Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Deuxième partie. Fonctionnement et dysfonctionnement du gouvernement vice-royal

Chapitre v

Les charges présentées contre Diogo Soares

Texte intégral

Deveis imaginar que não a mais senão iugar com as peças do xadres a livre avidrio e conforme amanhece ο dia.
Miguel de Vasconcelos.

  • 1 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, fos 101-110.
  • 2 ANTT, Manuscrites de Nossa Senhora da Graça de Lisboa, 5/III, fos 284 sq., Relação dos julgadores q (...)
  • 3 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 163, Témoignage de Cid de Ameida.
  • 4 Sur la collaboration entre Estevão de Foyos et Francisco Leitão, voir au chapitre viii, notamment p (...)
  • 5 Index da notas de varios Tabeliaês de Lisboa, t. II, f° 70 (4 juillet 1634).
  • 6 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 240, Témoignage de Jerónimo de Mascarenhas.

1Dans une lettre adressée à son beau-père Miguel de Vasconcelos et datant vraisemblablement de 1637 ou 1638, Diogo Soares, secrétaire du Conseil de Portugal, fait un tour d’horizon de la conjoncture politique1. Son analyse se compose de trois moments : la situation générale de la couronne de Portugal dans la monarchie hispanique, le fonctionnement de l’équipe Vasconcelos à Lisbonne et les intérêts de leur famille sur le marché des biens aliénés de la Couronne. Diogo Soares explique que le comte-duc d’Olivares se « frappe la tête contre les murs » pour trouver une solution à la paralysie du gouvernement de la duchesse de Mantoue. Le favori est conscient, depuis déjà bien longtemps, de l’échec du tandem formé par Marguerite de Mantoue et le marquis de la Puebla. Le secrétaire d’État tire de cette situation l’idée qu’il faut composer pour la vice-reine une équipe de rechange, fût-elle officieuse. « J’ai beaucoup fait pour placer les amis », écrit-il : en l’occurrence, il évoque le cas de Francisco Leitão et de Francisco Pereira Pinto. Soares recommande aussi d’entretenir des liens avec le comte de Miranda, en dépit de la paresse désastreuse de celui-ci. Il avance le nom de l’archevêque de Lisbonne, Rodrigo da Cunha, car il sait que Marguerite de Mantoue le tient en très haute estime. Parmi les Castillans en poste à Lisbonne, son principal allié, le Maestro de Campo General Fernando de Toledo, est choisi pour servir de conseiller à Marguerite. Diogo Soares se plaît alors à rêver de l’équipe idéale, en s’appuyant sur les rapports secrets que lui adressent régulièrement Francisco Leitão et Francisco Pereira Pinto. Pedro de la Mota Sarmiento, officier de la Maison de la duchesse de Mantoue, est tout prêt à se vendre aux secrétaires d’État et pourrait surveiller et circonvenir sa maîtresse. Estevão de Foyos, ancien corregedor de Beja2 alors magistrat de la Casa da Supplicação, est également attaché aux intérêts du clan des Vasconcelos, dont il s’occupe de gérer les biens3. Il est à noter que ce magistrat est également un homme de confiance de Francisco Leitão et travaille avec lui aux affaires liées à l’exportation du sel4. On voit ainsi comment le noyau Soares-Vasconcelos bâtit son propre pouvoir en proposant au Comte-Duc la composition d’un « gouvernement de l’ombre » entièrement dévoué à ces deux familles. Le caractère clanique du système est illustré par le fait que Francisco Leitão est le témoin du double mariage qui lie Diogo Soares à une fille de Miguel de Vasconcelos, donha Antonia de Melo, et don Pedro de Vasconcelos, fils de Miguel, à donha Leonor, fille de Diogo Soares5. L’oncle des épouses de Diogo Soares et Miguel de Vasconcelos, fray Jerónimo de Brito, religieux de l’ordre de la Trinité, devient pour le clan l’homme des affaires religieuses6. Indépendamment du contenu du programme d’extraordinaire fiscal qu’ils défendent, les deux secrétaires d’État accentuent ce caractère informel de l’action gouvernementale qu’avait déjà introduit le régime de ministériat.

2Mais le cas portugais présente une physionomie particulière. Contrairement à ce qui se produit à l’échelle de la monarchie hispanique avec le comte-duc d’Olivares, on trouve au Portugal une situation de rivalité entre plusieurs favoris : l’officiel, le marquis de la Puebla, de plus en plus tenu à l’écart, et les véritables favoris, Diogo Soares et Miguel de Vasconcelos. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que la campagne orchestrée à partir de 1637 contre la politique de Diogo Soares s’en prenne à sa famille ainsi qu’à son officine et à son secrétariat.

I. — Les conjurés de 1638

Les accusateurs

  • 7 ANTT, Casa de Cadaval, lib, 21, fos 170-174, Relacion delestado que padecen las cosas del Reyno de (...)
  • 8 Voir chapitre ii, pp. 89 sqq.
  • 9 BNM, ms, 2363, Memorial de Diogo Soares, fos 180-217, point 25.
  • 10 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 38/155 (24 septembre 1615).
  • 11 ANTT, Chancelaria deFilipe III, I/187 (19 février 1621).
  • 12 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 32/55 (13 juin 1633).
  • 13 JJAS, Carta Regia (19 juin 1631).
  • 14 ΒΑ, 51 Χ 1, f° 127, Consulta do Conselho de Estado (17 décembre 1631) ; BA, 51 X 2, fos 187-189, Co (...)
  • 15 AGS, SP, lib. 1529, f° 14, Consulta del Consejo de Portugal (19 novembre 1631).
  • 16 ANTT, Chancelaria de D. Filipe III, 32/55, Título de provedor da Alfandêga de Lisboa (19 novembre (...)
  • 17 AGS, SP, lib. 1554, f° 2, Consulta del Consejo de Portugal (12 février 1620).
  • 18 Manuscritos da Alfandêga de Lisboa, Alfandêga de Setúbal, vol. XXVIII (3), f° 222, Consulta do Co (...)
  • 19 AGS, SP, lib. 1529, f° 28, Carta del Consejo de Portugal a los Gobernadores (17 décembre 1631).
  • 20 ACB, Visita de Cid de Almeida, ΒΑ, 51 X2, fos 18-19.
  • 21 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 50, Carta Regia (25 juin 1634).

3Deux ans et demi après l’arrivée de Marguerite de Mantoue à Lisbonne, le cycle des révoltes enfonce un coin dans le dispositif politique installé par les secrétaires d’État. Il est plutôt remarquable qu’ils n’aient pas été emportés dans la tourmente. Leur résistance est d’autant plus spectaculaire qu’une formidable offensive a été déclenchée contre eux à Madrid à la fin de l’année 16377. Le 17 avril 1638, l’abbé de Pera, João Salgado de Araujo, auteur de la Ley Regia de Portugal8, présente au Comte-Duc cent trente et une charges contre Diogo Soares et son beau-père Vasconcelos. Les commanditaires immédiats de l’opération sont Cid de Almeida, magistrat du Conseil de Portugal9, et le comte de Linhares. Le premier est un haut magistrat ayant suivi un traditionnel cursus de letrado. Magistrat de la Casa do Civel10, puis de la Casa da Supplicação11, il finit par accéder au Desembargo do Paço en 163312, Activement engagé dans l’administration de la justice financière, il fut en 1631 désigné par le Conseil de Portugal pour participer à la Junta da Fazenda présidée par Jorge de Mascarenhas13 et pour réaliser la visite générale de la douane de Lisbonne14 avec le titre de provedor (« officier de finances »)15, ce qui devait lui valoir sa place au Desembargo do Paço16. Il connaissait bien la question, ayant inspecté avec succès la douane de Porto dix ans auparavant17 Il finit même par enquêter sur le mouvement de la douane de Setúbal18. Mais après deux ans d’enquête, il fut relevé par Francisco Leitão, qui l’avait également remplacé à la Junta da Fazenda19. Pour sa part, Leitão était chargé de mener une visite de la visite effectuée par Cid de Almeida20. La démarche confiée à Leitão traduisait le fait que l’activité de Cid était devenue suspecte aux yeux de ceux qui l’avaient chargé d’inspecter la douane de Lisbonne. Son hostilité à l’égard de Diogo Soares, à qui il attribuait à juste titre un tel désaveu, remontait en fait à une période plus ancienne. Plus tard, le secrétaire d’État prétendit que Cid de Almeida lui en voulait parce qu’il lui devait son accession au Conseil de Portugal21 et supportait mal la dette de reconnaissance qu’il avait alors contractée à son égard.

4Cid de Almeida aurait profité de son travail d’inspection à Lisbonne pour enquêter en fait sur le clan des Vasconcelos-Soares :

  • 22 BNM, ms. 2363, Memorial de Diogo Soares, fos 180-217, point 18.

Il s’épuisait à faire des enquêtes secrètes au Portugal contre Diogo Soares à propos d’actions très anciennes, pour les rapporter avec lui et s’en servir comme garantie et sécurité, en sorte que celui qui recevait les plus grands bienfaits préparait la plus grande trahison22.

5Dans une prose calquée sur le style de Tacite, le secrétaire d’État définit sèchement la règle du jeu : abattre pour ne pas être abattu. Sachant que la visite de Francisco Leitão sur sa visite de la douane de Lisbonne pouvait ruiner sa position au Conseil de Portugal, Cid de Almeida réplique à son tour en participant à la confection de l’acte d’accusation de João Salgado de Araujo.

  • 23 BA, 51 VI 8, f° 87-126.
  • 24 BNM, ms. 2365, fos 13-15, Prision muerte y entierro de don Fadrique de Toledo Ossorio marques de Vi (...)
  • 25 AGS, SP, lib. 1478, f° 60, Consulta del Consejo de Portugal (3 juillet 1635), fos 94-95 et f° 1 (...)
  • 26 Jesús Verala Marcos, « La ruptura de la cooperación naval hispanolusa : la expedición libertadora d (...)
  • 27 Francisco Manuel de Melo, Epanaforas de vária história portuguesa [1660], éd. Joel Serrão, Lisbonn (...)
  • 28 BNM, Porcones, 485/11.
  • 29 ANTT, Mesa da Consciência e Ordens (MCO), liv. 70, fos 48-49, Hábitos concedidos (27 mars 1629)

6Le second commanditaire de l’opération est le comte de Linhares, Miguel de Noronha. Ce grand et turbulent serviteur du roi est alors sur la sellette. Il est menacé par l’imminence d’un double procès en haute trahison23. Comme ce fut le cas en 1634 avec Fadrique de Toledo24, puis en 1635 avec Vasco de Mascarenhas25 et, toujours en 1635, avec Jerónimo de Sandoval26, Linhares est accusé de n’avoir pas voulu prendre la tête de la flotte de secours du Brésil pour la campagne de 1637. En outre, à Évora où il fut envoyé pendant les soulèvements de l’automne 1637, son action se solda par un échec cuisant27. Au lieu de rendre compte de sa mission à la vice-reine, il jugea bon de rentrera la Cour sans autorisation, s’éloignant de fait du port de Lisbonne où l’attendait le poste de commandement qu’il ne désirait pas assumer. L’attitude de Miguel de Noronha n’est pas celle d’un courtisan prêt à se lancer sans y réfléchir dans des combinaisons politiques douteuses. Issu de la première noblesse portugaise, il avait fait toute sa carrière dans les armes et dans les gouvernements d’outre-mer28. À Ceuta et Tanger, entre 1610 et 1614, il participe aux expéditions punitives contre les Maures ; officier de l’Armada del Mar Océano entre 1615 et 1619, capitaine général de Tanger en 1624, vice-roi des Indes de 1629 à 163529 : son lignage et son parcours en font un personnage de premier plan. Mais il n’a pas toujours été un sujet obéissant. À l’occasion, il sut s’opposer à la volonté du roi, notamment lorsqu’en 1619 il refusa de s’embarquer sur une flottille chargée de nettoyer les ríar galiciennes des pirates algérois qui les infestaient sous prétexte que, depuis des années, on ne lui avait versé aucun salaire.

  • 30 Cartas de algunos PP. de la Compañia de Jesús sobre los sucesos de la monarquía entre 1634 y 1648 ( (...)
  • 31 ACΒ, Variorum, vol. XXV, Relación de Diogo Soares, conde de Assumare duque de Villahermosa.
  • 32 ANTT, MCO, lib. 34, f° 43, Consulta de la Mesa da Consciência e Ordens (6 mars 1637).
  • 33 ACB, Variorum, vol. XXV, fos 30 sq., Memoria de lo procedimientos que tuvo el conde de Linares sien (...)

7En janvier 1637, son apparition à la Cour, après que son vaisseau eut pris terre à Malaga en provenance de Goa, doit paraître bien encombrante aux ministres portugais, d’autant qu’en parfait et libéral courtisan il sait s’attirer la faveur de la reine en lui rapportant une parure de diamants estimée à cent mille ducats30. Dès le 21 décembre 1636, le roi lui a fait écrire chez son hôte, l’évêque de Malaga, pour lui offrir la charge de gouverneur du Brésil31. Avant d’accepter, le comte exige qu’on mette à sa disposition une flotte de soixante galions. Face à l’énormité de la demande, une junta se réunit, le 13 février 1637, pour décider finalement de lui en offrir une douzaine. La négociation se poursuit par un marchandage en tête à tête entre Diogo Soares et Linhares. Les gratifications commencent à pleuvoir sur le comte : quatre habitos d’ordres militaires lui sont promis au mois de mars32. Linhares finit par arracher une liste de promesses de grâces assez impressionnante : le titre de General del Mar Océano, une place au Conseil de Portugal, un titre de marquis pour une vie, la garantie qu’à son retour on lui proposera soit la capitainerie générale du Portugal, soit une vice-royauté en Italie, soit le généralat des galères, soit encore le généralat de la cavalerie des Flandres. Or aucun de ces titres ne saurait lui être accordé avant examen des pièces de la visite à laquelle il devait être soumis à la fin de son mandat de vice-roi des Indes. Les dés sont de toutes façons pipés car Miguel de Noronha, en toute illégalité, a fait lui-même procéder par le président du tribunal de Goa à son juicio de residencia (reddition de comptes en fin de charge) avant que la justice royale n’entreprenne de l’effectuer. Francisco Leitão est malgré tout chargé d’examiner les documents produits par les magistrats de Goa. On dispose d’un résumé des renseignements alors rassemblés, résumé qui, à l’époque, est utilisé par Diogo Soares contre Noronha33. La situation étant insoluble sur le plan juridique, la solution adoptée est alors politique : la junta promet à Linhares un « silence perpétuel » sur tout ce qui pourrait lui être reproché de ses agissements en Inde, au cas où il périrait au service du roi au cours de la campagne du Brésil. Miguel de Noronha semble accepter le principe de l’expédition brésilienne, tout en prenant possession de sa charge de membre du Conseil de Portugal.

  • 34 Luís de Meneses, conde de Ericeira, Historia do Portugal Restaurado [1679], éd. Antonio Álvaro Dóri (...)
  • 35 BL Add., 28.429, fos 88-89, Carta do conde de Basto ao conde-duque (7 janvier 1638).

8Les marchandages divers sur les mercedes (« faveurs et grâces ») et sur la nature du commandement qui lui sera confié durent jusqu’au 20 novembre 1637. C’est pourquoi, comme le suggèrent Francisco Manuel de Melo et plus tard le comte d’Ericeira34, sa désignation pour la dangereuse mission de pacification d’Évora répondait peut-être au désir de Diogo Soares de se débarrasser de lui et de lui faire prendre la route de Lisbonne. De toute façon, l’expédition d’Évora se retourne contre ses promoteurs : Linhares ne reste que trois jours dans la ville, il ne présente aucun ordre officiel du roi et ne cherche pas à rencontrer le vieux comte de Basto, Diogo de Castro, ancien gouverneur et ancien vice-roi du Portugal, qui jouit d’un grand prestige auprès de la noblesse de la ville35. Ne souhaitant sans doute pas perdre sa réputation dans la pétaudière alentejane, le comte de Linhares se rend alors à Lisbonne. Son attitude y est doublement fautive. D’une part, il se garde bien de rencontrer la vice-reine Marguerite de Mantoue, même lorsque celle-ci l’invite à choisir son galion amiral. D’autre part, il attend la publication de nouvelles gratifications avant de commencer à armer la flotte du Brésil. Après avoir obtenu des avantages financiers, Linhares, peu convaincu de la solidité des accords passés, rentre brusquement en Castille.

  • 36 BNM, Porcones, 739/6, 983/1 et 960/10, Alegacion en derecho por el licenciado don Christoval Moscos (...)

9Son retour provoque un scandale considérable à la Cour. Il est aussitôt assigné à résidence et un procès est ouvert contre lui. Le réquisitoire du licenciado don Cristobal Moscoso y Córdoba renseigne assez précisément sur les enjeux politiques de cette affaire36. Le juriste rappelle l’exil auquel, quelques années auparavant, avait été condamne Fadrique de Toledo. À coup de citations de Cicéron et de Juste Lipse, mais aussi de Salgado de Araujo et de Barbosa Homem, l’auteur démontre l’impérieuse nécessité d’obéir au roi, principe sans lequel le salut de la république est menace. Il puise dans le Livre des Rois des exemples de dévouement extrême de serviteurs au roi leur souverain, et évoque même le cas des « chevaliers du Japon » qui s’honorent de mourir pour leur empereur. Mais le comte de Linhares, qui d’après le juriste aurait reçu des gratifications à pleines mains, a voulu

vendre ses services le plus cher qu’il a pu, en rendant difficile l’expédition, en augmentant le danger et en s’occupant plus de son confort et de son bénéfice que du bien public.

  • 37 António Manuel Hespanha, « Les autres raisons de la politique. L’économie de la grâce », dans Jean- (...)

10Il lui est reproché d’avoir rompu avec l’économie dissymétrique des grâces et bienfaits, qui organise les relations entre le roi et ses vassaux37.

Il est impossible d’accorder le précepte d’obéissance avec le fait de mettre des obstacles à ce qui est ordonné, avec des prétextes et des excuses fabriqués afin d’améliorer les mercedes, en préférant l’utilité particulière à l’autorité supérieure,

  • 38 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d., Rapport du duc de Villahermosa et de Francisco de Melo, comte d’Ass (...)

11ajoute le licenciado. Commentant le psaume CXXIII, Moscoso y Córdoba insiste sur le fait que celui qui souhaite obéir à son roi ne doit pas attendre les ordres de celui-ci, mais qu’il doit devenir les yeux mêmes de son souverain pour prévenir la volonté de celui-ci. Lorsque la charge de gouverneur du Brésil lui fut offerte, Miguel de Noronha aurait dû se sentir honoré, alors qu’il s’est montré ingrat. En outre il est accusé, sans doute par Diogo Soares, d’avoir aggravé les tensions à Évora au lieu de les soulager. Sa mauvaise foi est démontrée par le fait qu’il a évité de rencontrer Marguerite de Mantoue et qu’il est rentré en Castille en empruntant des sentiers secondaires, de manière qu’aucun courrier ne pût l’atteindre en chemin. Quant à son explication — il aurait voulu rendre grâce à Notre-Dame de Guadalupe en raison de son état de santé —, elle prête à sourire. Après tant d’ingratitude et de perversité, Moscoso ne requiert rien de moins que la mort : « Qui non obedierit principibus morte moriatur » (Rois, 14). Il en fallait plus à Philippe IV pour décapiter sa noblesse : la Castille d’Olivares n’est pas la France de Richelieu. Reste que les accusations qui pèsent sur Miguel de Noronha sont de la plus haute gravité. Elles se trouvent renforcées par les rumeurs effroyables qui arrivent des Indes sur l’exercice de sa charge38. C’est ainsi que Miguel de Noronha adhère logiquement au groupe des Portugais de la Cour bien décidés à abattre Diogo Soares.

Les accusateurs accusés

  • 39 BNM, 2363, fos 180-217, Mémoire de Diogo Soares, point 14.

12Dans la défense qu’il a rédigée, Diogo Soares s’en prend violemment au comte de Linhares et à Cid de Almeida, tout en reconnaissant que ses relations avec eux ne furent pas toujours mauvaises. L’hostilité de Linhares à son égard serait purement d’opportunité : voyant que les tensions de la fin de l’année 1637 pouvaient ébranler la confiance du Comte-Duc dans l’efficacité du tandem Soares-Vasconcelos, le comte de Linhares essaie de se faire une virginité politique en éliminant les secrétaires d’État39, Cette interprétation est relativement vraisemblable, si l’on tient compte du fait que la mise aux arrêts de Linhares et le début de l’examen des charges contre Diogo Soares sont strictement contemporains (avril 1638). L’hostilité réciproque des deux hommes était désormais connue :

L’inimitié que le comte de Linhares ressent à mon égard est chose si connue et si forte que même les gamins des rues sont au courant,

  • 40 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d., Mémoire de Diogo Soares sur le comte de Linhares.
  • 41 ACB, Visita de Diogo Soares., vol. I, f° 85.

13rapporte Soares40. Pourtant, lorsqu’il reçut le titre de vice-roi des Indes, Linhares couvrit le secrétaire d’État de cadeaux, si l’on en croit le témoignage de Gabriel Almeida de Vasconcelos41. Durant sa vice-royauté aux Indes, le comte de Linhares avait particulièrement veillé à ce que Valentim Soares, fils prodigue de Diogo, fût cajolé par son entourage. La comtesse de Linhares, lors de son retour à Lisbonne, aurait offert des diamants et une esclave au secrétaire d’État.

14Lorsqu’il aborde à Malaga en 1637, Linhares fait envoyer à la Cour des bijoux destinés à Diogo Soares, qui les refuse dans un premier temps :

  • 42 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. II, f° 45-.

Au début, lorsque le comte lui envoya ces présents depuis Malaga, Diogo Soares ne les avait pas acceptés parce qu’on les lui avait offerts en présence de fray Francisco de Sotomayor, évêque de Targa ; lorsque le comte arriva à la Cour, il lui demanda pourquoi il ne les avait pas acceptés. Diogo Soares lui répondit que c’était parce que l’évêque était présent et que, bien qu’il fut son ami, il s’en méfiait, mais que le comte pouvait les lui renvoyer par l’intermédiaire du même serviteur en prétendant qu’il les lui vendait et qu’alors il les accepterait42.

15Cette anecdote est révélatrice du soin avec lequel Soares gérait ses cercles d’amitiés et de la publicité qu’il donnait à la constitution de sa fortune. L’inquiétude suscitée chez le comte par le refus de ses bijoux est également significative du type de langage politique en usage à la Cour.

  • 43 Santiago de Luxán Meléndez, La Revolución de 1640 en Portugal, sus fundamentos sociales y sus carac (...)
  • 44 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 336.
  • 45 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 60.
  • 46 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 239.
  • 47 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Memorial de Diogo Soares, point 125.

16Après le 1er décembre, lorsque l’ensemble du système de Diogo Soares est mis en lumière, la brouille avec Linhares reçoit un nouvel éclairage. Le comte avait assisté, entre juin et décembre 1637, à certaines sessions du Conseil de Portugal43. Alors que Diogo Soares, souffrant, n’avait pu assister à certaines réunions, Linhares aurait profité de son absence pour faire désigner Francisco de Almeida au poste de gouverneur de Ceuta44. Or, Diogo Soares avait pris l’habitude de vendre son appui aux candidats aux postes de ce genre : une affaire juteuse lui échappait ainsi. Il aurait, dès lors, poursuivi le comte de sa rancune la plus féroce45. La première mesure de rétorsion du secrétaire d’État aurait été de faire disparaître les papiers comptables qui prouvaient que Linhares avait versé la media annata des douze mille ducats qu’il devait accepter en tant qu’amiral de la flotte du Brésil46. Diogo Soares prétend que son adversaire devint alors le patron de l’autre secrétaire du Conseil de Portugal, son rival Gabriel Almeida de Vasconcelos47. La double expédition d’Évora et du Brésil tombait donc à point nommé, au moment où une faction hostile à Diogo Soares au sein du Conseil de Portugal se voyait renforcée par l’action de du comte de Linhares.

  • 48 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. IV, s. d., Deuxième interrogatoire des témoins de Cid de Almeida.
  • 49 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Memorial de Diogo Soares, point 15.
  • 50 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Memorial de Diogo Soares, point 18.
  • 51 ACΒ, Variorum, vol. XX V, s. d., Relacion sumariay por mayor de las culpas que los enemigos del sec (...)
  • 52 F. M. de Melo, op. cit., p. 21.

17En effet, un autre membre du Consejo, Cid de Almeida, anime la résistance contre l’empire du secrétaire d’État. Le combat politique entre Diogo Soares et lui est une lutte à mort qui se poursuivra à Madrid au-delà du 1er décembre. Ils avaient pourtant été alliés, dans un premier temps. En 1635, ils étaient encore en relations d’affaires, à propos des rentes de la ville de Moura48. Diogo Soares estimait avoir été trahi part un homme qui lui devait toute son ascension politique49. Cid de Almeida aurait profité de sa mission à la douane de Lisbonne pour rassembler des renseignements sur le passé du secrétaire d’État afin de se livrera un chantage sur celui-ci50. Cid de Almeida mena l’enquête sur la douane de Lisbonne avec le magistrat Pero Guterres de Afonseca, tuteur d’un riche pupille qu’il souhaitait marier à sa fille51. Les deux hommes auraient profité de l’enquête qu’ils menaient à Lisbonne pour fédérer les malcontents : Antonio da Silveira, qui n’avait pas obtenu l’inquisition d’Évora, Felipe de Mesquita, qui perdit son office de secrétaire du Conseil d’État de Lisbonne au profit de Miguel de Vasconcelos52, Luís de Abreu, déchu de la trésorerie du Conseil de Portugal par Diogo Soares, Heitor de Sela Falcão, qui était en procès avec Soares à propos d’un majorat, un certain Francisco Manuel, auteur de vers satiriques, etc. Autrement dit, Cid de Almeida se crée sur place un réseau d’alliés prêts à en découdre avec les secrétaires d’État le moment venu.

  • 53 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 136.
  • 54 ACB, Visita de Diogo Soares, vol, I, f° 138.

18On comprend alors pourquoi la visite de la douane effectuée par Francisco Leitão, après que Cid eut conclu la sienne, se convertit en acte d’accusation contre celui-ci. Le fidèle lieutenant de Diogo Soares aurait systématiquement fait témoigner les officiers accusés par Cid de Almeida, qui avaient donc une revanche à prendre53. Cid prétendit que Leitão était son ennemi mortel, ne serait-ce que parce que Diogo Soares avait promis à Leitão le poste de Cid au Conseil de Portugal s’il parvenait à le faire tomber par son enquête. Pendant ce temps, un certain Lourenço Leitão, intendant de Diogo Soares dans sa seigneurie de Pinhel, aurait mené une enquête parallèle à Coimbra et Porto54.

19Dans ce contexte, Diogo Soares a la satisfaction de voir le Comte-Duc lui renouveler pleinement sa confiance lors d’une session de la Junta de Rumores de Portugal tenue le 11 janvier 1639. Olivares rend hommage à son habileté financière :

  • 55 ACΒ, Variorum, vol. XX V, s. d., Consulta de la Junta de los Rumores de Portugal (11 janvier 1639).

Lorsqu’il est arrivé à la Cour, il n’y avait pas au Portugal de quoi préparer un galion ni de quoi assurer la moindre dépense au service de Votre Majesté, car la totalité des finances de Votre Majesté dans ce Royaume étaient affectées aux dettes anciennes. Tout cela n’est pas pour rien dans la haine des puissants à son égard puisqu’ils se sont vus priver des bénéfices qu’ils tiraient de cette situation55.

20Le Comte-Duc remarque que la campagne de calomnies contre le secrétaire d’État est contemporaine du cycle des rébellions d’Alentejo et d’Algarve. La sévérité de son jugement à propos de Cid de Almeida est extrême : le conseiller de Portugal est considéré comme « inutile » par le favori. Olivares est favorable à l’organisation d’une visite contre Cid de Almeida, malgré l’avis de plusieurs de ses conseillers (le comte de Monterrey, Jerónimo de Villanueva, José Gonzalez), qui redoutent que la procédure ne se retourne contre ses partisans. Le roi, en fin politique, juge plus expédient d’« honorer et de favoriser » les secrétaires d’État comme manifestation de désaveu tacite des « conjurés ».

  • 56 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. IV, s. d., Querella criminal de Diogo Soares contra Cid de Almeid (...)

21Après que les charges présentées par João Salgado de Araujo ont été récusées, leur auteur est expulsé de Castille, le comte de Linhares demeure aux arrêts et Diogo Soares engage des poursuites contre Cid de Almeida56. L’affaire est cependant relancée lorsqu’un moine bénédictin, frei Diogo de Ambite, déclare que sur son lit de mort, Antonio Pacheco, citoyen de Porto, aurait confessé que ses déclarations à charge contre Cid de Almeida lui avaient été dictées par Diogo Soares. D’après les témoins convoqués alors par Soares, cet Antonio Pacheco serait devenu fou ; quant à Diogo de Ambite, il aurait dans un premier temps été envoyé auprès du secrétaire d’État par Cid de Almeida pour lui proposer de trouver un compromis. Un ami de Cid de Almeida, Francisco Rodrigues Luaces, aurait essayé d’acheter l’escrivano (« greffier ») de la visite montée contre Cid de Almeida. Soumis à un interrogatoire menaçant, le bénédictin se récuse et déclare que le témoin défunt n’avait jamais mis en cause Diogo Soares. Francisco Rodrigues Luaces, le complice de Cid de Almeida, est emprisonné, s’évade et disparaît au cours de l’été 1640. Complètement discrédité, Cid a perdu la bataille. Six mois avant la Restauration, le secrétaire d’État semble donc avoir totalement écrasé l’entreprise montée contre lui. Il est tout de même remarquable qu’il lui ait fallu pratiquement deux ans et demi pour pouvoir se débarrasser de ses adversaires. L’appui et la confiance d’Olivares ne suffisaient pas pour trancher l’affaire à la racine. Diogo Soares dut être soumis à de nombreux interrogatoires, mobiliser le ban et l’arrière-ban de ses clients et alliés, suborner le cas échéant tel ou tel officier. Il n’est pas moins significatif que Cid de Almeida ait su résister longtemps à l’hostilité conjointe du Comte-Duc et du secrétaire d’État.

  • 57 ACΒ, Variorum, vol. XLII, f° 164, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (20 août 1637).
  • 58 AGS, Estado, 2660, Consulta de la Junta de Portugal (12 juin 1638).
  • 59 JJAS, Carta Regia (2 mai 1636).

22Une lettre de Miguel de Vasconcelos, datée d’août 1637, nous apprend que les véritables commanditaires de l’opération montée contre Diogo Soares sont en fait le comte de Castelo Novo, Jorge de Mascarenhas, et Francisco de Lucena ; la date de ce document indique que l’affaire des charges fut préparée de longue main57. L’ancien président de la câmara de Lisbonne, de la Compagnie de Commerce et de la Junta da Fazenda, jugé « ambicioso » et importun58, ainsi que l’ancien secrétaire d’État, qui s’étaient compromis en travaillant aux projets financiers les plus contestés, considéraient le succès du clan Soares-Vasconcelos comme une injustice d’Olivares. Depuis le secrétariat des Grâces (Secretaría de Mercês) de Madrid, Francisco de Lucena constatait, impuissant, que le marché des places et des dignités relevait désormais du secrétariat des Finances dirigé par Diogo Soares59. Si ces deux hommes souhaitaient abattre les secrétaires d’État, ce n’était pas par adhésion à l’opinion « popular », mais parce qu’ils avaient été supplantés sur leur propre terrain par l’entregent du clan des Vasconcelos.

II. — Un système de gouvernement sur la sellette

  • 60 AGS, Estado, 4045-16, Carta de la seriora Princesa (24 mars 1638) 5 4045-21, Carta de don Jorge de (...)
  • 61 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. II, f° 6-. Antonio Sousa de Macedo était fils du premier admi (...)

23Dans l’ensemble d’alluvions charriées par la procédure d’examen des charges présentées par João Salgado de Araujo, il faut faire un tri. Nous laisserons délibérément de côté un certain nombre de renseignements scabreux — pas nécessairement imaginaires pour autant — sur le recours des secrétaires d’État aux empoisonneuses et autres sorcières, sur leur rapacité lorsqu’ils essayèrent, malgré l’opposition des membres de la famille Mascarenhas, d’opérer une captation d’héritage sur un de leurs parents à demi idiot60, ainsi que d’autres accusations de la même eau. Elles ne sont pas nouvelles. Diogo Soares dut subir une visite en 1631, puis essuyer une première salve de charges rédigés par l’écrivain Antonio de Sousa de Macedo une année plus tard61. Nous voudrions plutôt insister sur ce que les témoignages rassemblés au cours de la procédure nous disent de la manière dont fonctionnait le secrétariat d’État de Diogo Soares à Madrid : aussi bien avant qu’après le 1er décembre, c’est sur ce point que les accusations peuvent faire mouche.

Le népotisme

24Des interrogatoires il ressort que la famille Soares-Vasconcelos a placé ses parents et ses clients à des postes importants, indépendamment de leurs capacités, que le comte de Linhares et Cid de Almeida sont des alliés déçus de la famille et que les procédures mises en oeuvre par les secrétaires d’État ne tiennent aucun compte des juridictions traditionnelles portugaises. Examinons successivement ces trois aspects du problème.

  • 62 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 247V
  • 63 BA, 51 X 4, f° 10.
  • 64 AGS, Contaduría Mayor de Cuentas, IIIa época 1980.
  • 65 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 359.
  • 66 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 170.
  • 67 Voir chapitre viii, p. 343.
  • 68 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, Carta de Diogo Soares a Miguel de Vasconcelos (29 juin 1633).
  • 69 Sur Estevão de Foyos, voir pp. 202 et 220.

25João Alvares Soares, gendre de Diogo Soares, a reçu une charge au tribunal de la douane de Lisbonne, poste d’observation essentiel pour gérer les finances de la couronne du Portugal et pour négocier des contrats avec les hommes d’affaires portugais : un bien beau poste pour celui qu’on surnommait « un âne doué d’âme ». Luís de Melo, son beau-frère, ecclésiastique aux mœurs dissolues expulsé de la Compagnie de Jésus, a pu acheter le doyenné de Braga grâce aux fonds avancés par le faux-monnayeur Caminha, un protégé de Miguel de Vasconcelos. Un autre beau-frère, Pedro Barbosa, devient évêque de Leiria alors qu’il ne sait pas le latin. En 1632, Diogo Soares aurait arraché à Francisco de Mascarenhas — fils du comte de Castelo Novo Jorge de Mascarenhas, qui à cette date présidait la câmara de Lisbonne — une feuille en blanc signée par son père pour faciliter la désignation de Pedro Gouveia de Melo, frère la première épouse de Soares, à une charge de regedor (« échevin ») de la câmara. Ne sachant que faire avec son fils Valentim qui s’était marié contre sa volonté, Diogo Soares fait enfermer sa bru dans un couvent et envoie son rejeton à Goa auprès du comte de Linhares, à l’époque où celui-ci était vice-roi des Indes62. Un autre de ses fils, António, reçoit le titre anoblissant de moço fidalgo (« écuyer »)63. En outre, les deux secrétaires d’État ont des clients fidèles dans chacun des tribunaux de la polysynodie portugaise. Au Desembargo do Pap, ils ont Francisco Leitão et Sebastião de Carvalho. En 1631, ce dernier avait fait partie de la commission chargée de la visite de Diogo Soares et l’avait disculpé. Soares l’aurait soudoyé à l’époque, en sorte que cet officier finit par entrer au Desembargo — en lui achetant sa charge pour un million de maravédis64 — bien qu’il fut cacochyme et ivrogne65. Le premier fils de Sebastião de Carvalho, Paulo de Carvalho, devint magistrat à la câmara de Lisbonne et le second, Pinto de Carvalho, à la Casa do Civel de Porto66. Au Conselho da Fazenda de Lisbonne, Soares et Vasconcelos ont pour allié Francisco Pereira Pinto et, à la Junta da Fazenda, Francisco de Carvalho, proche collaborateur de Francisco Leitão en matière de fiscalité sur le sel67. À la Mesa da Consciência e Ordens, Estevão Fusero leur est tout dévoué68. À la Casa da Supplicação, enfin, ils peuvent compter sur leur homme Estevão de Foyos, lui aussi lié à Francisco Leitão69.

  • 70 AGS, SP, lib. 1460, f° 66, Consulta del Consejo de Portugal (31 mai 1600).
  • 71 Manuel Severim de Faria, Anais de Portugal ; ΒΡΕ, cód. CIII/2-19, f°158.
  • 72 ΑΝΤT, Manuscritos de São Vicente, liv. 18, fos 315 et 522.
  • 73 Antonio de Oliveira, « Ο atentado contra Miguel de Vasconcelos em 1634 », O Institut, CXL-CXLI, 198 (...)
  • 74 AGS, SP, lib. 1477, fos 1-6, Consulta de la Junta del Aposento, s. d. [juin 1631].
  • 75 ΒA, 51 X 5, f° 20ν°, Consulta do Desembargo do Paço (9 février 1632) ; f° 172, Consulta do Desembar (...)
  • 76 BNL, FG, ms. 3323, f° 87, Relação do notavel successo e aclamação del Rey Dom João ο 4°.
  • 77 Voir chapitre i, p. 70.
  • 78 Voir chapitre iii, pp. 138 et 152.
  • 79 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 194.

26Dans le cas des Sοares-Vasconcelοs, la structure familiale, solidement renforcée par des mariages successifs et croisés, est si solide que lorsque l’offensive devient frontale, toute la trame attaquée semble emportée. Mais la famille traîne un boulet difficile à assumer : le souvenir de l’action politique de Pero Barbosa de Luna, père de Miguel de Vasconcelos, et de l’assassinat dont il fut la victime. Sous les règnes de Philippe II et Philippe III, Pero Barbosa avait occupé les plus hautes fonctions de la magistrature portugaise70, appelé au Conselho de Estado et exerçant par ailleurs la charge de lieutenant criminel de la Cour. Mais en 1606, il avait été déchu de la dignité de Grand Chancelier pour prévarication71. Mis en accusation au cours d’une enquête confiée à l’évêque de Lamego en 161772, il finit assassiné en 1621 lors d’une émotion provoquée par ses adversaires73. D’après Diogo Soares, le meurtre avait été commandité par deux négociants, Manuel Gomes d’Elvas et André Ximenes, parce qu’il avait proposé au roi la confiscation des juros usuraires que ceux-ci avaient lancés sur le marché74. Les secrétaires d’État n’eurent de cesse qu’on ne fît leur procès aux assassins de Pero Barbosa75. Les avis rédigés par celui-ci étaient frappés d’une sorte de damnatio memoriae76. C’est pourquoi, en 1627, Miguel de Vasconcelos fit éditer un traité de son père, Memorial de la preferencia que haze el reino de Portugal y su Consejo al de Aragon y de las dos Sicilias77. Comme nous l’avons indiqué, ce texte, apparemment destiné à exalter la grandeur du Portugal parmi les différentes couronnes de la Monarchie, explique en fait que son supplément de dignité lui vient de ce que le roi y règne plus absolument qu’en Aragon, en raison des conditions de l’union de 1581 ; ce raisonnement peut être interprété comme une liquidation de l’autonomie juridictionnelle portugaise. À la veille de l’arrivée de Manuel de Moura, marquis de Castelo Rodrigo, venu pour imposer les innovations fiscales sans convoquer de Cortes78, cette publication était pour le moins opportune. La paternité tutélaire de Pero Barbosa de Luna sur le clan des Vasconcelos a été largement utilisée par les adversaires des deux secrétaires d’État. Après la Restauração, dans ses réponses au magistrat chargé de la visite de Diogo Soares, Jerónimo de Mascarenhas évoque l’infamie de Pero Barbosa79.

  • 80 F. M. de Melo, op. cit., p. 22 ; ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f°160.
  • 81 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 364.
  • 82 BNM, 2363, Sobre Diego Suárez, fos 220-231.

27Un mythe est né autour de ce lourd héritage politique80. Diogo Soares et son beau-frère auraient hérité des arbitrios manuscrits rédigés par Pedro Barbosa, et ces recettes méphistophéliques auraient été à l’origine de leur fulgurante ascension dans l’entourage du Comte-Duc81. À son insu, le secrétaire d’État lui-même montre qu’il accorde foi à cette accusation lorsqu’il explique que ses adversaires sont des arbistristas dont les avis n’ont pas été retenus, contrairement aux siens82.

  • 83 Voir par comparaison : BL Eg., 1135, fos 331 sq., Breve relación de lo que importan las rentas del (...)

28Dans le cas qui nous occupe, une confusion s’est opérée entre deux types de savoirs apparemment distincts : d’un côté l’arbitrio proprement dit, qui consiste à présenter des recettes financières (ou démographiques, économiques, sociales, raciales, etc.) plus ou moins fantaisistes, et de l’autre la connaissance professionnelle de l’état des revenus de la Couronne, des aliénations illégales qui en affectent le volume, des places financières prospères. Or, lorsque les adversaires des secrétaires d’État évoquent des arbitrios du genre de ceux qu’aurait composés le père assassiné, c’est en fait plutôt au second type de connaissances qu’ils s’attaquent83. C’est précisément sur ce second type de savoir que le clan des Soares-Vasconcelos construit sa puissance politique. D’après ses accusateurs, Diogo Soares aurait conquis Olivares par la qualité des informations qu’il avait recueillies sur la situation des biens de la Couronne aliénés, voire sur les patrimoines de certaines familles et les ressources de certaines villes. Il s’agissait là d’une monnaie d’échange que le secrétaire d’État fit payer au Comte-Duc par une augmentation considérable de son propre patrimoine.

  • 84 Rezois contra a comisão de Pero Barbosa que se apresentaraão a sua Magestade no anno de 1606, ΒΡΕ, (...)
  • 85 Sur l’attribut « voluntario », voir le Diccionario de Autoridades : « El conservar el estado es [en (...)
  • 86 ACΒ, Variorum, vol. XXV, s. d., Papel sobre cosas del Colector [rédigé par Diogo Soares] § 44.

29Un document, probablement apocryphe, semble désigner les vilenies des descendants à travers celles de l’ancêtre84. Ce texte dénonce les agissements tyranniques de Pero Barbosa dans son travail d’inspection sur la constitution de chapellenies par testament. Le père de Vasconcelos aurait commis un double sacrilège : contre le droit naturel en enquêtant sur le secret des testaments, contre le droit divin en forçant les archives des couvents inspectés. Le texte reproche au jugement de Barbosa d’être « notoirement volontaire et peu soumis aux lois de la justice85 ». Dans ces conditions, Pero Barbosa se trouve mis en échec et mat : aucun letrado n’acceptera de travailler en subdélégation pour un individu qui se moque du droit naturel et divin, et ceux qui accepteront ne le feront qu’au nom de l’amitié, constituant ainsi une faction. Cette dernière remarque concorde effectivement assez bien avec ce que nous avons pu constater : sous les apparences d’un simple réseau d’amitiés, d’alliances et de dépendances, c’est en fait un appareil de décision politique efficace qui fonctionne. En revanche, l’adversaire letrado des Barbosa-Vasconcelos, en dépit des évidences, passe sous silence le fait pourtant patent que nombre de juristes sortis des meilleures facultés adhèrent à la faction. Le document livre ainsi une définition assez claire de ce que les adversaires des Vasconcelos considéraient comme une politique illégitime. Portant sur la question de la vérification des fondations de chapellenies, ce texte abordait le problème fondamental de l’exercice de la juridiction du roi sur la possession de biens par ses sujets, un domaine où droit naturel et droit des gens viennent précisément contrecarrer les lois du Royaume. On reste sur le registre de la connaissance du secret des patrimoines des sujets particuliers, patrimoines dont l’indisponibilité pour le roi est un dogme juridique essentiel. Diogo Soares l’a bien souligné, lui qui voit dans la possibilité offerte au roi de créer des régies (estancos) la preuve que le bien commun peut permettre au roi d’enfreindre légitimement ce principe86.

  • 87 ANTT, Casa Fronteira, liv. 20, fos 165 sq., Discurso docto catolico pio contra la pravidad ambicios (...)
  • 88 Voir pp. 226 sqq.

30Un autre pamphlet hostile à Pero Barbosa, exclusivement centré sur la question des chapelles, l’accusait d’ôter le pain de la bouche des veuves et des orphelins secourus par l’Église87. Ce texte niait que les juges de tutelle, si décriés par Barbosa, fussent malhonnêtes, protestait de la rigueur du contrôle conjointement exercé par la Mesa da Consciência e Ordens et par le Conselho da Fazenda sur les legs pieux et reprochait au commissaire d’avoir eu le projet odieux de recourir aux legs pieux pour amortir le volume des titres de la dette consolidée (juros) qui circulaient au Portugal. Il n’est pas impossible que les documents rédigés contre Pero Barbosa datent de l’époque du grand conflit entre la couronne du Portugal et le collecteur apostolique sur la question des legs de chapellenies88, ou du moins qu’ils aient été réutilisés à ce moment-là, dans la mesure où les descendants du malheureux juriste exerçaient alors le pouvoir que l’on sait.

31On voit donc combien la famille constitue le cadre de l’action politique : elle permet de mobiliser des liens de sang objectivables, d’encadrer des réseaux de fidélité et, par là même, d’engager autour d’un même clan toute une série de personnes porteuses de fonctions ou de dignités essentielles et présentes dans les principaux organes de décision de la Monarchie. Sur le plan doctrinal, l’histoire de la famille se rattache, à travers l’expérience de Pedro Barbosa, à des manières de faire la politique dénoncées comme tyranniques parce que nouvelles. Mais sur le plan des pratiques de pouvoir, le groupe Soares-Vasconcelos témoigne de la vitalité des institutions traditionnelles. Les institutions visées par l’appétit de contrôle des secrétaires d’État sont d’abord les instances juridictionnelles légitimes. Au-delà, la famille, comme finalité de l’opération et comme moyen de la réaliser, demeure l’institution essentielle. Ainsi, tout comme certains membres éminents de l’aristocratie passés dans l’orbite d’un prince qui favorisera la consolidation de leur lignage, les officiers travaillent pour leur famille en se plaçant au service de la Monarchie.

Le secrétariat d’État

  • 89 Santiago de Luxán Meléndez, op. cit., p. 497·
  • 90 AGS, SP, lib. 1525, f° 31.
  • 91 ΒΑ, 51 IX 11, fos 5-28, Regimento do Conselho de Portugal.
  • 92 AGS, SP, lib. 1478, f° 16, Consulta del Consejo de Portugal (24 mai 1635).
  • 93 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 89.
  • 94 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 36/110, Τítilο de conde de Armamar (11 août 1639). La cédule de (...)
  • 95 AHN, Estado, lib. 348, Carta de Diego Suárez (19 août 1639).

32Le Conseil de Portugal avait deux secrétaires89 : l’un était chargé d’expédier les documents relatifs à l’administration de la justice, au patronage ecclésiastique et aux questions de défense, l’autre s’occupait de ceux qui touchaient aux finances du roi et aux pétitions de commanderies des ordres militaires90. Après l’arrivée de Diogo Soares à la Cour, la répartition des fonctions fut sensiblement modifiée : il obtint pour lui le cumul des affaires dites « d’État » (celles du premier secrétaire) et des papiers financiers, laissant au second secrétaire l’expédition des grâces royales et des décisions concernant le patronage ecclésiastique91. D’après ses accusateurs, Soares aurait toujours cherché à neutraliser son collègue Gabriel de Almeida de Vasconcelos. Ce dernier l’accuse en effet de monopoliser tout le courrier venant du Portugal, y compris celui qui est destiné à lui-même Almeida de Vasconcelos. Depuis longtemps déjà, le Conseil de Portugal, c’est-à-dire vraisemblablement le duc de Villahermosa, s’était plaint de ce que Diogo Soares ne rendît pas compte des lettres qu’il recevait de Miguel de Vasconcelos92. Soares ne respecte pas la règle selon laquelle lorsqu’un des deux secrétaires est personnellement concerné par un acte écrit, c’est son collègue qui est chargé de l’expédier : ainsi, Gabriel de Almeida de Vasconcelos aurait dû établir les actes de désignation de Pedro Barbosa au diocèse de Leiria, pourtant c’est Diogo Soares, beau-frère du récipiendaire, qui s’en est chargé93. Dans ce cas précis, il s’agissait sans doute de faciliter une nomination indigne. De plus, alors qu’il n’est pas censé s’occuper des grâces, Diogo Soares empiète systématiquement sur les fonctions de son collègue. Ainsi l’archevêque de Lisbonne Rodrigo da Cunha, qui n’appartient pas à la coterie, n’obtient pas l’expédition d’un titre de comte pour l’un de ses neveux ; en revanche, Sebastião de Matos de Noronha, ami de Soares et archevêque-primat de Braga, a la satisfaction de voir son neveu Rui de Matos de Noronha recevoir le titre de comte d’Armamar94, moyennant il est vrai quelque cinq millions de maravédis. Cependant, Soares sait également négocier avec son homologue. C’est ainsi qu’en 1639, il lui propose de faire les démarches de dispense d’âge pour que son fils Francisco de Almeida de Vasconcelos obtienne une commanderie d’ordre militaire, à condition toutefois que son père fasse la même démarche pour le jeune Lucas Soares95. Mais au-delà de son influence dans la distribution des grâces, Diogo Soares organise surtout une officine extraordinairement efficace pour la vente des charges.

  • 96 Beatriz Cárceles de Gea, « La justicia distributiva en el siglo xvii (aproximación político-constit (...)
  • 97 Voir chapitre i, pp. 54. sqq.
  • 98 AGS, Contaduría Mayor de Cuentas, IIIa época 1980, Relacion jurada y firmada que yo Diego Suarez de (...)

33La maîtrise de la distribution des offices, cet exercice fondamental de la justice distributive96, touche quatre domaines essentiels. D’une part, il s’agit de la prise de décision la plus importante dans le système politique des monarchies ibériques d’Ancien Régime. Comme on l’a vu97, la désignation des officiers et magistrats qui vont exercer la justice du roi, constitue l’acte de gouverner par excellence. En s’arrogeant jalousement cette fonction, Diogo Soares devient de fait le ministre le plus influent du Portugal. En outre, en mettant en place un système de vénalité depuis son officine, le secrétaire d’État participe activement à la politique financière d’Olivares. Le cas le plus connu est celui de la participation au financement des travaux du palais du Buen Retira par la vente d’offices portugais et de titres des ordres militaires qu’il organisa avec Jerónimo de Villanueva98. On trouve mêlés, dans la même comptabilité, le tout-venant de la vente d’offices de tabellions ou des foros de moço fidalgos (« patentes d’anoblissement »), mais aussi de très grosses opérations de vente de charges comptables aux hommes de finances portugais soucieux d’exercer leur propre contrôle sur les tribunaux de commerce du roi. Par ce biais, Diogo Soares se trouve en contact d’affaires avec les principaux banquiers de l’ère des portugais d’Olivares : Manuel Paz pour le poste de greffier des procès de déchargement de marchandises à Porto, Pedro de Baeça pour la trésorerie de la douane de Lisbonne, Fernando Tinoco pour la trésorerie du Conseil de Portugal puis pour la future succession des savonneries de Covilhã.

34La dénonciation rituelle de la vente des offices de judicature par le secrétaire d’État trouve sa pleine confirmation dans ce document comptable. Soares s’en défend pourtant :

  • 99 BNM, ms. 2373, Defensa de Diego Suárez y Miguel de Vasconcelos, fos 146 sq.

Sa Majesté n’a pas rendu absolument vénaux les offices publics [contrairement à ce que vous prétendez, téméraires que vous êtes] car seulement en certaines occasions d’urgence publique elle a autorisé qu’on lui fît le service d’un don pécuniaire en échange d’une grâce, à condition que celui-ci ne constituât qu’une cause partielle parmi les motifs du choix de la personne ; mais cela n’a jamais été le cas pour les offices de justice, ni dans l’administration de la juridiction contentieuse, en sorte qu’on n’a aucunement tourné le dos à la justice distributive, pas plus qu’à la récompense due aux services rendus et aux mérites [comme vous l’avancez]99.

  • 100 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, fos 265 et 347.
  • 101 Jonathan Βrown et John H. Elliott, A Palace far a King : the Buen Retiro and the Court of Philip IV (...)
  • 102 BGUC, cód.588, fos 123-125 ; ΒGUC, cód. 602, fos 70-71 ; ΒΡΕ, cód. CXIV/1-39 ; ANTT, Casa Fronteira (...)

35Pourtant, ses relevés comptables révèlent que son vieux complice Sebastião de Carvalho est entré au Desembargo do Paço pour un million vingt mille maravédis, que Luís Fernandes de Almada devient officier de finances (provedor) de la Casa de India pour deux millions quarante mille maravédis, que pour trois cent soixante quatre mille maravédis, Afonso Hurtado, doyen de la cathédrale de Lisbonne, obtient une dispense d’examen pour l’exercice de l’office d’auditeur d’appel au Desembargo do Paço que lui avait accordé le Conseil de Portugal, que le marquis de Porto Seguro, pour deux millions trois cent quatre-vingt mille maravédis, obtient pour un de ses clients un office de magistrat à la Casa da Supplicação, qu’en 1640 encore Soares vendait des places à la Mesa da Consciência e Ordens pour un peu plus de deux millions de maravédis. C’est ainsi que le duc d’Abrantes aurait acheté le titre de regedor de justice du Portugal pour la somme de quatorze mille cruçados, de même que la châtellenie (alcaidia) d’Abrantes lorsqu’il n’était que marquis de Porto Seguro100. Cette liste n’est pas exhaustive, et le document de la Gontaduría Mayor de Cuentas révèle d’autres surprises. Lorsqu’on sait que certains de ces versements servirent à payer Velazquez pour plusieurs des toiles du grand salon du Buen Retiro101, on ne s’étonne guère de la grande diffusion manuscrite du pamphlet intitulé Tableaux envoyés à Sa Majesté pour une salle du Buen Retiro102.

  • 103 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, fos 1-8, Cargos del marques de Puebla y Loriana.
  • 104 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 351.
  • 105 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 167 ; ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, s. d., Consu (...)
  • 106 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 141.
  • 107 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 345.
  • 108 BNM, ms. 6734, f° 255.
  • 109 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, s. d., Consulta de la Junta de Expedientes (7 février 1639).
  • 110 Voir chapitre viii, p. 338.
  • 111 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, s. d., Consulta de la Junta de Expedientes (17 février 1639)
  • 112 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 92.
  • 113 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, s. d., Consulta de lajunta de Expedientes (31 janvier 1639).
  • 114 ACΒ, Variorum, vol. XXV, s. d., Relacion de las imposiciones que se ban puesto en Portugal y del ti (...)

36La maîtrise du marché des offices permet au secrétaire de s’enrichir, mais aussi et surtout d’accroître le réseau de ses alliés dans toutes les institutions de la Couronne. L’achat de fidélités joue ici un rôle considérable. Après son retour en Castille, le marquis de la Puebla devait raconter que, lorsque Diogo Soares reçut une chapellenie, lui qui jusqu’alors avait accusé Thomé Pinheiro da Veiga, le Procurador da Coroa, d’être un « marrane dépravé », fit obtenir à celui-ci une place surnuméraire au Desembargo do Paço parce que Pinheiro da Veiga était également juge des chapellenies (Juiz das Capellas)103. La vente de charges permet également de se livrer à un chantage sur les acheteurs : Diogo Soares se défend des accusations de Cid de Almeida en informant les magistrats castillans que ce dernier lui avait acheté des charges mineures du Conseil de Portugal104. Lorsqu’en 1638 meurt Gil da Fonseca, qui avait exercé la magistrature à la douane de Porto depuis 1626, son frère Juan de Fonseca propose d’acheter l’office vacant pour cinquante mille réaux. Diogo Soares se propose pour intercéder en sa faveur. Après quinze mois d’attente, le secrétaire offre l’office à Fonseca en échange d’un serment de fidélité et d’un témoignage en sa faveur. L’intéressé ayant refusé, l’office passe à un tarif de douze mille ducats (soit cent trente-deux mille réaux) et finit par être accordé au négociant Antonio Pacheco105. De fait, on l’a vu, ce dernier témoigna contre Cid de Almeida le moment venu106, puis sur son lit de mort se récusa. Le secrétariat de Diogo Soares, à la même époque, vend à Gonçalo de Resende l’office de receveur de la douane de Porto pour dix mille réaux107. À la même époque, le secrétaire d’État entreprend de contrôler les offices des installations portuaires et douanières portugaises, car il s’agissait des institutions par lesquelles passait l’essentiel des revenus des finances royales. La présentation d’une proposition de mise en vente des offices de factores de puertos de la mar va dans le même sens108. Soares organise la vente de la charge de greffier de la douane de Lisbonne, laissée vacante en 1639 à la mort de son titulaire Domingo de Freitas109. De même, la mort de Francisco Rebello Rodavalho, magistrat de la douane de Setubal qui avait la haute main sur le trafic du sel110, permet à Soares de fixer le prix de sa charge à un minimum de quarante mille réaux111. Comme nous l’avons vu plus haut, le gendre de Soares est devenu grâce à celui-ci officier de finances (provedor) de la douane de Lisbonne. Par son entremise, il semble que Miguel de Vasconcelos aurait ainsi pu faire acheter par un homme de paille l’office de comptable des Sete Casas de Lisbonne pour six mille ducats, alors qu’il en valait au bas mot trente mille112. Un certain Francisco Peres de Oliveira, propriétaire des offices de greffier et de magistrat de la douane de Lisbonne — mais résidant à Madrid, où il exerce la charge de comptable de la Junta de Minas, chargée de la gestion des mines de la Couronne de Castille —, aurait dû être privé de ses offices au terme de la visita de la douane de Lisbonne menée par Francisco Leitão. Mais contre la somme de mille ducats, l’équipe Soares-Vasconcelos lui permet de transmettre ses offices lisboètes à qui lui conviendrait113. Pendant les périodes de financement des flottes de secours, Miguel de Vasconcelos a lui aussi procédé à des ventes d’offices, notamment pendant l’été 1639114.

  • 115 AGS, CJH, 756, Consulta de lajunta de la Media Annata (8 juin 1631).
  • 116 AGS, CJH, 744, Consulta de la Junta de la Media Annata (23 décembre 1635).
  • 117 AGS, CJH, lib. 150, Consulta de la Junta de la Media Annata (4 décembre 1634).
  • 118 AGS, CJH, 745, Despacho de Diogo Soares (17 février 1635) ; AGS, CJH, 743·, Despacho de Diogo Soare (...)
  • 119 Consulado : taxe de 3 % acquittée sur les marchandises à leur entrée dans un port.
  • 120 AGS, CJH, 797, Las mercedes que se han hecho al Senor Conde Don Jorge de Mascarenhas (8 août 1639).
  • 121 AGS, CJH, 763, Consulta de la Junta de la Media Annata (18 mai 1637).
  • 122 JJAS, Carta Regia (26 novembre 1636).
  • 123 AGS, CJH, 716, Copia de la carta que se escribio al govierno quando se remitio el titulo del cargo (...)

37Au cours des dix années qui précèdent la Restauração, l’officine de Diogo Soares est donc devenue une institution fondamentale dans la vie politique portugaise. Le comte-duc d’Olivares a tout fait pour renforcer son influence et son autorité : c’est ainsi que le secrétaire d’État est chargé de gérer le paiement des medias annatas des titres de noblesse accordés ou vendus par le roi à ses sujets portugais115. C’est pourquoi les détenteurs portugais d’un titre de noblesse doivent faire antichambre chez Soares et sont parfois reçus par son serviteur « juif » Lopo Pereira : cette humiliation, vivement ressentie, est rapportée dans la majorité des textes anticastillans publiés après 1640. Ainsi lorsque, par exemple, le marquis de Ferreira reçoit la grâce de conférer à son fils le titre de comte de Tentugal, il lui faut démontrer que le titre appartenait déjà à sa famille pour être autorisé à ne payer qu’une faible taxe de media annata116. En 1634, Soares insiste pour qu’on fasse payer à la duchesse Marguerite de Mantoue la media annata de sa charge de vice-reine117. Depuis l’observatoire de la Junta de la Media Annata à laquelle il appartient, Diogo Soares parfait l’information que lui fournit le secrétariat du Conseil de Portugal. Sa connaissance des patrimoines et des capitulations matrimoniales est une arme fondamentale118. Lorsque Jorge de Mascarenhas est nommé vice-roi du Brésil, le secrétaire d’État insiste sur la nécessité de retenir à la source — c’est-à-dire sur la caisse du droit de consulado119 de Lisbonne qui lui verse ses salaires — la media annata des mercês reçues par son adversaire, et s’empresse de dresser la liste de toutes les grâces concédées à la famille de celui-ci120. Cette dernière procédure montre clairement le caractère vénal de la plupart des grâces accordées par le roi. C’est ainsi que, sur l’avis de Soares, la junta demande à Afonso de Portugal, comte de Vimioso, deux mille ducats en paiement du fait que le roi lui accorde désormais le traitement de « comte mon parent121 ». Le dispositif de contrôle se renforce lorsqu’en 1636, à la mort du titulaire du poste João de Frias Salazar122, le docteur Estevão de Foyos, client des deux secrétaires et intendant de leurs biens particuliers, devient commissaire portugais à la media annata123.

  • 124 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, fos 74, 91, 98, 344, etc.
  • 125 Voir chapitre i, pp. 77-78.
  • 126 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 24.
  • 127 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 95.
  • 128 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, fos 76-77 et 140.
  • 129 ACB, Variorum, vol. XX V, s. d., Papel de Diego Suarez sobre Lope Pereira (4 janvier 1644).

38Enfin, l’organisation par le clan Soares-Vasconcelos de la vente des offices s’exerce aussi dans d’autres aires institutionnelles. Leur est ainsi reprochée une gestion particulièrement sordide des postes militaires dans les présides africains124. La vénalité des offices et le marché qu’elle crée ne sont pas étanches et il est difficile de l’isoler de la vente de la qualité de nobre (« noble »), ou encore de la vente, proche de la simonie, des habits des ordres militaires. Dans le contexte ibérique, la « savonnette à vilains » sert aussi et peut-être surtout à enfouir dans l’oubli éternel une origine « impure », c’est-à-dire juive. Les adversaires de Diogo Soares jouent de cette corde, d’autant plus sensible que les contemporains d’Olivares avaient de bonnes raisons d’amalgamer les qualités de Portugais, de Juif et de banquier125. Dans ce registre, le feu des attaques se concentre sur la personnalité de Lopo Pereira, « ami intime et confident de Diego Suarez126 » et correspondant de Francisco Leitão. Cet homme obscur, qui aurait la haute main sur le trafic des offices organisé depuis le secrétariat d’État du Portugal127, n’est lui-même titulaire d’aucune charge assermentée. Mais le scandale prend une dimension particulière lorsque Lopo Pereira est accusé d’appartenir à la « nation », son oncle Fernando Lopes ayant été condamné par l’inquisition de Lisbonne128. En dépit de sa condition, c’est par ses mains que passent toutes les patentes d’anoblissement de sujets portugais. Longtemps après la Restauração, Diogo Soares défendait encore la réputation de son collaborateur129. Celui-ci avait été comptable à la Junta da Fazenda au Portugal ; Soares l’avait fait venir à son secrétariat à la Cour en 1634 et lui avait obtenu une charge de maestro de la Cámara. Lopo Pereira s’était spécialisé dans les questions relatives à la gestion des salines de Galice et des Asturies et avait eu à travailler sur ce dossier avec José Gonzalez, secrétaire du Consejo de Hacienda. D’après Soares, celui-ci était un excellent connaisseur des finances portugaises, ce qui signifie en clair que ses évaluations des ressources des villes et des biens des familles portugaises étaient fiables et utiles lorsque le roi voulait exercer une pression fiscale sur ses sujets portugais.

  • 130 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. II, f° 38.
  • 131 AGS, CJH, 784, Consulta del Consejo de Hacienda (22 mars 1638). Sur Luís Vas de Resende, voir chapi (...)
  • 132 AGS,Estado, 7041, Consulta de la Junta de Inteligencias de Portugal (20 septembre 1641) ; BP, ms. I (...)
  • 133 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 264.
  • 134 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 294.
  • 135 Voir chapitre i, pp. 77-78.

39Le comte de Linhares insiste sur le fait que le nouveau-chrétien Lopo Pereira fait le lien entre Diogo Soares et les hommes d’affaires portugais de la génération de 1627130. Lopo Pereira travaille en effet avec le négociant Manuel de Paz à la création du consortium qui administra le monopole du commerce du bois de brésil, après la faillite de Luís Vas de Resende131. Reste que sa personnalité et son activité alimentent le double topos qui devait tant nuire à Soares : le mépris des hommes obscurs pour la noblesse portugaise et le « judaïsme » attribué à la politique financière des années 1625-1640. Juste après le 1er décembre, Jerónimo de Mascarenhas mène une campagne sans trêve pour faire destituer fray Miguel Pacheco, l’administrateur de la confrérie de San Antonio de los Portugueses de Madrid, sous prétexte qu’il appartient lui aussi à la « naçáo132 ». Or certains témoins attestent que c’est le secrétaire d’État qui fit nommer ce clerc à la confrérie, bien qu’il sût qu’une des sœurs de Pacheco avait été condamnée par l’Inquisition133. Un des greffiers des causes civiles de la câmara de Lisbonne, Luís Gomes, client et serviteur notoire des Soares-Vasconcelos, est également désigné comme converse134. Plus généralement, les principaux témoignages insistent sur le rôle central joué par les marranes dans l’organisation de la faction des Vasconcelos. En ces temps de crispation inquisitoriale marquée, ce type d’allégation faisait évidemment mouche135.

  • 136 Voir chapitre ii, pp. 119-122.
  • 137 BA, 51 VI 1, fos 265-268, Papel que se deo ao conde-duque dilatandosse a averiguação dos capitulos (...)
  • 138 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 162, témoignage de Cid de Almeida ; ΒNM, ms. 2363, Memorial (...)

40Ainsi les secrétariats des deux compères fonctionnent grâce à l’établissement de réseaux concentriques : les parents, les alliés, les débiteurs, les partenaires commerciaux. Chacun des personnages importants du clan organise à son tour son aire d’action autour de parents, d’alliés, de débiteurs et de partenaires. La trame s’étoffe alors considérablement et l’on atteint assez rapidement à un niveau d’échanges de services littéralement capillaires, difficiles à saisir dans la documentation, mais qu’il est indispensable de prendre en compte pour comprendre comment, sur quoi et sur qui s’exercent les parcelles d’autorité dont chaque clan dispose au sein des institutions de la Monarchie. Au cours de la visite infligée à Diogo Soares, le secrétaire sut sur qui il pouvait compter dans l’adversité. Le docteur Francisco Leitão, dont nous avons analysé plus haut les textes de 1641136, jouait un rôle capital dans le réseau. C’est pourquoi il pouvait nuire considérablement au secrétaire d’État, qui n’avait pas de secret pour lui. Au printemps 1638, Diogo Soares envoie à Lisbonne le père jésuite Francisco Manso, cousin germain de Leitão, pour s’assurer que le docteur ne flancherait pas face à l’offensive de leurs adversaires137. Lors de la reprise du procès de Diogo Soares en 1643, Cid de Almeida déclare au secrétaire de la visite que Francisco Leitão pourrait, s’il le voulait, démontrer que Diogo Soares et Miguel de Vasconcelos sont les responsables du 1er décembre138. Comment ce magistrat portugais avait-il donc fini par occuper une place si centrale dans le jeu politique qui se nouait alors entre Madrid et Lisbonne ?

Un acolyte : Francisco Leitão

  • 139 BGUC, cód. 588, fos 123-125 ; BGUC, cód. 602, fos 70-71 ; ΒΡΕ, cód. CXIV/1-39 ; ANTT, Casa Fronteir (...)
  • 140 ANTT, MCO, lib. 32, f° 182.
  • 141 ACB, Variorum, vol. XLII, Carta de Francisco Leitão (22 août 1637).
  • 142 Sur l’extracção, voir le chapitre viii, passim.
  • 143 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 18/16 ; BL Eg., 323, f° 3 ; ANTT, Chancelaria de Filipe III, 16/34 (...)
  • 144 AGS, Estado, 7041 ; AGS, CJH, 819.
  • 145 AGS, GA, 1331, Consulta de (31 décembre 1640).
  • 146 S. de Luxán Meléndez, op. cit., p. 523.

41La carrière de Francisco Leitão dans les arcanes de la polysynodie portugaise a valeur d’indicateur de ce que furent les voies nouvelles de l’administration de la justice et du gouvernement des peuples à l’époque d’Olivares. Son itinéraire est-il exceptionnel ? Est-il représentatif ? Comme on ne dispose pas d’un nombre suffisant de cas, on ne peut répondre à la question en termes de conformité à un modèle moyen. En revanche, le fait que ce type de carrière ait été possible est riche d’enseignements sur la capacité du système à engendrer des pratiques politiques complexes. Pourtant, Leitão est un personnage discret. Les pamphlets politiques ne l’ont pas épargné. Dans le célèbre poème Quadros que mandarao no mesmo tempo a sua Magde pera hua sala do Bom Retiro139, il arrive juste après l’évocation de Soares et Vasconcelos, avec l’aimable sobriquet de « filius meretricis ». Il doit cette insulte au fait d’être fils naturel d’un clerc140. Né sans doute en 1585141, il reçut tous les grades en droit canon à l’université de Coimbra. Son cursus honorum est classique : juge à la Casa da India e da Mina (1622), auditeur à la Casa do Civel de Porto (1627), auditeur à la Casa da Supplicação (1629), conseiller à la Casa da Supplicação, administrateur général de l’impôt de l’extracção142 (1633), conseiller au Desembargo do Paço (1636), juge des comptes (1637), conseiller des Finances (1637)143. À son arrivée à Madrid en octobre 1638, il siège à la Junta del Despacho de Portugal. Après le 1er décembre, il travaille à la Junta de Inteligencias de Portugal144 et à la Junta Grande de Portugal145. C’est pourquoi il entre au Conseil de Portugal, reconstitué après la Restauration, où il siégera jusqu’à sa mort en 1656146. Voilà donc le parcours d’un juriste formé à Coimbra qui parvient au faîte des honneurs et des charges à partir de la peu enviable situation de fils naturel.

  • 147 ANTT, Manuscrites da Livraria, 250, Alegações que fez o Doutor Francisco Leitão pera informação de (...)
  • 148 ANTT, Manuscrites deSão Vicente, 18, f° 281, Carta do Arcebispo Primas ao Arcebispo de Lisboa (11 a (...)

42Sa vie publique commence par un scandale qui aurait pu ruiner toutes ses espérances. En 1612, un prostituée de Coimbra l’accuse d’avoir poignardé le professeur Francisco Velasco de Gouveia et d’avoir fait tirer sur le doutor Domingo Antunes parce qu’il était à la recherche d’une chaire d’enseignement147. Il semblerait qu’après un séjour en prison, Leitão parvint à démontrer son innocence... ou à faire oublier ses méfaits. Cinq ans plus tard, le malheureux apprenti juriste essayait encore vainement d’obtenir une chaire. Ce « docteur en canons » rejeté par sa faculté n’obtenait guère plus de succès auprès des professeurs de la Facultad de Leyes : début bien peu prometteur pour un letrado148. Mais l’on s’interdirait de comprendre comment se construit cet itinéraire si on limitait l’enquête au cursus honorum officiel, celui qu’administre le Desembargo do Paço et qui répond à l’architecture des juridictions portugaises traditionnelles.

  • 149 Isaías Rosa Pereira, A inquisição em Portugal, Séculos xv-xviii - Período Filipino, Lisbonne, Vega (...)
  • 150 BA, 51 X 1, f° 197, Carta dos governadores (20 septembre 1631).
  • 151 BA, 51 X 2, fos 11-12, Carta dos governadores (11 février 1632).
  • 152 ΒΑ, 51 X 2, f° 46, Carta dos governadores (1er mars 1632).
  • 153 AGS, CJH, lib. 139, f° 120, Consulta de la Junta de la Extracción (8 octobre 1633) ; ΒΑ, 51 X 5, (...)
  • 154 AGS, SΡ, lib. 1570 (22 juin 1638) ; ΒΝL, Miscellanea, 7647.
  • 155 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão (13 novembre 1634).
  • 156 ΒΑ, 51 Χ 1, f° 127, Carta dos governadores (17 décembre 1631).
  • 157 ACB, Variorum, vol. XLII, Carta de Francisco Leitão (9 décembre 1635).
  • 158 ACΒ, Variorum, vol.XLII, Carta de Francisco Leitão (8 août 1637).

43À partir du socle de légitimité que confère l’appartenance à la magistrature ordinaire de la couronne portugaise, Francisco Leitão devient l’homme des missions délicates. Chargé d’inspecter les finances douteuses du fisc de l’inquisition de Coimbra149 puis de celle de Lisbonne150, les comptes de la taxe du consulado de Lisbonne151, ceux des contrats royaux du marchand lisboète Luís Vas de Resende152, ceux de son prédécesseur à l’administration de l’extracção153 et ceux de l’Hôtel de la Monnaie à Lisbonne154, Leitão a acquis une connaissance solide des questions financières. Il mène de front plusieurs de ces affaires, qui se chevauchent dans le temps : Francisco Leitão semble présent sur tous les fronts de la bataille financière155. C’est pourquoi il est jugé digne d’appartenir à la Junta da Fazenda de 1631156. Son emploi du temps est alors spectaculaire : du matin à midi il siège au Conselho da Fazenda, l’après-midi il entend les personnes inculpées dans la visite générale de la douane de Lisbonne, puis il s’occupe de l’administration de la taxe sur le sel exporté (extracção) et vérifie ensuite les comptes des biens de la Couronne qui lui sont confiés ; enfin, après dix-huit heures, il siège à la Junta do Desempenho157. Deux ans plus tard, il rappelle à Diogo Soares qu’il assiste à quatre juntas (Composições, Desempenho, Fazenda et Junta Grande), en plus du Conselho da Fazenda et des commissions, en particulier celle de l’extracção158.

  • 159 AGS, SP. lib. 1553, f° 36 (5 février 1627).
  • 160 AGS, SP, lib. 1526, f° 32 ; AGS, SP, lib. 1478 (juin 135).
  • 161 ANTT, MCO, lib. 34, f° 15, Consulta da Mesa da Consciência e Ordens (17 mai 1636).
  • 162 AGS, Estado, 2658 ; AHN, Estado, 3276 ; AHN, lib. 699, article sodomia.
  • 163 ACB, Variorum, vol. XLII, 125-127, Carta de Francisco Leitão (22 juillet 1638).
  • 164 AGS, GA, 3175.

44Francisco Leitão mène également des enquêtes sur des personnalités soupçonnées de comportements délictueux, comme Lourenço de Brito, chargé de la défense du Brésil face aux flottes hollandaises159, comme le conseiller Cid de Almeida, comme le vice-roi du Brésil Albuquerque en 1635160 ou encore Gaspar de Faria Severim l’année suivante161. La répression de groupes entiers lui est également confiée. Ainsi est-il chargé d’identifier et de punir les sodomites de Lisbonne162. Cette enquête met en cause deux membres de la famille Mascarenhas ainsi qu’un serviteur de Jorge de Mascarenhas163, comte de Castelo Novo, lequel devait le poursuivre de sa haine jusque pendant son séjour à Madrid. Depuis la Cour, Francisco Leitão organise également la surveillance les activités des commerçants français établis au Portugal164.

  • 165 ΒA, 51 X 2, f° 77, Carta dos govemadores (31 mars 1632).
  • 166 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão (31 juillet 1638).
  • 167 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 67-68, Carta de Francisco Leitão (29 février 1636).

45Il sait se rendre indispensable aux deux secrétaires d’État, à Lisbonne puis à Madrid, et c’est pourquoi des missions de plus en plus délicates lui sont confiées. Ses fonctions s’apparentent à celles d’un espion, notamment lorsqu’il doit élucider le mystère de la disparition de courriers échangés par Diogo Soares et Miguel de Vasconcelos165. Il n’hésite jamais à se qualifier lui-même de « créature » de Diogo Soares et, quand celui-ci se dit souffrant, le docteur aspire à devenir son « infirmier166 ». Lorsque le marquis de la Puebla tente de le séduire en le qualifiant de « meilleur magistrat dont le roi dispose au Portugal » afin de le séparer des secrétaires d’État, Francisco Leitão résiste et le fait savoir aux intéressés167.

  • 168 AGS, CJH, 777, Carta de Sebastião Tavares e Sousa a Francisco Leitão (12 janvier 1636).
  • 169 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão (10 septembre 1637).
  • 170 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1631, f° 74, Carta de Francisco Leitão, s. d. [c (...)
  • 171 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 121-124, Carta de Francisco Leitão (2 septembre 1637).
  • 172 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 108-111, Carta de Francisco Leitão (9 décembre 1635).
  • 173 Voir chapitre viii, section II, « La méthode de Francisco Leitão » (pp. 335-348).

46Ses succès reposent sur un réseau d’informateurs — des ecclésiastiques le plus souvent — et d’amis : à Porto, l’ancien corregedor Sebastião Tavares de Sousa168, à Aveiro son ancien confesseur frei Diogo de São José169, à Coimbra son frère Antonio Leitão170. Il mesure la température politique du petit peuple de Lisbonne grâce aux rapports d’un ami ecclésiastique171. Lorsqu’il dresse le tableau des finances municipales de l’ensemble du Royaume en vue de préparer la généralisation du real d’agoa, il compte sur des informateurs particuliers : des parents à Crato et à Castelo de Vide, un autre de ses frères à Coimbra, ou encore l’échevin (vereador) Diogo Mendes Godinho172. Dans le chapitre consacré à l’extracção, nous verrons de quelle façon le docteur recruta son réseau de clients et de fidèles dans les principaux ports exportateurs de sel. Ainsi la vie politique de Francisco Leitão repose sur une triple construction : la carrière proprement dite — son ascension normale dans la hiérarchie des magistratures —, les missions de confiance et, enfin, la participation aux juntas organisées à Lisbonne, puis à Madrid où il arrive en octobre 1638. Ces trois modalités d’exercice du pouvoir reposent à leur tour sur trois éléments : l’appartenance à la clientèle des secrétaires d’État, la mobilisation d’un réseau de parents et de personnes de confiance dans la plupart des villes portugaises et la capacité à trouver d’importants crédits auprès des bailleurs de fonds de la Couronne. Témoin des mariages croisés de Diogo Soares et de Miguel de Vasconcelos, Leitão est un pilier du système de contrôle des institutions portugaise par les deux compères. C’est aux marges de la carrière que se construit la carrière, c’est dans l’informalité que prend forme la volonté politique. En suivant les méthodes de travail du commissaire173, nous pourrons vérifier si réellement les hommes de l’équipe honnie par les restaurateurs appliquèrent une raison d’État tyrannique au royaume du Portugal. Constatons pour l’instant que la modernité de la nouvelle politique repose d’abord sur des mécanismes anciens. La solidarité familiale offre le modèle de l’obéissance et de l’efficacité fonctionnelle.

III. — L’addition des oppositions

Le clergé soulevé

  • 174 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 156, Carta Regis (23 septembre 1632), [copie faite pour Thomé (...)
  • 175 ΒA, 51 VI 33, fos 164-169, Apontamentos que o Desembargo do Paço offerece a VMgde sobre materias to (...)
  • 176 BA, 51 X 5, fos 215-217, Carta do governador (19 mars 1633).
  • 177 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 84, Procedimientos e consultas e formas que se teve nas contro (...)
  • 178 BNM, ms. 2848, s. d., Consulta del Consejo de Portugal (8 août 1626).
  • 179 AGS, Estado, 3845-43, Relatione del sucesso di Monsignor Castracani Vescovo di Nicastro stando coll (...)
  • 180 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d., Papel sobre cosas del Colector [rédigé par Diogo Soares], §§ 1-11.
  • 181 AGS, Estado, 2657, Consulta del Consejo de Estado (10 août 1636).
  • 182 JJAS, Carta Regia (23 juin 1621).
  • 183 ΒA, 51 VI 14, Livro de denunciciões das capelas.
  • 184 ΒΡΕ, CIX/1-13, fos 96 sq., Petição que se fez a el rey D. Felipe 4° de Castella e 3° de Portugal so (...)
  • 185 ΒΑ, 51 VI 14, f° 21, Avis du doutor Jorge de Araujo Estaço (20 janvier 1638). Voir également le cas (...)
  • 186 ANTT, Corpo Cronológico, II/368, doc. 18, Carta citatoria pasada a requerimento de Manuel de Freita (...)
  • 187 AGS, SΡ, lib. 1469, f° 130, Carta de la Princesa Margarita (6 septembre 1635).
  • 188 AGS, SP, lib. 1469, fos 136-137, Consulta del Consejo de Portugal (27 novembre 1636) JJ AS, Carta R (...)

47Le premier affrontement grave avait eu lieu sous le règne de Philippe III, en raison de l’obstination du collecteur Octavio Accoramboni, évêque de Fossambruno, à vouloir prélever les héritages des clercs réguliers décédés hors de leur communauté. Après que le prélat italien eut excommunié les magistrats du roi et frappé Lisbonne d’interdit, il fut rappelé à Rome en 1618. Le Procurador da Coroa veillait à ce que la justice du roi ne subît pas d’excessifs empiétements174. À plusieurs reprises, le Desembargo do Paço s’était prononcé contre ce qu’il considérait comme des abus de juridiction au détriment des tribunaux royaux, et donc en faveur du respect de l’article II, 18 des Ordenações175. Fernão Cabrai, alors magistrat au Desembargo do Paço, s’opposait aux prétentions du collecteur apostolique et Francisco Leitão, alors magistrat à la Casa da Supplicaçaô, avait été chargé par le gouverneur d’une mission de conciliation176. Des difficultés avaient également surgi en 1625 entre le collecteur João Baptista Paloto et le commissaire de la bulle de croisade, Antonio de Mascarenhas177. Finalement, Paloto fut expulsé du Royaume178. Le second conflit important, qui se produisit sous le règne de Philippe IV, éclate à l’époque de la vice-royauté de Marguerite de Mantoue et il est lié à la conjoncture de recherche de revenus nouveaux pour la Couronne. Le nonce et collecteur apostolique Alexandre Riario Castracani, évêque de Nicastro, arrivé à Lisbonne en 1635, voulut empêcher la mise en application de cet article II, 18 des Ordenações Filipinas, laquelle était préconisée par les conseillers financiers du roi179. En vertu de cette disposition, les églises et les ordres « ne peuvent acheter des biens inaliénables sans autorisation du roi. » Les établissements religieux pourraient dès lors hériter de leurs paroissiens des biens seulement pour une durée d’un an et un jour, période au terme de laquelle la juridiction du roi devrait se prononcer sur le devenir des biens légués180. Si l’on en croit le duc de Villahermosa, qui fut appelé à donner son opinion sur l’affaire lors d’une session extraordinaire du Consejo de Estado de Madrid, les demandes d’autorisation auraient constitué une pratique générale depuis au moins une trentaine d’années et certaines auraient été rejetées181. Les premières chapelles laïques auraient été dénoncées en 1621182 et les premières chapelles ecclésiastiques en 1631183, ce qui provoqua une levée de boucliers de la part les établissements touchés184. En 1633, par exemple, le Desembargo do Paço déboute les frères du couvent Saint-Dominique à Elvas à propos d’une chapelle dont hérite le laïc Afonso Lopes Freire185. Le Procurador da Coroa alla même jusqu’à examiner la validité d’une chapelle fondée par feu Theotonio de Bragance au couvent das Chagas de Vila Viçosa186. En septembre 1635, il fut en outre demandé aux ecclésiastiques d’établir les inventaires des biens inaliénables dont ils assuraient l’administration187. Le scandale éclate lorsque le 16 mars 1636, dimanche des Rameaux, à l’heure de l’office, Castracani publie une lettre pastorale excommuniant tout fidèle qui dénoncerait aux magistrats une chapelle injustement tenue par un établissement religieux. À cette date, il semble que près de cinq cents chapelles avaient été dénoncées. Une junta spéciale composée de Francisco Valcarcel, du Grand Chancelier Femão Cabrai et de João Sanches de Baena, Francisco Leitão et Thomé Pinheiro da Veiga fut créée pour étudier la jurisprudence portugaise en matière de conflit de juridictions entre les collecteurs et le roi. Mais, comme sa composition explosive le laissait supposer, la junta ne fonctionna jamais188.

  • 189 ΒΑ, 51 VI 14, f° 32, Carta de ElRey (3 février 1637) ; JJAS, Cartas Regias (au collecteur, à la p (...)
  • 190 ANTT, Corpo Cronologico, II/370, doc. 31, Edital de Alexandre Bispo de Nicastro Colleitor nestes Re (...)
  • 191 AGS, SP, 1473, fos 522-323, Consulta do Desembargo do Paço (17 novembre 1637).
  • 192 Sur la Ley Mental, voir chap. iii, p. 160, n. 150.
  • 193 ANTT, Corpo Cronológico, II/371, doc. 118, Carta de entredito local especial deambulatorio contra o (...)
  • 194 BNM, ms. 18576-1, Representacion a Su Santidadpor don Juan Chumaceroy Carillo embajador extraordina (...)
  • 195 ANTT, Corpo Cronologico, II/371, doc. 129, Suppliai que fez o procurador da corôa (4 mars 1639).
  • 196 ΒL Eg., 2082, fos 159-178.
  • 197 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 23, Carta Regia (5 mai 1639).
  • 198 BNL, FG, cód. 241, Manuel Severim de Faria, Historia Portugueza Ε De outras Provincias do Occidente (...)

48Après un an de bras de fer avec Thomé Pinheiro da Veiga, Procurador da Coroa, que le roi avait chargé de ramener le nonce à la raison189, celui-ci finit par se dédire publiquement, le 17 mars 1637190. On continua donc à dénoncer les chapelles injustement détenues : ainsi, Pedro de Vasconcelos e Brito demande qu’une chapelle instituée à Campo Maior par un certain Diogo da Silveira, mort sans enfants, revienne à la Couronne et non au frère du défunt, lequel s’en est emparé sans coup férir191. Après avoir étudié le cas dans les archives de la Torre do Tombo, Thomé Pinheiro da Veiga statue qu’en vertu de la Ley Mental192, la chapelle doit revenir à la Couronne. Francisco Leitão, Francisco Pereira Pinto et Sebastian de Carvalho, tous trois compères, l’approuvent ainsi que le magistrat Baltazar Fialho, tandis que João Sanches de Baena, toujours soucieux d’adopter des positions « populares », s’oppose à cette décision. Mais l’année suivante, le pape Urbain VIII publie une bulle condamnant les lois portugaises sur le désamortissement des chapellenies. Sentant le vent tourner, Castracani, après avoir censuré trois magistrats193, publie le 25 juin 1639 une nouvelle lettre qui reprend le ton de celle de 1636194. Le Procurador da Coroa en appelle alors au Saint-Siège195. Après l’avoir convoqué trois fois sans succès, la princesse Marguerite décide d’expulser le prélat196. La situation est alors si tendue à Lisbonne que la duchesse de Mantoue doit faire protéger les magistrats par sa garde allemande et interdire aux moines de sortir de leurs couvents, de crainte qu’ils n’attisent une émotion populaire. Le marquis de la Puebla propose sa médiation entre le nonce et la vice-reine. Et, tandis que le Desembargo do Paço, puis la Casa da Supplicação197 freinent l’action de la vice-reine, puis en condamnent l’énergie, le marquis n’obtient de Castracani que la levée partielle des censures récemment fulminées. En définitive, Miguel de Vasconcelos prend seul l’initiative de rendre effective la décision de procéder à l’expulsion, qui a lieu dans la nuit du 30 août 1639198. Le secrétaire d’État considérait que l’évêque de Nicastro portait une lourde responsabilité dans le déclenchement des soulèvements de 1637-1638 :

  • 199 ACΒ, Variorum, vol. XLII, f° 171, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (3 février 1638).

Comme je vous l’ai dit à plusieurs reprises, j’ai toujours pensé que le collecteur a provoqué les soulèvements de ce Royaume et que ce qui se disait en chaire à leur propos et tout ce que faisaient les religieux, c’était par son ordre199.

  • 200 ANTT, Manuscrites da Livraria, 1186, Carta Regia (3 février 1637) ; ANTT, I/119, doc. 157, Carta de (...)
  • 201 ANTT, Corpo Cronológico, III/570, doc. 35, Carta para Sua Alteça em que se the da conta dos religio (...)
  • 202 Manuel Severim de Faria, Anais de Portugal, op. cit., f° 158.
  • 203 João Francisco Marques, A Parenética Portuguesa e a Restauração (2 vol.), Porto, Institute Nacional (...)
  • 204 BA, 51 VI 14, f° 50, Avis de Francisco Velasco de Gouveia, s. d. [décembre 1646].

49Thomé Pinheiro da Veiga estimait pour sa part que Castracani avait été encouragé dans son intransigeance par certains Portugais200, notamment au sein du clergé régulier201. Il accusait par exemple le recteur du collège des Irlandais, qui craignait que les chapelles que lui avaient confiées la comtesse de Linhares et la veuve de Christovão Soares ne lui soient contestées. Depuis son observatoire d’Évora, Manuel Severim de Faria, chantre de la cathédrale et chroniqueur, décrit l’angoisse et la ferveur qu’inspire aux fidèles l’interdit lancé par Castracani202. Le déni d’administration des sacrements et la menace pesant sur le système des chapelles jouent un rôle considérable dans la diffusion des thématiques eschatologiques véhiculées par une partie du clergé portugais à la veille de la Restauração et pendant celle-ci203. L’interdit fut finalement levé, le 5 décembre 1640204.

  • 205 ACΒ, Variorum, vol. XXV, s. d., Relacion de muchas capelas por el secretario Diego Suarez.
  • 206 ΒA, 51 VI 14, fos 1-50, Alegação de direito do estado eclesiastico do Reino de Portugal contra o pr (...)
  • 207 BA, 51 VI 14, fos 17-19, Carta del marqués de Castel Rodrigo (19 mai 1640) Juan Pro Ruiz, « Las cap (...)

50Pour contrer l’offensive du collecteur, Diogo Soares établit un inventaire de patrimoines injustement amortis sous forme de chapellenies205. Les partisans du prélat romain fondent principalement leur argumentation sur le respect dû aux privilèges du clergé et sur l’indisponibilité juridique des biens particuliers des sujets206. Ils produisent les brefs publiés par dix-huit papes qui s’opposent à la lettre et à l’esprit de l’article II, 18 des Ordenações Filipmas. Sur un plan plus politique, les auteurs du texte dénoncent les « mouchards » qui veulent des primes pour chaque chapelle dénoncée. Les juristes du pape rappellent à l’ambassadeur du roi à Rome que la juridiction du roi ne saurait connaître des chapelles fondées devant notaire, a fortiori devant un prélat207.

  • 208 AGS, GA, 1331, Consulta de la Junta de Ejecución (voto del conde-duque), [23 décembre 1640].
  • 209 AGS, SP, lib. 1751, s. d., Carta de Miguel de Vasconcelos (13 août 1640).
  • 210 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 114-115, Carta de Francisco Leitão (22 août 1637).
  • 211 ΒA, 51 VI 1, fos 170-178, Rezões por que se mostra como não convem aver Colleitores neste Reino de (...)

51L’affaire du collecteur a sans doute énormément nui aux secrétaires d’État et, à travers eux, à Olivares208. Elle touchait à la fois deux domaines extrêmement sensibles pour la définition des libertés dans l’ancienne société portugaise : la disposition familiale des patrimoines et l’administration régulière des sacrements par le clergé. La polémique permet de relancer, dans les prêches des clercs, le thème de la captivité babylonienne du Portugal. Le franciscain frei Nicolas das Chagas, qui accuse de nombreux coreligionnaires d’être les laquais du collecteur, met en garde Miguel de Vasconcelos contre le danger de la mobilisation du clergé régulier contre les ministres209. Dans une lettre adressée en août 1637 au secrétaire d’État, Francisco Leitão explique que l’on fait courir des rumeurs prêtant à Vasconcelos l’intention de piller les sacristies et de faire retirer tous les métaux précieux des lieux de culte, avec le concours des soldats castillans210. En réalité, si Miguel de Vasconcelos et Diogo Soares incarnent la politique de contrôle des aliénations abusives, les grands tribunaux portugais — à commencer par le Desembargo do Paço —, mais aussi le Conseil de Portugal, le Procurador da Coroa et la vice-reine se sont eux aussi opposés au collecteur, au nom de la défense de la juridiction de la Couronne face à celle de l’Église. Il s’agissait pour les juristes portugais de rappeler que la juridiction sur les majorats ne devait pas leur échapper sous prétexte qu’une partie des biens des familles, étant amortis sous formes de donations pieuses, relevaient dès lors des juridictions ecclésiastiques211.

Les convocations de 1638-1639

  • 212 John H. Elliott, The Count-Duke of Olivares. The Statesman in a Age of Decline, New Haven et Londre (...)
  • 213 AGS, Estado, 2660, Consulta del Consejo de Estado (12 juin 1638).
  • 214 AHN, Consejos, leg. 51436/13, Copia de un real decreto de Su Majestad del año 1638 tocante al govi (...)
  • 215 AHN, Consejos, leg. 12010, expediente 31 [document communiqué par Fernando Bouza Álvarez].

52Le mauvais fonctionnement interne du gouvernement de Marguerite de Mantoue, l’éclosion des soulèvements populaires et l’offensive brutale lancée par une partie des Portugais de Madrid contre Diogo Soares poussent le Comte-Duc à réagir212. Une Junta de Estado, qui se réunit le 12 juin 1638 et à laquelle assistent la fine fleur de l’équipe d’Olivares (le marquis de Santa Cruz, le comte de Castrillo, José Gonzalez et Antonio Contreras), deux Portugais (le duc de Villahermosa et Francisco Pereira Pinto) ainsi que quelques aristocrates castillans, projette de créera Madrid une « Junta de las Personas May ores de Portugal213 ». Une fois encore, il s’agit de proposer un substitut à la convocation de Cortes portugaises214. On prévoit de réunir à la Cour les personnalités suivantes : Diogo de Castro, comte de Basto, Diogo da Silva, comte de Portalegre, Diogo Lopes de Sousa, comte de Miranda, Sebastião de Matos de Noronha, archevêque-primat de Braga, Rodrigo da Cunha, archevêque de Lisbonne, Jorge de Mascarenhas, comte de Castelo Novo, Luís de Sousa, comte de Prado, Jerónimo de Ataide, comte de Castro Daire, Martinho de Mascarenhas, comte de Santa Crus, Afonso de Portugal, comte de Vimioso et João Coutinho, archevêque d’Évora215. La plupart des aristocrates considérés comme membres des la « faction suspecte » (Basto, Castelo Novo, Prado, Castro Daire) ou ceux qui ont entravé les projets d’Olivares (Basto encore, Miranda, Santa Crus) sont convoqués. Il s’agit d’un « coup politique » :

Ils ont été convoqués sous le prétexte que l’on doit former ici une junta des personnalités portugaises [...]. On a mêlé un certain nombre de ceux qui donnent toute satisfaction avec les autres, pour mieux dissimuler l’objectif de cette décision,

  • 216 AGS, Estado, 2660, Consulta del Consejo de Estado (12 juin 1638).

53note le secrétaire du Conseil d’État de Madrid216. Le Conseil recommande d’échelonner les convocations pour éviter que le Conselho de Estado de Lisbonne ne soit vidé de tout son personnel d’un seul coup. Deux objectifs sont définis : trouver une solution de remplacement à la vice-royauté de Marguerite de Mantoue et en finir avec un système qui a multiplié les pôles de pouvoir au point de créer la confusion :

L’expérience a montré que la multiplication des ministres au Portugal engendre la confusion et que la tentative [la vice-royauté de Marguerite], bien qu’accompagnée d’ordres prudents et ajustés, a totalement échoué,

  • 217 Ibid.
  • 218 AGS, Estado, 3647, Carta de Margarita de Mantua al Rey (2 septembre 1638).
  • 219 AGS, Estado, 3840-192, Consulta del Consejo de Estado (26 août 1638) ; AGS, Estado, 3840-221, Consu (...)
  • 220 AGS, Estado, 4045, Consulta del Consejo de Estado (11 novembre 1638) ; AGS, Estado, 4047, Consulta (...)
  • 221 Antonio de Oliveira, Poder e oposição politico no período filipino (1580-1640), Lisbonne, DIFEL, 19 (...)

54note le secrétaire de la Junta de Estado217. À cette date, le projet de renvoi de Marguerite est si avancé qu’une commission composée de fidèles du Comte-Duc (Francisco Pereira Pinto, Diogo Soares, José Gonzalez, Jerónimo de Villanueva et Antonio de Contreras) est chargée de rédiger l’instruction du prochain vice-roi. Pendant l’été 1638, la princesse elle-même demande à pouvoir rentrer en Italie218. Mais son retour sur le théâtre politique italien est redouté par Olivares, qui admet que « bien qu’elle ait mal gouverné le Portugal », elle a su affronter des situations difficiles et qu’il convient finalement de ne pas la congédier immédiatement219. À preuve que l’on souhaite vider l’abcès formé autour et par les soins du marquis de la Puebla : son fidèle Francisco de Valcarcel doit être rappelé à Madrid. La faction de Diogo Soares veut, selon l’heureuse expression d’António de Oliveira, « régler ses comptes » avec le marquis. C’est pourquoi, dans la foulée, sa destitution et son remplacement auprès de Marguerite de Mantoue par le marquis de Flores de Avila sont décidés220. Mais comme le projet n’est pas mis à exécution, Diogo Soares revient à la charge en 1640, sans plus de succès221.

  • 222 AGS, Εst ado, 2660, Memorial en dix points [s. d.].
  • 223 Louis Marin, « Pour une théorie baroque de l’action politique. Lecture des Considérations politique (...)

55Un texte anonyme, qu’on peut supposer être de la plume d’Olivares lui-même, accompagne ces consultas222. Il permet de mesurer l’importance de l’événement : il s’agit d’un « coup d’État », au sens que cette expression revêt chez Gabriel Naudé223. En effet, on convoque à la Cour le groupe des adversaires du Comte-Duc sans trop savoir ce qu’on va leur dire, l’essentiel étant de les faire se déplacer :

Il faut décider ce que l’on va faire avec tous et chacun d’entre eux pour que, lorsqu’ils arriveront, ils puissent savoir pourquoi ils ont été convoqués.

56Concernant les Castillans, le texte insiste sur la nécessité de rappeler le marquis de la Puebla, décidément trop hostile à Marguerite de Mantoue, et de remplacer le fidèle Maestro de Campo General Fernando de Toledo, gravement malade. Pour ce qui est des Portugais, on doit les prendre un par un, leur interdire de former des commissions entre eux et lire à chacun pris séparément un acte d’accusation politique visant à l’intimider. Cette manipulation devrait déboucher sur la formation d’une junta mixte luso-castillane enfin docile, espère-t-on.

  • 224 BNL, FG, cód 241, Faria, Historia Portugueza, fos 329-334.
  • 225 ANTT, Corpo Cronológico, II/370, doc. 39, Carta de Miguel de Noronha (2 mai 1637).
  • 226 AGS, SP, lib. 1469, 566-571, Junta de la senora Princesa sobre la succesion de la Casa de Aveiro (3 (...)
  • 227 S. de Luxán Meléndez, op. cit., p. 596.
  • 228 AHN, Estado, lib. 348, Carta del rey (20 octobre 1639).
  • 229 AGS, GA, 3177, Consulta de la Junta de India (24 août 1640).

57Manuel Severim de Faria accorde une importance considérable à cet événement224. Au mois d’octobre 1638, toutes les personnes convoquées sont arrivées à Madrid, à l’exception du comte de Basto, mort entre-temps, du comte de Vimioso, souffrant, et du comte de Castro Daire. Pour les années 1638, 1639 et 1640, le chantre d’Évora dresse les listes des personnalités portugaises provisoirement absentes du Royaume, dont la plupart résident à Madrid. Les moyens employés par Olivares et Diogo Soares pour limiter toute possibilité de coalition des malcontents sont impressionnants. Il s’agit de rien moins que de désarticuler les réseaux dissidents tissés autour de quelques familles nobles par le recours aux convocations. Les trois grandes maisons ducales (Bragance, Aveiro et Caminha) sont l’objet d’un traitement à part, plus conforme à leur dignité. La maison de Caminha est sûre et a souvent démontré sa fidélité au roi et à son favori. De plus, le nouveau titulaire, Miguel de Noronha, neveu du précédent duc, a eu récemment gain de cause devant les tribunaux royaux contre la fille naturelle de son oncle, pour la succession au titre de Villareal225 ; la maison d’Aveiro, pour sa part, est empêtrée dans le plus important procès en succession du siècle226 ; quant à la maison de Bragance, elle est invitée à prendre part à l’organisation de la défense du Royaume. D’autres nobles suspects sont neutralisés par les fonctions qu’on leur confie ; c’est notamment le cas du comte de la Torre, Fernando de Mascarenhas, et du comte d’Atouguia, Luís de Ataide, tous deux chargés du commandement de la flotte de secours du Brésil pour la campagne de l’automne 1638. Le second, éternel trublion, y perd la vie. Si l’on en croit Manuel Severim de Faria, la Junta, de Portugal présentée en 1638 et celle qui fonctionne réellement en 1639 n’ont pas grand-chose en commun. Olivares avait proposé de créer un organe de décision luso-castillan en lieu et place d’un Conseil strictement portugais. Cette Junta initiale aurait été composée de personnages comme l’archevêque d’Évora et le duc de Villahermosa, ancien président du Conseil de Portugal, de deux aristocrates portugais titrés, de quatre hauts magistrats portugais et de Castillans choisis parmi les membres des Conseils de Madrid. Tel était le projet, qui sur le plan juridique rompait complètement avec les accords de Tomar de 1581. Cette Junta, telle qu’elle avait été imaginée, ne commença pas à fonctionner avant le printemps 1639, et encore de façon irrégulière227. Au mois d’octobre, le roi se plaignait de n’avoir pas encore reçu d’avis de la Junta228. En revanche, une équipe moins nombreuse commença à étudier les questions portugaises à la place du Conseil dissout. Elle était composée du duc de Villahermosa, de l’archevêque d’Évora, de Francisco Pereira Pinto et de Diogo Soares. La Junta renforçait ainsi l’habitude prise de traiter des questions d’outre-mer lors de juntas mixtes luso-castillanes, telles la Junta de Pernambuco ou la Junta de India229.

  • 230 AHN, Estado, lib. 699, article Lebantamiento de Portugal.
  • 231 ΒΡΕ, cód. CIV/2-6, f° 224, Carta de Fernando Albia de Castro (29 août 1640).
  • 232 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, fos 246 et 238.
  • 233 Franck Collard, « Recherches sur le crime de poison au Moyen Âge », Journal des savants, janvier-ju (...)
  • 234 João Salgado de Araujo, Marte Portugues contra emulaciones castellanas o justificaciones de las arm (...)
  • 235 António de Oliveira, « Levantamentos populares do Algarve em 1637-1638. Arepressão », Revista Portu (...)
  • 236 Apropos du papier timbré (papelselado), voir chap. m, p. 148 et chap. IV, p. 196.
  • 237 AHN, Estado, lib. 348, Consultas de la Junta de Portugal (13 août 1639, 19 août 1639 et 28 septembr (...)

58Comment se présente alors le jeu politique entre Madrid et Lisbonne ? La dissolution du Conseil de Portugal répond à deux logiques complémentaires. D’une part, cette réforme finit de déconstruire le système par lequel les magistrats du Conseil, en harmonie avec les vice-rois ou les gouverneurs du Royaume, freinaient les initiatives fiscales d’Olivares et du clan Vasconcelos. D’autre part, après l’arrestation du comte de Linhares et le désaveu de João Salgado de Araujo, Diogo Soares obtenait aussi la neutralisation du troisième et peut-être du plus dangereux de ses adversaires : Cid de Almeida, magistrat du Conseil dissout. Désormais secrétaire d’une Junta taillée sur mesure pour lui, Soares pouvait de plus écraser sous son autorité retrempée l’officine du second secrétaire d’État du Portugal, Gabriel de Almeida de Vasconcelos. À Lisbonne, le secrétaire d’État Miguel de Vasconcelos est débarrassé de quelques-uns de ses pires adversaires (les comtes d’Atouguia, de Castro Daire, de Prado, de Castelo Novo et de Santa Crus). Le marquis de la Puebla et son lieutenant Francisco de Valcarcel sont en mauvaise posture. Signe de l’âpreté du conflit : lorsque Valcarcel finit par se retirer en 1639 à Guadalupe, sans avoir reçu autorisation de gagner la Cour, tous ses papiers de Lisbonne sont saisis230. De son côté, Gaspar Ruiz de Escaray s’éteint à l’été 164ο231. Miguel de Vasconcelos et Diogo Soares sont même accusés par leurs adversaires d’avoir fait empoisonner cet homme qui gênait leur projet de contrôler toutes les décisions prises au Portugal au nom du roi232 (ce type d’imputation est une arme classique dans le cadre d’un procès politique233).Toutefois, le secrétaire d’État de Lisbonne perd plusieurs de ses plus fidèles et plus efficaces collaborateurs : Francisco Leitão et Francisco Pereira Pinto sont désormais installés à Madrid et Fernando de Toledo est remplacé au poste de Maestre de Campo General par Diego de Cardenas. Le triomphe du clan Vasconcelos-Soares, ratifié par les poursuites engagées par la ’Junta de Rumores de Portugal contre Cid de Almeida, est un succès ambigu. Il n’a été obtenu qu’au prix d’un engagement personnel constant d’Olivares en faveur de son homme de confiance234. En outre, il se manifeste dans un contexte défavorable puisque c’est l’époque où les Conseils de guerre de Badajoz et Ayamonte organisent la répression militaire des villes révoltées de l’Algarve235. La solidité de la faction ne doit pas masquer le fait que les innovations fiscales (real d’agoa, cuartaparte do cabeção da sisa, papel selado236) sont alors paralysées. La victoire de Diogo Soares n’est pas exactement triomphale. Une déconvenue de l’été 1639 en constitue le symptôme : le secrétaire reçut le 13 août un titre de gentilhomme qui lui fut retiré le 19, sans que nous sachions pour quelle raison. En compensation, il reçut un hábito d’ordre militaire237. Alors que Miguel de Vasconcelos a fait place nette autour de lui, sur un mode explicitement anti-aristocratique, le marquis de la Puebla accentue son retrait des affaires politiques et se présente en victime de la tyrannie des secrétaires.

  • 238 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 32, Carta de ElRey para ο secretario de Estado (27 juillet ; A (...)
  • 239 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 59 et 61, Proposta de Miguel de Vasconcelos e Brito para S. Al (...)
  • 240 AGS, GA, 3176, Consulta de lajunta de Armadas (27 janvier 1640).
  • 241 Notamment la Junta de Pernambuco et la Junta de Ejecución.

59Miguel de Vasconcelos occupe alors plus que jamais le devant de la scène, d’autant plus que le secrétaire se charge personnellement d’équiper les flottes238, désormais sans le concours de Francisco Leitão et de Fernando de Toledo. Il est chargé du front indien, du Brésil et même de la défense de Mazagan239, Il est alors directement aux prises avec la municipalité de Lisbonne, la douane et le monde des hommes d’affaires (les asentistas). Depuis la Cour, son gendre Diogo Soares suit lui aussi avec une grande précision les commandes et la construction de nouveaux galions240. À Madrid, l’affaire des charges contre Diogo Soares a créé dans la communauté des Portugais un climat de délation et de peur d’autant plus difficile à endiguer que l’institution phare, le Conseil de Portugal, n’existe plus. C’est l’époque où les Portugais de la Cour se dénoncent les uns les autres et s’accusent mutuellement des crimes les plus abominables. Comme nous l’avons vu précédemment, c’est également à ce moment que les projets politiques les plus audacieux sont formulés par des sujets portugais, dans le secret tout relatif des juntas particulières du Comte-Duc241. Ces attitudes se prolongent jusqu’à la Restauração — et même au-delà. En effet, après la chute du comte-duc d’Olivares en 1643, le procès contre Diogo Soares est rouvert.

L’appel au duc de Bragance

  • 242 Fernando Bouza Álvarez, « La nobleza portuguesa y la corte madrileña hacia 1630-1640. Nobles y luch (...)
  • 243 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 36/108, Título de marqués de Montalvão (29 août 1639).

60Au Portugal, après les convocations de 1638, la mobilisation de la noblesse continue. Il est difficile, mais pas impossible, de reconstituer avec précision les mouvements de tous les nobles titrés au cours des années 1638-1640242. La liste des Portugais présents à Madrid le 1er décembre, telle que l’a établie Manuel Severim de Faria, est impressionnante. Se trouvent alors hors du Royaume, hormis les ducs, dix-neuf nobles titrés, sans compter le comte de Castelo Novo, fait marquis de Montalvão243 et premier vice-roi du Brésil. Parmi eux on trouve les comtes de Miranda, de Santa Crus, de Prado et de Castro Daire (convoqué en 1638, il n’était pas venu) ainsi que Lourenço Pires de Castro, le nouveau comte de Basto. Le comte d’Atouguia, une des têtes de la « faction suspecte », est mort, nous l’avons vu, pendant l’expédition du Brésil de l’année précédente. Au Portugal demeurent des personnalités de l’importance de Manrique da Silva marquis de Gouveia, Francisco de Melo marquis de Ferreira et Afonso de Portugal comte de Vimioso. Au total, le gouvernement de la vice-reine n’est pas moins affaibli que la faction hostile à l’équipe Vasconcelos. Face à ce déficit de légitimité, le comte-duc d’Olivares décide de jouer la carte du duc de Bragance.

  • 244 BNM, ms. 10596, f° 76, Copia de carta que escribio el Rey Don Phelipe IV a la Señora Princesa Marga (...)
  • 245 BL Add., 28705, fos 72-75, Carta del rey al duque de Bragança (25 mars 1639).
  • 246 BL Add., 28705, fos 70 sq., Copia del despacho que se embio al duque de Bergança (25 mars 1639).
  • 247 ΒA, 51 V 80, fos 34-58, Carta que SMg ecreveo ao duque de Bargança quando the ordenou que viese a M (...)
  • 248 AGS, GA, 1256, Consultas de la Junta de Ejecución (5 février 1639 et 11 février 1639).
  • 249 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (1er juin 1639).
  • 250 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 8, Copia da ordem que se deo para que no campo de S. Amaro...  (...)
  • 251 BL Add., 28705, f° 98, Carta del Rey a la Senora Princesa Margarita (23 mai 1639).

61En effet, en janvier 1639, lors d’une session de travail réunissant les secrétaires de la Junta de Portugal (Diogo Soares) et du Consejo de Guerra (Fernando de Contreras), surgit la proposition de nommer Jean de Bragance au poste de « gouverneur général des armes du Portugal244. » Les levées de troupes se feraient sous son autorité245. En outre un Conseil de guerre serait créé à Lisbonne et son secrétariat confié à Caspar Ruiz de Escaray246. De son côté, le duc de Bragance devrait établir son état-major dans la ville de Montemor et s’entourer lui aussi d’un Conseil de guerre247. La princesse Marguerite serait chargée de la défense de Lisbonne et de l’armement des flottes et le duc de Bragance, de la défense de l’ensemble du littoral et de la levée des troupes à l’intérieur du Royaume. Arguant, dans un premier temps et à juste titre, de sa totale incompétence en matière militaire, le duc refuse la charge qui lui est offerte : il est contraire au rang de sa maison que le titulaire du duché reçoive des ordres de la capitaine générale du Royaume. Au terme d’âpres négociations, il est convenu que le gouverneur général des armes ne dépendra ni de la juridiction de la vice-reine (et à travers elle, de celle de la Junta de Portugal) ni de la capitainerie générale de Lisbonne, mais directement du Consejo de Guerra de Madrid, considéré comme tribunal ayant juridiction dans l’ensemble de la Monarchie. Du point de vue de la mythologie nationaliste, il n’est pas inintéressant de noter que le futur roi Jean IV, deux ans avant son accession au trône, préfère dépendre d’un Conseil nettement castillan, voire de la Junta de Ejecución organisée par Olivares dans ses appartements248, que de la Junta de Portugal. Son patriotisme s’exprime, selon les catégories de l’époque, par la défense du rang de sa maison et de son titre ducal. Ces clauses se traduisent en un protocole complexe : le gouverneur général des armes ne prend connaissance que des avis et arrêts du Conseil de guerre rédigés en castillan (langue franche de la Monarchie), et se sert du portugais seulement pour donner des ordres verbaux à ses subordonnés ; il ne prend donc connaissance d’aucun acte passé par le secrétariat d’État du Portugal249. La division de fonctions ainsi opérée, se faisant au détriment du prestige de l’institution vice-royale, laissait Diogo Soares (et Miguel de Vasconcelos) en dehors des opérations militaires (et financières) que réclame la mise en défense du Royaume. Pour rehausser le prestige de l’institution vice-royale, le gouvernement de Lisbonne — c’est-à-dire Vasconcelos — conseille à la duchesse de Mantoue d’organiser une revue militaire à Lisbonne, le vendredi 8 avril 1639250. Les membres de l’état-major du duc de Bragance n’y assistent pas et même le Maestre de Campo General,, Diego de Cárdenas, refuse d’y participer251. En effet, une telle revue, suivant les règles de fonctionnement de la capitainerie générale, aurait dû être conçue conjointement par la capitaine générale et son Maestre de Campo General, au nom de la juridiction castillane sur les présides du Portugal. Or l’initiative, en l’occurrence, revint à Marguerite en son Conseil d’État, c’est-à-dire en tant que vice-reine, dans le cadre de la juridiction de la couronne de Portugal. Consulté, le Consejo de Guerra de Madrid donne raison au Maestre de Campo General contre Marguerite et Vasconcelos. Le double boycottage de la cérémonie offre une image désastreuse, alors que la défense du Royaume face aux menaces de débarquement français devient une priorité absolue. La défense semblait désormais relever de trois autorités incapables de se coordonner leur action : la capitaine générale, le gouverneur général des armes et le Maestre de Campo General.

  • 252 ΒA, 51 V 80, fos 38-40, Certidão de dam Bernardino de Zuñiga que dis o tratamento que o Archeduque (...)
  • 253 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (17 août 1639).

62La crise politique s’approfondit lorsque Jean de Bragance, à la demande du Consejo de Guerra, accepte de se rendre à Lisbonne pour présider une session extraordinaire d’un Conseil de guerre conjoint avec la vice-reine. Le 16 mai 1639, le duc Jean arrive dans la ville d’Almada, en face de Lisbonne, où il se fait confirmer par Miguel de Vasconcelos le protocole de sa rencontre avec la duchesse de Mantoue, conforme à celui qui était en vigueur lors des entrevues du vice-roi de Philippe II, l’archiduc Albert, avec le duc de Bragance dom Theodosio252. En dépit des précautions prises, la réunion vire au désastre. En effet, l’incognito du duc est rapidement éventé et un bain de foule se transforme rapidement en acclamation. Mais la plupart des personnalités qui auraient dû participer au Conseil extraordinaire ne viennent pas au rendez-vous. Afonso de Lencastre, marquis de Porto Seguro, et Luis de Meneses, marquis de Villareal, sont absents de Lisbonne. Une épidémie de maladies diplomatiques frappent le marquis de la Puebla, le marquis de Gouveia, le comte d’Atouguia, le Maestre de Campo General Diego de Cardenas et le Veedor General de la Armada del Mar Océano. Seuls assistent à la réunion Gastão Coutinho et les conseillers militaires castillans du duc de Bragance, Cristobal Mesía Bocanegra et Sebastian Granero. Ce sont les Castillans qui torpillent la réunion — ou ce qu’il en reste —, car il exigent qu’on leur accorde le même traitement protocolaire que s’ils se trouvaient en présence du Conseil de Castille, ce qui se traduirait par le droit de demeurer couverts en présence de la duchesse de Mantoue et du duc de Bragance. Constatant l’échec total de la réunion, ce dernier se retire aussitôt à Almada, puis sur ses terres, d’autant que les rumeurs d’invasion française imminente se sont apaisées253.

  • 254 AGS, GA, 1325, Copie de consulta, s. d.
  • 255 Elliott, The Count-Duke of Olivares, p. 557.
  • 256 ANTT, Corpo Cronológico, Ι/120, divers doc.

63Cet épisode mérite un double commentaire. L’opération politique visant à impliquer Bragance dans la mise en défense du Portugal avait été dessinée par une junta comprenant Olivares, le duc de Villahermosa, Diogo Soares, Francisco Leitão et Francisco Pereira Pinto254. Ils pensaient, d’une part, faciliter les opérations de mobilisation de soldats grâce au patronage du plus grand propriétaire terrien du Royaume, et, d’autre part, faire sortir la maison de Bragance de la retraite ombrageuse qu’elle observait depuis son échec de 1581. En effet, après avoir fait partiellement le vide autour de la princesse Marguerite et de Miguel de Vasconcelos, les conseillers portugais d’Olivares comprenaient qu’il fallait à tout prix étoffer l’assise politique du régime. Contrairement à ce que la littérature autonomiste postérieure aux événements a pu affirmer, l’objectif du Comte-Duc était moins d’éviter l’entrée en dissidence du duc de Bragance que de l’utiliser pour renforcer un gouvernement qui avait coupé les ponts avec un nombre croissant de grandes familles aristocratiques. Sur ce point, la haute noblesse portugaise ne se comporte pas différemment de la vieille aristocratie castillane décidée à boycotter le favori du roi et à bouder la Cour à partir des années 1630-1634255. C’est pourquoi est créée une Junta de Soldados dont les travaux sont confiés au marquis de Gouveia et au comte de Castanheira, António de Ataide256. Lorsque se produit l’échec de la réunion de Lisbonne, Francisco Leitão et Francisco Pereira Pinto, fortement imprégnés de l’esprit antinobiliaire de l’équipe Soares-Vasconcelos, proposent la dissolution pure et simple du Conseil de guerre portugais et l’annulation de la charge confiée à Bragance. Mais le Comte-Duc estime qu’il convient au contraire de se concilier durablement la maison de Bragance. L’événement peut donc être analysé comme une tentative du favori de Philippe IV de s’allier à la plus grande famille portugaise et son échec est lourd d’incertitudes et de menaces pour l’équilibre des autorités sous la vice-royauté de la duchesse de Mantoue. Les forces en présence se sont mesurées, la séduction d’Olivares n’a pas opéré.

64Le marquis de la Puebla, le marquis de Gouveia, Diego de Cardenas et les autres se sont-ils abstenus de participer à la réunion extraordinaire du Conseil de guerre afin de décourager le duc de Bragance de participer à la défense du Portugal, de façon à l’humilier et à le contraindre à une retraite hostile ? Sans doute pas. Mais il est possible de comprendre l’événement en fonction des coordonnées politiques spécifiques du gouvernement de Marguerite de Mantoue en 1639. Le ralliement de Bragance est l’œuvre de Diogo Soares, sa rencontre avec la vice-reine se serait donc produite sous l’égide du secrétaire d’État Miguel de Vasconcelos. La réussite de l’opération aurait alors pu signifier un formidable encouragement aux compères secrétaires. Dans la configuration des Conseils de guerre séparés (celui de la princesse Marguerite à Lisbonne, celui de Jean de Bragance à Montemor), les levées de troupes, la direction de la défense des villes et même l’entretien des présides (réservé à Diego de Cárdenas) échappent au contrôle de l’équipe Vasconcelos au profit du duc et du Conseil de guerre de Madrid. Pourtant, les secrétaires paraissent favorable à l’appel du duc de Bragance, à condition que ses fonctions nouvelles, dans le cadre de la défense portugaise, ne diminuent pas leur influence et ne les écartent pas du marché des contrats militaires. En faisant échouer la réunion de 1639, les adversaires de Miguel de Vasconcelos et de Diogo Soares font la démonstration de l’ineptie du système que Madrid a imaginé pour la répartition des fonctions de défense du Portugal et interdit aux deux secrétaire d’État d’apparaître comme les artisans du rapprochement durable de la vice-reine avec la maison de Bragance. Il convient ici de souligner que le marquis de la Puebla et le Maestre de Campo General Diego de Cardenas, tous deux Castillans, participent activement à ce torpillage.

Triomphe et solitude de Miguel de Vasconcelos

  • 257 ANTT, Corpo Cronológico, I/120 doc. 65, Carta para elRey sobre ο fazer da polvora na Casa da Polvor (...)
  • 258 A. de Oliveira, Poder e oposição, p. 251.
  • 259 AGS, GA, 1331, Consulta de la Junta de Ejecución (29 septembre 1639).
  • 260 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 66, Carta Regia (29 août 1640).
  • 261 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 62, Consulta da Junta de Soldados (14 juin 1640).

65En dépit de ce revers, la puissance mais aussi la solitude de Miguel de Vasconcelos et Diogo Soares, dans la galaxie des autorités portugaises, semblent plus grandes que jamais. Le marquis de la Puebla et Valcárcel sont enfermés dans leur attitude dissidente, une partie des adversaires « populares » se trouvent à Madrid ou en route pour le Brésil, Vasconcelos garde la haute main sur la préparation des Naos da India et des flottes du Brésil, il se charge de remettre en route la fabrication de poudre au Portugal257. Dès le mois de février 1640, Diogo Soares fait signer au roi, au nom de la Couronne portugaise, des patentes de levées de troupes. Son beau-père peut dès lors négocier avec les capitaines portugais intéressés par les contrats de mobilisation de soldats258. La Junta de Ejecución de Madrid trouve pourtant que le bilan des levées portugaises est médiocre et prétend que la couronne de Castille dépense huit cent mille ducats pour le secours du Brésil, alors que l’effort de guerre demandé au Portugal pour la défense du front catalan est estimé à cent vingt mille ducats259. D’un autre côté, la crise religieuse n’est pas résolue, la réputation militaire d’Olivares est sérieusement écornée après le désastre des Dunes et la parcialidad infecta compte toujours d’actifs partisans. Dans ce contexte, l’annonce de la révolution barcelonaise et surtout la mobilisation immédiate de la noblesse portugaise pour aller écraser la principauté rebelle260 font voler en éclats l’équilibre politique atteint en 1639. Un mouvement de refus se dessine dans les rangs de la noblesse, hostile à la perspective de cette nouvelle levée. Les mobilisations fonctionnent mal261. Dans une lettre de la fin du mois de septembre 1640, Miguel de Vaconcelos rapporte que le comte de Vila Nova de Portimão et Duarte Alvares Brandão ont fait l’objet de menaces de mort parce qu’ils ont manifesté leur intention de se rendre en Castille pour participer à la guerre de Catalogne. Les cénacles de dissidents se réunissent de plus en plus fréquemment, constate le secrétaire. Francisco de Lucena ainsi que Pedro de Mascarenhas, qui réunit les malcontents chez le marquis de la Puebla, expliquent à leurs amis de l’aristocratie que le peuple est sur le point de se soulever. Plusieurs nobles refusent de répondre à la convocation qui leur est adressée depuis Madrid. Pour Vasconcelos, la rébellion a bien commencé au mois de septembre :

  • 262 ACB, Variorum, vol. XLII, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (30 septembre 1640).

je vous rapporte ces choses avec beaucoup de précision car n’importe laquelle pourrait, en cette matière, provoquer un grand incendie et, qui plus est, on me dit que certains ministres approuvent les arguments de ceux qui dénoncent ces convocations, et se défendent d’avoir pris part à la décision. On me dit aussi que la pratique des menaces va croissant et [que] la plupart ne semblent pas vouloir y [en Catalogne] aller, et véritablement je ne vois pas comment écarter les séditieux sans provoquer d’éclat car désormais les exiler provoquerait un scandale. Les faire appeler par Sa Majesté ? C’est déjà fait et ils n’obéissent pas. Répandre le bruit que Sa Majesté accordera la succession des terres et biens des ordres militaires de ceux qui n’iront pas à ceux qui iront ne fera qu’augmenter l’irritation Je vous le dis en vérité, mon compère, je ne sais pas quoi décider262.

  • 263 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, fos 109-110, Carta de Diogo Soares (novembre 1640).

66Le désarroi du secrétaire du Portugal, qui pourtant est alors au sommet de sa puissance, est évident. Depuis Madrid, Diogo Soares lui promet d’agir dans l’ombre pour désamorcer les pièges qui les attendent tous deux en cette fin d’année 1640263. En vain.

Notes

1 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, fos 101-110.

2 ANTT, Manuscrites de Nossa Senhora da Graça de Lisboa, 5/III, fos 284 sq., Relação dos julgadores que de prezente estão servindo nesta cidade e nos comarcas do Remo.

3 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 163, Témoignage de Cid de Ameida.

4 Sur la collaboration entre Estevão de Foyos et Francisco Leitão, voir au chapitre viii, notamment pp. 354) 357) 363 et 364.

5 Index da notas de varios Tabeliaês de Lisboa, t. II, f° 70 (4 juillet 1634).

6 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 240, Témoignage de Jerónimo de Mascarenhas.

7 ANTT, Casa de Cadaval, lib, 21, fos 170-174, Relacion delestado que padecen las cosas del Reyno de Portugal. Al excmo Senor Conde Duque porel R° João Salgado de Araujo (27 novembre 1637).

8 Voir chapitre ii, pp. 89 sqq.

9 BNM, ms, 2363, Memorial de Diogo Soares, fos 180-217, point 25.

10 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 38/155 (24 septembre 1615).

11 ANTT, Chancelaria deFilipe III, I/187 (19 février 1621).

12 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 32/55 (13 juin 1633).

13 JJAS, Carta Regia (19 juin 1631).

14 ΒΑ, 51 Χ 1, f° 127, Consulta do Conselho de Estado (17 décembre 1631) ; BA, 51 X 2, fos 187-189, Consulta do Conselho de Estado (14 janvier 1632).

15 AGS, SP, lib. 1529, f° 14, Consulta del Consejo de Portugal (19 novembre 1631).

16 ANTT, Chancelaria de D. Filipe III, 32/55, Título de provedor da Alfandêga de Lisboa (19 novembre 1631) e papel da devassa (13 juin 1633).

17 AGS, SP, lib. 1554, f° 2, Consulta del Consejo de Portugal (12 février 1620).

18 Manuscritos da Alfandêga de Lisboa, Alfandêga de Setúbal, vol. XXVIII (3), f° 222, Consulta do Conselho da Fazenda (4 février 1633).

19 AGS, SP, lib. 1529, f° 28, Carta del Consejo de Portugal a los Gobernadores (17 décembre 1631).

20 ACB, Visita de Cid de Almeida, ΒΑ, 51 X2, fos 18-19.

21 ANTT, Corpo Cronológico, I/119, doc. 50, Carta Regia (25 juin 1634).

22 BNM, ms. 2363, Memorial de Diogo Soares, fos 180-217, point 18.

23 BA, 51 VI 8, f° 87-126.

24 BNM, ms. 2365, fos 13-15, Prision muerte y entierro de don Fadrique de Toledo Ossorio marques de Villanueva de Valdueça comendador de Valdericote en la orden de Santiago, Capitan Genral de la Armada Real del Mar Oceanoy Reyno de Portugal. Voir également Caria Rahn Phillips, Sets galeones para el rey de España. La defensa imperial a principles del sigh XVII [Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1986], Madrid, Alianza Editorial, 1991, pp. 303-305.

25 AGS, SP, lib. 1478, f° 60, Consulta del Consejo de Portugal (3 juillet 1635), fos 94-95 et f° 105.

26 Jesús Verala Marcos, « La ruptura de la cooperación naval hispanolusa : la expedición libertadora de Curaçao », Investigaciones Históricas, 8, 1988, pp. 57-71.

27 Francisco Manuel de Melo, Epanaforas de vária história portuguesa [1660], éd. Joel Serrão, Lisbonne, Imprensa Nacional - Casa da Moeda, 1977, pp. 105-110.

28 BNM, Porcones, 485/11.

29 ANTT, Mesa da Consciência e Ordens (MCO), liv. 70, fos 48-49, Hábitos concedidos (27 mars 1629).

30 Cartas de algunos PP. de la Compañia de Jesús sobre los sucesos de la monarquía entre 1634 y 1648 (7 vol.), t. II (de janvier 1637 au 17 août 1638), Madrid, Real Academia de la Historia, collection « Memorial Histórico Español » (XIV), 1862, p. 41 (16 février 1637).

31 ACΒ, Variorum, vol. XXV, Relación de Diogo Soares, conde de Assumare duque de Villahermosa.

32 ANTT, MCO, lib. 34, f° 43, Consulta de la Mesa da Consciência e Ordens (6 mars 1637).

33 ACB, Variorum, vol. XXV, fos 30 sq., Memoria de lo procedimientos que tuvo el conde de Linares siendo virrey de India.

34 Luís de Meneses, conde de Ericeira, Historia do Portugal Restaurado [1679], éd. Antonio Álvaro Dória, Porto, Livraria Civilização, 1945-1946, p. 89.

35 BL Add., 28.429, fos 88-89, Carta do conde de Basto ao conde-duque (7 janvier 1638).

36 BNM, Porcones, 739/6, 983/1 et 960/10, Alegacion en derecho por el licenciado don Christoval Moscoso y Cordova del Consejo de Su Mage steed en el Real de Justicia en la causa contra el conde de Linares por no aver obedecido a los mandates de Su Magestad.

37 António Manuel Hespanha, « Les autres raisons de la politique. L’économie de la grâce », dans Jean-Frédéric SCHAUB (éd.), Recherche sur l’histoire de l’État dans le monde ibérique (xve-xxe siècle), Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1993, pp. 67-86.

38 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d., Rapport du duc de Villahermosa et de Francisco de Melo, comte d’Assumar, sur le projet d’expédition au Brésil du comte de Linhares (2 mai 1638).

39 BNM, 2363, fos 180-217, Mémoire de Diogo Soares, point 14.

40 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d., Mémoire de Diogo Soares sur le comte de Linhares.

41 ACB, Visita de Diogo Soares., vol. I, f° 85.

42 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. II, f° 45-.

43 Santiago de Luxán Meléndez, La Revolución de 1640 en Portugal, sus fundamentos sociales y sus caracteres nacionales. El Consejo de Portugal (1580-1640), Madrid, Universidad Complutense, 1988, p. 583.

44 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 336.

45 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 60.

46 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 239.

47 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Memorial de Diogo Soares, point 125.

48 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. IV, s. d., Deuxième interrogatoire des témoins de Cid de Almeida.

49 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Memorial de Diogo Soares, point 15.

50 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Memorial de Diogo Soares, point 18.

51 ACΒ, Variorum, vol. XX V, s. d., Relacion sumariay por mayor de las culpas que los enemigos del secretario Dtogo Soares publican y le quieren imputar para descomponerley descredttarle diciendo que fueron causa de la Rebelio de Portugal, point 3.

52 F. M. de Melo, op. cit., p. 21.

53 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 136.

54 ACB, Visita de Diogo Soares, vol, I, f° 138.

55 ACΒ, Variorum, vol. XX V, s. d., Consulta de la Junta de los Rumores de Portugal (11 janvier 1639).

56 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. IV, s. d., Querella criminal de Diogo Soares contra Cid de Almeida y Francisco Rodrigues.

57 ACΒ, Variorum, vol. XLII, f° 164, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (20 août 1637).

58 AGS, Estado, 2660, Consulta de la Junta de Portugal (12 juin 1638).

59 JJAS, Carta Regia (2 mai 1636).

60 AGS, Estado, 4045-16, Carta de la seriora Princesa (24 mars 1638) 5 4045-21, Carta de don Jorge de Mascarenhas (1er mai 1638) ; Index das notas de Varies Tabeliaês de Ltsboa (séc. xvi-xviii), vol. II, f° 163-, Testamento de don Luís de Noronha.

61 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. II, f° 6-. Antonio Sousa de Macedo était fils du premier administrateur de l’extracção, Gonçalo de Sousa de Macedo (voir chapitre viii, pp. 348 sqq.).

62 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 247V

63 BA, 51 X 4, f° 10.

64 AGS, Contaduría Mayor de Cuentas, IIIa época 1980.

65 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 359.

66 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 170.

67 Voir chapitre viii, p. 343.

68 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, Carta de Diogo Soares a Miguel de Vasconcelos (29 juin 1633).

69 Sur Estevão de Foyos, voir pp. 202 et 220.

70 AGS, SP, lib. 1460, f° 66, Consulta del Consejo de Portugal (31 mai 1600).

71 Manuel Severim de Faria, Anais de Portugal ; ΒΡΕ, cód. CIII/2-19, f°158.

72 ΑΝΤT, Manuscritos de São Vicente, liv. 18, fos 315 et 522.

73 Antonio de Oliveira, « Ο atentado contra Miguel de Vasconcelos em 1634 », O Institut, CXL-CXLI, 1980-1981, pp. 4-41, voir p. 27 ; Id., « Contestação fiscal de 1629 : as reacçôes de Lamego e Porto », Revista dus História das Ideias, VI, 1984, pp. 259-300, voir p. 293.

74 AGS, SP, lib. 1477, fos 1-6, Consulta de la Junta del Aposento, s. d. [juin 1631].

75 ΒA, 51 X 5, f° 20ν°, Consulta do Desembargo do Paço (9 février 1632) ; f° 172, Consulta do Desembargo do Paço (26 février 1633).

76 BNL, FG, ms. 3323, f° 87, Relação do notavel successo e aclamação del Rey Dom João ο 4°.

77 Voir chapitre i, p. 70.

78 Voir chapitre iii, pp. 138 et 152.

79 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 194.

80 F. M. de Melo, op. cit., p. 22 ; ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f°160.

81 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 364.

82 BNM, 2363, Sobre Diego Suárez, fos 220-231.

83 Voir par comparaison : BL Eg., 1135, fos 331 sq., Breve relación de lo que importan las rentas del Reyno de Portugal, s. d. [1621].

84 Rezois contra a comisão de Pero Barbosa que se apresentaraão a sua Magestade no anno de 1606, ΒΡΕ, cód. CV/2-7, fos 214 sq.

85 Sur l’attribut « voluntario », voir le Diccionario de Autoridades : « El conservar el estado es [en el Principe] obligación : el conquistar el ajeno voluntario. »

86 ACΒ, Variorum, vol. XXV, s. d., Papel sobre cosas del Colector [rédigé par Diogo Soares] § 44.

87 ANTT, Casa Fronteira, liv. 20, fos 165 sq., Discurso docto catolico pio contra la pravidad ambiciosa y ambition prava del impio Alvitre que Pedor Barbosa dio a S. Magestad en odio de la libertad y bienes ecclesiasticos y de los huerfanos y viudas del Reyno de Portugal.

88 Voir pp. 226 sqq.

89 Santiago de Luxán Meléndez, op. cit., p. 497·

90 AGS, SP, lib. 1525, f° 31.

91 ΒΑ, 51 IX 11, fos 5-28, Regimento do Conselho de Portugal.

92 AGS, SP, lib. 1478, f° 16, Consulta del Consejo de Portugal (24 mai 1635).

93 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 89.

94 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 36/110, Τítilο de conde de Armamar (11 août 1639). La cédule de Chancelaria de Filipe III 40/220 précise que c’est l’oncle qu’on gratifie en la personne de son neveu.

95 AHN, Estado, lib. 348, Carta de Diego Suárez (19 août 1639).

96 Beatriz Cárceles de Gea, « La justicia distributiva en el siglo xvii (aproximación político-constitucional) », Chronica Nova, 14, 1986, pp. 93-122.

97 Voir chapitre i, pp. 54. sqq.

98 AGS, Contaduría Mayor de Cuentas, IIIa época 1980, Relacion jurada y firmada que yo Diego Suarez del consejo y contaduría mayor de Hazienda de su Magestad su secretano del Consejo de estado del reyno de Portugal doy de los maravedis que an entrado en mi poder procedidos de expedients tocantes al dicho Reyno [...].

99 BNM, ms. 2373, Defensa de Diego Suárez y Miguel de Vasconcelos, fos 146 sq.

100 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, fos 265 et 347.

101 Jonathan Βrown et John H. Elliott, A Palace far a King : the Buen Retiro and the Court of Philip IV, New Haven et Londres, Yale University Press, 1980, p. 100.

102 BGUC, cód.588, fos 123-125 ; ΒGUC, cód. 602, fos 70-71 ; ΒΡΕ, cód. CXIV/1-39 ; ANTT, Casa Fronteira, ms. liv. 21, fos 163-164 : Quadros que mandarao no mesmo tempo a sua Magestade pera hua sala do Bom Retiro.

103 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, fos 1-8, Cargos del marques de Puebla y Loriana.

104 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 351.

105 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 167 ; ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, s. d., Consulta de la Junta de Expedientes (17 avril 1639).

106 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 141.

107 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 345.

108 BNM, ms. 6734, f° 255.

109 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, s. d., Consulta de la Junta de Expedientes (7 février 1639).

110 Voir chapitre viii, p. 338.

111 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, s. d., Consulta de la Junta de Expedientes (17 février 1639).

112 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 92.

113 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. III, s. d., Consulta de lajunta de Expedientes (31 janvier 1639).

114 ACΒ, Variorum, vol. XXV, s. d., Relacion de las imposiciones que se ban puesto en Portugal y del tiempoy causas dellas y de la consultas y resoluciones que precedieron y se siguieron para su execucion y los ministres que en ellas se hallaron para que se conosca que no intervinieron en ellas Diego Suarez, ni Miguel de Vasconcelos y que es calumniosa la culpa que de ellas les pretenden imputar sus emulos, s. d. [ca. 1643], Junta de Miguel de Vasconcelos, Arzobispo de Braga y António das Povoas (20 juillet 1639).

115 AGS, CJH, 756, Consulta de lajunta de la Media Annata (8 juin 1631).

116 AGS, CJH, 744, Consulta de la Junta de la Media Annata (23 décembre 1635).

117 AGS, CJH, lib. 150, Consulta de la Junta de la Media Annata (4 décembre 1634).

118 AGS, CJH, 745, Despacho de Diogo Soares (17 février 1635) ; AGS, CJH, 743·, Despacho de Diogo Soares (18 août 1635).

119 Consulado : taxe de 3 % acquittée sur les marchandises à leur entrée dans un port.

120 AGS, CJH, 797, Las mercedes que se han hecho al Senor Conde Don Jorge de Mascarenhas (8 août 1639).

121 AGS, CJH, 763, Consulta de la Junta de la Media Annata (18 mai 1637).

122 JJAS, Carta Regia (26 novembre 1636).

123 AGS, CJH, 716, Copia de la carta que se escribio al govierno quando se remitio el titulo del cargo de comisario al Desembargador Estevão de Foyos (26 novembre 1636).

124 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, fos 74, 91, 98, 344, etc.

125 Voir chapitre i, pp. 77-78.

126 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 24.

127 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 95.

128 ACΒ, Visita de Diogo Soares, vol. I, fos 76-77 et 140.

129 ACB, Variorum, vol. XX V, s. d., Papel de Diego Suarez sobre Lope Pereira (4 janvier 1644).

130 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. II, f° 38.

131 AGS, CJH, 784, Consulta del Consejo de Hacienda (22 mars 1638). Sur Luís Vas de Resende, voir chapitre iv, p. 192.

132 AGS,Estado, 7041, Consulta de la Junta de Inteligencias de Portugal (20 septembre 1641) ; BP, ms. II/1431, fos 563-564, Carta de Francisco Leitão a Jerónimo de Mascarenhas (12 août 1641).

133 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 264.

134 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 294.

135 Voir chapitre i, pp. 77-78.

136 Voir chapitre ii, pp. 119-122.

137 BA, 51 VI 1, fos 265-268, Papel que se deo ao conde-duque dilatandosse a averiguação dos capitulos que o Abbé de Pera deu contra Diogo Soares.

138 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, f° 162, témoignage de Cid de Almeida ; ΒNM, ms. 2363, Memorial de Diogo Soares, § 92.

139 BGUC, cód. 588, fos 123-125 ; BGUC, cód. 602, fos 70-71 ; ΒΡΕ, cód. CXIV/1-39 ; ANTT, Casa Fronteira, ms, liv. 21, fos 163-164.

140 ANTT, MCO, lib. 32, f° 182.

141 ACB, Variorum, vol. XLII, Carta de Francisco Leitão (22 août 1637).

142 Sur l’extracção, voir le chapitre viii, passim.

143 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 18/16 ; BL Eg., 323, f° 3 ; ANTT, Chancelaria de Filipe III, 16/346 et 31/119 ; ANTT, Chancelaria de Filipe III, 23/98 et 25/297 ; BA, 51 X 5, Consulta do Desembargo do Paço (9 février [633) ; AGS, CJH, lib. 139, f° 114, Carta de la Junta de la Extracción a Francisco Leitão (25 mai 1633) ; ANTT, Chancelaria de Filipe III, 32/337 ; ΒΑ, 51 X 6, f° 60, Consulta do Desembargo do Paço (13 septembre 1636) ; ANTT, Chancelaria de Filipe III, 32/337 ; ANTT, Chancelaria de Filipe III, 27/171.

144 AGS, Estado, 7041 ; AGS, CJH, 819.

145 AGS, GA, 1331, Consulta de (31 décembre 1640).

146 S. de Luxán Meléndez, op. cit., p. 523.

147 ANTT, Manuscrites da Livraria, 250, Alegações que fez o Doutor Francisco Leitão pera informação de sua justiça na causa em que o acusa o Dotor Francisco Velasco de Gouveia, s. d.

148 ANTT, Manuscrites deSão Vicente, 18, f° 281, Carta do Arcebispo Primas ao Arcebispo de Lisboa (11 avril 1617).

149 Isaías Rosa Pereira, A inquisição em Portugal, Séculos xv-xviii - Período Filipino, Lisbonne, Vega - Documenta Historica, 1993, Carta Regia (3 novembre 1627) ; ANTT, Inquisição Conselho Geral livro, 70, Visita do Fisco da Inquisição de Coimbra ; ΒA, 51 X 1, f° 85, Consulta do Desembargo do Paço (5 novembre 1631) ; AGS, SP, lib. 1553, fos 333-335, Carta de Francisco Leitão (3 janvier 1628).

150 BA, 51 X 1, f° 197, Carta dos governadores (20 septembre 1631).

151 BA, 51 X 2, fos 11-12, Carta dos governadores (11 février 1632).

152 ΒΑ, 51 X 2, f° 46, Carta dos governadores (1er mars 1632).

153 AGS, CJH, lib. 139, f° 120, Consulta de la Junta de la Extracción (8 octobre 1633) ; ΒΑ, 51 X 5, f° 51, Carta dos Governadores (16 mars 1633).

154 AGS, SΡ, lib. 1570 (22 juin 1638) ; ΒΝL, Miscellanea, 7647.

155 AGS, CJH, 722, Carta de Francisco Leitão (13 novembre 1634).

156 ΒΑ, 51 Χ 1, f° 127, Carta dos governadores (17 décembre 1631).

157 ACB, Variorum, vol. XLII, Carta de Francisco Leitão (9 décembre 1635).

158 ACΒ, Variorum, vol.XLII, Carta de Francisco Leitão (8 août 1637).

159 AGS, SP. lib. 1553, f° 36 (5 février 1627).

160 AGS, SP, lib. 1526, f° 32 ; AGS, SP, lib. 1478 (juin 135).

161 ANTT, MCO, lib. 34, f° 15, Consulta da Mesa da Consciência e Ordens (17 mai 1636).

162 AGS, Estado, 2658 ; AHN, Estado, 3276 ; AHN, lib. 699, article sodomia.

163 ACB, Variorum, vol. XLII, 125-127, Carta de Francisco Leitão (22 juillet 1638).

164 AGS, GA, 3175.

165 ΒA, 51 X 2, f° 77, Carta dos govemadores (31 mars 1632).

166 AGS, CJH, 788, Carta de Francisco Leitão (31 juillet 1638).

167 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 67-68, Carta de Francisco Leitão (29 février 1636).

168 AGS, CJH, 777, Carta de Sebastião Tavares e Sousa a Francisco Leitão (12 janvier 1636).

169 AGS, CJH, 757, Carta de Francisco Leitão (10 septembre 1637).

170 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1631, f° 74, Carta de Francisco Leitão, s. d. [ca. 1630].

171 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 121-124, Carta de Francisco Leitão (2 septembre 1637).

172 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 108-111, Carta de Francisco Leitão (9 décembre 1635).

173 Voir chapitre viii, section II, « La méthode de Francisco Leitão » (pp. 335-348).

174 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 156, Carta Regis (23 septembre 1632), [copie faite pour Thomé Pinheiro da Veiga ; le titre est autographe].

175 ΒA, 51 VI 33, fos 164-169, Apontamentos que o Desembargo do Paço offerece a VMgde sobre materias tocante a reformação da justiça e obrigação deste Tribunal em comformidade ao que Vmgde mandou (4 septembre 1619) ; ΒA, 51 X 4, fos 81-85, Consulta do Desembargo do Paço sobre ο colleitor (4 octobre 1632) ; BA, 51 X 5, f° 170, Parecer do Desembargo do Paço (12 février 1633).

176 BA, 51 X 5, fos 215-217, Carta do governador (19 mars 1633).

177 ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc. 84, Procedimientos e consultas e formas que se teve nas controversias entre o collector e o comisario geral em pontos de sua jurisdição (9 janvier 1626) ; ANTT, Corpo Cronologico, I/117, doc. 113, Copia de varias cartas obre as controversias a repeiro da bulla da cruzada (2 décembre 1626).

178 BNM, ms. 2848, s. d., Consulta del Consejo de Portugal (8 août 1626).

179 AGS, Estado, 3845-43, Relatione del sucesso di Monsignor Castracani Vescovo di Nicastro stando colletore in Potugallo.

180 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d., Papel sobre cosas del Colector [rédigé par Diogo Soares], §§ 1-11.

181 AGS, Estado, 2657, Consulta del Consejo de Estado (10 août 1636).

182 JJAS, Carta Regia (23 juin 1621).

183 ΒA, 51 VI 14, Livro de denunciciões das capelas.

184 ΒΡΕ, CIX/1-13, fos 96 sq., Petição que se fez a el rey D. Felipe 4° de Castella e 3° de Portugal sobre a provisão que astgnou para os eccleesiasticos mostrarem compozição nas adquiridas sem licença del Rey.

185 ΒΑ, 51 VI 14, f° 21, Avis du doutor Jorge de Araujo Estaço (20 janvier 1638). Voir également le cas de la chapelle de São António de Soure, revendiquée par Thomé de Mesquita, fils du Juiz das Capellas Francisco de Mesquita JJAS, Carta Regia (12 novembre 1636).

186 ANTT, Corpo Cronológico, II/368, doc. 18, Carta citatoria pasada a requerimento de Manuel de Freitas para ser citada a Abadeça e mais relegiosas do Mosteiro das Chagas de Villa Viçosa (22 août 1635).

187 AGS, SΡ, lib. 1469, f° 130, Carta de la Princesa Margarita (6 septembre 1635).

188 AGS, SP, lib. 1469, fos 136-137, Consulta del Consejo de Portugal (27 novembre 1636) JJ AS, Carta Regia (12 novembre 1636).

189 ΒΑ, 51 VI 14, f° 32, Carta de ElRey (3 février 1637) ; JJAS, Cartas Regias (au collecteur, à la princesse Marguerite et à Thomé Pinheiro da Veiga), (3 février 1637).

190 ANTT, Corpo Cronologico, II/370, doc. 31, Edital de Alexandre Bispo de Nicastro Colleitor nestes Reinos (5 avril 1637).

191 AGS, SP, 1473, fos 522-323, Consulta do Desembargo do Paço (17 novembre 1637).

192 Sur la Ley Mental, voir chap. iii, p. 160, n. 150.

193 ANTT, Corpo Cronológico, II/371, doc. 118, Carta de entredito local especial deambulatorio contra os doutores... (1 er février 1639) ; voir également ANTT, Corpo Cronológico, II/371, doc. 117.

194 BNM, ms. 18576-1, Representacion a Su Santidadpor don Juan Chumaceroy Carillo embajador extraordinario de Su Magestad Católica en la Corte de Rama sobre la diferenctas con el Colector de Portugal.

195 ANTT, Corpo Cronologico, II/371, doc. 129, Suppliai que fez o procurador da corôa (4 mars 1639).

196 ΒL Eg., 2082, fos 159-178.

197 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 23, Carta Regia (5 mai 1639).

198 BNL, FG, cód. 241, Manuel Severim de Faria, Historia Portugueza Ε De outras Provincias do Occidente Desde o Anno de 1610 até o de 1640 Da Felice Acclamação de El Rey Dom João O 4° (cité Faria, Historia Portugueza), fos 338-342.

199 ACΒ, Variorum, vol. XLII, f° 171, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (3 février 1638).

200 ANTT, Manuscrites da Livraria, 1186, Carta Regia (3 février 1637) ; ANTT, I/119, doc. 157, Carta de ElRey D. Filipe 3° para ο Doutor Thomé Pinheiro da Veiga para que examinase quem aconsehava ο colleitor nos ecesos que cometia (3 février 1637).

201 ANTT, Corpo Cronológico, III/570, doc. 35, Carta para Sua Alteça em que se the da conta dos religiosos e pessoas que pervertem o colleitor (21 avril 1637).

202 Manuel Severim de Faria, Anais de Portugal, op. cit., f° 158.

203 João Francisco Marques, A Parenética Portuguesa e a Restauração (2 vol.), Porto, Institute Nacional da Investigação Científica (INIC), 1989, pp. 99-100.

204 BA, 51 VI 14, f° 50, Avis de Francisco Velasco de Gouveia, s. d. [décembre 1646].

205 ACΒ, Variorum, vol. XXV, s. d., Relacion de muchas capelas por el secretario Diego Suarez.

206 ΒA, 51 VI 14, fos 1-50, Alegação de direito do estado eclesiastico do Reino de Portugal contra o procurador da Corôa na causa das capelas.

207 BA, 51 VI 14, fos 17-19, Carta del marqués de Castel Rodrigo (19 mai 1640) Juan Pro Ruiz, « Las capellanías en el Antiguo Régimen », Hispania Sacra, 41, 1989, pp. 785-602.

208 AGS, GA, 1331, Consulta de la Junta de Ejecución (voto del conde-duque), [23 décembre 1640].

209 AGS, SP, lib. 1751, s. d., Carta de Miguel de Vasconcelos (13 août 1640).

210 ACB, Variorum, vol. XLII, fos 114-115, Carta de Francisco Leitão (22 août 1637).

211 ΒA, 51 VI 1, fos 170-178, Rezões por que se mostra como não convem aver Colleitores neste Reino de Portugal ; ANTT, Corpo Cronológico, II/363, doc, 14, Copia de hua carta de El Rey para o colleitor a respeito dos excesos deste e de seus menistros da legacia, conferencia e jurisdições (23 septembre 1632).

212 John H. Elliott, The Count-Duke of Olivares. The Statesman in a Age of Decline, New Haven et Londres, Yale University Press, 1986, p. 484 (cité Elliott, The Count-Duke of Olivares).

213 AGS, Estado, 2660, Consulta del Consejo de Estado (12 juin 1638).

214 AHN, Consejos, leg. 51436/13, Copia de un real decreto de Su Majestad del año 1638 tocante al govierno del Reyno de Portugal.

215 AHN, Consejos, leg. 12010, expediente 31 [document communiqué par Fernando Bouza Álvarez].

216 AGS, Estado, 2660, Consulta del Consejo de Estado (12 juin 1638).

217 Ibid.

218 AGS, Estado, 3647, Carta de Margarita de Mantua al Rey (2 septembre 1638).

219 AGS, Estado, 3840-192, Consulta del Consejo de Estado (26 août 1638) ; AGS, Estado, 3840-221, Consulta del Consejo de Estado (16 juillet 1638).

220 AGS, Estado, 4045, Consulta del Consejo de Estado (11 novembre 1638) ; AGS, Estado, 4047, Consulta del Consejo de Estado (17 décembre 1638).

221 Antonio de Oliveira, Poder e oposição politico no período filipino (1580-1640), Lisbonne, DIFEL, 1991, p. 244 (cité A. de Oliveira, Poder e oposição).

222 AGS, Εst ado, 2660, Memorial en dix points [s. d.].

223 Louis Marin, « Pour une théorie baroque de l’action politique. Lecture des Considérations politiques sur les coups d’État de Gabriel Naudé », dans Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, Paris, Les Éditions de Paris, 1988, pp. 15-21.

224 BNL, FG, cód 241, Faria, Historia Portugueza, fos 329-334.

225 ANTT, Corpo Cronológico, II/370, doc. 39, Carta de Miguel de Noronha (2 mai 1637).

226 AGS, SP, lib. 1469, 566-571, Junta de la senora Princesa sobre la succesion de la Casa de Aveiro (3 septembre 1636).

227 S. de Luxán Meléndez, op. cit., p. 596.

228 AHN, Estado, lib. 348, Carta del rey (20 octobre 1639).

229 AGS, GA, 3177, Consulta de la Junta de India (24 août 1640).

230 AHN, Estado, lib. 699, article Lebantamiento de Portugal.

231 ΒΡΕ, cód. CIV/2-6, f° 224, Carta de Fernando Albia de Castro (29 août 1640).

232 ACB, Visita de Diogo Soares, vol. I, fos 246 et 238.

233 Franck Collard, « Recherches sur le crime de poison au Moyen Âge », Journal des savants, janvier-juin 1992, pp. 99-114.

234 João Salgado de Araujo, Marte Portugues contra emulaciones castellanas o justificaciones de las armas del Rey de Portugal contra Castilla, Lisbonne, Lourenço de Anveres, 1642, p. 202.

235 António de Oliveira, « Levantamentos populares do Algarve em 1637-1638. Arepressão », Revista Portuguesa de História, XX, 1984, pp. 1-182.

236 Apropos du papier timbré (papelselado), voir chap. m, p. 148 et chap. IV, p. 196.

237 AHN, Estado, lib. 348, Consultas de la Junta de Portugal (13 août 1639, 19 août 1639 et 28 septembre 1639).

238 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 32, Carta de ElRey para ο secretario de Estado (27 juillet ; AGS, SP, lib. 1471, s. d., Consulta de la Junta del Despacho de Portugal (23 août 1639).

239 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 59 et 61, Proposta de Miguel de Vasconcelos e Brito para S. Alteça sobe o socorro com que se devia acudir com brevidade a Praça de Mazagão (5 juin 1640 et 9 juin 1640).

240 AGS, GA, 3176, Consulta de lajunta de Armadas (27 janvier 1640).

241 Notamment la Junta de Pernambuco et la Junta de Ejecución.

242 Fernando Bouza Álvarez, « La nobleza portuguesa y la corte madrileña hacia 1630-1640. Nobles y lucha política en el Portugal de Olivares », Mélanges de la Casa de Velázquez, 32(2), 1996, n. 21.

243 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 36/108, Título de marqués de Montalvão (29 août 1639).

244 BNM, ms. 10596, f° 76, Copia de carta que escribio el Rey Don Phelipe IV a la Señora Princesa Margarita sobre lo que ha de dispones en la instrucción que Su Magestad remite al Duque de Berganza (25 mars 1639).

245 BL Add., 28705, fos 72-75, Carta del rey al duque de Bragança (25 mars 1639).

246 BL Add., 28705, fos 70 sq., Copia del despacho que se embio al duque de Bergança (25 mars 1639).

247 ΒA, 51 V 80, fos 34-58, Carta que SMg ecreveo ao duque de Bargança quando the ordenou que viese a Montemor na era de 1639.

248 AGS, GA, 1256, Consultas de la Junta de Ejecución (5 février 1639 et 11 février 1639).

249 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (1er juin 1639).

250 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 8, Copia da ordem que se deo para que no campo de S. Amaro... ; BNL, FG, cód. 241, Faria, Historia Portugueza, fos 335-342 ; Pellicer, Avisos, dans Antonio Valladares de Sotomayor (éd.), Seminario erudito que comprende varias obras inéditas... (2 vol.), Madrid, Imprenta de Alfonso López, 1787, t. I, p. 22.

251 BL Add., 28705, f° 98, Carta del Rey a la Senora Princesa Margarita (23 mai 1639).

252 ΒA, 51 V 80, fos 38-40, Certidão de dam Bernardino de Zuñiga que dis o tratamento que o Archeduque Alberto fes ao duque de Bergança (12 mars 1627) ; AGS, GA. 1325, Carta del duque de Bragança (16 mai 1639).

253 AGS, GA, 1325, Consulta del Consejo de Guerra (17 août 1639).

254 AGS, GA, 1325, Copie de consulta, s. d.

255 Elliott, The Count-Duke of Olivares, p. 557.

256 ANTT, Corpo Cronológico, Ι/120, divers doc.

257 ANTT, Corpo Cronológico, I/120 doc. 65, Carta para elRey sobre ο fazer da polvora na Casa da Polvora (16 juillet 1640).

258 A. de Oliveira, Poder e oposição, p. 251.

259 AGS, GA, 1331, Consulta de la Junta de Ejecución (29 septembre 1639).

260 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 66, Carta Regia (29 août 1640).

261 ANTT, Corpo Cronológico, I/120, doc. 62, Consulta da Junta de Soldados (14 juin 1640).

262 ACB, Variorum, vol. XLII, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (30 septembre 1640).

263 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, fos 109-110, Carta de Diogo Soares (novembre 1640).

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search