Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Troisième partie. Les institutions castillanes au Portugal : les conflits de juridictions comme exercice de la politique

Introduction. Visages quotidiens de l’Unión de Armas

Texte intégral

1Le thème et le terme de Restauration sont communs aux rebelles et aux Conseils de Madrid : à l’accusation de tyrannie répond celle de trahison. L’agitation politique des dernières années prend racine dans un ensemble de pratiques politiques généralisées et diffuses dans l’ensemble de la société portugaise. La greffe n’a finalement pas pris et il ne nous appartient pas d’imaginer qu’elle aurait pu tenir, pas plus que d’affirmer que le rejet était inscrit dans les gènes socioculturels du Portugal moderne. En revanche, il faut essayer d’identifier ce qui n’a pas pris, de repérer où le rejet s’est opéré.

2Réfléchissant sur l’échec de Napoléon en Allemagne, Chateaubriand émettait cette sentence :

  • 1 Mémoires d’Outre-Tombe, livre XX, chap. V, éd. Maurice Levaillant et Georges Moulinier, Paris, Gall (...)

La Confédération du Rhin est un grand ouvrage inachevé qui demandait beaucoup de temps, une connaissance spéciale des droits et des intérêts des peuples ; il dégénéra subitement dans l’esprit de celui qui l’avait conçu : d’une combinaison profonde, il ne resta qu’une machine fiscale et militaire1.

3Ni Philippe II, ni Olivares ne peuvent être envisagés comme les « auteurs » d’un « grand ouvrage ». Et voici ce qui reste lorsqu’on fait abstraction des grands desseins : fiscalité et armée. Les grandes négociations fiscales viennent d’être analysées. Voyons à présent ce qui dans la gestion castillane du royaume portugais ne relève pas en principe de la négociation. Les Cortes portugaises de 1581 avaient établi que l’union ne porterait que sur l’exercice des droits patrimoniaux du roi du Portugal par le roi de Castille et sur l’installation de présides castillans le long du littoral portugais. Impôt ordinaire et sécurité : voilà donc les terrains connexes sur lesquels opère réellement l’union dynastique. Si nous souhaitons donc essayer de comprendre à la fois le contenu du pacte d’union et les raisons de son échec, il nous faut nous concentrer sur ces deux points. Car sur toute une série de sujets, qui sont autant de terrains d’exercice de l’autorité, aucune confusion n’était permise ou même pensable. La langue portugaise, la noblesse, le clergé, le territoire du Royaume, la monnaie, la justice, l’exclusivité coloniale : autant de domaines où le roi ne peut agir qu’en tant que roi de Portugal.

4Mais dans le domaine de la fiscalité, nous l’avons vu, l’extension de la perception des droits patrimoniaux par la négociation de ponctions nouvelles ouvre la liberté d’action du roi sur un espace strictement régi par l’équilibre politique et social du Royaume. Par ailleurs, la présence de présides castillans et l’organisation de flottes conjointes destinées à reconquérir le Brésil impliquent l’exercice de la juridiction militaire castillane en terre portugaise. Puisque nous cherchons à repérer où la greffe n’a pas pris, il nous faut identifier les lieux de confrontation réels des vouloirs politiques castillans et portugais — à supposer que l’identification nationale soit la plus pertinente. Les archives portugaises et espagnoles conservent une abondante documentation sur un certain nombre d’institutions castillanes exerçant leur juridiction au Portugal. Il ne s’agit plus ici de s’interroger sur le rejet par les élites et les populations portugaises des grands desseins sortis des bureaux madrilènes. L’objet de notre réflexion doit désormais porter sur les frictions quotidiennes ou les accords passés au jour le jour entre acteurs reconnais sables et disposés à identifier leurs décisions en termes d’adhésion à tel ou tel modèle d’exercice de la politique. Rien ne serait plus dommageable à notre enquête que de vouloir surinterpréter les prises de décision selon des grilles de lecture partisanes — Portugal contre Castille, tradition contre innovation — qui sont justement celles des polémistes du XVIIe siècle. Nous essaierons de voir comment fonctionnaient ces organismes castillans en terrain portugais et d’écouter, lorsque leur correspondance est disponible, comment les acteurs analysaient les conditions d’exercice de leurs missions.

5De quels organismes s’agit-il ? L’Audiencia de la Gente de Guerra de Portugal, autrement dit le tribunal chargé de se prononcer sur les affaires concernant des soldats castillans stationnés au Portugal, ne laisse pas d’archives homogènes. En revanche, la section Guerra Antigua de l’Archivo General de Simancas conserve des centaines de lettres adressées par les officiers supérieurs (maestres de campo) et les magistrats militaires (auditores et veedores) à différents Conseils de Madrid (Estado, Guerra, Portugal) et juntas (Armadas, Almirantazgo, Bienes de Franceses). Cette correspondance permet de mieux saisir comment pouvaient travailler, sur le terrain, des magistrats et commissaires castillans ou portugais rattachés aux juridictions castillanes. L’organisation des flottes conjointes et le logement des troupes, voilà un domaine d’action confié à la juridiction de la capitainerie générale, par laquelle des sujets portugais sont susceptibles d’être entendus par des officiers castillans. On peut également voir opérer la veeduría del contrabando, inspection chargée de faire appliquer au Portugal les consignes de guerre économique, essentiellement destinées à interdire le commerce hollandais, puis (à partir de 1635) français dans les ports du Royaume. Voilà un organisme doté d’une juridiction qui ne concerne plus seulement les soldats castillans, mais qui peut être amenée à confisquer des marchandises destinées à des sujets portugais du roi. La question de la contrebande entraîne une opposition de la part des douanes portugaises, institutions mal connues, dont on sait qu’elles sont de loin la source de revenus la plus importante du Royaume. La documentation disponible permet de décrire un certain nombre de confrontations entre organes castillans et douanes, et l’existence d’une interminable visite de la douane de Lisbonne pendant les années 1630 est utile pour comprendre le fonctionnement du monde complexe d’une des plus importantes escales du monde. Enfin, dans le domaine fiscal et commercial, on ne saurait dessiner l’histoire du Portugal sans s’arrêter sur la question fondamentale de la production et de l’exportation du sel. Cette denrée essentielle situe le littoral portugais dans une position très particulière pour l’ensemble des échanges avec la mer du Nord, de l’Angleterre à la Baltique en passant par les « Îles » rebelles. Or précisément, une institution castillane, l’« Administración de la Extracción de la Sal », parce que son instance d’appel se trouve à Madrid, prélève une taxe sur l’exportation du sel acquittée par les marchands venus le chercher au Portugal (et en Andalousie). L’étude du fonctionnement de cet organisme nous semble particulièrement utile pour trois raisons : l’importance capitale de l’économie saline au Portugal, la qualité et l’abondance de la documentation relative à celle-ci, conservée dans les archives espagnoles et portugaises, enfin le fait que l’un de ses administrateurs fut Francisco Leitão, ce « premier ministre dans l’ombre » dont nous avons déjà souligné le rôle important.

  • 2 Bartolomé Yun Casalilla, « Corrupción, fraude, eficacia hacendística y economía en la España del si (...)

6En examinant les modalités de fonctionnement des différentes institutions évoquées jusqu’ici, presidios, apresto de las armadas, veedurías del contrabando, alfandêgas, extracción de la sal, il nous sera peut-être possible d’appréhender de plus près le phénomène de consolidation ou de rejet de l’union, difficile à saisir à d’autres échelles d’observation. Plus largement, nous voudrions essayer de mettre au point une analyse d’institutions qui ne sépare pas artificiellement le règlement de ses conditions plus ou moins négatives de formulation ou de réception, ou des pratiques qu’il induit. Autrement dit, nous souhaitons saisir ensemble l’initiative et la réponse qu’elle reçoit, le refus et l’acceptation, le consensus et la révolte2. Ce mode d’approche nous permettra peut-être d’échapper à l’apriorisme trop simple de l’opposition en termes nationaux. En acceptant d’être à l’écoute des coordonnées dans lesquelles évoluent les auteurs des correspondances que nous soumettons à l’analyse, nous verrons que les conflits de juridictions sont des clefs de lectures bien plus satisfaisantes que les interprétations vagues qui usent jusqu’à la corde les concepts d’absolutisme et de nation sans plus jamais les interroger.

Notes

1 Mémoires d’Outre-Tombe, livre XX, chap. V, éd. Maurice Levaillant et Georges Moulinier, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade (3e éd.), 1957, t. I, p. 752.

2 Bartolomé Yun Casalilla, « Corrupción, fraude, eficacia hacendística y economía en la España del siglo XVII », dans El fraude fiscal en la historia de España, dossier publié par la revue Hacienda Pública Española, 1994(1), pp. 47-60.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search