de Francisco Rebello Rodovallo a la Junta de la Extracción (5juillet 1634).

258 AGS, CJH, 687, Carta de Francisco Rebello Rodovallo a la Junta de la Extracción (15 septembre 1633).

259 Antonio de Oliveira, « Contestação fiscal de 1629 : as reacçôes de Lamego e Porto », Revista das História das Ideias, 6, 1984, pp. 259-300. Voir chap. iii, p. 151.

260 António Fereira da Cruz, Ο Pôrto seiscentista, Porto, Publicações da Câmara Municipal do Porto, 1943, pp. 80-88.

261 ACB, Variorum, vol. XXX, fos 39-40, Carta del Conde de Prado al Consejo de Portugal (27 février 1638).

262 AGS, CJH, 734, Carta de Francico Leitão a la Junta de la Extracción (5 août 1635).

263 BL Eg., 1135, f° 304.

264 AGS, CJH, 734, Carta de Sebastião Tavares de Sousa a Francisco Leitão (28 juillet 1635).

265 AGS, CJH, 757, Carta de Sebastião Tavares de Sousa a Francisco Leitão (8 décembre 1635).

266 AGS, CJH, 757, Consulta de la Junta de la Extracción (1er août 1636).

267 AGS, CJH, 757, Carta de Sebastião Tavares de Sousa a Francisco Leitão (22 décembre 1635).

268 AGS, CJH, 757, Carta de Sebastião Tavares de Sousa a Francisco Leitão (12 janvier 1636).

269 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 décembre 1635).

270 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (26 janvier 1636). ·

271 Celui-ci avait été déchargé de toutes ses responsabilités afin de pouvoir se consacrer exclusivement à la question du financement de l’Armada ; voir chap. iv, p. 191.

272 AGS, CJH, 643, Memorial de Pedro Monçón (18 août 1628) ; AGS, CJH, 656, Consulta del Consejo de Hacienda (20 mai 1629) ; AGS, CFH, 655, Consulta del Consejo de Hacienda (2 octobre 1629).

273 AGS, CJH, 768, Cartas de Pedro de Iriarte al Consejo de la Sal (8 janvier 1637 et 3 février 1637).

274 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (6 avril 1636).

275 Ibid.

276 AGS, CJH, 737, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (25 août 1636).

277 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (20 décembre 1636) ; AGS, CFH, 773, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (28 février 1637).

278 AGS, CFH. 734, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (15 juillet 1635).

279 Ibid.

280 AGS, CFH, 734, Carta de Francisco Leitão a Margarita de Mantua (15 juillet 1635).

281 AGS, CJH, 734, Carta de Margarita de Mantua al auditor Jerónimo de Leon (16 juillet 1635).

282 AGS, CJH, 734, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (21 juillet 1635).

283 AGS, CJH, 734, Auto de la visita del auditor Jerónimo de León (17 juillet 1635).

284 AGS, CJH, 734, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 juillet 1635, 4 août 1635 et 29 août 1635) ; AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (14 janvier 1636).

285 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (27 septembre 1636).

286 AGS, CJH, 757, Carta de Diogo Lopes Caminha a la Junta de la Extracción (23 août 1636).

287 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta de la Extracción (20 novembre 1638).

288 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 juillet 1634).

289 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (24 avril 1632).

290 AGS, CJH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1634, §§ 26-27 et 29 avril 1634),

291 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 mars 1634, §§ 26-27).

292 AGS, CJH, lib. 139, f° 76r°-v°, Consulta de la Junta de la Extracción (6 novembre 1631) ; AGS, CFH, 722, Carta de Francsco Leitão a la Junta de la Extracción (27 mai 1634), § 19.

293 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (24 juin 1634), § 22 ; AGS, GA, 1011, Carta de Juan de Soria et Aguilera al Consejo de Guerra (22 mai 1630) ; AGS, CFH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 septembre 1634).

294 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (30 septembre 1634).

295 AGS, CJH, 687, Carta de Tomás Ibio Calderon a la Junta de la Extracción (10 mars 1635).

296 AGS, CJH, 734, Carta de la Princesa Margarita a la Junta de la Extracción (8 juillet 1635).

297 AGS, CJH, 734, Auto de Juan de Fuentes Vizcarreta (28 juillet 1635).

298 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (26 avril 1634).

299 AGS, GA, 3158, Real Cédula (21 juillet 1632).

300 AGS, GA, 1072, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (21 janvier 1632).

301 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (12 mars 1632).

302 ANTT, Corpo Cronológico, II/363, doc. : 36 et 37 (25 octobre 1632) ; 48 et 49 (10 novembre 1632) ; 91, 92, 93, 94, 95 et 96 (18 janvier 1633) ; et 97 (19 janvier 1633), Bilhete(s) pera ο governador da Torre de Outão deixar passar e fazer viagem ο navio [...].

303 AGS, GA, 1060, Orden Real al Consejo de Guerra (13 juin 1632).

304 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (8 janvier 1634).

305 Voir chap. vii, p. 297.

306 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).

307 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4février 1634), § 1.

308 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (18 février 1634), § 24.

309 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (4 mars 1634), § 10.

310 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (28 octobre 1634), § II.

311 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (4 mai 1634).

312 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (9 août 1636).

313 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (27 septembre 1636).

314 AGS, CJH, 734, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (31 mai 1635).

315 AGS, CJH, 734, Carta de Felipe de Arana a la Junta de la Extracción (31 mai 1635).

316 AGS, CJH, 775, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (17 janvier 1637).

317 AGS, CJH, 775, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (14 mars 1637).

318 AGS, CJH, 775, Carta de Fracisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 août 1637).

319 AGS, CJH, 757, Carta de Margarita de Mantua a la Junta de la Extracción (27 janvier 1636).

320 AGS, CJH, 757, Cartas de Gaspar Ruiz de Escaray a la Junta de la Extracción (27 janvier 1636, 13 février 1636 et 23 février 1636).

321 Jean-Frédéric Schaub, « A falência de Henrique Sinel. Insucesso comercial ou desafio político ? », Penélope. Fazer e desfazera História, 9-10, 1993, pp. 151-166.

322 AGS, Contadurías Generales, leg. 2298, Asiento de Sebastian López de Almeida.

323 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (31 janvier 1634).

324 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (17 avril 1633).

325 AGS, CJH, 687, Consulta del Consejo de la Sal (26 novembre 1632).

326 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (15 avril 1633).

327 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (13 mai 1633) ; AGS, CJH, 801, Real Provision (23 septembre 1638).

328 AGS, CJH, 1751, Memorial de Francisco de Paços Figueroa (14 décembre 1633).

329 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (22 novembre 1634).

330 AVDV, G 48 (document aimablement communiqué par Fernando Bouza Álvarez).

331 AGS, CFH, 722, Cartas de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (16 septembre 1634 et 30septembre 1634) ; AGS, CFH, 768, Carta de Pedro de Iriarte al Consejo de la Sal (26 octobre 1637).

332 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (10 juin 1634).

333 AGS, CJH, 1751, Carta de Henrique Sinel al Consejo de la Sal (20 novembre 1635).

334 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (13 mars 1632).

335 ANTT, Desembargo do Paço, liv. 17, f° 116r°, Consulta do Desembargo do Paço (13 juin 1636) ; Mesa da Consciência e Ordens, liv. 34, f° 17r°, i. e.

336 AGS, CJH, 760, Carta de Henrique Sinel al Consejo de la Sal (2 mai 1636) ; AGS, CJH, 1751, Puntos y Condiciones del Asiento hecho por el secretario Diego Suarez con Henrique Sinel sobre la provision de sal de los cuatro partidos de Oporto, Villa de Conde, Viana y Camiña (17 juin 1636).

337 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (22 mai 1636).

338 AGS, CJH, 790, Carta de Henrique Sinel al Consejo de la Sal (13 mars 1638).

339 AGS, CJH. 775, Carta de Francisco Leitão a a Junta de la Extracción (8 août 1637).

340 BNM, Porcon, 741-31, Por Gaspar de Zarate Tessorero General de las Salinas del Reyno con los bienes del Señor don Juan Pascual y con Juan de Balboa ; AGS, CFH, 788, Carra de Francisco Leitão a a Junta de la Extracción (24 avril 1638, § 4).

341 AGS, CJH, 790, Carta de Sebastião de Almeida Lopes a la Junta de la Extracción (20 juillet 1638).

342 AGS, CJH, 801, Carta de Sebastião de Almeida Lopes a la Junta de la Extracción (18 octobre 1638).

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search