Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Troisième partie. Les institutions castillanes au Portugal : les conflits de juridictions comme exercice de la politique

Chapitre vii

La lutte contre la contrebande

Texte intégral

Introduction : guerre et commerce

  • 1 AGS, CJH, 768, Carta de Pedro Iriarte a la Junta de la Extraction, s. d. (janvier 1637).
  • 2 Voir chapitre i, p. 60.
  • 3 Joaquim Romero Magalhães, « As Fronteiras », dans Id. (coord.), No alvorecer da modernidade, t. III (...)
  • 4 Zacarias Moutoukias, « Una forma de oposición : el contrabando », dans Massimo Ganci et Ruggiero Ro (...)

1L’objet du présent chapitre n’est pas la contrebande considérée comme phénomène structurel macro-économique pertinent dans le cadre d’une étude sur le commerce portugais. Pour remplir un tel objectif, il faudrait pouvoir réunir une information satisfaisante sur la contrebande terrestre, qui concerne par définition les relations entre Castille et Portugal. Mais la documentation disponible sur la comptabilité et la juridiction des « ports secs » (puertos secos) de la frontière luso-castillane est trop peu abondante ou trop dispersée pour qu’on puisse en tirer une projection globale. Le fonds le plus riche sur cette question est la section Consejo y Juntas de Hacienda de l’Archivo General de Simancas, qui conserve essentiellement des rapports sur la solidité ou la fragilité des rentes assignées sur les « ports secs », ou encore des licences d’exonération de droits de douane. Pour évaluer l’importance du phénomène, il faudrait pouvoir confronter avec la comptabilité douanière des séries de contrats passés devant notaire. Un tel investissement n’entre pas dans l’économie de notre démarche. Des indices convergents permettent d’avancer que les trafics illicites entre la Galice et le Nord du Portugal furent importants. Au détour d’une série de documents, on apprend par exemple que les faux sauniers minhotos et galiciens disposent d’une troupe de deux cents hommes à cheval pour faire passer leurs lots de sel1. Ailleurs, nous l’avons vu, un procès montre comment les paysans castillans d’un village d’Estrémadure rapportent le miel et la cire des ruches qu’ils possèdent en Alentejo et refusent de payer les taxes qu’on exige d’eux2. D’un ensemble dispersé d’indications il ressort que la frontière devait être perméable et peut-être même assez abstraite pour les frontaliers eux-mêmes3. Mais, au total, on ne retrouve pas le type de source qui permettrait d’identifier une culture de la fraude et de la contrebande, à la manière du Rio de la Plata décrit par Zacarías Moutoukias4.

  • 5 Madrid, 1653.
  • 6 Le mot provient de l’italien contra[b]ando, « contre le ban ».
  • 7 José Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandesy el Mar del Norte (1619-1639). La última ofen (...)
  • 8 EFO, III, p. 278, Carta do presidente da Câmara de 24 janvier 1628.

2Notre recherche a porté dans ce domaine sur le fonctionnement des inspections de la contrebande (veedurías del contrabando). Cette institution castillane implantée au Portugal avait pour tâche de contrôler non pas des marchandises licites, devenues ensuite illicites pour n’avoir pas acquitté les droits de douane auxquelles elles sont soumises, mais des marchandises déjà prohibées avant leur entrée au Portugal. Pedro Gonzalez de Salcedo, dans son Tratado jurídico politico del contrabando5, rappelle que le terme de contrebande, comme l’étymologie l’indique6, désigne une infraction à une décision légale. En l’occurrence, la décision transgressée est l’interdiction de faire commerce de certaines marchandises. Celles-ci peuvent être intrinsèquement illicites parce qu’elles font concurrence aux produits du pays — c’est le cas de la draperie anglaise à bon marché —, ou parce que, ayant une haute valeur ajoutée, elles provoquent la fuite des métaux précieux vers l’étranger. Mais les marchandises peuvent aussi être illicites à titre extrinsèque, c’est-à-dire en raison des conditions de leur commercialisation. Il s’agit alors d’interdire le commerce avec les pays qui sont en guerre avec l’Espagne (Angleterre, France) ou en état de rébellion (Provinces-Unies). Tout ce qui peut contribuer à l’enrichissement de l’adversaire est un obstacle à la volonté d’emporter la décision sur le plan militaire. Dans le cas du Portugal, l’essentiel de la politique de répression de la contrebande, entendue en ce sens, concerne le trafic maritime. L’interdiction porte alors sur l’origine des marchandises, sur le pays d’où sont originaires les transporteurs (financiers, armateurs, commandants, pilotes et équipages) et même sur le chantier de construction des bâtiments. En pratique, cela signifie que l’Espagne devait parvenir à maintenir ses échanges vitaux dans la mer du Nord sans recourir aux flottes hollandaises. Olivares avait bien compris qu’une politique de blocus est vouée à l’échec si elle ne s’accompagne pas de la création d’une flotte marchande et militaire concurrente de celle qu’on prétend boycotter7. C’est aussi le sens que la câmara de Lisbonne donne à la création de la Compagnie de commerce portugaise8.

  • 9 Jonathan I. Israel, The Dutch Republic and the Hispanic World, Oxford, Clarendon Press, 1982 ; Id., (...)
  • 10 Miguel Ángel Echevarría Bacigalupe, « Economía e información en el area del Mar del Norte (primera (...)
  • 11 Caria Rahn Phillips, Sets galeones para el rey de Espana. La defensa imperial a principios del sigl (...)
  • 12 Sur l’embargo général de 1598 : AGS, GA, 888, Memorial d’Hemando de Espina Velasco (28 février 1623 (...)
  • 13 AGS, SP, lib. 1471, s. d., Consulta de la junta del Despacho de Portugal (22 mai 1639).

3Était-il seulement possible de construire un blocus, à la manière de celui de Napoléon ? Un débat historiographique virulent oppose les différents bilans de l’efficacité ou de la capacité de nuisance des politiques hispaniques de restriction du commerce hollandais, anglais ou français au XVIIe siècle9. Il s’agit de savoir si les Rois Catholiques successifs ont disposé de réseaux de protection douanière leur garantissant que les produits des puissances ennemies ne pénétreraient pas dans l’un ou l’autre des royaumes de la Péninsule. La volonté politique de restriction et de contrôle de la circulation des marchandises ennemies et rebelles relève de trois logiques politiques combinées mais en partie contradictoires. D’abord, le roi en son Conseil d’État définit le sens d’une lutte de puissances, l’arme économique appartenant dans ce cas à l’arsenal mobilisable pour affaiblir l’adversaire10. Ensuite, après la création des Compagnies hollandaise et anglaise des Indes, la guerre européenne s’élargit à l’échelle du monde en même temps qu’elle adopte des formes de compétition inextricablement guerrières et marchandes. Enfin, l’administration de la contrebande, infligeant pénalités et confiscations aux contrevenants, finit par gérer une des recettes régulières des finances royales. Dans ces conditions, les officiers commissaires chargés de la répression des trafics illicites se convertissent en trésoriers. Des rentes ou, à tout le moins, des remboursements sont assignés sur leur caisse. Si la main du commissaire frappe trop fort et fait réellement fuir tous les candidats à la contrebande, la gestion de la caisse peut être menacée. Sans infraction, point d’amende ni de confiscation. Ce à quoi peuvent prétendre le Consejo de Estado et le Consejo de Hacienda, c’est à la fois à un contrôle et à une ponction sur les flux de marchandises interdites, mais sans doute pas à une interruption totale des échanges assurés par la puissance maritime hollandaise. Il faut enfin préciser que la répression du trafic des marchandises illicites n’a que peu de chose à voir avec la pratique des embargos11. Ce dernier terme désigne la réquisition, à l’occasion de la constitution d’une flotte, d’embarcations venues mouiller dans les ports d’Espagne12. Si la situation militaire l’exige, les réquisitions peuvent affecter des navires alliés13. Les embargos ne visent donc pas les mêmes cibles que la répression de la contrebande.

  • 14 Primera proposicion si es util a la Monarquia de Espana el comercio abierto con Francia y Olanda y (...)
  • 15 Voir chapitre i, p. 78.

4Dans le cadre portugais, la question de la contrebande prend une couleur particulière. En effet, les marchands hollandais et anglais sont attirés au Portugal par des gisements de sel marin (Aveiro, Lisbonne, Setubal) sur lesquels nous reviendrons. Depuis le Moyen Âge, les pêcheries septentrionales sont le débouché naturel du produit des salines du littoral portugais. Mais les navires venus du Nord ne chargent pas à vide : ils arrivent pleins de marchandises interdites. Installer au Portugal la logique de répression de la contrebande, cela signifie donc perturber le négoce essentiel du sel. D’autre part, la prohibition du commerce avec la Hollande s’appuie sur toute une culture politique et religieuse spécifiquement portugaise. En effet, qui dit commerce avec Amsterdam dit relations avec les communautés juives du Nord. L’ensemble des fantasmes forgés autour de cette question se trouvent condensés dans le mémoire rédigé par l’inquisiteur Juan Adam de la Parra en 164014. Ce texte décrit un commerce triangulaire entre Amsterdam, les Indes occidentales (Brésil compris) et l’axe Séville-Lisbonne. Le point commun entre les trois pôles est la présence des membres des mêmes familles judéo-converses. Les Portugais péninsulaires ne seraient alors que les « hommes de paille » des négociants amstelodamois, lesquels, en échange de leurs services, financeraient les synagogues construites en terre libre. Adam de la Parra présente un acte d’accusation gigogne : derrière les contrats des banquiers portugais se cache l’exportation de métaux précieux vers les Provinces-Unies, derrière le commerce s’ourdit l’espionnage militaire au profit des flottes hollandaises, derrière les correspondances d’affaires se consolide la survie du cryptojudaïsme. Les analyses de l’inquisiteur n’expriment pas des idées isolées15. En effet, les avis des Conseils de Madrid laissent transpirer le même soupçon :

Ils naviguent le long de nos côtes en vue des places et des forces [...], Ceux de la nation entretiennent toujours des relations avec les Hollandais préjudiciables au service de Votre Majesté,

  • 16 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de Estado (13 juillet 1632).
  • 17 AGS, GA, 3157, Real Cédula (14 avril 1631) ; AGS, Estado, 7041, Consulta de la Junta de Inteligenci (...)
  • 18 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (4 janvier 1630).
  • 19 Nicolas Broens, Monarquía y capital mercantil : Felipe IV y las redes comerciales portuguesas (1627 (...)

5estime le Consejo de Estado en 163216. Avant comme après la rupture de 1640, nombreux sont les conseillers madrilènes qui, par ce raisonnement, attribuent aux marranes le financement et l’organisation des flottes rebelles17 ; déjà à l’époque, portugais devient synonyme de juif, et le Portugal fait figure de pépinière mondiale du judaïsme18. Peut-on sérieusement espérer convertir les hommes d’affaires portugais en banquiers du roi tout en exigeant d’eux qu’ils cessent toute relation avec les négociants des Pays-Bas ? Le fait que la période de plus grande participation des négociants flamands aux finances du roi corresponde exactement aux années d’or des banquiers portugais invite à répondre par la négative19.

  • 20 João Baptista Lavana, Viaje de la catholica real Magestad del Rey Phelippe III, Madrid, 1622 ; Pedr (...)
  • 21 AGS, CJH, 1739 (2), Carta de Tomás Ibio Calderón (22 novembre 1633).
  • 22 AGS, GA, 3167, Carta de don Rodrigo Botelho a la Junta del Almirantazgo (27 janvier 1636).
  • 23 AGS, SP, lib. 1471, s. d., Consulta de lajunta del Despacho de Portugal (7 juin 1639),

6C’est aussi pourquoi les responsables de la répression de la contrebande ne se font guère d’illusions sur la distinction artificielle entre Flamands obéissants et Hollandais rebelles, tout au moins dans le domaine commercial. Le corps des marchands flamands de Lisbonne est très important : l’axe Lisbonne-Anvers domine le XVIe siècle portugais. En dépit du déclin des deux partenaires, les liens demeurent forts au XVIIe siècle. En témoigne, par exemple, l’arc de triomphe que dressent à Lisbonne les marchands flamands au moment de la célébration des Cortes de 161920 et qui représente les dix-sept provinces des Pays-Bas : désir de réunification ou constat d’unité économique ? Et pendant la période qui nous occupe, la principale figure de la communauté flamande de Lisbonne21, Juan Hals, traducteur de documents officiels pour le compte de la capitainerie générale, correspond abondamment avec des négociants d’Amsterdam22. De plus, la transmission des informations peut également jouer en faveur des autorités hispaniques puisque les marchands venus du Nord sont régulièrement interrogés sur les préparatifs militaires hollandais23. En raison de l’étroitesse des liens qui unissent le Portugal aux provinces du Nord, qu’elles soient fidèles ou rebelles, le blocus des échanges apparaît à la fois comme vital et extrêmement difficile. Si, sur le plan stratégique, l’affaiblissement de la Hollande contribue à la défense de l’Empire portugais, sur le plan de la vie quotidienne, la politique de blocus aggrave la situation économique de Lisbonne.

  • 24 ΒA, 51 II 25, fos 117-124, Appontamentos de mistura as couzas originaês q tem lançdo a perder este (...)

7L’administration de la contrebande fonctionne en fait comme une ponction fiscale sur le volume global des affaires illicites. Du point de vue juridictionnel, elle envahit le ressort des douanes portugaises, lesquelles sont autant de tribunaux. Pendant la période des Habsbourg, l’administration de la répression de la contrebande relève tout d’abord du capitaine général puis, à partir de 1628, d’une junta madrilène, la Junta del Almirantazgo. Dans les deux cas, les douanes et les inspecteurs des finances du Portugal sont fondés à considérer qu’il s’agit là d’une atteinte portée à l’intégrité de leur ressort juridictionnel. Nous avons donc ici affaire à un terrain de confrontation entre institutions castillanes et portugaises24, véritable laboratoire où viennent se définir mutuellement et se mesurer la capacité de l’autorité royale à créer des institutions nouvelles et la capacité des institutions traditionnelles à résister.

I. — L’institutionnalisation de la répression

La répression diffuse

  • 25 BNM, ms. 18196, f° 108, Memorial del pleyto del navio la fortuna, maestre Juan Remes.
  • 26 BL Eg., 1135, fos 199-202, Consulta de la Junta del Comercio (25 avril 1623).
  • 27 AGS, Estado, 437-5, Carta del marqués de Alenquer (5 septembre 1620).
  • 28 JJAS, Carta Regia (28 février 1624) ; AGS, Estado, 2847 (28 avril 1624) ; BL Add., 20949, f° 63, Or (...)
  • 29 EFO, III, pp. 31 et 107, Consulta da Câmara (21 février 1622), Carta da Câmara (10 août 1634).

8Avec la reprise des hostilités en 1621, l’interdiction du commerce avec les rebelles des Pays-Bas du Nord s’impose en théorie à tous les ports de la Péninsule. Au Portugal, la répression des trafics illicites est dans un premier temps confiée à la justice ordinaire, c’est-à-dire aux douanes. Le marquis d’Alenquer, vice-roi, convoque les mayordomos de la Capilla de San Andrés, confrérie des Hollandais de Lisbonne, pour leur signifier le tournant pris dans les relations entre l’Espagne et leur pays25. Dès 1622, la Junta de Comercio de Madrid conclut à la nécessité de désigner des commissaires chargés de faire effectivement appliquer les directives stratégiques dessinées à la Cour. En effet, les juridictions ordinaires refusent d’appliquer des consignes qui ne leur sont pas imposées par la couronne de Portugal, c’est-à-dire par des arrêts du Conseil de Portugal26. À la fin du règne de Philippe III, Fernando Albia de Castro, magistrat inspecteur des troupes (Veedor de la Gente de Guerra), s’était vu signifier par le Desembargo do Paço l’interdiction faite aux officiers castillans de visiter des navires dans les ports de la couronne portugaise27. En 1623, Diego López de Haro, officier castillan (auditor general) dépendant du capitaine général, est chargé d’organiser la surveillance du commerce rebelle à Lisbonne et Setubal. Pour pouvoir exercer sa commission, López de Haro écrit à Madrid pour que le roi lui dépêche une cêdula présentée au Conseil de Portugal, ce qui lui permettra de répondre aux magistrats portugais qui veulent l’empêcher d’agir28. En février, López de Haro fait arrêter à Lisbonne deux résidents — Juan Reiter, « alemán », et Isaac Banas, « olandés » — auxquels était destinée une cargaison venue de Rotterdam. Sans tenir compte de la juridiction de la douane portugaise, le magistrat militaire castillan prend donc l’initiative de réprimer un trafic de contrebande. La câmara de Lisbonne ne manque pas de protester aussitôt sur un double registre : d’une part l’action du commissaire constitue une violation de l’immunité juridictionnelle dont jouit la couronne de Portugal en vertu des accords de Tomar, d’autre part de tels agissements menacent de ruiner l’économie marchande portugaise29. Ces arguments reviendront constamment jusqu’en 1640.

  • 30 AGS, GA, 898, Carta del auditor general Diego López de Haro (19 mai 1623).

9Diego Lopez de Haro surveille également Setubal car les Hollandais viennent librement y acheter du sel et vendre leurs marchandises30. En effet, les propriétaires des salines et les magistrats s’entendent pour favoriser le commerce avec les clients du Nord, qu’ils soient rebelles ou pas. Le commissaire doit essuyer les affronts des autorités municipales :

  • 31 Ibid.

La chambre municipale [câmara] lui adressa deux billets lui déclarant qu’elle voulait savoir en vertu de quel ordre il procédait en la matière. Voyant que les gens étaient agités et pour ainsi dire révoltés et afin d’éviter un incident, il se rendit à la chambre municipale. On lui demanda non seulement sa lettre de commission mais encore son titre d’auditor general. Après les [i. e. les échevins] avoir satisfaits, il leur précisa [...] que dans le domaine de la contrebande, rien de ce qu’on exigeait de lui n’était justifié31...

  • 32 BL Add., 20949, f° 63, Decreto (28 février 1624).
  • 33 JJAS, Carta Regia (8 mai 1623),

10Sortant d’un bras de fer dans l’enceinte de la câmara et exposé comme il l’est à la menace d’une foule en état d’émeute, l’officier castillan renonce à confisquer les marchandises et les sommes saisies et rentre à Lisbonne. Au même moment, un incident identique se produit à Porto, où Pedro de Prada, le capitaine du préside de Sao João da Foz, voit son action entravée par le président de la Cam do Civel. Deux ans plus tard, le marquis de Cropani, capitaine général, admet que, dans certains ports de sa juridiction, les Hollandais négocient à leur guise32. Ces premiers accrochages et le type de réponse qu’ils suscitent à Madrid dessinent, jusqu’à la fin de la période, le schéma matriciel de tous les conflits liés à l’interdiction du commerce illicite33. Pour sa part, Lopez de Haro conclut qu’en dehors de Lisbonne, la mise en œuvre de la politique de répression de la contrebande était irréalisable.

  • 34 AGS, GA, 898, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (29 juillet 1623).
  • 35 AGS, GA, 896, Carta del marques de Cropani a lajunta de Armadas (14 juillet 1623).
  • 36 AGS, GA, 898, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (17 juin 1623).

11De leur côté les autorités castillanes, c’est-à-dire la capitainerie générale, se montrent hésitantes pendant la phase de définition et de mise en place de cette politique de répression. Fernando Albia de Castro est chargé de rédiger un rapport sur l’action menée dans ce sens sous le règne de Philippe III. À cette occasion, il découvre que le greffier du tribunal militaire castillan de Lisbonne, Luis Bermúdez de Sotomayor, a fui de Lisbonne et se terre à Triana, aux portes de Séville34. Il constate que le marquis de Cropani, capitaine général, destine le produit des confiscations de marchandises illicites au financement des présides35 : les sommes vont pour un tiers au roi, pour un tiers au magistrat (c’est-à-dire au capitaine général) et pour un tiers au dénonciateur éventuel (si l’opération s’effectue sans qu’il y ait eu dénonciation, les deux tiers reviennent aux finances royales). Mais si l’on en croit Albia de Castro, ces revenus devraient être versés pour moitié au dénonciateur et pour moitié à la municipalité36. Et, sur ce point, d’âpres discussions s’instaurent entre officiers castillans.

  • 37 JJAS, Carta Regia (28 février 1623).

12Pour sa part, le Conseil de Portugal ne fait rien pour faciliter le travail des officiers castillans chargés de la répression de la contrebande : en septembre 1623, les cédules demandées au début de l’année ne sont pas arrivées. Le Conseil se borne à recommander aux gouverneurs du Royaume de tout faire pour que le marquis de Cropani puisse exécuter la mission de surveillance qui lui est confiée37. Après les difficultés qu’il a rencontrées à Setubal, le magistrat militaire Diego Lopez de Haro confirme son constat d’échec. Les commissaires désignés pour surveiller les ports de Viana et Porto ne font rien, car

  • 38 AGS, GA, 898, Carta de Diego López de Haro a la Junta de Armada (12 août 1623).

Le gouverneur [de Porto] ne veut pas que l’on fasse quoi que ce soit dans ces deux villes ou dans les autres petits ports. Et les navires arrivent de Hollande en droite ligne puisque les magistrats et les gens du lieu les favorisent comme s’il s’agissait de fidèles et obéissants vassaux du roi38.

  • 39 AGS, GA, 898, Carta de Diego López de Haro a la Junta de Armada (23 septembre 1623).

13À Aveiro, le négoce avec les rebelles est public, et tout se passe « comme avant la fin des trêves » : les magistrats les aident, la population les cache et leurs biens sont déposés dans les locaux de la douane pour en sortir la nuit39. Diego López de Haro, découragé, en conclut que les Portugais sont encore plus ennemis des desseins du Roi Catholique que les Hollandais eux-mêmes.

  • 40 Ignacio de la Concha, « El almirantazgo de Sevilla. Notas para el estudio de las instituciones merc (...)
  • 41 ΒL Add., 20949, f° 150, Decreto (1er février 1625).
  • 42 AGS, GA, 918, Consulta del Consejo de Portugal (14 février 1625).

14Après quelques années d’hésitations et de constantes tracasseries, il semble évident que seule la création d’une institution nouvelle permettrait de sortir de l’impasse. En Castille, une Junta del Almirantazgo (« junte de l’amirauté ») établie à Séville avait été créée le 4 octobre 1624 et, le 13 janvier 1625, une Junta madrilène du même nom commençait à fonctionner comme tribunal de dernière instance et privatif de toute juridiction40. Ces deux juntas avaient pour fonction de juger les causes de confiscation de marchandises illicites. En février 1625, un décret du Conseil de guerre de Madrid suggère la création au Portugal d’une junta permanente composée de deux officiers portugais, deux officiers castillans, d’un Flamand et d’un Allemand installés au Portugal et d’un juge particulier41. Le Conseil de Portugal accepte le schéma administratif proposé, qui devait être complété par la nomination d’une série d’informateurs dans chacun des ports42. Selon le magistrat portugais Mendo da Mota, une amirauté (almirantazgo) de Lisbonne aurait l’avantage de décharger la capitainerie générale de la répression de la contrebande. Il n’est pas envisagé de créer, comme en Castille, une flotte de l’amirauté, mais d’organiser la surveillance à terre. Le conseiller portugais ne se fait guère d’illusions :

  • 43 AGS, GA, 918, Minuta de Consulta de la Junta del Almirantazgo (18 juin 1625).

Il ne serait pas non plus certain que les officiers inférieurs exerceraient correctement leurs charges, car dans la mesure où ce sont les sept membres de la Junta qui les nommeraient, ils se pourrait que ceux-là hissent leurs débiteurs ou leurs serviteurs43.

  • 44 AGS, GA, 918, Consulta del Consejo de Portugal (18 août 1625).
  • 45 BL Add., 20949, f° 295, Decreto del Consejo de Portugal (24 avril 1628).
  • 46 BL Eg., 324, f°57, Consulta do Conselho de Estado (16 mai 1626).

15Si les membres de la Junta ne donnent pas satisfaction, on les menacera de dissoudre l’institution et de créer une amirauté castillane militarisée. De son côté, la câmara de Lisbonne appuie le projet d’une chambre composée de négociants qui se substituerait à la gestion militaire de la répression de la contrebande44. Mais rien dans la documentation ne permet de penser que ce projet ait été suivi d’effet. Jusqu’à la fin de la période, la question de la répression de la contrebande demeure circonscrite à la juridiction castillane45. Cette situation place bien sûr les commissaires en position de faiblesse. Reste que les autorités portugaises, les municipalités comme les gouverneurs du Royaume, dénoncent régulièrement les effets dévastateurs de l’interdiction faite aux Portugais de commercer avec les Pays-Bas rebelles46.

La répression systématique

  • 47 AGS, GA, 3152, Carta de la Câmara de Lisboa (7 septembre 1628) ; EFO, III, pp. 305 et 458, Asento d (...)
  • 48 BNM, ms. 2848, Consulta del Consejo de Portugal (8 août 1626).
  • 49 AGS, GA, 3152, Consulta de la Junta del Almirantazgo (1er mai 1628).
  • 50 Le texte de la realcédula du 16 mai 1628 est reproduit et commenté dans le Tratado jurídico polític (...)
  • 51 ΒΑ, 50 V 28, Copia y traslado del pregón real de Su Magestad, fos 140-145 ; JJAS, Alvara (10 août 1 (...)
  • 52 AHN, Estado, 728, Consulta del Consejo de Portugal (20 avril 1620).
  • 53 AGS, GA, 992, Carta del Consejo de Guerra a Fernando de Toledo (30 octobre 1629).
  • 54 AGS, GA, 1001, Minuta de la Junta del Almirantazgo, s. d. (1629).
  • 55 AGS, GA, 3152, Consulta de lajunta del Almirantazgo (24 juillet 1628).

16Un tournant est pris en 1628. La câmara de Lisbonne ne s’y trompe pas et redouble de vigueur dans ses protestations contre l’action des commissaires à la répression de la contrebande47. Depuis novembre 1624, une Junta de Comercio se réunit à Madrid et, au terme de nombreux échanges avec la Junta del Almirantazgo, produit une série de consignes sur les modalités d’application de la répression de la contrebande. Juan Pedroso, qui exerce la charge d’Auditory Veedor de la Gente de Guerra à Cadix, est régulièrement consulté : ce point est important car Pedroso est le beau-père de Fernando Albia de Castro. En outre, le Conseil de Portugal discute avec lui de certaines questions relatives à l’armement des flottes de secours portugaises48. Le 25 mars 1627, une junta réunie à Madrid chez le président du Conseil des Flandres (Consejo de Flandes) et à laquelle assistent Juan de Pedroso et le marquis de la Hinojosa, capitaine général du Portugal, prend la décision de confier à la Junta del Almirantazgo la surintendance de toutes les affaires de contrebande dans tous les royaumes de la Monarchie. Il est dit que, s’agissant du Portugal, les administrateurs ne devront pas être portugais49. Le 16 mai 1628, le Conseil d’État de Madrid décrète la cédule d’« interdiction générale50 ». Celle-ci est publiée à Lisbonne, en castillan le 24 juin et en portugais le 10 août51. La Junta del Almirantazgo est chargée de rédiger des instrucciones et nomme des commissaires. Le Maestre de Campo General de Lisbonne, Fernando de Toledo, qui n’a jamais hésité à surveiller les navires portugais52, envoie un observateur particulier, Luis del Campo, auprès de la Junta pour faire part de ses propres idées sur la répression de la contrebande53. L’action des commissaires est couverte par le privilège militaire de la capitainerie générale. Mais désormais la juridiction d’appel en matière de contrebande échappe à celle-ci au profit de la Junta de Madrid54. Les commissaires nommés par la Junta del Almirantazgo peuvent être portugais ou castillans. Lisbonne voit se succéder trois inspecteurs (veedores) de la contrebande : le Castillan Fernando Albia de Castro de 1628 à 1633, le Portugais Rodrigo Botelho de 1633 à 1636 et de nouveau un Castillan, Diego de la Rocha Ulloa, de 1636 au 1er décembre 1640. En 1628, Fernando Albia de Castro est chargé de surveiller plus spécialement Lisbonne et sa région (notamment Setubal), cependant que don Pedro de Barreda y Ebra, Diego de la Rocha Ulloa et Luis Fernandez de Olivera reçoivent la même mission respectivement pour l’Algarve, l’Entre-Douro-e-Minho et Madère. Ce sont des officiers militaires, chargés de magistrature ou de fonctions d’inspection. Les affaires qu’ils ont traitées ne peuvent être examinées en appel que par la Junta del Almirantazgo de Madrid. Alors qu’ils sont destinés à ruiner les affaires frauduleuses de négociants portugais, les nouveaux commissaires échappent doublement à la juridiction ordinaire portugaise puisqu’ils n’ont de compte à rendre qu’à un tribunal madrilène (la Junta del Almirantazgo) et qu’ils bénéficient de l’immunité militaire castillane. Cette décision enterre tout projet d’une cogestion partagée entre Castillans et Portugais, c’est-à-dire entre militaires et juges, de la répression du commerce illicite55. Cette nouveauté contribue à aggraver la crise politique qui s’ouvre au Portugal en 1628. Désormais dépossédées du contrôle sur la contrebande, des institutions comme les douanes, les corps de ville ou les magistratures ordinaires vont accentuer leur opposition à l’action des commissaires. Nous nous situons donc dans une logique d’affrontement.

  • 56 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 6, Copia de huma ordem de ElRey para as condenações estarem a (...)
  • 57 AGS, GA, 1011, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (1er septembre 1630).
  • 58 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta del Almirantazgo (2 novembre 1630).

17Mais l’application de la cédule royale du 16 mai 1628 a d’autres conséquences sur le système d’inspections multiples auxquelles sont soumises les marchandises. Le capitaine général ne dispose plus des sommes confisquées au titre de la répression de la contrebande et n’a plus de moyen légal de forcer l’inspecteur de Lisbonne à lui avancer de l’argent56. Lorsque le duc de Maqueda, nouveau capitaine général, prend son poste à l’automne 1630, il constate l’état de profond délabrement des présides qu’il a mission de commander57. Voulant parer au plus pressé, il s’adresse au responsable de la répression de la contrebande, Fernando Albia de Castro. Celui-ci admet que les caisses de la capitainerie étaient absolument vides à l’arrivée du capitaine général, qu’aucun négociant n’accepte de consentir un prêt à celui-ci et qu’il est donc nécessaire que la junta autorise son inspecteur à transférer de l’argent sur la caisse du capitaine58. L’argumentation de Fernando Albia de Castro suggère que, si aucun financier ne se risque à avancer le moindre ducat au capitaine général, c’est parce que désormais l’administration de celui-ci n’est plus financée que par les transferts opérés depuis Madrid, alors qu’auparavant elle l’était également par les revenus de la répression de la contrebande. Or rien n’est plus irrégulier, incertain et fragile que le financement des présides par les comptables madrilènes du roi. Le duc de Maqueda confirme :

  • 59 AGS, GA, 1011, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (20 janvier 1631).

Mes prédécesseurs qui ont exercé cette charge ont eu sous leurs ordres la contrebande, grâce à quoi ils ont pu assurer la satisfaction de ces nécessités. Moi, on m’en a privé avec une telle rigueur que, lorsque j’ai voulu aider le fort de Sagres, on m’a conseillé de disposer de quelque argent de la contrebande s’il en restait dans les coffres ; mais quelqu’un me dit alors qu’il faudrait user de violence contre ceux qui en détiennent les clefs, en raison des ordres stricts qu’ils ont de ne pas permettre qu’on y touche59.

  • 60 AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (25 novembre 1630).
  • 61 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando deToledo al Consejo de Guerra (3 novembre 1629).
  • 62 AGS, GA, 3151, Consulta de la Junta de Armadas (23 juillet 1627).
  • 63 AGS, GA, 1011, Cartas de Fernando Albia de Castro a lajunta del Almirantazgo (19 avril 1630 et 12 m (...)
  • 64 AGS, GA, 3157, Consulta de la Junta del Almirantazgo (7 novembre 1631).
  • 65 AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (24 avril 1630).
  • 66 AGS, GA, 3157, Carta de Fernando Albia de Castro a lajunta del Almirantazgo (12 juillet 1631) ; ANT (...)
  • 67 AGS, CJH, 659, Carta de Felipe de Arana et Pedro de Salazar al Consejo de Guerra (17 novembre 1629) (...)
  • 68 AGS, CJH, 659, Carta de Felipe de Arana et Pedro de Salazar al Consejo de Guerra (24 novembre 1629)
  • 69 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a lajunta de la Extracción de la Sal (8 janvier 1634).
  • 70 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 85, Carta de ElRey para João de Arze e Felippe de Arana seos c (...)

18Fernando Albia de Castro intercède donc auprès de la Junta de Madrid tout en interdisant au duc de se mêler directement de l’inspection des navires60. Cette attitude, à la fois ferme sur l’exclusivité de sa juridiction et conciliante dans la négociation financière, s’explique peut-être par les conflits qui l’opposèrent à Fernando de Toledo l’année antérieure. En effet, à la fin de l’année 1629, le Maestre de Campo General avait demandé à l’inspecteur de la contrebande d’Algarve de lui envoyer deux mille ducats à Lisbonne pour subvenir à la réparation des fortifications de São Gião, Caparica et Cascais61. Il faut préciser qu’à l’époque où il avait la responsabilité de gérer la répression du trafic illicite, Fernando de Toledo avait avancé, sur le montant des amendes à percevoir, des sommes permettant d’accélérer l’armement des flottes62. Au mois d’avril 1630, Fernando de Toledo fait arrêter Fernando Albia de Castro. Devant le refus obstiné de l’inspecteur de le laisser puiser dans sa caisse, il le fait monter de force sur une barque et conduire par deux soldats armés de mousquets jusque dans le fort de São Gião, où il le tient enfermé dix-huit jours63. Le Maestre de Campo General a l’audace — et l’humour — de déclarer qu’il n’a pas fait arrêter l’inspecteur, mais qu’il a seulement voulu lui faire prendre conscience de l’état de délabrement du fort où il a été conduit ! La Junta del Almirantazgo apprend que l’arrestation de Fernando Albia de Castro a coûté personnellement à celui-ci la bagatelle de six cents ducats64. Après sa libération, l’inspecteur refuse de réintégrer sa charge tant que Fernando de Toledo n’aura pas été désavoué par sa hiérarchie, c’est-à-dire par le Consejo de Guerra, ce qu’il obtient finalement65. La violence de l’incident frappe d’autant plus que les deux officiers avaient l’habitude de travailler de concert à l’époque où la répression de la contrebande dépendait directement de la capitainerie générale. On voit donc de quelle façon l’innovation institutionnelle peut altérer les relations entre officiers castillans — et pas seulement entre officiers castillans et portugais. L’affaire n’est pas isolée : à d’autres occasions, l’inspecteur de la contrebande et la capitainerie générale s’opposent66. C’est ainsi qu’en novembre 1629 Fernando de Toledo fait incarcérer deux comptables de la capitainerie générale, Felipe de Arana et Pedro Salazar, qui contestent sa répartition des bénéfices des confiscations. Le roi, en son Conseil de guerre, désavoue le Maestre de Campo, exige et obtient la libération immédiate des comptables injustement incarcérés67. De cet épisode nous est resté le récit poignant de Felipe de Arana décrivant les humiliations imposées par le général aux malheureux comptables. Lui et Pedro de Salazar ont été enfermés dans la citadelle de Lisbonne. Arrivés tôt le matin, on les fait attendre jusqu’à la fin de la journée avant de leur attribuer une cellule, qui d’ailleurs ne les protège pas de la pluie ; on leur interdit tout mouvement alors que les prisonniers de droit commun errent dans la forteresse, enfin on les prive de messe68. La volonté de vexation est ici manifeste et ressentie comme telle : il s’agit d’une politique d’intimidation. Les abus de Fernando de Toledo deviennent si scandaleux qu’en 1631 une enquête sur lui est confiée à Francisco Leitão69. Mais il ne faut pas oublier que la logique des comptables s’efface toujours devant l’urgence des décisions militaires70. On voit donc que l’institutionnalisation de la répression de la contrebande divise et affaiblit l’administration castillane des présides portugais. Mais l’essentiel reste tout de même le problème de l’acceptation des rigueurs commerciales décidées à Madrid par les négociants et les institutions portuaires du Portugal.

II. — Réactions

Protestations à Lisbonne

  • 71 EFO, III p. 154, Carta da Câmara a El-Rei era 11 de fevereiro de 1625.
  • 72 AGS, GA, 914, Carta de Fernando Albia de Castro a lajunta del Almirantazgo (9 mai 1625).
  • 73 AGS, GA, 914, Consulta del Consejo de Portugal (2 juin 1625) ; AGS, GA, 3157, Real Cédula du 19 avr (...)

19Depuis la fin de la trêve de Douze Ans (1609-1621) conclue avec les Provinces-Unies, la municipalité (câmara) de Lisbonne compare les effets destructeurs de la répression de la contrebande aux déprédations des corsaires algérois et hollandais71. Au mois de mai 1625, les gouverneurs du Royaume protestent contre l’inspecteur Fernando Albia de Castro. En effet, celui-ci avait fait monter deux soldats castillans sur une barque transportant du riz au moment précis où un greffier de la douane allait prendre note des marchandises déchargées72. Dans ce cas, l’abus de pouvoir des officiers castillans est manifeste puisque l’embarcation se trouvait alors sous la juridiction du tribunal de la douane de Lisbonne. Le Conseil de Portugal prend fait et cause pour la douane et pour les gouverneurs du Royaume, puis, dans un avis élevé au roi, fait état de l’atteinte intolérable ainsi portée à la dignité de la charge des gouverneurs et souligne les effets désastreux de telles attitudes sur le commerce portuaire73.

  • 74 AGS, GA, 892, Carta de los gobernadores a la Junta del Almirantazgo (6 février 1627).

20En janvier 1627, une étape nouvelle est franchie. Le Maestre de Campo General Fernando de Toledo et le veedor Fernando Albia de Castro font saisir un navire suspect. Mais comme leur intervention est tardive et que la marchandise (de la morue séchée) est déjà distribuée, ils décident d’arrêter plusieurs négociants portugais coupables d’en avoir acheté. Le 6 février, les gouverneurs du Royaume écrivent une lettre indignée à la Junta del Almirantazgo sur cet attentat contre les libertés des sujets portugais du roi74. De son côté, Andres Lopes, l’homme d’affaires qui perçoit les rentes du marché aux poissons, annonce sa faillite prochaine. La câmara mène son enquête auprès des marchands de poisson des bords du Tage car, pour comble de tyrannie, Fernando de Toledo les force à acheter la morue qu’il a saisie. Les boutiquiers murmurent, les échevins s’indignent. De quel droit un officier général de préside castillan peut-il prononcer l’arrestation de Portugais et peut-il forcer des Portugais à lui acheter ses marchandises ? À l’occasion de cette affaire, d’autres griefs, accumulés depuis un certain temps, sont exprimés par les gouverneurs du Royaume : le capitaine de la tour de Belém circule en voiture à mules dans Lisbonne, ce qui indigne la noblesse, Fernando de Toledo exige de magistrats portugais qu’ils lui remettent des actes de procès à propos desquels il n’a aucune compétence, à quoi s’ajoute la colère des petites gens devant la hausse du prix de la morue. C’est ainsi que l’incident fournit l’occasion d’adresser à Madrid un courrier qui rappelle les règles du jeu juridique et politique et les risques qu’il y aurait à vouloir les enfreindre. Fernando de Toledo est accusé de faire

  • 75 Ibid.

usage du pouvoir absolu (Dieu, Notre-Seigneur, dans Sa divine miséricorde préserve de celui-ci les Couronnes de votre Majesté) en arrêtant des sujets de cette République par la force et la violence, en les obligeant à obéir à des mandats injustes, dont il faut remarquer que pas même les gouverneurs, magistrats supérieurs dotés de pleine juridiction, ne peuvent les imposer en justice [...] et, si d’aventure un sujet voulait irriter une République, il ne saurait le faire plus efficacement, c’est pourquoi on peut craindre que le peuple opprimé, en constatant que les tribunaux de cette Couronne ne lui apportent pas la protection qu’imposent les lois, ne finisse un jour par faire éclater un désordre75...

21En conclusion, les gouverneurs du Royaume exigent du roi le renvoi immédiat de Fernando de Toledo et de Fernando Albia de Castro. Ils ne l’obtiennent pas. Mais on voit bien ici comment se structure la mobilisation à l’échelle de la ville, comment les différents intérêts s’articulent entre eux et comment ils se traduisent, tantôt en termes économiques, tantôt en termes juridictionnels. L’enquête menée par la municipalité dans les échoppes de poisson recueille-t-elle des témoignages indignés ou encourage-t-elle l’expression d’une indignation ? Après tout, nous ne savons pas à quel prix les Castillans ont vendu ces morues aux petits marchands de Lisbonne. Ceux-ci ont-ils été affectés par l’arrestation de quelques grossistes ? Il n’est pas absolument évident que les petites gens aient eu à souffrir des effets de cette confiscation. On est en droit de se demander ici dans quelle mesure ce peuple porteur de désordres dont parlent les gouverneurs n’est pas d’abord l’otage d’un bras de fer institutionnel. L’éventail est très large, depuis un Dieu qui préserve le roi de la tentation absolutiste jusqu’à un peuple destinataire de la justice et auquel on fait dire sa frustration. C’est un langage politique complexe qui se forge et se diffuse à travers le traitement des conflits ; il n’est pas imperméable à la rhétorique juridico-politique que nous avons eu l’occasion d’analyser plus haut. Nous renseigne-t-il sur les murmures dont bruit la halle aux poissons, ou sur les arsenaux argumentaires dont disposent les magistrats de la ville ?

  • 76 AGS, GA, 3157, Consulta de la Junta del Almirantazgo (5 septembre 1631) ; AGS, GA, 1011, Carta de F (...)
  • 77 AGS, GA, 3152, Carta de Fernando de Toledo (17 juin 1628).

22À partir de 1628, nous l’avons vu, la répression de la contrebande est confiée à Fernando Albia de Castro, qui reçoit le titre de Veedor General de la Gente de Guerra del Reyno de Portugal y del Comercio de Lisboa76. Ce titre est à, lui seul, une infraction à l’esprit du compromis politique de Tomar : un Castillan reçoit juridiction sur des activités et des sujets portugais. Mais une innovation de taille est sur le point de voir le jour : dans le mouvement de réformation amorcé par la publication de la cédule de 1628, un règlement de la répression de la contrebande doit être imprimé. Cette exigence n’est pas formulée par les autorités portugaises mais par les négociants, dont certains des titres d’emprunts sont assignés sur les caisses recueillant le produit des amendes et des confiscations. Seule en effet l’existence d’un règlement officiel permettait de pouvoir juger de la crédibilité financière de cette caisse. Or l’imprimeur chargé de réaliser puis de faire afficher le placard du règlement est arrêté par les autorités portugaises de Lisbonne et traité d’ennemi de la patrie77. Fernando de Toledo adresse alors un billet à Afonso Furtado de Mendoça, archevêque de Lisbonne et gouverneur du Royaume, pour lui demander de remédier à cette situation. Voici la réponse qu’il obtient, telle que Toledo la transmet (en forçant sans doute le trait) :

Les magistrats ne peuvent admettre que la souveraineté dont jouit ce Royaume soit en rien diminuée. Leur objectif et leur souci est de bien faire comprendre que ni les ministres de Votre Majesté parla couronne de Castille, ni Votre Majesté ne disposent de pouvoir, de compétence ou de juridiction dans ce Royaume.

23Il faut faire appel à un imprimeur de Madrid car aucun de ceux qui travaillent sur la place de Lisbonne ne se risque à affronter les magistrats lisboètes. Mais les choses ne sauraient en rester là : la Junta del Almirantazgo et le Conseil de Portugal exigent des tribunaux portugais la désignation d’un magistrat portugais pour enquêter sur l’incarcération de l’imprimeur. Mais la correspondance administrative entre les tribunaux madrilènes et ceux de Lisbonne passe nécessairement par le gouverneur, qui transmet à la justice ordinaire. Autant dire que le traitement réservé au pauvre imprimeur ne fait l’objet d’aucune sanction.

  • 78 BL Add., 20949, f° 260, Ordem de El-Rei (28 février 1628) ; AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Tol (...)

24Les réticences de l’archevêque-gouverneur s’étaient déjà manifestées quelques mois auparavant. Au début de l’année 1628 en effet, Fernando de Toledo, chargé de réprimer les contrebandiers de l’Algarve et de l’Entre-Douro-e-Minho, lui avait demandé l’autorisation de nommer un commissaire à cet effet78. Après avoir essayé de gagner du temps, le prélat, de guerre lasse, finit par céder et paraphe la désignation de Luis de Goes de Matos pour cette commission. Mais, raconte Fernando de Toledo, c’est le commissaire pressenti qui n’accepte pas la charge :

  • 79 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo (17 mars 1628).

C’est tout juste s’il ne s’est pas jeté à mes pieds en disant que je le perdais, [...] alors que personne dans tout ce Royaume ne saurait être désigné pour remplir cette tâche de façon plus transparente et convenable79.

25Il s’agit d’enjeux économiques considérables et les personnes dont les intérêts sont mis en cause sont puissantes, Il faut que l’opération réussisse et, si l’on doute du succès, mieux vaut renoncer provisoirement. L’échec politique public aurait en effet des conséquences dans d’autres domaines et risquerait d’affaiblir et de ternir davantage le prestige de la capitainerie générale. Fernando de Toledo explique que l’obéissance des sujets procède de la combinaison de trois principes : l’amour, la crainte et le respect. Il redoute que le respect qu’inspire le roi ne soit durablement affecté par l’échec de la troupe castillane stationnée au Portugal. Cette conviction explique l’énergie formidable qu’il déploie, du moins si l’on en croit ses lettres. On le voit alors palabrer avec des officiers ou des édiles chargés du commerce, à propos de la moindre intervention :

  • 80 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo (5 avril 1628).

J’essaie autant qu’il m’est possible d’éviter les conflits de juridictions, et toute action, de quelque nature qu’elle soit, qui pourrait conduire à un affront pour les Portugais, je m’efforce de la conduire avec une extrême habileté et en négociant à la manière dont ils négocient eux-mêmes, en éliminant les innombrables difficultés qu’ils opposent à toute chose80.

  • 81 Sur la violence de Fernando de Toledo, Luís Augusto Rebello da Silva, Histôria de Portugal nos sécu (...)

26Le Maestre de Campo General affirme que tous ses prédécesseurs ont eu affaire aux mêmes difficultés et que les conflits qu’il évoque ne s’expliquent pas par son rude tempérament81.

  • 82 ANTT, Manuscritos da Livraria, 1632, s. d., Carta de Luís da Silva (24 mars 1627).
  • 83 JJAS, Decreto de 16 novembre 1627 ; Decreto de 24 avril 1628 ; Decreto de 30 juillet 1628.

27Les autorités militaires des présides castillans témoignent de l’impossibilité d’organiser sérieusement la répression, cependant que les institutions et groupes portugais intéressés au commerce maritime ne cessent de déplorer les effets néfastes de la surveillance castillane sur le volume du trafic. On ne peut, en effet, sous-évaluer la capacité de nuisance, fut-elle désordonnée, de tous les organes disposés à rançonner les négociants étrangers. En mars 1627, l’inspecteur des finances portugais Luís de Silva décrit à Olivares les effets désastreux de l’action menée par Fernando de Toledo82. Dans sa lettre, il demande l’expulsion du Maestre de Campo General, qu’il accuse de mettre le siège devant Lisbonne et de ruiner le commerce de la ville. Le Comte-Duc transmet le brûlot au tribunal compétent, c’est-à-dire la Junta del Almtrantazgo. Celle-ci profite de l’occasion pour rappeler qu’elle a depuis longtemps proposé une solution de remplacement du monopole militaire castillan de répression de la fraude, qui consistait à créer une junta mixte composée de deux Portugais, deux Castillans et deux étrangers. De son côté, en marge du document, Olivares insiste sur l’importance de l’union entre les deux couronnes. Aux protestations officielles des tribunaux portugais on oppose donc une fin de non-recevoir83.

28De son côté, en décembre 1627, le Desembargo do Paço avait solennellement averti le roi que les agissements de Fernando de Toledo constituaient une claire violation des privilèges portugais. Sa juridiction était « vague », il ne disposait pas d’un règlement (regtmento) et ses décisions pouvaient finir par subvertir les lois du Royaume. Le « gouvernement politique de Lisbonne » était réduit à néant du fait de l’extension de la juridiction des officiers castillans intervenue sous prétexte de réprimer la contrebande. En outre, le Desembargo do Paço rappelle au roi que depuis 1581 jamais aucun des Capitanes Generales de la Corona de Portugal n’a fait l’objet d’une inspection en fin de charge et qu’il n’y a donc aucun moyen de se prononcer en justice sur leurs agissements. Dans ces conditions, si aucune arme juridique n’était disponible pour contrer la volonté de Fernando de Toledo, le risque de voir l’accord de Tomar remis en cause de devenait sérieux :

  • 84 ANTT, Manuscritos da Livraria, 1634, fos 297-300, Consulta do Desembargo do Paço (22 décembre 1627)

Avec l’extension de la juridiction du capitaine général et les actions erronées qui sont intentées au nom de la contrebande, les privilèges du Royaume sont violés [...]. Le Seigneur Roi Philippe, grand-père de Votre Majesté, les a renforcés par les liens du serment et du contrat en y ajoutant la solennité des peuples, il les a acceptés en Cortes et Votre Majesté leur a prêté serment ; en pratique, il s’agit des lois du bon gouvernement [...] sans lesquelles les rois dans leur grande prudence comprirent que cette couronne unie à celle de Castille ne peut le demeurer84.

29Au terme d’un processus dont on devine qu’il relève de la riposte graduée, voici que pointe la force de frappe, à savoir la menace de dissolution pure et simple du lien politique unissant le Portugal à la Monarchie. La porte de sortie est clairement indiquée : c’est la destitution de Fernando de Toledo, réclamée à cor et à cri depuis des mois.

30Durant toute la période, les autorités portuaires eurent quelque peine à faire valoir la légitimité de leur argumentation politique. Personne n’ignorait en effet à quel point les douanes favorisaient (et taxaient au passage) le commerce illicite. Les grandes cités du littoral prennent fait et cause pour leurs institutions douanières. Ainsi, dans un avis de la câmara de Lisbonne daté d’octobre 1628, le thème de la répression de la contrebande est à nouveau évoqué. La ville exige que Fernando de Toledo cesse d’arrêter et de condamner les contrebandiers :

  • 85 ΒΡΕ, cód. CIII/2-14, fos 189 sq. Argument littéralement repris par Rebello da Silva, História de Po (...)

Vu que les royaumes ne se conservent ni peuvent se conserver sans commerce et que celui-ci aujourd’hui en manque tout à fait, car la guerre que Fernando de Toledo et Fernando Albia de Castro lui font à l’intérieur des ports est bien pire que celle que lui font les ennemis hollandais et anglais à l’extérieur, cette plaie est connue de tous, les douanes sont sans argent et comme désertes85.

  • 86 EFO, III, p. 474, Carta da Câmara a El-Rei em 27 de dezembro de 1631, p. 5-40, Assento de vereação (...)

31La réforme décidée à Madrid en 1628 arrive à un moment où tous les canaux d’entente ou de négociation sont devenus inutiles. Le renforcement de la pression à Lisbonne donne lieu à des protestations redoublées. Lorsque le projet de régie sur le sel entre en discussion, la municipalité en accepte le principe, mais à la condition que la juridiction sur la contrebande soit transférée aux magistratures urbaines dans tout le Royaume86. Le roi refuse de modifier le système mais s’engage à réviser les décisions qui seraient contestées par un magistrat portugais :

  • 87 EFO, III, p.557, Carta Regia (13 avril 1633).

Je prendrai dans ce cas la résolution la plus juste, puisque je ne suis pas plus castillan que portugais87.

32En dépit de ces déclarations générales, hors de Lisbonne l’installation de commissaires castillans est une nouveauté qui provoque des conflits parfois dramatiques.

La résistance généralisée

33On observe donc un profond rejet de la politique de répression de la contrebande. Deux arguments s’y opposent : le conflit de compétences et l’affaiblissement du commerce. Il est significatif que les tribunaux portugais, traduisant de façon assez transparente les intérêts des firmes marchandes de Lisbonne, aient toujours refusé la solution de compromis juridictionnel qui consisterait à faire administrer la justice de la contrebande par une junta tripartite (Castillans, Portugais, négociants étrangers). Abandonnant le travail qu’ils réprouvent à des commissaires portugais désignés par le capitaine général castillan, les magistrats des Conseils et de la câmara pouvaient ainsi persister dans leur refus.

  • 88 AGS, Contaduría de Sue/do, IIa época, 116. Cuenta de Pedro de Barreda y Ebra.
  • 89 ANTT, Manuscritos da Livraria, 1634, fos 297-300, Consulta do Desembargo do Paço (22 décembre 1627)

34Mais hors de Lisbonne et de sa région, c’est même la question de la possibilité de l’installation de l’institution qui se pose, notamment pour deux aires fortement différenciées de la capitale, l’Algarve et l’Entre-Douro-e-Minho. En 1627, le Portugais Christovão de Abreu, avocat à la Casa da Supltcação et commissaire désigné par les autorités castillanes pour inspecter les douanes algarviotes, avait subi les pires humiliations88. Le juge d’Albufeira lui avait interdit de résider dans la localité et avait fait incarcérer la seule personne qui acceptait de le loger chez elle. Puis le commissaire fut à son tour arrêté et conduit à Évora sans autre forme de procès. Il fallut l’intervention des Conseils madrilènes pour obtenir son élargissement89.

  • 90 AGS, GA, 1001, Minuta de billete para el duque de Villahermosa (4 janvier 1629).

35Deux ans plus tard, le Castillan don Pedro de Barreda y Ebra reçoit la mission d’exercer son office d’inspecteur du commerce et de la contrebande dans les ports d’Algarve. Dans ses premiers courriers à la Junta del Almirantazgo de Madrid, il demande au tribunal d’intervenir auprès du Conseil de Portugal afin que celui-ci enjoigne aux officiers portugais de ne pas entraver son action90. Les magistrats portugais de ce Conseil sont ainsi invités à signifier au gouverneur et au capitaine général d’Algarve, ainsi qu’aux magistrats du roi à Faro, qu’ils sont responsables de la sécurité du commissaire. En effet, le corregedor (magistrat du roi auprès de la municipalité) de Faro a fait savoir à la population que serait poursuivi quiconque s’enrôlerait dans les gardes de l’administration de la répression de la contrebande ou accepterait d’assurer les fonctions de greffier. Le juge du roi, Marias Soares, fait tout pour empêcher le bon déroulement de la mission. Antonio Cabrai, greffier de la câmara, a pris avec son fils la tête de la résistance contre le commissaire Pedro de Barreda :

  • 91 AGS, GA, 1001, Minuta de consulta sobre cosas del Algarve (22 janvier 1629).

La résistance en est arrivée au point qu’un greffier de la chambre ou conseil municipal de la ville de Faro, nommé A[ntónio] Cabral, personne puissante dans cette République tant par son office que par la fortune qu’il a consumée, a entravé et empêché l’exercice de la commission de l’inspecteur en cherchant des moyens de la gêner [...]. Et comme il n’a pas suffi d’adopter des attitudes indécentes à son égard [i. e. à l’égard de l’inspecteur] en lui faisant comprendre de façon discrète qu’on s’en prendrait à lui, on l’a ouvertement menacé et on lui a fait comprendre le danger. C’est ainsi qu’alors que l’inspecteur marchait dans une rue, le greffier accompagné de quelque personnes voulut lui barrer le passage et, lui faisant front, lui dit de faire marche arrière sur un ton méprisant et insultant. Il l’approcha trois fois voulant porter la main sur lui, et l’inspecteur en sortit indemne de justesse. Le soir même, le fils du greffier, nommé Jacome de Faria, se rendit chez l’inspecteur et, demandant à lui parler, pénétra jusque dans son salon où il dégaina l’épée avec l’intention de le tuer (certains témoins affirment qu’il portait un ordre de son père pour le faire) et, comme l’inspecteur résistait, il s’en fut et revint deux heures plus tard accompagné du greffier Antonio Balarino et de Nuno Mascarenhas, tous deux hommes violents, inquiets, et armés. Ils essayèrent tous les trois de le tuer. Ayant préparé les armes et en montant l’escalier, ils poussaient ces cris et hurlements : « Où est ce chien d’inspecteur ? », jurant qu’ils allaient lui couper les oreilles et qu’ils le brûleraient, et autres paroles indécentes91.

36De cette série d’incidents, plusieurs enseignements peuvent être tirés. Une fois encore, on voit à quel point la résistance à la politique fiscale peut relever de l’affrontement entre détenteurs d’autorités distinctes. Ici, en effet, les acteurs sont tous des notables. Si la population existe, c’est comme spectatrice des événements. En effet, rien n’est fait pour celer au regard public la nature et la violence de l’incident. L’action se déroule sans doute à la câmara municipale, puis dans une rue et enfin, le soir, à grands cris et fracas. La mise en scène du spectacle est fondamentale et à aucun moment il n’est question de liquider discrètement l’envoyé de Lisbonne. Il n’est pas question d’attenter vraiment à ses jours. Nous avons ici affaire à une tactique de dissuasion et, probablement, à la construction politique du consensus urbain contre le commissaire, porteur de nouveautés jugées néfastes.

  • 92 AGS, GA, 3153, Consulta de la Junta del Almirantazgo (22 janvier 1629).

37L’affaire n’en reste pas là. Les agresseurs bénéficient d’une totale impunité. En tout cas, rien dans la documentation consultée ne permet de penser que des mesures aient été prises contre le magistrat représentant du roi de Portugal auprès de la municipalité (corregedor), contre le juge du roi (jurz, de fora) ou contre le greffier et ses affidés. En revanche, lorsque Barreda porte plainte auprès du corregedor pour les mauvais traitements reçus, celui-ci le menace de nouvelles actions punitives. De son côté, le juiz de fora lui refuse l’autorisation de nommer un garde, fait arrêter les hommes qu’il a recrutés et interdit au responsable de la prison de retenir les contrebandiers arrêtés par le commissaire. Informé des événements, Fernando de Toledo avertit à son tour la Junta del Almirantazgo. Conformément à la droite procédure, celle-ci s’adresse au Conseil de Portugal, qui ne trouve rien de mieux que de confier aux autorités locales coupables la sécurité du commissaire et la poursuite de ses agresseurs92.

  • 93 AGS, GA, 3153, Consulta del Consejo de Portugal (4 septembre 1629).

38Sur place, la situation ne cesse pourtant de se dégrader. Au mois d’août 1629, le Desembargo do Paço reçoit de Faro un rapport sur les mauvais procédés de l’inspecteur Barreda. Celui-ci a en effet procédé à l’arrestation d’Henrique Vieira, marchand de la place de Faro, en raison d’un achat de tissus prohibés réalisé deux ans auparavant avec l’autorisation de la douane du port. Il a de même essayé de faire arrêter un certain Pedro Machado, mais l’un des esclaves de celui-ci en est venu aux mains avec les gardes de l’inspecteur et il n’a pas fallu moins que l’intervention de l’évêque-gouverneur de l’Algarve pour séparer les parties et éviter « un grand soulèvement provoqué par don Pedro [Barreda] et ses gardes93 ». Comme il est impossible de faire sérieusement grief à un commissaire à la répression de la contrebande de poursuivre des fraudeurs manifestes, les attaques qui visent Barreda relèvent d’un autre registre. Il lui est reproché d’abuser de sa commission et d’exercer une compétence qui ne lui est pas reconnue. Après que l’esclave de Pedro Machado se fut rebellé contre son autorité,

comme s’il eût bénéficié de pouvoirs et de juridictions ordinaires [...] en lançant des édits comme cela se pratique en Castille, il ordonna de faire interdire que, sous peine de perdre la vie et de confiscation des biens, on offrît refuge aux coupables ou qu’on leur parlât, et que s’ils ne se rendaient pas à la prison on les tuât librement, qu’on lui rît un rapport de tout ce qui serait dit à ses gardes, qu’il prononcerait des peines d’exil hors du Royaume, et il fit prêter serment à ses témoins quatre ou cinq fois et parfois plus.

39Nous ignorons bien sûr comment Pedro de Barreda a pu s’y prendre pour exécuter sa commission en milieu si hostile. Il est impossible de savoir si son attitude est fidèlement reflétée dans le passage cité. Reste qu’à nouveau l’inspecteur fait l’unanimité des institutions de la ville contre lui, et cette fois-ci le chapitre de la cathédrale, le couvent Saint-Antoine et le couvent Saint-François s’unissent à la protestation. Le doyen de la cathédrale de Faro, en tant que commissaire de l’Inquisition, fulmine contre lui une censure ecclésiastique et s’arroge la priorité dans les opérations de visite des navires mouillant dans le port. Il bloque toute la procédure pendant des jours, de manière à faciliter toutes les évasions de marchandises, puis monte à bord des navires accompagné de chanoines et fait décharger, sous leur protection, un certain nombre de produits sans nul doute illicites.

  • 94 AGS, GA, 3153, Consulta de la Junta del Almirantazgo (3 décembre 1629).
  • 95 Antonio de Oliveira, « Contestação fiscal de 1629 : as reacçôes de Lamego e Porto », Revista das Hs (...)
  • 96 BA, 50 V 28, Carta de la Junta del Almirantazgo (25 juillet 1631) ; AGS, GA, 1325, Carta del capitá (...)

40La confrontation est quotidienne avec la municipalité, le chapitre, la douane ou les négociants. Face à cette situation, les tribunaux et le gouvernement de Lisbonne se montrent favorables à l’arrestation de l’inspecteur par le corregedor de Faro. À l’autre extrémité de la chaîne, le Conseil de Portugal à Madrid, cherchant l’apaisement et redoutant un soulèvement, penche également pour l’arrestation de Pedro de Barreda. Celui-ci est donc incarcéré par les magistrats de Faro et tous ses papiers sont saisis. La Junta del Almirantazgo constate combien les juges sont soumis aux marchands94. L’inspecteur est jeté au fond d’une cellule et couvert de chaînes. Il est ensuite conduit à Lisbonne et à chaque halte exhibé, hué et lapidé. Une fois arrivé à la capitale, il est de nouveau envoyé dans un cachot et ni le Maestre de Campo General, Fernando de Toledo, ni le Veedor General de la Gente de Guerra, Fernando Albia de Castro, ne parviennent à le faire relâcher car il est incarcéré sur ordre du Desembargo do Paço, qui seul peut prononcer son élargissement. Ces événements sont contemporains des émeutes de Porto et de Coimbra, et les membres de la Junta del Almirantazgo ne manquent pas de les inscrire dans ce contexte95. Sur ce cas, notre information s’arrête ici, et nous ignorons quel fut le sort réservé au malheureux veedor. Une chose est sûre, c’est que la procédure est relancée puisque dès l’arrivée de Barreda à Lisbonne un commissaire est désigné pour aller enquêter en Algarve sur ses agissements et sur ceux des juges qui ont procédé à son arrestation. Les malheurs de Pedro de Barreda ne font pas exception : quelques années plus tard, son successeur Diogo Manso de Andrade, ancien secrétaire de Fernando de Toledo, devait décrire au roi son profond découragement après avoir eu maille à partir avec les comptables de l’inquisition de Coimbra96.

  • 97 JJA S, Decreto (22 février 1628).
  • 98 AGS, GA, 3152, Consulta de la Junta del Almirantazgo (6 septembre 1628).
  • 99 BL Add., 20949, f° 260, Ordem do Conselho de Portugal (28 février 1628).
  • 100 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda a la Junta del Almirantazgo (9 août 1631).

41Autre exemple : en 1628, Fernando de Toledo reçoit la mission de réprimer les trafics frauduleux réalisés à Porto97. Il y envoie son inspecteur de la contrebande, Diego de la Rocha Ulloa, commissaire nommé pour l’Entre-Douro-e-Minho. Celui-ci connaît l’importance stratégique du commerce des salines d’Aveiro et a décidé de s’installer dans cette ville. Mais, depuis la Junta del Almirantazgo, le magistrat portugais Mendo da Mota lui demande de se rendre à Porto, où le volume du négoce frauduleux est beaucoup plus important98. Fernando de Toledo disposait déjà d’informations précises sur les activités commerciales hollandaises et anglaises dans cette place99. Le duc de Maqueda, capitaine général, pensait que Porto était le port d’où les métaux précieux sortaient du Portugal vers les Pays-Bas, par l’intermédiaire de Hollandais se faisant passer pour des Hambourgeois travaillant pour des Portugais établis à Amsterdam100. Lorsque Diego de la Rocha Ulloa arrive à Porto, Diogo Lopes de Sousa, comte de Miranda et président de la Casa do Civel, refuse de lire la cédule royale de nomination du veedor. Il daigne seulement prendre connaissance de la cédule expédiée par le Conseil de Portugal, laquelle arrêtait que le commissaire devait observer les décisions de la Junta del Almirantazgo. Pour le reste, le comte lui interdit de procéder contre des personnes ou des biens portugais car c’est la prérogative exclusive de la Casa do Civel dans son ressort. Accepter de laisser agir don Diego reviendrait à fouler aux pieds les privilèges jurés et à priver le grand tribunal de Porto de sa juridiction. En outre, et pour comble d’indignité, la lettre de commission était rédigée en castillan.

42Face à un refus aussi net, le commissaire fait déposer ses cédules de nomination sur le bureau de João Salvado de Sampayo, juge de la douane (alfandêga). Après trois jours d’examen, ce dernier, recevant le commissaire sur le seuil du bâtiment de la douane, déclare les cédules expédiées à Madrid contradictoires avec ses propres instructions, c’est-à-dire avec la juridiction de sa magistrature. Sampayo donne lecture à haute voix d’une lettre du Conselho da Fazenda indiquant que les douanes ne doivent jamais remettre les sommes confisquées aux inspecteurs commissionnés pour la répression de la contrebande. Diego de la Rocha Ulloa n’en croit pas ses oreilles, d’autant que la lettre lui a été lue en portugais et à toute vitesse. Il ne comprend pas comment une simple lettre missive d’un conseiller portugais de Lisbonne peut annuler purement et simplement une lettre de commission signée de la main du roi.

  • 101 Gonzalez de Salcedo, Tratado jurídico político del contrabando, p. 100.

43En dépit de ses protestations, le commissaire se voit interdire l’accès au bâtiment de la douane. Ce point est important car, en principe, l’installation du commissaire dans un bureau de la douane marque sa prise de contrôle de l’institution. La real cédula de 1628 précisait même que les douanes devaient aménager dans leurs bâtiments un local qui fût confortable et digne d’un représentant du roi101. Et le ton du magistrat de la douane se fait franchement menaçant :

  • 102 AGS, GA, 3153, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (8 avril 1629).

C’était lui le président de cette maison et il ne pouvait y laisser entrer n’importe qui, et il répéta de nombreuses fois que je ne devais pas m’en prendre à des Portugais ou à leurs biens [...]. De nombreuses personnes s’étaient jointes à cet acte, et on avait laissé entendre et signifié publiquement que si je voulais exercer même une partie de ma commission, les enfants me tueraient à coups de pierres comme cela était déjà arrivé avec un des ministres que le Conseil des finances de Votre Majesté avait envoyé pour percevoir vos droits sur les maçarocas [épis], et à d’autres venus percevoir les revenus des ports secs, et ils l’avaient fait sans être châtiés, car que pouvait Votre Majesté contre des enfants102 ?

44Puis on avertit le veedor que les chanoines et les réguliers de la ville s’étaient munis de bâtons et d’autres instruments pour s’en prendre à lui au cas où les enfants ne le feraient pas. On retrouve ici des mécanismes déjà observés pour Lisbonne ou pour l’Algarve. La mise en scène est fondamentale. La confrontation majeure n’a pas lieu dans le secret d’un cabinet de la douane, mais sur la place publique. La menace de révolte est on ne peut plus claire. L’allusion à un soulèvement provoqué par l’impôt sur les maçarocas (épis) et antérieur de plusieurs mois à la révolte des maçarocas — laquelle se déclencha le 25 octobre 1629 contre Francisco de Lucena — indique que l’incident en cours s’inscrit dans un cycle d’émotions plus ou moins canalisées et animées par les magistratures urbaines de Porto et de la Casa do Civel. L’utilité des enfants dans le cadre d’un mouvement séditieux est bien expliquée : les enfants, comme les ecclésiastiques qui sont prêts à les remplacer, symbolisent une impunité menaçante et revendiquée comme métonymie de l’immunité de l’ensemble des Portugais face au commissaire. Voilà un type de résistance complexe et efficace, et qui implique la plus haute autorité judiciaire, à savoir le comte de Miranda, président de la Casa do Civel et membre de la meilleure aristocratie portugaise, mais aussi le juge de la douane, le clergé, les négociants et tout un peuple spectateur et inquiétant. Remarquons de plus qu’un pas a été franchi par rapport aux formes de refus antérieures à 1628 : le comte de Miranda prend le risque de juger nulles et non avenues des cédulas et exige de son roi que s’établisse un autre canal de communication, tandis que le magistrat des douanes agite l’épouvantail d’une révolte qui est non plus hypothétique mais réellement prête à éclater.

45Diego de la Rocha Ulloa accuse le comte de Miranda d’organiser la résistance à l’administration de la répression de la contrebande dans toute la région. D’après lui, le président de la Cam do Civel aurait reproché aux magistrats de la douane de Viana d’avoir laissé pénétrer le capitaine castillan du préside dans l’enceinte de leur bâtiment. Tous les ports de la région reçoivent la consigne de suivre l’exemple de Porto. Le commissaire s’aperçoit que personne dans la ville n’accepte de lui venir en aide ou de travailler pour lui, ni soldats, ni greffiers, ni comptables. C’est tout juste s’il parvient à recruter un greffier castillan, terrorisé, pour dresser le constat d’échec. Car il est convaincu que la ville a atteint un degré d’« irritation » tel qu’une alteración (« émotion ») pourrait se produire. Il annonce son départ de Porto afin d’éviter le déclenchement de la révolte qui gronde.

  • 103 JJAS, Decreto (29 mai 1628).

46La mission de Diego de la Rocha Ulloa est donc sabotée. Le Conseil de Portugal écrit en vain au comte de Miranda pour lui faire part de son indignation103. Le veedor en tire au moins une analyse fine de la composition des intérêts dans la ville de Porto, qui mérite la longue citation qui suit :

Ils disent qu’ils préféreraient être mis en pièces que d’accepter l’exercice de ma commission, [et ils agissent] dans l’intérêt de toute la ville, qui se divise en six espèces : l’Église, dont une partie des bénéfices procède de la douane et qui redoute qu’ils ne diminuent du fait de la présence d’un inspecteur, car il entrera alors moins de vêtements et de navires ; la Chancellerie [Casa do Civel] (qui aurait dû m’aider), dont les salaires proviennent de la douane et [qui] avance les mêmes raisons ; les magistrats de la douane, qui ne veulent pas de frein et considèrent que l’inspecteur en serait un ; les marchands, qui perdent des affaires ou les voient diminuer avec la fin de la contrebande ; le commun peuple, qui est convaincu qu’il s’agit d’un nouveau tribut et qu’il ne pourra plus vendre ses fruits ni fournir ses maisons de tout ce qui lui vient par la mer ; sixièmement et enfin, le capitaine castillan du fort, qui jusqu’à présent était chargé de la visite des navires et s’en voit aujourd’hui privé.

47Le commissaire rient pour nuls les arguments de type juridictionnel et ne s’en tient qu’à un « syndicat d’intérêts » — le terme se rencontre sous sa plume — et à de vagues rumeurs. On voit bien, malgré tout, combien le clergé et ses immunités, ainsi que les trois grands tribunaux de la ville, la câmara, la Casa do Civel et l’alfandêga, structurent et alimentent l’opposition. On remarque que parmi les six groupes considérés, le « commun peuple » est celui qui est mû par des rumeurs plutôt qu’affecté concrètement : il conçoit que la répression de la contrebande peut indirectement affecter sa vie quotidienne. Enfin, le fait que le capitaine castillan se sente dépossédé de sa mission d’inspection traduit à la fois un conflit d’intérêts — les Castillans devaient percevoir salaires, pourboires et dessous-de-table — et de prestige. L’opposition, une fois encore, ne peut donc se réduire à un schéma simpliste opposant Portugais et Castillans.

  • 104 AGS, GA, 3157, Carta de don Diego Escalante a la Junta del Almirantazgo (30 août 1631).
  • 105 AGS, GA, 3137, Carta del duque de Maqueda a lajunta del Almirantazgo (6 septembre 1631) ; Consulta (...)
  • 106 AGS, GA, 888, Memorial de Hernando de Espina Velasco (28 février 1623).
  • 107 JJAS, Carta Regia (31 mai 1631) ; AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (11 janvier 1630).

48Ce qui provoque le rejet, c’est la nature de la commission bien plus que le fait que Diego de la Rocha Ulloa est castillan. On remarque que le commandant du fort, bien que castillan, n’est pas plus impressionné que le comte de Miranda par la présentation de cédules royales. Mais les convergences d’intérêts se font et se défont selon les circonstances et l’appât du gain. Deux ans après le passage de Diego de la Rocha Ulloa, ce même commandant du fort, nommé Diego de Escalante, voulant confisquer une cargaison de morue arrivée sur un navire hollandais, rencontre l’opposition ferme de Miranda, qui invoque les privilèges du Royaume104. Le capitaine général en conclut depuis Lisbonne que si les ordres du roi sont normalement respectés dans le Royaume, Porto fait exception105 et qu’il faut redoubler d’efforts pour y faire appliquer la politique de répression de la contrebande. Mais c’est tout le Nord minhoto que les juridictions royales ont de la peine à atteindre. Les officiers castillans y demeurent en poste pour des périodes extrêmement longues : le Veedor y Contador de la Gente de Guerra de Entre Douro e Minbo, Hernando de Espina Velasco, est en poste de 1595 à 1623 et obtient la survivance pour son fils Juan de Espina Velasco106. Le capitaine du préside de Porto, Diego de Escalante, et celui de Viana, Bernardino de Polanco y Santillana107, sont sur place de 1630 au plus tard jusqu’à 1640.

  • 108 AGS, GA, 1325, Carta dejuan de Espina Velasco a la Junta del Almirantazgo, s. d. (1633).

49Viana, c’est le bout du monde du Royaume. Les capitaines (castillans) de la forteresse qui s’y sont succédé agissent sans tenir compte des directives de la capitainerie générale. C’est pourquoi, en 1633, le Veedor y Contador de la Gente de Guerra de Entre Douro e Minho, Juan de Espina Velasco, s’y rend pour enquêter sur le comportement suspect du capitaine Bernardino de Polanco y Santillana. Le prédécesseur de celui-ci, Torivio Herrera, avait pris l’habitude de prélever à discrétion une taxe sur les pêches et les marchandises. Bernardino de Polanco a continué, et son trafic s’étend au port de São João da Foz108. Les commandants des navires doivent verser la somme forfaitaire de cinquante réaux par bateau pour les Flamands (et les Hollandais), vingt-cinq réaux pour les Français et les Anglais et huit réaux pour l’ensemble des Espagnols non naturels des deux ports. Constatant que les négociants acceptent cette pratique, Juan de Espina Velasco suggère qu’on pourrait essayer de la convertir en taxe officielle au profit du roi. Mais c’était compter sans le fait que le versement de cette taxe donnait droit à une sorte de protection. En somme, ce racket était bien accepté en raison de sa modération et parce qu’il permettait de tourner les dispositions sur la répression de la contrebande. En effet, en échange de cette tolérance, les négociants de Viana avaient obtenu que les dispositions sur le commerce avec les Hollandais resteraient lettre morte.

  • 109 AGS, GA, 1325, Carta dejuan de Espina Velasco a la Junta del Almirantazgo (29 octobre 1633),
  • 110 JJ AS, Carta Regia (24 octobre 1625).
  • 111 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 47, Representação quefez a Câmara de Viana a ElRey sobre o emb (...)
  • 112 AGS, GA, 3165, Consulta de lajunta del Almirantazgo (23 novembre 1635).
  • 113 AGS, GA, 3170, Consulta de lajunta de Armadas (10 mai 1638).

50Pour faciliter tous types de fraudes, Bernardino de Polanco avait pris pour habitude de faire surveiller les navires pendant la première moitié du déchargement et de faire ensuite retirer ses soldats : pendant la deuxième moitié des opérations tout devenait donc possible. Les liens établis avec les Flamands et les Hollandais étaient devenus si étroits qu’un certain Guillermo Campaner, flamand, reçut le surnom de « lieutenant de la forteresse ». Et en cas d’attaque barbaresque, les négociants hollandais et flamands se joignaient à la défense commune de la rade de Viana109. Cette situation perdurait douze ans après la fin de la trêve de Douze Ans, soit cinq ans après la promulgation de la cédule royale du 16 mai 1628 sur l’interdiction générale du commerce. Elle était connue de longue date puis qu’en 1625 déjà, l’importance du trafic hollandais dans la ville avait motivé le projet d’une inspection dirigée par le comte de Basto, Diogo de Castro110. On comprend alors que les autorités municipales se soient scandalisées lorsqu’on leur ordonna de faire immobiliser et réquisitionner toutes les embarcations présentes dans le port111. Polanco sait jouer des institutions les unes contre les autres. Il refuse ainsi de rendre des comptes à la vice-reine et capitaine générale Marguerite de Mantoue, invoquant le fait que seule la Junta del Almirantazgo de Madrid, qui parvenait encore moins à se faire obéir par lui, détient la juridiction sur des affaires de contrebande112. En 1638, Bernardino de Polanco est toujours capitaine du préside de Viana. À cette époque, un grave conflit l’oppose à la douane à propos d’un navire français échoué dont, sans y faire participer celle-ci, il liquide la cargaison aux enchères113. On peut en déduire que la désobéissance de Polanco n’a pas suffi à le faire limoger et que les fronts complexes peuvent aussi se renverser en fonction des conjonctures : hier complice de la douane, demain son rival, plus tard de nouveau unis contre un adversaire commun ?

  • 114 Aurelio de Oliveira, Contribuição para o estudo das revoltas e matins populares em Portugal durante (...)

51Dans cette périphérie de la périphérie que constitue le nord de l’Entre-Douro-e-Minho, la délégation d’autorité ou de juridiction adopte des modalités qui l’éloignent considérablement de l’opposition classique entre officiers castillans et magistrats portugais. Sans doute est-ce parce que, à sa façon, cette marge du point de vue de l’organisation territoriale est un centre du point de vue des échanges, étant le lieu de tous les trafics licites ou interdits, depuis les sucres brésiliens jusqu’à la contrebande de Galice114. Cette région que la juridiction royale n’atteint qu’à grand-peine constitue, précisément pour cette raison, un puissant pôle d’attraction. Ici, les consulats et les syndicats de marchands dictent une loi plus sûre que les cédules du Conseil de guerre de Madrid.

  • 115 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (6 octobre 1629).
  • 116 Voir chapitre i, p. 73.

52Le Maestre de Campo General, Fernando de Toledo, constate que les veedores do contrabando ont été refoulés à peu près partout : Diego de la Rocha Ulloa expulsé de Porto, Pedro de Barreda terrorisé à Faro, Christovão de Abreu, chargé de l’Algarve, incarcéré de même que Juan Sinel, lieutenant de Fernando Albia de Castro à Lisbonne115. En outre, voyant que les commissaires finissent derrière les barreaux, les sycophantes y réfléchissent à deux fois avant de signaler aux autorités la présence de navires suspects. Ainsi, en 1629, un bateau hollandais mouillait impunément dans les eaux du port de Peniche, dont la solide forteresse appartenait au comte d’Atouguia, Luís de Ataide, que nous savons jaloux de ses droits seigneuriaux de douane116. Avisé par un délateur, Fernando Albia de Castro se rendit sur place par surprise et enjoignit le comte de lui prêter assistance. Après avoir essayé de gagner du temps, Atouguia se vit contraint de céder. Mais, dès que Fernando Albia de Castro eut tourné le dos, le comte fit fouetter un habitant de Peniche qui était soupçonné d’avoir laisser filtrer l’information. Fernando de Toledo explique alors au Consejo le mécanisme de la résistance :

  • 117 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (6 octobre 1629).

Ils parviennent à leurs fins, c’est-à-dire à terroriser les naturels et les étrangers, de manière qu’aucun ne se prête à l’accomplissement des ordres de Sa Majesté. Et jusqu’à présent, Monsieur, cela se faisait avec la voix du peuple suscitée, assistée et permise par les magistrats. Et ces exemples, Monsieur, ont pour conséquence que la témérité s’étend aux particuliers, ce qui selon moi appelle un remède117.

  • 118 AGS, GA, 3157, Consulta de la Junta del Almirantazgo (5 septembre 1630).
  • 119 AHN, Fondas Contemporáneos, lib. 7994, f° 188r°, Consulta del Consejo de Hacienda (15 septembre 163 (...)
  • 120 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (30 avril 1631).
  • 121 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (9 août 1631).
  • 122 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (31 août 1631).

53À la Junta de Madrid, Porto est donc considéré comme une place de libre commerce hollandais118. En 1631, le duc de Maqueda, nouveau capitaine général, envoie à Porto un des ses officiers pour enquêter sur un trafic de monnaie de cuivre qui semble prospérer entre la Galice et l’Entre-Douro-e-Minho et qui a déjà alerté l’Audiencia de La Coruña (haut tribunal du royaume de Galice)119. L’affaire mêle la question de la contrebande avec quelque chose de bien plus grave : la fabrication de fausse monnaie, crime passible de la peine capitale. Les informations dont disposent les Castillans sont assez précises : ils savent où (à Porto, Viana et Caminha), auprès de qui et en quelle quantité circule la fausse monnaie120. Ils ont même remonté la filière jusqu’au cœur de la cour de Madrid : le « passeur » serait un certain Gonçalo Rodrigues Davale, dont le gendre est Ruy Pereira Sotomayor, proche parent de fray Antonio de Sotomayor, le confesseur du roi121. Et pour ajouter en énormité politique, lorsque les faux-monnayeurs soupçonnent que la capitainerie générale en a après eux, ils font passer leurs coffres sur les terres septentrionales du duc de Bragance122. En raison de la gravité exceptionnelle du scandale, le comte de Miranda, président de la Cam do Civel, promet son concours pour toutes les mesures envisagées par la capitainerie générale, mais

  • 123 AGS, GA, 1325, Carta de fray Antonio de Sotomayor al Consejo de Guerra (9 mai 1631).

il n’autoriserait aucune procédure contre aucun naturel ou naturalisé dans le Royaume ; il dit au contraire à l’officier que s’il entamait une telle procédure il le châtierait et l’enverrait pour longtemps en prison, à moins qu’il ne fût porteur d’une lettre du gouverneur du Royaume ou du roi rédigée en portugais123.

54Autant dire que l’enquête devient impossible.

  • 124 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (26 juillet 1631).
  • 125 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 100, Carta de Manoel da Silveira de Souza a ElRey dandolhe con (...)
  • 126 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (22 juin 1633).
  • 127 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de Escalante a la Junta del Almirantazgo (19 mai 1639).

55Le duc de Maqueda, capitaine général, explique dans ses lettres que le roi a au Portugal des sujets et des vassaux loyaux mais que ce sont les autorités, en l’occurrence celles de Porto — la municipalité et la Cam do Civel — qui prennent la tête de la dissidence. Elles n’ont selon lui jamais accepté de faire appliquer des dispositions dictées par la capitainerie générale. Il en vient même à dire que le « gouvernement de Porto » ne reconnaît pas Philippe IV comme « seigneur et roi naturel ». Le souvenir des mésaventures de Diego de la Rocha Ulloa et de Francisco de Lucena est bien vivant dans l’esprit du duc. Le comte de Miranda est accusé d’avoir laissé Porto se transformer en escale hollandaise, voire en sanctuaire (sagrado)124. Les négociants hollandais, français ou anglais sont protégés par lui, sous prétexte qu’ils ne seraient pas étrangers mais naturalisés. Le scandale est d’autant plus grave que, pour les officiers castillans, il existe une étroite connexion entre le négoce hollandais et les trafics des nouveaux-chrétiens portugais125. Miranda aurait entravé l’inspection la douane de Viana en garantissant que les comptes de celle-ci étaient parfaitement en ordre. Une telle démarche était vaine et malveillante. Face à tant de mauvaise foi, le capitaine général demande que le comte de Miranda soit convoqué à la Cour pour être réprimandé. Pourtant, dans les rapports secrets sur les élites portugaises confectionnés à Madrid au cours des années 1630, le comte apparaît comme une personnalité sûre et fidèle126. Dans le domaine de la répression de la contrebande, la situation ne change guère jusqu’à la fin de la période. Diego de Escalante, le commissaire qui en 1639 essaie de faire appliquer les ordres du roi passés en son Conseil de Portugal, explique lui aussi qu’il lui est interdit de pénétrer dans le bâtiment de la douane127. Escalante rappelle que son prédécesseur, Baltazar de Siqueira Sotomayor, avait subi à Porto les pires avanies. Les magistrats de la douane refusent toujours de reconnaître la validité des lettres de commission passées par la Junta del Almirantazgo et disent qu’ils n’accepteront d’obéir qu’aux cédules du Conseil de Portugal. La politique castillane de répression de la contrebande suscite donc au Portugal une opposition violente. Elle apparaît comme l’un des griefs essentiels adressé à la vice-royauté, dans la phase des soulèvements des années 1637-1638.

III. — Le travail quotidien d’un inspecteur

Les inspecteurs de la contrebande et les autres officiers

  • 128 AGS, SP, 1469, f°362, Consulta del Cons ejo de Portugal (24 juillet 1636).
  • 129 JJAS, Carta Regia (27 décembre 1636).

56La situation de Lisbonne était particulière parce que l’organisation institutionnelle de la vie portuaire y était plus complexe qu’ailleurs et que la présence castillane y était plus efficace et plus massive. Comme nous avons pu le constater précédemment, la création institutionnelle ne se produit pas en terrain vierge ou vide d’institutions. Au contraire un organisme nouveau, comme l’inspection de la contrebande, naît dans un plein institutionnel. Qu’il s’agisse des douanes, des inspections de la santé128 ou même des services d’espionnage organisés par les Castillans des présides, tous voient dans le nouvel organe une source de perturbations. Lorsque des conflits éclatent, ce n’est jamais sous la forme de l’explosion populaire spontanée contre un impôt jugé insupportable, car toute une jungle de médiations vient alors s’interposer entre les commissaires du roi et le commun des vassaux, assourdissant la protestation tout en amortissant la réforme. Ainsi, par exemple, aucune répression des trafics illicites n’est réalisable sans contrôle des flux monétaires. Or, pour parler de façon anachronique, le Portugal jouit durant pendant toute la période d’une pleine souveraineté monétaire. Ceci vaut également pour le contrôle du mouvement de métaux précieux. Ainsi le veedor do contrabando ne peut rien en ce domaine réservé au juge des sorties (juiz dassacas) portugais. Le commissaire a beau dénoncer à Madrid les types de fraudes auxquelles ces magistrats se livrent au profit des négociants lisboètes, aucune autorité juridictionnelle ne peut lui être concédée sur ce terrain129.

  • 130 Gonzalez de Salcedo, Tratado jurídico político del contrabando, 86.
  • 131 AGS, GA, 3157, Decreto del Rey (secretario Pedro Coloma), [25 novembre 1631].

57Du fait de la multiplication des organismes intéressés au contrôle des mouvements du port de Lisbonne, l’ensemble des visites et démarches auxquelles étaient soumis les négociants étrangers s’était converti en une pesante routine. En effet, chaque navire recevait les visites séparées du veedor del contrabando, de l’Inquisition, des officiers de police et santé, des officiers de la douane, des officiers militaires de la capitainerie générale et, le cas échéant, d’un représentant de l’administration de l’exportation du sel. La visite des officiers royaux (quand il s’agissait de militaires) était accompagnée d’une salve d’honneur. Le commissaire devait faire garder chacune des embarcations d’une flottille arrivant à quai et les visiter une à une avant qu’elles fussent soumises à aucune autre inspection. Au cours de la visite, le commandant de bord devait remettre le registre des marchandises comprenant le détail des lots, le registre des passeports accordés dans les consulats, déclarer les marchandises qui ne figuraient sur aucun des deux registres, cependant que le veedor devait faire procéder à l’examen du bâtiment pour en déterminer l’origine exacte130. Nous ignorons si tous les commissaires effectuaient l’ensemble de ces opérations. Ce qu’attestent les archives, c’est qu’elles donnaient lieu à la production de nombreux certificats, qui n’étaient jamais délivrés gratuitement131. Le Conseil de guerre de Madrid recommandait de regrouper les différentes visites, c’est-à-dire de les faire exécuter par un seul officier : pour chaque embarcation, les inspections se seraient alors limitées à celles de l’inquisiteur, pour les hérétiques et les livres mis à l’index, d’un officier portugais, pour la police et la douane, et celle d’un officier ou commissaire castillan, pour le renseignement et la contrebande. En outre, il était recommandé d’effectuer les trois inspections simultanément : cela permettait d’abréger l’ensemble des opérations au bénéfice du commandant et d’éviter, du même coup, certaines fraudes rendues possibles par la longueur du délai qui séparait l’arrivée à quai de l’intervention du veedor del contrabando.

Diego de la Rocha Ulloa, officier castillan

  • 132 AGS, Contaduría de Sueldo, IIa época 163, Cuenta de don Diego de la Rocha Ulloa (7 octobre 1639).
  • 133 AGS, GA, 920, Carta de la Ciudad de Badajoz al Consejo de Guerra (27 août 1625).
  • 134 AGS, GA, 888, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa al Consejo de Guerra (19 septembre 1623).
  • 135 Voir pp. 306 sqq.
  • 136 AGS, GA, 1312 : tout le legajo est composé de passeports délivrés pardon Diego en Guipúzcoa.
  • 137 AHN, Estado, 2403 (20 mars 1630), f° 9r°-v°.
  • 138 AGS, SP, lib. 1478, fos 240-242, Consulta del Consejo de Portugal (15 décembre 1635).
  • 139 Fray Antonio Seyner, Historia del levantamtento de Portugal, Saragosse, P. Larraja y Lamarca, 1644, (...)
  • 140 BL Eg., 1135, f° 12, Carta de Francisco Pereira Pinto (18 juin 1621).

58Les archives du secrétariat du Conseil de guerre de Madrid conservent un grand nombre de lettres adressées, entre mars 1636 et juin 1640, à la Junta del Almirantazgo par le veedor del contrabando de Lisbonne, Diego de la Rocha Ulloa132. Ce soldat de carrière, alférez de 1603 à 1610, puis héritier de la compagnie de milice de Badajoz133, était devenu expert en comptabilité militaire et financière. Au cours de sa carrière, il s’était occupé de la caisse des soldats de la Rioja, de la vente d’offices, de la gestion des salines d’Atienza, de la perception de l’impôt du montazgo, d’une enquête sur la faillite des douanes terrestres et de la comptabilité de la halle aux poissons de Séville134. Il s’agit donc d’un officier rompu aux commissions extraordinaires de nature financière. De fait, après ses premières mésaventures portugaises de 1629135, don Diego est envoyé à Saint-Sébastien pour y organiser la répression de la contrebande136. Il y fait installer un entrepôt destiné à faciliter les contrôles et, bien entendu, on l’y accuse alors de paralyser le commerce137. Sa réputation de sévérité dans l’exercice de son office incite les navires à éviter la côte basque138. Diego de la Rocha Ulloa a sans doute vécu de près les mouvements insurrectionnels de Bilbao en 1631-1632, au cours desquels les commissaires et employés chargés de la répression de la contrebande furent expulsés de Biscaye. En 1636, son retour à Lisbonne signifie donc la nomination d’un homme à poigne qui sait tout non seulement de la contrebande en général mais aussi, plus particulièrement, de la résistance portugaise à son application. Il a d’autres attaches au Portugal, puisqu’il exerce également la charge de gouverneur du prieuré de Crato et d’Alcobaça au nom du Cardinal-Infant139, charge importante exercée au début de la période par Francisco Pereira Pinto, conseiller de la vice-reine et, nous l’avons vu, proche de Diogo Soares et de Miguel de Vasconcelos140.

  • 141 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (19 mai 1638).
  • 142 Manuel Severim de Faria, Relação do que succedeu em Portugal, e nas mais províncias do Ocidente des (...)
  • 143 AGS, GA, 1236, Cartas de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (4 juillet 1638 et (...)

59Au cours de l’été 1638, soit deux ans et demi après sa nomination, le commissaire ne parvient toujours pas à s’assurer du concours d’officiers chargés d’identifier les marchandises et de traduire les passeports étrangers. À grand-peine, il parvient à recruter un Français et un Flamand141. Il est vrai qu’en 1637 la surveillance castillane des mouvements du port de Lisbonne a provoqué la révolte des pêcheurs lisboètes142. À Lisbonne, personne ne souhaite s’aliéner la sympathie des négociants, et les officiers qui acceptent de travailler avec le commissaire reçoivent des menaces143. Diego de la Rocha se méfie tellement des magistrats de la douane qu’il est contraint de désigner un officier castillan (Manuel de Cea, puis Francisco Iñiguez) qui du lever au coucher du soleil devra être présent dans le bâtiment des douanes pour surveiller leurs agissements. Le commissaire sait qu’il ne peut espérer aucun concours :

  • 144 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta delAlmirantazgo (7 novembre 1638).

La répression de la contrebande est si détestée que même les magistrats de tous les autres tribunaux qui devraient l’appuyer la laissent tomber144.

60Le découragement est également lié à l’effondrement du trafic : entre deux visites, il lui arrive d’attendre de deux à quatre semaines. Et le comble est que les courriers qu’il reçoit de Madrid ne l’appuient guère, car il lui est reproché de ne pas remplir sa caisse. Diego de la Rocha dénonce alors un paradoxe fondamental : la lutte contre la contrebande doit-elle être une taxe sur un trafic illicite dont on espère qu’il continuera d’exister afin qu’on puisse l’imposer, ou bien a-t-elle pour but de rendre réellement impossible ce trafic ?

  • 145 AGS, GA, 1236, Cartas de don Diego de la Rocha Ulloa a lajunta del Almirantazgo (30 avril 1638, 5 s (...)
  • 146 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a lajunta del Almirantazgo (16 avril 1639).

61En 1639, l’amertume du commissaire s’exprime surtout à propos de son affrontement avec le magistrat de la douane Francisco de Carvalho. Avant d’entrer dans le détail des griefs, il faut savoir que l’hostilité de Diego de la Rocha s’explique d’abord par le fait qu’en septembre 1638, Carvalho a obtenu la commission d’administration de l’exportation du sel à laquelle lui-même aspirait depuis des mois145. Le veedor del contrabando relate comment, en cette même année 1639, Francisco de Carvalho lui a interdit d’enquêter sur une cargaison de toiles françaises stockées à la douane. Carvalho lui opposant l’argument mille fois utilisé mais toujours efficace de la langue dans laquelle est rédigée sa lettre de commission, Diego de la Rocha la fait donc traduire en portugais et produit un arrêt du Conseil de Portugal confirmant que sont exécutoires au Portugal les décisions de la Junta del Almirantazgo, dont lui-même dépend. Au vu de cette documentation, le magistrat de la douane demande au commissaire de faire dresser des actes à l’intention des parties. Une fois ceux-ci établis, leurs destinataires attendent quatre jours pour en accuser réception. Après toutes ces manœuvres dilatoires, Francisco de Carvalho fait annoncer par Manuel de Silva, chef des gardes de la douane, que les toiles ont disparu146. En réalité, celles-ci ont été vendues pendant que le commissaire effectuait toutes ces démarches. Diego de la Rocha ne peut espérer s’en prendre à un personnage qui cumule les fonctions de membre du Conselho da Fazenda, de magistrat de la douane et d’administrateur de l’exportation du sel, et qui de plus est grand ami du tout-puissant Francisco Leitão. Le commissaire en conclut que, sans le concours de la douane de Lisbonne, rien n’est possible :

  • 147 Ibid.

Si vous saviez ce qu’on endure parmi ces gens et ce que c’est que de vouloir exercer sur eux la juridiction qui me revient et qui sans doute m’aidera beaucoup dans ma mission, sans laquelle la répression de la contrebande est impossible car, comme je l’ai déjà dit à de nombreuses reprises, il n’y a personne ici qui ne veuille en finir avec elle, et ce n’est pas pour me répéter ou pour chanter que je vous dis qu’à la douane tous les officiers sont les ennemis déclarés du nom castillan et que le magistrat [Carvalho], animé d’une extraordinaire passion, est à la tête de cette armée, [...] je me sens très seul147.

  • 148 AGS, GA, 1297, Carta del Rey a dom Francisco de Carvalho (9 mai 1639).
  • 149 AGS, GA, 1297, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta del Almirantazgo (12 juin 1639).

62Francisco de Carvalho utilise donc toutes les ficelles de la procédure pour marginaliser Diego de la Rocha. Se voyant dans l’impossibilité de poursuivre les contrevenants, celui-ci décide de porter plainte contre eux afin de pouvoir accéder aux pièces du dossier. Il lui est alors répondu que ces documents ne sauraient être remis qu’à un magistrat portugais et non à un procureur castillan. Le commissaire prévient alors Madrid qu’il est prêt à en découdre « autrement qu’en termes de justice ». La Junta del Almirantazgo, consciente que la situation est devenue explosive, écrit à Carvalho en donnant raison à son commissaire148. La contre-attaque est sévère et fait appel à un double registre, juridique et personnel149 : Francisco de Carvalho rappelle que le contentieux porte sur des marchandises stockées dans le bâtiment de la douane et réquisitionnées le 30 mars 1639 par le garde de la douane, Manuel da Silva. Dès le $ avril, le magistrat et la chambre de la douane (mesa grande) décident la mise en vente du stock, au profit des finances portugaises pour deux tiers et du dénonciateur pour un tiers. Les lots se trouvaient donc dans un magasin de la douane et, pour éviter tout risque que l’information ne filtre auprès du veedor, l’institution préfère les liquider. Ayant effectivement eu vent de la présence de ces toiles, Diego de la Rocha Ulloa revendique sa juridiction sur celles-ci. Francisco de Carvalho explique alors que la juridiction ordinaire du cas lui revient, qu’il s’est prononcé, que les parties ont été entendues et que, dans ces conditions, la juridiction particulière de l’inspecteur de la contrebande ne peut s’imposer à la juridiction ordinaire, d’autant que la sentence est déjà rendue. Chacune des demandes de Diego de la Rocha est examinée par la principale chambre de justice de la douane. Celle-ci dénonce la mauvaise foi du commissaire castillan et lui reproche un abus de pouvoir : de quel droit peut-il exiger a priori de voir des lots dont il ne peut affirmer qu’il sont illicites ? En termes contemporains, cela revient à limiter strictement la procédure de l’inspecteur à la constatation du flagrant délit. Une fois la sentence rendue, la douane autorise Diego de la Rocha à envoyer ses officiers, mais celui-ci s’en abstient car le mal est fait. Francisco de Carvalho va plus loin : selon lui, l’acharnement du commissaire ne s’explique pas par un zèle louable au service du roi mais par des raisons strictement personnelles. Le veedor del contrabando ne pardonnerait pas au magistrat de la douane de lui avoir fait payer des droits extrêmement élevés pour l’entrée d’une voiture qui lui était destinée, venue d’Angleterre sur un bateau anglais.

63On voit dans cette affaire se développer un affrontement plus complexe que la simple opposition de la tyrannie castillane et des intérêts mercantiles portugais. Comme le commissaire castillan ne l’ignore pas, Francisco de Carvalho, son adversaire acharné, est un protégé de Francisco Leitão, c’est-à-dire du plus fidèle partisan de Diogo Soares et du comte-duc d’Olivares à Lisbonne. L’échelle d’observation locale des conflits laisse deviner des types de clivages que l’examen global ne permet pas de voir. Trois lectures de l’événement se combinent : refus portugais du principe de la répression de la contrebande, rivalité lisboète de deux institutions chargées de surveiller les flux de marchandises, hostilité réciproque et personnelle de deux officiers que leurs fidélités rattachent l’un comme l’autre aux architectes olivaristes de la gestion financière du Portugal.

64Pour aggraver le malheur de Diego de la Rocha Ulloa, un conflit chronique l’oppose au Maestre de Campo General castillan Diego de Cardenas. Il s’agit de savoir qui des deux officiers est habilité à désigner les gardes affectés à la surveillance des navires en cours de visite :

  • 150 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (19 mai 1638).

Ces messieurs les militaires n’ont pas à se mêler de ces questions, voilà ce qu’ils ne peuvent avaler150.

  • 151 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (18 juin 1639) ; AG (...)
  • 152 AGS, GA, 3169 Consulta de lajunta del Almirantazgo (24 avril 1637).
  • 153 AGS, GA, 3176 Consulta de la Junta del Almirantazgo (12 juin 1640).
  • 154 AGS, GA, 3177, Consulta del Consejo de Guerra (30 juillet 1640).

65Le veedor produit des copies de décisions du Conseil de guerre de Madrid et du Conseil de Portugal, qui confirment son point de vue. Il se plaint de ce que les gardes que lui envoient les militaires sont mal payés, et par conséquent indisciplinés et vénaux, et de ce qu’il n’a aucune prise sur eux parce qu’ils ne relèvent pas de lui du point de vue disciplinaire. De plus, pour économiser au maximum la prime à laquelle ils ont droit, on les désigne toujours au dernier moment, c’est-à-dire trop tard, lorsque les marchandises interdites se sont déjà évaporées daes magasins du port151. Enfin, ces guardas désignés par la capitainerie reçoivent cinq réaux par jour et, pour un réal vingt-cinq, se font remplacer par des individus encore moins fiables que les soldats eux-mêmes152. Tout comme son commissaire, la Junta del Almirantazgo est convaincue que ces gardes, que la Rocha n’a pas choisis, sont corrompus et laissent filer les marchandises prohibées153. Le conflit est examiné à Madrid par le Consejo de Guerra et la Junta del Almirantazgo, le premier soutenant les droits de la capitainerie générale et la seconde ceux du commissaire. En juillet 1640, décidant à rencontre de consultas antérieures, le Consejo de Guerra épouse pleinement le point de vue du capitaine général : les visites de sécurité effectuées par l’autorité militaire s’appliquent à toutes les embarcations quelle que soit leur provenance et indépendamment des objectifs spécifiques de la répression de la contrebande. Cette mission de surveillance est donc jugée plus importante que celle, plus limitée, de l’inspecteur154.

  • 155 AGS, GA, 3176, Carta de Margarita de Mantua al Rey (15 octobre 1640) ; Consulta del Consejo de Guer (...)
  • 156 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (24 avril 1638).
  • 157 AGS, GA, 1195, Consulta de la Junta del Almirantazgo (9 janvier 1638).
  • 158 Voir chap. viii, pp. 337 sqq.

66De son côté, la vice-reine reproche à Diego de la Rocha de monter à bord des navires qui n’ont pas à subir son inspection. Ce fut le cas d’un bateau génois venu du Brésil, autorisé par Miguel de Vasconcelos à faire escale à Lisbonne sur la route de Séville, et que le commissaire prétend inspecter. Indignée, Marguerite de Mantoue demande à Madrid comment il est possible de réactiver le commerce avec les Indes occidentales en laissant un veedor intempestif ruiner tous les efforts déployés en ce sens155. On découvre à cette occasion que le « parti » des militaires et celui des commissaires de la contrebande sont structurellement antagonistes : de Gaspar Ruiz Escaray, secrétaire de la vice-reine pour les affaires militaires, Diego de la Rocha dit : « Puisqu’il est de la Guerre, il est également hostile à ma commission156. » Le commandant de la citadelle de Lisbonne, Tomas Messia, était alors également en conflit ouvert avec Diego de la Rocha à propos des visites des navires effectuées par les soldats du préside157. Depuis Madrid, Francisco Leitão, qui en raison du lien qui l’unit à Francisco de Carvalho n’est peut-être pas très bien disposé à l’égard de Diego de la Rocha, estime que les soldats du capitaine général font l’affaire et que nul mieux que leurs supérieurs ne saurait les choisir. Cet avis prend une saveur particulière lorsqu’on sait le soin extrême que Leitão apportait personnellement au choix des gardes de l’administration de l’exportation du sel lorsqu’il la dirigeait à Lisbonne158. Tandis que les Castillans se déchirent, les gardes portugais de la douane peuvent agir comme bon leur semble :

  • 159 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (15octobre 1638).

Les gardes que nomme le magistrat de la douane [...] n’exercent pas leur office, mais dissimulent tout ce que les commandants des ourques et autres navires veulent faire sortir159.

  • 160 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (15 janvier 1639).
  • 161 Une affaire du même type avait éclaté en 1635 : AGS, GA, 3165, Consulta de la Junta de Embargos de (...)
  • 162 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a lajunta del Almirantazgo (22 janvier 1639).
  • 163 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a lajunta del Almirantazgo (19 février 1639).

67À la fin de l’année 1638, un navire français s’échoue près de l’embouchure du Mondego. Diego de la Rocha Ulloa reçoit de la Junta del Almirantazgo la mission de mettre en vente la cargaison de tabac trouvée à bord160. Or la Junta de Embargos de Bienes de Franceses (commission de confiscation des biens des Français) de Lisbonne, composée des Castillans Tomas de Ibio Calderón et Jerónimo de León et du Portugais Rodrigo Botelho, affirmait être seule compétente en la matière161. Tomas Ibio laissa éclater une des colères extrêmes dont il était coutumier : selon lui, le produit de la vente du tabac revenait à la provision de la flotte et ne relevait pas de la commission de répression de la contrebande162. C’est pourquoi la Junta qu’il animait procéda à la vente du stock. En réponse, Diego de la Rocha fit placarder dans Lisbonne et à Figuera que toute vente de tabac réalisée par d’autres que lui serait considérée comme illégale. Gaspar Ruiz de Escaray, partageant avec Tomas de Ibio Calderón une vieille habitude de travail en commun et le souci d’équiper la flotte au plus vite, prend parti en faveur de celui-ci. Comme tous en avaient appelé à Madrid, mais pas auprès des mêmes organes, les réponses furent contradictoires163. Dans la mesure où l’innovation institutionnelle ne connaissait d’autre modalité que la création de filières juridictionnelles d’exception, qui pour fonctionner devaient donc se soustraire à l’ordinaire de la justice par des systèmes d’inhibition de toute autre juridiction à leur égard, chacune des nouvelles créations se trouvait en quelque sorte verrouillée face aux autres. En l’absence de tout ordonnancement de type administratif, la solution aux conflits de compétence relevait donc de rapports de force politiques. Dans ce cas, il est hautement probable que le commissaire à la répression de la contrebande ne faisait pas le poids.

  • 164 Cité par Gastaô de Melo de Matos, « Panfletos do século XVII », Anais da Academia Portuguesa de His (...)
  • 165 AHN, Estado, 6479, Carta de Francisco Sánchez Marquez al duque de Medina-Sidonia (11 août 1641) ; B (...)
  • 166 AGS, Estado, 7041, Consulta de la Junta de Inteligencias de Portugal (septembre 1642) ; Seyner, His (...)

68L’hostilité suscitée par Diego de la Rocha de la part des autorités lisboètes affaiblissait aussi considérablement sa position. La littérature pamphlétaire en témoigne : l’impopularité du personnage à Lisbonne était suffisante pour qu’on lui fit l’honneur de mentionner son nom (avec une erreur sur le prénom) dans la satire intitulée Carta que veyo do inferno fey ta por Miguel de Vasconcelos (« Une lettre de Miguel de Vasconcelos venue de l’enfer »)164. Vasconcelos s’y plaint de ce que don Diego de la Rocha Ulloa ne l’ait pas rejoint en enfer après les événements du 1er décembre, ajoutant que le commissaire n’a rien à perdre puisque la répression de la contrebande est désormais abolie. De fait, l’inspecteur est incarcéré aussitôt dès le début de la journée du 1er décembre165. Un groupe de restaurateurs conduits par Gastão Coutinho organise une expédition punitive à son domicile et le pille de fond en comble166.

Inconséquences castillanes

  • 167 AGS, GA, 998, Consulta del Consejo de Guerra (17 décembre 1630).

69L’opposition terme à terme entre politique castillane et commerce portugais rend mal compte des lignes de fracture que les conflits inhérents à la structure même du dispositif réactivent jour après jour. Plusieurs institutions castillanes concurrentes sont chargées de surveiller le trafic portuaire. S’il est vrai que le capitaine général s’est vu retirer en 1628 la juridiction en matière de contrebande, il n’en est pas moins vrai que ses fonctions interfèrent avec celles des les efforts infructueux des veedores del contrabando. Nous en avons vu un exemple avec le problème de la désignation des gardes, mais aussi avec la difficulté rencontrée par les commissaires pour éliminer la pratique de la visite vénale effectuée par les soldats des présides de Lisbonne sous prétexte de garantir la sécurité du Royaume et de prévenir l’action des intelligences ennemies. À certains moments, le capitaine général est accusé de puiser dans la caisse de la répression de la contrebande pour subvenir aux nécessités du moment : sans y être autorisé à aucun titre, le duc de Maqueda dispose encore en 1630 d’une clef du coffre de la trésorerie de la veeduría del contrabando167. La contradiction des objectifs atteint son comble lorsque l’effondrement du trafic, lié à de multiples facteurs que la répression de la contrebande n’explique pas seule mais auquel elle contribue sans doute, vide la caisse du veedor.

  • 168 Carmen Sanz Ayán, Los banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989, pp. 48-5
  • 169 JJAS, Alvará (19 septembre 1633) ; AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (16 août 1633).
  • 170 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).
  • 171 AGS, GA, 3158, Consulta de la Junta de la Extracción (31 janvier 1632).
  • 172 Sanz Ayán, « Negodadores y capitales holandeses », pp. 915-943 ; AG S, GA, 1000, Auto de pleyto del (...)

70Pendant toute la période que nous étudions, les signataires de contrats pour la fourniture de sel portugais au royaume de Galice et à la principauté des Asturies, se voient désigner un juez conservador, c’est-à-dire un magistrat chargé de s’opposer à toute interférerence d’une autre juridiction dans la pratique commerciale définie par les termes du contrat168. À partir de 1633, ces contrats bénéficient même de la protection de la surintendance que Diogo Soares s’est accordée en la matière169. Or il est fréquent que le signataire fasse transporter le sel sur des embarcations hollandaises sans que les veedores del contrabando puissent faire valoir leur juridiction propre170. À Madrid, la Junta de Extracción de la Sal, qui traite des affaires liées aux droits d’exportation de sel, menace la Junta del Almirantazgo de faire arrêter ses commissaires171. De même, après 1635, la Junta de Embargos de Bienes de Franceses de Lisbonne établie au Portugal et le commissariat de la contrebande se trouvent en concurrence. De même encore, les commissaires chargés d’assurer l’armement des flottes, qui doivent respecter un calendrier strictement défini par les conditions de navigation transatlantiques (pour la flotte du Brésil) et par la mousson (pour la flotte destinée à l’Inde), sont fréquemment contraints de chercher des approvisionnements sans s’arrêter à leur provenance172.

  • 173 Antonio Manuel Hespanha, As Vésperas do Leviathan (2 vol.), t. I, Lisbonne, 1986, pp. 702-709.

71Tous ces conflits de compétences s’expliquent par une forme de création institutionnelle consistant à juxtaposer des filières juridictionnelles étanches les unes aux autres. Gestion des présides, exportation du sel, armement annuel des flottes, contrebande : autant d’organes qui n’ont de compte à rendre respectivement qu’au Consejo de Guerra, à la Junta de la Extracción, à la Junta de Armadas ou à la Junta del Ahnirantazgo de Madrid. Sur le terrain, ces institutions, qu’on aurait tendance à classer dans la catégorie de l’extraordinaire, fonctionnent en fait comme des juridictions échappant à l’ordinaire portugais mais en aucun cas productrices d’un modèle administratif global, d’un état de police. Elles ne constituent donc pas l’avant-garde d’une nouvelle manière de faire appliquer la volonté du roi. En revanche, il est certain qu’en tant que juridictions déléguées, elles empiètent sur les compétences — en principe universelles — des juridictions ordinaires173. Fernando de Toledo était bien conscient de cette faiblesse du système :

  • 174 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (6 avril 1630).

Señor, c’est chose naturelle que chacun désire bien faire ce dont il est chargé, mais ce qui conviendrait au service de Votre Majesté, c’est que cette réussite ne démembre pas les matières de gouvernement au point que chacun ne s’occupe que de son ministère en oubliant complètement les autres174.

72Au-delà de l’incompatibilité mutuelle de fonctionnement des différents organes, un autre phénomène traverse toute la période : c’est la difficulté à structurer une authentique guerre économique. La gestion improvisée des nécessités quotidiennes permet-elle d’organiser une véritable stratégie de blocus contre l’ennemi hollandais, puis français ?

Conclusion : projet global, pratiques locales

  • 175 EFO, III, p. 33, Carta de Sua Magde de 23 novembre 1622.
  • 176 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (14 janvier 1636).

73Dans certaines de leurs consultas, le Consejo de Estado et le Consejo de Guerra exigent la fin de tout échange avec les rebelles. Tandis que les autorités municipales et portuaires entravent l’action des commissaires, le Conseil de Portugal se fait l’écho d’incessantes demandes d’autorisations d’importer des grains provenant d’Europe septentrionale, transportés notamment par les navires hollandais. Dans un premier temps, le roi maintient une position de fermeté mais, au cours de la crise des années 1630, cette mâle détermination faiblit175. Sur trois points, la volonté de couper les relations commerciales avec les Pays-Bas est incompatible avec d’autres impératifs de la vie portugaise. La pénurie chronique de grains impose des importations venues du Nord de l’Europe, en général sur des vaisseaux hollandais. Le puissant lobby des directeurs de salines compte ses meilleurs clients parmi les armateurs d’Amsterdam. Les flottes de guerre de Lisbonne et Cadix ne peuvent être équipées sans le goudron, les mâts et même la corde venus du Nord. En somme, l’économie portugaise et plus généralement hispanique ne peut se passer du commerce septentrional. Une junta est même créée à Lisbonne pour organiser la distribution des licences aux Hollandais venus troquer leurs céréales contre du sel portugais. Elle est composée du marquis de la Puebla, de Luís de Sousa, comte de Prado et président de la câmara de Lisbonne, et de Francisco de Valcárcel, Francisco Leitão et Rodrigo Botelho176.

74On remarque que les domaines particulièrement sensibles — les grains, le sel, l’armement naval — correspondent à des activités totalement ou partiellement administrées, relevant respectivement de la police, de la fiscalité et de la guerre. Dans une lettre adressée au Conseil de Portugal sur l’opportunité de faire venir de la poudre à canon des Provinces-Unies, le gouverneur du Royaume, l’archevêque de Lisbonne Afonso Furtado de Mendoça, renversait ainsi les arguments traditionnels :

  • 177 AGS, SP, lib. 1553, Carta del arcebispo de Lisboa gobernador al Consejo de Portugal (26 juin 1627)  (...)

Il ne fait aucun doute que si l’on apprenait en Hollande qu’un des naturels de ces Iles rendait à Votre Majesté le grand service de venir en Espagne avec cette denrée, il serait châtié avec la dernière rigueur177.

75En somme, les Hollandais, incorrigibles marchands, vendraient à la Monarchie Catholique la corde nécessaire pour les pendre. Ainsi, certaines activités commerciales bénéficient de licences émises par l’autorité qui mène la guerre économique, tandis que toute une série d’institutions — présides, douanes, Inquisition, inspecteurs de la contrebande — exercent chacune pour son compte leurs déprédations sur les marchands.

  • 178 EFO, III, pp. 31, 67, 121, 218, 353-354 et 358-361 ; EFO, IV, pp. 138, 140 et 152 ; AGS, GA, 3154, (...)
  • 179 Teresa Rodrigues, Crises de Mortalidade em Lisboa (Séculos XVI e XVII), Lisboa, Livros Horizonte, 1 (...)
  • 180 BA, 51 II 25, Carta do Juiz do Povo da Cidade de Lisboa sobre as licenças para virpao de fora (13 s (...)

76Les actes officiels de la câmara de Lisbonne permettent d’esquisser une chronologie des demandes de dispenses pour importer du grain. Les périodes particulièrement critiques sont les années 1622-1624, 1630-1632 et 1634-1640178. Elles dessinent une conjoncture de la faim179. En 1632, après un printemps inondé de pluies et un long été de sécheresse, la pénurie de blé s’était fait sentir au mois de septembre. Sans prévenir la Junta del Almirantazgo, le capitaine général Fadrique de Toledo et la câmara de Lisbonne prennent conjointement la décision de laisser débarquer des bateaux hollandais chargés de grain180. Cette infraction est en réalité conforme au droit, argumente le juiz do povo de Lisbonne. En effet, de même que l’interdiction des trafics illicites se justifie par l’état de guerre et la recherche du bien commun, de même la garantie de la paix intérieure s’obtient en luttant contre la faim :

  • 181 Ibid.

Il vaut mieux fourbir des armes contre la faim que contre les ennemis, car la faim est un ennemi domestique et fait plus de dégâts, sans risque ni dépense pour eux, que tous les adversaires de Votre Majesté. C’est ainsi que des Romains reçurent le titre de pères de la patrie, et Votre Majesté concentrera dans le cœur de ses sujets l’amour pour leur roi naturel, leur père charitable181.

  • 182 EFO, III, p. 527, Consulta de la Câmara a El-Rei (11 septembre 1632).

77Derrière cette prose apparemment convenue se dessinent une hiérarchie des priorités dans la recherche du bien commun de la République et une sorte de réactualisation quotidienne du pacte d’amour qui unit, tant bien que mal, les sujets portugais du roi à leur monarque. En échange de ses bons procédés, Fadrique de Toledo reçoit un hommage appuyé de la municipalité de Lisbonne182. La lutte contre la contrebande hollandaise n’apparaît donc comme légitime que dans la mesure où elle n’affecte pas l’approvisionnement du Royaume en grain.

  • 183 AGS, GA, 3156, Real Cédula (1er avril 1631) ; AGS, GA, 3157, Real Cédula (8 avril 1631) ; AGS, GA, (...)
  • 184 AGS, CJH, 722, Petición de los maestres holandeses tomada por Juan de Fuentes Vizcarreta (3 avril 1 (...)
  • 185 EFO, IV, p. 137, Capitulo da Carta Regia de 11 de julho de 1635 ; AGS, SP, lib. 1478, f° 27, Consul (...)

78L’initiative d’enfreindre la ligne dessinée à Madrid est assumée tant par les autorités portugaises que par la capitainerie générale. L’attitude de Fadrique de Toledo s’explique par la crainte de l’explosion sociale et par le désir de ravitailler les troupes qui s’apprêtent à participer à l’expédition du Brésil183. Pendant toute la période, on retrouve des situations du même type, où représentants castillans du roi et institutions portugaises s’accordent pour détourner, avec ou sans licence préalable, les consignes de la Junta del Almiranlazgo184. Il arrive également que la Junta, dûment avisée, accorde des autorisations exceptionnelles185.

  • 186 AGS, SP, lib. 1469, fos 68-71, Consulta del Consejo de Portugal (24 février 1636) ; AGS, SP, lib. 1 (...)
  • 187 AGS, SP, lib. 1478, fos 150-151, Consulta del Consejo de Portugal (29 octobre 1635) ; AGS, CJH, 761 (...)
  • 188 AGS, SP, 1469, fos 68-71, Consulta del Consejo de Portugal (24 février 1636).
  • 189 Israel Salvator Révah, Le cardinal de Richelieu et la Restauration du Portugal, Lisbonne, Institut (...)
  • 190 EFO, IV, p. 205, Consulta da Câmara a El-Rei em 9 d’agosto de 1636.
  • 191 AGS, Estado, 2614, Consulta del Consejo de Estado (30 octobre 1636).

79L’année suivante, le Conseil de Portugal débat de la demande d’autorisation présentée par la vice-reine Marguerite de Mantoue en vue d’importer du grain français186. La vice-reine demande la permission de faire venir directement de Hollande des navires armés en guerre (contre les corsaires turcs), alors que les embarcations rebelles ne peuvent pas être autorisées à mouiller dans les ports espagnols, à moins d’être désarmées187. Mais une solution alternative est proposée : le grain français188. Le fameux Jean de Saint-Pé, Français installé et marié à Lisbonne et informateur de Richelieu sur la situation du Portugal189, propose de faire venir du grain français sur des embarcations désarmées190. En échange, il garantit que celles-ci feront le plein de sel et acquitteront les taxes correspondantes sur l’exportation, comme font les Hollandais. La duchesse Marguerite est d’avis qu’il faut accepter le grain d’où qu’il vienne et transporté par n’importe quel moyen, sauf par des navires français. Le Conseil de Portugal recommande de passer outre. À la fin du mois d’octobre, le Consejo de Estado arrive à la même conclusion : le profit que peut retirer le roi de France de la vente de grain au Portugal est bien moindre que l’avantage qu’il aurait à voir la Péninsule frappée de disette et d’épidémies191. Tandis que les Conseils de Madrid discutent de l’opportunité d’un relâchement de la répression des marchandises illicites, Marguerite, à Lisbonne, prend des initiatives.

  • 192 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (7 février 1636).

80La correspondance de Marguerite de Mantoue permet de reconstituer le circuit des consultations qui légitiment son action. La vice-reine s’adresse à la Junta de Armadas de Madrid, émanation du Consejo de Guerra et spécialisée dans l’armement des flottes du Portugal, notamment de l’Armada del Mar Océano192. La Junta transmet alors les lettres de la vice-reine au roi pour qu’elles soient examinées à la Junta de la Extracción de la Sal, qui contrôle l’exportation du sel portugais, et à la Junta del Almirantazgo, affectée par les initiatives de la duchesse. Parallèlement, le courrier de Marguerite est examiné an Conseil de Portugal. Le roi dispose donc de quatre consultas différentes (Armadas, Extracción, Almirantazgo et Conseil de Portugal) pour approuver ou désapprouver son alter ego. Bref, l’établissement de la veeduria del contrabando ne permet pas de faire l’économie des modalités traditionnelles de prise de décision, fondées sur l’examen et la confrontation des avis motivés présentés au roi.

81L’étude de la veeduría del contrabando passe par la reconstruction des pratiques et des routines de ses officiers. En se limitant à l’étude du règlement, on manque doublement l’objet. En effet, les regimientos ne nous disent rien de ce qui nous apparaît comme l’essentiel. D’une part, ils ne permettent pas d’analyser le fonctionnement d’institutions (et donc de juridictions) nouvelles dans leurs rapports avec les juridictions déjà existantes. En effet, les règlements ne définissent pas le plus important : les modalités de coexistence de juridictions incompatibles entre elles. D’autre part, les sources normatives de ce type ne nous disent rien non plus de leurs conditions d’application et de réception. On a beau jeu alors de souligner l’écart entre la norme et les pratiques sociales, sans jamais s’interroger sur l’existence d’une hiérarchie des valeurs entre les normes disponibles. En revanche, les correspondances administratives permettent de mesurer les difficultés de la mise en œuvre, exprimées dans le langage politique réellement mobilisé, c’est-à-dire celui qui dérive de la définition juridictionnelle de l’autorité. Les mésaventures des veedores del contrabando apportent ainsi un certain nombre d’enseignements. La résistance qu’on oppose à ces officiers connaît différentes modalités. En dehors de la fraude individuelle, difficile à repérer dans la documentation et à interpréter en termes politiques, les refus engagent des acteurs spécifiques et mobilisent des arguments précis. Nous n’avons pas affaire à des révoltes populaires spontanées : les chefs de file sont des notables, souvent des magistrats. Des institutions aussi importantes que la douane et la câmara de Lisbonne, la Casa do Civel de Porto, les présides ou les douanes d’Algarve organisent la résistance. Les gouverneurs du royaume de Portugal eux-mêmes — et, à l’occasion, le Conseil de Portugal de Madrid — opposent leur veto à l’application de décisions dessinées à la Junta del Almirantazgo. Des nobles titrés, des ecclésiastiques, des foules ameutées, des magistrats drapés dans leur dignité, des négociants indignés travaillent ensemble à paralyser l’action des commissaires. Le recours à la violence n’est en rien le privilège des gueux. Insultes, rixe, incarcération abusive voire meurtre, le moment venu : tous les moyens sont mobilisés par les notables, au même titre que l’invocation de la doctrine juridique, et comme autant d’instruments différents mis en œuvre pour défendre le principe d’exclusivité juridictionnelle qui fonde l’ensemble du dispositif. À ce titre, les empiétements peuvent se produire entre juridictions portugaises et castillanes, mais aussi à l’intérieur de l’ensemble formé par les instances castillanes. À plus d’une reprise, on voit s’affronter des officiers dont les commissions respectives relèvent de juntas madrilènes distinctes, chacun défendant sa juridiction. C’est pourquoi, en fonction des moments et des circonstances, des alliances se font et se défont, des hostilités s’apaisent ou se rallument sans qu’on puisse pour autant dessiner une ligne de front continue ou constante. Globalement, les autorités municipales portugaises, les tribunaux des douanes et les Conseils de Lisbonne soulignent le lien entre le déclin du commerce dans l’Empire et l’effet de la répression de la contrebande sur le volume du trafic portuaire. En principe, les autorités castillanes essaient de bloquer les échanges avec les rebelles et la France. Mais au quotidien, chacune des affaires où interviennent un navire interdit, des officiers castillans et des magistrats portugais a sa propre logique, qui ne répond pas toujours au dessein général initialement formulé.

Notes

1 AGS, CJH, 768, Carta de Pedro Iriarte a la Junta de la Extraction, s. d. (janvier 1637).

2 Voir chapitre i, p. 60.

3 Joaquim Romero Magalhães, « As Fronteiras », dans Id. (coord.), No alvorecer da modernidade, t. III de José Mattoso (dir.), História de Portugal, Lisbonne, Estampa, 1993, pp. 24-35 ; Rita Costa Gomes, « A construção das fronteiras », dans Francisco Bethencourt et Diogo Ramada Curto (éd.), A Memoria da Nação, Lisbonne, Sa da Costa, 1991, pp. 357-382.

4 Zacarias Moutoukias, « Una forma de oposición : el contrabando », dans Massimo Ganci et Ruggiero Romano (éd.), Governare il mondo. L’Impero spagnolo dal xvi al xix secolo, Palerme, Società Siciliana perla Storia Patria, 1991, pp. 333-368.

5 Madrid, 1653.

6 Le mot provient de l’italien contra[b]ando, « contre le ban ».

7 José Alcalá Zamora y Queipo de Llano, España, Flandesy el Mar del Norte (1619-1639). La última ofensiva europea de los Austrias madrileños, Barcelone, Planeta, 1975 ; John H. Elliott, The Count-Duke of Olivares. The Statesman in a Age of Decline, New Haven et Londres, Yale University Press, 1986, pp. 161-162.

8 EFO, III, p. 278, Carta do presidente da Câmara de 24 janvier 1628.

9 Jonathan I. Israel, The Dutch Republic and the Hispanic World, Oxford, Clarendon Press, 1982 ; Id., « A Conflict of Empires : Spain and the Netherlands (1618-1648) », Past and Present, 76, 1977, pp. 34-74 ; Id., « Espana, los embargos espanoles y la lucha por el dominio del comercio mundial (1585-1648) », Revista de Historia Naval, 23, 1988, pp. 89-105 ; Carlos Gomez Centurión, Felipe II, la empresa de Inglaterra y el comercio septentrional (1566-1609), Madrid, Editorial Naval, 1988.

10 Miguel Ángel Echevarría Bacigalupe, « Economía e información en el area del Mar del Norte (primera mitad del siglo XVII) », Investigaciones Históricas, 7, 1987, pp. 29-42.

11 Caria Rahn Phillips, Sets galeones para el rey de Espana. La defensa imperial a principios del siglo XVII [Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1986], Madrid, Alianza Editorial, 1991, pp. 49-50.

12 Sur l’embargo général de 1598 : AGS, GA, 888, Memorial d’Hemando de Espina Velasco (28 février 1623).

13 AGS, SP, lib. 1471, s. d., Consulta de la junta del Despacho de Portugal (22 mai 1639).

14 Primera proposicion si es util a la Monarquia de Espana el comercio abierto con Francia y Olanda y sus aliados, asi en el tiempo presente de guerra como en el de la paz, s. L [Madrid ?], 1640, BNP, OC427, BL Eg., 339.

15 Voir chapitre i, p. 78.

16 AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de Estado (13 juillet 1632).

17 AGS, GA, 3157, Real Cédula (14 avril 1631) ; AGS, Estado, 7041, Consulta de la Junta de Inteligencias de Portugal (24 décembre 1641).

18 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (4 janvier 1630).

19 Nicolas Broens, Monarquía y capital mercantil : Felipe IV y las redes comerciales portuguesas (1627-1635), Madrid, Universidad Autónoma de Madrid, 1989, pp. 38-39 ; Carmen Sanz Ayán, « Negociadores y capitales holandeses en los sistemas de abastecimientos de pertrechos navales de la monarquía hispánica durante el siglo XVII », Hispania, 182, 1992, pp. 915-945 (cité Sanz Ayán, « Negociadores y capitales holandeses »).

20 João Baptista Lavana, Viaje de la catholica real Magestad del Rey Phelippe III, Madrid, 1622 ; Pedro Gan Giménez, « La jornada de Felipe III a Portugal (1619) », Chronica Nova, 19, 1991, p. 423.

21 AGS, CJH, 1739 (2), Carta de Tomás Ibio Calderón (22 novembre 1633).

22 AGS, GA, 3167, Carta de don Rodrigo Botelho a la Junta del Almirantazgo (27 janvier 1636).

23 AGS, SP, lib. 1471, s. d., Consulta de lajunta del Despacho de Portugal (7 juin 1639),

24 ΒA, 51 II 25, fos 117-124, Appontamentos de mistura as couzas originaês q tem lançdo a perder este Reino e a India posta no estado que se ve e intamente vao os meyos q pode aver era se tirar o direiro pera o soccoro, § 17, s. d. (1628).

25 BNM, ms. 18196, f° 108, Memorial del pleyto del navio la fortuna, maestre Juan Remes.

26 BL Eg., 1135, fos 199-202, Consulta de la Junta del Comercio (25 avril 1623).

27 AGS, Estado, 437-5, Carta del marqués de Alenquer (5 septembre 1620).

28 JJAS, Carta Regia (28 février 1624) ; AGS, Estado, 2847 (28 avril 1624) ; BL Add., 20949, f° 63, Ordem de El-Rei (28 février 1624) ; AGS, GA, 898, Carta del auditor general Diego López de Haro (25 mars 1623) ; JJAS, Carta Regia (8 mai 1623).

29 EFO, III, pp. 31 et 107, Consulta da Câmara (21 février 1622), Carta da Câmara (10 août 1634).

30 AGS, GA, 898, Carta del auditor general Diego López de Haro (19 mai 1623).

31 Ibid.

32 BL Add., 20949, f° 63, Decreto (28 février 1624).

33 JJAS, Carta Regia (8 mai 1623),

34 AGS, GA, 898, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (29 juillet 1623).

35 AGS, GA, 896, Carta del marques de Cropani a lajunta de Armadas (14 juillet 1623).

36 AGS, GA, 898, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (17 juin 1623).

37 JJAS, Carta Regia (28 février 1623).

38 AGS, GA, 898, Carta de Diego López de Haro a la Junta de Armada (12 août 1623).

39 AGS, GA, 898, Carta de Diego López de Haro a la Junta de Armada (23 septembre 1623).

40 Ignacio de la Concha, « El almirantazgo de Sevilla. Notas para el estudio de las instituciones mercantiles en la época moderna », Anuario de Historia del Derecho Espanol, XIX, 1948-1949, pp.459-525 ; Antonio Domínguez Ortiz, « Guerra económica y comercio extranjero en el reinado de Felipe IV », Hispania, 23, 1963, pp. 71-100.

41 ΒL Add., 20949, f° 150, Decreto (1er février 1625).

42 AGS, GA, 918, Consulta del Consejo de Portugal (14 février 1625).

43 AGS, GA, 918, Minuta de Consulta de la Junta del Almirantazgo (18 juin 1625).

44 AGS, GA, 918, Consulta del Consejo de Portugal (18 août 1625).

45 BL Add., 20949, f° 295, Decreto del Consejo de Portugal (24 avril 1628).

46 BL Eg., 324, f°57, Consulta do Conselho de Estado (16 mai 1626).

47 AGS, GA, 3152, Carta de la Câmara de Lisboa (7 septembre 1628) ; EFO, III, pp. 305 et 458, Asento da vereaçao de 5octobre 1628, Carta aos govemadores (6 novembre 1631).

48 BNM, ms. 2848, Consulta del Consejo de Portugal (8 août 1626).

49 AGS, GA, 3152, Consulta de la Junta del Almirantazgo (1er mai 1628).

50 Le texte de la realcédula du 16 mai 1628 est reproduit et commenté dans le Tratado jurídico político del contrabando compuesto por el Licenciado Don Pedro Gonzalez de Salcedo, Madrid, 1653 (cité Gonzalez de Salcedo, Tratado jurídico político del contrabando).

51 ΒΑ, 50 V 28, Copia y traslado del pregón real de Su Magestad, fos 140-145 ; JJAS, Alvara (10 août 1628).

52 AHN, Estado, 728, Consulta del Consejo de Portugal (20 avril 1620).

53 AGS, GA, 992, Carta del Consejo de Guerra a Fernando de Toledo (30 octobre 1629).

54 AGS, GA, 1001, Minuta de la Junta del Almirantazgo, s. d. (1629).

55 AGS, GA, 3152, Consulta de lajunta del Almirantazgo (24 juillet 1628).

56 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 6, Copia de huma ordem de ElRey para as condenações estarem a destribuiçao da Junta do Almirantado da Corte e não de outro algun tribunal (28 février 1630), [adressée à Fernando Albia de Castro].

57 AGS, GA, 1011, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (1er septembre 1630).

58 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta del Almirantazgo (2 novembre 1630).

59 AGS, GA, 1011, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (20 janvier 1631).

60 AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (25 novembre 1630).

61 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando deToledo al Consejo de Guerra (3 novembre 1629).

62 AGS, GA, 3151, Consulta de la Junta de Armadas (23 juillet 1627).

63 AGS, GA, 1011, Cartas de Fernando Albia de Castro a lajunta del Almirantazgo (19 avril 1630 et 12 mai 1630).

64 AGS, GA, 3157, Consulta de la Junta del Almirantazgo (7 novembre 1631).

65 AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (24 avril 1630).

66 AGS, GA, 3157, Carta de Fernando Albia de Castro a lajunta del Almirantazgo (12 juillet 1631) ; ANTT, Corpo Cronológico, II/364, doc. 208, Ordem que S. Magestade mandou para se não deixar passar navio algum pela torre de Outão (30 juillet 1633) ; ANTT, Corpo Cronológico, II/366, doc. 3, Passaporte para a Torre de Outão (5 juillet 1634) ; ibid., II/366, doc. 39, Passaporte para a Torre de Belém (23 août 1634) ; ibid., II/366, doc. 55, Passaporte para a Torre de Belém (5 septembre 1634) ; ibid, doc. 57 (7 septembre 1634), doc. 73 (14 septembre 1634) et doc. 87 (24 septembre 1634), (signés par Fernando deToledo) ; AFIN, Fondas Contemporáneos, lib. 7994, f° 6v°, Consulta del Consejo de Hacienda (29 septembre 1631).

67 AGS, CJH, 659, Carta de Felipe de Arana et Pedro de Salazar al Consejo de Guerra (17 novembre 1629) ; AGS, GA, 3152, Consulta de lajunta del Almirantazgo (4 avril 1628) ; AGS, GA, 997, Consulta del Consejo de Guerra (4 décembre 1629).

68 AGS, CJH, 659, Carta de Felipe de Arana et Pedro de Salazar al Consejo de Guerra (24 novembre 1629).

69 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a lajunta de la Extracción de la Sal (8 janvier 1634).

70 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 85, Carta de ElRey para João de Arze e Felippe de Arana seos contadores (2 mai 1635).

71 EFO, III p. 154, Carta da Câmara a El-Rei era 11 de fevereiro de 1625.

72 AGS, GA, 914, Carta de Fernando Albia de Castro a lajunta del Almirantazgo (9 mai 1625).

73 AGS, GA, 914, Consulta del Consejo de Portugal (2 juin 1625) ; AGS, GA, 3157, Real Cédula du 19 avril 1631.

74 AGS, GA, 892, Carta de los gobernadores a la Junta del Almirantazgo (6 février 1627).

75 Ibid.

76 AGS, GA, 3157, Consulta de la Junta del Almirantazgo (5 septembre 1631) ; AGS, GA, 1011, Carta de Fernando Albia de Castro al Consejo de Guerra (29 mars 1630).

77 AGS, GA, 3152, Carta de Fernando de Toledo (17 juin 1628).

78 BL Add., 20949, f° 260, Ordem de El-Rei (28 février 1628) ; AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo (17 mars 1628).

79 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo (17 mars 1628).

80 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo (5 avril 1628).

81 Sur la violence de Fernando de Toledo, Luís Augusto Rebello da Silva, Histôria de Portugal nos séculos xvi e xvii, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1860 ; réimpression de l’Imprensa Nacional, Lisbonne, 1971-1972 (6 vol.), t. III, p. 382 (cité Rebello da Silva, História de Portugal).

82 ANTT, Manuscritos da Livraria, 1632, s. d., Carta de Luís da Silva (24 mars 1627).

83 JJAS, Decreto de 16 novembre 1627 ; Decreto de 24 avril 1628 ; Decreto de 30 juillet 1628.

84 ANTT, Manuscritos da Livraria, 1634, fos 297-300, Consulta do Desembargo do Paço (22 décembre 1627).

85 ΒΡΕ, cód. CIII/2-14, fos 189 sq. Argument littéralement repris par Rebello da Silva, História de Portugal, t. III, p. 389.

86 EFO, III, p. 474, Carta da Câmara a El-Rei em 27 de dezembro de 1631, p. 5-40, Assento de vereação de 22 d’otoubro de 1632.

87 EFO, III, p.557, Carta Regia (13 avril 1633).

88 AGS, Contaduría de Sue/do, IIa época, 116. Cuenta de Pedro de Barreda y Ebra.

89 ANTT, Manuscritos da Livraria, 1634, fos 297-300, Consulta do Desembargo do Paço (22 décembre 1627).

90 AGS, GA, 1001, Minuta de billete para el duque de Villahermosa (4 janvier 1629).

91 AGS, GA, 1001, Minuta de consulta sobre cosas del Algarve (22 janvier 1629).

92 AGS, GA, 3153, Consulta de la Junta del Almirantazgo (22 janvier 1629).

93 AGS, GA, 3153, Consulta del Consejo de Portugal (4 septembre 1629).

94 AGS, GA, 3153, Consulta de la Junta del Almirantazgo (3 décembre 1629).

95 Antonio de Oliveira, « Contestação fiscal de 1629 : as reacçôes de Lamego e Porto », Revista das Hstória das Ideias, 6, 1984, pp. 259-300.

96 BA, 50 V 28, Carta de la Junta del Almirantazgo (25 juillet 1631) ; AGS, GA, 1325, Carta del capitán Rafael de Figueiredo (17 août 1628) ; AGS, GA, 1075, Carta de Diogo Manso de Andrade a la Junta del Almirantazgo (16 novembre 1633).

97 JJA S, Decreto (22 février 1628).

98 AGS, GA, 3152, Consulta de la Junta del Almirantazgo (6 septembre 1628).

99 BL Add., 20949, f° 260, Ordem do Conselho de Portugal (28 février 1628).

100 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda a la Junta del Almirantazgo (9 août 1631).

101 Gonzalez de Salcedo, Tratado jurídico político del contrabando, p. 100.

102 AGS, GA, 3153, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (8 avril 1629).

103 JJAS, Decreto (29 mai 1628).

104 AGS, GA, 3157, Carta de don Diego Escalante a la Junta del Almirantazgo (30 août 1631).

105 AGS, GA, 3137, Carta del duque de Maqueda a lajunta del Almirantazgo (6 septembre 1631) ; Consulta de lajunta del Almirantazgo (3 octobre 1631).

106 AGS, GA, 888, Memorial de Hernando de Espina Velasco (28 février 1623).

107 JJAS, Carta Regia (31 mai 1631) ; AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (11 janvier 1630).

108 AGS, GA, 1325, Carta dejuan de Espina Velasco a la Junta del Almirantazgo, s. d. (1633).

109 AGS, GA, 1325, Carta dejuan de Espina Velasco a la Junta del Almirantazgo (29 octobre 1633),

110 JJ AS, Carta Regia (24 octobre 1625).

111 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 47, Representação quefez a Câmara de Viana a ElRey sobre o embargo feito a todos os navios... (25 juillet 1630.)

112 AGS, GA, 3165, Consulta de lajunta del Almirantazgo (23 novembre 1635).

113 AGS, GA, 3170, Consulta de lajunta de Armadas (10 mai 1638).

114 Aurelio de Oliveira, Contribuição para o estudo das revoltas e matins populares em Portugal durante a época moderna. As sublevações de Viana do Castelo em 1636, Porto, Universidade de Porto, 1979 (polycopié).

115 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (6 octobre 1629).

116 Voir chapitre i, p. 73.

117 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (6 octobre 1629).

118 AGS, GA, 3157, Consulta de la Junta del Almirantazgo (5 septembre 1630).

119 AHN, Fondas Contemporáneos, lib. 7994, f° 188r°, Consulta del Consejo de Hacienda (15 septembre 1631).

120 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (30 avril 1631).

121 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (9 août 1631).

122 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (31 août 1631).

123 AGS, GA, 1325, Carta de fray Antonio de Sotomayor al Consejo de Guerra (9 mai 1631).

124 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (26 juillet 1631).

125 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 100, Carta de Manoel da Silveira de Souza a ElRey dandolhe conta que à cidade do Porto tinhão chegado alguns mercadores homens da nação que vinhão de Pariaba e Hollanda (31 octobre 1635).

126 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (22 juin 1633).

127 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de Escalante a la Junta del Almirantazgo (19 mai 1639).

128 AGS, SP, 1469, f°362, Consulta del Cons ejo de Portugal (24 juillet 1636).

129 JJAS, Carta Regia (27 décembre 1636).

130 Gonzalez de Salcedo, Tratado jurídico político del contrabando, 86.

131 AGS, GA, 3157, Decreto del Rey (secretario Pedro Coloma), [25 novembre 1631].

132 AGS, Contaduría de Sueldo, IIa época 163, Cuenta de don Diego de la Rocha Ulloa (7 octobre 1639).

133 AGS, GA, 920, Carta de la Ciudad de Badajoz al Consejo de Guerra (27 août 1625).

134 AGS, GA, 888, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa al Consejo de Guerra (19 septembre 1623).

135 Voir pp. 306 sqq.

136 AGS, GA, 1312 : tout le legajo est composé de passeports délivrés pardon Diego en Guipúzcoa.

137 AHN, Estado, 2403 (20 mars 1630), f° 9r°-v°.

138 AGS, SP, lib. 1478, fos 240-242, Consulta del Consejo de Portugal (15 décembre 1635).

139 Fray Antonio Seyner, Historia del levantamtento de Portugal, Saragosse, P. Larraja y Lamarca, 1644, VI, 1 (cité Seyner, Historia del levantamtento).

140 BL Eg., 1135, f° 12, Carta de Francisco Pereira Pinto (18 juin 1621).

141 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (19 mai 1638).

142 Manuel Severim de Faria, Relação do que succedeu em Portugal, e nas mais províncias do Ocidente desde 1637 até março de 1638, BNL, FG, 241, f° 320 ; AGS, GA, 1181, Consulta del Consejo de Guerra (31 août 1637).

143 AGS, GA, 1236, Cartas de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (4 juillet 1638 et 14 août 1638).

144 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta delAlmirantazgo (7 novembre 1638).

145 AGS, GA, 1236, Cartas de don Diego de la Rocha Ulloa a lajunta del Almirantazgo (30 avril 1638, 5 septembre 1638 et 27 septembre 1638) ; AGS, CJH, 788, Consulta de lajunta de la Extracción (22 septembre 1638). Sur la nomination de Carvalho, voir chapitre viii, pp. 343 et 343.

146 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a lajunta del Almirantazgo (16 avril 1639).

147 Ibid.

148 AGS, GA, 1297, Carta del Rey a dom Francisco de Carvalho (9 mai 1639).

149 AGS, GA, 1297, Carta de Francisco de Carvalho a la Junta del Almirantazgo (12 juin 1639).

150 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (19 mai 1638).

151 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (18 juin 1639) ; AGS, GA, 3175, Consulta de la Junta del Almirantazgo (6 juillet 1640).

152 AGS, GA, 3169 Consulta de lajunta del Almirantazgo (24 avril 1637).

153 AGS, GA, 3176 Consulta de la Junta del Almirantazgo (12 juin 1640).

154 AGS, GA, 3177, Consulta del Consejo de Guerra (30 juillet 1640).

155 AGS, GA, 3176, Carta de Margarita de Mantua al Rey (15 octobre 1640) ; Consulta del Consejo de Guerra (24 octobre 1640).

156 AGS, GA, 1236, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (24 avril 1638).

157 AGS, GA, 1195, Consulta de la Junta del Almirantazgo (9 janvier 1638).

158 Voir chap. viii, pp. 337 sqq.

159 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (15octobre 1638).

160 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a la Junta del Almirantazgo (15 janvier 1639).

161 Une affaire du même type avait éclaté en 1635 : AGS, GA, 3165, Consulta de la Junta de Embargos de Bienes de Franceses (12 juillet 1635).

162 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a lajunta del Almirantazgo (22 janvier 1639).

163 AGS, GA, 1297, Carta de don Diego de la Rocha Ulloa a lajunta del Almirantazgo (19 février 1639).

164 Cité par Gastaô de Melo de Matos, « Panfletos do século XVII », Anais da Academia Portuguesa de História, 10, 1946, pp. 1-269.

165 AHN, Estado, 6479, Carta de Francisco Sánchez Marquez al duque de Medina-Sidonia (11 août 1641) ; BNM, ms. 18717-51, Relacion de to subcedido en Portugal por el mes de diciembre de 1640 ; ACB, Relacion de losprocedimientos que el marques de la Puebla ha tentdo en Portugal..., f° 47, § 77 ; Pellicer, Avisos (18 décembre 1640).

166 AGS, Estado, 7041, Consulta de la Junta de Inteligencias de Portugal (septembre 1642) ; Seyner, Historia del levantamiento, III, 6.

167 AGS, GA, 998, Consulta del Consejo de Guerra (17 décembre 1630).

168 Carmen Sanz Ayán, Los banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989, pp. 48-50

169 JJAS, Alvará (19 septembre 1633) ; AGS, CJH, 1751, Consulta del Consejo de la Sal (16 août 1633).

170 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão a la Junta de la Extracción (22 janvier 1634).

171 AGS, GA, 3158, Consulta de la Junta de la Extracción (31 janvier 1632).

172 Sanz Ayán, « Negodadores y capitales holandeses », pp. 915-943 ; AG S, GA, 1000, Auto de pleyto del contrabando, s. d. (1628).

173 Antonio Manuel Hespanha, As Vésperas do Leviathan (2 vol.), t. I, Lisbonne, 1986, pp. 702-709.

174 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (6 avril 1630).

175 EFO, III, p. 33, Carta de Sua Magde de 23 novembre 1622.

176 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (14 janvier 1636).

177 AGS, SP, lib. 1553, Carta del arcebispo de Lisboa gobernador al Consejo de Portugal (26 juin 1627) ; sur un chargement de poudre venu sur un bateau hollandais armé à Hambourg, BNM, ms. 2848, Consulta del Consejo de Portugal (17 septembre 1626).

178 EFO, III, pp. 31, 67, 121, 218, 353-354 et 358-361 ; EFO, IV, pp. 138, 140 et 152 ; AGS, GA, 3154, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (4 octobre 1630) ; AGS, SΡ, lib. 1478, fos 253-255, Consulta del Consejo de Portugal (24 février 1636) ; AGS, CJH, 761, Carta de Margarita de Mantua a la Câmara de Lisboa (12 novembre 1636) ; AGS, GA, 1181, Consulta del Consejo de Guerra (10 décembre 1637) ; AGS, GA, 1199, Carta de Margarita de Mantua a la Câmara de Lisboa (27 novembre 1637) ; AGS, GA, 3173, Carta de Margarita de Mantua al Consejo de Guerra (2 avril 1639).

179 Teresa Rodrigues, Crises de Mortalidade em Lisboa (Séculos XVI e XVII), Lisboa, Livros Horizonte, 1990, pp. 124-138 5 Joaquim Romero Magalhães, « 1637. Motins da fome », Biblos, 52, 976, pp. 319-333 ; Frédéric Mauro, Le Portugal et l’Atlantique au XVIIe siècle (1570-1670), Paris, Sevpen, 1960, pp. 433-485 ; Charles R. Boxer, O império maritime portugais (1415-1825) [1969], Lisbonne, Edições 70, 1992, pp. 115-133 ; Anthony R. Disney, A decadência do império da pimenta. Comércio português na India no início do século XVII, Lisbonne, Edições 70, 1981.

180 BA, 51 II 25, Carta do Juiz do Povo da Cidade de Lisboa sobre as licenças para virpao de fora (13 septembre 1632). Autre affaire du même type en 1631 : ANTT, Corpo Cronológico, II/360, doc. 3 et 4, Pasaportes do duque de Nagera (1er octobre 1631).

181 Ibid.

182 EFO, III, p. 527, Consulta de la Câmara a El-Rei (11 septembre 1632).

183 AGS, GA, 3156, Real Cédula (1er avril 1631) ; AGS, GA, 3157, Real Cédula (8 avril 1631) ; AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (21 octobre 1635) ; AGS, CJH, 752, Consulta de la Junta de Armadas (7 février 1636).

184 AGS, CJH, 722, Petición de los maestres holandeses tomada por Juan de Fuentes Vizcarreta (3 avril 1634) ; AHN, Estado, 728, Consulta del Consejo de Portugal, s. d. [janvier 1618].

185 EFO, IV, p. 137, Capitulo da Carta Regia de 11 de julho de 1635 ; AGS, SP, lib. 1478, f° 27, Consulta del Consejo de Portugal (12 juin 1635).

186 AGS, SP, lib. 1469, fos 68-71, Consulta del Consejo de Portugal (24 février 1636) ; AGS, SP, lib. 1478, fos 150-151, Carta de Margarita de Mantua al Rey (29 octobre 1635) ; AGS, Estado, 2614, Consulta del Consejo de Portugal (2 octobre 1636).

187 AGS, SP, lib. 1478, fos 150-151, Consulta del Consejo de Portugal (29 octobre 1635) ; AGS, CJH, 761, Carta de Margarita de Mantua al Consejo de la Sal (6 novembre 1635) ; AGS, GA, 1199, Carta de Margarita de Mantua al Consejo de Guerra (27 novembre 1637).

188 AGS, SP, 1469, fos 68-71, Consulta del Consejo de Portugal (24 février 1636).

189 Israel Salvator Révah, Le cardinal de Richelieu et la Restauration du Portugal, Lisbonne, Institut Français, 1950.

190 EFO, IV, p. 205, Consulta da Câmara a El-Rei em 9 d’agosto de 1636.

191 AGS, Estado, 2614, Consulta del Consejo de Estado (30 octobre 1636).

192 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (7 février 1636).

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search