Version classiqueVersion mobile

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

 | 
Véronique Lamazou-Duplan

III.1. — Structurations archivistiques et familiales : constitution, conservation, transmission, reconstitution

Les archives Gama Lobo Salema et les traces documentaires de la famille Queimado de Vilalobos

Rita Sampaio da Nóvoa

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été écrit avec la collaboration de Jacques Paviot, que je remercie pour ses corrections (...)

1Au fil des dernières décennies, parmi les différents champs d’études qui attirent l’attention de l’historiographie, l’histoire des archives occupe certainement une place de choix, étant l’une des plus productives1. Cela peut s’expliquer, dans une large mesure, par l’alliance entre l’Histoire et l’une de ses plus anciennes sciences auxiliaires, l’Archivistique, qui, récemment, s’est imposée en tant que discipline scientifique autonome, voire comme une archival science, ayant ses propres méthodes, concepts et problématiques.

  • 2 Blouin, 2004, p. 297.

2En conséquence, les historiens ont pris conscience de l’idée centrale selon laquelle les archives — tantôt dans le sens d’ensembles documentaires, tantôt dans le sens d’institutions — qui avaient jusqu’alors été utilisées comme de simples référentiels d’information au service de l’analyse d’un objet d’étude donné, pourraient et devraient être méthodologiquement conçues en tant qu’objets d’étude en soi2.

3Désormais, l’Histoire a vécu ce qu’on peut nommer comme un tournant, tournant qui, jusqu’à présent, a suscité des enquêtes non seulement sur l’analyse des archives en tant qu’institutions — tout en réfléchissant sur le rôle culturel, social et politique que ces dernières, de pair avec les archivistes, jouent actuellement dans la construction d’une société qu’on prétend démocratique, égalitaire, transparente et accountable (« responsabilisable ») —, mais aussi sur les archives en tant qu’ensembles de documents, s’employant à l’examen de la production documentaire et des pratiques archivistiques d’institutions et sociétés passées, ainsi qu’à la réflexion sur l’évolution historique des archives, y compris leurs parcours de conservation et les stratégies d’archivage auxquelles ils obéissent.

  • 3 Cook, inédite, p. 3.
  • 4 Ibid., p. 10.

4À la confluence de ces enquêtes, contrairement à ce que l’imaginaire positiviste voulait, les ensembles documentaires aujourd’hui conservés en archives ne sont plus du tout vus comme le résultat neutre, naturel ou organique de l’activité humaine, qui se serait maintenu virginalement fossilisé au long des siècles en attendant d’être étudié par les chercheurs3. Ces ensembles documentaires se sont en effet révélés plutôt comme de complexes constructions sociales, culturelles et politiques constamment transformées par les différentes entités qui sont intervenues dans leur conservation et représentation, y compris par les archivistes, « co-créateurs4 » des archives.

  • 5 Morsel, 2004c, p. 286.
  • 6 Kuchenbuch, 2004, p. 295.

5On comprend ainsi pourquoi Joseph Morsel a dénoncé ce qu’il a désigné par « naturalisation de l’existence de sources5 », c’est-à-dire, l’absence courante d’une interrogation sur les process rationnels — non naturels — qui ont permis ou justifié l’arrivée des archives dans l’actualité ; process qui correspondent aux motivations, objectifs et principes qui expliquent pourquoi la documentation a été produite, conservée ou détruite et de quelle façon elle a été gérée et préservée par chacune des entités conservatrices ; process qui ne peuvent pas, pour autant, être « méthodiquement oblitérés6 », puisqu’ils se révèlent comme une partie indissociable des archives et des documents eux-mêmes.

6Pour ces raisons, nous devons nous poser les questions suivantes : pourquoi une certaine société a-t-elle conservé une certaine documentation et a-t-elle choisi d’en détruire une autre? Comment a-t-elle effectué la conservation des documents ? Quelles ont été ses pratiques d’archivage et de gestion documentaire? Que peut-on apprendre sur les sociétés passées à travers l’étude de ces pratiques? De quelle façon la compréhension de ces sociétés est-elle conditionnée ou façonnée par la compréhension actuelle des archives produites?

7L’un des univers documentaires où l’on peut tester l’application de cette enquête se trouve dans ce que l’on appelle les « archives de famille », c’est-à-dire les documents produits, reçus, gérés et conservés par plusieurs membres d’une famille dans le contexte des plus diverses activités et fonctions exercées au niveau individuel, familial ou public. Utilisés et conçus pour administrer le patrimoine familial, pour prouver ou défendre la possession des biens, droits ou privilèges, pour rappeler, ou même pour dialoguer par écrit avec d’autres institutions, ces documents mis en archives se sont presque toujours maintenus à l’intérieur de la structure de la famille au sens biologique, en suivant des logiques de transmission documentaire liées de préférence à la consanguinité. Tout au long des siècles, plusieurs facteurs ont contribué à l’accroissement du nombre de documents conservés dans chaque ensemble documentaire familial. C’est le cas, par exemple, des mariages, normalement suivis de l’incorporation des possessions et enregistrements écrits détenus par l’épouse dans le patrimoine du mari. Ces facteurs ont généré la dernière caractéristique distinctive de ces archives, l’existence d’archives au sein d’archives : archives autrefois autonomes qui ont fusionné avec d’autres archives, ce qui explique que, dans un seul ensemble documentaire, peuvent être représentés quelques dizaines de groupes familiaux.

  • 7 Rosa, 2009, pp. 36-37.

8Étudier cette typologie d’archives nous donne donc la possibilité de connaître les familles à partir de leur propre production documentaire et de suivre les traces documentaires que les différentes générations, au fil des siècles, ont choisi de produire, d’utiliser et de conserver. Comme l’a remarqué Maria de Lurdes Rosa, cette approche menée de l’intérieur nous offre l’opportunité de confirmer, redessiner ou contester les versions de l’histoire fréquemment fondées, surtout ou seulement, sur les archives créées et conservées par les institutions publiques ou l’appareil d’État, en révélant des personnages ou événements qui souvent ne sont pas représentés dans ces dernières archives7.

  • 8 Morsel, 2004c.

9Ainsi, nous nous proposons d’analyser les archives de famille, les pratiques documentaires et les stratégies archivistiques des groupes familiaux en tant qu’objets d’étude en soi. Une telle analyse peut contribuer non seulement à l’écriture de l’histoire des familles mais aussi à une réflexion plus vaste sur le rapport entre l’historien et les sources de son travail8.

  • 9 Nóvoa, inédite.

10Notre étude part d’un ensemble documentaire portugais à l’heure actuelle nommé « archives Gama Lobo Salema » (Arquivo Gama Lobo Salema) — Gama Lobo Salema étant le nom découlant de l’alliance de deux des plus importantes familles représentées dans ces archives, les Gama Lobo et les Salema, unies par mariage en 17609. Ce fonds rassemble aujourd’hui environ 2 000 enregistrements écrits produits, reçus, gérés et conservés par divers groupes familiaux de la moyenne noblesse locale entre la fin du xive et la première moitié du xxe siècle.

11On commencera par présenter les archives, en identifiant les principaux éléments qui caractérisent les différents processus et étapes sous-jacents à la composition de l’ensemble documentaire, à leur parcours de conservation et, enfin, à leur archéologie. Ensuite, on abordera les traces documentaires associées à l’une des familles représentées dans les archives Gama Lobo Salema, les Queimado de Vilalobos, présente de la fin du xve au tout début du xvie siècle. Cette une étude de cas est en effet particulièrement riche pour évaluer non seulement les dynamiques des pratiques documentaires des familles mais aussi les fonctions attribuées aux archives.

Les archives Gama Lobo Salema

12Les archives Gama Lobo Salema apparaissent, à plusieurs niveaux, comme un exemplaire révélateur de nombre de caractéristiques fréquemment associées aux archives familiales constituées pendant l’Ancien Régime au Portugal et, en partie, en Espagne, en Italie et en France.

13La première de ces caractéristiques découle d’un élément propre aux pratiques de gestion patrimoniale opérées par les familles et des conséquences que ces pratiques ont apporté en ce qui concerne la production et la conservation des documents. Il s’agit de l’institution des morgadios (« majorats »), c’est-à-dire, des mécanismes, fréquemment utilisés au Portugal à partir du xive siècle, qui ont permis aux fondateurs des majorats d’interdire perpétuellement la vente ou l’échange d’un certain nombre de leurs possessions patrimoniales. Ces possessions étaient ensuite successivement léguées à un seul héritier (normalement, le fils aîné), lequel, en tant qu’administrateur du majorat, devait utiliser les revenus de cet héritage pour accomplir les obligations déterminées par le fondateur comme, par exemple, la célébration de messes « jusqu’à la fin des temps » pour le salut de son âme.

14Conçus pour éviter la division du patrimoine familial entre plusieurs héritiers et pour perpétuer la mémoire du fondateur, les majorats ont également influencé non seulement la production d’actes spécifiques mais aussi une gestion documentaire propre. Devaient donc être perpétuellement conservés les majorats eux-mêmes mais aussi certains documents produits et reçus en liaison avec leur fondation ou avec l’accomplissement des obligations établies, induisant que le patrimoine ne pouvait pas être vendu ou échangé. Ces documents protégeaient la volonté des fondateurs et l’intérêt des administrateurs, en même temps qu’ils rappelaient à chaque génération ses devoirs et les revenus disponibles. Une part importante des documents aujourd’hui conservés des archives Gama Lobo Salema était en effet attachée à plusieurs majorats formés entre le xve et le xviiisiècle.

15D’autre part, si la fondation des majorats a, en partie, justifié la conservation des archives familiales, les mutations politiques, sociales et juridiques qui ont abouti à l’extinction des majorats au Portugal en 1863 ont aussi définitivement marqué la façon dont on connaît ces archives aujourd’hui. En réalité, ces mutations qui, depuis les dernières décennies du xviiisiècleannonçaient déjà la fin de l’Ancien Régime, ont obligé plusieurs familles à concevoir ou améliorer les instruments à leur disposition pour défendre leurs droits, privilèges et possessions patrimoniales.

16Parmi ces instruments, on trouve précisément les archives, lieux de mémoire d’un statu quo qui était menacé. Toutefois, l’état de désorganisation de beaucoup d’entre elles et, donc, la difficulté à récupérer l’information qui y était contenue, diminuaient l’efficacité de ces armes documentaires. C’est pourquoi on assiste, entre la fin du xviiisiècle et la première moitié du siècle suivant, à une tendance générale à réorganiser les ensembles documentaires, suivie par la production d’inventaires.

  • 10 Morsel, 2010, p. 11.

17Les réorganisations et inventorisations pouvaient être faites pour contrôler l’information écrite et faciliter l’identification des documents, ou elles pouvaient être conçues pour aider à un but spécifique comme, par exemple, l’assemblage de preuves écrites aptes à être présentées en justice. Dans tous les cas, elles représentaient toujours un processus de sélection, de tri, qui a soumis la documentation produite pendant les siècles précédents aux filtres des xviiie et xixe siècles. Les critères de ces filtres relevaient de ce que l’on jugeait utile ou important de conserver et de ce qui ne l’était pas, ou même, comme l’affirme Joseph Morsel, de la perception qu’avaient des siècles précédents ceux qui ont manipulé, réorganisé ou inventorié les archives10.

18On trouve un exemple très clair de l’application de ces filtres dans un inventaire terminé en 1815 après la mort d’António Xavier de Miranda Henriques. Ce dernier était un clerc, fils du comte de Sandomil, qui, à cause des nouvelles lois empêchant les clercs d’hériter des majorats, ne pouvait pas recevoir ce type de patrimoine. Tous les majorats possédés par la famille Miranda Henriques ont donc étés distribués à d’autres parents après une longue querelle en justice. Pour faciliter la distribution des documents associés à chaque majorat, la justice a ordonné la production d’un inventaire général des archives détenues par António Xavier de Miranda Henriques après sa mort. La tâche a été attribuée à un perito paleógrafo (« expert paléographe »), responsable de plusieurs autres réorganisations et inventorisations, le prêtre João Filipe da Cruz, lequel a expliqué dans l’épilogue de l’inventaire général ce qu’il avait fait :

  • 11 « Certifico que os documentos aqui sumariados são os que julguei interessantes entre todos os que (...)

Je certifie que les documents ici résumés sont ceux que j’ai considérés intéressants parmi tous ceux qui m’ont été présentés […]. Lesquels j’ai délivré en paquets, numérotés et mis en bon ordre […] : aussi bien comme les autres papiers, même qu’insignifiants, à l’exception de quelques-uns entièrement inutiles qui ont été lacérés et brûlés11

19Ainsi, les documents « intéressants » étaient décrits, numérotés et mis en paquets au regard de leur typologie ; les documents « insignifiants » seulement mis en paquets, sans aucune description ou numération ; et les documents « entièrement inutiles » détruits avec l’autorisation du juge responsable de l’inventorisation. Aujourd’hui, seule est connue une partie des premiers documents, les « intéressants », incorporée dans les archives de la famille Salema, parents des Miranda Henriques, après la querelle en justice. En effet, presque tous les documents produits pendant les xve et xvie siècles, qui sont actuellement conservés dans les archives Gama Lobo Salema, venaient des archives de famille Miranda Henriques au xixe siècle.

20Environ cinq décennies après la production de ce dernier inventaire, la monarchie portugaise a supprimé les majorats. Les archives de famille ont donc perdu l’une des leurs fonctions primordiales et plusieurs ensembles documentaires ont été dispersés avec la distribution d’un patrimoine autrefois indivisible parmi les successeurs des derniers administrateurs des majorats. Ce fut le cas des documents conservés par la famille Gama Lobo Salema, lesquels ont été distribués entre onze héritiers en 1890.

21Dès lors, le destin de ces documents a totalement été conditionné par les parcours individuels et la volonté de chacun des onze héritiers et de leurs successeurs. Ainsi par exemple, une partie de la documentation a quitté le pays parce que l’un des membres de la famille a déménagé en Afrique ; dans un autre cas, les documents ont presque été vendus au poids parce que leur propriétaire n’avait pas de place pour les conserver.

22Dans les années 1970, l’un des membres de cette famille a pris l’initiative de rassembler les anciennes archives. Après avoir contacté quelques-uns des successeurs du dernier administrateur des majorats de la famille Gama Lobo Salema, ce parent a récupéré les ensembles documentaires qui avaient été détenus par au moins trois des onze héritiers. Il a ainsi créé les archives actuellement dénommées « Gama Lobo Salema », c’est-à-dire en réalité une fraction des archives détenues par la famille Gama Lobo Salema avant l’extinction des majorats.

23Grâce à la volonté du dernier propriétaire privé de cet ensemble documentaire, la garde définitive des archives Gama Lobo Salema a été récemment donnée aux Archives Nationales Torre do Tombo, où elles restent accessibles à tous les chercheurs. Toutefois, les archives de famille au Portugal n’ont pas toutes partagé le destin des archives Gama Lobo Salema. Quelques-unes continuent à être protégées et bien conservées par les familles, et sont progressivement mises à disposition des chercheurs. Mais d’autres ne sont pas accessibles, ont été dispersées, oubliées et, même, détruites.

  • 12 Anheim, Poncet, 2004, p. 10.

24Tous ces éléments démontrent l’impact des parcours de conservation sur les documents et sur la façon dont on connaît les archives aujourd’hui. Ils soulignent aussi l’importance des questions historiographiques posées aux ensembles documentaires, comme nous le ferons ci-après. De même, les réponses obtenues et les interprétations susceptibles d’être faites sont toujours conditionnées par notre compréhension des archives elles-mêmes. Selon Étienne Anheim et Olivier Poncet, « les archives représentent une forme de détermination pour le travail de l’historien12 ».

Les traces documentaires de la famille Queimado de Vilalobos

  • 13 Moreno, 1979, vol. 2, pp. 1082-1083 ; Paviot, 1995, pp. 128-130, 384-387, 403, 410-411, 414-417, 4 (...)

25Contrairement à ce qui se passe avec la plupart des familles représentées dans les archives Gama Lobo Salema, les Queimado de Vilalobos sont aujourd’hui relativement bien connus de l’historiographie portugaise, voire internationale13, grâce au parcours de l’un de ses membres en particulier, Vasco Queimado de Vilalobos I (ca. 1434-1478).

26Si sa naissance et sa jeunesse demeurent inconnues, on peut reconstituer la première étape de l’histoire de Vasco Queimado de Vilalobos I à partir de 1449, date de la bataille d’Alfarrobeira. Ce conflit a opposé le roi Alphonse V [Afonso V] à son oncle, l’infant Pierre [Pedro], duc de Coimbra, lequel avait assuré la régence du royaume entre 1438 et 1448, jusqu’à la majorité de son neveu. Vasco Queimado de Vilalobos I était alors officier de l’infant Pierre et, en tant que tel, a participé à ses côtés à la bataille. Face à la défaite et suite à la mort de l’infant, Alphonse V a ordonné l’expulsion de l’officier du royaume, tout en saisissant l’ensemble de ses privilèges et libertés et en l’empêchant d’hériter des biens et majorats au Portugal.

  • 14 ANTT, Chancelaria de D. Afonso V, liv. 11, fo 7, Lettre de pardon, 1451.

27Contraint à l’exil, Vasco Queimado de Vilalobos I décida de se fixer dans le duché de Bourgogne, où gouvernaient alors Philippe le Bon, et sa femme, Isabelle de Portugal, sœur de l’infant Pierre. Il resta proche des ducs de Bourgogne au moins jusqu’au début des années 1470, malgré l’autorisation reçue en 1453 de retourner dans le royaume portugais, à la suite du pardon octroyé par Alphonse V pour fait de trahison et d’autres « choses » (non spécifiées) survenues après la bataille14.

  • 15 Paviot, 1995, pp. 128-130, 384-387, 403, 410-411, 414-417, 421-425, 427, 436, 442-443.
  • 16 Serrano, 2009, p. 60.
  • 17 Paviot, 1995, p. 129.

28D’après la recherche de Jacques Paviot, fondée sur la documentation produite par l’administration du duché15, Vasco Queimado de Vilalobos I a reçu plusieurs dons et privilèges, tantôt de la part de Philippe le Bon, tantôt, après sa mort, de celle de son fils Charles le Téméraire. En 1459, il fut nommé écuyer d’écurie et, six ans plus tard, promu chevalier après le don d’un cheval fait par le duc Philippe, probablement en remerciement de la commande de la traduction en français de l’un des ouvrages de Juan Rodriguez de la Camara, le Triunfo de las Doñas16 ; en 1466, il est à nouveau promu, cette fois-ci, conseiller et chambellan. Sous le gouvernement de Charles, il combat à ses côtés contre Liège ; en 1468, il est récompensé, toujours par Charles, par une pension à vie, augmentée deux ans plus tard, même au cas où Vasco Queimado de Vilalobos I cesserait d’être à son service, ce qui, selon Jacques Paviot, constitue une exception à la règle17.

29Du côté portugais, la décennie 1470 apporte aussi d’autres privilèges, parmi lesquels le statut de chevalier puis celui de « noble homme » de la Maison d’Alphonse V. Cette nouvelle position dans le royaume de Portugal paraît l’avoir incité à rentrer définitivement dans sa patrie. Après son retour, le noble homme s’est employé, avec diligence, à l’acquisition et à la gestion des possessions patrimoniales, à préparer sa succession, à œuvrer pieusement, par exemple, en finançant la rénovation de la chapelle principale du monastère de Saint-Francisco de Setúbal, que sa grand-mère avait aidée à fonder au début du xve siècle et où la famille Queimado de Vilalobos avait le privilège d’être ensevelie.

  • 18 ANTT, Chancelaria de D. Afonso V, liv. 33, fo 97vo, Lettre de légitimation, 1473.
  • 19 ANTT, Chancelaria de D. Manuel I, liv. 29, fo 91vo, Lettre de privilège, 1486.

30Vasco Queimado de Vilalobos I rédige son testament en 1478 et semble avoir fini ses jours précisément dans ce monastère en tant que frère. Lui succède son fils bâtard, légitimé en 147318, Vasco Queimado de Vilalobos II (ca. 1473-1497). Au moment de sa légitimation, Vasco Queimado de Vilalobos II était déjà écuyer d’écurie du duc de Beja, Diogo, promu par la suite au statut de noble homme19 et continuant de servir le même duché sous Manuel, futur roi du Portugal. Comme son père, il semble ne s’être jamais marié, bien qu’il ait eu au moins deux filles. Une de ses filles, Maria Queimada (ca. 1498-1501), s’est mariée avec Simão de Miranda Henriques (ca. 1498-1511) et ce fut justement par la voie de ce dernier mariage que la documentation produite, reçue et conservée par la famille Queimado de Vilalobos, désormais unie au patrimoine documentaire de la famille Miranda Henriques, est parvenue dans les archives de la famille Salema au xixe siècle, à la suite de l’affaire déjà mentionnée.

31Aujourd’hui, dans les archives Gama Lobo Salema, il n’existe que trois documents produits et reçus par Vasco Queimado de Vilalobos I, hérités ensuite par son fils. Toutefois, il est évident que, tout au long de leurs vies, ces deux personnages ont produit, reçu, utilisé et géré d’autres documents, que l’on ne connaît actuellement qu’un pourcentage réduit des documents produits aux xve et xvie siècles, évidence qui est fréquemment interprétée comme une fatalité (un accident, une action du destin) qui s’impose tyranniquement aux historiens et qui les amène à valoriser le pourcentage au détriment de la totalité, ou même, à confondre l’une avec l’autre.

32Mais les absences documentaires doivent être interrogées à partir du pourcentage, ce qui nous a conduit à un exercice de reconstitution de tous les documents produits, reçus et utilisés par Vasco Queimado de Vilalobos I et par son fils dans de nombreux contextes. Signalons que, parmi ces documents, on trouvait ceux qui n’étaient pas nécessairement conçus pour être conservés dans la longue durée et qui auraient pu avoir été détruits ou jetés peu après leur production ou réception. Ainsi, dans cet exercice nous avons recouru à plusieurs éléments.

  • 20 ANTT, Arquivo Gama Lobo Salema, cx. 12, pt. 88, Testament de Vasco Queimado de Vilalobos II, copie (...)

33Tout d’abord, nous avons commencé par identifier les références directes ou indirectes à d’autres documents inconnus ou déjà détruits, contenues dans les documents actuellement conservés dans les archives Gama Lobo Salema. On a constaté, par exemple, que les testaments sont des sources particulièrement riches à ce sujet : comme ils servaient aussi à mettre en ordre ses affaires, il était fréquent d’y mentionner l’existence des documents qui pouvaient informer les héritiers. C’est le cas du testament de Vasco Queimado de Vilalobos I, dans lequel il indique à son fils un acte contenant une sentence judiciaire qu’il devait accomplir20.

34Ensuite, nous avons identifié d’autres archives au-delà des archives Gama Lobo Salema, pour trouver des références similaires et pour compléter la reconstitution des parcours sociaux, personnels et professionnels de ces deux personnages. Outre les enquêtes associées à l’histoire sociale, ces parcours peuvent aussi nous informer sur les contextes qui ont exigé ou motivé la production, réception et utilisation de documents.

35Parmi eux on trouve, à titre d’exemple, les situations de dialogue par écrit avec d’autres institutions, lesquelles avaient leurs propres pratiques documentaires. De la connaissance de ces pratiques on peut déduire l’existence et l’utilisation de certains documents, par exemple pour tout ce qui concerne le duché de la Bourgogne et sa Chambre des comptes. Pour recevoir ses pensions ou paiements d’officier du duché, Vasco Queimado de Vilalobos I devait présenter aux clercs de la Chambre des comptes les actes émis par le duc qui justifiaient ou prouvaient le droit de recevoir ces versements. Aucun de ces actes n’est aujourd’hui conservé dans les archives Gama Lobo Salema, mais la documentation produite par la Chambre des comptes suggère qu’ils s’élevaient à environ treize.

36Enfin, les derniers éléments utilisés dans l’exercice de reconstitution sont les inventaires. Nous avons déjà mentionné l’inventaire général des archives d’António Xavier de Miranda Henriques, en 1815, qui décrit trois documents conservés par les deux générations de la famille Queimado de Vilalobos, dont deux sont aujourd’hui conservés dans les archives Gama Lobo Salema. Comme on l’a vu, seuls les documents « intéressants » étaient décrits : d’autres ont pu exister mais n’ont pas été décrits ou ont été détruits.

  • 21 ANTT, Casa de Santa Iria, cx. 15, doc. 20, Inventaire général des biens de Vasco Queimado de Vilal (...)

37Nous avons aussi eu recours à un autre inventaire — supposé être le plus ancien inventaire ou proto-inventaire de documentation familiale jamais connu au Portugal — produit entre 1497 et 1498 et actuellement conservé aux Archives nationales (Lisbonne) sous la forme d’une copie produite en 171621. Cet inventaire a été réalisé dans le but de recenser tout le patrimoine détenu par Vasco Queimado de Vilalobos II, avant sa distribution par ses deux filles. L’inventaire commence par présenter différents titres qui communément apparaissent dans ce type de documents, comme par exemple des rubriques concernant argent, bijoux, robes, etc. Étonnament, on y trouve aussi un « titre des actes » :

Titre des actes
Item deux actes, un de l’achat des maisons de João de Toar et l’autre du loyer.
Item deux actes et deux confirmations de la maison d’Abul.
Item une donation d’Isabel Afonso à Vasco Queimado.
Item deux instruments de confession d’Estevão Coelho et Garcia Neto.
Item une légitimation de Vasco Queimado.
Item sept instruments en Palmela qui parlent sur l’héritage que Vasco Queimado a reçu d’Isabel Afonso.
Item lettre de la rénovation du potager du Troino.
Item deux lettres vieilles du potager de Troino.
Item une sentence de Vasco Queimado contre Fernão Vasques.
Item un acte du loyer de la boutique de frolim.
Item une lettre de la redevance de la cave.
Item actes de la sépulture de Saint-Francisco.
Item actes des maisons à Lisbonne.
Item lettre du loyer du moulin de Campo de Ourique.
Item une lettre de mariage que Vasco Queimado, le vieux, a promis à son fils.
Item un acte de l’achat de la vigne de Galvão.
Item un instrument de sesmaria du moulin.
Item une lettre de sesmaria de la marine Olha Lua.
Item un acte de la vigne de Marcos, le juif.
Item quatre sur la vigne de Canelas.
Item une lettre de la vigne qui a été à Jaco Pinto et qui est proche de la tour de Branca Anes.
Item une lettre des maisons qui appartenaient à Jaco Pinto dans la Rue Direita.
Item une lettre de la maison de Farabam.
Item une lettre du loyer de la marine.
Item un instrument de l’achat et de la prise de possession de la parcelle de terre de la Várzea qui est proche de la métairie.
Item instrument de l’approvisionnement des églises.
Item lettre de l’achat des maisons de Garção Lavança.
Item autre acte du loyer des mêmes maisons.
Item un acte des maisons qui ont été à Isabel Leda.
Item une lettre de la marine de Palmeira.
Item une lettre du loyer de la maison qui a été à Isabel Leda.
Item un acte du loyer de la maison qui à été à João de Toar et de la boutique qui est proche du pilori.

38Dans ce titre sont énumérés en 32 lignes plus de 47 documents détenus par Vasco Queimado de Vilalobos II à l’heure de sa mort. Vingt-quatre lignes correspondent à des registres décrits individuellement (comme par exemple, l’« acte de la vigne de Galvão ») ; les huit lignes restantes concernent des actes décrits dans des ensembles de deux documents ou plus (comme les « deux lettres vieilles sur le potager du Troino »). Comme nous pouvons constater, outre la description de quelques documents dans les ensembles documentaires concernant la même propriété ou sujet, il n’y a pas un ordre évident — alphabétique, typologique, chronologique ou géographique — commun à toute la documentation. De même, pas de numération ou de cotation.

39On peut ainsi conclure que l’objectif de l’inventaire n’a pas été probablement de (re)organiser les archives, ni de créer un outil pour aider à la récupération de l’information fixée dans les documents. Peut-être visait-il seulement à prendre connaissance des actes existants dans les archives de Vasco Queimado de Vilalobos II pour établir la corrélation entre les documents et le patrimoine et, ainsi, rendre plus facile leur distribution entre les héritiers, tout comme pour les autres titres de l’inventaire. On ne peut pas savoir, pour autant, si l’inventorisation a impliqué un tri des documents et l’éventuelle destruction des actes considérés inutiles, ou si cette tâche a été laissée aux héritiers après le partage des biens.

40Indépendamment des objectifs et des résultats, cet inventaire, conjugué aux autres éléments utilisés pour reconstituer les « archives courantes » de Vasco Queimado de Vilalobos I et de son fils, permet finalement d’estimer la quantité de documents produits et/ou reçus par les deux personnages tout au long de leur vie : au moins 43 documents dans le cas de Vasco Queimado de Vilalobos I et au moins 61 documents dans le cas de Vasco Queimado de Vilalobos II (inclus les 47 listés dans l’inventaire de 1498). Étant donné qu’il ne reste aujourd’hui que trois de ces documents, il est donc possible que l’on ne connaisse, respectivement, que 7 % ou moins et 5 % ou moins du total des documents gérés par ces deux membres de la famille Queimado de Vilalobos.

 

41Cette estimation invite à conclure en premier lieu, et en utilisant les concepts archivistiques contemporains, que, si les archives de famille se révèlent aujourd’hui comme des « archives historiques », elles étaient, en réalité, des « archives courantes », c’est-à-dire des dépôts d’instruments qui n’étaient pas fixes ou statiques mais en constant mouvement, dont une partie était conservable et l’autre jetable. Nous connaîtrions donc surtout la partie conservable — non pas au sens des documents effectivement conservés mais des documents qui ont été considérés utiles ou importants de conserver — et, par conséquent, nos démarches dépendent dès le début d’une version des archives originelles.

42Cette version n’a pas pour autant été immédiatement éditée par les premiers producteurs et récepteurs des documents. Tout au long des générations suivantes, leurs héritiers ont aussi ajouté leurs propres éditions/classements à cette première version, en utilisant des critères, pour évaluer l’utilité et l’importance de la conservation des documents, qui pouvaient être différents des présupposés originaux. Quand les contextes sociaux, politiques et juridiques ont dicté la fin de l’Ancien Régime et, en effet, ont transformé les « archives courantes » en « archives historiques », les classements ont continué sous la responsabilité de ceux qui avaient la garde des archives, comme ce fut le cas des archives Gama Lobo Salema. Finalement, les dernières éditions continuent à être imprimées par les archivistes, éditeurs de l’intelligibilité des ensembles documentaires, et par les historiens, éditeurs du passé représenté dans les archives.

Notes

1 Ce texte a été écrit avec la collaboration de Jacques Paviot, que je remercie pour ses corrections et suggestions.

2 Blouin, 2004, p. 297.

3 Cook, inédite, p. 3.

4 Ibid., p. 10.

5 Morsel, 2004c, p. 286.

6 Kuchenbuch, 2004, p. 295.

7 Rosa, 2009, pp. 36-37.

8 Morsel, 2004c.

9 Nóvoa, inédite.

10 Morsel, 2010, p. 11.

11 « Certifico que os documentos aqui sumariados são os que julguei interessantes entre todos os que se me apresentaram […]. Os quais entreguei emasados numerados e postos em boa ordem […]: assim como todos os mais papéis ainda que insignificantes à excepção de alguns poucos que por serem inteiramente inúteis foram dilacerados e queimados… » {Arquivo Nacional da Torre do Tombo (ANTT) [Lisbonne], Feitos Findos, Livros dos Feitos Findos, liv. 246, fo 107vo, Inventaire général des archives d’António Xavier de Miranda Henriques, 1815, trad. française de l’auteur}.

12 Anheim, Poncet, 2004, p. 10.

13 Moreno, 1979, vol. 2, pp. 1082-1083 ; Paviot, 1995, pp. 128-130, 384-387, 403, 410-411, 414-417, 421-425, 427, 436 et 442-443 ; Nóvoa, inédite, pp. 186-248.

14 ANTT, Chancelaria de D. Afonso V, liv. 11, fo 7, Lettre de pardon, 1451.

15 Paviot, 1995, pp. 128-130, 384-387, 403, 410-411, 414-417, 421-425, 427, 436, 442-443.

16 Serrano, 2009, p. 60.

17 Paviot, 1995, p. 129.

18 ANTT, Chancelaria de D. Afonso V, liv. 33, fo 97vo, Lettre de légitimation, 1473.

19 ANTT, Chancelaria de D. Manuel I, liv. 29, fo 91vo, Lettre de privilège, 1486.

20 ANTT, Arquivo Gama Lobo Salema, cx. 12, pt. 88, Testament de Vasco Queimado de Vilalobos II, copie de 1478.

21 ANTT, Casa de Santa Iria, cx. 15, doc. 20, Inventaire général des biens de Vasco Queimado de Vilalobos II, copie de 1716.

Auteur

Universidade Nova de Lisboa (IEM-NOVA FCSH)

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search