Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Troisième partie. Les institutions castillanes au Portugal : les conflits de juridictions comme exercice de la politique

Chapitre vi

La juridiction militaire

Texte intégral

  • 1 Fernando Bouza Álvarez, Portugal en la monarquía hispánica (1580-1640). Felipe II, las Cortes de To (...)
  • 2 AGS, GA, 1150, Consulta de la Junta de Ejecución del Ejército (23 mai 1636).
  • 3 Voir supra chapitre v, pp. 215 sqq.
  • 4 ΒA, 51 X 4, fos 143-145, Sobre a duvidas de jurisdição entre os menistros desta corôa com os de Cas (...)

1Comme nous avons pu le voir précédemment, l’organisation de la défense du Portugal et de son Empire ainsi que la participation des sujets portugais aux entreprises militaires de la monarchie hispanique en Europe constituent des sujets de conflit permanent entre les Conseils de Madrid et les institutions portugaises, villes, tribunaux, noblesse1. Pendant les périodes de péril militaire aigu, les officiers castillans et portugais furent invités à travailler ensemble, comme par exemple au printemps 1636 avec le projet d’établissement d’une « junta en que concurran castellanos y Portugueses » à Lisbonne2, ou encore lorsque le duc de Bragance reçut le titre de gouverneur général des armes de Portugal3. Nous voudrions revenir ici sur ces questions en essayant surtout de saisir quels types de clivages se sont dessinés au Portugal autour de la gestion au quotidien des affaires militaires. Au-delà du bilan mitigé des grandes entreprises guerrières d’Olivares, il est nécessaire de comprendre les effets de la présence d’une troupe et d’une juridiction castillanes au cœur de la société portugaise. En effet, le réseau des présides et l’administration tantôt exclusivement castillane, tantôt mixte des flottes destinées aux conquêtes envahies relèvent d’un fuero militaire qui échappe aux juridictions ordinaires portugaises. En réalité, la question de la définition précise des domaines des juridictions demeure ouverte et quelques capitaines généraux d’envergure, tels le marquis d’Alenquer ou Fadrique de Toledo, ont tenté de renforcer l’autorité de leur charge4. De plus, les centaines de soldats castillans, italiens et wallons présents dans les citadelles et les ports entrent nécessairement en contact avec les populations. Le phénomène social et le statut juridictionnel sont indissociables et ils alimentent conjointement des situations de tension pendant toute la période. Nous nous proposons de rendre compte ici des effets de ce contact sur les équilibres politiques installés au Portugal.

  • 5 Voir chapitre I, p. 49.

2Face à l’absence de chronique systématique de la capitainerie générale sous le règne de Philippe IV, il nous a fallu reconstituer, à travers la correspondance du Consejo de Guerra de Madrid, une chronologie provisoire des capitaines généraux qui se sont succédé à Lisbonne. Jusqu’en février 1622, la charge est occupée par l’ex-vice-roi Diego de Silva y Mendoza, comte de Salinas et marquis d’Alenquer ; à partir de 1623, c’est Pedro Rodriguez de Santisteban, marquis de Cropani, qui l’exerce ; puis c’est le tour du héros de Bahia, Fadrique de Toledo y Ossorio, marquis de Villanueva de Valdueça, en 1624 et de nouveau en 1632 ; en 1625, Juan Hurtado de Mendoza, marquis de la Hinojosa, le remplace ; en 1630, c’est le tour du duc de Maqueda, Jorge de Cardenas y Manrique de Lara ; enfin, Marguerite de Mantoue renoue en 1634 avec la tradition d’exercice cumulé des charges de vice-roi (ou vice-reine) et de capitaine général(e) par une même personne. Les intérims paraissent fréquents et parfois longs, car certains capitaines généraux n’exercent que quelques mois : c’est le cas de Fadrique de Toledo et du marquis de Hinojosa. Les Maestres de Campo Générales prennent alors le relais : il s’agit de Fernando de Toledo Henríquez, de 1621 à 1636, puis de Diego de Cardenas. En plus de ces commandements militaires, deux officiers incarnent depuis le début du siècle l’exercice de la juridiction castillane dans la couronne portugaise. L’un est le Veedor de la Gente de Guerra (« magistrat inspecteur des troupes ») Fernando Albia de Castro ; l’autre est le Veedor de la Armada del Mar Océano (« magistrat inspecteur de la flotte ») Tomas de Ibio Calderón. Ils deviennent des figures marquantes de la société politique portugaise, le premier par sa carrière littéraire5, le second par son intégration comme membre du Conselho da Fazenda de Lisbonne. Fernando de Toledo, Fernando Albia de Castro et Tomas de Ibio Calderón, face aux capitaines généraux successifs et souvent éphémères, représentent la continuité de l’administration militaire castillane au Portugal pendant toute l’époque qui nous occupe. La correspondance adressée par eux au Consejo de Guerra et aux différentes juntas convoquées par Olivares pour traiter d’affaires militaires constitue une source incomparable pour étudier l’exercice de la juridiction militaire castillane au Portugal.

I. — La Companía de San Diego : le statut des castillans de Lisbonne

3La présence militaire castillane à travers le réseau des présides n’est pas seulement ou même pas essentiellement décriée comme force d’oppression étrangère. Les établissements castillans sont d’abord dénoncés en raison des privilèges dont ils jouissent au regard des juridictions portugaises ordinaires. Le fait que les soldats et le personnel castillan relèvent d’une juridiction (fuero) militaire heurte les citoyens des villes à présides sur un plan symbolique, mais aussi très matériel. En effet, le fuero permet aux soldats d’échapper aux poursuites que voudraient leur intenter des magistrats portugais, ainsi qu’aux impôts qui pèsent sur la population.

  • 6 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (15 juin 1633).
  • 7 BL Eg., 1135, fos 119-121, Copia del alvarà de 11 décembre 1610.
  • 8 BL Eg., 1135, fos 90-92, Consulta del Consejo de Portugal (23 février 1622).
  • 9 Claude Gaillard, Le Portugal sous Philippe III d’Espagne. L’action de Diego de Silvay Mendoza, Gren (...)
  • 10 ΒL Eg., 1135, fos 111-115, Carta del marqués de Alenquer (20 février 1622).

4Pendant toute la période que nous examinons, une querelle chronique oppose la capitainerie générale aux tribunaux supérieurs portugais à propos des privilèges accordés à la Companía de San Diego de Lisbonne. Il s’agit d’une confrérie de marchands castillans installés à Lisbonne, fondée en 1589 et qui bénéficie du fuero militaire en raison de la participation personnelle ou financière de ses membres aux rondes nocturnes organisées à Lisbonne et Setubal6. La composition de la confrérie se transformant, celle-ci en vint à intégrer un nombre croissant de soldats castillans — et aussi de négociants dont la participation à la défense se bornait à assurer le logement d’un ou deux soldats. Tous les membres étaient exemptés des impôts pesant sur les sujets portugais du roi7. En 1622, après qu’on eut fixé le mode de répartition de l’emprunt forcé de deux cent cinquante mille cruçados frappant les négociants de Lisbonne, les confrères de San Diego refusent d’être inclus dans les listes des personnes désignées8. Le magistrat de la douane de Lisbonne chargé de la répartition interrompt ses travaux en attendant qu’on réduise les confrères à l’obéissance au droit commun. En effet, l’emprunt avait été accepté à la condition expresse qu’il n’y aurait aucune catégorie d’exemptés. Le Conseil de Portugal demande au roi d’adresser une sévère admonestation au capitaine général, le marquis d’Alenquer, garant du respect des privilèges militaires, et de lui ordonner d’emprisonner les négociants récalcitrants ainsi que leurs femmes et leurs enfants. Les événements se déroulent au cours de cette période trouble pendant laquelle Alenquer est relevé de ses fonctions de vice-roi mais continue d’exercer, jusqu’en mars 1622, la charge de Capitán General, période que Claude Gaillard qualifie avec bonheur de « transitoire interminable9 ». Il est reproché à l’ancien vice-roi d’organiser le logement de ses soldats au domicile des négociants castillans précisément pour les aider à justifier leur refus de se soumettre à la répartition. Six des quatre-vingts confrères ont en effet accepté de recevoir chez eux deux soldats chacun pour montrer qu’ils participent à l’effort de guerre10.

  • 11 BL Eg., 1135, fos 95-98, Consulta del Consejo de Guerra (4 mars 1622).
  • 12 BL Eg., 1135, fos 111-115, Carta del marqués de Alenquer al Consejo de Guerra (20 février 1622).
  • 13 BL Eg., 1135, fos 99-105, Consulta del Consejo de Guerra (18 mars 1622).

5Sur le même sujet, le Conseil de guerre de Madrid émet un arrêt en sens exactement inverse : Alenquer est félicité pour avoir aidé à épargner aux négociants castillans une répartition qui, en outre, était destinée aux marchands nouveaux chrétiens11. Le Conseil proteste contre le fait que des soldats qui se disaient logés chez un marchand aient été incarcérés sur l’ordre de magistrats portugais. Les conseillers de Madrid interprètent l’incident comme une nouvelle manifestation du conflit qui oppose Alenquer aux gouverneurs du Royaume depuis leur prise de fonction en juillet 1621. Le vice-roi déchu leur reproche ironiquement de se tailler ainsi à bon compte une réputation de « pères de la patrie12 ». L’administration du courrier est également accusée de retarder tous les témoignages castillans sur les événements. Sous forme de contre-attaque, le Conseil de guerre déclare que tous les Castillans résidant à Lisbonne font partie de droit de la confrérie. À partir de là, un grand débat s’engage13. Il s’agit de définir clairement qui sont les membres de la Compagnie, et à quel titre. Baltazar de Zúñiga, oncle du comte-duc d’Olivares, pose la question de savoir s’il est vraiment légitime qu’une confrérie de marchands jouisse du fuero militaire :

Si ce sont des négociants, ils ne sont pas destinés à servir ; il serait donc bon qu’à l’avenir on n’admette pas dans cette Compagnie des négociants ou des marchands, car les procès qu’ils auraient à subir comme marchands ou négociants, il n’est pas juste qu’ils ne passent pas par l’ordinaire de la justice.

  • 14 ΒL Eg., 1135, fos 108-110, Carta del Capitán D. Antonio de Figueiredo, s. d.
  • 15 BL Eg., 1135, fos 140-147, Consulta del Consejo de Guerra, s. d.
  • 16 AGS, GA, 897, Carta del marqués de Cropani al Consejo de Guerra (4 février 1623).

6La Compagnie ne saurait donc se convertir en une institution uniquement destinée à exempter les marchands de la justice ordinaire. Mais, à supposer que ces soldats marchands aient eu à payer un impôt réparti par la juridiction portugaise, seul le capitaine général était habilité à effectuer la levée. De son côté, le capitaine de la Compagnie, Antonio de Figueiredo, avance trois raisons pour exempter les confrères : ils sont castillans, militaires et vieux-chrétiens14. En outre, les procédés des magistrats portugais sont contestables. Prenant la présence de soldats au domicile des marchands pour un symptôme de leur refus de participer à l’emprunt forcé, ils en viennent à arrêter toute la famille du négociant Valentin Barahona qui non seulement abritait deux recrues, mais de surcroît avait déjà payé sa quote-part de l’emprunt15. Le désir d’humilier l’ancienne équipe vice-royale explique sans doute la dureté de l’action des gouverneurs du Royaume. C’est ainsi que les autorités portugaises procèdent à une rafle de confrères de San Diego, profitant sans doute d’un affaiblissement considérable de l’institution de la capitainerie générale au moment où son titulaire s’apprête à regagner la Castille. À son arrivée à Lisbonne, le marquis de Cropani, successeur d’Alenquer, constate combien les gouverneurs du Royaume en veulent à la Companía. Il écrit au Conseil de guerre de Madrid que les magistrats portugais multiplient les vexations à l’encontre des membres de la confrérie et ne cessent de contester leurs privilèges16. Le rejet de ce corps privilégié castillan en terre portugaise apparaît donc comme un trait durable de la vie politique de Lisbonne.

  • 17 AGS, GA, 1001, Consulta del Consejo de Guerra al marqués de Castelo Rodrigo (21 juin 1629),
  • 18 Sur la carrière de Juan, le fils de Felipe de Arana, voir chap. VIII, pp. 365-366.
  • 19 ANTT, Corpo Cronológico, II/363, doc. 99, Consulta do Desembargo do Paço sobre o requerimento de Lu (...)
  • 20 BA, 51 X 4, fos 141-142, Consulta do desembargo do Paço (30 octobre 1632).

7La question de l’assujettissement des confrères aux emprunts et aux impôts administrés par la municipalité et la douane de Lisbonne se pose à plusieurs reprises. Lorsqu’au printemps 1629 les négociants de Lisbonne sont à nouveau sollicités pour le financement des galions destinés aux possessions de l’océan Indien, les confrères refusent également de payer17. La municipalité n’accepte alors de considérer comme Castillans que les soldats membres de la Compagnie et leurs fils, à condition que ceux-ci soient nés en Castille. Parmi les fils de Castillans, Fernando de Toledo, Maestre de Campo General, se refuse pour sa part à distinguer entre ceux qui sont nés en Castille et ceux qui sont nés au Portugal. Jusqu’à la fin de la période, la question de la naturalité des enfants des Castillans demeurés en poste plusieurs années au Portugal sera un grave sujet de discorde. De fait, la plupart de ceux qui sont identifiables dans les archives, tels les fils de Felipe de Arana18 ou de Fernando Albia de Castro, n’aspirent qu’à des charges castillanes au Portugal et jamais à des magistratures portugaises. Fernando de Toledo rouvre la discussion quatre ans plus tard, en 1633, lorsque la Junta de Portugal de Madrid refuse d’exempter la Confrérie de la répartition des cinq cent mille cruçados19. De toute manière, à cette date, le Desembargo do Paço est d’avis que les fueros doivent céder face à l’urgence de la situation militaire20. Mais le Maestre de Campo General récuse l’opinion selon laquelle les soldats castillans nés au Portugal doivent être considérés comme portugais du point de vue de la fiscalité. Il tient à affronter les tribunaux portugais sur cette question qui lui a déjà valu, à l’été 1629, une destitution temporaire. Il voudrait, à tout le moins, que la fiscalisation de ces Castillans revînt exclusivement à la capitainerie générale mais le roi, en son Conseil de Portugal, lui objecte que le don gratuit de cinq cent mille cruçados ne peut être levé que par des officiers portugais. Le Veedor de la Gente de Guerra Fernando Albia de Castro, qui a reçu de la câmara de Lisbonne le rôle de la répartition attribuée aux confrères de San Diego, met en garde les membres du Consejo de Guerra en leur expliquant tout le poids de cette décision royale. Pour lui, c’est la survie même de la juridiction castillane en terre portugaise qui est en jeu. En effet, si l’existence d’un corps privilégié et d’un fuero militaire est niée par l’extension des juridictions portugaises à tous les sujets castillans présents au Portugal, alors la juridiction du Consejo n’aura plus d’objet :

  • 21 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando Albia de Castro al Consejo de Guerra (17 septembre 1633).

Suivant ce chemin et d’autres, la juridiction royale de Castille s’épuise ici si vite et par tant de voies que je crains que, si rien n’est fait suivant ce que je crois convenable, elle en arrivera très vite à un point où elle n’existera plus qu’en nom, mais pas en substance et plénitude nécessaire21.

  • 22 ΒA, 51 X 5, Consulta da Junta do Apresto da Armada (13 février 1633).
  • 23 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (19 avril 1634).
  • 24 BL Add., 28705, f° 30, Copia de una Carta del rey a Margarita de Mantua (7 janvier 1638).
  • 25 BL Add., 28705, f° 42, Carta de Jerónimo de León al Consejo de Portugal (22 juin 1638).

8Pour le financement des deux galions de la flotte indienne, la ville de Lisbonne refuse d’exempter les chevaliers de l’ordre de Malte, les familiers du Saint-Office, les étrangers et les confrères de San Diego22. En 1634, Fernando de Toledo avertit que la confrérie est en passe de disparaître : en effet, les deux cent cinquante confrères demandent à être rayés des listes puisque leurs privilèges ne sont plus respectés23. À l’époque où Marguerite de Mantoue est vice-reine, des confrères affectés à la surveillance des fortifications de Setubal désertent, constatant que les magistrats portugais ne respectent plus leur statut24. Au mois de juin 1638, une junta composée du magistrat portugais Francisco Andrade Leitão et des Castillans Francisco de Valcarcel, membre du Conselho da Fazenda, et Jerónimo de León, magistrat militaire, décide que les soldats de la confrérie nés en Castille seront exemptés. Le statut des soldats castillans nés au Portugal demeure dans le flou. Pour sa part, Jerónimo de León écrit au Conseil de Portugal pour l’avertir que les fils de Castillans nés au Portugal ne jouissent d’aucun droit portugais s’ils exercent la profession militaire. Or, insiste-t-il, il n’est évidemment pas acceptable que ces hommes, du fait de leur naissance, ne jouissent littéralement d’aucun droit25.

9Ce conflit chronique, provoqué par l’existence d’une compagnie privilégiée castillane au cœur de la société portugaise, a valeur de symptôme. Il permet de restituer une dimension essentielle de l’opposition entre Castillans et Portugais. Ce qui est fondamental ici, c’est la dualité des juridictions, tant du point de vue des exemptions fiscales — qui dans le cas d’un impôt de répartition aggravent la contribution de ceux qui n’en bénéficient pas — que du point de vue des immunités pénales en cas de conflit. Les heurts entre soldats des présides et citoyens des villes portugaises, nombreux et dramatiques, expliquent que la répartition des juridictions ait été considérée comme un enjeu de première importance.

II. — Le logement des troupes

  • 26 M. Afonso de Miranda, Tempos de Agora [1625], Lisbonne, 1785, dialogue II, 11, p. 122.
  • 27 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 3, Carta de Thomé Pinheiro da Veiga (16 juin 1622).
  • 28 BL Eg., 1135, fos 65-66, Consulta del Consejo de Portugal (16 décembre 1621).
  • 29 ΒL Eg., 1135, f° 69, Carta de Diego Lopez de Haro al Consejo de Guerra (3 décembre 1621).
  • 30 BL Eg., 1135, f° 68, Carta del marqués de Mortara al Consejo de Guerra (30 novembre 1621).
  • 31 BL Eg., 1135, fos 72-73, Consulta del Consejo de Guerra (7 janvier 1622).

10Au Portugal comme dans le reste de la monarchie hispanique et de l’Europe, les logements de troupes sont généralement ressentis par les populations et leurs élites comme une oppression difficilement tolérable26. Les privilèges qui permettent de s’en dispenser sont chèrement défendus27. Il convient d’abord de distinguer deux phénomènes qui s’additionnent pendant les époques de crise. D’une part, la présence permanente de soldats castillans dans les présides a pu provoquer de nombreux incidents avec les populations, surtout lorsque les soldes tardaient à venir. D’autre part, pendant que l’on équipait les flottes du Brésil ou bien lors du retour de celles-ci, la capitainerie générale devait organiser le logement des recrues. Pendant toute la période, le stationnement de soldats castillans dans la forteresse São Jorge à Lisbonne a provoqué des troubles. Le moindre conflit s’envenime dès lors que les questions de juridictions interviennent. Ainsi, en décembre 1621, un soldat castillan qui à la sortie de la messe avait arraché la bourse d’un lisboète finit par se rendre à un alguazil castillan28. Mais lorsqu’un juge portugais prétend se charger de l’affaire, ses camarades du corps de garde castillan le libèrent de force. La population indignée s’en prend à coups de pierres au bâtiment du corps de garde. Au plus fort du conflit, quelque trois mille citoyens armés d’après le rapport envoyé de Lisbonne — un millier tout au plus selon le Conseil de guerre de Madrid — se rassemblent sur l’esplanade du palais29. Le soulèvement a été évité grâce à un coup d’arquebuse tiré à blanc qui a dispersé la foule. Le roi est averti de l’incident et l’on songe à Madrid à supprimer ces corps de garde. Au cours de l’attaque, un des soldats castillans perd un œil et la garnison castillane souhaite que de sévères représailles soient exercées contre les agresseurs30. Le Conseil de guerre, de son côté, s’indigne de ce qu’une émotion ait été déclenchée sous les fenêtres des appartements des gouverneurs du Royaume, représentants du roi, et s’oppose à ce que ce corps de garde soit dissous comme le suggérait le Conseil de Portugal31.

  • 32 Pero Rois Sares, Memorial, éd. M. Lopes de Almeida, Coimbra, Universidade de Coimbra, 1953, p. 458.

11Deux ans plus tard, de violents événements viennent troubler la vie de Lisbonne32. Les soldats castillans de la citadelle et les recrues portugaises, commandées par un certain Miguel de Almeida, s’affrontent et échangent des coups de feu. À Madrid, le Consejo de Estado dénonce l’hostilité à l’égard des Castillans que traduit le déroulement des événements :

  • 33 AHN, Estado, lib. 737, fos 395 sq., Consulta del Consejo de Estado [1623].

L’émotion qui s’est produite à Lisbonne n’a pas beaucoup effrayé [...], mais ce qui a semblé très mauvais, ce sont les récits qu’en font le Desembargo do Paço et les gouverneurs, car ils devraient parler avec plus de tempérance et moins de liberté sans faire preuve de tant de détestation à l’égard des Castillans33.

  • 34 EFO, III, p. 185, Carta da Câmara ao govemo em 7 de junho de 1625.
  • 35 ΑΝΤT, Manuscritos da Livraria, 1634, fos 302-304, Carta de Nuno da Fonseca (9 juillet 1625).

12En 1625, une fois encore sur l’esplanade du palais, une rixe éclate entre des soldats castillans affairés au creusement d’une tranchée défensive34 et la population35 Les affrontements naissent souvent des délits commis par des Castillans dont les soldes n’arrivent pas.

  • 36 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 161, 1607 ; José Timoteo Montalvão Machado, « Setubal sob ο do (...)
  • 37 AGS, GA, 3151, Consulta del Consejo de Guerra (10 décembre 1627).
  • 38 BA, 51 VIII 22, fos 66, Carta dos governadores (30 juin 1628).
  • 39 AGS, GA, 1325, Carta de Francisco Messia Capitán de Setubal a la Junta de Armadas (3 mai 1628) ; AG (...)
  • 40 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo a la Junta de Armadas (4 mai 1628),

13Lisbonne n’est pas la seule ville touchée par ce type de troubles. Setubal36 était également un des lieux de rassemblement habituel37 des troupes en instance de départ pour les expéditions atlantiques. Le conflit le plus dur s’y produisit en 162838. Au début du mois de mai, la population hostile au logement des troupes envahit la place d’armes et se saisit des bannières du tercio castillan. Les soldats répliquent et dans la bataille un magistrat portugais et quatre citoyens perdent la vie39. Les soldats castillans se retrouvent encerclés dans leur place d’armes. Le Maestre de Campo General, Fernando de Toledo, constate que les Portugais tiennent ces soldats non pour leurs alliés naturels, mais pour leurs ennemis mortels40. Les autorités municipales ne font rien pour faciliter l’installation des troupes :

On leur fait payer leur ravitaillement de telle sorte qu’ils ne peuvent se nourrir autrement que hors de la ville ; ce que, sous le nez du soldat, on vend au naturel pour un, on ne le lui cède pas pour trois, et ceux qui gouvernent ne peuvent résoudre ni cette difficulté ni aucune autre car les juridictions et magistrats du Royaume ne les y aident pas, et il n’est pas possible qu’ils le fassent comme l’a ordonné Votre Majesté : ce sont eux qui sont les premiers promoteurs de la pénurie de ravitaillement et des soulèvements.

  • 41 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (18 mai 1628).
  • 42 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 11, 48, 49, 50, 53, 54, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 63, 64, 65, 66 (...)
  • 43 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (17 mars 1630).
  • 44 ΒL Add., 20949, f° 260, Ordem de El-Rei (14 avril 1628).

14Le conflit est aggravé du fait que les soldats à loger ne peuvent être hébergés dans les forteresses sous-équipées qui dépendent de la capitainerie générale. La tension monte dans la ville au cours de la semaine suivante. Les soldats castillans finissent par se réfugier dans le bâtiment de la municipalité (câmara), où la population les assiège et leur coupe l’eau41. Les rumeurs les plus folles courent dans les milieux castillans : on prétend que trois caisses de mousquets destinés à armer la population doivent arriver sous peu à Setubal. Le bilan est lourd. Face au refus violent des habitants de voir les Castillans se loger à l’intérieur des murs, le corregedor demande au roi le retrait des soldats. Toute la population s’était soulevée42. La ville acquiert une réputation de rebelle auprès des autorités militaires castillanes, ce qui est d’autant plus fâcheux qu’il s’agit d’une place stratégique pour la défense du Royaume du fait de l’importance économique de ses salines et de sa proximité de la capitale43. La même année, la municipalité de Viana refuse de loger plus longtemps les Castillans hors de la citadelle à demi ruinée44.

  • 45 AGS, GA, 3154, Consulta de la Junta de Armadas (23 septembre 1630).
  • 46 AGS, GA, 3154, Cartas deTomás de Ibio Calderon a la Junta de Armadas (3 octobre 1630 et 9 octobre 1 (...)
  • 47 AGS, GA, 3134, Carta del duque de Nájera a la Junta de Armadas (19 septembre 1630).

15En septembre 1630, après seize mois de navigation, la flotte commandée par l’amiral Oquendo arrive à Lisbonne45. En principe, soldats et marins doivent être logés à Cascais, Peniche et Setúbal. Or rien n’a été prévu par les gouverneurs du Royaume. En catastrophe, le Veedor de la Armada del Mar Océano, Tomas de Ibio Calderón, doit acheter à crédit du blé d’Andalousie et de la morue séchée aux flottilles basques pour les nourrir46. Le duc de Maqueda, capitaine général, a reçu l’ordre d’abriter dans les présides le plus grand nombre de ces hommes47. Diogo de Castro, gouverneur du Portugal, refuse d’avancer plus de deux mille cruçados, ce qui est très insuffisant, souligne le duc, d’autant que les troupes logées au Portugal le sont comme en terre étrangère :

Les logements dans ce Royaume sont très différents de ceux de Castille. Ils se font de deux façons, en logeant les soldats soit dans les forteresses soit dans les villes, sans que dans un cas ni dans l’autre le soldat ne bénéficie de la moindre assistance, et il est donc nécessaire que ces gens soient secourus avec une extrême ponctualité car, si ce n’était pas le cas, ils se débanderaient très facilement et il se produirait de très grandes inquiétudes et disputes entre les hommes de guerre et les naturels, comme on le voit chaque jour.

  • 48 AGS, GA, 3156, Carta del duque de Nájera a la Junta de Armadas (12 mars 1631).
  • 49 AGS, GA, 3156, Consulta de lajunta de Armadas (5 juin 1631).
  • 50 AGS, GA, 3156, Consulta de lajunta de Armadas (20 novembre 1631).
  • 51 EFO, L. III, pp. 463-464, Carta de Sua Magde para ο conde presidente (27 novembre 1631).
  • 52 ΒA, 51 X 1, fos 279-282, Sobre a junta que se fez acerca da avaria dos asucares e outras particidar (...)
  • 53 AGS, GA, 3156, Consulta de la Junta de Armadas (29 décembre 1631).
  • 54 AGS, GA, 3157, Carta de Diogo Soares (31 décembre 1631).
  • 55 ΒA, 51 X 2, f° 31, Consulta del Consejo de Portugal (13 février 1632), voir également fos 43-44(...)
  • 56 ΒA, 51 X 4, f° 71r°-v°, Carta del rey (24 février 1632).
  • 57 BA, 51 X 4, f° 158, Carta do governo (13 novembre 1632).
  • 58 AGS, GA, 3151, Carta de Tomás de Ibio Calderon a la Junta de Armadas (27 novembre 1627).

16Après d’interminables opérations d’armement, marquées par le refus de Diogo de Castro d’assister aux juntas qui sont chargées du dossier et dont il récuse le principe48, la flotte du Brésil, placée sous le commandement d’Antonio de Oquendo, quitte Lisbonne au mois de juin49. Au mois de novembre 1631, la flotte est de retour du Brésil50. Rien n’est prévu pour accueillir ses équipages épuisés par la campagne de l’été. Pour financer les quartiers d’hiver de ses soldats et marins, Tomas de Ibio Calderón comptait sur les cargaisons de sucre que devait rapporter l’amiral Oquendo51. Or la flotte revient du Brésil sans une once de sucre. La junta demande au roi d’écrire à Jorge de Mascarenhas, président de la câmara de Lisbonne, pour lui demander de présider une junta composée d’Antonio de Oquendo et Tomás de Ibio Calderón et chargée de trouver les moyens de secourir les vétérans52. La situation est d’autant plus désastreuse que les troupes de l’amiral Oquendo devaient, au printemps 1632, fusionner avec celles que Fadrique de Toledo allait conduire de nouveau au Brésil53. Une junta réunie dans les appartements d’Olivares charge la Junta da Fazenda de Lisbonne de trouver treize mille ducats à remettre à Fadrique de Toledo pour l’entretien de la troupe54. Mais en février 1632 les vétérans d’Oquendo n’ont toujours rien reçu et croupissent à quai sur leurs bateaux55. Le roi s’indigne de ce que depuis leur arrivée en novembre on n’ait pas trouvé une solution digne au problème du logement de ces soldats56. Il est en effet toujours impératif d’éviter que les marins demeurent immobilisés à quai. Les soldats logés à Cascais lassent la population, qui redoute qu’ils ne nuisent à la campagne de la pêche à la sardine57. Tomás de Ibio Calderón sait que les soldats des flottes exigent toujours du pain frais et de la viande à la place des biscuits et du lard et que les cales des navires sont effroyablement humides en hiver58. Ces hommes tiennent surtout à ce qu’on leur fournisse une paillasse décente et des couvertures sèches : ces petites choses, explique l’inspecteur des flottes, deviennent immenses pour des hommes si dénués de tout.

  • 59 AGS, GA, 3159, Carta de Fadrique de Toledo a la Junta de Armadas (13 avril 1632).
  • 60 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (25 avril 1632).

17En avril, Fadrique de Toledo s’alarme de ce que Madrid n’a toujours pas envoyé les sommes nécessaires à l’entretien de ses soldats avant le départ de la flotte et de ce que les autorités portugaises, en dépit de leurs promesses, n’ont rien fait pour favoriser le logement des troupes59. Le nouvel amiral craint que la situation ne fournisse à la population « l’occasion de tuer des Castillans ». D’après lui, il n’est pas exceptionnel qu’on tue des Castillans sans raison valable mais, si les soldats se rendent coupables de meurtres et de vols, les Portugais auront alors autant d’excuses pour répéter leurs agressions. La situation est scandaleuse car le gouverneur fait croire au roi que tout a été fait pour que les troupes soient logées dans les villes du Royaume, ce qui est faux. En outre, les huit mille ducats envoyés par Madrid ne représentent qu’une « goutte qui ne mouille pas la terre ». Le roi avait écrit antérieurement au nouveau capitaine général, Fadrique de Toledo, pour l’assurer que les lenteurs étaient liées à la mauvaise volonté des conseillers madrilènes, c’est-à-dire des membres du Conseil de Portugal. La Junta de Armadas de Madrid, convaincue que les magistrats portugais ne font rien pour améliorer la situation, envoie de son côté à Fadrique de Toledo onze mille ducats supplémentaires60.

  • 61 AGS, GA, 3159, Carta de Fadrique de Toledo a la junta de Armadas (1er mai 1632).
  • 62 AGS, GA, 3159, Carta de don Jerónimo de Leon a la Junta de Armadas (3 mai 1632).
  • 63 AGS, GA, 3159, Carta de Fadrique de Toledo a la Junta de Armadas (1er juillet 1632).
  • 64 AGS, GA, 3159, Carta de Fadrique de Toledo a lajunta de Armadas (1er mai 1632).

18Mais à la fin du mois d’avril éclate une émeute61. La promesse de logements est restée lettre morte. Lisbonne a donc vu sa population militaire se gonfler des soldats de l’Armada du Brésil et de ceux de la Nao da India. Les soldats castillans mendient dans les rues de la capitale. Après qu’un Portugais eut blessé le soldat Cristobal de León, les Castillans, en représailles, égorgent sept Lisboètes. Le 3 mai, le magistrat militaire castillan Jerónimo de León dresse un bilan des violences qui ont marqué ce tragique printemps62. Les soldats sont arrivés exténués du Brésil, espérant percevoir la solde de six mois qui leur avait été promise. Au lieu de logements secs, ils ont dû supporter tout un hiver à quai. Après vingt jours sans solde, ils sont contraints de vendre leurs effets personnels. Quelque trois mille recrues portugaises sans ressource traînaient en ville depuis le début de l’hiver. Les premiers délits commis relèvent de la grivèlerie et des attaques nocturnes pour détrousser les passants. Fadrique de Toledo, en tant que capitaine général de la couronne de Portugal, doit publier un ban interdisant le port d’armes à ses propres soldats. Mais la justice militaire, pour éviter une rébellion de la troupe, se montre indulgente envers les criminels. En mars, un duel oppose des recrues portugaises, soutenues par la population, aux soldats castillans du corps de garde. Le 25 mars, des soldats assassinent un valet et blessent le neveu du négociant anglais Juan Castel : ils ont été surpris en train de voler dans ses magasins sur le port. Le Vendredi saint, des soldats portugais tuent un artilleur castillan et deux soldats irlandais sont poignardés près du collège de la Compagnie de Jésus. Le Lundi saint, un Castillan est tué d’un coup d’épée au flanc. Il ne se passe pas un jour sans que, parmi les soldats sans solde, une bataille rangée n’oppose Castillans et Portugais (17, 19 et 20 avril). Le 18 avril, deux Castillans blessés au bord du Tage sont achevés en raison de la lenteur de l’intervention des magistrats urbains. Le 20, trois officiers castillans sont poignardés par des gentilshommes portugais. Les soldats castillans se soulèvent pour venger leurs morts ; ils veulent notamment faire un mauvais sort à un gentilhomme de Porto, Alvaro Leite Pereira, auteur de plusieurs attaques contre eux. Une immense bataille se déclenche alors près du fleuve. On dénombre sept morts, et un enfant qui jetait des pierres sur les soldats castillans se noie dans le Tage. Fadrique de Toledo est informé que la population de Lisbonne s’organise militairement et qu’elle menace de ne pas laisser un seul Castillan en vie. Les états-majors des deux armées se réunissent pour trouver une solution qui apaise les esprits. Le capitaine général a été contraint de faire enfermer tous ses soldats dans la citadelle, qui manque de lits63. Il fait pendre, le 30 avril, deux des coupables parmi les soldats placés directement sous ses ordres. D’autres sont envoyés aux galères. La situation devient si intenable que le capitaine général envisage de loger ses troupes en Estrémadure castillane. Il avance vingt-sept mille réaux sur son bien pour éviter une explosion parmi ses soldats64.

  • 65 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (14 mai 1632).
  • 66 AGS, GA, 3159, Carta de Juan de Soria et Aguilera a la Junta de Armadas (15 juin 1632).
  • 67 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (8 juillet 1632).

19La Junta de Armadas de Madrid réagit avec virulence au récit des événements. La responsabilité de la dégradation de la situation est attribuée aux gouverneurs du Royaume, qui ont été incapables de loger la troupe65. Il appartient aux finances de la couronne de Portugal d’aménager la citadelle de telle sorte qu’on puisse y loger les soldats, car des raisons financières interdisent de cantonner la troupe en Estrémadure portugaise. La junta se plaint de ce que la couronne de Castille n’a jamais pu obtenir que celle de Portugal consente à avancer les soldes des Castillans en cas de retard de paiement, préférant courir le risque de laisser s’installer un climat de délinquance et de violence. L’ingratitude des gouverneurs du Royaume à l’égard de ces soldats recrutés en Castille provoque l’indignation des conseillers madrilènes. En dépit de ces pressants avis, la situation ne change guère après les débordements du printemps. Au mois de juin, la caisse de la flotte est de nouveau vide : les appointements de Fadrique de Toledo et des hommes de son entourage, ainsi que le remboursement des emprunts contractés au nom du roi par Tomás de Ibio Calderón, ont tout grignoté66. Au cours de l’été, Fadrique de Toledo est sommé de s’expliquer sur le versement de ses appointements en période de tension financière, tandis qu’une partie des troupes est finalement évacuée vers la côte cantabrique67.

  • 68 AGS, GA, 3158, Consulta de la Junta de Armadas (16 octobre 1632).
  • 69 AGS, GA, 3159, Consulta de lajunta de Armadas (23 novembre 1632).
  • 70 ΒA, 51 X 4, f° 213, Sobre ο alojamento da gente do terço (25 décembre 1632).
  • 71 AGS, GA, 3161, Carta de Fadrique de Toledo a la Junta de Armadas (3 janvier 1632).
  • 72 ΒΑ, 51 X 5, fos 112-114, Consulta del Consejo de Portugal (22 janvier 1633).

20Les mois passent et la situation ne change pas. Au mois d’octobre, ce sont les officiers qui ne reçoivent plus la moindre solde68. Le nouveau plan financier de l’armée (nuevopie de socorro) concède aux soldats un subside d’un real par jour, ce qui est insuffisant pour se loger et se nourrir à Lisbonne69. Jorge de Mascarenhas, président de la câmara de Lisbonne, propose alors de loger la troupe à Setubal : la proposition est rejetée car la ville pourrait se révolter comme en 162870. Au début de l’année 1633, Fadrique de Toledo redoute que les soldats vétérans ne finissent par déserter en masse71 : alors qu’on leur avait promis de les loger à Torres Vedras et Alenquer, ces villes refusent de les accueillir72. Le capitaine général se dit humilié d’avoir eu à supplier les magistrats portugais, des plus prestigieux aux plus modestes, afin qu’ils lui avancent des subsides. Fadrique de Toledo est prisonnier d’une logique contradictoire : il lui faut honorer les dettes du roi, de crainte que son crédit ne souffre trop, et éviter que la désertion ne s’installe. Il explique que les sommes distribuées à la troupe doivent être suffisantes pour l’empêcher de se débander :

En ne chargeant pas l’arquebuse comme il convient, on perd la munition et le gibier.

  • 73 AGS, GA, 3161, Consulta de la Junta de Armadas (25 janvier 1633).
  • 74 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 129, Carta de Gabriel de Peña Losa governador da Fortaleza de (...)

21Le capitaine général, une fois de plus, doit avancer la différence sur son patrimoine73. Il est même arrivé qu’un capitaine de forteresse, tel celui de Sao Gião, Gabriel de Peñalosa, paie sur son crédit les soldes pour faire tenir les hommes de la garnison74.

  • 75 Antonio Domínguez Ortiz, « La movilización de la nobleza castellana en 1640 », Anuario de Historia (...)

22Apostillant un arrêt de la Junta de Armadas, Olivares émet un de ces avis qui montrent, comme l’a souligné jadis Antonio Domínguez Ortiz75, à quel point il construisait une politique de papier, dans l’ignorance complète des conditions de mise en œuvre de ses plans :

  • 76 AGS, GA, 3161, Consulta de la Junta de Armadas (6 juillet 1633).

On aurait dû en parler avec des magistrats du Portugal, dont c’est l’obligation d’assurer les logements dans ce Royaume, et si ce n’est pas fait, qu’on le fasse, et je crois que hors de Lisbonne les choses se passent différemment que dans la ville, et avec ce qu’on doit leur assurer et le subside, ils devraient être à leur aise76.

  • 77 AGS, GA, 3161, Consulta del Consejo de Guerra (20 novembre 1633).

23L’incurie financière et la désorganisation de l’ensemble du système n’ont pas découragé seulement les vétérans d’Oquendo. Fadrique de Toledo, le héros de Bahia, après qu’on lui eut signifié qu’il ne pourrait cumuler les charges de capitaine général du Portugal et de capitaine général de l’armada77, finit par refuser de s’embarquer pour une expédition brésilienne trop mal conçue. Son refus et l’incarcération qui l’a sanctionné — un des grands drames politiques de l’époque d’Olivares — trouvent probablement une de leurs principales explications dans les humiliations subies à Lisbonne au cours des années 1632-1633.

  • 78 AGS, GA, 3161, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (6 juillet 1633).
  • 79 F.FO, IV, p. 346 Consulta da Câmara á duqueza de Mantua em 3 d’agosto de 1638.
  • 80 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (2 octobre 1634).
  • 81 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (19 novembre 1634).

24Les misérables conditions d’existence des soldats dans l’enceinte de la citadelle expliquent non seulement le climat de violence, mais aussi un taux considérable de désertions78. En effet, les incidents que nous avons évoqués sont la traduction de l’incapacité de la capitainerie générale et du réseau des présides castillans à assurer l’entretien d’une force permanente. Cette situation et les désordres qu’elle entraîne se répètent jusqu’à la fin de la période79. Parlant d’expérience, Fernando de Toledo expliquait au Conseil de guerre de Madrid qu’en 1634 les présides ne pourraient pas abriter les quelque deux mille cinq cents recrues qu’on voulait le voir réunir80. À quoi le Conseil, indigné, répond que les effectifs théoriques au Portugal sont de quinze compagnies de deux cent quarante-huit hommes, soit un total de trois mille six cent quarante soldats81. Les difficultés rencontrées par les capitaines généraux pour loger les troupes castillanes et, plus généralement, les contingents recrutés pour les expéditions atlantiques sont directement liées à la dégradation matérielle du système des présides.

III. — L’entretien des citadelles

  • 82 AHN, Estado, lib. 737, f° 99, Consulta del Consejo de Estado (5 novembre 1621).
  • 83 BPE, CIV 1-24, fos 15-16, Boto del conde de Onate sobre si combiene sacar el Presidio de Portugal d (...)
  • 84 EFO, III, p. 154, Carta da câmara a el-rei em 11 de fevereiro de 1625.
  • 85 ΒΡΕ, cód. CIII/2-14, fos 189 sq., Parecer da câmara de Lisboa, s. d. ; ΒΑ, 51 II 25, fos 117-124, A (...)

25Chacun des capitaines généraux qui se succèdent au Portugal informe dès sont arrivée le Conseil de guerre de Madrid de l’état de délabrement du réseau des forteresses castillanes82. La ruine des bâtiments, la pauvreté des arsenaux et la démoralisation des garnisons privées de solde sont liées aux difficultés que pose le financement des présides depuis Madrid. Le statut de ces places est ambigu : la protection de la côte portugaise et la surveillance d’une population prompte à s’émouvoir relèvent de deux logiques antagonistes, du point de vue d’Olivares83. Comme nous l’avons vu, l’institution de la capitainerie générale, depuis la prise de pouvoir par Philippe II, est l’unique manquement durable à l’autonomie juridictionnelle du Portugal. Les présides fonctionnent comme des citadelles surveillant les sujets du roi, exactement comme le Château-Trompette dans le Bordeaux de Louis XIV ou Montjuich à Barcelone. Aussi sont-ils mal vus des magistrats portugais, qui même face au danger imminent d’invasion ne daignent pas en favoriser le financement. La municipalité de Lisbonne ne manque pas de rappeler au roi que l’installation des présides ne devait durer que le temps de la prise de pouvoir par Philippe II et n’aurait en aucun cas dû devenir une institution permanente84. La dénonciation du système des présides trouve sa plus parfaite expression dans un avis de la câmara de Lisbonne, non daté mais dans tous les cas antérieur à 162885. La permanence de ce système, y est-il affirmé, est contraire à la poliorcétique car ces fortifications sont en ruine, à la morale publique car les soldats errent dans les rues et y sèment le désordre, et à la juste politique car la vraie sécurité réside dans les manifestations de l’amour des vassaux pour leur roi :

Ou Votre Majesté se fie à loyauté portugaise ou pas. Si elle s’y fie, le préside est inutile et l’argent qu’il coûte chaque année à ce Royaume, [est] mal dépensé. Si elle ne s’y fie pas, les quelques soldats qui s’y trouvent ne peuvent rien faire, pas même s’opposer à ce qu’une puissante flotte pénètre dans la rade de cette ville, ce qu’à Dieu ne plaise. [...] Le véritable préside, le plus solide, le plus sûr et le plus apprécié par les Anciens, est celui du cœur des hommes.

  • 86 EFO, III, p. 152, Carta da Câmara a El-Rei em (11 février 1625) ; III, p. 162, Assento de vereação (...)
  • 87 AGS, GA, 993, Carta del rey a don Fernando de Toledo (31 mai 1628).
  • 88 BNM, ms. 2845, 6, Consulta del Consejo de Portugal (6 juillet 1623).
  • 89 AGS, CJH, 592(7), Consulta del Consejo de Hacienda, s. d. (juin 1623).
  • 90 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (24 avril 1632).
  • 91 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc 11, Carta de Luís Martins Pinheiro escrita de Setúbal (28 févri (...)
  • 92 AGS, GA, 3161, Consulta de lajunta de Armadas (27 juin 1633).
  • 93 AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (1er février 1630).
  • 94 AGS, SP, 1478, fos 55-56, Consulta del Consejo de Portugal (28 juin 1635).

26En principe, les présides constituent une garantie face aux attaques des flottes ennemies et surtout des flottilles corsaires. En effet, les eaux portugaises et galiciennes sont infestées de navires de course hollandais, anglais, français et surtout algérois86. À l’été 1622, les bateaux de Monsieur de Saint-Georges, un corsaire de Honfleur, menacent les cargaisons de sucre venues du Brésil87, qui attirent également hollandais et « turcs88 ». Les cargaisons de sel d’Aveiro à destination de la Galice sont pillées en mer l’année suivante89 ; les rías de Galice et la côte nord du Portugal sont périodiquement visitées par des flottilles de Maures90. Craignant les « setias de mouros », les pêcheurs de sardines de Setúbal obtiennent du capitaine général qu’une flottille de soldats les accompagne dans leur campagne91. Des voiles hollandaises viennent régulièrement narguer les soldats de Lisbonne92, de Porto93 ou d’Algarve94.

  • 95 AGS, GA, 892, Memorial de Tiburcio Spanoqui (18 décembre 1622).
  • 96 EFO, III, p. 106 Carta da Câmara a El-Rei (10 août 1624).
  • 97 AGS, GA, 896, Consulta del Consejo de Guerra (14 juillet 1623).
  • 98 AGS, GA, 897, Carta del marqués de Cropani (4 février 1623).

27À son arrivée au Portugal, le marquis de Cropani, capitaine général, fit réaliser par l’ingénieur militaire italien Tiburcio Spanocchi une évaluation de la situation matérielle des présides et du financement nécessaire à leurs réparations95. Au total, il aurait fallu débourser la somme immense de cinq cent mille ducats pour que l’ensemble du réseau fut en mesure de remplir sa double fonction de protection des côtes et de logement des troupes castillanes. La câmara de Lisbonne insistait sur le fait que la défense castillane était totalement impuissante en raison du délabrement des fortifications dont elle avait la charge96. Très vite, le marquis apprit à solliciter les gouverneurs du Royaume, à financer ses besoins avec le fruit des confiscations de produits de contrebande97 voire à avancer certaines dépenses sur ses deniers98.

  • 99 BNM, ms. 2847, Consulta del Consejo de Estado (13 octobre 1625),
  • 100 AGS, GA, 914, Carta de los governadores al Consejo de Portugal (20 novembre 1615).
  • 101 AGS, GA, 912, Consulta del Consejo de Guerra (1er mars 1625).
  • 102 AGS, GA, 993, Carta do arcebispo governador ao Conselho de Portugal (17 juillet 1629).
  • 103 AGS, GA, 993, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (18 juillet 1629).
  • 104 AGS, GA, 993, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (22 juillet 1629).

28Un autre capitaine général, le marquis de la Hinojosa, pendant son bref séjour à Lisbonne en 1625, eut lui aussi affaire à la mauvaise volonté avec laquelle les autorités portugaises collaboraient à la défense du Royaume. Depuis le printemps 1625, la flotte anglaise menaçait d’attaquer les côtes portugaises. Or, dès l’automne, les gouverneurs du Royaume, Diogo de Castro et Diogo de Silva, marquis d’Alenquer, demandent au Conseil d’État de Madrid l’autorisation de licencier les soldats venus au printemps garnir le préside de Cascais99. Pour parer au danger, ils avaient fait lever des troupes à Torres Vedras, Santarem, Castanheira et Alenquer pour les concentrer à Lisbonne et Cascais100. Les deux gouverneurs avaient appelé le roi à leur secours, lui demandant même de s’approcher de la frontière d’Alentejo pour favoriser la défense du Royaume menacé par les escadres anglaises et hollandaises101. À juste titre, leur proposition de démobilisation prématurée sembla aberrante aux conseillers de Madrid, mais les gouverneurs ne voulaient plus verser les soldes des recrues de Cascais. La vice-royauté conçoit donc la défense comme une situation de crise : rien n’est plus éloigné de ses conceptions que l’idée de l’entretien permanent d’une force comme le tercio castillan. Quatre ans plus tard, deux missives parties de Lisbonne arrivaient à Madrid, l’une destinée au Conseil de Portugal, l’autre au Conseil de guerre. La première, écrite par Afonso Furtado de Mendoça, archevêque de Lisbonne et gouverneur du Royaume, réclamait sur un ton dramatique les moyens d’organiser la défense de la côte portugaise face aux menaces des flottes hollandaises102. L’autre venait du Maestre de Campo General Fernando de Toledo qui, exerçant les fonctions de capitaine général à titre intérimaire, dénonçait le refus obstiné des autorités portugaises de financer les réparations des citadelles, où l’on aurait pu loger les troupes103. Fernando de Toledo ironise sur l’incapacité de l’archevêque à réagir face à un danger pressant. Son Conseil d’État prétend fournir des recrues mais sans savoir où les abriter, et lui-même consacre des sessions de discussions pour savoir si les soldats auraient le droit de porter la cape104. Sur un ton trop martial pour être sérieusement politique, le Maestre de Campo General suggère qu’il faudrait apprendre « l’obéissance à ce gouvernement ». Les signaux reçus à Madrid en provenance du Portugal ne pouvaient être plus confus ou contradictoires. Mais les destinataires de ces courriers n’étaient pas les mêmes magistrats : le Conseil de Portugal et le Conseil de guerre n’entendaient pas le même langage. On voit ainsi comment le principal obstacle à la politique d’Unión de Armas venait moins d’une puissante résistance périphérique que de la pluralité des instances juridictionnelles présentes au cœur de la polysynodie madrilène. Le système polysynodal, par sa structure éclatée, devenait une caisse de résonance parfaitement adaptée à une compétition permanente de juridictions.

  • 105 AGS, GA, 1011, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Portugal (17 août 1630).
  • 106 AGS, GA, 1011, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Portugal (1er septembre 1630).
  • 107 AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (19 novembre 1630),
  • 108 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (3 janvier 1631).
  • 109 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando Albia de Castro al Consejo de Guerra (2 novembre 1630).
  • 110 AGS, GA, 1011, Carta del duque de Maqueda al Consejo e Guerra (20 octobre 1630).
  • 111 AGS, GA, 1325, Consultas del Consejo de Guerra (19 juillet 1630 et 10 octobre 1631) ; AGS, GA, 1325 (...)
  • 112 Alberto Iria, Cartas dos Governadores do Algarve (1638-1663), Lisbonne, Academia Portuguese de Hist (...)
  • 113 Ibid.doc. 15, Carta a el-rei (8 juin 1638).
  • 114 AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (11 janvier 1630).
  • 115 BNM, ms. 2848, Consulta del Consejo de Portugal (25 août 1626).
  • 116 AGS, SP, lib. 1532, f° 31, Consulta del Consejo de Portugal (28 juin 1634).

29Successeur du marquis de la Hinojosa, le duc de Maqueda fait la même expérience en 1630. Arrivé le 10 août 1630 à Lisbonne105, le nouveau capitaine général constate que le Royaume se trouve « sans défense106 », car seuls trois cent vingt sur les mille quatre-vingt-huit postes théoriques sont effectivement pourvus107. Les dotations réelles sont dérisoires : à Lisbonne, le fort São Gião est gardé par vingt-trois soldats au lieu des cinq cent cinquante prévus, celui de Cabeça Seca par trois soldats au lieu de quinze et celui de São António (la « torre de Outão »), par trois au lieu de cinquante ; enfin, il y en a sept dans celui de São Filipe à Setúbal108. Comme ses prédécesseurs, il trouve les finances de la capitainerie générale à sec lors de sa prise de poste. Le magistrat inspecteur des troupes, Fernando Albia de Castro, explique à ses correspondants du Consejo de Guerra à Madrid que le duc de Maqueda ne trouve plus un seul négociant qui veuille avancer de l’argent pour le financement des présides. En outre, comme depuis 1628 la répression de la contrebande n’est plus dans les attributions de la capitainerie générale, celle-ci ne dispose plus de sommes confisquées qu’elle puisse affecter aux réparations des présides109. Telle qu’Albia de Castro la décrit en octobre 1630, la situation est désastreuse : le seul fort en état est celui de São Gião, dans tous les autres l’artillerie est inutilisable ; l’hôpital de la citadelle de Lisbonne, grevé d’hypothèques, est fermé car son apothicaire refuse de continuer à avancer les frais des internements ; la paye des soldats des forts algarviotes de Sagres et São Vicente n’a pas été versée depuis 1627110, les bâtiments y sont en ruine et les soldats dispersés111. En Algarve, la situation ne s’améliore guère jusqu’à la fin de la période : à l’été 1638, aucun capitaine de forteresse n’est à son poste112 et tous les bâtiments sont à refaire de fond en comble113. Selon la description qu’en fait son capitaine Bernardino de Polanco, le préside de Viana est totalement inapte à défendre la ville114. Le Conseil de Portugal était avisé de la situation depuis 1626 au moins115. Á Braga, lorsque l’archevêque Sebastião de Matos de Noronha est chargé de la mise en défense de la ville, il accepte cette mission à condition que la citadelle soit entièrement réarmée116. Les conflits avec les officiers chargés de gérer la répression de la contrebande et le produit des amendes se multiplient.

  • 117 ANTT, Corpo Cronológico, II/369, doc. 5, Relation de los soldados que han huydo de los que han invi (...)
  • 118 AGS, SP, lib. 1469, Consulta del Consejo de Portugal (26 février 1636) ; AGS, GA, 1180, Carta de Ma (...)
  • 119 AGS, Estado, 2657, Consulta del Consejo de Estado (21 août 1636).
  • 120 AGS, GA, 1180, Carta de Margarita de Mantua al Consejo de Portugal (1er juin 1636).
  • 121 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (3 mai 1636) ; ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. (...)
  • 122 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 13, Aviso da Princeza Margarida para ο Doutor Borges ver os pa (...)
  • 123 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (17 juin 1636).
  • 124 AGS, SΡ, 1478, Consulta del Consejo de Portugal (6 juillet 1635).

30Sous la vice-royauté de Marguerite de Mantoue, les mêmes difficultés persistent. Les désertions demeurent une plaie chronique : on en compte quatre cent cinquante-huit pour la seule période comprise entre juin 1634 et avril 1636117. À l’initiative de la vice-reine et capitaine générale, Fernando de Toledo fait réaliser une inspection de l’ensemble des bâtiments militaires du Portugal118. Tout est à refaire dans chacun des forts : murs, habitations, pont-levis, artillerie. Le Conseil de Portugal se plaint de ce que le Consejo de Guerra n’a pas été capable de financer la restauration des citadelles de la région de Lisbonne119, mais en principe ce poste de dépenses incombe à la ville. Comme les fonds disponibles ne permettent pas de payer l’ensemble des troupes, Marguerite paie en priorité les soldats qui sont logés hors des bâtiments des présides, afin d’éviter de provoquer la colère de leurs hôtes portugais : c’est ainsi que reçoivent leur solde en priorité les recrues de Viana, São João da Foz, Sagres et São Vicente, les quatre forts les plus ruinés du littoral, situés dans les régions les plus éloignées de Lisbonne120. En 1636, la vice-reine est contrainte d’acheter deux cents lits pour loger les soldats malades de la flotte du duc de Veragua, car rien n’a été prévu pour les recevoir dans les hôpitaux de Lisbonne121. Entre octobre 1638 et mai 1640, Castillans et Portugais sont incapables de s’accorder sur la nomination d’un médecin pour le fort de São Gião où arrivent, épuisés, les vétérans des expéditions maritimes122. Au même moment, depuis Madrid où il réside provisoirement, Fernando de Toledo informe les membres du Consejo de Guerra de la dramatique pénurie de poudre et de munitions qui sévit alors dans les présides castillans123, alors que le Conseil de Portugal déplorait lui aussi cette situation depuis au moins l’année précédente124.

  • 125 AGS, GA, 889, Consulta del Consejo de Guerra (2 novembre 1623), citée par I. Anthony A. Thompson, « (...)
  • 126 Ibid.
  • 127 AGS, SP, lib, 1570, s. d., Correo ordinario de septembre 1637.
  • 128 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Portugal (26 avril 1634).
  • 129 AGS, GA, 1325, Carta de dom Diogo de Castro a ! Consejo de Portugal (21 avril 1634).
  • 130 AGS, Estado, 2655, Consulta del Consejo de Estado (14 janvier 1635).

31L’état général de délabrement du réseau des présides castillans s’explique d’abord par l’incurie chronique des finances royales. Bien que le Conseil de guerre eût en théorie préféré assurer les réparations et fournitures par voie d’administration directe, il fallut s’en remettre au système des contrats125. Comme le remarque I. Anthony A. Thompson, jamais le recours aux contrats avec les hommes d’affaires n’avait été aussi systématique que sous le ministériat d’Olivares126. En Castille comme au Portugal, l’administration par les finances royales des ressources nécessaires à l’entretien du système de défense se limitait aux périodes d’hiatus entre la fin d’un contrat et la signature du suivant, ou à des cas bien déterminés, par exemple quand obligation était faite à certaines municipalités de réparer les fortifications. Mais il est à remarquer qu’à partir de 1627 surtout, le recours aux asientos par financiers portugais interposés n’a pas fonctionné aussi bien qu’en Flandres. Le problème de la fourniture de poudre, dont la pénurie est chronique127, en offre une illustration. En avril 1634, Fernando de Toledo, excédé par le refus des négociants en poudre de Lisbonne de lui vendre à des tarifs acceptables leurs produits pour le préside, les fait jeter en prison128. Il les accuse de faire artificiellement monter les prix avec la complicité intéressée du vice-roi Diogo de Castro. Aussitôt, ce dernier écrit au Conseil de Portugal pour dénoncer les violences exercées par le terrible officier castillan, argumentant que celles-ci sont indignes d’un officier du roi129. Un Consejo de Estado y de Guerra se réunit alors à Madrid pour éviter que l’opposition entre le Maestre de Campo General et le vice-roi ne s’envenime : Fernando de Toledo est finalement désavoué par le roi pour la brutalité de ses méthodes130.

  • 131 AGS, SP, 1751, Consulta del Consejo de Portugal (24 octobre 1640).
  • 132 ACB, Variorum, vol. XLII, Carta de Francisco Leitão au Consejo de Portugal (7 juin 1637).

32Quelques années plus tard, le problème de la fourniture en poudre des présides provoque un autre incident politique jusqu’au cœur de la cour de la vice-reine. Le 17 mai 1640, le grand négociant flamand de Lisbonne Juan Hals est désigné par la vice-reine pour assurer l’approvisionnement des présides en poudre par voie d’asiento131, comme il l’avait déjà fait en 1637132. Tomás de Ibio Calderón charge le conseiller des finances Rodrigo Botelho de négocier avec lui. Hals refuse de s’engager sur la voie de l’asiento, invoquant la menace que les corsaires font peser sur la navigation en mer du Nord. Botelho lui répond avec humeur que, depuis que lui-même appartient au Conseil des finances de Lisbonne, jamais il ne l’a vu rendre le moindre service à la Monarchie bien qu’il soit devenu le négociant le plus riche de la place de Lisbonne, et que son unique mérite était d’entretenir secrètement des correspondances commerciales avec les maisons d’Amsterdam. La polémique s’envenime au Conselho da Fazenda : en pleine séance, le Portugais reproche au Flamand d’être arrivé nu au Portugal et de s’y être enrichi uniquement grâce à ses trafics illicites avec les provinces rebelles. Un jour qu’ils se croisent devant la chapelle du palais, Juan Hals, au lieu de se découvrir courtoisement, fait mine de relever le bord de son chapeau et de le renfoncer jusqu’aux oreilles, à quoi Rodrigo Botelho répond par une gifle. Ils sont sur le point de croiser le fer, mais Hals préfère se retirer en hurlant à travers la cour de la chapelle, c’est-à-dire sous les fenêtres des appartements de la vice-reine Marguerite de Mantoue. Le scandale est tel que Marguerite décide de faire arrêter l’agresseur. La procédure s’enlise, tandis que la question de la fourniture en poudre des présides du Tage n’est toujours pas résolue.

  • 133 BNM, ms. 2846, f° 123, Consulta del Consejo de Portugal (17 février 1625).
  • 134 ANTT, Corpo Cronológico, II/369, doc. 50, Copia da carta que se mandou ao conde de Athoguia para ap (...)
  • 135 AGS, SP, lib. 1478, fos 64-63et 250-251, Consultas del Consejo de Portugal (6 juillet 1635 et 2 (...)
  • 136 AGS, SP, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta del Despacho de Portugal (30 juillet 1639).

33Quant au concours des tribunaux portugais et des villes, nous en avons vu toutes les difficultés. Pourtant la défense de la côte portugaise n’est pas uniquement une affaire castillane. En effet, dans les moments de crise, l’aristocratie et la haute magistrature portugaises se voient confier la surveillance du littoral, divisé en vastes circonscriptions. En 1625, le duc d’Aveiro, gouverneur d’Algarve, le duc de Caminha et le président de la Casa do Civel de Porto reçoivent la mission de vérifier l’état des défenses de l’Algarve et de la côte d’Entre-Douro-e-Minho. Pour leur part, le duc de Bragance, le marquis de Ferreira et les archevêques de Braga et d’Évora supervisent la défense de Lisbonne, Cascais, Peniche et Setúbal133. Dix ans plus tard, la vice-reine Marguerite de Mantoue organise la surveillance du littoral selon un schéma traditionnel : au président de la Casa do Civel la côte de Porto à Viana, au comte d’Atouguia son fief de Peniche134 et au gouverneur de l’Algarve, Gonçalo Coutinho, les châteaux algarviotes135. Mais la défense de Cascais était administrée depuis la Junta del Despacho de Portugal de Madrid136. Il apparaît ainsi que les dispositifs portugais de mise en alerte du Royaume et le réseau castillan de présides obéissent à deux logiques différentes, à deux couronnes hermétiquement séparées, en un mot à deux juridictions distinctes. Marguerite agit — en théorie — dans les deux domaines parce qu’elle est à la fois vice-reine et capitaine générale. Cette même difficulté reparaît au moins dans deux autres champs d’action de l’administration militaire : l’armement des flottes conjointes et le système de levées de troupes en cas de menace d’invasion.

IV. — L’armement des flottes

  • 137 AGS, GA, 3147, Consulta del Consejo de Guerra (27 mai 1621), cité par I. Anthony A. Thompson, art. (...)
  • 138 Caria Rahn Phillips, Sets galeones para el rey de España. La defensa imperial a principios del sigl (...)

34Le ministériat d’Olivares est marqué par la volonté de restaurer la force navale de la Monarchie137. Il n’est pas question de retracer ici, à la manière de Carla Rahn Philipps138, l’ensemble du processus d’armement des flottes. Ce qui retiendra notre attention, ce sont essentiellement les questions de juridiction que pose l’armement, par des officiers castillans dépendant de la capitainerie générale et de l’Armada del Mar Océano, de navires destinés à la surveillance des côtes et à la reconquête du Brésil. Pour le reste, l’organisation de la Nao da India demeure avant tout l’affaire des Portugais. La création de la Compagnie portugaise des Indes orientales, malgré les déboires de celle-ci, est financée exclusivement depuis le Portugal, par les villes. Mais en ce qui concerne le Brésil, la participation castillane est essentielle et massive. Pendant toute la période qui nous occupe, l’intendance de l’armement de la flotte du Brésil est assurée par Tomás de Ibio Calderón.

  • 139 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 39, Carta de Tomás de Ibio Calderón (20 février 1624) ; AGS, G (...)
  • 140 AGS, GA, 3153, Consulta de lu Junta de Armadas (29 juillet 1629) ; AGS, GA, 1011, Consulta de la Ju (...)
  • 141 AGS, GA, 3151, Consulta de la Junta de Armadas (26 mars 1627) ; AGS, GA, 996, Consulta de la Junta (...)
  • 142 AGS, GA, 912, Carta deTomás de Ibio Calderón (9 octobre 1625).
  • 143 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 39, Carta deTomas de Ibio Calderón (20 février 1624).
  • 144 AGS, GA, 3152, Consulta de la Junta de Armadas (29 juillet 1628) ; AGS, GA, 995, Consulta del Conse (...)
  • 145 AGS, GA, 918, Consulta de la Junta de Armadas (25 février 1625) ; AGS, GA, 912, Consulta de la Junt (...)
  • 146 AHN, Estado, 2403, Consulta del Consejo de Guerra (8 février 1631).
  • 147 JJAS, Carta Regia de 14 septembre 1630 ; Luís Rebello da Silva, História de Portugal nos séculos XV (...)
  • 148 BL Eg., 1133, fos 165-171, Réponse de Tomás de Ibio Calderón [s. d.] ; BNM, ms, 18722/25, Carta Tom (...)
  • 149 BL Eg., 1135, fos 205-206, Carta de Mendo da Mota (8 août 1626) ; AGS, GA, 3150, Consulta de la Jun (...)

35Le Veedor de la Armada del Mar Océano, en poste au Portugal depuis le règne de Philippe II, a passé sa vie à faire la navette entre le port de Lisbonne, Cadix (où il réside en 1624, 1625, 1626 et 1627139) et Madrid, où il se rend en 1629 et en 1630 et reçoit le titre de secrétaire de la Junta de Armadas et de la Junta de Galeras140. Ses fonctions consistent essentiellement à surveiller l’application des contrats de fournitures de vivres et de matériaux de construction aux navires des flottes castillanes du Portugal et à s’assurer que les créanciers du roi sont régulièrement remboursés141. Il doit assurer la réception des équipages de retour d’expédition, d’où ses interventions constantes dans la question du logement des troupes142. À la fin du règne de Philippe III, il a acquis au Portugal une stature politique de premier plan. C’est pourquoi, pendant l’hiver 1624-1625, il travaille à l’armement (apresto) de la flotte victorieuse de Fadrique de Toledo143. En 1628, il est officiellement chargé d’organiser l’intendance des fournitures de la flotte, en l’absence d’un Proveedor de la Armada, dont c’est la fonction144. En réalité, il s’était déjà souvent occupé de négocier les contrats de fournitures, excédant par là ses compétences légales145. Après avoir en 1630 exercé à Madrid la fonction éphémère de Secretario de Guerra de la Parte de la Mar146, il assiste aux séances du Conselho da Fazenda à Lisbonne avec droit de vote sur les causes liées à l’armement des flottes, devient membre de la Junta da Fazenda en 1631 et reçoit avec Jorge de Mascarenhas, également membre de la Junta, la charge d’équiper la flotte du Brésil147. C’est à cette date qu’une accusation criminelle est présentée contre lui à Lisbonne148. Au fil des années, il s’est acquis de solides inimitiés à Lisbonne, essentiellement parce qu’il refuse systématiquement de payer aux douanes portugaises les droits d’entrée des matériaux nécessaires à l’armement des navires castillans de Lisbonne149.

36Tomas de Ibio Calderón ne peut travailler que s’il existe sur la place de Lisbonne la possibilité de jouer sur le crédit du roi. Or celui-ci est au plus bas au début des années 1630. En décembre 1630, l’amiral Antonio de Oquendo constate qu’aucun négociant lisboète n’accepte de lettres tirées sur le Comte-Duc :

  • 150 AGS, GA, 3154, Carta de Antonio de Oquendo (13 décembre 1630).

Nous avons fait les démarches nécessaires pour qu’on nous fournisse ici les soixante mille ducats et pour que les hommes d’affaires tirent des lettres sur le Comte-Duc, et bien qu’elles soient si sûres on n’a trouvé personne qui veuille avancer le moindre argent, ce qui nous oblige à le faire venir en espèces150.

  • 151 AGS, GA, 3154, Carta de Tomás de Ibio Calderón (13 décembre 1630).
  • 152 AGS, GA, 3154, Consulta de la Junta de Armadas (19 décembre 1630).
  • 153 AGS, GA, 3157, Consulta de la Junta de Armadas (22 décembre 1631) ; AGS, GA, 3158, Consultas de laj (...)
  • 154 AGS, GA, 3159, Consulta de lajunta de Armadas (22 mars 1632).
  • 155 ΒA, 51 X 4, f° 197, Sobre a suspensão do apresto da armada (11 décembre 1632).
  • 156 ANTT, Corpo Cronológico, 11/367, doc. 182, Horden que dio el secretario Gaspar Ruiz de Escaray a lo (...)
  • 157 AGS, SP, 1478, fos 20-21, Consulta del Consejo de Portugal (16 juin 1635) ; AGS, SP, lib. 1570, s. (...)

37De son côté, Tomás de Ibio informe la Junta que les négociants sont à demi ruinés et que les principaux d’entre eux se sont rendus à la Cour151. Pendant ce temps, le gouverneur du Royaume, Diogo de Castro, refuse de fournir à l’armada en cours d’armement les sommes qu’on exige de lui152. Sans l’engagement des frères Nicolas et Jerónimo de Masibradi, entrepreneurs de Raguse, et de leur escadre particulière, la flotte de l’amiral Oquendo eût été trop modeste pour affronter l’ennemi hollandais153. Par divers canaux, Olivares fait ainsi périodiquement rappeler aux magistrats portugais tout ce que la sécurité du Brésil doit aux efforts financiers de la couronne de Castille154. Le Comte-Duc obtient que certains ministres portugais travaillent avec les amiraux castillans, comme ce fut le cas en 1625, puis de nouveau entre Fadrique de Toledo et Jorge de Mascarenhas pour armer la flotte de 1633155. En 1635, Caspar Ruiz de Escaray mobilise des moyens financiers portugais destinés aux embarcations castillanes des flottes communes156. Miguel de Vasconcelos, les années passant, finit par superviser l’équipement des flottes. En 1635, il surveille la construction des galions de la couronne de Portugal, en dénonce les lenteurs liées à la pénurie chronique de recours financiers et se charge de les répartir entre les différentes flottes157.

  • 158 AGS, SP, 1478, fos 256v°-257v°, Consulta del Consejo de Portugal (25 février 1636).
  • 159 AGS, GA, 3167, Consultas de la Junta de Armadas (7 février 1636 et 7 mars 1636).
  • 160 AGS, GA, 3167, Consulta de lajunta de Armadas (1er mars 1636).
  • 161 Une ponction sera effectivement pratiquée sur la caisse de l’extracção ; voir chapitre viii, pp. 37 (...)
  • 162 AGS, GA, 3167, Consulta de lajunta de Armadas (10 mars 1636).
  • 163 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (14 mars 1636).
  • 164 AGS, GA, 3167, Consulta de lajunta de Armadas (25 avril 1636).
  • 165 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (14 juillet 1636).
  • 166 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (25 août 1636).
  • 167 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (27 septembre 1636).
  • 168 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (23 décembre 1636).

38Pour comprendre les difficultés rencontrées au cours des opérations d’armement, prenons l’exemple de la tentative de réunion d’une flotte luso-castillane destinée à la surveillance du littoral au cours de l’année 1636. Cette année-là, sans doute poussée par le secrétaire d’État Miguel de Vasconcelos, la vice-reine Marguerite de Mantoue décide de faire effectuer une grande inspection des conditions de défense des côtes du Royaume158. Le principal obstacle qui s’oppose à la création d’une flotte conjointe de surveillance est l’obligation de rembourser les dettes contractées auprès des financiers qui l’année précédente avaient avancé les fonds nécessaires pour équiper la flotte du Brésil159. La couronne de Portugal dispose alors de deux galions, le São Bento à Lisbonne et le São Bernardo à Porto, mais aucun des deux n’est en état de prendre la mer160. En principe, Tomás de Ibio Calderón161 pense pouvoir compter sur cent soixante-deux mille ducats provenant des recettes de la taxe sur l’exportation du sel162. Le vieux Veedor et la vice-reine pensent bricoler leur flotte avec les trois navires du Ragusain jerónimo de Masibradi qui subissent des réparations en Galice, les deux galions portugais et deux galions de l’Armada del Mar Océano mouillés à Cadix163. Lorsque le schéma de la flotte est dessiné, les Portugais demandent à la couronne de Castille d’assurer le financement des réparations des deux galions de la couronne de Portugal164. En outre, Tomás de Ibio Calderón est chargé par la Junta de Armadas de réquisitionner six embarcations supplémentaires dans les ports portugais mais n’en trouve aucune d’acceptable au cours du printemps165. À la fin du mois d’août, rien n’est prêt et les accusations commencent à pleuvoir166. Miguel de Vasconcelos remarque avec amertume que « jamais l’étendard de Sa Majesté n’aura pris la mer si mal accompagné ». Le financier Bartolomé Spinola déplore l’effondrement de la construction navale au Portugal. Jorge de Mascarenhas, désormais marquis de Montalvão, n’hésite pas à attribuer cet échec à la mauvaise volonté portugaise. Ce qui menace, c’est la nécessité d’opérer une sortie séparée : le duc de Maqueda, en Galice, et Antonio de Oquendo, à Cadix, prendraient la mer sans attendre les galions portugais. La Junta de Armadas demande à Marguerite de sanctionner les officiers responsables du retard de l’armada, ce qui ne lui est guère possible en dépit de son titre de vice-reine167. Marguerite échoue à accélérer l’armement des galions, tandis que Tomás de Ibio Calderón ne parvient à réquisitionner que trois navires étrangers. En dépit de cet échec, Tomás de Ibio Calderón est désigné pour veiller à l’équipement de la flotte du Brésil de l’année suivante168.

  • 169 ANTT, Corpo Cronologico, I/120, doc. 32, 1639.
  • 170 Antonio Rodríguez Villa, La corte y la monarquía de España en los años 1636 y 1637 Madrid, 1886, ca (...)
  • 171 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 114-115, Carta de Francisco Leitão al Consejo de Portugal (22 août 16 (...)
  • 172 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 140-144, Carta de Francisco Leitão al Consejo de Portugal (7 juin 163 (...)
  • 173 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 118-119 et 150-151, Cartas de Francisco Leitão al Consejo de Portugal (...)

39Mais la carrière de Tomas de Ibio à Lisbonne s’achève tristement. Après les déconvenues de 1636-1637, le clan Vasconcelos décide de s’engager plus nettement dans l’armement des flottes et dans la négociation de contrats avec les fournisseurs. À la fin de la période, Miguel de Vasconcelos devient de facto fournisseur, proposant de s’occuper en personne de faire construire des galions169. Fernando de Toledo et Francisco Leitão170 sont désignés au mois de mai 1637 pour équiper la flotte de l’automne. À cette occasion, Leitão avance trente mille ducats sur son crédit personnel : ce faisant, il se convertit de fait en asentista du roi171. Le trio formé par Miguel de Vasconcelos, Fernando de Toledo et Francisco Leitão s’adresse au négociant nouveau-chrétien Pedro de Baeça, notamment pour la fourniture de l’artillerie172, ce qui revient à mettre à l’écart Tomás de Ibio Calderón qui travaille d’ordinaire avec le négociant Luís Vas de Resende173. Francisco Leitão s’indigne des lenteurs effarantes auxquelles les officiers chargés de l’armement des flottes se sont habitués :

  • 174 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 155-156, Carta de Francisco Leitão al Consejo de Portugal (13 juin 16 (...)

Je me pâme lorsque je les vois tous s’efforcer de donner des leçons sur la raison d’État et de gouvernement alors que cela ne les regarde pas et qu’aucun d’eux ne veut travailler ; et certains, parmi les meilleurs, se permettent de critiquer la façon de gouverner de Sa Majesté et ses ordres et ils attribuent les événements à ses erreurs [...], et d’autres, simplement mus par la peur, sous couvert de servir le Roi mieux et différemment, retardent et empêchent l’exécution de tout ce qui est important [...]. Je meurs de rage quand je vois combien sont puissantes la défiance et la désaffection de ce vieillard [Tomás de Ibio Calderón] qui, parce que Sa Majesté a confié la charge d’armer de la flotte à Fernando de Toledo plutôt qu’à lui, essaie par mille voies de tout empêcher, de retarder, de calomnier tout ce qui se fait sans raison et sans se rendre compte que tout ce qui passe par ses mains est voué à l’échec et devient impossible174.

  • 175 AGS, GA, 3168, Consulta de la Junta de Armadas (20 avril 1637).
  • 176 ANTT, Corpo Cronológico, II/371, doc. 41, Avizo de Thomas de Ybio Calderon por que manda se lhe de (...)

40La cause du vieux Veedor est entendue. La Junta de Armadas était bien consciente des conséquences de la lenteur exaspérante avec laquelle Tomás de Ibio Calderón équipait alors la flotte de l’été 1637. Elle ne manqua pas de lui manifester sa fureur (congoja)175. Tandis que le monde s’embrase, écrit Leitão, ces messieurs discutent sur des « becs de rossignols et des pattes de scarabées », cependant que les Hollandais multiplient les victoires navales. Les officiers chargés de l’approvisionnement des équipages dissertent des mérites gastronomiques des ovos moles (sucreries à base de jaune d’œuf) et du vin de Beja. Dans ce combat de tous les jours contre l’inertie, Francisco Leitão ne trouve d’appui qu’en la personne de son patron Miguel de Vasconcelos. À l’été suivant, imperturbable, Tomás de Ibio expliquait encore qu’en bonne comptabilité il fallait calculer le coût de chacun des uniformes des soldats de la flotte avant de les laisser prendre la mer176.

41Mais au-delà de la puissance de paralysie de la routine, Leitão dénonce un esprit de résistance diffus :

Messire Diogo Soares, je vous dis carrément, pour que vous le répétiez si vous le souhaitez au Comte-Duc, qu’il y a ici beaucoup de malhonnêteté couverte, qui est bien visible mais dont on ne saurait apporter la preuve et qu’on ne peut toucher du doigt, même si l’entendement sait la reconnaître. Personne ne veut servir, personne ne veut contribuer de ses finances ni sous forme de dons ni d’aucune autre manière, et tous les ordres donnés dans ce domaine sont tenus pour tyranniques ; ils veulent que l’on reconquière tout ce que les ennemis ont occupé, mais pas par les moyens par lesquels ceux-ci y sont parvenus et sans que leur personne ou leurs biens n’apportent la moindre aide.

  • 177 AGS, Estado, 2660, Memorial del Consejo de Estado, s. d. [1638]. Sur cette convocation de la nobles (...)

42Leitão accuse violemment le Conselho da Fazenda de Lisbonne d’être incapable de prendre la moindre initiative financière ou fiscale : selon lui, les conseillers ignorent tout de la composition du domaine royal. Comme personne parmi les grands ne s’implique dans les efforts nécessaires à la reconquête, tous les impôts retombent sur les humbles, qui « murmurent ». La lettre de Leitão date du mois de juin 1637. En août éclate la révolte de Lisbonne et à l’automne commence le cycle des soulèvements d’Évora. En ce qui concerne plus précisément la préparation de la flotte, le commissaire à l’apresto explique que, si le départ est retardé, il faudra de nouveau dégager une nouvelle ligne financière pour tenir soldats et marins à quai, ce qui suppose la rétention d’un second quart des rentes des titres de la dette et des pensions du roi. Le retard lié à l’incurie des officiers a pour conséquence de renforcer le contrôle des Hollandais sur le Brésil et d’aggraver la crise financière de la couronne du Portugal. La difficulté de faire travailler ensemble officiers castillans et magistrats portugais dans le cadre de l’armement des flottes est au cœur des discussions suscitées par la présence des personnalités portugaises à la Cour en 1638177.

  • 178 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 158-159, Carta de Francisco Leitão al Consejo de Portugal (3 août 163 (...)

43Au-delà du problème général, stratégique et financier que pose la lenteur de l’équipement de la flotte, ce qui retient notre attention, c’est l’explication de l’inefficacité des agents. Le cas de Tomás de Ibio Calderón est d’autant plus intéressant qu’il s’agit d’un homme qui peut se prévaloir d’une expérience de cinq décennies et d’une fidélité sans faille aux desseins du Conseil de guerre et de ses juntas. À l’été 1638, Francisco Leitão est à nouveau chargé d’armer la flotte de secours du Brésil. Il se vante d’avoir superbement équipé la flotte et estime que Tomás de Ibio en a conçu un dépit considérable178 :

Les philosophes et les médecins ont discuté du fait de savoir s’il est possible qu’un homme soit fou sur un sujet ou deux et pas sur d’autres ; l’opinion commune penche pour l’affirmative, et l’on rapporte des exemples que l’expérience a démontrés. Cela me paraissait difficile à croire autrefois, mais maintenant je tiens qu’elle a raison, parce que je vois encore que Tomás de Ibio Calderón est tenu par les personnes les plus raisonnables et prudentes et qui le connaissent bien pour un homme vide et sans substance et qui, sur les sujets les plus importants, surtout ceux qui n’appartiennent pas à sa profession, démontre une grande ignorance et une témérité égale. Pour le moment il passe encore par les portes et ne se promène pas tout nu dans les rues, c’est pourquoi il ne peut être tenu pour totalement fou ; mais en ce qui concerne la flotte de cette Couronne, il l’est de telle sorte qu’il raconte des folies au Conseil et en dehors.

  • 179 AGS, GA, 1238, Carta deTomàs de Ibio Calderón a la Junta de Armadas (2 juin 1638).
  • 180 ACB, Variorum, vol. XXX, Carta de Tomàs de Ibio Calderón a la Junta de Armadas (9 juillet 1635).

44Tomás de Ibio Calderón refusait d’admettre qu’un homme de « lettres » (entendons : un juriste) comme Leitão pût mettre à flot une escadre de guerre179. En outre, il justifiait toujours la lenteur de ses procédures par le soin qu’il y mettait et par la qualité des provisions distribuées par ses soins aux marins des flottes luso-castillanes180.

  • 181 AGS, GA, 1240, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (23 février 1638).
  • 182 AGS, GA, 1242, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (10 août 1638).
  • 183 AGS, GA, 1238, Carta de Tomás de Ibio Calderón a lajunta de Armadas (6 août 1638).
  • 184 BPE, cód. CV/2-19, Carta de Diogo Soares a Miguel de Vasconcelos (18 juin 1639).
  • 185 AGS, GA, 1261, Carta de Tomás de Ibio Calderôn a lajunta de Armadas (30 juillet 1639) ; AGS, GA, 31 (...)
  • 186 ΒA, 51 VI 21, f° 329, Consulta do Conselho da Fazenda de 6 novembre 1640.
  • 187 ΒΡΕ, cód. CXIV/1-39.
  • 188 ACB, Relación de los procedimientos que el marques de la Puebla ha tenido m Portugal contra el secr (...)

45En fait, il se sentait dépossédé de son monopole de compétence par l’intervention du triumvirat composé de Miguel de Vasconcelos, Fernando de Toledo et Francisco Leitão, mais son opposition n’avait pas de justification technique, comme le laisse entendre non sans ironie Fernando Albia de Castro181. En effet, les relations entre le Veedor General de la Gente de Guerra et le Veedor de la Armada del Mar Océano se sont dégradées à partir du moment où, Tomás de Ibio Calderón étant tombé malade, Fernando Albia de Castro organisa à sa place l’armement de la flotte de 1636182. Convaincu qu’Albia de Castro cherche à lui nuire, Tomás de Ibio ne s’adresse plus à lui qu’à travers le Conseil de guerre de Madrid. Ulcéré par tous ces événements, le vieux Veedor envoie à Madrid de furieuses apologies de sa propre personne dont le ton grandiloquent incite à croire que les commentaires acides de Francisco Leitão sur ses accès de démence sénile n’étaient pas entièrement dénués de fondement183. Soares essaie alors de le faire exclure de la Junta da Fazenda184. Le pouvoir des secrétaires d’État, comme nous avons déjà eu l’occasion de le vérifier, était loin d’être aussi absolu que l’ont prétendu les polémistes de la Restauração. La persistance de Tomás de Ibio Calderón aux affaires navales portugaises jusqu’au 1er décembre en constitue un signe manifeste. À la fin de l’année 1639 et en 1640, il s’affronte durement au monopole des distributeurs officiels de tabac car il veut écouler au bénéfice de l’armada les stocks saisis sur des embarcations ennemies capturées, échouées ou bloquées dans les ports185. De même, bien que ses adversaires aient parlé depuis des années de son gâtisme, on le voit assister régulièrement aux sessions du Conseil des finances de Lisbonne, au moins jusqu’au 6 novembre 1640186. Lorsqu’on examine le type d’affaires sur lesquelles il fut conduit à se prononcer, on s’aperçoit que nombre d’entre elles n’ont aucun rapport avec la question des flottes, ce qui signifie que son acceptation par les magistrats portugais et son influence politique avaient en fait progressé. Son influence paraissait toujours considérable, ce qui explique pourquoi il se trouve en tête des personnalités dénoncées par le pamphlet Quadros que mandarao no mesmo tempo a sua Magestade pera hua sala do Bom Retiro187, juste après le roi, Diogo Soares, Miguel de Vasconcelos et Francisco Leitão. Dès le 1er décembre 1640, Tomás de Ibio Calderón est jeté dans un cachot188.

46La question générale de l’apresto des flottes n’est pas séparable de l’action particulière de Tomás de Ibio Calderón. En suivant sa correspondance, on peut mesurer la complexité des affrontements politiques dans Lisbonne des années Olivares. Le Veedor a fait toute sa carrière au Portugal, et Diogo Soares le considère comme un quasi-natural de cette couronne. Selon les conjonctures, il lui arrive de lutter contre la résistance passive des gouverneurs et magistrats portugais, hostiles à l’engagement des finances portugaises dans les entreprises communes au motif que la direction politique des expéditions s’inscrit dans une stratégie plus castillane que portugaise. Mais à d’autres moments, il s’oppose aux représentants de l’olivarisme, tels Miguel de Vasconcelos, Fernando de Toledo ou Francisco Leitão. La ligne de fracture n’est donc pas déterminée par une équation posée en termes d’appartenance nationale. Du point de vue du respect des principes de Tomar, l’activité judiciaire d’ïbio Calderón au sein du Conseil des finances de Lisbonne constitue une infraction incontestable et renforce l’opinion de ceux qui voient la juridiction de la capitainerie générale comme le cheval de Troie de la juridiction castillane. Par ailleurs, derrière les polémiques techniques, qui portent notamment sur les méthodes d’armement des flottes ou de choix des ravitaillements, se dissimulent à peine des conflits d’influence à l’état pur. Les échanges d’insultes avec Leitão sont la traduction la plus immédiate de la fin du monopole du vieux Veedor en matière d’apresto des flottes. On remarquera ici que l’opposition Calderón/Leitão joue à fronts renversés par rapport au schéma nationaliste : le plus olivariste des deux, ici, est bien le Portugais. À une autre échelle, Tomás de Ibio Calderón souffre du même complexe que le marquis de la Puebla et réagit d’une façon également nocive pour la politique décidée à Madrid.

V. — Les levées de troupes

  • 189 Carlos de Silva Tarouca, « Cartas Reais do Arquivo de Cadaval », Brotéria, XXXVII, 1943, p. 39 (cit (...)
  • 190 BNM, ms. 2845, f° 83, Consulta del Consejo de Portugal (30 juin 1623) ; AGS, GA, 3151, Consulta de (...)
  • 191 António de Oliveira, « Levantamentos populares do Algarve em 1637-1638. À repressão », Revista Port (...)
  • 192 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 41, Carta do conde de Castanhede (10 mars 1624).
  • 193 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 137, Carta de don Jorge de Mascarenhas (18 septembre 1627) ; A (...)

47De 1621 à 1640, on effectua de façon ponctuelle des levées de troupes. Le Conseil de guerre de Madrid et la capitainerie générale de Lisbonne eurent recours à tous les expédients disponibles : appels au devoir militaire des gentilshommes et chevaliers des ordres militaires, levées confiées aux principaux membres de l’aristocratie189, mobilisations urbaines, notamment à Lisbonne190, tentative de restauration de milices garde-côtes191, contrats passés avec des nobles titrés comme le comte de Castanhede192 ou avec de véritables entrepreneurs militaires, comme Fernando et Pedro de Mascarenhas193. Dans l’ensemble, la documentation disponible sur ces questions est moins riche que pour d’autres aspects de la vie militaire. Les difficultés, dans ce cas, sont en effet moins liées à l’exercice quotidien de juridictions concurrentes, dans la mesure où pour l’essentiel le phénomène des levées reste techniquement une opération purement portugaise. S’il existe une concurrence génératrice de tension, c’est essentiellement au niveau de l’impulsion politique génératrice de la mobilisation.

  • 194 AGS, GA, 912, Consulta del Consejo de Guerra (1er mars 1625).
  • 195 Voir p. 266.
  • 196 AGS, GA, 914, Consulta del Consejo de Guerra (19 février 1625).
  • 197 AGS, GA, 912, Consulta del Consejo de Guerra (5 juin 1625).
  • 198 AGS, GA, 912, Consulta del Consejo de Guerra (27 juillet 1625).
  • 199 AGS, GA, 912, Consulta del Consejo de Guerra (24 septembre 1625).
  • 200 AGS, GA, 920, Carta de la ciudad de Badajoz al Consejo de Guerra (27 août 1625).
  • 201 AGS, Estado, 2657, Consulta del Consejo de Estado (27 juin 1636).
  • 202 AGS, GA, 1195, Carta de Fernando Albia de Castro al Consejo de Guerra (2 mai 1637).
  • 203 AHN, 7156, Consulta del Consejo de Castilla (10 janvier 1639) ; AHN, Estado, lib. 348, Carta de Die (...)

48La menace anglaise de 1625 suscite la première poussée de fièvre importante. Au mois de février, les gouverneurs du Royaume demandent au Conseil de guerre de Madrid d’envoyer de toute urgence troupes et d’argent pour la défense de Lisbonne194. Il est même question d’organiser un voyage du roi195 en Estrémadure castillane et en Alentejo afin de faciliter et d’encourager les opérations de mobilisations des recrues. Aussitôt, le roi fait écrire par le Conseil de guerre aux seigneurs frontaliers du Portugal, côté castillan, de se tenir prêts à secourir Lisbonne avec des troupes fraîches196. L’arrivée du marquis de la Hinojosa à la capitainerie générale est la seconde réponse à l’attente portugaise197. Le marquis a pour mission d’opérer sur place une levée de trois mille fantassins et de nommer de nouveaux maestres de campo. Pour répondre à sa mission, le nouveau capitaine général fait chercher dans les archives de la capitainerie les documents relatifs aux mandats de ses prédécesseurs les marquis de Castelo Rodrigo et d’Alenquer198. Mais la connaissance des précédents juridiques et politiques ne lui est guère utile, dans la mesure où sa situation est plus fragile. En effet, Castelo Rodrigo et Alenquer cumulaient les charges de capitaine général et de vice-roi, alors que le marquis de La Hinojosa se trouve en situation de codécison avec les gouverneurs du Royaume sur toutes les opérations de recrutement de soldats. Et cela lui paraît d’autant plus difficile à accepter que les livres de la Contaduría de la Gente de Guerra, examinés à sa demande, attestent que les levées de 1602 (Castelo Rodrigo) et 1619 (Alenquer) ont été financées sur le compte de la couronne de Castille. Une partie du problème est résolue par le fait que plusieurs compagnies sont formées en Estrémadure castillane (Badajoz, Mérida, Trujillo, Plasencia, Caceres199). Les villes extremeñas répondent à l’appel alors que, comme le rappelle la municipalité de Badajoz, le devoir de milice avait été aboli200. Dix ans plus tard, face à la menace que les escadres de Richelieu font peser sur les côtes portugaises, les corregidores des villes castillanes frontalières sont à nouveau chargés de mobiliser des troupes pour garnir les présides201. En 1637, Fernando Albia de Castro gère un contingent de mille quatre cent vingt et un soldats castillans en territoire portugais202. Deux ans après, pour venir renforcer les présides portugais, mille fantassins sont levés en Castille203 et, qui plus est, fort mal reçus à leur passage de la frontière à Moura.

49Les phénomènes de résistance aux mobilisations sont de nature très différente. Avant tout, les populations visées par les recrutements refusent de s’enrôler. Ainsi, par exemple, le comte de Monsanto ne parvient-il pas à recruter de soldats-marins à Cascais en 1635. Les pêcheurs essaient par tous les moyens d’échapper aux flottes de guerre. La capitainerie générale avait fini par convenir avec les autorités municipales que la ville fournirait vingt-cinq marins chaque année, à la condition qu’on ne lui en demanderait pas un de plus. Cependant,

  • 204 AGS, SP, lib. 1478, fos 102-103, Consulta del Consejo de Portugal (11 août 1635).

Comme les magistrats qui là-bas exécutent les ordres de Votre Majesté sont débiteurs de ceux qui devraient aller à l’armada, ils cachent et couvrent les meilleurs d’entre eux et se décarcassent pour trouver des pauvres, des chemineaux et des mendiants, de manière qu’une fois le quota atteint, aucun des naturels du lieu ne s’en va204.

  • 205 AGS, GA, 1227, Carta de Tomás de Ibio Calderón al Consejo de Guerra (18 septembre 1638).
  • 206 EFO, IV, p. 351, Consulta da Câmara a El-Rei (11 septembre 1638).
  • 207 AGS, GA, 1193, Relación de las Juntas de Guerra, s, d. (1637).
  • 208 AGS, SP, lib. 1471, s, d., Consulta de la Junta del Ejército de Portugal (28 juin 1639),
  • 209 AGS, GA, 1298, Cartas de Afonso de Alencastre marqués de Puerto Seguro e Valdefuentes (23 avril 163 (...)

50En 1638, Tomás de Ibio Calderón décrit le recrutement des marins à Lisbonne comme un acte marqué par l’emploi de la force et le déchaînement des passions205. Le comte de Prado, président de la câmara, reçoit une forte réprimande du roi. La ville ne parvient pas à recruter les quatre cents hommes que Madrid lui demande depuis le printemps 1636 ; même après doublement de la solde, il lui faut demander l’autorisation d’aller chercher les recrues à Setùbal et Évora, où aucune levée n’a été effectuée depuis les vagues de révoltes206. Les canaux habituels démontrant leur incapacité à accélérer les procédures de mobilisation, Olivares crée en 1637 une junte pour les levées de troupes au Portugal (Junta de las Levas de Portugal) où siègent tout d’abord Diogo Soares et le duc de Villahermosa207 avant que Francisco Pereira Pinto208 et Francisco Leitão ne viennent les rejoindre. De son côté, une Junta de Coronelías est chargée de négocier avec les nobles portugais les conditions de la mobilisation par les maisons aristocratiques, non sous une forme mercenaire, mais par un échange de services : le roi accorde des pensions, le noble réunit une troupe à ses frais209.

  • 210 AGS, SΡ, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta de Portugal (4 mars 1639).
  • 211 SILVA TAROUCA, « Cartas Reais », Carta de Margarita de Mantua ao marqués de Ferreira (31 mars 1639) (...)
  • 212 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (4 août 1638).
  • 213 AGS, GA, 1258, Consulta de la Junta de Coroneles (22 janvier 1639).
  • 214 AGS, GA, 1336, Consulta del Consejo de Guerra (24 février 1640).
  • 215 Luisa Isabel Alvarez de Toledo, Historia de una conjura. La supuesta rebelión de Andalucía en el ma (...)
  • 216 ΑΝΤΤ, Corpo Cronológico, I/120, doc. 31, Consulta da Junta de Soldados (19 juillet 1639).
  • 217 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 33, Consulta da junta de Soldados (16 août 1639).

51Le relais passe alors à plusieurs personnalités de la noblesse portugaise dont certaines, comme le fidèle Francisco de Melo en 1639210, refusent d’obtempérer tandis que d’autres se convertissent en entrepreneurs de guerre. Après les premiers revers essuyés par les tercios castillans à Fuenterrabía, on demande aux nobles portugais et aux chevaliers des ordres militaires de rejoindre le roi à Burgos et d’amener avec eux une troupe de six mille fantassins211 · Le duc de Bragance, premier à être sollicité, accepte le principe de cet appel à l’ost, mais à la condition que la levée du contingent de mille fantassins qui lui est confiée soit effectuée sur ses terres par un officier castillan et non par les officiers de sa maison212. Le clan des Mascarenhas, Fernando et jorge, proposent au roi de lever huit cents fantassins, mais en échange d’une avalanche de gratifications213. Leurs exigences sont si exorbitantes que le roi, dans un avis autographe, rejette leurs propositions. Au début de l’année 1640, on fait de nouveau appel aux ducs de Bragance et d’Aveiro pour effectuer des levées sur leurs terres214. La mobilisation menée par l’aristocratie est partiellement connue215. Antonio Teles de Meneses est chargé de recruter à Barcelos, Alvaro de Sousa à Guimarâes, Jorge de Melo à Coimbra216 et Pedro de Mascarenhas à Castelo Branco217.

  • 218 Mario Cardoso, « Ο mestre de campo Alvaro de Sousa e O têrço organizado em Guimarâes em 1639 », Rev (...)
  • 219 L’étude repose surl’analyse d’un volume manuscrit, conservé à Guimarâes, intitulé Cartaseordens de (...)
  • 220 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 49, Carta de Paulo de Souza (14 janvier 1640).
  • 221 AGS, SP, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta del Despacho de Portugal (9 janvier 1640).
  • 222 Francisco Manuel de Melo, Epanaforas de varia história portuguesa [1660], éd. Joel Serrão, Lisbonne (...)
  • 223 AGS, SΡ, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta del Despacho de Portugal (3 octobre 1639).

52Grâce à l’étude de Mario Cardoso218, nous connaissons en détail l’histoire du terço recruté par Alvaro de Sousa219. Au mois de juin 1639, le capitaine Alvaro de Sousa avait réuni à Guimarães une troupe d’environ cinq cents hommes. Les Français menaçant de débarquer à Porto, Alvaro de Sousa conduit son terço au secours de la ville, dont les échevins lui manifestent une totale hostilité. Le Conseil de guerre de Madrid lui recommande de cesser tout contact avec la municipalité et de ne s’adresser qu’au capitaine de la place, Francisco de Sa Meneses, comte de Penaguião. L’année suivante, la ville adopta la même attitude hostile lorsqu’un certain Paulo de Sousa dut procéder au recrutement de marins220. Quant à Alvaro de Sousa, au cours de l’été, les effectifs de son terço fondent. À l’automne, Olivares demande au capitaine de réunir quatre cents soldats et de les conduire à Cadix, d’où ils s’embarqueraient pour l’Italie. Alvaro de Sousa propose d’en recruter neuf cents. Le terço au complet arrive à Lisbonne à la fin du mois d’octobre. À la sortie de la ville, une mutinerie éclate parmi les soldats, et la troupe passe en quelques jours de neuf cents à trois cents hommes. Il n’en arrive que deux cent onze à Cadix au mois de décembre221, et le duc de Medina-Sidonia n’en embarque plus que cent douze le 27 février 1640. Francisco Manuel de Melo eut beau jeu, plus tard, de parler d’une levée plus brillante qu’obéissante222. Entre temps, la junte de l’armée de Portugal (Junta del Ejército de Portugal) de Madrid ordonnait de licencier une partie des soldats jusqu’à la campagne de l’été suivant223.

  • 224 AGS, GA, 1227, Consulta de la Junta de Ejecución de Soldados (16 avril 1638).
  • 225 AGS, GA, 1226, Carta de Fernando Ruiz de Contreras a José González (5 mai 1638).
  • 226 AGS, GA, 1195, Consulta del Consejo de Guerra (9 janvier 1637).
  • 227 AGS, GA, 1227, Carta de Martim Afonso de Ataide a lajunta de Armadas (13 octobre 1638).

53De leur côté, à l’automne 1638, Martim Afonso de Ataide et son frère Luís de Ataide, comte d’Atouguia, s’engagent à mobiliser quelque deux mille fantassins224. Les comptables de Madrid s’inquiètent un peu de ces contrats qui, concernant des aristocrates titrés, ne font pas l’objet d’un acte officiel et n’ont pour toute garantie que la signature du titulaire225. Mais Martim Afonso de Ataide n’était pas un nouveau venu sur ce marché des recrutements : en 1637, il avait déjà signé un contrat pour la levée de deux cents fantassins226. Les frères Ataide se plaignent de n’avoir reçu d’aide ni du duc de Bragance, sur les terres duquel ils auraient dû recruter, ni des prélats227. Le duc répondit par une argumentation purement dilatoire :

  • 228 AGS, GA, 1226, Carta del duque de Bergança al Consejo de Guerra (23 mai 1638).

J’ai donc un certain nombre de choses à faire connaître au Comte-Duc avant de pouvoir lui répondre formellement ; et entre-temps on ne perdra pas de temps, puisque comme les levées ne doivent pas seulement se faire sur mes terres, Votre Majesté peut donner l’ordre qu’on commence par les autres228.

  • 229 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (20 octobre 1638).
  • 230 AGS, GA, 1227, Consulta de la Junta de Ejecución de Soldados (16 avril 1638).
  • 231 AGS, GA, 1226, Carta de Francisco Manuel de Melo al Consejo de Guerra (14 août 1638).
  • 232 AGS, GA, 1226, Carta de Francisco Manuel de Melo al Consejo de Guerra, s. d.
  • 233 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. II, f° 16.
  • 234 Carta de Miguel de Noronha (20 octobre 1637), cité dans Edgar Prestage, D. Francisco Manuel de Melo (...)

54L’opération menée par les Ataide est marquée par l’incarcération de Francisco Manuel de Melo à la tour de Belém229. Désigné comme maestre de campo d’un terço recruté par Afonso de Ataide, l’écrivain avait reçu une patente l’autorisant à lever des troupes dans l’archipel des Açores230. Après son arrestation, au début du mois d’avril 1638, Francisco Manuel de Melo exige d’être jugé par le Conseil de guerre de Madrid, récusant tout tribunal portugais quel qu’il soit231. Marguerite de Mantoue s’était opposée au projet de levée aux Açores et ne lui avait pas délivré les diplômes nécessaires. Pendant les négociations, l’écrivain serait tombé dans un piège en participant à une rixe en plein Lisbonne232. Dans ses Epanaforas de vária história portuguesa, il ne fait pas la moindre allusion à cet épisode. Il ne pouvait en effet y trouver sujet de se vanter à l’époque de la Restauração, puisqu’il y fait figure de pro-castillan ultra face à une Marguerite de Mantoue protectrice des privilèges portugais ! Il s’agit ici d’une simple supposition, mais il n’est pas impossible que sa participation active à la tentative de destitution de Diogo Soares en 1638 lui ait nui233. Il avait surtout aidé le comte de Linhares lorsque celui-ci arriva à Malaga en janvier 1637234 et l’avait accompagné en mission à Évora un an plus tard : il apparaissait donc comme un personnage hautement suspect au clan Vasconcelos. Mais dès 1639 il prenait la tête d’un tercio en direction de la Galice et de la mer du Nord. Tout dans cette histoire semble paradoxal, à commencer par les efforts des Ataide et de Francisco Manuel de Melo en faveur des desseins militaires castillans, alors que, sur d’autres registres, les premiers comme le second appartiennent nettement au camp de la Restauraçao.

  • 235 Stuart B. Schwartz, « The Voyage of the Vassals : Royal Power, Nobles Obligations and Merchant Capi (...)

55Ainsi, le scénario classique repris récemment par Stuart B. Schwartz235, qui oppose le Portugal de 1625, prêt à s’engager dans les entreprises militaires conjointes, et le Portugal des années 1638-1640, hostile à toute participation à l’effort de guerre, mérite d’être nuancé. Le rôle de chef militaire imposé par Madrid au duc de Bragance a donné lieu à une situation extrêmement ambiguë. De la même façon, le refus de nombreux aristocrates présents au Portugal à l’automne 1640 de s’engager dans la répression armée de la révolte catalane ne doit pas masquer la participation active et volontaire de certaines grandes familles de la noblesse portugaise aux entreprises militaires d’Olivares. Pour autant que la documentation en témoigne, les difficultés rencontrées au cours des opérations de recrutement et les heurts politiques que celles-ci ont provoqués ne relèvent pas de logiques d’oppositions nationales. On constate l’existence de conflits de juridictions royales et même seigneuriales. Pour le reste, l’hostilité de la municipalité de Porto à voir la sécurité de la ville assurée par le terço d’Alvaro de Sousa ou la défense des privilèges portugais assurée par Marguerite de Mantoue contre Francisco Manuel de Melo constituent deux exemples extrêmes de la difficulté qu’il y a à réduire les tensions de la période à l’opposition entre Portugal et Castille.

56L’examen des conditions d’exercice de la juridiction militaire castillane en territoire portugais débouche sur deux conclusions. Les dysfonctionnements chroniques des dispositifs de sécurité, liés à l’incurie financière castillane et aux manifestations portugaises de mauvaise volonté, sont la note dominante. Au-delà de ce constat, on s’aperçoit que les difficultés rencontrées tout au long de la période ne peuvent être analysées en termes de confrontation nationale ou coloniale. Le système des garnisons littorales castillanes n’est pas comparable aux réseaux installés par les Portugais en Afrique ou dans l’océan Indien : il n’est pas la préfiguration d’un complexe colonial moderne. On pourrait parler d’une limitation de l’exercice de la souveraineté nationale, mais encore faut-il accepter de poser la réflexion en ces termes selon nous anachroniques. Il s’agit plutôt d’une infraction au pacte d’amour et de confiance qui unit le roi à ses sujets et d’un foyer permanent de conflits portant sur l’exercice de la juridiction des différentes institutions actives dans la couronne du Portugal.

57Le bilan stratégique d’Olivares, désastreux si l’on considère la perte d’influence subie par le Portugal dans son propre Empire, affaiblit la position des juridictions castillanes. La surintendance exceptionnelle confiée au duc de Bragance peut alors être interprétée comme la sanction de cet échec : l’insuccès des entreprises militaires appelle un supplément de légitimité dans le cadre de la gestion quotidienne des opérations de défense du Royaume. La nécessité d’une inflexion politique parut d’autant plus importante que la juridiction militaire castillane ne portait pas uniquement sur l’organisation de la sécurité stricto sensu. La répression des trafics commerciaux illicites lui avait été en partie confiée. Les officiers castillans chargés d’intercepter les marchandises de contrebande durent s’affronter aux douanes, aux municipalités, aux tribunaux et aux sujets du roi.

Notes

1 Fernando Bouza Álvarez, Portugal en la monarquía hispánica (1580-1640). Felipe II, las Cortes de Tomary la genesis del Portugal católico, Madrid, Universidad Complutense, 1987, pp. 812 et 816.

2 AGS, GA, 1150, Consulta de la Junta de Ejecución del Ejército (23 mai 1636).

3 Voir supra chapitre v, pp. 215 sqq.

4 ΒA, 51 X 4, fos 143-145, Sobre a duvidas de jurisdição entre os menistros desta corôa com os de Castela (30 octobre 1632).

5 Voir chapitre I, p. 49.

6 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (15 juin 1633).

7 BL Eg., 1135, fos 119-121, Copia del alvarà de 11 décembre 1610.

8 BL Eg., 1135, fos 90-92, Consulta del Consejo de Portugal (23 février 1622).

9 Claude Gaillard, Le Portugal sous Philippe III d’Espagne. L’action de Diego de Silvay Mendoza, Grenoble, Université des Langues et Lettres de Grenoble, 1982, p. 256.

10 ΒL Eg., 1135, fos 111-115, Carta del marqués de Alenquer (20 février 1622).

11 BL Eg., 1135, fos 95-98, Consulta del Consejo de Guerra (4 mars 1622).

12 BL Eg., 1135, fos 111-115, Carta del marqués de Alenquer al Consejo de Guerra (20 février 1622).

13 BL Eg., 1135, fos 99-105, Consulta del Consejo de Guerra (18 mars 1622).

14 ΒL Eg., 1135, fos 108-110, Carta del Capitán D. Antonio de Figueiredo, s. d.

15 BL Eg., 1135, fos 140-147, Consulta del Consejo de Guerra, s. d.

16 AGS, GA, 897, Carta del marqués de Cropani al Consejo de Guerra (4 février 1623).

17 AGS, GA, 1001, Consulta del Consejo de Guerra al marqués de Castelo Rodrigo (21 juin 1629),

18 Sur la carrière de Juan, le fils de Felipe de Arana, voir chap. VIII, pp. 365-366.

19 ANTT, Corpo Cronológico, II/363, doc. 99, Consulta do Desembargo do Paço sobre o requerimento de Luis Carillo de Cordoba em requeria serizento de pagar para os emprestimos que S. M. mandou se fizerem (21 février 1633) ; AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (15 juin 1633).

20 BA, 51 X 4, fos 141-142, Consulta do desembargo do Paço (30 octobre 1632).

21 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando Albia de Castro al Consejo de Guerra (17 septembre 1633).

22 ΒA, 51 X 5, Consulta da Junta do Apresto da Armada (13 février 1633).

23 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (19 avril 1634).

24 BL Add., 28705, f° 30, Copia de una Carta del rey a Margarita de Mantua (7 janvier 1638).

25 BL Add., 28705, f° 42, Carta de Jerónimo de León al Consejo de Portugal (22 juin 1638).

26 M. Afonso de Miranda, Tempos de Agora [1625], Lisbonne, 1785, dialogue II, 11, p. 122.

27 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 3, Carta de Thomé Pinheiro da Veiga (16 juin 1622).

28 BL Eg., 1135, fos 65-66, Consulta del Consejo de Portugal (16 décembre 1621).

29 ΒL Eg., 1135, f° 69, Carta de Diego Lopez de Haro al Consejo de Guerra (3 décembre 1621).

30 BL Eg., 1135, f° 68, Carta del marqués de Mortara al Consejo de Guerra (30 novembre 1621).

31 BL Eg., 1135, fos 72-73, Consulta del Consejo de Guerra (7 janvier 1622).

32 Pero Rois Sares, Memorial, éd. M. Lopes de Almeida, Coimbra, Universidade de Coimbra, 1953, p. 458.

33 AHN, Estado, lib. 737, fos 395 sq., Consulta del Consejo de Estado [1623].

34 EFO, III, p. 185, Carta da Câmara ao govemo em 7 de junho de 1625.

35 ΑΝΤT, Manuscritos da Livraria, 1634, fos 302-304, Carta de Nuno da Fonseca (9 juillet 1625).

36 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 161, 1607 ; José Timoteo Montalvão Machado, « Setubal sob ο domínio Filipino », Arqueologia e História, 8e série, IX, [Lisbonne], 1962, pp. 45-71.

37 AGS, GA, 3151, Consulta del Consejo de Guerra (10 décembre 1627).

38 BA, 51 VIII 22, fos 66, Carta dos governadores (30 juin 1628).

39 AGS, GA, 1325, Carta de Francisco Messia Capitán de Setubal a la Junta de Armadas (3 mai 1628) ; AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (26 mai 1628).

40 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo a la Junta de Armadas (4 mai 1628),

41 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (18 mai 1628).

42 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 11, 48, 49, 50, 53, 54, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 87, 88, 89, 90 et 160.

43 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (17 mars 1630).

44 ΒL Add., 20949, f° 260, Ordem de El-Rei (14 avril 1628).

45 AGS, GA, 3154, Consulta de la Junta de Armadas (23 septembre 1630).

46 AGS, GA, 3154, Cartas deTomás de Ibio Calderon a la Junta de Armadas (3 octobre 1630 et 9 octobre 1630).

47 AGS, GA, 3134, Carta del duque de Nájera a la Junta de Armadas (19 septembre 1630).

48 AGS, GA, 3156, Carta del duque de Nájera a la Junta de Armadas (12 mars 1631).

49 AGS, GA, 3156, Consulta de lajunta de Armadas (5 juin 1631).

50 AGS, GA, 3156, Consulta de lajunta de Armadas (20 novembre 1631).

51 EFO, L. III, pp. 463-464, Carta de Sua Magde para ο conde presidente (27 novembre 1631).

52 ΒA, 51 X 1, fos 279-282, Sobre a junta que se fez acerca da avaria dos asucares e outras particidares em que se acharão prezentes Thomas de Ybio, Dom Antonio de Oquendo, o Conde de Castello Novo e os Ses Governadores (6 décembre 1631) ; AGS, GA, 3159, Carta del rey al conde de Castelonovo (27 novembre 1631) ; BA, 51 X 4, f° 99, Consulta da junta em que assiste Dom Fadrique de Toledo e ο conde de Castelo Novo (16 septembre 1632).

53 AGS, GA, 3156, Consulta de la Junta de Armadas (29 décembre 1631).

54 AGS, GA, 3157, Carta de Diogo Soares (31 décembre 1631).

55 ΒA, 51 X 2, f° 31, Consulta del Consejo de Portugal (13 février 1632), voir également fos 43-44 et 63 ; AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (28 janvier 1632).

56 ΒA, 51 X 4, f° 71r°-v°, Carta del rey (24 février 1632).

57 BA, 51 X 4, f° 158, Carta do governo (13 novembre 1632).

58 AGS, GA, 3151, Carta de Tomás de Ibio Calderon a la Junta de Armadas (27 novembre 1627).

59 AGS, GA, 3159, Carta de Fadrique de Toledo a la Junta de Armadas (13 avril 1632).

60 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (25 avril 1632).

61 AGS, GA, 3159, Carta de Fadrique de Toledo a la junta de Armadas (1er mai 1632).

62 AGS, GA, 3159, Carta de don Jerónimo de Leon a la Junta de Armadas (3 mai 1632).

63 AGS, GA, 3159, Carta de Fadrique de Toledo a la Junta de Armadas (1er juillet 1632).

64 AGS, GA, 3159, Carta de Fadrique de Toledo a lajunta de Armadas (1er mai 1632).

65 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (14 mai 1632).

66 AGS, GA, 3159, Carta de Juan de Soria et Aguilera a la Junta de Armadas (15 juin 1632).

67 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (8 juillet 1632).

68 AGS, GA, 3158, Consulta de la Junta de Armadas (16 octobre 1632).

69 AGS, GA, 3159, Consulta de lajunta de Armadas (23 novembre 1632).

70 ΒA, 51 X 4, f° 213, Sobre ο alojamento da gente do terço (25 décembre 1632).

71 AGS, GA, 3161, Carta de Fadrique de Toledo a la Junta de Armadas (3 janvier 1632).

72 ΒΑ, 51 X 5, fos 112-114, Consulta del Consejo de Portugal (22 janvier 1633).

73 AGS, GA, 3161, Consulta de la Junta de Armadas (25 janvier 1633).

74 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 129, Carta de Gabriel de Peña Losa governador da Fortaleza de San Gian em que pedia dinheiro para socorro da gente da guranição... (9 février 1632.)

75 Antonio Domínguez Ortiz, « La movilización de la nobleza castellana en 1640 », Anuario de Historia del Derecho Español, 25, 1955, pp. 799-824.

76 AGS, GA, 3161, Consulta de la Junta de Armadas (6 juillet 1633).

77 AGS, GA, 3161, Consulta del Consejo de Guerra (20 novembre 1633).

78 AGS, GA, 3161, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (6 juillet 1633).

79 F.FO, IV, p. 346 Consulta da Câmara á duqueza de Mantua em 3 d’agosto de 1638.

80 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (2 octobre 1634).

81 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (19 novembre 1634).

82 AHN, Estado, lib. 737, f° 99, Consulta del Consejo de Estado (5 novembre 1621).

83 BPE, CIV 1-24, fos 15-16, Boto del conde de Onate sobre si combiene sacar el Presidio de Portugal de los Castellanos·, dado en el Consejo de Estado en 25 de abril de 1625.

84 EFO, III, p. 154, Carta da câmara a el-rei em 11 de fevereiro de 1625.

85 ΒΡΕ, cód. CIII/2-14, fos 189 sq., Parecer da câmara de Lisboa, s. d. ; ΒΑ, 51 II 25, fos 117-124, Appontamentos de mistura as couzas originaês q tem lançdo a perder este Reino e a India posta no estado que se ve e intamente vao os meyos q pode aver era se tirar o direiro pera o soccoro, § 17, s, d., 1628.

86 EFO, III, p. 152, Carta da Câmara a El-Rei em (11 février 1625) ; III, p. 162, Assento de vereação de 1 de março de 1625.

87 AGS, GA, 993, Carta del rey a don Fernando de Toledo (31 mai 1628).

88 BNM, ms. 2845, 6, Consulta del Consejo de Portugal (6 juillet 1623).

89 AGS, CJH, 592(7), Consulta del Consejo de Hacienda, s. d. (juin 1623).

90 AGS, GA, 3159, Consulta de la Junta de Armadas (24 avril 1632).

91 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc 11, Carta de Luís Martins Pinheiro escrita de Setúbal (28 février 1630),

92 AGS, GA, 3161, Consulta de lajunta de Armadas (27 juin 1633).

93 AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (1er février 1630).

94 AGS, SP, 1478, fos 55-56, Consulta del Consejo de Portugal (28 juin 1635).

95 AGS, GA, 892, Memorial de Tiburcio Spanoqui (18 décembre 1622).

96 EFO, III, p. 106 Carta da Câmara a El-Rei (10 août 1624).

97 AGS, GA, 896, Consulta del Consejo de Guerra (14 juillet 1623).

98 AGS, GA, 897, Carta del marqués de Cropani (4 février 1623).

99 BNM, ms. 2847, Consulta del Consejo de Estado (13 octobre 1625),

100 AGS, GA, 914, Carta de los governadores al Consejo de Portugal (20 novembre 1615).

101 AGS, GA, 912, Consulta del Consejo de Guerra (1er mars 1625).

102 AGS, GA, 993, Carta do arcebispo governador ao Conselho de Portugal (17 juillet 1629).

103 AGS, GA, 993, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (18 juillet 1629).

104 AGS, GA, 993, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (22 juillet 1629).

105 AGS, GA, 1011, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Portugal (17 août 1630).

106 AGS, GA, 1011, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Portugal (1er septembre 1630).

107 AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (19 novembre 1630),

108 AGS, GA, 1325, Carta del duque de Maqueda al Consejo de Guerra (3 janvier 1631).

109 AGS, GA, 1011, Carta de Fernando Albia de Castro al Consejo de Guerra (2 novembre 1630).

110 AGS, GA, 1011, Carta del duque de Maqueda al Consejo e Guerra (20 octobre 1630).

111 AGS, GA, 1325, Consultas del Consejo de Guerra (19 juillet 1630 et 10 octobre 1631) ; AGS, GA, 1325, Carta de Fernando Albia de Castro al Consejo de Guerra (15 juin 1636).

112 Alberto Iria, Cartas dos Governadores do Algarve (1638-1663), Lisbonne, Academia Portuguese de História, 1978, doc. 12, Carta a el-rei (8 mai 1638).

113 Ibid.doc. 15, Carta a el-rei (8 juin 1638).

114 AGS, GA, 1011, Consulta del Consejo de Guerra (11 janvier 1630).

115 BNM, ms. 2848, Consulta del Consejo de Portugal (25 août 1626).

116 AGS, SP, lib. 1532, f° 31, Consulta del Consejo de Portugal (28 juin 1634).

117 ANTT, Corpo Cronológico, II/369, doc. 5, Relation de los soldados que han huydo de los que han inviado a los presidios dete Reyno... (10 mai 1636.)

118 AGS, SP, lib. 1469, Consulta del Consejo de Portugal (26 février 1636) ; AGS, GA, 1180, Carta de Margarita de Mantua al Consejo de Guerra (copie), s. d., 1636.

119 AGS, Estado, 2657, Consulta del Consejo de Estado (21 août 1636).

120 AGS, GA, 1180, Carta de Margarita de Mantua al Consejo de Portugal (1er juin 1636).

121 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (3 mai 1636) ; ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 135, Carta do secretario Gaspar Roiz Escaray ao Vedor Geral d. António de Arteaga (27 avril 1636).

122 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 13, Aviso da Princeza Margarida para ο Doutor Borges ver os papeis sobre hu medico... (15 mai 1639.)

123 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Guerra (17 juin 1636).

124 AGS, SΡ, 1478, Consulta del Consejo de Portugal (6 juillet 1635).

125 AGS, GA, 889, Consulta del Consejo de Guerra (2 novembre 1623), citée par I. Anthony A. Thompson, « Aspects of Spanish Military and Naval Organization During the Ministry of Olivares », dans War and Society in the Habsburg Spain, t. IV, Londres, Variorum, 1992, pp. 1-26.

126 Ibid.

127 AGS, SP, lib, 1570, s. d., Correo ordinario de septembre 1637.

128 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo al Consejo de Portugal (26 avril 1634).

129 AGS, GA, 1325, Carta de dom Diogo de Castro a ! Consejo de Portugal (21 avril 1634).

130 AGS, Estado, 2655, Consulta del Consejo de Estado (14 janvier 1635).

131 AGS, SP, 1751, Consulta del Consejo de Portugal (24 octobre 1640).

132 ACB, Variorum, vol. XLII, Carta de Francisco Leitão au Consejo de Portugal (7 juin 1637).

133 BNM, ms. 2846, f° 123, Consulta del Consejo de Portugal (17 février 1625).

134 ANTT, Corpo Cronológico, II/369, doc. 50, Copia da carta que se mandou ao conde de Athoguia para aprontarno porto de Peniche huma Cravella (24 juillet 1636).

135 AGS, SP, lib. 1478, fos 64-63et 250-251, Consultas del Consejo de Portugal (6 juillet 1635 et 2 janvier 1636).

136 AGS, SP, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta del Despacho de Portugal (30 juillet 1639).

137 AGS, GA, 3147, Consulta del Consejo de Guerra (27 mai 1621), cité par I. Anthony A. Thompson, art. cit.

138 Caria Rahn Phillips, Sets galeones para el rey de España. La defensa imperial a principios del siglo XVII [Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1986], Madrid, Alianza Editorial, 1991.

139 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 39, Carta de Tomás de Ibio Calderón (20 février 1624) ; AGS, GA, 916, Carta de Tomás de Ibio Calderón a la Junta de Armadas (28 juin 1625) ; AGS, GA, 3150, Carta deTomas de Ibio Calderón a la Junta de Armadas (30 avril 1626) ; AGS, GA, 3151, Carta de Tomás de Ibio Calderón a la Junta de Armadas (16 mai 1627).

140 AGS, GA, 3153, Consulta de lu Junta de Armadas (29 juillet 1629) ; AGS, GA, 1011, Consulta de la Junta de Armadas (10 juin 1630) ; ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 173, Carta de Antonio de Salinas a Thomas de Aguirre (28 juillet 11629).

141 AGS, GA, 3151, Consulta de la Junta de Armadas (26 mars 1627) ; AGS, GA, 996, Consulta de la Junta de Armadas (13 mars 1629).

142 AGS, GA, 912, Carta deTomás de Ibio Calderón (9 octobre 1625).

143 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 39, Carta deTomas de Ibio Calderón (20 février 1624).

144 AGS, GA, 3152, Consulta de la Junta de Armadas (29 juillet 1628) ; AGS, GA, 995, Consulta del Consejo de Guerra (29 janvier 1629).

145 AGS, GA, 918, Consulta de la Junta de Armadas (25 février 1625) ; AGS, GA, 912, Consulta de la Junta de Armadas (30 décembre 1625) ; AGS, GA, 3150, Consulta de la Junta de Armadas (30 juin 1626).

146 AHN, Estado, 2403, Consulta del Consejo de Guerra (8 février 1631).

147 JJAS, Carta Regia de 14 septembre 1630 ; Luís Rebello da Silva, História de Portugal nos séculos XVI e XVIII, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1860, t. III, 409 V, 438 ; ΒΑ, 51 Χ 1, fos 279-285, Carta do Conde de Basto (13 décembre 1631) ; JJAS, Regimento da Junta da Fazenda de 28 juin 1631 ; AGS, SP, lib. 1477, f° 8, Consulta del Consejo de Portugal (20 juin 1631),

148 BL Eg., 1133, fos 165-171, Réponse de Tomás de Ibio Calderón [s. d.] ; BNM, ms, 18722/25, Carta Tomas de Ibio Calderón (novembre 1631) ; BL Eg., 1133, fos 184-185, Autos dos medicos (15 mai 1631) ; BNM, ms. 18718/27, Carta de Tomás de Ibio Calderón (12 décembre 1631).

149 BL Eg., 1135, fos 205-206, Carta de Mendo da Mota (8 août 1626) ; AGS, GA, 3150, Consulta de la Junta de Armadas (25 septembre 1626) ; JJAS, Carta Regia de 13 décembre 1628.

150 AGS, GA, 3154, Carta de Antonio de Oquendo (13 décembre 1630).

151 AGS, GA, 3154, Carta de Tomás de Ibio Calderón (13 décembre 1630).

152 AGS, GA, 3154, Consulta de la Junta de Armadas (19 décembre 1630).

153 AGS, GA, 3157, Consulta de la Junta de Armadas (22 décembre 1631) ; AGS, GA, 3158, Consultas de lajunta de Armadas (11 août 1632 et 27 septembre 1632) ; AGS, GA, 3158, Relación de los navíos de su Magestad y de particulates que se hallan al presente en los puertos de España (4 février 1632).

154 AGS, GA, 3159, Consulta de lajunta de Armadas (22 mars 1632).

155 ΒA, 51 X 4, f° 197, Sobre a suspensão do apresto da armada (11 décembre 1632).

156 ANTT, Corpo Cronológico, 11/367, doc. 182, Horden que dio el secretario Gaspar Ruiz de Escaray a lo maestres de navios (27 juin 1635).

157 AGS, SP, 1478, fos 20-21, Consulta del Consejo de Portugal (16 juin 1635) ; AGS, SP, lib. 1570, s. d., Correo extraordinario de 20 août 1637, Carta 6.

158 AGS, SP, 1478, fos 256v°-257v°, Consulta del Consejo de Portugal (25 février 1636).

159 AGS, GA, 3167, Consultas de la Junta de Armadas (7 février 1636 et 7 mars 1636).

160 AGS, GA, 3167, Consulta de lajunta de Armadas (1er mars 1636).

161 Une ponction sera effectivement pratiquée sur la caisse de l’extracção ; voir chapitre viii, pp. 370-371.

162 AGS, GA, 3167, Consulta de lajunta de Armadas (10 mars 1636).

163 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (14 mars 1636).

164 AGS, GA, 3167, Consulta de lajunta de Armadas (25 avril 1636).

165 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (14 juillet 1636).

166 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (25 août 1636).

167 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (27 septembre 1636).

168 AGS, GA, 3167, Consulta de la Junta de Armadas (23 décembre 1636).

169 ANTT, Corpo Cronologico, I/120, doc. 32, 1639.

170 Antonio Rodríguez Villa, La corte y la monarquía de España en los años 1636 y 1637 Madrid, 1886, carta XII, p. 82 (1er février 1637) ; ACB, Variorum, vol. XLII, fos 112-113, Carta de Francisco Leitão au Consejo de Portugal (8 août 1637).

171 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 114-115, Carta de Francisco Leitão al Consejo de Portugal (22 août 1637).

172 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 140-144, Carta de Francisco Leitão al Consejo de Portugal (7 juin 1637) ; ACΒ, Variorum, vol. XLII, f° 137, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (2 octobre 1637).

173 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 118-119 et 150-151, Cartas de Francisco Leitão al Consejo de Portugal (16 septembre 1637 et 3 octobre 1637).

174 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 155-156, Carta de Francisco Leitão al Consejo de Portugal (13 juin 1637).

175 AGS, GA, 3168, Consulta de la Junta de Armadas (20 avril 1637).

176 ANTT, Corpo Cronológico, II/371, doc. 41, Avizo de Thomas de Ybio Calderon por que manda se lhe de huma conta exacta do importe dos vestidos que se derão a cada soldado (26 juillet 138).

177 AGS, Estado, 2660, Memorial del Consejo de Estado, s. d. [1638]. Sur cette convocation de la noblesse portugaise à Madrid, voir chapitre v, p. 230.

178 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 158-159, Carta de Francisco Leitão al Consejo de Portugal (3 août 1638).

179 AGS, GA, 1238, Carta deTomàs de Ibio Calderón a la Junta de Armadas (2 juin 1638).

180 ACB, Variorum, vol. XXX, Carta de Tomàs de Ibio Calderón a la Junta de Armadas (9 juillet 1635).

181 AGS, GA, 1240, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (23 février 1638).

182 AGS, GA, 1242, Carta de Fernando Albia de Castro a la Junta de Armadas (10 août 1638).

183 AGS, GA, 1238, Carta de Tomás de Ibio Calderón a lajunta de Armadas (6 août 1638).

184 BPE, cód. CV/2-19, Carta de Diogo Soares a Miguel de Vasconcelos (18 juin 1639).

185 AGS, GA, 1261, Carta de Tomás de Ibio Calderôn a lajunta de Armadas (30 juillet 1639) ; AGS, GA, 3176, Carta de Tomás de Ibio Calderón a lajunta de Armadas (31 janvier 1640) ; AGS, GA, 3176, Consulta de lajunta de Armadas (8 février 1640).

186 ΒA, 51 VI 21, f° 329, Consulta do Conselho da Fazenda de 6 novembre 1640.

187 ΒΡΕ, cód. CXIV/1-39.

188 ACB, Relación de los procedimientos que el marques de la Puebla ha tenido m Portugal contra el secretario de su Magestad en la superintendencia de los negocios de aquel reyno de que se ha originado la mquietud publica y ocasiono los tumultos y rebelion, f° 47, § 77 ; Pellicer, Avisos (18 décembre 1640).

189 Carlos de Silva Tarouca, « Cartas Reais do Arquivo de Cadaval », Brotéria, XXXVII, 1943, p. 39 (cité Silva Tarouca, « Cartas Reais »), Carta de El-Rei ao marqués de Ferreira (8 novembre 1625), p. 29 ; Carta de El-Rei ao marqués de Ferreira (12 mars 1633), p. 17 ; Carta de El-Rei ao marqués de Ferreira (12 janvier 1634). ΒΑ, 51 Χ 2, f° 167r°-v°, Carta ao conde de Miranda (31 janvier 1632).

190 BNM, ms. 2845, f° 83, Consulta del Consejo de Portugal (30 juin 1623) ; AGS, GA, 3151, Consulta de la Junta de Armadas (16 mai 1627).

191 António de Oliveira, « Levantamentos populares do Algarve em 1637-1638. À repressão », Revista Portuguese de História, XX, 1984, pp. 1-182.

192 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 41, Carta do conde de Castanhede (10 mars 1624).

193 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 137, Carta de don Jorge de Mascarenhas (18 septembre 1627) ; ACΒ, Variorum, vol. ΧΧV, s. d., Relacion de las imposiciones que se ban puesto en Portugal..., Consulta del Consejo de Portugal (20 septembre 1627).

194 AGS, GA, 912, Consulta del Consejo de Guerra (1er mars 1625).

195 Voir p. 266.

196 AGS, GA, 914, Consulta del Consejo de Guerra (19 février 1625).

197 AGS, GA, 912, Consulta del Consejo de Guerra (5 juin 1625).

198 AGS, GA, 912, Consulta del Consejo de Guerra (27 juillet 1625).

199 AGS, GA, 912, Consulta del Consejo de Guerra (24 septembre 1625).

200 AGS, GA, 920, Carta de la ciudad de Badajoz al Consejo de Guerra (27 août 1625).

201 AGS, Estado, 2657, Consulta del Consejo de Estado (27 juin 1636).

202 AGS, GA, 1195, Carta de Fernando Albia de Castro al Consejo de Guerra (2 mai 1637).

203 AHN, 7156, Consulta del Consejo de Castilla (10 janvier 1639) ; AHN, Estado, lib. 348, Carta de Diego Suarez (23 septembre 1639).

204 AGS, SP, lib. 1478, fos 102-103, Consulta del Consejo de Portugal (11 août 1635).

205 AGS, GA, 1227, Carta de Tomás de Ibio Calderón al Consejo de Guerra (18 septembre 1638).

206 EFO, IV, p. 351, Consulta da Câmara a El-Rei (11 septembre 1638).

207 AGS, GA, 1193, Relación de las Juntas de Guerra, s, d. (1637).

208 AGS, SP, lib. 1471, s, d., Consulta de la Junta del Ejército de Portugal (28 juin 1639),

209 AGS, GA, 1298, Cartas de Afonso de Alencastre marqués de Puerto Seguro e Valdefuentes (23 avril 1635).

210 AGS, SΡ, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta de Portugal (4 mars 1639).

211 SILVA TAROUCA, « Cartas Reais », Carta de Margarita de Mantua ao marqués de Ferreira (31 mars 1639) ; AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (11 août 1638).

212 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (4 août 1638).

213 AGS, GA, 1258, Consulta de la Junta de Coroneles (22 janvier 1639).

214 AGS, GA, 1336, Consulta del Consejo de Guerra (24 février 1640).

215 Luisa Isabel Alvarez de Toledo, Historia de una conjura. La supuesta rebelión de Andalucía en el marco de las conspiraciones de Felipe IV y la independencia de Portugal, Jerez de la Frontera, Diputación Provincial de Cadiz, 1985, pp. 33-37.

216 ΑΝΤΤ, Corpo Cronológico, I/120, doc. 31, Consulta da Junta de Soldados (19 juillet 1639).

217 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 33, Consulta da junta de Soldados (16 août 1639).

218 Mario Cardoso, « Ο mestre de campo Alvaro de Sousa e O têrço organizado em Guimarâes em 1639 », Revista de Guimarães, 1940, pp. 123-218.

219 L’étude repose surl’analyse d’un volume manuscrit, conservé à Guimarâes, intitulé Cartaseordens de Sua Magde para Alvaro de souza meu Sor tocantes a praça darmas de guimarais e marcha q com o terço fes a Cadis.

220 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 49, Carta de Paulo de Souza (14 janvier 1640).

221 AGS, SP, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta del Despacho de Portugal (9 janvier 1640).

222 Francisco Manuel de Melo, Epanaforas de varia história portuguesa [1660], éd. Joel Serrão, Lisbonne, Imprensa Nacional - Casa da Moeda, 1977, t. I, p. 146.

223 AGS, SΡ, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta del Despacho de Portugal (3 octobre 1639).

224 AGS, GA, 1227, Consulta de la Junta de Ejecución de Soldados (16 avril 1638).

225 AGS, GA, 1226, Carta de Fernando Ruiz de Contreras a José González (5 mai 1638).

226 AGS, GA, 1195, Consulta del Consejo de Guerra (9 janvier 1637).

227 AGS, GA, 1227, Carta de Martim Afonso de Ataide a lajunta de Armadas (13 octobre 1638).

228 AGS, GA, 1226, Carta del duque de Bergança al Consejo de Guerra (23 mai 1638).

229 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (20 octobre 1638).

230 AGS, GA, 1227, Consulta de la Junta de Ejecución de Soldados (16 avril 1638).

231 AGS, GA, 1226, Carta de Francisco Manuel de Melo al Consejo de Guerra (14 août 1638).

232 AGS, GA, 1226, Carta de Francisco Manuel de Melo al Consejo de Guerra, s. d.

233 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. II, f° 16.

234 Carta de Miguel de Noronha (20 octobre 1637), cité dans Edgar Prestage, D. Francisco Manuel de Melo. Esboço biográfico, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1914, p. 465.

235 Stuart B. Schwartz, « The Voyage of the Vassals : Royal Power, Nobles Obligations and Merchant Capital before the Portuguese Restoration of Independence (1624-1640) », The American Historical Review, 96(3), 1991, pp. 735-762.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search