Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Deuxième partie. Fonctionnement et dysfonctionnement du gouvernement vice-royal

Chapitre iii

L’extraordinaire fiscal

Texte intégral

I. — Le gouvernement collégial

Vice-roi ou gouverneurs ?

  • 1 BL Eg., 1132, f° 8, Carta del duque de Villahermosa (2 juin 1621).
  • 2 Claude Gaillard, Le Portugal sous Philippe III d’Espagne. L’action de Diego de Silva y Mendoza, Gre (...)
  • 3 EFO, III, p. 13, Juramento que fez, o Visa Rey em nome de S. Magde.
  • 4 EFO, III, p. 23, Carta Regia de 23 de julho de 1621.
  • 5 BL Eg., 1136, fos 101 sq., Papel importantissimo al servicio de SMagd i a bien de los vassallos de (...)

1À son avènement, Philippe IV reçoit un double héritage portugais : le résultat des Cortes de Lisbonne présidées en 1619 parson père Philippe III et la présence encombrante du vice-roi Diego de Silva, comte de Salinas et marquis d’Alenquer. Baltazar de Zúñiga et son neveu le comte-duc d’Olivares demandent au plus éminent des membres du Conseil de Portugal, Carlos de Borja y Aragón, duc de Villahermosa, de leur faire parvenir l’ensemble de la documentation relative à ces Cortes1. Philippe III avait quitté la capitale portugaise sans qu’il eût été répondu à aucune des pétitions présentées par les trois « bras » du Royaume (le clergé, la noblesse, les villes). Et le vice-roi, si vilipendé, à demi castillan, n’est pas immédiatement relevé bien qu’il en fasse lui-même la demande2. C’est donc lui qui, au nom du roi et comme son représentant, prête solennellement serment de respecter les privilèges du Portugal, au cours d’une cérémonie ayant lieu dans la cathédrale de Lisbonne le 18 avril 16213. Le 19 juillet, le comte de Salinas est enfin destitué4. Une véritable campagne l’accusant de tous les maux s’était alors déclenchée5.

  • 6 BL Add., 20952, f° 24, Consulta del Consejo de Portugal (19 juillet 1621).
  • 7 BNM, ms. 2352, fos 511 sq., Consulta del Consejo de Portugal (16 juin 1621) ; BL Eg., 1133, f° 10, (...)
  • 8 Antnio de Oliveira, Poder e oposição política no período filipino (1580-1640), Lisbonne, Difel, 19 (...)
  • 9 BL Eg., 1133, fos 270-275, Memorial de Mendo da Mota, s. d. [printemps 1621].
  • 10 ΒNM, ms. 6750, f° 64, Carta de Mendo da Mota (1er juillet 1620).
  • 11 António Manuel Hespanha, « Représentations dogmatiques et projets de pouvoir. Les outils conceptuel (...)

2Proposée par le Conseil de Portugal, la désignation du triumvirat6 composé d’un prélat (l’évêque de Coimbra, Martim Afonso Mexia), d’un membre de la haute aristocratie, ancien président du Desembargo do Paço et adversaire acharné du marquis d’Alenquer (il s’agit du comte de Basto, Diogo de Castro) et d’un ancien président de la câmara de Lisbonne et frère du comte de Vimioso (Nuno Alvares de Portugal), n’a pas été décidée au hasard7. Elle renouait avec l’une des possibles formes légitimes de gouvernement, selon l’esprit des accords de Tomar de 1581. Nous ne pouvons pas, semble-t-il, suivre l’opinion d’Antonio de Oliveira lorsqu’il oppose la formule du collège des gouverneurs, comme pure émanation de l’aristocratie portugaise, à la formule du vice-roi placé au-dessus des corps de la société portugaise et par conséquent à l’écoute des revendications du commun peuple8. Il s’agit purement et simplement de l’analyse faite en 1621 par Mendo da Mota, un magistrat membre du Conseil de Portugal9. Ce magistrat critique les privilèges et immunités excessifs accordés aux chevaliers portugais, ce qui le sépare d’une partie de la noblesse10. Pour lui, les débats aux Cortes de 1619 l’ont démontré, les peuples — c’est-à-dire les villes — désirent un vice-roi, et le clergé et la noblesse, un collège de gouverneurs. Il dénonce la monstruosité physiologique d’un gouvernement à trois têtes et ne saisit pas le sens de la division entre justice, finance et gouvernement, effectivement inopérante en droit commun11. Mais l’argumentation du letrado paraît cependant bien contradictoire. Il affirme que le domaine de la Couronne a été dilapidé et que le Royaume a été livré aux appétits des factions aristocratiques. Mais il admet que ce sont les magistrats portugais qui en sont responsables, ceux-là mêmes qui exercent l’administration de la justice et de la grâce. Cette dégradation fondamentale de l’équilibre dont le roi devrait être le garant dépend donc moins du type de gouvernement vice-royal que de l’administration de la justice distributive (Desembargo do Paço et Conseil de Portugal) et de l’exercice des magistratures par les officiers juristes portugais.

  • 12 Mario Damonte, Felipe IV el Grande rey de las Españas (manoscritto anonimo del xvii secolo), Milan, (...)
  • 13 Fernando Bouza Álvarez, « La “soledad” de los reinos y la “semejanza del rey”. Los virreinatos de P (...)
  • 14 BNP, ms. Portugais, 53, Opposito as advertencias que se derão no governo sobre a eleição que sua Ma (...)
  • 15 BL Eg., 1135, f° 24, Carta de Pedralvares Pereira (17 juin 1621).

3L’alternative proposée à Tomar est claire : soit le vice-roi est un membre de la famille royale, agit réellement comme un représentant personnel du roi et, comme lui, écoute les conseils que lui adressent les cours traditionnelles ainsi que les membres les plus éminents de l’aristocratie, ses parents fictifs ; soit on installe un collège de gouverneurs qui représente alors le royaume du Portugal auprès du roi par la correspondance qu’il échange avec le monarque à travers le Conseil de Portugal. Pour forcer le trait, nous pourrions dire que le vice-roi de sang royal incarne la Couronne et les gouverneurs, le Royaume. Chacun étant défini dans son rôle, la nature du régime, c’est-à-dire sa conformité ou ses divergences par rapport à la tradition, n’est pas forcément déterminée par l’alternative vice-roi/gouverneurs12. Dans les deux cas, en l’absence physique du roi, le Royaume et la Couronne demeurent « otages des élites portugaises13 ». Car les deux solutions se définissent d’abord par ce qu’elles évitent, c’est-à-dire une vice-royauté proconsulaire comme celles de Christovão de Moura (1600-1603 et 1608-161214) ou de Diego de Silva (1617-1621) sous le règne de Philippe III. Pedro Alvares Pereira, magistrat du Conseil de Portugal, en avait claire conscience, lui qui récusait les deux options traditionnelles15. Le conseiller portugais, dont la trajectoire politique est intimement liée aux options définies sous Philippe III, rappelle le temps béni de la vice-royauté de l’archiduc Albert et récuse la solution du collège de trois gouverneurs :

Dans toutes les provinces et [tous les] royaumes, on connaît bien les grands inconvénients qu’entraîne le fait que les vice-rois ou gouverneurs soient naturels de ceux-ci. Ces inconvénients au Portugal sont plus grands et plus nuisibles car notre nation est naturellement soucieuse de son respect et encline aux passions de l’amour, de la haine et de l’envie, et les gouverneurs naturels ne veulent ou ne peuvent ou n’osent exécuter la justice comme il faut ; et cela, l’expérience de tous les gouvernements passés l’a montré.

  • 16 ANTT, Manuscritos da Livararia, 1632, s. d., Carta do duque de Villahermosa ao marquês de Gouveia ( (...)
  • 17 BL Eg., 1135, f° 26, Carta de Francisco de Bragança (17 juin 1621).
  • 18 Trevor J. Dadson, « The Duke of Lerma and the Count of Salinas : Politics and Friendship in Early S (...)

4Il propose donc d’envoyer une personne de sang royal, une sœur du roi16, mais en la faisant accompagner d’un capitaine général qui jouerait le rôle de conseiller et serait en fait le véritable vice-roi. Si, en dépit de son avis, le roi décidait de renouer avec la tradition du gouvernorat collégial, Pedralvares Pereira recommande la solution du triumvirat composé d’un prélat et de deux aristocrates, schéma effectivement adopté. Francisco de Bragança, membre ecclésiastique du Conseil de Portugal, émettait une opinion à peu près identique en faisant l’éloge de la vice-royauté de sang royal17. Mais la nouvelle équipe dirigeante, n’ayant pas de personne de sang royal à envoyer à Lisbonne et affectant de tourner le dos aux pratiques du clan du duc de Lerma18, opte pour le triumvirat proposé par le Conseil de Portugal.

Le Conseil de Portugal en question

  • 19 BL Eg., 1135, f° 41, Carta de los gobernadores (21 février 1622).
  • 20 Santiago de Luxán Meléndez, La Revolución de 1640 en Portugal, sus fundamentos sociales y sus carac (...)
  • 21 JJAS, Carta Regia (14 septembre 1621).
  • 22 JJAS, Carta Regia (28 juillet 1621).

5Dans les premiers temps, les relations entre l’équipe des trois gouverneurs et le roi paraissent excellentes, au point qu’ils essaient de créer une voie d’accès directe au monarque en lui adressant son ami d’enfance Diogo de Silva, comte de Portalegre19. Celui-ci nourrit peut-être l’ambition de devenir l’homme du roi pour toutes les affaires portugaises. Mais c’était compter sans la puissance du Conseil de Portugal. Au début du règne de Philippe IV, la composition du Conseil de Portugal demeure inchangée par rapport au règne antérieur20 : le duc de Villahermosa, Carlos de Borja y Aragόn, y préside, le marquis de Castelo Rodrigo, Manuel de Moura, exerce depuis janvier 1623 la charge de veedor (inspecteur des finances), Francisco de Bragança est conseiller ecclésiastique, Mendo da Mota et Antόnio Pereira sont conseillers juristes, Francisco de Lucena, secrétaire d’État, et Francisco de Almeida, secrétaire des Finances et des Grâces. Le Conseil ne connaît aucune modification notable avant 1628, date à laquelle les nécessités financières de la Couronne poussent Olivares à envoyer au Portugal Manuel de Moura, Francisco de Bragança et Francisco de Lucena pour y négocier les projets d’extraordinaire fiscal. Le Conseil de Portugal est l’institution où se pressent les plaideurs de tous ordres et les quémandeurs de grâces21. C’est le type même de la juridiction investie par ses justiciables, un organisme ouvert22, du moins tel que le décrit en 1621 le roi (ou plutôt son favori) :

  • 23 BNM, ms. 9379, f° 71, Carta del duque de Villahermosa (28 juillet 1621) ; AHN, Estado, lib. 857, f° (...)

L’intelligence et l’adresse des prétendants est devenue telle qu’ils finissent par savoir la place qui leur est réservée dans les consultations et, bien avant qu’elles n’arrivent entre mes mains, ils se présentent pour solliciter la décision, bien qu’il faille présumer que les conseillers et secrétaires de ce Conseil gardent le secret auquel ils sont astreints en raison de leur charge et du serment qu’ils prêtent23.

  • 24 AGS, SP, 1582, f° 225, Carta de fray Antonio de Sotomayor (10 septembre 1628).
  • 25 AGS, SP, 1582, f° 171, Carta de fray Antonio de Sotomayor (19 novembre 1628).
  • 26 AHN, Estado, 728, Papel en que se representan los daños que vienen al Reyno de Portugal de la erecc (...)

6Lorsque Luís Mendes de Vasconcelos, ancien gouverneur d’Angola et célèbre auteur du dialogue Do sitio de Lisboa, fut jugé par le Conseil, il récusa deux de ses membres et demanda la création d’un junta pour trancher son cas24. Si l’on en croit fray Antonio de Sotomayor, confesseur du roi, chez qui se tenait une junta spéciale, cette pratique serait devenue commune chez les plaideurs ou les accusés puissants25. Des doutes avaient été émis sur l’utilité du Conseil de Portugal, qui avait été rétabli en 1619 après le retour de Philippe III de Lisbonne. Un mémoire anonyme rédigé cette même année 1619 et repris ultérieurement proposait sa suppression pure et simple26. L’auteur du texte estimait qu’un secrétaire très sûr suffirait pour assurer la communication légitime entre le roi et les différents tribunaux de la polysynodie portugaise. Comme il le confirme dans son mémoire de 1624, le Comte-Duc ne se faisait pas non plus une très haute idée de ce tribunal de toutes les intrigues :

  • 27 John H. Elliott et José Francisco Ruiz de la Peña, Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares,(...)

Les Portugais se plaignent beaucoup de ce tribunal, et bien que le zèle des magistrats fasse qu’ils soient souvent mal aimés des plaideurs, je crois véritablement qu’étant un Conseil d’État, de guerre et des conquêtes, il demeure insuffisant dans ce domaine car aucun de ses membres n’a d’expérience dans ces professions. Ce Conseil court le même risque que celui que nous avons vu pour celui d’Aragon car, nos informations en ces matières ne pouvant être aussi précises qu’il le faudrait, il existe un danger que les magistrats supérieurs agissent plus facilement en usurpateurs, puisqu’il faut se fier à eux à propos de ce qu’on ignore27.

  • 28 BL Add., 20949, 237, Orden Real (21 janvier 1627).
  • 29 BA, 51 VII 31, fos 103-106, Mémoire de Gaspar Alvares de Souza, Lisbonne (7 mai 1622).
  • 30 BNM, ms. 2848, s. d., Consulta del Consejo de Portugal (21 août 1626).

7Une double accusation se profile : l’incompétence pour les affaires de gouvernement et la corruption pour la distribution des charges et offices. Le roi se plaint de ce que le Conseil de Portugal ne daigne pas toujours l’informer sur les décisions qu’il prend28. Mais les défenseurs de l’institution la considèrent comme l’héritière du Conseil royal dont aucun roi portugais ne s’était jamais passé et dont la suppression signifierait la réduction du Portugal du statut de royaume à celui de province29. Lorsqu’il occupait la charge de gouverneur du Royaume, le comte de Portalegre, Diogo de Silva, demeurait extrêmement vigilant et se plaignait auprès du Comte-Duc de ce que certaines grâces du roi de Portugal étaient accordées sans le conseil des tribunaux portugais30.

  • 31 BL Eg., 323, f° 51, Consulta do Conselho de Estado (25 août 1622).
  • 32 BNM, ms. 2353, fos 220-223, Patente de dom Diogo da Silva (6 septembre 1623).
  • 33 EFO, III, p. 26, Carta da Câmara ao marquez de Castello Rodrigo (14 août 1621) ; ibid., Carta da Câ (...)
  • 34 BL Eg., 1133, fos 204-205, Carta de Manuel de Vasconcelos (17 avril 1621).
  • 35 BL Add., 20952, f° 32, Consulta del Consejo de Portugal (26 mai 1622).

8En dépit des critiques, le favori préfère donc ne pas toucher au Conseil de Portugal. Le Conseil d’État de Lisbonne, de composition traditionnelle lui aussi, voit sa position renforcée après qu’on eut débattu du projet de refondation d’un Conseil des Indes, pour finalement y renoncer31. Olivares opte pour le gouvernement collégial afin de marquer la rupture avec les vice-royautés unipersonnelles antérieures et poursuit la politique de distribution de prébendes aux membres de la haute aristocratie portugaise : Diogo de Silva, comte de Portalegre, compagnon de jeu du roi dans son enfance, devient gentilhomme de la Maison du roi et gouverneur du Royaume en 162332. Quant à Manuel de Moura, marquis de Castelo Rodrigo, il reçoit la dignité de grande33. Le règne de Philippe IV est donc inauguré par un retour à l’esprit des concessions accordées à la noblesse portugaise lors des Cortes de Tomar. Pourtant, le conseiller Manuel de Vasconcelos, connaissant l’ampleur des aliénations du domaine royal et l’effondrement de la valeur réelle des titres de la dette (juros), avait recommandé au jeune roi de limiter drastiquement les distributions de pensions portugaises34. Lors de la procession du Corpus Christi de 1622, qui eut lieu en présence des trois gouverneurs, le dais ne fut pas porté par des citoyens de Lisbonne mais par un groupe de gentilshommes à la tête desquels se trouvait le comte de Castanhede35. La noblesse était bien à l’honneur : le monde des Corte[s] na aldeia avait encore de beaux jours devant lui.

II. — Nouveau règne, nouveau cours ?

L’esprit de réforme

  • 36 J. H. Elliott et J. F. Ruiz de la Ρeña, οp. cit., pp. 171-197.
  • 37 BL Eg., 1135, f° 315, Carta dos Governadores (15 septembre 1625).

9Sous le couvert du retour à un type de gouvernement plus conforme à la tradition établie à Tomar, les intentions réformatrices du comte-duc d’Olivares se manifestèrent assez vite. Les grandes lignes de son action sont simples : renforcement du contrôle du recrutement des magistrats et officiers, inspection et réforme du système des douanes, inspection du financement de l’Inquisition, vérification de la légalité de certaines aliénations du domaine royal et des legs pieux. C’était s’attaquer de front au monde des juristes, des aristocrates, du clergé et intervenir sur le poumon financier du Royaume, les douanes (alfandêgas). Sur le papier, une authentique révolution. Dans la pratique, une réforme possible si les magistrats portugais avaient accepté de jouer le jeu et si les nécessités financières de la Couronne n’avaient pas aussitôt étranglé le gouvernement. En donnant un contenu doctrinal à son action avec le projet d’Uniόn de Armas36, le Comte-Duc atteint une visibilité politique inconnue jusqu’alors et permet à tous les intérêts coalisés, effrayés par les projets de réformes, d’interpréter toute mesure de contrôle comme l’élément d’un complot de la Couronne et de ses mauvais conseillers, acharnés à détruire l’autonomie du Royaume. Invités à donner leur avis sur le projet, les trois gouverneurs considèrent qu’il ne saurait être question de le réaliser sans convoquer de Cortes37. Ils estiment en outre de bonne politique d’éviter l’emploi de l’expression Uniόn de Armas : mieux vaudrait s’en tenir à des formules traditionnelles, comme « les nécessités présentes du Royaume », l’« obligation de garantir la défense », etc. La doctrine d’Olivares et les mots qu’il emploie ont des effets politiques immédiats. Lorsqu’on analyse les conflits politiques de l’époque, il convient de distinguer, fut-ce provisoirement, trois degrés de l’expérience gouvernementale : désir de lutter contre les abus tolérés par de puissants syndicats d’intérêts, asphyxie financière et recours à l’extraordinaire dans une conjoncture guerrière affolante, programme idéologique de resserrement des liens juridictionnels entre les couronnes de la monarchie. L’urgence des financements extraordinaires interdit à Olivares de mettre en pratique l’intransigeance dont il rêve, tant il a besoin des aristocrates, des prélats et des oligarques urbains pour la mise en place des emprunts forcés et pour celle des perceptions d’impôts indirects nouveaux dans les villes. On voit bien quel parti la littérature autonomiste put tirer de cette situation après 1640. La pression fiscale croissante s’inscrirait dans une logique de mise à contribution homogène des différents territoires de la Monarchie, dans le cadre d’un effort de guerre commun non accepté, homogénéité et mise en commun qui seraient, à terme, obtenues par la liquidation des particularismes dont l’une des manifestations est précisément l’impunité des abus.

  • 38 BL Add., 20949, 39, Decreto sobre las órdenes que no se cumplen (22 août 1624).
  • 39 Mireille Peytavin, « Visites générales à Naples aux xvie-xviie siècles », dans Jean-Frédéric Schaub(...)
  • 40 BL Eg., 1133, f° 120, Carta de Pedro Contreras a Diogo de Castro conde de Basto (28 novembre 1626).
  • 41 BL Eg., 1133, fos 121-123, Cartas do arcebispo governador (31 octobre 1626).

10Assez vite, le Comte-Duc s’aperçoit du peu d’obéissance des principales institutions portugaises aux ordres venus de Madrid38. Pendant les premières années du ministériat d’Olivares, un projet nébuleux de visite générale des magistratures portugaises, à l’image de ce qui se fait dans le royaume de Naples39, est périodiquement envisagé. À la fin de l’année 1626, les secrétaires de Madrid hésitent encore sur la formule40. Alors qu’on demande au gouverneur Diogo de Castro s’il préfère la solution de la visita general ou bien celle d’une visita secrète réalisée institution par institution, il répond que la seule option raisonnable est celle de rien faire du tout. En revanche, son collègue au gouvernement, l’archevêque de Lisbonne Afonso Furtado de Mendoça, se déclare chaud partisan d’une épuration de tous les tribunaux41. La pratique de l’inspection telle qu’elle se met en place se détourne des deux options : ni immobilisme ni grand chambardement.

  • 42 Β A, 51 VI 33, f° 28, Carta Regia (28 octobre 1621).
  • 43 ΒL Eg., 1135, f° 53, Consulta del Consejo de Portugal (6 novembre 1621).
  • 44 BL Eg., 1135, fos 78-81, Consulta del Consejo de Portugal (24 décembre 1621).
  • 45 BL Eg., 1132, f° 99, Consulta del Consejo de Portugal, s. d.
  • 46 BL Eg., 1133, f° 198, Carta de Diogo Ferreira de Carvalho, s, d, [ca. 1621].
  • 47 BL Eg., 1135, f° 57, Consulta del Consejo de Portugal (19 juin 1621).
  • 48 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1631, f° 86, Carta do duque deVillahermosa ao co (...)
  • 49 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1631, f° 263, Carta del Consejo de Indias al Des (...)
  • 50 Isaías Rosa Pereira, A inquisição em Portugal. Séculos xv-xviii - Período Filipino, Lisbonne, Vega (...)
  • 51 Ibid., Cartas Regias (22 novembre 1621 et 23 septembre 1622).
  • 52 JJAS, Cartas Regias (7 octobre 1621, 23 décembre 1622 et 23 février 1623) ; I. Rosa Pereira, op. ci (...)
  • 53 AGS, SΡ, lib. 1553, f° 300, Consulta do Conselho da Fazenda (31 décembre 1627).
  • 54 I. Rosa Pereira, op. cit., Carta Regia (3 novembre 1627) ; ANTT, Inquisição Conselho Geral livro, 7 (...)
  • 55 ΒA, 51 VI 33, f° 28, Carta de ElRey aos governadores (25 octobre 1621).

11Dans le mouvement de liquidation de l’héritage du duc de Lerma, en 1621, le Comte-Duc demande au Procurador da Coroa de dresser la liste des biens de la Couronne dont les vacances futures sont déjà accordées à des personnalités portugaises42. D’autre part, bientôt après l’avènement de Philippe IV, une réforme du fonctionnement des douanes (alfandêgas) est décidée43. Cette initiative ne reçoit pas l’appui du Conseil de Portugal, qui trouve paradoxal de s’en prendre à une institution qui souffre déjà assez de la reprise des hostilités avec la Hollande44. Mais, selon les sycophantes, les douanes de la seule Lisbonne détournent à chaque exercice au bas mot quarante mille ducats dus aux finances royales ; de plus, elles n’avaient pas été inspectées depuis une trentaine d’années45. Les marchandises précieuses et non pondéreuses sortent par les fenêtres du bâtiment aussitôt qu’elles en ont franchi la porte46. À Lisbonne, le bâtiment de la douane avait deux portes, ce qui, semble-t-il, offrait de nombreuses possibilités de fraude. Bien que le roi et Pedro Alvares Pereira, magistrat du Conseil de Portugal, aient exigé qu’on en murât une, le Conseil des finances de Lisbonne s’y oppose fermement47. Ce tribunal se voit alors confier la responsabilité de l’inspection permanente des livres comptables de la douane. Le Conseil de Portugal exige que le système de paiement des salaires à partir des caisses de l’alfandêga soit mieux contrôlé48. Le Conseil des Indes, impliqué dans l’organisation des flottes communes de convoi vers les Indes occidentales, demande que le castillan Fernando Albia de Castro, inspecteur de la flotte, puisse vérifier les articles des contrats passés entre les hommes d’affaires et la ville de Lisbonne49. Le magistrat Cid de Almeida est alors chargé de dresser un état des lieux des douanes des villes du Nord — Aveiro, Porto et Viana — et de proposer des solutions. Le fisc de l’Inquisition, c’est-à-dire l’organisme chargé de gérer les biens confisqués aux inculpés, fait également l’objet d’inspections dès le début du règne. Le doutor João Pinheiro, magistrat de la Casa do Civel, doit visiter et sanctionner les magistrats du fisc de l’Inquisition de Coimbra50 tandis que son collègue João Carvalho inspectera celui de Porto51. La pression qui pèse alors sur l’institution incite celle-ci à participer généreusement au financement des flottes destinées à l’océan Indien52. En dépit des efforts financiers consentis par l’Inquisition, la suspicion ne cesse de planer sur ses services fiscaux, de sorte que le 3 novembre 1627 une inspection générale est confiée à João Pinheiro53 pour Lisbonne, à Francisco Fernandes Fialho pour Évora et à Francisco Leitão pour Coimbra54. Les aliénations des biens de la Couronne font également l’objet d’une demande d’enquête de la part du roi, dès son avènement55.

L’urgence financière

  • 56 BL Eg., 1135, fos 274-281, Memorial de Gonçalo de Sousa de Macedo sobre hacienda del reino de Portu (...)
  • 57 ANTT, Manuscritos de São Vicente, liv. 18, f° 303, Carta do arcebispo Primas ao marqués de Alenquer (...)
  • 58 BNM, ms. 2848, s. d., Consulta del Consejo de Portugal (1er septembre 1626).
  • 59 BL Eg., 1135, fos 282-306, Junta del duque de Villahermosa (18 novembre 1625,17 janvier 1626 et 13 (...)
  • 60 BNM, ms. 2848, s. d., Consulta del Consejo de Portugal (24 septembre 1626).
  • 61 AGS, SP, lib. 1582, f° 9, Consulta de la Junta del Confesor (13 février 1629).
  • 62 ΒA, 51 VI 33, fos 154-155, Memoria de cómo se pueden fabricar en el Brasil 68 galeones e a mil tone (...)

12Les voies traditionnelles de négociation — emprunts aux hommes d’affaires, avances consenties par la câmara de Lisbonne, recours au fisc de l’Inquisition — suffisaient à peine pour assurer le financement des expéditions en direction de l’océan Indien. Mais dès lors que la question brésilienne se pose avec le débarquement hollandais à Bahia en 1624, le problème des ressources de la Couronne éclate. Olivares fait alors venir à la cour le magistrat comptable Gonçalo de Sousa de Macedo56. À cette date, cet officier compte trente ans de service et exerce la charge d’auditeur à la Casa da Supplicação. Son expérience lui vient des enquêtes qu’il a menées depuis une dizaine d’années contre les officiers des douanes57. Il explique la technique des fraudes sur les tarifs douaniers pratiquées à Lisbonne, notamment avec les sucres brésiliens, et présente des arbitrios58. Les contrats portant sur le bois de brésil — dont l’exploitation est un monopole en principe strictement réservé à la Couronne — stipulent qu’il ne s’en importera pas plus de dix mille quintaux par an, or il en arrive au moins le double, ce qui fait considérablement baisser le prix que les négociants du roi peuvent en demander. Les différents organismes du port de Lisbonne, les Sept Maisons (Siete Casas) comme les magasins, travaillent à l’abri de tout contrôle sérieux. Paradoxalement, le repli de la factorerie d’Anvers vers Lisbonne ne bénéficie nullement aux finances de la couronne de Portugal car les hommes d’affaires l’ont mise en coupe réglée, à leur seul profit Gonçalo de Sousa de Macedo explique par le menu toutes les méthodes employées par les officiers du roi pour voler les finances de la Couronne : ils vendent aux particuliers des délais pour le recouvrement des dettes dues au trésor, mais empochent les sommes avancées comme s’il s’agissait de rentes personnelles. Il passe également en revue différentes techniques de fraude fiscale élaborées par les gros laboureurs de la région de Lisbonne, surtout les fermiers des terres de la Couronne. Le texte de Gonçalo de Sousa de Macedo fait l’objet d’une discussion à Madrid dans le cadre d’une junta chargée d’examiner les contrats génois de Lisbonne, qui se réunit chez le duc de Villahermosa et où sont convoqués Mendo da Mota et Antonio Pereira pour le Portugal, mais aussi Diego Ybarra, du Consejo de Estado, et le révérend Juan Bautista Valenzuela, pour le Consejo de Italia59. A la même époque, un autre officier comptable portugais, Luís Aranha de Vasconcelos, fait savoir au roi qu’on lui vole au bas mot deux cent mille cruçados par an sur les recettes des douanes60. Trois ans plus tard, une junta des finances portugaises continue de se tenir chez le confesseur du roi, fray Antonio de Sotomayor ; elle réunissait le duc de Villahermosa, Gonçalo de Sousa de Macedo, Mendo da Mota, le marquis de la Puebla et le marquis de los Truxillos61. Gonçalo de Sousa et le confesseur du roi, chez qui ces questions avaient déjà été discutées62, s’opposent à ce que le Conselho da Fazenda et les gouverneurs du Portugal soient consultés. Ils supposaient en effet qu’en dépit des enquêtes lancées depuis le début du règne, l’administration ordinaire de la justice paralyserait tout effort de réforme :

Il n’est pas utile de [leur communiquer] les informations recueillies par les visites, inspections et enquêtes particulières, publiques ou secrètes, qui ont été réalisées dans les douanes et autres institutions du Royaume qui touchent aux finances de Votre Majesté, sur lesquelles portent les avertissements et mises au point qu’il [Gonçalo de Sousa] a livrés, et en informer le Royaume ne servira qu’à tout faire oublier sans que soit prise la moindre résolution et, en effet, la junta se terminera et sera dissoute en sorte que ceux qui souhaitent que rien ne soit réglé l’emporteront.

  • 63 BA, 51 VI 33, f° 38, Reposta do governo ao contador mor (3o avril 1630).

13Il est recommandé au roi d’éviter le « grand circuit », c’est-à-dire la procédure ordinaire passant par les gouverneurs du Royaume et le Conselho da Fazenda, d’autant que cela reviendrait à s’informer des délits auprès des délinquants eux-mêmes ! Après une longue discussion sur les diverses rentes de la Couronne traditionnellement gérées par les institutions portugaises, Gonçalo de Sousa, en bon donneur d’avis, demande pour lui-même rien moins que la surintendance des rentes des douanes et du contrat sur le bois de brésil. Il n’eût pas été raisonnable d’accéder à ce désir. Il devient néanmoins contador-mor des rentes de la Couronne, poste à partir duquel il put émettre (ou vendre) d’autres avis sur les finances royales. Comme il l’avait expliqué au roi, le Conselho da Fazenda refusait systématiquement que les méthodes de recouvrement des sommes dues aux finances fussent extraordinaires. Lorsqu’en 1630 Gonçalo de Sousa, après avoir établi une liste des débiteurs frauduleux, demanda que des juges itinérants fussent envoyés à travers tout le Royaume, le Conselho, appuyé par le gouverneur du Portugal Diogo de Castro, s’y opposa fermement63.

III. — La fiscalité royale dans la couronne de Portugal

14Chronologie des demandes royales. — Typologie des impositions.

Chronologie des demandes royales

  • 64 Antnio Manuel Hespanha, As Vésperas do Leviathan (2 vol.), Lisbonne, 1986, pp. 163-221 ; Id., « Po (...)
  • 65 AHN, Estado, lib. 737, fos 423-431, Consulta del Consejo de Estado (9 mai 1624).

15Pour comprendre le sens des décisions prises par Olivares et ses agents portugais en matière financière, il est nécessaire de fixer un certain nombre de données essentielles. Nous tirons l’essentiel de notre information des études qu’António Manuel Hespanha a consacrées à la question des finances royales au xviie siècle64. Encore faut-il ne pas accorder un trop grand crédit aux sources dont nous disposons, c’est-à-dire des mémoires génériques de recettes exprimées en masse. En 1624 le Comte-Duc constatait amèrement qu’il n’y avait pas moyen de se faire une idée, même grossière, de la situation des finances portugaises, en dépit des promesses de clarification faites par les états réunis en Cortes en 161965.

  • 66 José Ignacio Fortea Ρérez, Monarquía y Cortes en la corona de Castilla. Las ciudades y la política (...)
  • 67 Trois Maisons : il s’agit d’un tribunal de commerce dont les sources ne précisent pas les attributi (...)

16La sisa, impôt sur les transactions, donne lieu à un prélèvement annuel dont le montant fut fixé au milieu du xvie siècle et, contrairement à ce qui se produisit en Castille sous Philippe II avec les alcabalas66, ne changea pratiquement pas jusqu’à la fin du siècle suivant. Les municipalités recevaient de leurs administrés bien plus qu’elles ne reversaient au roi. Ce sont ces restes (sobejos) qui excitent la convoitise de l’équipe d’Olivares. À Lisbonne, les sisas ne faisaient pas l’objet d’un versement comme les autres impôts, mais étaient directement perçues par les différents marchés administrés, les Sept Maisons (fruits, viandes, bois, vins, poissons, Trois Maisons67, transports). Les douanes (alfandêgas) devaient prélever un dixième de la valeur des produits commercialisés. Il existait aussi des douanes terrestres (portos secos) entre le Portugal et la Castille, supprimées par Philippe II au début de son règne portugais puis rétablies en 1593. Le tiers des impôts municipaux était versé au roi pour assurer la défense des terres. Des décimes pesaient sur les pêcheries de sardines et de thons. Le consulado, impôt de 3 % sur la valeur des marchandises transitant par les ports, fut établi avec le consentement des négociants pour financer une flottille chargée de nettoyer les côtes des corsaires et pirates qui les infestaient. La Couronne administrait en régie certains monopoles, comme ceux du bois de brésil et du poivre des Indes. Au début du règne de Philippe IV, l’addition des revenus des douanes, du consulado, des Sept Maisons (Siete Casas) de Lisbonne et de la Maison des Indes (Casa da India) représente près de 64 °/o des revenus totaux de la Couronne. Comparativement, les territoires et villes de l’intérieur du Royaume connaissaient donc une pression fiscale assez modérée.

17L’administration des revenus de la Couronne s’effectuait rarement de façon directe : les rentrées étaient confiées à des fermiers (arrendadores) ; en outre, les rois portugais avaient pris l’habitude de vendre des titres de la dette assignés sur ces rentrées (juros). L’urgence financière poussa à l’aliénation progressive des rentes propres du domaine royal ainsi que des revenus de la Couronne. C’est pourquoi, périodiquement, comme ce fut le cas à l’époque d’Olivares, des plans financiers de rachat et d’amortissement du volume des aliénations virent le jour, sans jamais parvenir à assainir la situation. Les titres de la dette pouvaient être déplacés d’assignation en assignation, selon que tel ou tel revenu de la Couronne semblait grevé de plus de rentes qu’il n’assurait de revenus. La faveur du roi s’exprimait aussi par la concession d’assignations de bonne qualité ou par la distribution de pensions (tenças). Les juros, qui constituaient une anomalie financière en ce qu’ils semblaient légaliser une forme de prêt à intérêt, appartenaient au domaine de l’extraordinaire. C’était également le cas des demandes de dons gratuits ou de services faites par les rois, lorsqu’elles étaient formulées en dehors du cadre traditionnel des Cortes. Cette pratique se multiplie précisément pendant les quarante premières années du xviie siècle, mais elle n’est pas spécifiquement l’œuvre d’Olivares. En revanche, la recherche conjointe de l’apuration de la dette consolidée et d’un revenu régulier d’un million de cruçados annuel, connue sous le nom d’établissement d’une renda fixa (« revenu fixe »), est caractéristique de l’action politique du Comte-Duc au Portugal.

  • 68 Santiago de Luxán Meléndez, « El control de la hacienda portuguesa desde el poder central : la Junt (...)

18Les difficultés financières liées aux aliénations répétées des rentes de la Couronne s’étaient déjà manifestées sous le règne de Philippe III. Une junta de finances fut créée à Madrid en 1602, sous la direction de Luís de Figueiredo Falcão, pour traiter de la question des rentes aliénées68. Mais le règne suivant, marqué par la reprise des hostilités avec la Hollande, voit les difficultés s’amonceler. Les conquêtes hollandaises puis anglaises, dans l’océan Indien puis au Brésil, affectent les revenus liés aux monopoles d’outre-mer. En outre, la politique de blocus économique essayée par Olivares nuit aux échanges réalisés sur les places portugaises. Or, dans le même temps, les nécessités de financement des armées croissent considérablement. Les fermiers des rentes royales, voyant que les titres de la dette s’effondraient, les rachetaient massivement et payaient le roi avec ce papier fortement dévalué, de sorte que les nouvelles émissions de titres ne trouvaient pas acheteur et que les anciennes venaient gonfler la trésorerie du roi.

19Une chronologie succincte des demandes de services et emprunts formulées par la Couronne, que nous empruntons à Antonio Manuel Hespanha, fixe le cadre :

1622

200.000 cruçados demandés aux hommes d’affaires pour la défense de l’Inde.

1623

200.000 cruçados demandés à la câmara de Lisbonne. L’Église promet 230.000 cruçados, payés en 1632.

1624

Don gratuit de 235.000 cruçados par les villes.

1627

Achat massif de juros par les hommes d’affaires de la « nation » et prêts.

1628

La câmara de Lisbonne accepte de verser 200.000 cruçados sur six ans. Les villes participent au don.

1629

Le royaume de Portugal doit lever un tercio pour la guerre des Flandres. Les hommes d’affaire de la « nation » achètent pour 250.000 cruçados le droit de sortir du Royaume.

1630

Mise en vente de juros de la ville de Lisbonne. Impôt sur les mille négociants les plus riches, rétentions d’un cinquième du montant des pensions, des rentes et des revenus des biens de la Couronne.

1631

Établissement du monopole royal sur le commerce du sel. Projet d’une renda fixa d’un million de cruçados par an.

1632

Nouveau don pour le secours des Indes. Mise en place de la media annata des salaires et pensions.

1634

40.000 cruçados versés par l’Église pour le secours du Brésil. Rétention du quart des salaires, pensions et rentes. Extension du real d’agoa et affectation du quart de l’abonnement des sisas pour l’amortissement des titres de la dette. Prorogation du don de 1628 pour le secours de l’Inde.

1635

Demande de don à toutes les villes et à l’Église.

1636

Demande de levée de 4.000 soldats.

1637

Rétention d’un deuxième quart des pensions et rentes et d’un quart des revenus des biens de la Couronne. Échec de l’introduction du papier timbré.

1639

Demande d’une levée de 6.000 soldats pour le front catalan. Rétention d’un troisième quart des pensions et salaires.

Typologie des impositions

20Il convient de souligner que les emprunts forcés auprès des négociants, les dons gratuits sollicités auprès de l’Église, les demandes de services aux villes et la mobilisation de la noblesse s’opèrent sans recourir à la réunion des Carter. Mais ces initiatives relèvent malgré tout de la négociation contractuelle entre la Couronne et telle ou telle corporation du Royaume. En revanche, les plans visant à établir une renda fixa, la création d’un monopole sur le sel, l’application de l’annate aux offices laïques et la rétention d’une partie des revenus des rentes, salaires et pensions s’inscrivent dans une logique unilatérale et débouchent sur une situation conflictuelle. Pour la clarté de l’exposé, il semble nécessaire de proposer une typologie synthétique des ponctions fiscales, qui n’est jamais explicite dans la documentation de l’époque mais nous permet de discerner les enjeux des différents conflits que suscite la recherche de revenus fiscaux. Du point du vue juridictionnel et politique, on peut distinguer trois types d’impôts :

  1. Ceux qui relèvent de la Couronne, c’est-à-dire du patrimoine royal, de ses regalías et de son droit de grâce. Deux innovations de taille entrent dans cette catégorie : la régie sur le sel et la perception d’un droit sur les offices attribués par le roi. La volonté de récupérer un volume énorme de rentes de la Couronne usurpées relève également du fisc de la Couronne. Or, comme nous le verrons, le magistrat suprême en matière domaniale, c’est-à-dire le Procuradorda Coroa Thomé Pinheiro da Veiga, travaille activement à la restitution des aliénations illégales mais s’oppose avec la dernière énergie à l’application d’une annate sur les charges et des offices ;

  2. Ceux qui relèvent du Royaume, c’est-à-dire de la fiscalité pesant directement sur les sujets. Les dons gratuits (donativos, servicios), les emprunts forcés (emprestimos) et la rétention d’une partie des salaires en constituent le premier volet. L’alourdissement de la ponction effectuée au titre de l’impôt sur les transactions (cabeção das sisas), la conversion de l’impôt municipal exceptionnel sur la viande et le vin (real d’agoa) en prélèvement annuel et automatique et le projet d’une capitation universelle établie sur la base d’inventaires des patrimoines (inventarios) viennent les renforcer à partir des années 1634-1635. En théorie, aucune de ces initiatives fiscales ne devait être prise sans le consentement du Royaume réuni en Cortes. Les levées et le logement de troupes affectent également la juridiction du Royaume ;

  3. Ceux qui relèvent de la monarchie hispanique, cette instance sans juridiction réellement définie — puisque c’est précisément à cela qu’aspire pour l’avenir le programme d’Unión de Armas— sont à mettre en relation avec le fait que la défense du Portugal s’effectue aux frais non pas de ce seul pays, mais bien de l’ensemble de la Monarchie. Il s’agit des dispositifs de financement des troupes par l’application d’une politique de répression de la contrebande et par l’institution d’une taxe frappant les exportations de sel à destination de l’Europe, notamment de la Hollande, et acquittée par les marchands étrangers. Ces ressources ne pèsent donc pas sur les sujets, mais leur perception nuit à la fluidité du commerce portugais et entraîne de vives réactions. L’étude de ces dispositifs constituera le cœur de la troisième partie de notre étude.

21Enfin, pour mieux comprendre le mécanisme de traduction de la tension fiscale en conflit politique, il est nécessaire de tenir compte de deux paramètres communs au Portugal et au reste de la monarchie hispanique sous Olivares. D’une part, la chasse aux ressources entraîne la création d’institutions nouvelles, inacceptables par leur caractère discrétionnaire et informel. D’autre part, la formulation officielle d’un projet politique comme celui de l’établissement d’un impôt fixe (renda fixa) annuel, fidèle écho de l’esprit du programme d’Unión de Armas formulé par Olivares, facilite la visibilité politique et la lisibilité idéologique des tentatives de réforme : avec elle, on passe de la politique arbitrale du roi à la politique volontaire du favori.

IV. — L’irruption de Diogo Soares

Dans l’ombre du marquis de Castelo Rodrigo

  • 69 ACΒ, Variorum, vol. XXV, Relacion sumaria y por mayor de las culpas que los enemigos del secretario (...)
  • 70 ACB, Variorum, vol. XXV, Décision du 25 mai 1630.

22Au temps d’Olivares, la politique d’extraordinaire fiscal au Portugal est symbolisée par la personne du secrétaire Diogo Soares69. Fils aîné de João Alvares Soares, chevalier de l’ordre du Christ et secrétaire du Conselho da Fazenda, ce personnage, après avoir servi vingt-sept ans en Inde et avoir assisté le Veedor da fazenda (« conseiller des finances ») Luís de Ataide, devint finalement secrétaire au Conseil de Portugal. Diogo Soares reçoit tout d’abord la future succession au secrétariat des Finances détenu par son père ; puis, sur la route des Indes, un naufrage l’oblige à servira São jorge da Mina et São Tomé ; en 1609, il occupe la charge des son père au Conselho da Fazenda, qu’il exercera jusqu’en 1631. Sous le règne de Philippe III, il est chargé de plusieurs missions, il assiste à des juntas ponctuelles et Diego de Silva, vice-roi et marquis d’Alenquer, l’invite à formuler des propositions pour l’amélioration des recettes. Le 4 janvier 1624, Diogo de Castro et Diogo de Silva, les comtes de Basto et de Portalegre, tous deux gouverneurs du Royaume, le chargent de rédiger des ordonnances pour la Casa da India. À partir de 1626, il gère l’armement des flottes d’outre-mer. Le 7 septembre 1628, Afonso Furtado de Mendoça, archevêque de Lisbonne et gouverneur du Royaume, lui demande d’assister à plein temps le marquis de Castelo Rodrigo, Manuel de Moura, dans sa mission de financement de la flotte destinée à rejoindre les Indes orientales. Deux ans plus tard, Castelo Rodrigo prend de nouveau Soares à son service pour assurer le financement de la flotte du Brésil70.

  • 71 AGS, SP, lib. 1521, f° 1, Carta Regia (31 mai 1628).
  • 72 JJAS, Capitulos da Instrucção dada ao marquês de Castello Rodrigo 31 mai 1628). Le document se trou (...)
  • 73 AGS, SΡ, lib. 1521, doc. 41, Consulta del Consejo de Portugal (17 février 1630).
  • 74 AGS, SΡ, lib. 1521, doc. 16, Consulta del Consejo de Portugal (17 septembre 1628).
  • 75 AGS, SP, lib. 1521, doc. 55, Consulta del Consejo de Portugal (1er juin 1630).
  • 76 EFO, III, pp. 295 sq., Accordo da vereação de 5 de outoubro de 1628.
  • 77 La répression de la contrebande est étudiée au chapitre vii (pp. 285-327).
  • 78 ΒΡΕ, cód. CIII/2-14, fos 165 sq., Parecer da Câmara de Lisboa.

23L’étape de collaboration avec le marquis de Castelo Rodrigo est fondamentale. Celui-ci avait été envoyé au Portugal en mai 162871, doté d’importants pouvoirs juridictionnels72 et avec la mission d’accélérer le financement de la flotte indienne de cette année. Il n’était cependant pas mandaté pour faire lever d’emblée de nouvelles impositions, mais pour améliorer le fonctionnement des juridictions financières de la Couronne et du Royaume et pour négocier, avec les villes et les marchands, les conditions de souscription à de nouveaux emprunts. Pour leur part, les magistrats João de Frias Salazar et Fernão Cabral et le secrétaire Francisco de Lucena étaient chargés d’obtenir des municipalités le montant des servicios jamais acquittés73. C’est alors que Diogo Soares fut placé au service du marquis de Castelo Rodrigo, tant pour le financement de la flotte indienne de 162874 que pour celui de la flotte du Brésil en 163075. La première ville à répondre fut Lisbonne, qui promit de verser deux cent mille cruçados en six ans sous forme d’un real d’agoa (taxe sur le vin et la viande) supplémentaire et en échange de toute une série de concessions76. Ces dernières touchaient au cœur du dispositif castillan au Portugal : abolition de la répression de la contrebande hollandaise77, démantèlement des présides militaires, confiscation des biens de la Couronne donnés à des personnes non natives du Royaume78.

  • 79 António de Oliveira, « Contestação fiscal de 1629 : as reacçôes de Lamego e Porto », Revista das Hi (...)

24Il faut tenir compte du fait que ces négociations se déroulaient parallèlement à toute une série de mesures qui ne relevaient pas exactement de la fiscalité du Royaume : l’application sévère de la politique de répression de la contrebande, la mise en place de la taxe sur l’exportation du sel et l’extorsion pratiquée sur les banquiers nouveaux-chrétiens datent de 1627 et 1628. En outre, les villes et les seigneurs du Royaume étaient invités à lever une troupe de quatorze mille hommes, au titre de leur participation militaire dans le cadre théorique de l’Uníon de Armas. Dans ce contexte tendu, plusieurs révoltes urbaines éclatent, notamment à Porto, contre le secrétaire Francisco de Lucena, ainsi qu’à Lamego79. Depuis Lisbonne, Manuel de Moura et Diogo Soares lancent des enquêtes sur les événements et forcent les municipalités à participer au financement des flottes au cours de l’année 1630.

Dans la conjoncture réformatrice

  • 80 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Memorial de Diego Suárez, point 3.
  • 81 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Memorial de Diego Suárez, point 14.
  • 82 AGS, SP, lib. 1477, fos 1-8, Consulta de la Junta del Aposento (14 juin 1631).
  • 83 JJAS, Carta Regia (19 septembre 1631) ; ANTT, Chancellaria de Filipe III, 25/66, Título de secretar (...)
  • 84 AGS, SP, lib. 1525, fos 32-33, Decreto (19 septembre 1631).

25Soares est donc rien moins qu’un homme nouveau. Sa venue à Madrid, au Conseil de Portugal, était redoutée par les rivaux du marquis de Castelo Rodrigo, notamment par le duc de Villahermosa80. Dans son mémoire autobiographique, Diogo Soares inverse la perspective adoptée par ses adversaires : sa fonction aurait moins consisté à bombarder la Cour d’arbitrios pervers que de juger de la cohérence financière de ceux que d’autres Portugais essayaient de placer sous les yeux du Comte-Duc81. Le programme de renda fixa fut présenté par Diogo Soares le 14 juin 163182. Le secrétaire des Finances faisait ainsi irruption dans la politique portugaise de la Cour. Trois mois plus tard, il devenait secrétaire d’État du Portugal, ce qui signifie qu’il reçut une des deux charges de secrétaire du Conseil de Portugal83. Une réforme du secrétariat était même réalisée à son profit84 : tous les livres comptables portugais passeraient désormais sous sa responsabilité.

  • 85 Voir infra le chapitre iv, pp. 175-176, et l’épilogue « Les deux morts de Diogo Soares », (pp. 241- (...)
  • 86 ACΒ, Variorum, vol. XXV, Relacion de las imposiciones que se ban puesto en Portugal y del tiempo y (...)
  • 87 AGS, SP, 1582, f° 25, Consulta de lajunta del Confesor (3 mars 1629).
  • 88 Voir infra les chap. vii (p. 287) et VIII (pp. 331 sqq.).
  • 89 Voir p. 160 sqq.
  • 90 BNM, ms. 9379, f° 166, Carta del conde-duque al duque de Villahermosa (23 janvier 1626).
  • 91 BNM, ms. 2848, s, d., Consulta del Consejo de Portugal (24 juillet 1626).

26Le projet dont il était porteur consistait à assurer un revenu fixe d’un million de cruçados par an au Portugal. Après la Restauração, lorsque son action passée lui valut une inspection en règle85, Diogo Soares présenta un bilan des initiatives fiscales de la période qui offre un éclairage distinct de la version qu’en a transmise la tradition autonomiste86. Dès son arrivée à Madrid, Diogo Soares se serait opposé au duc de Villahermosa, qui prétendait que la couronne de Portugal ne disposait plus de revenus permettant de financer la flotte de secours destinée au Brésil. Le secrétaire aux Finances démontra qu’il avait su identifier huit cents mille cruçados de dettes et d’aliénations abusives dues à la Couronne, sur un total estimé à quelque six millions87. Il suggéra alors de créer une junta de Pernambuco à Madrid pour traiter de ces questions et de la soustraire à l’influence du duc de Villahermosa. En outre, il proposa à Olivares de négocier avec le Royaume un impôt annuel de cinq cent mille cruçados. Dans la défense qu’il présenta après 1640, Diogo Soares insista sur la chronologie des événements, montrant que plusieurs des impôts honnis avaient été mis en place avant son accession au secrétariat d’État. C’est le cas du contrabando, de l’extracção do sal88 et des medias annatas89. La proposition du comte de Portalegre du 6 juillet 1626 sur la vente massive de juros est présentée par Diogo Soares comme une entreprise visant à liquider le patrimoine de la Couronne. D’autre part, c’est le comte de Castelo Novo qui formula, le 3 mars de la même année, le projet d’étendre à l’huile l’impôt du real d’agoa, qui jusqu’alors frappait seulement la viande et les vins. Il est à noter que le premier de ces deux personnages est tenu par la tradition autonomiste comme un des principaux opposants à Olivares et Diogo Soares, et que le second est une figure de proue de l’aristocratie restaurationniste de 1640-1641. Le secrétaire d’État prétend même que, lors de son séjour à la Cour90, Jorge de Mascarenhas présenta tant d’arbitrios financiers, dans l’espoir de recevoir en échange le titre de comte de Salvatierra91, que l’archevêque de Lisbonne, gouverneur du Royaume, le fit rappeler au Portugal où il le jugeait moins nuisible. En outre, Diogo Soares évoque des lettres du roi, datant d’avril et mai 1629, de juin 1630 puis du début de septembre 1631, sur le projet de renda fixa d’un million de cruçados annuels.

  • 92 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 105, Consulta da Junta da Fazenda (26 août 1631) ; JJAS, Carta (...)
  • 93 BL Add., 28429, f° 3, Carta del Rey al conde de Basto (22 juillet 1631).

27Soares décrit ainsi le dispositif arrêté le 21 mai 1631 : emprunt forcé de cinq cent mille cruçados auprès des personnes fortunées92, soustraction d’un cinquième du capital des juros viagers, des juros perpétuels et des biens de la Couronne. Ces mesures ont été adoptées par le Conseil de Portugal et rédigées par le secrétaire Gabriel de Almeida de Vasconcelos avant l’entrée en fonction de Diogo Soares. Elles auraient même provoqué le retrait des affaires du comte de Basto et obligé le Comte-Duc à désigner Antόnio de Ataide, comte de Castro Daire, et Nunο de Mendoça, comte de Valldereis, comme gouverneurs du Royaume93. Tout l’argument du nouveau secrétaire repose sur l’antériorité de certaines mesures fiscales par rapport à la date de sa prise de fonctions. C’est bien entendu jouer sur les mots, car l’homme qui fut secrétaire du Conselho da Fazenda à partir de 1609 et servit d’acolyte à Manuel de Moura lors de la campagne financière de 1628 ne pouvait être innocent de toutes les décisions prises avant sa nomination au secrétariat d’État. Reste que la présentation à Madrid de recettes fisco-financière plus ou moins crédibles, plus ou moins extraordinaires, plus ou moins scandaleuses, était la chose du monde la mieux partagée parmi les hommes qui souhaitaient obtenir charges et fonctions à la Cour ou à Lisbonne, y compris parmi ceux que la tradition restaurationniste s’annexera dès 1641. Ainsi, non seulement les propositions du secrétaire d’État répondent exactement au désir formulé par le roi lui-même, mais encore elles se situent dans la continuité de la recherche de ressources fiscales et financières menée par des membres irréprochables de l’aristocratie portugaise.

La Junta da Fazenda

  • 94 António de Oliveira, « Ο atentado contra Miguel de Vasconcelos em 1634 », O Imtituto, CXL-CXLI, 198 (...)
  • 95 BNM, ms. 9379, ° 171, Carta del conde-duque al duque de Villahermosa (1er mars 1626).
  • 96 AGS, SP, lib. 1477, f° 8, Consulta del Consejo de Portugal (20 juin 1631) ; BNL, FG, cód. 9169, f° (...)
  • 97 BL Add., 20949, fos 334-338, Regimento da Junta da Fazenda (22 juin 1631).

28À son arrivée à Madrid, Diogo Soares recommande de créer à Lisbonne une Junta da Fazenda94 (« commission des finances »), comme cela avait déjà été le cas sous Philippe III. La présidence de cette institution est confiée au comte de Castelo Novo, Jorge de Mascarenhas, dont Olivares disait des merveilles et qui cumule alors les fonctions de président de la câmara de Lisbonne et de l’éphémère Compagnie portugaise des Indes orientales95. La diversité des tâches force Castelo Novo à se décharger essentiellement sur le secrétaire de la Junta, Miguel de Vasconcelos e Brito, beau-frère de Diogo Soares96. Les autres membres de l’équipe sont tous des magistrats déjà chargés de commissions d’inspection de finances particulièrement épineuses et dont nous avons déjà mentionné les noms : Cid de Almeida, João Pinheiro, Francisco Leitão et le Castillan Tomás de Ibio Calderón. Les deux premiers sont magistrats de la Casa da Supplicação, et c’est leur charge juridictionnelle qui leur permet de connaître des affaires relatives aux aliénations frauduleuses car, par elle-même, la Junta ne dispose d’aucune juridiction contentieuse97. Le 24 août 1631, Diogo de Castro, qui s’est retiré du gouvernement, s’oppose à cette création car il y voit un coin placé dans le système des familles qui s’étaient succédé au gouvernement depuis 1621 :

Ce fut là le premier motif de la haine, de l’envie et de l’émulation contre moi et mon beau-frère et contre ceux qu’on a dit complices de cette affaire. Cela venait du sentiment que les magistrats et hautes personnalités de ce Royaume éprouvèrent en voyant qu’on portait atteinte à la souveraineté avec laquelle ils avaient exercé leurs offices,

  • 98 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d. [Plaidoyer de Diogo Soares], point 1.

29rapporte Diogo Soares98. João Sanches de Baena, membre du Conselho da Fazenda, manifeste d’emblée son hostilité au principe de la Junta da Fazenda.

  • 99 BA, 51 X 1, f° 234, Carta do governo (1er novembre 1631).
  • 100 ΒΑ, 51 Χ 1, f° 247, Parecer dos governadores (14 octobre 1631).
  • 101 BPE, cód. CIII/2-14, f° 165, Acordos da Câmara de Selorique (20 octobre 1629), [pamphlet].
  • 102 ANTT, Manuscritos de Nossa Senhora da Graça de Lisboa, 5/III, f° 117, Consulta do Desembargo do Paç (...)
  • 103 ANTT, Corpo Cronologico, II/369, doc. 79, Parecer de Thomé Pinheiro da Veiga (17 septembre 1636).
  • 104 ΒΡΕ, cód. CIII/2-21 ; BNM, ms. 2373, fos 271-348, Recopilada naração dos principios da rebelião de (...)
  • 105 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1631, f° 252, Parecer dos Senhores Governadores (...)
  • 106 AGS, SP, lib. 1582, f° 208, Consulta de la Junta del Confesor (6 juin 1630).
  • 107 Β A, 51 VI 33, fos 157-158, Carta Regia (22 décembre 1634).

30Tout au long de la période, il sera l’adversaire le plus constant des projets financiers de Soares99. Il n’acceptera jamais de recevoir des ordres de la Junta, mais seulement du gouvernement100. Les membres de la Junta étaient chargés de déterminer quels biens et revenus de la Couronne injustement aliénés il fallait réintégrer au patrimoine du roi. En un sens, ils répondent ainsi à une vieille revendication des villes — et notamment de Lisbonne —, qui vilipendaient régulièrement les pensions excessives distribuées notamment à des natifs de Castille101, tels Leonor Pimentel, son époux Diego de Silva marquis d’Alenquer, le duc de Lerma102, le marquis d’Ayamonte103 voire le duc de Villahermosa, comte de Ficalho (selon son titre portugais104). En 1625, les gouverneurs du Royaume avaient eux-mêmes envoyé au roi un éloge de Thomé Pinheiro da Veiga, Procurador da Coroa, qui était le magistrat suprême en matière de justice domaniale105. Ils insistaient sur le fait que sa fonction consistait à débarrasser les biens de la Couronne des donataires qui usurpaient certaines rentes, notamment les non-naturels. Cette intervention en faveur de Thomé Pinheiro da Veiga apparaît aussi comme une réponse à la désignation surprenante du Castillan Tomás de Ibio Calderón comme inspecteur des usurpations de terres du domaine106. Finalement, les corregedores furent seuls habilités à enquêter, sous l’autorité du Desembargo do Paço107.

  • 108 BL Add., 20949, fos 334-338, Regimento da Junta da Fazenda (22 juin 1631).
  • 109 AGS, SP, lib. 1477, f° 8, Consulta del Consejo de Portugal (20 juin 1631).
  • 110 AGS, SΡ, lib. 1477, f° 32, Carta de la Junta da Fazenda a la Junta de Pernambuco (7 août 1631).

31D’après le règlement rédigé par Manuel Pereira et Diogo Soares108, les objectifs stratégiques de la Junta da Fazenda sont précis et limités. Il s’agit de financer une escadre, qui nettoierait les côtes des pirates et corsaires qui les infestaient, et une flotte pour libérer Olinda et Recife, au Brésil. Ce lien fondamental avec le financement des armadas est sanctionné par le fait que le trésorier de la Junta doit être également celui de l’administration de l’armement des flottes. En principe, cette disposition garantit que les sommes recueillies seront employées à l’usage qui leur est destiné, mais elle ouvre la porte à la désignation d’un trésorier castillan, puisque les administrations des flottes portugaise et castillane fusionnent. En outre, cette année-là, l’armement de la flotte est précisément confié à Jorge de Mascarenhas et à l’inspecteur (veedor) castillan Tomás de Ibio Calderón109. Les livres comptables où sont consignés les achats de fournitures sont conservés par la Junta, qui reçoit du même coup la surintendance des magasins du port de Lisbonne. Le président de la Junta da Fazenda détient les mêmes pouvoirs que les veedores da fazenda, magistrats supérieurs en matière financière. Les consultas de la Junta n’ont pas à être soumises au gouverneur du Royaume — en l’occurrence Diogo de Castro, qui n’est pas un fervent partisan de l’extraordinaire fiscal —, mais seront directement adressées au secrétaire d’État Diogo Soares : désormais, la correspondance institutionnelle échangée par Soares et Vasconcelos devient un axe discret mais essentiel de la vie politique luso-castillane. Les membres de la Junta peuvent déléguer hors de Lisbonne des commissaires, mais ceux-ci n’ont pas qualité de magistrats. Toutes les causes doivent être déférées soit à la Casa da Supplicação pour les particuliers, soit au Desembargo do Paço lorsque ce sont des magistrats qui sont mis en cause. Autrement dit, les institutions les plus directement affectées par le dispositif de la Junta da Fazenda sont les douanes et le gouvernement, c’est-à-dire des institutions dont la dignité juridictionnelle n’est pas aussi éminente que celle des grands tribunaux de la polysynodie. Francisco Leitão reçoit pour mission de percevoir les arriérés des paiements dus par les villes au titre du don gratuit en cours de perception (celui de 1628) ; Cid de Almeida doit obtenir de la Chancellerie qu’elle débloque le produit des taxes qu’elle prélève sur tous les actes110. La Junta semble donc fonctionner comme un ensemble coordonné de commissions spécifiques, en aucun cas comme un tribunal de finances.

Limites juridictionnelles de la junta da fazenda

32Très vite, les membres de la Junta da Fazenda aspirent à un fonctionnement plus systématique :

  • 111 AGS, SP, lib. 1477, f° 47, Carta de la Junta da Fazenda a la Junta de Pernambuco (31 août 1631).

Votre Majesté a fait établir [cette Junta] afin de pourvoir au secours du Brésil, et la principale source d’où il faut sortir l’argent à cet effet, ce sont les dettes dues aux finances de Votre Majesté, qui n’ont pas été perçues par abandon et négligence des tribunaux et magistrats concernés. Et, comme la Junta est informée que, par la faute de quelques officiers, une part considérable des finances est détournée et que ceux-ci retiennent de grandes quantités d’argent des finances royales, et comme la Junta commence à travailler à la perception et exécution des finances, elle redoute les empêchements que lui opposeront certains tribunaux et officiers, qui inspirent peu confiance parce qu’ils ont commis des fautes et des erreurs. Ils doivent être destitués, et la Junta réclame la faculté de pourvoir aux offices qui concernent les finances du roi111.

  • 112 BL Add., 20949, fos 338-340, Instrução da forma em que parece que deve proceder a Junta da Fazenda, (...)
  • 113 Sur la Junta de Pernambuco, voir pp. 152 et 162.
  • 114 ΒΑ, 51 Χ 1, fos 220-221, Consulta do Desembargo do Paço (28 octobre 1631).
  • 115 BL Add., 20949, f° 68, Decreto (1er juillet 1631).
  • 116 ΒA, 51 X 1, f° 271, Carta dos governadores (29 novembre 1631).
  • 117 ΒA, 51 Χ 1, fos 246-247, Consulta da Junta da Fazenda (10 octobre 1631).
  • 118 BNL, FG, cód. 9169, fos 43-44, Consulta da Junta da Fazenda, s. d, [ca. fin 1631].

33Cette demande est rejetée. Si la volonté politique d’opposition aux structures en place est évidente dans la création de la Junta da Fazenda, cette volonté n’obtient pas de traduction juridictionnelle, c’est-à-dire réellement opératoire. La Junta n’empiète en aucune façon sur les juridictions respectives du Desembargo do Paço et des deux Relações. De même, si Jorge de Mascarenhas, qui préside la Junta, est invité à utiliser le réseau des provedores et corregedores (magistrats du roi placés auprès des villes) pour faire pression sur les municipalités, ces officiers demeurent pleinement soumis à la juridiction du Desembargo do Paço112. Lorsque Jorge de Mascarenhas émet le souhait que ses demandes d’argent auprès des municipalités puissent être expédiées directement sans passer par le canal ordinaire de la correspondance du Desembargo do Paço, le Conseil de Portugal, même réuni en Junta de Pernambuco113, le lui refuse. Le commissaire João de Prias Salazar, agissant au nom de la Junta da Fazenda, doit négocier les conditions dans lesquelles celle-ci peut demander des informations au Desembargo do Paço, qui impose sa règle du jeu114. Le roi, ou Olivares sous sa plume, s’alarme de la capacité de nuisance du Desembargo do Paço115. Les magistrats qui composent celui-ci font remarquer qu’il serait paradoxal qu’une simple Junta de commissaires pût suspendre les desembargadores (« conseillers ») qui refuseraient de coopérer avec elle, alors que le vice-roi lui-même n’a pas ce pouvoir sur les juges des Relações, dont la dignité est pourtant inférieure à celle des desembargadores. Pour leur part, les gouverneurs du Royaume estiment que seul le Desembargo do Paço peut assurer le recouvrement de l’emprunt forcé des 500.000 cruçados116. Lorsque l’université de Coimbra promet à João de Frias Salazar, émissaire de la Junta, d’apporter un don gratuit, les commissaires apprennent, non sans amertume, que l’université ne versera la somme promise qu’à la Mesa da Consciência e Ordens, le tribunal supérieur dont elle subit ordinairement la juridiction, et non directement à la Junta117. On voit alors João de Frias Salazar prendre lui-même la tête de la revendication juridictionnelle du Desembargo do Paço et en appeler aux gouverneurs du Royaume118 contre la Junta da Fazenda. Indignés, les autres commissaires de la Junta rappellent en vain que selon l’article 9 du règlement leur président dispose de la même juridiction qu’un conseiller des finances (veedor da fazenda), la plus haute magistrature en matière financière. Les gouverneurs du Royaume prennent alors nettement position en faveur du Desembargo do Paço en recourant à une argumentation traditionnelle :

  • 119 BNL, FG, cód. 9 :69, fos 44-45, Parecer do senhores Governadores (décembre 1631).

Cela ne peut comprendre les magistrats du Desembargo do Paço, puisque ce tribunal est si prééminent que ceux que Votre Majesté fait desembargadores deviennent de ce fait gentilshommes de sa Maison et de son Conseil et qu’ils s’assoient, pendant la tenue des Cortes, au deuxième rang de l’estrade royale119

  • 120 Monteiro-Mor : Grand Veneur.

34On voit ici combien la distinction habituelle entre passé aristocratique et futur légiste de la monarchie est peu opérante. Le groupe des adversaires de la Junta da Fazenda est composé essentiellement de João Sanches de Baena (du Conselho da Fazenda), de João de Frias Salazar (du Desembargo do Paço), de Francisco de Melo, comte d’Assumar et Monteiro-Mor120 et sans doute des gouverneurs du Royaume eux-mêmes.

  • 121 Sur le consulado, voir p. 146.

35Le cinquième point du règlement définit avec précision les impositions que la Junta est chargée d’administrer : il s’agit pour l’essentiel des surplus des douanes du pain, des revenus des terres des ordres militaires, du consulado121, du tiers du don et des impôts de consommation des villes de Porto, Aveiro et Viana et, enfin, des droits sur les sucres de Madère et des Açores. Des sommes considérables, par conséquent, mais pas d’impôts de type nouveau, et sans doute la perception de tributs mal ou pas levés dans des régions périphériques et difficilement contrôlables (Entre-Douro-e-Minho, îles atlantiques). Le caractère extraordinaire de la nouvelle institution n’est donc pas si accusé qu’il semble au premier abord. Aucune instance juridictionnelle n’est créée pour elle.

Junta da Fazenda et renda fixa

  • 122 Luís Augusto Rebello da Silva, História de Portugal nos séculos xvi e xvii, Lisbonne, Imprensa Naci (...)
  • 123 AGS, SP, lib. 1477, f° 8, Consultas del Consejo de Portugal (20 juin 1631).
  • 124 BNL, FG, cód. 9169, f° 38, Consulta [copie], (18 août 1631).
  • 125 AGS, SP, lib. 1477, f° 49, Carta de la Junta da Fazenda a lajunta de Pemambuco (31 août 1631).
  • 126 AGS, SP, lib. 1477, f° 52, Carta de lajunta da Fazenda a la Junta de Pernambuco (15 septembre 1631)
  • 127 EFO, III, pp. 375-378, Carta do conde-presidente a El-Rei (1er octobre 1630).

36Il est important de souligner ici — ce qu’on ne fait guère d’ordinaire — que la Junta da Fazenda n’est pas organisée pour percevoir ce qui, dans le dispositif de la renda fixa, concerne les impositions nouvelles. Mais la simultanéité de la fondation de l’institution et de l’élaboration comptable du projet de revenu fixe entraîne souvent une confusion difficile à éviter122. En effet, au moment même où la Junta se met en place, Diogo Soares dessine le schéma de ce million de cruçados annuels attendus par la monarchie hispanique dans le cadre de la politique d’Unión de Armas123. Et, pour aggraver encore la confusion, Mascarenhas appartient à une autre junta chargée de dresser la liste des personnes fortunées auxquelles on allait appliquer l’emprunt forcé124. Le climat de crispation que connut alors Lisbonne — notamment dans les bureaux de la douane, qui redoutaient toute forme d’enquête sur leur administration des taxes125 —, a facilité le phénomène d’amalgame. En outre, la chasse aux dettes impayées et aux rentes usurpées déclenche une campagne de délation qui favorise l’intolérance aux innovations institutionnelles126. Le 1er octobre 1630, soit neuf mois avant sa désignation comme président de la Junta da Fazenda, Jorge de Mascarenhas, en tant que président de la câmara de Lisbonne, écrivit au roi pour s’opposer à tout projet d’extraordinaire fiscal en dehors des dons accordés pendant l’année 1630. À elle seule, cette lettre suffirait à démontrer que la Junta da Fazenda n’avait pas vocation à être l’instrument d’une révolution fiscale127.

  • 128 JJAS, Carta Regia (28 mai 1631).
  • 129 ANTT, Corpo Cronólogico, I/118, doc. 113, Cartas de Felipe de Mesquita para ο Doctor Baltasar Fialh (...)
  • 130 BNL, FG, cód. 9169, f° 10, Carta do conde de Castelo Novo (20 septembre 1631).
  • 131 Sur la flotte de Fadrique de Toledo en 1631-1632, voir chap. vi, pp. 260 sqq.
  • 132 ANTT, Corpo Cronólogico, I/118, doc. 112, Carta de ElRey a Baltasar Fialho (13 octobre 1631) ; JJAS (...)
  • 133 ANTT, Corpo Cronlogico, II/360, doc. 15, Carta dos condes de Val de Reys e Castro Daire (7 octobre (...)
  • 134 ANTT, Corpo Cronólogico, I/118, doc. III, Carta do conde de Castelo Novo (4 octobre 1631) ; ANTT, C (...)
  • 135 ΒA, 51 II 23, fos 138-139, Carta de ElRey aos Governadores (31 décembre 1631).
  • 136 AGS, SP, lib. 1529, fos 20-21, Carta del Rey a los Gobernadores (1er décembre 1631).
  • 137 BA, 51 X 4, fos 102-104, Consulta da Junta da Fazenda (16 octobre 1632). BA, 51 X 5, fos 173-174, C (...)
  • 138 ANTT, Corpo Cronólogico, II/363, doc. 62, Carta do conde-governador (16 décembre 1632).
  • 139 BA, 51 I 5, fos 173-174, Carta do conde de Basto (16 février 1633).
  • 140 ΒΑ, 31 X 4, f° 26, Junta de Fadrique de Toledo (16 septembre 1633).

37En effet, c’est l’emprunt forcé de 1631 qui constitue la pièce principale des nouvelles mesures envisagées128. Baltasar Fialho, magistrat de la Casa da Supplicação, et Felipe de Mesquita, secrétaire du Conseil d’État de Lisbonne, doivent dresser les listes des prêteurs potentiels129. On voit bien ici que les finances extraordinaires n’échappent pas à l’orbite des tribunaux supérieurs portugais. La désignation de Baltasar Fialho est un camouflet pour Jorge de Mascarenhas, qui n’en voulait pas pour collaborateur130. Au printemps 1631, pour financer la flotte de Fadrique de Toledo131, la Cour lance un emprunt de cinq cent mille cruçados auprès des personnes fortunées132. Contrairement à ce qui s’était produit en 1627, il ne serait pas fait de distinction entre marchands nouveaux-chrétiens et vieux-chrétiens133. Dès la fin de l’année 1631, les villes qui continuaient de payer — de mauvaise grâce — les prélèvements négociés en 1628-1629 s’adressent à Jorge de Mascarenhas pour lui exprimer leurs craintes134. Elles voyaient juste : l’année suivante, en attendant la rentrée de l’emprunt, un second plan de perception d’un million de cruçados voit le jour. La moitié de cette somme proviendrait des rentes de la Couronne et des regalías, l’autre moitié serait le fruit d’une série d’impôts portant sur le Royaume135. Dans le vocabulaire de la correspondance royale, ces deux volets sont désignés comme « desempenbo e renda fixa136 ». Cette deuxième partie, pour l’année 1632, était ainsi répartie : le Royaume (c’est-à-dire les villes) devrait débourser 290.950 cruçados, Lisbonne 109.050 et la noblesse 100.000137. Les familiers de l’Inquisition, personnel laïque supplétif, devaient eux aussi participer au don138. À la fin de l’année, la part de ce don gratuit effectivement recouvrée était infime. Quant au don de la noblesse, les listes de répartition des gentilshommes de chaque district n’étaient alors même pas établies139. En septembre 1633, Fadrique de Toledo constate avec l’amiral Oquendo et Jorge de Mascarenhas que pas un cruçado du don de la noblesse n’est rentré140.

  • 141 BA, 51 I 1, f° 323, Carta dos Governadores (4 octobre 1631).
  • 142 BNL, FG, cód. 9169, f°10, Carta do conde de Castelo Novo (12 décembre 1631).
  • 143 ANTT, Corpo Cronólogico, I/118, doc. 161, Ordens da Junta do Real d’Agoa (27 octobre 1632).
  • 144 BA, 31 II 23, fos 94-98, Rendimento dos direitos reais, tributos, composições dos Reinos de Portuga (...)
  • 145 BNL, FG, cód. 9169, f° 28, Carta do conde de Basto (3 juin 1632).

38Depuis la fin de l’année 1631, la Junta da Fazenda était engorgée par les procédures engagées par les villes contre la répartition de l’emprunt des 500.000 cruçados141 Mascarenhas constatait alors avec désespoir que la flotte de Fadrique de Toledo ne pouvait pas être équipée142. Le refus des villes décide le Comte-Duc et Diogo Soares à demander une systématisation du paiement du real d’agoa, l’impôt sur la viande et le vin143. Faisant l’addition théorique de l’ensemble des ponctions imposées au Portugal, le juge du commun (juiz do povo) de la câmara de Lisbonne démontrait que le petit Portugal était bien plus durement affecté par la fiscalité extraordinaire que l’immense Castille144. Lorsqu’une initiative fiscale tardait à donner des fruits, Olivares et Soares en lançaient donc de nouvelles. La multiplication des « coups » politiques ainsi tentés avait pour inconvénient de discréditer totalement les opérations en cours. C’est ainsi que, quelques mois après sa création, la Junta da Fazenda se trouvait dans l’incapacité de travailler. Un de ses adversaires les plus acharnés n’était autre que Diogo de Castro, ancien gouverneur du Royaume. Il reprochait au programme de Diogo Soares de soumettre les ministres supérieurs, en l’occurrence les gouverneurs, aux magistrats inférieurs, c’est-à-dire Jorge de Mascarenhas145. Dans cette virulente critique, il est impossible de faire la part de la rhétorique de défense des hiérarchies traditionnelles et de la volonté de faire échouer le clan des Mascarenhas dans son programme d’accession au gouvernement du Portugal.

39Ainsi, les innovations politiques et financières attribuées à Diogo Soares ne sont ni si radicales ni si isolées que ne le laisse supposer une historiographie toujours prête à reprendre les motifs politiques tels qu’ils ont été forgés dans la littérature de combat contemporaine de la Restauração.

V. — Vers la crise politique

La media annata et la régie sur le sel

  • 146 AGS, CJH, 678, Carta de Jerónimo Canencia (31 juillet 1632).
  • 147 BA, 51 X 1, f° 46, Carta Regia to septembre 1631 [22 mai 1631] ; JJAS, Carta Regis (30 mai 1631).
  • 148 AGS, CJH, 1739(2), Regimento General de la Media Annata (22 mai 1631).
  • 149 AGS, CJH, 751, Carta de Jerónimo Canencia (26 octobre 1631).
  • 150 Ley Mental : disposition juridique qui fait tomber dans la mouvance du roi les donations royales lo (...)

40La partie du dispositif pesant sur la Couronne — c’est-à-dire sur les droits régaliens de Philippe IV — et ayant pour objectif le rachat des rentes indexées sur les revenus de celle-ci repose sur deux innovations de taille : la media annata et le monopole royal sur le sel. Sur proposition du capitaine Melchor Paez, donneur d’avis établi en Flandres146, la media annata fut adoptée au printemps 1631147, non seulement pour le royaume de Castille mais « pour tous les royaumes et États de cette monarchie148 ». À elle seule, l’extension de cet impôt à l’échelle de l’ensemble des possessions du Roi Catholique constitue une innovation, qui est liée au projet d’Unión de Armai, Il s’agit du prélèvement d’une partie du salaire versé aux officiers du roi et aux bénéficiaires de grâces, pensions et titres de noblesse. Lorsqu’il s’agissait d’un bénéfice viager, le titulaire devrait verser une demi-année de traitement (ou de pension), pour moitié à l’entrée en charge et pour moitié à la fin de la première année d’exercice ou de bénéfice. Les offices et bénéfices temporaires seraient également grevés selon une tarification précise. Les offices légalement vénaux n’échapperaient pas à la règle. Les charges honorifiques, même non accompagnées d’un salaire, seraient également taxées en raison des honneurs et prérogatives qu’elles assuraient à leurs titulaires. Ces dispositions seraient également appliquées aux terres seigneuriales et aux terres des ordres militaires : alors qu’en Castille les grands et les ducs n’acquittent pas la taxe, le magistrat portugais Mendo da Mota suggère que les ducs portugais, qui sont gratifiés d’une pension de six cent mille reis par an, y soient soumis149. Ce letrado établit alors une tarification complète des titres de noblesse portugais. La transmission des titres est tarifée, ainsi que celle des grâces (mercês) et celle du bénéfice d’exemption de la Ley Mental150. Ces dispositions entraînaient une élucidation de l’échange monétaire initial par lequel les titres avaient été créés ou transmis, alors que toute la culture politique nobiliaire tendait à forger la fiction de la gratuité des concessions royales et à faciliter l’oubli des origines.

  • 151 Cartas de Sua Magestade em declaraçam das meat annatas, Lisbonne, António Alvares, 1632.

41Dans la mesure où cette taxe nouvelle concerne un grand nombre de personnalités, et notamment des privilégiés, l’ensemble des dispositions fait l’objet à Lisbonne d’une publication imprimée151. Dans ce texte est reproduite la déclaration d’intention signée par le roi :

[En raison de] la grande obscurité avec laquelle sont décidées les consultations, le peu d’information dont on dispose à la Cour sur la question des offices qui sont attribués et sur l’exercice de chacun d’eux, alors qu’il faudrait en avoir une connaissance précise et détaillée pour la direction et la résolution d’une chose si importante, et afin qu’il existe un registre vivant et perpétuel qui serve de référence non seulement à ma Cour mais aussi dans mon Conseil, il m’a semblé nécessaire d’ordonner qu’on m’envoie au plus vite un mémoire, certifié feuille à feuille, de tous les offices et magistratures ordinaires et extraordinaires qui sont promus dans toutes les professions [p. 1].

  • 152 AGS, CJH, 751, Carta de Diogo Soares a Jerónimo Canencia, s. d. [automne 1631].
  • 153 AGS, SP, lib. 1583, f°31, Consulta de la Junta de Pernambuco (1er novembre 1631).

42On voit bien comment l’opération combine l’enquête sur l’état des offices, proche d’une visita générale, et l’objectif financier. De fait, c’est en 1629 que le roi avait demandé aux magistrats portugais de dresser cette liste, soit deux ans avant que l’impôt ne fût lancé (p. 4). Bien que la liste n’ait jamais été établie, la media annata s’applique au Portugal à partir du 22 mai 1631 (p. 6). Les nominations et mercês accordées par le Conseil de Portugal sont soumises à une media annata payable à Madrid ; c’est pourquoi le Desembargo do Paço doit nommer un commissaire chargé de correspondre sur cette matière avec le conseiller Mendo da Mota (p. 7). Un tarif pour l’ensemble des titres et successions nobiliaires est établi (p. 9). Diogo Soares, désormais installé à la Cour, informe un de ses correspondants, un certain Jerónimo Canencia, des difficultés rencontrées au Portugal dans l’application du nouveau tarif152, qui se heurte aux nombreuses restrictions que lui opposent les magistrats du Desembargo do Paço. Ceux-ci refusent en effet de considérer que les changements de position intervenus dans le cadre de la dignité de desembargador — comme le passage du statut de surnuméraire (extravagante) à celui de titulaire ou encore de magistrat de Porto à magistrat de Lisbonne — puissent faire l’objet d’une taxation. Diogo Soares exige, pour sa part, que toutes ces améliorations de statuts (mejoras) soient soumises à l’impôt. Pour souligner encore l’injure faite aux letrados portugais, le secrétaire des Finances rappelle que le commissaire portugais de la media annata, le docteur Fernão Cabral, dépend exclusivement de la juridiction de la Junta de la Media Annata, sise à Madrid : nous avons ici un cas évident de violation de l’esprit du compromis de Tomar par l’exercice d’une juridiction castillane sur des sujets portugais. Cette situation est aggravée par le fait que la Junta de Pernambuco, cette commission restreinte émanée du Conseil de Portugal qui se réunit autour de Diogo Soares dans les appartements privés d’Olivares, s’arroge le droit d’examiner la correspondance du commissaire de la media annata153.

  • 154 AGS, CJH, 751, Regimiento y arancel de la media annata de Portugal (août 1632).

43C’est sans doute à Diogo Soares que l’on doit la rédaction d’un Règlement et tarif de la « media annata » du Portugal154. Ce texte prend tout d’abord acte du fait que rien n’a été fait au cours de la première année d’application théorique du tarif. La juridiction du commissaire portugais de la media annata est précisée : il peut exercer des sanctions sur n’importe quel magistrat et juge portugais qui ne se soumettrait pas aux directives de la tarification. Cela signifie qu’un simple commissaire, étroitement soumis à la juridiction d’un tribunal non portugais (la Junta General de la Media Annata), peut à son tour soumettre des magistrats portugais à sa juridiction. Cette ingérence juridictionnelle est renforcée par le système de sanctions prévu. En effet, un officier condamné à payer une amende par le commissaire de la media annata ne pourra en aucun cas être absous par le gouvernement vice-royal, ni même par le Conseil de Portugal, sans le consentement préalable et exprès de la Junta General de la Media Annata. Dans chaque ville, les provedores, officiers de finances du roi, et deux greffiers seront tenus d’adresser au commissaire un rapport semestriel sur l’application du tarif. Leur gestion de cette mission sera prise en compte pour l’évaluation de leur mandat. La câmara de Lisbonne ne pourra nommer à aucun office municipal sans passer par l’administration de la media annata. Dans le cas d’une cession d’offices entre particuliers, la media annata s’applique comme un impôt sur les transactions (sisa).

  • 155 ΒΑ, 51 VI 46, fos 19-38, Thomé Pinheiro da Veiga a El Rey Phelipe ο 4° sobre ο Direito das meyas an (...)

44Le tarif présente l’immense inconvénient d’apparaître comme une forme d’établissement de la vénalité légale. Le Procurador da Coroa, Thomé Pinheiro da Veiga, est l’un des contempteurs les plus acharnés du projet155. Il rappelle d’abord au roi qu’en 1581, lors des Cortes de Tomar, son aïeul Philippe II s’était engagé à ne pas lever de nouveaux impôts sans convoquer de Cortes, c’est-à-dire sans faire le voyage de Lisbonne. Selon Pinheiro da Veiga, le scandale des medias annatas vient de ce qu’elles instituent une vénalité légale :

Si l’on oblige ceux qui reçoivent un office de justice et de gouvernement à payer une somme à leur entrée en charge, la justice devient vénale et le mérite, mercenaire et, alors que jusqu’à présent les tributs, taxes et impôts pesaient sur le peuple sans mérite, exemptant la noblesse et la justice et les mérites, avec ce tribut on rend tout mérite, toute noblesse et toute justice tributaires et roturiers [p. 25].

45Le roi ne pouvant plus, comme aux temps premiers, exercer lui-même toute la justice, les magistrats — poursuit l’auteur — se prononcent, mais comme « membres de sa propre dignité et comme bras royal ». Ils devront s’endetter pour contribuer au fisc du roi et donc se rembourser en rançonnant les parties des procès. Suit une liste de mesures adoptées par Philippe IV et ses deux prédécesseurs immédiats pour l’amélioration des salaires des juges. Non sans habileté, l’auteur oppose un temps où les conseillers du roi, cherchant des terres nouvelles, étendaient l’empire de la Monarchie et travaillaient à sa gloire, et le moment présent, où les conseillers cherchent les recettes financières et fiscales les plus indignes de Sa Majesté. Il rappelle enfin que

Le trésor public par lequel le roi alimente son État royal et paie les services et les mérites ne consiste pas seulement en argent, impôts et terres mais beaucoup plus en honneurs, charges et dignités, qui sont le trésor et le prix par lesquels les services et les vassaux sont récompensés et rémunérés.

  • 156 António Manuel Hespanha, « Les autres raisons de la politique. L’économie de la grâce », dans Jean- (...)
  • 157 AGS, SP, 1582, fos 12-13, Consulta de la Junta del Confesor (5 mars 1629).
  • 158 BA, 51 X 1, f° 221, Sobre as meias annatas (18 octobre 1631).
  • 159 BA, 51 X 1, f° 267, Carta dos Governadores sobre as meias annatas (29 novembre 1631).

46Thomé Pinheiro da Veiga dénonce enfin le risque de disparition de cette autre économie, l’économie de la grâce156. Dans le cadre de cette économie symbolique, l’installation d’une vénalité légale et son explicitation sous forme de rôles tenus à jour entraînent une dévaluation des titres du mérite. En 1629, lors d’une séance de travail de la junta du confesseur du roi, la légalisation de la vénalité des offices portugais avait justement été rejetée parce que celle-ci aurait privé le roi de la liberté de distribuer les grâces (mercês)157. Avec la mise en place de la media annata, l’administration de la justice financière du roi touche donc un univers particulièrement sensible et s’aliène à coup sûr une partie de la magistrature portugaise. Le tribunal de la Casa da Supplicação et le Conselho da Fazenda écrivent alors à la Cour pour exprimer l’opinion de leurs membres sur cette affaire ; Gabriel Pereira de Castro, Grand Chancelier, critique lui aussi certaines dispositions techniques du projet158. De leur côté, les gouverneurs du Royaume essaient de réduire la portée de la réforme en expliquant qu’un seul commissaire de la media annata étant incapable d’évaluer le cens de centaines d’offices, honneurs et titres, il devrait être remplacé par une structure collégiale composée de magistrats159. Le juiz do povo de la câmara de Lisbonne pousse la critique très loin : d’après lui, sans le consentement des trois ordres réunis en Cortes, les rois ne peuvent toucher aux grâces accordées par leurs prédécesseurs. Autrement dit, il récuse l’idée que les officiers du roi, ses conseillers et magistrats puissent voir la possession de leurs charges remise en cause à la mort du monarque :

  • 160 BA, 51 II 25, fos 94-99, Rendimentos dos direitos reaes, tributos e imposições dos Reinos de Portug (...)

Votre Majesté a établi, sans le consentement des trois États de ses Royaumes [Portugal et Algarve], le tribut des meias annatas ; mais de même que pour la transmission de père en fils des offices de la Maison royale, suivant les règlements et droits particuliers des Royaumes au chapitre XIII, de même doivent se perpétuer les offices de justice, de finance et de guerre pour lesquels les lois et styles de ces Royaumes et les ordres qui ont été donnés à leur sujet prévoient que les fils et petits-fils leur succèdent, ainsi que les grâces mixtes ou pures nécessaires à l’ordre du gouvernement politique, et à cette fin des lois ont été accordées par l’intermédiaire de magistrats et de tribunaux, en vertu des même lois disposées pour eux, d’après lesquelles le bénéfice desdites grâces procède directement d’elles et non du nouveau prince qui, en justice, doit les accorder et ne peut les annuler, suivant les lois de la justice comme celles de la piété. Il n’est donc pas justifié que Votre Majesté ordonne de le limiter160.

  • 161 Meia annata : il s’agit évidemment de la traduction portugaise de l’expression media annota.
  • 162 BA, 51 X 1, fos 267-268, Carta dos Governadores sobre as meas annatas (29 novembre 1631).
  • 163 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 35/72, Carta de Desembargador do Paço (23 décembre 1637).
  • 164 ANTT, MCO, liv. 34, f° 34, Consulta de la Mesa da Consciência e Ordens (26 novembre 1636).

47Les critères adoptés pour la désignation du commissaire de la meia annata161 de Lisbonne traduisent la prudence des gouverneurs et leur désir de faire accepter cette mesure : il devra être conseiller au Desembargo do Paço et pressenti par les gouverneurs, sa nomination devra être approuvée par le Desembargo do Paço et formellement prononcée par le Conseil de Portugal162. Du point de vue juridictionnel, c’est une procédure impeccable. Elle détermine la désignation du docteur Fernão Cabrai, puis celle de João de Frias Salazar163, tous deux effectivement conseillers au Desembargo do Paço au moment de leur désignation. En revanche, le troisième et dernier titulaire, Estevão de Foyos, nommé à la fin de l’année 1636164, n’est que magistrat à la Casa da Supplicação, mais il est vrai qu’il appartient au clan du secrétaire d’État Miguel de Vasconcelos.

  • 165 BNM, ms. 9390, f° 134, Carta del conde-duque al duque de Villahermosa (13 septembre 1630).
  • 166 AGS, SΡ, lib. 1529, f° 30, Carta el Rey a los Gobernadores (31 décembre 1631).
  • 167 Virgínia RAU, Estudos sobre a História do sal português, Lisbonne, Editorial Presença, 1984, pp. 13 (...)
  • 168 BA, 51 X 1, fos 20-21, Sobre ο estanque do sal (7 août 1631).
  • 169 AGS, SP, lib. 1529, 13, Consulta del Consejo de Portugal (19 novembre 1631).
  • 170 ACΒ, Variorum, vol. XXV, s. d., Relation de las imposiciones que se ban puesto en Portugal...
  • 171 AGS, GA, 997, Consulta de la Junta de Armadas (9 novembre 1629).
  • 172 EFO, III, p. 478, Carta da Câmara (27 décembre 1631).
  • 173 Voir le chap. VIII, « L’administration de l’exportation du sel » (pp. 329-379).

48Le second grand volet de l’entreprise de rachat des rentes de la Couronne consiste à installer un monopole royal de la vente du sel dans le Royaume165, en vertu du droit du roi à disposer de ses regalías166. Suivant le projet arrêté puis abandonné en 1576 par le roi Sébastien167, le roi Philippe III de Portugal achèterait un tiers de la production annuelle pour la vendre à ses vassaux, tandis que les deux autres tiers seraient exclusivement réservés à l’exportation168. En outre, la Couronne se réserve le monopole de l’exportation du sel vers le Brésil169. D’après le polygraphe Manuel Severim de Faria et aussi d’après Diogo Soares, les nouveaux gouverneurs du Royaume furent désignés essentiellement parce qu’Olivares les croyait capables de mener à bien la mise en place de ce monopole170. Le castillan Tomás de Ibio Calderón devait tenir le Comte-Duc informé de l’état réel de l’économie salicole171. La câmara de Lisbonne s’opposa avec la dernière énergie à l’établissement du monopole et formula des contrepropositions172. De fait, les sources demeurent silencieuses sur le devenir de cette initiative. Il est vraisemblable qu’elle a été abandonnée ; il faut toutefois noter que l’autre volet de la politique de taxation du commerce du sel, c’est-à-dire l’extracção, suivit son cours jusqu’en 1640173.

Le jeu politique du comte de Basto

  • 174 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1632, f° 101, Carta do duque de Villa Hermosa ao (...)
  • 175 BNM, ms. 3263, f° 35, Decreto de Su Magestad (7 avril 1631).
  • 176 ΒNM, ms. 3263, fos 125-126, Carta del Rey, s. d.
  • 177 JJAS, Carta Regia (21 mai 1631).
  • 178 BL Add., 28429, f° 1, Carta del rey al conde de Basto (18 mai 1631).
  • 179 BNM, ms, 3263, f° 126.
  • 180 EFO, III, p. 487, Capitulo da Carta Regia de 25 de fevereiro de 1632.
  • 181 ΒΑ, 51 ΙΙ 25, fos 138-139, Parecer sobre a rendu fixa e estanque do sal, s. d. ; EFO, III, p. 509, (...)
  • 182 ACΒ, Variorum, vol. XXV, s. d., Consulta del Consejo de Portugal (12 février 1632).
  • 183 AGS, SP, lib. 1529, fos 54-55, Consulta de lajunta del Aposento (18 février 1632).
  • 184 Antόnio de Oliveira, « Álvaro Ferreira de Vera, arbitrista », Revista Portuguesa de História, XIX, (...)
  • 185 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d., Consulta de la Junta del Aposento (22 décembre 1632).

49Ces dernières initiatives s’inscrivent dans le contexte de la promesse de la venue de l’infant don Carlos, frère de Philippe IV, comme nouveau vice-roi174. Le décret date du 7 avril 1631175 ; depuis la Cour, le roi fait écrire à tous les nobles portugais et à toutes les villes du Royaume pour annoncer la nouvelle176. L’enthousiasme que l’on attend de ce changement pousse alors Olivares à lancer l’emprunt des cinq cent mille cruçados auprès des personnes les plus fortunées177. Alors que Diogo de Castro demande à Madrid l’autorisation de renoncer à sa charge de gouverneur du Royaume, le Comte-Duc le prie d’attendre l’arrivée de son successeur princier178. Mais Castro désobéit et les comtes de Valldereis et de Castro Daire sont, comme on l’a vu, désignés pour assurer l’intérim179. Une compétition éclate alors entre deux groupes : d’un côté Jerónimo de Ataide, fils d’Antόnio de Ataide comte de Castro Daire et gouverneur du Royaume, se rend à la Cour en décembre 1631180 pour présenter une série d’expédients financiers portant sur des rentrées de cinq cent mille cruçados par an181, tandis que Francisco de Mascarenhas, fils de Jorge de Mascarenhas, président de la câmara de Lisbonne et de la Junta da Fazenda, entreprend exactement la même démarche de son côté182. Mais, pour Diogo Soares, les gouverneurs du Royaume et le président de la Junta avaient échoué183. Comment Jorge de Mascarenhas pouvait-il réussir en qualité de président de la Junta da Fazenda, alors même que la câmara de Lisbonne, qu’il présidait également, n’avait jamais accepté la media annata ni le monopole royal sur le commerce du sel ? D’autres recettes financières sont alors imaginées, notamment celles d’un certain Francisco Rolim de Moura, examinées par le veedor castillan Tomas de Ibio Calderón184. Le jeu devient extrêmement complexe lorsque Miguel de Castro, fils de l’ancien gouverneur du Royaume Diogo de Castro, présente une dénonciation contre les deux derniers nommés et recommande l’organisation d’une « inspection générale des ministres de ce Royaume185 ». La confusion d’intérêts dans laquelle le débat financier finissait par s’enliser permet alors à Diogo Soares de proposer un changement radical dans la façon de travailler. Après la Restauração, depuis Madrid Jerónimo de Mascarenhas décrivait avec ironie l’attitude de Diogo de Castro :

  • 186 BNM, 2362, f° 99, Sucesos de 1630.

[Pendant] son voyage à Madrid, il avait demandé des primes et des grâces car il en avait déjà bénéficié ; c’est un abus intolérable de voir celui qui vient de sortir d’une charge dont il a tiré réputation et bénéfices, qui a arrangé sa situation et accru sa fortune, affirmer sans vergogne que pour cela on lui doit la moitié de la Couronne186.

  • 187 BL Add., 28429, 27, Carta del Rey al conde de Basto (11 avril 1634).
  • 188 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d., Carta de Diogo de Castro (27 juin 1633) ; AGS, SΡ, 1580, fos 269-27 (...)
  • 189 AGS, SP, lib. 1527, f° 77, Consulta del Consejo de Portugal (3 mars 1632).
  • 190 Sur le desempenho, voir pp. 158-159 et 167.
  • 191 EFO, III, pp.555-559, Carta Regia de 13 d’abril de 1633.
  • 192 AGS, SΡ, lib. 1531, f° 3, Consulta del Consejo de Portugal (24 août 1633).
  • 193 ACB, Variorum, vol. XXV, Carta de Diogo de Castro (27 juin 1633).
  • 194 BL Add., 28429, f° 14, Carta de Miguel de Castro bispo de Viseu a Lourenço Pires de Castro conde de (...)
  • 195 AGS, SΡ, lib. 1580, f° 122, Resolución de su Magestad (10 juin 1633).
  • 196 BL Add., 284296, Carta del conde-duque al conde de Basto (8 juin 1633).
  • 197 BL Add., 28429, f°19, Carta del Rey ao conde de Basto (21 juillet 1633).

50Une junta permanente, séparée du Conseil de Portugal et de la fonction de tribune du Royaume que celui-ci continuait de tenir sous la responsabilité du duc de Villahermosa, devait donc se réunir au palais avec la renda fixa pour seul objet de discussion. Le secrétaire d’État donne à Miguel de Castro une place dans cette junta et lui confie le suivi des questions relatives à la media annata et à l’extracção187. Ce choix est à l’origine de la nomination de son père Diogo de Castro comme vice-roi, en juin 1633188. En effet, après qu’Antonio de Ataide, comte de Castro Daire, eut gouverné seul après la mort de son collègue le comte de Valldereis en avril 1632 et se fut à son tour empêtré dans les négociations de la renda fixa, les espoirs d’Olivares reposaient sur la désignation d’un vice-roi ecclésiastique, l’archevêque de Lisbonnejoão Manuel189. Ce dernier devait créer une junta particular chargée du desempenho190 et de la renda fixa191. Mais l’archevêque mourut avant d’avoir pu entrer en charge et le comte de Basto, Diogo de Castro, hérite de son poste ainsi que des plans financiers élaborés à Madrid par son fils Miguel de Castro avec Diogo Soares192 contre la promesse d’un marquisat pour son père193. Seule cette dernière perspective, à en croire Miguel de Castro, finit par décider son père, le comte de Basto, à accepter la charge de vice-roi194. Liée à la promesse d’assurer le recouvrement de la renda fixa195, sa désignation était placée par le Comte-Duc lui-même sous le signe de la « restauration » du royaume de Portugal196. Diogo de Castro, il faut le noter, aurait voulu revenir à la solution du gouvernorat collégial, mais le Comte-Duc tenait visiblement à la vice-royauté uninominale197. Le virage opéré repose sur un triple pari : rétablissement de la dignité de vice-roi, lequel désormais préside la Junta da Fazenda, suppression de celle de président du Conseil de Portugal et donc retour à la tradition d’un Conseil présidé par le roi, organisation de Cortes limitées. Le centre de mise au point des expédients financiers semble donc se déplacer vers Lisbonne. Dans le même temps, la junte réunie dans les appartements d’Olivares voit son pouvoir renforcé au détriment du Conseil de Portugal. Sous couvert d’un retour au moins partiel à des manières de faire traditionnelles, il s’agit à l’évidence d’une sorte de remise en ordre nécessaire, tant les canaux d’influence et d’intervention s’étaient multipliés. Dans l’espace de quelques années, en effet, Manuel de Moura, marquis de Castelo Rodrigo, les familles des Castro, des Ataide et des Mascarenhas — mais aussi celle des Bragance par l’intermédiaire d’hommes comme Francisco de Bragança ou Francisco de Lucena — avaient exercé une influence essentielle mais peu efficace sur le devenir de la politique d’extraordinaire fiscal.

L’échec des cortes limitées

  • 198 BL Add., 28429, f° 25, Carta de Diogo Soares ao conde de Basto, s. d. [automne 1633].
  • 199 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, Carta de Diogo Soares a Miguel de Vasconcelos (29 juin 1633).
  • 200 EFO, IV, pp. 2-5, Carta Regia (2 de novembre 1633).
  • 201 BL Add., 28429, f° 16, Carta do conde de Basto ao conde-duque de Olivares (5juillet 1633).
  • 202 BL Add., 28429, fos 12-13, Carta del Rey al conde de Basto (30 juin 1633).
  • 203 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1632, f° 99, Carta do duque de Villa Hermosa ao (...)
  • 204 ΒΑ, 51 VI 29, fos 86-87, Carta que SMgde escreveu ao governador do Algarve dom Gonçalo Coutinho sob (...)
  • 205 BA, 51 VI 29, fos 87-88, Carta de Gonçalo Coutinho, s. d.
  • 206 BNL, FG, ms. 743, f°41, Carta do conde d’Unhão (octobre 1633).
  • 207 BNL, caixa 234, doc 12 (cité par A. Oliveira, « O atentado contra Miguel de Vasconcelos », p. 21).
  • 208 BNL, FG, 741, f° 20, Carta Regia (19 septembre 1633).
  • 209 ΒA, 51 VI 29, f° 95, Resposta de D. Rodrigo da Cunha à proposta de S. Mgde em reunir uma Junta rest (...)

51Diogo de Castro reçoit donc la mission de réunir une junta chargée d’obtenir le « desempenho das tenças », c’est-à-dire d’éteindre les rentes de la Couronne injustement versées et d’en racheter une certaine quantité grâce à la création de nouvelles sources de revenus. Il est à noter que le comte de Basto, ayant vu ses exigences favorisées par l’entremise de Diogo Soares, choisit Miguel de Vasconcelos comme secrétaire de la junta198 pour complaire à Olivares199. La lettre adressée par le roi à la câmara de Lisbonne pour demander l’accélération de la perception de l’emprunt est, notons-le, contresignée depuis le Conseil de Portugal par Miguel de Castro200. Avant d’accepter sa nouvelle charge, Diogo de Castro demande à Philippe IV de réunir des Cortes pour établir la rendu fixa, comme le demandent les traditions portugaises201. Le roi rejette cette proposition et demande au candidat à la vice-royauté de nommer les membres d’une assemblée restreinte chargée de discuter de ces questions202. Dans un premier temps, il est décidé que Diogo de Castro désignera cinq représentants de la noblesse, l’archevêque-inquisiteur, cinq prélats plus l’évêque de Leiria et deux représentants (procuradores) pour chacune des villes du premier ban (Lisbonne, Porto, Évora, Coimbra, Santarem203). Contrairement aux ordres reçus, Castro élargit le cercle des personnes consultées. La désignation des représentants à ces Cortes-croupion est opérée au mois d’octobre 1633, après consultation de membres de l’aristocratie comme Gonçalo Coutinho, gouverneur d’Algarve204, et Fernando Teles de Meneses, comte d’Unhão. Coutinho avertit qu’une réunion des Cortes en l’absence du roi risque de conduire à la catastrophe : mieux vaudrait les tenir à Elvas, tout près de Badajoz, de sorte que l’affaire, d’après lui, serait réglée en un mois et ne retiendrait guère le roi. Il ajoute que le Comte-Duc, qui « a toujours des vers de Sa de Miranda à la bouche », devrait mieux connaître l’âme portugaise et ne pas commettre de telles erreurs politiques205. Fernando Teles de Meneses insiste lui aussi sur le fait que le seul remède à la situation serait la venue du roi en son Royaume206. D’autres membres de la noblesse sont consultés, comme l’alcaide-mor d’Alfeizarão207 ou celui d’Ourique208. Rodrigo da Cunha, alors archevêque de Braga, voit lui aussi dans le projet une atteinte à la tradition portugaise209.

  • 210 BL Add., 28429, f° 28, Papel de Dom Miguel de Castro sobre la renda fixa.
  • 211 Pedro Almeida Cardim, As Cortes de Portugal (século xvii), Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, 1 (...)
  • 212 BNL, FG, ms. 743, f° 40, Carta do padre Fray Fernando da Crus a ElRey (4 octobre 1633).
  • 213 BNL, FG, ms. 208, doc 39, Carta do juiz do povo (1er août 1632).
  • 214 EFO, IV, pp. 12-14, Certidão de narrativa passada pelo escrivão da câmara em 4 de fevereiro de 1634
  • 215 EFO, IV, pp. 343, Trabalhos preparatories para a eleição de dois procuradores à Junta do desempenho (...)
  • 216 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo (26 avril 1634).
  • 217 BL Add., 28429, f°31, Carta del Rey al conde de Basto (5 juin 1634), [document officiel].

52Une lettre de Miguel de Castro affirme que son père le comte de Basto était convaincu des vertus d’une junta limitée représentant les trois corps du Royaume210. C’est pourquoi le projet suit son cours, en dépit des réticences exprimées211. Pour représenter la noblesse, sont désignés le comte de Santa Crus, Martinho de Mascarenhas, et le comte de Sabugal, Francisco de Castelo Branco, ainsi que Henrique Correa, Ruy de Silva et Fernando Sousa212. Le juiz do povo de Lisbonne appelle lui aussi la présence du roi de ses vœux213. D’emblée, les représentants des métiers de Lisbonne refusent le principe de procurations, qui selon eux ne sont pas valables pour voter une innovation fiscale, sauf dans le cadre régulier de Cortes plénières214. Dans ces conditions, la désignation des deux procuradores de Lisbonne allait être l’occasion de manifester le mécontentement suscité par cette nouvelle initiative215. Témoin des événements, le commandant des présides castillans de Lisbonne, Fernando de Toledo, écrit à Madrid pour critiquer le processus216. La réunion du corps électoral, tenue au couvent São Antão, tourne à la confusion. Les nobles prennent des décisions qu’aucun représentant des villes n’accepte et que la câmara de Lisbonne veut invalider. En dépit de tous ses efforts, le comte de Prado, Luís de Sousa, président de la câmara depuis l’été 1633, ne parvient pas à rétablir la situation. Pour sa part, le roi annonce qu’il considère comme valide le choix des procuradores de l’assemblée du couvent São Antão217.

  • 218 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo (13 avril 1634).
  • 219 BA 51 X 4, fos 101-102, Carta do conde de Basto (16 octobre 1633).
  • 220 BL Add., 28429, f° 30, Carta del Rey al conde de Basto (5 juin 1634), [document confidentiel].
  • 221 AGS, GA, 1325, Parecer del duque de Villlahermosa (4 mai 1634).
  • 222 BL Add., 28429, f° 22, Carta del Rey al conde de Basto (24 août 1633).
  • 223 BL Add., 28429, f° 32, Carta do conde de Basto ao conde-duque (16 septembre 1634).

53La préparation de ces fausses Cortes est doublement néfaste. D’une part, le principe de cette réunion porte atteinte aux privilèges du Royaume et, d’autre part, les personnalités assemblées acquièrent dans la chaleur des débats une liberté de parole dangereuse218. Cependant, Diogo de Castro défend toujours le point de vue selon lequel la seule voie de salut consiste à laisser les villes décider par elles-mêmes des modalités de leur contribution aux cinq cent mille cruçados219. Dans une lettre au ton aigre, le roi rappelle à Diogo de Castro que son fils Miguel de Castro avait demandé six mois pour réussir à faire accepter la renda fixa220. Philippe IV finit par comprendre que la solution de la « junta des trois états » n’est pas adaptée au problème. Depuis le Conseil de Portugal, le duc de Villahermosa estime que le Comte-Duc, en acceptant de s’embarquer dans l’aventure de ces « micro-Cortes », est tombé dans un piège221. De là à accuser la famille des Castro — c’est-à-dire Miguel, qui pour prix de ses services reçut l’évêché de Viseu222, et son père le comte de Basto, fait vice-roi — de l’avoir ourdi, il n’y a qu’un pas, Diogo Soares ne se prive pas de le franchir et le comte de Basto se plaint de ce que tous ses agissements font l’objet de sévères critiques de la part du secrétaire d’État et de son officier de finances Lopo Pereira223. A posteriori, Soares devait préciser l’accusation :

  • 224 ACB, Variorum, vol. XXV, Résumé des consultas d’août 1633 à janvier 1634.

Il [le comte de Basto] a proposé de créer une junta où l’on s’en [de la renda fixa] occuperait en nommant pour cela les personnes qu’il voulut, et en faisant d’autres manœuvres en écrivant des lettres pour la démonstration publique et d’autres, confidentielles, afin de les démentir. Il proposa aussi qu’on réunit une Junta des trois états [« bras »], ainsi que d’autres manœuvres224.

  • 225 AGS, SΡ, lib. 1532, fos 29-30, Carta de Diogo Soares (13 juin 1634).
  • 226 BL Add., 28429, 21, Carta del Rey al conde de Basto (3 août 1633).
  • 227 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (22 juin 1633).

54D’après le secrétaire d’État, le nouveau vice-roi aurait levé le masque à l’automne 1634, lorsque pour remédier au retard pris par l’armement de la flotte du Brésil de Fadrique de Toledo225, il aurait demandé à Olivares de supprimer la media annata et l’extracción de la sal en échange d’une accélération des financements immédiats. Devant l’échec de ses combinaisons, Miguel de Castro se serait retiré dans son diocèse de Viseu, en emportant tout de même les titres de commissaire général de la bulle de croisade du Portugal et de recteur de l’université de Coimbra et les dignités de membre du Conseil de Portugal de Madrid et du Conselho de Estado de Lisbonne. En quelques mois, le clan des Castro avait accumulé un pouvoir considérable. En outre, le jeune comte Lourenço Pires de Castro, le fils puîné du comte de Basto, avait été à deux doigts d’obtenir la présidence du Desembargo do Paço, finalement échue au comte de Santa Crus, Martinho de Mascarenhas226. Avec un père vice-roi, un fils membre du Conseil de Portugal et allié de Diogo Soares et un autre fils président du Desembargo, le dispositif eût été redoutable. À l’été 1633, Miguel de Vasconcelos considérait pour sa part que les Castro étaient devenus les maîtres absolus de la politique portugaise227. L’amertume d’Olivares n’en fut que plus terrible. Le clan des Castro allait désormais apparaître comme la tête du parti anti-olivariste.

Impasse politique et financière

  • 228 A. de Oliveira, « Ο atentado contra Miguel de Vasconcelos », pp. 6-41.
  • 229 BL Add., 28429, f° 33, Carta do conde de Basto ao conde-duque (7 octobre 1634) et f° 34, Carta do c (...)

55La tension politique de cette période agitée culmine dans les premiers jours du mois de mai 1634 avec l’attentat manqué contre Miguel de Vasconcelos. À travers sa personne, c’est le dispositif financier proposé par Diogo Soares qui est visé. Antonio de Oliveira a brillamment analysé cet événement228. Mais il ne pose pas le problème du silence général de toutes les sources sur ce méfait, exception faite des deux lettres de Fernando de Toledo conservées dans la liasse 1325 de la section Guerra Antigua des Archives de Simancas. Comment est-il possible qu’un événement aussi grave qu’une tentative d’assassinat sur la personne d’un secrétaire d’État ait laissé si peu de traces ? Les commanditaires du crime étaient-ils trop importants pour qu’on pût mener l’enquête sans provoquer des troubles aux conséquences imprévisibles ? S’agit-il d’une véritable tentative de meurtre ou seulement d’un avertissement ? Cet épisode reste finalement assez obscur. Il constitue en tout cas un indice suggérant l’échec des efforts d’Olivares pour faire mener la politique d’établissement de la renda fixa par l’aristocratie portugaise. L’automne 1634 est également amer pour les Castro, car c’est alors que Diogo demande au Comte-Duc à pouvoir se retirer, et que son fils Miguel meurt (en octobre229).

  • 230 ACΒ, Variorum, vol. XXV, Carta de Jorge de Mascarenhas (4 novembre 1634).

56Une fois encore, la politique de financement était à reconstruire. Jorge de Mascarenhas, qui avait perdu la présidence de la Compagnie des Indes par l’extinction de celle-ci, la présidence de la Junta da Fazenda, donnée au vice-roi, et la présidence de la câmara de Lisbonne, échue au comte de Prado Luís de Sousa, revient alors à la charge avec une impressionnante batterie d’arbitrios financiers230. En échange de la mise en route de ces nouveaux plans, le comte de Castelo Novo exige une liste de grâces (mercês) et la direction des affaires portugaises. Or ces propositions sont formulées précisément au moment où Olivares a déjà décidé d’envoyer à Lisbonne une princesse du sang royal, Marguerite de Mantoue, pour y exercer les fonctions de vice-reine. L’équipe formée par Olivares et Soares frustre donc l’ambition vice-royale du comte : c’est pourquoi le clan des Mascarenhas se mobilise, lui aussi, contre Diogo Soares et Miguel de Vasconcelos. Au total, les secrétaires d’État étaient jugés responsables des différentes fins de non-recevoir essuyées par plusieurs clans aristocratiques portugais.

  • 231 A. de Oliveira, art. cit., p. 20.
  • 232 Jean-Frédéric Schaub, « L’État quotidien : entre arbitrisme et révolte, la gabelle au temps du comt (...)

57Dans son article sur l’attentat contre Miguel de Vasconcelos, Antόnio de Oliveira compare l’ensemble des dispositifs mis en place par Olivares et Diogo Soares dans les années 1631-1633 à un filet aux mailles de plus en plus étroites permettant de faire rendre gorge au plus grand nombre de vassaux231. Il nous semble que cette image, destinée à expliquer voire à justifier les explosions protestataires des années 1630, rend mal compte des procédures de prise de décision. En réalité, il s’agit moins de mettre en place un mécanisme général et bien au point de contrôle des revenus et rentes que d’une accumulation d’initiatives superposées, lancées les unes après les autres à mesure que les échecs se succédaient. Les impositions ne s’additionnent pas, elles se substituent les unes aux autres à mesure que les précédentes s’enlisent dans la paralysie politique. À la même date exactement, en Castille, une tentative infructueuse d’établissement d’un monopole du sel se soldait par une superposition d’initiatives parfois contradictoires entre elles, visant à surmonter les impasses successives232. Les réponses à ces initiatives couvrent une gamme d’attitudes très diverses. Nous avons vu dans les paragraphes qui précèdent tout ce qui pouvait relever de l’opposition ouverte, du sabotage, de la contre-proposition et des manœuvres dilatoires, de la grève de l’impôt enfin. Mais le premier cycle des révoltes des années 1629-1630 devait être suivi d’un autre cycle, autrement déstabilisant.

Conclusion : une décennie de révoltes

  • 233 ACB, Variorum, vol. XXV, Consulta de la Junta del Aposento (27 novembre 1634).
  • 234 AHΝ, Consejos, kg. 7130, Memorial de Don Agustin Manuel Vasconcelos sobre las advertencias a la jus (...)
  • 235 ΒL Add., 28429, correspondance du comte de Basto avec Olivares sur les événements d’Évora.
  • 236 Voir chapitre vii, pp. 291 (Setúbal) et 306-309 (Porto).

58La duchesse Marguerite de Mantoue, dont nous étudierons en détail la vice-royauté dans le chapitre suivant, reçut sur le plan fiscal la mission de faire accepter aux cinq villes du premier ban le principe d’une application automatique du real d’agoa et l’augmentation d’un quart du montant des sisas233. Ce plan financier, doublé d’un projet de désamortissement progressive des chapellenies et de ponction sur toutes les rentes y compris celles des privilégiés, proposé par le comte de São João, à quoi il faut encore ajouter le début d’une campagne d’inventaires des patrimoines des personnes particulières234, débouchent sur une protestation antifiscale comparable à celles qu’à la même époque ont connues d’autres pays européens, et notamment la France. L’historiographie portugaise contemporaine (Joel Serrão, António de Oliveira, Joaquim Romero Magalhães, Aurelio de Oliveira) a dressé l’inventaire et la cartographie de ces événements et en a proposé une analyse. Faute d’avoir des pièces réellement nouvelles à verser à ce dossier, nous voudrions simplement tirer quelques enseignements de ces travaux. La diversité des phénomènes de révolte des années 1630 est telle qu’elle ne se laisse pas enfermer dans un type unique. On rencontre des exemples d’émotion populaire spontanée dans certaines localités, par exemple à Arcozelo, près de Viseu, en 1635. Mais les révoltes des années 1630 ne ressemblent guère aux épopées sébastianistes de la paysannerie du début du siècle. Dans les phénomènes de contagion, la faim, comme Joaquim Romero Magalhâes y insiste, joue un rôle fondamental. Qu’il s’agisse des mouvements qui agitent les grands ports de la côte (Porto, Setúbal), certaines villes de l’intérieur (Braga, Villareal), ou des cycles complets de contagion révolutionnaires d’Alentejo (automne 1637) et d’Algarve (printemps 1638), on a affaire essentiellement à des mouvements qu’on pourrait qualifier de municipaux. Rares sont les exemples où les oligarchies urbaines et les seigneurs de l’aristocratie ont unanimement tourné le dos aux révoltés. L’exemple du rôle de médiateur sympathisant joué par Diogo de Castro à Évora235 et celui des agissements des chambres municipales de Setubal et Porto236 montrent que ces émotions sont le plus souvent structurées autour des autorités naturelles, c’est-à-dire des seigneurs et des clercs. L’ensemble des soulèvements ont pour point commun le détonateur fiscal dans toute l’extension de son spectre, depuis l’aggravation du montant des ponctions imposées aux municipalités jusqu’à la paralysie du négoce liée à la politique militaire et aux logements forcés de troupes. Les modalités de la répression de ces différents mouvements ne répondent certainement pas aux terribles modèles de Richelieu et surtout de Louis XIV. Même lorsqu’en 1638 des tercios castillans vinrent rétablir l’ordre en Algarve, jamais la répression n’est allée au-delà de l’exigence de la désignation de meneurs. Les procédures pénales furent longues et dans de nombreux cas les suspects y échappèrent. Il faut donc retenir de cette période d’abord le nombre considérable de révoltes (sur la quasi-totalité du territoire) et ensuite le fait que la procédure de répression a partout débouché sur des négociations politiques. Le principal enseignement qu’il nous semble nécessaire de tirer de ces cycles de révoltes est la puissance de l’institution municipale que ce second fait met en évidence, puissance qui allait même indigner le duc de Bragance, spectateur hostile des révoltes d’Alentejo.

  • 237 « La nobleza portuguesa y la corte madrileña hacia 1630-1640. Nobles y lucha política en el Portuga (...)
  • 238 Voir chapitre iv, pp. 180 et 194.

59Ainsi, la crue fiscale qu’Olivares a voulu déclencher a produit plus d’instabilité que de ducats. Comme nous avons pu le discerner à travers les correspondances dispersées dans les différents dépôts d’archives espagnols et portugais, l’opposition idéologique entre, d’une part, le monde du privilège et de la tradition et, d’autre part, celui de l’extraordinaire et des réformes ne recoupe pas de vastes catégories — letrados et non-letrados, privilégiés et parvenus —, mais répond à des circonstances plus précises. Comme a pu le montrer Fernando Bouza, le Conseil de Portugal était la caisse de résonance de certains clans de l’aristocratie portugaise237. Selon les époques, nombreux sont les membres de la noblesse portugaise qui proposèrent des recettes financières non moins audacieuses que celles que Diogo Soares offrit à Olivares en échange de sa protection. Les mêmes chefs de famille qui refusèrent de verser le premier cruçado de l’emprunt forcé de 1631 participaient aux contrats de fournitures aux armées, pas toujours ponctuellement honorés par le roi. Pour situer les membres des équipes dirigeantes qui se sont succédé au gouvernement du Portugal, nous disposions de deux nomenclatures : d’une part, le portrait collectif de la classe dirigeante portugaise rédigé par le secrétaire d’État Diogo Soares à l’intention de la vice-reine Marguerite de Mantoue238 et, d’autre part, les listes des Portugais classés selon que leur fidélité alla à Philippe IV ou Jean IV après 1640. Or ces nomenclatures ont rarement fait l’objet d’une analyse critique. Pourtant, il semble que les chefs de la « parcialidad infecta », les « pères de la patrie » ou encore les « populaires » que sont les Castro père et fils, Diogo de Silva, comte de Portalegre puis marquis de Gouveia, et même, dans une certaine mesure, Manuel de Moura marquis de Castelo Rodrigo, n’ont pas toujours été des adversaires acharnés d’Olivares. Tant que le jeu politique portugais semblait ouvert aux élites traditionnelles, le degré d’hostilité à l’égard du favori de Philippe IV était plutôt discret. En effet, sous l’apparente instabilité des combinaisons gouvernementales et malgré le mouvement de la noria des faveurs et des désaveux, le système demeurait essentiellement stable dans ses ressorts politiques. Par différents biais, du contrôle du Conseil de Portugal à l’action gouvernementale, de la direction de juntas particulières à la présentation de programmes financiers, les clans aristocratiques portugais se mesuraient les uns les autres, s’alliaient entre eux et tiraient tous les bénéfices du rôle politique que la Cour voulait bien leur voir jouer. En cas de disgrâce, il leur était facile de se refaire une popularité, notamment auprès des oligarchies urbaines ou du clergé inquiet des projets de désamortissement, de prendre une attitude menaçante et donc, le cas échéant, de se laisser à nouveau séduire, comme ce fut le cas pour Diogo de Castro. L’exemple de la chasse aux offices et aux titres menée par les Castro est de ce point de vue extrêmement significatif. Le système commença à se dérégler lorsque Manuel de Moura, marquis de Castelo Rodrigo, investi d’une mission générale dépassant le niveau des combinaisons gouvernementales, dut faire passer les innovations fiscales auprès des villes sans l’intermédiaire des tribunaux ni du gouvernement. Puis, lorsque la Couronne fut tentée de négocier directement avec les oligarchies urbaines le montant des ponctions fiscales en changeant donc d’interlocuteur, l’équilibre construit par les grandes familles portugaises se trouva sérieusement ébranlé. Mais le virage politique décisif fut négocié au moment de la vice-royauté de Marguerite de Mantoue. C’est l’objet de notre prochain chapitre.

Notes

1 BL Eg., 1132, f° 8, Carta del duque de Villahermosa (2 juin 1621).

2 Claude Gaillard, Le Portugal sous Philippe III d’Espagne. L’action de Diego de Silva y Mendoza, Grenoble, Université des Langues et Lettres de Grenoble, 1982, pp. 349-350.

3 EFO, III, p. 13, Juramento que fez, o Visa Rey em nome de S. Magde.

4 EFO, III, p. 23, Carta Regia de 23 de julho de 1621.

5 BL Eg., 1136, fos 101 sq., Papel importantissimo al servicio de SMagd i a bien de los vassallos de Portugal. Parra ver SMagd Catholica cuya consiencia se encarga (24 avril 1621) ; BNM, ms. 18426, Carta de Juan de Frias Salazar al conde de Gondomar (30 mai 1621) ; JJAS, Carta Regia (25 avril 1622) ; Memorial de Pero Roiz [Rodrigues] Soares, p. 449.

6 BL Add., 20952, f° 24, Consulta del Consejo de Portugal (19 juillet 1621).

7 BNM, ms. 2352, fos 511 sq., Consulta del Consejo de Portugal (16 juin 1621) ; BL Eg., 1133, f° 10, Carta del rey a don Francisco de Vergança (16 juin 1621).

8 Antnio de Oliveira, Poder e oposição política no período filipino (1580-1640), Lisbonne, Difel, 1991, pp. 20-27.

9 BL Eg., 1133, fos 270-275, Memorial de Mendo da Mota, s. d. [printemps 1621].

10 ΒNM, ms. 6750, f° 64, Carta de Mendo da Mota (1er juillet 1620).

11 António Manuel Hespanha, « Représentations dogmatiques et projets de pouvoir. Les outils conceptuels des juristes du ius comune dans le domaine de l’administration », Wissenschaft und Recht de Verwaltung seit dem Ancien Régime, 1984, pp. 1-28.

12 Mario Damonte, Felipe IV el Grande rey de las Españas (manoscritto anonimo del xvii secolo), Milan, Giuffrè, 1980, p. 109.

13 Fernando Bouza Álvarez, « La “soledad” de los reinos y la “semejanza del rey”. Los virreinatos de Príncipes en el Portugal de los Felipes », dans M. Ganci et R. Romano (éd.), Governare il mondo. L’impero spagnolo dal xv al xix secolo, Palerme, Società Siciliana per la Storia Patria, 1991, pp. 125-139, voir p. 130.

14 BNP, ms. Portugais, 53, Opposito as advertencias que se derão no governo sobre a eleição que sua Magde fez mandando o Marques de Castel Rodrigo por vizo Rey deste Reyno.

15 BL Eg., 1135, f° 24, Carta de Pedralvares Pereira (17 juin 1621).

16 ANTT, Manuscritos da Livararia, 1632, s. d., Carta do duque de Villahermosa ao marquês de Gouveia (29 avril 1621).

17 BL Eg., 1135, f° 26, Carta de Francisco de Bragança (17 juin 1621).

18 Trevor J. Dadson, « The Duke of Lerma and the Count of Salinas : Politics and Friendship in Early Seventeenth-Century », European History Quarterly, 25, 1995, pp. 5-38.

19 BL Eg., 1135, f° 41, Carta de los gobernadores (21 février 1622).

20 Santiago de Luxán Meléndez, La Revolución de 1640 en Portugal, sus fundamentos sociales y sus caracteres nacionales. El Consejo de Portugal (1580-1640), Madrid, Universidad Complutense, 1988, p. 326.

21 JJAS, Carta Regia (14 septembre 1621).

22 JJAS, Carta Regia (28 juillet 1621).

23 BNM, ms. 9379, f° 71, Carta del duque de Villahermosa (28 juillet 1621) ; AHN, Estado, lib. 857, f° 91 r°-v°.

24 AGS, SP, 1582, f° 225, Carta de fray Antonio de Sotomayor (10 septembre 1628).

25 AGS, SP, 1582, f° 171, Carta de fray Antonio de Sotomayor (19 novembre 1628).

26 AHN, Estado, 728, Papel en que se representan los daños que vienen al Reyno de Portugal de la ereccion y augmento del Consejo en esta Corte y utilidad de suprimirle, y forma en que deberan correr las consultas y negocios

27 John H. Elliott et José Francisco Ruiz de la Peña, Memoriales y cartas del conde-duque de Olivares, t. I, Madrid, Alfaguara, 1978-1980, p. 83.

28 BL Add., 20949, 237, Orden Real (21 janvier 1627).

29 BA, 51 VII 31, fos 103-106, Mémoire de Gaspar Alvares de Souza, Lisbonne (7 mai 1622).

30 BNM, ms. 2848, s. d., Consulta del Consejo de Portugal (21 août 1626).

31 BL Eg., 323, f° 51, Consulta do Conselho de Estado (25 août 1622).

32 BNM, ms. 2353, fos 220-223, Patente de dom Diogo da Silva (6 septembre 1623).

33 EFO, III, p. 26, Carta da Câmara ao marquez de Castello Rodrigo (14 août 1621) ; ibid., Carta da Câmara ao conde de Portalegre (14 août 1621).

34 BL Eg., 1133, fos 204-205, Carta de Manuel de Vasconcelos (17 avril 1621).

35 BL Add., 20952, f° 32, Consulta del Consejo de Portugal (26 mai 1622).

36 J. H. Elliott et J. F. Ruiz de la Ρeña, οp. cit., pp. 171-197.

37 BL Eg., 1135, f° 315, Carta dos Governadores (15 septembre 1625).

38 BL Add., 20949, 39, Decreto sobre las órdenes que no se cumplen (22 août 1624).

39 Mireille Peytavin, « Visites générales à Naples aux xvie-xviie siècles », dans Jean-Frédéric Schaub (éd.), Recherche sur l’histoire de l’État dans le monde ibérique (xve-xxe siècle), Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1993, pp. 11-21 ; Id., « Visites générales du royaume de Naples (xvie et xviie siècles) : pratiques judiciaires », dans Johannes-Michael Scholz (éd.), Fallstudien zur spamschen und portugiesischen Justiz (15. bis 20. Jahrundert), Francfort, Vittorio Klostermann, 1994, pp. 321-345.

40 BL Eg., 1133, f° 120, Carta de Pedro Contreras a Diogo de Castro conde de Basto (28 novembre 1626).

41 BL Eg., 1133, fos 121-123, Cartas do arcebispo governador (31 octobre 1626).

42 Β A, 51 VI 33, f° 28, Carta Regia (28 octobre 1621).

43 ΒL Eg., 1135, f° 53, Consulta del Consejo de Portugal (6 novembre 1621).

44 BL Eg., 1135, fos 78-81, Consulta del Consejo de Portugal (24 décembre 1621).

45 BL Eg., 1132, f° 99, Consulta del Consejo de Portugal, s. d.

46 BL Eg., 1133, f° 198, Carta de Diogo Ferreira de Carvalho, s, d, [ca. 1621].

47 BL Eg., 1135, f° 57, Consulta del Consejo de Portugal (19 juin 1621).

48 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1631, f° 86, Carta do duque deVillahermosa ao conde de Portalegre (27 novembre 1623).

49 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1631, f° 263, Carta del Consejo de Indias al Desembargo do Paço (9 février 1623).

50 Isaías Rosa Pereira, A inquisição em Portugal. Séculos xv-xviii - Período Filipino, Lisbonne, Vega - Documenta Historica, 1993, Cartas Regias (28 octobre 1621 et 4 mai 1622).

51 Ibid., Cartas Regias (22 novembre 1621 et 23 septembre 1622).

52 JJAS, Cartas Regias (7 octobre 1621, 23 décembre 1622 et 23 février 1623) ; I. Rosa Pereira, op. cit., Cartas Regias (25 avril 1622, 23 septembre 1622, 18 mai 1623, 23 juin 1623, 31 août 1623, 12 septembre 1623, 26 novembre 1623, 3 février 1624, 30 avril 1625, et 27 février 1627).

53 AGS, SΡ, lib. 1553, f° 300, Consulta do Conselho da Fazenda (31 décembre 1627).

54 I. Rosa Pereira, op. cit., Carta Regia (3 novembre 1627) ; ANTT, Inquisição Conselho Geral livro, 70, Visita do Fisco da Inquisição de Coimbra ; ΒΑ, 51X 1, f° 85, Consulta do Desembargo do Paço (5 novembre 1631) ; AGS, SP, lib. 1553, fos 333-335, Carta de Francisco Leitão (3 janvier 1628) ; ANTT, Corpo Cronológico, I/117, doc 170, Carta de ElRey a Francisco Leitão sobre ο tribunal do fisco de Coimbra (26 mai 1629).

55 ΒA, 51 VI 33, f° 28, Carta de ElRey aos governadores (25 octobre 1621).

56 BL Eg., 1135, fos 274-281, Memorial de Gonçalo de Sousa de Macedo sobre hacienda del reino de Portugal (17 novembre 1625).

57 ANTT, Manuscritos de São Vicente, liv. 18, f° 303, Carta do arcebispo Primas ao marqués de Alenquer (11 avril 1617).

58 BNM, ms. 2848, s. d., Consulta del Consejo de Portugal (1er septembre 1626).

59 BL Eg., 1135, fos 282-306, Junta del duque de Villahermosa (18 novembre 1625,17 janvier 1626 et 13 février 1626).

60 BNM, ms. 2848, s. d., Consulta del Consejo de Portugal (24 septembre 1626).

61 AGS, SP, lib. 1582, f° 9, Consulta de la Junta del Confesor (13 février 1629).

62 ΒA, 51 VI 33, fos 154-155, Memoria de cómo se pueden fabricar en el Brasil 68 galeones e a mil toneladas cada uno (15 avril 1630).

63 BA, 51 VI 33, f° 38, Reposta do governo ao contador mor (3o avril 1630).

64 Antnio Manuel Hespanha, As Vésperas do Leviathan (2 vol.), Lisbonne, 1986, pp. 163-221 ; Id., « Portugal y la política de Olivares. Ensayo de análisis estructural », dans John H. Elliott et Angel García Sanz (éd.), La España del conde-duque de Olivares., Valladolid, Universidad de Valladolid, 1990, pp. 619-651 ; Id., A fazenda », dans António Manuel Hespanha (coord.), O Antigo Regime (1620-1807), t. IV de J. Mattoso (dir.), História de Portugal, Lisbonne, Estampa, 1993, pp. 213-232.

65 AHN, Estado, lib. 737, fos 423-431, Consulta del Consejo de Estado (9 mai 1624).

66 José Ignacio Fortea Ρérez, Monarquía y Cortes en la corona de Castilla. Las ciudades y la política fiscal de Felipe II, Salamanque, Cortes de Castilla y León, 1990, pp. 65-77.

67 Trois Maisons : il s’agit d’un tribunal de commerce dont les sources ne précisent pas les attributions.

68 Santiago de Luxán Meléndez, « El control de la hacienda portuguesa desde el poder central : la Junta de Hacienda de Portugal (1602-1608) », dans José Ignacio Fortea Pérez et Carmen Cremades Griñán (éd.), Política y Hacienda en el Antiguo Régimen. II Reunión de la Asociación Española de Historia Moderna, t. I, Murcie, Universidad de Murcia, 1992, pp. 377-388.

69 ACΒ, Variorum, vol. XXV, Relacion sumaria y por mayor de las culpas que los enemigos del secretario Diego Suarez publican y le quieren imputar para descomponerky descreditark diciendo que fueron [sic] causa de la Rebelion de Portugal, s. d. [ca. 1643].

70 ACB, Variorum, vol. XXV, Décision du 25 mai 1630.

71 AGS, SP, lib. 1521, f° 1, Carta Regia (31 mai 1628).

72 JJAS, Capitulos da Instrucção dada ao marquês de Castello Rodrigo 31 mai 1628). Le document se trouve à la suite d’une Carta Regia du 18 mai 1630.

73 AGS, SΡ, lib. 1521, doc. 41, Consulta del Consejo de Portugal (17 février 1630).

74 AGS, SΡ, lib. 1521, doc. 16, Consulta del Consejo de Portugal (17 septembre 1628).

75 AGS, SP, lib. 1521, doc. 55, Consulta del Consejo de Portugal (1er juin 1630).

76 EFO, III, pp. 295 sq., Accordo da vereação de 5 de outoubro de 1628.

77 La répression de la contrebande est étudiée au chapitre vii (pp. 285-327).

78 ΒΡΕ, cód. CIII/2-14, fos 165 sq., Parecer da Câmara de Lisboa.

79 António de Oliveira, « Contestação fiscal de 1629 : as reacçôes de Lamego e Porto », Revista das História das ldeias, 6, 1984, pp. 259-300.

80 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Memorial de Diego Suárez, point 3.

81 BNM, ms. 2363, fos 180-217, Memorial de Diego Suárez, point 14.

82 AGS, SP, lib. 1477, fos 1-8, Consulta de la Junta del Aposento (14 juin 1631).

83 JJAS, Carta Regia (19 septembre 1631) ; ANTT, Chancellaria de Filipe III, 25/66, Título de secretario (27 juin 1631).

84 AGS, SP, lib. 1525, fos 32-33, Decreto (19 septembre 1631).

85 Voir infra le chapitre iv, pp. 175-176, et l’épilogue « Les deux morts de Diogo Soares », (pp. 241-244).

86 ACΒ, Variorum, vol. XXV, Relacion de las imposiciones que se ban puesto en Portugal y del tiempo y causas dellas y de la consultas y resoluciones que precedieron y se siguieron para su execucion y los ministros que en ellas se hallaron para que se conosca que no intervinieron en ellas Diego Suarez ni Miguel de Vasconcelos y que es calumniosa la culpa que de ellas les pretenden imputar sus emulos, s. d. [ca. 1643].

87 AGS, SP, 1582, f° 25, Consulta de lajunta del Confesor (3 mars 1629).

88 Voir infra les chap. vii (p. 287) et VIII (pp. 331 sqq.).

89 Voir p. 160 sqq.

90 BNM, ms. 9379, f° 166, Carta del conde-duque al duque de Villahermosa (23 janvier 1626).

91 BNM, ms. 2848, s, d., Consulta del Consejo de Portugal (24 juillet 1626).

92 ANTT, Corpo Cronológico, I/118, doc. 105, Consulta da Junta da Fazenda (26 août 1631) ; JJAS, Carta Regia (21 mai 1631).

93 BL Add., 28429, f° 3, Carta del Rey al conde de Basto (22 juillet 1631).

94 António de Oliveira, « Ο atentado contra Miguel de Vasconcelos em 1634 », O Imtituto, CXL-CXLI, 1980-1981, pp. 9-41, voirpp. 13-24 (cité A. Oliveira, « Ο atentado contra Miguel de Vasconcelos »).

95 BNM, ms. 9379, ° 171, Carta del conde-duque al duque de Villahermosa (1er mars 1626).

96 AGS, SP, lib. 1477, f° 8, Consulta del Consejo de Portugal (20 juin 1631) ; BNL, FG, cód. 9169, f° 40, Carta [copie] (2 novembre 1632).

97 BL Add., 20949, fos 334-338, Regimento da Junta da Fazenda (22 juin 1631).

98 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d. [Plaidoyer de Diogo Soares], point 1.

99 BA, 51 X 1, f° 234, Carta do governo (1er novembre 1631).

100 ΒΑ, 51 Χ 1, f° 247, Parecer dos governadores (14 octobre 1631).

101 BPE, cód. CIII/2-14, f° 165, Acordos da Câmara de Selorique (20 octobre 1629), [pamphlet].

102 ANTT, Manuscritos de Nossa Senhora da Graça de Lisboa, 5/III, f° 117, Consulta do Desembargo do Paço (11 juin 1624).

103 ANTT, Corpo Cronologico, II/369, doc. 79, Parecer de Thomé Pinheiro da Veiga (17 septembre 1636).

104 ΒΡΕ, cód. CIII/2-21 ; BNM, ms. 2373, fos 271-348, Recopilada naração dos principios da rebelião de Portugal, §§ 156-157 ; BA,51VII 31, fos 251-262, Reposta ao papel que se tel publicado contra a pretenção do Reino de Portugal tem não se averem de julgar fora de seus limites as causas e demandas que a corona de aquelle Reino tem contra as pessoas que possuiem injustamente os bens della em conformidade das graças e previlegios que os senhores Reys lhe tem concedioido e jurado ; BL Eg. 1136, f° 229, Memorial del duque de Villahermosa, s. d. ; ibid., f° 324, Relacion de las Mercedes que tiene el duque de Villahermosa por la corona de Portugal.

105 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1631, f° 252, Parecer dos Senhores Governadores na consulta do Desembargo do Paço sobre as Juntas que sefazião em Madrid e sobre o papel do Procurador da Coroa (7 juin 1625).

106 AGS, SP, lib. 1582, f° 208, Consulta de la Junta del Confesor (6 juin 1630).

107 Β A, 51 VI 33, fos 157-158, Carta Regia (22 décembre 1634).

108 BL Add., 20949, fos 334-338, Regimento da Junta da Fazenda (22 juin 1631).

109 AGS, SP, lib. 1477, f° 8, Consulta del Consejo de Portugal (20 juin 1631).

110 AGS, SΡ, lib. 1477, f° 32, Carta de la Junta da Fazenda a la Junta de Pernambuco (7 août 1631).

111 AGS, SP, lib. 1477, f° 47, Carta de la Junta da Fazenda a la Junta de Pernambuco (31 août 1631).

112 BL Add., 20949, fos 338-340, Instrução da forma em que parece que deve proceder a Junta da Fazenda, s. d.

113 Sur la Junta de Pernambuco, voir pp. 152 et 162.

114 ΒΑ, 51 Χ 1, fos 220-221, Consulta do Desembargo do Paço (28 octobre 1631).

115 BL Add., 20949, f° 68, Decreto (1er juillet 1631).

116 ΒA, 51 X 1, f° 271, Carta dos governadores (29 novembre 1631).

117 ΒA, 51 Χ 1, fos 246-247, Consulta da Junta da Fazenda (10 octobre 1631).

118 BNL, FG, cód. 9169, fos 43-44, Consulta da Junta da Fazenda, s. d, [ca. fin 1631].

119 BNL, FG, cód. 9 :69, fos 44-45, Parecer do senhores Governadores (décembre 1631).

120 Monteiro-Mor : Grand Veneur.

121 Sur le consulado, voir p. 146.

122 Luís Augusto Rebello da Silva, História de Portugal nos séculos xvi e xvii, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1860 ; réimpression de l’Imprensa National, Lisbonne, 1971-1972 (6 vol., introduction de Jorge Borges de Macedo), t. III, pp. 407 et 409. L’auteur confond une Junta à laquelle participent Basto, Castelo Novo, un Veedor da Fazenda, et deux desembargadores, chargée de favoriser l’administration du don gratuit, avec la Junta da Fazenda proprement dite, étrangement qualifiée comme « Junta de arrecadação do emprestimo », ce qui ne correspond à rien de ce que la correspondance de la Junta laisse entrevoir.

123 AGS, SP, lib. 1477, f° 8, Consultas del Consejo de Portugal (20 juin 1631).

124 BNL, FG, cód. 9169, f° 38, Consulta [copie], (18 août 1631).

125 AGS, SP, lib. 1477, f° 49, Carta de la Junta da Fazenda a lajunta de Pemambuco (31 août 1631).

126 AGS, SP, lib. 1477, f° 52, Carta de lajunta da Fazenda a la Junta de Pernambuco (15 septembre 1631).

127 EFO, III, pp. 375-378, Carta do conde-presidente a El-Rei (1er octobre 1630).

128 JJAS, Carta Regia (28 mai 1631).

129 ANTT, Corpo Cronólogico, I/118, doc. 113, Cartas de Felipe de Mesquita para ο Doctor Baltasar Fialho sobre ο emprestimo pedido por ElRey (27 octobre 1631).

130 BNL, FG, cód. 9169, f° 10, Carta do conde de Castelo Novo (20 septembre 1631).

131 Sur la flotte de Fadrique de Toledo en 1631-1632, voir chap. vi, pp. 260 sqq.

132 ANTT, Corpo Cronólogico, I/118, doc. 112, Carta de ElRey a Baltasar Fialho (13 octobre 1631) ; JJAS, Carta Regia (31 mai 1631) ; EFO, III, p. 439, n. 1.

133 ANTT, Corpo Cronlogico, II/360, doc. 15, Carta dos condes de Val de Reys e Castro Daire (7 octobre 1631).

134 ANTT, Corpo Cronólogico, I/118, doc. III, Carta do conde de Castelo Novo (4 octobre 1631) ; ANTT, Corpo Cronlogico, I/118, doc. 126, Carta da Câmara de Évora (27 décembre 1631).

135 ΒA, 51 II 23, fos 138-139, Carta de ElRey aos Governadores (31 décembre 1631).

136 AGS, SP, lib. 1529, fos 20-21, Carta del Rey a los Gobernadores (1er décembre 1631).

137 BA, 51 X 4, fos 102-104, Consulta da Junta da Fazenda (16 octobre 1632). BA, 51 X 5, fos 173-174, Carta Regia (16 février 1633).

138 ANTT, Corpo Cronólogico, II/363, doc. 62, Carta do conde-governador (16 décembre 1632).

139 BA, 51 I 5, fos 173-174, Carta do conde de Basto (16 février 1633).

140 ΒΑ, 31 X 4, f° 26, Junta de Fadrique de Toledo (16 septembre 1633).

141 BA, 51 I 1, f° 323, Carta dos Governadores (4 octobre 1631).

142 BNL, FG, cód. 9169, f°10, Carta do conde de Castelo Novo (12 décembre 1631).

143 ANTT, Corpo Cronólogico, I/118, doc. 161, Ordens da Junta do Real d’Agoa (27 octobre 1632).

144 BA, 31 II 23, fos 94-98, Rendimento dos direitos reais, tributos, composições dos Reinos de Portugal e conferencia com os de Castella para Vossa Magestade mandar ver em sua presença (6 août 1632).

145 BNL, FG, cód. 9169, f° 28, Carta do conde de Basto (3 juin 1632).

146 AGS, CJH, 678, Carta de Jerónimo Canencia (31 juillet 1632).

147 BA, 51 X 1, f° 46, Carta Regia to septembre 1631 [22 mai 1631] ; JJAS, Carta Regis (30 mai 1631).

148 AGS, CJH, 1739(2), Regimento General de la Media Annata (22 mai 1631).

149 AGS, CJH, 751, Carta de Jerónimo Canencia (26 octobre 1631).

150 Ley Mental : disposition juridique qui fait tomber dans la mouvance du roi les donations royales lorsque leur bénéficiaire meurt sans héritier mâle.

151 Cartas de Sua Magestade em declaraçam das meat annatas, Lisbonne, António Alvares, 1632.

152 AGS, CJH, 751, Carta de Diogo Soares a Jerónimo Canencia, s. d. [automne 1631].

153 AGS, SP, lib. 1583, f°31, Consulta de la Junta de Pernambuco (1er novembre 1631).

154 AGS, CJH, 751, Regimiento y arancel de la media annata de Portugal (août 1632).

155 ΒΑ, 51 VI 46, fos 19-38, Thomé Pinheiro da Veiga a El Rey Phelipe ο 4° sobre ο Direito das meyas annatas sendo Procuradorda Coroa, s. d. [copie également dans BA, 51 II 25, fos 98-104].

156 António Manuel Hespanha, « Les autres raisons de la politique. L’économie de la grâce », dans Jean-Frédéric Schaub (éd.), Recherche sur l’histoire de l’État dans le monde ibérique (xve-xxe siècle), Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1993, pp. 67-86.

157 AGS, SP, 1582, fos 12-13, Consulta de la Junta del Confesor (5 mars 1629).

158 BA, 51 X 1, f° 221, Sobre as meias annatas (18 octobre 1631).

159 BA, 51 X 1, f° 267, Carta dos Governadores sobre as meias annatas (29 novembre 1631).

160 BA, 51 II 25, fos 94-99, Rendimentos dos direitos reaes, tributos e imposições dos Reinos de Portugal e comferencia com os de Castella para Vossa Magestade mandar ver em su presença (6 août 1632).

161 Meia annata : il s’agit évidemment de la traduction portugaise de l’expression media annota.

162 BA, 51 X 1, fos 267-268, Carta dos Governadores sobre as meas annatas (29 novembre 1631).

163 ANTT, Chancelaria de Filipe III, 35/72, Carta de Desembargador do Paço (23 décembre 1637).

164 ANTT, MCO, liv. 34, f° 34, Consulta de la Mesa da Consciência e Ordens (26 novembre 1636).

165 BNM, ms. 9390, f° 134, Carta del conde-duque al duque de Villahermosa (13 septembre 1630).

166 AGS, SΡ, lib. 1529, f° 30, Carta el Rey a los Gobernadores (31 décembre 1631).

167 Virgínia RAU, Estudos sobre a História do sal português, Lisbonne, Editorial Presença, 1984, pp. 139-144.

168 BA, 51 X 1, fos 20-21, Sobre ο estanque do sal (7 août 1631).

169 AGS, SP, lib. 1529, 13, Consulta del Consejo de Portugal (19 novembre 1631).

170 ACΒ, Variorum, vol. XXV, s. d., Relation de las imposiciones que se ban puesto en Portugal...

171 AGS, GA, 997, Consulta de la Junta de Armadas (9 novembre 1629).

172 EFO, III, p. 478, Carta da Câmara (27 décembre 1631).

173 Voir le chap. VIII, « L’administration de l’exportation du sel » (pp. 329-379).

174 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1632, f° 101, Carta do duque de Villa Hermosa ao conde de Portalegre (26 mai 1631).

175 BNM, ms. 3263, f° 35, Decreto de Su Magestad (7 avril 1631).

176 ΒNM, ms. 3263, fos 125-126, Carta del Rey, s. d.

177 JJAS, Carta Regia (21 mai 1631).

178 BL Add., 28429, f° 1, Carta del rey al conde de Basto (18 mai 1631).

179 BNM, ms, 3263, f° 126.

180 EFO, III, p. 487, Capitulo da Carta Regia de 25 de fevereiro de 1632.

181 ΒΑ, 51 ΙΙ 25, fos 138-139, Parecer sobre a rendu fixa e estanque do sal, s. d. ; EFO, III, p. 509, Registre da copia d’ama carta que S. Magde escreveu ao governo sobre os quinhentos mil cruzados de renda fixa, que o conde presidente trouxe á camera (13 juin 1632).

182 ACΒ, Variorum, vol. XXV, s. d., Consulta del Consejo de Portugal (12 février 1632).

183 AGS, SP, lib. 1529, fos 54-55, Consulta de lajunta del Aposento (18 février 1632).

184 Antόnio de Oliveira, « Álvaro Ferreira de Vera, arbitrista », Revista Portuguesa de História, XIX, 1981, pp. 271-2915.

185 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d., Consulta de la Junta del Aposento (22 décembre 1632).

186 BNM, 2362, f° 99, Sucesos de 1630.

187 BL Add., 28429, 27, Carta del Rey al conde de Basto (11 avril 1634).

188 ACB, Variorum, vol. XXV, s. d., Carta de Diogo de Castro (27 juin 1633) ; AGS, SΡ, 1580, fos 269-270, Consulta del Consejo de Portugal (10 juillet 1633).

189 AGS, SP, lib. 1527, f° 77, Consulta del Consejo de Portugal (3 mars 1632).

190 Sur le desempenho, voir pp. 158-159 et 167.

191 EFO, III, pp.555-559, Carta Regia de 13 d’abril de 1633.

192 AGS, SΡ, lib. 1531, f° 3, Consulta del Consejo de Portugal (24 août 1633).

193 ACB, Variorum, vol. XXV, Carta de Diogo de Castro (27 juin 1633).

194 BL Add., 28429, f° 14, Carta de Miguel de Castro bispo de Viseu a Lourenço Pires de Castro conde de Basto ο moço (30 juin 1633).

195 AGS, SΡ, lib. 1580, f° 122, Resolución de su Magestad (10 juin 1633).

196 BL Add., 284296, Carta del conde-duque al conde de Basto (8 juin 1633).

197 BL Add., 28429, f°19, Carta del Rey ao conde de Basto (21 juillet 1633).

198 BL Add., 28429, f° 25, Carta de Diogo Soares ao conde de Basto, s. d. [automne 1633].

199 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, Carta de Diogo Soares a Miguel de Vasconcelos (29 juin 1633).

200 EFO, IV, pp. 2-5, Carta Regia (2 de novembre 1633).

201 BL Add., 28429, f° 16, Carta do conde de Basto ao conde-duque de Olivares (5juillet 1633).

202 BL Add., 28429, fos 12-13, Carta del Rey al conde de Basto (30 juin 1633).

203 ANTT, Miscellaneas Manuscritas do Conde de Almada, 1632, f° 99, Carta do duque de Villa Hermosa ao marquês de Gouveia (30 septembre 1633) ; BNL, FG, ms. 241, Manuel Severim de Faria, fos 270 sq.

204 ΒΑ, 51 VI 29, fos 86-87, Carta que SMgde escreveu ao governador do Algarve dom Gonçalo Coutinho sobre as Cortes q quer ordenar neste Reyno por procuradores (26 septembre 1633).

205 BA, 51 VI 29, fos 87-88, Carta de Gonçalo Coutinho, s. d.

206 BNL, FG, ms. 743, f°41, Carta do conde d’Unhão (octobre 1633).

207 BNL, caixa 234, doc 12 (cité par A. Oliveira, « O atentado contra Miguel de Vasconcelos », p. 21).

208 BNL, FG, 741, f° 20, Carta Regia (19 septembre 1633).

209 ΒA, 51 VI 29, f° 95, Resposta de D. Rodrigo da Cunha à proposta de S. Mgde em reunir uma Junta restrita.

210 BL Add., 28429, f° 28, Papel de Dom Miguel de Castro sobre la renda fixa.

211 Pedro Almeida Cardim, As Cortes de Portugal (século xvii), Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, 1993 (polycopié), pp. 60-61.

212 BNL, FG, ms. 743, f° 40, Carta do padre Fray Fernando da Crus a ElRey (4 octobre 1633).

213 BNL, FG, ms. 208, doc 39, Carta do juiz do povo (1er août 1632).

214 EFO, IV, pp. 12-14, Certidão de narrativa passada pelo escrivão da câmara em 4 de fevereiro de 1634.

215 EFO, IV, pp. 343, Trabalhos preparatories para a eleição de dois procuradores à Junta do desempenho das tenças (6 avril 1634) ; ANTT, Corpo Cronologico, II/360, doc. 27, certidão de Nuno Alvares escrivão da Casa dos Vinte e Quatro sobre a eleição de dous procuradores (12 avril 1635).

216 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo (26 avril 1634).

217 BL Add., 28429, f°31, Carta del Rey al conde de Basto (5 juin 1634), [document officiel].

218 AGS, GA, 1325, Carta de Fernando de Toledo (13 avril 1634).

219 BA 51 X 4, fos 101-102, Carta do conde de Basto (16 octobre 1633).

220 BL Add., 28429, f° 30, Carta del Rey al conde de Basto (5 juin 1634), [document confidentiel].

221 AGS, GA, 1325, Parecer del duque de Villlahermosa (4 mai 1634).

222 BL Add., 28429, f° 22, Carta del Rey al conde de Basto (24 août 1633).

223 BL Add., 28429, f° 32, Carta do conde de Basto ao conde-duque (16 septembre 1634).

224 ACB, Variorum, vol. XXV, Résumé des consultas d’août 1633 à janvier 1634.

225 AGS, SΡ, lib. 1532, fos 29-30, Carta de Diogo Soares (13 juin 1634).

226 BL Add., 28429, 21, Carta del Rey al conde de Basto (3 août 1633).

227 ΒΡΕ, cód. CV/2-19, Carta de Miguel de Vasconcelos a Diogo Soares (22 juin 1633).

228 A. de Oliveira, « Ο atentado contra Miguel de Vasconcelos », pp. 6-41.

229 BL Add., 28429, f° 33, Carta do conde de Basto ao conde-duque (7 octobre 1634) et f° 34, Carta do conde-duque ao conde de Basto (2 novembre 1634).

230 ACΒ, Variorum, vol. XXV, Carta de Jorge de Mascarenhas (4 novembre 1634).

231 A. de Oliveira, art. cit., p. 20.

232 Jean-Frédéric Schaub, « L’État quotidien : entre arbitrisme et révolte, la gabelle au temps du comte-duc d’Olivares », dans Jean-Frédéric Schaub (éd.), Recherche sur l’État dans le monde ibérique (xve-xxe siècle), Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1993, pp. 21-50.

233 ACB, Variorum, vol. XXV, Consulta de la Junta del Aposento (27 novembre 1634).

234 AHΝ, Consejos, kg. 7130, Memorial de Don Agustin Manuel Vasconcelos sobre las advertencias a la jusrisdizion y a la hazienda del reyno de Portugal (17 octobre 1638).

235 ΒL Add., 28429, correspondance du comte de Basto avec Olivares sur les événements d’Évora.

236 Voir chapitre vii, pp. 291 (Setúbal) et 306-309 (Porto).

237 « La nobleza portuguesa y la corte madrileña hacia 1630-1640. Nobles y lucha política en el Portugal de Olivares », article inédit que l’auteur a eu l’amabilité de nous communiquer. À paraître dans les Mélanges de la Casa de Velázquez, 32 (2), 1996.

238 Voir chapitre iv, pp. 180 et 194.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search