Version classiqueVersion mobile

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

 | 
Véronique Lamazou-Duplan

III.1. — Structurations archivistiques et familiales : constitution, conservation, transmission, reconstitution

Compétences sociopolitiques et constitution d’archives familiales au Portugal (xive-xviiie siècles)

Mário Farelo, Jacques Paviot, Margarida Leme et Maria João da Câmara Andrade e Sousa

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été élaboré avec la collaboration de Rita Sampaio da Nóvoa (Universidade Nova de Lisboa (...)

1Les quatre études de cas envisagées ici mettent l’accent sur certaines des stratégies de production et d’accumulation documentaires sous-jacentes à la création et à la conservation d’archives de famille au Portugal1. Suivant une démarche chronologique, de la fin du xiiie siècle au milieu du xviiie siècle, elles analyseront des archives laissées par des groupes familiaux de la moyenne noblesse, d’envergure locale, qui se distinguèrent par l’exercice de fonctions auprès de l’administration centrale et locale ou par celui de charges de nomination royale, deux voies garantissant une proximité plus ou moins étroite selon les cas vis-à-vis de la Couronne et de la cour royale.

2Chacun de ces exemples s’inscrit également dans une enquête commune sur des ensembles documentaires qui ont fondé ces recherches pour aboutir ensuite à une brève description des parcours sociaux et politiques des familles étudiées. Notons que ces trajectoires ne sont pas seulement interprétées comme des épisodes de l’histoire sociale de la moyenne noblesse portugaise, mais aussi, et surtout, comme une succession de contextes de nature différente qu’exigèrent ou qui justifièrent la production et l’accumulation de documents puis leur mise en archive.

3Ainsi, nous chercherons à réfléchir à la façon dont les stratégies de promotion sociale, les connaissances techniques acquises dans l’exercice de fonctions administratives, l’accumulation progressive et le rattachement du patrimoine à la famille, ou même la proximité de la Couronne et ses praxis de gestion par l’écrit, se reflètent ou ont influencé la production documentaire familiale, la mise en œuvre d’une conscience de l’importance de la préservation d’un objet écrit et les stratégies archivistiques qui ont mené à la création et au maniement des archives de famille.

La famille des Nogueira

  • 2 Nous devons à M. Luís Vasconcelos e Sousa la permission d’accéder à ce fonds d’archives privées, a (...)
  • 3 Farelo, 2019.

4Les documents appartenant à la famille Nogueira forment le plus vaste ensemble des archives des vicomtes de Vila Nova de Cerveira, rassemblées au xixe siècle2. Le corpus ici retenu comporte environ 179 documents (originaux et copies) entre la fin du xiiie siècle et 1443, ce qui correspond grosso modo à l’arc temporel de nos recherches3. Toutefois, leur distribution demeure très inégale, puisqu’il ne subsiste presque plus de documentation avant le début du xive siècle.

  • 4 Sur l’étude biographique des membres de ce groupe et l’analyse de leur processus d’ascension, voir (...)
  • 5 Id., 2010 et 2014, p. 127.
  • 6 Sur ce personnage, voir les diverses références mises en avant dans Silva, inédit, 2016 et 2017.
  • 7 Id., inédit, p. 72 ; Martins, 2006, p. 126.

5Il serait possible de penser que cette distribution a moins à voir avec l’explosion documentaire très connue du bas Moyen Âge qu’avec la plus grande visibilité sociale et institutionnelle acquise par la famille à partir du xive siècle. La documentation conservée permet de retracer le processus d’ascension sociale de la famille qui semble être double4. Cette promotion tient, d’une part, à une insertion dans le milieu ecclésiastique. À maître Pierre, chanoine de Porto et « physicien », c’est-à-dire médecin du roi à la fin du xiiie siècle, succède au siècle suivant un évêque dans les diocèses de Guarda et d’Évora (Afonso Dinis). Cette entrée dans l’épiscopat lusitanien est un fait assez extraordinaire, dans la mesure où les neuf sièges cathédraux existant alors au Portugal souffrent de maintes pressions de la papauté et d’autres clercs portugais qui souhaitent y introduire leur propre clientèle5. Ce processus culmine au xve siècle avec l’accès d’Afonso Nogueira à l’archevêché de Lisbonne6. D’autre part, le groupe agit dans le Siècle : au début du xive siècle dans l’élite municipale de Lisbonne et ensuite dans la bureaucratie centrale du roi Alphonse IV [Afonso IV] (1325-1357), période pendant laquelle la visibilité du groupe s’accroît davantage. Elle permet sa consolidation à la cour et un resserrement des liens avec d’autres familles curiales, notamment par le truchement de mariages avec celles qui sont présentes dans la bureaucratie centrale. En termes fonctionnels, cette permanence à la cour permet l’obtention d’importantes charges de représentation du souverain, dont la plus importante demeure l’alcaidaria-mor (charge de « responsable du château ») de Lisbonne entre 1400 et 14327.

  • 8 De façon atypique, les archives de la famille conservent des documents à la typologie moins connue (...)

6Les logiques de production et de conservation de la documentation de la famille reflètent-elles ce processus d’ascension socio-fonctionnel ? D’emblée, il faut avoir à l’esprit que la logique de conservation et d’organisation des documents du corpus suit une classification fondée sur les majorats créés ou administrés par la famille depuis la fin du xiiie siècle, et donc que la transmission du patrimoine entre les diverses branches du groupe familial fait circuler les documents. Ainsi, ce qui reste actuellement de ce corpus correspond pour l’essentiel à des titres de propriété et à des documents de gestion foncière (30 achats ou ventes et 42 baux)8. Quant aux absences, il faut notamment relever l’inexistence d’instruments concernant la gestion du droit de patronage que la famille exerça sur la collégiale de Saint-Laurent de Lisbonne à partir du règne d’Alphonse IV.

7Ces observations font penser que ces archives furent organisées en fonction de l’administration spécifique et privée des majorats administrés par la famille, laquelle était séparée de l’administration des finances de la collégiale dont la famille détenait le droit de patronage et qui constituait la tête de la plupart desdits majorats. Cet effet d’archives « privées » est davantage accru par le fait que ce fonds ne contient aucun document sur la vie publique des membres qui poursuivirent une carrière dans l’épiscopat ou la bureaucratie centrale des souverains lusitaniens au cours de la période considérée.

La famille des Queimado Vilalobos

  • 9 Sur l’AGLS, voir Nóvoa, inédite.

8L’ensemble documentaire nommé aujourd’hui Arquivo Gama Lobo Salema (AGLS) était jusqu’à récemment à la garde de propriétaires privés. Il réunit à ce jour environ 2 000 documents, écrits, produits, reçus et conservés par divers groupes familiaux entre la fin du xiiie et la première moitié du xxe siècle9.

  • 10 Paviot, 1995 ; Moreno, 1979 ; Silveira, 2012 ; Nóvoa, inédite, pp. 186-248.

9Parmi les familles représentées dans ces archives, on trouve les Queimado Vilalobos, qui sont relativement bien connus de l’historiographie10 surtout grâce à Vasco Queimado de Vilalobos I, noble-homme et guarda-mor (« Grand gardien ») de l’infant Pierre [Pedro], duc de Coïmbre, qui, en 1449, participa à ses côtés à la bataille d’Alfarrobeira contre le roi Alphonse V. À la suite de la défaite de l’infant, Vasco Queimado fut fait prisonnier, expulsé du royaume et dépouillé de l’ensemble de ses propriétés, droits et privilèges.

  • 11 Paviot, 1995, pp. 128-130.
  • 12 Arquivo Nacional da Torre do Tombo (ANTT) [Lisbonne], Chancelaria de D. Afonso V, liv. 11, fo 7, L (...)
  • 13 ANTT, Arquivo Gama Lobo Salema, cx. 12, pt. 88, Testament de Vasco Queimado de Vilalobos II, copie (...)

10Contraint à l’exil parce qu’il médisait sur le roi, il décida de se fixer dans le duché de Bourgogne, à la tête duquel se trouvaient alors Philippe le Bon, et sa femme, Isabelle de Portugal, sœur de l’infant vaincu. Les archives bourguignonnes11 nous informent que Vasco Queimado a longuement servi Philippe le Bon puis son fils et successeur Charles le Téméraire et qu’il a joui de divers dons et privilèges, jusqu’à ce que, assez longtemps après avoir reçu le pardon du roi de Portugal12, il revînt dans son pays natal où il se consacra à la gestion de sa Maison et au renforcement du patrimoine familial jusqu’à sa mort, vers 147813.

  • 14 ANTT, Chancelaria de D. Afonso V, liv. 33, fo 97vo, Lettre de légitimation, 1473.

11Lui succéda son fils bâtard, légitimé en 147314, Vasco Queimado de Vilalobos II, écuyer d’écurie puis noble-homme du duché de Beja, qui fut élevé au statut de noble-homme de la Maison du roi grâce aux services rendus à la guerre durant le règne de Jean II [D. João II]. Vasco Queimado II est mort vers 1497 et lui ont succédé ses deux filles, Maria Queimada, mariée avec Simão de Miranda Henriques, noble-homme de la Maison du roi, et Isabel Queimada, mariée avec Nuno Fernandes da Mina, également noble homme de la Maison royale, commandeur et administrateur de l’ordre de Santiago.

12En cherchant à articuler les compétences sociopolitiques acquises par les membres de cette famille au cours du temps avec la production documentaire de chacun d’entre eux et avec la constitution d’archives familiales, nous nous posons les questions suivantes : dans quels contextes sociaux et politiques les documents ont-ils été produits, reçus et utilisés ? Dans quelle mesure les fonctions remplies, le statut et la sphère sociale, la gestion de la Maison et de la famille ont-ils exigé ou imposé la nécessité de produire et de conserver de la documentation ?

  • 15 ANTT, Arquivo Gama Lobo Salema, cx. 17, pt. 136 ; cx. 12, pt. 88 ; cx. 38, pt. 193, Documents sur (...)

13Considérant la faible quantité de documents produits, reçus, utilisés et conservés par les Queimados Vilalobos, et qui ont subsisté jusqu’à nos jours, la réponse à ces questions n’est pas toujours claire. En fait, dans l’AGLS, seulement huit documents sont conservés sur cette famille15. Toutefois, un scénario bien différent se dévoile lorsque l’on rapproche l’étude de ces actes, et celle de documents conservés par d’autres institutions, comme la chancellerie royale portugaise ou la Chambre des comptes des ducs de Bourgogne, d’inventaires ou de la prise en compte du contexte social et politique dans lequel a évolué la famille.

14Pour la génération de Vasco Queimado Vilalobos I, on se doute qu’au-delà des deux documents conservés dans l’AGLS, cet homme en a nécessairement reçu et utilisé d’autres (avec l’intention ou non de les conserver) comme, par exemple, les lettres patentes des ducs de la Bourgogne qui devaient être périodiquement présentées à la Chambre des comptes pour obtenir le versement des gages ou pensions.

  • 16 ANTT, Casa de Santa Iria, cx. 15, doc. 20, Inventaire général des biens de Vasco Queimado de Vilal (...)

15Plus intéressant est le cas de son successeur, à propos duquel on ne conserve aucun acte dans l’AGLS. Néanmoins, on peut déterminer qu’au moment de sa mort, vers 1497, il avait en sa possession plus de cinquante documents comme en informe l’un des plus anciens inventaires ou proto-inventaires de documents de famille connus au Portugal, conservé aujourd’hui aux Archives nationales16. Dressée en 1497, cette liste des actes de Vasco Queimado de Vilalobos II est intégrée à un inventaire général de tous ses biens et présente, sans organisation apparente et sans aucune numérotation, les registres trouvés à sa mort, la majorité d’entre eux concernant le patrimoine familial.

16Tant l’inventaire que la comparaison entre des documents subsistants aujourd’hui et ceux qui ont été produits, reçus, utilisés puis conservés par les familles, démontrent, d’après nous, l’importance d’analyser non seulement l’information textuelle contenue dans les traces documentaires qui nous sont parvenues, mais aussi les contextes sociaux, politiques, culturels ou religieux qui ont influencé ou requis la production de documents, leur utilisation, leur conservation et leur transformation postérieure en archives. Dans le cas des Queimado Vilalobos, on peut conclure que ces contextes ont été soumis à plusieurs facteurs : d’un côté, des facteurs endogènes, liés à la gestion de la Maison et à la continuité, l’ascension et l’honneur de la lignée, avec des actes écrits capables de prouver et de rappeler à la postérité les droits patrimoniaux, la légitimité des héritiers, les volontés des prédécesseurs ou les privilèges maintenus et à maintenir à l’intérieur de la famille ; d’un autre côté, des facteurs exogènes, reliés à la nécessité de dialoguer au moyen de l’écrit avec d’autres institutions, non seulement du point de vue des bureaucraties professionnelles, mais aussi de façon à répondre et à se défendre des pressions externes qui pouvaient menacer la stabilité du groupe familial et qui, par conséquent, ont imposé le besoin de suivre des modèles exogènes d’administration et de gestion par l’écrit.

Óbidos-Palma-Sabugal : la famille des Costa

  • 17 Sur ces archives, voir Leme, 2012 et 2013a.
  • 18 À cause de la mort de António da Costa à Alcácer Quibir, Maria da Costa hérita du majorat institué (...)

17Les archives dites « Casa de Santa Iria », conservées aujourd’hui à la Torre do Tombo, intègrent celles des comtes d’Óbidos, de Palma et de Sabugal17. Ce fonds, gros d’un total d’environ 2 500 documents, témoigne des expériences et du patrimoine de ces familles nobles, liées par mariages successifs de leurs héritiers. Dans cette masse documentaire, il faut souligner l’existence d’un ensemble appartenant au majorat institué par Gil Eanes da Costa, incorporé dans la Maison de Palma par le mariage, à la fin du xvie siècle, de sa petite-fille Maria da Costa avec João Mascarenhas, les parents du premier comte de Palma et les grands-parents du deuxième et dernier18. Comprenant environ 200 documents, datés entre le début du xve et la fin du xvie siècle, ce corpus est important pour étudier la propriété dans la région de Santarém et les débuts de la colonisation des Açores.

  • 19 Pour aborder plus exhaustivement les biographies d’Álvaro da Costa et de son fils Gil Eanes, voir L (...)

18Gil Eanes da Costa est le fils de Álvaro da Costa, une figure importante mais mal connue de la cour du roi Manuel Ier (1495-1521)19. Álvaro da Costa serait né à Saint-Vincent de la Beira, fils de Martim Rodrigues de Lemos et d’Isabel da Costa. Il appartenait à la petite noblesse de province, mais nous ne savons pas quand et de quelle façon il arriva à Lisbonne. Apparu déjà adulte à la cour de Manuel, nous l’apercevons en qualité de « garçon de la garde-robe » en 1499 ; dès lors, il ne cessa de gagner la confiance du souverain qui fit de lui son « garde-robe » (1507), son grand armurier (1512) et chambrier (1513). En même temps, le roi lui confia d’importantes missions diplomatiques à Rome (1506) et en Espagne (1517-1518), où il négocia le mariage du roi avec la sœur de l’empereur Charles V, Leonor, qu’il servira comme Vedor da Fazenda (« Intendant des Finances »). En 1518, il est chevalier du Conseil du Roi ; il porte le titre de messire lorsqu’il est témoin du codicille du testament de Manuel, le 11 décembre 1521.

  • 20 ANTT, Casa de Santa Iria, cx. 5, doc. 39.

19Les charges d’Álvaro da Costa, qui lui ont valu la proximité et la confiance du roi, dépendirent des compétences administratives qu’il possédait, qu’il mit à profit pour son enrichissement personnel et la bonne gestion de fortes sommes d’argent de l’administration royale. Nous connaissons dans le détail de quelle façon il a su investir ses revenus dans l’acquisition et dans la gestion des rentes, avec lesquelles il acheta à son beau-frère son premier office, celui de garde-robe en 1507. En 1513 il investit de l’argent dans le commerce de l’Inde et, en 1520, il acheta au comte de Penela le lucratif monopole des échanges monétaires de la ville de Porto. Il fit construire sa résidence à Lisbonne près du palais royal. Il fut également administrateur de la Miséricorde et institua quatre chapelles funéraires, toujours grâce aux rentes acquises. Dans son premier testament20, nous constatons qu’au-delà de la fonction mémorielle de ses archives, ces dernières étaient parfaitement organisées. À sa mort, en 1540, il laissa ses fils mariés dans la haute noblesse du royaume et, tout porte à le croire, avec une fortune considérable.

  • 21 ANTT, Morgados e Capelas, Núcleo Antigo, liv. 190, Tombo do morgado instituído por D. Gil Eanes da (...)
  • 22 Arquivo Distrital de Santarém, Santa Casa da Misericórdia de Santarém, livro LHJ-0683, fo 47 ; ANT (...)

20Son premier-né, Gil Eanes da Costa, s’est marié deux fois : la première (1521) — « dans la fortune » — avec Maria do Outeiro, fille de João do Outeiro, un riche propriétaire des Açores, de l’île de Saint-Michel, et la seconde (1526) — « dans la noblesse » — avec Joana da Silva, petite-fille du premier baron d’Alvito. Avant que la mort ne le prît en 1568, il institua un riche majorat (1560) laissé à son fils António da Costa, père de Maria da Costa21. Ce fut elle qui se maria en 1586 avec João de Mascarenhas, seigneur de Palma. Gil Eanes aurait hérité des qualités administratives de son père, bien que n’ayant pas hérité de ses offices palatins. Il mérita la confiance de la reine Catarina qui le nomma intendant des Finances de son petit-fils, en 1562, charge qu’il a tenue jusqu’à sa mort en 1568. Ses archives étaient parfaitement en ordre, il affirmait lui-même « recevoir et garder lesdites chartes afin que je les aie dans mon chartrier22 ».

21À sa mort, sa fortune fut évaluée par Gaspar Frutuoso, son contemporain, à l’imposante somme de 300 000 cruzados. Ses compétences administratives furent indubitables, et même s’il eut un début de vie assez rempli, il sut gérer la fortune reçue, tout en profitant des circonstances pour la développer, investissant non seulement dans les padrões de juro (« obligations nominatives »), mais aussi dans des biens fonciers et des moyens de transformation.

22Ce sous-fonds, intégré aux archives de la Maison Óbidos-Palma-Sabugal, comprend des documents de typologies diverses, la majorité se référant à l’acquisition et à la gestion des biens fonciers, tout en incluant des documents d’autres natures — des diplômes de dot et de gages, des testaments, des partages des biens, des institutions de chapelles et majorats. Il s’agit donc d’une documentation d’une très grande richesse d’information et très peu représentée dans d’autres fonds documentaires. En guise d’exemple, mentionnons le contrat signé entre Álvaro da Costa et João do Outeiro en 1512, par lequel ils arrangeaient un mariage en faveur de leurs enfants, Gil Eanes, âgé de dix ans, et Marie, un peu plus âgée ; de même, le premier testament de Álvaro da Costa, daté de 1532 et jusqu’à présent totalement inconnu, se trouve dans ces archives familiales. Cet important document met en lumière l’homme pour lequel les sources officielles, y compris publiées, demeurent très laconiques.

  • 23 Voir Leme, 2013a.
  • 24 Auparavant, il établit avec sa deuxième femme une chapelle funéraire dans le monastère d’Almoster (...)

23Un autre noyau important de ces archives concerne le peuplement et la colonisation des Açores, au xve siècle23. La documentation conservée atteste de nombreuses fondations et échanges financiers. Par ailleurs, certaines propriétés achetées en Ribatejo, à partir de 1526, seront agrégées au majorat fondé en 156024.

  • 25 Summario Alfabetico dos Documentos Existentes no Cartorio da Ill.ma e Ex.ma Casa dos Senhores Cond (...)

24Les vies d’Álvaro da Costa et de son fils Gil Eanes sont ainsi « racontées » à travers une collection documentaire que nous pouvons nommer « Archives Costa », composée de près de 200 documents. Beaucoup d’autres documents ont probablement existé et existent peut-être encore, soit en possession des héritiers, soit ailleurs. En effet, le Summario Alfabetico dos Documentos Existentes no Cartorio, elaborado em 1836, liste près de 400 documents25. Si les archives d’Álvaro da Costa ne sont pas parvenues jusqu’à nous en tant que telles, ce qui est lié à des motifs divers ayant trait aux héritages et à des péripéties variées de l’histoire familiale, la constitution d’un majorat par Gil Eanes permit la conservation de nombre de documents concernant la famille. À cause de l’incorporation de son chartrier dans de vastes archives de famille, nous sommes assurés de sa bonne organisation et de l’importance qu’il accorda à la gestion de son patrimoine.

La Maison Belmonte

  • 26 Ce texte se fonde principalement sur les recherches inédites menées ces dernières années par Maria (...)

25Les archives de la Maison de Belmonte occupent trente mètres linéaires pour une documentation qui s’échelonne du début du xvie siècle à nos jours26. Elles sont demeurées en possession de la même famille et sont toujours conservées dans l’une de ses propriétés. Nous nous intéresserons ici à la documentation produite entre 1500 et 1807. Elle se caractérise par une typologie nettement administrative (certificats, sentences judicaires ou instruments de gestion agraire). À partir de ce corpus, il est possible retracer le parcours du lignage, l’accumulation patrimoniale, le pouvoir économique et le prestige social qu’il parvint à atteindre.

26Ce lignage est celui des Figueiredos appelés Escrivães da Fazenda  Scribes des Finances »), dont l’origine remonte à la création de la nation portugaise. Grâce à un parcours relativement proche de la cour, ses membres se maintiennent dans l’administration au service du roi durant le xve et la première moitié du xvie siècle. L’accumulation de la documentation débute en 1499, avec l’achat de différents maisons et lopins de terre, et se poursuit par la fondation de deux majorats, l’un en 1517, l’autre en 1521. L’adoption du majorat n’a pas cependant favorisé la primogéniture, car durant tout ce siècle le lignage distribua les biens (propriétés, majorats, grâces) entre les divers fils.

27À partir du xviie siècle, de pair avec le majorat en tant que forme de transmission des biens, on décèle une claire option en faveur de la primogéniture et de la lignée masculine. De plus, les héritages venant des lignées collatérales permettent l’accumulation patrimoniale. Tout en abandonnant la bureaucratie royale, les hommes de ce lignage occupent des charges militaires et diplomatiques dans le royaume et dans l’empire. C’est alors que certains obtiennent des comendas (« commanderies ») des ordres de Saint-Jacques et du Christ, de même que le droit de patronage sur un ermitage qui servira de nécropole familiale. Les mariages des premiers-nés sont arrangés seulement après la mort de leurs parents. Étant donné la proximité avec la Maison des Bragança et le prestige accumulé à son service, ces alliances matrimoniales touchent des familles d’une plus grande projection sociale (Cabrais de Belmonte, Condes de Valadares).

28Au xviiisiècle et pendant les premières années du siècle suivant, l’accumulation patrimoniale se poursuit, notamment par le biais des héritages, parmi lesquels il convient de remarquer celui de la Maison de Belmonte. Le décès sans descendance légitime de Francisco Caetano Cabral ouvrit une dispute entre sa fille illégitime et sa plus proche parente, l’héritière directe et unique des Figueiredos. À cette époque, toute la famille, tant les hommes que les femmes, détient des charges palatines et les mariages des héritiers sont conclus avec les enfants de l’aristocratie. En 1805, le premier-né accède au titre.

29Si la constitution du patrimoine (achats de propriétés, fondations de majorat et de chapelles) a pu être la raison principale de la conservation des documents, il ne faut pas oublier les compétences professionnelles de ceux qui les ont d’abord gardés. Les premiers-nés de ce lignage pratiquaient l’écrit et, détenteurs de l’office de scribes de la Fazenda (« Finances »), avaient une parfaite notion de la valeur probatoire du document. Ils savaient comment fonctionnait l’administration royale et en copiaient les procédures, tel le registre écrit pour la preuve, la possession, la transmission. Ce dernier dépasse l’oralité, la mémoire et peut se passer de la présence physique. Il fixe et garde l’information, rendant fondamentales son organisation et sa récupération. On comprend ainsi d’autant plus la pertinence des inventaires comme instruments de l’administration au sein des archives familiales, mais aussi comme cristallisation d’un discours de son auteur à ses (probables) descendants. Les mots des inventaires visent à éclairer l’administration et la récupération de l’information, tout en maintenant le lignage dans le temps et dans l’espace, maintien qui n’est pas étranger au pouvoir économique.

  • 27 Archive de la Maison de Belmonte, cx. 47, no 1, Tombo com as várias rendas e todas as fazendas pra (...)

30Avec les années, alors que l’écrit se vulgarise, on vérifie dans ce corpus une multiplication de typologies documentaires qu’il faut organiser. Deux inventaires peuvent nous guider27. Le premier, daté de 1722, prévoit l’accumulation postérieure de la documentation ; il fut élaboré dans le but de faire connaître les origines des biens et des droits patrimoniaux. Le second, de 1807, est organisé en fonction des majorats de la famille en connexion étroite avec sa généalogie. Aussi bien l’un que l’autre témoignent de la disparition de documents, depuis lors jusqu’à aujourd’hui, notamment des parchemins et des lettres. Le corpus conservé comprend ainsi 933 items produits entre 1503 et 1808 : 45 du xvie, 213 du xviie et 675 des xviiie-xixe siècles. Par ailleurs, un certain regroupement typologique se dessine au long de la période : si au xvisiècle les chartes de vente et d'achat abondent, au siècle suivant prévalent les sentences judicaires, alors que les certificats (certidões) pullulent dans la documentation des xviiie-xixe siècles. Les archives de la Maison, outre les préoccupations administratives et patrimoniales, témoignent aussi des moments-clefs du lignage : l’adoption du majorat, de la primogéniture, de la lignée masculine ; le passage du service bureaucratique au service militaire ; la conflictualité intrafamiliale à cause de certains biens ; la représentation sociale, avec des lieux de sociabilité propres, des signes de distinction visant à la consolidation d’un statut.

31À travers ces archives, il est possible de retracer le parcours du lignage, ses relations avec les documents qu’il a produits, dessein qu’il faudrait poursuivre par une recherche dans d’autres archives, pour rendre plus cohérente et consistante la première analyse présentée ici.

 

32De ces quatre études de cas, il est possible de dégager des conclusions générales sur l’influence des compétences sociopolitiques des familles sur la production et l’accumulation de documents, sur leur transformation postérieure au sein des archives familiales.

33En premier lieu, soulignons la proximité de tous les groupes familiaux cités vis-à-vis du pouvoir central ou local, concrétisée par des charges royales ou par des services rendus au souverain. Même si l’on note la faible présence dans les archives étudiées de documents de fonction produits entre les xive et xvie siècles, il n’en demeure pas moins qu’une partie des compétences techniques ou administratives acquises sur le plan professionnel fut transposée vers la gestion et l’administration des Maisons et de leurs archives, comme en témoignent les exemples des Costa ou des Figueiredos.

34Une composante importante de ces stratégies de gestion et d’administration était d’acquérir et d’accumuler du patrimoine, ce qui induisait la réception et la conservation postérieure de registres relatifs à ce même patrimoine. Ce sont ces registres qui composent aujourd’hui la majorité des documents conservés dans toutes les archives présentées, un fait qui demeure plutôt lié à l’utilisation croissante du majorat, comme nous l’avons vu dans le cas des Nogueiras. En déterminant le rattachement perpétuel de certaines propriétés à la famille, l’institution de majorats permit aussi le rattachement des documents respectifs, ce qui, dans certains cas comme celui des Figueiredos, aura justifié l’organisation desdits documents dans des archives.

35Cependant, les archives familiales étaient loin de s’assumer comme des ensembles étanches et circonscrits aux liens d’une même branche de la famille. En réalité, il faut noter une mobilité accentuée des registres qui composaient ce type de collections, se déclinant par exemple dans la sortie ou dans l’intégration de documents, une conséquence non seulement des ventes et des achats de patrimoine, mais aussi des unions matrimoniales, des extinctions des branches collatérales ou des conflits intrafamiliaux.

36Une preuve de ce que l’on vient d’avancer se trouve dans les inventaires d’archives, tels ceux de la documentation des Queimado Villalobos ou des Figueiredo. Ces vestiges documentaires sont en fait assez précieux, car, au-delà de la connaissance des différents états et des phases d’organisation des archives, des stratégies archivistiques déployées respectivement par les familles, ces inventaires offrent la possibilité d’analyser les absences et de réfléchir, de pair avec les études des contextes sociaux, à ce qui a été ou ce qui a pu être produit, reçu ou conservé, mais qui ne nous est pas parvenu.

37Enfin, tous ces exemples illustrent ce que Joseph Morsel a appelé « efficacité “sociogénétique” » de l’acte d’archivage et de création de l’archive. De fait, l’intention de consolider et d’imposer le groupe familial par le truchement des services proches du pouvoir central, de l’accumulation et du rattachement du patrimoine ou de la sauvegarde et la défense des intérêts, droits et privilèges familiaux, impliquent des actions qui aboutissent à la constitution et au maintien d’archives. Celles-ci sont alors simultanément perçues dans leur qualité d’amplificateurs et de symboles de la cohésion et de l’identité de la famille dans un continuum temporel qui, par le biais de l’écrit, lie le présent au passé et au futur.

Notes

1 Ce texte a été élaboré avec la collaboration de Rita Sampaio da Nóvoa (Universidade Nova de Lisboa, IEM-NOVA FCSH).

2 Nous devons à M. Luís Vasconcelos e Sousa la permission d’accéder à ce fonds d’archives privées, alors que ce dernier était déposé aux Archives Nationales de la Torre do Tombo. Nous le remercions de tout cœur pour cette autorisation ainsi que pour toute l’aide fournie dans le but de comprendre l’histoire de cette documentation. Sur celle-ci, voir également Rosa, 2009 et 2012c.

3 Farelo, 2019.

4 Sur l’étude biographique des membres de ce groupe et l’analyse de leur processus d’ascension, voir Id., 2007 et 2014.

5 Id., 2010 et 2014, p. 127.

6 Sur ce personnage, voir les diverses références mises en avant dans Silva, inédit, 2016 et 2017.

7 Id., inédit, p. 72 ; Martins, 2006, p. 126.

8 De façon atypique, les archives de la famille conservent des documents à la typologie moins connue, à l’instar des instruments d’obligation sur le prêt de livres, étudiés dans Silva, inédit, pp. 77-83.

9 Sur l’AGLS, voir Nóvoa, inédite.

10 Paviot, 1995 ; Moreno, 1979 ; Silveira, 2012 ; Nóvoa, inédite, pp. 186-248.

11 Paviot, 1995, pp. 128-130.

12 Arquivo Nacional da Torre do Tombo (ANTT) [Lisbonne], Chancelaria de D. Afonso V, liv. 11, fo 7, Lettre de pardon, 1451.

13 ANTT, Arquivo Gama Lobo Salema, cx. 12, pt. 88, Testament de Vasco Queimado de Vilalobos II, copie de 1478.

14 ANTT, Chancelaria de D. Afonso V, liv. 33, fo 97vo, Lettre de légitimation, 1473.

15 ANTT, Arquivo Gama Lobo Salema, cx. 17, pt. 136 ; cx. 12, pt. 88 ; cx. 38, pt. 193, Documents sur la famille Queimado Vilalobos.

16 ANTT, Casa de Santa Iria, cx. 15, doc. 20, Inventaire général des biens de Vasco Queimado de Vilalobos II, copie de 1716.

17 Sur ces archives, voir Leme, 2012 et 2013a.

18 À cause de la mort de António da Costa à Alcácer Quibir, Maria da Costa hérita du majorat institué par son grand-père, lequel entra ainsi dans la Maison de Palma. Ce majorat détenait des propriétés à Santarém et ses environs, dans la ville de Lisbonne et dans les Olivais, aux alentours de Lisbonne.

19 Pour aborder plus exhaustivement les biographies d’Álvaro da Costa et de son fils Gil Eanes, voir Leme, 2013b et 2013c.

20 ANTT, Casa de Santa Iria, cx. 5, doc. 39.

21 ANTT, Morgados e Capelas, Núcleo Antigo, liv. 190, Tombo do morgado instituído por D. Gil Eanes da Costa, Vedor da Fazenda, e por sua mulher D. Joana da Silva.

22 Arquivo Distrital de Santarém, Santa Casa da Misericórdia de Santarém, livro LHJ-0683, fo 47 ; ANTT, Casa de Santa Iria, cx. 11, doc. 59, Contrato e obrigação entre D. Gil Eanes da Costa e sua mulher D. Joana da Silva com a abadessa e religiosas do convento de Almoster, 1542.

23 Voir Leme, 2013a.

24 Auparavant, il établit avec sa deuxième femme une chapelle funéraire dans le monastère d’Almoster (1530), qu’il dote avec des biens et des propriétés. Sur ce point, voir encore ANTT, Casa de Santa Iria, cx. 11, doc. 59, Contrato e obrigação entre D. Gil Eanes da Costa e sua mulher D. Joana da Silva com a abadessa e religiosas do convento de Almoster, 1542.

25 Summario Alfabetico dos Documentos Existentes no Cartorio da Ill.ma e Ex.ma Casa dos Senhores Condes de Palma, Obidos e Sabugal, 1836, manuscrit [en ligne]: voir sa description [en ligne].

26 Ce texte se fonde principalement sur les recherches inédites menées ces dernières années par Maria João da Càmara Andrade e Sousa sur les archives de la Maison de Belmonte, pour sa thèse de master (Sousa, inédit 1) et de doctorat (Ead., inédit 2).

27 Archive de la Maison de Belmonte, cx. 47, no 1, Tombo com as várias rendas e todas as fazendas prazos e foros que pertencem a esta casa em que meu pai e senhor Pedro de Figueiredo se achava de posse até seu falecimento ; Archive de la Maison de Belmonte, liv. 51-52, Tombo de 1807.

© Casa de Velázquez, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search