Version classiqueVersion mobile

Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares (1621-1640)

 | 
Jean-Frédéric Schaub

Deuxième partie. Fonctionnement et dysfonctionnement du gouvernement vice-royal

Introduction. Événements et projets

Texte intégral

Les avantages principesques sont quasi avantages imaginaires. Chaque degré de fortune a quelque image de principauté. Cæsar appelle Roytelets tous les Seigneurs ayant justice en France de son temps. De vray, sauf le nom de Sire, on va bien avant avec nos Roys. Et voyez aux Provinces esloignées de la Cour, nommons Bretaigne pour exemple, le train, les subjects, les officiers, les occupations, le service et cerimonie d'un Seigneur retiré et casanier, nourry entre ses valets ; et voyez aussi le vol de son imagination ; il n'est rien plus Royal ; il oyt parler de son maistre une fois l'an, comme du Roy de Perse, et ne le recognoit que par quelque vieux cousinage que son secretaire tient en registre. A la vérité, nos loix sont libres assez, et le pois de la souveraineté ne touche un gentilhomme François à peine deux fois en sa vie. La subjection essentielle et effectuelle ne regarde d'entre nous que ceux qui s'y convient et qui ayment à s’honnorer par tel service 5 car qui se veut tapir en son foyer, et sçait conduire sa maison sans querelle et sans procès, il est aussi libre que le Duc de Venise : « Paucos servitus, plures servitutem tenent. »
Montaigne, Essais, I, xlii .

N capu a lu re c’e lu vicere. Aldisopra del re c’è il viceré. Paradosso di assoluta verità, nella storia delle regioni meridionali. Il re lontano, il viceré presente. Il re che ha da rendere conto soltanto a Dio: e dunque buono e justo quando sa, quando riesce a saper e, quando si riesce ad arrivare fino a lui. Ma c’è di mezzo il viceré: di fato più potente, se puo impedire che istanze, proteste e suppliche arrivano al re e se al re puo consigliare l’ingiustizia, la durezza, la frode: o commetterle in suo nome.
Leonardo Sciascia.

  • 1 BL Eg., 1133, fos 317-333, Lettre du père Manuel Velloso (28 novembre 1620).

1Le règne de Philippe IV comme roi du Portugal, sous le nom de Philippe III, s’ouvre sur une menace de mort. Quelques mois avant son avènement, alors que son père est entré en agonie, un jésuite d’Évora, le padre Manuel Velloso, demande par lettre à être reçu par le prince des Asturies1. Le 12 janvier de 1621, le secrétaire d’État Francisco de Lucena lui renvoie sa missive en lui demandant de la contre signer pour s’assurer qu’il n’y a aucun risque d’imposture. Le corregedor d’Évora, Felipe de Mesquita, se rend alors chez le religieux avec plume, encre et papier pour recueillir son écriture et lui interdire de se rendre à la Cour. Le 2 février, l’inquisiteur d’Évora, Manuel de Lucena, frère du secrétaire d’État, transmet à celui-ci une seconde lettre de Manuel Velloso adressée au futur Philippe IV car le padre refuse obstinément de passer parla voie hiérarchique ordinaire. Cette attitude vaut au jésuite une expulsion immédiate de sa Compagnie. Le 17 mars, le confesseur et conseiller du roi, fray Luis de Aliaga, témoigne sa méfiance et demande que les documents de Velloso passent par les mains de l’archevêque d’Évora. Depuis Coimbra où il se dit prisonnier, l’ancien jésuite dénonce la manoeuvre de ses supérieurs qui veulent le faire taire. Que voulait-il donc révéler ?

2Un jour, en déambulant dans les couloirs de son couvent, il ramasse un papier couvert d’injures contre le roi et de plaintes sur les misères du Portugal. Les auteurs de ce document élaborent un projet extravagant. On ferait assassiner le prince Philippe dès qu’il aurait un descendant mâle et à la condition que son père Philippe III fût encore en vie. Ainsi, l’enfant du prince hériterait de la couronne de Portugal tandis que le reste des couronnes de la Monarchie reviendrait à son frère cadet. De cette manière, la séparation dynastique des deux ensembles serait rétablie et

...Nous ferions venir le gamin [el chiquito], nous rétablirons la justice et nous aurons nos propres rois.

3Suit le récit des persécutions dont le religieux se dit la victime de la part de ses pairs. Il est appelé de nuit pour administrer l’extrême-onction à un de ses amis. L’alerte était simulée : alors qu’il se trouve au parloir, en chemise, il est physiquement expulsé de son établissement tandis que des comparses vont chercher sous son oreiller le papier accusateur. Le 2 avril, Francisco de Lucena informe le marquis d’Alenquer, vice-roi du Portugal, que tous les documents ont été transmis en main propre à Philippe III sur son lit de douleur et que le roi n’en a même pas pris connaissance. Le secrétaire d’État soupçonne le provincial de la Compagnie, Antόnio de Mascarenhas, de posséder le fameux document trouvé. Il exige qu’on élargisse l’ancien jésuite et qu’on lui verse une pension jusqu’à ce que l’affaire soit éclaircie. Elle ne le fut probablement jamais.

  • 2 AGS, GA, 1331, Puntos de la Consulta de 7 de diciembre que fue la primera que se hizo en las altera (...)

4Vingt ans après, le 6 décembre 1640, la Cour apprend avec stupéfaction qu’une révolte a éclaté à Lisbonne et qu’un roi a été mis sur le trône2. L’information arrive dans une lettre du corregidor de Badajoz, Mendo de Contreras, datée du 4 décembre. La surprise et le désarroi des ministres madrilènes viennent de la dimension dynastique de l’événement :

Qu’un tumulte populaire soit à l’origine de ce dont on parle, c’est bien possible ; mais qu’on ait élevé un roi le jour même, voilà qui n’est pas croyable.

5Pourtant, l’hypothèse Bragance paraît correspondre avec le malaise ressenti par le Comte-Duc :

Le duc de Bragance [d’après ce qu’en a dit le Comte-Duc] n’a pas écrit depuis des jours, et comme ses dernières lettres avaient eu pour objet de l’excuser de ne pas participer à la campagne de Sa Majesté en raison de la charge qu’il occupe, il lui fut répondu que cela n’était pas acceptable, et alors qu’il est si voisin des mouvements il n’en a pas rendu compte [ce qu’il aurait aisément pu faire par divers canaux] ; tout cela alimente une certaine crainte car lui qui, par le passé, a agi de façon exemplaire, si maintenant il se laisse emporter activement ou passivement, ce doit être pour quelque chose.

  • 3 AGS, GA, 1331, Carta del marqués de Ayamonte (10 décembre 1640).
  • 4 AGS, GA, 1331, Consulta de la Junta de Ejecución (11 décembre 1640).

6Apprenant par différents courriers que les villes portugaises rendent hommage au nouveau roi les unes après les autres, comme Tavira en Algarve et Beja en Alentejo3, la Junta de Ejecución espère gagner une course contre la montre en s’assurant de la fidélité des villes qui ne se sont pas encore prononcées4. Après l’arrivée des premières informations sur l’assassinat de Miguel de Vasconcelos, Olivares laisse éclater son indignation :

  • 5 AGS, GA, 1338, Voto del conde-duque en lajunta (15 décembre 1640).

Miguel de Vasconcelos est le seul à s’être montré fidèle à Votre Majesté et à avoir rempli ses obligations naturelles de vassal5.

7Ce faisant, le favori du roi réaffirme, en pleine tourmente, sa fidélité au secrétaire d’État qui fut son agent zélé. Entre le projet de régicide et le meurtre du secrétaire du Conselho de Estado s’est déroulé le règne de Philippe III de Portugal.

  • 6 Antonio de Oliveira, Podere oposição politico no período filipino (1580-1640), Lisbonne, DIFEL, 199 (...)
  • 7 Joaquim Romero Magalhães (coord.), No alvorecer da modernidade, t. III de José Mattoso (dir.), Hist (...)

8Pour comprendre comment s’organisait la vie politique au Portugal sous le régime vice-royal au temps d’Olivares, il est indispensable de reconstruire la chronologie des principales décisions prises par le valido, de comprendre comment elles ont été transmises par les institutions et les personnes habilitées à le faire et de quelle manière elles ont été reçues sur place. Il n’existe pas de récit politique systématique de la période. Même l’ouvrage de synthèse d’Antonio de Oliveira6 ne réduit pas cette carence, non plus que les volumes consacrés à l’époque moderne de l’História ta de Portugal, dirigée par José Mattoso7. Le travail en archives nous a permis de constater que ce silence est d’abord lié à la difficulté de réunir une documentation assez abondante et systématique pour pouvoir reconstruire le déroulement des principaux événements politiques de l’époque. Les sources sont extrêmement dispersées, au Portugal et en Espagne. Si l’on avait conservé la correspondance complète de l’une des quatre institutions essentielles (Conseil de Portugal, Conseil d’État de Lisbonne, Derembargo do Paço, secrétariat des vice-rois) le récit deviendrait beaucoup plus aisé. Mais, selon les années, on dispose de telle ou telle île de cet archipel documentaire. Il a donc fallu recourir à un constant « bricolage » de données qui ont pour caractéristique commune d’émaner des secrétariats des principales institutions de la Monarchie. Les pièces émanent d’institutions supérieures : elles sont donc partiales. Il s’y dessine implicitement un certain style politique et une conception propre de l’action gouvernementale. Cette documentation est ainsi porteuse d’une théorie cachée de la politique que nous essaierons, chemin faisant, d’expliciter autant que possible.

9Vingt années de vie politique : voilà qui peut être décrit en deux traits de plume et qui réclame aussi bien d’infinis développements. Il a donc fallu faire des choix. D’abord des choix parmi les différentes manifestations possible du pouvoir dans la société portugaise des années 1620-1640. Des phénomènes relativement bien connus, comme la persécution inquisitoriale ou l’explosion des révoltes populaires et leur répression, se trouvent au cœur d’une histoire de l’autorité. Des phénomènes complètement ou partiellement inconnus, comme l’exercice du pouvoir des seigneurs sur leurs terres (à l’exception des travaux en cours de Mafalda Soares da Cunha à l’université d’Évora), l’exercice des juridictions épiscopales, la cristallisation des oligarchies urbaines appartiennent, à l’évidence, à cette même histoire. Mais la pauvreté de la bibliographie disponible et la difficulté d’atteindre des masses archivistiques prometteuses rendaient problématique une orientation sociopolitique de ce type. Nous avons donc centré nos analyses sur le fonctionnement des institutions dites gouvernementales, que l’on connaissait finalement un peu « en pointillé ». Même en nous en tenant à ce domaine restreint, il nous a bien fallu constater que la documentation n’offrait la possibilité d’écrire qu’une histoire heurtée. Plutôt que d’offrir, à coup de contorsions rhétoriques insoutenables, un récit lisse et homogène de l’histoire politique de ces vingt années, nous avons choisi de concentrer nos feux sur quatre problèmes qui permettent de comprendre ce que signifiait faire de la politique au Portugal, sous Olivares.

10Pendant la première phase du règne de Philippe IV, la grande question polémique est celle du financement de la Nao da India (convoi des navires vers l’océan Indien) par les différents corps de la société portugaise. À partir de 1625 vient s’y ajouter avec un poids croissant la nécessité de financer la récupération des provinces brésiliennes perdues. Pendant la première partie du règne, un grand projet, bien dans la manière d’Olivares, voit le jour : l’établissement d’une rendu fixa, c’est-à-dire d’un revenu annuel constant tiré du royaume du Portugal pour sa défense, dans le cadre de la politique d’Uniόn de Armas. La mise en oeuvre de ce projet sert de premier fil conducteur : il introduit la question du conflit de juridiction et explique, en grande partie, l’explosion des révoltes antifiscales. Le rétablissement en 1634 de la vice-royauté de sang semblait devoir ouvrir une ère nouvelle. En fait, la structure gouvernementale alors essayée débouche sur une crise politique chronique au sommet même du gouvernement vice-royal, autour du conseiller de la vice-reine, le marquis de la Puebla. La tension permanente que provoque cette situation favorise la politisation croissante de la conflictivité autour des institutions centrales.

11La crise des années 1638-1639, notre troisième coup de projecteur, tourne autour de deux événements fondamentaux. Diogo Soares, secrétaire d’État et homme de confiance d’Olivares, est victime d’une offensive politique menée par certains de ses adversaires portugais et doit se défendre des accusations lancées contre lui et contre ses méthodes des gouvernement. Après cette crise, le Comte-Duc décide de réaliser un authentique coup d’État en convoquant à Madrid une partie importante de l’élite des Portugais et en supprimant le Conseil de Portugal. Cette crise permet de comprendre comment fonctionne le système des secrétaires d’État et de s’interroger sur sa compatibilité avec le système traditionnel de répartition des juridictions. Enfin, nous souhaitons centrer notre attention sur la trajectoire politique d’un homme dont nous avons déjà eu l’occasion de signaler l’importance, Francisco Leitão. En reconstruisant l’histoire politique de sa vie, nous essaierons de montrer comment se construit, à l’intérieur comme à l’extérieur des institutions traditionnelles le cursus d’un homme dévoué à la cause du réformisme olivariste. Le simple fait que cet homme, dont l’action fut décisive pendant les années 1628-1640, ait laissé si peu de traces dans l’historiographie portugaise et espagnole a valeur de symptôme. À travers les traces qui nous sont restées de lui, nous pouvons comprendre comment un homme sert un régime en se servant de lui, à chacune des étapes de son action.

Notes

1 BL Eg., 1133, fos 317-333, Lettre du père Manuel Velloso (28 novembre 1620).

2 AGS, GA, 1331, Puntos de la Consulta de 7 de diciembre que fue la primera que se hizo en las alteractones de Portugal.

3 AGS, GA, 1331, Carta del marqués de Ayamonte (10 décembre 1640).

4 AGS, GA, 1331, Consulta de la Junta de Ejecución (11 décembre 1640).

5 AGS, GA, 1338, Voto del conde-duque en lajunta (15 décembre 1640).

6 Antonio de Oliveira, Podere oposição politico no período filipino (1580-1640), Lisbonne, DIFEL, 1991.

7 Joaquim Romero Magalhães (coord.), No alvorecer da modernidade, t. III de José Mattoso (dir.), História de Portugal, Lisbonne, Estampa, 1993 ; António Manuel Hespanha (coord.), Ο Antigo Regime, t. IV de José Mattoso (dir.), História de Portugal, Lisbonne, Estampa, 1993.

© Casa de Velázquez, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search